Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Images mises en forme

Résumés

Texte intégral

DOSSIER : images mises en forme

1François Lissarrague
L’image mise en cercle
On a tendance à oublier que les images de vases ne sont jamais plates, ni linéaires. Cet article explore la façon dont les peintres ont résolu le problème de la mise en page d’une figure ou d’une scène dans un espace circulaire. Comment le cadre estil utilisé, et comment les peintres ont-ils produit des lignes sur lesquelles appuyer la représentation ? Après avoir rappelé les précédentes études sur cette question, on essaie de dépasser le point de vue formaliste qui les caractérise, pour montrer, à travers une série d’exemples, en quoi ces stratégies graphiques sont productrices de sens.
Mots-clé : céramique grecque – composition de l’image – coupes – médaillon – sémiotique du cadre

2Putting the image into a circle
One tends to forget that images from vase painting are never flat, or linear. This paper explores the ways painters have solved the problem of the layout of a figure or of a scene in a circular space. How is the frame used, how did the painters produce lines on which they build the representation ? After summarizing former studies on that question, the article tries to go beyond the purely formalistic approach which charaterises them, in order to show, through a series of examples, how these graphic strategies produce meaning.
Keywords : greek ceramics – composition of the image – cups – medallion – semiotics of the frame

3Ivonne Manfrini
Images mises en gestes
Un pot n’est pas une page par défaut. Dans ce bref essai, à travers l’analyse de trois vases, il est question de la perception et du décodage des images par le spectateur athénien, voire de la pratique du commentaire discursif, qu’impliquent le contexte et la manipulation des vases ; en bref, d’une analyse des images inscrites dans la dimension de la performance, effective ou virtuelle, dans l’espace sympotique. La panse des récipients n’était pas le seul support disponible, cette surface en volume avait donc une spécificité dont il faut interroger le, ou les, registre(s) du faire et du voir : un faire et un voir qui pourraient bien ébranler l’idée d’une narration intrinsèque à l’image au profit d’une narration induite par le geste en contexte.
Mots-clé : manipulation des vases – symposion – performance – geste – regard

4Handling images
A pot is not just a page. This short essay, throught an analysis of three vases, discusses the perception and decodage of images by the Athenian viewer, as well as the use of discursive commentary, implied by the context and the handling of vases ; to sum up, it analyses the images in their performative dimension, effective or virtual, in the sympotic space. The belly of the pots was not the only available surface ; such a volume had specific properties that are worth examining at both levels of handling and seeing. Ways of handling and seeing that could well put into question the received idea of a narrative pertaining to the image, to the benefit of a narrative created by gestures in context.
Keywords : handling of vases – symposion – performance – gesture – gaze

5Alexandra Kardianou
Le cratère corinthien : forme et décor à travers quelques exemples peu connus du musée du Louvre
La série des cratères corinthiens du Louvre permet de préciser le développement de la forme de ce vase et l’organisation de l’image sur cette forme, ainsi que les choix iconographiques des peintres.
Mots-clé : corinthien – cratère – Louvre

6The Corinthian krater : shape and decoration ; some little known examples in the Louvre Museum
The series of Corinthian kraters in the Louvre allows a close analysis of the development of this shape, and of the organisation of the images on the pot, as well as of the iconographic choices of the painters.
Keywords : corinthian – krater – Louvre

7Cornelia Isler-Kerényi
Retour au stamnos attique : quelques réflexions sur l’usage et le répertoire
Quel est le dénominateur commun des deux usages certains du stamnos, le rituel et le funéraire ? La comparaison du groupe d’images le plus homogène et le plus connu de femmes en action autour d’une effigie de Dionysos, celui du Peintre de la Villa Giulia, avec celles d’autres artistes fait ressortir les éléments essentiels du rituel. D’où l’hypothèse que par ce rituel domestique du vin, on voulait exprimer le souhait d’une existence nouvelle au-delà de la mort. La comparaison du répertoire du stamnos avec celui de vases d’usage plutôt funéraire d’une part (petites amphores), plutôt symposiaque de l’autre (cratères), confirme son rang de vase spécial, destiné, soit en Grèce soit chez les Étrusques, à un usage solennel au-delà du symposion.
Mots-clé : stamnos – rituel – Peintre de la Villa Giulia – répertoire – symposion

8Back to the Attic stamnos : some reflexions on its use and repertory
Which is the common denominator of the assured uses of the stamnos, the ritual and the funerary ? The comparison of the most homogeneous and best-known group of images of women acting around a cult-image of Dionysos, by the Villa Giulia-Painter, with those of other artists throws into bold relief the essential elements of the ritual. Thence the hypothesis that this domestic ritual of wine expressed the hope of some sort of life after death. The comparison of the repertoire of images on stamnoi with the standard decorations on vases of more funerary or more sympotic purpose (respectively small amphorae and kraters) confirms their special status as vases intended – in Greece as well as in Etruria – for a solemn use beyond the symposium.
Keywords : stamnos – ritua – Villa Giulia-Painter – repertoire – symposium

9Athéna Tsingarida
À la santé des dieux et des hommes. La phiale : un vase à boire au banquet athénien ?
Dans un contexte grec, la phiale, inspirée d’un prototype métallique oriental, est généralement associée à la pratique de la libation, effectuée en l’honneur de divinités. Cet article n’aborde pas l’usage liturgique de la forme, mais il s’intéresse plus particulièrement à son emploi, plus rare, comme vase à boire au banquet attique. Un nombre restreint de vases, datés de la fin de l’époque archaïque, est décoré de scènes de banquet ou de comos où la phiale est manipulée comme une coupe. La forme est en métal et participe à l’aspect raffiné et luxueux du banquet représenté, qui combine à la fois des pratiques grecques et achéménides dans le choix de la vaisselle et le détail des vêtements portés par les participants. Le caractère exceptionnel de la vaisselle (phiales et autres formes) constitue une forme d’attribut social : le moyen pour une élite de se distinguer des autres citoyens par une pratique qui nécessite des produits rares et chers. Plus encore, le choix de se tourner vers le modèle achéménide, synonyme de luxe et de raffinement mais aussi symbole, selon Hérodote et Xénophon, d’un régime monarchique et aristocratique, ne devait pas être gratuit. Il permettait à un groupe d’individus de traduire leur appartenance à une classe aristocratique, sensible au système fortement hiérarchisé, imposé par le Grand Roi.
Mots-clé : phiale – banquet – Perserie – pratiques culturelles – modèle politique

10To god’s and men’s health. The phiale : a drinking vessel at the Athenian banquet ?
The phiale is a shape derived from a near-eastern metalware. In the Greek world, it is commonly acknowledged as a libation-pouring vessel related to a ritual context. This article examines the exceptional use of the phiale as a drinking vessel in the Athenian symposium. There are few known Attic vases dated to the Late Archaic period decorated with symposiats or komasts drinking from phialai. In these scenes, phialai are in metalware. They are part of elaborate and rich symposia, displaying Ionian or Persian influences both through the vessels and garments used by the revellers. The phiale in a dining context must be therefore seen as part of a Perserie phenomenon, still limited, in the Late Archaic period, to an Aristocratic code of behaviour. A restricted clientele consciously chooses to reproduce the Persian luxurious dining practices not only to display its wealth, but also to assess its preference for a social hierarchy, close to that imposed by the Great King.
Key words : Phiale – symposion Perserie – cultural practices – political model

11Stefan Schmidt
Entre boîte-jouet et cadeau de mariage : fonctions et représentations des pyxides athéniennes
Cet article s’attache au rapprochement de l’image et de la forme, dans leur double aspect esthétique et thématique. L’exemple retenu est celui des pyxides attiques afin d’envisager les problèmes méthodologiques de la reconstruction de la fonction et de la signification de la vaisselle peinte. La question principale est celle de l’influence que joue l’usage prévu du vase sur le choix du sujet qui y est représenté. Dans une première étape, on considère toutes les données archéologiques concernant l’usage des pyxides dans l’Athènes ancienne. Il en résulte une valeur symbolique grandissante des pyxides comme présents nuptiaux durant le Ve siècle avant notre ère. Dans une deuxième étape, on observe les changements dans le répertoire des images sur les pyxides attiques. Tandis que les pyxides du VIe siècle montrent une grande variété de thèmes, les images du Ve siècle se concentrent sur des thèmes concernant les femmes dans le mariage. L’interdépendance entre les deux aspects conduit au résultat que les Athéniens du Ve siècle accordent plus d’attention à un certain usage projeté de ces vaisselles.
Mots-clé : pyxis – jugement de Pâris – Thétis et Pélée – Athènes classique – communication

12Between Toy Box and Wedding Gift : Functions and Images of Athenian Pyxides
This paper deals with both the aesthetic and the thematic aspects of bringing together picture and shape. As an example, it focuses on Attic pyxides, using them to consider the methodological problems of reconstructing function and meaning of the painted vessels. The main question is what influence the projected use of the pot had on the choice and rendering of the subject depicted on it ? In a first step all archaeological evidence for the use of pyxides in ancient Athens is carefully considered. As a result the growing symbolical value of the decorated pyxides as wedding gifts during the 5th century BCE is obvious. In a second step changes in the repertoire of images on attic pyxides are observed. Whereas pyxides of the 6th century show a great variety of themes, the images of the 5th century concentrate on themes around women and wedding. The interdependences between the two aspects lead to the result that the Athenians of the 5th century payed more attention to transmit specific messages with the vase-paintings by referring to a certain projected use of the vessels.
Keywords : pyxis – judgment of Paris – Peleus and Thetis – classical Athens, communication

Varia

13David-Artur Daix
Priam ou la force de l’âge
Au début du Chant III de l’Iliade, Hector propose à son frère Pâris de régler par un duel avec Ménélas l’issue de la guerre de Troie. Le défi est lancé et l’Atride le relève, mais à la condition que Priam, et non ses fils, dont il se défie, règle le combat. Toutefois, Ménélas n’évoque pas la sagesse du souverain troyen, mais convoque au contraire « la force de Priam » : Πϱιάμοιο βίην. Or la « force » dont il est question ici, la βίη, est en grec toute physique, souvent martiale, violente et brutale, et parfaitement absente des vieillards, qui l’ont perdue. Cette étrange formule constitue donc presque un oxymore
et mérite qu’on s’y arrête.
Mots-clé : Priam – Iliade biè

14Priam or the strenght of age
At the beginning of the Iliad’s third Book, Hector suggests to his brother Paris that he settles the war by fighting Menelas in a duel. The challenge is sent and the Atrid accepts it, on condition that Priam, and not his sons, whom Menelas does not trust, serves as its judge. However, Menelas does not call upon the old king’s wisdow, but asks for « Priam’s strength » : Πϱιάμοιο βίην. That formula sounds strangely when used to describe Priam, as, in Greek, the word βίη means the physical, often martial and violent strength which is entirely absent from old men, who have lost it. It is almost an oxymoron and deserves our attention.
Keywords : Priam – Iliad biè

15Stefano Jedrkiewicz
Ésope et les dieux. Figures divines dans le Roman d’Ésope
Le Roman d’Ésope, anonyme et écrit probablement entre la fin du Ie siècle et le IVe siècle de notre ère, se propose comme la biographie d’un personnage fictif, Ésope. Ce récit est structuré sur un modèle tragique : Ésope, un esclave muet et ignorant au départ, reçoit grâce à un miracle divin des pouvoirs qui en font un sage de réputation mondiale. Par cette évolution paradoxale, il prouve que les « hommes de science » officiels n’ont aucune compétence. Dans la version du Roman, Vita G, qui est particulièrement étudiée ici, Ésope jouit du soutien des Muses, reconnait la souveraineté cosmique de Zeus, et, à un certain moment, s’oppose à Apollon, causant ainsi sa propre mort à Delphes. Toutefois, la lecture attentive des épisode de la Vita G, où Apollon et d’autres personnes divins apparaissent en tant qu’actants, ne mène pas à conclure que cette opposition décrit la lutte d’une « culture populaire » contre une « érudition d’élite ». Ce qui émerge plutôt est la nécessité pour le personnage d’Ésope d’avoir un antagoniste divin dans la personne d’Apollon, afin de parfaire sa dimension héroïque définitive.
Mots-clé : Roman d’Ésope – seconde sophistique – paideia – héros – dieux

16Aesop and the Gods. Divine characters in theAesop Romance
The anonymous Aesop Romance, probably written from the end of the 1st century A. D. to the 4th century A. D. aims at providing a consistent biography of Aesop as a fictitious character by following a tragic pattern. Aesop, initially a speechless and ignorant slave, is empowered by a divine miracle to become a world-famous sage. By this paradoxical achievement, he proves that the institutional « men of learning » are utterly devoid of competence. In the version of the Romance, Vita G, which is specifically discussed here, Aesop enjoys the support of the Muses, recognizes the cosmic sovereignty of Zeus and, at a given moment, antagonizes Apollo, so triggering his own death in Delphi. However, a close reading of those episodes of Vita G, where Apollo and all other divine characters appear as actants, does not lead to conclude that such an opposition describes the struggle of « popular culture » with « elitist erudition ». It rather points to the narrative need for Aesop as a character to have Apollo as an antagonist in order to fully achieve an eventual heroic status.
Keywords : Aesop Romance – Second Sophistic – paideia – hero – divinity

17Maria Cecilia d’Ercole
Arimaspes et griffons, de la Mer Noire à l’Adriatique via Athènes
Créé dans les dernières décennies du VIe siècle, le mythe du combat des fabuleux Arimaspes contre les griffons, gardiens de l’or, apparaît plutôt rarement dans le répertoire figuratif des peintres de vases attiques. Il est d’autant plus intrigant de constater sa présence relativement fréquente au IVe siècle, sur des vases issus d’ateliers attiques très spécialisés, prioritairement exportés vers deux régions distinctes : les côtes de la Mer Noire et les comptoirs de l’Adriatique. Au travers de l’analyse croisée des textes et des attestations iconographiques, cet article s’interroge sur les connexions éventuelles entre ces réseaux d’échange et des formes particulières de représentation de l’espace, qui s’affirment justement au courant du IVe siècle av. J. -C., traçant un axe de communication directe, voire une sorte d’isthme imaginaire, entre ces deux aires méditerranéennes si éloignées entre elles.
Mots-clé : Arimaspes – Mer Noire – Adriatique – Aristeas – réseaux de commerce – représentations spatiales

18Arimaspeans and griffins, from the Black Sea to the Adriatic coasts via Athens
Created during the last decades of the 6th century B. C., the mythical fight of the fabulous Arimaspeans against the griffins, the guardians of gold, is quite rarely represented by Attic vase painters. It is therefore interesting to notice that during the 4th century B. C., the representations of the myth became more frequent in two distant regions, the Black Sea and the Adriatic coasts. Colating the literary and iconographical data, this article explores the possible connexions and overlaps between the Attic trade networks and the rise of a particular vision of space, created during the 4th century B. C., establishing a direct link between these two distant areas of Mediterranean Sea.
Keywords : Arimaspeans – Black Sea – Adriatic – Aristeas – trade networks – representations of space
Pietro Pucci
Les stratégies d’Euripide pour mettre en avant les effets de la pitié
Ce texte analyse quelques passages euripidiens où les personnages sont pris de pitié et de compassion pour les autres et pour eux-mêmes. Euripide emploie ces émotions sur scène comme modèles de la compassion ressentie par le public, et en vue de transformer certaines scènes du théâtre d’Eschyle. Dans le déploiement de la pitié et de la compassion, quelques éléments idéologiques déroutants se font jour : l’intervention absurde et arbitraire des dieux est mise en évidence, alors que se développe l’idée que seule la pitié peut surgir dans l’âme des mortels confrontés au scandale de la condition humaine. La pitié produit des résistances pour faire face à la vie : ainsi, son déploiement horizontal crée de la solidarité. En suspendant les raisons métaphysiques, les personnages peuvent accuser le monde et l’absurdité des dieux et ancrer la réponse aux maux qui les accablent dans une conscience capable de souffrir et d’accepter sa condition malheureuse.
Mots-clé : Euridipe – dieux – pitié – condition humaine

19Euripides’Writing Strategies in Foregrounding the Effects of Pity
This text analyzes some Euripidean passages where the characters feel pity and compassion for the others and for themselves. Euripides uses these emotions as models for the audience, and also aims at changing some scenes from Eschylus’plays. In the deployment of pity and compassion, some provocative ideological elements appear : the nonsensical and arbitrary intervention of the gods, and the sense that pity is man’s only response to the scandal of human condition. Pity produces some form of resistance to cope with the hardship of life : for instance, its horizontal deployment creates solidarity among men. By suspending metaphysical reasons, the characters can accuse the world and the absurdity of the gods and place the answer to their misfortunes in the self both capable of suffering and aware of his miserable condition.
Keywords : Euripides – gods – pity – human condition

20Marco V. García Quintela
La politique phonologique de Platon et le mythe du Protagoras
Le long mythe-logos de Protagoras qui ouvre le dialogue platonicien, n’obtient pas de réponse. Mais les sophistes, interlocuteurs de Socrate à la maison de Callias, sont présentés avec des caractéristiques phonétiques particulières et comme étrangers. Platon présente ainsi le paradoxe d’un discours fait sur et pour Athènes prononcé par des gens qui jamais ne pourront participer de ses institutions. Sous la discussion sur l’arete, le dialogue propose une discussion sur les formes et le sens des discours ainsi que le montrent les 18 occurences du mot phone. Quelques propositions que nous lisons dans la République et dans les Lois, et aussi dans le Cratyles et le Philèbe, montrent l’intérêt que présente, pour Platon, la connaissance et le contrôle de la voix des agents sociaux.
Mots-clé : politique platonicienne – représentation du discours – dialectes grecs – Athènes – sophistes

21The Phonological Politics of Plato and the myth of Protagoras
The long discourse of Protagoras, which opens the platonic dialog, has no response. But the sophists, Socrates’partners in Callias’house, are described with phonic particularities and as foreigners. Plato presents in this way the paradox between a discourse on and for Athens formulated by voices that would never participate in its institutions. Under the discussion on arete, the dialog establishes a discussion on the forms and sense of discourses as it is shown by the 18 times the word phone is used. Some developments in the Republic and in the Laws, and also in Cratylus and Philebus, show the interest that for Plato’s politics has the knowledge and control of the voices of the social agents.
Keywords : Plato’s politics – logos representation – Greek dialects – Athens – sophists

22Benjamin Coseo Perriello
Hermès et l’euexia : note sur la nudité, la jeunesse et la divinité au gymnase
Pendant la fête annuelle des Hermaia, des jeunes gens participaient, dans le gymnase, à l’euexia, un concours de beauté et de forme du corps nu. Dans le cadre de cette fête d’Hermès, l’euexia célèbre les aspects et des caractéristiques qui sont importants aussi bien pour le gymnase que pour son patron divin. Tout comme le corps sain et beau est un signe de vertu civique, le processus par lequel il est atteint est inspiré par Hermès : pendant le temps éphémère de la jeunesse, les athlètes cherchent la reconnaissance dans les concours du gymnase. Euexia ou la bonne constitution physique est étroitement liée à l’idée de l’effort physique, à l’image mythique d’Hermès constituée par les actions, les aspects et les attributs du dieu, opérant dans d’autres domaines.
Mots-clé : Hermès – euexia – nudité – jeunesse – gymnase

23Hermes & the Euexia : A Note on Nudity, Youth, & Divinity in the Gymnasium
During the annual festival of the Hermaia, participants in the gymnasium competed in the euexia, a contest judging the beauty and form of the naked body. As part of the annual festival to Hermes, the euexia celebrated aspects and attributes important both to the gymnasium and to its patron deity. Just as the fit and beautiful body was a sign of civic virtue, the process by which it was attained was inspired by Hermes : in the evanescent period of youth, gymnasts strove for recognition in the contests of the gymnasium. Euexia or physical fitness was closely bound with the idea of exertion and physical effort, mirroring the mythic strivings of Hermes as expressed in a set of actions, aspects, and attributes of the god at work in other fields.
Keywords : Hermes – euexia – nudity – youth – gymnasium

24Charles Delattre
AITIOLOGIA : mythe et procédure étiologique
Le discours contemporain fait généralement de l’étiologie une « recherche des causes » qui partage ses objectifs avec l’histoire scientifique sans en atteindre les résultats. Un examen des pratiques discursives des auteurs antiques permet de montrer que l’étiologie n’est pas à proprement parler un cadre général de pensée, mais repose sur un mécanisme narratif précis qui associe deux volets complémentaires unis par un processus d’identification. L’étiologie, qui fonctionne grâce à la co-présence de ces deux volets, n’a pas pour but de rechercher une cause univoque à un rituel ou un nom, mais construit conjointement un présent et un passé qui existent comme miroir l’un de l’autre. Elle est une sémiologie qui repose sur un principe d’autorité, et non sur la référence au réel.
Mots-clé : étiologie – cause – mythe – ritual – onomastique

25AITIOLOGIA : myth and etiological process
Contemporary discourse generally represents etiology as a « search for causes » that shares its goals with scientific history without reaching its results. An examination of the discursive practices of ancient authors demonstrates that etiology is not exactly a frame of thought, but rather rests upon a specific narrative mechanism that connects two complementary components through an identification process. Etiology, which works because of the co-presence of these two components, does not set out to search a univocal cause to a ritual or a name, but builds a present and a past which exist as mirrors to each other. Etiology is a semiology which rests upon a principle of authority, rather than upon a reference to reality.
Keywords : etiology – causes – myth – ritual – onomastics

CONFÉRENCE LOUIS GERNET :

26Bruno d’Agostino
Aube de la cité, aube des images ?
À la fin de l’époque mycénienne, la Grèce traverse un « long pictureless hiatus », qui embrasse la vaste période comprise entre le XIe et le VIIIe siècle av. J. -C. Cette situation connaît un tournant soudain dans le deuxième quart du VIIIe siècle, quand naît à Athènes, un monde d’images, aussitôt épanoui. Le thème dominant est la mise en scène du rituel funéraire et surtout la prothesis, l’exposition du corps du défunt. Dans la mentalité grecque, il s’agit d’un moment essentiel, dans lequel le statut social du défunt est établi, une fois pour toutes, par les honneurs funèbres qui lui sont réservés. Cette mise en scène concerne un groupe restreint, auquel il était demandé de transmettre le kleos du personnage dans l’espace et le temps. À une époque de transformations sociales, la classe aristocratique ressent le besoin de fixer l’image de ce qui doit être fait pour le défunt, rendant ainsi ses rites visibles pour un corps social plus ample.
Mots-clé : Grèce – Athènes – images – rituel funéraire — société

27Dawn of the city, dawn of the images
After the end of the Mycenean civilisation, the Greek world experiences a « long pictureless hiatus », lasting from the 11th to the beginnings of the 8th century BC. This situation encounters a turning point in the second quarter of the 8th century, when a world of images suddenly appears on geometric vases. The prevailing subject of these pictures is burial, and mainly the image of the prothesis : the mourning around the exposed body of the dead. In Greek mind, this is a crucial event : through the last honours tributed to the deceased, his social role is defined for ever. This performance was reserved to a restricted group, who was in charge to spread his reputation to other peoples and places. In a moment signed by great social transformations, the aristocratic class feels the urge to establish the image of the burial ceremonies ought to deceased, exhibiting his social rites to an enlarged social body.
Keywords : Greece – Athens – images – burial ceremonies – society

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540