Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre premier. L'espace, la ville et les hommes

Chapitre V. La ville et ses transformations au xvie siècle

Texte intégral

1Toutes ces précautions prises, il est temps de gagner la ville, notre ville. De la regarder vivre, de ne plus voir qu’elle.

I. — ASPECT GÉNÉRAL DE LA VILLE

2Alors suivons quelque étranger, accouru de l’Europe lointaine et, un soir, au terme de l’étape, découvrons comme lui la ville d’un regard neuf.

  • 1 Antoine de Lalaing, op. cit., par. XII.

3Ainsi, en 1501, Antoine de Lalaing, seigneur de Montigny, commensal de Philippe le Beau, voit Valladolid comme « la meilleure ville de Castille », de la taille d’Arras, bien pavée, très peuplée, commerçante, remarquable déjà par la beauté de ses monuments : le grand pont sur le Pisuerga, le collège de Santa Cruz, « l’un des plus beaux qu’on puisse voir », plus encore San Gregorio, « le plus beau couvent de dominicains qu’il y ait au monde »1.

  • 2 Laurent Vital, op. cit., par. LX, LXIV.

41517 : Valladolid a grandi. Autre seigneur flamand, Laurent Vital découvre « une ville aussi grande que Bruxelles » quoique les maisons n’y soient pas aussi bien meublées. Lui aussi, il admire les deux célèbres collèges aux belles pierres de grès, « les plus beaux qu’il ait jamais vus ». Mais les pavés des rues n’ont pas tenu : et bien que les rues aient été nettoyées on enfonce jusqu’aux chevilles dans la boue de novembre. La saleté des rues est encore accrue par l’absence de lieux d’aisances auxquels les gens suppléent par des seaux dont ils expédient le contenu sur la voie publique, à la nuit tombée, sans crier toujours le guarda salvateur2. N’en est-il pas de même dans le Paris des Valois et dans presque toutes les villes d’alors ?

  • 3 Andrés Navagero, op. cit., par. 74.

5Des années passent encore : la ville reste boueuse. Ainsi pour Navagero, qui n’en estime pas moins Valladolid « la meilleure ville de Vieille Castille » pour quelques bonnes maisons et belles églises, comme San Benito et San Pablo, pour de très beaux palais, tel celui du comte de Benavente, et, bien entendu, les deux collèges à propos desquels le Vénitien témoigne de la même admiration que les deux Flamands3.

  • 4 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci.

6Un Espagnol ne peut demeurer en reste : Pedro de Medina affirme en 1548: « es villa la más grande, noble y más principal de todas las de Castilla ». Ville tranquille et joyeuse, orgueilleuse de ses belles maisons où vivent quelques-uns des plus grands seigneurs du Royaume et de sa belle Plaza Mayor aux 500 portes et aux 2 000 fenêtres, prétend-il4.

  • 5 Enrique Cock, La Jornada de Tarazona, op. cit., p. 1421, 1422.

7Milieu du siècle : la Cour est partie, définitivement semble-t-il. Cependant, après l’incendie de 1561, une partie importante de la ville est reconstruite selon les normes du nouvel urbanisme, tout de symétrie et de sobriété. Qu’en pensent les nouveaux visiteurs ? Enrique Cock, en 1592, n’en pense guère, qui semble avoir à peine vu le nouveau quartier. Pour lui, Valladolid n’est qu’une « étable à vaches », à côté de Rome, Naples ou des villes flamandes. On marche dans la poussière, on se blesse sur les pierres, on croise des porcs, on récolte poux et puces, si grande est la saleté. Cependant, ce morose censeur admet qu’il est rare de voir tant de maisons d’une hauteur et d’une facture semblables, il veut bien convenir que le collège de San Gregorio est beau ; il loue aussi le monastère de San Benito, découvre quelques maisons seigneuriales dignes de mention5.

  • 6 Camillo Borghèse, Diario de la Relación del Viaje, version espagnole de Juan García Mercadal, op. (...)
  • 7 Tome Pinheiro da Vega, « La Fastiginia », d’après la traduction de Narciso Alonso Cortés, Boletín (...)

8Le nonce du Pape Clément VIII, Camillo Borghèse, est plus indulgent en 1594 et signale nombre d’édifices notables, tout en vantant l’agrément de promenades comme l’Espolón, la Puerta del Campo, le Pré de la Madeleine6. Plus indulgents aussi le Portugais Pinheiro da Vega et, malgré ses critiques, notre Français Barthélemy Joly qui, l’un et l’autre, visitent tout au début du xviie siècle une Valladolid parée à nouveau des fastes de la Cour. L’un et l’autre admirent le quartier neuf, notamment la Plaza Mayor et la rue Platería qui alignent selon une rigoureuse symétrie leurs maisons toutes semblables, hautes de trois étages, leurs balcons, leurs grilles de fer forgé. Le Portugais juge fort agréable la ribera du Pisuerga et le Pré de la Madeleine dont les magnifiques peupliers dispensent de larges ombrages aux jours de chaleur : aussi est-il fort couru par toute la société, seigneurs ou artisans. Notre homme découvre enfin un nouveau site d’une grande beauté : la Puerta del Campo, encadrée d’édifices somptueux. Par contre le Français et le Portugais apportent leur pièce au dossier de la saleté de Valladolid : les immondices encombrent l’Esgueva, la poussière ou la boue ensevelissent les rues malgré le service de nettoyage7.

  • 8 Pedro de Medina, Libro de las Grandezas y Cosas Memorables de España, segunda edición, revista por (...)

9A la fin du xvie siècle, avant que la Cour ne soit revenue pour un lustre à Valladolid, les témoins espagnols débordent de lyrisme. La nouvelle édition des Grandezas de España, revue par Diego Pérez de Mena, publiée en 1595, donne une idée magnifique de Valladolid, « pueblo de encantamiento que a quantos forasteros entran en él, les encanta, y enamora... » : c’est une cité aux rues longues, larges, aux maisons grandes, hautes, d’une belle architecture ; la Plaza Mayor « qui est sans conteste la meilleure et la plus belle de toute l’Espagne et peut-être de toute l’Europe » et le quartier neuf, reconstruit après 1561, « qui surpasse de beaucoup en beauté et en majesté » tout ce que peuvent présenter les autres villes de l’Europe, excitent particulièrement la verve de notre auteur : à plusieurs reprises, il insiste sur l’unité de conception et de construction des maisons de ce quartier, aux portes élevées s’ouvrant sous de larges arcades aux fortes colonnes : les balcons du premier étage s’ornent d’une grille de fer forgé qui court tout autour de la place et au long des rues voisines. La couleur des pierres toujours identique, achève de conférer à ce quartier un caractère unique. Comme plus tard Pinheiro da Vega, Pérez de Mena admire la ribera du Pisuerga, le Pré de la Madeleine et la Puerta del Campo, « espace plat, presque carré, très grand... et beau, entouré de toutes parts par de somptueux édifices parmi lesquels de nombreux temples et des monastères de religieuses fort riches... »8.

  • 9 Dámaso de Frías, « Diálogo en alabanza de Valladolid », Miscelanea Vallisoletana, t. I, p. 224.

10Quant au poète Dámaso de Frías, il délire d’enthousiasme lorsqu’il publie, en 1582, le Dialogue à la louange de Valladolid: reprenant les thèmes traditionnels, il chante en vers de goût italien la ville aux édifices magnifiques : temples, hôpitaux, fontaines, rues, places, Hôtel de Ville, Chancellerie, halles, boucheries, Plaza Mayor, Puerta del Campo (« la plus belle sortie de l’Europe ») ; il exalte le quartier de la corredera de San Pablo où se succèdent, sans discontinuer, les palais seigneuriaux, demeures des Grands d’Espagne ; Dámaso de Frías est même le seul de nos auteurs à louer la propreté de Valladolid : à l’en croire, l’Esgueva nettoie parfaitement la ville, sert à laver le linge, à abreuver le bétail et, grâce à lui, les abattoirs de Valladolid sont les plus propres d’Espagne ; d’autre part, il existe un service de nettoyage doté de voitures et de mulets, contrôlé par les alguaciles de la voirie fort intransigeants9.

11Cette gerbe de témoignages, au fil du siècle, a quelques mérites. Elle permet, par le jeu des comparaisons, d’avancer quelques conclusions :

  • la ville a grandi pendant le xvie siècle : des quartiers neufs apparaissent, tels la Puerta del Campo et le Pré de la Madeleine, encadrés par les constructions nouvelles ;
  • le caractère monumental de la ville s’est fortement accusé à la suite de l’incendie de 1561 et de la reconstruction entreprise selon les principes autoritaires d’inspiration royale ; l’ampleur donnée à certains édifices publics, le grand nombre d’églises et de monastères de vastes proportions élevés à cette époque affirment ce caractère ;
  • la beauté du quartier neuf, celle de certains édifices comme les deux collèges de San Gregorio et de Santa Cruz, l’église du monastère de San Pablo, éclate aux yeux des contemporains, et dans ces cas précis, les étrangers ne se montrent pas moins enthousiastes que les Espagnols ;
  • le mauvais état des rues, boueuses ou poussiéreuses selon la saison, et la saleté générale de la ville, semblent évidents. Le pavement effectué à la fin du xve siècle n’a pas résisté au surcroît d’activité et de trafic qui fut la conséquence du développement urbain.

12Mais il est évident que l’on ne peut se satisfaire de résultats aussi sommaires. Il importe de préciser les étapes de la croissance urbaine à l’aide des documents qualitatifs et quantitatifs dont nous disposons.

II. — L’EXTENSION DE LA VILLE AU XVIe SIÈCLE : POUSSEES DE CROISSANCE ET CONTRACTIONS

13(N.B. — Les pages suivantes exigeront l’utilisation constante du plan de Valladolid qu’on trouvera ci-dessus page 136.)

14Le schéma est le suivant : pendant les six premières décennies du siècle, le développement de la ville a été continu, extrêmement rapide même de 1543 à 1559, c’est-à-dire pendant une période de séjour ininterrompu de la Cour. Après 1559, la conjoncture économique devient extrêmement instable et l’histoire de la ville difficile à suivre dans ses errements successifs, associant périodes catastrophiques et retours de fortune jusqu’en 1606; en cette année fatale, le glas sonne pour Valladolid lorsque la Cour de Philippe III reprend, définitivement, le chemin de Madrid abandonné cinq ans plus tôt. La ville n’est plus alors qu’une coque trop vaste, à demi vide ; des centaines de demeures désertées se dégradent lentement.

La croissance de Valladolid jusqu’en 1559.

  • 10 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 137, fol. 295.

15Mais avant les années difficiles, que de travail pour les bâtisseurs, que de difficultés de logement pour les immigrants. Dans les premières années du siècle, de nouveaux espaces sont conquis par la ville : en 1515, Alonso Nuño de Castro dépose devant le tribunal de la Casa y Corte une demande de licence l’autorisant à donner à rente en lots de terrain à bâtir la huerta et la terre qu’il possède entre les tanneries et le chemin de Medina, c’est-à-dire assez loin hors les murs, au-delà de la Puerta del Campo : pour justifier sa demande, il fait valoir que la ville s’agrandit sans cesse ; la provision interdisant la construction de maisons à l’extérieur de l’enceinte n’est plus observée depuis longtemps : on a construit les tanneries et bien des maisons au-delà des portes de Teresa Gil, de San Juan et de La Magdalena ; maintenant on construit beaucoup dans le quartier de Santa Clara (au Nord). Ses terres ne lui rapportent plus rien, elles sont trop près des maisons, on vole fruits et légumes10. Il est facile de déduire de ce texte la construction d’un nouveau quartier paralèlle au Pisuerga et aux tanneries, selon l’axe de la rue du Sacramento. Mais il faut retenir aussi que l’extension de la ville se fait également vers le Nord (Santa Clara), l’Est (au-delà des portes de La Magdalena et de San Juan), le Sud (au-delà de la porte de Tudela).

16Cependant, c’est entre 1540 et 1560 que l’on peut situer le « boom » de Valladolid : le rythme intense des constructions qui s’effectuent alors a fait surgir de nouveaux pâtés de maisons. Le mouvement s’est opéré de deux façons : par l’utilisation de terrains intérieurs à la ville (huertas de couvents ou de particuliers) et plus encore par la transformation en lotissements de terres ou de huertas situées à la périphérie depuis Santa Clara jusqu’à la Puerta del Campo. Quelques exemples illustreront ces affirmations :

  • A l’intérieur des limites normales de la ville : un quartier a été construit entre la Corredera de San Pablo et le Barrio Nuevo, c’est-à-dire l’ancienne judería qui avait reçu ce nom régénérateur après l’édit d’expulsion de 1492. A cette époque, le Barrio Nuevo comptait au moins 36 maisons de petites dimensions dans les rues Lecherías, Taona, Sinoga. Entre ce quartier et la Corredera, les nouvelles constructions furent édifiées sur une partie de la huerta du monastère de San Pablo, les lots de terrain étant cédés à rente perpétuelle par le monastère : le premier lot fut cédé en 1514, puis revendu en 1524 au comte de Benavente, Don Alonso Pimentel. Mais c’est en 1544 que le mouvement prit de l’ampleur : de 1544 à 1558, 34 lots furent cédés et l’on perça la rue Imperial qui reliait la Corredera au Barrio Nuevo : 18 maisons furent construites à main gauche en partant de la Corredera et 16 à main droite11.

17En 1628, la rue Imperial et ses maisons furent détruites par une grande crue du Pisuerga dont le lit normal était pourtant creusé à quelque 400 m. A cette date, le déclin de Valladolid rendait la reconstruction inutile. Il ne faut donc pas s’étonner que, sur le plan de 1738, le côté gauche de la rue apparaisse presque désert (deux maisons seulement).

  • 12 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 74 à 718 ; Leg. 52, fol. 1212 et 1213.

18De même Diego Mudarra, regidor de Valladolid, après avoir obtenu une licence royale, nécessaire car la huerta faisait partie de son majorat, pour transformer ce verger en terrains à bâtir cédés à des bourgeois dont il tira une rente substantielle, grâce à l’emplacement de sa huerta dans un quartier résidentiel, entre la rue de Francos et la place du Duc ; entre 1553 et 1556, il céda au moins neuf terrains à des bourgeois (licencié, docteur...)12.

  • 13 A.H.P.V., Leg. 48, fol. 139 à 147 ; Leg. 55, fol. 64, 74, 132, 158, 166, 498, 508...

19Dans le voisinage, le monastère cistercien de Santa María de Belén obtint une licence du visiteur de l’Ordre pour transformer en lotissements la huerta qu’il possédait entre le collège de Santa Cruz et la place du Duc. De 1552 à 1559, le couvent céda au moins 35 lots selon le principe traditionnel de la rente perpétuelle, à des prix qui ont fortement monté entre ces deux dates13.

  • A la périphérie, dans les paroisses dites « extra-muros », le mouvement a été encore plus soutenu comme le démontreront les quelques exemples suivants :
  • 14 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 98 à 119.
  • 15 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 688 ; Leg. 48, fol. 53.
  • 16 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1186.

20Dans la paroisse de San Pedro, quartier de Santa Clara, la veuve Juana de Trigueros cède, en 1544, sept lots pris sur sa huerta, située entre le chemin de Cabezón et celui de Castronuevo14. Dans le même quartier, une autre huerta, celle de Juan de Revilla, a été conquise par les bâtisseurs à partir de 1550 sans que je puisse indiquer le nombre de maisons construites sur cette huerta15. Au Nord-Ouest de la ville, sur la rive droite du Pisuerga, Don Antonio et Don Álvaro de Luna ont fait de leur terre un lotissement, après licence accordée par la « Justice » de la ville16.

  • 17 A.H.P.V., Leg. 46 et 47 pour la première huerta; Leg. 49, fol. 96 et 767 ; Leg. 51, fol. 1296 ; L (...)

21Toutefois, c’est surtout, semble-t-il, dans les paroisses méridionales, celles de San Andrés et de Santiago que la ville a poussé les avances les plus audacieuses, gagnant d’assez vastes espaces à la construction. Ce fut le cas de la huerta des Pesquera divisée en 37 terrains cédés de 1548 à 1551: cette huerta était située entre l’église de San Andrés, les rues des Zurradores et des Labradores et l’Esgueva. Les Pesquera cédèrent ensuite dans les mêmes conditions leur terre de La Cruz située au-delà de l’Esgueva, dans le prolongement de la huerta entre les chemins de Boecillo et de Laguna ; cette terre donna 62 lots baillés à rente entre 1553 et 1559. Le partage des rentes effectué en 1559 entre les deux frères assurait à chacun d’eux un revenu annuel de 26 000 maravédis, évidemment supérieur au revenu agricole et obtenu désormais sans effort17.

  • 18 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 416 à 926 (premier et dernier contrats).
  • 19 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 1348 et suiv.
  • 20 A.H.P.V., Leg. 52, fol. 364 à 368.

22D’autres propriétaires suivirent l’exemple d’Andrés et de Pedro de Pesquera : tel un de leurs parents, Juan de Pesquera, qui possédait une huerta dans le prolongement de la rue des Zurradores et qui en tira douze lots en 155218; le monastère de Sanctispiritus transforma les aires à blé qu’il possédait à l’extérieur de la porte de San Juan en lisière du chemin de Renedo, cédant au moins onze terrains en 155419; dans le voisinage, Cristóbal Calvo fit subir pareil sort à la « Terre des aveugles » qu’il avait reçue en emphytéose de l’église de La Antigua : cela en 1555, sans qu’il me soit possible d’évaluer le nombre des lots fournis par cette terre20.

  • 21 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 688 à 854 ; Leg. 51, fol. 1325.

23Enfin, dans la paroisse de Santiago, Andrés de Fuensaldaña possédait une huerta particulièrement bien située, en bordure du chemin de Laguna, à proximité de la Puerta del Campo, sur l’emplacement actuel des rues du Candil et du Perú. Il en tira un bon revenu en la divisant en terrains qu’il céda à partir de 1553: sept au moins, et probablement beaucoup plus21.

  • 22 Filemón Arribas Arranz, El incendio de Valladolid en 1561, Valladolid, 1960, p. 16.

24Ce sont donc plusieurs centaines de maisons dont la construction a été commencée et souvent achevée pendant ces quinze ans. Il est certain, en effet, que les cas examinés ont seulement valeur d’exemples : car presque tous les éléments que nous apportons ici proviennent de l’examen des livres d’un seul notaire, Antonio de Cigales, dont la clientèle était particulièrement nombreuse et qui s’était spécialisé dans ce genre d’opérations, il est vrai. L’étude de tous les notaires durant cette période pourrait seule permettre de fixer définitivement et avec précision l’ampleur de la croissance de Valladolid à cette époque, la plus faste peut-être de son histoire. D’ailleurs le docteur Burgos de Paz, cité par Don Filemón Arribas, affirmait que de 1551 à 1557, 800 maisons avaient été construites entièrement et beaucoup d’autres commencées22.

  • 23 A.R.C.V., Libro de Acuerdos, 1549 à 1560, fol. 67.

25Au reste voici un dernier témoignage : on lit dans le Recueil des Décisions de la Chancellerie le texte d’une requête formulée par le Conseil de la Ville, en 1552: selon ce texte, la ville s’agrandit chaque jour et l’on a construit dans les faubourgs, hors les murs, des maisons muy principales. La Municipalité souhaiterait détruire les vieilles enceintes afin d’utiliser les surfaces ainsi libérées et celles du chemin de ronde pour construire de nouvelles maisons. On donnerait ces terrains à rente perpétuelle : avec l’argent ainsi fourni et celui d’un emprunt, on élèverait alors une nouvelle enceinte englobant toute la ville. Partant du monastère de Sanctispiritus pour aboutir au Puente Mayor, l’enceinte aurait absorbé tous les nouveaux quartiers : Tanneries, Puerta del Campo, faubourgs de San Juan, Santiesteban, Santa Clara, Pré de la Madeleine. Le tracé proposé montre qu’en 1552, plusieurs années avant le maximum de 1560, la ville avait des dimensions au moins égales à celles qui apparaissent sur le plan de 1738; mais la densité de l’habitat était très supérieure (rappelons l’exemple donné plus haut à propos de la rue Imperial)23.

Le déclin de la ville.

26En octobre 1559, la Cour quitte Valladolid d’abord pour Tolède, puis pour Madrid choisie par Philippe II aux dépens des vieilles cités pour devenir la nouvelle capitale. Décision extrêmement préjudiciable à Valladolid quoi qu’en aient prétendu les historiens locaux soucieux de ménager en Philippe II un de leurs plus illustres concitoyens. En tous cas, la décision du Roi a brutalement arrêté l’expansion urbaine, ininterrompue depuis le début du xvie siècle et accélérée au cours des quatrième et cinquième décennies. A la fièvre de construction et de spéculation immobilière observée jusqu’en 1559 succède un mouvement d’abandon qui atteint surtout les quartiers construits entre 1544 et 1559, les plus excentriques il est vrai ; ce mouvement pourrait être deviné à partir de la courbe des loyers urbains en hausse continue avant 1560, horizontale ou descendante ensuite au moins jusqu’en 1580 malgré l’incendie de 1561. Mais nous disposons de documents extrêmement précis qui permettent de mesurer l’ampleur de la construction urbaine :

  • Le recensement de 1561, effectué avant l’incendie, relève 6 572 maisons parmi lesquelles 800 sont signalées comme vides (yermas). Certes, dans ce total interviennent des yermas huertas, c’est-à-dire des terrains non bâtis, mais leur nombre est relativement faible. De plus, il est symptomatique que les yermas soient très nombreuses dans les zones qui avaient été bâties à partir de 1545: ainsi le faubourg du Puente Mayor (paroisse de San Nicolás) est-il en grande partie abandonné en 1561; sur les 49 yermas de la paroisse, 48, dont 12 yermas huertas, sont situées dans ce faubourg. San Andrés compte 182 yermas sur 869 maisons, San Juan 99 sur 446, La Magdalena 42 sur 257 (dont 22 dans le faubourg), San Pedro 62 sur 406: il s’agit là de paroisses excentriques et la proportion des maisons ou terrains abandonnés est très supérieure dans ces zones à la proportion moyenne (12,1 %).
  • 24 Les calculs ont été effectués à partir du « Memorial de los vezinos y moradores desta muy noble y (...)

27D’autre part, la moitié des 123 maisons abandonnées dans la paroisse de Santiago étaient situées dans le quartier de Santa Maria, c’est-à-dire la Moreria où vivent beaucoup de nouveaux-chrétiens, artisans du bâtiment. On est tenté de croire à l’exode d’un grand nombre de ces gens24.

  • L’enquête de 1575 à laquelle deux paroisses font défaut (San Martín et San Llorente) recense 578 maisons inhabitées. Ce nombre, inférieur à celui de 1561, pourrait laisser croire à une reprise. En réalité, il n’en est rien comme le prouvent les observations suivantes :

28L’incendie de 1561 a détruit 440 maisons situées dans le centre. Or, en 1575, la reconstruction du quartier sinistré n’est pas entièrement terminée.

29L’enquête de 1575 ne concerne que des maisons achevées ou en construction et néglige les terrains, yermas huertas incluses dans la statistique précédente.

30Un certain nombre de maisons neuves sont vides ; pour d’autres les travaux ont été abandonnés alors qu’ils étaient assez avancés et les choses sont restées en l’état. Quelques exemples : 5 maisons neuves de la Plaza Mayor et 4 de la Platería, une des rues les plus prestigieuses de la ville, sont vides ; il en est de même à San Miguel où 5 maisons en cours de reconstruction sont demeurées inachevées, 2 maisons de la Ropería en étant au même point ; des rues très importantes comme Olleros et Santiago comptent respectivement 7 et 4 maisons vides ; dans la rue de la porte de San Juan 2 maisons, dont les travaux avaient débuté avant le départ de la Cour, n’ont jamais été terminées : il en reste deux façades mortes avant d’avoir vécu, des portes béantes découpant des rectangles de ciel. Même chose pour 6 autres maisons situées dans le faubourg de La Magdalena. Dans le Barrio Nuevo et la rue du Pont (paroisse de San Nicolás) où le peuplement restait dense en 1561 (pas de yerma), il y a 19 maisons vides en 1575 et autant dans la rue des Labradores, encore très peuplée en 1561. Quant au faubourg de Santa Clara, il s’est pratiquement vidé de toute substance humaine : il compte alors 51 maisons abandonnées. Le quartier de Santa Maria, avec 44 maisons désertes dont plusieurs en ruines (hundidas), est lui aussi à l’agonie.

  • 25 Chiffres établis à partir de l’enquête de 1575, A.G.S., Consejos y Juntas •de Hacienda, Leg. 95.

31Au total, les paroisses périphériques de San Ildefonso, Santiago, San Andrés, San Juan, La Magdalena, San Pedro et San Nicolás (du Sud au Nord) groupent 451 maisons inhabitées sur 578. Il est donc évident que l’exode a surtout affecté les zones en expansion avant octobre 1559; mais les quartiers les plus traditionnels, les plus recherchés, ont été touchés eux-mêmes. Les curés, dont les interrogatoires ont été versés au dossier de cette enquête, confirment l’ampleur du mouvement d’abandon : ils déplorent l’émigration de nombreux artisans, le manque de travail, le chômage, la misère effroyable dans laquelle sombre la ville. Une fois de plus, il apparaît que la vie de cet organisme urbain, ses croissances et ses maladies, dépendent étroitement du phénomène politique. Une ville se meurt de n’être plus capitale. Elle se meurt ou, plus exactement, elle s’adapte, péniblement, douloureusement, à une situation nouvelle. Car Valladolid, de 1580 à 1600, n’a rien d’une ville morte25.

  • 26 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7 : parroquias de San Andrés, San Ildefonso.

32Seul signe contraire : en mai 1562 il est question de 155 terrains à bâtir à tirer au sort : ils sont distribués tout autour du chemin de ronde de Santa Clara à la porte de Santiesteban. Mais, à mon sens, cette initiative suit de trop près l’incendie de 1561 pour n’être pas décision de circonstance : il s’agit probablement de remédier à la pénurie de bonnes maisons provoquée par le sinistre. Au reste, chez les notaires, rien qui rappelle la recherche effrénée de terrains d’avant 1560. Seul, le quartier de la Puerta del Campo s’étend toujours par suite du développement des bâtiments conventuels. Mais, sur les marges de San Andrés et de San Ildefonso, 100 ou 150 familles de journaliers misérables et de morisques déportés du royaume de Grenade habitent de pauvres cabanes élevées sur des terrains abandonnés26.

33Pourtant, après 1578, nous croyons à un renouveau de Valladolid, à une reprise au moins partielle de l’espace urbain déserté à partir de 1560. Les signes démographiques et économiques, ces mêmes signes qui confirment pleinement les propositions que nous avons formulées pour 1500-1559 et 1560-1575, témoignent en ce sens : la courbe des naissances, celle des loyers, remontent ; la reprise économique est évidente. Il manque, pour mesurer l’ampleur du phénomène, des documents quantitatifs d’une valeur égale à ceux dont nous disposions pour les époques antérieures. Seul, en tout cas, le second départ de la Cour en 1606, irrémédiable cette fois, ouvrira la crise définitive.

III. — L’INCENDIE DE 1561 ET LA RECONSTRUCTION

341560: la Cour s’en est allée (bis repetita...). Juin-juillet 1561: la ville a perdu nombre de ses habitants, le recensement l’indique. Tant de maisons se sont fermées sur le silence et la nuit ! Dans les quartiers périphériques, les équipes de charpentiers, de maçons ou de couvreurs ont déserté les chantiers, abandonné leur ouvrage inutile. Le travail va manquer aux gens du bâtiment ; qu’ils s’en aillent donc ailleurs, à Madrid par exemple ! Charpentiers mis à part, ils sont étrangement peu nombreux sur les listes du dénombrement de 1561. Une ville va se fossiliser, conserver pour les âges futurs une momie du premier xvie siècle. Tout est dit.

3521 septembre 1561: à la suite d’une imprudence, l’incendie se déclare dans la maison de Juan Granada, orfèvre, habitant la rue Platería : très vite propagées par un vent violent soufflant de l’Est, les flammes détruisent en six heures la célèbre rue, puis gagnent vers l’Ouest. Malgré les efforts de toute la population, renforcée par les religieux de tous ordres dont certains, comme les bénédictins, renoncent, en la circonstance, à leur clôture, le feu fait rage près de 48 heures, dévastant les rues de Cantarranas, la Joyería et la Ropería, la rue Empedrada, la Cerería, une grande partie de la Plaza Mayor enfin.

  • 27 Filemón Arribas Arranz, op. cit., p. 17.
  • 28 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 416, fol. 3.

36Tous les historiens locaux ont raconté cet incendie avec force détails, mais c’est Filemón Arribas qui a su étudier avec le plus de précision la propagation du sinistre et les ravages qu’il a exercés dans les différentes parties de la zone incendiée : Filemón Arribas a pu établir que cette zone groupait au total 670 maisons27. Or, le feu a détruit 440 maisons, soit environ les deux tiers du quartier. Ainsi une des parties les plus importantes de la ville a disparu : le quinzième des maisons environ, mais parmi elles beaucoup des constructions les plus vastes, abritant plusieurs familles, comme il est facile de s’en rendre compte en considérant le dénombrement de 1561, effectué rue par rue. De plus, ce sont quelques-uns des hauts lieux de la vie de la cité (la Plaza Mayor), de l’industrie et du commerce vallisolétains (la Platería, l’Especería) qui ont été touchés. Il ne peut donc être question, comme le note lucidement F. Arribas, d’utiliser les maisons vides et de se résigner à la destruction définitive du quartier : un grand œuvre se propose aux bâtisseurs bientôt débordés, au point qu’on embauchera un personnel aux compétences douteuses ; beaucoup, qui n’ont reçu aucune formation en ce sens, se découvrent une vocation spontanée de plâtriers (yeseros) ou de maçons (albañiles), et s’établissent comme tels sans avoir reçu la bénédiction des gens de la corporation ; des maisons mal bâties s’effondrèrent, faisant morts et boiteux ; à tel point qu’on se décida finalement à rédiger et à promulguer des ordonnances pour les maîtres de yesería et albañería, assujettisant les candidats à un examen sérieux, assorti de travaux pratiques nombreux et variés ; mais cela en 1583 seulement, lorsque la reconstruction fut achevée, lorsque le besoin de main-d’œuvre fut moins pressant : entretemps, une ville neuve était née au cœur même de l’ancienne28.

  • 29 Filemón Arribas Arranz, op. cit. Quant au « Libro de facultades para la traza y reedificación de V (...)

37Une ville neuve, conçue selon des idées neuves, selon un plan grandiose dont la réalisation créa un ensemble architectural alors unique en Espagne, mais que les matériaux utilisés (la brique, la brique crue parfois, le plâtre) n’ont pu conserver jusqu’à nous malgré leur armature de pierre. L’intervention du Roi fut décisive en cette occasion : ce sont Philippe II, Francisco de Salamanca, l’architecte auquel il fit appel, le docteur Gasca, premier commissaire au plan (juez de la traza) qui imposèrent leurs conceptions ambitieuses aux intérêts lésés : ceux de consommateurs, c’est-à-dire de tous les habitants de Valladolid, menacés d’un long enchérissement des denrées alimentaires par la sisa, taxe destinée à financer l’opération ; ceux des propriétaires de terrains, ou même de maisons, expropriés pour les nécessités de la reconstruction. La ville dépêcha plusieurs missions à Madrid pour obtenir le renoncement du Roi aux plans prévus : en vain ! Le souverain dota au contraire son commissaire au plan et la Municipalité de Valladolid chargée de l’exécution des travaux, de tout un appareil législatif dont les éléments, dispersés aux archives municipales (encore que la plupart se trouvent dans le « Livre du Plan ») ont été réunis par Filemón Arribas : obligation d’exécuter le plan et les modèles conçus par Francisco de Salamanca, possibilité d’exproprier, moyennant juste indemnité majorée de 5 %, les terrains et les maisons nécessaires à l’édification du nouvel Hôtel de Ville, à l’élargissement et à l’alignement de la Plaza Mayor et des rues, avantages financiers aux particuliers reconstruisant leurs maisons selon les normes du plan, possibilités d’emprunt pour la Municipalité et les particuliers, droits de réquisition des charrettes nécessaires au transport des matériaux, ordres de fournitures de bois, pierres, chaux, aux villages environnants, prorogations successives de la sisa destinée à financer les travaux, etc.29.

38Dès le 19 mars 1562, dans la provision qu’il délivra à propos de la reconstruction, Philippe II avait pris les plus importantes de ces dispositions tout en exposant ses intentions : il s’agissait de profiter de l’occasion, non seulement pour reconstruire ce qui avait été détruit, mais encore pour que « se ennobleza y acresciente esta villa ». Il fallait faire d’une ville médiévale, aux rues étroites et tortueuses, une cité moderne et belle : pour cela adopter le principe d’uniformité ; appliquer les mêmes mesures de largeur pour les rues, de hauteur pour les maisons ; exécuter portes, fenêtres, balcons sur le même modèle ; utiliser le même matériau.

39Les travaux furent réalisés pour l’essentiel de 1562 à 1576: à cette date, seules quelques maisons de la Lonja et de la Cerería restaient à construire. On ne ménagea ni la peine, ni l’argent, pour atteindre les objectifs : on démolit les maisons de la Plaza Mayor et de la Rinconada qui avaient été épargnées par l’incendie afin de sauvegarder l’harmonie du futur ensemble architectural ; on expropria et on jeta à bas, pour élargir les rues et en percer d’autres, certaines maisons de la rue Cantarranas, de l’Azoguejo, et même la demeure du comte d’Osorno dans la rue Francos ; on supprima dans le même but les moulins de San Benito ; on ouvrit également un passage conduisant de Cantarranas à la Platería ; on créa une place entièrement nouvelle, celle de l’Ochavo, ainsi nommée en raison de ses huit côtés : quatre rues et quatre éléments de façades. De cette place, la vue découvrait de tous côtés les harmonieuses perspectives offertes par le développement des rues reconstruites. On décida, pour assurer la solidité des nouveaux édifices, de leur donner des assises et des angles en pierre de taille, et on obligea ceux qui bâtissaient des maisons neuves en dehors du quartier reconstruit à se conformer au modèle général, quitte à condamner les contrevenants à la démolition de leur édifice.

  • 30 Juan Ruiz de Zelada, Estado de la Bolsa de Valladolid, Valladolid, 1777, B.N.M., U. 7901.
  • 31 Barthélemy Joly, op. cit.

40La gestion financière de cette grande entreprise a sans doute été fort imparfaite, comme le démontre un curieux traité du xviiie siècle, intitulé La Bolsa de Valladolid30. Comme plus tard lors des grands travaux de Paris, comme en bien d’autres lieux du monde, le prix payé à certains propriétaires de terrains expropriés fut très probablement excessif, au point de provoquer les réactions inquiètes de Philippe II. Mais la réussite technique et esthétique fut complète. Nous avons déjà vu que le quartier reconstruit avait trouvé grâce devant le féroce Enrique Cock. Barthélemy Joly, pour sa part, qui jugeait Valladolid une ville « mal faite », admira la Platería et la Plaza Mayor dont il assurait qu’elle était une des plus belles places de l’Europe, avec ses maisons toutes pareilles et les quatorze rues qui convergeaient vers elle31. Rappelons encore les descriptions enthousiastes d’un Dámaso de Frías et d’un Diego Pérez de Mesa, confirmées par la romance de 1606 :

« Veo su gallarda plaza
Que es paraíso en la tierra. »

  • 32 Juan José Martín González, op. cit., p. 259 à 260.

41Juan José Martín González a apprécié avec beaucoup de finesse et de lucidité le sens profond de ce nouvel urbanisme marqué du sceau herrérien qui annonce les temps du baroque : « L’avènement définitif du système rectiligne moderne, se substituant, comme dans la maison, à la typique disposition mudéjar, éclate dans la deuxième moitié du xvie siècle, quand l’art herrérien, dépouillé, à fondement classique mais dont le sens est pleinement national, impose la symétrie en architecture...32. Les différences de hauteur et de direction disparurent et l’on adopta une symétrie rigoureuse. Les arcades y contribuèrent... car disposées en longues files, comme des rues couvertes, elles unissaient tous les édifices. Les hautes colonnes correspondent aux pilastres pris dans le mur et soutiennent avec ceux-ci le premier étage à l’aide d’une charpente... Les édifices renoncèrent à leur isolement et s’unirent en un faisceau d’énergies, la Plaza Mayor apparaissant comme la cour d’un gigantesque Escurial que coiffaient les murs de l’Hôtel de Ville herrérien. » Déjà, comme l’observe cet auteur, se révélait l’idéal baroque soucieux d’uniformiser les lignes, d’abolir les particularismes, d’ordonner le chaos et de dominer les masses. Le quartier reconstruit de Valladolid, c’est, en dernière analyse, la solution espagnole de l’urbanisme des Temps Modernes. Et il est certain que la Plaza Mayor de Valladolid va servir de modèle aux grandes places construites en Espagne au xviiie siècle.

  • 33 Ibid., p. 263.
  • 34 Federico Wattemberg, op. cit.

42Cependant, le nouveau style n’a pas rompu totalement avec les traditions de la ville hispanique. C’est là une des plus fines remarques de Martin González33. Les architectes d’inspiration herrérienne ont conservé à Valladolid le goût pour les espaces fermés légué par les musulmans et marqué par le grand nombre de corrales, tout en adaptant cette mode à des fins précises. Ainsi, la nouvelle rue Platería s’offre aux regards parfaitement droite, toujours identique à elle-même, afin de diriger la vue vers la façade de l’église de La Cruz érigée perpendiculairement tout au bout de la rue tandis que deux artères latérales, longtemps invisibles en perspective, débloquent finalement la rue. L’inspiration religieuse est évidente : il faut imposer à tous moments la présence bienfaisante de l’Église. Si l’on sait que l’église de La Cruz a tenu un grand rôle dans les processions de la Semaine Sainte valliso-létaine, il est clair que toutes mesures ont été prises pour faire de Valladolid, selon la belle expression de Federico Wattemberg, « la première cité monumentale à caractère processionnel »34.

43Ainsi, placée dans le vieil écrin qui se régénère à son contact, une ville neuve a surgi, modifiant et parfois bouleversant les directions traditionnelles de ses axes urbains. Mais les limites atteintes en 1560 ne seront plus dépassées, sauf tout à fait localement autour de la Puerta del Campo, jusqu’au xxe siècle. Peut-être alors est-il possible maintenant de fixer le plan de cette ville en transformation perpétuelle au cours de ce siècle.

IV. — PLAN, LIMITES ET DIMENSIONS DE LA VILLE

44Les limites de la ville vers 1560, ou encore vers 1580-1590, sont à peu près, comme il a déjà été dit, celles qui apparaissent sur le plan de 1738. Bâtie sur la rive gauche du Pisuerga, sur le cône de déjection de l’Esgueva divisé en plusieurs bras, la ville a alors la forme d’un trapèze irrégulier : la base occidentale, de 1 150 m environ, est approximativement parallèle au Pisuerga et va de l’embouchure du bras Sud de l’Esgueva (Sud-Ouest) au Puente Mayor (Nord-Ouest). La base orientale, plus développée (1 500 m), s’allongeait de la porte de Santa Clara (Nord-Est) à l’emplacement occupé sur le plan 1738 par la porte de Tudela (Sud-Est). L’espace délimité par ces quatre points enfermait presque toute la ville et laissait seulement à l’écart trois ou quatre faubourgs peu étendus.

45Cependant les limites de la cité étaient d’une netteté fort inégale selon que l’on considérait les différents côtés de ce trapèze :

46A l’Ouest, les deux Espolones (l’ancien et le nouveau) fermaient la ville suivant une direction légèrement oblique par rapport au Pisuerga dont ces promenades s’écartaient progressivement du Sud au Nord (de 20 à 150 m). Seul, pour des nécessités techniques, le quartier des Tanneries, situé à l’extrême Sud-Ouest, était nettement en bordure du fleuve. Entre les Espolones et le fleuve se trouvaient des riberas et des prés. Encore faut-il observer qu’aux abords des Espolones s’élevaient surtout les bâtiments conventuels séparés des Espolones par leurs jardins et leurs vergers : la marge de sécurité était donc assez importante.

47Au Nord, la ville était à peu près limitée par la rondilla de Santa Teresa qui était franchement orientée de l’Ouest à l’Est. Cependant le quartier de Santa Clara formait une importante excroissance au Nord-Est.

48On peut considérer que le bras méridional de l’Esgueva au cours sinueux dessinait le bord Sud de la ville dont les dernières maisons restaient prudemment à l’écart de la rivière. Ainsi, le cours de l’Esgueva marquait le terme des rues des Labradores et des Zurradores percées aux xve et xvie siècles ; puis il remontait vers le Campillo et, suivant le tracé de l’actuelle rue Miguel Iscar, il aboutissait à la Puerta del Campo avant d’aller rejoindre le Pisuerga.

49Trois quartiers d’un développement inégal s’étaient cependant construits au-delà de l’Esgueva au cours du xvie siècle : le premier dans le prolongement de la rue des Zurradores sur la terre de La Cruz qui s’était bâtie après 1545; le second, plus important, le long de l’actuelle Acera de Recoletos où se construisirent plusieurs couvents (couvent augustin des récollets, couvent franciscain de Jesús María, et couvent dominicain du Corpus). Enfin, le troisième déjà signalé était le quartier des Tanneries le long du Pisuerga.

50La limite orientale de Valladolid était de beaucoup la plus floue. Ainsi, le Pré de la Madeleine traversé par la branche Nord de l’Esgueva s’insinuait entre la partie Sud du quartier de Santa Clara et la partie Nord du quartier de San Juan qui représentait la zone la plus orientale de la ville ; un espace vert séparait ainsi ces deux quartiers assez denses.

51Les dimensions atteintes par Valladolid selon les différents axes étaient alors les suivantes :

  • 1 900 m du Sud-Est au Nord-Ouest (de la porte de Tudela à la porte del Campo).
  • 1 640 m du Sud-Ouest au Nord-Est (de la porte del Campo à la porte de Santa Clara).
  • 1 600 m de l’Est à l’Ouest (de l’extrémité de la rue de Renedo au terme de la rue de los Molinos, près de l’embouchure Sud de l’Esgueva).

52Telles étaient donc les limites et les dimensions de Valladolid à l’apogée de sa modernité. Dans l’espace ainsi déterminé les constructions se sont-elles réalisées, au cours des siècles, selon certaines orientations précises ou en toute confusion ?

53Le premier coup d’œil donne l’impression d’une croissance totalement anarchique. Mais ne nous en tenons pas à cette constatation négative. En fait, comme l’ont noté Juan José Martin González et Federico Wattemberg, il est possible de découvrir dans le plan du xvie siècle certaines orientations dues aux circonstances historiques ou à des conditions topographiques particulières. Ainsi, le noyau originel constitué au xie siècle entre deux bras de l’Esgueva, disparus depuis, s’était formé selon un plan radio-concentrique, habituel aux villes de l’Europe médiévale : les rues rayonnantes, percées à partir du centre où s’élevait le premier sanctuaire, l’église San Pelayo, marquaient des sinuosités parallèles à celles du cours de l’Esgueva. Au xvie siècle, le quartier de San Miguel gardait encore le souvenir de ce plan primitif, certaines rues comme celle de San Julián, de la Cuadra, de las Damas, dessinaient une circonférence approximative autour de la place San Miguel, selon les contours de la première enceinte.

54A partir de ce noyau primitif la ville s’agrandit dans le cadre d’un polygone marqué par les églises de Santiago, San Lorenzo, San Miguel, San Julián, La Antigua et l’Église Majeure : dans ce cadre, la Plaza Mayor, créée tardivement, était nettement excentrée vers l’Ouest, comme elle l’est restée. Mais autour de ce polygone on peut observer l’existence d’auréoles concentriques plus ou moins parallèles au bras Sud de l’Esgueva, ces auréoles étant recoupées par des rues perpendiculaires : ainsi l’auréole la plus proche de l’Esgueva, était marquée par les rues de Zúñiga, du Verdugo, de la Mantería, Real de Burgos, de San Juan ; au Nord de cette auréole et même de la Plaza Mayor, une autre auréole était jalonnée par la place de la Rinconada, l’Ochavo, la Fuente Dorada, la rue des Orates, la rue de la Cárcava, la rue de Pedro Barrueco, la place du Duc et les deux rues de La Magdalena. Les éléments perpendiculaires, constitués notamment par les rues de Olleros, de Teresa Gil, Herradores, mettaient en communication les deux courbes ainsi définies : l’essentiel de cette disposition se retrouve dans le plan actuel de Valladolid.

55La partie Nord de la ville paraît avoir échappé aux sollicitations du cours de l’Esgueva comme à toute idée directrice précise. C’est ainsi que les deux quartiers de Santa Clara et de San Nicolás se sont construits de manière autonome et sans référence aucune aux orientations dominantes des rues de la cité, comme d’ailleurs à l’extrême Sud le beau quartier du Campo Grande. En définitive, la présence des bras de l’Esgueva dont les tracés ont changé au cours des siècles a interdit à la ville de se construire autour d’un axe de symétrie (ou de plusieurs).

56Par contre, la ville limitée vers l’Ouest par le Pisuerga et par les vastes espaces occupés par les premiers établissements monastiques, s’est étendue sans cesse vers l’Est et vers le Sud : ainsi, du Nord-Est au Sud-Est, se succèdent les quatre paroisses de San Pedro, de La Magdalena, de San Juan et de San Andrés, paroisses à demi suburbaines qui sont d’ailleurs les plus pauvres de la ville. Dans la seconde moitié du xvie siècle c’est surtout vers le Sud que progressent les faubourgs et c’est dans cette zone qu’est créée alors la seizième paroisse de Valladolid, celle de San Ildefonso. Ainsi, les quartiers populaires, auxquels on peut ajouter San Nicolás au Nord-Ouest, dessinent du Puente Mayor aux Tanneries une longue courbe seulement interrompue aux alentours de la Puerta del Campo.

57Le quartier conventuel se situait nettement dans la partie occidentale de la ville. Sur les 47 couvents d’hommes et de femmes figurant sur le plan de 1738, et dont la grande majorité existait déjà à la fin du xvie siècle, dix-neuf étaient à l’Ouest d’un axe Puerta del Campo-Platería et douze au Sud-Ouest de l’Esgueva dont dix autour du Campo Grande. Les deux tiers des monastères étaient donc situés nettement à l’Ouest. Il serait presque possible, en simplifiant beaucoup, de distinguer de l’Ouest à l’Est trois villes successives : une cité conventuelle et résidentielle, un centre administratif, artisanal et commercial, enfin une banlieue de pauvres et de paysans.

V. — MAISONS ET ÉDIFICES

58Il s’agit maintenant d’esquisser dans une première approche le portrait des constructions édifiées à l’intérieur du cadre urbain dont nous venons de déterminer les limites, les dimensions et le plan d’ensemble.

  • 35 Bartolomé Bennassar, « Medina del Campo. Un exemple des structures urbaines de l’Espagne au xvie s (...)

59Le recensement de 1561, effectué trois mois avant le grand incendie, fournit une première image de Valladolid en ce temps : « ville basse, conglomérat de petites maisons particulières... », pour reprendre les termes que j’utilisais il y a quelques armées dans un article relatif à la ville voisine de Medina del Campo35. Sur 5 772 maisons occupées, 5 173 n’étaient habitées que par une famille ; 77,9 % des vecinos étaient logés dans des maisons particulières (75,9 % à Medina) ; 427 maisons abritaient deux chefs de famille, 172 seulement trois ou davantage. Les grands immeubles étaient relativement rares : un pour douze familles, un pour onze, un pour dix, un pour huit, deux pour sept, trois pour six, sept pour cinq. Tous ces immeubles se trouvaient dans les paroisses du centre (El Salvador, La Antigua, Santa Maria, Santiago, San Miguel). Comme à Medina aucune des paroisses périphériques ne possédait une seule maison abritant plus de cinq familles, ce qui accusait le caractère semi-rural de ces paroisses.

  • 36 L’examen du document de 1561, cité par la note 1, p. 145, permet de localiser les édifices importa (...)

60Nombre de casas principales, certaines des plus belles parmi les maisons de la ville avant 1561, ne logeaient qu’une famille de la bourgeoisie ou de l’aristocratie. Mais je ne crois pas que cela modifie sensiblement les proportions indiquées ci-dessus car plusieurs veuves ou pauvres et pauvresses réunissaient leurs misères dans une des petites maisons marginales : le document utilisé ici l’établit de manière irréfutable. Ainsi, sur les frontières de la ville, au Nord, à l’Est, au Sud, une poussière de maisons de terre distribuées en ordre lâche, comme le prouve le grand nombre de yermas relevées dans le recensement ; au centre et à l’Ouest par contre, Valladolid affirmait sa réalité urbaine par ses maisons seigneuriales, remarquées par Enrique Cock lui-même, nombreuses dans les paroisses de San Benito, San Miguel, San Martin, et tout au long de la Corredera de San Pablo, par ses églises, ses grands collèges, ses édifices publics (Hôtel de Ville, Chancellerie, Université, prisons, boucherie, Puente Mayor), ses grandes places (Plaza Mayor, place de l’Amiral, place du Duc, Rinconada, Santa Maria, etc.) et ses vastes promenades. La reconstruction qui suivit le grand incendie en imposant dans le quartier dévasté et ailleurs, notamment autour de la Puerta del Campo, les modèles décrits plus haut, donna à la ville quelques centaines de maisons hautes de trois étages, de longues perspectives uniformes qui soulignèrent les aspects monumentaux des quartiers du Centre et de l’Ouest. L’absence de pierre de taille limitait cependant le développement de ce caractère36.

  • 37 Juan José Martín González, op. cit., p. 258.

61Car les matériaux utilisés ont interdit à la ville de la Renaissance de se perpétuer jusqu’à nous : seuls les monuments les plus remarquables, les portes de plusieurs maisons et quelques riches demeures construites entièrement en pierre ont pu résister aux injures du temps. Comme l’écrit Juan José Martín González « l’éloignement des carrières transformait en demeures de luxe les constructions de pierre »37. Encore les carrières de la région de Valladolid, celles de Zaratán, Villanubla, La Cistérniga, ne fournissaient-elles qu’un calcaire friable à la décomposition rapide : ainsi l’hôtel édifié en pierre de taille pour le banquier Fabio Nelli à la fin du xvie siècle exige aujourd’hui une restauration complète. Valladolid n’a eu ni le calcaire ni le grès de Salamanque, ni le granit de Ségovie : c’était, au xvie siècle, une ville de brique et de pisé où le tapiador et le carpintero avaient plus de présence que le cantero. Jusqu’au triomphe des idéaux et des goûts renacentistes, vers 1530 ou 1540 peut-être, les colonnes soutenant les galeries des patios étaient en bois. La durée assez courte des maisons explique que Valladolid n’ait pu garder l’unité de style et de couleur qui est l’un des enchantements de Salamanque. Le quartier reconstruit lui-même n’a que partiellement survécu.

62Évoquons rapidement les hauts lieux de la ville : la Plaza Mayor s’était dès le xve siècle affirmée comme le centre commercial et politique de la cité. Jusqu’en 1561 elle était formée d’édifices, de hauteur, de largeur et de facture inégales : sous les arcades se vendaient diverses marchandises, notamment les produits des potagers et des vergers environnants ; la place était cependant divisée en plusieurs secteurs dédiés aux différentes activités commerciales, ainsi la Frenería, la Sillería, la Lencería, etc. Après l’incendie, la place, reconstruite avec la plus grande ampleur, offrit désormais un cadre grandiose aux manifestations de toute nature célébrées à Valladolid en présence de grandes multitudes : fêtes courtisanes ou populaires, autos de fe, etc. L’Hôtel de Ville de conception herrérienne qui en était le principal ornement a malheureusement disparu. La Rinconada, la place de Santa Maria, figuraient au premier rang des quartiers commerciaux.

63A la fin du xvie siècle la Puerta del Campo suscitait autant d’admiration que la Plaza Mayor : entourée de grands monastères et de belles demeures où, de 1601 à 1606, logeront les ambassadeurs étrangers, elle était un des lieux de rencontre favoris de la bonne société. A l’autre extrémité de la ville l’édifice de la Chancellerie rassemblait les plaideurs de toute l’Espagne septentrionale venus suivre le cours de leurs affaires. L’Université était le dernier et le plus turbulent des grands foyers d’activité tandis que les vieilles églises (La Antigua aux lignes pures qui associent le roman et le gothique, San Martín coiné d’une tour romane, Santiago un peu lourd, San Miguel) ou les nouvelles (La Magdalena, l’Église Majeure devenue cathédrale au crépuscule du siècle, dont la construction trop ambitieuse, commencée en 1527, se poursuivra sans jamais s’achever pendant plus de cent ans) et les célèbres monastères de San Francisco, San Pablo, San Benito, Nuestra Señora del Prado, comptent en même temps parmi les plus notables des monuments et parmi les lieux privilégiés de la vie spirituelle et artistique.

  • 38 A.M.V., L.A., 4 janvier 1566.
  • 39 A.M.V., L.A., 13 janvier 1584.

64La ville s’était donné de grandes et belles promenades d’autant plus nécessaires qu’elle abritait une foule d’oisifs : au long du Pisuerga, les Espolones, promenades d’hiver appréciées des jeunes gens, pour lesquels on disposa une longue théorie de bancs de pierre ; surtout, à l’Est, le Pré de la Madeleine dont l’agrément a été vanté par tous les contemporains : arrosé par les eaux des divers bras de l’Esgueva qu’enjambaient de petits ponts de bois ou de pierre, planté de peupliers aux généreux ombrages particulièrement recherchés pendant les grandes chaleurs, il attirait alors les pique-niqueurs, ceux qui venaient espérer la fraîcheur du soir, les amateurs de danse et de rime et, chaque année, la célébration de la fête de la Saint-Jean lui donnait une joyeuse animation. Le pré fut aménagé avec le plus grand soin par la Municipalité en 1566 qui fit planter de nombreux peupliers38. En 1584, les peupliers furent taillés et de nouvelles plantations furent réalisées39. Dans les environs, sur les rives du fleuve, des maisons de plaisance égarées dans la verdure prolongeaient la ville pour la joie et le repos de ses privilégiés.

VI. — ENTRETIEN ET HYGIÈNE DE LA VILLE

65Si les hommes du xvie siècle, Valhsolétains orgueilleux de leur ville ou étrangers conquis par les prestiges artistiques de la capitale, communiaient dans une même admiration envers le collège de San Gregorio ou celui de Santa Cruz, le monastère de San Pablo ou la Plaza Mayor, ils étaient tout aussi unanimes, nous l’avons vu, pour déplorer l’état des rues de Valladolid, leur humidité, leur poussière, voire leur saleté. La pratique des Livres d’Actes de l’Hôtel de Ville confirme l’existence de ces tares tout en établissant l’effort persévérant, parfois positif, plus souvent inefficace, entrepris par la Municipalité pour améliorer la situation.

  • 40 A.M.V., Leg. 377, fol. 4.

66Les magistrats du Conseil royal ou de la Cité avaient d’ailleurs une vue lucide des réalités : ainsi, une provision du 15 mai 1526 déclare qu’étant donné l’étroitesse, l’obscurité, l’humidité des rues de Valladolid et leur faible ensoleillement, il est interdit de construire des balcons ou des passages transversaux qui pourraient encore diminuer la lumière reçue par ces rues40. Ayant une idée exacte du mal, les magistrats locaux dont les pouvoirs furent amplifiés après le grand incendie par le Roi, ont cherché à le guérir par l’application simultanée de trois remèdes :

  • D’abord, l’élargissement des rues ou des places, et le percement de nouvelles rues ; c’est l’incendie de 1561 qui a permis d’atteindre les résultats les plus importants en ce sens. La Plaza Mayor, la fameuse rue Platería (ou Costanilla), la rue Cantarranas, les rues qui rayonnent à partir de l’Ochavo ont été sensiblement élargies, une rue a été percée au fond du Corral de la Copera ; mais dès avant l’incendie, plusieurs travaux avaient été réalisés en vue d’atteindre le même objectif : en 1503, on a percé l’enceinte au terme de la rue Teresa Gil afin de favoriser l’entrée et la circulation des charrettes le long de la Ronda qui suit l’enceinte ; en 1544, on a percé la rue Impériale41 ; en septembre octobre 1547, on élargit la rue allant de la Chancellerie au quartier de Santa Clara en dégageant une chaussée de 6 aunes de large alors qu’elle en avait seulement quatre ou cinq selon les endroits. Plus tard, en 1573, on perce la rue Santa Maria dans le quartier du même nom ; en 1575, on élargit la rue de San Martín avant et après l’église ; en 1577, on élargit également la rue allant de San Pedro au Pré de la Madeleine42...
  • Ensuite, l’empierrement des rues, destiné à lutter contre l’humidité des temps d’hiver et la poussière des temps de sécheresse. Il ne se passe presque pas d’année qu’une rue ne soit réempierrée. Cependant, la Municipalité est particulièrement active lorsqu’on prépare la réception de quelque grand personnage. Ainsi, en 1502, on nivelle la place de la Rinconada et on empierre plusieurs rues pour préparer un sol ferme à Philippe le Beau et à Jeanne ; on va même jusqu’à daller le Puente Mayor, la porte de Santiesteban et la rue Teresa Gil43 ; en 1517 et 1518, en l’honneur de Charles Quint, on répare la Corredera de San Pablo, les rues de San Quirce et de Santiago, la chaussée de la Sillería44.
  • 45 A.M.V., L.A., avril-mai 1566.
  • 46 A.M.V., L.A., 2 octobre 1577.
  • 47 A.M.V., L.A., 20 mai 1577.

67Passons quelques décades : en 1566, la Municipalité s’intéresse particulièrement aux rues del Bao et de la Cárcava, à l’Azoguejo45. A partir de 1572, un grand effort est entrepris : en cinq ans on réempierre l’Ochavo, la Trapería, l’Especería, la Platería, les rues de l’Esgueva, de la Solana, la Puerta del Campo, les rues Teresa Gil, de San Andrés, de Santiesteban, de San Pedro, la Mantería, le Campo de San Nicolás, d’autres rues encore. Le 2 octobre 1577, une inspection générale est décidée afin que soit établie la liste des rues en mauvais état, promises à de prochaines réparations46. Ces quelques exemples, qui ne représentent qu’un échantillonnage, démontrent que les magistratures successives de Valladolid ont veillé avec beaucoup d’attention à l’entretien des rues et des places de la ville : toutefois, la répétition fréquente des mêmes noms de rues suggère que les travaux ont eu des résultats peu durables : à ce sujet, on peut être inquiet de constater qu’en mai 1577, l’adjudication des travaux était offerte aux artisans proposant les prix les plus bas47.

  • Enfin, le nettoyage général ou partiel de la ville, assez souvent renouvelé. Les fréquentes interdictions adressées aux propriétaires de porcs de laisser leurs animaux errer en pleine liberté dans les rues ne semblent pas avoir été suivies de grand effet bien qu’on ait affermé la perception des amendes infligées en cas d’infraction à ce sujet ; très souvent aussi, la Municipalité doit partir en guerre contre les habitants qui jetaient les ordures dans les rues ou aux abords immédiats des portes de la ville : ainsi, en 1502, divers tas d’ordures s’élèvent entre la porte de La Magdalena et celle de Santiesteban ; en 1503, il en est de même près de la porte de San Benito ; en 1504, on a même déposé des ordures devant San Pablo ! Les bouchers vont, en 1506, jeter les tripes à la porte de La Magdalena ou dans l’Esgueva qui exhale des odeurs pestilentielles : il faut, cette année-là, comme bien souvent au cours des années suivantes, par exemple en 1577, nettoyer la rivière, retirer les immondices qui l’encombrent pour laisser courir l’eau et éviter le déclenchement de maladies. A plusieurs reprises, la Municipalité dut ordonner aux habitants de nettoyer les abords de leurs maisons et de leurs rues (en 1502, 1518, 1576 par exemple), parfois même embaucher des ouvriers pour enlever la boue qui encombrait la ville (1518, 1576). C’est très souvent qu’il faut faire laver le quartier de la Rinconada, situé un peu en contrebas et visité quotidiennement par des paysans venus vendre leurs produits. Il est à peu près certain que le service municipal de voirie, vanté par le poète Dámaso de Frías, quoique doté de tombereaux tirés par des mules, n’a pas suffi à assurer la propreté de la ville malgré les semonces que les regidores adressent périodiquement au personnel de ce service48.

***

68Voici donc une ville à l’apogée de sa modernité. Au cours des siècles précédents, elle n’a cessé de grandir, débordant ses enceintes mesquines, étalant ses nouveaux quartiers vers le Nord, l’Est, le Sud, aux dépens des vieilles huertas. Au xvie siècle, jusqu’en 1560 du moins, elle s’étend encore, s’empare des derniers espaces utilisables pour donner une demeure aux hommes toujours plus nombreux qui affluent vers elle. Demeures disparates sans doute, des palais de la Corredera aux maisons bourgeoises des rues centrales (Teresa Gil ou Cantarranas) et aux minables constructions des corrales, ou aux maisons de terre des quartiers de San Pablo, San Juan, San Andrés, dont la couleur annonce la glèbe voisine. Mais demeures toujours nouvelles au bord de rues constamment défoncées par une circulation intense de marchands, de plaideurs, de diplomates, de comédiens, d’artistes, de nobles, de picaros, de prostituées, de mendiants, de moines, d’étudiants, de tout ce que l’Espagne, et même l’Europe, enfante de gens décidés à vivre.

69A l’ombre des églises et des couvents dont les flèches surgies du Nord au Midi, du Levant au Ponant, découpent le ciel cru de Castille (16 paroisses à la fin du siècle, plusieurs chapelles, 40 monastères !) s’agite une ville en perpétuel devenir pour répondre aux sollicitations des hommes qui l’investissent, l’envahissent puis la quittent, une ville d’abord royale et fastueuse, nourrissant toute une cour de mendiants, puis une ville malade portant sa charge de pauvres sans le secours des princes et de tant de riches qui l’ont quittée pour les rives du maigre Manzanares. Tant fut divers, en cette ville et en ce siècle, le sort des hommes qui s’offrent aujourd’hui à notre enquête.

Notes

1 Antoine de Lalaing, op. cit., par. XII.

2 Laurent Vital, op. cit., par. LX, LXIV.

3 Andrés Navagero, op. cit., par. 74.

4 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci.

5 Enrique Cock, La Jornada de Tarazona, op. cit., p. 1421, 1422.

6 Camillo Borghèse, Diario de la Relación del Viaje, version espagnole de Juan García Mercadal, op. cit., p. 1481.

7 Tome Pinheiro da Vega, « La Fastiginia », d’après la traduction de Narciso Alonso Cortés, Boletín de la Sociedad Castellana de Excursiones, t. VI, p. 77 et suiv.

8 Pedro de Medina, Libro de las Grandezas y Cosas Memorables de España, segunda edición, revista por Diego Pérez de Mena, 1595.

9 Dámaso de Frías, « Diálogo en alabanza de Valladolid », Miscelanea Vallisoletana, t. I, p. 224.

10 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 137, fol. 295.

11 A.H.N., Clero, Leg. 7863 et 7875.

12 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 74 à 718 ; Leg. 52, fol. 1212 et 1213.

13 A.H.P.V., Leg. 48, fol. 139 à 147 ; Leg. 55, fol. 64, 74, 132, 158, 166, 498, 508...

14 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 98 à 119.

15 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 688 ; Leg. 48, fol. 53.

16 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1186.

17 A.H.P.V., Leg. 46 et 47 pour la première huerta; Leg. 49, fol. 96 et 767 ; Leg. 51, fol. 1296 ; Leg. 52, fol. 290 à 298 et Leg. 55, fol. 409 à propos de la terre de La Cruz et du partage des biens entre les deux frères.

18 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 416 à 926 (premier et dernier contrats).

19 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 1348 et suiv.

20 A.H.P.V., Leg. 52, fol. 364 à 368.

21 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 688 à 854 ; Leg. 51, fol. 1325.

22 Filemón Arribas Arranz, El incendio de Valladolid en 1561, Valladolid, 1960, p. 16.

23 A.R.C.V., Libro de Acuerdos, 1549 à 1560, fol. 67.

24 Les calculs ont été effectués à partir du « Memorial de los vezinos y moradores desta muy noble y leal villa de Valladolid... », A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

25 Chiffres établis à partir de l’enquête de 1575, A.G.S., Consejos y Juntas •de Hacienda, Leg. 95.

26 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7 : parroquias de San Andrés, San Ildefonso.

27 Filemón Arribas Arranz, op. cit., p. 17.

28 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 416, fol. 3.

29 Filemón Arribas Arranz, op. cit. Quant au « Libro de facultades para la traza y reedificación de Valladolid », nous avons pu en examiner une copie conservée par l’A.M.V.

30 Juan Ruiz de Zelada, Estado de la Bolsa de Valladolid, Valladolid, 1777, B.N.M., U. 7901.

31 Barthélemy Joly, op. cit.

32 Juan José Martín González, op. cit., p. 259 à 260.

33 Ibid., p. 263.

34 Federico Wattemberg, op. cit.

35 Bartolomé Bennassar, « Medina del Campo. Un exemple des structures urbaines de l’Espagne au xvie siècle », Revue d’Histoire Économique et Sociale, 1961, n° 4, p. 478.

36 L’examen du document de 1561, cité par la note 1, p. 145, permet de localiser les édifices importants avant l’incendie. Quant à la carence de pierre de taille, elle a fait la fortune de la brique mais aussi condamné bien des maisons de Valladolid à une faible durée.

37 Juan José Martín González, op. cit., p. 258.

38 A.M.V., L.A., 4 janvier 1566.

39 A.M.V., L.A., 13 janvier 1584.

40 A.M.V., Leg. 377, fol. 4.

41 A.H.N., Clero, Leg. 7863.

42 A.M.V., Leg. 378, fol. 5 ; L.A., 20 août 1573, 11 septembre 1573, 19 février 1575, 20 avril 1577.

43 A.M.V., L.A., 1502.

44 A.M.V., L.A. 3, fol. 73 et 133. Le mauvais état de la Corredera de San Pablo provoqua même en mars 1517 une intervention de Charles Quint qui fit écrire de Bruxelles pour que la Corredera fût empierrée. A.G.S., Cédulas, Lib. 36, fol. 125.

45 A.M.V., L.A., avril-mai 1566.

46 A.M.V., L.A., 2 octobre 1577.

47 A.M.V., L.A., 20 mai 1577.

48 Les détails concernant ce sujet encombrent littéralement les « Libros de Actas » de l’A.M.V.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540