Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre premier. L'espace, la ville et les hommes

Chapitre IV. Valladolid à la merci de la royauté

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’une capitale pour les monarchies de ce temps, sur lesquelles pèse encore lourdement l’héritage médiéval ? Pour des monarchies qui, depuis des siècles, sont demeurées itinérantes par nécessité ? Car le Roi devait visiter ses sujets, se faire voir de ses vassaux pour leur dire ses volontés et se faire obéir. Car le Roi et sa maison devaient utiliser successivement les ressources des villes et des provinces, vivre d’elles, de leurs services et de leurs hommages. La royauté française n’est pas fixée à Paris. Le régime des aller et retour Saint-Denis-Reims a fait place à de plus longs voyages, à de plus longs séjours hors de l’Ile-de-France : les villes du Val de Loire, Bourges, la Normandie, de plus lointaines provinces reçoivent les Rois de France et, parcourant la Provence, le Languedoc, François Ier est encore un roi voyageur.

2Le comportement de la royauté castillane est identique. Du xiiie au xve siècle, les souverains vont d’une ville à l’autre : Burgos, Valladolid, Ségovie, Palencia, Toro, Tolède, Cordoue, Séville, j’en passe... Ces villes sont d’ailleurs soutiens de la monarchie contre les féodaux : elles lui accordent à plusieurs reprises les secours de leurs milices et de leur argent. Les Rois Catholiques et leur petit-fils Charles sont, comme François Ier, des souverains itinérants.

3Toutefois, alors que se préparent les structures de l’État moderne, l’appareil monarchique s’alourdit et se prête de plus en plus mal à de perpétuels déplacements. Il aspire à la stabilité et certains de ses organismes s’enracinent : en France, ce sont les Parlements, la Cour des Comptes, la Cour des Aides. En Castille ce sont les Audiences, tandis que les réunions des Cortès ont lieu plus souvent dans les mêmes villes, à Tolède, et Valladolid notamment, bientôt à Madrid. Dans ces villes privilégiées, la Cour effectue désormais de longs séjours et les Conseils de gouvernement s’installent...

4Au xve siècle s’affirme la place de choix de Valladolid parmi ces capitales provisoires, comme si les souverains distinguaient plus nettement les avantages de sa situation et appréciaient les facilités de son approvisionnement. La ville reçoit l’une des deux Audiences du Royaume de Castille, elle est la plus fréquemment choisie pour les réunions des Cortès. Lorsque la capitale paraît devoir se fixer enfin, Valladolid peut nourrir l’espoir d’être l’élue du monarque. Devenir le siège de l’administration et de la justice royales, c’est un immense privilège. Car, alors, les rues et les maisons s’emplissent de la richesse de la Castille, le luxe et les spectacles de la Cour transforment la ville, la grandissent, donnent du travail ou des aumônes aux pauvres, stimulent la production des ateliers et celle des campagnes. Mais ce privilège, on peut aussi le perdre.

I. — L’AUDIENCE OU CHANCELLERIE

5Cependant, dès le xve siècle, la fonction politique avait créé à Valladolid une source durable de fortune. Il s’agit de l’Audiencia ou Real Chancillería, véritable pouvoir judiciaire du Royaume, partagé au xvie siècle entre Valladolid et Grenade, quoique le Conseil royal ait conservé des attributions de justice.

  • 1 Voir par exemple Juan Ortega y Rubio, Historia de Valladolid, Valladolid, 1881, t. I.

6La Chancellerie était l’émanation du tribunal du Roi. Elle eut d’ailleurs comme autre nom celui de Tribunal de la Corte del Rey. Dès le règne de Ferdinand le Saint, un corps d’auditeurs composait le tribunal royal et il reçut en 1274 d’Alphonse X le Sage son premier règlement, remplacé en 1371 par celui d’Henri II Dès cette époque, il juge sans appel, au civil grâce à sept auditeurs et au criminel grâce à huit alcaldes. Les souverains suivants augmentèrent progressivement le nombre des magistrats et se préoccupèrent d’établir le siège du tribunal : d’abord nomade, séjournant alternativement à Medina del Campo, Olmedo, Madrid et Alcalá, il fut ensuite fixé à Ségovie. C’est en 1452 que Jean II transféra le tribunal à Valladolid. Cette décision, plusieurs fois remise en question, fut ratifiée par les Rois Catholiques en 1489 et ne fut plus guère contestée au xvie siècle1.

  • 2 On trouvera dans les « Libros de acuerdos » de l’A.R.C.V.les listes du personnel de la Chancelleri (...)

7Charles Quint donna au tribunal une organisation à peu près définitive (pour le xvie siècle), tout en le divisant en quatre salles pour accélérer la marche des affaires qui demeura cependant très lente. A notre époque, l’Audience comptait une vingtaine de très hauts fonctionnaires : le Président, les seize auditeurs, les trois alcaldes, deux procureurs (fiscales), agents du ministère public, le chancelier, le grand juge de Biscaye : les uns et les autres étaient nommés par le Roi. Au-dessous d’eux un certain nombre d’officiers importants, propriétaires de leur office : les notaires des chambres civiles et criminelles, les alguaciles, les avocats et avoués des pauvres, les huissiers, les receveurs des amendes... L’activité de ce tribunal faisait vivre des milliers de personnes, outre que son existence supposait une distribution de hauts salaires dont l’économie de Valladolid recueillait les fruits2.

  • 3 Narciso Alonso Cortés, « La Cnancillería y la Universidad », Boletín de la Sociedad Castellana de (...)
  • 4 Dámaso de Frías, op. cit.

8Le prestige du tribunal était considérable : dans les cérémonies publiques qui se déroulaient à Valladolid en l’absence du Roi et de la Cour l’ordre des préséances accordait le premier rang au Président et aux auditeurs de la Chancellerie devant les membres du tribunal du Saint-Office, l’abbé et le chapitre de l’Église Majeure, les professeurs de l’Université, enfin le corregidor, pourtant représentant direct du Roi3. Dámaso de Frías note d’ailleurs que tous les auditeurs étaient de grands personnages, tels Don Diego de Guévara, fils du comte d’Oñate ou Don Sancho de Córdoba, duc de Sesa et cousin du Roi4.

  • 5 Voir, à titre d’exemple, A.H.P.V., Leg. 37, fol. 216.
  • 6 Supra, chap. iii, tableau annexe.
  • 7 Supra, chap. iii, p. oo.
  • 8 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci.

9On ne saurait exagérer l’importance qu’eut la Chancellerie dans la vie de Valladolid. Elle était telle que son absence provisoire, en temps d’épidémie par exemple, était considérée comme un désastre. Les habitants de la ville en étaient si conscients que les contrats de location de maisons prenaient soin de préciser que le loyer devrait être payé intégralement même en cas de départ de la Chancellerie : « e si se va de ella la Chancillería »5. Car un peuple d’hommes de loi et de plaideurs oisifs, indispensables à l’activité du commerce et des industries légères de Valladolid gravite autour de ce tribunal. Avoués, avocats, notaires, scribes, étaient infiniment plus nombreux à Valladolid que dans toutes les autres villes de Castille6. On peut aussi rappeler certaines observations du chapitre précédent : plusieurs familles, et surtout des veuves, dans les paroisses de San Pedro, San Martín, La Antigua, La Magdalena, vivent des pensions que prennent chez elles les personnes venues suivre la marche de leurs procès7. Ce n’est pas par hasard que six auberges se trouvaient réunies dans la paroisse de San Pedro, à proximité immédiate de l’Audience : « En esta villa reside una de las Chancillerías de España... contino es grande el concurso de gente que de todas partes en esta villa halla... »8.

  • 9 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 150, fol. 242.

10On comprend mieux alors les patients efforts déployés par la ville pour obtenir le retour de la Chancellerie lorsqu’elle s’est absentée pour cause d’épidémie. L’épisode de 1519 est significatif : le 4 avril le tribunal, provisoirement installé à Toro, refuse de rentrer malgré les objurgations des représentants de la ville qui assurent que la peste est terminée et qui présentent aux magistrats un rapport d’enquête de salubrité. Ce rapport n’inspire aucune confiance aux auditeurs qui décident de mener une enquête pour leur propre compte. Les intérêts des gens de Valladolid sont trop évidents et peuvent avoir faussé la première enquête. Le document est très explicite : « il y a beaucoup d’habitants et d’artisans qui vivent de la Chancellerie et souhaitent son retour. Si Valladolid n’est pas salubre il est très dangereux 2 000 à 3 000 personnes qui suivent la Chancellerie »9.

II. — LA COUR

11Durant plusieurs siècles Valladolid parvint à conserver son Audience. En revanche elle échoua dans sa tentative pour devenir et demeurer la capitale de la monarchie castillane. Il est vrai que la conjoncture joua contre elle.

  • 10 Cortès du xve siècle à Valladolid : 1405, 1409, 1411, 1420, 1425, 1429, 1440, 1442, 1447, 1448, 14 (...)

12Depuis le début du xve siècle jusqu’à 1560 le cours des événements paraît pourtant très favorable à Valladolid : elle est la ville le plus souvent choisie pour les réunions des Cortès avec 23 assemblées en 160 ans. Durant la même période aucune autre ville ne bénéficie de choix aussi fréquentt Tolède, la ville la plus favorisée après Valladolid, n’eut droit qu’à treize réunione 1542 à 1558 les Cortès se réunirent cinq fois dans notre villette fréquence correspond à un séjour continu de la Cour10.

  • 11 Séjours de Charles Quint et de Philippe II à Valladolid :
    Charles Quint :
    1517-1518 : 124 jours (18 (...)

13Les réunions des Cortès supposent évidemment la présence du souverain dans la ville, qui se prolonge parfois bien au-delà de la durée de la session des Cortès. Filemón Arribas Arranz a établi la liste des séjours de Charles Quint et de Philippe II à Valladolid, ceux de Philippe devant être pris en considération alors même qu’il était prince héritier car, en l’absence de son père, infatigable voyageur, c’est autour de lui que s’organisaient la Cour et ses services. On trouvera en note le calendrier de ces séjours établi d’après l’article de Filemón Arribas11.

  • 12 Cette chronologie de la prospérité vallisolétaine sera confirmée par les chapitres à venir. Elle é (...)

14La fréquence de ces séjours avant 1560 confirme l’importance du rôle politique de Valladolid durant cette période. De plus les services de Gouvernement et de Cour ne suivaient plus le Roi dans tous ses déplacements et demeuraient à Valladolid durant de longs épisodes. Il est difficile d’établir l’exacte chronologie de ces épisodes. Il semble cependant que de novembre 1517 à mars 1519, d’août 1522 à septembre 1524, de 1527 à 1536 peut-être, Valladolid ait été la capitale de l’Espagne. Il est sûr qu’elle le soit demeurée pendant seize ans, de mai 1543 à octobre 1559 et, bien entendu, les deux décennies qui se succèdent de 1541 à 1560 furent les plus brillantes de l’histoire de la ville12.

15La fortune politique de Valladolid a fondé le prestige social de la ville en faisant d’elle la résidence provisoire ou permanente de beaucoup de grands seigneurs, certains d’entre eux dont les « états » étaient situés dans d’autres provinces se faisant construire sur les bords du Pisuerga une résidence secondaire pour jouir de la présence du souverain et de celle de la Cour, des nombreuses fêtes chevaleresques ou populaires qui l’accompagnaient. A cet égard nul doute.

  • 13 Antoine de Lalaing, op. cit., par. XII.
  • 14 Laurent Vital, op. cit., par. LXXVII.

16Antoine de Lalaing raconte que, le 28 février 1501, Philippe le Beau fut accueilli à Valladolid par l’Amiral de Castille, le duc de Najera, le marquis d’Astorga et autres grands seigneurs13. Lorsque Charles Ier arrive à Valladolid, le 18 novembre 1517, il est reçu, écrit Laurent Vital, « par une multitude de princes et de grands seigneurs » parmi lesquels il cite l’Amiral de Castille, les ducs de Béjar et de Najera, les marquis d’Aguilar et d’Astorga. Le 7 février 1518, en l’église du monastère de San Pablo, quatorze prélats dont les archevêques de Grenade, Burgos, Santiago ; deux infants ; le Connétable de Castille, six ducs, cinq marquis, seize comtes, deux vicomtes et d’autres grands personnages viennent prêter serment au Roi de Castille14.

  • 15 Andrés Navagero, op. cit., par. 73.
  • 16 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci. Nous traduisons.

17Mais voici plus important. En 1527, l’ambassadeur vénitien Navagero, après avoir observé que la Cour a l’habitude de résider dans cette ville, écrit que beaucoup de nobles et seigneurs vivent en permanence à Valladolid ; ils ont de belles maisons, parmi eux le comte de Benavente, possesseur d’un magnifique palais15. Dans la première édition des Grandezas de España, en 1548, Pedro de Medina confirme le fait : Valladolid « a de nombreuses et très belles maisons appartenant aux seigneurs du Royaume, de grandes dimensions et d’une riche facture... Depuis les maisons du comte de Benavente, qui se trouvent près du fleuve, jusqu’à la place et résidence de l’Amiral, ce qui fait toute une rue, en ce seul endroit, nous avons compté plusieurs maisons de seigneurs qui avaient plus de 150 millions (de maravédis) de rente et, parmi eux, beaucoup résident dans cette ville une grande partie de l’année...16.

  • 17 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.
  • 18 Dámaso de Frías, « Diálogo en alabanza de Valladolid », dans Narciso Alonso Cortés, Miscelanea Val (...)

18Une telle situation a-t-elle survécu au départ de la Cour, presque définitif, à la fin de l’année 1559 ? Partiellement sans doute : le recensement de 1561, effectué au fil des maisons, inscrit les demeures de plusieurs Grands d’Espagne : comte de Benavente et comte de Miranda, marquis d’Astorga et de Denia. Suivent quelques maisons de seigneurs de haut rang, quoiqu’il ne fussent pas Grands d’Espagne : marquis d’Alcañizes, de Poza, de Villafranca ; comtes d’Osorno, de Ribadavía, de Nieva, de Lemos17. Et Dámaso de Frías, en 1582, évoque les riches demeures de la Corredera de San Pablo, c’est-à-dire la rue citée par Pedro de Medina, appartenant aux comtes de Miranda, Benavente, Salinas, Ribadavía, aux marquis de Viana et de Tavara, au Grand Commandeur de Castille18. Les énormes fortunes de certains de ces Grands dont on donnera une idée à la fin de ce chapitre, alimentées par diverses provinces, représentaient une véritable manne pour la ville et ses habitants, commerçants, artisans, artistes, producteurs de vin, ecclésiastiques, pauvres ou truands.

19Le rôle politique de Valladolid n’eut pas pour seul effet de faire de la ville l’un des centres choisis de la vie aristocratique. Pendant les séjours de la Cour les Conseils du Gouvernement et les Secrétaireries d’État s’y établirent à demeure : les membres du Conseil royal et du Conseil des Indes, les secrétaires, les grands officiers de la comptabilité étaient autant de grands personnages ; autour d’eux alcaldes de Cour, notaires royaux, chroniqueurs du Roi, personnel de santé du service de la Cour, corps de logement et de police, formaient des groupes de rang inégal dont les membres émargeaient pour des sommes diverses au budget de l’État mais la masse des gages qui leur étaient distribués représentait, on le verra, une contribution importante à l’économie vallisolétaine. Hauts fonctionnaires, officiers et personnel de la Cour formaient en effet une société à pouvoir d’achat élevé alors que leurs revenus ne devaient rien à l’activité de la ville et, en cela, ils prennent rang à côté des grands seigneurs dont les revenus provenaient également de régions étrangères, parfois lointaines. Il n’est donc pas étonnant qu’après 1560 Valladolid ait durement ressenti le départ de la Cour et que se soit développée une crise dont la durée approche les vingt ans.

III. — LA FIN D’UN PRIVILÈGE

20Mais pourquoi ce départ qui interrompt brutalement une vocation politique aussi brillamment commencée, qu’une faveur de seize années avait paru confirmer ? Le caractère irrévocable de l’abandon de Valladolid (malgré le fallacieux retour de 1601) exclut l’idée d’un simple caprice des hommes.

  • 19 Pedro Aguado Bleye, Manual de Historia, t. II, p. 569. L’auteur cite notamment les témoignages de (...)

21Charles Quint avait déjà envisagé le transfert de la capitale à Madrid. Cette petite ville l’avait séduit par l’agrément de son site, de ses eaux, de son ciel, les possibilités illimitées de son développement, l’existence d’une résidence déjà acceptable : l’Alcazar, et plus encore peut-être sa situation au centre des royaumes d’Espagne. Il n’est pas étonnant que Philippe II ait repris le projet de son père, surtout lorsqu’il eut choisi, en 1561, le site du futur Escurial19. C’est donc en 1561 que la déchéance politique de Valladolid est prononcée en même temps que celle de Tolède, autre ville qui aurait pu ambitionner le rôle de capitale.

22Avec plus de raison d’ailleurs que Valladolid. Car le motif essentiel du transfert de la capitale à Madrid, n’est-ce pas le glissement irrésistible de la monarchie castillane vers le Sud, exigence inéluctable de la géopolitique ? A mesure que se gonflent les arrivées de métaux précieux en provenance des Indes nouvelles, Séville devient le centre vital de l’Empire espagnol. La position de Séville, sans doute, était beaucoup trop excentrique pour que l’on pût songer à faire de cette ville une capitale. Mais Madrid est sensiblement plus proche de Séville que ne l’est Valladolid. A la mesure du répertoire de Villuga la différence n’est que d’une quinzaine de lieues puisque l’itinéraire de Valladolid à Séville par l’Estrémadure compte 95 lieues alors que le parcours Madrid-Séville par Tolède et Cordoue en compte environ 80. Mais 15 lieues c’est une journée de courrier, trois jours de charrette. Au surplus l’itinéraire de Valladolid à Séville par l’Estrémadure ignore les villes et les régions importantes du Royaume de Castille alors que l’itinéraire Madrid-Séville se trouve sur l’axe majeur du pays. Et si l’on va de Valladolid à Séville par Madrid la différence est alors de 33 lieues. Enfin Madrid se trouve à équidistance de Séville et de Laredo (80 lieues), c’est-à-dire de l’Atlantique des Indes et de l’Atlantique des Flandres, tout en étant plus près de la Méditerranée. Valladolid capitale, c’est en quelque sorte la survivance de l’Espagne de la Reconquête, dominée par la Castille du Nord. Madrid capitale, c’est, franchie la barrière des sierras, redoutable l’hiver, une Espagne nouvelle, à l’heure de l’Amérique, à l’heure du péril turc. Car c’est aussi une attention plus vive au problème de Grenade que la capitulation de 1492 n’a pas résolu, que les entreprises turques rendent plus critique et dont la grande révolte de 1569 va bientôt révéler la gravité.

23Mais alors pourquoi le retour de la Cour à Valladolid au début du règne de Philippe III, un retour qui va durer un peu plus de cinq ans ?

24Cette fois il ne s’agit que d’une intrigue, et c’est la raison du caractère provisoire de ce dernier succès de Valladolid. Au début de son règne Philippe III est sous l’influence exclusive de son favori, le duc de Lerme. Celui-ci intrigue auprès de la ville de Valladolid disposée à payer le prix fort pour retrouver la Cour et ses fastes. Le duc devient regidor de Valladolid en août 1600, achète en septembre 1600 le palais des marquis de Camarasa, le meilleur de la ville, et, le 10 janvier 1601, la décision du transfert de la Cour à Valladolid est proclamée officiellement. Les Valhsolétains accordent au souverain un service de 400 000 ducats tandis que la fortune du duc de Lerme s’accroît dans des proportions considérables.

  • 20 Narciso Alonso Cortés, Cervantes en Valladolid, Madrid, 1918 ; Juan José Martín González, La Arqui (...)

25Mais la force des choses travaille contre Valladolid. D’ailleurs le duc de Lerme a tiré de la ville tout ce qu’il pouvait espérer et davantage. Les Madrilènes servent leur fortune en offrant à leur tour 250 000 ducats qui sont acceptés. En mars 1606, c’est l’abandon définitif d’une ville qu’un effort excessif et vain pour reconquérir la fonction de capitale a ruinée20.

IV. — UNE CONSÉQUENCE DU PRIVILÈGE : LE SÉJOUR DES RICHES

  • 21 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci.

26L’installation de l’Audience, les séjours prolongés de la Cour pendant une grande partie du siècle, ces grâces de la monarchie, furent la chance majeure de la ville que des circonstances accessoires avaient encore augmentée : d’abord, la création d’une Université dont les chaires étaient d’un rapport fructueux, nourrissant ainsi une nouvelle catégorie de personnages importants. Pedro de Medina écrit : « Las cátedras son muy ricas de adozientos, trezientos, quinientos y asete-cientos ducados »21. Revenus notables, en effet, comparables aux gages des auditeurs de la Chancellerie.

  • 22 Dámaso de Frías, op. cit.
  • 23 Fray Gonzalo de Arriaga, Historia del Colegio de San Gregorio de Valladolid, Valladolid, 1928, p. (...)

27Ensuite, l’Église : quelques-uns des grands monastères de Valladolid étaient également d’une grande richesse. Dámaso de Frías cite le cas des monastères de San Benito et de San Pablo dont il assure qu’ils avaient 9 000 ducats de rente. Il accorde ainsi 3 000 ducats de rente au collège dominicain de San Gregorio22. Ce dernier chiffre probablement au-dessous de la vérité si l’on en croit l’historien de ce collège, Frère Gonzalo de Arriaga, qui parle, lui, de 7 000 ducats de rente23. Mais d’autres monastères étaient riches, le couvent féminin de Las Huelgas dont les religieuses provenaient de familles aristocratiques, le couvent hiéronymite de Nuestra Señora del Prado, siège d’une importante imprimerie. Une partie des revenus de ces monastères était constituée par des rentes d’État (juros) et par les dots des moines et des religieuses. Mais la plus grande partie des revenus des monastères les plus riches (San Benito, San Pablo, Nuestra Señora del Prado), provenaient malgré tout du travail des campagnes voisines.

28Ces avantages complémentaires ne dissimulent pas le fait essentiel : la faveur de la monarchie, dont l’économie de la ville est tributaire et, au-delà, son style de vie. Car une remarque s’impose d’ores et déjà, riche de conséquences. En la présence de la Cour, et même en son absence, l’État donne à Valladolid bien plus qu’il ne reçoit d’elle. Dans les années 1540-1560, les traitements distribués aux seuls membres des Conseils, au personnel de la Cour et à celui de la Chancellerie, dépassent très largement le produit des alcabalas payées par la ville, c’est-à-dire le produit fiscal le plus important ; les services extraordinaires, dits de millones, sont loin de compenser la différence.

  • 24 A.G.S., Contadurías Generales, Leg. 886
  • 25 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

29Ainsi, en 1558, alors que la Cour est à Valladolid, 125 personnes, parmi lesquelles le Président et plusieurs membres du Conseil royal, cinq membres du Conseil des Indes, les secrétaires du Roi, les notaires, les alcaldes de Cour, les comptables, les avoués, les historiographes, les médecins et chirurgiens, les fourriers, ont perçu plus de 12 millions de maravédis de salaires (12 341 000 mvs)24, alors que la même année la ville de Valladolid seule payait un peu moins de 6 millions d’alcabalas (5 875 000 mvs)25. En 1545, les mêmes personnes occupant les mêmes fonctions avaient reçu plus de 9 millions de salaires et ceux-ci avaient augmenté plus rapidement de 1545 à 1558 que le montant de l’alcabala.

  • 26 A.R.C.V., Libro de Acuerdos I, fol. 252.

30En cette même année 1558, les salaires payés au personnel de la Chancellerie (du Président et des auditeurs aux alguaciles et aux avoués des pauvres) s’élevèrent à plus de 4 millions de maravédis26. Ces salaires rapidement augmentés par la suite avaient à peu près doublé vers 1570.

  • 27 A.G.S., Contaduría Mayor de Cuentas, 2  época, Leg. 187. Infra, livre II, chap. iii.

31Enfin de très nombreux habitants et de nombreuses collectivités étaient, dès le milieu du siècle, des rentiers de l’État. Ainsi, pour les trois années 1567-1568-1569, le trésorier royal a perçu 35 957 000 maravédis au titre des alcabalas payées par Valladolid et son territoire. Mais pendant ces mêmes trois années il en a reversé plus de 33 millions au titre des juros situés sur les seules alcabalas de Valladolid et la plupart de ces juros sont propriété d’habitants ou de collectivités de la ville. A la fin du siècle, la situation est identique. Pour chacune des trois années 1597-1598-1599, Valladolid dut payer 20 379 450 maravédis d’alcabalas pour elle et son territoire. Mais en 1596, par exemple, les juros situés sur les impôts de Valladolid nous permettent de constater que la ville récupère dans une très large mesure sous forme de rentes ce qu’elle paie sous forme d’impôts27.

32Évidemment, l’État tirait de cette ville, comme des autres, des ressources extraordinaires par les ventes d’offices, fort recherchés dans une ville dominée par le service de la loi, la carrière administrative et la quête des honneurs. En dépit de cet expédient il apparaît dès maintenant que la richesse de Valladolid et d’une fraction des personnages en vue de sa société était alimentée, pour une part importante, par l’État.

  • 28 Calcul effectué à partir de A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7.
  • 29 A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301.

33Mais la faveur du monarque eut une autre incidence, tout aussi précieuse pour la ville. En faisant d’elle un de ses séjours préférés, la monarchie attira sur les rives du Pisuerga, on l’a déjà constaté, bon nombre de grands seigneurs ou d’hidalgos bien nantis, consommateurs à pouvoir d’achat élevé. Le recensement de 1570 (5 270 vecinos seulement, et en l’absence de la Cour) indique, en plus des 331 hommes de loi et des 173 letrados vivant surtout de la Chancellerie ou de l’Université, 371 caballeros, 148 veuves (au moins) et 41 personnes encore vivant de leurs rentes28. Le recensement de 1591 qui n’est pas détaillé enregistre 2 500 hidalgos29.

  • 30 Pedro Núñez, Relación de todos los títulos del Reino, Escorial, Bibliothèque, J .11-23, fol. 61 à (...)

34Les revenus de plusieurs de ces familles nobles, s’ils sont, partiellement au moins, dépensés à Valladolid, sont alimentés par l’effort d’autres régions. Nous voici ramenés aux grands seigneurs dont Pedro Núnez évaluait les revenus à la fin du siècle dans un précieux mémoire30. Parmi ceux qui résident à Valladolid voici le comte de Benavente et sa fabuleuse fortune, la quatrième d’Espagne d’après Núnez, un peu inférieure à celles des ducs de Medina Sidonia, d’Osuña et de Medina de Rioseco : 120 000 ducats de revenu annuel ! Mais le duc de Medina de Rioseco c’est aussi l’Amiral de Castille, chef de la famille des Enríquez, dont le revenu atteint 170 000 ducats. Certes, le duc d’Albe, les ducs d’Alcalá et de l’Infantado, ont également un revenu de 120 000 ducats, mais voici deux des sept plus grandes fortunes aristocratiques d’Espagne dont les possesseurs résident habituellement à Valladolid, y entretiennent une maison. C’est la riche Tierra de Campos qui fournit bonne part de ces revenus encore que Catalogne et Sicile contribuent à la fortune de l’Amiral de Castille.

35Les autres grands nobles sont loin de disposer de telles ressources. Mais deux autres Grands d’Espagne installés à Valladolid, le comte de Miranda et le marquis d’Astorga, ont un revenu de 40 000 ducats. L’estado du premier se trouve dispersé dans le Nord de la Vieille Castille, celui du second se trouve en Campos et dans la région d’Astorga. Le marquis de Villafranca dépasse ces chiffres avec 50 000 ducats de rente, les marquis de Denia et de Poza ont encore 20 000 ducats, c’est-à-dire douze fois le salaire annuel payé, en 1558 il est vrai, au Président du Conseil royal qui avait au moins doublé depuis. Le comte de Ribadavia dont les ressources proviennent de Galice compte avec 15 000 ducats, le marquis de Viana, dont les biens se trouvent dans la même province, avec 12 000.

  • 31 A.H.P.V., Leg. 567, 568, 569, 570.Voir infra, livre II, chap. iii.
  • 32 Voir infra, livre II, chap. iii.

36Cependant, ces grosses fortunes sont lourdement grevées de rentes et leurs titulaires ne peuvent disposer de la totalité de leur revenu nominal. Les registres du notaire de Valladolid Alonso Pérez Cerón sont encombrés d’actes qui témoignent du transfert de nombreuses rentes nobles sur la tête de leurs créanciers. Les comtes de Benavente et de Miranda, les marquis de Poza et de Viana sont dans ce cas31. Mais il n’y a souvent, j’y reviendrai, que déplacement de fortune au bénéfice d’autres gens de Valladolid, car ce sont souvent les letrados, fonctionnaires et officiers de la Chancellerie, hommes de loi, qui ont détourné à leur profit ces revenus nobiliaires32.

  • 33 A.H.P.V., Leg. 570, fol. 1547.
  • 34 A.H.P.V., Leg. 575, fol. 583.
  • 35 A.H.P.V., Leg. 883, fol. 70.
  • 36 A.H.P.V., Leg. 438, s.f.
  • 37 Infra, livre II, chap. iv.

37Certaines des familles hidalgas de Valladolid devaient avoir atteint un degré élevé de fortune. Dámaso de Frías écrit qu’il y avait à Valladolid beaucoup de caballeros et d’hidalgos riches ayant un revenu de 2 000 à 3 000 ducats, ce qui est tout à fait considérable. Les inventaires après décès ou les contrats de mariage révèlent parfois cette richesse : Don Juan Fernández de Salazar, regidor de Valladolid, avait en 1583 un revenu ferme de 6 000 ducats dont 5 000 assurés par des rentes mobilières et 1 000 par la rente foncière33. Un hidalgo comme Don Antonio de La Cerda, vieil homme de guerre, jouissait au moment de sa mort, en 1588, d’un revenu de 5 500 ducats entièrement constitué par des rentes34. Don Juan de Figueroa, un autre regidor, put accorder à sa fille Antonia, lorsqu’elle se maria en 1595, une dot de 9 000 ducats35. Quant à la richesse de Don Pedro Laso de Castilla, elle atteignait, en 1595, dettes déduites, 21 000 ducats dont 60 % en censos, ce qui au taux ordinaire du censo (7 % environ) suppose un revenu de 1 500 ducats36. Faut-il, pour donner toute leur éloquence à ces chiffres, préciser que le salaire annuel d’un maître charpentier, à la même époque, pouvait atteindre, à raison de 300 jours de travail (mais 300 jours, n’est-ce pas trop ?) quelque 110 ducats37 ?

38On pourrait penser que l’analyse précédente anticipe sur l’étude économique. Mais il s’agit d’affirmer d’emblée la dépendance de Valladolid à l’égard de la monarchie. Or le goût de l’aristocratie pour la ville accompagne celui du Roi. Comme la décision royale a fixé dans cette ville la résidence des hauts fonctionnaires et des gens de loi : aristocrates et fonctionnaires, ce sont les deux classes riches, les classes dominantes de Valladolid.

  • 38 A.H.P.V., Leg. 54, fol. 1137 à 1176 ; Leg. 57, fol. 1194 ; Leg. 572, fol. 1046 ; Leg. 767, fol. 52 (...)

39Et ce sont ces classes qui font vivre les autres catégories notables de la ville : les grands marchands, les artistes. Les uns et les autres s’expliquent seulement par la richesse des nobles et des letrados, par leur goût des belles choses dont églises et monastères témoignent aussi. Car les grands marchands de Valladolid trafiquent surtout de belles étoffes tandis que les artistes sont d’abord les sculpteurs, producteurs de retables et de sépulcres, et les orfèvres, créateurs de bijoux et de vaisselle précieuse. Les uns et les autres ont prélevé ainsi une part des revenus des classes dominantes. Certaines fortunes marchandes peuvent égaler celles des letrados les plus considérables, voire les dépasser dans le cas de Pero Hernández de Portillo et un Berruguete s’éleva lui aussi à la richesse. A un niveau généralement inférieur, les orfèvres sont loin d’être négligeables et la fortune de nombre d’entre eux s’évalue en milliers de ducats : Remón, Alonso, Beltrán de Guévara, Ángulo38...

40C’est ainsi que la conjonction d’une situation heureuse et de la faveur des Rois de Castille a provoqué l’installation à Valladolid d’une aristocratie et d’une haute bourgeoisie de fonctions ou d’offices dont les revenus ne sont pas toujours, on l’a vu, produits par le travail local ou régional. L’existence dans cette ville d’un grand nombre de consommateurs à fort pouvoir d’achat, le caractère gratuit de l’ascension de cette ville eurent la plus grande influence sur son destin, sur ses activités économiques et contribuèrent de manière décisive à définir son genre de vie. Ils furent responsables de ses fastes et plus tard de sa chute. Déjà, au xvie siècle, les avances de la monarchie gonflent la ville d’importance et ses reniements font l’essentiel de ses tourments.

Éléments de connaissance des fortunes

Éléments de connaissance des fortunes

41N.B — On n’a pas tenu compte dans ce tableau des salaires des letrados, et il ne s’agit là que d’exemples. Nos études sociales nous permettront une enquête plus complète à travers les fortunes privées et les petites fortunes. Il s’agit seulement pour l’instant d’établir la présence des riches à Valladolid.

Notes

1 Voir par exemple Juan Ortega y Rubio, Historia de Valladolid, Valladolid, 1881, t. I.

2 On trouvera dans les « Libros de acuerdos » de l’A.R.C.V.les listes du personnel de la Chancellerie, établies chaque année.On peut aussi trouver nombre de ces listes à Simancas.Par exemple A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 201, fol. 12 (1528) ; A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 95 (1575).

3 Narciso Alonso Cortés, « La Cnancillería y la Universidad », Boletín de la Sociedad Castellana de Excursiones, t. I, p. 112. Narciso Alonso Cortés raconte, à propos de conflit de préséances, une bien savoureuse histoire.

4 Dámaso de Frías, op. cit.

5 Voir, à titre d’exemple, A.H.P.V., Leg. 37, fol. 216.

6 Supra, chap. iii, tableau annexe.

7 Supra, chap. iii, p. oo.

8 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci.

9 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 150, fol. 242.

10 Cortès du xve siècle à Valladolid : 1405, 1409, 1411, 1420, 1425, 1429, 1440, 1442, 1447, 1448, 1451, 1454, 1475.
Cortes du xvie siècle à Valladolid : 1506, 1508, 1523-1524, 1527, 1537, 1542, 1544, 1548, 1555, 1558.

11 Séjours de Charles Quint et de Philippe II à Valladolid :
Charles Quint :
1517-1518 : 124 jours (18 nov.1517 au 21 mars 1518).Très nombreuses fêtes.
1519 : 5 jours (Ier au 5 mars).
1522-1523 : Un an (26 août 1522 au 24 août 1523).Quelques déplacements dans les villes voisines.
1524 : 55 jours (28 juillet 1524 au 21 sept.).
1527 : 7 mois (24 janv.au 23 août).Séjour marqué par la naissance du futur Philippe II et les grandes fêtes qui la célébrèrent.
1536 : 12 jours (29 juin au 10 juil.).
1537 : 4 mois et demi (20 févr.au 30 juin, plus cinq jours en décembre).
1538 : 21 jours (Ier au 21 sept.).
1542 : 4 mois et 5 jours (26 janv.au 31 mai).
1556 : 15 jours (20 oct.au 4 nov.) Ce séjour se place après l’abdication.
Philippe II :
(Filemón Arribas présente ses conclusions comme moins sûres que les précédentes)
1536-1538 : Plus de 2 ans (mi-juil.1536 au 20 sept.1538).
1543-1545 : Près de 2 ans et demi (11 mai 1543 au 17 sept.1545).
1548 : 1 mois et demi (avril-mai).
1551 : Séjour à partir de septembre. Durée ?
1553-1554 : Séjours nombreux. Durée ?
1559 : Un mois (sept.-oct.).
1592 : 2 mois (26 juin au 24 août).

12 Cette chronologie de la prospérité vallisolétaine sera confirmée par les chapitres à venir. Elle établit de manière certaine la dépendance de cette prospérité à l’égard du phénomène politique.

13 Antoine de Lalaing, op. cit., par. XII.

14 Laurent Vital, op. cit., par. LXXVII.

15 Andrés Navagero, op. cit., par. 73.

16 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci. Nous traduisons.

17 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

18 Dámaso de Frías, « Diálogo en alabanza de Valladolid », dans Narciso Alonso Cortés, Miscelanea Vallisoletana, t. I, p. 224.

19 Pedro Aguado Bleye, Manual de Historia, t. II, p. 569. L’auteur cite notamment les témoignages de Cabrera de Cordoba et Sainz de Robles.

20 Narciso Alonso Cortés, Cervantes en Valladolid, Madrid, 1918 ; Juan José Martín González, La Arquitectura doméstica del Renacimiento en Valladolid, p. 178-194 ; Pedro Aguado Bleye, op. cit., p. 693-705.

21 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci.

22 Dámaso de Frías, op. cit.

23 Fray Gonzalo de Arriaga, Historia del Colegio de San Gregorio de Valladolid, Valladolid, 1928, p. 98.

24 A.G.S., Contadurías Generales, Leg. 886

25 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

26 A.R.C.V., Libro de Acuerdos I, fol. 252.

27 A.G.S., Contaduría Mayor de Cuentas, 2  época, Leg. 187. Infra, livre II, chap. iii.

28 Calcul effectué à partir de A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7.

29 A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301.

30 Pedro Núñez, Relación de todos los títulos del Reino, Escorial, Bibliothèque, J .11-23, fol. 61 à 70.

31 A.H.P.V., Leg. 567, 568, 569, 570.Voir infra, livre II, chap. iii.

32 Voir infra, livre II, chap. iii.

33 A.H.P.V., Leg. 570, fol. 1547.

34 A.H.P.V., Leg. 575, fol. 583.

35 A.H.P.V., Leg. 883, fol. 70.

36 A.H.P.V., Leg. 438, s.f.

37 Infra, livre II, chap. iv.

38 A.H.P.V., Leg. 54, fol. 1137 à 1176 ; Leg. 57, fol. 1194 ; Leg. 572, fol. 1046 ; Leg. 767, fol. 524.

Table des illustrations

Titre Éléments de connaissance des fortunes
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540