Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre premier. L'espace, la ville et les hommes

Chapitre III. Les routes et les grandes villes proches

Texte intégral

1Une ville, ce sont toujours des routes, des haltes, des commodités de trafic, des greniers publics ou privés, des marchés, des auberges et des entreprises de transport, des maîtres de poste... Ce sont aussi, certaines proches, plus éloignées les autres, les villes, grandes ou modestes qui assurent les relais des voyageurs et des marchandises et, simultanément, limitent et créent l’activité de la ville que nous regardons vivre. Nulle exception à ces règles souples : Valladolid n’existerait point sans ces routes et ses voisinages urbains. Ni les unes ni les autres ne manquent au rendez-vous. Les routes et les villes proches sollicitent donc notre attention. Celles-ci ne vivent que par celles-là, c’est presque le même sujet.

I. — LES ROUTES D’ABORD

La convergence des routes

2La ville était placée sur le grand axe économique et politique du Royaume de Castille, voire de l’Espagne, qui de Bilbao ou Laredo à Séville-San Lucar alignait du Nord au Sud Burgos, Valladolid, Medina del Campo, Ségovie, Madrid, Tolède, Cordoue, Ecija. Elle était remarquablement située, à faible distance de quelques-uns des centres les plus importants de Castille : Rioseco et Medina del Campo, les villes des grandes foires, à 8 ou 9 lieues ; Burgos, Ségovie et Salamanque (le commerce de la laine, l’industrie et les lettres) à 20 ou 25 lieues, soit à deux journées de cheval à allure normale, à une seule journée de courrier rapide. Séjour de la Cour durant une grande partie du siècle, résidence permanente de la Chancellerie, comment cette ville n’aurait-elle pas été le lieu d’un intense trafic ?

  • 1 Pedro Juan de Villuga, Repertorio de todos los caminos de España, Medina del Campo, 1546. Il faut n (...)

3Le Repertorio de todos los caminos de España, publié en 1546 par le Valencien Juan de Villuga (le répertoire publié en 1576 par Alonso de Meneses ne fut qu’une adaptation de l’inventaire de Villuga) l’affirme déjà : il établit que la partie de l’Espagne la mieux pourvue en routes du xvie siècle correspondrait au polygone Burgos-Zamora-Salamanque-Avila-Tolède-Madrid-Valladolid1. Elle bénéficiait au total d’un réseau routier d’une longueur approximative de 4 000 km, soit une densité quatre fois supérieure à la moyenne péninsulaire et Medina del Campo, toute proche de Valladolid, était avec Tolède le noeud de communications le plus considérable d’Espagne.

4Cette carte routière mérite d’être évoquée rapidement. Répertoires et documents coïncident pour montrer que Valladolid était reliée directement, c’est-à-dire au plus court, à toutes les villes importantes de la Meseta : Medina del Campo (à 8 lieues), Ségovie (à 17), Burgos (à 22), Salamanque par Toro (à 24), Tolède (à 40), Séville même par Medina puis par l’Estrémadure (à 95 lieues). Villuga ne signale aucune route Valladolid-Madrid, mais trente ans plus tard, Alonso Meneses donne un itinéraire direct Valladolid-Madrid pour gagner la nouvelle capitale par La Tablada et Guadarrama.

5Cette addition prouve, semble-t-il, que le répertoire de Meneses n’est tout de même pas une pure copie de celui de Villuga, mais aussi, ce qui est plus important, que la route directe Valladolid-Madrid, inutile en 1546, est devenue nécessité à la suite de la croissance de Madrid, conséquence de la promotion politique d’une ville naguère modeste.

  • 2 Maria Montáñez Matilla, El correo en la España de los Austrias, Madrid, 1953. p. 53 et suiv

6Valladolid était également reliée à Saragosse par une route que la voie ferrée actuelle suit grossièrement par Aranda, Ariza, Calatayud et d’autres routes importantes passaient par Valladolid, comme celle de Lisbonne à Burgos et aux Pyrénées. Car Valladolid, et c’est normal puisqu’elle exerça durant une partie du siècle le rôle d’une capitale, se trouvait associée à certains des grands itinéraires internationaux. Le plus considérable unissait, selon María Montáñez Matilla, les Pays- Bas à Madrid via Paris, Irún, Burgos et Medina del Campo2.

7Quelques-uns de ces chemins empruntaient sur une certaine distance un parcours commun et il est possible de distinguer quelques tronçons à grand trafic réunissant aux alentours de Valladolid cavaliers et piétons, convois de mules et charrois. Ainsi les routes vers Medina del Campo et Séville par l’Estrémadure d’une part, vers Tolède par Arévalo d’autre part (camino de los carros), passaient toutes deux par Puente de Duero et Valdestillas. De Valladolid à Ségovie, à Tolède par Palazuelos (camino de los caballos) et plus tard à Madrid, les chemins passaient légèrement à l’Est de ce premier itinéraire par Laguna, Boecillo, Mojados. Vers le Nord, Cabezón et Dueñas servaient de relais aux voyageurs et aux marchandises à destination de Burgos, puis de Bilbao ou de France d’une part, de Palencia et des puertos del mar de Castilla, Santander, Laredo ou Castro-Urdiales de l’autre.

8Au départ de Valladolid, deux routes s’orientaient vers Tolède : l’une courte, rapide, à l’usage des voyageurs pressés et des courriers : le « chemin des chevaux » ; elle naviguait en droiture au travers des sierras, par les relais sommaires de simples ventas ; l’autre plus longue et plus lente, cherchant les moindres pentes pour offrir aux charrettes des passages moins rudes et desservant les villes, les bourgs et les villages : Olmedo, Arévalo, Villacastín, El Espinar, Guadarrama, le tout au prix de nombreux détours qui allongent le parcours de plus de 8 lieues : 48 contre 39 1/2.

9Enfin, a proximité relative de la cité se croisent des itinéraires notables : le vieux chemin de Saint-Jean-Pied-de-Port à Compostelle passe par Castrogeriz ; à destination de Rioseco, du Léon, de la Galice venant de Medina del Campo, du Levant et du Sud, on passe par Tordesillas ; la transversale Saragosse-Salamanque fait étape à Alcazarén à 6 lieues de Valladolid. Bien entendu, cet inventaire néglige les voies d’intérêt local qui relient Valladolid aux villages et bourgs environnants, vers Fuensaldaña et Mucientes, vers Cigales, vers Ciguñuela, vers Tudela, etc. Plus important déjà, le chemin de la vallée de l’Esgueva rejoignait vers Roa les routes de Madrid et de Tolède vers le Nord ou le chemin de Rioseco. Ainsi s’organisaient à partir de Valladolid les mailles serrées d’une vaste toile d’araignée dont les fils saisissaient les personnes, les bêtes, les marchandises pour les attirer vers la ville et ses auberges ; ses abondantes nourritures du corps, de l’esprit, ses boutiques, ses spectacles, ses fêtes et, tant que la conjoncture fut favorable, ses possibilités de travail.

Les ponts, outils décisifs

  • 3 A.H.P.V., Leg. 573, fol. 971 verso. La barque devait être faite en 1586 par le charpentier Francisc (...)
  • 4 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 276.

10Bien pourvue de routes, Valladolid présente cependant un caractère plus original, que sa situation dans une zone de confluence et son site sur les rives d’un fleuve important expliquent facilement : la vieille Pincia était devenue, au xvie siècle, et sans nul doute, la ville-pont la plus importante de la Meseta septentrionale ; elle commandait non seulement les passages du Pisuerga (pont du « Rio Mayor » ouvrant la route de Rioseco, du Léon, des Asturies et pont de Cabezón à 2 lieues intéressant Burgos, les ports de Castille, le Nord) mais aussi les ponts du Duero, clefs obligatoires de tous les chemins du Sud entre Torde-sillas et Aranda : passage de « Puente de Duero » et pont de Boecillo, sans conteste les plus importants, étapes sur les voies de Medina del Campo, Ségovie, Tolède, Madrid, Séville. Beaucoup moins important le pont de Tudela, parce que la route d’Aranda et de Saragosse passant par Villabáñez évitait longuement au xvie siècle la vallée du Duero qu’elle rejoignait seulement aux abords d’Olivares. Autre point de franchissement du Duero à Herrera entre Boecillo et Tudela, grâce à une barque qui refusa longtemps la charrette mais acceptait les chevaux et les mules et permettait de gagner plus rapidement l’importante bourgade de Portillo et au-delà, Ségovie ou Madrid. Le passage d’Herrera qui existait dès le début du siècle puisque, comme l’écrivait Fernando Colón, « junto a Herrera pasan a Duero por barca », paraît avoir gagné en importance au long du siècle : il semble qu’après 1586 on ait donné à la barque d’Herrera, sinon la régularité de passage d’un pont, du moins sa capacité de transport : alors que les contrats d’adjudication de la barque ne concernent jusque-là que « la gente a pié y a caballo », le contrat de construction d’une nouvelle barque, passé le 28 juillet 1586, prévoit la réalisation d’un bateau capable de transporter « la gente, cabalgaduras y carretas », soit un bateau de 31 pieds, large de II3. Bien que le mot de carretas apparaisse pour la première fois en 1586, ne nous hâtons pas de conclure dans le sens d’un changement décisif car la barque construite en 1581 par le même charpentier avait des dimensions analogues4 : 30 pieds de long, 12 de large.

11La barque d’Herrera n’offre cependant qu’un intérêt inférieur aux ponts de Boecillo et de Puente de Duero dont l’importance éclate à la lecture attentive des livres de délibération de l’Ayuntamiento de Valladolid qui avait à charge l’entretien et la conservation de ces ponts ainsi, bien entendu, que ceux du Pisuerga. En revanche, le vieux pont roman de Simancas sur le Pisuerga, dont le trafic était beaucoup moins considérable, dépendait de ce bourg.

  • 5 A.M.V., L.A., 29 mai 1503.
  • 6 A.M.V., L.A., 24 janvier 1583 et 16 janvier 1597.

12Quel était l’état de ces chemins et de ces ponts ? Une première certitude : le caractère élémentaire de la technique des ponts et chaussées dans l’Espagne du xvie siècle. Car il arrive fréquemment qu’un pont menace ruine, qu’une route devienne ornière, un an ou deux, voire quelques mois à la suite d’importants travaux5 ; de même, plusieurs allusions des Livres d’Actes (11 avril 1504, 14 septembre 1506) évoquent l’effondrement du pont de Boecillo, à peine achevée sa construction. En 1513, c’est au tour du pont de Cabezón d’être détruit. Rebâti en pierre la même année il sera de nouveau emporté, plus tard il est vrai, le 23 janvier 1583. Car les crues infligèrent aussi des dégâts considérables à tous les ponts, nécessitant des réparations sérieuses. Les crues de 1583 et 1597 mirent plus ou moins à mal tous les ponts du Pisuerga et du Duero6.

  • 7 Federico Wattemberg, Desarrollo del núcleo urbano de Valladolid desde su fundación hasta el falleci (...)
  • 8 Antoine de Lalaing, op. cit., par. XII.
  • 9 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci.

13Cependant le grand pont de Valladolid sur le Pisuerga, ouvrage dont la première réalisation fut fort ancienne (elle daterait du xie siècle, selon Pinheiro da Vega, confirmé par Federico Wattemberg qui lui attribue un rôle notable dans le développement de Valladolid)7, objet de l’admiration d’Antoine de Lalaing en 15018, comme de celle de Pedro de Medina9, a résisté aux inondations les plus dévastatrices, y compris celle de 1597. Fermé par une porte, orné de deux colonnes arborant le blason de la ville, ce pont était un des orgueils de Valladolid. Il était entouré de toutes les sollicitudes de la ville qui consacra de fortes sommes à son entretien, à la réparation des outrages inévitables et prévisibles des ans, et de ceux, plus irréguliers, commis par les folies épisodiques des eaux. Car, c’est une autre certitude acquise au contact des Livres d’Actes du Conseil, chronique des soucis quotidiens de la ville, les pouvoirs publics incarnés par les regidores ont accompli de méritoires efforts pour sauvegarder et améliorer le capital de ponts et chaussées possédé par leur ville et sa région. Il ne se passe guère de mois sans que deux regidores, flanqués du majordome des travaux publics ou de deux ou trois techniciens, ne soient commissionnés pour examiner le passage scabreux de quelque chemin ou les misères de quelque pont.

  • 10 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

14Ainsi, en 1559, à la suite d’une enquête menée par les regidores, le majordome des oeuvres et quelques carriers, d’importants crédits sont affectés aux réparations du pont du Pisuerga (2 000 ducats), du pont de Tudela sur le Duero (800 ducats), à la construction de deux ponts sur l’Esgueva (à la Porte de Saint-Jean et au Pré de la Madeleine), à la remise en état des chemins de Villanubla, Santovenia, Cigales, Tudela10.

15En 1567, les regidores inspectent successivement les chemins de Cigales, Fuensaldaña, Cabezón, Tudela, Medina del Campo : partout les chaussées en mauvais état exigent des travaux immédiats : «... il convient que l’on répare ces chemins car ils sont très près de cette ville et ce sont passages fort nécessaires ».

  • 11 A.M.V., L.A., janvier 1579 ; 23 septembre et 23 octobre 1579 ; 10 février, 12 septembre 1580, etc. (...)

16D’octobre 1579 à décembre 1580 d’importantes réparations sont décidées, intéressant le pont de Boecillo, le « Puente de Duero », plusieurs ponts sur l’Esgueva et divers chemins. Les dévastations dues aux pluies et à la crue de 1583 conduiront à de nouveaux travaux d’une grande ampleur11.

  • 12 Andrés Navagero, op. cit., par. 71.
  • 13 Gonzalo Menéndez Pidal, Los Caminos en la Historia de España, Madrid, 1951, p. 84.

17Ces efforts, appuyés parfois par une subvention royale, ont abouti à des résultats : ainsi, les ponts de Cabezón et Boecillo, longtemps ponts de bois (c’était encore le cas du pont de Boecillo en 1527, selon le Vénitien Navagero), sont devenus des ponts de pierre d’une robustesse et d’une capacité de transport supérieures12. Des routes nouvelles sont apparues : le chemin de Cigales, ouvert en 1502 ; la route de Santander à Valladolid, mise en condition en 1522 pour les besoins d’un lourd train d’artillerie réalisé en Flandres13, celle de Madrid durant la seconde moitié du siècle. La fréquence des travaux sur certains chemins (Villanubla, Tudela, Medina par exemple) montre qu’on ne les laissait pas se dégrader sérieusement.

  • 14 A.M.V., 23 septembre 1579 ; 12 septembre 1580 ; 12 janvier 1583, etc.

18Mais tout cela ne doit pas cacher la réalité. En dépit de ces efforts, en raison des insuffisances de la technique, l’état des communications demeura précaire. Tout au long du siècle, des plaintes précises témoignent du danger qu’il y a à franchir certains ponts, des inconvénients que présentent pour les charrois ou les montures les chemins défoncés ou les ornières fangeuses. Parfois la circulation est interrompue : en 1512, les charrettes de plus de deux mules ne peuvent emprunter le pont du Pisuerga à Valladolid. En 1557, le pont de Boecillo est semé de trous qui rendent le passage dangereux ; au cours des années suivantes, malgré plusieurs réparations, l’état de ce pont laisse à désirer : il s’en va par lambeaux qui échouent dans le Duero, à tel point qu’en 1566 il faudra se résoudre à une reconstruction presque totale. En 1579, l’état du « Puente de Duero » est tel que le trafic est interrompu et il faudra entreprendre des travaux en 1579, I580, 1581, 158314. Cette même année, à l’issue de la crue de la San Alfonso, le pont de Valladolid sur le Pisuerga est interdit quelques jours aux charrettes et celui de Cabezón, effondré, doit être suppléé, pendant un semestre, par une barque semblable à celle d’Herrera. Quelques années plus tard le « Puente de Duero » donne de nouvelles et graves inquiétudes malgré les travaux de l’année précédente : la chaussée est en si mauvais état qu’elle présente un réel danger et il faut la supprimer pour remettre en état les arches et le tablier du pont.

Délabrement, mais sécurité des chemins

19Les chemins, on l’a deviné, ne sont pas plus favorisés : en 1540, certains des itinéraires les plus importants, ceux de Medina del Campo (à Río de Olmos), de Rioseco (à Bambilla), sont en très mauvaises conditions ; le premier est à nouveau mal en point en 1557, à telle enseigne que les marchandises ne pouvaient arriver à Medina, et, en 1560, il est de nouveau dégradé à Río de Olmos. En 1576, la route de la vallée de l’Esgueva est défoncée en plusieurs endroits ; en 1573, 1580, 1589, on se plaint de l’état du chemin de Tudela dont la chaussée est coupée en 1580. Dernier exemple : le 15 novembre 1593 1’Ayuntamiento de Valladolid demande au Roi d’ordonner que la ville et les villages de la terre fassent réparer les routes de Cigales, Mucientes, Val d’Esgueva et Rioseco, en état si déplorable que « la gente no puede caminar ».

  • 15 A.G.S., Diversos de Castilla, 29,1 à 6.

20En revanche la sécurité des relations routières n’a pas posé de problème grave aux pouvoirs publics et aux voyageurs : un examen minutieux des Livres d’Actes n’apprend rien à ce sujet ; les récits des voyageurs étrangers sont totalement muets : aucun d’entre eux ne fait allusion à la présence de brigands coupeurs de routes et détrousseurs de voyageurs. Sur les listes de détenus ou de galériens offertes par les archives, beaucoup de voleurs de bétail, de bandits ou d’escrocs de toute sorte mais un seul « brigand de chemins », un certain Diego Bernal15.

  • 16 Gonzalo Menéndez Pidal, op. cit.
  • 17 A.H.P.V., Leg. 80, vol. 57-58.

21Cependant Gonzalo Menéndez Pidal écrit qu’il y avait des bandoleros dans les Montes de Torozos mais je ne crois pas que le banditisme ait sévi de manière continue au cours du siècle car il aurait laissé plus de traces16. Le grand effort entrepris par la Santa Hermandad sous l’impulsion des Rois Catholiques semble avoir été suivi d’effets profonds et durables. La région de Valladolid avec son relief tabulaire, ses horizons découverts, se prêtait mal d’ailleurs au brigandage. Et la Santa Hermandad veille toujours : en 1554, le jeune Herrero est attaqué sur un chemin secondaire, de Laguna à Tudela, par deux malfaiteurs. Ses appels au secours sont entendus par l’alcalde de la Hermandad de Tudela qui parvient à les maîtriser malgré leur résistance et leurs armes17. De telles mésaventures semblent rares et les incidents procèdent plus souvent de rixes entre voyageurs ou muletiers.

Gens de l’accueil et du voyage

22Le répertoire de Villuga fait état de nombreuses ventas au long des grands chemins de Valladolid à Tolède, Burgos ou Salamanque : ainsi, la traversée de la sierra de Guadarrama par la route des chevaux s’effectuait, après Medina, grâce à plusieurs ventas très rapprochées (1 à 2 lieues) : Mojapán, La Dehesilla, La Palomera, Cebreros, Tablada, Los Toros de Guisando. De même, sur le chemin de Valladolid à Burgos, entre Quintana del Puente et Villanueva de las Carretas, les ventas de El Moral et de Villamanco assurent des relais.

  • 18 Les ressources que les veuves tirent de l’accueil des gens de passage sont explicitement signalées (...)

23En plus de ces ventas isolées qui évoquent les andanzas du Quichotte, les agglomérations rurales ou urbaines offraient le gîte et le couvert de leurs mesones tandis que nombre de particuliers, beaucoup de veuves notamment, tiraient vie de l’accueil des hôtes de passage et du ht ou de la nourriture qu’elles pouvaient proposer18.

24Les recensements détaillés de 1561, assortis de documents de dix ans postérieurs, permettent d’apprécier statistiquement l’importance de ces possibilités d’accueil. Le tableau suivant ne concerne que les grandes villes.

MESONES ET TABERNAS

MESONES ET TABERNAS
  • 19 Même document.

25Un document de 1570, extrêmement précieux, permet de préciser ces indications pour Valladolid et sa région19. On apprend ainsi, sans étonnement il est vrai, que Villanubla avait deux mesones et Mojados, carrefour routier, trois, qu’à Puente de Duero vivaient 29 « labradores y mesoneros que por ser lugar tan pasajero acogen », que la population de Valdestillas était formée de laboureurs qui tiraient également substance « de acoger en sus mesones por ser lugar de paso para muchas partes ». Autre bourg pourvu de trois mesones, Peñaflor, sur le chemin de Rioseco et de Léon.

26A Valladolid se trouvaient, outre les mesoneros, 92 personnes vivant exclusivement du logement des hôtes : elles habitaient surtout dans les parages de la Chancellerie : paroisses de San Pedro, La Antigua, La Magdalena (respectivement 37, 34 et 13). A ces 92 personnes s’ajoutaient de nombreuses veuves dont le principal moyen d’existence était : « de tener camas de alquiler en sus casas para acoger a los negociantes que a la Real Cnancillería vienen... ». C’était le cas de la majorité des 97 veuves de la paroisse de San Pedro et de bien d’autres, à San Martín, La Antigua, Santiesteban, Santiago. Des situations analogues se présentaient dans les autres grandes villes voisines bien qu’à une échelle moindre car à Valladolid la présence de la Chancellerie créait un cas particulier.

  • 20 A.M.V., Leg. 4, n° 14.

27Les pouvoirs publics s’efforcèrent, à plusieurs reprises, de protéger les voyageurs en leur assurant des conditions décentes de logement à des prix modérés. En 1499, des tarifs différenciés prévoyaient le cas de l’homme à pied ou à cheval, seul ou accompagné d’un valet. Le prix était trois fois plus élevé pour qui désirait un lit dans une chambre à lui réservée que pour qui acceptait la chambre commune (6 maravédis contre 2). En 1548, les ordonnances donnent des précisions pittoresques : les lits doivent être bons pour tout le monde et propres. Les écuyers et gens de qualité, qui payent plus cher, ont droit à deux oreillers, deux bons matelas de laine, deux draps de lin, un coussin, deux couvertures frazadas en hiver et une en été ; les gens du commun se contenteront d’un oreiller et d’un matelas, de deux draps dont l’étoffe n’est pas précisée et auront aussi deux couvertures en hiver. Les matelas ne doivent pas être posés à même le sol mais sur une armature de corde ou de bois. L’homme de qualité a droit à une chambre particulière avec clef, et son valet à un ht : le trio (chevalier, valet et monture) ne doit pas payer plus de 12 maravédis par nuit alors que le muletier paie 4 maravédis s’il utilise un lit, 2 seulement s’il s’en passe. Les ordonnances prévoient aussi le prix de l’orge, de la paille (20 % en plus du prix normal), les conditions de l’hébergement du bétail et interdisent aux aubergistes d’employer des servantes se livrant à la prostitution. Voici la brave Maritorne bannie de Valladolid ! Peut-on le croire ? Bien entendu, les aubergistes, dans leur établissement, devaient mettre en évidence le texte des ordonnances20.

28Tels sont les règlements. Mais la réalité ? Elle est impossible à connaître. Les documents sont, à cet égard, d’une grande pauvreté. Après Léon Rosmithal qui, au milieu du xve siècle, fonda la mauvaise réputation des auberges espagnoles où, à l’en croire, on ne trouvait que ce que l’on apportait soi-même, les voyageurs paraissent se désintéresser des auberges. Il est vrai que plusieurs d’entre eux, voyageant dans la suite d’un prince, comme Antoine de Lalaing, Laurent Vital, plus tard Enrique Cock, logent chez l’habitant. Mais l’ambassadeur vénitien Navagero, le Français Barthélemy Joly, ne sont guère plus diserts sur le chapitre des auberges dans la région de Valladolid. Le nonce du pape, Camille Borghèse, donne quelques indications pratiques à propos des prix, du linge, de la surveillance des valets, mais ne porte pas de jugement de valeur. Il faut se résigner provisoirement à l’ignorance.

  • 21 María Montáñez Matilla, op. cit., p. 85.
  • 22 Ibid., p. 86-87.

29La transmission des nouvelles, la circulation des marchandises nourrissaient d’autres professions. María Montáñez Matilla établit que, vers 1580, des courriers ordinaires et périodiques furent créés dans tous les royaumes de Castille21. Le Grand Courrier, don Juan de Tassis y Acuña, vendit ou loua les charges de courriers dans presque toutes les villes du Royaume, le contrat prévoyant l’établissement de lignes régulières. Ainsi avons-nous les noms des correos mayores d’Ávila, Zamora, Toro, Arévalo, Salamanque, Tordesillas, Léon et des « Quatre villes de la Côte » entre 1579 et 158922.

30Dès avant cette époque les grandes villes possédaient leurs courriers : par exemple, Antonio de Vera était correo mayor de Valladolid et Medina del Campo, en 1558. Mais, autour de ces importants personnages gravitait un monde de subalternes, courriers à pied ou à cheval, qui effectuait la réalité du travail. Le recensement de 1561 fournit, dans ce cas encore, une orientation statistique dont on peut tenir compte sans en exagérer l’exactitude.

31Les trois premières villes sont les mieux pourvues. A la réflexion voilà qui paraît normal. Ces villes jouaient un rôle commercial ou politique et se trouvaient sur une route internationale qui laissait à l’écart les deux dernières.

32La rapidité des courriers était variable, leur régularité incertaine. Selon leur catégorie les courriers devaient accomplir 10, 15 ou 20 lieues par jour et leur salaire variait en raison de leur vitesse. Quelques courriers extraordinaires ou diligencias faisaient jusqu’à 30 lieues par jour mais leur prix étant très élevé, ils n’étaient guère employés que pour le service des dépêches officielles.

33Le transport mobilisait muletiers et charretiers. Les premiers (arrieros, acemileros, recueros) se vouaient au transport des marchandises relativement légères, parfois périssables (le poisson par exemple) dont l’acheminement devait être aussi rapide que possible, alors que les charretiers s’adonnaient au convoiement des denrées pondéreuses ou d’objets peu fragiles (pierres de taille, bois, étoffes, grains, outres de vin, etc.). Les recensements de 1561 n’accordaient aucune place aux muletiers à Valladolid et Medina del Campo, étrange absence alors que Ségovie en avance 24. Par contre, les charretiers sont présents partout.

CHARRETIERS ET ROULIERS

CHARRETIERS ET ROULIERS

34Le même recensement signale la présence de deux charretiers à Olivares, un à Villabáñez, un à Adalia, et notre document de 1570 en déclare quatre à Peñaflor, un à Tudela, un à Herrera, un à Ciguñuela. Or, il ne s’agit là que des environs immédiats de Valladolid et il demeure évident que le trafic de la Meseta mettait en jeu un peuple de charretiers ou de muletiers dont la résidence principale importe peu. On s’exposerait à une appréciation erronée de la réalité si l’on se contentait des chiffres concernant Valladolid pour juger de l’intensité des échanges.

La circulation des marchandises

  • 23 Jean Delumeau, op. cit., t. I, p. 85 et suiv.

35Quelles sont les marchandises qui voyagent sur ces routes, convoyées par ces muletiers, ces charretiers ? Grâce aux brigands et aux avvisi Jean Delumeau a pu reconstituer les chargements d’un assez grand nombre de ces convois de procaccio qui traversaient l’Apennin et la campagne romaine en se hâtant vers la Ville23. Mais nous savons que les routes de Valladolid sont sûres et la Castille n’a point d’avvisi.

36Toutefois, lorsque l’on connaît l’activité de Valladolid et ses carences, lorsque l’on songe aux productions et aux besoins des villes proches, il est relativement facile de savoir quelles sont ces marchandises. Au prix de quelques anticipations on peut, sans grand risque, proposer cette esquisse du mouvement des marchandises.

  • 24 Jean Delumeau, op. cit., t. I, p. 82 et 84.

37Quelques lignes écrites à propos de Rome pourraient être reprises sans aucun autre changement que le nom des villes : « Rome est un gouffre consommant annuellement des quantités colossales de textile. » Et, plus loin : « Or, puisque Rome file et tisse peu, se contentant d’être la ville des tailleurs, il lui faut se ravitailler ailleurs, c’est-à-dire surtout à Florence... et à Naples »24. Jean Delumeau évoque le couronnement du pape Léon X, prétexte à vêtements somptueux, qui provoqua une dépense de l’ordre de 40 000 ducats et signale que le nombre des tailleurs atteint à Rome 361 en 1622, un pour 316 habitants.

  • 25 Laurent Vital, op. cit. ; A.R.C.V., Libro de Acuerdos, I, fol. 132.

38On peut aussi bien évoquer l’entrée solennelle du roi Charles à Valladolid en 1517 : on y vit 300 superbes habits de brocart, de nombreux autres vêtements de soie, tissés de fils d’or ou d’argent ; ou les funérailles de la reine Jeanne la Folle : le drap de Ségovie et de Logroño pour le seul personnel de la Chancellerie, commandé à cette occasion, coûta quelque 1 200 ducats25. Or, ces étoffes sont des étoffes d’importation. Car, pas plus que Rome, Valladolid ne file ni ne tisse : elle est la ville des tailleurs. En 1561, 173 tailleurs, un pour 200 habitants !

39Draps de Ségovie, de Cuenca, de Palencia, de Logroño. Soies de Tolède, de Grenade, de Valence, riches étoffes d’Italie, convergent vers la ville. Avec le blé de la Tierra de Campos et du Cerrato qui vient du Nord, le bon vin de la terre de Medina qui vient du Sud. Avec le poisson séché ou salé que des convois de muletiers, filant bon train, apportent de Santander et surtout de Galice. Avec le papier de Ségovie, les bois d’oeuvre de Soria. Et l’huile de Tolède, les sucres de Valence, les épices des Indes. Avec l’or et l’argent que la ville transforme dans son Hôtel des Monnaies ou dans les ateliers de ses orfèvres, les plus célèbres d’Espagne : en 1561, un atelier pour 523 habitants.

40Comme Rome, Valladolid expédie beaucoup moins qu’elle ne reçoit. Comme Rome vendait des « antiquités » aux riches collectionneurs du siècle, Valladolid vendait des oeuvres d’art : celles de ses orfèvres mais aussi celles de ses sculpteurs, retables, stalles, imágenes. On lira plus loin que nombre d’oeuvres célèbres destinées à d’autres villes : Ségovie, Tolède, Cáceres, par exemple, furent réalisées dans les ateliers de Valladolid, ceux de Berruguete et Juan de Juni notamment. Ou encore des grilles d’art, des objets de cuir travaillé, tels les guadamecis, ou de caractère plus pratique : selles, outres, chaussures. Et peut-être des livres...

41Mais Valladolid ne fut pas qu’un terme. Parfois seulement une étape. Pour les draps de Ségovie dont la production domine la Vieille Castille, pour les convois de laines qui se dirigent vers Burgos, plaque tournante du commerce international de la laine, Burgos forte consommatrice de blé et de vin que son territoire ne parvient pas à produire en suffisance. Pour les livres de Salamanque, dont l’Université attire les étudiants lointains. Pour Medina del Campo, Rioseco et Villalón, sièges des grandes foires de Castille, qui aspirent marchandises et gens d’affaires. C’est dire que notre ville se situe au coeur d’un réseau urbain dont certaines fonctions lui échappent et qu’il nous convient de connaître. Mais la circulation des marchandises pose encore le problème de son prix.

Le prix du transport

42Le prix du transport a exercé une grande influence sur le volume des marchandises déplacées et l’ampleur de leurs déplacements. Nous sommes assez bien informés sur le coût des marchandises lourdes (blé et vin), à petite distance ; on peut par déduction évaluer approximativement la part du transport dans le prix de revient des produits consommés et juger de l’action de ce facteur comme frein de la vie économique.

43Une remarque s’impose : la stabilité de ce coût, indépendant des variations considérables des prix du blé et du vin. Ainsi, le voyage de la charretée de vin de Tudela del Duero à Valladolid (3 1/2 lieues) oscille entre 8 et 8 1/2 réaux de 1559 à 1566, alors que le muid de vin vaut, au sortir du pressoir, 17 réaux en 1566 mais 20 en 1563. La charretée déplaçant deux muids plus une cruche, le transport supposait un cours supplémentaire de 13,5 % en 1563, de 23 % en 1566. De même, le transport de la charge de blé de Villanubla à Valladolid (un peu plus de 2 lieues) coûte 42 maravédis en 1587 comme en 1591 alors que le prix du blé varie presque du simple au double entre ces deux années : le coût du transport qui représente 4 % en 1587 s’abaisse ainsi à 2,5 % en 1591.

44Cette remarque a une portée économique de premier ordre : en année de bas prix les produits locaux reçoivent une prime aux dépens des produits d’importation. Le bas niveau des prix permet de supporter le supplément dû au transport. En année de haut prix le coût des charrois devient négligeable lorsqu’il s’agit de brèves distances et ne constitue pas un obstacle aux achats lointains, seuls susceptibles de remédier à la pénurie. Les produits envisagés étant des produits pon-déreux dans le prix de revient desquels la part du transport est la plus importante, il apparaît que le transport n’a été qu’une limite relative à l’activité des échanges.

  • 26 Le court tableau qui suit a été élaboré à l’aide des documents suivants : A.H.P.V., Leg. 55, fol. 1 (...)

45Toutefois, l’expédition du vin était une opération plus onéreuse, comme le montre le tableau ci-dessous et seul le transport du vin de qualité était économiquement justifiable à longue distance. On comprend à l’avance le succès des plantations de cépages courants dans les environs immédiats de Valladolid durant le siècle26.

LE TRANSPORT ET L’AUGMENTATION DU PRIX DU VIN

LE TRANSPORT ET L’AUGMENTATION DU PRIX DU VIN

46On notera que la progression du pourcentage est presque parfaitement proportionnelle à la distance, encore que nos calculs n’ayant pu être faits sur une même année et, par conséquent, pour des prix exactement comparables n’aient qu’une valeur approximative. Il reste que l’importation des grands vins du vignoble de Medina (Alaejos, Rueda, Nava del Rey, etc.), pourtant très proche, augmentait d’un quart le prix du vin : aussi bien cette importation ne concernait-elle que les riches. Elle était surtout forte en période de Cour.

  • 27 A.H.P.V., Leg. 485, fol. 934 ; Leg. 486, fol. 249 ; Leg. 488, fol. 195 et 274 ; Leg. 489 II, fol. 2 (...)

47En revanche le transport du blé, d’un maniement plus facile, se révèle moins cher. Les charrois à courte distance sont négligeables comme le montre le tableau ci-après27.

48Les grands marchés de la Tierra de Campos où s’approvisionnait Valladolid n’étant situés qu’à 8 ou 10 lieues (Rioseco, Torrelobatón), les zones de grande production à moins de 15 lieues, le coût du transport n’alourdissait généralement pas le prix du blé de la Tierra de Campos de plus de 10 à 15 %. Aux années de grande pénurie Valladolid n’hésitait pas à s’adresser à des fournisseurs plus lointains, et même au Portugal en 1594 ! La proximité des grandes régions productrices de vin ou de blé fut décidément un des atouts précieux de Valladohd, puisque le coût du transport était approximativement proportionnel à la distance parcourue : chose normale en une époque où les manipulations étaient réduites ainsi que les frais généraux des transporteurs et où comptaient surtout les temps consacrés aux charrois, mesurés, à l’heure du paiement, en journées d’hommes et de bêtes de somme.

LE TRANSPORT ET L’AUGMENTATION DU PRIX DU BLÉ

LE TRANSPORT ET L’AUGMENTATION DU PRIX DU BLÉ

49Sur la carte routière, à l’instant du bilan, la situation de Valladolid apparaît comme très favorable, compte tenu des limites techniques. Car ces limites concernaient aussi bien les autres villes : ailleurs, les routes n’étaient pas mieux entretenues, les ponts pas plus robustes ; ailleurs, la distance s’exprimait en mêmes unités de durée ; ailleurs, dans les sierras par exemple, la sécurité était moins bien garantie. Au centre d’un réseau étoffé de grands chemins, gouvernant les ponts, disposant d’un peuple de gens du voyage et de l’accueil, Valladolid était des villes où l’on passe, où l’on reste. Mieux que d’autres elle supportait les servitudes dispendieuses des transports puisque au coeur même des campagnes céréalières et viticoles qui la ravitaillent. Alors, si l’on se souvient de sa situation au milieu d’horizons vastes et de faibles reliefs, on conclura que les limites techniques du siècle jouaient pour elle, non contre elle. Pourtant, dans ce domaine, la situation de Medina était aussi bonne. Autant dire que la fortune de Valladolid au xvie siècle ne procède pas de ces seules sources.

II. — VILLES PROCHES, RIVALES OU ALLIÉES

Les grandes villes de Vieille Castille

50Au centre de l’espace urbain de Vieille Castille la mesure démographique donne à Valladolid la première place. Durant tout le xvie siècle, en effet, elle fut la métropole la plus peuplée de la Meseta septentrionale comme en témoigne le tableau ci-après.

  • 28 Les recensements de 1530 et de 1591 ont été vérifiés par nous dans les registres de comptes qui ser (...)

POPULATION DES VILLES DE VIEILLE CASTILLE28 (en vecinos ou feux)

POPULATION DES VILLES DE VIEILLE CASTILLE28 (en vecinos ou feux)

51Or, cette supériorité démographique évidente paraîtra étrange lorsqu’on saura qu’aux rendez-vous de la chance que l’histoire donne aux villes et dont naissent leurs mariages avec l’avenir Valladolid fut très souvent absente ou en retard. D’autres, ses voisines, qui lui demeurèrent très inférieures par la population, voire par la richesse, firent leurs lendemains de ces rendez-vous. Sans doute Valladolid était moins bien douée que Burgos pour attirer les laines de Castille et les distribuer à l’Europe manufacturière du Nord, cette dernière ville étant plus proche de la mer et des ports cantabriques : il était logique que lui échappât le commerce international de la laine ; sans doute aussi aurait-il été plus difficile à Valladolid qu’il ne le fut à Ségovie d’organiser une grande industrie de la laine et du drap parce que Ségovie était plus proche des grandes zones de pâturages, à meilleure portée des routes préférées de la transhumance : la grande industrie textile ignora Valladolid. Ainsi Burgos et Ségovie ne furent pas exactement pour Valladolid des rivales et n’ont pas gêné son développement. Elles l’auraient plutôt servi en stimulant à faible distance (deux journées de courrier) des activités différentes de portée internationale, dévoreuses de travail et de capitaux, productrices de revenus importants.

52Mais si la géographie et l’histoire s’accordaient pour attribuer à Burgos le rassemblement des laines péninsulaires et la direction de leurs voyages nordiques, pour faire de Ségovie la fabrique de Vieille Castille, Valladolid paraissait parfaitement située pour devenir la grande place commerciale et financière de l’Espagne septentrionale ou la capitale intellectuelle du pays et peut-être pour associer ces deux fonctions : sa position géographique et son importance politique pouvaient lui valoir la première, ses vieilles traditions universitaires héritées des études de la proche Palencia appelaient, semble-t-il, la seconde. Valladolid manqua ces mariages : en dépit de ses manoeuvres, elle ne put jamais attirer les foires de Castille qui échurent à Medina principalement, à Rioseco et Villalón accessoirement et son Université fut largement dépassée par celle de Salamanque. Autant de fonctions urbaines qui échappèrent à Valladolid pour revenir à des villes qu’il nous faut maintenant présenter sommairement si nous voulons prendre la mesure de l’espace castillan et associer notre ville aux activités d’une région dont elle a vécu et pour laquelle, partiellement du moins, elle a vécu.

Burgos et le grand commerce de la laine

  • 29 Nazario González, op. cit.

53L’histoire de Burgos au xvie siècle est d’abord celle d’un apogée, celle d’une rapide décadence ensuite comme l’a parfaitement souligné Nazario González dans son intéressant ouvrage Burgos, ciudad marginal de Castilla à qui nous devons une partie importante des lignes qui suivent29.

  • 30 Antoine de Lalaing, op. cit., par. 8.
  • 31 Gaspar Contarini, Relation de séjour en Espagne, 1525. Nous avons seulement lu la version espagnole (...)
  • 32 Andrés Navagero, op. cit., par. 78.
  • 33 Nazario González, op. cit., p. 138.

54Toutes les images que nous avons de Burgos relatives à la première partie du siècle évoquent la prospérité. Antoine de Lalaing, en 1501, la considère comme une cité très commerçante où l’on réunit toutes les laines d’Espagne pour les exporter en Flandres ; une partie cependant demeure sur place et fournit du travail à deux ou trois mille ouvriers ; la ville lui apparaît bien pavée et pourvue de belles maisons30. Vers la même époque, la Crónica incompleta s’exalte au point de prétendre que Burgos dépasse toutes les villes du monde, Venise comprise, par les flottes qu’elle expédie sur les mers comme pour le trafic terrestre qu’elle alimente grâce à ses nombreux marchands. Gaspar Conta-rini note lui aussi : « Burgos est une ville peuplée de marchands qui entretiennent un grand commerce avec la France et les Flandres »31. Un peu plus tard, en 1527, l’ambassadeur vénitien Andrés Navagero après avoir remarqué les faiblesses agricoles de Burgos (insuffisance des récoltes de vin et de blé) observe cependant que la ville ne manque de rien grâce à sa richesse : elle reçoit des marchandises de toute origine et les meilleurs vins d’Espagne. Le Vénitien ajoute que la ville est bien peuplée, pourvue des métiers les plus divers et conclut : « la majeure partie de ses habitants sont de riches marchands qui parcourent pour leurs négoces non seulement l’Espagne mais le monde entier »32. Exagération sans doute, mais un historien a pu établir une liste des 300 grands marchands du xviie siècle et les noms de Maluenda, Polanco, Moneda, Tamarón, Agrero, Gómez de Morales, eurent alors une importance internationale. La richesse des négociants de Burgos leur donna une importance politique : dès le xvie siècle, ils aidèrent les souverains (Henri IV, Ferdinand le Catholique par exemple) dans leurs entreprises ; en 1543 ils consentent à Charles Quint un prêt de 60 000 ducats pour le soutenir dans sa lutte contre François Ier, et Philippe II utilise plus tard leur garantie pour obtenir des Génois la somme considérable de 400 000 ducats33. Les Maluenda seront les rivaux de Simón Ruiz. Mais Simón Ruiz n’est pas un Vallisolétain.

  • 34 Ramón Carande, Carlos Quinto y sus banqueros, t. I, p. III.
  • 35 Nazario González, op. cit., p. 162.
  • 36 Ibid., p. 142.

55Les voyageurs étrangers ont bien vu la principale source de la richesse de Burgos : la laine, et le commerce international qu’elle suscitait. Ramón Carande a d’ailleurs considéré les gens de Burgos parmi les principaux responsables de la fuite de la laine nationale vers les pays industrialisés : ils monopolisent le marché de la laine, effectuent des achats anticipés dans les zones qu’ils se sont préalablement partagées, devant seulement faire face à la concurrence des Ségoviens qui achètent la laine pour leurs ateliers. Et, toujours selon Carande, l’un des deux plus importants propriétaires de troupeaux de la péninsule est l’hôpital de San Juan à Burgos. A Burgos sont organisés les convois de mules qui acheminent la laine vers Bilbao (parfois vers Laredo ou Castro-Urdiales) : 7 à 8 000 mules seraient constamment employées à ce trafic34. Utilisant un document de Simancas, González note que, vers le milieu du xvie siècle, l’exportation annuelle aurait été de 70 000 sacs de laine, soit plus de 80 000 quintaux35. Chaque année les négociants de Burgos frétaient deux flottes de quinze à vingt navires à destination de France et des Flandres. Parallèlement, par l’intermédiaire du consulat de Burgos, les négociants de cette ville contrôlent les assurances maritimes et même, jusqu’en 1579, le courrier international36.

56Nazario González a esquissé avec un certain bonheur le portrait de ce grand marchand burgalès : cultivé, doué de sens artistique, il a contribué à la splendeur de sa ville qui lui doit certaines de ses beautés : la chapelle du Connétable, le retable de San Nicolás, de la famille Polanco ; il marque pareillement son active présence dans les grands centres de commerce où il s’est établi : la chapelle de l’église San Francisco à Séville, la chapelle de Santa Cruz à Bruges. Sa mentalité capitaliste est à la mesure des espoirs du xvie siècle : sa quête de la richesse lui fait parcourir le monde économique connu, on le rencontre à Londres, à Rouen, à Toulouse, à Nantes, aux Iles Canaries, au Cap-Vert, en Guinée. Il risque tout son capital pour gagner 400 %. C’est un personnage tel que Valladolid n’en connaît pas.

  • 37 Nazario González, op. cit., p. 143.
  • 38 A.G.S., Expedientes de Castilla, 2e série, Leg. 62.

57Les raisons accessoires de la puissance de Burgos sont également connues : c’est l’industrie du cuir, la principale fabrication étant le soulier borceguí qui alimentait une certaine exportation37. Le recensement de 1561 confirme ce fait : il donne les noms de plus de 280 artisans voués au travail du cuir, dont plus de 50 tanneurs et corroyeurs (tañedores, cortidores, zurradores), 140 cordonniers (zapateros) et 21 fabricants de claques (chapineros), chiffres considérables pour une ville de 21 à 22 000 habitants38. Plus de 18 pelletiers, des selliers, bourreliers, bâtiers, etc. Ce recensement accorde aussi une certaine importance aux industries de la confection (100 tailleurs, 63 chaussetiers, 16 tailleurs de pourpoints, 13 chapeliers, 10 fourreurs, etc.), du métal (armuriers, couteliers, étameurs et ferblantiers, etc.). L’importance des industries d’art (23 orfèvres, 23 sculpteurs ou imagineros, 10 peintres, etc.), de l’imprimerie et de la diffusion du livre, témoigne en faveur d’une culture raffinée. La comparaison avec Ségovie, pourtant plus peuplée, est à cet égard suggestive (on trouvera en fin de chapitre les tableaux permettant des comparaisons de ce genre).

58Enfin Burgos avait pour elle son rôle militaire, marqué par la forteresse qui dominait la ville et par la fabrique de munitions destinées à l’artillerie : les artilleurs sont présents dans le recensement de 1561. Plus encore elle exerçait une importante fonction d’étape : Nazario González rappelle que Burgos était au carrefour de plusieurs grands chemins vers Valladolid, Soria, Barcelone, la Biscaye, Laredo, Santander, Santiago et « la Puerta de las Carretas » évoquait par son nom le considérable trafic qui s’orientait vers Medina et dont Valladolid recueillait une part. D’ailleurs les ponts et les chemins, si l’on en croit un document de 1545, étaient défoncés par les allées et venues des grandes charrettes attelées de 4 ou 5 paires de mules. La présence de 26 mesoneros dans le recensement de 1561, déjà signalés au chapitre précédent, atteste aussi ce rôle.

59Ce même document laisse penser qu’à cette date la prospérité de Burgos n’était pas encore sérieusement mise en question. Sans doute on ne trouve sur ces listes que 27 négociants (mercaderes et tratantes), 16 courtiers, 2 facteurs, un changeur. Ce nombre assez limité s’explique par le fait que beaucoup de marchands de Burgos s’étaient déjà installés à Séville (dès le début du siècle d’ailleurs, comme Gómez de Morales) pour pouvoir profiter des relations nouées avec l’Amérique. Toutefois, Burgos avait alors encore 4 347 vecinos : effectif très voisin de celui de Ségovie (4 409, les menores étant exclus dans les deux cas) et assez analogue à celui que Tassis attribuait approximativement à la ville au début du siècle : 5 000 vecinos. On peut cependant s’étonner du petit nombre de travailleurs de la laine que groupe alors Burgos : une trentaine de cardeurs, une vingtaine de tondeurs, 13 fileurs et 66 tisserands pour 21 drapiers ou marchands drapiers, les pañeros. Il est vrai que la ville compte aussi 164 trabajadores, main-d’oeuvre dont on ignore la vocation.

  • 39 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 34.
  • 40 Nazario González, op. cit., p. 160.

60La décennie 1561-1570 constitua peut-être le grand tournant de l’histoire de Burgos. Alors s’amorça un déclin longtemps irrémédiable. En janvier 1571, le rapport du corregidor accorde à Burgos près de 4 000 vecinos, ce qui suppose une diminution de 9 % par rapport à 156139. Le recensement de 1591, plutôt gonflé, donne 2665 vecinos ; celui de 1611, effectué par le regidor Antonio de Mexia, n’enregistre plus que 1 528 vecinos. La Población general de España de Méndez Silva attribue seulement 900 vecinos à Burgos et le bas de la courbe est atteint en 1669 avec 700 vecinos40. Les raisons de cette chute irrémédiable paraissent bien connues.

  • 41 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 34.
  • 42 Henri Lapeyre, Une famille de marchands, les Ruiz...,p. 485.

61Les malheurs commencent avec la terrible peste de 1565 qui décime Burgos mais la ville aurait surmonté cette épreuve si les sources de sa fortune n’avaient été brutalement taries. Car la révolte des Pays- Bas, les guerres contre les Hollandais et les Anglais frappèrent Burgos plus qu’aucune autre ville espagnole : la piraterie provoque la ruine des négociants armateurs et des compagnies d’assurances établies à Burgos. Nazario Gonzalez donne des exemples de navires richement chargés, frétés et assurés à Burgos, perdus en 1568, 1571. Le rapport du corregidor du 15 janvier 1571 est déjà pessimiste : la ville « es tan gastada con la peste y enfermedades pasadas ay muchos pobres y más de mil de ellos en cualquiera necesidad es menester que les de limosna para sustentarlos »41. On rapprochera opportunément cette déclaration du corregidor de la lettre de Simón Ruiz citée par Henri Lapeyre et qui est de la même année : « Le commerce de Burgos est presque complètement épuisé et, avec la confirmation des nouvelles d’Angleterre, ce sera pire. » La faillite du fils de Diego de Bernuy qui devait environ 170 000 ducats confirme ce pronostic42. En 1574, la prise du port de Middleburg, à l’embouchure de l’Escaut, et le pillage des navires castillans assurés à Burgos constitue un coup décisif : les Maluenda, San Román, les Aguero, les Ávila, se retirent des affaires. Nazario González observe que Bilbao et Medina qui participaient au système sont entraînées dans ce déclin. Les progrès de la centralisation ayant fait de Madrid une grande place financière, le rôle croissant de Séville, précipitèrent la décadence. La carence du ravitaillement signalée par Enrique Cock en 1592, la sensibilité plus grande aux famines (1584, 1598, 1630) soulignent l’appauvrissement de Burgos. Le départ des morisques en 1609 nuisit à l’agriculture locale. La population, pour vivre, dut se ruraliser : retour à la terre qui participe d’une exigence vitale, fin d’une épopée urbaine.

Ségovie et la grande industrie textile

  • 43 Diario de la Relación de Camilo Borghese. Voir J. García Mercadal, op. cit., I, p. 1481.

62Lorsque Camille Borghèse, nonce extraordinaire du pape Clément VIII auprès de Philippe II, publia la relation du voyage qu’il avait effectué en 1594 et dressa pour les voyageurs de l’avenir la liste des curiosités de l’Espagne il prêta peu d’attention à Ségovie : il oublia même l’Alcázar et l’aqueduc ! Mais, après avoir signalé le moulin à monnaie et la Cathédrale, il écrivit : « Hazer los paños »43.

63La draperie fut en effet, tout au long de ce siècle, la grande affaire de Ségovie. De cette industrie la ville tira force et vie. Les textes et les chiffres s’associent pour l’affirmer. Les textes d’abord : si Antoine de Lalaing, Andrés Navagero, sont passés à Ségovie sans prendre garde, semble-t-il, à sa vocation industrielle, celle-ci n’est pas passée inaperçue de Pedro de Medina :

  • 44 Pedro de Medina, op. cit. C’est-à-dire : « ... Dans cette ville vivent beaucoup de nobles chevalier (...)

64« En esta ciudad hay muchos nobles caballeros y ricos mercaderes. Es adornada de todos oficios y hácense en esta ciudad muchos y muy finos paños en mucha manera. Dentro de esta ciudad y todos los pueblos de su comarca el oficio continuo de las mujeres es hilar la lana para los paños que en esta ciudad se labran, los cuales se dicen ser los que cada un año se hazen más de tres mil piezas de paños de todas suertes pero la mayor cantidad son muy ricos y finos, que se llaman ‘ segovias ‘. Tiene esta ciudad molinos de papel, donde se hace mucho y muy bueno que se lleva a muchas partes... »44.

  • 45 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 40.

65Une vingtaine d’années plus tard le corregidor de Ségovie utilise des termes à peu près semblables : l’activité principale de la ville est : « el obraje de los paños porque ay muchos mercaderes que los hacen y oficiales que los fabrican... ». Le corregidor signale d’autres activités ; certains habitants de la ville sont propriétaires de troupeaux, expédient des laines en Flandres ou en Angleterre. Il signale les métiers de la confection, du cuir, etc. A la même époque le corregidor de Burgos se lamente de la pauvreté de sa ville : je croirais volontiers, il est vrai, que le déclin de Burgos contribue à la prospérité croissante de Ségovie. Et si le corregidor de Burgos répugne à accepter les morisques de Grenade que lui destine le Conseil royal, son collègue de Ségovie se réjouit de ce supplément de main-d’oeuvre. On les emploiera fort bien « en el obraje de los paños y en labrar la tierra y en guardar ganados »45.

  • 46 Enrique Cock, La Jornada de Tarazona, op. cit.

66Enfin, en 1592, Enrique Cock faisait des observations analogues. Il remarquait l’abondance des pâturages et, naturellement, celle des troupeaux d’ovins et des laines dont les habitants faisaient de très beaux draps : « Que casi todos viven de este trato ». Comme le texte précédent celui-ci attire l’attention sur la faiblesse céréalière et viti-cole de la région et sur l’obligatoire recours aux charrois46.

  • 47 Voir p. 9 6, n. 1.

67La mesure démographique qui rend bien compte, on l’a vu, de la décadence de Burgos appuie au contraire l’idée d’une expansion de Ségovie dans la seconde moitié du siècle : 4 409 vecinos, menores déduits, en 1561 ; 4 458 en 1570, 5 548 en 1591. Croissance évidente, même si les chiffres de 1591 sont un peu forcés. La population de la ville à cette date (28 000 habitants, avec l’usage du multiplicateur 5) faisait alors de Ségovie, avant Salamanque, après Valladolid, la deuxième ville de la Meseta septentrionale47.

68Cet essor démographique implique la bonne santé économique de la ville car Ségovie était une ville de travailleurs et son développement n’est pas susceptible de s’expliquer par un afflux de population parasitaire. L’étude comparée des recensements de 1561 révèle que Ségovie offre un pourcentage très élevé de population active : 73,7 % contre 64,7 % à Medina del Campo, 48 % à Burgos, 40 % environ à Valladolid. Taux d’autant plus élevé que la grande majorité des gens sans qualification professionnelle étaient des femmes (80 %), dont la plupart étaient des veuves. En outre, si Ségovie avouait 647 vecinos pauvres, soit 15,74 %, pourcentage élevé, plus de 56 % de ces pauvres étaient des veuves. Enfin, un tiers de ces pauvres (35,8 % exactement) avaient un métier, le paupérisme ségovien représentant ainsi pour la ville une charge beaucoup moins lourde qu’il n’apparaît au premier abord.

69La place des oisifs à Ségovie étant fort limitée c’est donc à l’expansion économique qu’une population en voie de croissance devait demander vie. Or, l’expansion économique ségovienne c’était, dans une large mesure, l’industrie de la laine et des draps.

70A Ségovie l’industrie occupe plus des trois quarts de la population active : 77 %. Taux sans commune mesure avec ceux offerts par les autres villes de la Meseta. Et dans l’industrie la place du textile est immense : environ 65 % des vecinos actifs. Encore la confection est-elle fort accessoire. Tailleurs et chaussetiers comptent peu à côté des 831 cardeurs, des 520 tisserands, des 278 tondeurs, des 105 drapiers ou marchands drapiers, ou encore des peigneurs, des foulons, des trieurs de laine, des teinturiers... Ces chiffres sont infiniment supérieurs à ceux que peuvent présenter les autres villes : Ségovie est bien alors la grande fabrique d’étoffes de la Vieille Castille. Elle tond la laine d’une grande partie de la Meseta que ses négociants achètent souvent par anticipation, la Chartreuse del Paular de Ségovie figurant d’ailleurs parmi les plus grands éleveurs de moutons d’Espagne ; elle la trie, la carde, la peigne, la tisse, la convertit en draps qu’elle apprête et qu’elle teint : les segovias sont alors exportés vers toutes les parties de la péninsule où on les préfère aux autres fabrications nationales et surtout vers Séville, souvent simple relais sur la route des Indes occidentales. Ce sont 1 905 vecinos sur 4 409 que Ségovie emploie à ces activités, 2 075 si l’on tient compte de la confection. Encore, pour cerner la réalité, faut-il faire place à toutes ces femmes dont les textes disent que leur travail unique était de filer la laine et que le recensement de 1561 méprise parce que le chef de famille, leur époux ou leur père, figure seul sur un document destiné au fisc. Et je n’ai pas compté les 133 marchands (distincts des marchands drapiers), mercaderes ou tratantes : ce chiffre a de quoi étonner. Il ne s’explique que si ces négociants étaient, d’une manière ou d’une autre, associés à l’industrie textile : ce qui postule le caractère capitaliste de l’industrie ségovienne dont de prochains travaux apporteront probablement la confirmation. Le déclin de Burgos a sans doute stimulé Ségovie dont la période 1570-1590 fut peut-être la plus euphorique.

  • 48 A.H.P.V., Leg. 44, fol. 284. Ségovie, d’ailleurs, n’attendra plus longtemps ses historiens. Outre l (...)

71Car les intérêts des gens de Burgos et de Ségovie étaient contradictoires. Les premiers voulaient exporter la laine, matière première ; les seconds voulaient la retenir pour alimenter leurs ateliers : conflit entre commerçants et industriels. Les difficultés qu’ont values aux exportateurs les guerres des Flandres n’ont pu que profiter aux industriels en provoquant une baisse du prix de la laine. Et si, à la fin du xvie siècle, Burgos n’exporte annuellement que 25 000 sacs de laine au lieu de 70 000 au milieu du siècle on peut penser qu’une bonne partie de la différence a été accaparée par Ségovie car la décadence du troupeau n’était pas telle alors qu’elle justifiât une pareille opposition entre les deux chiffres48. Hypothèse sans doute mais qui contribuerait à expliquer le « boom » ségovien des années 1570-1590 dont les travaux en cours, ceux de Felipe Ruiz Martín et Jean-Paul Le Flem, préparent l’histoire. En revanche le caractère monolithique de l’économie ségovienne précipitera la décadence lorsque, au début du xviiie siècle, à la suite de la terrible peste de 1599, cruelle à Ségovie, aura sonné l’heure des désastres.

72Caractère monolithique ? Il est certain. L’industrie du cuir de Ségovie est nettement inférieure à celle des autres grandes villes de Vieille Castille, qu’il s’agisse de Valladolid, à plus forte raison de Burgos et de Salamanque. Les arts des métaux, la poterie, la verrerie, le travail du chanvre, étaient presque négligeables. Les différentes activités qui se classent aujourd’hui dans le secteur tertiaire (commerce, hôtellerie, transports, service de la Loi ou de la santé publique, administration) n’employaient même pas à Ségovie le cinquième de la population active (19,6 % contre 36,5 % à Medina, près de 45 % à Valladolid !). Les métiers de l’alimentation n’appellent qu’une remarque : le nombre des meuniers est considérable, 33. Cela veut dire que la ville recevait son blé en grain. D’autre part le secteur primaire est réduit, ce qui s’explique facilement par la faiblesse agricole de la région de Ségovie, terre froide, « tierra de poco pan » selon la formule du corregidor et de moins de vin encore. En revanche, la richesse forestière des montagnes environnantes s’exprime discrètement dans le recensement de 1561 où figurent treize bûcherons ou scieurs de long (leñadores, partidores de leña, hacheros, aserradores).

73Ségovie possédait cependant, à côté de la draperie, deux industries notables : la frappe des monnaies sur laquelle nous sommes très mal informés, le document de 1561 se bornant à signaler dix monederos, chiffre sans signification, les ouvriers de l’Hôtel des Monnaies étant au moins dix fois plus nombreux. Quant à l’industrie du papier, son importance était déjà relevée par Pedro de Medina. Le recensement si souvent évoqué inscrivait dans la paroisse de San Llórente le maître du moulin à papier d’amont. Ce qui permet de supposer qu’il existait aussi un moulin à papier d’aval, sans doute situé hors le territoire de la ville et omis pour cela par les recenseurs. Le même document apporte d’autres renseignements en couchant sur ses listes les noms de quatre fabricants (papeleros) et de quatorze parcheminiers (perga-mineros). Le papier en question alimentait une partie de la Castille. Nous savons par exemple que, vers le milieu du siècle, l’imprimeur de Valladolid Juan de Villaquirán achetait son papier à Tomás Favario, papetier de Ségovie à qui nous le voyons passer une importante commande en 1546.

74La vocation au travail de Ségovie révélée par le taux de sa population active comme par le caractère original de son paupérisme rend compte sans doute des limitations de son existence. En effet, l’art et la culture paraissent les moindres soucis de cette ville. Les industries d’art sont médiocrement développées. Orfèvres, sculpteurs et doreurs, peintres, batteurs d’or et ferronniers sont beaucoup moins nombreux que dans les autres villes notables de Vieille Castille : 41, dont 17 orfèvres et 14 ferronniers alors que Medina, beaucoup moins peuplée, en compte 81, Burgos 74, Salamanque 104, Valladolid 149. La sculpture est particulièrement mal représentée à Ségovie (5 entalladores et un dorador), alors qu’elle fait vivre de nombreux artistes à Burgos, Salamanque et Valladolid : 25, 28 et 36 respectivement. Ségovie est aussi la ville la plus mal servie dans le domaine du livre : le recensement de 1561 ne signale aucun imprimeur, 3 libraires et 2 enlumineurs seulement. Rien de comparable avec les autres grandes cités castillanes. Et Ségovie, en matière d’objets d’art, est une probable cliente de Valladolid, si elle lui fournit une bonne part de ses draps et de son papier.

75Les observations qui précèdent peuvent, croyons-nous, donner une première idée des activités de Ségovie en ce siècle qui fut le plus brillant de son histoire. Si l’on prend en considération, outre sa fonction industrielle de très loin la plus importante, sa fonction de ville-étape bien placée sur les routes venant du Nord et se dirigeant vers la Nouvelle Castille, on sera très près de connaître le « style de vie » de cette ville, mal préparée à recevoir les oisifs, active, laborieuse, en pleine expansion pendant la seconde moitié du xvie siècle.

Medina del Campo et les foires de Castille

  • 49 Henri Lapeyre, op. cit., p. 478.

76Valladolid ne semble pas avoir accompli d’efforts pour disputer à Ségovie et à Burgos les fortunes produites par le travail de la laine et son commerce ; elle ne se résigna jamais, en revanche, à ne pas être la première place commerciale et financière d’Espagne et tout au long du xvie siècle, dès la fin du xve même, ses magistrats et ses hommes d’affaires cherchaient à rassembler dans leur ville les quatre grandes foires de Castille, dispersées entre Medina del Campo qui en avait deux, Medina de Rioseco et Villalón qui se partageaient les deux autres. Le bon sens et une juste appréciation des exigences économiques de l’époque auraient dû jouer en faveur de Valladolid, car, comme l’écrit très exactement Henri Lapeyre, « un pareil système d’allées et venues continuelles qui obligeait à transporter plusieurs fois les mêmes marchandises lorsqu’elles n’avaient pas été vendues et posait dans trois localités différentes de gros problèmes de logement, était évidemment le legs d’un passé lointain ». Il est vrai d’ailleurs que sous le règne de Philippe II, les changes furent regroupés à Medina del Campo49.

77La position de Valladolid paraissait d’autant plus forte qu’à cette « survivance médiévale » la ville n’opposait pas seulement des arguments d’ordre économique mais aussi la certitude d’un bon droit fondé sur la tradition. Les foires de Valladolid étaient en effet les plus anciennes de la Castille : c’est Alphonse III qui avait créé à Valladolid la première foire franche de Castille par un privilège du 11 juin 1156 : deux siècles et demi avant la naissance des foires de Medina ! Cette foire se tenait le 15 août et les huit jours suivants. Puis Alphonse X le Sage avait concédé le 30 juillet 1263 un privilège créant dans la ville deux foires franches de quinze jours pour la mi-carême et pour la mi-septembre. Ce privilège confirmé plus ou moins régulièrement, les foires eurent lieu au xvie siècle. Mais n’étant pas assorties de changes et de paiement, elles restèrent très modestes en regard de celles de Medina, Rioseco et Villalón.

  • 50 A.G.S., Cámara de Castilla, Valladolid, fol. 8. D’autre part, J. Agapito Revilla a rappelé cet épis (...)

78Malgré les suggestions de l’histoire et de l’économie, les efforts de Valladolid pour obtenir les foires de Castille restèrent vains. Ils furent pourtant persévérants. Dès 1491, profitant de l’incendie de Medina, Valladolid pensa réussir. Mais la reine Isabelle, très bien disposée à l’égard de Medina, soutint cette ville, interdisant même par la cédule d’Ecija du 13 avril 1491, au Conseil de Valladolid de continuer à prendre des mesures favorisant l’établissement de marchands dans sa ville. Loin de se décourager, l’Ayuntamiento, tout en déclarant que s’il obtenait satisfaction « la población se aumentaría en tanta manera que en poco tiempo sería otro París »50, modifiait sa tactique et revendiquait en priorité le transfert de la foire de Villalón à Valladolid : une pétition destinée au Conseil royal fut rédigée à cet effet le 5 février 1500. Peine perdue. Nouvel effort en 1503 : les députés sont envoyés à la Cour pour exposer les dommages que cause à Valladolid la foire de carême de Medina que ne justifient, disent les envoyés, ni cédule ni privilège, ce qui n’est pas le cas de Valladolid ; or les marchands de la ville qui trafiquent d’étoffes, de draps ou de cuirs la quittent pour aller s’établir à Medina et la cité est menacée de dépopulation ! Aucun succès malgré les pétitions renouvelées d’avril 1503 à janvier 1504.

  • 51 A.M.V., L.A., 5 février 1500 ; 31 mars, 5 avril et 17 novembre 1503 ; 19 janvier 1504 ; 16 janvier, (...)

79Les Vallisolétains reviennent à la charge en 1506. Cette fois ils sont en force : la délégation composée en janvier est dirigée par le corregidor qui accepte donc d’épouser pleinement les revendications de la ville, et elle comprend cinq regidores dont le comte de Ribadeo et un député de la ville. Argument principal : la dépopulation de Valladolid qui menace les intérêts du fisc de Sa Majesté. Demande formulée : l’octroi de foires franches pour le carême et la mi-septembre sur le modèle de celles de Medina, c’est-à-dire assorties de changes et suivies de paiements, ce qui reviendrait à ruiner les foires de Medina. La réponse royale est plus que décevante : en septembre, la franchise totale est rétablie pour la foire de... Villalón qui avait été transférée en 1502 à Medina del Campo et que la mort d’Isabelle venait de sauver51 ; le 7 septembre, une nouvelle députation est envoyée à la Cour.

  • 52 A.M.V., L.A., 10 février 1518 ; 28 juillet 1518.

80Après la disparition des Rois Catholiques, principaux responsables de la chance de Medina qui dut beaucoup à la faveur particulière d’Isabelle, Valladolid reprend le combat : elle suscite à Medina un procès à propos des foires, elle interdit en février 1518 à ses marchands de se rendre dans d’autres foires lorsqu’il s’en tient une à Valladolid, ce qui, à ce moment-là, vise tout spécialement la foire de carême de Villalón. Elle cherche aussi à obtenir l’appui de Burgos et de Léon dans cette affaire, en juillet elle envoie une députation à la Cour. Ainsi tout au long du siècle, la ville ne ménagea ni le temps de ses magistrats, ni, semble-t-il, son argent pour obtenir les foires si convoitées. Car il va sans dire que toutes ces requêtes étaient accompagnées d’offres financières de plus ou moins grande importance mais qui, pour de multiples raisons, ne parvinrent jamais à convaincre le pouvoir royal52.

  • 53 A.M.V., L.A., 11 juin 1566. J. Agapito Revilla, op. cit. En 1573, très nombreuses délibérations à c (...)

81La tentative la plus sérieuse paraît s’être produite en 1566 et pendant les années suivantes : Philippe II ayant demandé à la ville ce qu’elle serait disposée à offrir pour regrouper à son bénéfice les quatre foires de Castille, le Conseil municipal extraordinaire du 11 juin décida de proposer « malgré les pertes dues à la longue absence de Sa Majesté (c’est-à-dire de la Cour) et de l’incendie (de 1561) qui brûla les maisons de commerce » la somme considérable de 350 000 ducats, alors que Medina n’offrait que 99 000 ducats pour réaliser ce groupement. Peut-être l’affaire eût-elle été enlevée alors si Valladolid avait pu payer comptant. Mais trop affaiblie, pour les raisons invoquées plus haut, la ville n’avait pu qu’offrir un paiement échelonné sur dix ans dont une partie seulement payable en espèces (grâce à une contribution des différentes corporations), le solde étant versé sous forme de rentes. Et l’affaire ne se fit pas. Une autre tentative importante, en 1573, obtint le même résultat négatif53.

  • 54 A.G.S., Cámara de Castilla, Valladolid, fol. 8.
  • 55 Henri Lapeyre, op. cit., p. 480.

82Il paraît bien que la résistance obstinée et victorieuse des villes de foires aux prétentions de Valladolid ait été due notamment à la puissance de certains intérêts particuliers. Il faut savoir que Medina de Rioseco appartenait à la grande famille des Enríquez, titulaires de l’Amirauté de Castille, tandis que Villalón était propriété des Pimentel, comtes de Benavente et Grands d’Espagne. Le comte de Benavente, en particulier, multiplia les efforts pour donner importance à la foire de Villalón : en 1491, il envoyait à Valladolid un homme de confiance chargé de soudoyer de grands marchands de Valladolid pour qu’ils se rendent à sa foire de carême, voire même pour qu’ils s’établissent dans sa bourgade, ce qui provoqua un esclandre54. En 1506 il obtint de Jeanne la Folle la confirmation de la foire et, en 1521, la protection de Charles Quint pour les marchands qui s’y rendaient55.

  • 56 Méndez Silva, Población General de España, 1644.

83Ce fut cependant Medina del Campo, où résidaient de puissants négociants, qui joua le rôle essentiel et, monopolisant les paiements à partir de 1568, elle affirma plus encore sa supériorité après cette date. Les textes soulignent bien que les foires de Castille étaient la raison de vivre de Medina : lorsqu’elles disparurent au début du xviiie siècle, Medina fut entraînée dans une décadence irrémédiable que la mesure démographique exprime une fois de plus avec sécheresse. Medina, qui aurait eu 3 872 vecinos en 1530, 3 160 en 1561, 3 050 en 1570, 2 760 encore en 1591, alors même que la décadence semble amorcée, ne s’en vit plus accorder que 1 200 en 1644 par la Población general de España de Méndez Silva56.

  • 57 Andrés Navagero, op. cit., par. 75.
  • 58 Pedro de Medina, op. cit., cap. xc.

84En 1527, rien ne menace la prospérité de Medina, et le Vénitien Navagero le constate. Pour lui, Medina est « un bon lieu » avec « de bonnes maisons », grâce, dit-il, aux foires qui se célèbrent chaque année et au grand concours de foule qui s’y rend. Il note que la foire est bien pourvue de toutes marchandises, surtout d’épicerie, qui viennent du Portugal, mais les principales affaires que l’on y règle n’en sont pas moins les changes57. Écrivant en 1548, Pedro de Medina affirme, lui, que la ville de Medina del Campo « es uno de los buenos pueblos de Castilla ». On y tient chaque année deux foires « de los principales de España » où accourent gens et marchandises d’Espagne et de l’étranger. On y règle les paiements de seigneurs et de marchands, ce qui représente des sommes très élevées : « en tanta manera que el trato de Medina alcanza a todas partes de España y aún a muchos de fuera de ella ». Résident régulièrement à Medina de grands marchands dont les riches magasins sont fournis de toutes sortes de marchandises. Certains réalisent un chiffre d’affaires qui, pour les seuls livres, atteindrait 10 à 12 000 ducats ; celui que représentent les soieries, les draps, la lingerie, ne se peut évaluer ! Ville prospère et riche, conclut Pedro de Medina58.

  • 59 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2160.
  • 60 Enrique Cock, op. cit. Voir J. García Mercadal, op. cit., p. 1417.

85En 1570, le corregidor écrit : « En cette ville la principale affaire et manière de vivre est le commerce (contratación) ». Il ajoute que sur le territoire de cette ville on travaille les vignes et qu’il y a du blé59. Enfin, en 1592, Enrique Cock commence ainsi son propos relatif à cette ville : « Medina del Campo villa famosa por los mercaderes y tratantes que en ella suele haber... ». Il observe l’existence de quelques maisons principales de caballeros et de riches marchands et déclare que la région a du bon vin et du pain60.

  • 61 J. Paz et C. Espejo, Las antiguas ferias de Medina del Campo..., Valladolid, 1912. Henri Lapeyre, U (...)

86Le recensement de 1561 auquel je me réfère une fois de plus permet de préciser les activités de Medina dont l’histoire est d’ailleurs mieux connue que celle des autres villes de Vieille Castille grâce aux travaux déjà anciens de Paz y Espejo et à la thèse récente d’Henri Lapeyre. Si je me permets d’ajouter quelques lignes à ce qu’ont déjà apporté ces historiens c’est parce qu’ils n’avaient pu disposer de ce document alors inconnu que j’ai déjà utilisé dans un article dont je résumerai ici les conclusions61.

87La population active de Medina, sans être aussi nombreuse que celle de Ségovie, atteint une proportion notable : 64,7 % (2 045 vecinos sur 3 160) ; ce qui permet de considérer cette ville comme un centre de travail. Je crois avoir démontré d’ailleurs que le paupérisme de Medina avait un caractère parasitaire beaucoup moins accusé que celui de Valladolid : paupérisme essentiellement féminin, à 83 % ! Il concerne surtout des veuves (70 % des pauvres sont des veuves), à tel point que j’ai cru pouvoir écrire : « Drame de la solitude, de la femme abandonnée ou demeurée sans époux, de celle dont la mort a supprimé le compagnon. Drame d’un monde qui n’offre guère aux femmes de professions rémunératrices mais où les femmes sont majoritaires car l’émigration et la guerre emportent d’abord les hommes. » Sait-on qu’à Medina les veuves comptaient pour 21 % des vecinos !

  • 62 Henri Lapeyre, op. cit., p. 82, 83.
  • 63 Ibid., p. 4 9 7.

88Le secteur tertiaire, quoiqu’il ne soit pas numériquement le plus important, est intéressant parce qu’il concerne des gens qui exercent un rôle économique de premier plan : ainsi, en 1561, Medina avait 47 grands marchands ou négociants, plus 4 facteurs de maisons étrangères à la ville, 29 lenceros ou négociants de lingerie en gros, 65 courtiers ou changeurs, 21 épiciers, 14 libraires (diffusant en Castille les livres reçus de l’étranger). Voilà au moins 180 personnes brassant d’importantes affaires : ces chiffres prennent toute leur valeur si on les compare à ceux que propose Valladolid et que l’on trouvera dans le tableau qui termine ce chapitre. La richesse de certains de ces hommes d’affaires, parmi lesquels on distinguera bientôt le fameux Simón Ruiz dont la fortune a pu être évaluée à la fin du siècle à 363 000 ducats62, le mouvement et l’activité commerciale due aux foires, expliquent le développement impressionnant de certains métiers dont la population permanente, 16 000 habitants à peine, ne rendrait pas compte : il y avait alors en effet à Medina 106 tailleurs, 77 tailleurs de chausses, 5 tailleurs de pourpoints, 20 chapeliers, 24 passementiers. De même que cette richesse explique le succès des industries d’art : 39 orfèvres, 11 sculpteurs, 4 doreurs et 4 batteurs d’or, 3 peintres, 3 fabricants de guadamecis. Ces chiffres, évidemment, sont le témoignage d’une richesse fondée sur la collaboration entre le commerce et la finance. Henri Lapeyre a même pu écrire que « la capitale du Portugal où abondaient les capitaux était financièrement une dépendance de Medina »63.

  • 64 A. Huetz de Lemps, « Le vignoble de la Tierra de Medina », Annales, E.S.C., juillet-septembre 1957, (...)

89Le même document attire l’attention sur une autre raison, très secondaire il est vrai, de la fortune de Medina, l’importance du vignoble. Le recensement révèle l’existence à Medina de métiers qu’on chercherait vainement dans les documents de même nature concernant Ségovie, Burgos, Salamanque et même Valladolid dont le vignoble était pourtant, on le verra, considérable : il s’agit des courtiers en vins, des lieurs, mouilleurs et transvaseurs de vins, des tonneliers et laveurs de tonneaux, 43 personnes au total. Toutes les opérations révélées par ces métiers évoquent l’idée d’une commercialisation assez poussée du vin. De fait, il en était ainsi : le vin de Medina et des bourgades alentour, Nava del Rey, Rueda, La Seca, Alaejos, était un vin de grande qualité, fort prisé de la Cour et de l’aristocratie, destiné par sa qualité à affronter parfois de lointains voyages64.

90La prospérité de Medina paraît s’être maintenue pendant la plus grande partie du siècle. La ville a probablement supporté assez bien « le grand désordre des foires » malgré les perturbations que le retard fréquent des paiements valut au commerce et à la banque à partir de 1559, retard en rapport avec les grandes faillites de Burgos et de Séville en 1568. La période 1573-1578 fut cependant calamiteuse. L’augmentation des alcabalas en 1575 et la suspension des paiements ont même fait croire assez longtemps que le commerce de Medina avait été frappé à mort et, si l’on s’en tient à la mesure démographique, le déclin de Medina semble s’être amorcé durant cette période, la population fléchissant de 1561 à 1591.

  • 65 Henri Lapeyre, op. cit., p. 498, 499.

91Mais Henri Lapeyre a montré que Medina avait surmonté cette crise, partiellement au moins, grâce au succès des réformes de 1578 et de 1583 qui remirent de l’ordre dans le fonctionnement du système. Les banquiers lyonnais reprirent leurs opérations avec la Castille, les foires fonctionnant de manière parfaitement normale de 1583 à 1593 : « En somme, jusqu’en 1594, les foires de Medina del Campo fonctionnèrent assez brillamment et il convient de réviser l’opinion courante d’après laquelle elles auraient perdu toute importance dès 1575. Les réformes de 1578 et 1583 avaient rétabli la régularité. » Et Simón Ruiz, dont l’autorité est évidente, écrivait : « Avec cette confiance et ponctualité les foires se sont tenues depuis l’année 1579 jusqu’aux paiements d’octobre 1594. Les affaires allaient croissant et augmentant, affaires et argent affluaient de Flandre, Italie, France, Portugal, Royaumes de Valence, Aragon et Catalogne, et de ces Royaumes, de manière que les foires revenaient à leur état primitif. » Ce n’est qu’en octobre 1594 que se produisit la nouvelle crise qui provoqua la chute de Médina del Campo. Et le retour de la Cour à Madrid en 1606 sonna le glas des foires de Medina bien qu’elles se soient survécues misérablement jusqu’au règne de Philippe V. Pour Medina les heures de gloire étaient passées. Le monumental hôpital offert par Simón Ruiz à sa petite patrie demeure seul aujourd’hui pour témoigner de ces grandeurs65.

Salamanque, capitale intellectuelle

  • 66 Don Rafael de Floranes, Origen de los Estudios de Valladolid, Colección de documentos inéditos para (...)

92Privée des grandes foires, Valladolid aurait pu devenir peut-être la capitale intellectuelle de l’Espagne. Il lui aurait suffi pour cela de recueillir l’héritage de la petite cité voisine de Palencia où s’installa, en des temps très anciens, le premier estudio general de Castille. Après avoir fleuri à l’époque wisigothique, cet estudio disparut en raison de l’invasion arabe pour reparaître au xie siècle. Probablement érigé en Université entre 1212 et 1214 il eut à souffrir des rapines du comte Alvaro de Lara qui s’empara de ses revenus en 1217 : maîtres et étudiants en furent réduits à se disperser. Une nouvelle restauration ne put empêcher une disparition définitive, vers 1243. Valladolid, déjà assez développée, semblait la ville la mieux placée pour prendre la succession de Palencia et un de ses anciens historiens assure d’ailleurs que son estudio aurait été fondé sous l’abbatiat de Juan de Medina, soit entre 1220 et 123166. Mais ce fut Salamanque qui, prenant Valladolid de vitesse, accéda au rôle de capitale intellectuelle qu’elle conserva plusieurs siècles durant.

  • 67 Pedro de Medina, op. cit., cap. lxxxix.
  • 68 Voir notamment Juan Ortega y Rubio, Historia de Valladolid, t. I, p. 125 et suiv. La bulle fut déli (...)

93L’estudio de Salamanque fut créé au début du xiiie siècle par Ferdinand le Saint ; certains auteurs, comme Pedro de Medina, disent qu’il ne s’agit point de création mais du transfert de l’estudio de Palencia à Salamanque67. A vrai dire peu importe. Toujours est-il que l’existence de cet estudio fut consacrée par un bref du pape Alexandre IV en 1255 et l’Université, enrichie par l’octroi de rentes substantielles dues à la générosité du roi Alphonse X et du pape Boniface VIII, fut créée. Valladolid prenait du retard : son estudio n’est élevé au rang d’Université qu’en 1346 par une bulle de Clément VI qui faisait de l’abbé de Valladolid le chancelier de l’Université et consacrait tous les enseignements sauf la théologie68. Mais la ville ne pouvait plus prétendre dans ce domaine qu’au titre de brillant second qu’elle perdit même, au début du xvie siècle, au profit d’Alcalá de Henares. Pendant le Siècle d’Or, Valladolid ne fut que la dernière des trois Universidades mayores. Place de choix certes, mais qui aurait pu être meilleure.

  • 69 J. Munzer, Itinerarium sive peregrinatio per Hispaniam, Franciam et Ale-maniam, 1495. Version espag (...)

94Dès le xve siècle la supériorité de Samalanque est évidente : sa réputation est internationale. Racontant le voyage espagnol du baron tchèque Léon Rosmithal, effectué en 1466, son secrétaire écrit que de très nombreux étudiants de lettres et de sciences affluent vers Salamanque. Traduisons ses propos : « Peut-être les études ne fleurissent-elles nulle part ailleurs en Chrétienté comme dans cette ville. » Et Tetzel, autre narrateur du voyage, renchérit : « L’on dit que dans toute la Chrétienté il n’y a d’hommes aussi savants que dans cette ville. » Une trentaine d’années plus tard le Bavarois Munzer assurait : « Il n’y a point dans toute l’Espagne de plus illustres études que celles de Salamanque... et quoiqu’il y en ait d’autres dans la péninsule comme celles de Valladolid, Lisbonne et Tolède, aucune ne peut se comparer avec les salmantines »69.

  • 70 Gustave Reynier, La vie universitaire dans l’ancienne Espagne, Paris et Toulouse, 1902.

95Munzer attribue alors à Salamanque 5 000 étudiants et Pedro de Medina, vers 1545, 4 000. Ces chroniqueurs n’ont nullement exagéré. Les registres d’immatriculation, conservés à partir de 1546, le prouvent : en cette année 1546, 5 151 étudiants se sont inscrits. Ce chiffre, déjà considérable pour l’époque, allait être dépassé : 5 851 en 1551, 6 202 en 1552, enfin 6 778 en 1584, année record. A partir de cette date les effectifs diminuent, mais lentement : de 1590 à 1630 le nombre des étudiants oscille autour de 5 000 (5 131 étudiants en 1604 par exemple). Après 1630 le chiffre de 5 000 n’est plus jamais atteint et après 1676 l’effectif reste toujours inférieur à 3 00070.

  • 71 A.G.S., Cámara de Castilla, Valladolid, fol. 89.

96Aucune Université espagnole ne réunissait de telles masses d’étudiants. Vers 1585, alors que Salamanque est à son apogée, Valladolid immatricule 2 400 étudiants, chiffre supérieur, déclare le document, à ceux atteints autrefois71. Et, de fait, l’Université n’a pris son plein développement qu’après 1560, comme si la présence de la Cour l’avait freiné. Quant à Alcalá, elle avait 2 060 étudiants en 1535, 1949 en 1547. Pedro de Medina lui en accorde généreusement 3 000. Ne parlons pas des universités qualifiées par dérision de « sylvestres » ou « rustiques », comme celle d’Osuna qui atteignit son maximum en 1599 avec 332 étudiants.

97Première cité universitaire d’Espagne par le nombre des étudiants, Salamanque l’était aussi par leur qualité. La liste des recteurs, choisis parmi les étudiants, est significative. Voici représentées les grandes familles d’Espagne : ducs de Sesa, de Terranova, de Cardona, de Béjar, d’Albuquerque, de Villahermosa ; marquis de Spínola, Villena, Pomar, Santa Cruz, Poza, Aguilar ; comtes de Benavente, Uceda, Altimara, Montalvo, etc. Or, ces héritiers des grandes maisons menaient comme étudiants une existence de princes et la ville se nourrissait de ces fastes. Que l’on songe à l’arrivée à Salamanque de don Gaspar de Guzmán, comte d’Olivares, futur favori de Philippe IV : assisté d’un gouverneur, d’un précepteur, de huit pages, de trois valets de chambre, de quatre laquais, d’un chef de cuisine, d’un médecin et d’un barbier, de quelques servantes et valets d’écurie. Quelle chance pour la ville, pour les étudiants pauvres aussi qui, faute de bourse, se font valets d’étudiants riches !

  • 72 Gustave Reynier, op. cit., p. ii.

98Salamanque se distingue tout autant par la variété de ses enseignements auxquels la valeur de ses professeurs donne un renom extraordinaire. En plein épanouissement l’Université a 70 chaires dont 10 de droit canon, 10 de droit civil, 7 de médecine, 11 de philosophie et mathématiques, 7 de théologie, 17 de rhétorique et grammaire, 4 de grec, etc. Elle enseigna aussi le chaldéen, l’hébreu. Valladolid, en revanche, ne compte guère à la fin du siècle qu’une trentaine de chaires et ses professeurs, à quelques exceptions près, n’atteignirent pas la réputation de ceux de Salamanque qui eut des théologiens comme Luis de León, Domingo de Soto, Francisco de Vitoria, demeurés parmi les plus illustres écrivains du Siècle d’Or ; des juristes tels que Palacios et Ginés de Sepúlveda, introducteurs de l’esprit critique dans l’histoire du droit ; ou des humanistes comme Francisco Sánchez « el Brocense » qui composa une poétique, classa selon de nouveaux principes les règles des syntaxes grecque et latine, retrouva le véritable esprit de la philosophie épicurienne72.

  • 73 Pedro de Medina, op. cit., cap. lxxxix.

99Cette royauté intellectuelle faisait aussi de Salamanque la capitale du livre. Ses bibliothèques étaient justement fameuses : celle de la cathédrale qui possédait de très beaux manuscrits et celle de l’Université dont Munzer, déjà, observait la grandeur. Plus tard Pedro de Medina écrivait : « Hay una librería, la mejor de España. » Ouverte deux heures par jour seulement et fort surveillée73.

  • 74 A.G.S., Expedientes de Hacienda, 2e série, Leg. 157.

100Les métiers du livre avaient grande importance à Salamanque : une comparaison avec les villes voisines (tableau final) est révélatrice à cet égard. Cependant le chiffre de 52 imprimeurs donné par Gustave Reynier ne peut être accepté, à moins de totaliser les imprimeurs qui se sont succédé au long du siècle. Le recensement de 1561, une fois encore, permet de mieux connaître la situation. En cette année Salamanque comptait 11 imprimeurs, 20 libraires, 30 reheurs. Imprimerie et rehure présentent des chiffres sans commune mesure avec ceux des autres villes74.

101L’Université était la raison de vivre de Salamanque : les grands collèges, tels ceux de San Bartolomé, de l’Archevêque, d’Oviedo, de Cuenca, étaient pourvus de gros revenus qui, par le canal des professeurs et des étudiants, revenaient en bonne partie à la ville ; de nombreuses places étaient offertes aux domestiques de tout genre et les commerces de détail devaient beaucoup à ce peuple de jeunes gens. La richesse de nombreux professeurs ou étudiants, celle des églises et des monastères, explique aussi le développement notable des métiers d’art : 31 orfèvres, 23 sculpteurs, 13 peintres, 32 ferronniers...

102Toutefois Salamanque avait des activités autres qu’intellectuelles. Elle tenait un rôle industriel appréciable dans lequel le travail du cuir est au premier plan : l’abondance des troupeaux dans le Léon, l’utilisation commode d’un fleuve important comme le Tonnes en avaient fait la première cité de la tannerie : 114 artisans tanneurs et corroyeurs. La préparation des peaux, la fabrication des chaussures, des outres, divers autres travaux du cuir, faisaient vivre, encore, plus de 200 vecinos. L’effectif total des vecinos voués à ces industries atteignait 330. Aucune autre ville de Vieille Castille ou du Léon, même Burgos, ne l’approchait. Rappelons que ces chiffres supposent un plus grand nombre de travailleurs puisque seuls les chefs de famille figurent dans le recensement.

103Les industries textiles, dans leur ensemble, emploient un nombre de personnes légèrement supérieur mais la part de la confection est majoritaire : le travail de la laine, le tissage, la draperie, ne groupent que 108 travailleurs alors que le travail de la soie en occupe 28 et les diverses confections 249 dont 122 tailleurs, 56 chaussetiers, 10 tailleurs de pourpoints, tandis que la bonneterie, la tapisserie, la broderie, réunissent une trentaine d’artisans. Les marchands de confection sont 33, ceux de riches étoffes (joyeros), 15. L’importance de la confection s’explique bien entendu elle aussi, dans une large mesure, par les fastes universitaires.

104Accordons un instant d’attention au travail du métal qui occupait 50 à 60 forgerons, étameurs, ferblantiers, couteliers, chaudronniers, armuriers, aiguilletiers, et à la poterie assez importante puisqu’elle faisait vivre 35 artisans.

105Nous connaissons mal l’évolution démographique de Salamanque. Mais le nombre des étudiants donne peut-être la mesure exacte de sa prospérité : il semblerait alors que le déclin de la ville se soit produit un peu plus tard que celui des autres grandes villes de la Meseta septentrionale car c’est après 1630 que le nombre de 5 000 étudiants ne fut plus jamais atteint. Salamanque fut alors entraînée dans la décadence qui affectait toute l’Espagne.

***

106Tels sont les partis manques par Valladolid, épousés par d’autres villes. Il restait à Valladolid la fonction politique, administrative et judiciaire. Il lui restait les séjours épisodiques de la Cour, mais tel épisode dura quinze ans. Il lui restait le séjour permanent de la Chancellerie. Autant de raisons pour que s’établissent en cette ville bien située aristocrates, riches plaideurs, étrangers, artistes. Une vocation de capitale.

ACTIVITÉS COMPARÉES DES GRANDES VILLES DE VIEILLE CASTILLE ET DU LEÓN D’APRÈS LE RECENSEMENT DE 1561

107N.B. Ce tableau n’est pas exhaustif. Il ne concerne que les métiers les plus notables. D’autre part, on a trouvé au chapitre m les renseignements concernant l’hôtellerie et les transports.

Notes

1 Pedro Juan de Villuga, Repertorio de todos los caminos de España, Medina del Campo, 1546. Il faut noter que cette région était celle de toutes les anciennes capitales (Burgos, Valladolid, Tolède), celle des villes de foires (Medina del Campo, Rioseco, Villalón), celle des grandes Universités, celle de villes industrielles et commerciales (Tolède, Ségovie, Burgos), etc. Malgré la présence des sierras de Guadarrama et de Gredos, le relief est d’ailleurs favorable aux communications.

2 Maria Montáñez Matilla, El correo en la España de los Austrias, Madrid, 1953. p. 53 et suiv

3 A.H.P.V., Leg. 573, fol. 971 verso. La barque devait être faite en 1586 par le charpentier Francisco Taladrero pour le compte de Don Alonso de Castilla. C’est le même charpentier, un spécialiste en quelque sorte, qui avait fait la barque de 1581 pour Don Juan de Baeza, propriétaire du passage. Francisco Taladrero est dit « maestro de hacer barcas ».

4 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 276.

5 A.M.V., L.A., 29 mai 1503.

6 A.M.V., L.A., 24 janvier 1583 et 16 janvier 1597.

7 Federico Wattemberg, Desarrollo del núcleo urbano de Valladolid desde su fundación hasta el fallecimiento de Felipe II ; travail inédit déposé en 1956 à l’A.M.V.

8 Antoine de Lalaing, op. cit., par. XII.

9 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci.

10 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

11 A.M.V., L.A., janvier 1579 ; 23 septembre et 23 octobre 1579 ; 10 février, 12 septembre 1580, etc. Il ne s’agit là que de quelques exemples.

12 Andrés Navagero, op. cit., par. 71.

13 Gonzalo Menéndez Pidal, Los Caminos en la Historia de España, Madrid, 1951, p. 84.

14 A.M.V., 23 septembre 1579 ; 12 septembre 1580 ; 12 janvier 1583, etc.

15 A.G.S., Diversos de Castilla, 29,1 à 6.

16 Gonzalo Menéndez Pidal, op. cit.

17 A.H.P.V., Leg. 80, vol. 57-58.

18 Les ressources que les veuves tirent de l’accueil des gens de passage sont explicitement signalées par certains documents : A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7.

19 Même document.

20 A.M.V., Leg. 4, n° 14.

21 María Montáñez Matilla, op. cit., p. 85.

22 Ibid., p. 86-87.

23 Jean Delumeau, op. cit., t. I, p. 85 et suiv.

24 Jean Delumeau, op. cit., t. I, p. 82 et 84.

25 Laurent Vital, op. cit. ; A.R.C.V., Libro de Acuerdos, I, fol. 132.

26 Le court tableau qui suit a été élaboré à l’aide des documents suivants : A.H.P.V., Leg. 55, fol. 1468 ; Leg. 58, fol. 842 ; Leg. 59, fol. 1001 et 1002 ; Leg. 60, fol. 1156 et 1343 ; Leg. 61, fol. 516, 518, 606, etc. ; Leg. 62, fol. 1173 et 1253.

27 A.H.P.V., Leg. 485, fol. 934 ; Leg. 486, fol. 249 ; Leg. 488, fol. 195 et 274 ; Leg. 489 II, fol. 290.

28 Les recensements de 1530 et de 1591 ont été vérifiés par nous dans les registres de comptes qui servirent de fondement à l’ouvrage de Tomás González, lui-même ancien archiviste de Simancas.
A.G.S., Contadurías Generales, lib. 768 (année 1530).
A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301 (année 1581).
L’existence du recensement de 1561 nous a été suggérée par Felipe Ruiz Martín grâce à qui nous avons épargné des mois de recherche hasardeuse. Les détails s’en trouvent dans la richissime section « Expedientes de Hacienda », 2e série, qui mériterait d’être exploitée à fond : elle est certainement un des meilleurs moyens de connaissance de l’économie et de la société castillanes au milieu du xvie siècle.
Les legajos utilisés ici sont : no s 62 (Burgos), 125 (Medina del Campo), 157 (Salamanque), 165 (Ségovie) et 194 (Valladolid).
Enfin le recensement de 1584, incomplet hélas, et beaucoup moins précis que celui de 1561, se trouve dans la série Contadurías Generales, lib. 2307 et 2308.

29 Nazario González, op. cit.

30 Antoine de Lalaing, op. cit., par. 8.

31 Gaspar Contarini, Relation de séjour en Espagne, 1525. Nous avons seulement lu la version espagnole, présentée dans l’ouvrage de J. García Mercadal, Viajes de Extranjeros por España y Portugal, I, p. 898.

32 Andrés Navagero, op. cit., par. 78.

33 Nazario González, op. cit., p. 138.

34 Ramón Carande, Carlos Quinto y sus banqueros, t. I, p. III.

35 Nazario González, op. cit., p. 162.

36 Ibid., p. 142.

37 Nazario González, op. cit., p. 143.

38 A.G.S., Expedientes de Castilla, 2e série, Leg. 62.

39 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 34.

40 Nazario González, op. cit., p. 160.

41 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 34.

42 Henri Lapeyre, Une famille de marchands, les Ruiz...,p. 485.

43 Diario de la Relación de Camilo Borghese. Voir J. García Mercadal, op. cit., I, p. 1481.

44 Pedro de Medina, op. cit. C’est-à-dire : « ... Dans cette ville vivent beaucoup de nobles chevaliers et de riches marchands. Elle est enrichie de tous les métiers et l’on y fait quantité de draps très fins de diverses sortes. Dans la ville et tous les villages de la région, le travail habituel des femmes est de filer la laine pour les draps qui se travaillent dans cette ville ; on dit que l’on en fait chaque année plus de 3 000 pièces de draps de toutes sortes mais la plupart sont très beaux et fins et on les appelle segovias. Cette ville a des moulins à papier où l’on en fait beaucoup et de très bon que l’on envoie en de nombreux endroits. »

45 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 40.

46 Enrique Cock, La Jornada de Tarazona, op. cit.

47 Voir p. 9 6, n. 1.

48 A.H.P.V., Leg. 44, fol. 284. Ségovie, d’ailleurs, n’attendra plus longtemps ses historiens. Outre les travaux en cours de Felipe Ruiz Martín, il faut signaler les recherches entreprises par Jean Paul Le Flem à propos de l’économie et de la société ségoviennes aux xvie et xviie siècles.

49 Henri Lapeyre, op. cit., p. 478.

50 A.G.S., Cámara de Castilla, Valladolid, fol. 8. D’autre part, J. Agapito Revilla a rappelé cet épisode dans un article : « Las antiguas ferias de Valladolid », revue Cérès du 1er décembre 1943.

51 A.M.V., L.A., 5 février 1500 ; 31 mars, 5 avril et 17 novembre 1503 ; 19 janvier 1504 ; 16 janvier, 30 janvier, 6 février, 9 février, 1er septembre et 7 septembre 1506. Les délibérations à ce propos sont interminables.

52 A.M.V., L.A., 10 février 1518 ; 28 juillet 1518.

53 A.M.V., L.A., 11 juin 1566. J. Agapito Revilla, op. cit. En 1573, très nombreuses délibérations à ce sujet de juillet à novembre.

54 A.G.S., Cámara de Castilla, Valladolid, fol. 8.

55 Henri Lapeyre, op. cit., p. 480.

56 Méndez Silva, Población General de España, 1644.

57 Andrés Navagero, op. cit., par. 75.

58 Pedro de Medina, op. cit., cap. xc.

59 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2160.

60 Enrique Cock, op. cit. Voir J. García Mercadal, op. cit., p. 1417.

61 J. Paz et C. Espejo, Las antiguas ferias de Medina del Campo..., Valladolid, 1912. Henri Lapeyre, Une famille de marchands, les Ruiz..., op. cit. B. Ben-nassar, « Medina del Campo, un exemple des structures urbaines de l’Espagne au xvie siècle », Revue d’Histoire Économique et Sociale, 1961, n° 4.

62 Henri Lapeyre, op. cit., p. 82, 83.

63 Ibid., p. 4 9 7.

64 A. Huetz de Lemps, « Le vignoble de la Tierra de Medina », Annales, E.S.C., juillet-septembre 1957, p. 403.

65 Henri Lapeyre, op. cit., p. 498, 499.

66 Don Rafael de Floranes, Origen de los Estudios de Valladolid, Colección de documentos inéditos para la historia de España, t. XX, p. 51.

67 Pedro de Medina, op. cit., cap. lxxxix.

68 Voir notamment Juan Ortega y Rubio, Historia de Valladolid, t. I, p. 125 et suiv. La bulle fut délivrée en Avignon le 31 juillet 1346.

69 J. Munzer, Itinerarium sive peregrinatio per Hispaniam, Franciam et Ale-maniam, 1495. Version espagnole dans J. Garcia Mercadal, op. cit., p. 392.

70 Gustave Reynier, La vie universitaire dans l’ancienne Espagne, Paris et Toulouse, 1902.

71 A.G.S., Cámara de Castilla, Valladolid, fol. 89.

72 Gustave Reynier, op. cit., p. ii.

73 Pedro de Medina, op. cit., cap. lxxxix.

74 A.G.S., Expedientes de Hacienda, 2e série, Leg. 157.

Table des illustrations

Titre ROUTES ET PONTS DE VALLADOLID
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre MESONES ET TABERNAS
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre LES COURRIERS
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre CHARRETIERS ET ROULIERS
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre LE TRANSPORT ET L’AUGMENTATION DU PRIX DU VIN
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre LE TRANSPORT ET L’AUGMENTATION DU PRIX DU BLÉ
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre POPULATION DES VILLES DE VIEILLE CASTILLE28 (en vecinos ou feux)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/247/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable