Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Images mises en forme

Dossier : Images mises en forme

À la santé des dieux et des hommes

La phiale : un vase à boire au banquet athénien ?

Athéna Tsingarida

Résumé

Dans un contexte grec, la phiale, inspirée d’un prototype métallique oriental, est généralement associée à la pratique de la libation, effectuée en l’honneur de divinités. Cet article n’aborde pas l’usage liturgique de la forme, mais il s’intéresse plus particulièrement à son emploi, plus rare, comme vase à boire au banquet attique. Un nombre restreint de vases, datés de la fin de l’époque archaïque, est décoré de scènes de banquet ou de comos où la phiale est manipulée comme une coupe. La forme est en métal et participe à l’aspect raffiné et luxueux du banquet représenté, qui combine à la fois des pratiques grecques et achéménides dans le choix de la vaisselle et le détail des vêtements portés par les participants. Le caractère exceptionnel de la vaisselle (phiales et autres formes) constitue une forme d’attribut social : le moyen pour une élite de se distinguer des autres citoyens par une pratique qui nécessite des produits rares et chers. Plus encore, le choix de se tourner vers le modèle achéménide, synonyme de luxe et de raffinement mais aussi symbole, selon Hérodote et Xénophon, d’un régime monarchique et aristocratique, ne devait pas être gratuit. Il permettait à un groupe d’individus de traduire leur appartenance à une classe aristocratique, sensible au système fortement hiérarchisé, imposé par le Grand Roi.

The phiale is a shape derived from a near-eastern metalware. In the Greek world, it is commonly acknowledged as a libation-pouring vessel related to a ritual context. This article examines the exceptional use of the phiale as a drinking vessel in the Athenian symposium. There are few known Attic vases dated to the Late Archaic period decorated with symposiats or komasts drinking from phialai. In these scenes, phialai are in metalware. They are part of elaborate and rich symposia, displaying Ionian or Persian influences both through the vessels and garments used by the revellers. The phiale in a dining context must be therefore seen as part of a Perserie phenomenon, still limited, in the Late Archaic period, to an Aristocratic code of behaviour. A restricted clientele consciously chooses to reproduce the Persian luxurious dining practices not only to display its wealth, but also to assess its preference for a social hierarchy, close to that imposed by the Great King.

Texte intégral

Comme un homme opulent prend en main une phiale, où bouillonne la rosée de la vigne …
Pindare, Olympiques VII, 1,
trad. A. Puech, éd. Les Belles Lettres

  • 1 Pour la phiale grecque en métal, voir l’ouvrage, déjà ancien, de Heinz Luschey, Die Phiale, Bleiche (...)
  • 2 Sur la manière de tenir et de manipuler le vase pour les libations, Dietrich von Bothmer, « A Gold (...)

1Le terme de « phiale », souvent mentionné dans les sources littéraires et épigraphiques, est généralement associé à un bol peu profond, dépourvu d’anses et de pied. Le vase dans sa version hellénisée s’inspire d’un prototype métallique oriental auquel on a ajouté un bouton central, qui permet de l’identifier dans les textes à la « phiale mesomphalos »1. L’addition de cet élément dans un contexte grec s’explique par l’usage de la forme pour la pratique de la libation. L’omphalos permet une meilleure tenue du récipient lorsqu’on verse la spondé (sacrifice liquide). Le majeur et l’index sont placés dans cet espace creux alors que le pouce tient le bord2.

  • 3 Voir pour des exemples anciens en bronze et en terre-cuite, Luschey, op. cit., p. 31 ; Thomas J. Du (...)
  • 4 Vincenze Tosto, The Black-figure Pottery signed Nikosthenes epoiesen, Amsterdam, 1999, p. 130, note (...)

2Les plus anciens exemples connus de phiales grecques remontent au VIIIe siècle3. Bien que ce soit une forme essentiellement métallique (en or, argent ou bronze), il existe également des exemples en terre cuite mais aussi des versions plus rares en verre ou en onyx. On connaît quelques phiales attiques en céramique dès le VIIe siècle mais c’est surtout à partir du milieu du VIe siècle que leur production augmente considérablement, notamment dans l’atelier de Nikosthénès4. Durant les VIe et Ve siècles, ces produits peuvent être décorés suivant des techniques variées, en figures noires, en figures rouges ou en vernis noir mais aussi dans des techniques plus rares et plus élaborées, telles que le fond blanc, la technique Six ou Six polychrome et le rouge corail.

  • 5 Phiale à fond blanc avec femmes dansant autour d’un autel : Boston, Museum of Fine Arts 65.908 ; Jo (...)
  • 6 John Oakley, Picturing Death in Classical Athens : the Evidence of the White Lekythoi, Cambridge, 2 (...)
  • 7 Voir notamment, les données épigraphiques qui répertorient un nombre important de phiales métalliqu (...)

3Les données archéologiques et l’iconographie attique confirment l’usage cultuel de la forme, alors que la thématique parfois religieuse de son décor figuré pointe également vers sa fonction liturgique5. On retrouve le vase non seulement dans les scènes de libations en l’honneur d’une divinité ou d’un mort, mais aussi dans les fouilles de sanctuaires et parmi le matériel funéraire de certaines tombes6. Dans ce contexte funéraire, le vase semble jouer un double rôle : à la fois utilisé pour les libations, il est également déposé devant ou dans la sépulture. Les inventaires épigraphiques des temples mentionnent également des phiales, souvent en métal, comme offrandes privilégiées et moyen de thésaurisation du sanctuaire7.

  • 8 Comme le notait Martin Robertson : « the phiale is seldom or never shown in use as an ordinary cup  (...)
  • 9 Voir Herbert Hoffmann, « The Persian Origin of Attic Rhyta », Antike Kunst 4, 1965, p. 25-26.

4Il est cependant un autre usage que cet article voudrait examiner, celui de la phiale en tant que vase à boire. Cette pratique, commune dans le monde oriental, plus particulièrement perse ou lydien, est rare dans le monde grec8. Dans ce dernier contexte, le caractère essentiellement liturgique de la forme a poussé une majorité de chercheurs à attribuer aux banquets grecs avec phiales un caractère religieux ou rituel où le vase serait toujours utilisé pour des libations. Il existe, cependant, certaines représentations qui figurent des banquets où les participants ont clairement remplacé la coupe ou le skyphos par la phiale et dont le contexte ne renvoie à aucun élément religieux ou cultuel. Dans son étude sur les rhyta, H. Hoffmann les mentionne surtout à partir du milieu du Ve siècle, lorsque, après les Guerres Médiques, une partie importante de la population athénienne semble sensible à une « mode perse »9.

5L’iconographie attique nous livre un certain nombre d’exemples où les phiales sont utilisées comme vases à boire dès le VIe siècle. Ces scènes qui apparaissent surtout à partir du dernier quart du VIe siècle n’ont pas encore fait l’objet d’une étude systématique. Dans le cadre de cet article, on voudrait examiner à la fois les données tirées du corpus céramique mais aussi des sources littéraires et des contextes archéologiques. On présentera brièvement les quelques exemples liés à un contexte rituel ou divin, mais on mettra surtout l’accent sur la phiale au banquet des hommes. En effet, le caractère exceptionnel d’un tel usage à la fin de l’archaïsme implique qu’il devait concerner un cercle précis d’individus, qui choisissait consciemment certaines pratiques. On souhaiterait donc mettre en évidence l’originalité culturelle, voire sociale, que la phiale pouvait refléter à cette époque par son apparition dans le banquet.

La phiale, un vase à boire dans un contexte rituel, divin et héroïque

  • 10 Théognis, Élégies 762.

Nous boirons les libations (spondas) destinées aux dieux10.

  • 11 Pour la libation et l’usage de la phiale : François Lissarrague, « La libation : essai de mise au p (...)
  • 12 « Libation. III. Phiale », ThesCRA V, 2005, p. 196-200 (Ingrid Kranskoff).
  • 13 Oxford, Ashmolean Museum 270, Corpus vasorum antiquorum Oxford 1, pl. XVII, 3 ; l’homme au sceptre (...)
  • 14 Florence, Museo Archeologico 3990, face A : Corpus vasorum antiquorum Florence 2, pl. 38, 1 ; pl. 3 (...)
  • 15 Athènes, Musée National, collection de l’Acropole 2.396 ; Botho Graef, Ernst Langlotz, Die antiken (...)

6Cette citation de Théognis décrit la dernière étape du sacrifice liquide, celle où l’on boit le contenu de la phiale. Bien que l’acte de manger ou de boire ne soit que très rarement montré dans la céramique grecque11, on connaît quelques scènes, toute datées de la première moitié du Ve siècle, où des personnages, après avoir effectué la libation, boivent à la phiale ou s’apprêtent à le faire12. Dans ce cas, le rapport à la pratique rituelle est clairement signifié, soit par la présence d’une jeune femme qui porte l’œnochoé13 ou par un contexte indiquant que la libation a eu lieu14, soit encore par la présence d’une divinité15.

  • 16 Pour une liste des dieux pratiquant la libation : Erika Simon, Die opfernde Götter, Berlin, 1953 ; (...)
  • 17 La discussion portait déjà sur certaines représentations, telle celle sur la fameuse coupe de Tarqu (...)
  • 18 Athènes, Musée National, coll. Acr. 15214, détail d’une coupe, assemblée de dieux au mariage de Thé (...)
  • 19 Voir en dernier lieu avec bibliographie, Amalia Avramidou, « Attic Vases in Etruria : Another View (...)
  • 20 Cyropédie I, 3,8 ; pour la tombe lycienne de Karabarun II, Machteld J. Mellink, « Archaeology in As (...)

7La phiale apparaît également aux mains des dieux. Parallèlement aux vases qui mettent clairement en scène une pratique liturgique avec les instruments et les gestes de la libation16, on compte parmi les représentations d’assemblées divines quelques exemples, qui pourraient suggérer un contexte sympotique où la phiale serait également manipulée comme vase à boire.17 La question se pose tout particulièrement dans le cas où les divinités tiennent ou tendent une phiale à l’horizontale comme pour partager le vin (fig. 1)18 et lorsque, plus rarement, elles adoptent la position couchée du banquet humain, une attitude contradictoire avec leur statut divin. L’exemple le plus connu est celui de la coupe dite du « banquet divin », attribuée au Peintre de Codros, dont l’interprétation a fait l’objet d’une très longue bibliographie19. En faveur de la thèse du banquet, il est intéressant de noter que sur ce vase, à l’inverse de la majorité des autres scènes où les peintres ont placé le récipient entre le pouce et la paume, les dieux portent les phiales sur le bout des doigts. Ce faisant, ils manipulent l’objet comme un vase à boire suivant une pratique décrite par Xénophon pour le banquet perse et observée sur les peintures de la tombe lycienne de Karabarun20.

  • 21 Sur Dionysos et Héraclès au banquet voir Burkhart Fehr, Orientalische griechische Gelage, Bonn, 197 (...)
  • 22 Voir le fragment d’hydrie à figures noires, Bâle, collection H. Cahn, Groupe d’Archippé, John Board (...)
  • 23 Annie Verbanck-Piérard, « Herakles at feast in Attic Art : a mythical or cultic iconography ? », da (...)
  • 24 Pour les satyres au banquet, François Lissarrague, Un flot d’images. Une esthétique du banquet grec(...)
  • 25 Florence, Museo Archeologico Etrusco 73749, John D. Beazley, Attic Red-Figure Vase-Painters, Oxford (...)

8Parmi les dieux et les héros, seuls ou accompagnés, Dionysos et Héraclès sont souvent représentés couchés au banquet, tenant occasionnellement une phiale à la main21. C’est parmi les scènes d’Héraclès au banquet que l’on voit apparaître l’exemple le plus ancien, daté du milieu du VIe siècle, de la phiale comme vase à boire au symposion attique22. Même si la signification de la forme liée au héros est complexe – référent cultuel, héroïque, divin ? – elle doit être mise en rapport avec l’importance du banquet dans l’iconographie héracléenne23. Forme interchangeable avec le canthare, la phiale se retrouve à la fois aux mains d’Héraclès et de Dionysos et apparaît également dans celles des satyres. Sur ces vases à l’iconographie dionysiaque, la phiale, au même titre que d’autres récipients rares, tels que la corne à boire, pourrait signifier une manière de consommer le vin autrement24. C’est dans ce sens qu’il faut sans doute lire la coupe du Musée de Florence, sur laquelle le peintre joue à montrer une grande variété de vases à boire25. Le banquet dionysiaque couvre toutes les parois du vase. Au médaillon, Dionysos, couché sur un coussin tend une phiale métallique devant un satyre gesticulant. L’extérieur est décoré d’hétaïres et de satyres, qui tiennent alternativement un skyphos, une corne à boire et des crotales. La partie inférieure de la vasque est ornée d’une frise de vases en silhouette, qui livre un large échantillon de formes vasculaires. Partant des vases à boire les plus grecs, tels que la coupe et le skyphos, le peintre a ajouté des formes plus exotiques, comme les cornes à boire ou le rhyton, pour compléter le tout par un vase à verser, une œnochoé, et par des vases à parfum moulés, des aryballes en forme de pied, caractéristiques de la Grèce de l’Est.

  • 26 Diana Buitron-Oliver, Douris : a Master-Painter of Athenian Red-figure Vases, Mainz, 1993, p. 51.
  • 27 Pour une liste, ibid., p. 50-51, note 356 ; sur la représentation de vases sur les vases, Werner Oe (...)
  • 28 « Les deux espaces sont distincts : outre le jeu chromatique et l’effet optique qu’il produit, on n (...)
  • 29 John Boardman, « A symposion in Aberdeen », dans Alexander Cambitoglou (éd.), Studies in honor of A (...)
  • 30 Paris, Musée du Louvre G24.

9L’usage d’une frise de vases en silhouette apparaît dans l’iconographie attique de la première moitié du Ve siècle26. Il semble se concentrer sur les coupes, bien que l’on connaisse également quelques autres formes, décorées de cette composition27. Bien que certains auteurs proposent de distinguer clairement les deux registres imagés28, dans certains cas, au moins, il semble qu’il faut les aborder les uns par rapport aux autres, la frise de vaisselle venant compléter le service de vases présents dans la fête29. C’est grâce à cette lecture, on le verra, que l’on comprendra mieux le sens de la phiale au banquet attique. D’ores et déjà, sur certaines coupes à l’iconographie dionysiaque, par le mélange des formes, la phiale participe à une pratique de consommation au croisement d’usages grecs et orientaux, dans un jeu de miroir entre le monde des satyres et celui des hommes (fig. 2)30.

  • 31 Oberlin (Oh.), Oberlin College Art Museum 55.11 : Buitron-Oliver, op. cit., n° 44, pl. 113.
  • 32 Ibid., p. 66 : type VII, pourvu d’un bec verseur, d’un profil continu et d’une anse verticale.

10L’association des « satyres à la phiale » avec des formes non grecques se retrouve également dans le choix de certains vases, décorés de ce type d’iconographie. Ainsi, l’œnochoé du musée d’Oberlin31, qui présente un satyre courant vers la gauche et tendant une phiale, appartient à une variante rare de cette forme, destinée au marché étrusque dont elle reprend un modèle32.

La phiale, un vase à boire dans le banquet athénien ?

  • 33 Herbert Hoffmann, « The Persian Origin of Attic Rhyta », Antike Kunst 4, 1961, p. 25-26.
  • 34 Voir catalogue en annexe.
  • 35 Ex. : New Jersey, collection privée (Alpine), coupe de Siana, face B, banquet avec phiale, corne à (...)

11Dans un article consacré aux rhyta, H. Hoffmann notait l’usage combiné de la phiale et du rhyton dans l’iconographie attique du banquet à partir du dernier quart du Ve siècle33. On a déjà mentionné l’apparition de la phiale au banquet dans les mains d’Héraclès dès le milieu du VIe siècle. Même si cet usage reste rare jusqu’au dernier quart du Ve siècle, il existe d’autres vases à figures noires de la deuxième moitié du VIe siècle, sur lesquels des phiales figurent dans des scènes de banquet34. La forme est reconnaissable non seulement par l’absence d’anses et de pied mais aussi par le matériau métallique, suggéré par le travail côtelé des parois. Sur certaines de ces représentations, on retrouve déjà la même volonté, observée sur la coupe à figures rouges de Florence, de placer la phiale parmi une variété d’autres vases à boire, tels les coupes et les cornes, disposées sur les tables basses35.

  • 36 Musée National d’Athènes 1045, John D. Beazley, Attic Black-Figure Vase-Painters, Oxford, 1956, p. (...)

12À partir du dernier quart du VIe siècle, les peintres de quelques vases à figures noires, mais surtout à figures rouges, ajoutent de nouveaux détails dans le rendu du banquet et de sa vaisselle qui permettent une analyse iconographique plus précise. L’œnochoé à figures noires du Musée National d’Athènes, signée par Xénoklès et Kleisophos (fig. 3)36, fait partie de ce corpus céramique. Au centre de la composition, trône un cratère en calice, contenant un psykter qui permet de rafraîchir la boisson. De part et d’autre de ce motif, des convives éméchés, coiffés d’un turban, s’adonnent à toutes sortes d’activités. Parmi eux, un personnage assis porte à sa bouche une phiale, pendant qu’un jeune homme, placé à côté du cratère, s’apprête à servir le vin tiré du psykter au moyen d’une louche.

  • 37 Voir à ce sujet Athéna Tsingarida, « Les premières productions de cratères calice : contenu et usag (...)
  • 38 Article fondateur de John Boardman, Donna C. Kurtz, « Booners », Greek Vases in the J. Paul Getty M (...)
  • 39 Keith Devries, « The nearly other : the Attic vision of Phrygians and Lydians », dans Beth Cohen(...)

13Malgré l’ivresse des participants, on assiste à un banquet élaboré. L’association du cratère en calice et du psykter renvoie à une consommation de vin froid ou frais, une pratique sophistiquée, impliquant à la fois un service et un produit chers (la neige et le vin de Chios) et des formes vasculaires recherchées (le cratère en calice et le psykter)37. À cela, viennent s’ajouter des détails vestimentaires et un type de vaisselle manipulée (louches et vases), qui pointent vers des pratiques clairement influencées par le raffinement du banquet oriental. À l’exception du jeune serveur, les convives, d’âge mûr, sont tous coiffés d’un turban alors que certains d’entre eux portent des bottines de cuir souple, les kothornoi ( ?). Turban et bottines complètent la panoplie de certains banqueteurs et comastes dans l’iconographie attique à partir de la deuxième moitié du VIe siècle et sont associés aux modes venant de Lydie et d’Ionie38. La louche fait son apparition dans le service grec à la même époque et emprunte aux usages achéménides, qui remontent eux-mêmes à des pratiques, attestées sur le plateau anatolien depuis le VIIe siècle39. L’usage de la phiale comme vase à boire renvoie également à la mode perse, alors que le vase, tenu par le jeune serveur rappelle par sa forme, munie d’anses verticales et d’une lèvre articulée, bien davantage les coupes cantharoïdes du service lydien ou perse que les vases à boire grecs, coupes ou skyphoi.

  • 40 Ibid.
  • 41 « Foreigners at the Greek symposium ? », dans William J. Slater (éd.), Dining in a Classical Contex (...)
  • 42 Oxford, Ashmolean Museum 1966.688, Herbert Hoffmann, « Rhyta and kantharoi in Greek Ritual », Greek (...)

14Étant donné le nombre significatif de realia de modes orientales sur ce vase, K. DeVries a proposé d’identifier les convives à des Lydiens plutôt qu’à des Grecs40. La discussion sur l’identité des participants à certains banquets, riches d’influences étrangères, fait également l’objet d’un article de M. Miller et touche au problème du « réalisme » et de la précision dans l’iconographie attique41. Cependant, dans ces scènes, Miller relève la présence d’éléments grecs, qui excluent l’identité étrangère, alors qu’au contraire, lorsque les peintres désirent représenter des étrangers, notamment des Perses, ils affirment leur provenance par des vêtements précis, une coiffure et de la vaisselle spécifiques. Ainsi, sur une coupe, datée du 2e quart du Ve siècle, le Peintre de Stieglitz indique l’origine perse des banqueteurs par une tunique collante qui couvre tout le corps mais aussi par la forme perse du rhyton courbé et de la phiale achéménide manipulés42.

  • 43 Hérodote, Histoires I, 10.
  • 44 Tsingarida, art. cit., note 35.

15Dans le cas de l’œnochoé de Xénoklès et Kleisophos, deux éléments importants pointent vers le caractère grec du comos : la nudité des figures et la présence du cratère en calice combiné au psykter. La nudité est une pratique grecque bien connue qui, au contraire, devient péjorative chez les Lydiens puisque, selon Hérodote43, elle est associée à un sentiment de honte. Le cratère en calice et le psykter sont des formes grecques, voire typiquement attiques à l’époque du vase44. Leur présence, centrale dans la composition, confirme avant tout le caractère et l’identité athéniens des participants.

  • 45 Pour la forme voir Corpus vasorum antiquorum Athènes Musée national 1, pl. 2.1-3.

16Au raffinement du banquet peint fait écho celui de la forme décorée. L’œnochoé trilobée porte non seulement une bande en relief sur l’articulation entre le col et la panse mais aussi deux serpents en relief, qui prolongent l’attache de l’anse au rebord45. Cette originalité des détails plastiques couplée au profil général, fortement articulé, du vase renvoie à un modèle métallique plutôt qu’à la vaisselle céramique. Dans un jeu d’échanges, l’allusion à la vaisselle métallique se retrouve dans la scène où le peintre s’est attaché à suggérer de manière détaillée, les côtes et le décor finement ciselés de la paroi de la phiale, tenue par un des convives. Cette volonté d’indiquer clairement la nature métallique de la phiale souligne la richesse du banquet et des participants.

  • 46 Pindare, Olympiques VII, 1-4 : « comme un homme opulent prend en main une “coupe” (phiala) où bouil (...)
  • 47 Pindare, Néméennes X, 43 : « De Sicyone, ils sont revenus, couverts d’argent, avec les phiales où l (...)

17L’usage de telles phiales, en or, en argent ou en argent doré, comme vases à boire dans des banquets élaborés apparaît également dans la poésie contemporaine de Pindare. Dans son étude sur la forme, H. Luschey remarquait déjà que le poète les utilisent comme synonymes d’opulence et de prestige, en tant que pièces maîtresses du service de table46, parfois obtenues comme récompenses à des concours47.

  • 48 Pour la liste des vases à figures rouges connus avec une représentation de banqueteurs utilisant de (...)
  • 49 Berlin, Antikensammlung, Staatliche Museen F2303, John D. Beazley, Attic Red figure Vase-painters, (...)
  • 50 Berlin, Antikensammlung, Staatliche Museen sans numéro d’inventaire, phiale en argent, datée de la (...)
  • 51 San Antonio (TX), Art Museum 86.134.181A-B, Alan H. Shapiro et alii (éd.), Greek Vases in the San A (...)
  • 52 Varsovie, Musée National 148419, von Bothmer, op. cit., p. 159, fig. 8.

18L’attention portée par Pindare dans sa poésie et par Kleisophos sur l’œnochoé d’Athènes, à décrire la qualité et le travail d’orfèvrerie appliqué à ces vases se rencontre également chez d’autres peintres de la fin de l’archaïsme lorsqu’ils représentent des phiales comme vases à boire au banquet des hommes. Il est important de souligner que le corpus constitué ici rassemble les exemples qui illustrent un symposion d’hommes (ni de dieux ni de héros), clairement signifié par la participation des femmes, mais aussi par la pose et les activités peu hiératiques des figures, qui chantent, s’amusent, jouent de la musique ou au cottabe48. Les détails des phiales sont tels que l’on peut facilement distinguer les différents types de décor, dont on trouve des parallèles précis dans les versions métalliques, qui nous sont parvenues. À titre d’exemple, on citera la phiale aux mains d’un banqueteur sur une coupe, conservée à Berlin (fig. 4)49, décorée de lignes courbes, qui reproduisent fidèlement les motifs de fleurs de lotus en courbes incisées, observés sur une phiale en argent, presque contemporaine, conservée à Berlin50. De même, sur une autre pièce, au Musée de San Antonio (fig. 5)51, apparaît une phiale ornée de deux rangées d’oves, dont la réalisation au repoussé est picturalement indiquée. Ce travail trouve un parallèle proche et contemporain dans un fragment de phiale en argent, décoré de plusieurs rangées de glands et conservé au Musée de Varsovie52. De tels exemples peuvent être multipliés.

  • 53 Vatican, Museo Gregoriano Etrusco, fr., John D. Beazley, Attic Red-figure Vase-painters, Oxford, 19 (...)
  • 54 XXIV, 228 sq.
  • 55 K. Junger, « Symposiongeschir oder Totengefässe ? », Antike Kunst 45, 2002, p. 20-24.
  • 56 Vatican, Museo Gregoriano Etrusco sans numéro d’inventaire, John D. Beazley, Attic Red-figure Vase- (...)
  • 57 Voir entre autres, Hérodote, Histoires IX, 80 ; Athénée, Deipnosophistes II, 48 d-f. Voir aussi Mar (...)

19Symbole de richesse, la phiale en métal précieux se multiplie sur certaines scènes pour rehausser l’opulence du banquet représenté (fig. 6)53. Dans ce procédé, les peintres s’inspirent de l’iconographie de la rançon d’Hector. En se basant sur la description de l’Iliade54, qui insiste sur la richesse des présents, les peintres ont souligné cet aspect, en figurant de nombreuses phiales métalliques empilées dans les mains des Troyens55. La présence de plus d’une phiale disposée sur la table ou dans les mains des convives sur certaines des scènes étudiées ici56 rappelle également les descriptions du banquet perse par Hérodote et Athénée qui relèvent l’usage d’un grand nombre de phiales en or et en argent parmi les vases à boire57.

  • 58 Athénée, IV, 144 b-e, qui associe le luxe du banquet perse avec les excès.
  • 59 Hérodote, I, 133 : la manière perse de banqueter est associée à l’excès de boisson.
  • 60 Miller, op. cit., p. 2-9 ; p. 139.

20L’usage de vases métalliques au banquet grec est peu répandu avant les Guerres Médiques. Il renvoie, au même titre que la manipulation de la phiale, à des habitudes associées par l’archéologie et les sources littéraires au banquet perse, reconnu, voire critiqué58, pour la richesse de sa vaisselle, le raffinement et l’élaboration de sa cuisine59. M. Miller avait déjà attiré l’attention sur la présence d’une production de vases à Athènes, clairement influencée par des modèles de vaisselle achéménide et ce, dès la fin du VIe siècle60. Elle démontrait ainsi que les échanges culturels entre le monde grec et l’empire perse étaient attestés avant l’arrivée à Athènes des trophées pris à la bataille de Platées et à Marathon.

21L’usage de la phiale comme vase à boire, tel qu’il apparaît dans l’iconographie attique du banquet, confirme l’existence de « Perseries » à Athènes dès la fin du VIe siècle. Tout en restant exceptionnelle, la phiale au banquet semble, en effet, renvoyer à une pratique culturelle précise. Avec l’œnochoé de Xénoklès, on avait déjà noté l’association de modes orientales ou ioniennes avec la phiale comme vase à boire.

  • 61 Berlin, Antikensammlung, Staatliche Museen F2298, Beazley Archive Database n° 203844.
  • 62 Harvard, Arthur Sackler Museum 1966.87, Stavros Paspalas, « A Persianizing Cup from Lydia », Oxford (...)

22Il existe cependant une scène dont la composition permet de préciser la nature du banquet où apparaît ce type de vaisselle. Sur les deux faces d’une coupe de Berlin, on observe un banquet d’hommes, qui tiennent des vases à boire, skyphoi, coupes et phiale (fig. 7)61. Cette scène principale est bordée dans le bas par une frise de plusieurs vases en silhouette noire. À côté des cornes à boire et des vases à parfum moulés qui renvoient également à des modes venues d’Orient, on distingue deux formes rares qui reproduisent avec précision des formes achéménides ou lydiennes, inconnues du répertoire des potiers attiques. On peut y reconnaître deux versions d’une coupe canthare, dont il existe des parallèles précis, à la fois en version métallique et en céramique dans la vaisselle lydienne (fig. 8)62. Cette coupe confirme clairement l’usage de la phiale comme vase à boire lors de banquets tournés vers le goût et les formes achéménides.

23Le caractère exceptionnel de cette vaisselle (phiale ou autres formes) dans un banquet attique devait constituer une forme d’attribut social : le moyen pour une élite restreinte de se distinguer des autres citoyens par une pratique qui nécessite des produits rares et chers. Plus encore, le choix de se tourner vers le modèle achéménide, synonyme de luxe et de raffinement mais aussi symbole, selon Hérodote et Xénophon, d’un régime monarchique et aristocratique ne devait pas être gratuit. Il permettait à un groupe d’individus de traduire leur appartenance à une classe aristocratique, sensible au système fortement hiérarchisé, imposé par le Grand Roi.

  • 63 Athénée, II, 48 d-f.

24Dans ce contexte, on peut imaginer que les phiales en métal destinées au banquet, quand elles ne sont pas produites par les bronziers attiques, n’arrivaient pas à Athènes dans le cadre d’échanges commerciaux, mais plutôt comme témoignages de contacts, voire de cadeaux entre dignitaires de l’empire perse et certains membres de l’aristocratie athénienne. On connaît de nombreux exemples du don de vaisselle précieuse pratiqué par le Grand Roi63. Il est un passage de Lysias qui nous apprend que des citoyens athéniens pouvaient également recevoir une phiale en or, directement du Roi perse :

  • 64 Lysias, Orationes 19, 25, analyse et commentaire dans A. D. H. Bivar, « Σύμβολον. A noteworthy use (...)

Démos, le fils de Pyrilampos (le beau-père de Platon)… avait reçu une phiale en or, un cadeau du Grand Roi64.

25Cadeau ou acquisition choisie, la phiale au banquet constitue, dès lors, plus que l’expression d’un goût pour des pratiques orientales riches et raffinées ; elle devient un moyen d’expression d’une sensibilité politique.

Remerciements

26Je voudrais remercier chaleureusement Marie-Christine Villanueva Puig pour son invitation à participer aux journées consacrées aux « Images mises en forme ».
Cette étude a bénéficié du soutien d’une Action de Recherches Concertées (ARC-Communauté Française de Belgique), qui finance le programme de recherche « La céramique dans les sociétés anciennes. Production, distribution et usages », au Centre de Recherches Archéologiques (CReA-Université libre de Bruxelles).
Plusieurs conservateurs de musées m’ont aidée à obtenir les photos de pièces dans leur collection. Que soient remerciés ici Susanne Ebbinghaus, Harvard, Arthur M. Sackler Museum ; Ursula Kästner, Berlin, Antikensammlung ; Giorgos Kavvadias, Athènes, Musée National et Kia Dorman, San Antonio Museum of Art.
Enfin, je voudrais aussi dire toute mon amitié et ma reconnaissance à Nathalie Bloch, archéologue-infographiste (CReA-ULB), pour le temps passé à améliorer l’illustration de cet article et de tous les autres.

Fig. 1 : Athènes, Musée National, coll. Acr. 15214, coupe, détail : Héphaistos tenant une phiale

Fig. 1 : Athènes, Musée National, coll. Acr. 15214, coupe, détail : Héphaistos tenant une phiale

National Archaeological Museum, Athens

Fig. 2 : Paris, Musée du Louvre G24, coupe, médaillon : satyre avec phiale et corne à boire

Fig. 2 : Paris, Musée du Louvre G24, coupe, médaillon : satyre avec phiale et corne à boire

D’après un dessin de Paul Hartwig, Die griechischen Meisterschalen der Blüthezeit des strengen rothfigurigen Stiles, Stuttgart, 1893, p. 91.

Fig. 3 : Athènes, Musée National 1045, œnochoé : comastes

Fig. 3 : Athènes, Musée National 1045, œnochoé : comastes

Dessin de l’auteur, mise au net par N. Bloch – CreA.

Fig. 4 : Berlin, Antikensammlung 2303, coupe, médaillon : banqueteur tenant une phiale

Fig. 4 : Berlin, Antikensammlung 2303, coupe, médaillon : banqueteur tenant une phiale

D’après un dessin de Paul Hartwig, Die griechischen Meisterschalen der Blüthezeit des strengen rothfigurigen Stiles, Stuttgart, 1893, pl. 70, 2.

Fig. 5 : San Antonio, Art Museum 86.134.181 A-B, fragments d’une coupe : un homme tenant une phiale et une femme au banquet

Fig. 5 : San Antonio, Art Museum 86.134.181 A-B, fragments d’une coupe : un homme tenant une phiale et une femme au banquet

San Antonio Museum of Art

Fig. 6 : Vatican, Museo Gregoriano Etrusco, coupe, médaillon : hommes et femme au banquet tenant des phiales

Fig. 6 : Vatican, Museo Gregoriano Etrusco, coupe, médaillon : hommes et femme au banquet tenant des phiales

D’après un dessin de Paul Hartwig, Die griechischen Meisterschalen der Blüthezeit des strengen rothfigurigen Stiles, Stuttgart, 1893, pl. 67, 3.

Fig. 7 : Berlin, Antikensammlung F2298, coupe, face A : scène de banquet

Fig. 7 : Berlin, Antikensammlung F2298, coupe, face A : scène de banquet

Fig. 8 : Harvard, Arthur M. Sackler Art Museum 1966.87 : coupe cantharoïde lydienne

Fig. 8 : Harvard, Arthur M. Sackler Art Museum 1966.87 : coupe cantharoïde lydienne

Gift of Mr and Mrs Norbert Schimmel, President and Fellows of Harvard College

Annexes

Annexe

Catalogue des vases à figures noires et à figures rouges (ca. 550 – 450 av. J.-Chr.) avec des scènes de phiales au banquet ou au comos.

Les références abrégées, fournies avec les vases catalogués, sont les suivantes :
ABL : Emily C. Haspels, Attic Black-figured Lekythoi, Paris, 1936.
ABV : John Davidson Beazley, Attic Black-figure Vase-painters, Oxford, 1956.
ARV2 : John Davidson Beazley, Attic Red-figure Vase-painters, Oxford, 1963 2e édition.

Beazley Archive Database, la banque de donnée des Archives Beazley : http://www.beazley.ox.ac.uk/​databases/​pottery.htm

Vases à figures noires

- Athènes, Musée National 12552 (banquet, Peintre C) : ABL 156

- Athènes, Musée National, coll. Acr. (banquet, Peintre C) : ABV 59,11

- Alpine (NJ), S. Tary (banquet, Peintre C) : Para 24,32 ter

- Heidelberg, Ruprecht-Karls-Universität S19 (banquet, Peintre C) : Beazley Archive Database n° 1051

- Tarente, Musée archéologique national 4478 (banquet, Peintre C) : ABV 52, 29

- Berlin, Antikensammlung F1727 (banquet, Gr. des comastes) : Beazley Archive Database n° 300333

- Cortona, Biblioteca Communale (banquet, Peintre KX) : Beazley Archive Database n° 17899

- Vathy (Samos), Musée Archéologique K2599 (banquet, Peintre de Oakeshott) : Beazley Archive Database n° 23535

- Suisse, coll. privée (banquet, P. de Heidelberg) : Para 27, 58quater

- Munich, Antikensammlungen 8956 (banquet, non attribué) : Beazley Archive Database n° 9017959

- Paris, Musée du Louvre F2 (banquet, non attribué) : Beazley Archive Database n° 10707

- Malibu, J. Paul Getty Museum 87. AE. 22 (banquet, Peintre de Lysippides) : Beazley Archive Database n° 28084

- Athènes, Musée National 1045 (comastes, signé Xénoklès potier et Kleisophos peintre) (fig. 3) : ABV 186

Vases à figures rouges

- Florence, Musée Archéologique PD115 (banquet, Onésimos) : ARV2 1579

- Cracovie, Musée Czartoryski (comos, Onésimos) : ARV 2 325, 74

- Boston, MFA 95.27 (comos, Onésimos) : ARV2 325, 76

- Berlin, Antikensammlung 2303 (banquet, Peintre d’Antiphon) (fig. 4) : ARV 2 336,10

- Paris, Musée du Louvre G316 (banquet, Peintre d’Antiphon) : ARV2 339, 61

- Bryn Mawr (PA), Bryn Mawr College P996 (banquet, Peintre d’Antiphon) : CVA Bryn Mawr, pl. 20. 9-10

- Vatican, Museo Gregoriano Etrusco (banquet, Douris) : ARV2 427, 2

- Vatican, Museo Gregoriano Etrusco (banquet, Douris) (fig. 6) : ARV2 432,54

- Verdun, Musée (banquet, Douris) : Buitron-Oliver, op. cit, pl. 111, n° 236

- New York, Metropolitan Museum of Art 07.286.49 (banquet, Makron) : ARV2 477, 295

- Ancone, Musée National Archéologique 11983 (banquet, Peintre de Colmar) : ARV2 355, 37

- Berlin, Antikensammlung F2298 (banquet, Peintre de Triptolème) (fig. 7) : ARV2 364, 52

- San Antonio (TX), Art Museum 86.134.181. A-B (banquet, Peintre de Triptolème) (fig. 5) : Beazley Archive Database n° 18333

- Florence, Musée Archéologique 4024 (banquet, Peintre de Harrow) : ARV2 275,63

- Washington (DC), National Museum of Natural History 431545 (banquet, Peintre de Harrow) : Beazley Archive Database n° 19570

Vase à fond blanc

- Istanbul, Musée archéologique A6.3440 (banquet, non attribué) : Beazley Archive Database n° 20083

Notes

1 Pour la phiale grecque en métal, voir l’ouvrage, déjà ancien, de Heinz Luschey, Die Phiale, Bleicherode, 1939, qui reste toujours l’étude de référence avec un corpus important de sources littéraires. Également pour une synthèse sur le sujet, Donald E. Strong, Greek and Roman Gold and Silver Plate, London, 1966, p. 55-57.

2 Sur la manière de tenir et de manipuler le vase pour les libations, Dietrich von Bothmer, « A Gold Libation Bowl », Bulletin of the Metropolitan Museum of Art 21, 1962-63, p. 154.

3 Voir pour des exemples anciens en bronze et en terre-cuite, Luschey, op. cit., p. 31 ; Thomas J. Dunbabin, Perachora, the Sanctuaries of Hera Akraia and Limenia : Excavations of the British School at Athens, 1930-1933, vol. 2, Oxford, 1962, p. 80.

4 Vincenze Tosto, The Black-figure Pottery signed Nikosthenes epoiesen, Amsterdam, 1999, p. 130, notes 525-535 ; Athéna Tsingarida, « Nikosthenes looking east ? Phialai in Six’s and polychrome Six’s technique », dans Donna C. Kurtz et alii (éd.), Essays in Classical Archaeology for Eleni Hatzivassiliou 1977-2007, Oxford, 2008, p. 105-114.

5 Phiale à fond blanc avec femmes dansant autour d’un autel : Boston, Museum of Fine Arts 65.908 ; Joan Mertens, Attic White-ground. Its Development on Shapes other than Lekythoi, New York, 1977, pl. 21.4. Sur la libation, voir en dernier lieu avec bibliographie antérieure, « Libation », ThesCRA I, 2004, p. 241-245 ; p. 250-251 (Erika Simon).

6 John Oakley, Picturing Death in Classical Athens : the Evidence of the White Lekythoi, Cambridge, 2004, p. 181 ; 206, fig. 169-170. Pour les phiales en contexte funéraire voir notamment, Ursula Knigge, Der Südhügel. Kerameikos Ergebnisse der Ausgrabungen 9, Berlin, 1976, 126, n° 11 ; phiale miniature (Swan Group) : Berlin, Antikensammlung, Staatliche Museen 31573, du Dipylon ; Éleusis (cimetière occidental), n° 150 (Tombe 512), Georgios E. Mylonas, To ditikon nekrotafeio tis Eleusinas, vol. 1, Athènes, 1975, p. 104, n° 150 ; p. 3, pl. 234.

7 Voir notamment, les données épigraphiques qui répertorient un nombre important de phiales métalliques dans les sanctuaires et qui enregistrent leur poids de métal dans une approche économique. Pour un rare exemple conservé de phiale en or consacrée à Olympie, voir Boston, Museum of Fine Arts 21.1843 (fin VIIe -début VIe s.) portant la dédicace : « Les fils de Kypsélos de Corinthe ont dédié avec le butin pris à Héraklée », Strong, op. cit., p. 57.

8 Comme le notait Martin Robertson : « the phiale is seldom or never shown in use as an ordinary cup ; the context is always religious ritual, commonly libation-pouring, occasionally drinking », « A muffled dancer and others », dans Alexander Cambitoglou (éd.), Studies in Honnour of Arthur Dale Trendall, Sydney, 1979, p. 131.

9 Voir Herbert Hoffmann, « The Persian Origin of Attic Rhyta », Antike Kunst 4, 1965, p. 25-26.

10 Théognis, Élégies 762.

11 Pour la libation et l’usage de la phiale : François Lissarrague, « La libation : essai de mise au point », Recherches et documents du Centre Thomas More 48, 1985, p. 3-16, plus particulièrement pour les représentations de personnages buvant à la phiale après le rituel, p. 8.

12 « Libation. III. Phiale », ThesCRA V, 2005, p. 196-200 (Ingrid Kranskoff).

13 Oxford, Ashmolean Museum 270, Corpus vasorum antiquorum Oxford 1, pl. XVII, 3 ; l’homme au sceptre pourrait être également identifié à un dieu, Zeus ( ?).

14 Florence, Museo Archeologico 3990, face A : Corpus vasorum antiquorum Florence 2, pl. 38, 1 ; pl. 39, 2. Bien que l’œnochoé soit absente sur le cratère de Florence, un ensemble d’éléments permettent d’identifier la scène à un départ de guerrier : la femme tendant les armes hoplitiques et le compagnon du guerrier ; la forme même du vase, dépourvu de pied et d’anses, tenu par le guerrier, renvoie à la phiale et à la libation qui clôture ce moment important de la vie du citoyen ; cf. François Lissarrague, « Un rituel du vin : la libation », dans Oswyn Murray, Manuela Tecusan (éd.), In Vino Veritas, Londres 1995, p. 126-144.

15 Athènes, Musée National, collection de l’Acropole 2.396 ; Botho Graef, Ernst Langlotz, Die antiken Vasen von der Akropolis zu Athen, vol. 2, Berlin, 1929-1933, pl. 29 ; il existe une très longue bibliographie sur l’iconographie exceptionnelle de ce plat, en dernier lieu Ingebord Scheibler, « Bild und Gefäss. Zur Ikonographischen und Funktionalen Bedeutung der Attischen Bildfeldamphoren », Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts 102, 1987, p. 146-148.

16 Pour une liste des dieux pratiquant la libation : Erika Simon, Die opfernde Götter, Berlin, 1953 ; pour une interprétation des dieux effectuant une libation autre que celle proposée par Erika Simon : Annie-France Laurens, François Lissarrague, « Entre Dieux », Métis V, 1990, p. 53-66 ; Paul Veyne, « Images de divinités tenant une phiale ou une patère. La libation comme “rite de passage” et non pas offrande », Métis V, 1990, p. 17-28.

17 La discussion portait déjà sur certaines représentations, telle celle sur la fameuse coupe de Tarquinia, où seul Zeus tient une phiale face à Ganymède qui lui verse du liquide : Tarquinia, Museo Nazionale di Archeologia RC 6848, John Davidson Beazley, Attic Red-Figure Vase-Painters, Oxford, 1963 2, p. 60, n° 66 ; Gloria Ferrari, I vasi attici a figure rosse del periodo arcaico, Museo Nazionale di Tarquinia, Rome, 1988, p. 23-29. Heiner Knell, Die Darstellung der Götterversammlung in der attischen Kunst des VI. und V. Jahrhunderts V. Chr. : eine Untersuchung zur Entwicklungsgeschichte des « Daseinsbildes », Köln, 1965, p. 68.

18 Athènes, Musée National, coll. Acr. 15214, détail d’une coupe, assemblée de dieux au mariage de Thétis et Pélée, Héphaistos portant une phiale, Euphronios, peintre à Athènes au VIe siècle avant J.-Chr., Catalogue d’exposition Musée du Louvre, Paris 18 septembre – 31 décembre 1990, p. 191-194, n° 44.

19 Voir en dernier lieu avec bibliographie, Amalia Avramidou, « Attic Vases in Etruria : Another View on the Divine Banquet Cup by the Codrus Painter », American Journal of Archaeology 110, 2006, p. 565-579. Parmi les assemblées où les dieux sont représentés couchés au banquet : New York, Metropolitan Museum of Art 1986.11.12, J. Michael Padgett, « A unique vase in the Metropolitan Museum of Art », dans Andrew J. Clark, Jasper Gaunt (éd.), Essays in Honor of Dietrich von Bothmer, Amsterdam, 2002, p. 249-266.

20 Cyropédie I, 3,8 ; pour la tombe lycienne de Karabarun II, Machteld J. Mellink, « Archaeology in Asia Minor », American Journal of Archaeology 75, 1971, p. 252, pl. 55, fig. 24 ; Eadem, American Journal of Archaeology 77, 1973, pl. 44.

21 Sur Dionysos et Héraclès au banquet voir Burkhart Fehr, Orientalische griechische Gelage, Bonn, 1971, p. 82-83 ; sur Dionysos, T. H. Carpenter, « A Symposion of Gods », dans Oswyn Murray, Manuela Tecusan (éd.), In Vino Veritas, Londres, 1995, p. 145-163.

22 Voir le fragment d’hydrie à figures noires, Bâle, collection H. Cahn, Groupe d’Archippé, John Boardman, « Image and Politics in 6th-century Athens », dans A. G. Brijder (éd.), Ancient Greek and Related Pottery, Amsterdam, 1984, p. 243.

23 Annie Verbanck-Piérard, « Herakles at feast in Attic Art : a mythical or cultic iconography ? », dans Robin Hägg (éd.), The Iconography of Greek Cult in the Archaic and Classical Periods, Kernos supplément 1, 1992, p. 85-106 ; Norbert Kunisch, « Herakleseinzug und Götterspende », Antike Kunst 36, 1993, p. 11-23.

24 Pour les satyres au banquet, François Lissarrague, Un flot d’images. Une esthétique du banquet grec, Paris, 1987, p. 40-47.

25 Florence, Museo Archeologico Etrusco 73749, John D. Beazley, Attic Red-Figure Vase-Painters, Oxford, 19632, p. 1592 ; Beazley Archive Database n° 203722.

26 Diana Buitron-Oliver, Douris : a Master-Painter of Athenian Red-figure Vases, Mainz, 1993, p. 51.

27 Pour une liste, ibid., p. 50-51, note 356 ; sur la représentation de vases sur les vases, Werner Oenbrink, « Ein Bild im Bild – Phänomenon – Zur Darstellung figürlich dekorierter Vasen auf bemalten attischen Tongefässen », Hephaistos 14, 1996, p. 81-134.

28 « Les deux espaces sont distincts : outre le jeu chromatique et l’effet optique qu’il produit, on notera que les deux registres ne fonctionnent pas du tout de la même façon », F. Lissarrague, Un flot d’images. Une esthétique du banquet grec, Paris, 1987, p. 84-85.

29 John Boardman, « A symposion in Aberdeen », dans Alexander Cambitoglou (éd.), Studies in honor of Arthur Dale Trendall, Sydney, 1979, p. 35.

30 Paris, Musée du Louvre G24.

31 Oberlin (Oh.), Oberlin College Art Museum 55.11 : Buitron-Oliver, op. cit., n° 44, pl. 113.

32 Ibid., p. 66 : type VII, pourvu d’un bec verseur, d’un profil continu et d’une anse verticale.

33 Herbert Hoffmann, « The Persian Origin of Attic Rhyta », Antike Kunst 4, 1961, p. 25-26.

34 Voir catalogue en annexe.

35 Ex. : New Jersey, collection privée (Alpine), coupe de Siana, face B, banquet avec phiale, corne à boire, Herman Brijder, Siana Cups I and Komasts cups, Amsterdam, 1983, pl. 13B, 15B ; Malibu, J. Paul Getty 87. AE. 22, coupe, frise intérieure, banquet avec phiales et corne à boire, Beazley Archive Database n° 28084 ; Berlin, Antikensammlung, Staatliche Museen F1727, pyxide, face B, banquet avec phiale, skyphos et canthare, Beazley Archive Database n° 300333.

36 Musée National d’Athènes 1045, John D. Beazley, Attic Black-Figure Vase-Painters, Oxford, 1956, p. 186 ; Beazley Archive Database n° 302454.

37 Voir à ce sujet Athéna Tsingarida, « Les premières productions de cratères calice : contenu et usages d’une forme nouvelle », dans Pierre Rouillard, Annie Verbanck-Piérard (éd.), Le vase grec et ses destins, Munich, 2003, p. 99-109.

38 Article fondateur de John Boardman, Donna C. Kurtz, « Booners », Greek Vases in the J. Paul Getty Museum 3, 1986, p. 35-70.

39 Keith Devries, « The nearly other : the Attic vision of Phrygians and Lydians », dans Beth Cohen (éd.), Not the Classical Ideal. Athens and the Construction of the Other in Greek Art, Leiden, 2000, p. 361, note 63.

40 Ibid.

41 « Foreigners at the Greek symposium ? », dans William J. Slater (éd.), Dining in a Classical Context, Ann Arbor, 1991, p. 59-81.

42 Oxford, Ashmolean Museum 1966.688, Herbert Hoffmann, « Rhyta and kantharoi in Greek Ritual », Greek Vases in the J. Paul Getty Museum 4, 1989, p. 140, fig. 7a-7b.

43 Hérodote, Histoires I, 10.

44 Tsingarida, art. cit., note 35.

45 Pour la forme voir Corpus vasorum antiquorum Athènes Musée national 1, pl. 2.1-3.

46 Pindare, Olympiques VII, 1-4 : « comme un homme opulent prend en main une “coupe” (phiala) où bouillonne la rosée de la vigne… il offre au jeune fiancé cette pièce d’or massif (la phiale), le joyau de ses trésors… ».

47 Pindare, Néméennes X, 43 : « De Sicyone, ils sont revenus, couverts d’argent, avec les phiales où l’on boit du vin… ».

48 Pour la liste des vases à figures rouges connus avec une représentation de banqueteurs utilisant des phiales comme vases à boire, voir l’annexe.

49 Berlin, Antikensammlung, Staatliche Museen F2303, John D. Beazley, Attic Red figure Vase-painters, Oxford, 19632, p. 336, n° 10.

50 Berlin, Antikensammlung, Staatliche Museen sans numéro d’inventaire, phiale en argent, datée de la deuxième moitié du VIe siècle, Strong, op. cit., pl. 9A.

51 San Antonio (TX), Art Museum 86.134.181A-B, Alan H. Shapiro et alii (éd.), Greek Vases in the San Antonio Museum of Art, San Antonio, 1995, p. 263, n° 164.

52 Varsovie, Musée National 148419, von Bothmer, op. cit., p. 159, fig. 8.

53 Vatican, Museo Gregoriano Etrusco, fr., John D. Beazley, Attic Red-figure Vase-painters, Oxford, 19632, p. 432, n° 53 : un homme et une femme tiennent une phiale. Le vase dans les mains de l’hétaïre est aujourd’hui, en partie effacé, mais on devine encore sa forme et son matériau métallique.

54 XXIV, 228 sq.

55 K. Junger, « Symposiongeschir oder Totengefässe ? », Antike Kunst 45, 2002, p. 20-24.

56 Vatican, Museo Gregoriano Etrusco sans numéro d’inventaire, John D. Beazley, Attic Red-figure Vase-painters, Oxford, 19632, p. 257, n° 13 ; New York, Metropolitan Museum of Arts 07.286.49, Buitron-Oliver, op. cit., p. 196, n° 332, pl. 111.

57 Voir entre autres, Hérodote, Histoires IX, 80 ; Athénée, Deipnosophistes II, 48 d-f. Voir aussi Margaret C. Miller, Athens and Persia in the Fifth Century B. C. A Study in cultural Receptivity, Cambridge, 1997, p. 257, note 62 (pour les Ve et IVe siècles).

58 Athénée, IV, 144 b-e, qui associe le luxe du banquet perse avec les excès.

59 Hérodote, I, 133 : la manière perse de banqueter est associée à l’excès de boisson.

60 Miller, op. cit., p. 2-9 ; p. 139.

61 Berlin, Antikensammlung, Staatliche Museen F2298, Beazley Archive Database n° 203844.

62 Harvard, Arthur Sackler Museum 1966.87, Stavros Paspalas, « A Persianizing Cup from Lydia », Oxford Journal of Archaeology 19, 2000, p. 135-174, fig. 1. Je voudrais remercier l’auteur de m’avoir communiqué son article sur le sujet.

63 Athénée, II, 48 d-f.

64 Lysias, Orationes 19, 25, analyse et commentaire dans A. D. H. Bivar, « Σύμβολον. A noteworthy use for a Persian gold phiale », dans Gotscha R. Tsetskhladze (éd.), Ancient Greeks. West and East, Leiden, 1999, p. 379-383.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Athènes, Musée National, coll. Acr. 15214, coupe, détail : Héphaistos tenant une phiale
Crédits National Archaeological Museum, Athens
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2455/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 2 : Paris, Musée du Louvre G24, coupe, médaillon : satyre avec phiale et corne à boire
Crédits D’après un dessin de Paul Hartwig, Die griechischen Meisterschalen der Blüthezeit des strengen rothfigurigen Stiles, Stuttgart, 1893, p. 91.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2455/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 3 : Athènes, Musée National 1045, œnochoé : comastes
Crédits Dessin de l’auteur, mise au net par N. Bloch – CreA.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2455/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 4 : Berlin, Antikensammlung 2303, coupe, médaillon : banqueteur tenant une phiale
Crédits D’après un dessin de Paul Hartwig, Die griechischen Meisterschalen der Blüthezeit des strengen rothfigurigen Stiles, Stuttgart, 1893, pl. 70, 2.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2455/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 5 : San Antonio, Art Museum 86.134.181 A-B, fragments d’une coupe : un homme tenant une phiale et une femme au banquet
Crédits San Antonio Museum of Art
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2455/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 6 : Vatican, Museo Gregoriano Etrusco, coupe, médaillon : hommes et femme au banquet tenant des phiales
Crédits D’après un dessin de Paul Hartwig, Die griechischen Meisterschalen der Blüthezeit des strengen rothfigurigen Stiles, Stuttgart, 1893, pl. 67, 3.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2455/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 7 : Berlin, Antikensammlung F2298, coupe, face A : scène de banquet
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2455/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 8 : Harvard, Arthur M. Sackler Art Museum 1966.87 : coupe cantharoïde lydienne
Crédits Gift of Mr and Mrs Norbert Schimmel, President and Fellows of Harvard College
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2455/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

Auteur

Université Libre de Bruxelles

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540