Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre premier. L'espace, la ville et les hommes

Chapitre Premier. Dimensions et données géographiques

Texte intégral

1Ce premier chapitre évoque trois réalités successives : comment dans le cadre géographique de la Vieille Castille se partagent, à travers les siècles, et notamment le xvie siècle, les domaines d’une vie intense (villages et villes), et les espaces désertiques, ceux-ci très vastes, ceux-là relativement étroits et bien circonscrits. Comment dans cet étroit univers des labours et des vignobles, des vergers et des jardins, des routes essentielles, s’opère cet autre partage ou s’organise cette collaboration infiniment répétée entre villages et villes ? Enfin, dernière et nécessaire interrogation pour retrouver le visage exact d’un siècle révolu, le xvie siècle, la Vieille Castille d’alors est-elle ou non pareille aux paysages que nous pouvons voir aujourd’hui ? Aux yeux des voyageurs d’alors, flamands, ou vénitiens, ou français, apparaît-elle habillée des mêmes arbres, parée des mêmes couleurs, exhale-t-elle les mêmes parfums ? Ou faudrait-il croire, adoptant la pensée fougueuse d’Ignacio Olagüe, que depuis lors la dégradation climatique a détérioré les paysages, chassé arbres et plantes du Nord pour accueillir les essences du Sud et remplacé par des mules les bœufs des anciens labours ?

2Ainsi, trois interrogations précises auxquelles nous allons donner trois réponses aussi rapides et nettes que possible.

I. — LA VIE ET LE VIDE : DÉSERTS ET VILLAGES

3Nul doute : depuis des millénaires, depuis la lointaine apparition de l’homme, cet espace vieux-castillan a conservé les traits essentiels qui le définissent : l’unité géographique de la Meseta septentrionale est assurément plus réelle que celle du plateau méridional ; elle lui est donnée tout d’abord par le Duero qui collecte presque toutes les eaux de la Vieille Castille et du Léon alors que les bassins du Tage et du Guadiana, au Sud, se partagent les eaux de la Nouvelle Castille, sans préjudice des rapts effectués par des fleuves méditerranéens comme le Júcar ou le Cabriel ; ensuite elle possède une ceinture rigoureuse de montagnes dont les lignes de crêtes ferment l’horizon à plus de 1 000 m de l’altitude moyenne de la dépression centrale ; enfin s’affirme la continuité, la monotonie de relief, marquée par la prédominance des lignes horizontales et que n’interrompt aucun accident comparable pour l’importance aux Monts de Tolède qui se dressent entre le bassin du Tage et la Manche.

  • 1 Il faut lire à ce propos L. Solé Sabaris, España, Geografía Física, chap. vii et ix. Il s’agit d’un (...)

4Tous les paysages témoignent de cette unité foncière1. En outre l’évolution morphologique a presque fait disparaître les différences structurales et les oppositions géologiques ; de l’Est vers l’Ouest la transition est peu marquée des dépressions tertiaires aux très vieilles pénéplaines hercyniennes. Dans le paysage obstinément horizontal seule change la couleur de la terre : le blanc-gris des sables pliocènes et des corniches crayeuses, le jaune ou le rouge des argiles tertiaires, le gris sombre des ardoises, le gris plus clair du gneiss et du granit ; de même des vignobles et des champs de blé passe-t-on aux pacages, aux bois courts de chênes-yeuses (carrascales). Sans doute le paysage est-il plus dur, les hommes plus rares, aujourd’hui comme autrefois ; pour approximatives qu’elles soient, les statistiques anciennes le prouvent. Ajoutons qu’aux abords des montagnes de grandes masses de dépôts détritiques remaniés par une érosion jeune ont composé une longue symphonie de collines polychromes.

  • 2 Pedro Juan de Villuga, Repertorio de todos los caminos de España, Medina del Campo, 1546. C’est, à (...)

5Mais c’est la dépression centrale qui nous intéresse plus que toute autre région : au xvie siècle la véritable terre des hommes, la grande région urbaine malgré la fortune marginale de Ségovie. C’est elle que visitent les voyageurs étrangers, ses villes qu’ils décrivent, et toujours les mêmes : Burgos, Palencia, Villalón, Rioseco, Valladolid, Medina del Campo, Tordesillas, Salamanque ; c’est elle que traversent les chemins importants, tels que les trace et les énumère Pedro Juan de Villuga dans son précieux Répertoire de tous les chemins d’Espagne, qui paraît pour la première fois à Medina en 15462.

6Remblayée par les transgressions successives venues de la Tetys des géologues, affectée ensuite par un effondrement modéré à la suite des violentes dislocations alpines, la dépression de la Meseta a vu s’accumuler, aux pieds des sierras, les dépôts les plus grossiers (poudingues et conglomérats), puis dans la partie centrale, en couches presque horizontales, les matériaux plus fins : argiles, marnes, gypses, carbonates de chaux (calizas). La sédimentation a été particulièrement active pendant le miocène, l’épaisseur des couches atteignant alors parfois 300 m dans la région de Valladolid et Palencia. La grande période de comblement s’est terminée par le dépôt des calizas pontiennes qui expliquent les corniches des páramos castillans, vastes plates-formes structurales qui s’étalent sur d’importantes superficies en Vieille comme en Nouvelle Castille.

  • 3 Encore faudrait-il ajouter le Cega et l’Esgueva méprisés par le dicton.

7Depuis la fin du miocène l’érosion l’a emporté sur la sédimentation : l’inégale résistance des divers dépôts à l’érosion de nombreuses rivières aboutit à l’actuelle différenciation des paysages, particulièrement nets autour de Valladolid située au centre de la plus importante zone de confluence de Vieille Castille, selon le dicton populaire : « Duero y Duratón, Arlanza y Arlanzón, Pisuerga y Carrión, a la puerta de Simancas juntos son »3. A la porte de Simancas, c’est-à-dire tout près de notre ville.

La vaste part du désert : les páramos

8Allant de ville en ville, d’auberge en auberge, par les grands chemins, nos voyageurs du xvie siècle laissent de côté les páramos. Ils les voient de loin, ne les traversent jamais : páramos de la Bureba et de Lora au Nord de Burgos ; de Castrojeriz à l’Ouest ; de Cerrato, entre Carrión et Pisuerga, à l’Est de Palencia ; de Torozos au Nord de Valladolid, de Peñafiel entre Esgueva et Duero, de La Corona au Nord de Toro. Sans aucun doute ces voyageurs sont-ils peu sensibles aux grandeurs et aux beautés de la nature. Même Navagero qui contemple, ravi, le panorama ouvert au-dessus de Vitoria sur la dépression verte de l’Álava, n’a pas jugé digne de citer ces hautes surfaces tabulaires, inscrites en lignes dures sous le ciel, établies entre 800 et 900 m d’altitude. Et pourtant, comment ne pas les voir ?

  • 4 Otto Quelle.

9Ce silence s’explique au demeurant : les páramos ont toujours été, plus ou moins, abandonnés au désert, espaces sans hommes que les villages évitent presque toujours : « en tant que zone habitable le páramo n’a jamais pu attirer »4. Il en fut ainsi, il en est aujourd’hui encore ainsi des « Montes de Torozos », l’un des plateaux les plus remarquables par son étendue et sa masse. Seule Villanubla s’est bâtie sur le páramo de Torozos, mettant à profit un niveau de source au contact des calcaires et des marnes. Cependant Peñaflor et Wamba sont encore des villages du páramo à la naissance des vallons qui entament ses marges méridionales. Ailleurs Villabáñez, Villavaquerín et Castillo Tejeriego peuvent aussi, dans une certaine mesure, être considérés comme des villages de páramo car le fantomatique rio Jara-miel, sur les bords duquel ils se sont établis, n’échancre que pudiquement le haut plateau installé entre Esgueva et Duero. Bref ces exceptions confirment la règle. Coiffés d’une couche de chaux de 6 à 8 m d’épaisseur, exceptionnellement de 14 m, les páramos dominent de leurs falaises claires le pays environnant. Sur la rive droite du Pisuerga les « Montes de Torozos » forment une barrière rigide, continue, bien que très festonnée et qui se rapproche du fond de la vallée vers le Nord au point de rejoindre le fleuve à la hauteur de Valladolid. Sur la rive gauche les páramos sont beaucoup plus digités : le Pisuerga, l’Esgueva, le Duero et leurs petits affluents les ont débités en lanières étroites dont cependant la surface reste tabulaire.

  • 5 Justo González Garrido, notamment, a montré que le páramo de Torozos n’avait jamais pu attirer une (...)

10Vides d’hommes, délaissés par les cultures qui égratignent seulement leurs marges, les páramos ont joué le rôle de réserve d’herbe et de bois. La densité des cultures, des labours et des vignobles, dans les basses campagnes voisines, a rejeté souvent les troupeaux vers les plateaux pauvres. Ainsi au xvie siècle. Comme le prouvent bien des textes. La limitation des effectifs des troupeaux de moutons pouvant paître sur le territoire de Valladolid affirme par contraste la vocation de pâturages des páramos voisins. De même, quoique peu favorables aux arbres car trop battus par les vents, les páramos furent jadis relativement boisés : au xvie siècle ils comptent parmi les réserves forestières de Valladolid. Chaque année des coupes étaient pratiquées au Monte Chico, au Monte de la Matilla, à Nava Buena, trois bois situés sur le large Monte de Torozos, constitués par des chênes-rouvres, des chênes verts, des chênes-yeuses5. Ici, et ailleurs, au Monte de Duero, la lande à genêts, coupés régulièrement, occupait des superficies notables. Aujourd’hui les Montes de Torozos ne portent plus qu’une végétation de monte-bajo, quelques rouvres, quelques chênes verts, capables de résister aux violentes bourrasques du Nord pourvoyeuses des neiges d’hiver ; des buissons odorants de genêt et de ciste, de lavande et de thym, de romarin et de sauge, tels sont les rares habitants de ces vastes espaces condamnés au silence. Peut-être Torozos méritait-il davantage au xvie siècle la définition lyrique qu’Ortega y Rubio lui appliquait à la fin du xixe siècle : « Torozos est un beau pâturage planté de chênes, plat comme la surface d’un lac, vert comme une idylle de Gessner, paisible comme un paysage d’Arcadie. Imaginez une immense prairie à la pelouse agréable où folâtrent d’innombrables troupeaux... ». Mais qui le croira ?

Vrais terroirs. Cerros, cuestas, campiñas et riberas

  • 6 Fernando Colón écrit : « Tierra de pan y cerrillos. »

11Les autres formes de relief ne restent pas inaperçues des voyageurs ou même des « géographes » de jadis. Elles sont en effet associées à la vie agricole la plus active et les établissements humains s’y multiplient. Ainsi, dans la Descripción y cosmografía de España, Fernando Colón écrit que la région de Valladolid est une terre de cerrillos6 ; de même Navagero observe l’existence de cerros : sur l’un d’eux était située la ville de Portillo ; sur un autre altozano s’était bâti le monastère de Nuestra Señora del Prado, aux environs de Valladolid ; ce sont encore le « Cerro del Portillo » à Burgos et, tout près de cette même ville, le cerro qui a servi de socle à la fameuse Chartreuse de Miraflores. Le cerro — on dit aussi otero — impose sa présence : c’est un magnifique exemple de butte-témoin dont l’isolement est évidemment dû aux artifices de l’érosion fluviale : en avant du páramo dont ils rappellent les positions perdues, les cerros se coiffaient souvent alors (aujourd’hui encore) d’un ermitage, d’un calvaire, tel le « Cerro del Cristo » près de Palencia ; d’autres buttes dignes de mention sont le « Cerro de San Cristóbal », le « Cerro de San Torcaz », près de Renedo, détaché du páramo qui s’étale entre Esgueva et Pisuerga.

12Près de ces îles, de ces collines, s’élargissent en contrebas les campiñas, ou campagnes déblayées dans les matériaux tendres, argiles et marnes aux formes molles. Tous les remarquent, Navagero, Pedro de Medina, Enrique Cock, Dámaso de Frías, qui s’accordent à vanter la fertilité, l’abondance des campagnes de Valladolid comme d’autres décrivent la riche mais étroite campagne de Burgos, entre Villasar et Arlanzón, qui s’épanouit un seul instant autour d’Ibeas et de Castañares. Au Nord, entre Burgos et Valladolid, et dans la vaste et plantureuse Tierra de Campos qui s’élève insensiblement de 660 à 840 m, depuis le confluent du Sequillo et du Valduadez jusqu’à Carrión de los Condes, la campiña est sombre et rougeâtre. Formée d’argiles, produit ultime de la décomposition des autres roches, elle vire aussi au blanc, à l’ocre, au gris. Vers le Sud elle blanchit sous les sables du pliocène largement étalés entre Pisuerga et Carrión, puis déborde largement au-delà du Duero ; sables favorables aux pinèdes qui ont aujourd’hui envahi tout le Midi de la campiña.

13Ces grandes campagnes argileuses étaient, sont restées presque dépourvues d’arbres : depuis des siècles elles sont terres de céréales, possédées alternativement, selon un rythme biennal, par les labours puis les jachères comme l’exige la sécheresse du climat. Tous les vieux auteurs disent : pays de grains ; au xviiie siècle le cadastre du marquis de La Ensenada et les travaux de Larruga confirment cette domination quasi exclusive des cultures céréalières. Dès le Moyen Age d’ailleurs et jusqu’à nos jours ces campagnes ont été productrices excédentaires de grains. Au cœur de la Tierra de Campos dont aucun accident de relief ne trouble l’horizontalité, seuls les éternels contrastes de couleurs entre labours et jachères trahissent à la fois le travail des hommes et la réalité de la terre.

14Entre páramos et campiñas la transition s’opère par les longs talus des cuestas que les voyageurs ne distinguent guère de la campiña à laquelle elles sont restées unies par la longue courbe des vignobles ou le chapelet serré des maisons villageoises. Les pentes suaves de la cuesta se sont aménagées aux dépens des matériaux meubles, soubassement des calizas, marnes et argiles notamment. Quelques couches plus dures s’intercalent, calcaires marneux ou gypses : elles scandent la chute du talus, dessinant des lignes dures qui mettent de la netteté dans le paysage tout en accusant son caractère horizontal. Parfois aux abords des fleuves, Duero ou Pisuerga, le ruissellement stimulé par le niveau de base proche a découpé la cuesta en barrancos, ravins profonds et courts. Ainsi en est-il de la cuesta de Prado Ancho, près de Fuensaldaña, ou de la cuesta qui court sur la rive gauche du Pisuerga, de Santovenia aux approches de Cabezón. Au Sud du Duero le talus des Altos de la Mula a été buriné par de nombreux ruisseaux ou rivières (Vallcorta, Vallena, Pajares, Duratón). Au Sud du confluent du Cega et du Duero l’érosion a été si active qu’elle a, cette fois, presque effacé la cuesta.

15Les cuestas apparaissent comme une des formes de relief préférées de l’habitat : de nombreux villages y sont nés, y ont grandi. Toute une ligne d’agglomérations rurales marquait au xvie siècle et marque toujours le chemin de la cuesta à la lisière orientale des Monts de Torozos : du Nord-Est au Sud-Ouest se succèdent Trigueros del Valle, Cohorcos, Cigales, Mucientes, Fuensaldaña, Zaratán, Ciguñuela, Geria, Velliza...

16Premier trait : à travers les campiñas s’insinuent de vastes riberas au long des cours d’eau. Antoine de Lalaing décrit justement la vallée du Pisuerga « très évasée et très fertile ». Navagero célèbre cette même ribera qu’il trouve cependant peu fournie en arbres au contraire de celle du Duero autour de Tudela, verdoyante de peupliers. Dans ces riberas vignobles, vergers, huertas mêlent leurs couleurs changeantes à celles des labours. C’est là que l’occupation du sol a été et reste la plus dense, la vie la mieux enracinée et la plus intense. Au xvie siècle les prix du terrain en ribera sont bien plus élevés qu’ailleurs. Là, au bord du Pisuerga surtout, nobles et riches font bâtir leurs maisons de plaisance. Si grande est la vertu que donne à la terre la présence renouvelée de l’eau !

17Campiñas, riberas, cuestas, telles sont les zones privilégiées de l’habitat. La primauté revient aux campagnes et rivières du Pisuerga, de l’Esgueva, du Duero, de l’Arlanzón : elles alignent depuis des siècles de longues files de villages qui ont recherché contre les coûteuses fantaisies des rivières l’abri de la première terrasse : de Peñafiel à Tordesillas sur 70 km environ la ribera du Duero fait vivre, dès le xvie siècle, en plus de ces deux petites villes, Pesquera de Duero, Valbuena, Olivares, Sardón, Peñalva de Duero, Tudela de Duero, Herrera, Laguna et Boecillo, Puente de Duero et Viana de Cega, Villamarciel et Villanueva, San Miguel del Pino ; en amont du confluent avec le Duero, le Pisuerga rencontrait successivement Simancas, Arroyo, Valladolid, bien sûr, Santovenia, Cabezón, Dueñas, ce ruban de peuplement se déroulant sur quelque 30 km ; la vallée de l’Esgueva pour sa part abritait Renedo, Castronuevo, Olmos, Villanueva de los Infantes, Pina de Esgueva, Esguevillas... Plus au Nord les groupements humains étaient aussi denses le long des riberas de l’Arlanzón et du Carrión. Les vastes plaines de Campos, elles aussi, étaient semées de villages, de bourgs, jaillis du sol à une ou deux lieues de distance, quelquefois très loin des rivières.

  • 7 Barthélemy Joly, « Voyage en Espagne », 1603-1604, texte publié par la Revue Hispanique, t. XX, 190 (...)
  • 8 Collection de chroniques belges inédites, publiées par ordre du Gouvernement. Collection des Voyage (...)

18Tels étaient les paysages des hommes, aux villages pressés, nés de l’eau et non moins de la terre nourricière, pétris de cette terre, couleur de cette terre avec leurs maisons de brique crue (adobes), glaise et paille mêlées séchées entre des planches, puis à l’ardent soleil de Castille, parfois, mais rarement, distinctes des autres parce que passées au lait de chaux. Toutes ces maisons dominées par le clocher de l’église et sur ce clocher un nid de cigognes ainsi que s’en étonnait Barthélemy Joly gagnant Valladolid à l’aurore du xviie siècle7. Maisons de terre dans les villages, sans doute, comme Cabezón qu’Antoine de Lalaing considérait comme un village fort laid avec ses vilains murs de terre, mais à Valladolid aussi dans une très large mesure comme le remarquait, dès 1517, Laurent Vital mêlé à la suite du jeune Don Carlos, le futur Charles Quint8.

II. — VILLE ET CAMPAGNES

19Valladolid et ses villages, l’association est banale. Elle existe en Espagne et en Occident — et même dans toutes les civilisations du monde d’alors — à des milliers et des milliers d’exemplaires. Aucune ville ne vivant sans des villages proches qui l’épaulent, sans cette division du travail qui a précédé toute vie urbaine. Encore faudrait-il préciser, dans le cas qui nous intéresse, comment cette collaboration s’est mise en place — problème d’histoire et qu’il nous est possible d’apercevoir en pleine clarté tant ces origines des villes de Castille et particulièrement de Valladolid ont été étudiées, et bien étudiées, par les historiens — ensuite quelle est l’extension du groupe de villages que saisit l’autorité ou la force économique de Valladolid.

Du village et de la forteresse à la ville : une poussée « américaine »

20Mais d’abord la ville ? Quelles furent les circonstances de sa naissance, celles de son développement avant que nous la découvrions au début du xvie siècle dans l’épanouissement de sa première maturité ?

  • 1 Federico Wattemberg, Desarrollo del núcleo urbano de Valladolid desde su fundación hasta el falleci (...)

21A cette question les beaux travaux de Federico Wattemberg et de Juan José Martín González apportent une réponse dont je rassemble ici les éléments essentiels1 :

22Valladolid est née au confluent du Pisuerga et de l’Esgueva, les premiers établissements humains s’élevant sur le cône de déjection de cette dernière rivière, entre les bras qui découpaient le matériel alluvial. Les découvertes néolithiques, parmi lesquelles de nombreuses haches de pierre et de la céramique, attestent la réalité d’une occupation continue dans la région autour de Villabrájima, Villabáñez, Rioseco surtout. Les premiers sites élus par les hommes furent les cerros, véritables tours de guet faciles à défendre. L’arrivée des vacceos développe la vie pastorale sur les páramos voisins ; vers la fin du IIIe siècle av. J.-C, le peuplement aurait été assez dense, favorisé par la vallée du Pisuerga ouverte sans détours aux communications faciles et aux migrations : les principaux foyers celtibériques auraient été Palencia, Eldana (Dueñas peut-être), Pintía (près de l’actuelle Cabezón), Septi-manca (Simancas) et sur le Duero, Acontía, l’actuelle Tudela où, selon Strabon, on franchissait le fleuve.

23La conquête romaine aurait provoqué la disparition de la plupart des anciens foyers de peuplement tout en développant une forte exploitation agricole : de nombreuses villas romaines s’établirent en Tierra de Campos et dans la vallée du Pisuerga sur la rive droite du fleuve, autour de Valladolid, à Simancas, Arroyo, La Mosquilla... ; sur la rive gauche à Argales, aux Arcas Reales, à la Cistérniga et à Laguna de Duero ; d’autres villas naquirent sur la cuesta à Fuensaldaña et près de Mucientes ; une autre enfin se créa sur l’emplacement actuel de la rue Santiago (des ruines romaines ont d’ailleurs été mises au jour lors de travaux de fondation au xviiie siècle : voir J. J. Martín González) : cette villa était remarquablement située sur le trajet de Septi-manca à Pintia, à la naissance d’axes orientés vers Tudela, Laguna, Puente de Duero ; ce dernier chemin devait être sous le Bas Empire un axe de grand trafic vers Coca et Ségovie. La villa de Valladolid était donc tout indiquée pour devenir le lieu d’implantation d’un marché périodique.

24Or les invasions germaniques furent suivies de l’abandon de nombreuses villas et une tendance très nette au regroupement de populations se dessina. Une nécropole wisigothique a été découverte sur la rive droite du Pisuerga à la hauteur de Valladolid : il est donc infiniment probable qu’une petite agglomération s’est installée entre les deux bras supérieurs de l’Esgueva à l’époque wisigothique, agglomération inférieure toutefois à celle de Palencia qui était alors la plus considérable de la région ; les premières exploitations ecclésiastiques remettent en culture les terroirs des anciennes villas romaines, peuplent les riberas et les petites plaines de Cabezón, Dueñas, Arroyo, Renedo... L’invasion arabe n’apporte pas de changement durable : dès le ixe siècle, les colons mozarabes repeuplent la région, par exemple Simancas et Dueñas vers 899. Les campagnes d’Almanzor au xe siècle paralysent cependant le développement du noyau originel de Valladolid, mais au xie siècle, avec le repeuplement définitif, la ville va prendre un départ décisif. C’est vers 1035 qu’est reconstruite la petite cité ravagée à l’époque d’Almanzor : c’est-à-dire un espace compris entre la rue del Bao, la rue del Rosario, une partie de l’actuelle rue Leopoldo Cano, la place San Miguel et l’actuelle rue del León. Les maisons étaient groupées autour de l’église San Pelayo, premier temple de la cité. En même temps, comme d’autres cités de Vieille Castille, la ville s’agrandissait sous la poussée d’une double immigration nordique et andalouse. L’espace urbain, limité par les rues Angustias, Cantar-ranas, San Ignacio, Fabio Nelli, San Diego et Corredera de San Pablo, s’augmenta après la concession de la ville au comte Pedro Ansúrez en 1072, d’un quartier neuf construit autour du palais comtal, de l’église de La Antigua, de l’hôpital de l’Esgueva et du marché. Les progrès de la fonction commerciale font apparaître un quartier judéo-arabe sur le territoire de la paroisse actuelle de San Martín.

25Les xiie et xiiie siècles constituent une époque de rapide développement, la ville se construit surtout vers le Sud, les constructions nouvelles se distribuent de part et d’autre de l’axe moteur de la rue Teresa Gil ; églises et monastères promis souvent à un grand avenir ; couvent franciscain de San Francisco (1210) puis établissement de franciscaines à Santa Clara (1347) ; monastère dominicain de San Pablo (1276) ; couvent cistercien de Las Huelgas (1282). La fondation de paroisses méridionales (Santiesteban, San Juan, San Andrés, El Salvador) témoigne de l’extension de la ville vers le Sud et le Sud-Est : artisans et petits commerçants s’installent de préférence dans ces nouveaux quartiers.

26Après un ralentissement au xive siècle, la ville connaît un essor considérable au xve siècle, une véritable poussée américaine : un quartier juif réservé s’établit autour de San Nicolás à partir de 1413 au Nord-Ouest de la ville, les mudéjares se groupent dans le Barrio de Santa Maria au Sud, à proximité des centres commerciaux, entre la rue Santiago et la rue Olleros. De nouvelles paroisses sont fondées : San Lorenzo, Santiago... On construit l’édifice de la Chancellerie, le couvent des hiéronymites (Nuestra Señora del Prado), celui de San Agustín, ceux de Santa Isabel et de Santa Catalina, enfin les deux magnifiques collèges de San Gregorio et de Santa Cruz qui vont susciter l’admiration des prochains visiteurs. Les huertas méridionales sont transformées en lotissements : de nouvelles rues sont percées (Herradores, Mantería, Labradores). L’incendie de 1461 impose la reconstruction de nombreuses maisons édifiées selon le goût mudéjar mais à l’extrême fin du xve siècle, l’influence de la Renaissance italienne s’impose magistralement à Valladolid grâce à la façade du collège de Santa Cruz ; les rues principales sont empierrées, ce qui explique qu’en 1501, Antoine de Lalaing ait trouvé une ville « bien pavée ».

27C’est donc une ville en plein dynamisme qui va se présenter sur la ligne de départ du xvie siècle. Elle a jusqu’alors tiré le meilleur parti de ses chances géographiques et l’histoire a suivi son cours : l’établissement des églises et des couvents des grands ordres, l’afflux d’une main-d’œuvre en grande partie mudéjar, l’essor du commerce favorisé par une communauté juive qui se survivra par les conversos. Autant d’éléments que l’on retrouve ailleurs en Castille, à Burgos, à Ségovie, à Ávila par exemple. Quant à la nouvelle conjoncture économique, née des grandes découvertes, elle a stimulé, on le sait, dans une première phase au moins, l’industrie des villes castillanes. Mais Valladolid va bénéficier en plus de chances politiques qui lui sont propres et de la promotion sociale contenue en germe dans cet heureux destin politique. Alors que s’ouvre le xvie siècle, tout semble prêt pour un nouvel et considérable essor.

Le rayonnement de la ville : un empire urbain

28En grandissant, la ville s’était donné un empire. Une part de cet empire était fondée par le droit. La ville de Valladolid, comme les autres villes de la couronne de Castille, fut dotée d’une tierra, qui lui fut concédée par privilèges royaux (les plus anciens datant du xie siècle), et fut complétée par des achats, de nombreux privilèges n’étant probablement que les effets de ventes déguisées. Valladolid exerça ainsi sa juridiction sur un territoire dit « des cinq lieues » parce qu’il comprenait toutes les communes (concejos) situées à cinq lieues à la ronde à l’exception de celles qui étaient incluses dans un domaine seigneurial. C’est ainsi que Cigales, après avoir été donnée à Valladolid par un privilège de 1327, fut incorporée dans les domaines du comte de Benavente, que Fuensaldaña appartenait aux Vivero, que Mucientes se trouvait dans une seigneurie du comte de Buendía et que Simancas racheta son autonomie à la couronne, dont elle dépendait directement au xvie siècle.

  • 2 Alfonso María Guilarte, El Régimen Señorial en el Siglo xvi, document cité, p. 397 : exemple de Tud (...)

29La juridiction exercée par la ville comporte la confirmation par elle des alcaldes ordinaires nommés par les conseils des villages. Au début de l’année les alcaldes de ces villages se présentent devant le corregidor et le Conseil de Valladolid, prêtant serment d’user bien et fidèlement de leur office, de veiller au service de Dieu et du Roi et de faire exécuter les décisions de la ville. Ils sont alors confirmés dans leurs fonctions. Ils peuvent désormais exercer leur juridiction de première instance sur le territoire, término, de chacun de ces villages, pourvoient les orphelins de tuteurs, règlent directement les conflits mineurs, font arrêter les criminels et les font transférer dans la prison de Valladolid2. De plus la justice de la ville juge les appels et les causes criminelles, les tribunaux royaux (Chancellerie et Conseil royal) demeurant évidemment souverains en dernière instance.

  • 3 A.M.V., Livres d’Actes, 12 mai 1512.

30Cette juridiction comporte également la visite annuelle de la « terre » par les regidores nommés à cet effet, l’application des ordonnances de la ville, des règlements sur l’importation des marchandises (et ici, chose d’importance, sur le commerce du vin), la police des prix, enfin la possibilité d’exiger certaines corvées de ces villages : ainsi le 12 mai 1512, le « Conseil et Justice » de Valladolid ordonne aux villages de Laguna, Herrera et Boecillo de mobiliser leurs charrettes afin de transporter le bois nécessaire aux fours à chaux de Boecillo installés pour la construction du pont de pierre que l’on jette alors sur le Duero à proximité immédiate du village3. Les villages participent à l’entretien des chemins et des ponts ; à diverses reprises ils doivent fournir leurs charrettes pour l’organisation des corridas de Valladolid et doivent envoyer à la ville leurs danseurs, jeunes gens et jeunes filles, pour réjouir les princes en visite. En revanche, bien que la ville de Valladolid puisse être considérée comme le seigneur de ces villages, ceux-ci semblent libres au xvie siècle de toutes prestations pécuniaires de type féodal. On sait d’ailleurs que la féodalité se développa faiblement en Vieille Castille.

VALLADOLID ET SES VILLAGES

VALLADOLID ET SES VILLAGES
  • 4 Selon José Ortega y Rubio, Historia de Valladolid, t. I, p. 40. Quant à la technique des achats ell (...)
  • 5 Ibid.

31Le domaine de Valladolid s’est constitué progressivement. On aperçoit quelques jalons de cette conquête : en 1228 Santovenia, en 1229 Herrera furent achetés au Souverain4. Plusieurs mercedes : Cabezón en 1255, Tudela en 1293, Peñaflor en 1393, Olmos en 1409, etc., viennent agrandir l’empire de la ville dans lequel, un temps, figurèrent de gros bourgs tels Cigales, Simancas et même Portillo5.

  • 6 A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301. Il faut bien totaliser 2196 et non 2096 car une er (...)
  • 7 A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301, et Contadurías Generales, Leg. 2307.

32Cependant la « terre » relevant de la juridiction de Valladolid était assez réduite. Lors du recensement de 1591, les quinze villages qui la constituaient ne rassemblaient que 2 196 vecinos dont plus du quart pour le seul bourg de Tudela6. Beaucoup d’autres villes moins importantes étaient infiniment mieux pourvues, telle la voisine Medina del Campo dont la « terre » comptait, lors du même recensement, 3 724 vecinos ou, mieux encore, la très modeste ville d’Arévalo qui, en 1584, avait juridiction sur une « terre » de 5 061 vecinos, beaucoup plus étendue que celle de Valladolid7.

33Mais l’influence de cette ville, influence économique, sociale, culturelle, déborde très largement le cadre de sa juridiction, s’étend très loin vers le Nord et l’Est où manquent, malgré Palencia et Burgos, les organismes urbains puissants tandis que vers le Sud et l’Ouest Medina del Campo, Ségovie, Ávila, Toro, Zamora, Salamanque contestent le rayonnement de Valladolid. Certains villages comme Villabáñez, Peñalva et Sardón, qui dépendent d’Olmedo, vivent en fait dans l’orbite de Valladolid dont ils sont d’ailleurs beaucoup plus proches. Situation identique pour les villages et les bourgs dépendant d’un seigneur laïque : Mucientes, Cigales, Fuensaldaña, Olivares et Val-buena, voire Portillo... d’un seigneur ecclésiastique : Wamba, Traspi-nedo ou pour les bourgs autonomes tels que Simancas.

34D’ailleurs l’extension de la propriété noble, ecclésiastique ou bourgeoise de Valladolid et le rôle joué par la ville dans le crédit rural montre que son influence porte loin dans les campagnes, en Tierra de Campos et dans le Cerrato par exemple, terres à blé, terres précieuses pour une grande ville, gonflée périodiquement par l’afflux des forains. De même que ses négociants jouent leur partie dans deux places commerciales d’importance, Rioseco et Villalón, dont les seigneurs, l’Amiral de Castille et le comte de Benavente, résident le plus souvent à Valladolid. Et l’appel de main-d’œuvre de la ville, aux meilleurs moments de son histoire, est entendu dans les provinces lointaines, encore déshéritées, qui s’achèvent au bord de l’Atlantique : la Montagne, les Asturies, parfois la Galice... Toutes régions qui ont aussi comme Tribunal d’appel la Chancellerie de Valladolid, qui envoient leurs étudiants à l’Université de Valladolid et c’est dans cette ville que viendra s’établir le Galicien Gregorio Fernández, l’une des gloires du siècle d’Or.

35Ainsi s’élargissent ou se restreignent, selon l’objet du moment, les limites du domaine qui s’offre à notre enquête ; tant est complexe la relation qu’une grande ville établit avec le monde qui l’entoure, si mouvantes les positions qu’elle conquiert, qu’elle perd, qu’elle reprend...

III. — ARBRES, PLANTES ET CLIMATS AU XVIe SIÈCLE

36Mais le monde physique lui-même peut-il nous proposer l’image d’une permanence ? Depuis quatre siècles, faut-il croire que le paysage soit demeuré inchangé ? Et, par exemple, que la végétation du xvie siècle ait été semblable à celle qui nous apparaît aujourd’hui ? Sur ce point, bien des doutes surgissent, auxquels j’essaierai de répondre, sans toujours y parfaitement réussir. Mais le problème doit être posé clairement. Car nous avons de solides raisons de croire qu’à la fin du xve siècle et dans le courant du xvie siècle s’est constitué pour une large part l’actuel paysage végétal, ceci dit sans négliger les déboisements des xviie, xviiie, xixe siècles et l’œuvre contemporaine de reboisement.

La végétation avant le xvie siècle

  • 1 Helmuth Hopfner, « La evolución de los bosques de Castilla la Vieja en tiempos históricos », Estudi (...)
  • 2 Les cartes examinées sont celles de Baltañas, Cigales, Dueñas, Esguevillas de Esgueva, Medina del C (...)

37Selon Helmuth Hopfner, la parure la plus ancienne de la Meseta était faite de chênes, notamment de trois variétés du Quercus lusi-tanica parmi lesquelles le chêne-rouvre (roble) et le chêne vert (encina). Les écrivains grecs et latins ont fait de fréquentes allusions à ces boisements. Ainsi Hopfner signale 24 toponymes relatifs au roble ou à l’encina dans la province de Valladolid1 attestant la présence de chênes tels que Robledo, Robladillo, Rebollar, Rebollado, Encinal. Autre variété de chênes anciennement répandue : les chênes-yeuses (carrascos) sous une forme arbustive ou arborescente ; de très nombreux toponymes, Carrascal surtout, mais aussi Carbajo, Carvajal, Carvallado, Carrascosa, témoignent de l’ancienne vitalité des peuplements d’yeuses. Un examen rapide de quinze cartes d’état-major recouvrant la plus grande partie des provinces de Valladolid et de Palencia, débordant parfois sur les provinces voisines, nous a permis de relever 22 toponymes de ce genre dont la densité devient importante sur les páramos (les Montes de Torozos et le Páramo de Torrejón qui les continue, par exemple, avec au moins 4 toponymes relatifs au carrasco et 4 au roble) et aux alentours de la ligne du Duero, dans tout le Sud et l’Est de la province de Valladolid2. En revanche, le chêne-kermès et le chêne-liège n’étaient fréquents, dans les provinces d’Ávila et de Salamanque, que sur le rebord méridional de la première Meseta. Pendant l’Antiquité, les autres essences installées sur la Meseta furent surtout le genévrier (enebro) dont les fortunes anciennes sont soulignées par quelques noms de lieux (Enebral, Enebrada, Valdenebro), les frênes, les peupliers (plusieurs Alamares) et les saules au long des riberas, enfin les associations buissonnantes de monte bajo : genêts (escobas, retamas), bruyère, thym, ciste : toponymes comme Escobar, El Escobar en Terre de Campos, près de Fuentes de Nava ou de Castromocho, plus au Sud près de Villalar alors que les Retamas sont assez fréquents sur les rives du Duero. Hopfner ne signale pas de hêtraies sauf dans les sierras du système central et les cartes examinées sont dépourvues de tout toponyme relatif au hêtre. De même les sources anciennes de la Reconquête ne mentionnent pas la moindre pinède. Le seul toponyme désignant la pinède est pinar : ce manque de variété dans le vocabulaire est signe d’introduction récente. D’ailleurs si les Pinares sont nombreux sur les cartes, on ne les trouve qu’exceptionnellement au Nord et à l’Ouest d’une ligne Esgueva-Pisuerga. C’est le terme monte qui désigne sur les cartes les forêts, même lorsqu’il s’agit de pinèdes.

38Au début de l’ère chrétienne la grande formation forestière de la Meseta est la chênaie sous les trois aspects déjà signalés et, sur de vastes espaces, les landes à genêts riches de plantes aromatiques. D’ailleurs cette parure forestière n’était pas dense : seule la partie orientale de la Meseta, les régions au Sud du Duero et quelques páramos ont été fortement boisés. Entre la période romaine et la fin du xve siècle, le paysage s’est transformé notablement.

39Hopfner pense cependant que la déforestation a été faible pendant les périodes romaine et wisigothique : en l’absence d’importantes agglomérations urbaines, le niveau de la demande de bois est resté bas. Alors assez peu denses, les populations disposaient pour la culture de fertiles campagnes argileuses, telle la Tierra de Campos, et négligèrent les páramos boisés, peu fertiles naturellement. Le récit des campagnes de Lucullus contre les Vacceos apporte la preuve que les régions au Sud du Duero étaient fortement boisées.

40A l’époque musulmane, l’insécurité entraîna le dépeuplement relatif des campagnes céréalières, la steppe en prit parfois possession. La forêt ne fut guère entamée : soucieux de couvrir leurs raids vers le Nord ou vers le Sud, les deux adversaires respectèrent les forêts.

  • 3 Helmuth Hopfner, op. cit.

41A partir du xie siècle finissant, les conditions se modifient : les progrès de la Reconquête, suivis par le repeuplement, s’accompagnent aux xiie et xiiie siècles d’un grand développement de l’élevage et de la transhumance : les troupeaux mangent les jeunes pousses, les pasteurs incendient de vastes étendues forestières pour agrandir leurs terrains de parcours ; ainsi les bois de rouvres, de chênes verts et de genévriers reculent dans les plaines du Duero et sur les páramos calcaires. Ce recul s’accentue à la fin du xve siècle quand l’essor des foires de Castille provoque une hausse considérable de la demande de bois pour la construction des charrettes, d’auberges, de refuges3.

La mutation végétale du xvie siècle

42C’est au xve siècle qu’apparaissent les premières pinèdes, au xvie siècle qu’elles l’emportent sur les autres associations végétales grâce à l’expansion de trois espèces qui dominent aujourd’hui encore : le petit Pinus pinea, le pin d’Alep, le pin noir. Ajoutons le pin maritime ou Pinus pinaster.

  • 4 Fernando Colón, Descripción y Cosmografía de Castilla.
  • 5 A.M.V., Livres d’Actes, 16 décembre 1560.
  • 6 A.M.V., Livres d’Actes, 28 novembre 1565.
  • 7 A.M.V., Livres d’Actes, juin 1579.

43Nos recherches confirment les travaux d’Hopfner, tout en les précisant pour la région de Valladolid. Au début du xvie siècle, le déboisement est fort avancé. Certes, la description des forêts de Fernando Colón en 1516-1517 signale encore l’existence de grands bois de chênes-rouvres dans l’Est de la Meseta autour de Medinaceli et d’Almazán et même dans la province de Valladolid : au Sud, autour de Monte-mayor et de Peñafiel, à l’Est entre Pesquera de Duero et la vallée de l’Esgueva ; au Nord et à l’Ouest sur le páramo de la Mudarra qui se prolonge vers le Sud-Ouest entre Wamba et Velliza4. Il est sûr, d’ailleurs, qu’en 1560 cette forêt, composée, semble-t-il, de trois bois différents (Monte Chico, La Matilla, Nava Buena) existait encore. Il y avait un garde forestier, en 1517, à Villanubla et en 1560 un garde-chef, flanqué de deux adjoints, habitait en permanence dans la maison forestière de Nava Buena sur les Monts de Torozos5. Nous savons aussi qu’il y avait des boisements d’yeuses sur ces mêmes Monts de Torozos en 15656. En revanche, cette forêt n’était plus gardée en 1579, faute de candidats à la fonction de garde, considérée comme trop mal rétribuée7.

  • 8 A.M.V., Livres d’Actes, mars 1512.
  • 9 A.M.V., Livres d’Actes, 28 novembre 1594.

44D’autre part, quelques peuplements de chênes-yeuses subsistaient en 1512 près de Puente del Duero puisque la municipalité de Valladolid interdit alors de les couper8. La chênaie de Monte de Duero a dû survivre puisqu’en 1567 les regidores commis à sa visite déclarent que les dernières coupes de chênes verts repartent bien, puisque, enfin, en 1594, la coupe de ces chênes verts fournit 300 charretées de bois9. En outre, quelques bois de rouvres et de chênes verts se sont conservés jusqu’à nos jours sur les Montes de Torozos.

  • 10 Andrés Navagero, Viage a España del magnífico micer Andrés Navagero. J’avoue n’avoir lu Navagero qu (...)
  • 11 A.M.V., Livres d’Actes, 23 décembre 1502.
  • 12 A.M.V., Leg. 380.
  • 13 La pratique des Livres d’Actes ne peut laisser subsister aucun doute à ce sujet. Les interdictions (...)
  • 14 A.M.V., Leg. 380.
  • 15 A.M.V., Livres d’Actes, 10 et 19 mars 1512.
  • 16 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos, Valladolid, fol. 55-56.

45Au total, il ne s’agit là que de vestiges qui ne peuvent dissimuler la pénurie de bois. Lorsqu’il traverse l’Álava et la Navarre en 1526, l’ambassadeur vénitien Navagero est impressionné par la grande richesse de ces régions en chênes (chaque village n’a-t-il pas sa chênaie !). Par contre il signale qu’il y a peu de chênes (encinas) en Castille. Ne vient-il pas de traverser la Tierra de Campos entièrement, ou presque, privée d’arbres10 ? Au vrai, que de confirmations : en 1502 les habitants de Tudela de Duero et de Portillo se livrent une lutte à mort pour la forêt qui s’étend aux confins de leurs territoires respectifs11 ; en 1505, une cédule royale permet aux habitants de Cuellar, à 12 lieues de Valladolid, de venir vendre du bois dans cette dernière ville qui en manque12 ; les landes à genêts autour de Puente del Duero, Viana, Laguna, Villanubla, sont exploitées avec beaucoup de précautions, aucune coupe ne pouvant être pratiquée sans licence spéciale de la municipalité de Valladolid13. Enfin, de nombreuses pragmatiques et provisions royales de la fin du xve ou du début du xvie siècle attestent l’urgence de la question : une provision du 15 mars 1495 autorise la ville à planter des pins et des chênes verts14 ; des pragmatiques ordonnent la plantation d’arbres sur les terres non cultivables ; en 1512, une commission municipale inspecte les terres de Geria, Ciguñuela, Tudela, Herrera, pour repérer les parages favorables aux plantations d’arbres ordonnées par les souverains15. Une provision de Doña Juana du 4 juin 1513 déplore la gravité du déboisement et les retards apportés aux nouvelles plantations16.

  • 17 Michel Devèze, La vie de la forêt française au xvie siècle, Paris, 1961
  • 18 A.M.V., Livres d’Actes, n° 1, fol. 263.
  • 19 A.M.V., Livres d’Actes, 6 mars 1554.
  • 20 A.H.P.V., Leg. 80, fol. 206.
  • 21 A.M.V., Leg. 380.
  • 22 A.M.V., Livres d’Actes, 8 février 1518.

46Au moment même où se mesure l’étendue du mal, un effort considérable de reboisement est entrepris, de même qu’en France, et pour les mêmes raisons, avec quelques décennies de retard17. Dans la région de Valladolid, cet effort aboutit à une transformation progressive du paysage. Il est sûr, par exemple, qu’une pinède a été plantée au xve siècle autour de Laguna car, en 1500, la plantation n’est pas achevée et la municipalité prévoit le salaire des gardes qui doivent tout à la fois et la terminer et la protéger18. En 1553, à Herrera19 et, en 1556, à Tudela20, nous trouvons les lieux-dits Pinar Viejo, ce qui suppose des plantations anciennes déjà et dont les arbres, à ces dates, existaient toujours ; parallèlement, une provision du 9 avril 1512 interdit aux bouchers de l’Abbaye et de la Chancellerie de Valladolid de faire paître leurs troupeaux dans les forêts de pins nouvellement plantés21 ; en 1518, une commission dirigée par les alcaldes de la Hermandad visite les maisons paysannes de Laguna, Puente de Duero et Viana pour voir si elles contiennent du bois de pin et prendre d’éventuelles sanctions ; ce qui, selon les ordonnances en vigueur, prouve l’existence de plantations de moins de six ans d’âge22. Ainsi, la pragmatique de 1512 a été suivie d’effet.

  • 23 Colección de documentos inéditos para la historia de España, t. XX, p. 552.
  • 24 A.M.V., Livres d’Actes, 6 septembre 1553 et 27 novembre 1561.
  • 25 A.M.V., Livres d’Actes, 8 mars 1567.
  • 26 A.M.V., Livres d’Actes, février 1586.
  • 27 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 79. De fait mes documents sont muets à propos des oliviers. Cepen (...)

47Le reboisement continue au long du siècle : en 1518, le 22 décembre, une provision de Don Carlos et Doña Juana, adressée à tout le Royaume proclame la nécessité de remédier à la disette de bois et de rechercher les lieux les plus appropriés aux plantations de montes et de pinares (l’accent est donc mis nettement sur les pinèdes)23. En 1553, à la Barca de Herrera existe un Pinar Nuevo, clos pour plus de sûreté ; en 1561, il faut couper de nombreux fûts de cette pinède parce que trop serrés24. En 1567, décision de planter des pins sur le territoire de Valladolid25. En 1586, des pins sont plantés à Monte de Duero (sur le territoire d’une forêt traditionnelle peuplée de chênes)26. En 1588, une provision de Philippe II interdit les coupes de bois dans un rayon de 8 lieues autour de Valladolid, demande de nouvelles plantations en recommandant que les terres légères et sableuses soient réservées aux pins, les chênes-rouvres devant être plantés en sol argileux (barrizales), tandis que les peupliers, ormes et saules seront réservés aux bords humides des riberas. Il est même question de plantations de mûriers et d’oliviers, mais si le cadastre de La Ensenada au xviiie siècle signale quelques mûriers, il n’indique pas trace d’oliviers. Il semble que les conseils royaux, en ce sens, aient été négligés, à juste titre d’ailleurs27.

  • 28 Andrés Navagero, op. cit., par 77.
  • 29 A.H.P.V., Leg. 80 et 81. Par exemple Leg. 81, fol.104, 116, 120, 514.
  • 30 A.M.V., Livres d’Actes, 25 janvier 1553, 1er mai 1553, etc.

48Finalement des résultats importants ont été obtenus : dès 1526, Navagero observait que les pins étaient abondants entre Alcazarén et Mojados, à quelque 5 lieues au Sud de Valladolid ; de même, en visite à Tudela, il remarquait que les pins occupaient les hauteurs autour du bourg28. Les quelques registres conservés de notaires de Tudela livrent à ce sujet des informations suggestives : dès 1550-1560, nombreux sont les lieux-dits qui, aux environs de la petite ville, ont leurs pinèdes : Pinar Viejo, Baltezan, Viñuelas, Carra Medina, Viñas del Peral... ; les très nombreuses ventes de pinèdes, relevées dans ces registres, prouvent doublement l’importance de la forêt nouvelle, la délimitation des parcelles vendues faisant apparaître aux alentours d’autres boisements de pins29. Ainsi un peu en aval de Tudela et autour d’Herrera : pinèdes de La Barca, Herrera, Antequera ; autour de Puente de Duero : pinède de Pimpolledo au moins en 157530. Durant les quatre dernières décennies du siècle, probablement avant, ces forêts sont exploitées : des coupes ont lieu à intervalles réguliers dans les pinèdes d’Herrera, de Puente de Duero, d’Antequera comme le montre l’examen des Livres d’Actes de Valladolid.

  • 31 Pedro de Medina, Libro de las Grandezas y Cosas Memorables de España, éd. de 1595.
  • 32 Ibid., éd. de 1548.
  • 33 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 68.
  • 34 A.G.S., Dirección General de Rentas, Lib. 646, fol. 9.
  • 35 A.M.V., Livres d’Actes, 28 novembre 1594.

49En 1595, la nouvelle édition des Grandezas de España fait l’éloge des vastes pinèdes au Sud de Valladolid, notamment autour de Laguna, et se réjouit des possibilités de chauffage qu’assurent ces pinèdes31. Or, l’édition de 1548 du même ouvrage était muette à ce propos32. De plus, le Livre des délits et des peines de Tudela, pour les années 1594-1596, confirme l’existence de grands bois de pins autour de ce bourg comme le bois de Santa Marina ou celui de Santinos probablement de constitution récente (il est question de la planta de Santinos ; on doit d’ailleurs prêter attention aux toponymes planta, plantío, nombreux sur la carte au Sud de Valladolid)33. Le cadastre de La Ensenada, confectionné, il est vrai, au xviiie siècle, relève 500 yugadas de pins sur le territoire d’Herrera34. La plupart de ces pinèdes se trouvent autour du Duero, il y a donc eu formation d’une grande zone forestière dont l’essentiel se trouvait, comme aujourd’hui, au Sud du Duero, et qui débordait au Nord de ce fleuve, atteignant parfois la rive gauche du Pisuerga et, plus à l’Est, le cours de l’Esgueva car des pins ont été plantés entre Tudela et Villabáñez et au Nord de ce village. La formation de cette zone forestière s’est accompagnée d’une mutation végétale que la toponymie exprime, à l’occasion, en un saisissant raccourci : ainsi en 1594 on parle de 600 charretées de bois de pin fourni par le Pinar de Carrascal, c’est-à-dire la pinède de chênes-yeuses35 !

  • 36 Les inventaires après décès des paysans témoignent régulièrement de la prépondérance du mobilier en (...)

50Nulle surprise : dans les maisons paysannes le mobilier est fait de bois de pin dès le milieu du siècle. La nomination de forestiers à Tudela, Castronuevo et Valladolid où réside un guarda mayor de montes est significative. L’installation de ces « officiers » correspond au développement de la forêt nouvelle36.

  • 37 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 79.

51Mais elle est également révélatrice des grandes difficultés rencontrées par les pouvoirs publics pour préserver l’avenir des forêts nouvelles. Une sévère réglementation a été mise en place : les ordonnances de 1588, après avoir décrit minutieusement les modalités techniques des plantations, interdisent pendant quatre ans la traversée à pied ou à cheval des zones qui viennent d’être plantées, défendent la chasse, prohibent la coupe des rejets, même des genêts des sous-bois, ferment l’accès de ces sous-bois pendant six ans aux ovins et pendant huit ans aux caprins et aux bovins ; la périodicité des coupes est également fixée ; les gardes sont chargés de faire respecter ces règlements stricts37.

  • 38 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 68.

52Ils ont eu le plus grand mal à le faire mais semblent avoir déployé une grande activité et ce fut sans doute une des raisons du succès final : ainsi d’après le Livre des délits et des peines de Tudela, du 16 juin, au 31 octobre 1594, soit pendant 138 jours, 76 amendes ont été distribuées à des paysans surpris alors qu’ils transportaient des fagots de bois sec ou vert, des rejets (pimpollos), des genêts ou simplement des pignes ; bien entendu le rythme des infractions et des amendes s’accélère en hiver : du 10 au 31 décembre 1595, 30 amendes, soit plus d’une par jour ; les paysans, alors, transportent surtout du bois vert que, pressés par le froid, ils ont coupé sans vergogne38.

  • 39 Nazario González, Burgos, ciudad marginal de Castilla, Burgos, 1958.

53Reste à éclaircir un problème. Pourquoi le mouvement de reboisement s’est-il accompagné d’une mutation du paysage végétal ? En effet si des plantations de chênes ont été faites, les réalisations les plus spectaculaires concernent les pins, à peu près inconnus avant le xve siècle, largement majoritaires à partir du xve ; ainsi dans l’Est de la Meseta : Valladolid reçoit comme bois d’œuvre les pins de Soria. Par contre, les environs de Burgos se seraient déboisés durant la seconde moitié du siècle à fournir les fours de la poudrerie et des affûts pour l’artillerie39.

  • 40 Ignacio Olagüe, « La decadencia de España », Maype, t. IV, p. 253 et suiv.

54Selon Ignacio Olagüe, la grande raison de l’avènement de la pinède serait d’ordre climatique. Le pin serait le champion des espèces xérophiles dont une grande pulsation climatique aurait provoqué l’offensive aux dépens des plantes mésophiles obligées de battre en retraite vers le Nord. Ce changement, selon lui, se serait opéré spontanément40.

55Sans préjuger la solution du problème climatique qu’il convient de poser, je ne pense pas que la thèse d’Olagüe puisse être soutenue, du moins à propos de la région de Valladolid ; son argumentation part de prémisses pour le moins contestables : il considère que la victoire du pin a été acquise non aux dépens du chêne, mais du hêtre qui n’a jamais tenu grande place sur la Meseta, du moins au cours de la période historique, toutes nos sources l’attestent ; il fait de 1525-1550 la période critique de cette évolution vers la sécheresse alors que, nous l’avons montré, c’est trente ou quarante ans plus tôt, dès 1490-1492 en tous cas, probablement un peu avant, que se dessine la colonisation des terres déboisées par les pinèdes.

56Plus encore, je pense, Ignacio Olagüe a sous-estimé la part des hommes. Pour nous, c’est surtout à la persévérance, aux efforts de l’administration royale, à l’activité de municipalités comme celle de Valladolid qu’a été dû le succès de cette grande œuvre. Oui, mais pourquoi les hommes ont-ils choisi les pins comme élément premier de ce reboisement ? Il est peu probable que ce soit en raison des qualités de salubrité reconnues généralement aujourd’hui à cette essence. Par contre le souci de donner à chaque sol l’arbre qui convenait le mieux à sa vocation a joué son rôle. Nous l’avons vu : les ordonnances royales vouent les terres sableuses aux plantations de pins et réservent les chênes aux sols argileux. Mais les sols argileux étaient généralement occupés par des cultures alors que les vastes zones sableuses au Sud du Duero étaient moins fertiles. D’autre part, en une époque de pénurie de bois, il faut tenir compte de la croissance rapide et du renouvellement non moins rapide de ces espèces de pins (en particulier du pin d’Alep et du pin maritime), essences de pleine lumière, alors que la révolution d’une futaie de chênes-rouvres (dont le bois est évidemment de meilleure qualité) est de 120 à 180 ans. Après tout, le pin fournissait un bon bois de chauffage, et c’était l’essentiel, les pignes étaient utilisées aux mêmes fins (de nos jours encore, à la saison, des charrettes chargées de pignes s’acheminent lentement vers Valladolid). Le bois de pin pouvait être d’un usage courant en menuiserie pour les meubles ordinaires. Bref, il répondait aux urgences.

Le problème climatique

  • 41 Pierre Pédelaborde, Le climat du Bassin Parisien..., Paris, 1957, 2 vol. Il faut se référer à la mi (...)

57Le problème climatique ne s’en trouve pas moins introduit : Ignacio Olagüe n’a-t-il pas fait de la dégradation climatique l’agent principal de « la decadencia de España » ? Le problème a été rappelé à l’actualité par les travaux récents de Pierre Pédelaborde sur Le climat du Bassin Parisien et d’Emmanuel Le Roy Ladurie dont les remarquables articles ont fait le point de nos connaissances en la matière41. Nous voudrions apporter à cette connaissance une modeste contribution.

58Le terme de continentalité permet de définir le plus justement le climat en cause malgré la proximité relative de l’Océan (100 à 300 km) ; car les influences cantabriques sont arrêtées dans leur progression vers l’intérieur par les hautes cordillères. Continentalité, d’où l’importance des amplitudes thermiques, annuelles ou diurnes, favorisées par la sécheresse de l’air, la transparence de l’atmosphère qui servent l’insolation comme le rayonnement nocturne. La rudesse longue des hivers, la puissance chaleureuse des étés ont peu d’égards pour les saisons intermédiaires : printemps fragiles et fugitifs, automnes paisibles, étranglés souvent, prolongés parfois, aux années de faveur, jusqu’aux approches de Noël.

59La faiblesse relative des précipitations et du nombre des jours de pluie est un autre trait de cette continentalité dont les chiffres donnent la mesure. Nos tableaux donnent une notion assez exacte de ce climat et quelques chiffres peuvent être retenus d’ores et déjà : l’amplitude annuelle moyenne atteint, de janvier à juillet (souvent août), 20 °C ; l’amplitude annuelle absolue, qui dépasse parfois 45 °C, a pu atteindre 50 °C. La quantité annuelle de pluie oscille entre 350 et 500 mm, en 75 ou 80 jours, surtout en automne et au printemps, car la sécheresse estivale est rarement démentie.

60L’horizontalité de la Meseta livre ces plateaux au royaume du vent. Le vent dominant du Nord-Est est le redoutable cierzo, auquel on accorde 36 % des journées de vent. En hiver il accourt des sierras de neige, châtie la végétation, dépouille les arbres, dessèche l’atmosphère, installe le gel. C’est le vent du froid, le vent de neige.

  • 42 Justo González Garrido, La Tierra de Campos, Valladolid, 1941, p. 217.

61Le vent du Sud-Ouest (27 % des jours de vent) est celui de la pluie. Au cours des saisons intermédiaires, de mars à mai et d’octobre à décembre surtout, il pousse les nuages en lourdes vagues pour les faire crever sur la Castille, comme les vents, plus rares mais plus mouillés encore, d’Ouest et du Nord-Ouest. Sur ces hautes terres ouvertes, les périodes de calme atmosphérique sont rares : 18 % à peine des jours de l’année. Comme sur tout le plateau central : «... la pression atmosphérique est généralement faible, ce qui détermine la légèreté de l’air et permet l’irradiation de la chaleur de la terre et de brusques oscillations thermométriques propices à de terribles gelées, plaies du pays »42.

  • 43 D’après les chiffres de Nazario González, op. cit., chap. iii, et Justo González Garrido, Los Monte (...)

62Voilà pour le général. Mais des nuances locales existent. Luminosité et insolation augmentent du Nord vers le Sud. Burgos, qui offre quelques-uns des plus beaux ciels grisés de Castille, ne bénéficie que de 2 407 h de soleil par an en moyenne ; la Tierra de Campos, en sa partie centrale, a déjà une centaine d’heures supplémentaires d’ensoleillement, l’aérodrome de Villanubla sur les Monts de Torozos a 2 752 h de soleil et Valladolid, malgré ses brouillards, 2 870. Inversement, les précipitations augmentent du Sud vers le Nord (au cours des cent dernières années, Valladolid compte une moyenne de 408 mm, Palencia 429, Burgos 478)43.

DONNÉES NUMÉRIQUES SUR LE CLIMAT ACTUEL DE LA MESETA SEPTENTRIONALE. Les températures

DONNÉES NUMÉRIQUES SUR LE CLIMAT ACTUEL DE LA MESETA SEPTENTRIONALE. Les températures

Ensoleillement et pluviosité

Ensoleillement et pluviosité
  • 44 Justo González Garrido, Los Montes de Torozos, p. 103-104.

63Quelques micro-climats pourraient être distingués : ainsi, entre la Tierra de Campos et la vallée du Pisuerga de Cabezón à Tordesillas, les Monts de Torozos, d’altitude plus forte (800 m au moins), sans cesse battus par les vents, ont un climat plus rude et plus humide que Valladolid, pourtant voisine : les observations pendant quinze années consécutives, de 1940 à 1954, donnent 64 jours par an avec températures négative à Valladolid et 75 à Villanubla ; au cours de la même période, qui s’est distinguée par sa sécheresse, Valladolid n’a reçu que 350 mm de pluie et Villanubla 443, répartis, il est vrai, entre un même nombre de jours de pluie : 78. Le ciel est-il plus fréquemment dégagé sur Torozos qu’à Valladolid44 ? Notre tableau indiquerait le contraire.

64De même la zone centrale de la Tierra de Campos entre Villalón, Rioseco et Villalpando se distingue par la rareté des pluies (moins de 400 mm). Tandis que la région de Valladolid, en raison de la confluence de plusieurs rivières, certaines importantes (Duero, Pisuerga, Esgueva, Duratón, Cega, etc.), compte de nombreux jours de brouillard : 639 au cours des années 1940-1954, soit plus de 42 en moyenne par an, contre 494 seulement à Villanubla pendant la même période.

65Ce climat extrême, aux types de temps accusés mais instables a sur les organismes des effets comparables à celui du Middle West américain : corps durs et maigres, peaux hâlées, sèches, brunes. La terre, livrée à une agriculture extensive, est condamnée, loin des rivières, au dry-farming.

  • 45 Ignacio Olagüe, op. cit., t. IV, p. 263 et suiv.

66Alors faut-il croire que ce climat se soit sérieusement transformé depuis le xvie siècle comme le pense Ignacio Olagüe qui se fonde sur le déclin du troupeau de moutons, sur le remplacement dans les labours des bœufs par les mules et, comme nous l’avons vu, sur l’avènement victorieux de la pinède45 ? Tout d’abord une telle conclusion serait contraire aux derniers résultats acquis par l’histoire climatique.

  • 46 Emmanuel Le Roy Ladurie, article cité, p. 15.
  • 47 Ibid., p. 18.

67Car voici les conclusions auxquelles est parvenu Emmanuel Le Roy Ladurie : « ... les oscillations étudiées, géologiques, climatiques ou séculaires, se font toujours autour d’un état moyen — tout comme les changements de temps d’une semaine à l’autre ou d’une année à l’autre. Alternatives et non définitives, les oscillations n’impliquent jamais le réchauffement ou le refroidissement, une fois pour toutes ; la notion de décadence du climat, chère à tant de vieux auteurs, n’a aucun sens »46. De même les oscillations sont planétaires : « par exemple, le réchauffement boréal, quand il a lieu, affecte tous les fuseaux horaires et il s’accompagne généralement d’un dessèchement subtropical... ». Emmanuel Le Roy Ladurie continue : « L’historien retiendra surtout la validité universelle de cette conception et l’unité introduite grâce à elle dans l’explication climatique et historique. Unité planétaire d’abord : on a désormais pleinement le droit de mettre en rapport la rigueur des hivers au xve siècle à Paris et à Tokio, ou encore les poussées glaciaires du xviiie siècle dans les Alpes et en Alaska puisque aussi bien ces phénomènes ont une commune origine : la persistance à ces deux époques d’un type de circulation rapide... »47.

  • 48 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 115 et 269 ; Leg. 14349, fol. 311 et 348.

68Ceci étant acquis, puis-je ajouter que les arguments d’Ignacio Olagüe manquent de cohérence ? Est-il sûr qu’on ait utilisé exclusivement les bœufs pour les labours au xve siècle, par exemple dans la Manche ou les terres de Montiel ? Leur remplacement par les mules, sur lequel insistait Juan Valverde de Arrieta, pourrait provenir non d’un changement de paysage mais d’une augmentation notable de la consommation de viande de bœuf, en corrélation avec le développement des boucheries et l’essor démographique, et plus probablement encore du désir de gagner du temps lorsque les cultures s’étendent puisque les mules permettent des labours plus rapides. D’ailleurs les registres notariaux et les estampes du xvie siècle nous apprennent qu’à cette époque dans la région de Valladolid les bœufs sont encore utilisés pour les labours (nous avons trouvé trace de leur présence et de leur fonction dans plusieurs inventaires des biens de Cigales et de Villanubla)48 et pour le battage du blé sur les aires alors qu’Arrieta prétend qu’en 1578 on laboure avec des mules dans la toute proche Tierra de Campos.

  • 49 Julius Klein, The Mesta, Cambridge, 1920. En 1526 le nombre des moutons de la Mesta atteint 3 400 0 (...)
  • 50 Ignacio Olagüe, op. cit., t. IV, p. 253.
  • 51 Ibid.

69D’autre part la diminution du nombre des moutons de la Mesta n’est flagrante qu’après 1550, et le maximum était atteint en 152649. Or, nous croyons avoir montré que les progrès des pinèdes étaient sensibles dès la fin du xve siècle, alors même que le troupeau des moutons se développait, témoignant ainsi de la santé des pâturages. Il paraît donc difficile d’admettre les affirmations d’Ignacio Olagüe : « Nous pouvons parfaitement situer au xvie siècle les conséquences d’une violente pulsation qui, tout en provoquant des troubles économiques et sociaux, commençait à donner à la péninsule le paysage particulier qui la caractérise aujourd’hui... »50 ou : « Le moment le plus important du dernier changement du paysage se plaça approximativement entre le règne des Rois Catholiques et la fin de celui de Philippe II »51.

70De là à rejeter entièrement ces thèses, il y a loin. La mutation du paysage s’est effectivement réalisée, nous l’avons vu.

  • 52 Pierre Pédelaborde, op. cit., p. 405 et suiv.

71Or les travaux de Pierre Pédelaborde dégagent le visage d’un xvie siècle et d’une première moitié du xviie siècle nettement plus doux et plus sec que les époques antérieures et postérieures. Sanson compte quinze grands étés pour le xvie siècle contre six au xive siècle et onze au xve siècle. De plus, si le siècle a connu des orages diluviens, il a été affecté par des sécheresses prolongées : le xvie siècle est le siècle qui voit sortir le plus souvent la châsse de sainte Geneviève pour conjurer la sécheresse pendant la saison chaude : 25 fois de 1500 à 1600 contre 7 de 1233 à 1496 ! Quant à la période de 1650-1850, elle se caractérise par la régularité dans la rigueur hivernale qui a valu à cette époque le qualificatif de second « petit âge de glace »52.

72Il semblerait qu’Ignacio Olagüe n’ait pas tort de placer au xvie siècle la pulsation climatique caractérisée par un réchauffement et un dessèchement. Mais il s’égare quand il attribue à cette pulsation des conséquences définitives : les recherches, certes modestes et incomplètes que nous avons entreprises pour notre part concernant le climat de l’Espagne en général et celui de la région de Valladolid en particulier aux xvie et xviie siècles confirment en effet les observations, infiniment circonstanciées il est vrai, de Pierre Pédelaborde, sans présenter, du climat de la Vieille Castille d’alors une image foncièrement différente de celui d’aujourd’hui.

  • 53 Cette courbe a été élaborée à partir des dates de début des vendanges, déterminées chaque année par (...)

73Ainsi nous avons pu élaborer une série relativement complète des dates de vendanges à Valladolid de 1500 à 1800, ou plus exactement de 1551 à 1800, car nous ne disposons que de 22 années pour le premier demi-siècle53, comme le graphique l’indique. Il est évident, compte tenu de la correction de dix jours qu’il convenait d’apporter à partir de l’année 1583 en raison de la réforme du calendrier, que les dates de ces vendanges sont plus précoces de 1551 à 1650 que de 1651 à 1750 ou à 1800. Si la fixation de la date des vendanges n’était due qu’à des considérations climatiques, on pourrait croire à une période dominée par des printemps et des étés plus secs et plus chauds, se prolongeant jusqu’au milieu du xviie siècle, suivie d’un âge plus froid et plus humide. Ainsi de 1551 à 1650 les vendanges ont eu lieu 9 fois avant le 20 septembre (sur 91 années connues) et elles n’ont commencé que 2 fois avant cette date au cours de la période 1651-1670 (pour 86 années connues). Ou encore les vendanges ont commencé 24 fois avant le 25 septembre dans le premier cas, 18 fois seulement de 1651 à 1800 (pour 128 années cependant contre 91 !).

74Autre remarque qui confirme la première : les vendanges tardives sont plus nombreuses après 1650 : elles ont eu heu 20 fois après le 5 octobre de 1551 à 1650 ; 27 fois après cette date de 1651 à 1700. Cette observation est d’autant plus intéressante qu’à partir de 1675 seulement apparaissent avec fréquence les vendanges tardives : un seul cas de 1651 à 1674, 10 de 1675 à 1700.

75Mais cette précocité relative des vendanges au cours du xvie siècle et de la première partie du xviie siècle est plus probablement due à des causes économiques : elle correspondrait alors au désir des viticulteurs d’assurer la quantité de la récolte aux dépens de la qualité et du degré. En tout état de cause, il serait intéressant de disposer d’autres séries. Nous avons vainement cherché les documents nécessaires à Madrid et Tolède, mais il est probable que les archives municipales d’autres villes castillanes permettraient la construction d’autres courbes.

  • 54 On consultera à ce propos l’Annexe à ce chapitre : « Données sur le climat espagnol de 1500 à 1700  (...)
  • 55 Ces observations s’accorderaient avec celles d’Emmanuel Le Roy Ladurie qui a eu l’amabilité de nous (...)
  • 56 Nombreuses indications dans les textes à propos des invasions de sauterelles : ainsi, A.M.V., Livre (...)

76Par ailleurs, en collationnant les renseignements d’ordre climatique fournis par divers chroniqueurs ou mémorialistes on constate qu’il est rarement question d’hivers exceptionnellement froids durant le xvie siècle et la première partie du xviie. Cela est surtout vrai de la première moitié du xvie siècle : un seul hiver à notre connaissance est rigoureux, celui de 1526-1527 avec un mois de décembre très pénible54. La seconde partie de ce siècle comporte déjà son contingent de rigueurs et quelques hivers rudes sont signalés : 1552 en Catalogne, 1557 en Vieille Castille, notamment à Valladolid; en 1558-1559 la neige était tombée à Valladolid dès avant le 20 octobre, mais la suite de l’hiver fut tempérée. Autre hiver difficile, celui de 1586, janvier et février en particulier55. Toutefois, même après 1550, des indices de relative douceur subsistent : de grandes crues se sont produites à plusieurs reprises en Vieille Castille en janvier ou en début de février, ce qui peut être l’indice d’un hiver relativement doux, car la crue est printemps de 1593 : les pinèdes subirent alors un assaut en règle si bien qu’à la fin de mai, les moyens ordinaires se révélant insuffisants, on dut envisager le recours aux moyens spirituels56 !

77Des périodes humides, plus courtes mais bien marquées, prennent le relais des sécheresses : 1510-1511 ; 1526-1529 (avec une crue annuelle) ; automne 1543 à 1545 ; 1554-1559 (avec un intermède sec pendant la première moitié de l’année 1556) ; 1582-1590 ; 1597 ; 1626 ; 1633-1642. Il semble certain que le xvie et la première moitié du xviie siècle aient compté beaucoup plus de grandes crues, voire de crues « historiques », que l’époque suivante ; dans le bassin du Duero 1511, 1523, 1527, 1558, 1582, 1597, 1626, 1636 cette dernière étant probablement la plus catastrophique de toutes, puisque le Pisuerga fit à Valladolid 150 victimes, y détruisant 800 maisons, tandis que le Tormes causait des dégâts du même ordre à Salamanque.

  • 57 Relación verdadera de los daños que hizo la creciente del río Pisuerga en la ciudad de Valladolid, (...)

78A titre d’exemple, voici un bref récit de la crue de 1597 qui ne fut pas la plus terrible. Un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Madrid et le Livre des Actes de l’Ayuntamiento de Valladolid coïncident dans leur narration57.

79Elle se produisit le 15 janvier. Le Pisuerga sortit de son lit « avec une furie telle que l’on eût dit qu’il portait avec lui les furies de l’enfer même ». Il dévasta les champs, les jardins, les huertas, les moulins, emporta les contreforts du Puente Mayor qui demeura en si pitoyable état que le passage des charrettes, chargées ou non, fut interdit durant plusieurs jours. Des édifices furent gravement touchés : les abattoirs des bœufs et des moutons, la prison qui fut inondée et dont il fallut extraire rapidement les détenus pour les sauver de la noyade ; l’Hôtel des Monnaies, les églises de San Nicolás et de San Llorente, le monastère de San Benito el Real et le couvent de Santa Trinidad ; le Pisuerga ravagea également le quartier des Tanneries.

80L’Esgueva ne demeurait pas en reste. Il inondait plusieurs rues dans lesquelles on ne circulait plus qu’en barque et noyait les caves ; que de bon vin perdu ! Dans le faubourg de San Juan, les deux rivières réunies détruisaient 30 maisons ; l’eau baissait à partir de minuit, révélant l’étendue des dégâts et déclenchant le concert des lamentations des propriétaires des caves et des meuniers. Deux jours plus tard, 2 maisons dont les fondations avaient été sapées par l’eau s’effondraient, ensevelissant 7 personnes. On dut faire évacuer plusieurs autres maisons menaçant ruine et qui s’effondrèrent les jours suivants. La Municipalité pensa à dévier le cours de l’Esgueva pour éviter le renouvellement de semblables ravages (ainsi fut fait au xviiie siècle). L’auteur du manuscrit décrivait ensuite les malheurs de Zamora où le Duero avait détruit 200 maisons et ceux de Salamanque fortement éprouvée par le Tonnes.

  • 58 Voir Francisco Hernández Pacheco, Fisiografía y Geología de Valladolid, Madrid, 1930. Il recense, n (...)

81L’exemple de l’Andalousie confirme celui de la Vieille Castille : les débordements du Guadalquivir y furent très nombreux avant 1650 (1510, 1527, 1543, 1544, 1545, 1554, 1593, 1603, 1626, 1633, 1642). Par contre, de 1650 à 1800, il n’y a guère à signaler en Vieille Castille que les crues, terribles il est vrai, des années 1739 et 178858.

82Bref, la constance de certains traits du climat s’avère évidente, du xvie siècle à nos jours : ainsi les brouillards de Valladolid que Quevedo, jadis, raillait en ces termes :

  • 59 Quevedo, cité par José Ortega y Rubio, Los pueblos de la provincia de Valladolid, Madrid, 1895, t. (...)

« Vienes a pedirme raso
En Valladolid la bella
Donde hasta el cielo no alcanza
Un vestido de esta tela »59.

  • 60 A.M.V., Livres d’Actes, 15 juin 1583.

83Tandis qu’un texte de 1583 rend les eaux souvent stagnantes de l’Esgueva, obstrué par les immondices, responsables de ces brouillards : « grandes nieblas muy continuas en tiempo de invierno y muy dañosas »60. Et Plutarque ou Caton connaissaient la furie du ciercus, capable de renverser une charrette ou de jeter à terre un guerrier armé de pied en cap. Et les livres de délibérations de la Municipalité, soucieux, aux mêmes dates, d’achats de charbon et d’aspersions de rues et de places publiques, nous content les retours des mêmes froids et des mêmes chaleurs.

84Le caractère incomplet de notre enquête ne nous autorise, en définitive, qu’à de prudentes conclusions. L’absence presque totale d’hivers rudes dans la première moitié du xvie siècle semble bien établie. Les périodes de sécheresse ou de forte pluviosité paraissent alterner selon des oscillations fortement marquées mais de durée assez brève, comme il advient aujourd’hui.

Données sur le climat espagnol de 1500 a 1700. Légende : Le signe x indique sécheresse. Le signe = indique humidité. Le signe o indique hiver froid.

Données sur le climat espagnol de 1500 a 1700. Légende : Le signe x indique sécheresse. Le signe = indique humidité. Le signe o indique hiver froid.

85Sources utilisées :

86Anales Eclesiásticas y seculares de Sevilla, par Diego Ortiz deZuñiga, Séville, 1677. Anales de Cataluña, par D. Narciso Felice de la Peña, Barcelone, 1709.

87Francisco Hernández Pacheco, Fisiografía y geología de Valladolid, Madrid, 1930.

88Juan Ortega y Rubio, Los pueblos de la provincia de Valladolid, Valladolid ?

89Nazario González, Burgos, ciudad marginal de Castilla, Burgos, 1958.

90Juan de Ferreras, Historia General de España, t. IX, p. 4, 141, 241.

91Narciso Alonso Cortés, « Los médicos de Valladolid », Miscellanea Vallisoletana.

92Archivo Municipal de Valladolid, Livres d’Actes. A consulter aux dates indiquées.

93Archivo Histórico Provincial de Valladolid.

94De nombreux autres livres d’auteurs anciens consultés dans le même but n’ont fourni aucun renseignement utilisable en matière d’histoire climatique.

Notes

1 Il faut lire à ce propos L. Solé Sabaris, España, Geografía Física, chap. vii et ix. Il s’agit d’un travail remarquable dont la clarté d’exposition peut être citée en exemple.

2 Pedro Juan de Villuga, Repertorio de todos los caminos de España, Medina del Campo, 1546. C’est, à notre connaissance, le premier ouvrage de ce genre édité en Espagne. Son format de poche devait le rendre particulièrement commode à utiliser.

3 Encore faudrait-il ajouter le Cega et l’Esgueva méprisés par le dicton.

4 Otto Quelle.

5 Justo González Garrido, notamment, a montré que le páramo de Torozos n’avait jamais pu attirer une nombreuse population : Los Montes de Torozos, Valladolid, 1955, p. 137 et suiv.

6 Fernando Colón écrit : « Tierra de pan y cerrillos. »

7 Barthélemy Joly, « Voyage en Espagne », 1603-1604, texte publié par la Revue Hispanique, t. XX, 1909, p. 460-618.

8 Collection de chroniques belges inédites, publiées par ordre du Gouvernement. Collection des Voyages des souverains des Pays-Bas, publiée par Gachard et Piot : Antoine de Lalaing, seigneur de Montigny, t. LII : Relation du premier Voyage de Philippe le Beau en Espagne ; Laurent Vital, t. III : Premier Voyage de Charles Quint en Espagne, de 1517 à 1518.

1 Federico Wattemberg, Desarrollo del núcleo urbano de Valladolid desde su fundación hasta el fallecimiento de Felipe II, A.M.V., 1956 ; Juan José Martín González, La Arquitectura doméstica del Renacimiento en Valladolid, Valladolid, 1948. Notre dette envers ces deux auteurs est évidente. Leurs travaux furent parmi nos guides les plus précieux dans notre découverte de Valladolid.

2 Alfonso María Guilarte, El Régimen Señorial en el Siglo xvi, document cité, p. 397 : exemple de Tudela del Duero.

3 A.M.V., Livres d’Actes, 12 mai 1512.

4 Selon José Ortega y Rubio, Historia de Valladolid, t. I, p. 40. Quant à la technique des achats elle apparaît à travers la série « Expedientes de Hacienda » de A.G.S. ; le prix fixé par le souverain est établi après enquête sur les revenus du village, le chiffre retenu représentant la moyenne des cinq dernières années. L’effectif de la population intervient également : le prix est établi sur la base de 15 000 maravédis par vecino en moyenne. Mais au xvie siècle Valladolid n’achète plus de villages. Elle cherche seulement à empêcher le plus important de ses villages, Tudela de Duero, de s’émanciper de sa juridiction et elle y parvient.

5 Ibid.

6 A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301. Il faut bien totaliser 2196 et non 2096 car une erreur a été commise à propos de Tudela qui comptait 582 vecinos et non 482.

7 A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301, et Contadurías Generales, Leg. 2307.

1 Helmuth Hopfner, « La evolución de los bosques de Castilla la Vieja en tiempos históricos », Estudios Geográficos, 1954, p. 415.

2 Les cartes examinées sont celles de Baltañas, Cigales, Dueñas, Esguevillas de Esgueva, Medina del Campo, Medina de Rioseco, Palencia, Peñafiel, Portillo, Quintanilla de Abajo, Rueda, Tordesillas, Torquemada, Valladolid, Villabrájima.

3 Helmuth Hopfner, op. cit.

4 Fernando Colón, Descripción y Cosmografía de Castilla.

5 A.M.V., Livres d’Actes, 16 décembre 1560.

6 A.M.V., Livres d’Actes, 28 novembre 1565.

7 A.M.V., Livres d’Actes, juin 1579.

8 A.M.V., Livres d’Actes, mars 1512.

9 A.M.V., Livres d’Actes, 28 novembre 1594.

10 Andrés Navagero, Viage a España del magnífico micer Andrés Navagero. J’avoue n’avoir lu Navagero que dans l’édition espagnole des Viages de Extran-geros por España y Portugal, publiée par García Mercadal.

11 A.M.V., Livres d’Actes, 23 décembre 1502.

12 A.M.V., Leg. 380.

13 La pratique des Livres d’Actes ne peut laisser subsister aucun doute à ce sujet. Les interdictions sont continuelles. Les concessions de licences limitent avec précision les coupes autorisées.

14 A.M.V., Leg. 380.

15 A.M.V., Livres d’Actes, 10 et 19 mars 1512.

16 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos, Valladolid, fol. 55-56.

17 Michel Devèze, La vie de la forêt française au xvie siècle, Paris, 1961

18 A.M.V., Livres d’Actes, n° 1, fol. 263.

19 A.M.V., Livres d’Actes, 6 mars 1554.

20 A.H.P.V., Leg. 80, fol. 206.

21 A.M.V., Leg. 380.

22 A.M.V., Livres d’Actes, 8 février 1518.

23 Colección de documentos inéditos para la historia de España, t. XX, p. 552.

24 A.M.V., Livres d’Actes, 6 septembre 1553 et 27 novembre 1561.

25 A.M.V., Livres d’Actes, 8 mars 1567.

26 A.M.V., Livres d’Actes, février 1586.

27 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 79. De fait mes documents sont muets à propos des oliviers. Cependant G. Garcia Fernández a prouvé l’existence d’oliviers dans la région au Moyen-Age.

28 Andrés Navagero, op. cit., par 77.

29 A.H.P.V., Leg. 80 et 81. Par exemple Leg. 81, fol.104, 116, 120, 514.

30 A.M.V., Livres d’Actes, 25 janvier 1553, 1er mai 1553, etc.

31 Pedro de Medina, Libro de las Grandezas y Cosas Memorables de España, éd. de 1595.

32 Ibid., éd. de 1548.

33 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 68.

34 A.G.S., Dirección General de Rentas, Lib. 646, fol. 9.

35 A.M.V., Livres d’Actes, 28 novembre 1594.

36 Les inventaires après décès des paysans témoignent régulièrement de la prépondérance du mobilier en bois de pin.

37 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 79.

38 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 68.

39 Nazario González, Burgos, ciudad marginal de Castilla, Burgos, 1958.

40 Ignacio Olagüe, « La decadencia de España », Maype, t. IV, p. 253 et suiv.

41 Pierre Pédelaborde, Le climat du Bassin Parisien..., Paris, 1957, 2 vol. Il faut se référer à la mise au point d’Emmanuel Le Roy Ladurie, « Aspects historiques de la nouvelle climatologie », Revue Historique, janvier-mars 1961.

42 Justo González Garrido, La Tierra de Campos, Valladolid, 1941, p. 217.

43 D’après les chiffres de Nazario González, op. cit., chap. iii, et Justo González Garrido, Los Montes de Torozos, op. cit., chap. v. C’est d’après ces deux ouvrages que nous avons constitué nos tableaux.

44 Justo González Garrido, Los Montes de Torozos, p. 103-104.

45 Ignacio Olagüe, op. cit., t. IV, p. 263 et suiv.

46 Emmanuel Le Roy Ladurie, article cité, p. 15.

47 Ibid., p. 18.

48 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 115 et 269 ; Leg. 14349, fol. 311 et 348.

49 Julius Klein, The Mesta, Cambridge, 1920. En 1526 le nombre des moutons de la Mesta atteint 3 400 000 pour s’abaisser à 1 600 000 en 1562

50 Ignacio Olagüe, op. cit., t. IV, p. 253.

51 Ibid.

52 Pierre Pédelaborde, op. cit., p. 405 et suiv.

53 Cette courbe a été élaborée à partir des dates de début des vendanges, déterminées chaque année par le Conseil de Valladolid, après tournée d’inspection dans les vignes. Consulter le graphique.

54 On consultera à ce propos l’Annexe à ce chapitre : « Données sur le climat espagnol de 1500 à 1700 ». Il ne s’agit là, évidemment, que de renseignements fragmentaires. Cette annexe indique les sources utilisées pour obtenir ce premier résultat.

55 Ces observations s’accorderaient avec celles d’Emmanuel Le Roy Ladurie qui a eu l’amabilité de nous communiquer sa documentation relative au midi de la France : les hivers rudes, tout à fait exceptionnels avant 1550, deviennent sensiblement plus nombreux ensuite.

56 Nombreuses indications dans les textes à propos des invasions de sauterelles : ainsi, A.M.V., Livres d’Actes, 14 avril 1540, 14 mars 1556, 14 mai 1557, 31 mai 1589, 6 juin 1575, 14 et 31 mai 1593, 12 juin 1595.

57 Relación verdadera de los daños que hizo la creciente del río Pisuerga en la ciudad de Valladolid, compuesta por Francisco Hurtado Prisciano, B.N.M., Ms. R. 4459 ; A.M.V., Livres d’Actes, 16 janvier 1597.

58 Voir Francisco Hernández Pacheco, Fisiografía y Geología de Valladolid, Madrid, 1930. Il recense, non sans en oublier certaines, les grandes crues du Pisuerga et du Duero.

59 Quevedo, cité par José Ortega y Rubio, Los pueblos de la provincia de Valladolid, Madrid, 1895, t. I. On peut proposer la traduction suivante :

« Tu viens me demander du satin Où même le ciel n'obtient
A Valladolid la belle Une robe de cette étoffe. »
Il s'agit d'un jeu de mots intraduisible, à partir de raso qui signifie à la fois satin et dégagé.

60 A.M.V., Livres d’Actes, 15 juin 1583.

Table des illustrations

Titre VALLADOLID ET SES VILLAGES
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/245/img-1.png
Fichier image/png, 164k
Titre DONNÉES NUMÉRIQUES SUR LE CLIMAT ACTUEL DE LA MESETA SEPTENTRIONALE. Les températures
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Ensoleillement et pluviosité
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/245/img-4.png
Fichier image/png, 278k
Titre Données sur le climat espagnol de 1500 a 1700. Légende : Le signe x indique sécheresse. Le signe = indique humidité. Le signe o indique hiver froid.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/245/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/245/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/245/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 506k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540