Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Images mises en forme

Dossier : Images mises en forme

Images mises en forme

Marie-Christine Villanueva Puig

Texte intégral

  • 1 Il m’est agréable de remercier F. de Polignac, directeur du centre Louis Gernet, qui a rendu possi (...)

1Ce cahier réunit plusieurs des communications issues du séminaire « Images » du Centre Louis Gernet au cours de l’année universitaire 2006-2007 et de la table ronde internationale qui s’est tenue dans les locaux de l’INHA le 17 février 2007 et en a constitué le temps fort. Le thème de la réflexion était « Images mises en forme »1. La problématique qui nous a réunis était celle du décor des vases peints envisagé par rapport à la forme et à l’usage de leur support.

  • 2 Numismatica e Antichità Classiche IX, 1980, p. 7-23.

2Certes, il ne s’agit pas d’une problématique nouvelle et j’évoquerai seulement quelques jalons récents du questionnement. Dans un article intitulé « J.-D. Beazley e la ceramologia » publié en 19802, Cornelia Isler-Kerényi faisait le point sur la céramologie après Beazley et relevait, parmi les perspectives qui s’offrent aux chercheurs, à partir de l’œuvre de l’immense savant, l’étude des relations entre forme, ornement et scène figurée. Présente à notre table ronde, elle a à nouveau ouvert pour nous le dossier des stamnoi attiques dans cette perspective et on lira plus loin le texte de sa contribution.

  • 3 Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts 102, 1987, p. 57-118 ; voir aussi, eadem, « Attis (...)

3Le long article d’Ingeborg Scheibler, paru en 1987, « Bild und Gefäss. Zur ikonographischen und funktionalen Bedeutung des attischen Bildfeldamphoren »3 consacré aux amphores attiques à panneau (l’auteur n’a malheureusement pas pu venir à Paris enrichir nos débats), a alimenté nos recherches préparatoires et je voudrais en souligner les points suivants. Le titre indique clairement la perspective : l’image et le vase, signification iconographique et fonctionnelle. Elle recherche ce qu’elle appelle une Bildsprache de ces amphores. L’étude s’ouvre par une recension des amphores à panneau représentées sur les vases. Leur fonction de contenant posé sur le sol en contexte de symposion, de commerce ou encore en présence de Dionysos et de son thiase, est dégagée de ces images. Suit une analyse du décor figuré de ces amphores. Un long développement est consacré aux thèmes hippiques, suivi d’un tableau des sujets variés qu’on y trouve représentés et qui conduit l’auteur à souligner les points suivants : l’importante présence de Thésée et celle des thèmes guerriers, l’image fréquente de Dionysos, du thiase et du kômos. Enfin, elle observe la relation d’équilibre entre les images des deux faces de ces vases qui seraient comme le pendant l’une de l’autre : d’un côté le mythe, de l’autre la vie quotidienne en un groupement contrasté et complexe.

  • 4 « Le chasseur noir et l’origine de l’éphébie athénienne », dans Le chasseur noir. Formes de pensée (...)

4Sur ce point, ces données pourraient se référer à une possible allusion au contexte des fêtes du mois de Pyanopsion en automne, marquées par des rites d’initiation des jeunes éphèbes et plus particulièrement à celles des Apatouries. Le programme iconographique de ces vases s’expliquerait dans le cadre d’une utilisation cultuelle lors de ces célébrations. Cette manière ferme de repousser une interprétation purement décorative des images des vases, de les prendre au sérieux et de leur donner un sens, celui en l’occurrence de rehausser un moment particulier de la vie nous a paru exemplaire. Je renverrai de plus, à l’appui de sa lecture, aux analyses si éclairantes que Pierre Vidal-Naquet4 a consacrées aux deux fêtes d’automne, proches dans le calendrier, des Apatouries et des Oschophories. Certains de leurs rituels font penser à des rites d’inversion, manière de dramatiser le passage de l’enfance à l’âge adulte, caractéristique des initiations des jeunes éphèbes : la couleur noire et la ruse du côté des Apatouries, le travesti féminin lors des Oschophories. De plus, en liaison plus directe avec ce que Ingeborg Scheibler a souligné dans l’imagerie des amphores, ces deux fêtes, très complexes, sont toutes deux en rapport avec Dionysos et en outre le mythe étiologique des Oschophories est celui du retour de Thésée après sa victoire sur le Minotaure, Thésée, le héros athénien, modèle des éphèbes.

  • 5 « Correlating Shape and Subject : The Case of the Archaic Pelike », dans Athenian Potters and Pain (...)

5En se réclamant de la même méthode, Alan Shapiro a étudié les pélikés attiques dans le cadre d’une contribution au colloque international de l’École américaine d’Athènes en 19945 dont les conclusions nous ont paru peut-être moins convaincantes.

  • 6 Voir notamment Nina Strawczynski, « Lecture anthropologique et/ou documentaire ? », Revue Archéolo (...)

6L’étude de Panayota Badinou La laine et le parfum. Epinetra et alabastres, forme, iconographie et fonction. Recherche de céramique attique féminine (2003), dont le titre est explicite, réunit deux formes définies comme appartenant plutôt au monde féminin. La destinatrice de ces objets constitue le fil conducteur de l’enquête. La fonction présumée du vase est donnée comme clé de lecture principale : il s’agit de faire correspondre l’imagerie à la forme et à la fonction de l’objet. Tout en faisant preuve d’une perspective novatrice et en mettant l’accent sur de riches problématiques, l’auteur ne nous a pas toujours paru éviter l’écueil de forcer la lecture des images pour qu’elles s’adaptent à la fonction présumée du vase. C’est d’ailleurs ce qu’avaient souligné plusieurs auteurs de comptes rendus de son ouvrage6.

7Je mentionnerai aussi l’approche novatrice de l’ouvrage de Stefan Schmidt, paru en 2005, Rhetorische Bilder auf attischen Vasen. Visuelle Kommunication im 5 Jahrhundert v. Chr. L’auteur, qui était présent lors de notre rencontre de février et est revenu sur le cas des pyxides dans une contribution dont on lira ici le texte, explique son propos dans une copieuse introduction à son ouvrage. L’accent est mis sur l’abondance des images dans l’Athènes classique dont celles qui ornent les vases et qui vont le retenir ne sont qu’un exemple dans la perception d’un important phénomène de « communication », pour garder son terme. C’est au phénomène de la « rhétorique de l’image » qu’il s’intéresse en se référant à Roland Barthes. Le pouvoir de l’image est analysé au cours de quatre parcours consacrés chacun à une forme précise, condition définie comme indispensable à la démarche. Seront pris en compte successivement les lécythes, les pyxides, les choes et les hydries, restitués dans leur contexte et leur évolution. Chacun se voit défini par rapport à une fonction et à un utilisateur ou à une utilisatrice.

8Enfin je mentionnerai le colloque international tenu à Bruxelles du 27 au 29 avril 2006 et dont les actes sont sous presse. Sous le titre Formes et usages des vases grecs (VIIe-IVesiècles av. J.-C.), il a abordé, à travers plusieurs communications centrées sur une forme précise de vase, les liens complexes entre forme, fonction et iconographie.

  • 7 Les communications suivantes ont été ou seront intégrées dans d’autres publications : « Aux origin (...)

9Lors de nos rencontres du centre Louis Gernet, nos explorations des images des vases en fonction de leur support et de l’usage de ce dernier, ont abordé plusieurs formes précises à l’intérieur d’un atelier donné. Ont été envisagés les coupes, les amphores, plusieurs types de cratère, les stamnoi et les phiales. La production attique nous a retenus mais aussi des vases cycladiques, corinthiens et apuliens. Nous avons voulu, à travers la présentation de dossiers précis, consacrés le plus souvent à une forme dans un atelier, faire le point sur les rapports multiples et très complexes qui peuvent être dégagés entre les représentations et leur vase porteur. Cette série d’explorations s’est orientée selon deux lignes, un aspect esthétique et un aspect thématique du rapport entre l’image et la forme, dont nous avons pu d’ailleurs constaté à plusieurs reprises qu’elles interféraient7.

10Il est bien clair pour tous que les images des vases ne constituent pas des tableaux plats et indépendants. L’organisation du décor, la composition des scènes sont conditionnées par la forme du vase et l’espace disponible. Notre réflexion a porté à partir du cas des médaillons de coupes de diverses origines sur les stratégies graphiques par lesquelles les peintres exploitent ces contraintes de la forme pour faire sens dans la construction de l’image (François Lissarrague).

11L’organisation du décor par rapport à la forme a aussi donné lieu à une réflexion sur l’élaboration des notions de face et de revers aux origines des styles cycladiques par la présentation d’exemples naxiens et pariens (Anne Coulié). Une autre contribution a mis l’accent sur le volume des vases et l’expérience de la tridimentionalité que constitue leur manipulation. La rotation de la coupe, et par conséquent des images qui en forment le décor, de convive en convive lors du symposion, a été centrale dans cette présentation (Ivonne Manfrini).

  • 8 Panathenaische Preisamphoren. Eine athenaische Vasengattung und ihre Funktion vom 6-4 Jahrhundert (...)
  • 9 Voir la publication par Charikleia Papadopoulou-Kanellopoulou d’un nombre important des loutrophor (...)

12Un deuxième volet de la réflexion a porté sur les rapports de l’iconographie des scènes représentées et l’usage des formes qui les portent, incluant le double questionnement : à qui et à quoi sert le vase ? Nous ne sommes pas arrêtés sur les cas où la fonction appelle, de manière univoque, la forme et l’usage comme celui de l’amphore panathénaïque. Commande officielle de la cité d’Athènes pour être remise, pleine de l’huile des oliviers sacrés, aux athlètes victorieux lors des jeux panathénaïques, la forme, les dimensions, la technique et le décor en sont fixés une fois pour toutes en rapport avec l’usage. Martin Bentz, qui a si bien étudié leur « fonction » dans son ouvrage de 19988, a ouvert pour nous le dossier, plus complexe par rapport à notre question, des amphores à col au décor plus varié, réalisé pour un client le plus souvent étrusque. La fonction appelle aussi un décor dans le cas du lebês gamikos, orné de scènes nuptiales. Le cas des loutrophores aurait permis d’aborder un aspect un peu différent des rapports qui nous intéressaient. Vase rituel athénien à fonction nuptiale et funéraire et au décor souvent lié à ces usages, la loutrophore a été découverte en grande quantité sur le versant sud de l’Acropole, répartie sur une longue durée, dans un enclos épigraphiquement identifié comme un sanctuaire de la Nymphe. La forme et certains de ses décors éclairent une réalité cultuelle. Cette découverte permet, grâce à l’identité du vase, d’inscrire clairement dans le culte de la Nymphe des rites liés au mariage, probablement la consécration de ce récipient, utilisé pour le bain nuptial, par la jeune mariée9.

13Ce sont quelques vases à l’articulation plus complexe entre forme, usage et décor qui nous ont finalement retenus. À partir de celles-ci, il fallait tenir compte de différents usages, la fonction la plus usuelle n’étant pas toujours unique, de l’appartenance de la forme à une production massive ou au contraire à une série rare, et la comparer aux formes voisines. Le contexte de trouvaille, géographique et typologique, a été pris en compte et dans cette perspective, outre l’utilisateur ou l’utilisatrice, le Grec ou le non-Grec, on s’est attaché à la perspective double du producteur et de l’utilisateur. Enfin, l’évolution de ces critères dans le temps était aussi un moyen de s’inscrire contre une correspondance simpliste et stéréotypée entre les éléments dont nous voulions saisir mieux les rapports.

14Dans les pages qui suivent, on lira, outre les contributions relevant de l’approche esthétique de l’adaptation du décor à la forme (François Lissarrague et Ivonne Manfrini), des études consacrées au cratère à colonnettes corinthien (Alexandra Kardianou), au stamnos attique (Cornelia Isler-Kerényi), à la phiale attique (Athéna Tsingarida) et aux pyxides attiques (Stefan Schmidt), enfin, le bilan que Martine Denoyelle a bien voulu dresser de ces parcours avec les acquis de nos rencontres et le questionnement tel qu’il apparaît après cette série de réflexions.

Notes

1 Il m’est agréable de remercier F. de Polignac, directeur du centre Louis Gernet, qui a rendu possible l’organisation de ces journées et F. Lissarrague qui y a contribué de son amicale complicité. Ma gratitude va aussi aux nombreux participants, collègues et étudiants qui ont témoigné de leur intérêt pour notre thème d’étude. Elle s’adresse tout particulièrement à M. Denoyelle qui a bien voulu modérer avec compétence et talent les débats de la journée de la table ronde et donner à l’ensemble de ce dossier les conclusions qui prennent place à la fin de ce cahier et à P. Rouillard qui a généreusement accepté de dresser oralement des remarques finales aux communications et débats de la journée du 17 février alors que F. Villard, qui nous avait fait l’amitié d’accepter cette tâche, en a été empéché à la dernière minute par des raisons de santé.

2 Numismatica e Antichità Classiche IX, 1980, p. 7-23.

3 Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts 102, 1987, p. 57-118 ; voir aussi, eadem, « Attische Skyphoi für attische Feste », Antike Kunst 43, 2000, p. 17-43.

4 « Le chasseur noir et l’origine de l’éphébie athénienne », dans Le chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris, 2005, p. 151-174.

5 « Correlating Shape and Subject : The Case of the Archaic Pelike », dans Athenian Potters and Painters, Oxford, 1997, p. 63-70.

6 Voir notamment Nina Strawczynski, « Lecture anthropologique et/ou documentaire ? », Revue Archéologique 4, 2005, p. 307-314 et Jean-Jacques Maffre dans Revues des Études Grecques 119/2, 2006, p. 782-784.

7 Les communications suivantes ont été ou seront intégrées dans d’autres publications : « Aux origines des styles cycladiques : la question de la face et du revers », par Anne Coulié ; « Les amphores à col attiques. Imagerie et fonction », par Martin Bentz ; « Le cratère en calice et ses images. Un tour d’horizon », par Kalinka Huber ; « Espaces du mythe et de l’histoire sur les cratères apuliens », par Claude Pouzadoux.

8 Panathenaische Preisamphoren. Eine athenaische Vasengattung und ihre Funktion vom 6-4 Jahrhundert v. Chr., Bâle, 1998.

9 Voir la publication par Charikleia Papadopoulou-Kanellopoulou d’un nombre important des loutrophores à figures noires, Iero tês nymphês : melanomorphes loutrophoroi (en grec), Athènes, 1997 et la contribution de Victoria Sabetai au récent catalogue d’exposition Worshiping Women. Ritual and Reality in Classical Athens, New York, 2008, p. 292 et aussi p. 294, fig. 4 et p. 308, n° 137, et plus généralement Rosmarie Mösch, Die « loutrophoros » im Hochzeits und Begräbnisritual des 5. Jahrhunderts v. Chr. in Athen, Berne-Berlin-Bruxelles, 2006.

Auteur

Centre Louis Gernet, Paris

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540