Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : S'habiller, se déshabiller dans les mondes anciens

Résumés

Texte intégral

Lydie BODIOU, Véronique MEHL

1De Myrrhinè à Marilyn : se vêtir, se parfumer, se montrer ou le parfum comme parure.

2Si Marilyn s’habillait de quelques gouttes de parfum, donnant l’image d’une sensualité tenace, les Grecs eux usaient des artifices vestimentaires et olfactifs comme autant de codes de comportement, d’apparence ou de manières d’être. Ainsi ces artifices du paraître sont-ils des éléments classificatoires définissant le dieu comme l’humain, l’homme comme la femme, le jeune comme le vieux… Parfums et vêtements disent aussi de soi, révélant l’intimité du corps en se substituant l’un à l’autre, en se dédoublant et se mêlant comme autant d’ajout du beau au beau, du suave au raffiné… Car c’est aussi la sensualité, l’érotisme et la séduction qui trouvent par le vêtement et le parfum des révélateurs qui dévoilent les intentions. Ces parures souvent luxueuses, si attirantes pour les uns sont répulsives pour d’autres : condamnation du luxe et de l’Orient, associés à la féminité et à la tromperie de l’artifice. Le parfum comme le vêtement sont des outils de l’apparence, familiers et futiles, tous deux disent la grécité qui s’imprime dans les mœurs, les pratiques et les usages au cours du temps.

3Mots clés : parfum – vêtement – identité – séduction – condamnation.

4From Myrrhinè to Marilyn: getting dressed, wearing perfume, showing off or a perfume as an ornament.

5While Marilyn was dressed by only a few drops of perfume, thus displaying an image of clinging sensuality, the ancient Greeks used dress and olfactory guiles as expressing diverse codes of behabiour, of appearance or of manners. Therefore these codes of appearance are classificatory elements to define gods from humans, men from women, youth from the elders... Perfumes and clothes are also telling of oneself, revealing the body intimity by providing it with a substitution or with an adding leading to beauty and sophistication... For dress and perfume convey also sensuality, erotism and seduction. These often luxury ornaments can work as being very attractive to some people but very repulsive to others: e.g. comdemnations of luxury and of the East connected to femininity and ornament deceits. Perfume and clothes are tools of appearance: common and futile, they both display a Greekness printed in manners, practices and uses evolving along time.

6Keywords: perfume – clothing – identity – seduction – condemnation.

Michel BLONSKI

7Les sordes dans la vie politique romaine : la saleté comme tenue de travail ?

8On s’attache à analyser les raisons amenant les Romains à arborer, dans certains contextes politiques et judiciaires, un type de tenue manifestement contradictoire avec les exigences courantes de la vie civique : la tenue « sale ». En tenant compte d’une anthropologie romaine de la saleté, on verra comment ce type de tenue, qui comporte de plus un caractère technique et fonctionnel, révèle un imaginaire commun réunissant tous les hommes dont la place dans la cité, pour une raison ou une autre, est temporairement remise en question.

9Mots-clés : vie politique – vêtement – saleté – squalorsordes.

10The sordes in the Roman political life: dirtiness as a working costume?

11This paper will focus on analysing the reasons why Romans wear a specific outfit in certain political and judicial contexts, which at first glance is obviously in contradiction with the common expectations of citizen life: the “dirty” dress. Considering a Roman anthropology of dirtiness, we will see how this specific dress, which bears a technical and functional thing in itself, unveils a shared conception gathering every citizen whose place inside the city is temporarily put into question.

12Keywords: political life – dress – dirtiness – squalorsordes.

Jérôme WILGAUX

13De l’examen des corps à celui des vêtements, les règles de civilité en Grèce ancienne.

14Les travaux de Norbert Elias, consacrés pour l’essentiel aux périodes moderne et contemporaine, ont suscité ces dernières années bien des polémiques et n’ont guère été repris par les spécialistes de l’Antiquité. Aujourd’hui que les historiens, soucieux de développer une approche anthropologique des identités et hiérarchies sociales, prêtent une plus grande attention à l’apparence que les Anciens voulaient donner d’eux-mêmes, il paraît cependant difficile de dissocier codes vestimentaires et règles de civilité ; en effet, l’étude des écrits physiognomoniques, des Caractères de Théophraste ou bien encore du corpus des orateurs attiques, nous montre que, lors des interactions sociales, les gestes, attitudes et comportements étaient tout autant, voire plus significatifs que les vêtements portés, et qu’un contrôle social permanent s’exerçait sur les corps.

15Mots-clés : Grèce ancienne – code vestimentaire – civilité (règles de) – Norbert Elias – physiognomonie.

16From Bodies to Clothes, Rules of Civility in ancient Greece.

17Norbert Elias works, mainly devoted to modern and contemporary times, have given rise these last years to much controversy and were nearly not taken into account by classical scholars. However, at a time when historians, being eager to develop an anthropological approach of identities and social hierarchies, are looking more at the appearances the Ancients wanted to display of themselves, it seems difficult to dissociate dress code from civility rules. Indeed, by studying physiognomonic treaties such as Theophrastus’ Characters or the Attic Orators Texts, I argue that during social interactions, gestures, attitudes and behaviours were as much, if not more, significant as clothing and that a permanent social control was exercised on bodies.

18Keywords: Ancient Greece – dress code – civility (rules) – Norbert Elias – physiognomony.

Florence GHERCHANOC

19Nudités athlétiques et identités en Grèce ancienne.

20Cet article analyse la nudité athlétique comme un outil de communication et un marqueur d’identité. Entre pratique et discours, il montre en quoi le nu est porteur de fonctions, de valeurs, de qualités et d’aptitudes nécessairement inscrites sur le corps des individus (le Barbare, la femme, le vieux, le citoyen, l’esclave…, les jeunes filles).

21Mots-clés : nudité – vêtement – identités – corps – sport.

22Athletic Nudity and Identities in ancient Greece.

23This article analyses athletic nudity as a tool of communication and an identity label. Looking at practices and discourses, I argue that nakedness displays functions, values, qualities and abilities necessarily inscribed on any individual body (e.g. of Barbarians, women, old people, citizen, slaves..., young girls).

24Keywords: nudity/nakedness – clothes/clothing – identities – body – sport.

Laurent HUGOT

25Le costume étrusque à travers l’étude des productions céramiques étrusco-corinthiennes (630-550 avant J.-C.).

26Dès l’époque orientalisante, les vêtements de type grec s’imposent peu à peu dans l’iconographie étrusque, mais sans que les Tyrrhéniens ne perdent toute spécificité dans leur costume. L’étude des représentations humaines sur la céramique étrusco-corinthienne permet d’observer cette évolution à une époque charnière, entre la fin de l’époque orientalisante et le début de l’époque archaïque. Ainsi, on constate que les aristocrates étrusques restent attachés à des habits traditionnels, comme les épaisses tuniques de laine, qui sont pour eux des vêtements ostentatoires. Malgré cela, durant la période étudiée, les objets et les représentations en relation avec l’univers du travail de la laine deviennent de plus en plus rares dans les tombes de femmes. En Étrurie, la femme semble beaucoup moins liée symboliquement à l’univers de la production des tissus. Ceci pourrait être l’une des explications de la place singulière qu’elles occupent auprès des hommes, étant ainsi dégagées d’une activité productrice dévoreuse de temps qui les confinerait au sein de l’oikos.

27Mots-clés : céramique étrusco-corinthienne – orientalisant – archaïsme – costume étrusque – nudité.

28Etruscan Costume on Etrusco-corinthian Vases.

29Since the Oriental period, Greek clothing is gradually established on the Etruscan iconography, without loosing any specificity in the Tyrrhenians’ clothes. The study of human representations on the Etrusco – Corinthian ceramics allows us to observe this evolution at the turning point between the end of the oriental era and the beginning of the archaic era. Thus, we notice that Etruscan aristocrats remain committed to traditional clothes, such as the thick wool tunics, which were considered ostentatious clothes. Nevertheless, during the studied period, objects and representations in relation to the world of wool work become increasingly rare in the women’s tombs. In Etruria, women seemed much less symbolically linked to the world of the production of cloth. This could be one explanation among others of the special place they occupy among men, identified as a productive time taking activity which would confine them within the oikos.

30Keywords: Etrusco-corinthian ceramic – orientalizing period – archaism – Etruscan dress – nudity.

Valérie HUET

31Jeux de vêtements chez Suétone dans les Vies des Julio-Claudiens.

32Les Vies de César et des empereurs julio-claudiens sont truffées de détails vestimentaires marqueurs non seulement de l’identité et du statut social des Romains, mais aussi de leurs traits de caractères. Je montre que Suétone utilise les vêtements et parures du corps à son propre profit, afin de construire les portraits des Julio-Claudiens en « bons empereurs » ou en tyrans.

33Mots-clés : vêtement – Suétone – les Julio-Claudiens – normes et transgressions vestimentaires – gestes.

34Dress Games in Suetonius Lives of the Julio-Claudians.

35The Lives of Caesar and of the Julio-Claudian emperors display many clothing details not only as signs of identity and of social status of the Romans, but also as signs of characters. I argue that Suetonius uses clothing and body ornaments in order to build up the Julio-Claudian portraits either as «good emperors» or as tyrants.

36Keywords: clothing – Suetonius – the Julio-Claudians – dress code and dress trangressions – gestures.

37Varia :

Maurizio BETTINI

38Retour à Lemnos. Le feu nouveau, la mauvaise odeur et les instruments des ténèbres.

39L’objet de cet article est fourni par le mythe des Lemniennes, tueuses de leurs mâles et, frappées, pour cette raison, de la « mauvaise odeur ». Nos sources mettent en rapport ce récit avec le rituel de « renouvellement du feu » pratiqué annuellement à Lemnos, pendant lequel la dusosmia mythique était réactualisée par une stricte séparation entre les hommes et les femmes. Après discussion de l’interprétation proposée par G. Dumézil et par ceux qui l’ont suivi, le problème est repris dans une perspective comparative. D’un côté en rappelant un autre cas célèbre de dusosmia grecque, Philoctète, également en rapport avec les thèmes de la violence et du feu ; de l’autre côté, en explorant les rituels de la semaine sainte dans l’Europe chrétienne, où le « renouvellement du feu » était pratiqué dans le cadre d’une atmosphère analogue de séparation entre les sexes, de violence et d’urgence. Dans ce cas l’« urgence olfactive » était remplacée par une « urgence sonore » provoquée par les instruments des ténèbres.

40Mots-clés : Lemniennes – mauvaise odeur (dusosmia) – feu nouveau – séparation des sexes – semaine sainte – instruments des ténèbres.

41Back to Lemnos. New fire, bad smell and the instruments of the darkness.

42The object of this study is provided by the myth of the women of Lemnos, who, after killing their men, were affected by the “bad smell” (dusosmia). According to our sources, this myth was connected to the rituals of the “new fire” annually celebrated in Lemnos, when the dusosmia was re-enacted by a strong separation between men and women. After discussing the interpretation given by G. Dumézil and his followers, the problem is retaken in a comparative frame: on one hand by recalling another famous example of Greek dusosmia, Philoctetes, in which violence and fire are similarly at work; on the other hand, by exploring the rituals of the Christian Europe, in which, during the Holy Week, the ceremony of the “new fire” was celebrated in a similar atmosphere of sexual separation, violence and urgency. In this case, the “smell urgency” of ancient Lemnos was replaced by a “sound urgency” provoked by the so called “instruments of the darkness”.

43Keywords: women of Lemnos – bad smell (dusosmia) – new fire – sexual separation – holy week – instruments of the darkness.

André SAUGE

44Le héros reconnu ne dit pas son nom. Prolégomènes à une analyse du chant XIX de l’Odyssée.

45Le chant XIX de l’Odyssée soulève divers problèmes : Pénélope a-t-elle reconnu son mari sous le déguisement du mendiant ? L’apparente digression que constitue l’épisode d’Euryclée est-elle la trace d’une version primitive du retour du héros ? Pénélope propose-t-elle le concours de l’arc parce qu’elle ne croit plus au retour de son mari ? L’auteur de l’article montre qu’Ulysse, pour obtenir de son épouse une arme qui lui permettra de combattre les Prétendants, doit se faire reconnaître d’elle. C’est en répondant à une question sur un vêtement que le mendiant révèle son identité. Il subsiste toutefois un malentendu entre les deux époux : Pénélope aurait voulu obtenir de son mari qu’il se nomme. Pour des raisons qui relèvent des mobiles du personnage, mais également d’une stratégie narrative — raisons qui relèvent donc du point de vue de l’aède — Ulysse ne peut donner son nom.

46Mots-clés : analyse conversationnelle – acte de parole – demander à mots couverts – faire entendre – interpréter une allégorie.

47The recognized Hero doesn’t say his name. Prolegomena to an analysis of Odyssey, song XIX.

48The XIXth song of the Odyssey raises several questions: did Penelope recognize her husband behind the disguise of the beggar? Is the episode with Eurycleia the trace of a former version of the hero’s return? Is there a link between the end of the episode — Penelope proposes the bow-competition for the next day — and what precedes? The author of this article shows that Odysseus, to obtain from his wife the weapon which will allow him to fight the Suitors, needs to be recognized by her. And he does so as to be. The misunderstanding between the two partners arises from the fact that for Penelope the signs of recognition are not enough; she would have obtained from her husband that he reveals her his name.

49Keywords: conversational analysis – speach act – ask with veiled words – interpreting an allegory – make understand.

Penelope MURRAY

50Qu’est-ce qu’une Muse ?

51Les Muses sont des déesses qui contrôlent le domaine de la mousikê, mais leur statut demeure, dans une certaine mesure, mystérieux. Elles ne font que peu d’apparitions dans le corpus mythologique et, à l’instar de beaucoup d’autres pluralités féminines, sont vues comme un groupe dont les qualités et les attributs sont interchangeables. Leur nature imprécise a permis à différents auteurs de les interpréter de manière variable, et la flexibilité même de leur image a conduit à des interrogations sur leur existence. Cet article se propose d’étudier ces problématiques d’ordre général du point de vue de la poésie grecque antique, en faisant particulièrement référence à Hésiode, Pindare et Aristophane.

52Mots-clés : Muses – pluralités féminines – Hésiode – Pindare – Aristophane.

53What is a Muse?

54The Muses are goddesses who preside over the realm of mousikê, but their status is somewhat mysterious. They have little mythology, and, like many other female collectives, they are envisaged as a group whose qualities and attributes are interchangeable. Their indeterminate nature allows different authors to interpret them in different ways, and the very flexibility of their image leads to questions about their existence. This paper considers such general issues in relation to early Greek poetry with particular reference to Hesiod, Pindar and Aristophanes.

55Keywords: Muses – female collectives – Hesiod – Pindar – Aristophanes.

Corinne PACHE

56Mortels et Immortelles dans la Théogonie.

57Cet article propose une nouvelle lecture de la conclusion de la Théogonie d’Hésiode. Dans mon interprétation, le catalogue des déesses qui conclut la Théogonie exprime une vérité importante concernant le lien entre dieux et mortels — plus particulièrement entre les déesses et les hommes — ainsi que le lien entre mythe et culte tel que les Grecs le comprenaient.

58Mots-clés : Hésiode – Théogonie – déesses – mythe – culte.

59Mortals and Immortals in Hesiod’s Theogonia.

60This article proposes a new interpretation of the conclusion of Hesiod’s Theogony. The catalogue of goddesses at the end of the poem, I argue, articulates an essential truth about the bond between gods and mortals — and more particularly between goddesses and men — and about the link between myth and cult as the Greeks understood it.

61Keywords: Hesiod – Theogony – goddesses – myth – ritual.

Kalomira MATARANGA

62Une « lacune » suspecte chez Diodore (XV, 45, 2) : Timothée et son implication dans les affaires politiques de Zakynthe.

63Dans cet article, nous tentons une nouvelle approche du passage XV, 45, 2 de Diodore de Sicile. Le passage en question se réfère au stratège Athénien Timothée à l’époque de son expédition en mer Ionienne et son implication dans la guerre civile des Zakynthiens. Notre recherche s’est basée sur l’étude du manuscrit original du texte et des plus anciens codices sauvegardés Patmiacus 50 (P) (saec. XI) et Marcianus gr. 375 (M) (saec. XI) et elle prouve que la « lacune » supposée par Jean Le Paulmier au 18e siècle n’existe pas. Étant donné que cette théorie de la « lacune » avait été adoptée par la suite par la majorité des chercheurs, ces derniers ont procédé à une « reconstitution » du texte et des faits, et — alors que cette « reconstitution » semble véridique car elle s’inscrit dans la « logique historique » (concluant à une possible collaboration de Timothée avec les Zakynthiens exilés, partisans de la démocratie) — suite à notre recherche, cette « reconstitution » est hypothétique et semble même fausse. Car, l’étude du manuscrit original du texte, qui est complet (sans « lacune »), nous a conduit à une interprétation différente du texte qui révèle la collaboration de Timothée avec les oligarques. Notre recherche montre ainsi que « l’histoire » ne suit pas toujours les schémas établis, mais que les intérêts politiques pouvaient jouer un rôle prépondérant, surtout lorsqu’il s’agissait de relations entre cités grecques pendant la période étudiée.

64Mots-clés : Diodore de Sicile – Timothée (stratège) – Zakynthe – guerre civile.

65A suspicious «lacuna» in Diodorus (XV, 45, 2): Timotheüs and his interference in the political affairs of Zacynthos.

66In this article, we try to reconsider the passage XV, 45, 2, of Diodorus Siculus, concerning the Athenian general Timotheüs during his campaign in the Ionian Sea, and his interference in the civil war of the Zacynthians. Our research is based on the study of the original manuscript of this text and of the most ancient codices Patmiacus 50 (P), saec. XI, and Marcianus gr. 375 (M), saec. XI. This study proves that the «lacuna» supposed by Jean Le Paulmier (18th century) and accepted by the majority of the scholars does not exist. The re-examination of this passage shows then that Timotheüs has collaborated not with the banished Zacynthians, partisans of democracy, but with the oligarchs. This case proves also that «history» does not follow always established plans, but that political interests can play a leading role in the relations between Greek cities.

67Keywords: Diodorus Siculus – Timotheüs (general) – Zacynthos – civil war.

Sonia DARTHOU

68Éris dans la cité. Quelques réflexions sur les « cosmogonies » politiques.

69Plusieurs mythes de fondation de cités grecques s’ouvrent sur une querelle, une éris. Cette querelle, qui met en compétition deux prétendants au titre de Poliade, a pour but de choisir la divinité « politique », celle qui protège et représente particulièrement la cité. Mais l’éris ne saurait être un scénario qui raconte les origines sous le signe de la violence et de l’exclusion. Ou qui contribue à créer la dissension entre dieux. Les récits d’éris semblent plus des mises en scène privilégiées pour hiérarchiser, structurer, partager. En un mot : façonner le panthéon politique et répartir les timai des différentes puissances divines. Ce qui n’est pas sans rappeler les récits d’ordonnancement du monde, comme dans la Théogonie. On propose donc ici quelques réflexions sur Éris et éris, sur la rivalité et le partage, en mettant en écho conflits cosmogoniques et querelles plus politiques.

70Mots-clés : Éris – identité – mythologie – fondation – Poliade.

71Eris in the city. Some reflections on the «political» cosmogonies.

72Several foundation myths of Greek cities open with a discord, an eris. This discord, which sets up a competition between two pretenders for the title of Poliad, has for goal the choosing of the «political» divinity, who protects and represents the city in particular. But the eris should not be seen as a scenario which relates the origins in a context of violence and exclusion, or which contributes to create dissension between gods. The narratives of eris appear rather as privileged stage settings serving to hierarchize, to structure, to share. In brief: to shape the political pantheon and distribute the timai of the various divinities. Which cannot fail to recall the narratives of organization of the cosmos, as in the Theogony. We thus propose here some reflections on Eris and eris, on rivalry and sharing, by exploring the resonances between cosmogonical conflicts and more political discords.

73Keywords: Eris – identity – mythology – foundation – Poliad.

Christian-Georges SCHWENTZEL

74La double représentation du dieu Dousarès : bilinguisme figuratif ou syncrétisme ?

75Les Nabatéens représentèrent leur dieu, Dousarès, sous la forme aniconique et symbolique du bétyle. Cependant, sous l’influence de l’hellénisme, une iconographie anthropomorphique fit également son apparition en Nabatène. Les deux formes de représentations coexistèrent. Un buste en calcaire et une statuette en terre cuite provenant de Pétra peuvent néanmoins être considérés comme de véritables images syncrétiques du grand dieu nabatéen.

76Mots-clés : Dousarès/Dusares – Pétra – Nabatéens – Arabie antique – syncrétismes religieux.

77The double representation of the god Dusares: figurative bilinguism or syncretism?

78The Nabataeans represented their god Dusares in the aniconic and symbolic form of a baetyl. Meanwhile, under the influence of hellenism, an anthropomorphic iconography also appeared in Nabatea. These two kinds of representations coexisted. However, a limestone bust and a terracotta statuette from Petra can be considered as syncretic images of the great nabataean god.

79Keywords: Dusares – Petra – Nabataeans – Ancient Arabia – religious syncretisms.

Leopoldo IRIBARREN

80De la pertinence d’un motif idéaliste. Sur les Présocratiques d’André Laks.

81Dans ses travaux plus récents, André Laks s’interroge sur la légitimité historiographique et philosophique de la catégorie de « présocratique ». La question touche, d’une part, à la problématique abondamment débattue de l’origine de la rationalité grecque. L’analyse proposée par Laks introduit, dans la perspective de la sociologie weberienne, un instrumentaire qui éclaire d’une lumière nouvelle le processus d’émergence de la philosophie. Plutôt que le résultat d’une rupture ou d’une certaine continuité, la philosophie apparaît comme le produit d’une différenciation réflexive, tant au niveau des contenus que de la forme, par rapport aux discours mythiques et aux autres savoirs constitués. D’autre part, la « question présocratique » demande une analyse du développement interne de la discipline philosophique naissante. En ce sens, Laks tire profit d’un schéma imaginé par Cassirer dans ses récits historiques, selon lequel les positions philosophiques se relient par un changement de point de vue en vertu duquel on passe de l’implicite à l’explicite ou de l’image au concept. Dialectiquement liés, l’image et le concept deviennent dans cette perspective le moteur de l’histoire. Cet article analyse la possible articulation entre sociologie weberienne et philosophie des formes symboliques qui débouche, chez Laks, sur une approche nouvelle pour aborder les débuts de la philosophie grecque.

82Mots-clés : Laks – philosophie présocratique – mythe – rationalité.

83Pertinence of an idealist motive. On André Laks’ Presocratics.

84In his most recent studies, André Laks explores the historiographical and philosophical legitimacy of the «presocratic» category. The question concerns, on the one hand, the largely-debated problem of the origins of Greek rationality. The analysis proposed by Laks introduces a set of tools which, from the perspective of weberian sociology, sheds new light on the process of the emergence of philosophy. Philosophy thereby appears as the product of a reflexive differentiation, both in terms of contents and form, with mythical discourses and with other established forms of knowledge, rather than as the result of a rupture — or even of an eventual continuity — with these. On the other hand, the «presocratic question» requires an analysis of the internal development of the emerging philosophical discipline. In this regard, Laks takes advantage of the scheme imagined by Cassirer in his historical narratives, whereby philosophical positions are bound to each other by a change in perspective that makes it possible to go from the implicit to the explicit, or from the image to the concept. Bound in a dialectical manner, within this framework the image and the concept become the motor of history. This article analyses the possible articulation between weberian sociology and the philosophy of symbolic forms which, in Laks, leads to a new perspective from which to aproach the origins of Greek philosophy.

85Keywords: Laks – presocratic philosophy – myth – rationality.

Karel THEIN

86La force du vraisemblable. Philostrate, Callistrate et l’image à l’épreuve de l’ekphrasis.

87L’article s’arrête sur certaines ambiguïtés qui accompagnent l’interprétation de l’art ancien de l’ekphrasis. Dans ce cadre à la fois théorique et historique, une place d’honneur est donnée à Philostrate l’Ancien et à son épistémologie de l’incertitude. Sur son exemple sont alors analysés l’usage des noms propres dans les descriptions des œuvres d’art et, en rapport avec le problème de l’imagination, les effets de la négation linguistique. Ces analyses montrent les libertés que Philostrate, dans ses Images, prend avec la codification de l’ekphrasis dans les manuels de rhétorique. En même temps, l’article offre une discussion détaillée de diverses contributions au numéro spécial de La Licorne consacré à la question de l’ekphrasis (n°. 75, 2006 : Défi de l’art. Philostrate, Callistrate et l’image sophistique). Cette discussion permet d’élargir le champ de l’analyse jusqu’aux rapports entre les descriptions des peintures et des sculptures.

88Mots-clés : Philostrate – Callistrate – ekphrasis – description des œuvres d’art – description et noms propres.

89The Force of the Believable. Philostratus, Callistratus, and the Image Confronted with Ekphrasis.

90The article discusses several key issues in interpreting the art of ekphrasis, with a special emphasis on the Elder Philostratus and his epistemology of incertainty. It this context, it focuses on the ekphrastic use of proper names and on Philostratus’ use of linguistic negation. These analyses confirm that Philostratus feels perfectly free to transgress the codification of ekphrasis in the manuals of rhetorics. At the same time, the article offers a detailed review of the contributions to a recent number of La Licorne (n°. 75, 2006: Défi de l’art. Philostrate, Callistrate et l’image sophistique). This review leads then to a brief discussion of the differences between the descriptions of paintings and the descriptions of statues.

91Keywords: Philostratus – Callistratus – ekphrasis – description of the works of art – description and proper names.

Renée PIETTRE

92Les Grecs et nous. L’anthropologie comparative de Marcel Detienne.

93La méthode de pratique comparative mise en œuvre par Marcel Detienne à partir d’une anthropologie de la Grèce ancienne se nourrit d’un environnement intellectuel parisien où se détachent notamment, entre École Pratique des Hautes Études et École des Hautes Études en Sciences Sociales, les personnalités de Louis Gernet, Ignace Meyerson, Georges Dumézil, Claude Lévi-Strauss, Jean-Pierre Vernant. Elle part de l’étude structurale et différentielle de figures divines et mythiques abordées comme autant de schémas de pensée expérimentant et gouvernant les innovations culturelles, selon une approche concrète et pragmatique où les questions posées s’enrichissent de la comparaison avec les réponses élaborées dans les cultures les plus éloignées. Loin de la recherche des faits et des causes qui fait l’ordinaire de l’histoire, l’histoire elle-même y gagne un singulier relief.

94Mots-clés : Detienne – comparatisme – Grèce ancienne – polythéisme – histoire – structuralisme.

95Marcel Detienne: a comparative method in cultural studies.

96The comparative method Marcel Detienne applies, stemming from his anthropological approach of Ancient Greece, developed in a Parisian circle including, among other well-known figures of the École Pratique des Hautes Études and the École des Hautes Études en Sciences Sociales, Louis Gernet, Ignace Meyerson, Georges Dumézil, Claude Lévi-Strauss, Jean-Pierre Vernant. This method starts from a structural study which deals with different gods or mythological heroes considered as conceptual outlines expected to test and manage cultural innovation. Thanks to this concrete and pragmatic approach, comparison between the answers that distant cultures would work out about one and the same problem yields more outcome. Here History does not consist, as usually, in a search for causes and effects, but it looks very refreshing.

97Keywords: Detienne – comparison – Ancient Greece – polytheism – history – structuralism.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540