Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Introduction

Texte intégral

1Pourquoi Valladolid ?

2Tous les historiens contemporains sont avertis de l’importance de l’histoire de la péninsule ibérique au xvie siècle comme clé de l’histoire européenne des temps modernes. Préparée par les travaux d’Albert Girard, confirmée par ceux d’Earl J. Hamilton, la découverte de cette importance fut consacrée par La Méditerranée de Fernand Braudel : de vieux problèmes étaient résolus mais des hypothèses neuves étaient formulées, des voies inconnues ouvertes, qui appelaient d’autres recherches. Depuis vingt ans combien d’historiens ont cheminé dans l’une ou l’autre de ces voies, dont beaucoup sont déjà allés jusqu’au terme !

3Les travaux d’Huguette et Pierre Chaunu, ceux de Frédéric Mauro, établirent le rôle de l’Espagne et celui du Portugal comme relais entre l’Amérique et l’Europe en même temps qu’ils révélaient la croissance de deux mondes nouveaux, l’Amérique espagnole et le Brésil portugais. L’œuvre de François Chevalier allait dans le sens d’une connaissance plus profonde d’une partie essentielle de cette Amérique espagnole, le Mexique. De son côté Henri Lapeyre en étudiant le cas de la famille Ruiz démontrait l’ampleur des relations économiques et financières franco-espagnoles et le rôle qu’elles tenaient dans la diffusion à travers l’Europe du précieux métal américain.

4Mais si la connaissance de l’histoire espagnole apparaissait ainsi indispensable à l’intelligence de l’histoire européenne il devenait plus étrange de constater la divergence de destin entre Espagne et Europe occidentale. Car enfin, comme le reste de l’Europe occidentale, et davantage semble-t-il, l’Espagne a eu au xvie siècle les moyens de créer et de développer le capitalisme commercial et financier.

5Une deuxième démarche devenait alors nécessaire. Il fallait étudier l’histoire d’Espagne, et l’aimer, pour elle-même. Déjà les grands historiens espagnols, anxieux de comprendre l’histoire extraordinaire de leur pays, s’étaient posé la question. Deux œuvres magistrales, celle d’Américo Castro, España en su historia : cristianos, moros y judíos (1948), et celle de Claudio Sánchez Albornoz, España, un enigma histórico (1956), la seconde réponse passionnée à la première, ont proposé deux interprétations de l’histoire d’Espagne. Quels que soient les mérites éminents de ces deux historiens qui sont aussi de grands écrivains, et j’avoue d’emblée ma préférence après onze ans de recherches pour les intuitions souvent géniales de Claudio Sánchez Albornoz fondées sur une érudition exceptionnelle, leur effort était peut-être prématuré. Trop d’incertitudes demeuraient, notamment dans le domaine encore peu exploré de l’histoire économique et sociale où Ramón Carande joua longtemps le rôle du franc-tireur. C’est sans doute ce qu’avait compris le regretté Jaime Vicens Vives : tout en risquant une première tentative de synthèse dont il affirmait lui-même le caractère provisoire et fragile il lançait ses amis et ses disciples dans toutes les directions. Les richissimes archives espagnoles avaient, ont encore tant de secrets à livrer ! Ainsi se prépare l’éclosion d’une génération nouvelle d’historiens espagnols dont les premiers travaux disent la qualité. Pour ne citer que des historiens de la période moderne, les noms de Felipe Ruiz Martín, Antonio Domínguez Ortiz, Valentín Vázquez de Prada, Juan Reglá, Jorge Nadal, Emilio Giralt, Jesús García Fernández, sont déjà connus du public français. Parallèlement des historiens plus âgés comme Carmelo Viñas y Mey et Luis G. de Valdeavellano lançaient de vastes enquêtes dont les premiers résultats sont connus et les seconds pour demain.

6Deux périodes de l’histoire d’Espagne apparaissent plus susceptibles que les autres de fournir une réponse à la grande question posée : le xvie siècle parce qu’en lui tout, ou presque, recommence pour l’Espagne comme pour l’Europe. L’Humanisme, la Renaissance, la Réforme et la Contre-Réforme ont autant de signification au-delà des Pyrénées qu’en deçà et nous savons depuis Érasme et l’Espagne, grâce à Marcel Bataillon, que l’Espagne du premier xvie siècle s’ouvrit largement à l’esprit nouveau. Comme elle participait pleinement à la grande politique et à l’économie européennes qu’elle alimentait de son or et de son argent. Le xvie siècle, soit ! Mais aussi le xviiie siècle parce qu’à l’époque des « Lumières » l’Espagne, où règne une dynastie française, plus largement ouverte aux influences extérieures, est prise en charge par une équipe d’hommes fervents, passionnés par la régénération de leur pays et soucieux d’en fomenter le progrès.

7Les historiens français ont subi les deux tentations. Tandis que Pierre Vilar éprouvait la fascination du cas catalan, intermédiaire entre Espagne et Europe occidentale, en faisant logiquement la part la plus belle au xviiie siècle puisqu’il est décisif dans l’histoire de la Catalogne, Jean Sarrailh, Marcelin Defourneaux, Paul Mérimée, Georges Demerson, étudiaient « l’Espagne éclairée », celle des intellectuels, des philosophes, des hommes d’État qui cherchaient à engager l’Espagne dans des voies nouvelles. D’autres travaillent encore dans cette direction, dont il y a beaucoup à attendre. Et Jean-Pierre Amal-ric, utilisant le cadastre du marquis de La Ensenada, étudie les campagnes de Castille qui peuvent jouer le rôle d’un révélateur de la situation économique en une époque où, Ernest Labrousse et Pierre Vilar l’ont montré, tout commence par l’accumulation des profits agricoles.

8Quant à la connaissance du xvie siècle espagnol elle exigeait des études d’apparence modeste et limitées dans le temps ou l’espace mais seules capables de faire comprendre le jeu des mouvements économiques et sociaux et d’en faire saisir la portée. Henri Lapeyre consacrait un nouvel ouvrage au problème morisque ; Noël Salomon décrivait les campagnes de Nouvelle Castille à la fin du xvie siècle. Je me vouais pour ma part à l’étude d’une société urbaine, celle de Valladolid, associée à son indispensable environnement, la campagne, sa campagne. D’autres, qui commencèrent un peu plus tard leurs recherches, contribuent à cette vaste enquête dont l’anarchie n’est qu’apparente : Jean-Paul Le Flem a choisi Ségovie, une ville profondément différente de Valladolid et, à sa manière, exemplaire tandis que Joseph Pérez renouvelle l’histoire d’un épisode décisif, celui des Comunidades.

***

9Lorsque Fernand Braudel et Ernest Labrousse me confièrent la tâche qui a donné lieu à ce livre je n’en compris pas le sens. Valladolid, qu’assez paradoxalement je ne connaissais pas encore alors que j’avais visité les villes voisines (Burgos, Salamanque, Ávila...), m’apparut comme une ville parmi les autres. J’imaginais mon travail comme une contribution ordinaire à l’histoire économique, sociale et culturelle de la Castille. Je crus assez naïvement que Valladolid avait été distinguée parce qu’elle était alors — comme aujourd’hui — la plus grande ville de Vieille Castille.

10Mais tandis que s’écoulaient les années je découvrais progressivement la singularité profonde de cette ville et la valeur de son histoire comme élément d’explication du destin de l’Espagne. Prenant la mesure de Madrid au xviie siècle grâce à l’œuvre trop exclusivement nourrie de sources littéraires, néanmoins intéressante, de José Deleito y Piñuela, je constatais l’identité foncière entre les deux villes à cent ou cinquante ans d’écart : Valladolid au temps de Charles Quint et de Philippe II préfigure Madrid sous Philippe IV. Mais le règne de Philippe IV, c’est déjà la décadence. Alors l’histoire de Valladolid au xvie siècle éclairerait celle de la décadence espagnole en en signalant les premiers germes.

11Il m’est apparu assez vite que le facteur économique n’était pas essentiel à Valladolid. Ou, plus justement, que l’économie de cette ville ne dépendait ni d’elle-même ni du travail des seules campagnes voisines. Économie de consommation bien plus que de production. Mais les possibilités d’une consommation qui se soucie trop peu de la production ne sont que provisoires, elles sont le fait d’une conjoncture heureuse que l’histoire crée, puis qu’elle détruit. En cela le cas de Valladolid illustre celui de l’Espagne.

12Mais l’explication d’un tel phénomène ? Il fallait ici distinguer entre les raisons particulières à Valladolid qui sont d’ordre politique et celles, plus générales, de nature démographique, économique, sociale, religieuse, mentale. Pour retrouver les raisons économiques je disposais heureusement d’instruments d’analyse éprouvés par mes aînés : utilisation des dénombrements et registres paroissiaux, des prix et salaires, du produit fiscal, classement en catégories socio-professionnelles, etc. Je ne dirai jamais assez combien la publication, durant le cours de mes recherches, de certains travaux en apparence étrangers à mes préoccupations, m’a été précieuse : je pense notamment aux livres de Jean Delumeau et Pierre Goubert à propos de Rome et du Beauvaisis. Seul le problème des rentes constituées, essentiel en Castille, m’a valu de sérieuses difficultés malgré la publication du livre de Bernard Schnapper.

13Si ce livre est de quelque nouveauté c’est au plan de l’histoire sociale. La troisième partie est tout entière consacrée à la « définition d’un style de vie » parce que ce style de vie m’apparaît comme l’élément majeur d’explication. Deux modèles sont proposés alors à la Castille, le modèle seigneurial et le modèle bourgeois : les tenants de l’un et de l’autre s’affrontent. La victoire de l’un sur l’autre conditionne à la fois le présent et l’avenir.

14Il va sans dire que je ne me suis pas tenu pour enfermé dans le cadre géographique de mon sujet, condamné à la clôture. L’étude de la démographie vallisolétaine m’a conduit à Palencia, celle de l’économie à Burgos, Medina, Ségovie, Salamanque... Les comparaisons sont le secours habituel de l’historien, son indispensable référence.

15Les lacunes de ce livre, ses déficiences, sont trop évidentes pour que je croie nécessaire de les souligner. L’une d’elles cependant m’inquiète par son importance : elle concerne la structure de la propriété. En l’absence de cadastres, de compoix, de rôles de contributions foncières, je me trouvais dépourvu, abandonné au hasard. Celui-ci ne m’a livré que des bribes.

16J’éprouverais cependant un profond regret si quelques passages au moins de cet ouvrage n’apparaissaient dignes de l’enseignement de mes maîtres. Car, si je les décevais totalement, je serais inexcusable.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540