Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Avant-propos

Fernand Braudel et Felipe Ruiz Martín

Texte intégral

1Une thèse de doctorat ès lettres est l’aboutissement d’un long effort lui-même nourri par une vocation. L’un et l’autre ont été suscités, orientés, soutenus, ranimés, stimulés par des maîtres et des amis sans lesquels de tels livres ne seraient pas.

2A Montpellier l’enthousiasme et la sollicitude de Paul Marres avaient affirmé en moi le goût de la géographie : je souhaiterais que le premier chapitre de ce livre en porte témoignage. Émigré à Toulouse pour des raisons d’ordre familial j’eus la chance de recevoir l’enseignement de Jacques Godechot. En cette époque où il assumait seul la charge de l’histoire moderne et contemporaine cela voulait dire trois leçons par semaine, modèles de méthode et de précision. Un peu plus tard d’autres maîtres, Frédéric Mauro et Philippe Wolff, m’initièrent à l’histoire économique dont j’ignorais tout. Revenu à Montpellier par le jeu d’une nomination rectorale je profitai des leçons brillantes d’Alphonse Dupront.

3Au lendemain de l’agrégation Fernand Braudel et Ernest Labrousse voulurent bien me faire confiance. Mais, surtout, ils m’assistèrent de leurs conseils, ne refusèrent jamais de sacrifier quelques heures d’un temps très mesuré pour examiner mes premières ébauches, me signalèrent les erreurs ou les lacunes prévisibles de mon travail. Je dois notamment à Fernand Braudel une conception plus large du sujet que celle que j’avais au départ, et certaines idées qu’il me présentait comme des éventualités mais dont la recherche vérifiait régulièrement la justesse. Tandis qu’Ernest Labrousse m’a aidé à préciser mes concepts et mes raisonnements. Je les assure tous deux de ma très respectueuse et très profonde gratitude.

4D’autres maîtres parmi lesquels Jacques Godechot, Roland Mousnier, Pierre Vilar, Philippe Wolff, ont bien voulu m’aider de leurs conseils. Je leur dis ma déférente gratitude.

5Frédéric Mauro, Emmanuel Le Roy Ladurie, Joseph Pérez, Jean-Pierre Amalric, ont lu certains de mes chapitres et m’ont fait de très précieuses observations. Je veux aussi les remercier très vivement.

6Il va sans dire qu’un tel sujet m’a fait le débiteur de nos collègues espagnols. Sans Felipe Ruíz Martín qui m’a entouré depuis onze ans de son affectueuse amitié, sans son érudition, sans l’intelligence profonde qu’il a de l’histoire moderne de son pays, ce livre m’aurait demandé bien des années encore. Puisse-t-il juger que tous ses soins n’ont pas été perdus !

7J’ai retiré aussi d’utiles enseignements de quelques conversations avec Juan José Martín González et Valentín Vázquez de Prada. Mais je dois beaucoup aux archivistes espagnols, tout spécialement à Filemón Arribas Arranz qui a tout fait pour favoriser mon travail, à Ricardo Magdaleno et à son premier collaborateur, Ángel de La Plaza, à doña Adela González qui guida mes premières et incertaines recherches aux archives municipales. A tous leurs collaborateurs, aux bibliothécaires, à la Municipalité de Valladolid qui me fit don d’une copie d’un plan ancien de la ville, aux curés qui m’ont reçu dans les archives de leurs paroisses, je tiens à exprimer ma profonde reconnaissance.

8L’École des hautes études hispaniques où je passai une année et qui m’accueillit généreusement lors des retours de l’été, et le C.N.R.S. qui m’accorda trois missions d’un mois chacune ont aidé à la réalisation de ce livre. Je prie notamment M. Henri Terrasse, directeur de l’École des hautes études hispaniques, d’agréer l’expression de ma gratitude.

9Enfin je dois signaler que mon travail de recherche et de rédaction a été singulièrement facilité par l’heureux climat de la section d’histoire de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Toulouse. J’ai constamment éprouvé la sollicitude et l’intérêt de mes aînés, le souci qu’ils ont toujours eu d’associer les plus jeunes, assistants ou maîtres-assistants, au mouvement de l’histoire qui se fait en les invitant à leurs séminaires, en leur confiant leurs impressions de colloque ou de congrès. Un tel comportement fut pour moi le plus précieux des stimulants.

10B. B.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable