Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Préface à la deuxième édition

Bartolomé Bennassar

Texte intégral

1Quelque 30 ans (32 exactement) ont passé depuis que ce livre a été publié. Il se trouve qu’il obtint assez vite en Espagne une audience assez considérable parmi les jeunes historiens de ce pays à qui seuls pouvaient servir de guides, sur la voie d’une « histoire totale », telle que la professait le groupe des Annales, un Jaime Vicens Vivés et ses disciples déjà émancipés, Jordi Nadal ou Joan Regla, un Ramon Carande, un Felipe Ruiz Martin, ou un Antonio Dominguez Ortiz qui, pendant deux décennies au moins, durent accepter une « traversée du désert ». Car, pour des raisons évidentes, si l’histoire comme discipline était reconnue en Espagne comme une activité intellectuelle recommandable, elle était vouée presque toujours à la célébration des vertus traditionnelles chères à l’hispanité, des gloires du passé et de l’Espagne catholique du Siècle d’Or ou des fastes de la découverte et de la conquête des « Indes ». L’histoire urbaine était à peu près ignorée. Il faut reconnaître également que les historiens espagnols n’avaient, pour la plupart, ni les moyens matériels ni le temps de conduire des recherches de longue haleine. Je n’eus donc pas grand mérite à susciter l’intérêt de mes collègues d’outre-Pyrénées. Mon livre avait pour eux l’attrait de la nouveauté, qu’il s’agisse de l’utilisation des sources, des méthodes, et notamment de l’emploi simultané de l’histoire sérielle et des « études de cas », de ce que l’on allait appeler la problématique enfin. Ce furent donc pour une bonne part les jeunes historiens espagnols qui contribuèrent à l’épuisement relativement rapide de la première édition française. Et ce fut la raison des deux éditions successives (1983 et 1988) de la traduction espagnole, réalisée par le département de français de l’Université de Valladolid, sous l’impulsion de la municipalité de cette ville, puis en accord avec un éditeur castillan. Les premiers grands travaux de l’histoire urbaine espagnole, pour la période moderne, consacrés à Murcie, Caceres, Cordoue, avouèrent avec beaucoup d’humilité que « le Valladolid » leur avait inspiré une part de leurs méthodes et de leurs idées. On me pardonnera d’écrire cela aujourd’hui très simplement et sans aucune vanité.

2Car, pour ma part, je n’avais pas manqué de modèles ou de sujets de comparaison. J’avais pu profiter des travaux de Pierre Goubert sur Beauvais et le Beauvaisis, paru en 1960, mais aussi du Vie économique et sociale de Rome dans la deuxième moitié du xvie siècle, (1957-1959) de Jean Delumeau et, grâce à des colloques ou à des échanges informels, d’autres recherches d’histoire urbaine parallèles à la mienne dont les résultats furent publiés soit à la même époque, ainsi Amiens, capitale provinciale, de Pierre Deyon, (1967), ou les grands ouvrages sur Lyon de Richard Gascon et Maurice Garden, parus en 1970 et 1971, soit un peu plus tard comme Les négociants bordelais de Paul Butel (1974) ou le grand travail consacré à Caen de Jean-Claude Perrot (1975) pour m’en tenir à quelques exemples remarquables. De surcroît, les historiens français avaient déjà alors des contacts fructueux avec leurs collègues étrangers, anglais, belges et italiens notamment.

3De la sorte, je ne devais affronter véritablement qu’un seul défi, celui des sources qui n’étaient évidemment pas une simple version espagnole des sources françaises, même si les actes de délibérations municipales, les registres paroissiaux ou notariaux ont la même importance au sud et au nord des Pyrénées. Mais j’eus la chance de bénéficier dans cette quête des sources du soutien et des conseils inappréciables de Felipe Ruiz Martin, de sa sollicitude devrais-je dire. Il eut aussi la gentillesse de m’introduire auprès des directeurs des principaux dépôts d’archives où je devais travailler et notamment de l’Archivo Historico de Simancas. Je profitai aussi de l’expérience de l’un de mes prédécesseurs français dans l’exploration des archives espagnoles, Henri Lapeyre, aujourd’hui disparu, dont je mesure mieux maintenant la générosité.

4Je voudrais aussi affirmer l’importance qu’eut pour moi, tout au long des onze années de travail que ce livre me coûta, le magistère de Fernand Braudel. Certes, je n’assistai que deux fois à son séminaire. Mais il me reçut chez lui durant plusieurs heures à quatre reprises, me fit part de ses suggestions, m’intima l’ordre de réécrire intégralement la première partie de mon travail, qu’il avait jugée bien trop scolaire, ce dont je lui demeure profondément reconnaissant, prit la peine de m’envoyer deux documents qu’il avait découverts au British Museum, répondit à chacune de mes lettres, ce qui n’était pas d’usage si courant chez les maîtres parisiens, j’eus l’occasion, à la même époque, d’en juger. Il me fit part de son hypothèse, qui devait s’avérer décisive : Valladolid pouvait être une sorte d’anticipation du Madrid futur, une capitale bureaucratique où s’étaient ébauchés quelques uns des caractères distinctifs de la Castille moderne. Il sut aussi m’inspirer un souci de l’écriture qui est une forme de respect à l’égard des lecteurs. Certes, une telle expérience n’est que la mienne et je ne prétends pas qu’elle ait valeur générale. Mais à l’heure où s’expriment des frustrations et des rancunes qui peuvent ternir l’image personnelle d’un historien d’exception, je tenais à produire ce témoignage.

5Les lacunes de ce livre sont de la responsabilité de l’auteur, à quelques réserves près. Je n’ai pu durant les longues années de mon enquête accéder aux précieux dépôts de la cathédrale de Valladolid qui n’étaient ni classés ni ouverts. Le fonds de la Real Chancilleria, instance administrative et judiciaire, riche de milliers de liasses, ne disposait d’aucun catalogue fiable. Mais ces réalités ne m’exonèrent pas de carences évidentes, dont je pris conscience progressivement tandis que l’historiographie espagnole rattrapait son retard. Le gouvernement municipal, siège de tensions et de conflits multiples et significatifs, méritait beaucoup plus et beaucoup mieux que je ne lui ai donné. Les grands seigneurs dont plusieurs possédaient des palais à Valladolid et dont j’ai évoqué bien trop rapidement la présence, par exemple à l’occasion des collections de tableaux, exercèrent dans cette ville un rôle politique et social qui n’apparaît guère dans ces pages. La naissance et l’essor au cœur de la Castille des premiers cercles « protestants » auxquels participèrent des personnalités vallisolétanes intéressantes n’ont suscité que deux pages dans ce livre. Et l’inventaire de mes carences n’est évidemment pas exhaustif. On me pardonnera peut-être, malgré tout, de conserver la fierté d’avoir ouvert le chantier de l’histoire urbaine en Espagne à l’époque moderne et ce n’est peut-être pas par hasard que Valladolid est sans doute aujourd’hui la ville d’Espagne dont l’histoire est la mieux connue dans la longue durée, du xiiie au xxe siècle. Mais Séville, Cadix, Saint-Jacques de Compostelle, Orihuela, Saragosse, Gérone, Burgos, Ségovie, Tolède enfin, ont fait l’objet de travaux importants, bien que l’histoire rurale ait conservé en Espagne une avance remarquable.

6Pourquoi le cacher ? Au soir de ma vie, la réédition d’une œuvre qui fut une part de ma jeunesse me procure un petit bonheur.

Auteur

(janvier 1999)

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540