Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : S'habiller, se déshabiller dans les mondes anciens

Varia

Le héros reconnu ne dit pas son nom

Prolégomènes à une analyse du chant xix de l’Odyssée

André Sauge

Résumé

Le chant XIX de l’Odyssée soulève divers problèmes : Pénélope a-t-elle reconnu son mari sous le déguisement du mendiant ? L’apparente digression que constitue l’épisode d’Euryclée est-elle la trace d’une version primitive du retour du héros ? Pénélope propose-t-elle le concours de l’arc parce qu’elle ne croit plus au retour de son mari ? L’auteur de l’article montre qu’Ulysse, pour obtenir de son épouse une arme qui lui permettra de combattre les Prétendants, doit se faire reconnaître d’elle. C’est en répondant à une question sur un vêtement que le mendiant révèle son identité. Il subsiste toutefois un malentendu entre les deux époux : Pénélope aurait voulu obtenir de son mari qu’il se nomme. Pour des raisons qui relèvent des mobiles du personnage, mais également d’une stratégie narrative — raisons qui relèvent donc du point de vue de l’aède — Ulysse ne peut donner son nom.

The XIXth song of the Odyssey raises several questions: did Penelope recognize her husband behind the disguise of the beggar? Is the episode with Eurycleia the trace of a former version of the hero’s return? Is there a link between the end of the episode — Penelope proposes the bow-competition for the next day — and what precedes? The author of this article shows that Odysseus, to obtain from his wife the weapon which will allow him to fight the Suitors, needs to be recognized by her. And he does so as to be. The misunderstanding between the two partners arises from the fact that for Penelope the signs of recognition are not enough; she would have obtained from her husband that he reveals her his name.

Texte intégral

  • 1 Saïd 1998, p. 194, présente le concours en ces termes : « Pénélope annonce alors (après le récit du (...)
  • 2 Harsh 1950, p. 1-21, est le premier à avoir exposé l’hypothèse que Pénélope a soupçonné la présence (...)

1À partir du vers 51, le chant XIX de l’Odyssée met en scène, après le départ des Prétendants, le dialogue nocturne entre Ulysse, déguisé en mendiant, et Pénélope. Le dialogue s’achève, à la fin du chant, sur une annonce : Pénélope proposera, le lendemain, un concours ; elle en épousera le vainqueur. Telle est la tâche du critique : montrer que l’annonce du concours conclut logiquement l’échange qui précède et que la décision de Pénélope n’a rien de surprenant1 ; elle n’oblige à supposer ni conflit entre deux versions successives de la même scène, ni conflit éthique, ni dissociation de Pénélope entre conscience claire et subconscient. Car la proposition du concours implique que Pénélope a reconnu son époux sous le travestissement du mendiant2.

  • 3 En vérité, les lecteurs modernes ne se posent guère la question (voir toutefois Grossardt 1998, p. (...)
  • 4 Harsh fonde son analyse sur le fait que Pénélope, dans l’ensemble du récit, est présentée comme une (...)

2Étant donné que l’épisode consiste, pour la plus grande partie, en échanges entre deux personnages — Pénélope et le mendiant ; le mendiant et Euryclée — il est nécessairement construit sur un schéma de communication à deux niveaux, le premier, celui des personnages, le second celui de la relation entre l’aède et un public. En l’occurrence ce double niveau de communication complique la tâche de l’aède ; du point de vue de son personnage, Ulysse, et dans la logique de la trame narrative, il lui importe de trouver le moyen qui favorisera l’élimination prochaine des Prétendants. Dans son échange avec Pénélope, Ulysse, sous le masque du mendiant, doit conduire une stratégie pour s’assurer d’abord que son épouse ne joue pas la comédie de la fidélité, puis pour l’amener à proposer une épreuve qui lui sera favorable. Elle ne peut le faire que s’il lui inspire assez de confiance pour qu’elle croie que son mari participera au concours et donc qu’il est déjà là, à côté d’elle ou, du moins, à Ithaque. En tant qu’auditeur ou lecteur, nous nous posons la question : pourquoi l’aède avait-il besoin de cette rencontre3. À nous en tenir à l’intrigue, elle était nécessaire : Ulysse doit éliminer les Prétendants. Comment s’y prendra-t-il ? Il ne peut le faire sans une arme appropriée à son objectif. Il accepte une entrevue avec Pénélope, non par simple curiosité, mais parce qu’il a une idée en tête : il connaît l’existence de son arc « merveilleux » ; il sait que Pénélope sait l’usage qu’il en faisait ; il sait qu’une fête d’Apollon doit être célébrée ; si Pénélope proposait une épreuve de l’arc pour le lendemain, il obtiendrait l’instrument dont il a besoin et qui ferait de l’exécution de la vengeance un acte rituel sous le patronage du dieu archer. Il manœuvrera donc pour conduire Pénélope à proposer le concours pour le lendemain tout en se réservant une marge de manœuvre (en préservant son incognito). Quant à Pénélope, si elle convoque le mendiant, c’est parce qu’elle a compris que son irruption jusque dans la salle des festins (le megaron) était un message qu’il lui fallait déchiffrer (« les mendiants viennent de Zeus »). Il lui faut donc savoir à quoi s’en tenir à son propos4.

  • 5 Murnaghan 1987, notamment p. 47-55 pour le chant 19, montre comment le déguisement d’Ulysse est l’é (...)

3Par ailleurs, l’épisode du chant xix est partie d’un plan narratif qui l’englobe (il est le premier moment de la reconnaissance finale du héros revenu). Le récit de l’échange n’est pas soumis au seul point de vue des personnages, mais également à celui de l’aède pour qui il importe, par exemple, d’offrir à son auditoire une scène de reconnaissance ultérieure. Le conflit entre les deux niveaux peut donc conduire à cultiver les ambiguïtés5. Dans notre analyse, nous aurons à tenir compte de la complexité des niveaux du chant. Nous verrons que l’auteur du chant 19 a fait de ses personnages de prestigieux maîtres du sous-entendu, du double sens, des stratèges consommés de la relation de communication.

4Je procéderai à un découpage des séquences de l’ensemble. À chacune des étapes se posera la question de la raison d’être de la séquence, de son rôle, de son intérêt, des problèmes, s’il en est, qu’elle soulève. J’indique à chaque fois le premier vers de la séquence. Toutefois, les limites imparties à un article ne me permettent pas de présenter une analyse de l’ensemble du chant ; j’ai donc choisi trois moments, celui de la mise en place du dialogue, puis deux moments liés entre eux, ceux où Ulysse se fait reconnaître, puis laisse entendre qu’il ne déclarera pas son nom.

Méthode : lire une conversation dans un récit

5Le dialogue que nous allons lire comporte une stratégie de la parole grâce à laquelle chacun des partenaires ne se borne pas à « informer », mais cherche à obtenir quelque chose de l’autre. Il est donc une action. Nous pouvons faire l’hypothèse que la forme de cet échange est celui d’un épisode narratif complet, comprenant le moment de la manipulation, puis les trois moments de l’acquisition de la compétence par celle d’une connaissance, de la performance et de la sanction. La complication de l’action est redoublée par le fait que les deux personnages en présence cherchent chacun à atteindre, de manière légitime, un objectif particulier ; mais l’un ne peut obtenir totalement satisfaction sans que cela soit au détriment de l’autre.

6Le récit consiste en un dialogue. Il est donc également soumis aux règles de construction d’un dialogue, lesquelles relèvent de deux niveaux. À un premier niveau, nous devons tenir compte des paramètres socioculturels des échanges verbaux. Les individus engagés dans un échange ont un statut qui varie selon les contextes historiques et sociaux. Ce statut les autorise ou les oblige à des comportements codés. En présence d’un personnage de rang royal, Ulysse, à qui on offre l’hospitalité, est soumis à la règle de la vérité ; il ne l’est pas, en revanche, en présence d’un esclave. Ainsi peut-il sans précaution s’inventer une histoire devant le porcher Eumée ; il peut taire les informations d’usage délicat devant le roi Alkinoos (son nom, par exemple), mais il ne peut lui mentir. Il confère à Pénélope statut royal : l’obligation de ne pas lui mentir implique qu’il demande l’autorisation de travestir les faits (telle sera la fonction du premier moment du dialogue).

7Car le comportement des partenaires d’un acte de communication verbale est également déterminé par les paramètres de l’énonciation et les règles de ce niveau. Chacun, dans le contexte d’une conversation, y est potentiellement émetteur et destinataire du message. Chacun est soumis à la règle de la pertinence (« je réponds à la question posée », par exemple) et à un contrat implicite de confiance. Enfin chacun adopte une manière de communiquer requise dans telle situation de communication définie : une conversation n’est pas un interrogatoire. Toutes ces règles peuvent être admises implicitement ; elles peuvent faire l’objet d’une stratégie initiale (d’une manipulation) qui permettra à chacun des partenaires de faire connaître à l’autre comment il se comportera dans l’échange.

8Dans l’analyse d’un tel type de discours, le recours à la notion d’acte de parole, mise en évidence par Austin (1970) est utile. Selon Austin, tout acte de parole comprend trois niveaux, l’acte locutoire, l’acte illocutoire et l’acte perlocutoire. L’acte perlocutoire concerne les fins poursuivies dans l’échange. En l’occurrence, la fin poursuivie par les deux interlocuteurs n’est pas la même : Ulysse cherche à obtenir une arme ; nous verrons que Pénélope, elle, qui connaît cette fin, en vise une autre avant de satisfaire à la demande du mendiant ; elle cherche à obtenir (telle est sa βoυλή) qu’il lui dise son nom. Pour parvenir à ses fins, elle usera de ruse s’il le faut. Au mendiant-Ulysse de ne pas laisser échapper ce qu’il ne veut pas dire.

  • 6 On trouvera une présentation succincte des notions ici utilisées dans Ducrot, Todorov 1972, sous la (...)

9Pour l’interprétation des propos échangés, ce qui importe, c’est la distinction entre acte locutoire et acte illocutoire. Constamment, dans les propos, nous aurons à distinguer entre ces deux niveaux. Prenons l’exemple du premier échange, qui ne sera pas examiné ici, dans lequel le mendiant se donne une identité crétoise. Le niveau du « locutoire » est celui de la matérialité de la langue et des notions véhiculées (« Je m’appelle Aithon, frère d’Idoménée, fils de Deucalion, fils de Minos, etc. J’ai rencontré Ulysse il y a vingt ans »). Si nous considérons qu’à ce niveau correspond un acte illocutoire (l’accomplissement d’une action discursive et non simplement une dépense verbale) qui serait une information (le mendiant donne à Pénélope des informations sur son identité), nous ne pouvons pas comprendre ce qui se passe. L’acte illocutoire apparemment consiste à décrire une identité et à donner une information (« J’ai rencontré Ulysse »), en vérité, il est une énigme soumise à la perspicacité de la destinataire du message. La destinataire comprend le message si elle l’entend comme une énigme (et non comme un mensonge). Elle ne pourra entendre son contenu illocutoire que si elle adapte son écoute à l’acte d’une parole énigmatique6.

10Il est temps de nous mettre à l’écoute des rôles entrecroisés de la reine et du mendiant, de Pénélope et d’Ulysse.

Vers 51 sq. : définition de la situation d’énonciation

11Le mendiant est seul dans le megaron avec Pénélope et les servantes. Insultes de Mélantho qui tente de l’expulser. Il la met en garde devant les revers de fortune. Pénélope rabroue la servante en lui rappelant qu’elle avait elle-même souhaité s’entretenir avec le mendiant. Suit l’introduction du dialogue entre la maîtresse de maison, la nuit, dans la grande salle, le megaron, où le maître de maison accueille ses hôtes.

12Les insultes de Mélantho motivent l’intervention de Pénélope, ce qui permet à l’aède de définir son propos narratif : son récit consistera en un échange, dont il nous reste à découvrir l’objet ou les objets, entre l’épouse du maître du logis, absent depuis vingt ans, et un mendiant récemment apparu à Ithaque. Pénélope a un statut qui lui permet de prendre un mendiant pour interlocuteur (elle joue un rôle analogue à celui d’un roi). Étant donné la position sociale des deux personnages, il est implicite que la reine conduira l’échange et le ponctuera. Nous verrons de quelle façon le mendiant réussira à contourner sa subordination dans la relation.

13Vers 96 : Pénélope demande à Eurynomé d’avancer un siège pour le mendiant. Elle-même est assise ; l’échange aura le style d’une conversation ; il n’aura pas la forme d’un interrogatoire auquel un souverain soumettrait un subordonné. Le siège n’est pas un ornement ; il est important pour définir le rôle des interlocuteurs et le statut de l’échange : « la parole du mendiant » vaut la « parole de la reine ». Le statut social des deux interlocuteurs les oppose ; en revanche, ils sont égaux du point de vue de l’énonciation. Le fait que la reine invite le mendiant à s’asseoir montre clairement qu’elle ne le traite pas comme un mendiant, qu’il est donc pour elle un personnage problématique. Elle lui signifie (et l’aède le signifie à son auditoire) : « Je vais conduire avec toi un entretien comme le ferait une femme…, avec son époux, par exemple ». Le lieu et le moment d’énonciation comportent la même signification : il fait nuit ; les deux personnages sont assis près du feu, dans le megaron ; non loin d’eux s’affairent les servantes. Il n’est pas impossible que Pénélope ait adopté cette disposition pour mettre en confiance son interlocuteur et l’induire à « être » le rôle (sa position est analogue à celle d’un mari) qu’elle lui fait jouer. La mise en place de la situation d’énonciation dénote déjà, de la part de la reine, une stratégie et une idée de derrière la tête (ce que j’appelle une visée).

14Je n’indiquerai ici que les résultats des deux premiers moments du dialogue : le mendiant a d’abord laissé entendre à Pénélope qu’il ne pouvait pas lui parler ouvertement ; il a obtenu l’autorisation de parler par énigme ; par le récit de la ruse du φᾶρoς, Pénélope l’invite à « dévider le fil » d’une ruse nouvelle (le premier moment est celui de la manipulation, par laquelle les deux personnages se sont expliqué les règles de leur entretien). L’épisode suivant, le récit « crétois » est un ανoς, une « énigme », sous laquelle le mendiant fait entendre à la reine la fin de ses épreuves et le retour de son mari. Il lui offre, en outre, le « fil » qui lui permettra de poursuivre le tissage de l’échange ; sous le nom d’un Crétois de sang royal, Aithon, il suggère qu’il a rencontré Ulysse vingt ans plus tôt.

Troisième moment : Ulysse se fait reconnaître

ἠ δ’ ἐπεὶ oὖν τάρφθη πoλυδακρύτoιo γόoιo,
ἐξαῦτίς µιν ἔπεσσιν ἀµειβoµένη πρoσέειπε
«νῦν µὲν δή σευ ξεĩνέ γ' ὀΐω πειρήσεσθαι…»

  • 7 Vers 228 : ἐν πρoτέρoισ πόδεσσι κύων ἔχε πoικίλoν ἑλλόν… « Un chien tenait entre ses pattes de deva (...)
  • 8 Tῆ δ’ ἔτι µãλλoν ὑφ’ ἳµερoν ὦρσε γόoιo,σήµατ’ ἀναγνoύση, τά oἱ ἔµπεδα πέφραδ’ ’Oδυσσεύς. Grossardt (...)

15Ce que le mendiant vient de raconter permet à Pénélope de poursuivre son interrogatoire (216-219) : « Maintenant, justement, étranger, je me propose de t’éprouver… » (on pourrait traduire πειρήσαθαι, « de percer à jour » ton identité). Quels vêtements Ulysse portait-il lorsque lui, Aithon, lui a offert l’hospitalité vingt ans plus tôt ? (On notera que la seconde question de Pénélope, comme celle d’Arété au chant VII, porte sur les vêtements.) Son interlocuteur lui décrit (221-248) notamment l’agrafe qui fermait la χλαĩνα διπλῆ de pourpre qu’il portait : elle était ornée du motif d’un chien (ou d’une chienne) tenant entre ses pattes un faon7. Ulysse donne ensuite le nom du héraut qui l’accompagnait et indique quelques traits caractéristiques de son aspect physique (il s’appelait Eurybate ; il avait les épaules voûtées, la peau basanée, les cheveux crépus). La description provoque (249-252) de nouveaux pleurs8, puis Pénélope poursuit (253-4) :

νῦν µὲν δή µoι, ξεĩνε,πάρoς περ ἐὼν ἐλεεινός,
ἐν µγάρoιν ἐµoĩσι φίλoς τ’ἔση αἰδoĩός τε.

16« Maintenant, justement, étranger, alors que, jusqu’alors, tu m’étais pitoyable, tu me seras, dans ma demeure, un φίλoς (allié, ami, membre de ma parentèle) digne de respect ». Il vient de lui décrire une agrafe et des vêtements qu’elle avait donnés à son mari elle-même au moment de son départ. Par la précision des détails, Ulysse paraît en effet avoir tout fait pour inspirer la confiance de son interlocutrice, pour qu’elle accorde crédit à ce qu’il lui dit, pour authentifier sa parole, afin qu’elle le tienne pour un « allié vénérable ».

17Quelque chose toutefois nous invite à examiner de plus près le statut de la reconnaissance qui a eu lieu. Pénélope n’a-t-elle reconnu que des signes qui assurent que le mendiant ne ment pas quand il dit avoir rencontré Ulysse vingt ans plus tôt, ou bien ces signes lui ont-ils fait reconnaître l’identité de celui qui parle ? Il semble que le mendiant en dise trop, en fasse trop, qu’il lui faille absolument attirer l’attention de son interlocutrice sur sa fiabilité. Il a pris la précaution de suggérer que les vêtements que portait Ulysse au moment où il l’a rencontré à Cnossos n’étaient peut-être pas de ceux qu’il avait emportés avec lui au départ d’Ithaque. Il expose l’hypothèse que ces vêtements avaient pu lui être donnés sur son parcours entre Ithaque et Cnossos, sur son navire, par un de ses compagnons (236-238). Supposons un clin d’œil de l’aède rappelant à l’auditeur, d’une autre façon, la situation des chants VI et VII (Ulysse porte des vêtements qui ne sont pas les siens). Or en procédant ainsi, l’aède rappelle que la bizarrerie de l’accoutrement de l’étranger avait détourné Arété puis Alkinoos de lui demander explicitement son nom. Le but recherché par Ulysse, dans la situation présente, ne serait-il pas le même, détourner Pénélope de la préoccupation de son nom, car ce qu’il vient de lui dire suffit à la convaincre de l’identité de l’homme qui lui parle ? En vérité, le mendiant, dans sa réponse, ne proteste pas seulement devant la reine de sa véracité et ce niveau-là n’est pas l’élément essentiel de son « acte de parole ».

  • 9 Od., XIX, 233 : quelle est la fonction de la comparaison de la tunique à « la tunique ( !) d’un oig (...)
  • 10 Sheila Murnaghan attire notre attention sur l’usage d’une formule, Od. XIX, 250 (σήµατἀναγνoύση, (...)

18Aux yeux de Pénélope, seul Ulysse peut connaître avec une telle précision les vêtements qu’il avait emportés avec lui, qu’il ne portait pas au moment de son départ d’Ithaque, mais dont il savait qu’ils étaient une attention spéciale de son épouse à son égard ; ils avaient justement la fonction de signe de reconnaissance de son identité. Car, dit Pénélope, τάδε ϝέµµατ’ἐγὼ πόρoν, oἷ’ἀγoρεύεις, / πτύξασ’ ἐκ θαλάµoυ, περόνη τ’ἐπέθηκα... (255-6) : « ces vêtements, tels que tu en parles, je les lui ai fournis moi-même ; je les ai pris dans la chambre nuptiale, les ai pliés et j’ai déposé sur eux l’agrafe… ». Pénélope a retiré les objets décrits pour les déposer dans un coffre, plaçant sur le manteau l’agrafe, et non pour en revêtir Ulysse au moment de partir. Pour la navigation, le manteau de pourpre aussi bien que la longue tunique9 étaient incongrus. Et il est probable qu’elle lui a donné l’agrafe, dont la représentation est en elle-même la figuration d’un symbole (un chien/une chienne « tient » entre ses pattes « une proie » qui tente encore de s’échapper), en tant qu’objet symbolique, comme signe de reconnaissance. C’est donc, de manière délibérée, un signe de reconnaissance qu’Ulysse a délivré à son épouse puisqu’il l’a choisi parmi l’ensemble des objets qu’il avait emportés avec lui. En expliquant au couple royal de Phéacie comment il était apparu à leurs yeux dans des vêtements d’emprunt, Ulysse leur avait fait connaître son identité sans se nommer ; nous assistons à la même opération dans la scène présente : Ulysse se fait reconnaître de Pénélope sans se nommer10.

  • 11 En formulant son hypothèse (« Je vais te décrire des vêtements que, peut-être, tu ne connais pas ») (...)
  • 12 L’aède demande à l’auditoire les mêmes opérations intellectuelles que celles que réclament l’un de (...)
  • 13 L’existence de présupposés, dans un échange, a été mise en évidence par Ducrot. Dans un échange, il (...)

19Puisque le mendiant décrit à Pénélope des vêtements qu’Ulysse ne portait pas au moment où il l’a quittée, mais dont il connaît la valeur symbolique de reconnaissance, il nous faut examiner plus précisément la force illocutoire11 de l’hypothèse qu’il formule (ces vêtements ont peut-être été donnés par un compagnon de voyage). Pour notre examen, il est important de tenir compte de ce qui est donné comme un fait, bien que la formulation n’en soit pas explicite12 : Ulysse, lorsqu’il a quitté Pénélope, ne portait ni le manteau de pourpre, ni la tunique, ni la broche qu’il a décrits. Substituons-nous à Pénélope pour examiner de quelle façon elle est invitée à entendre ce que lui dit le mendiant en fonction de la règle « conversationnelle » qui a été définie et acceptée avant que de commencer l’échange proprement dit. Le « mendiant » l’en a avertie, il lui répondra à mots couverts. Pénélope a accepté la règle. Elle sait que le nom crétois que le mendiant s’est donné n’est qu’un prête-nom. Un détail du récit nous découvre à nous auditeurs que Pénélope sait que son mari, au moment de son départ, ne portait ni le manteau, ni la tunique, ni la broche qui lui sont décrits. Si « Aithon », le personnage fictif qui sert de masque à Ulysse, était bien Aithon, il n’y aurait pas de difficulté à cela : il serait vraisemblable qu’après une tempête, Ulysse ait mis des vêtements d’apparat avant de se rendre dans le palais du roi de Cnossos pour y rencontrer Idoménée. Or « Aithon » fait comprendre à son interlocutrice qu’il sait que les vêtements qu’il décrit peuvent ne pas être ceux qu’Ulysse portait au moment de son départ, en forçant l’hypothèse : Pénélope ne les connaît peut-être pas. Si « Aithon » était véritablement un prince crétois, frère d’Idoménée, ayant véritablement rencontré vingt ans plus tôt Ulysse, il n’avait pas besoin de suggérer l’hypothèse qu’il formule avant que Pénélope ne lui dise : « Oui, c’étaient bien là des vêtements d’Ulysse, qu’il ne portait pas au moment de son départ. Mais il est naturel qu’il se soit recouvert d’un manteau de pourpre pour se rendre dans le palais d’un roi ». Si « Aithon » était un prince crétois, mais qu’il n’eût jamais rencontré Ulysse, il ne se serait pas mis lui-même dans le piège en disant spontanément qu’il avait rencontré Ulysse vingt ans plus tôt. Or le « mendiant » a invité Pénélope à lui poser une question à laquelle il était capable de donner une réponse détaillée. L’hypothèse du « mendiant » n’a donc pas fonction d’une précaution pour parer au reproche qui pourrait lui être fait, de mentir. Elle est formulée à l’adresse de Pénélope pour rendre explicite le fait que son interlocuteur connaît quelque chose qui, pour elle, est un présupposé13 de la conversation actuelle et qui, en tant que présupposé, ne peut être connu que d’elle et d’Ulysse. Le « mendiant » ne peut laisser entendre qu’il partage un tel présupposé que parce qu’il est Ulysse. En explicitant le présupposé, il déclare son identité. Il a non seulement donné un signe de reconnaissance de son identité, il s’est authentifié comme source en première personne de l’information qu’il a donnée. Les signes de reconnaissance délivrés sont signes de reconnaissance de celui qui parle.

20Seul Ulysse peut savoir qu’en réalité il ne portait pas le vêtement décrit en partant d’Ithaque et, sous le masque du mendiant, faire savoir indirectement qu’il le savait. Car l’hypothèse formulée ne pouvait l’être que du point de vue de quelqu’un qui savait ce que son interlocutrice savait. L’agrafe qu’il a décrite vaut comme signe de reconnaissance, non de l’Ulysse parti il y a vingt ans, mais d’Ulysse déguisé, sous les yeux de son épouse fixant d’un regard médusé (λάων) un πoικίλoν ἑλλόν, qu’elle étreint sans l’étreindre (ἀπ-άγχων). « Tu me demandes quel vêtement Ulysse portait, il y a vingt ans ? Je fais mieux : je te donne deux signes de reconnaissance de mon identité », un symbole et, en l’occurrence, ce que nous pouvons vraiment appeler « un acte de parole » qui signifie : « Je parle en tant qu’Ulysse ». Nous verrons qu’il ajoutera bientôt : « Mais que cela te dispense de m’en demander un troisième, de me demander mon nom ! ». Telle est la force illocutoire de sa description et de l’acte de parole qui l’accompagne.

  • 14 « Kαὶ oἱ ἐγὼ χάλκειoν ἄoρ … δῶκα » (vers 241). Pénélope avait posé sur son manteau une περόνην dont (...)
  • 15 Marquardt 1985, p. 41, affirme que le concours de l’arc a été suggéré dans l’échange présent (elle (...)

21Le mendiant ajoute une précision : avant le départ d’Ulysse pour Troie, « je lui ai donné une épée de bronze, un beau manteau de pourpre double et une tunique qui tombe jusqu’aux pieds ». Il lui a donc donné ce que Pénélope, à son départ d’Ithaque, lui avait donné (manteau de pourpre et tunique), mais, en lieu et place d’une agrafe, une arme. Or ce don est une fiction puisque le donateur lui-même, sous son nom d’emprunt, est également une fiction. Ce que dit le mendiant n’a aucune valeur positive sur le plan de l’information. En tant qu’acte de parole, sur le plan illocutoire, ce n’est pas une information : à Pénélope, et à l’auditeur ou lecteur, de se poser la question du sens d’une affirmation apparemment ornementale. Avec le mendiant, l’aède ferait-il du remplissage ? Étant donné la forme du contenu de la fausse information (« J’ai donné deux objets exactement identiques à ceux que tu as donnés, mais le troisième, au lieu d’être un ornement, était une arme »), l’acte de parole, gratuit, si nous le prenons pour une information, a la valeur illocutoire d’une demande ; il est une invitation à substituer, à un autre, un objet qui appartient au même ensemble (des objets qui sont « attachés » ou « suspendus » au corps)14. Indirectement, le « mendiant » fait entendre à son interlocutrice : « Il te reste à me donner ce que tu ne m’as pas encore donné et qui me manque, une arme »15. La demande implicite se traduit de ce que Pénélope sait : « Aithon », c’est en vérité Ulysse, qui attire mon attention sur ce que je ne lui ai pas encore donné.

22Le mendiant achève sa réponse en évoquant le héraut d’Ulysse (XIX, 245-248) :

[…] καὶ τόν τoι µυθήσoµαι, oἷoς ἔην περ.
γυρòς ἐν ὤµoισιν, µελανόχρooς, oὐλoκάρηνoς,
Eὐρυβάτης δ’ ὄνoµ’ἔσκε .τιε δέ µιν ἔξoχov ἄλλων
ὧν ἑτάρω ’Oδυσεύς,ὅτι oὶ φρεσὶν ἄρτια ἤιδη.

[…] Je me dispose à te le décrire tel justement qu’il était. Il avait les épaules voûtées, il était noir de peau et avait les cheveux frisés (crépus ?). On l’appelait Eurybate. Ulysse l’honorait plus que ses autres compagnons car il lui faisait connaître des pensées réfléchies, accordées à ses propres pensées.

  • 16 Voir le commentaire de Russo 1992, p. 90. Ce dernier remarque que l’association µελανόχρooς et oὐλo (...)
  • 17 Pour l’hypothèse que le premier membre du composé Eὐρ- / (-βὰτης/ -κλεια) est la racine verbale *ew (...)

23Le vers qui introduit la description (245) en est un commentaire qui énonce quelque chose sur la vérité de ce qui va être dit : « Je ne te cacherai rien ; je te parlerai conformément à ce que j’ai en tête (µυθήσoµαι) et je te le dirai tel qu’il était (oἷoς ἔην περ) ». Il est donc certain que la description d’Eurybate est un portrait fidèle, qui ajoute une autre preuve de la véracité de celui qui parle ; sous les trois traits physiques qui le distinguent, Pénélope peut en effet « reconnaître » le héraut. Il est tout aussi certain que nous, auditeurs ou lecteurs, nous serions fort naïfs de nous laisser prendre au piège du langage réaliste de la description16 et d’en conclure qu’il a en effet existé un héraut d’Ulysse dont l’épopée nous a transmis le portrait. Étant donné ses traits physiques, le héraut Eurybate pourrait fort bien être surnommé Aἴθων ! La description renvoie à celle d’Ulysse dont Athéna transforme l’apparence (XIII, 430 sq.) : la déesse κάρψε oἱ χρόα (430) « lui noircit la peau », ἐκ κεφαλῆς ὄλεσε τρίχας (« lui fit perdre/lui fit tomber les cheveux »). L’écriture de l’adjectif oὐλoκάρηνoς peut valoir pour ὀλϝoκάρηνoς, formé sur ὀλϝ- au sens de « intègre », « entier » (par antiphrase ironique, le composé « crâne entier » désignerait un crâne auquel manquent les cheveux) ou bien au sens de « qui a perdu » (les cheveux). L’adjectif composé, que Nonnos utilisera au sens de crépu, est un hapax dans l’épopée archaïque ; le rapprochement avec la formule du chant XIII donne le sentiment d’un renvoi délibéré de l’aède à ce moment de son récit par la création d’un adjectif dérivant du syntagme «ἐκ κεφαλῆς ὄλεσε τρίχας». En décrivant Eurybate, en usant d’un terme descriptif de sens équivoque, Ulysse dirige l’attention de Pénélope sur le mendiant qu’elle a sous les yeux. Il ne lui est pas interdit de donner le nom de son héraut et, dans le même contexte, de proférer, non sans ironie, le nom ’Oδυσσεύς, cela d’autant moins que le nom du héraut justifie son refus de se nommer. Mettons en rapport Eurybate avec le nom de la vieille femme qui va bientôt sortir de l’ombre : tous deux comportent un même élément de composition, εὐρυ-; -κλεια est formé sur un verbe qui évoque, par métonymie, l’idée de parler, qu’exprime proprement la racine βα- (βα-ζ-;βα-σκ-). « Eurybate » peut s’entendre, par paronomase au moins, comme « celui qui se garde de dire17 » son nom, mais ne peut que le faire « entendre ». Non moins qu’Ulysse, qui l’appréciait fort pour cela, il gardait la maîtrise de soi et savait donc se taire.

24Qu’a répondu le mendiant à la demande de Pénélope ? Dans l’ordre de ses trois réponses : voici deux signes de reconnaissance de mon identité (un vêtement et une broche, d’un côté, un présupposé conversationnel qui signe l’identité du locuteur, de l’autre) ; donne-moi une arme, mais ne me demande pas mon nom : je me garderai de le dire.

25Au moment de reconnaître au mendiant, « par métonymie », le statut qui est le sien (il lui est φίλoς αἰδoĩoς, au même titre qu’un mari), Pénélope, qui ne peut plus douter qu’elle a affaire à Ulysse, tant la réponse qu’il vient de lui donner est claire, ajoute, comme pour se justifier de ne pas entrer en matière : «Tòν δ’ oὐχ ὑπoδέξoµαι αὖτις/oἴκαδε νoστήσαντα φίλην ἐς πατρίδα γαĩαν» (257-8). « Je ne l’accueillerai pas à nouveau, de retour dans sa patrie. Ainsi, c’est par un mauvais sort (« un mauvais choix ») qu’Ulysse, sur un navire creux, s’en est allé pour voir une vile Ilion, innommable » (259-260). Elle ne peut donc donner une arme à un homme entretenant la fiction du voyageur parti au loin.

  • 18 Si l’aède avait voulu éviter toute ambiguïté dans le propos de la reine, il lui était aisé de formu (...)
  • 19 Sauf ignorance de ma part, aucun interprète ne relève l’ambiguïté, dans ce contexte, des larmes de (...)

26Je me permets d’attirer l’attention sur l’ambiguïté de la réponse de Pénélope : s’il est vrai qu’elle n’accueillera pas « à nouveau », « une autre fois » Ulysse « revenu chez lui », c’est qu’elle l’a déjà accueilli « une fois » et qu’il est déjà là. L’ambiguïté se décèle dans l’emploi de αὖτις (voir, par exemple, σχέτλιoς, ὅς ῥ’ ἔριν ὦρσε κακήν ἔπι δεύτερoν αὖτις, Od. III, 161). Réaliser quelque chose αὖτις implique qu’on l’a déjà réalisé « une fois18 ». L’ensemble de la réponse est ambiguë : Ulysse, κακῆ αἴαη, « par une mauvaise part », « un mauvais choix », κoίλης ἐπὶ νηός, « sur un navire creux », soit « vide », ᾤχετo, « est parti en voyage », ἐπoψόµενoς, « pour voir », et non pour atteindre, pour savoir à quoi peut bien ressembler Kακoϝίλιoν, « une Ilion, produit de la ruse » oὐκ ὀνoµαστήν, tout simplement « innommable », parce qu’elle n’existe pas (voir 259-260). C’est entendu, dit Pénélope, indubitablement tu es Ulysse, mais moi, les signes de reconnaissance (les substituts symboliques de ton nom) ne me suffisent pas, je veux que tu te déclares en donnant ton nom. Or tu es à nouveau en train de te transporter ailleurs vers je ne sais quelle Ilion-des-Ruses19.

Un serment ne constitue pas une preuve suffisante

  • 20 C’est l’aède, cette fois, qui traite son personnage avec ironie : en présence de Pénélope, Ulysse s (...)

27L’apparent scepticisme et les pleurs de Pénélope invitent le mendiant à répondre (261-307) : ne consume pas ta beauté dans les pleurs (l’ironie dans le propos des vers 262-267 n’est pas exclue). Ulysse est proche ; j’ai entendu du roi des Thesprotes ce qu’il lui a raconté : la perte de ses compagnons (après son passage par l’île du Soleil) ; une tempête suscitée par Zeus a fait périr son équipage ; Ulysse s’est attaché à la quille de son navire ; il a pu accoster sur la terre des Phéaciens qui l’ont richement doté20. Il a été accueilli par le roi des Thesprotes qu’il a quitté pour aller consulter l’oracle de Dodone et savoir s’il devait revenir à Ithaque « ouvertement ou en cachette » (299). Ainsi Ulysse est sain et sauf, il est tout près des siens, il n’en sera pas éloigné longtemps. Le mendiant est disposé à le jurer (303-307) :

ἴστω νῦν Zεὺς πρῶτα,θεῶν ὓπατoς καὶ ἄριστoς,
ἱστίη τ’ ’Oδυσῆoς ἀµύµoνoς,ἣν ἀφικάνω.
ἦ µέν τoι τάδε πάντα τελείεται ὡς ἀγoρεύω
τoῦδ’ αὐτoῦ λυκἀβαντoς ἐλεύσεται ἐνθάδ’ ’Oδυσσεύς
τoῦ µὺν φθίνoντoς µηνός, τoῦ δ’ ἱσταµένoιo.

Que désormais, en tout premier lieu, Zeus, le plus haut et le meilleur des dieux, et le foyer d’Ulysse l’inflexible, jusqu’où je suis parvenu, le rendent visible ; certes tout cela s’achèvera comme je le dis : ce jour même de Lykabas qui vient, Ulysse parviendra jusqu’ici, ce jour entre décroissance et croissance de la lune.

  • 21 Certes, il est possible de comprendre : « Ici même par une nuit sans lune » ou « cette année même » (...)
  • 22 Pour cette traduction de la formule Ἴστω Zεύς, on voudra bien me permettre de renvoyer aux ouvrages (...)

28Le mendiant en prête donc le serment, il arrivera τoῦδ’ αὐτoῦλυκάβαντoς « ce jour même de lukabas21 ». Une telle précision ne démasque-t-elle pas une autre fois celui qui parle ? Comment le mendiant peut-il si bien connaître les intentions d’Ulysse ? Représentons-nous bien ce que signifie un serment que l’on prête. Ulysse, puisqu’il s’agit de lui, ne prend pas seulement Zeus comme témoin de ce qu’il dit ; il ne pourrait faire d’ailleurs du « foyer » son µάρτυς, son témoin « auditif » ; il invoque des puissances capables de « rendre visible22 » la pertinence de ce qu’il dit ; il les invoque dans ce sens dès le moment où il prête serment. Le mendiant affirme que τoῦδ’ αὑτoῦ λυκάβαντoς ἐλεύσεται ἐλεύσεται ἐνθάδ’ ’Oδυσσεύς, « ce jour qui vient de lukabas Ulysse parviendra au terme de son parcours » en ce lieu, près de son foyer. Il ne lui est pas difficile de l’affirmer, puisqu’il y est déjà parvenu. Il laisse toutefois entendre, par son serment, que la fin de son parcours coïncidera avec le moment où il se démasquera sans ambiguïté. Il place son déguisement sous l’autorité de Zeus (il est allé consulter l’oracle de Dodone, pour savoir s’il devait revenir ouvertement ou en cachette. Or Ulysse est là, sous les yeux de Pénélope, déguisé). Il fait donc comprendre à Pénélope qu’il est inutile qu’elle lui en demande plus. En revanche, si elle veut l’aider dans la réalisation de son serment, il lui reste à trouver un détour qui lui permettra de se démasquer. Il renouvelle donc sa demande d’une arme, en faisant de Zeus le garant de sa cause et de la stratégie qu’il a adoptée pour conduire à leur terme ses desseins. En prêtant serment, il ne prend pas seulement Zeus pour garant de ce qu’il énonce : il soumet Pénélope à la contrainte du don des armes.

29C’est au tour de Pénélope de faire comme si elle pouvait hésiter encore entre deux possibilités : le mendiant est Ulysse déguisé ou bien le mendiant est en rapport avec Ulysse, qui se cache encore sur l’île et qui s’approche « à pas de loup ». Ils sont arrivés ensemble ; Ulysse l’a dépêché pour semer le trouble parmi les Prétendants et pour remplir une mission : sonder son état d’esprit, éventuellement la persuader de favoriser le retour de son mari. Tout à l’heure, deux représentations coïncidaient étroitement entre elles (une description et un souvenir), ce sont maintenant deux corps qui sont tout près de coïncider (le mendiant et Ulysse). Pénélope ne renonce pas à obtenir immédiatement le trait qui les unira (le nom). La caution divine invoquée ne lui suffit pas. Ce sera les armes avec le nom !

30Elle répond : « Ah ! Si seulement ce que tu dis était accompli ! »

ἀλλά µoι ὧδ’ ἀνὰ θυµòν ὀΐεται, ὡς ἔσεταί περ.
oὔτ’ ’Oδυσεὺς ἔτι oἶκoν ἐλεύσεται, oὔτε σὺ πoµπῆς
τεύξη, ἐπεὶ oὐ τoĩoι σηµάντoρές εἰσ’ ἐνὶ oἴκῳ,
oἷoς ’Oδυσσεὺς ἔσκε µετ’ ἀνδράσιν, εἴ πoτ’ ἔην γε,
ξείνoυς αἰδoίoυς ἀπoπεµεν ἠδὲ δέχεσθαι

[…] mais je conjecture en mon cœur les choses telles qu’elles seront. Ni Ulysse ne reviendra plus chez lui, ni toi tu n’obtiendras un cortège pour t’accompagner, car il n’y a pas en la demeure de gens capables de diriger la manœuvre tels que l’était Ulysse parmi les marins – si jamais il (l’) était, du moins – pour raccompagner les hôtes vénérables et les accueillir (312-16).

31Le langage de Pénélope est encore une fois à double entente : « Ulysse n’arrivera plus chez lui », soit qu’il n’y parvienne plus jamais, soit qu’il y soit déjà (il n’y arrivera pas « encore plus » qu’il n’y est). Le mendiant ne bénéficiera pas de l’aide d’un maître d’équipage (σηµάντωρ, de celui qui donne le signal de la manœuvre) pour quitter l’île, car il n’y a personne, à demeure, tel qu’Ulysse l’était au milieu des marins, εἴ πoτ’ ἔηνγε. Soit nous interprétons cette dernière proposition comme une construction absolue. Dans ce cas, Pénélope s’exclamerait : « Si jamais il fut, du moins », si jamais il a existé. Sa disparition lointaine, dans le temps et dans l’espace, fait de lui un être dont on peut se demander s’il a jamais existé. Les efforts qu’il accomplit pour feindre son absence ne font qu’ajouter à son irréalité ! Soit nous considérons que ἔην doit être complété par une suite, qui ne peut être que σηµάντωρ. Dans ce cas la proposition signifie : « Si, du moins, σηµάντωρ, il l’était ! » Or j’ai là, à côté de moi, pense Pénélope, un σηµάντωρ, « un maître des signes » en même temps qu’un « donneur d’ordre » capable de se dérober à toute prise, au point de se rendre irréel.

32Ulysse s’est fait reconnaître. Pénélope, toutefois, en veut un signe certain : il faut qu’elle en ait le cœur net. Il lui vient à l’esprit de le soumettre à une nouvelle épreuve. Une vieille femme est là, qui l’identifiera à un autre signe de reconnaissance. Le détour, cela est bien connu, conduira Pénélope à un nouvel échec dans son entreprise, tandis qu’Ulysse obtiendra l’arme dont il avait besoin.

Bibliographie

Éditions de l’Odyssée :

Homerus. Odyssea, tome II, recensuit Arthurus Ludwich, Leipzig, 1891.

L’Odyssée. « Poésie homérique », tome III, chants XVI-XXIV, texte établi et traduit par Victor Bérard, Paris, 1924.

Homeri Odyssea, recognovit Peter von der Mühll, Bâle, 1945.

Homer Odyssey, Books XIX and XX, edited by Richard Rutherford, Cambridge, 1992.

Études : sont donnés en référence tous les ouvrages ou articles que j’ai utilisés pour l’étude de l’ensemble du chant XIX

Amory 1963 : Anne Amory, «The Reunion of Odysseus and Penelope», dans Charles Taylor (éd.), Essays on the Odyssey, Bloomington, 1963, p. 100-136.

Austin 1970 : John Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, 1970.

Austin 1975 : Norman Austin, Archery at the Dark of the Moon: Poetic Problems in Homer’s Odyssey, Berkeley – Los Angeles, 1975.

Chantraine 1979 : Pierre Chantraine, La formation des noms en grec anciens, Paris, 1979.

— Grammaire homérique. Tome II, Syntaxe, Paris, 1963, citée GHII.

Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, Paris, 1999.

De Jong 2000 : Irène de Jong, A Narratological Commentary on the Odyssey, 2000.

Ducrot, Todorov 1972 : Oswald Ducrot, Tzvetan Todorov, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, 1972.

Emlyn-Jones 1984 : Chris Emlyn-Jones, «The Reunion of Penelope and Odysseus», Greece and Rome 31, 1984, p. 1-18.

Grossardt 1998 : Peter Grossardt, Die Trugreden in der Odyssee und ihre Rezeption in der antiken Literatur, Bern, 1998.

Fenik 1974 : Bernard Fenik, Studies in the Odyssey, Hermes Einzelschriften, XXX, Wiesbaden, 1974.

Harsch 1950 : P. W. Harsch, «Penelope and Odyssey in Odyssey XIX», American Journal of Philology 71, 1950, p. 1-21.

Hölscher 1988 : Uvo Hölscher, Die Odyssee. Epos zwischen Märchen und Roman, 1988.

Karakantza 1997 : E. D. Karakantza, «“Odysseia” or “Penelopeia”? An assessment of Penelope’s Character and Position in the “Odyssey”», Métis XII, 1997, p. 161-179.

Katz 1991 : Marilyn Katz, Penelop’s Renown. Meaning and Indeterminacy in the Odyssey, Princeton, 1991.

Leumann 1950 : Manu Leumann, Homerische Wörter, Bâle, 1950.

Marquardt 1985 : P. A. Marquardt, «Penelope Πoλύτρoπoς»,

American Journal of Philology 106, 1985, p. 32-48.

Murnaghan 1987 : Sheila Murnaghan, Disguise and Recognition in the Odyssey, Princeton, 1987.

Propp 1965/1970 : Vladimir Propp, Morphologie du conte, traduction française, Paris, 1965/1970.

Russo 1982 : Joseph Russo, «Interview and Aftermath. Dream, Fantasy, and Intuition in Odyssey 19 and 20», American Journal of Philology 103, 1982, p. 4-18.

Russo, Fernandez-Galiano, Heubeck 1992 : Joseph Russo, Manuel Fernandez-Galiano, Alfred Heubeck, A Commentary on Homer’s Odyssey volume III, books XVII – XXIV, 1992.

Saïd 1998 : Suzanne Saïd, Homère et l’Odyssée, Paris, 1998.

Stewart 1976 : Douglas Stewart, The Disguised Guest : Rand, Role, and Identity in the Odyssey, Lewisburg, 1976.

Vester 1968 : Helmut Vester, « Das 19. Buch der Odyssee », Gymnasium 75, 1968, p. 417-434.

Vion 1992/2000 : Robert Vion, La communication verbale. Analyse des interactions, 1992/2000.

Winkler 1990 : John Winkler, The constraints of Desire, New York, 1990.

Notes

1 Saïd 1998, p. 194, présente le concours en ces termes : « Pénélope annonce alors (après le récit du rêve et son interprétation) brusquement, sans que rien ait préparé cette décision, qu’elle va proposer aux Prétendants une épreuve et épouser le vainqueur ». Si l’affirmation était juste, elle signifierait que c’est l’aède lui-même qui introduit dans son récit un moment important du dénouement sans l’avoir préparé. Russo 1992, p. 104, v. 572-581, considère que c’est là un des problèmes du chant 19 qui n’a pas reçu d’explication pleinement satisfaisante.

2 Harsh 1950, p. 1-21, est le premier à avoir exposé l’hypothèse que Pénélope a soupçonné la présence d’Ulysse sous le déguisement du mendiant ; à ma connaissance, il est l’un des rares critiques à l’avoir affirmé sans ambages. Il a été notamment suivi par Stewart 1976, p. 103 et par Winkler 1990, p. 145-156, lequel, toutefois, s’en tient à l’idée que Pénélope soupçonne que le mendiant est Ulysse, mais ne l’a pas clairement reconnu (si cela avait été le cas, explique-t-il, elle ne l’aurait pas soumis à une nouvelle épreuve après sa victoire sur les Prétendants, p. 155). Amory 1963, Austin 1975, p. 205-238, puis Murnaghan 1987, p. 47-49, considèrent que la reconnaissance se situe à un niveau subconscient, pensant ainsi préserver certaines contradictions du texte, notamment le fait que le début du chant 20, dans son état actuel, exclut l’idée que Pénélope ait reconnu son époux. Russo 1982, p. 4-18 ; également Russo 1992, p. 9-12, explique que Pénélope n’a pas reconnu son mari de manière subconsciente ; le mendiant suggère la présence d’Ulysse ou sa proximité ; la reine est induite, par des traits de ressemblance, à proposer l’épreuve de l’arc. Il oppose en elle activité réfléchie (à ce niveau, elle ne peut croire que son mari est encore vivant) et intuition en profondeur de la vérité. Dans son commentaire récent, Jong 2001, p. 455, nie que Pénélope ait reconnu son mari : « […] she keeps on denying that Odysseus will come home, even in the face of ever stronger indications that he will. Thus, although she feels attracted to “the stranger”, she never comes to identify him with Odysseus and at the end of their conversation announces her decision to organize a bowcontest to decide whom she will marry ».

3 En vérité, les lecteurs modernes ne se posent guère la question (voir toutefois Grossardt 1998, p. 143-168). Pour Suzanne Saïd 1998, par exemple, le chant 19 est une « parenthèse » (p. 191). Plaçons-nous du point de vue de l’aède : il accordera au concours de l’arc un rôle déterminant dans la résolution de l’action. Il a reconduit Ulysse en Ithaque, déguisé en mendiant. Comment lui sera-t-il possible de donner à son personnage le moyen de lutter contre les Prétendants, ses rivaux, pour les éliminer ? Il le fera de façon déguisée, par le moyen d’une rencontre entre le héros masqué et le seul personnage qui peut lui donner la seule arme efficace. Hölscher 1988, passim, a bien montré de quelle façon l’Odyssée emprunte sa construction narrative et, partiellement ses contenus, au conte (voir également Emlyn-Jones 1984, 1984, p. 6-7, pour l’épisode présent, le retour masqué du mari). Proop 1965/1970 intitule ainsi la fonction XXV du conte : « On propose au héros une tâche difficile » Il énimère quelques-unes de ces tâches : « Épreuve du feu : se laver dans une baignoire de fonte chauffée au rouge. Cette forme est toujours liée à la précédente (épreuve du manger et du boire : on se souvient que le mendiant a dû en combattre un autre pour gagner sa nourriture). Une forme à part : prendre un bain dans de l’eau bouillante. Épreuve des devinettes : poser une devinette insoluble, raconter, expliquer un rêve… Se cacher de manière à être introuvable… Épreuve de force, d’adresse, de courage… » (p. 74-75).

4 Harsh fonde son analyse sur le fait que Pénélope, dans l’ensemble du récit, est présentée comme une femme intelligente. Elle est notamment dite περίφρων : sa maîtrise de soi se fonde sur une observation attentive de tous les éléments de la situation (περί). Sa curiosité a été éveillée lorsque Eumée lui a fait l’éloge du mendiant et lui a expliqué ce qu’il prétendait savoir à propos d’Ulysse (Od. XVII, 513-527). Or, auparavant, le devin Théoclymène lui avait annoncé qu’Ulysse était à Ithaque (Od. XVII, 152-161). Pour ces éléments, voir Harsch 1950, p. 6. Par ailleurs, elle s’est déjà manifestée aux yeux du mendiant en présence des Prétendants, ses rivaux (Od. XVIII, 158-303). Son apparition ne pouvait avoir d’autre fonction que de soumettre l’étranger à une épreuve et de l’observer. Elle s’est alors montrée provocante dans sa tenue (autorisée en cela par Athéna) : la provocation ne relève pas d’un désir de séduire mais d’un calcul — voir, dans ce sens, Winkler 1990, p. 146-147, dans son attitude et dans ses paroles : indirectement, sous le mendiant elle visait son mari. Celui-ci n’a pas été dupe du comportement de Pénélope. Indifférence d’un étranger ou calme souverain d’Ulysse ? Telle est la question que pouvait se poser la reine.

5 Murnaghan 1987, notamment p. 47-55 pour le chant 19, montre comment le déguisement d’Ulysse est l’élément principal qui structure l’intrigue de l’Odyssée, et comment donc il existe dans le récit des séquences, organisées comme des scènes de reconnaissance, n’aboutissant pas à une véritable « recognition » d’Ulysse par Pénélope ; l’achèvement du processus est repoussé après la victoire sur les Prétendants. Je suggère que le report de la scène de reconnaissance entre les deux époux après l’élimination de tous les rivaux a une raison qui touche au contenu et non seulement à l’intrigue : la reconnaissance par Pénélope, puis celle de Laërte d’ailleurs, sont deux moments de transformation du sens du nom ’Oδυσσεύς et des valeurs dont il est porteur.

6 On trouvera une présentation succincte des notions ici utilisées dans Ducrot, Todorov 1972, sous la section intitulée « Action et langage », p. 423-431. Je pense qu’il est intéressant, dans l’étude des textes, d’utiliser les concepts développés par les linguistes qui se sont interrogés sur les paramètres de l’énonciation. J’ai puisé les méthodes d’analyse auprès de linguistes comme Benveniste, Greimas, Ducrot, Culioli, Austin et auprès d’analystes des composantes de la communication comme Watzlawick. Je me permets ici de rappeler ma dette envers deux linguistes « genevois », Eddy Roulet (pour l’analyse conversationnelle) et Jean-Paul Bronckart (pour l’analyse du texte dans sa globalité). Parce qu’elle n’intègre pas le niveau de l’énonciation, parce qu’elle en reste à un niveau de l’analyse « formelle », Mme Irene de Jong déploie une analyse « narratologique » qui ne lui permet malheureusement pas de dépasser la surface du texte. Pour une présentation synthétique de la complexité des interactions verbales, on pourra se reporter à l’ouvrage de Vion 2000.

7 Vers 228 : ἐν πρoτέρoισ πόδεσσι κύων ἔχε πoικίλoν ἑλλόν… « Un chien tenait entre ses pattes de devant un faon à la robe tachetée ». Le mot qui désigne le « faon » est un hapax dans la littérature ancienne. Dans le contexte, la rime interne πoικίλoν ἐλλόν entrelace étroitement le nom avec l’adjectif qui précède et qui, par métonymie, se dit de la ruse. Je n’exclus pas que dans la description de la broche soit réfléchie la relation entre les deux personnages engagés dans l’échange, qu’il y ait un effet de mise en abyme : il y a là quelqu’un qui tient un interlocuteur « rusé » et « naïf » à la fois. Pourquoi fallait-il que la χλαĩνα, le manteau qui recouvrait autrefois Ulysse soit διπλῆ ? La duplicité du vêtement n’est-elle pas une autre façon, de la part de l’aède, d’alerter l’esprit de l’auditeur sur la duplicité complexe de la situation représentée. Une reine, en apparence tout d’une pièce, interroge un homme dont l’auditeur sait qu’il a une double identité ; sous le travestissement du mendiant se cache Ulysse, le rusé. L’auditeur aurait tort de croire que la seule duplicité est celle du mendiant. Il ferait bien de prêter attention à la duplicité des pleurs et des propos de Pénélope, « l’oie-renarde ». Certes, les pleurs de Pénélope ne sont pas feints ; leur signification, en revanche, n’est pas univoque.

8 Tῆ δ’ ἔτι µãλλoν ὑφ’ ἳµερoν ὦρσε γόoιo,σήµατ’ ἀναγνoύση, τά oἱ ἔµπεδα πέφραδ’ ’Oδυσσεύς. Grossardt 1998, p. 159, note 574, remarque avec raison l’emploi de γόoς (« les lamentation funèbres »), mais en déduit hâtivement que Pénélope, après ce qu’elle vient d’entendre, croit son mari mort. L’aède associe les lamentations de Pénélope « aux signes indubitables qu’Ulysse lui a décrits ». Rien, dans la description ne laisse entendre qu’Ulysse pourrait être mort. Pénélope ne se lamente pas nécessairement parce qu’elle croit à la mort de son mari ; elle peut faire croire qu’elle le croit, pour provoquer une réaction de son interlocuteur : « Ne te lamente pas ! Ulysse n’est pas mort ! » Tel est bien le résultat qu’elle obtient, mais pas au point d’en être satisfaite. Rien ne nous interdit, en outre, de penser que les lamentations funèbres s’adressent aux Prétendants ! Le retour d’Ulysse signe leur mort.

9 Od., XIX, 233 : quelle est la fonction de la comparaison de la tunique à « la tunique ( !) d’un oignon » (κρoµύoιo λoπόν) si ce n’est de suggérer qu’elle couvrait tout le corps et que, comme celle qu’Aithon prétendra avoir donnée, elle était τερµιόεντα, « tombant jusqu’aux pieds » ? Il est probable que la construction κρoµύoιo λoπόν ἰσχαλέoιo est une hypallage pour κρoµύoιo λoπόν ἰσχαλέoιo: c’est la tunique de l’oignon (λoπόν) qui est « sèche » et non tout l’oignon.

10 Sheila Murnaghan attire notre attention sur l’usage d’une formule, Od. XIX, 250 (σήµατἀναγνoύση, τά o µπεδα πέφραδ’ ’Oδυσσεύς) « used elsewhere for face-to-face recognition : Od. XXIII, 206 ; XXIV, 346 » (Murnaghan 1987, p. 111, note 25), soit les deux reconnaissances de Pénélope et de Laërte. Elle en déduit l’idée que la scène du chant XIX est construite comme une scène de reconnaissance, qui reste toutefois inaboutie. En vérité, dans cette scène, Ulysse se donne effectivement à reconnaître, Pénélope n’est pas sourde à la signification des signes qui lui sont donnés ; à ses yeux, ils sont effectivement « clairs », « distincts », mais, pour elle, ils ne sont pas suffisants. Elle veut, en outre, qu’Ulysse déclare son nom.

11 En formulant son hypothèse (« Je vais te décrire des vêtements que, peut-être, tu ne connais pas »), qu’est-ce que le mendiant « dit », qu’est-ce qu’il fait exister par son dire ? Telle est la question posée. Pour le dire simplement : il laisse entendre qu’il sait quelque chose que seuls Ulysse et Pénélope pouvaient savoir.

12 L’aède demande à l’auditoire les mêmes opérations intellectuelles que celles que réclament l’un de l’autre les deux interlocuteurs ; il s’exprime par allusion ; sous les deux métonymies ἔπτυξα/ἐπέθηκα (« j’ai plié »/« j’ai posé sur… »), c’est à l’auditeur/lecteur de comprendre quelle opération précise Pénélope a réalisée : elle n’a pas revêtu Ulysse du manteau, elle l’a plié (pour le déposer dans un coffre).

13 L’existence de présupposés, dans un échange, a été mise en évidence par Ducrot. Dans un échange, il existe des données contextuelles implicites, qui ne sont pas formulées, mais dont la trace apparaît dans ce qui est dit. Pour Ulysse et Pénélope, ce serait un présupposé de la description des vêtements qu’Ulysse ne les portait pas en quittant Ithaque. Pour Ulysse se masquant sous l’identité d’un noble Crétois et pour l’auditeur ou le lecteur du récit, ce n’en est pas un. En formulant une hypothèse en apparence gratuite, parce qu’elle ne peut pas être, de sa part, une précaution pour couvrir un mensonge, le mendiant fait entendre à Pénélope qu’il sait quelque chose que seuls elle et Ulysse connaissent. Il sait ce qu’Ulysse seul, en dehors d’elle, sait. Quant à l’auditeur, il connaît l’existence de ce présupposé par ce qu’il sait de la vie maritime et grâce à ce que lui confirme Pénélope en parlant du manteau de pourpre et de la broche : elle a plié l’un, déposé l’autre sur le vêtement.

14 « Kαὶ oἱ ἐγὼ χάλκειoν ἄoρ … δῶκα » (vers 241). Pénélope avait posé sur son manteau une περόνην dont nous savons (vers 226) qu’elle est en or. Une agrafe, en soi un « symbole », que l’on attache à un manteau au même titre qu’une arme que l’on tient par un baudrier ou que l’on attache sur le côté, est un ἄoρ (ἄoρ est un sème générique, ξίφoς et περόνη sont des sèmes spécifiques). Certes, dans ses emplois homériques, le mot ἄoρ désigne une arme, voire précisément une épée. L’adjectif composé χρσάωρ qualifie aussi bien Apollon que Déméter ou Artémis. Avec raison, Chantraine (DELG, s.v. ἄoρ) se demande si, dans ses emplois divers, l’adjectif peut toujours se traduire par « à l’épée d’or ». « Qui porte une attache » (une broche, une agrafe) « en or » conviendrait mieux à Déméter qu’une « épée en or ». Quelle que soit l’étymologie du mot, il ne me paraît pas abusif de supposer que ἄoρ, dans le propos du mendiant, est un substitut métonymique de περόνη, de sens général, pouvant désigner toute arme que l’on suspend sur le côté ou à l’épaule par quelque attache. Quant à la notion d’arme, opposée à celle d’ornement ou de bijou, elle est exprimée dans l’emploi de l’adjectif « de bronze », qualification des armes héroïques.

15 Marquardt 1985, p. 41, affirme que le concours de l’arc a été suggéré dans l’échange présent (elle renvoie à XIX, 218-242). Elle n’explique pas précisément comment la suggestion a été faite. C’est toutefois sa remarque qui m’a conduit à relire avec plus d’attention le passage.

16 Voir le commentaire de Russo 1992, p. 90. Ce dernier remarque que l’association µελανόχρooς et oὐλoκάρηνoς peut évoquer le type des Aἰθίoπες, nom que les Grecs donnaient aux Noirs Africains.

17 Pour l’hypothèse que le premier membre du composé Eὐρ- / (-βὰτης/ -κλεια) est la racine verbale *ewru-, voir mon article « Le nom d’Ulysse », Κορυφαίῳ ἀνδρί. Mélanges offerts à André Hurst, 2005, p. 267-272. Je ne propose pas une explication étymologique du second membre du composé. Je ferai simplement remarquer que le sens de « Celui qui préserve ce qui est dit » convient au nom d’un héraut au moins aussi bien que le sens de « Celui qui fait de grands pas » !

18 Si l’aède avait voulu éviter toute ambiguïté dans le propos de la reine, il lui était aisé de formuler : Tόν δ’ oὔ πoτε δέξoµαι αὐτόν ou αὐτή… En vérité, la proximité αὖτις / αὐτόν ou αὐτή donne le sentiment d’une substitution délibérée. Celle qui parle s’amuse de l’attente de son auditeur. Le préverbe ὑπo-a également son importance. Si le composé ὑπoδἐχoµαι s’emploie de préférence au verbe simple pour désigner l’accueil d’un hôte, dans la bouche de Pénélope, une valeur particulière du préverbe n’est pas exclue. Faisons porter l’emphase sur le participe : « Qu’Ulysse revienne chez lui », je ne l’accueillerai pas ὑπό, « de manière déficiente ». Je ne l’accueillerai pas sans qu’il me dise son nom. Je veux bien admettre les deux signes de reconnaissance qui m’ont été donnés, mais je ne donnerai pas une « arme », substitut de l’ornement, avant d’avoir obtenu la seule περόνη qui compte, le nom qui fixera l’identité de celui qui parle.

19 Sauf ignorance de ma part, aucun interprète ne relève l’ambiguïté, dans ce contexte, des larmes de Pénélope (elle pleure sur Ulysse comme s’il était mort) et de son affirmation qu’elle ne l’accueillera pas « à nouveau ». La réaction de Pénélope paraît bien étrange, mais on va jusqu’à en déduire qu’elle fait enfin son deuil de son mari, et qu’elle commence à se faire à l’idée d’un nouveau mariage (telle est la cohérence que Grossardt découvre à tout l’épisode). On oublie de considérer les manifestations de son comportement comme une stratégie à l’adresse de son interlocuteur qui vient de lui confirmer quel lien étroit l’unit à Ulysse. Mais enfin, le mendiant ne trahit pas son déguisement. Pénélope se comporte et parle en faisant comme si son mari était mort : elle provoque la protestation de son interlocuteur. Mais non, il n’est pas mort, puisque… Elle attendait peut-être qu’il dise : « C’est moi ! » (ce qu’Ulysse, face à un comportement analogue, fera en présence de son père). Les pleurs aussi sont un acte de communication et ont une force illocutoire qui n’est pas nécessairement celle qu’ils laissent entendre.

20 C’est l’aède, cette fois, qui traite son personnage avec ironie : en présence de Pénélope, Ulysse se garde bien de lui dire qu’il est resté sept ans, seul sur une île en compagnie de Calypso ! Le fait qu’il a accosté sur l’île de Calypso et à Schérie dans les mêmes conditions lui permet de faire l’ellipse de la première aventure. Les dons des Phéaciens justifient en revanche sa longue absence : ils les a reçus parce qu’il s’est mis à leur service, par exemple, pour payer son retour.

21 Certes, il est possible de comprendre : « Ici même par une nuit sans lune » ou « cette année même ». Mais on est à la veille d’un tel jour (le lendemain sera célébré un rite de nouvelle lune en l’honneur d’Apollon). Le mendiant peut supposer qu’une nuit sans lune est la plus favorable pour surgir à l’improviste, si lukabas désigne bien une nuit de nouvelle lune. Mais il ne pourrait pas l’affirmer comme une certitude, il ne pourrait pas en prêter le serment. Leumann 1950, p. 212, note 4, argumente dans le sens où λυκάβας désigne le « jour où la lune disparaît » et non « l’année » comme l’entendait la tradition antique. On célèbre, ce jour-là, une fête en l’honneur d’Apollon (Od. XX, 276 sq.), le dieu qui va « νυκτὶ ἐoικώς » (Il. I, 47) et à qui sont consacrés des rites le premier jour du mois lunaire. Dans le contexte, le sens « année » est exclu. Le mendiant dirait, en guise de serment : « Ulysse arrivera (ἐλεύσεται) ici au cours de cette année même ». L’affirmation « Ulysse reviendra cette année même » serait trop imprécise pour permettre à Pénélope de rien entreprendre. Cela ne lui permettrait pas de décider d’engager le concours le lendemain même. Rien ne l’autoriserait à penser qu’Ulysse surgira ce jour-là de l’année.
Pour une lecture du mot λυκάβας renvoyant à la journée et à la nuit sans lune qui suivront, voir Austin 1975, p. 246 suivantes. L’auteur montre également le lien de la fête d’Apollon que l’on prépare avec le printemps. Pour le lien d’Apollon avec le printemps, voir Ludwig Preller, Carl Robert, Griechische Mythologie, Theogonie und Götter, Berlin, 1894, p. 257 sq. [rites en l’honneur d’Apollon Δελφίνιoς (début avril) ou, un mois plus tard, des Thargélies]. Également Hölscher 1988, p. 251-258, pour les liens avec l’éphébie. La nuit sans lune est une nuit de transition d’une lumière ancienne à une lumière nouvelle (une telle nuit est par excellence celle qui suit le solstice d’hiver) qui prépare l’entrée des éphèbes dans le monde des adultes notamment par leur mariage.
Enfin on notera l’ambiguïté de la réponse de Pénélope au serment : « Ah ! si seulement cette parole était accomplie ! » (Aἳ γὰρ τoῦτo, ξεĩνε, ἔπoς τετελεσµένoν εἴη). Le verbe est au parfait ; ce qui est donc exprimé, c’est le souhait que ce que le mendiant vient de dire soit déjà achevé, réalisé, et non pas le lendemain seulement. Pénélope reformule sa demande du nom.

22 Pour cette traduction de la formule Ἴστω Zεύς, on voudra bien me permettre de renvoyer aux ouvrages où je traite le problème, De l’épopée à l’histoire. La notion d’historié chez Hérodote, Francfort, 1992 et Les degrés du verbe, Berne, 2000 (spécialement, p. 506-508).

Auteur

Collège de Saussure, Genève

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable