Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : S'habiller, se déshabiller dans les mondes anciens

Dossier : S'habiller, se déshabiller dans les mondes anciens

De Myrrhinè à Marilyn : se vêtir, se parfumer, se montrer ou le parfum comme parure1

Lydie Bodiou et Véronique Mehl

Résumé

Si Marilyn s’habillait de quelques gouttes de parfum, donnant l’image d’une sensualité tenace, les Grecs eux usaient des artifices vestimentaires et olfactifs comme autant de codes de comportement, d’apparence ou de manières d’être. Ainsi ces artifices du paraître sont-ils des éléments classificatoires définissant le dieu comme l’humain, l’homme comme la femme, le jeune comme le vieux… Parfums et vêtements disent aussi de soi, révélant l’intimité du corps en se substituant l’un à l’autre, en se dédoublant et se mêlant comme autant d’ajout du beau au beau, du suave au raffiné… Car c’est aussi la sensualité, l’érotisme et la séduction qui trouvent par le vêtement et le parfum des révélateurs qui dévoilent les intentions. Ces parures souvent luxueuses, si attirantes pour les uns sont répulsives pour d’autres : condamnation du luxe et de l’Orient, associés à la féminité et à la tromperie de l’artifice. Le parfum comme le vêtement sont des outils de l’apparence, familiers et futiles, tous deux disent la grécité qui s’imprime dans les mœurs, les pratiques et les usages au cours du temps.

While Marilyn was dressed by only a few drops of perfume, thus displaying an image of clinging sensuality, the ancient Greeks used dress and olfactory guiles as expressing diverse codes of behabiour, of appearance or of manners. Therefore these codes of appearance are classificatory elements to define gods from humans, men from women, youth from the elders... Perfumes and clothes are also telling of oneself, revealing the body intimity by providing it with a substitution or with an adding leading to beauty and sophistication... For dress and perfume convey also sensuality, erotism and seduction. These often luxury ornaments can work as being very attractive to some people but very repulsive to others: e.g. comdemnations of luxury and of the East connected to femininity and ornament deceits. Perfume and clothes are tools of appearance: common and futile, they both display a Greekness printed in manners, practices and uses evolving along time.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Sauf mention explicite, les traductions sont celles de la Collection des Universités de France ou d (...)

1De Myrrhinè à Marilyn, le titre peut sembler plaisant ou racoleur, mais il s’inscrit dans une démarche méthodologique sur l’apparence, le ressenti, le visible, à la frontière entre le symbole, l’imaginaire et le rendu des sensations. Avec Myrrhinè, le parfum est inscrit dans le nom. Il crée le lien entre une petite fille et le mythe, mais annonce déjà son identité d’épouse. Avec Marilyn, nous avons tous en mémoire une vision contemporaine du parfum, de la nudité de la star. En 1954, lors d’une interview, un journaliste demanda à Marilyn Monroe : « que portez-vous pour dormir ? », ce à quoi l’actrice répondit : « quelques gouttes de N° 5 ». Sans le vouloir, la déclaration de Marilyn fit un superbe slogan publicitaire, mais elle impliqua aussi une vision particulière du parfum, à la fois deuxième peau, vêtement et symbole érotique. Si notre façon de lire la nudité n’est pas celle de l’Antiquité, notre façon de lire les odeurs non plus.

  • 2 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social aux 18e et 19e siècles, Pa (...)

2Enquêter sur le parfum et le vêtement c’est travailler sur le corps, ce qu’il donne à voir de soi ou qu’il révèle de l’identité. À mi-chemin entre l’histoire des représentations et des perceptions, le parfum et les vêtements disent la matière, la richesse, l’exotisme, l’Orient et suscitent attraction et rejet. Selon les mots d’Alain Corbin, historien du sensible, « il s’agit de détecter la cohérence des systèmes d’images qui président au déclenchement de la perception et de confronter les structures sociales et ethniques et la diversité des comportements perceptifs »2. En effet, l’apparence, la manière de se présenter aux autres par sa mise, l’attitude ou l’odeur sont révélatrices de comportements qui non seulement dessinent la complexité sociale des Grecs mais qui affichent également des codes qui disent le rapport au corps, à la beauté, à la sensualité et à la sexualité.

  • 3 Le vocabulaire ne sera cependant pas pris en compte ici. Il ne permet généralement pas de discerner (...)
  • 4 Les épigrammes de l’Anthologie palatine, certes beaucoup plus tardives, ont été retenues car elles (...)

3Pour que le questionnement puisse toujours croiser le vêtement et le parfum, le corpus choisi est littéraire3. Certes la chronologie, essentiellement les époques archaïque et classique4, s’avère étendue et les sources parcellaires et diverses empêchent de percevoir avec finesse les nuances. L’association de ces deux apparats, en interrogeant chacun, permet de percevoir des combinaisons de fonctionnement — si l’un redouble ou se substitue à l’autre — de voir si l’odeur habille comme le tissu ou si elle voile ou dévoile davantage de la personne. Interroger ce binôme permet aussi de mettre en avant des constantes, des ruptures et des rejets, des modes vestimentaires et olfactives d’une société grecque qui évolue politiquement et socialement.

I. Vêtements et parfums, des éléments classificatoires

  • 5 Pour une approche plus approfondie des odeurs comme signe identitaire en Grèce se reporter à Lydie (...)

4Le vêtement comme le parfum disent le divin, l’individu, l’homme, la femme, le jeune, le vieux. En effet, ces artifices que l’on pourrait qualifier « d’apparence » sont des outils opérants pour signifier, afficher et faire sentir aux autres qui on est. Ils fonctionnent généralement comme des émanations et des attributs, dont la portée peut varier au cours des siècles mais qui donnent toujours du sens à l’identité5.

Révéler le divin

  • 6 Xénophane de Colophon, Silles 14.
  • 7 Voir Véronique Mehl, « Sociologie des odeurs en pays grec. 1. L’odeur suave du divin », dans Lydie (...)
  • 8 Euripide, Hippolyte 1391.
  • 9 Alain Ballabriga, « La nourriture des dieux et le parfum des déesses. À propos d’Iliade XIV, 170-17 (...)
  • 10 Homère, Iliade XIV, 170-177.
  • 11 Ibid. XIV, 177-186.

5Le vêtement ne permet pas au premier regard d’identifier une divinité. Xénophane de Colophon le rappelle : « Les mortels s’imaginent que les dieux sont engendrés comme eux et qu’ils ont des vêtements, une voix et un corps semblables aux autres »6. Une divinité se fait connaître par sa haute stature, sa beauté, sa brillance et son éclat, mais aussi par l’euôdia, la bonne odeur. Le parfum est consubstantiel à la nature divine7. Il permet de percevoir en particulier les épiphanies. Ainsi, Hippolyte mourant reconnaît la présence d’Artémis grâce au « parfum à la divine haleine »8. Même les déesses (Héra, Aphrodite) n’hésitent pas à ajouter du parfum ou de l’ambroisie9 à leur odeur naturelle, dans des contextes de séduction. Ainsi Héra pour séduire Zeus : « Avec de l’ambroisie… (Héra) efface d’abord de son corps désirable toutes les souillures. Elle l’oint ensuite avec une huile grasse, divine et suave, dont le parfum est fait pour elle ; quand elle l’agite dans le palais de Zeus au seuil de bronze, la senteur en emplit la terre comme le ciel. Elle en oint son beau corps, puis peigne ses cheveux de ses propres mains et les tresse en nattes luisantes, qui pendent, belles et divines, du haut de son front éternel »10. Le vêtement, s’il n’est pas en soi spécifique, est pourtant plus beau, plus éclatant, plus chatoyant et plus orné. Héra, après la toilette, parfait sa parure : « Après quoi, elle vêt une robe divine qu’Athéna a ouvrée et lustrée pour elle, en y ajoutant nombre d’ornements. Avec des attaches d’or, elle l’agrafe sur sa gorge. Elle se ceint d’une ceinture qui se pare de cent franges. Aux lobes percés de ses deux oreilles, elle enfonce des boucles, à trois chatons, de la grosseur des mûres, où éclate un charme infini. Sa tête, enfin, la toute divine la couvre d’un voile tout beau ; tout neuf, blanc comme un sommeil. À ses pieds luisants, elle attache de belles sandales »11. Aussi les parfums comme les vêtements d’une divinité doivent-ils irradier, depuis la racine des cheveux jusqu’aux pieds, éblouir les yeux et émoustiller les narines, en somme charmer les sens de Zeus et le contraindre pour un temps à abandonner la guerre.

  • 12 Ibid. VIII, 266-369.

6Lorsqu’une divinité ou un héros a besoin de montrer son rang, de retrouver sa vraie nature après une métamorphose ou un changement d’identité, elle (il) associe souvent parfums et vêtements. Aphrodite, délivrée du filet où l’avait enfermée Héphaïstos, s’enfuit et « se rendit à Chypre l’Aphrodite qui aime les sourires, à Paphos, là où sont le temenos et l’autel embaumés ; là où les Charites la baignèrent et la frottèrent d’une huile immortelle qui luit sur la peau des dieux toujours vivants, puis la vêtirent d’une robe charmante, merveille pour les yeux »12. Ainsi se laver, se frotter d’huile puis se vêtir semble être le processus qui « refait » la déesse dans sa grandeur.

  • 13 Sylvia Milanezi, « Beauty in Rags. On rhakos in Aristophanic Theatre », dans Liza Cleland, Mary Har (...)
  • 14 Homère, Odyssée IV, 244-246, trad. Philippe Jacottet.
  • 15 Ibid. IV, 252-254, trad. Philippe Jacottet.
  • 16 Voir pour les processus de transformations identitaires Sylvie Galhac, « Ulysse aux mille métamorph (...)

7À plusieurs reprises dans l’Odyssée, Ulysse connaît des transformations, des changements identitaires. Vêtements et odeurs renforcent ces métamorphoses. Alors qu’il veut entrer dans Troie pour espionner sans être reconnu, il s’est défait de son identité ou « change de peau » en se meurtrissant et en se couvrant de haillons13, en se composant le corps d’un autre : « Après s’être lui-même affreusement meurtri le corps et revêtu de vieux haillons, semblable à un esclave, il pénétra dans la ville ennemie aux larges rues ; il essaya de contrefaire quelqu’un d’autre, un mendiant, lui si peu mendiant sur les navires. Ainsi pénétra-t-il dans Troie, et tous furent dupés… »14. Pourtant Hélène n’est pas trompée et lors du tête-à-tête, elle lui redonne son identité : « Moi seule en cet aspect, le reconnus : je l’interrogeai donc ; l’astucieux se déroba. Mais quand je l’eus baigné et frotté d’huile fine, que je lui eus donné d’autres habits et fait serment de ne pas révéler Ulysse aux gens de Troie avant qu’il n’eût rejoint les prompts navires et les tentes… »15. Ulysse ne peut se laisser voir et se rendre identifiable ou reconnaissable aux yeux des siens que paré des artifices qui font de lui un être à part. Comme pour Aphrodite à Chypre, c’est peu à peu qu’il se réapproprie son identité ; les séquences sont les mêmes : d’abord le bain puis l’onction d’huile et enfin le vêtement. Comme si c’était la procédure autant que les gestes qui « rendaient le héros à lui-même » et à son rang16.

  • 17 Hymne homérique à Déméter 40-43.
  • 18 Ibid. 90-92.
  • 19 Ibid. 276-280.

8L’odeur et la parure peuvent aussi ajouter à la stature naturellement divine ou héroïque, comme une sorte de réactivation de l’identité, d’une surenchère à la personnalité, comme ajouter du divin au divin. Ainsi Déméter, se défaisant de ses attributs de divinité quand elle perd sa fille Koré, prend une apparence pauvre et humble : « de ses mains elle arracha ses deux bandeaux sur sa chevelure divine, jeta sur ses épaules un voile sombre »17 et « ressemblait à une vieille femme que son grand âge prive du pouvoir d’enfanter et des dons d’Aphrodite »18. Puis elle réapparaît dans sa vérité divine étincelante à Métanire : « En disant ces mots, elle, rejetant la vieillesse, prit une haute et noble taille. Des effluves de beauté flottaient autour d’elle et un parfum délicieux s’exhalait de ses voiles odorants ; le corps immortel de la déesse répandait au loin sa clarté ; ses cheveux blonds descendirent sur ses épaules et la forte demeure s’illumina, comme l’eût fait un éclair »19. Déméter est redevenue elle-même aux yeux des autres par la réappropriation de ses pouvoirs et de ses attributs, par son apparence, par des signes visibles et olfactifs : sa taille, le parfum, la clarté, les cheveux blonds et la lumière intense qui irradie d’elle.

  • 20 Pour une définition de la charis, voir l’introduction de Vincent Azoulay, Xénophon et les grâces du (...)
  • 21 Hymne homérique à Apollon 4-6.
  • 22 Hymne homérique à Hermès 235-237.
  • 23 Francis Prost, « L’odeur des dieux en Grèce ancienne. Encens, parfums et statues de culte », dans L (...)

9Une caractéristique domine donc, le divin sent. Il sent si fort et si bon que ses vêtements deviennent odorants. La charis ici est bien une forme de radiation20. C’est la personne et même la personnalité divine qui exhale. C’est de tout son être que le parfum se diffuse et irradie sur tout l’espace qui l’entoure (les grottes, l’Olympe, les temples…). Ainsi Apollon, dans l’Hymne homérique : « Il va, le fils de l’auguste Létô, en jouant sur sa lyre bombée, vers Pythô la rocheuse, dans ses vêtements divins, à l’odeur embaumée… »21. La puissance divine qui n’attend pas le nombre des années émane, luit et rayonne, éclate de sa splendeur et diffuse son odeur spécifique. Même tout petit, Hermès exhalait déjà : « Le fils de Zeus et de Maïa aperçut l’archer Apollon, plein de courroux à cause de ses vaches, et il s’enfonça dans ses langes parfumés ; comme on jette, sur un brasier de souches, une cendre épaisse, ainsi Hermès, à la vue de l’Archer, se pelotonna ; il renfonça au plus vite, tête, bras, jambes »22. Le vêtement parfumé ici sert de rehausseur donnant davantage d’éclat et de magnificence à la divinité comme la kosmêsis peut le faire pour des statues dans des sanctuaires23.

  • 24 Plutarque, Alexandre 4, 3-4 (trad. Anne-Marie Ozanam, Gallimard, 2001) et Propos de table I, 6, 623 (...)

10La bonne odeur caractérise aussi ceux qui dans leur histoire ou leurs exploits s’approchent du divin. Lorsque Plutarque veut évoquer la nature en partie divine d’Alexandre, il utilise son ascendance, sa beauté mais aussi son odeur : « Apelle en revanche, quand il l’a peint en lanceur de foudre, n’a pas fidèlement rendu son teint et lui a donné une couleur un peu sombre et terreuse. Or Alexandre avait le teint blanc, dit-on, d’une blancheur qui se colorait de pourpre surtout sur la poitrine et au visage. Sa peau exhalait une odeur très agréable ; sa bouche et toute sa chair sentaient si bon que même ses tuniques de dessous en étaient imprégnées ; c’est ce que nous avons lu dans les Mémoires d’Aristoxène »24. Comme les dieux, Alexandre sent naturellement bon et cette odeur qualifie de fait son statut et sa prestance exceptionnelle. Les effluves qui émanent de ces personnages singuliers sont si intenses que par capillarité elles imprègnent leurs vêtements.

11Si dieux et déesses se caractérisent par la même euôdia, dans le monde des hommes, parfums et vêtements permettent de dire le genre.

Dire le genre

  • 25 Voir Lydie Bodiou, « Sociologie des odeurs en pays grec. 2. Entre la fleur et l’huile parfumée : le (...)
  • 26 Xénophon, Banquet 2, 3-4.

12Socrate dans le Banquet résume les codes vestimentaires et olfactifs qui régissent la société25 : « Car de même que la beauté d’un vêtement de femme n’est pas celle d’un vêtement d’homme, ce sont des odeurs différentes qui conviennent à l’homme et à la femme. Aucun homme, en effet, n’est-il pas vrai ? ne s’oint de parfum pour un autre homme. Quant aux femmes, surtout lorsque ce sont des jeunes mariées, comme celles de Nikératos et de Critobule ici présents, qu’ont-elles encore besoin de parfum ? elles en exhalent elles-mêmes. Mais l’odeur d’huile des gymnases est plus agréable, quand on la possède, que celle du parfum ne l’est pour les femmes, et elle se fait en son absence plus vivement regretter »26. Si le vêtement est sexué par sa forme, sa matière et sa décoration, il doit, pour des hommes de bien, être simple et fonctionnel, tandis que les femmes, quand elles le peuvent, aiment se parer, porter des bijoux et des vêtements richement décorés et brodés. Si on suit Socrate, l’odeur serait aussi une question de genre : « Aucun homme en effet ne s’oint de parfum pour un autre homme » car il n’a pas à séduire ainsi. Les femmes, tentatrices nées, usent de cet artifice olfactif pour piéger leur proie, comme elles attirent sur elles les regards par des vêtements ouvragés par leurs soins, chatoyants et bariolés. L’odeur de l’honnête homme est celle de l’huile des gymnases, une odeur qui exhale l’effort, le don de soi et le travail sur soi. Une odeur naturelle aussi produite par l’huile d’olive. Les femmes respectables ont une seule odeur : la leur, celle de la vertu. Nul besoin d’après Socrate d’user de ces senteurs aguicheuses et factices, d’autant précise-t-il qu’elles sont mariées. Ainsi le parfum ne serait utile que dans la captation d’un époux.

  • 27 Aristophane, Thesmophories 130-145. Voir Suzanne Said, « Travestis et travestissements dans les com (...)
  • 28 Plutarque, Thésée 23, 2 (Gallimard).
  • 29 Voir Florence Gherchanoc, « Les atours féminins des hommes : quelques représentations du masculin-f (...)

13Dans les Thesmophories d’Aristophane, afin de pénétrer au cœur de la fête féminine athénienne, un homme tente de se faire femme : « D’où sors-tu l’homme-femme ? Et quelle est ta patrie ? Quel est ce vêtement ? Quel est ce brouillamini ? Dans la vie ? Que peut dire un luth à une robe safran ? Une peau à une résille ? Quoi, une fiole à huile (lécythe) et un soutien gorge ? Comme cela va mal ensemble ! Quelle communauté du miroir à l’épée ? Qui es-tu même, ô enfant ? Est-ce en homme que tu es élevé ? Et où est ton membre ? Où ton manteau ? Où tes laconiennes ? Alors tu es femme ? Mais où sont tes seins ? »27. Le même processus de travestissement est exposé par Plutarque dans la Vie de Thésée, celui d’un jeune homme en femme : « Il avait, parmi ses compagnons, deux jeunes gens, à l’allure féminine et juvénile, mais à l’âme virile et résolue. Grâce à des bains chauds, une vie à l’ombre, des onguents et des parures destinés à soigner leurs cheveux, adoucir la peau et éclaircir la peau, il les transforma autant qu’il put ; il leur apprit à imiter au mieux la voix, le maintien et la démarche des femmes, et à ne laisser paraître aucune différence avec elles »28. Les attendus de la mutation sont les mêmes, ceux de l’apparence (allure, parure, onguents, parfums) et disent l’opposition des genres29.

Afficher son âge

  • 30 Plutarque, Lycurgue 16, 12 (Gallimard).
  • 31 Ephrain David, « Dress in Spartan Society », Ancient World 19, 1989, p. 3-13, 4. Pour le contrôle p (...)
  • 32 Plutarque, Lycurgue 22, 2 (Gallimard).
  • 33 Pierre Brulé, « Promenade en pays pileux hellénique : de la physiologie à la physiognomonie », dans(...)

14Les normes vestimentaires et olfactives suivent les différents âges de la vie. Les sources concernant les enfants sont peu nombreuses, pourtant on note un certain refus de l’artifice. Ainsi à Sparte, les jeunes garçons encore en période d’agôge semblent privés de « douceurs » à la fois vestimentaires et hygiéniques : « À douze ans, ils ne portaient plus de tunique ; ils recevaient un unique manteau pour toute l’année ; ils étaient sales et ignoraient bains et parfums ; n’ayant droit à ces douceurs que quelques rares jours dans l’année »30. La cité, par le biais des éphores, contrôle cette enveloppe identitaire31. La dégradation physique et corporelle, la privation et le dénuement imposés, au-delà de la formation militaire, marquent qu’ils ne sont pas encore des hommes faits. Plutarque ajoute ensuite : « Dès qu’ils étaient sortis de l’éphébie, ils portaient les cheveux longs et, en cas de danger, ils les soignaient particulièrement ; ils voulaient qu’on remarque leur chevelure brillante d’huile et bien peignée, se rappelant le mot de Lycurgue : les cheveux rendent les jolis garçons plus séduisants et les hommes laids terribles »32. La chevelure brillante et belle doit impressionner33.

  • 34 Archiloque, Fr. 237, Épodes 67 cité par Plutarque, Périclès 28, 6-7 (Périclès utilise le vers d’Arc (...)
  • 35 Alciphron, Lettres de pêcheurs, de paysans, de parasites et d’hétaïres II, 25, La roue à livres, Pa (...)
  • 36 Aristophane, Paix 858-862.

15L’âge adulte est ensuite marqué par l’utilisation récurrente des parures suivant certaines règles liées au sexe, au rang social ou au lieu. Si pour les hommes seul l’excès de parure est déconseillé, il semble bien que pour les femmes une limite soit apportée par l’âge. Archiloque le souligne : « Si tu avais quelque pudeur, tu ne t’inonderais pas de parfums, vieille comme tu es »34. Cette idée revient chez Alciphron, où l’âge est associé à un type de parfum, celui de la répulsion : « Salacônis (Pimbêche) à Gémellos (Besson). Va-t-en rejoindre quelque vieille paysanne aux yeux chassieux, toute fière de l’unique molaire qui lui reste, et dont le corps est frotté à l’huile de résine ! »35. Le tableau se veut saisissant, frappant aussi bien à l’œil qu’aux narines. Se parfumer pourrait même donner l’illusion d’une jeunesse revenue alors qu’on la croyait éloignée ; c’est du moins ce que semble confirmer Trygée dans la Paix d’Aristophane alors qu’il interroge le chœur : « Que sera-ce quand vous me verrez en marié, dans tout mon éclat ? Le chœur : Tu seras digne d’envie, vieillard, une fois redevenu jeune et frotté de parfums »36. Les parures ne doivent pas masquer l’âge ; leur absence pour les femmes rappelle qu’elles ont passé la période de la séduction. Aussi, serait-ce l’apanage de la jeunesse, de la force de l’âge, de la séduction et de la sexualité autorisée que de se parer et de se parfumer.

16La manière d’être, de se vêtir et s’imposer aux autres par l’odeur ou le vêtement révèle une sociologie des comportements et des attitudes. Car c’est être grec, jeune ou vieux que de se parfumer et de se vêtir suivant certains codes et certains usages : les Autres le font différemment, ce qui les distingue et les déprécie. Le parfum comme le vêtement révèlent de soi, voilent l’intimité tout en l’exposant aux yeux et aux narines, mais surtout ces artifices de l’apparence sont des outils opérants pour divulguer les desseins et les intentions.

II. Apparence et image de soi : se révéler aux autres

17Le parfum est une présence concrète mais invisible, insaisissable, qu’il convient d’associer parfois aux vêtements pour la rendre perceptible. L’odorat, le toucher et la vision permettent d’entrer en interaction, en particulier de séduire. Le lien au corps se fait alors plus pressant : vêtements et parfums recouvrant, masquant, dévoilant le corps par le jeu des fragrances, de la transparence et de la brillance.

Les lieux du corps

18On ne se parfume pas indifféremment les cheveux, la poitrine, les pieds si l’on est un jeune, une vieille, une jeune fille ou un homme fait. Se parfumer répond à des pratiques, des codes distinctifs et symboliques, des intentions différentes, comme aller nus pieds ou en sandales, porter un himation de laine brute ou orné de somptueuses broderies.

  • 37 Xénophane de Colophon, fr. 3, 3-6 West.
  • 38 Hymne homérique à Hestia II, 3.
  • 39 Aristophane, L’assemblée des femmes 519-527.

19S’oindre les cheveux apparaît anciennement dans les textes et de façon récurrente à la période archaïque, tant pour les femmes que pour les hommes37. La plus ancienne mention concerne Hestia, dans l’Hymne homérique à son nom : « une huile fluide coule toujours de ses cheveux tressés »38. C’est sans doute avec un passage d’Aristophane que l’on comprend mieux à l’époque classique les liens de plus en plus forts avec une pratique féminine. « Blépyros : Hé, toi ! D’où viens-tu, Praxagora ? Praxagora : Qu’est-ce cela peut te faire mon bon ? Blépyros : Ce que cela peut me faire ? La sotte question. Praxagora : Tu ne me diras toujours pas que je viens de chez quelque amant ? Blépyros : Peut-être pas de chez un seul. Praxagora : Eh bien, tu peux en faire l’épreuve. Blépyros : Comment ? Praxagora : Vois si ma tête sent le parfum. Blépyros : Et quoi ? Une femme ne se fait-elle pas baiser même sans parfum ? Praxagora : Non certes, mon pauvre, pas moi »39.

  • 40 Voir pour les liens entre la chevelure, les parfums, la fécondité et l’abondance, Véronique Mehl, « (...)

20Ainsi humer la tête d’une femme suffirait à connaître ses intentions intimes. L’odeur dévoilerait les desseins et les pensées sans besoin de mots ou de gestes. S’oindre la chevelure ferait partie de l’arsenal de séduction féminine. La pratique peut aussi avoir une explication pratique : l’huile permettait sans doute d’arranger commodément une coiffure. Nouer ou dénouer ses cheveux, les retenir par un bandeau ou les cacher sous un voile s’accompagne alors de règles concernant l’usage des parfums. L’onction des cheveux permet aussi de dire la richesse, les cheveux semblant toujours abondamment huilés40. Les cheveux, depuis Homère, sont un des moyens de qualifier la beauté. S’oindre la chevelure consiste alors à ajouter du brillant à un des sièges de la beauté, à ajouter du beau au beau.

  • 41 Aristophane, Guêpes 607-610.
  • 42 Athénée XII, 553 a (trad. Philippe Renault, ch. 78, pour le site de la Bibliotheca Classica Selecta (...)
  • 43 Idem, XII, 553 b.
  • 44 Idem, XII, 553 c.
  • 45 Pour les sources et une analyse des liens entre pieds et érotisme : Daniel Levine, « epaton bama (“ (...)
  • 46 Aristophane, Lysistrata 410-420.

21À l’autre extrémité du corps, les pieds sont l’objet d’une attention particulière. Aristophane dans les Guêpes le montre bien avec le retour du dikaste Philocléon : « Ce qui est le plus agréable de tout, je l’oubliais ; c’est, quand je rentre à la maison avec mon salaire, l’accueil qu’à mon arrivée tous me font à cause de cet argent. Et d’abord ma fille me lave et me parfume les pieds et se penche pour me baiser et, tout en m’appelant son cher papa, pêche avec sa langue le triobole dans ma bouche »41. C’est donc ici sa fille qui se charge de lui répandre du parfum sur les pieds. Les liens sont clairs entre les pieds et le parfum. Ainsi à l’époque archaïque, de nombreux petits vases à parfums sont en forme de pied finement chaussé. Selon Athénée, il s’agirait d’une pratique de classe : « C’était la coutume à Athènes, chez les gens luxurieux, que de s’arroser les pieds de parfums ; à ce sujet, lisons ce qu’écrit Céphisodoros dans son Trophonios : « Alors ! Vous allez me parfumer, oui ou non ! Achetez-moi du parfum d’iris et de rose, plus vite que ça, Xanthias ; et pour mes pieds, je veux qu’on m’achète de l’asarabacca »42. La pratique peut aller jusqu’à l’excès, voire la caricature : « Et dans Procris, le personnage principal dit qu’il faut s’occuper du chien de Procris, en parlant de l’animal comme si c’était un être humain : “A. : Tu installeras un petit lit moelleux et mignon pour le chienchien ; en dessous, tu mettras des couvertures en laine de Milet ; au-dessus, tu étendras une draperie légère. B. : Par Apollon ! A. : Ensuite, tu feras tremper pour lui quelques gruaux de blé dans une jatte de lait d’oie. B. : Par Héraclès ! A. : Et, pour finir, tu frotteras ses jolies papattes avec du parfum de Mégallos” »43. L’usage d’oindre les pieds peut répondre à une fonction pratique et hygiénique. Les pieds nus ou en sandales s’assèchent et répandre de l’huile éventuellement parfumée les « réhydrate » en les graissant, évitant que la peau ne durcisse et craquelle. Incontestablement aussi, les pieds huilés, luisants et parfumés suscitent un fort attrait érotique. Athénée donne plusieurs exemples dans le même registre : « Dans le Prêtre mendiant, il (Antiphanès) dit : “Il a demandé à la donzelle d’acheter un onguent de la déesse et de lui en enduire, d’abord les pieds, puis les genoux. Et quand elle eut touché ses pieds et les eut bien frottés, il sauta au plafond !” »44. Il n’est plus question de suggestion, l’idée est explicitée sans détours. Il ne s’agit plus d’un massage huileux bienfaiteur, mais d’une pratique sexuelle qui mène le monsieur à « prendre son pied » par des massages qui mèneraient à l’érection. Le phallus et le pied seraient aussi sensibles l’un que l’autre aux délicates caresses. Les analogies sont nombreuses entre le sexe masculin et le pied45. Aristophane le rappelle dans un passage de Lysistrata : « Nous entrons dans les boutiques pour dire (…) à un cordonnier jeune pourvu d’un membre qui n’est plus d’un enfant : “Cordonnier, lui dit-il, le petit doigt de pied de ma femme est trop serré par la courroie, vu qu’il est délicat. Viens donc sur le midi et donne-lui du jeu pour qu’elle soit plus au large” »46. Le pied semble avoir un fort pouvoir de séduction, en particulier le pied paré de fines sandales. L’aspect est particulièrement clair dans les préparatifs du mariage où, sur de nombreux vases, la future épouse est parée de fines sandales nouées par des Érotes.

  • 47 Archiloque, fr. 38 (Trimètres 14).
  • 48 Antiphane, Gens de Thorikos, fr. 106, Kock II, p. 53 (apud Athénée XV 689 e-f et XII, 553 d). Voir (...)
  • 49 Emma Stafford, « Viewing and Obscuring the Female Breast: Glimpses of the Ancient Bra », dans Liza (...)
  • 50 Anthologie palatine V, 199. Voir aussi Andrew Dalby, « Levels of Concealment: the Dress of Hetairai(...)
  • 51 Homère, Iliade VI, 483.
  • 52 Hymne homérique à Déméter 231.
  • 53 Voir Hélène Parat, « L’impossible partage », dans Sein de femme, sein de mère, Paris, 2006, p. 37-7 (...)

22Même si les occurrences sont moins nombreuses, la poitrine est parfumée. Archiloque vante ainsi les atours des courtisanes de Paros : « Cheveux et seins inondés de parfums, elles auraient éveillé le désir d’un vieillard ! »47. Le parfum versé en quantité sur les cheveux peut aussi dégoutter sur la poitrine et la parfumer. Pour Antiphane48, une femme utilise même plusieurs parfums pour différents lieux de son corps : « Elle est vraiment au bain ? Oui, mais encore ? Elle a une burette dorée et elle se passe les pieds et les jambes au parfum d’Égypte, la gorge et les tétons au parfum phénicien, le bras gauche au sisumbron (calament), les sourcils et les cheveux à la marjolaine, la nuque et le genou au serpolet ». Pieds et seins reçoivent les parfums les plus précieux. On trouve ainsi parmi les offrandes d’une prostituée, sa ceinture ou plutôt son soutien-gorge49 parfumé : « Vin et santés portées ont endormi et vaincu Aglaonikè, les perfides ! et aussi le doux amour de Nicagoras. À Cypris sont consacrées, moites encore de parfums, toutes ces humides dépouilles de ses désirs de vierge, ses sandales et la souple ceinture dont ses seins ont été dévêtus, témoignages de son sommeil et des violences alors subies »50. Cependant si le sein parfumé est souvent une allusion érotique, il peut dans d’autres contextes être une métaphore pour dire la maternité. Ainsi Andromaque « reçoit son enfant sur son sein parfumé, en souriant sous ses larmes »51. On retrouve la même image chez Déméter qui « reçut l’enfant sur son sein parfumé dans ses bras immortels »52. Dans ce contexte, sans doute faut-il lire plus simplement une manière de dire « l’odeur de la mère » ; le bébé niché au creux de ses bras « renifle » sa mère pour se rassurer et reçoit de son sein sa pitance. Cette odeur maternelle est vue comme le plus doux des parfums pour un enfant qui s’en souviendra à jamais. Mais poser la tête sur le sein maternel c’est aussi sans doute une autre manière de dire l’attachement, la poitrine pouvant être vue comme l’endroit où se niche le cœur, le siège des sentiments. Singulièrement toutefois, ou est-ce seulement un effet curieux du hasard, nos sources affichent l’ambivalence du partage du sein féminin, à la fois érotique et maternel53.

Des vêtements parfumés : substitution et redoublement

23La géographie du corps parfumé n’est donc pas indifférente. Cheveux, seins sont des parties du corps couvertes et les pieds sont souvent chaussés. Parfums et vêtements sont aussi portés en complément l’un de l’autre. Les sources mentionnent des vêtements odorants, « qui exhalent une douce odeur » ou encore « moites de parfums ».

  • 54 Hymne homérique à Aphrodite 58-66. Voir Véronique Mehl, « Sociologie des odeurs en pays grec. 1. L’ (...)
  • 55 Anthologie palatine VI, 275.
  • 56 Voir pour les liens entre les voiles et les parfums Lloyd Llewellyn-Jones, Aphrodite Tortoise. The (...)

24Se parfumer les cheveux trouve son prolongement naturel sur le voile qui couvre la tête. Aphrodite, reine de la séduction, utilise cet artifice. « Les Charites la baignèrent et la frottèrent d’une huile immortelle qui luit sur la peau des dieux toujours vivants, c’est pour son voile divin que cette huile était parfumée. Après avoir mis autour de son corps tous ses plus beaux vêtements, parée d’or »54. Clairement mentionnée ici, l’odeur exquise émane du voile. D’ailleurs, les offrandes qu’elle reçoit sont souvent des tissus, fréquemment parfumés : « C’est avec joie, je pense, qu’Aphrodite a reçu cette résille que Samytha a retirée de sa chevelure pour la lui consacrer ; car c’est un très bel ouvrage et elle exhale une douce odeur de nectar, comme celle dont la déesse parfume le bel Adonis »55. Si la divine Aphrodite respire et transpire sur ses vêtements une huile immortelle, propre à son statut, les femmes ont recours à des essences particulières pour l’honorer, mais aussi pour l’imiter. Les pièces de vêtements56 sont choisies pour recevoir des parfums au contact direct avec la peau ou les cheveux.

  • 57 Voir par exemple Andromaque lors de ses noces avec Hector, cf. Sappho fr. 31 (trad. Philippe Brunet (...)

25Les habits peuvent aussi être sciemment parfumés57, le plus souvent par fumigations ou mise en contact avec des eaux ou des huiles parfumées. Deux parures, l’une visible, l’autre olfactive, se rejoignent pour se renforcer, se redoubler. Les vêtements et le parfum qui s’en dégage couvrent les parties intimes du corps de la femme que l’on imagine sans les voir. Le vêtement imprégné a pour fonction première de « dessiner un écrin olfactif », de laisser percevoir, de créer dans l’imaginaire de celui qui voit et sent des sensations ou des sentiments, une attente. L’olfaction permet alors de laisser deviner ce qui est caché sous le vêtement ou sous le voile. Le parfum peut révéler un corps dissimulé sous les draperies.

  • 58 Hymne homérique à Aphrodite 160-164.
  • 59 Homère, Iliade III, 392.

26De nombreux textes, depuis Homère jusqu’aux épigrammes érotiques de l’Anthologie palatine, mentionnent l’attrait pour le brillant, l’éclatant mais aussi le luisant, qu’il soit naturel pour les divinités ou artificiel pour les humains. Certes, cet éclat est attendu lorsque l’on parle du corps des dieux ; mais c’est aussi l’onction d’huile qui en est la cause et le flamboyant des vêtures. Un éblouissement. Bien entendu, c’est d’abord Aphrodite qui irradie. Mais si elle brille de l’huile sur la peau, de sa robe que l’on imagine parée d’or, elle ajoute pour parfaire sa parure les artifices de la séduction féminine qui offrent du clinquant aux yeux : « Sitôt qu’ils furent au lit bien travaillé, Anchise ôta du corps d’Aphrodite, sa parure éclatante : agrafes, souples spirales des bracelets, ornements de fleurs, colliers. Il dénoua sa ceinture et lui ôta sa robe brillante qu’il plaça sur un siège clouté d’argent… »58. Resplendir est le propre de ceux de l’Olympe qui éblouissent ceux qui les entourent, mais aussi de ceux qui s’en approchent à l’instar d’un Pâris qui, dans la chambre odorante et parfumée, déjà prisonnier des plaisirs d’Aphrodite, attend Hélène : il est alors un amant magnifique : « sa beauté brille autant que sa parure »59. L’éclat et la brillance sont clairement un artifice de la beauté. Propres aux êtres divins, ils trouvent leur corollaire chez les mortels sur les peaux luisantes d’huile des jeunes garçons dans les gymnases et celles des femmes qui, elles, ajoutent à leur parure l’odeur exquise des parfums. La charis émane des corps ainsi parés.

Séduction, sensualité et érotisme

  • 60 John Oakley, Rebecca Sinos, The Wedding in Ancient Athens, 1993, p. 11-21.
  • 61 Aristophane, Ploutos 529-530.
  • 62 Aristophane, Les Nuées 45-51.
  • 63 Xénophon, Banquet 2, 3-4.

27Que l’odeur et la parure régissent la séduction est sans doute un cliché. L’odorat, la vue et le toucher sont les sens de l’affinité. Le parfum et les vêtements sont les attributs de la jeune fille que l’on prépare au mariage60. À l’instar de Pandora, celle-ci est toilettée, vêtue et parée pour le grand jour. Pauvreté dans le Ploutos annonce qu’il pourrait un jour ne plus y avoir « d’essences à répandre goutte à goutte sur l’épousée quand vous la conduirez chez son mari, ni d’étoffes aux teintes somptueuses et variées pour la parer »61. L’époux peut rapidement se faire l’écho des penchants naturels de sa femme pour le futile et le superflu : « Et voilà que j’épouse la nièce de Mégaclès, fils de Mégaclès, moi campagnard, une citadine, une demoiselle, une mijaurée, tout “en-Césyrée”. Le jour du mariage, à table à côté d’elle, je sentais le vin nouveau, les claies au fromage, la laine, l’abondance ; elle, les parfums, le safran ; les baisers lascifs, la dépense, la gourmandise »62. Les odeurs respectives des époux, autant que leurs noms, disent l’exogamie. Déjà Socrate mettait en garde : « Quant aux femmes, surtout lorsque ce sont des jeunes mariées, comme celle de Nikératos et de Critobule ici présents, qu’ont-elles encore besoin de parfum ? Elles en exhalent elles-mêmes »63. Aussi le parfum et la parure sont-ils associés de fait à la séduction, en particulier auprès des moralistes.

  • 64 Antiphane, Gens de Thorikos, fr. 106, Kock II, p. 53.
  • 65 Anthologie palatine V, 18 ; 118 ; 146 ; 175 ; 197 ; 198 et 260. Même après sa mort, la séductrice e (...)
  • 66 Anthologie palatine V, 90 ou encore V, 91, Rufin ou Marcus Argentarius : « Je t’adresse ce merveill (...)
  • 67 Aristophane, Assemblée des femmes 519-527.

28Le parfum est l’auxiliaire privilégié de la stratégie amoureuse, il en est même un vecteur essentiel. La séduction passe par l’odorat qui révèle l’intime. Le comble du raffinement consiste alors comme nous l’avons chez Antiphane64 à utiliser des parfums définis pour chaque partie du corps. On glisse de la séduction vers la sensualité grâce aux épigrammes de l’Anthologie palatine. Vêtements et parfums sont des cadeaux prisés par les amoureux. Ils rehaussent tous deux la séduction déjà présente de l’être aimé65. La femme se caractérise par l’odeur de son haleine, de sa chair, de ses cheveux ou de ses vêtements. L’amoureuse elle-même peut être comparée à un parfum ; le don de parfum que lui fait son amant ne peut que rehausser sa beauté et son identité : « Voilà : je t’expédie ce suave parfum, Te célébrant, toi le parfum, par un parfum : On offre bien du vin à Bromios, dieu du vin »66. Le théâtre d’Aristophane illustre clairement que sentir le parfum, c’est d’abord et avant tout sentir la femme et l’amour67. Il semble même que l’onction de parfum soit nécessaire ou préalable à l’acte sexuel si l’on s’en tient à l’échange entre Myrrhinè et Cinésias dans Lysistrata : « Myrrhinè : Voilà je détache mon soutien-gorge. Souvienstoi : ne va pas me tromper au sujet de la paix. Cinésias : non par Zeus, ou je meure. M. : Allons bon, tu n’as pas de couverture. C. : Par Zeus, je n’en ai nul besoin. Je veux faire l’amour. M. : Sois tranquille, tu le feras. Je reviens vite (elle sort). C. : Cette femme me fera mourir, avec ses couvertures. M. : (revenant). Mets-toi droit. C. : Mais il est droit, celui-ci. M. : Veux-tu que je te parfume ? C. : Non par Apollon, pas moi ! M. : Si par Aphrodite, que tu veuilles ou non (elle part encore). C. : Ah ! Puisse-t-il être répandu, le parfum, ô puissant Zeus ! M. : (revenant avec un flacon). Avance ta main ; prends et frotte-toi ; C. : (flairant). Pas agréable par Apollon, ce parfum-là. Il est tout juste bon à retarder et ne sent pas le mariage. M. : Malheureuse, c’est le baume de Rhodes que j’ai apporté. C. : C’est bon, laisse-le que diantre ! M. : Tu plaisantes tout de bon (elle repart). C. : La peste soit de celui qui le premier distilla un parfum ! ». Le trait est lourd et l’invite grossière, le parfum révèle crûment les attentes supposées des femmes et leurs prétendues prises de pouvoir décisionnel dans l’acte sexuel. Ici il est aussi fait mention du dévoilement, du déshabillage lent pour faire attendre l’époux et le provoquer.

  • 68 Anthologie palatine XII, 192, Straton, Le goût du naturel ou XII, 7, Straton, Inconvénients de l’am (...)

29La séduction n’est pas une pratique exclusivement féminine. Dans le roman de Chariton, une ruse sert à faire croire que Callirhoé l’héroïne a un amant. Un homme est payé pour revêtir les atours de la séduction : « il a une chevelure luisante et ses boucles qui sentaient les parfums, des yeux fardés, un manteau souple, des chaussures élégantes ; de grosses bagues brillaient » (I, 4, 9). La méthode se rapproche ainsi des pratiques féminines. Au contraire, le mode de séduction des garçons est autre. La simplicité de leur mise et surtout leur nudité s’associent à la senteur naturelle de leur peau huilée pour attirer l’amour. Ainsi dans l’Anthologie palatine : « Je n’aime pas les artifices : Et ces boucles dorées m’attristent. Je préfère un garçon recouvert de poussière. À la condition que tout son corps reluise de cette huile propice à tant me satisfaire. Au diable tous les fards dont la femme se grise ! »68.

30Si c’est le visage féminin trop fardé ici qui est l’objet de réprobation par l’outrance qu’il affiche, la critique et le blâme s’étendent à ceux qui usent mal ou trop de ces outils de l’apparence. C’est avec sévérité et moquerie que sont pointés du doigt ceux ou celles qui ne connaissent pas les usages et les codes qui siéent à l’image de soi : ces Autres, venus d’ailleurs. Si les atours, l’enveloppe extérieure disent la personne et les intentions même les plus intimes, vêtements et parfums révèlent aussi le rang, la richesse, l’outrance… l’Orient.

III. De l’attirance au rejet

  • 69 Lorsque Athénée (XII, 519 b) illustre le luxe des Sybarites, il signale, entre autres, le port de m (...)
  • 70 Voir par exemple la tunique présentée à Philocléon (Aristophane, Guêpes 1130 sq.) : Bdélycléon : «  (...)
  • 71 O. Sudzuki, « Silk Road and Alexander’s Eastern Campaign », Orient 11, 1976, p. 67-92.
  • 72 Attention cependant à ne pas caricaturer, des matières produites localement peuvent atteindre des p (...)
  • 73 Voir Rachel Touzé, « Les matières premières employées dans la confection des huiles, onguents et po (...)

31Parfums et vêtements sont tour à tour des parures attirantes et des éléments luxueux que l’on rejette. Le coût des textiles et des parfums est un élément important pour comprendre ce phénomène d’attraction/répulsion. Il faut distinguer ici deux catégories de vêtements et de parfums : exotiques et indigènes. Les sources, dans les deux cas, nous laissent peu entrevoir les productions locales moins onéreuses. Les vêtements produits au sein de l’oikos pour toute la maisonnée, hommes et femmes sont peu fréquemment cités. Les tissus les plus riches peuvent bien sûr être des produits domestiques — lors des préparatifs du mariage par exemple — mais ils peuvent aussi être achetés. Les manteaux de Milet69 sont ainsi fameux durant toute l’Antiquité ; les textiles richement décorés et teints proviennent fréquemment d’Asie Mineure70. Plus lointaine encore, la soie71 utilisée pour les voiles ou certaines tuniques transparentes fait son apparition dans les sources à l’époque classique. Ces produits demandant un lourd travail artisanal et un transport important sont dispendieux et synonymes de luxe72. Comme pour les vêtements, la production locale de parfums nous échappe en grande partie. Des fleurs indigènes73 pouvaient être utilisées pour confectionner couronnes, guirlandes mais surtout par enfleurage ou par des techniques simples, pour produire à la maison ou chez les parfumeurs, des parfums moins rares, donc moins coûteux. Cependant les essences les plus chères sont importées d’Orient.

  • 74 Les Grecs n’avaient pas toujours la maîtrise de la géographie avec des confusions entre les lieux d (...)
  • 75 Plutarque, Cimon 9, 5 (Gallimard) : après Sestos et Byzance, les prisonniers des alliés grecs sont (...)
  • 76 Pour le lieu commun sur l’odeur délicieuse de l’Arabie, cf. entre autres sources : Hérodote (III, 1 (...)
  • 77 Voir Lydie Bodiou, Véronique Mehl, « Parfums de passage : naissances, mariages, funérailles en pays (...)

32L’Orient, au sens large74, est le lieu de production et de transit privilégié des beaux et coûteux produits, parfums, vêtements chatoyants, textiles bariolés, tapis moelleux, sans oublier les bijoux75. L’exotique attire parce qu’il est étranger, lointain, mystérieux. Ce qui fait en partie le prix d’un produit, textile mais surtout parfum, c’est avant tout sa provenance géographique, la distance parcourue par la marchandise (plusieurs mois ou années pour certains parfums), mais aussi tous les éléments mythiques associés76. L’Orient est le pays de tous les mythes parfumés (mythes de métamorphoses, liés à la production, à la récolte…). Le caractère précieux de ces produits permet de comprendre pourquoi ils sont associés à des moments clés de la vie des Grecs (mariage, accouchement, funérailles)77.

  • 78 Homère, Odyssée II, 335-340.
  • 79 Sappho, fr. 31 (trad. Philippe Brunet), « […] Vient Hector et ses hommes qui portent sur leurs vais (...)
  • 80 Dominique Frère, « Parfums, huiles et crèmes parfumées en Étrurie orientalisante », Mediterranea II (...)
  • 81 Athénée XV, 690 b-c (importance du royaume de Sardes dans l’imaginaire grec de la parfumerie).
  • 82 Ibid. 690 d (avec la production du fameux brentheion ou brenthion : cf. Pollux 6, 104). Juliette de (...)
  • 83 Plutarque, Solon 27, 3 (Gallimard).

33Au fil du temps, on note une évolution dans la perception de ces deux éléments de parure. À l’époque archaïque, les vêtements ouvragés et les parfums sont signes d’une richesse « positive ». Chez Homère, ils sont au nombre des richesses de tout palais royal : « Télémaque descendit dans le spacieux trésor au toit élevé, où étaient entassés l’or et le bronze, des vêtements dans des coffres et quantité d’huile odorante. Il y avait aussi des jarres de vieux vin, douce boisson ; elles contenaient une liqueur divine et pure, rangées en file contre le mur, pour le jour où Ulysse reviendrait en sa maison, après tant d’épreuves »78. Avec Sappho, à la richesse s’ajoute l’attrait de la séduction et de l’Orient, en particulier avec la description des noces d’Andromaque et d’Hector79. Comme son nom l’indique, la période orientalisante80, en Grèce mais aussi en Italie, est marquée par l’attrait pour les produits venus d’Orient au sens large (Asie Mineure avec en particulier la Lydie et Sardes81, mais aussi la Syrie-Phénicie ou l’Égypte). L’importation ou l’imitation de céramiques orientales marque également cette attirance pour les produits luxueux. Certains de ces petits vases peuvent ainsi contenir des parfums précieux82. Lorsque Solon se rend à Sardes à l’invitation du roi, il se trouve face aux richesses légendaires de Crésus, mais surtout face au faste oriental lydien : « … le roi s’était orné de pierres, d’étoffes teintes et de parures d’or richement travaillées qui lui semblaient particulièrement remarquables, exceptionnelles et enviables, pour se faire voir sous l’aspect le plus impressionnant et le plus brillant »83. Les parfums ici ne sont pas mentionnés, mais les sources littéraires et l’archéologie disent abondamment leur présence dans le royaume lydien. Ce qui attire ici, c’est en particulier ce qui brille, ce qui est luisant ou rayonnant, ce qui est cher : les étoffes teintes, les bijoux en or et les peaux luisantes d’huile.

  • 84 Athénée XV, 686 e.
  • 85 Plutarque, Solon 21, 6 (Gallimard). Flavia Frisone, Leggi e regolamenti funerari nel mondo greco, l (...)
  • 86 Fr. 3, v. 3-6 West (Athénée XII, 526 ab) trad. Jean Voilquin (GF Flammarion) : « Les Colophoniens a (...)
  • 87 Athénée XII, 526 d (trad. Philippe Renault pour le site de la BCS) : « Quant à Antiphanès, dans son(...)

34Les aristocrates sont friands de cet Orient riche et mythique, puis avec le temps ou avec l’excès, avec la truphê, apparaissent rejet et condamnation. Au Ve S., une condamnation plus marquée du luxe et de la richesse se note dans les sources. Déjà au VIe S., Solon avait tenté sans succès de freiner cette influence orientale en interdisant aux hommes la vente des parfums84 et en limitant les dépenses pour les linceuls lors des funérailles85. Xénophane de Colophon86 condamne la truphê de ses compatriotes qui se rendent sur l’agora, vêtus de pourpre, les cheveux magnifiquement bouclés et parfumés. La condamnation porte avant tout sur l’utilisation exagérée de pratiques importées. Peu à peu l’Ionie, surtout, devient synonyme de luxe débordant, puis de vie dissolue87.

  • 88 Aristophane, Lysistrata 946.
  • 89 Aristophane, Nuées 45-51.
  • 90 Aristophane, Ploutos 529.

35Au Ve S., d’autres types de condamnations apparaissent. Parfums et vêtements importés ne sont plus synonymes de richesse, de séduction et d’un luxe enviable mais de dépenses inutiles, voire d’un excès de féminité. La condamnation commençait déjà à poindre chez Xénophane (« manières efféminées et nuisibles »). Les Comiques se plaisent à relayer les plaintes des maris ruinés par les dépenses de leurs épouses. « Maudit soit celui qui, le premier, concocta un parfum ! »88. Dans les Nuées d’Aristophane, l’opposition est nette entre Strépsiade le mari — paysan — et sa jeune épouse toute en séduction et dépense89. Les mariées chez Aristophane (et dans l’iconographie) sont parées de parfums versés goutte-à-goutte en raison de leur prix et d’étoffes magnifiques90. Parures de la séduction lors du gamos, nettement du côté du féminin, elles sont autant de risques de dépenses futures pour le marié.

  • 91 Une épigramme funéraire oppose ainsi le luxe à la vie préconisée par les Cyniques, Anthologie palat (...)
  • 92 Xénophon, Économique 9, 6 (vêtements) et 10, 2-3 et 9 (pour les recommandations).

36Ce risque se double peu à peu de considérations philosophiques. Xénophon, à plusieurs reprises, oppose beauté naturelle et artifices, tant pour les dépenses envisagées que pour le respect des bonnes règles morales91. Ischomaque et sa jeune épouse s’empressent ainsi de ranger les vêtements de fête dans leurs appartements, tandis que le mari recommande à la jeune fille de renoncer à l’usage des artifices vestimentaires mais surtout cosmétiques92. Il renouvelle cette prescription dans le Banquet (2, 3-4), où les femmes mariées n’ont pas besoin de se parfumer, puisque émanent d’elles de bonnes odeurs, celles de la vertu.

  • 93 Anthologie palatine XII, 185, Straton.
  • 94 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane VIII, 7.

37Ceux qu’aujourd’hui nous qualifierions de snobs se caractérisent dès lors dans les sources par les étoffes dont ils se parent (généralement rouges) et par les parfums dont ils enduisent leurs cheveux : « Ces garçons prétentieux tout de rouge vêtus, nous ne les poursuivrons pas, cela est entendu. Ils sont tels des figues sur les monts les plus hauts, qui font le seul régal des vautours, des corbeaux »93. Chez Philostrate, la moquerie porte sur des jeunes gens blonds et frisés qui se croient dignes d’envie à cause de leur chevelure et du parfum qui en dégoutte94.

  • 95 Théophraste, Caractères X, 14. Le complaisant (V, 6) quant à lui, au contraire, « il se fait sans c (...)

38À l’opposé, dans les Caractères de Théophraste, le mesquin se caractérise par le peu d’attention qu’il porte à ses vêtements et à ses soins corporels. Il lésine sur le métrage de tissu pour fabriquer son manteau et économise la quantité d’huile pour ses frictions dont on doute qu’elle soit parfumée : « ils (les individus de cette sorte) portent des manteaux qui n’arrivent pas jusqu’aux cuisses ; une toute petite fiole d’huile leur suffit pour leurs frictions ; ils se font tailler les cheveux ras et ne se chaussent qu’à partir de midi ; et quand ils portent leur manteau chez le foulon, ils lui recommandent de n’y pas ménager l’argile afin qu’il prenne moins rapidement les tâches »95.

  • 96 Arnaldo Momigliano, Sagesses barbares, les limites de l’hellénisation, Paris, 1979, p. 147 sq. : la (...)
  • 97 Pline l’Ancien XIII, 2-3.
  • 98 Plutarque, Alexandre 20, 12-13 (Gallimard) : « On lui avait réservé la tente de Darius, qui était p (...)
  • 99 Plutarque, Alexandre 18, 7 (Gallimard).

39L’usage des vêtements et du parfum est paradoxal. Ils attirent toujours, mais sont condamnés. L’admiration, l’importation et la copie cèdent la place au rejet de ce qui est luxueux, donc étranger, voire oriental. Si les guerres médiques96 ont joué indéniablement un rôle dans l’apparition du rejet de ces produits, les importations continuent durant tout le Ve S. C’est seulement à la fin du Ve S. et au IVe s. qu’ils ne sont plus synonymes d’un luxe enviable, mais de la richesse mal contrôlée du Grand Roi, de soumission, voire de féminité outrancière. L’Orient se résume parfois alors à l’Asie Mineure et aux Perses qui la dominent pour partie. Certes tardif, le témoignage de Pline l’Ancien dit bien les liens intrinsèques existant entre les Perses et les parfums : « les parfums reviennent de droit aux Perses : ils en sont toujours inondés, et par ce moyen ils masquent la mauvaise odeur que leur donne la malpropreté. Le premier exemple de l’usage de parfums que je trouve est la boîte à parfums dont Alexandre s’empara, au milieu des autres dépouilles, lors de la prise du camp de Darius… »97. Lorsque les troupes d’Alexandre font du butin dans les camps perses ou dans les villes détenues par Darius, aux côtés de l’argent ou de l’or, deux éléments apparaissent dans les textes de façon récurrente, les riches étoffes et les parfums ou aromates. L’opposition est particulièrement visible dans plusieurs épisodes de la Vie d’Alexandre de Plutarque, le point d’orgue étant la prise de la tente de Darius après la bataille d’Issos98. Les vêtements lourds et colorés sont du côté du Grand Roi, comme l’usage immodéré des parfums et des essences précieuses. Ils annoncent déjà la défaite des Perses, effrayés, renvoyés du côté de la lâcheté et de la féminité à l’opposé de l’idéal grec prôné par Alexandre. S’oppose alors aux dépenses (inutiles) de Darius la bonne odeur naturelle d’Alexandre irradiant même les vêtements qu’il porte. Lorsqu’encore jeune, Alexandre rêve à son avenir, il se voit revêtu de la robe de Darius99 comme s’il pouvait suffire d’enfiler son vêtement pour atteindre la grandeur du personnage.

  • 100 Plutarque, Agésilas 12, 3 (Gallimard).
  • 101 Ibid. 36, 10 (Gallimard). Ephrain David, « Dress in Spartan Society », art. cit. (n. 31), p. 3-13, (...)
  • 102 Xénophon, Économique 4, 20-25.

40Lors d’une rencontre entre le roi spartiate Agésilas et le satrape Pharnabaze, les parfums ne sont pas présents mais le luxe est du côté des textiles. Agésilas, selon Plutarque, caractérise bien l’intégrité spartiate insensible aux richesses de ses alliés orientaux. « Dès que celui-ci (Pharnabaze) arriva, on étendit sur le sol des peaux moelleuses et des tapis bigarrés, mais il eut honte en voyant Agésilas ainsi allongé ; il s’étendit à son tour, sur l’herbe, par terre, sans changer de vêtements, bien qu’il portât des habits d’une finesse et d’un coloris admirable »100. À la fin de sa carrière, alors qu’il se rend en Égypte, vêtu selon Plutarque101 d’un manteau grossier et misérable, le fameux tribôn spartiate (sujet de moquerie pour les Égyptiens), Agésilas refuse les présents d’hospitalité : « friandises, pâtisseries et parfums ». À la simplicité spartiate, notée par le manteau si caractéristique de la cité lacédémonienne, s’oppose l’abondance des produits luxueux et confortables de l’Égypte. Par le vêtement, l’attitude, les gestes, les codes de comportement, deux mondes s’opposent : le raffinement dépeint comme excessif de l’Orient et l’ascétisme rigoureux des Spartiates. Lysandre avait rencontré Cyrus dans son paradis de Sardes et marqué son étonnement quand celui-ci lui explique qu’il a lui-même « dessiné et arrangé » le jardin, alors qu’il « voit la beauté des vêtements du roi (dont il sent le parfum), la beauté des colliers, des bracelets, de toute la parure qu’il porte… »102.

  • 103 .Euripide, Oreste 1112-1117.
  • 104 Euripide, Bacchantes 235-239.

41Parfums et vêtements disent alors le manque de virilité, l’incompétence à la guerre. Dans Oreste d’Euripide, Hélène est entourée « de gardes du corps qu’elle a ramenés d’outre-mer » ; Oreste et Pylade ne sont dès lors pas effrayés car ceux-ci sont Phrygiens et comme le remarque Oreste : « Comment peuvent être des gens qui ont la capitainerie des miroirs et des parfums »103. Lorsque Penthée dans les Bacchantes décrit les étrangers (dont Dionysos) venus de Lydie et qu’il veut montrer en eux le charlatan et le sorcier, il met en avant les « boucles blondes » et « la crinière parfumée » associées ici aussi à la « féminité » et « aux boniments »104. Cette opposition se dénote très bien dans l’iconographie — dans la céramique, mais aussi en sculpture — entre les Grecs et les Perses, les uns nus et athlétiques (donc huilés) et les autres toujours vêtus, renvoyés du côté féminin, tant par leurs vêtements que par leur gestuelle (tombant à la renverse, un genou à terre, totalement à terre…).

  • 105 Sian Lewis, « Barbers’ Shop and Perfume Shops, “Symposia without Wine” », dans Anton Powell, The Gr (...)
  • 106 Plutarque, Timoléon 14, 3 (Gallimard) : « … Un homme qui peu auparavant était tyran de Sicile, pass (...)
  • 107 Démosthène, XXV. Contre Aristogiton I, 52 ; Lysias, XXIV. Pour l’invalide 20. Cf. aussi Lysias, (fr (...)
  • 108 Plutarque, Périclès 1, 4.

42Le rejet des parfums et à travers les parfums des importations orientales se lit aussi dans la condamnation commune des parfumeurs105. Au rejet classique de l’artisan s’ajoute celui du fabricant de produits coûteux susceptibles de pervertir les citoyens. Le parfumeur est souvent présenté comme un étranger ou un métèque dans le cas d’Athènes. Sa boutique sur l’agora est un lieu fréquenté par les badauds venus y perdre leur temps, parfois même un lieu annonçant la débauche106. À Athènes, à l’est de l’agora, le muropôleion107 est à la fois le marché aux parfums et celui aux aromates. La condamnation des parfumeurs rejoint dans la bouche de Périclès celle des teinturiers, qui donnent aux textiles des couleurs chatoyantes, en particulier la pourpre : « Ces spectacles, ce sont les actions inspirées par la vertu : elles suscitent, chez ceux qui les étudient, le désir passionné et ardent de les imiter. Dans les autres domaines, l’admiration que nous éprouvons devant une réalisation ne nous pousse pas forcément à désirer en faire autant. Souvent même au contraire, tout en appréciant l’œuvre, nous méprisons l’ouvrier : les parfums et la pourpre nous plaisent, mais nous considérons les teinturiers et les parfumeurs comme des êtres serviles, des artisans »108.

  • 109 Plutarque, Phocion 20, 4.

43L’opposition à l’Autre n’est pas toujours celle du Grec et du non-grec. L’Autre évolue au gré de la politique. Ainsi Athéniens et Spartiates s’opposent par leurs vêtements et leurs odeurs. La dureté du mode de vie des Spartiates, qui ne semblent pas connaître le plaisir du raffinement olfactif et ignorer la douceur du beau vêtement, est illustrée par Plutarque, dans la Vie de Phocion. Ce dernier, qui avait envoyé son fils à Sparte pour qu’il soit éduqué « à la spartiate », répond à une critique de Démade qui s’était rapidement enrichi : « En vérité, rétorqua Phocion, cela t’irait bien, parfumé comme tu l’es et vêtu d’une si belle chlamyde, de faire devant les Athéniens l’éloge des repas en commun et de Lycurgue »109. Le parfum et le vêtement sont associés pour signifier l’opposition de style entre une Athènes, ionienne, qui se laisse aller aux délices des plaisirs de la vie et les affiche, et une Sparte, dorienne, modèle d’austérité et de sobriété.

44Le parfum comme le vêtement disent la grécité qui s’imprime dans les mœurs, les pratiques et les usages au cours du temps. Tour à tour séduisant, brillant de richesses et de délices, l’Orient se fait envahissant et menaçant.

  • 110 Plutarque, Alcibiade 16, 1. Pauline Schmitt Pantel, « Le luxe et la classe politique athénienne », (...)
  • 111 Les parallèles sont forts entre Alcibiade et Thémistocle : loués pour leurs victoires militaires, i (...)

45Sans doute Alcibiade peut-il résumer à lui seul le personnage de l’« Autre ». Doté de tous les dons propres à la jeunesse dorée, il est en but aux critiques pour l’outrage de ses mœurs, au rang desquels sa mise. Lorsqu’il est à Athènes, il use de son luxe outrancier pour convaincre politiquement : « Mais à côté de ces dons pour la politique et pour l’éloquence, à côté de tant d’ambition et d’habileté, Alcibiade faisait preuve aussi d’un extrême relâchement dans ses mœurs. Il se livrait à l’ivresse ou à l’amour avec de grands débordements ; il portait des vêtements efféminés, de longues robes de pourpre qu’il laissait traîner derrière lui quand il traversait l’agora et déployait un luxe outrancier »110. Son aspect efféminé se note aussi dans le choix de l’épisème sur son bouclier : un Éros ! Alcibiade, sorte de dandy à la beauté affichée, adulé autant que haï111, cristallise tous les effets réprobateurs d’une conduite indigne en affichant une ostentation vestimentaire répréhensible : des robes de couleur excessive, trop longues et trop richement décorées pour un homme.

  • 112 Plutarque, Alcibiade 23, 3-5.
  • 113 Ibid. 16, 5 : « […] Il n’y avait rien qu’il ne fut capable d’imiter ou de pratiquer. À Sparte, il é (...)
  • 114 Ibid. 39, 2-3.
  • 115 La version du rêve présentée par Valère Maxime fait intervenir le manteau féminin : « Alcibiade aus (...)

46S’il n’est pas reproché à Alcibiade l’outrance olfactive, elle est sous-entendue dans un autre passage de Plutarque, lorsque l’Athénien est passé du côté spartiate après l’affaire de la mutilation des Hermès. Personnage polymorphe, lui si distingué peut lors de son exil à Sparte prendre la « couleur locale » : « Il attirait et envoûtait le peuple, parce qu’il avait adopté le mode de vie spartiate. En le voyant se raser jusqu’à la peau, se baigner dans l’eau froide, s’habituer à leur pain grossier et avaler leur brouet noir, les gens en croyaient à peine leurs yeux : ils se demandaient si cet homme avait jamais eu un cuisinier dans sa maison, s’il n’avait jamais vu un parfumeur ou consenti à toucher un manteau de Milet »112. Tel un caméléon, il se défait de son mode de vie athénien et de ses parures (il ne porte plus de manteaux milésiens et ne fréquente plus le parfumeur). Il se rend au gymnase et a une vie austère et frugale. Lorsque la guerre après 413 le pousse vers l’Ionie, il adopte la mode locale. Plutarque113 le décrit à nouveau comme un efféminé, mais il ajoute la volupté et la nonchalance, caractéristiques orientales notoires. Installé en Phrygie, un rêve précédant de peu sa mort, annonce sans doute son sort prochain et les funérailles qui vont suivre et pointe une dernière métamorphose : « Il lui sembla qu’il était enveloppé dans les vêtements de l’hétaïre, laquelle lui tenait la tête dans ses bras ; elle lui parait le visage, comme le font les femmes, en le fardant et en le maquillant »114. Au seuil de la mort, il semble que cet homme insondable ait définitivement basculé du côté du féminin115.

  • 116 Athénée XIII, 565 c (trad. Philippe Renault, ch. 18, pour le site de la BCS).
  • 117 Ibid. 565 d-e (trad. Philippe Renault, ch. 19, pour le site de la BCS).

47Mais Alcibiade n’est que l’archétype de ceux « de sa sorte ». Ainsi Athénée relate : « Diogène, voyant un homme avec un menton glabre, lui lança : “Reprocherais-tu à la nature de t’avoir fait homme et non point femme ?”. Un autre jour, apercevant un individu à cheval, bien rasé, parfumé et vêtu comme le sont habituellement ces gens aux mœurs particulières, il s’écria qu’il avait autrefois cherché à comprendre ce que signifiait le mot “putain de cheval” et qu’il avait enfin compris »116. Ici la condamnation morale se porte uniquement sur l’apparence, le physique, l’odeur et l’allure. Le trop apprêté est un contre-modèle typé qui suscite désapprobation et vindicte. Le modèle qui s’offusque d’une tenue trop soignée, aux effluves excessives, au système pileux gommé… s’affiche au contraire par une allure virile trop rustique et quasi miteuse : celle de l’homme de bien : « Et c’est ainsi qu’on vous voit, pour la plupart d’entre vous, tout ratatinés et tout crasseux du point de vue moral autant que du point de vue physique. À force de vanter la sobriété de votre mise, on finit par vous retrouver croulant sur le seuil de l’avarice, menant une vie mesquine, vous enveloppant de manteaux minables, usés jusqu’à la corde, chargeant vos chaussures de clous, et traitant invariablement de tapette, quiconque a eu le malheur de se parfumer et de revêtir une tunique à vos yeux trop moelleuse… »117.

48Un corps vêtu et parfumé révèle aux autres sans avoir besoin de dire, affiche une manière d’être, donne une image de soi au sein d’un jeu complexe de hiérarchies et de valeurs sociales. Le vêtement et le parfum se combinent et se dédoublent souvent, répondant aux attentes et aux présupposés. Si c’est bel et bien l’enveloppe extérieure que l’on pare, c’est une apparence que l’on croît et que l’on doit maîtriser pour donner cette image de soi. L’odorat, « sens sans parole », confirme et complexifie les hiérarchies perçues par le vêtement. Avec les tissus et les matières odorantes, trois sens — l’odorat, la vue et le toucher — se combinent pour approcher au plus près l’intimité des corps.

49Au XXe siècle la sensuelle, Marilyn s’habille de quelques gouttes de parfum ; dans l’Antiquité grecque, le nom même de Myrrhinè suffit à qualifier la femme séductrice et renvoie à des pratiques culturelles qui transcendent toute la société. Autant dire que les parures et les odeurs sont bien plus que des artifices. Derrière l’apparence, ils disent l’altérité, la catégorie statutaire, le sexe, l’âge mais aussi sans doute la conduite, le caractère, la norme et la convenance. Leur absence ou leur présence, ostensible ou discrète, naturelle ou artificielle permet de situer et de qualifier chacun ou chacune dans la conformité et la convention : les lois et les codes de la cité loin d’être affirmés et inscrits sont des usages qui deviennent prescriptifs et s’affichent, s’exposent et se sentent.

Notes

1 Sauf mention explicite, les traductions sont celles de la Collection des Universités de France ou de la Bibliotheca Classica Selecta.

2 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social aux 18e et 19e siècles, Paris, 1982, Avant-propos, p. II.

3 Le vocabulaire ne sera cependant pas pris en compte ici. Il ne permet généralement pas de discerner le type de parfums utilisés, mais seulement la bonne odeur, plus rarement la mauvaise. Le dossier iconographique sera l’objet d’une contribution de Lydie Bodiouet Véronique Mehl, « Parfums de passage : naissance, mariage, funérailles en pays grec », à paraître dans le catalogue de l’exposition de Mariemont : La rose, la myrrhe, l’encens, Musée Royal de Mariemont, Belgique, juin 2008.

4 Les épigrammes de l’Anthologie palatine, certes beaucoup plus tardives, ont été retenues car elles permettent de révéler des fonctionnements du parfum que l’on perçoit dans les autres sources (épiques, théâtrales, historiques…) mais qui y sont beaucoup plus explicites. Chez les poètes, depuis l’époque archaïque, le parfum trouve sa juste place au milieu des autres sensations.

5 Pour une approche plus approfondie des odeurs comme signe identitaire en Grèce se reporter à Lydie Bodiou, Véronique Mehl, « Sociologie des odeurs en pays grec », dans Lydie Bodiou, Dominique Frère, Véronique Mehl (éd.), Parfums et odeurs dans l’Antiquité, PUR, 2008 (sous presse).

6 Xénophane de Colophon, Silles 14.

7 Voir Véronique Mehl, « Sociologie des odeurs en pays grec. 1. L’odeur suave du divin », dans Lydie Bodiou, Dominique Frère, Véronique Mehl (éd.), Parfums et Odeurs dans l’Antiquité, op. cit. C’est aussi parce que les dieux sentent naturellement bon que tous les lieux qu’ils fréquentent assidûment sont eux aussi embaumés. Leurs temples sont artificiellement parfumés par le biais des substances odoriférantes qui y sont brûlées, rappelant et appelant le divin. Voir l’article fondateur de Waldemar Déonna, Euôdia. Croyances antiques et modernes. L’odeur suave des dieux et des élus, Turin, 2003 (1939), p. 7-22.

8 Euripide, Hippolyte 1391.

9 Alain Ballabriga, « La nourriture des dieux et le parfum des déesses. À propos d’Iliade XIV, 170-172 », Mètis XII, 1997, p. 119-127.

10 Homère, Iliade XIV, 170-177.

11 Ibid. XIV, 177-186.

12 Ibid. VIII, 266-369.

13 Sylvia Milanezi, « Beauty in Rags. On rhakos in Aristophanic Theatre », dans Liza Cleland, Mary Harlow, Lloyd Llewellyn-Jones (éd.), The Clothed Body in the Ancient World, Oxford, 2005, p. 75-86.

14 Homère, Odyssée IV, 244-246, trad. Philippe Jacottet.

15 Ibid. IV, 252-254, trad. Philippe Jacottet.

16 Voir pour les processus de transformations identitaires Sylvie Galhac, « Ulysse aux mille métamorphoses », dans Francis Prost, Jérôme Wilgaux (éd.), Penser et représenter le corps dans l’Antiquité, Rennes, 2006, p. 15-30 (lors du retour d’Ulysse à Ithaque par exemple, Odyssée XIII, 397-404 : « Je te rendrai méconnaissable à tous les yeux : je flétrirai ta belle peau sur ton corps souple, ferai tomber tes blonds cheveux et te revêtirai de haillons qui rendront ta vue odieuse à tous ; j’éraillerai tes yeux si beaux jusqu’à présent pour que tu soies hideux à tous les prétendants, à ta femme et au fils que tu as laissé au palais »).

17 Hymne homérique à Déméter 40-43.

18 Ibid. 90-92.

19 Ibid. 276-280.

20 Pour une définition de la charis, voir l’introduction de Vincent Azoulay, Xénophon et les grâces du pouvoir. De la charis au charisme, Paris, 2004. En particulier la charis se rapporte à tout ce qui produit de la joie et du plaisir.

21 Hymne homérique à Apollon 4-6.

22 Hymne homérique à Hermès 235-237.

23 Francis Prost, « L’odeur des dieux en Grèce ancienne. Encens, parfums et statues de culte », dans Lydie Bodiou, Dominique Frère, Véronique Mehl (éd.), Parfums et odeurs dans l’Antiquité, op. cit.

24 Plutarque, Alexandre 4, 3-4 (trad. Anne-Marie Ozanam, Gallimard, 2001) et Propos de table I, 6, 623 E. Voir en particulier Gilles Bounoure, « L’odeur du héros », Quaderni di Storia S, IX, 1983, p. 3-46.

25 Voir Lydie Bodiou, « Sociologie des odeurs en pays grec. 2. Entre la fleur et l’huile parfumée : les signatures olfactives des mortels », dans Lydie Bodiou, Dominique Frère, Véronique Mehl (éd.), Parfums et odeurs dans l’Antiquité, op. cit.

26 Xénophon, Banquet 2, 3-4.

27 Aristophane, Thesmophories 130-145. Voir Suzanne Said, « Travestis et travestissements dans les comédies d’Aristophane », Cahiers du Gita 3, oct. 1987, p. 217-246 et 229-230 qui relève que le prologue répond en le parodiant à la Lycurgie d’Eschyle et à partir de la page 231 pour le travestissement et les échanges de sexe.

28 Plutarque, Thésée 23, 2 (Gallimard).

29 Voir Florence Gherchanoc, « Les atours féminins des hommes : quelques représentations du masculin-féminin dans le monde grec antique. Entre initiation, ruse, séduction et grotesque, surpuissance et déchéance », Revue historique CCV/4, 2003, p. 739-791.

30 Plutarque, Lycurgue 16, 12 (Gallimard).

31 Ephrain David, « Dress in Spartan Society », Ancient World 19, 1989, p. 3-13, 4. Pour le contrôle par les éphores, cf. Agatharchidès, apud Athénée XII, 550 c-d. Xénophon (Constitution des Lacédémoniens 2) pointe les qualités du système éducatif spartiate, en mettant en particulier en avant les pratiques autour du corps.

32 Plutarque, Lycurgue 22, 2 (Gallimard).

33 Pierre Brulé, « Promenade en pays pileux hellénique : de la physiologie à la physiognomonie », dans La Grèce d’à côté. Réel et imaginaire en miroir en Grèce antique, Rennes, 2007, p. 169-176 (pour les liens entre masculinité et chevelure).

34 Archiloque, Fr. 237, Épodes 67 cité par Plutarque, Périclès 28, 6-7 (Périclès utilise le vers d’Archiloque pour dévaloriser Elpinice, sœur de Cimon, qui s’est opposée à lui après la reddition de Samos lors de l’épitaphios logos).

35 Alciphron, Lettres de pêcheurs, de paysans, de parasites et d’hétaïres II, 25, La roue à livres, Paris, 2006.

36 Aristophane, Paix 858-862.

37 Xénophane de Colophon, fr. 3, 3-6 West.

38 Hymne homérique à Hestia II, 3.

39 Aristophane, L’assemblée des femmes 519-527.

40 Voir pour les liens entre la chevelure, les parfums, la fécondité et l’abondance, Véronique Mehl, « “Vois si ma tête sent le parfum”, Aristophane, Assemblée des femmes, 524s. Cheveux de femmes, séduction et norme sociale », dans Le sens du poil, Anthropologie de la pilosité et de la chevelure, Histoire, sociologie, ethnologie, littérature, histoire de l’art, médecine, philosophie, anthropologie, psychologie, colloque tenu à Brest, 31 mai – 2 juin 2007, à paraître en 2008. Pour le voile et le mariage voir Florence Gherchanoc, « Le(s) voile(s) de mariage. La question particulière des anakaluptêria », Mètis N.S. 4, 2006, p. 239-267 et surtout Lloyd Llewellyn-Jones, Aphrodite Tortoise. The veiled Woman of ancient Greece, Swansea, 2003.

41 Aristophane, Guêpes 607-610.

42 Athénée XII, 553 a (trad. Philippe Renault, ch. 78, pour le site de la Bibliotheca Classica Selecta).

43 Idem, XII, 553 b.

44 Idem, XII, 553 c.

45 Pour les sources et une analyse des liens entre pieds et érotisme : Daniel Levine, « epaton bama (“her Lovely Footstep”) : the Erotics of Feet in ancient Greece », dans Douglas Cairn (éd.), Body Language in the Greek and Roman Worlds, Swansea, 2006, p. 55-72.

46 Aristophane, Lysistrata 410-420.

47 Archiloque, fr. 38 (Trimètres 14).

48 Antiphane, Gens de Thorikos, fr. 106, Kock II, p. 53 (apud Athénée XV 689 e-f et XII, 553 d). Voir pour le débat sur l’identité de la coquette, Béatrice Nicolas, « Le vocabulaire de la parfumerie en Grèce ancienne ou comment parler d’une “senteur qu’on ne peut ni décrire ni la comparer à rien” », dans Lydie Bodiou, Dominique Frère, Véronique Mehl (éd.), Parfums et odeurs dans l’Antiquité, op. cit. (n. 5).

49 Emma Stafford, « Viewing and Obscuring the Female Breast: Glimpses of the Ancient Bra », dans Liza Cleland, Mary Harlow, Lloyd Llewellyn-Jones (éd.), The Clothed Body in the Ancient World, op. cit. (n. 13), p. 96-110.

50 Anthologie palatine V, 199. Voir aussi Andrew Dalby, « Levels of Concealment: the Dress of Hetairai and Pornai in Greek Texts », dans Lloyd Llewellyn-Jones (éd.), Women’s Dress in the Ancient Greek World, Swansea, 2002, p. 111-124.

51 Homère, Iliade VI, 483.

52 Hymne homérique à Déméter 231.

53 Voir Hélène Parat, « L’impossible partage », dans Sein de femme, sein de mère, Paris, 2006, p. 37-70. Beth Cohen, « Divesting the Female Breast of Clothes in Classical Sculpture », dans Ann Olga Koloski-Ostrow, Claire L. Lyons (éd.), Naked Truths. Women, Sexuality and Gender in Classical Art and Archaeology, Routledge, 1997, p. 66-92.

54 Hymne homérique à Aphrodite 58-66. Voir Véronique Mehl, « Sociologie des odeurs en pays grec. 1. L’odeur suave du divin », op. cit., (n. 7).

55 Anthologie palatine VI, 275.

56 Voir pour les liens entre les voiles et les parfums Lloyd Llewellyn-Jones, Aphrodite Tortoise. The veiled Woman of ancient Greece, op. cit. (n. 40), p. 288-289 pour le voile d’Héra et 291-292 (liens entre voile, parfum, richesse et érotisme). Voir aussi Cynthia Shelmerdine, « Shining and Fragrant Cloth in Homeric Epic », dans Jane Carter, Sarah Morris (éd.), The Ages of Homer. A Tribute to Emily Townsend Vermeule, Austin, 1995, p. 99-107 et Hans van Wees, « Clothes, Class and Gender in Homer », dans Douglas Cairn (éd.), Body Language in the Greek and Roman Worlds, op. cit. (n. 45), p. 14-15.

57 Voir par exemple Andromaque lors de ses noces avec Hector, cf. Sappho fr. 31 (trad. Philippe Brunet, Bibliothèque l’âge d’homme, 1991).

58 Hymne homérique à Aphrodite 160-164.

59 Homère, Iliade III, 392.

60 John Oakley, Rebecca Sinos, The Wedding in Ancient Athens, 1993, p. 11-21.

61 Aristophane, Ploutos 529-530.

62 Aristophane, Les Nuées 45-51.

63 Xénophon, Banquet 2, 3-4.

64 Antiphane, Gens de Thorikos, fr. 106, Kock II, p. 53.

65 Anthologie palatine V, 18 ; 118 ; 146 ; 175 ; 197 ; 198 et 260. Même après sa mort, la séductrice embaume encore (AP VII, épigrammes funéraires 218, Antipater : « Je renferme Lais, la belle citoyenne de Corinthe, qui vécut dans l’or et la pourpre et avec l’Amour, plus recherchée, plus délicate que Vénus elle-même, plus brillante que les blanches eaux de Pirène, la Cypris terrestre dont les fiers prétendants étaient plus nombreux que ceux de la jeune Tyndaride et moissonnaient ses grâces et ses caresses achetées. Son tombeau même exhale une odeur de safran ; ses os sont encore imprégnés d’essences et de parfums ; de ses cheveux s’échappe un air embaumé… »).

66 Anthologie palatine V, 90 ou encore V, 91, Rufin ou Marcus Argentarius : « Je t’adresse ce merveilleux parfum. Mais c’est au parfum que je donne du plaisir : Pas à toi, non ! Car c’est toi le parfum qui donne sa douceur à ce noble élixir ».

67 Aristophane, Assemblée des femmes 519-527.

68 Anthologie palatine XII, 192, Straton, Le goût du naturel ou XII, 7, Straton, Inconvénients de l’amour féminin : « Chez une fille il n’y a point l’étau qui vous enserre, ni de baisers naturels, ni le parfum si simple de la peau, ni ces mots sensuels, ni ces yeux ingénus… ».

69 Lorsque Athénée (XII, 519 b) illustre le luxe des Sybarites, il signale, entre autres, le port de manteaux de laine de Milet.

70 Voir par exemple la tunique présentée à Philocléon (Aristophane, Guêpes 1130 sq.) : Bdélycléon : « Non pas, c’est à Ecbatane que cela se tisse ». Philocléon : « À Ecbatane, on fait des boyaux de laine ? ». Bdélycléon : « Allons donc, mon bon ! Mais cela, ce sont les barbares qui le font tisser, à grands frais ? oui, cette tunique là, sache-le, a consommé un talent de laine, facilement ». Margaret Miller, Athens and Persia. A Study in Cultural Receptivity, Cambridge, 1997, p. 153-187 « Incorporation of Foreign Items of Dress ».

71 O. Sudzuki, « Silk Road and Alexander’s Eastern Campaign », Orient 11, 1976, p. 67-92.

72 Attention cependant à ne pas caricaturer, des matières produites localement peuvent atteindre des prix importants (la pourpre par exemple).

73 Voir Rachel Touzé, « Les matières premières employées dans la confection des huiles, onguents et poudres parfumés en Grèce ancienne : les aromates à l’épreuve de l’expression », dans Lydie Bodiou, Dominique Frère, Véronique Mehl (éd.), Parfums et odeurs dans l’Antiquité, op. cit. (n. 5).

74 Les Grecs n’avaient pas toujours la maîtrise de la géographie avec des confusions entre les lieux de production et de vente. De nombreux produits sont attribués à l’Arabie, alors que celle-ci n’est qu’un lieu de transit des marchandises.

75 Plutarque, Cimon 9, 5 (Gallimard) : après Sestos et Byzance, les prisonniers des alliés grecs sont parés de « bracelets, des colliers et des chaînes en or, des robes d’apparat et de la pourpre ».

76 Pour le lieu commun sur l’odeur délicieuse de l’Arabie, cf. entre autres sources : Hérodote (III, 113 « de la terre d’Arabie s’exhale une odeur d’une suavité merveilleuse »), Théophraste (Histoire des plantes IX, 7, 1), Strabon (XIV, 4, 19), Diodore de Sicile (II, 49) et Héliodore (IX, 22, 1). Voir aussi le commentaire de Suzanne Amigues à Théophraste, Recherches sur les plantes IX et pour les connaissances géographiques des Grecs, Suzanne Amigues, « L’expédition d’Anaxicrate en Arabie occidentale », Topoi 6, 1996, p. 671-676. Annick Lallemand, « Le parfum comme signe fabuleux des pays mythiques », dans Peuples et pays mythiques, Actes du Ve colloque du Centre de Recherches Mythologiques de l’Université de Paris X (Chantilly, 18-20 septembre 1986), réunis par François Jouanet Bernard Deforge, Paris, 1988, p. 73-90.

77 Voir Lydie Bodiou, Véronique Mehl, « Parfums de passage : naissances, mariages, funérailles en pays grec », art. cit. (n. 3).

78 Homère, Odyssée II, 335-340.

79 Sappho, fr. 31 (trad. Philippe Brunet), « […] Vient Hector et ses hommes qui portent sur leurs vaisseaux, de la (vive) Plakia, de Thébê la cité sacrée, par la plaine salée, Andromaque au regard brillant, vierge tendre, et des bracelets d’or, si nombreux, pourprés, des habits imprégnés de parfums, de bijoux diaprés, et des coupes d’argent, infinies, de l’ivoire aussi… ». Voir Leslie Kurke, « The Politics of habrosunê in Archaic Greece », Classical Antiquity 11, 1992, p. 91-120 (habrosunê peut être traduit par opulence, richesse, luxe…).

80 Dominique Frère, « Parfums, huiles et crèmes parfumées en Étrurie orientalisante », Mediterranea III, 2006 (2007), sous presse.

81 Athénée XV, 690 b-c (importance du royaume de Sardes dans l’imaginaire grec de la parfumerie).

82 Ibid. 690 d (avec la production du fameux brentheion ou brenthion : cf. Pollux 6, 104). Juliette de la Genière, « Parfumés comme Crésus : De l’origine du lécythe attique », Bulletin de Correspondance Hellénique 108, 1984, p. 91-98.

83 Plutarque, Solon 27, 3 (Gallimard).

84 Athénée XV, 686 e.

85 Plutarque, Solon 21, 6 (Gallimard). Flavia Frisone, Leggi e regolamenti funerari nel mondo greco, le fonti epigrafiche, Galatina, 2000.

86 Fr. 3, v. 3-6 West (Athénée XII, 526 ab) trad. Jean Voilquin (GF Flammarion) : « Les Colophoniens avaient appris des Lydiens des manières efféminées et nuisibles au moment où ils n’avaient pas encore fait l’expérience de l’odieuse tyrannie ; ils allaient à l’agora portant des vêtements teints de pourpre, ils étaient là d’ordinaire au nombre de plus d’un millier, pleins d’orgueil, tout vains de leur chevelure artistiquement peignée et imprégnée de parfums et d’odeurs ». Voir Leslie Kurke, « The Politics of habrosunê in Archaic Greece », art. cit. (n. 79), p. 92.

87 Athénée XII, 526 d (trad. Philippe Renault pour le site de la BCS) : « Quant à Antiphanès, dans son Dodona, il fait les remarques suivantes : “D’où viennent-ils et où habitent-ils ? Serait-ce une foule d’Ioniens habillés somptueusement, des hommes délicats, adonnés au plaisir, qui arrivent en ces lieux ?” ». Théophraste, aussi, dans son livre Sur le Plaisir, dit que « les Ioniens, ainsi que d’autres peuples, à cause de leur excès de luxe... (lacune)... encore aujourd’hui le proverbe d’or a survécu ».

88 Aristophane, Lysistrata 946.

89 Aristophane, Nuées 45-51.

90 Aristophane, Ploutos 529.

91 Une épigramme funéraire oppose ainsi le luxe à la vie préconisée par les Cyniques, Anthologie palatine VII, 413 (Antipater de Thessalonique) : « Aux travaux des femmes vêtues d’amples robes, moi Hipparchie, j’ai préféré la rude vie des cyniques. La tunique qui s’agrafe, les chaussures à talons élevés, les résilles parfumées n’étaient pas de mon goût ; je m’accommodais mieux d’une besace et d’un bâton, d’un manteau à l’unisson, d’un lit jeté à terre n’importe où ; et ma vie a été ainsi plus glorieuse que celle de la Ménalienne Atalante dans la mesure où la sagesse est au-dessus de la chasse et de la course ».

92 Xénophon, Économique 9, 6 (vêtements) et 10, 2-3 et 9 (pour les recommandations).

93 Anthologie palatine XII, 185, Straton.

94 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane VIII, 7.

95 Théophraste, Caractères X, 14. Le complaisant (V, 6) quant à lui, au contraire, « il se fait sans cesse tailler les cheveux ; il prend grand soin de la blancheur de ses dents ; ses manteaux sont encore en très bon état quand il les quitte ; il se parfume ». Chez Aristophane, la richesse se voit dans la capacité à s’acheter de l’huile (Ploutos 615-616) et surtout, comme chez Homère, l’huile (parfumée) se trouve dans les réserves d’une riche maison.

96 Arnaldo Momigliano, Sagesses barbares, les limites de l’hellénisation, Paris, 1979, p. 147 sq. : la pression perse devient plus importante entre 411 et 336 (domination sur les Grecs d’Asie Mineure, soutien de cités ou de factions en Grèce d’Europe).

97 Pline l’Ancien XIII, 2-3.

98 Plutarque, Alexandre 20, 12-13 (Gallimard) : « On lui avait réservé la tente de Darius, qui était pleine de serviteurs et de meubles somptueux, ainsi que de nombreux trésors. Il ôta aussitôt son armure et alla prendre un bain en disant “Allons laver la sueur de la bataille dans la baignoire de Darius ! - Non, par Zeus, répliqua un de ses compagnons, dans la baignoire d’Alexandre : les biens des vaincus doivent appartenir aux vainqueurs et porter son nom”. Lorsqu’il vit les bassins, les urnes, les baignoires et les flacons de parfum, tout cela en or, travaillé de manière admirable, lorsque la pièce fut embaumée d’un parfum divin, exhalé par les aromates et les essences précieuses, lorsqu’en sortant, il passa dans la tente où tout forçait l’admiration — sa hauteur, sa profondeur, les tapis, les tables et le festin lui-même —, il se tourna vers ses compagnons et leur dit : “Apparemment, c’était donc cela être roi” ».

99 Plutarque, Alexandre 18, 7 (Gallimard).

100 Plutarque, Agésilas 12, 3 (Gallimard).

101 Ibid. 36, 10 (Gallimard). Ephrain David, « Dress in Spartan Society », art. cit. (n. 31), p. 3-13, p. 5 pour l’opposition entre le manteau traditionnel spartiate et les marqueurs de signe extérieur de richesse.

102 Xénophon, Économique 4, 20-25.

103 .Euripide, Oreste 1112-1117.

104 Euripide, Bacchantes 235-239.

105 Sian Lewis, « Barbers’ Shop and Perfume Shops, “Symposia without Wine” », dans Anton Powell, The Greek World, Londres, 1995, p. 432-441.

106 Plutarque, Timoléon 14, 3 (Gallimard) : « … Un homme qui peu auparavant était tyran de Sicile, passait désormais son temps à Corinthe sur le marché aux viandes ; il allait s’asseoir dans les boutiques du parfumeur, buvait du vin frelaté dans les cabarets, se querellait en public avec des filles qui faisaient commerce de leur beauté, donnait des leçons de chant à des musiciennes et engageait avec elles des discussions passionnées à propos des chansons de théâtre et d’harmonie musicale ». L’incongru (XI, 8) des Caractères de Théophraste, « Il s’arrête devant la boutique du barbier ou du parfumeur et déclare aux clients qu’il a dessein aujourd’hui de faire bombance ».

107 Démosthène, XXV. Contre Aristogiton I, 52 ; Lysias, XXIV. Pour l’invalide 20. Cf. aussi Lysias, (fragm.) XXXVIII. Contre Eschine le Socratique 5. La condamnation se retrouve aussi à Rome, cf. par exemple Cicéron, De officiis 150, qui met sur le même plan « les parfumeurs, les saltimbanques et les tenanciers de tripots ».

108 Plutarque, Périclès 1, 4.

109 Plutarque, Phocion 20, 4.

110 Plutarque, Alcibiade 16, 1. Pauline Schmitt Pantel, « Le luxe et la classe politique athénienne », dans Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle, textes réunis et présentés par Claude Petitfrère, Tours, 1999, p. 375-385. Voir également Pauline Schmitt Pantel, « Genre et identité politique à Athènes au Ve siècle à partir des Vies de Plutarque », dans Violaine Sébillotte Cuchet, Nathalie Ernoult (éd.), Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris, 2007, p. 217-232.

111 Les parallèles sont forts entre Alcibiade et Thémistocle : loués pour leurs victoires militaires, ils sont exilés dans l’empire perse (l’un à Magnésie du Méandre, l’autre en Phrygie) où ils ont adopté tous deux les usages et les coutumes perses, dont le fameux costume.

112 Plutarque, Alcibiade 23, 3-5.

113 Ibid. 16, 5 : « […] Il n’y avait rien qu’il ne fut capable d’imiter ou de pratiquer. À Sparte, il était assidu aux exercices du gymnase, frugal et austère ; en Ionie, efféminé, voluptueux et nonchalant ; en Thrace grand buveur et bon cavalier ; et quand il fréquenta le satrape Tissapherne, il surpassa par son faste et son luxe la magnificence des Perses ».

114 Ibid. 39, 2-3.

115 La version du rêve présentée par Valère Maxime fait intervenir le manteau féminin : « Alcibiade aussi a pu connaître la mort misérable qui l’attendait par l’image qui, dans la nuit, s’offrit à ses yeux sans le tromper. En effet, le manteau de son amante dont il était recouvert pendant qu’il dormait servit, quand il eut été tué et laissé gisant sans sépulture, à l’envelopper » (I, 7, ext. 9). Sa dernière enveloppe est féminine.

116 Athénée XIII, 565 c (trad. Philippe Renault, ch. 18, pour le site de la BCS).

117 Ibid. 565 d-e (trad. Philippe Renault, ch. 19, pour le site de la BCS).

Auteurs

Université de Poitiers, Crescam

Université de Bretagne Sud, Crescam

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable