Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : S'habiller, se déshabiller dans les mondes anciens

Dossier : S'habiller, se déshabiller dans les mondes anciens

Introduction

S’habiller, se déshabiller dans les mondes anciens

Florence Cherchanoc et Valérie Huet

À Nina

Texte intégral

  • 1 Paris, Musée du Louvre, G2, H. 38, 5 cm. Voir Martine Denoyelle, Chefs-d’œuvre de la céramique gre (...)
  • 2 L’image est en couverture du présent volume de Mètis.

1Sur le col d’une amphore attique, signée par le potier Pamphaios et attribuée au peintre Oltos (vers 520-515 av. J.-C.)1, apparaît de chaque côté une jeune femme de profil. L’une est accroupie et lace sa sandale gauche ; en dehors de ses sandales, d’une coiffe qui couvre en partie ses cheveux (un sakkos), de bijoux esquissés (probablement des boucles d’oreilles, un collier et un bracelet sur le poignet gauche), elle est dans le plus simple appareil, celui que la nature lui a donné. L’autre femme2 figure assise au sol sur un coussin ; elle porte une coiffe presque identique, mais qui est ornée d’un feuillage ; une attention plus grande est portée aux bijoux bien apparents (boucles d’oreilles, collier et bracelet au poignet gauche) ; elle est chaussée aussi de fines sandales à lanières et est précisément en train d’arranger les lanières de sa chaussure gauche. Sont-elles nues, mi-nues ou encore mi-vêtues ? Comment lire et comprendre ces corps féminins a priori nus mais parés de quelques artifices ? Qui sont ces femmes ? Des pornai ? Des hétaïres ? Autrement dit, que nous apprend leur mise sur leur identité ? De plus, quel est le projet du peintre ? À qui s’adresse-t-il ?

  • 3 Sur les liens entre pieds et érotisme : Daniel Levine, « epaton bama (“her Lovely Footstep”): the (...)
  • 4 L’une est vêtue d’un long peplos et a les cheveux relevés en chignon ; l’autre est montrée empêtré (...)

2L’absence de vêtement, d’étoffes pour couvrir ces corps féminins, ainsi que les parures dont ces derniers sont pourvus — des artifices de la beauté — insistent sur le fort pouvoir de séduction des jeunes femmes3. Constat d’autant plus intéressant, si l’on remarque que sur chaque anse est peint un jeune homme également nu — qui semble se diriger vers l’une de nos « hétaïres » — tandis que sur chaque face de la panse est représentée une femme habillée (une ménade ?)4 assaillie par un satyre nu. Ainsi, sur un même objet, sont réunies des scènes de séduction qui renvoient à une activité sexuelle à venir, librement consentie (au moins dans un imaginaire masculin) et des scènes de violence sexuelle.

3Il n’est pas question ici de commenter cette amphore plus avant, ni les enjeux de telles représentations. Pour l’heure, seuls nous importent les parures (y compris la nudité) et les jeux de vêtements associés à des gestes, qui permettent, du moins le croit-on, d’identifier et de qualifier nos personnages féminins.

  • 5 Florence Gherchanoc et Valérie Huet, « Pratiques politiques et culturelles du vêtement : s’habille (...)
  • 6 Celle-ci fut organisée le 1er avril 2006 à l’INHA ; elle marqua le premier temps fort d’une réflex (...)
  • 7 Sur cet aspect, lire Gloria Ferrari, Figures of Speech. Men and Maidens in Ancient Greece, Chicago (...)

4Ce lien entre identité, vêtement (au sens large) et gestuelle est fondamental ; néanmoins, il ne résume pas l’ampleur de la problématique, que nous avons définie dans un article à la fois historiographique et programmatique paru dans la Revue historique en 20075. D’autres jeux d’images portent, par exemple, sur à la fois la mise en relation et l’opposition d’individus totalement emballés dans des tissus à d’autres qui se dévoilent ou se présentent nus ; ils insistent davantage encore sur des comportements et des attitudes codés, normés ou non. À cet égard, nous ne pouvons que nous référer au dossier inédit que nous avait présenté Nina Strawczynski lors de la première journée de recherche organisée sur cette thématique6 — hommage modeste à une amie et collègue qui s’est éteinte le 24 janvier 2008. Cette dernière avait bien montré, à partir de mises en série d’images principalement peintes par Macron et Douris, de quelle façon se côtoient érastes et éromènes dans des scènes de cour amoureuse, et comment s’organise l’emmitouflage des uns tandis que les autres sortent de leur enveloppe vestimentaire et dévoilent plus ou moins leur corps, dans un jeu qui lie aidôs (dans le premier cas) et geste « féminin », geste de séduction et d’ouverture, à connotation sexuelle (dans le second cas). Féminisation et érotisation juvénile mettraient, ainsi, l’accent sur ce passage à l’âge adulte, à l’issue duquel justement le jeune garçon cesse d’être féminin et devient un homme accompli7.

  • 8 En dehors de journées de recherches, notre activité s’est déployée, d’une part, dans le séminaire (...)
  • 9 Roland Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement », Annales ESC 3, 1957, p. 441.

5L’intérêt et les enjeux d’un travail de recherche collective sur « S’habiller, se déshabiller dans les mondes anciens » résident dans la mise en perspective et en contexte des vêtements et de la nudité des Anciens, dans le décryptage des marques identitaires, des signes d’altérité, des normes et transgressions vestimentaires, des gestuelles associées au costume et à la nudité. L’angle d’approche que nous privilégions est anthropologique8. Comme l’écrivait Roland Barthes, les valeurs du vêtement « témoignent du pouvoir créateur [d’une] société sur elle-même »9.

6Le dossier, proposé dans ce volume de la revue Mètis, constitue précisément le second volet de ce programme de recherche. Il réunit, d’une part, des communications présentées le 31 Mars 2007, à l’INHA, dans le cadre d’une journée de recherche consacrée à ce thème : celle de Lydie Bodiou (Université de Poitiers, Crescam) et Véronique Mehl (Université de Bretagne Sud, Crescam) porte sur le parfum comme élément de la mise des divinités, des hommes et des femmes, des plus jeunes aux plus âgés en Grèce ; les auteurs montrent comment le parfum, suivant les contextes, peut agir comme élément de séduction ou de répulsion et obéit donc à des normes sociales au même titre que le vêtement. Michel Blonski (Université Paris IV) analyse la saleté comme « tenue de travail » à Rome ; la « tenue sale » s’impose dans certaines circonstances comme étant la norme exigée, inverse et contradictoire avec l’habit civique. Laurent Hugot (Université de la Rochelle, CRHIA) pose la question de l’existence d’une culture vestimentaire en Étrurie ; en ce sens, il présente et classe le matériel céramique disponible permettant d’amorcer une réflexion sur les spécificités et les transformations des représentations de corps masculins et féminins nus, mi-nus et largement vêtus. D’autre part, ce dossier est enrichi des articles de Jérôme Wilgaux (Université de Nantes, Crescam) sur quelques aspects de la physiognomonie, les codes vestimentaires et les règles de civilité, de Florence Gherchanoc (Université Paris VII, Phéacie) sur les nudités « athlétiques » en Grèce ancienne et de Valérie Huet (Université Paris VII, Gernet) sur les multiples jeux de vêtements exposés par Suétone dans la vie des empereurs julio-claudiens.

  • 10 Platon, Gorgias 465 b. Sur l’opposition entre beauté naturelle et artifices, cf. aussi ces quelque (...)
  • 11 Sur l’utilisation de telles substances comme éléments de ruses dans le contexte d’une guerre d’ané (...)
  • 12 Roland Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement », art. cit. (n. 9) ; Liza Cleland, Mary Harl (...)
  • 13 Sur la physiognomonie : voir la bibliographie établie par Véronique Dasen et Jérôme Wilgaux dispon (...)

7Ces contributions, diverses dans leur contenu, n’en présentent pas moins une unité. En effet, que nous apprennent les vêtements et autres parures comme les parfums, la saleté, les poils, les cheveux ou encore la nudité sur les individus qui les revêtent ou s’en défont dans des contextes appropriés ou volontairement déplacés, sur le convenable, sur les normes sociales, politiques et religieuses de sociétés anciennes ? Quels usages les Anciens font-ils de ces artifices en tous genres ? Quels discours en proposent-ils sur le comportement des individus ou les mœurs de leur temps ? Comment, par exemple, Suétone et les auteurs de l’Histoire Auguste utilisent-ils les descriptions physiques et les parures pour construire de « bons » et de « mauvais » empereurs ? Que penser, dans un autre registre, des réflexions de Platon sur la beauté véritable ? « La flatterie (kolakeia) se donne pour l’art, dont elle prend le masque ; du bien elle n’a nul souci, mais par l’attrait du plaisir elle tend un piège à la sottise qu’elle abuse… C’est ainsi que […] la toilette (kommôtikê) contrefait la gymnastique, et c’est une chose malfaisante (kakourgos), trompeuse (apatêlê), basse (agennês), indigne d’un homme libre (aneleutheros), qui produit l’illusion (apatôsa) par des apparences (schêmasin), par des couleurs (chrômasin), par un vernis superficiel (leiotêti) et par des vêtements (esthêsin). Si bien que la recherche d’une beauté empruntée (allotrion kallos) fait négliger la beauté naturelle que donne la gymnastique »10. Éléments possibles de la mise — étoffes, couleurs, maquillage, parfums, bijoux, etc.,… ou encore poussière, boue, plâtre11 et saleté — ne sont-ils qu’apatê (ruse trompeuse) ? S’habiller avec de tels artifices, en parer son corps, est-ce masquer, dissimuler sa véritable identité soit en se conformant aux usages soit en les détournant et en se travestissant ? En quoi ces parures du corps sont-elles des langages singuliers, des outils de communication12 ? En quoi les gestes et actions qui leur sont associés les renforcent comme éléments et instruments de rhétorique ? Se déshabiller, voire se montrer nu, n’est pas plus neutre. Au même titre que se vêtir, le fait de se dénuder, d’afficher son corps nu, se doit d’être contextualisé et participe aussi à une certaine présentation de soi fondée sur la norme ou bien la transgression. En outre, dans certains cas, le fait d’être plus ou moins vêtu relève d’un châtiment, insiste sur la dégradation, la déchéance voire l’avilissement et signe la perte d’un statut, d’une position privilégiée. Autrement dit, comme dans la physiognomonie, où apparence physique et personnalité forment un tout, les manières de se vêtir et de se dévêtir ou d’être dévêtu sont comprises comme autant de manifestations de la phusis des individus et expliquent leur genre de vie, leurs comportements et leurs mœurs (epitêdeumata/mores)13. Traits physiques et de caractère, tenue vestimentaire, parures et attitudes sont liés. Ils constituent un « vêtement total » — formule empruntée à Michel Blonski — convenable et conforme ou non aux codes vestimentaires et aux règles de civilité, en fonction de la façon dont ces signes sont instrumentalisés par un individu singulier ou bien par un groupe donné. Ainsi, l’analyse d’un ensemble de signes visibles, manifestes — des signes visuels et/ou olfactifs — semble déterminante pour caractériser une personnalité ou encore un mode d’action (des gestes) commun(s) propre(s) à une société donnée dans des contextes définis. Les articles qui suivent en explorent et éclairent certains aspects.

Notes

1 Paris, Musée du Louvre, G2, H. 38, 5 cm. Voir Martine Denoyelle, Chefs-d’œuvre de la céramique grecque dans les collections du Louvre, Paris, 1994, n° 46, p. 102-103. Nous remercions Martine Denoyelle pour sa lecture attentive.

2 L’image est en couverture du présent volume de Mètis.

3 Sur les liens entre pieds et érotisme : Daniel Levine, « epaton bama (“her Lovely Footstep”): the Erotics of Feet in ancient Greece », dans Douglas Cairn (éd.), Body Language in the Greek and Roman World, Swansea, 2006, p. 55-72. Voir aussi Andrew Dalby, « Levels of Concealment: the Dress of Hetairai and Pornai in Greek Texts », dans Lloyd Llewellyn-Jones (éd.), Women’s Dress in the Ancient Greek World, Swansea, 2002, p. 111-124. Il remarque judicieusement que, communément, les femmes figurées nues sont associées aux hétaïres (comme au XIXe S., photographiées nues, elles le furent aux prostituées) ; or, dans les textes anciens, les hétaïres portent des vêtements plus richement décorés et plus fins que ceux des autres femmes (p. 112).

4 L’une est vêtue d’un long peplos et a les cheveux relevés en chignon ; l’autre est montrée empêtrée dans une superposition de vêtements ; elle a les cheveux pris dans un sakkos en partie défait.

5 Florence Gherchanoc et Valérie Huet, « Pratiques politiques et culturelles du vêtement : s’habiller et se déshabiller en Grèce et à Rome. Essai historiographique », Revue historique CCCIX/1, 2007, p. 3-30.

6 Celle-ci fut organisée le 1er avril 2006 à l’INHA ; elle marqua le premier temps fort d’une réflexion amorcée depuis deux ans ; deux des quatre communications présentées ont paru : Catherine Goblot-Cahen (Phéacie), « Le héraut, entre l’éphèbe et le satyre », Revue historique CCCIX/2, 2007, p. 259-283, ainsi que Catherine Baroin (Université de Rouen, centre Gernet) et Emmanuelle Valette-Cagnac (Université Paris 7, centre Gernet), « Quand les Romains s’habillaient à la grecque ou les divers usages du pallium », Revue Historique CCCIX/3, 2007, p. 517-551 ; deux d’entre elles demeurent inédites : celles de Nina Strawczynski (CNRS, centre Gernet), « Déballages et emballages dans la céramique attique : l’érotisation du corps juvénile » et de Greg Woolf (Université de Saint-Andrews), « Sous la toge une peau barbare ? ».

7 Sur cet aspect, lire Gloria Ferrari, Figures of Speech. Men and Maidens in Ancient Greece, Chicago-Londres, 2002.

8 En dehors de journées de recherches, notre activité s’est déployée, d’une part, dans le séminaire d’histoire ancienne de l’Université Paris 7. Y sont intervenus le 24 janvier 2005, Pierre Cordier (Université Toulouse 2-Le Mirail), Nudités obscènes ; le 31 janvier 2005 : Valérie Huet, Le voile du sacrifiant sur les reliefs romains, à paraître remanié et développé dans Marie-Odile Laforge, Bernadette Cabouret (éd.), La norme religieuse dans le monde romain ; le 7 février 2005 : Florence Gherchanoc, Le voile de mariage en Grèce, texte remanié et publié dans Mètis N.S. 4, 2006, p. 239-267, sous le titre « Le(s) voile(s) de mariage dans le monde grec : se voiler, se dévoiler. La question particulière des anakaluptêria » ; le 7 mars 2005 : Valérie Huet, Vêtements et nudités d’esclaves sur les reliefs romains ; les 9 janvier, 27 février et 27 mars 2006 : Florence Gherchanoc, Marques de deuil sur les corps et les vêtements en Grèce, à paraître sous le titre « Mise en scène et réglementations du deuil en Grèce ancienne », Actes du colloque Les femmes, le féminin et le politique après Nicole Loraux, organisé les 15-17 novembre 2007 à l’INHA par Phéacie, Gernet et le RING ; les 6 février, 20 février et 6 mars 2006 : Valérie Huet, Gestes, vêtements et banquet dans les images à Rome ; les 27 novembre, 11 décembre 2006, 5 février 2007 : Florence Gherchanoc, Nudités athlétiques en Grèce, publié dans ce volume sous le titre « Nudités athlétiques et identités en Grèce ancienne » ; les 20 novembre, 18 décembre 2006 : Valérie Huet, Les chaussures des femmes sur les reliefs de banquet à Rome. D’autre part, dans les séminaires de l’équipe Phéacie, les communications suivantes ont été présentées : le 2 décembre 2005 : Robin Nadeau (Phéacie), L’habit ne fait pas le philosophe : règles et apparences dans le banquet grec ; le 12 janvier 2007 : Vinciane Pirenne-Delforge (FNRS, Liège) : L’habit fait-il le prêtre ou le dieu ? ; le 11 janvier 2008 : Anastasia Serghidou (Université de Crète), Vêtements, « preuves » et dramatisation de l’histoire et Valérie Huet, Jeux de vêtements chez Suétone, publié dans ce volume sous le titre « Jeux de vêtements chez Suétone dans les Vies des empereurs julio-claudiens ».

9 Roland Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement », Annales ESC 3, 1957, p. 441.

10 Platon, Gorgias 465 b. Sur l’opposition entre beauté naturelle et artifices, cf. aussi ces quelques textes cités par Lydie Bodiou et Véronique Mehl dans leur article : Xénophon, Économique IX, 6 et X, 2-3 et 9 sur le maquillage, entre autres, et Banquet II, 3-4 sur le parfum ; Anthologie Palatine XII, 192 : « Je n’aime pas les artifices : Et ces boucles dorées m’attristent. Je préfère un garçon recouvert de poussière. À la condition que tout son corps reluise de cette huile propice à tant me satisfaire. Au diable tous les fards dont la femme se grise ! ». En ce qui concerne le monde romain, voir notamment Annie Dubourdieu et Élisabeth Lemirre, « Le maquillage à Rome », dans Philippe Moreau (éd.), Corps romains, Paris, 2002, p. 89-114.

11 Sur l’utilisation de telles substances comme éléments de ruses dans le contexte d’une guerre d’anéantissement : Pierre Ellinger, « Le gypse et la boue, I. Sur les mythes de la guerre d’anéantissement », Quaderni Urbinati di Cultura Classica 29, 1978, p. 7-35, repris dans La légende nationale phocidienne. Artémis, les situations extrêmes et les récits de guerre d’anéantissement, Bulletin de correspondance hellénique suppl. XXVII, Paris, Athènes, 1993, p. 47-88.

12 Roland Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement », art. cit. (n. 9) ; Liza Cleland, Mary Harlow, Lloyd Llewellyn-Jones (éd.), The Clothed Body in the Ancient World, Oxford, 2005 ; Douglas Cairns (éd.), Body Language in the Greek and Roman Worlds, op. cit. (n. 3).

13 Sur la physiognomonie : voir la bibliographie établie par Véronique Dasen et Jérôme Wilgaux disponible sur le site internet du Crescam (http://www.crescam.net/).

Auteurs

Université Paris 7, Équipe Phéacie

Université Paris 7, Centre Louis Gernet

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540