Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire

 | 
Louis Bergeron

Bilan

Texte intégral

11. Préférer un « bilan » à une « conclusion », c’est à la fois choisir la prudence et indiquer la nécessité de prolonger et d’étendre la recherche. Ce qu’on appelle l’histoire de Paris est en fin de compte une histoire fort peu localisée. Elle pose des questions qui s’apparentent étroitement à toute une problématique nationale et internationale, et auxquelles on ne peut répondre du seul observatoire parisien, ni dans les limites de la seule période napoléonienne.

2L’étude des affaires et des gens d’affaires à Paris aux premières années du xixe siècle appelle à développer l’inventaire et l’analyse structurelle des entreprises et de leurs chefs, en France et en Europe, au delà de 1815 comme en deçà de 1795. Les systèmes de relations humaines et financières restent relativement moins bien connus que la circulation des biens et des techniques ou même que le mouvement des productions. Ces sources rares ou d’exploitation patiente que sont les archives économiques privées, les fonds des greffes des tribunaux de commerce, les minutes notariales, doivent être reprises pour compléter la collecte. Seules leurs informations peuvent donner son épaisseur, son intelligibilité entière à la nouvelle géographie marchande, industrielle, bancaire de la France dont les lignes commencent à s’esquisser avant même la révolution des transports.

32. Sur la ville elle-même, sur ses masses de travailleurs et de consommateurs, sommes-nous mieux informés, au terme de notre enquête ? Non, sans doute. Ce piétinement s’explique de deux façons : d’abord parce que les éléments de nouveauté ne doivent pas être surestimés ; ensuite en raison de la discordance entre les niveaux d’analyse.

  • 1 Cf. la présentation de Paris à la veille de la Commune dans Rougerie 1971.
  • 2 Arch. nat., F12, 507 ; cf. Vauthier 1913.
  • 3 Arch. nat., F12, 1569, notamment une lettre au ministre de l’Intérieur, 28 mars 1807.
  • 4 « Il est des magasins d’orfèvrerie où rien ne se fabrique et qui s’approvisionnent chez les orfèvr (...)
  • 5 Notamment la bijouterie de cuivre doré et plaqué, normalement exportée vers l’Espagne et ses colon (...)
  • 6 Branche qui comprend les « tabatières de carton, d’écaille, d’ivoire, de buis et bois des îles ; g (...)
  • 7 Paris et ses environs comptent cinquante manufactures de porcelaine, dont une dizaine de grande qu (...)

4Les éléments de nouveauté sont d’ordre industriel, essentiellement. La création d’une industrie cotonnière, pour relativement spectaculaire qu’elle ait été, n’a pas eu pour résultat l’implantation durable et massive qu’on aurait pu imaginer d’après ses débuts, et ne doit pas être regardée comme l’amorce d’une modification profonde de la structure de l’économie urbaine. Cette remarque s’applique également aux industries chimiques et mécaniques : bien que leur implantation soit cette fois définitive (en raison de l’aptitude particulière du milieu parisien à se les incorporer) elles restent très minoritaires dans l’emploi. Phénomène banal, lieu commun — mais c’est ici et à cette date l’occasion d’y revenir avec quelque insistance. L’un des aspects fondamentaux de l’histoire de Paris, c’est la centralité au sens le plus large du terme — nous y reviendrons. L’autre, c’est la massivité de la concentration humaine, déjà ancienne et de plus en plus sensible dès l’époque impériale avec la reprise de l’immigration et la vive poussée démographique : c’est là ce qui impose à la structure de l’économie parisienne, jusque dans un xixe siècle assez tardif, ses caractères dominants, dans ses activités sectorielles comme dans son organisation sociale, avec toutes les répercussions que l’on connaît dans l’ordre politique et idéologique1. Les sources napoléoniennes de l’histoire de Paris insistent fortement sur cette originalité, qu’il s’agisse de l’enquête du préfet Dubois sur la population ouvrière de la capitale en 18072, ou des enquêtes et mémoires de la Chambre de Commerce de Paris datant de la même année3. Elle tient tout particulièrement à l’importance des industries de luxe, dont toutes les branches réunies auraient occupé « environ 40 000 ouvriers et un nombre au moins égal de femmes et d’enfants » : horlogerie, orfèvrerie4, bijouterie5, broderie, passementerie, gainerie, mise en œuvre, gravure sur verre et sur métaux, tabletterie6, porcelaine7, etc. « Une très grande, et peut-être la majeure partie de la main-d’œuvre, à Paris, s’exerce sur des objets de luxe dont les circonstances ralentissent ou favorisent le débit, dont la mode fait naître et tomber l’usage. » Main-d’œuvre à qui sa souplesse d’adaptation technique permet de se soustraire aux crises qui affectent telle ou telle branche : « L’habitude d’un métier rend propre à cinq ou six autres qui ont avec le sien une analogie rapprochée... Le faiseur de portefeuilles travaille à la buffleterie, le sellier fait des bottes, le peintre d’éventails ou de tabatières s’essaie sur la porcelaine, le fabricant d’acier devient armurier, fourbisseur, ainsi du reste. » Ainsi se créent « les ressources qui ont fait vivre une population dont les besoins sont incalculables ».

53. Aussi bien notre enquête n’a-t-elle pas porté essentiellement sur la masse artisanale et ouvrière de Paris — bien que telles catégories de gros marchands ou de manufacturiers aient contrôlé de notables secteurs de la production urbaine — mais plutôt sur ces « puissances » économiques et sociales qui désormais nous paraissent jouer un rôle essentiel dans la structuration de l’espace économique français, et dans sa « dérégionalisation ». L’aspect qui se trouve au total le mieux éclairé est celui de la montée irrésistible du rôle de direction économique de Paris.

6Montée indiscutablement acquise dès le xviiie siècle. Bien sûr — et ces vues prennent d’autant plus de relief que Paris n’a pas fait pour ce siècle l’objet d’une étude analogue à celles dont bénéficient désormais les grands ports français — la fin de l’Ancien Régime se caractérisait par la puissance des rayonnements portuaires, faite à la fois de leur contrôle immédiat des aires extérieures du commerce du royaume et de leur capacité d’organisation hiérarchique des arrière-pays français. Toutefois il est certain, bien que cela ne soit pas suffisamment connu, que les capitaux parisiens, les maisons de commerce et de banque parisiennes participaient non seulement aux échanges mais aux armements et aux assurances maritimes. Il est non moins certain que Paris n’a cessé d’étendre dans le même temps son contrôle sur les échanges intérieurs français, réduisant de ce fait le rôle de Lyon ou d’Orléans dans la redistribution régionale. Cette évolution vers une certaine centralisation commerciale, aussi bien que l’audace croissante des investissements, nous paraissent avant tout le reflet d’une puissance bancaire triomphante, puissance sur le plan de laquelle l’élimination de Lyon a été beaucoup plus complète.

7Il ne fait pas de doute que la Révolution et l’Empire ont accentué l’avantage parisien au sein de l’espace économique français. Paris prend le dessus sur les places maritimes à la faveur de leur paralysie intermittente, puis permanente ; ce sont des capitaux des ports qui viennent travailler à Paris, ce sont des maisons de Paris qui contrôlent par leurs filiales une partie de l’activité portuaire subsistante ; la capitale arbitre le marché national des matières premières comme des produits de consommation et des articles manufacturés, prend définitivement rang de premier commissionnaire de l’économie française. Premier, mais non pas unique : Lyon, les autres grandes places régionales, les ports eux-mêmes gardent leur rôle dans un partage du travail commandé par Paris, qu’il s’agisse de commerce intérieur ou d’exportation.

8Ces opportunités nouvelles renforcent à leur tour la suprématie bancaire — le mot, dans ce domaine, n’est pas trop fort — de Paris. Elles y attirent les capitaux, et les nouvelles souches de banquiers. Ainsi s’explique l’apparent paradoxe d’un actif renouvellement du milieu des affaires en une conjoncture troublée dont il reste difficile de dire à quels facteurs elle laisse l’emporter, positifs ou négatifs, dans le secteur commercial tout au moins.

  • 8 Geiger 1965.

9Car, dans le secteur industriel, la réponse ne nous paraît pas faire de doute. L’époque napoléonienne est bien celle où la volonté de changer l’équilibre des forces économiques sur le continent, au détriment de l’Angleterre, a permis à un processus de modernisation de s’engager de façon irréversible. Et, dans cette industrialisation naissante — de multiples exemples l’ont montré — Paris a joué un rôle directeur unique en France. Parce que c’était la capitale politique, sans doute, donc le lieu où la volonté du gouvernement concentrait les instruments d’information technologique. Mais, plus encore, parce que sa puissance bancaire lui permettait de prendre le contrôle de la plupart des grandes affaires de l’industrie moderne. A cet égard, le cas d’Anzin reste sans doute le plus probant8 : Désandrouin a payé la survie de la Compagnie, en 1795, du rachat de la part que détenait le gouvernement par un consortium bancaire parisien, ce qui enlevait la majorité des parts aux grands capitalistes du Nord qui l’avaient exclusivement détenue jusqu’alors. S’il a fallu plus de vingt ans encore pour que l’affaire devienne la chose personnelle des Perier, dès le départ le contrôle financier et même technique a bien appartenu à la banque parisienne et à ses agents.

10Ainsi, de toute évidence, le remodelage de l’espace économique français au xixe siècle s’est-il trouvé commandé, avant toute autre considération, par la concentration parisienne des capitaux et des entrepreneurs.

Notes

1 Cf. la présentation de Paris à la veille de la Commune dans Rougerie 1971.

2 Arch. nat., F12, 507 ; cf. Vauthier 1913.

3 Arch. nat., F12, 1569, notamment une lettre au ministre de l’Intérieur, 28 mars 1807.

4 « Il est des magasins d’orfèvrerie où rien ne se fabrique et qui s’approvisionnent chez les orfèvres chambrelans... Cette fabrique entière occupe environ 1 500 ouvriers, et 600 ouvrières, femmes et filles, dont le travail est de polir et de brunir. »

5 Notamment la bijouterie de cuivre doré et plaqué, normalement exportée vers l’Espagne et ses colonies, qui emploie 6 000 ouvriers des deux sexes — sans compter environ 1 200 ouvriers faisant le placage, le doublage, l’argenture et la dorure des métaux.

6 Branche qui comprend les « tabatières de carton, d’écaille, d’ivoire, de buis et bois des îles ; garnitures de toilettes, de tables de jeu ; jouets d’enfants ; cannes, peignes, et mille autres petits articles » — et occupe « plus de 6 000 individus ». « L’éventail fait une branche distincte », qui peut occuper en atelier ou en chambre 2 000 ouvriers et 4 000 ouvrières.

7 Paris et ses environs comptent cinquante manufactures de porcelaine, dont une dizaine de grande qualité. Les autres sont des fabriques médiocres où « les chambrelans, peintres, doreurs et pareurs s’approvisionnent de porcelaine blanche qu’ils confectionnent et vendent aux magasins de Paris ».

8 Geiger 1965.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540