Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Tekhnai/artes

Résumés

Texte intégral

DOSSIER : Tekhnai/artes

1Marie-Christine Villanueva

2Des signatures de potiers et de peintres de vases à l’époque grecque archaïque et de leurs interprétations.

3On s’interroge dans ces lignes sur la signification que peut prendre le fait qu’en Grèce ancienne, des potiers et des peintres de vases aient apposé leurs signatures sur leurs œuvres dès le VIIe siècle avant notre ère. On suggère d’y voir, revenant à une interprétation traditionnelle, une affirmation de leur savoir-faire, une certaine fierté de leur tekhnê. Ils auraient signé avant les maîtres du grand art à cause d’un rapport différent à leur œuvre, mobile et souvent destinée à une clientèle privée.

4Ivonne Manfrini, Nina Strawczynski

5Une forge ambiguë.

6Dans les lignes qui suivent, seront proposés à la fois un rapide état des recherches sur les images comme sources documentaires sur la tekhnê grecque, entre le VIe et le Ve siècle av. J. C., et deux lectures, fondées sur l’analyse des jeux d’images familiers aux peintres et aux usagers antiques, des scènes figurées sur la coupe du peintre de la Fonderie. La première proposition, celle d’Ivonne Manfrini, explore la manière dont le peintre pourrait inviter le spectateur ancien à un exercice de la glose sur le faire métallurgique des dieux et des hommes ainsi que sur les produits issus de ce faire. Pour Nina Strawczynski, le peintre souligne le caractère réflexif et fictif des représentations grâce à un tissage des différents contextes de fabrication et de visualisation des corps.

7Jesper Svenbro

8Arraisonner la divinité ? Limites religieuses de la pensée technique.

9Dans une enquête sur les tekhnai en Grèce ancienne, l’évocation de la conférence de Martin Heidegger sur La pensée technique (1953) peut sans doute apparaître comme un hors-sujet, d’autant plus que l’un de ses concepts-clé, l’« arraisonnement », ne concernerait que le monde moderne. Ainsi, selon Heidegger, le Rhin se trouve « arraisonné », c’est-à-dire sommé de livrer son énergie à la centrale hydro-électrique dans laquelle il est muré. À titre contrastif et expérimental, on a voulu confronter la centrale électrique chez Heidegger avec le moulin à eau dans l’Anthologie palatine, IX, 418, ainsi que le « vieux pont de bois » sur le même fleuve avec le pont de Xerxès, décrit par Hérodote, VII, 34 sqq.

10Pierre Chiron

11Les Arts rhétoriques gréco-latins : structures et fonctions.

12Pour permettre une confrontation utile entre les divers processus de constitution et de transmission des savoirs techniques d’une aire culturelle à l’autre, un préalable nous paraît être l’établissement d’une typologie des formes données à ces savoirs dans les aires concernées. C’est ce que vise la présente contribution dans le riche domaine de la rhétorique gréco-latine. Fondée sur une première grande division entre traités généralistes et traités spécialisés, notre typologie distingue dans la première classe quatre grandes formes : discours-modèle, traité descriptif du résultat, traité méthode, traité « total » (sc. de rhétorique et d’éducation). Les traités spécialisés comportent, nous semble-t-il, quatre types : algorithme, typologie, répertoire, taxinomie. Pour affiner la comparaison, nous proposons ensuite quelques ébauches de contextualisation des diverses formes décrites, ainsi que quelques éléments d’exégèse et d’historicisation. Loin de prétendre épuiser un sujet aussi immense, la présente contribution vise seulement à jeter les bases d’un débat comparatiste.

13Catherine Baroin

14Techniques, arts et pratiques de la mémoire en Grèce et à Rome.

15Certains sophistes ou rhéteurs grecs des époques classique et hellénistique ont vraisemblablement créé et utilisé des procédés destinés à favoriser la mémorisation et la remémoration, mais on ne peut savoir si ces procédés étaient largement pratiqués et diffusés. En revanche, trois traités latins (la Rhétorique à Hérennius, le De oratore de Cicéron et l’Institution oratoire de Quintilien) décrivent avec précision un art de la mémoire (ars memoriae), qui est au cœur de la memoria, une des parties de l’art oratoire (ars dicendi). Cicéron et Quintilien attribuent son invention au poète grec Simonide, faisant par là de cette ars un héritage, légué par une tradition. Pourtant, leur récit étiologique paraît s’inscrire dans un univers proprement romain (celui de la cena et de l’identification des cadavres) et l’ars memoriae semble être pratiquée d’une façon spécifiquement romaine ; c’est ce qu’indiquent en particulier les lieux (loci) mnémoniques, très différents des topoi grecs, puisqu’ils sont décrits comme des lieux réels, architecturés et remplis d’images (tableaux, statues, etc.).

Varia

16Tanja Ruben

17L’être, la pensée et les liens du discours : structure et argumentation du fr. 8, 1-49 D-K de Parménide.

18Une analyse attentive aux liens formels et aux marques de l’énonciation du fragment 8 (1-41) D-K de Parménide montre qu’il présente une structure annulaire. Les parties corrélatives de chacun des trois anneaux se complètent et font progresser l’argumentation. Le discours de la déesse, par lequel elle cherche à convaincre le jeune homme d’emprunter le chemin de l’être, doit son efficacité et sa force persuasive à cette composition en anneaux et au récit paradigmatique qui en forme le centre. Celui-ci donne en exemple au jeune homme la divine Justice qui s’est prononcé jadis en faveur du chemin de l’être.

19Michele Corradi

20Protagoras dans son contexte. L’homme mesure et la tradition archaïque de l’incipit.

21La reconstruction du contexte original du principe de l’homme mesure formulé par Protagoras est un but difficile à atteindre puisque les œuvres de Protagoras ont été perdues et que la tradition relative à son principe dérive essentiellement des pages de Platon. L’analyse des témoignages sur le principe de Protagoras permet de saisir la liaison entre le principe de l’homme mesure et la réflexion des poètes archaïques. Platon et Sextus Empiricus nous disent que le principe de Protagoras est l’incipit de l’Aletheia. Donc le principe de l’homme mesure s’inscrit dans la tradition archaïque de l’incipit. Le destinataire de l’Aletheia s’attendait inévitablement à connaître à partir de l’incipit la position de Protagoras par rapport à la tradition littéraire et le fondement de vérité de son œuvre. La tradition littéraire avait conçu conventionnellement ce fondement dans le rapport du poète avec la Muse. Le principe de Protagoras peut être donc interprété comme l’affirmation du savoir de l’homme par le renoncement au savoir inspiré par la Muse.

22Bruce Lincoln

23Poetic, Royal, and Female Discourse : On the Physiology of Speech and Inspiration in Hesiod.

24This article considers several related Hesiodic and Homeric passages that treat the categorically distinctive discourses attributed to poets, kings, and women. A complex system is uncovered that associates each type of speech with different substances, parts of the body, and ethical qualities. A hierarchic ranking is also perceived that situates poetic speech closer to that of the gods, female speech closer to that of animals, and royal speech ambiguously in-between.

25Michel Sève

26Une stèle à banquet de Cyzique.

27La stèle funéraire à banquet pour Attalos fils d’Asclépiodoros, provenant de Cyzique et conservée au musée du Louvre (Ma 2854), a été surtout étudiée pour l’objet que tient la servante près de la femme assise sur le lit, considéré comme une maquette d’architecture, souvent celle de l’Arsinoeion de Samothrace ; la stèle serait celle d’un architecte. L’examen des conditions dans lesquelles cette interprétation a pris naissance et une nouvelle étude du monument suggèrent une autre conclusion : la stèle est celle d’un grand notable de la cité de Cyzique, et l’objet en question évoquerait un acte d’évergétisme du défunt, ou plutôt de sa femme. Il convient donc de renoncer à toutes les conséquences qu’on a cru pouvoir en tirer sur les relations entre Cyzique et Samothrace.

28Philippe Moreau

29Les depontani senes romains : syntagme, proverbe, mythe.

30Un nouvel examen du dossier des sexagenarii de ponte invite à accorder à leur autre dénomination, depontani senes, une importance au moins égale, et à prendre en compte le statut linguistique des énoncés dans lesquel apparaissent les deux expressions : simple syntagme, proverbe, « mythe » (ou récit étiologique). L’application à ce corpus textuel d’une analyse « mythopoïétique », au sens de J. Scheid et J. Svenbro, aide à comprendre sa constitution, et la lecture parallèle de textes de Tite-Live concernant la centuria praerogatiua permet de préciser la fonction de ces énoncés : une réflexion collective concernant les rapports politiques entre groupes d’âge.

31Christophe Goddard

32La divination à l’époque tardive : un exemple ultime du processus de romanisation (IVe-VIe siècles apr. J.-C.).

33Cet article cherche à mettre en évidence un processus méconnu de l’Antiquité tardive : la « romanisation » des diverses formes de divination. En effet, ce sont les pratiques romaines de la divination, c’est-à-dire dénuées de dimension prospective, qui parvinrent à survivre le plus tardivement. Ce n’est pas dire que les enquêtes prospectives comme l’astrologie disparurent. Elles se sécularisèrent en perdant tout caractère proprement « divin ».

Conférence Gernet

34Claude Bérard

35Aux origines d’Érétrie. Repenser la fondation des cités ?

36Dans l’enquête sur la poléogénèse, le dossier érétrien apparaît singulièrement lacunaire. Érétrie se signale par sa non-fondation. L’autel circulaire du sanctuaire d’Apollon est le premier signe de l’émergence d’une communauté politico-religieuse, mais voici que l’imagerie de la céramique locale prend le relais et témoigne des premières pratiques cultuelles et rituelles dans l’enceinte du sanctuaire : s’ouvrent alors les portes du Soleil.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable