Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Tekhnai/artes

Conférence Gernet

Aux origines d’Érétrie. Repenser la fondation des cités ?

Claude Bérard

Résumé

Dans l’enquête sur la poléogénèse, le dossier érétrien apparaît singulièrement lacunaire. Érétrie se signale par sa non-fondation. L’autel circulaire du sanctuaire d’Apollon est le premier signe de l’émergence d’une communauté politico-religieuse, mais voici que l’imagerie de la céramique locale prend le relais et témoigne des premières pratiques cultuelles et rituelles dans l’enceinte du sanctuaire : s’ouvrent alors les portes du Soleil.

Texte intégral

  • 1 F. de Polignac, La naissance de la cité grecque, Paris, 19962, p. 177. Voir aussi, en dernier lieu, (...)

1Le sous-titre de cette intervention est emprunté pour partie à François de Polignac, maître ès poléogénèses1. Dans l’avertissement à la seconde édition de La naissance de la cité grecque, page 8, l’auteur écrit : « La notion même de polis pose un problème car l’arrière-plan institutionnel qu’elle comporte dans le vocabulaire de l’historien risque de fausser l’analyse en mobilisant des modes de pensée et des outils conceptuels qui reflètent parfois les débats de l’historiographie moderne plus qu’ils n’aident à discerner les problèmes historiques du monde antique ». Ajoutons qu’il en est de même, me semble-t-il, pour des termes comme acropole ou hérôon, voire agora, qui peuvent recouvrir, pour un archéologue et un historien, des réalités fort différentes.

2L’École Suisse d’Archéologie fouille le site d’Érétrie depuis le printemps 1964. Il s’agissait dans un premier temps de souligner l’extrême importance des vestiges afin d’étendre le périmètre des zones archéologiques protégées. Les autorités grecques avaient prévu, à bon escient, un développement rapide de la ville, qui n’était d’ailleurs, à l’époque, qu’une modeste bourgade portant le nom de Nea Psara et donc habitée par une population de réfugiés de Psara. L’histoire récente a prouvé combien la menace était réelle et c’est toute la côte entre Chalcis et Amarynthos qui subit de plein fouet le choc touristique.

  • 2 Par exemple B. d’Agostino et al., Cuma. Le fortificazioni I. Lo scavo 1994-2002, Napoli, 2005 ; M. (...)

3Or Érétrie n’est pas n’importe quelle cité, d’une part à cause de ses relations avec la côte syro-phénicienne, d’autre part en tant que, avec Chalcis, exploratrice du monde occidental, d’abord à Ischia, Pithécoussai, un emporion, puis sur le continent à Cumes, où les Italiens conduisent des recherches exemplaires2. C’est donc la plus grande partie du monde méditerranéen qui est concernée, disons, pour simplifier, dans ce VIIIe siècle, dont on nous dit qu’il est celui de l’invention de la polis, de la cité grecque au sens le plus noble du terme.

4Érétrie de surcroît, peut encore être largement fouillée, ce qui est un cas presque unique dans l’aventure archéologique, pour la Grèce comme telle du moins.

5Ayant eu l’occasion de fouiller dans deux zones clefs de cette cité, l’Hérôon à la Porte de l’Ouest et le sanctuaire de la divinité poliade, Apollon Porte-laurier, Daphnéphoros, il était inévitable d’être confronté, et pour le VIIIe et pour le VIIe siècle, au problème de la poléogénèse, c’est-à-dire de l’émergence de la cité grecque, d’autant plus qu’Érétrie, je crois, ne peut se targuer d’une préhistoire prestigieuse helladico-mycénienne, comme Athènes ou Argos, par exemple, ou même le site voisin, près Chalcis, de Lefkandi, dont la disparition correspond à peu près avec la naissance d’une Érétrie historique.

6Nous sommes ainsi partis sur un « modèle » de « cité » historique « classique », – et je mets des guillemets à modèle, à cité, et à classique ! Qu’est-ce qui définit une cité ? Une acropole (mais qu’est-ce qu’une acropole, cf. par exemple Athènes, Corinthe, Argos, Mégare, etc. !), une agora (même remarque !), un hérôon (idem), un sanctuaire de divinité poliade, sinon une muraille, du moins des limites qui permettent de différencier l’espace extérieur de la zone urbaine comme telle, et donc, par exemple, d’établir des nécropoles à l’extérieur, un habitat susceptible d’accueillir les membres d’une aristocratie dirigeante, mais notamment aussi, il ne faut pas l’oublier ici, un important sanctuaire forain dans le territoire, en l’occurrence celui d’Artémis à Amarynthos.

  • 3 S. Huber, L’aire sacrificielle au nord du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros, I et II, Gollion 2003 (...)

7Après plus de 40 ans de recherches, il faut, je crois, en rabattre ! Nous sommes peut-être arrivés à un tournant, et grâce à plusieurs mémoires et thèses qui ont été publiés ou vont l’être prochainement3, il est aujourd’hui certain que l’émergence de la polis érétrienne ne suit pas le modèle présupposé ! Dès lors il n’est pas inutile de se demander pourquoi les résultats des fouilles infirment le modèle en question (je porte sans doute une lourde responsabilité dans cette erreur de perspective).

  • 4 Dans un mémoire inédit défendu à l’Institut d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de l’Unive (...)
  • 5 Pour tous ces problèmes, je renvoie une fois pour toutes aux analyses critiques et aux bibliographi (...)

8En premier lieu, je crois que nous avons été obnubilés par la toute puissance graphique du plan d’Érétrie qui est en fait le plan de l’Érétrie limitée par le grand mur d’enceinte construit au tournant du Ve et du IVe siècle (fig. 1). C’est le grand mérite de Thierry Theurillat4, puis d’Alexandre Mazarakis Ainian5, d’avoir regardé les découvertes mises au jour d’un œil neuf et d’avoir, en quelque sorte, procédé à une lecture horizontale, stratigraphique, c’est-à-dire proprement archéologique et non pas verticale, historique. Effectivement, c’est la moindre des choses : cette décantation met en évidence l’éparpillement extrême des vestiges (fig. 2).

9En second lieu, il est certain que l’audace des entreprises orientales et occidentales des Érétriens a joué un rôle considérable. En effet, comment imaginer que celles-ci aient pu avoir lieu sans l’existence d’une cité forte et relativement bien organisée ? Le plan de Mégara Hyblaea nous a peut-être égarés, d’autant plus que l’architecte d’Érétrie, Paul Auberson, était aussi l’architecte de l’agora archaïque de Mégara Hyblaea et que nous nous retrouvions tous à Rome entre l’Institut Suisse et le Palais Farnèse. Il fallait qu’Érétrie soit une cité à une date au moins aussi haute que celle de Mégara Hyblaea, d’où de multiples hypothèses, déplacement de Lefkandi à Érétrie, synécisme rapide, passage d’une organisation kata kômas à une cité centralisée, etc.

10En troisième lieu, l’extrême originalité des découvertes exceptionnelles faites soit dans l’Hérôon soit dans le sanctuaire, quelle que puisse être d’ailleurs leur interprétation exacte, permettait d’imaginer des structures sociales et économiques capables de rendre compte de l’établissement d’une cité forte et de son emprise sur un large territoire, de la plaine lélantine en direction de Chalcis au sanctuaire d’Artémis Amarynthos à l’est.

11En quatrième lieu, le port de la ville a dû jouer un rôle considérable dans la formation de la cité, une marine importante et bien organisée, sans être forcément « centralisée », étant indispensable à la réussite des entreprises orientales et occidentales.

12En dernier lieu restait finalement la rareté de l’objet puisque, pour le VIIIe et le VIIe siècles en tous cas, on ne connaît pas de vrais points de comparaison (faisons peut-être une exception pour Corinthe, voire Thasos).

  • 6 On voit combien il est difficile de faire l’économie de ces notions d’extérieur et d’intérieur ; cf (...)

13J’ai donc avoué qu’il avait fallu en rabattre. En effet, aujourd’hui, les limites de l’urbanisation de l’époque géométrique et même de l’archaïque comportent de nombreuses incertitudes ; des tombes apparaissent « à l’intérieur » – il semble toutefois que les aires crématoires restent « à l’extérieur »6 – ; le faciès du sanctuaire d’Apollon au VIIIe siècle apparaît brouillé (par exemple on a supposé que le prétendu Daphnéphoréion pouvait être la demeure du défunt de la tombe 6 de l’Hérôon) ; l’agora, par les datations de la céramique, est à dater du début du Ve siècle – où est l’agora archaïque, voire « géométrique » (on constate de plus en plus qu’il peut y avoir plusieurs agoras se succédant voire même fonctionnant de façon simultanée) ; enfin l’habitat contemporain de ces deux zones prestigieuses apparaît si pauvre, si dispersé, si éclaté, qu’on a peine à concevoir une densité urbaine qui correspondrait à ce que nous nous imaginons être une cité, active, prospère et rayonnante.

14Je vais donc aujourd’hui essayer de repartir sur d’autres bases. Je vais laisser l’Hérôon et ses trésors, le quartier archaïque qui s’est développé au sud entre 680 et 500, et même tous les édifices du sanctuaire d’Apollon. Ma question de départ est donc : qu’est-ce qu’il est possible d’utiliser pour repérer l’émergence d’une agglomération importante sur le site d’Érétrie ?

  • 7 P. Azara et al., Actes del Colloqui, Museu d’Arqueologia de Catalunya, Barcelona 2002 (Monografies (...)
  • 8 M’appuyant d’ailleurs sur M. Detienne, Apollon le couteau à la main, Paris, 1998. Cf. F. de Poligna (...)

15En 2000, à Barcelone, sous l’égide de Pedro Azara, eut lieu un colloque intitulé Mites de fundació de ciutats al Món Antic7, à l’occasion duquel furent présentées quelques-unes des découvertes les plus représentatives de l’Hérôon dans une très spectaculaire exposition. Des différents exposés ressortait la singularité d’Érétrie et de sa fondation, ou plutôt de sa non-fondation ! Ni découvertes archéologiques marquantes et significatives, comme en Orient par exemple, pas de dépôt de fondation, mais pas de mythe de fondation non plus, comme à Cyrène par exemple, même pas de mythologie comme telle, comme à Corinthe, par exemple, pas d’inscriptions, même pas « fausses » (faux antiques j’entends !), pas de documents historiques comme tels, sinon ceux, tardifs, concernant la « colonisation » (mais toute chronologie est incertaine !) ; même le héros de l’Hérôon, en admettant qu’il ait pu jouer un rôle ( ?) reste anonyme (cf. Amphidamas à Chalcis, ou le cas « historique » de Thasos). À quoi dès lors se raccrocher ? J’avais proposé, à l’époque, l’autel du sanctuaire, l’autel rond qui a été gainé d’un entourage plus tardif comme s’il fallait le protéger et le sauvegarder à tout prix (fig. 3, St 12)8. Mais quid d’un autel tout seul dans un sanctuaire, c’est-à-dire dans un téménos, c’est-à-dire un espace sacré, consacré, et comment celui-ci est-il susceptible de s’articuler avec l’espace urbain, profane, comme tel ? De nouveau un problème de « limites ».

  • 9 H. Anagnostou, « A proposito di una ascia di Voros », dans Megalai Mêsoi, Mélanges G. Rizza, Vol. 1 (...)
  • 10 Le témoignage de la glyptique est en parfait accord avec celui des textes ; cf. P. A. Schollmeyer, (...)
  • 11 Op. cit. supra n. 3, vol. I, pp. 129-132 ; vol. II, pp. 30-31, n ° C 41.
  • 12 A. Kenzelmann et al., « Graffiti d’époque géométrique provenant du Sanctuaire d’Apollon Daphnéphoro (...)
  • 13 Il faut bien sûr se demander s’il ne s’agirait pas plutôt ici de la porte du temple ; j’opte pour l (...)

16C’est alors qu’Hellaki Anagnostou, Érétrienne de la première heure, m’a signalé une double hache en bronze de Voros au musée d’Héracleion datée du minoen tardif9. Sur l’une des faces (B) l’auteur reconnaît, je crois à bon droit, « la dea [della guerra] uscendo dalle porte del cielo o del tempio, tenute aperte da due guardiani… ». Il est possible que cette interprétation n’entraîne pas l’adhésion, et je ne suis pas habilité à porter un jugement. Ce qui est certain, c’est que le matériel comparatif est celui de la glyptique mésopotamienne représentant « Shamash, la divinité solaire, surgissant des montagnes orientales et ouvrant les portes du ciel pour illuminer la terre de ses rayons » – m’a confirmé Patrick Michel dans un dossier consacré au « baiser du soleil » (fig. 4)10. Mais pourquoi ratisser si loin ? C’est, que, je crois, ce sont aussi des vantaux de porte ouverte qu’il faut identifier sur des cruches dites « à haut col » qui sont une spécificité érétrienne (fig. 5). Sandrine Huber, qui a excellemment publié ces documents dans L’aire sacrificielle au nord du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros11, parle de structures et de « montants verticaux », de « poteaux », voire de pièces de tissus, mais sans pousser la lecture architecturale et sans nous orienter vers la glyptique citée par Hellaki Anagnostou ; certains détails sont pourtant quasi identiques, par exemple les gonds et pentures, les cordes pour ouvrir ou fermer les portes, les panneaux de celles-ci. Par surcroît, chronologiquement (et commercialement si j’ose dire), il serait tout à fait concevable de supposer un contact direct, les relations avec le monde syro-phénicien étant de plus en plus patentes (graffito araméen sur tesson érétrien !)12. En résumé, ce qui m’intéresse ici, c’est, dans le cadre d’une production spécifique de céramique destinée à un usage cultuel, des indications, sur l’existence de portes et donc de murs d’un téménos aménagés pour Apollon Porte-Laurier, voire Artémis ou même d’autres divinités13. L’image du sanctuaire évoqué par sa propre céramique locale (quartier des potiers !) gagne dès lors une visibilité nouvelle : murs de téménos, portes, arbre, peut-être aussi draperies suspendues.

  • 14 Op. cit. supra n. 3, vol. I, pp. 126-127 ; vol. II, pp. 16-17, n° H 125.

17Dans la même perspective, il faut montrer ici le décor du col d’une hydrie un peu plus ancienne, de la fin de l’époque géométrique, dont Sandrine Huber a heureusement exploité le caractère rituel bien que la lecture n’en soit pas facile (fig. 6)14. Je vois, à gauche, un personnage assis (ou debout ?) sur un trône, tourné à droite (l’auteur y reconnaît un quadrupède ( ?) ce qui me semble impossible) ; suit un autre personnage faisant un geste de la main gauche vers une figure debout sur un bloc, comme une sorte de bêma, ou plutôt de « base » : il pourrait alors s’agir d’une statue (sous forme épiphanique ?), enfin une quatrième figure tournée vers un autel (cylindrique ? !) flamboyant (ou fumant, mais le corpus des autels fumants n’est pas extrêmement nourri !).

  • 15 I. Jucker, « Frauenfest in Korinth », dans Antike Kunst, 6, 1963, 2, pp. 47-61 (cf. pl. 17, 5-6 ; p (...)

18Nous pénétrons cette fois à l’intérieur du sanctuaire pour y rencontrer une série d’éléments clefs, trône, base, statue ( ?), autel. On n’hésitera pas ici, avec l’auteur, à faire référence à une série de documents corinthiens plus tardifs, certes très différents, mais où nous sentons comme un air de famille rituel (et artémisiaque !)15. Encore une fois, il s’agit de la production d’un atelier local fabriquant des formes cultuelles décorées de scènes rituelles reflétant, au niveau de la représentation, des activités religieuses pratiquées dans le sanctuaire, on dira dans les aires sacrificielles puisque si ces documents (hydries et oenochoés) proviennent de l’aire sacrificielle nord fouillée et publiée par Sandrine Huber, il semble qu’on en trouve des exemplaires ailleurs, dans le secteur apollinien, voire même dans l’Hérôon et le sanctuaire d’Athéna sur l’Acropole. Les articulations entre l’aire sacrificielle nord et le sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros comme tel restent encore à préciser ; je garderai ici la plus grande prudence. Mais dans cette spécialisation d’une production dont l’imagerie est ancrée dans un vécu religieux, une pratique rituelle et cultuelle, je n’hésiterai pas à voir un indice, et même le signe d’une activité politique éminemment communautaire.

  • 16 Op. cit. supra n. 3.
  • 17 Op. cit. supra n. 8, p. 68.
  • 18 Ibidem, p. 132.
  • 19 Sur ces différentes problématiques, cf. Early Greek Cult Practice, éd. par R. Hägg et al., Stockhol (...)

19J’ai dit plus haut que je laisserai les édifices proprement architecturaux auxquels Samuel Verdan consacre sa thèse16. Mais, puisqu’un autel (cylindrique ?) figure sur le col de l’hydrie, disons quand même un mot de cet autel rond pieusement conservé (supra fig. 3, St 12). Malheureusement la stratigraphie originelle a été détruite il y a longemps par des fouilles trop rapides. Il est très vraisemblable, cependant que le cœur du sanctuaire et des rituels qui s’y déroulaient était constitué par cette structure, même si, à proximité, et plus tardivement, des bâtiments ont pu abriter des activités profanes ou semi profanes. L’hypothèse que je formule donc est la suivante : l’autel est non seulement le foyer du sanctuaire, mais de la ville tout entière. Car qui dit autel flamboyant et fumant dit sacrifice, fumée mais aussi fumet rappelle Marcel Detienne17, c’est-à-dire festin de viandes dégustées en commun, rituel assurant la cohérence de la nouvelle communauté politique, « au cœur de la cité, ce cœur qui commence à battre à l’entour du premier autel », commente encore Marcel Detienne18, à l’unisson pourrait-on ajouter. Ce premier sanctuaire, dit l’archéologie érétrienne, est un téménos à ciel ouvert, bien sûr, sans temple impressionnant, mais avec un mur et des portes, avec certes une statue, avec un équipement, un matériel cultuel abrité, peut-être, dans une de ces petites « chapelles » nouvellement découvertes et dont certaines sont décidément trop exiguës pour servir d’habitat (skeuothêkê)19, (fig. 3, Ed 150).

20Il est temps de conclure. J’ai peut-être donné l’impression que je récupérais la polis et la poléogénèse par un chemin détourné, faisant glisser le politique de l’agora et de ses édifices fonctionnels (mais à partir de quand ? !) au cœur du sanctuaire marqué par l’autel sacrificiel. Rappelons cependant la grande faiblesse de la densité démographique érétrienne. On m’a fait observer que nous avons trop peu fouillé, que souvent les fouilles d’urgence ne descendent pas assez profond et donnent l’illusion d’une grande ville (re) surgissant vers 400. Pour le quartier archaïque au sud de l’Hérôon, ce n’est pas le cas ; souvent des structures archaïques affleurent, quand elles ne surgissent pas (sic) à l’intérieur de l’habitat du ive siècle, preuve que les sols, et les seuils, étaient plus haut qu’on ne le dit par rapport aux fondations des murs plus tardifs.

  • 20 C. Trümpy, « Astu, polis et leur étymologie : quelques observations linguistiques illustrant le pro (...)

21Un article de Catherine Trümpy20 m’a fait réfléchir quant à la distinction entre ville, astu, et cité, polis. À l’origine, cette origine précisément que je viens d’évoquer, n’est-ce pas plutôt le mot astu qui serait pertinent pour désigner la communauté pré-urbaine érétrienne ? « À l’origine, écrit l’auteur, le mot de base désignait sans doute les habitants modestes des tribus nomades ou plus ou moins sédentaires… Dans la fin de la première moitié du IIe millénaire, le terme/ wastu /devait continuer à désigner l’habitat de petite taille avant de s’appliquer aux premières agglomérations urbaines… ». Si Érétrie est à l’origine un astu, plus de problème, d’autant plus que polis « apparaît… profondément ancrée dans la culture mycénienne ». Or justement Érétrie n’est pas ancrée dans la culture mycénienne ; Érétrie n’est pas Athènes, ni Argos, ni Mégare, et ni même Chalcis, c’est bien ce qui fait son extrême originalité dans le catalogue des (futures) cités grecques.

  • 21 Dans Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, 1966, pp. 97-143.
  • 22 Op. cit. supra n. 8, p. 133.

22Formulons une dernière hypothèse. L’autel est donc le signe par excellence de l’émergence de l’astu, de la cohérence de l’agglomération. On ne peut toutefois s’empêcher d’en remarquer la forme originelle circulaire (et dans l’aire sacrificielle nord aussi la forme de la structure est cylindrique cf. fig. 3, St 45). Ne faut-il pas dès lors évoquer la notion de foyer commun qui organiserait tout l’espace de la polis en devenir ? Le bel article de Jean-Pierre Vernant, Hestia-Hermès. Sur l’expression religieuse de l’espace et du mouvement chez les Grecs est ici fondamental21. Certes, il ne faut pas tout mélanger, et j’hésite à écrire le nom de la divinité. M. Detienne nous avertit22 : Apollon, l’Archégète, « ne s’impose pas comme un dieu de l’Agora… pas davantage [il] ne considère le prytanée comme la demeure de l’Archégète qu’il est, mais qu’il entend rester, en respectant la place qui appartient à la seule Hestia ». J’adhère tout à fait à ce commentaire. Toutefois, dans cette phase pré-politique, ne peut-on concevoir une indétermination fonctionnelle qui permettrait une fusion (sans confusion) entre l’autel sacrificiel et le foyer commun ? C’est-à-dire que, sur le plan de l’organisation de l’espace chère à Jean-Pierre Vernant, dans l’astu, l’agora ne serait pas encore détachée du sanctuaire de la divinité poliade. Précisément, j’ai rappelé ci-dessus que pour le moment, la seule agora repérable ne datait que du Ve siècle. Comme il est inconcevable que les fonctions de la (future) agora n’aient pas de lieu où s’exercer, la seule solution qui reste consiste à retourner au centre, au foyer premier – le terme est déjà venu spontanément sous ma plume – construit dans l’enceinte du sanctuaire. Repenser la fondation des cités, c’est aussi repenser la fonction des éléments constitutifs de la future polis, dans le cadre de l’astu, le(s) sanctuaire(s), l’agora, voire les agoras, le sanctuaire-agora, l’acropole, l’hérôon, la localisation des nécropoles, les « limites » et les premières « murailles », fussent-elles discontinues.

Fig. 1 : Érétrie à l’époque géométrique

Fig. 1 : Érétrie à l’époque géométrique

Fig. 2 : Localisation des trouvailles « géométriques »

Fig. 2 : Localisation des trouvailles « géométriques »

Fig. 3 : Le sanctuaire d’Apollon

Fig. 3 : Le sanctuaire d’Apollon

Fig. 4 : Les portes du soleil, Anagnostou p. 85

Fig. 4 : Les portes du soleil, Anagnostou p. 85

Fig. 5 : Oenochoé archaïque (cruche à haut col C41)

Fig. 5 : Oenochoé archaïque (cruche à haut col C41)

Huber, pl. 28 (échelle 1 : 2)

Fig. 6 : Hydrie géométrique H 125

Fig. 6 : Hydrie géométrique H 125

Huber, pl. 19 (échelle 1 : 2)

Notes

1 F. de Polignac, La naissance de la cité grecque, Paris, 19962, p. 177. Voir aussi, en dernier lieu, « Analyse de l’espace et urbanisations en Grèce archaïque », dans REA, 108, 2006, n° 1, pp. 203-223.

2 Par exemple B. d’Agostino et al., Cuma. Le fortificazioni I. Lo scavo 1994-2002, Napoli, 2005 ; M. Cuozzo et al., II. I materiali dai terrapieni arcaici, Napoli 2006.

3 S. Huber, L’aire sacrificielle au nord du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros, I et II, Gollion 2003 (= Eretria XIV). B. Blandin, Espace des vivants, demeure des morts, I et II, Gollion 2007 (= Eretria XVII). S. Verdan, Le sanctuaire d’Apollon à l’époque géométrique, en préparation ; J. Beck, Retour à Lefkandi, en préparation.

On mesure le chemin parcouru depuis notre contribution à L’archéologie aujourd’hui, éd. par A. Schnapp, Paris 1980 : A. Altherr-Charon et C. Bérard, « Érétrie, l’organisation de l’espace et la formation d’une cité grecque », 229-249. J’ai fait le point dans Euboica. L’Eubea e la presenza euboica in Calcidica e in Occidente, éd. par M. Bats et B. d’Agostino, Napoli 1998 : « Érétrie géométrique et archaïque. Délimitation des espaces construits : zones d’habitats et zones religieuses », pp. 147-152 (cf. note 14).

4 Dans un mémoire inédit défendu à l’Institut d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de l’Université de Lausanne.

5 Pour tous ces problèmes, je renvoie une fois pour toutes aux analyses critiques et aux bibliographies exhaustives données par B. Blandin, op. cit. supra n. 3.

6 On voit combien il est difficile de faire l’économie de ces notions d’extérieur et d’intérieur ; cf. Polignac art. cit. supra note 1, 206 sqq. Pour l’Hérôon, il est évident que les aires crématoires, et donc le rituel funéraire, sont à localiser dans un « extérieur » ; j’avais attiré l’attention en son temps sur le fait que même les cendres avaient été recueillies et transportées « à l’intérieur ». En tant qu’Hérôon à la porte, il est non moins évident qu’il est construit à l’intérieur, bordé et au nord et à l’ouest par des murs, voire des murailles importantes. Polignac donne plusieurs exemples de murailles archaïques, qui peuvent d’ailleurs fonctionner par tronçons discontinus.

7 P. Azara et al., Actes del Colloqui, Museu d’Arqueologia de Catalunya, Barcelona 2002 (Monografies 2).

8 M’appuyant d’ailleurs sur M. Detienne, Apollon le couteau à la main, Paris, 1998. Cf. F. de Polignac, op. cit. supra n. 1, p. 33 : « L’élément essentiel est la présence de l’autel ».

9 H. Anagnostou, « A proposito di una ascia di Voros », dans Megalai Mêsoi, Mélanges G. Rizza, Vol. 1, Palerme, 2005, pp. 79-88.

10 Le témoignage de la glyptique est en parfait accord avec celui des textes ; cf. P. A. Schollmeyer, Sumerisch-babylonische Hymnen und Gebete an Shamash, New York 1968, reprod. de l’éd. Paderborn, 1912 ; P. Ferioli et E. Fiandra, « Arslantepe Locks and the Shamash Key », dans Mélanges Alba Palmieri, 2002, pp. 269 sqq.

11 Op. cit. supra n. 3, vol. I, pp. 129-132 ; vol. II, pp. 30-31, n ° C 41.

12 A. Kenzelmann et al., « Graffiti d’époque géométrique provenant du Sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros à Érétrie », ZPE, 151, 2005, pp. 51-86.

13 Il faut bien sûr se demander s’il ne s’agirait pas plutôt ici de la porte du temple ; j’opte pour le téménos à cause des activités rituelles des prêtresses et de certains détails comme l’arbre. Nous ne sommes pas dans la céramique italiote ! Le vase en question provient d’ailleurs de ce que S. Huber nomme à bon droit une aire sacrificielle pour laquelle on ne connaît, pour le moment, aucun temple.

14 Op. cit. supra n. 3, vol. I, pp. 126-127 ; vol. II, pp. 16-17, n° H 125.

15 I. Jucker, « Frauenfest in Korinth », dans Antike Kunst, 6, 1963, 2, pp. 47-61 (cf. pl. 17, 5-6 ; pl. 21, 1 ; 23, 1). Cf. les références données par S. Huber, op. cit. supra n. 3, vol. II, pp. 129-131.

16 Op. cit. supra n. 3.

17 Op. cit. supra n. 8, p. 68.

18 Ibidem, p. 132.

19 Sur ces différentes problématiques, cf. Early Greek Cult Practice, éd. par R. Hägg et al., Stockholm 1988 ; L’espace sacrificiel, éd. par R. Etienne et M.-T. Le Dinahet, Paris 1991 ; Ancient Greek Cult Practice from the Archaeological Evidence, éd. par R. Hägg, Stockholm 1998, avec une première présentation de l’aire sacrificielle par S. Huber, 141-155.

20 C. Trümpy, « Astu, polis et leur étymologie : quelques observations linguistiques illustrant le processus de l’urbanisation en Grèce », dans Mélanges A. Hurst, Genève, 2005, pp. 533-542.

21 Dans Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, 1966, pp. 97-143.

22 Op. cit. supra n. 8, p. 133.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Érétrie à l’époque géométrique
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 2 : Localisation des trouvailles « géométriques »
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2242/img-2.png
Fichier image/png, 172k
Titre Fig. 3 : Le sanctuaire d’Apollon
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2242/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 4 : Les portes du soleil, Anagnostou p. 85
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2242/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 5 : Oenochoé archaïque (cruche à haut col C41)
Crédits Huber, pl. 28 (échelle 1 : 2)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2242/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 6 : Hydrie géométrique H 125
Crédits Huber, pl. 19 (échelle 1 : 2)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2242/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Auteur

Université de Lausanne

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540