Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Tekhnai/artes

Varia

Une stèle à banquet de Cyzique

Michel Sève

Résumé

La stèle funéraire à banquet pour Attalos fils d’Asclépiodoros, provenant de Cyzique et conservée au musée du Louvre (Ma 2854), a été surtout étudiée pour l’objet que tient la servante près de la femme assise sur le lit, considéré comme une maquette d’architecture, souvent celle de l’Arsinoeion de Samothrace ; la stèle serait celle d’un architecte. L’examen des conditions dans lesquelles cette interprétation a pris naissance et une nouvelle étude du monument suggèrent une autre conclusion : la stèle est celle d’un grand notable de la cité de Cyzique, et l’objet en question évoquerait un acte d’évergétisme du défunt, ou plutôt de sa femme. Il convient donc de renoncer à toutes les conséquences qu’on a cru pouvoir en tirer sur les relations entre Cyzique et Samothrace

Texte intégral

  • 1 Don Waddington, 1854. À l’occasion de son voyage de noces, W. H. Waddington a acheté et fait envoye (...)
  • 2 La bibliographie en fin d’article réunit les études et mentions spécifiques à la stèle étudiée ; le (...)

1L’objet du présent article est de réexaminer une stèle funéraire réputée provenir de Cyzique et actuellement conservée au musée du Louvre1 (Ma 2854 ; fig. 1). La bibliographie2 qui s’y rapporte est si fournie qu’on a scrupule à l’augmenter d’un numéro. Mais il se pose à son sujet un double problème, de fait et de méthode, qu’il vaut la peine d’étudier. L’intérêt s’est en effet focalisé sur un détail qui a fait l’objet d’interprétations excessives. On se propose, avant d’en présenter une autre, d’étudier le mécanisme de leur apparition.

2Pour commencer, il est nécessaire de présenter une description précise de l’objet. Les données présentées dans le récent catalogue des sculptures du musée peuvent en effet être complétées.

3Stèle rectangulaire légèrement pyramidante de grand format : h. 107 cm, l. 126 cm en bas, environ 118 cm en haut, ép. 32 cm en bas, 30 cm en haut. L’encadrement est traité en naïskos, mais d’une manière sommaire et relativement mal conservée en surface : l’entablement comporte une architrave ionique à trois fasces, mais l’élément qui la surmonte est abattu ; on peut supposer qu’il s’agissait de la représentation du bord latéral d’un toit, avec une rangée d’antéfixes, quoique plus rien ne puisse en être discerné. Le côté gauche de l’encadrement est traité en pilastre, avec un chapiteau mouluré comportant, de bas en haut, un bandeau terminé par un congé, un chanfrein, et un talon ; cette mouluration, ruinée en façade, n’est bien conservée que dans l’épaisseur du relief.

  • 3 Les mesures sont les suivantes, à partir du bord gauche du champ sculpté : à 13 cm du bord, une mor (...)

4Le relief occupe un champ large de 106 (en haut), 107 (en bas) cm, haut de 77,5 cm, profond de 9 cm ; il consiste en une scène de banquet exécutée en assez haut relief. L’essentiel du champ sculpté est occupé par un homme couché sur un lit, une femme assise à ses pieds. Le lit est simple : les pieds et le cadre sont masqués par un drapé à la fois modelé et incisé dans la seule partie clairement visible, à l’extrémité gauche. Le matelas est presque escamoté : à l’extrémité droite, deux coussins superposés, exécutés en tore, supportent le bras gauche de l’homme couché sans marquer l’affaissement que demanderait une représentation réaliste. L’homme a le buste de trois quarts ; il est vêtu d’une tunique à manches courtes (arrivant au milieu du bras) et d’un himation enroulé autour de la taille où il forme un bourrelet en forte saillie. Il couvre l’épaule et le bras gauches, et la main gauche, seule visible, en relève l’extrémité, rendue en relief tandis que le reste du vêtement est traité en incision. Le genou droit relevé se distingue à peine du fond, et le reste du corps est dissimulé derrière la femme assise. De la main droite, l’homme tient une phiale dans le geste de la libation ; un serpent vient y boire. La femme assise sur le pied du lit a le buste de trois quarts et les jambes de profil ; les pieds reposent sur un marchepied dont n’apparaît que l’extrémité, traitée en forme de patte de lion. Elle est vêtue d’une tunique longue dont le drapé est soigneusement modelé dans sa partie inférieure, et d’un manteau traité plutôt en incision. Elle s’appuie sur le lit du bras droit tendu, tandis que la main gauche, qui tient un éventail en forme de feuille de lierre, atteint la base du cou, certainement pour toucher le voile qui devait recouvrir sa tête, dans le geste caractéristique de la femme mariée ; elle porte une bague à l’annulaire gauche. Devant le lit, un guéridon circulaire à trois pieds en forme de patte de lion, renforcé par une entretoise horizontale à quelque distance sous le plateau. Il supporte quatre objets, deux gâteaux larges portant un bouton en leur centre, et deux fruits ronds, grenades plutôt que pommes ; à l’origine, il y en avait cinq : dans le vide entre le fruit de l’extrémité gauche et le gâteau voisin, un objet long et étroit a été martelé dans un second temps (E. Pfuhl et H. Möbius pensent à des branches de céleri). Le serpent s’enroule autour du pied gauche du guéridon, d’où il vient boire dans la phiale tenue par l’homme. À droite du lit, en arrière-plan, avant-train de cheval de profil à gauche, sans harnachement. Il se dresse sur un socle, la jambe gauche tendue, la jambe droite relevée se détachant à peine du fond du relief. À l’avant-plan, un petit serviteur en tunique à manches courtes de profil à droite se penche sur un grand cratère en calice dans lequel il puise de la main droite ; le bras gauche tendu portait un objet actuellement disparu (peut-être une phiale ?). À gauche du lit, l’arrière-plan est occupé par un meuble dont on ne distingue que les pieds cubiques, la base et le plateau en saillie ; sur le plateau, une corbeille évasée, manifestement la corbeille à laine usuelle dans ce genre de représentations. À l’avant-plan, une petite servante en tunique à repli, tournée vers la droite, porte un objet de forme cylindrique à décor architecturé, avec un mur plein surmonté d’une colonnade à un deuxième niveau et coiffé d’une toiture en pavillon de trompette dont il manque l’extrémité supérieure ; il atteint le niveau du sommet de la corbeille à laine. Au-dessus de la scène, plusieurs mortaises avec des restes de goujons métalliques ont servi à fixer un élément rapporté. Leur disposition n’a jamais été examinée de très près : on y voit une alternance entre mortaises isolées et mortaises groupées par deux dans le sens vertical, avec une certaine régularité3. Sur le bandeau inférieur de la stèle, une inscription grecque dont l’emplacement indique qu’elle désigne le personnage couché : Ἄτταλε | Ἀσϰληπιοδώϱου | χαῖϱε.

Musée du Louvre - Christian Larrieu

  • 4 Il est difficile de dire en quoi cet objet consistait. Depuis E. Pfuhl, on a pensé à des armes, san (...)
  • 5 Si l’on admet que la densité du marbre est de l’ordre de 2,5, le poids doit atteindre ou dépasser 8 (...)
  • 6 L’hypothèse d’un remploi a été émise dès 1855 par A. de Longpérier, suivi en 1865 par W. Froehner. (...)
  • 7 Il est difficile d’accepter la suggestion de O. Benndorf (1902), qui propose de dater l’écriture du (...)
  • 8 Il ne m’a pas été possible d’observer sur la pierre la retraite correspondant au ravalement d’une é (...)
  • 9 L’onomastique n’invite pas à approfondir le rapport suggéré par O. Benndorf dès 1880, suivi par G. (...)

5Malgré un état de conservation globalement bon, la stèle a souffert des dommages qui ont fait l’objet de réparations attentives dans l’Antiquité, attestées par des mortaises et des vestiges de goujons métalliques. La plus visible est une réfection de l’angle supérieur droit, exécutée dans l’Antiquité. Il y manque actuellement la partie supérieure du côté droit de l’encadrement de la stèle (h. 19 cm), et l’extrémité droite de l’entablement (l. 23,5 cm). Les surfaces correspondant à ces manques sont soigneusement travaillées : sur le côté droit de la stèle, la surface horizontale (8 x 8 cm) est légèrement anathyrosée, et la partie verticale du fond de la stèle est piquetée pour accueillir une pièce de complément, fixée par un crampon pour lequel il subsiste une mortaise. Ce crampon était recouvert par la pièce de complément de l’entablement, dont la face de joint était anathyrosée elle aussi (en façade 23,5 cm, en profondeur 22 cm, h. 13 cm) ; une mortaise pour un crampon de fixation sur le lit supérieur de la stèle rend la restitution certaine. Les autres réparations ont consisté à remplacer la partie supérieure de l’objet porté par la servante, la moitié antérieure de la phiale que tient le personnage principal, l’objet que tenait le serviteur devant la jambe droite du cheval. Mais surtout, aucun des personnages n’a conservé sa tête : toutes ont été remplacées dès l’Antiquité. Celle du serviteur était entièrement détachée du fond ; celle de la servante l’était peut-être aussi, ou en était très proche : on voit sur le flanc de la corbeille à laine comme un arrachement très étroit, qui lui correspond. Celles des deux personnages principaux devaient adhérer au fond de la stèle : leur remplacement a nécessité le creusement de cavités assez profondes (de l’ordre de 3 cm). C’est peut-être à cette phase de réfection qu’il faut attribuer les mortaises de fixation d’un objet dans le champ au-dessus de la scène principale qui ne le réclamait pas4. Il est difficile de dire à quoi il faut attribuer ces réfections. Il paraît clair qu’un accident matériel a endommagé une partie des éléments en saillie (l’objet tenu par la servante, les phiales, les têtes des serviteurs) et a dû atteindre l’angle supérieur droit de la stèle. Les réfections qu’il a entraînées laissent penser qu’il n’était pas volontaire ; mais le poids de l’objet rend les hypothèses difficiles : aurait-il été renversé lors d’un séisme5 ? Le remplacement des têtes des personnages principaux peut avoir été rendu nécessaire par l’accident qui a frappé le reste de la stèle, mais on ne peut exclure une autre hypothèse, celle d’un remploi à l’occasion duquel on aurait voulu remplacer par le portrait des nouveaux titulaires du tombeau les têtes initiales6. Si remploi il y a eu, ce pourrait avoir été l’occasion de réparer l’ensemble. La date de la pièce ne peut être déterminée que par le style. Du point de vue de la sculpture, l’exécution est d’une bonne qualité pour une stèle funéraire, et peut se concevoir dès le début de l’époque hellénistique. Les caractéristiques de l’inscription (en particulier quelques traits du style « corde à linge » typique de la fin du IIIe s. et du début du IIe s. a. C.) plaident pour une date dans la première moitié du IIe s. a. C., qui est celle adoptée par M. Hamiaux dans son catalogue du Louvre et, avant elle, par E. Pfuhl et H. Möbius7. Il est donc possible, mais pas certain, que l’inscription soit contemporaine de l’état d’origine8. Cette inscription est du reste pauvre d’information : ni le nom d’Attalos, ni celui d’Asclépiodoros ne sont rares, et il me paraîtrait aventuré d’en tirer quelque conclusion que ce soit9.

  • 10 Elle est néanmoins jugée de facture médiocre par G. Roux.
  • 11 Stèle pour Bacchios et deux autres personnages (une femme et deux hommes, ce qui correspond à la re (...)
  • 12 Encore faudrait-il être sûr que ce décor, connu seulement par des épigrammes de l’Anthologie (livre (...)
  • 13 On sait que le statut social de cette profession n’était pas du premier rang : voir le recueil des (...)

6La stèle se distingue donc par ses grandes dimensions et la qualité de son exécution10. On lui trouve cependant au moins deux parallèles à Cyzique pour la même époque, deux stèles à banquet de dimensions analogues, quoique un peu plus petites, et d’une exécution très comparable11 : M.- L. Cremer évoque à leur sujet l’existence à Cyzique d’un atelier capable d’exécuter la décoration sculptée du temple érigé en l’honneur de la reine Apollonis par ses fils12. Comme celles qui s’y comparent, elle ne peut avoir été exécutée que pour un notable de tout premier rang, ce qui ne plaide pas pour les hypothèses qui veulent voir dans le défunt un architecte13.

  • 14 Dans l’ordre chronologique : A. de Longpérier, W. Froehner, A. Conze, A. Héron de Villefosse, E. Pf (...)
  • 15 O. Benndorf (1880 et 1902), F. Robert, Ch. Picard (1943 et 1963), M. J. Price et Bl. L. Trell, G. R (...)
  • 16 C’est dès ce moment que Benndorf suggère de voir dans ce personnage originaire de Cyzique l’archite (...)
  • 17 O. Benndorf mentionne pourtant deux obstacles à cette théorie : le bâtiment représenté sur la stèle (...)
  • 18 Sont invoqués à l’appui de cette idée plusieurs exemples de reliefs où des détails d’iconographie r (...)
  • 19 Voir en dernier lieu P. M. Fraser, Samothrace 2, 1 : The Inscriptions on Stone, New York, 1960, pp. (...)
  • 20 Samothracian Reflexions, pp. 42-45. Ces savants estiment improbable qu’il y ait eu plus d’une roton (...)
  • 21 Cette remarque néglige l’indication d’É. Michon rapportée par O. Benndorf (1902), p. 192 n. 42 : «  (...)
  • 22 Dans le volume qu’il dirige, Temples et sanctuaires, Lyon, 1984, pp. 165-166, G. Roux n’y voit qu’u (...)
  • 23 Voir J. -R. McCredie, Samothrace. 7. The Rotunda of Arsinoe, Princeton, 1992, App. IV, pp. 262-269.
  • 24 « Je partage l’avis commun selon lequel seul [l’époux] est mort : c’est à lui que doivent se rappor (...)

7Mais ce n’est pas cet aspect des choses qui a concentré l’attention. C’est la nature de l’objet que porte la petite servante dans la partie gauche de la stèle. Il en existe deux interprétations. Pour les uns, surtout dans la bibliographie allemande, il s’agit d’une ciste14 ; pour les autres, surtout dans la bibliographie française, c’est beaucoup plus que cela : il conviendrait d’y voir la maquette d’un bâtiment15, ce qui a donné lieu à d’abondants développements. L’origine en est que cet objet affecte la forme d’un bâtiment de plan circulaire, une tholos. Le considérer comme une maquette, c’est postuler un rapport avec la réalité matérielle d’un bâtiment réellement existant : lequel ? Le premier à poser nettement la question a été O. Benndorf, qui suggère en 1880, dans ses remarques conclusives à la publication des recherches autrichiennes sur l’Arsinoeion de Samothrace, que ce serait une maquette de ce bâtiment. Il y propose le rapprochement avec l’inscription de Samothrace, ornée d’un relief représentant un bâtiment circulaire, pour l’architecte Mikis fils adoptif de Ménostratos de Cyzique (mais il ne cite que son nom de naissance, Asclépiadès fils d’Attalos), envoyé dans l’île à la demande des Samothraciens pour des raisons que la mutilation du texte nous dérobe16. Il approfondit ses vues en 1902 dans son étude sur les maquettes d’architecture dans l’Antiquité. Après avoir écarté sans véritable argumentation l’interprétation comme une ciste (on n’en connaîtrait pas d’exemple de cette forme), il veut y voir une maquette de bois ou de terre cuite d’un bâtiment réel : l’Arsinoeion de Samothrace, géographiquement le plus proche de Cyzique, que A. Conze avait déjà rapproché de la stèle de Cyzique17. Pour lui, on ne peut cependant considérer que l’objet se rapporte à la femme, qui serait ainsi mise en avant, contrairement à ce que l’on constate dans toutes les autres stèles à banquet, contrairement aussi à l’inscription qui désigne clairement l’homme comme titulaire du tombeau. C’est donc à lui que se rapporte l’objet, qui le caractérise comme architecte18 : ce serait le bâtiment qu’il y aurait exécuté19. La proximité des noms suggérant un rapport de famille entre les deux hommes, le bâtiment de Samothrace pourrait avoir été répété à Cyzique par l’architecte Attalos. Cette interprétation lie entre elles plusieurs questions différentes : la nature de l’objet figuré sur la stèle, la profession du mort, l’existence d’une tholos à Cyzique. Elle n’a pas été suivie dans la bibliographie allemande. Malgré sa grande fragilité, elle a eu un succès bien plus grand dans la bibliographie en français. Ainsi F. Robert admet qu’il s’agit d’une maquette et conclut sans prudence, du caractère incontestablement funéraire de la stèle, au « caractère chtonien et mystique du culte auquel appartenait l’édifice lui-même », et à la coutume d’offrir des maquettes pour Cybèle à Cyzique, et probablement aussi pour les Cabires à Samothrace ; et Ch. Picard, dans le compte rendu qu’il donne du livre en 1943, souligne qu’il s’agit de la « rotonde cyzicène du culte des Deux déesses ». Ce dernier savant, au tome IV de son manuel de sculpture grecque, veut voir dans la servante « une adorante portant un modèle réduit d’édifice circulaire » (p. 1313, note 4) et inscrit ce tholidion dans son interprétation par la mystique éleusinienne des représentations des stèles funéraires (pp. 1411-1412). La théorie d’O. Benndorf est suivie par Ph. W. et K. Lehmann, qui admettent sans discussion qu’Attalos fils d’Asklépiodoros est le père de l’Asclépiadès connu par le document de Samothrace, et soulignent la parenté de l’objet porté par la servante avec l’Arsinoeion, tout en estimant qu’il s’agit d’une rotonde située à Cyzique20. C’est encore dans le cadre de cette théorie que s’inscrit G. Roux, tout en en discutant les détails : ainsi la maquette de Cyzique ne reproduit pas au détail près l’Arsinoeion de Samothrace, puisque « les pilastres y sont remplacés par des colonnes doriques engagées »21. Elle représenterait donc plutôt une tholos située à Cyzique, qu’il s’agisse d’une ciste en forme de tholos ou du modèle réduit d’une tholos réelle22. La seule discussion qu’il conduit est l’examen du rapport entre la personnalité du défunt (ou des deux défunts successifs, s’il y a bien eu remploi) et la représentation de cette maquette. Sans mettre en doute l’adaptation de la maquette au premier défunt, il conclut que pour le second, Attalos, ou bien on ne s’en est plus soucié, ou bien elle convenait encore parce qu’elle signifiait le culte des Grands Dieux, de Samothrace ou de Cyzique, dont les deux défunts auraient été adeptes ; mais on ne peut rien dire sur la profession d’Attalos ni son rapport avec le père de l’architecte cyzicénien attesté à Samothrace. M. Daumas est en accord avec l’interprétation de G. Roux. Elle adopte l’idée que les deux défunts successifs étaient initiés des Grands Dieux, et c’est dans ce cadre qu’elle interprète certains détails de la stèle : ainsi, la corbeille à laine évoquerait le rôle tenu par le mariage dans la révélation des mystères. Touchant le rapport avec Samothrace, elle pense trouver le modèle de la maquette dans une tholos de petites dimensions, de la deuxième moitié du IVe s., dégagée à Samothrace et dont le détail s’accorderait mieux avec celui de l’objet sur la stèle de Cyzique23, au point de supposer, mais sans autre fondement, que ç’aurait été une offrande de Cyzique. C’est aller bien loin. Pour J.-Fr. Bommelaer enfin, il s’agit d’une représentation d’édifice (l’idée que ce serait une ciste est écartée sans vraie discussion, par le seul renvoi à la photo de détail), à mettre en rapport avec le personnage principal, le défunt24 ; la seule question étant de savoir s’il s’agit de l’édifice lui-même ou d’une maquette, de Samothrace ou de Cyzique, ce qu’on ne peut trancher. Mais la présence du cheval sur un socle, donc d’une statue, l’incline à penser que le défunt était bien architecte, puisqu’on connaît des exemples de personnages qui ont pratiqué les deux arts.

8On voit donc que pour cette branche de la bibliographie, l’interprétation comme représentation d’un édifice (lui-même, ou sa maquette) n’est pas mise en doute, non plus que le rapport avec Samothrace, ni la profession d’architecte du défunt. Or rien n’est moins certain, et il pourrait s’agir d’un nouvel avatar de l’histoire de la dent d’or.

  • 25 Deux traits ne correspondent pas à l’Arsinoeion de Samothrace : il manque une porte dans le mur, et (...)
  • 26 «Dass diese Form aber auch gerade in einem mit Samothrake so eng verbundenen Orte wie Kyzikos geläu (...)
  • 27 En 1880, p. 114, il souligne la parenté entre le monument et la représentation « qui répète une for (...)
  • 28 Il s’agit du relief accompagnant la stèle de d’Asclépiadès fils d’Attalos, par adoption Mikis fils (...)

9La mise en rapport avec Samothrace ne répond à aucune caractéristique intrinsèque de la représentation : si l’objet tenu par la servante peut ressembler à l’Arsinoeion de l’île, ce n’est pas dans le dernier détail25 ; un seul trait spécifique peut faire penser à ce bâtiment particulier, la structure à deux niveaux consistant en une colonnade engagée au-dessus d’un mur plein, et on a pu songer à d’autres tholos. Il convient donc de revenir à la première attestation de ce rapprochement. On la trouve dans le travail d’A. Conze, et cela dans une note additionnelle. Ayant à situer typologiquement l’Arsinoeion de Samothrace nouvellement découvert (à une date où l’on ne connaissait, par Pausanias, que l’existence de la tholos d’Épidaure et du Philippeion d’Olympie, et par plusieurs mentions d’auteurs et de lexicographes, de celle d’Athènes, mais où on n’en avait encore exploré archéologiquement aucune), le rapprochement possible avec une cité en contact avec Samothrace était précieux. Ce rapprochement est du reste prudent : pour lui, la stèle atteste simplement que la forme était connue à Cyzique, et que la forme d’une architecture monumentale a été transposée sur l’objet26. Il n’est nullement question de dire que l’objet de Cyzique reproduit l’Arsinoeion ; il est invoqué comme parallèle. C’est O. Benndorf qui renverse les termes de la comparaison. Même si les mots employés ne sont pas décisifs, il suggère que pour Conze l’objet de Cyzique reproduisait l’Arsinoeion, alors que le savant autrichien se contentait d’indiquer une parenté typologique27 : tout le développement qui suit, et qui a été résumé plus haut, suppose que l’objet de Cyzique s’inspire du monument de Samothrace. On ne s’est plus jamais interrogé par la suite sur les raisons de cette comparaison, entrée dans la doctrine admise. Si l’on y renonce, il faut du même coup renoncer à toute explication par une allusion à l’initiation du défunt aux mystères des Grands Dieux. Il est en revanche possible que la source d’inspiration soit à chercher à Cyzique même. C’était déjà l’idée de Charles Picard en 1943. Quelques documents figurés pourraient orienter dans cette direction, même s’ils ne ressemblent guère à l’Arsinoeion de Samothrace, ni à l’objet sur la stèle de Cyzique28.

  • 29 E. Pfuhl et H. Möbius, Die ostgriechischen Grabreliefs, II. Mayence, 1979, pp. 353-495, n° 1488-206 (...)
  • 30 On l’a remarqué depuis longtemps : voir déjà ce que dit E. Pfuhl, Jahrbuch des deutschen archäologi (...)
  • 31 L’interprétation de J. -Fr. Bommelaer – il s’agirait d’une statue dénotant la profession de sculpte (...)
  • 32 C’est ce qu’indique M. Hamiaux, p. 149, et cette interprétation s’inscrit dans une tradition, contr (...)
  • 33 M. -L. Cremer y insiste, p. 76 note 376 : l’objet est une capsula (renvoi à Sénèque, Lettres à Luci (...)
  • 34 Th. Wiegand, H. Schrader, Priene, Ergebnisse der Ausgrabungen und Untersuchungen in den Jahren 1895 (...)
  • 35 Il n’est pas arbitraire de chercher à interpréter les éléments d’une représentation funéraire en le (...)

10L’interprétation de la nature de l’objet soulève d’autres difficultés. C’est surtout chez les savants français qu’il est considéré comme une maquette ou une représentation d’édifice ; dans la bibliographie en allemand, il est tenu pour une ciste. Le problème apparaît surtout quand on le considère isolément. Mais comme toute image, la représentation de cette stèle doit être considérée dans son ensemble, et par rapport à la série à laquelle elle appartient. Celle des représentations de banquet est particulièrement riche : le recueil des stèles de l’Asie Mineure par E. Pfuhl et H. Möbius en réunit plusieurs centaines29, et il en existe beaucoup d’autres, dans d’autres régions, ou connues depuis lors. Or dans tous ces reliefs, comme du reste dans ceux qui utilisent d’autres thématiques, la distinction est très claire entre univers masculin et univers féminin30. On n’y observe jamais de mélange. Quand les deux sont représentés sur la même stèle, ils sont normalement répartis selon les côtés de l’image, les attributs et objets masculins à droite (c’est très souvent le cas dans les stèles à banquet, du fait de l’attitude allongée de l’homme), les attributs et objets féminins à gauche. Dans le cas qui nous occupe, on trouve à droite le cratère où l’esclave échanson a procédé au mélange et puise le vin, dont la consommation relève de l’univers masculin ; on y trouve aussi la représentation de cheval. Quelle que soit l’interprétation qu’appelle cette figure d’un avant-train sur un socle bas avec l’antérieur droit levé31, elle appartient elle aussi à l’univers masculin. Du côté gauche en revanche se trouve le volet féminin de la représentation : la femme assise sur le pied du lit, la petite servante qui l’accompagne, la corbeille à laine posée sur un meuble à l’arrière-plan. C’est l’univers de la femme mariée. Dans ces représentations, si la servante tient un objet, il est en rapport avec le monde féminin : corbeille à laine, boîte à bijoux ou à fard, ou autre. Il n’y a aucune raison de penser qu’une exception serait faite ici32. L’objection d’O. Benndorf – l’objet serait trop marqué et mettrait la femme trop en avant – n’est pas recevable, et présuppose que l’objet a une signification particulière. Il paraît certes un peu grand (il le paraîtrait moins si les têtes étaient conservées) ; mais le souci des proportions n’est pas primordial dans les stèles funéraires. C’est plutôt sa remarque selon laquelle on attendrait que l’objet soit tenu par un serviteur masculin qui s’impose, si réellement l’objet était en rapport avec le mort, non avec la femme. On s’en tiendra donc à l’interprétation constante dans la bibliographie germanique : c’est une boîte à objets féminins33. Reste à en expliquer la forme, qui était l’une des raisons pour lesquelles O. Benndorf rejetait cette explication. Ce qui gêne, c’est moins la forme ronde de l’objet (on en connaît d’autres) que son décor architectural. Or les formes d’architecture ont été utilisées pour décorer des objets de diverses sortes : ainsi l’ameublement, ou la toreutique. On a découvert à Priène un coffret de terre cuite en forme de temple pseudo-périptère d’ordre ionique, ainsi qu’une tirelire dont la face antérieure affecte la forme d’une façade ionique34. Malgré son caractère original, tout plaide pour reconnaître dans cet objet une ciste. Ce qu’il faut éventuellement expliquer, c’est pourquoi on lui a donné un caractère architectural si marqué35.

  • 36 Le seul qu’on puisse mentionner nommément pour le IIe s. a. C. est Μαχάων Ἀσϰληπιάδου à l’époque de (...)
  • 37 Il n’est pas invraisemblable qu’une femme ait pu être l’auteur d’actes d’évergétisme de grande ampl (...)
  • 38 Le culte de Corè Soteira, le plus important de la cité, avait pour prêtre un homme, voir par exempl (...)

11Dans ces conditions, il ne reste rien pour attribuer au destinataire de la stèle – Attalos ou son prédécesseur – la profession d’architecte. Les dimensions de l’objet, son exécution, son iconographie orientent vers un des grands notables de la cité de Cyzique. Elle n’en manquait pas, même si son épigraphie n’est pas assez bien connue pour qu’on puisse en citer beaucoup d’exemples pour cette époque36. On peut à tout le moins alléguer la famille, proche ou plus lointaine, de la reine Apollonis de Pergame, originaire de Cyzique, et dont on aura peine à croire qu’elle était issue des couches obscures de la cité. S’il est à ce stade permis d’ajouter une hypothèse nouvelle, on s’appuiera sur les deux faits qui viennent d’être mis en lumière : la ciste en forme de tholos est clairement à situer dans l’univers féminin, et la stèle est faite pour une famille de grands notables. Plutôt que d’évoquer la profession du défunt, elle pourrait commémorer visuellement un acte d’évergétisme de la famille du défunt, ou bien plutôt de la femme d’Attalos37 (ou du premier défunt, s’il y a bien eu remploi), peut-être dans un sanctuaire pour un culte féminin. C’est ce qui expliquerait les proportions effectivement un peu grandes pour une simple ciste de l’objet en forme de tholos (mais fonctionnellement il demeure une ciste dans la structure iconographique de la représentation). Or il existait à Cyzique d’importants cultes féminins38. Aucune information n’est disponible sur l’ornementation architecturale de leurs sanctuaires, sauf, en partie, pour celui de Corè Soteira, dont le seul monument connu, s’il semble bien avoir été une rotonde, ne ressemble pas à la ciste de la stèle. On ne peut exclure que l’un ou l’autre ait comporté une tholos, même si rien ne l’assure : tout cela doit rester du domaine de l’hypothèse.

12Résumons : la stèle a été faite pour un grand notable de Cyzique, et l’objet qui en elle attira l’attention et sort en effet de l’ordinaire est fonctionnellement une ciste, mais affecte une forme qui pourrait peut-être commémorer un acte d’évergétisme accompli dans un sanctuaire important (pour un culte féminin ?) de Cyzique. Il convient en revanche de renoncer à y voir tout rapport avec Samothrace, et à toutes les considérations qui en dépendent. Pourquoi des savants estimables se sont-ils donc aventurés dans des voies à mon sens sans issue ? Il faut, je crois, incriminer deux tentations permanentes dans nos études : la routine, qui fait considérer comme faits acquis les conclusions des autres et conduit à se dispenser de vérifier dans quelles conditions elles ont été obtenues et dans quelles limites elles peuvent être tenues pour vraies, et la précipitation, qui fait se concentrer sur l’objet propre de sa recherche sans tenir un compte suffisant de son contexte. On ne saurait trop rappeler que c’est dans le cadre de sa série que l’objet archéologique peut être interprété.

Bibliographie

Catalogues

1. Froehner (W.), Département des antiques et de la sculpture moderne. Les inscriptions grecques, Paris, 1865, pp. 266-267, n° 170, fig.

2. Héron de Villefosse (A.), Musée du Louvre. Département des Antiquités grecques et romaines. Catalogue sommaire des marbres antiques, Paris, 1896, p. 169.

3. Reinach (S.), Répertoire des reliefs grecs et romains, II, Paris, 1912, p. 292, n° 2.

4. Michon (É.), Musée National du Louvre. Département des Antiquités grecques et romaines. Catalogue sommaire des marbres antiques2, Paris, 1922, p. 157.

5. Charbonneaux (J.), La sculpture grecque et romaine au musée de Louvre, Paris, 1963, pp. 126-127, fig.

6. Hamiaux (M.), Musée du Louvre. Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines. Les Sculptures grecques. II. La période hellénistique (IIIe Ier siècles av. J -C.), Paris, 1998, pp. 149-151, n° 162, fig.

Études

1. Longpérier (A. de), Bulletin archéologique de l’Athénaeum français, 5, 1855, p. 60, n° 1.

2. Conze (A.), Hauser (A.), Niemann (G.), Archaeologische Untersuchungen auf Samothrake : ausgeführt im Auftrage des K. K. Ministeriums für Kultus und Unterricht, mit Unterstützung Seiner Majestät Corvette « Zrinyi » Commandant Lang, I, Wien, 1875, p. 85 n. 2 et fig. 36.

3. Conze (A.), Hauser (A.), Benndorf (O.), Archaeologische Untersuchungen auf Samothrake : ausgeführt im Auftrage des K. K. Ministeriums für Kultus und Unterricht, mit Unterstützung Seiner Majestät Corvette « Zrinyi » Commandant Lang, II, Wien, 1880, pp. 113-115.

4. Benndorf (O.), « Antike Baumodelle », Jahreshefte des Österreichischen archäologischen Institutes in Wien, 5, 1902, pp. 191-195 et fig. 57.

5. Id. « Nachtrag », Jahreshefte des Österreichischen archäologischen Institutes in Wien, 6, 1903, Beiblatt, col. 90.

6. Pfuhl (E.), « Das Beiwerk auf den ostgriechischen Grabreliefs », Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts, 20, 1905, pp. 59, 60, 144.

7. Robert (F.), Thymélè. Recherches sur la signification et la destination des monuments circulaires dans l’architecture religieuse de la Grèce, Paris, 1939, p. 359, n. 3 ; pp. 397-398 (BEFAR, 147).

8. Picard (Ch.), « Bulletin archéologique », Revue des Études Grecques, 56, 1943, pp. 197-198.

9. Watzinger (C.), « Theoxenia des Dionysos », Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts, 61-62, 1946-1947, p. 85.

10. Picard (Ch.), Manuel d’archéologie grecque. La sculpture. IV. Période classique – IVe siècle (deuxième partie), Paris, 1963, p. 1313 et n. 4 ; pp. 1411-1412.

11. Thönges-Stringaris (R.), « Das griechische Totenmahl », Mitteilungen des deutschen archäologischen Instituts, Athenische Abteilung, 80, 1965, p. 76, n° 54 et pl. 28, 1.

12. Lehmann (P. W. et K.), Samothracian Reflexions. Aspects of the Revival of Antique, Princeton, 1973, pp. 42-47 et fig. 27-28.

13. Price (M. J.), Trell (Bl. L.), Coins and their Cities. Architecture on the Ancient Coins of Greece, Rome and Palestine, Londres, 1977, pp. 109-116 (spécialement p. 115).

14. Pfuhl (E.), Möbius (H.), Die ostgriechischen Grabreliefs, II. Mayence, 1979, pp. 382-383, n° 1555 et pl. 225.

15. Schwertheim (E.), Die Inschriften von Kyzikos und Umgebung. I. Grabtexte. Bonn, 1980, n ° 100 (Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, 18).

16. Schmidt (S.), Hellenistische Grabreliefs. Typologische und chronologische Beobachtungen, Cologne, 1991, p. 28 n. 167, p. 62, p. 105, p. 110, fig. 70.

17. Roux (G.) dans McCredie (J. R.) et al. Samothrace. 7. The Rotunda of Arsinoe, Princeton, 1992, pp. 223-225 et fig. 70 et 143.

18. Cremer (M. -L.), Hellenistisch-römische Grabstelen im nordwestlichen Kleinasien. 1. Mysien, Bonn, 1991, p. 76, p. 143, n° KM2, et pl. 9 (Asia Minor Studies, IV).

19. Daumas (M.), Cabiriaca. Recherches sur l’iconographie du culte des Cabires, Paris, 1998, pp. 201-202 et pl. 18, 4.

20. Bommelaer (J. -Fr.), « Typologie fonctionnelle des maquettes architecturales dans le monde grec antique », dans B. Muller (éd.), « Maquettes architecturales » de l’antiquité. Regards croisés (Proche-Orient, Égypte, Chypre, bassin égéen et Grèce, du Néolithique à l’époque hellénistique). Actes du colloque de Strasbourg, 3-5 décembre 1998, Paris, 2001 (Travaux du Centre de Recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antiques, 17), pp. 375-378 [2 fig.].

Notes

1 Don Waddington, 1854. À l’occasion de son voyage de noces, W. H. Waddington a acheté et fait envoyer au Louvre un certain nombre de pièces ; la provenance cyzicénienne de la stèle ne repose que sur ses indications. Sur ce savant, voir Ève Gran-Aymerich, Dictionnaire biographique d’archéologie 1798-1945, Paris, 2001, pp. 701-702.

2 La bibliographie en fin d’article réunit les études et mentions spécifiques à la stèle étudiée ; les autres renvois figurent dans les notes.

3 Les mesures sont les suivantes, à partir du bord gauche du champ sculpté : à 13 cm du bord, une mortaise isolée ; puis, à 5 cm à droite, deux mortaises superposées, à peu près à la verticale de l’objet tenu par la servante ; à 24 cm plus à droite, autre ensemble de deux mortaises superposées, à peu près à la verticale de l’éventail ; une mortaise isolée, à 9,5 cm à droite. Le dernier groupe de mortaises superposées, à la verticale de la tête de l’homme couché, est à 25 cm à droite du précédent. On trouve ensuite deux mortaises isolées, l’une à la verticale des naseaux du cheval, à 18 cm du précédent, l’autre à la verticale de l’œil du cheval, environ 7,5 cm plus à droite. Elle se trouve à 13 cm du bord droit du champ. On a donc affaire à un système centré, avec un rythme de 18 à 25 cm pour les mortaises superposées (la proximité de la tête du cheval explique peut-être que celle de l’extrémité droite soit unique), et des mortaises intermédiaires.

4 Il est difficile de dire en quoi cet objet consistait. Depuis E. Pfuhl, on a pensé à des armes, sans jamais préciser desquelles il pourrait s’agir : une série de boucliers recouvrant des lances ? Le rythme des mortaises pourrait faire penser à une autre solution, également représentée sur les monuments funéraires : une guirlande soutenue par des têtes de bœuf.

5 Si l’on admet que la densité du marbre est de l’ordre de 2,5, le poids doit atteindre ou dépasser 850 kg. Autres hypothèses chez G. Roux, qui pense soit à la rénovation d’un monument de famille, soit au remploi pour quelqu’un d’autre d’une stèle dégradée à la suite de troubles dans la vie civique.

6 L’hypothèse d’un remploi a été émise dès 1855 par A. de Longpérier, suivi en 1865 par W. Froehner. Ce sujet a été peu étudié ; voir pourtant, sur le remploi des stèles funéraires attiques, bien plus fréquent qu’on n’imagine, B. Schmaltz et M. Salta, Jahrbuch DAI 118, 2003, pp. 49-203 (pp. 103-112 sur les modifications apportées aux têtes). Dans un cas au moins, la tête a été entièrement remplacée, en creusant une cavité très semblable à celles de notre stèle : Athènes, NM 2775, IG II2 5755 (pp. 106-107 ; la date de l’inscription, IVe s. a. C. d’après le corpus, ne permet évidemment pas de dater la modification). On négligera l’hypothèse de A. Héron de Villefosse, suivi par É. Michon, pour qui les têtes étaient exécutées en une matière différente.

7 Il est difficile d’accepter la suggestion de O. Benndorf (1902), qui propose de dater l’écriture du début de l’époque romaine.

8 Il ne m’a pas été possible d’observer sur la pierre la retraite correspondant au ravalement d’une épitaphe antérieure que croit avoir vue G. Roux. La disposition de l’épitaphe n’a rien d’original. Si l’écriture paraît moins soignée que le relief, cela peut s’expliquer, dans le cas d’un remploi, par les conditions difficiles faites au lapicide, obligé de travailler à la partie inférieure d’une pierre déjà en place que son poids l’empêchait de manipuler à son gré.

9 L’onomastique n’invite pas à approfondir le rapport suggéré par O. Benndorf dès 1880, suivi par G. Roux et J. -Fr. Bommelaer, entre le défunt de Cyzique et le Cyzicénien attesté à Samothrace à une date malheureusement difficile à déterminer (basse époque hellénistique plutôt qu’époque impériale selon P. M. Fraser), IG XII 8, 188 (à lire dans la réédition de P. M. Fraser, Samothrace 2, 1 : The Inscriptions on Stone, New York, 1960, pp. 112-116) : μύστης εὐσεβὴς ϰαὶ ἐπόπτη[ς] Μῖϰις Μνησισ[τϱ]άτου, ϕύσει δ[ὲ] Ἀσϰληπιάδης Ἀττάλου, Κυ[ζιϰη]νός, ἀϱχιτέϰτων. Cette pierre est décorée d’un relief représentant une rotonde, dont il sera question ci-après. La fréquence des noms théophores formés sur le nom d’Asclépios est trop grande. Si l’on veut poursuivre les hypothèses arbitraires, on pourrait songer à attribuer le succès du nom macédonien Attalos à la figure du roi de Pergame Attale Ier, dont la femme était Apollonis de Cyzique. En réalité, rien de tout cela ne peut être démontré.

10 Elle est néanmoins jugée de facture médiocre par G. Roux.

11 Stèle pour Bacchios et deux autres personnages (une femme et deux hommes, ce qui correspond à la représentation du relief) au musée d’Istanbul, inv. 2224, Pfuhl-Möbius II, pp. 477-478 n° 1990 et pl. 287 (E. Schwertheim, IKyzikos, I, 128 ; M. -L Cremer, p. 143 et pl. 9, KM 1) : 107 x 113 x 19 cm, soit un poids de l’ordre de 550 kg, de la première moitié du IIe s. a. C. Stèle pour Démétria, Prièpis, [Diog]énès et un autre personnage au musée d’Istanbul, inv. 5368, Pfuhl-Möbius II, p. 478 n° 1991 et pl. 287 (E. Schwertheim, IKyzikos, I, 146 et pl. 42 ; M. -L Cremer, p. 144 et pl. 9, KM 4) : 79 x 108 x 25 cm, soit un poids de l’ordre de 500 kg, du milieu (selon M. -L. Cremer) ou de la deuxième moitié (selon E. Pfuhl et H. Möbius) du IIe s. a. C. On peut y ajouter la stèle très allongée avec deux banqueteurs conservée au Louvre (Ma 2855), M. Hamiaux, Musée du Louvre. Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines. Les Sculptures grecques. II. La période hellénistique (IIIe – Ier siècles av. J. -C.), Paris, 1998, pp. 182-183, n° 203, avec fig., (Pfuhl-Möbius II, p. 462 n° 1918 et pl. 276 ; M. -L. Cremer, p. 144, KM5) datée du IIe s. a. C. par E. Pfuhl et H. Möbius, mais du début du IIIe s. a. C. par M. Hamiaux, sur la suggestion de B. Holtzmann qui tient l’objet pour votif.

12 Encore faudrait-il être sûr que ce décor, connu seulement par des épigrammes de l’Anthologie (livre III), n’a pas été exécuté par des artisans venus de Pergame.

13 On sait que le statut social de cette profession n’était pas du premier rang : voir le recueil des signatures d’architectes par M. -Chr. Hellmann, ZPE, 104, 1994, pp. 151-178, et les remarques de A. Jacquemin, Ktéma, 15, 1990, pp. 81-88. Strabon (XII, 8, 11) signale que Cyzique avait trois architectes chargés de l’entretien des bâtiments publics et des machines de guerre. Ils devaient être d’un statut plutôt modeste.

14 Dans l’ordre chronologique : A. de Longpérier, W. Froehner, A. Conze, A. Héron de Villefosse, E. Pfuhl, É. Michon, J. Charbonneaux, R. Thönges-Stringaris, E. Pfuhl et H. Möbius, M. -L. Cremer, M. Hamiaux.

15 O. Benndorf (1880 et 1902), F. Robert, Ch. Picard (1943 et 1963), M. J. Price et Bl. L. Trell, G. Roux, M. Daumas, J. -Fr. Bommelaer.

16 C’est dès ce moment que Benndorf suggère de voir dans ce personnage originaire de Cyzique l’architecte de l’Arsinoeion, en invoquant à l’appui le fait qu’on avait fait venir du marbre de Thasos et de Proconnèse et qu’on ne connaissait aucun artiste originaire de Samothrace. Il admet cependant en 1902 (p. 195) qu’il est d’une époque postérieure et que la rotonde représentée sur la pierre qui le nomme, dépourvue de colonnes et de toit, ne saurait être l’Arsinoeion.

17 O. Benndorf mentionne pourtant deux obstacles à cette théorie : le bâtiment représenté sur la stèle n’a pas de porte, et on attendrait un porteur de sexe masculin. On ne citera que par curiosité l’interprétation qu’il suggère en 1903 et qui vient en contradiction avec toute l’iconographie des stèles de banquet : ce serait un gâteau en forme de bâtiment.

18 Sont invoqués à l’appui de cette idée plusieurs exemples de reliefs où des détails d’iconographie renvoient à la profession du défunt.

19 Voir en dernier lieu P. M. Fraser, Samothrace 2, 1 : The Inscriptions on Stone, New York, 1960, pp. 112-116 et pl. XXIII. Ce dernier relief a été mis en rapport avec des monnaies de Cyzique et utilisé pour établir l’existence à Cyzique d’une tholos destinée à des cultes à mystères, voir O. Rubensohn, Die Mysterienheiligtümer in Eleusis und Samothrake, Berlin, 1892, pp. 166-169. Les monnaies sont commodément reproduites par M. J. Price et Bl. L. Trell, fig. 198-202 et 208.

20 Samothracian Reflexions, pp. 42-45. Ces savants estiment improbable qu’il y ait eu plus d’une rotonde à Cyzique ; il faudrait donc que, malgré les différences sensibles dans l’aspect du bâtiment figurant sur les reliefs de Samothrace et les monnaies de Cyzique, d’une part, et de l’autre de l’objet figurant sur la stèle d’Attalos, il s’agisse d’un seul et même bâtiment.

21 Cette remarque néglige l’indication d’É. Michon rapportée par O. Benndorf (1902), p. 192 n. 42 : « il ne m’a pas paru possible de décider, malgré l’examen le plus minutieux, si les colonnes sont doriques ou ioniques : le grain du marbre, un peu gros, se prêtait mal à des indications minutieuses de détail dans d’aussi petites dimensions et, de plus, l’épiderme a souffert. » Après un examen direct de la pierre, je ne peux que m’associer à cette remarque.

22 Dans le volume qu’il dirige, Temples et sanctuaires, Lyon, 1984, pp. 165-166, G. Roux n’y voit qu’un simple cylindre de pierre, à l’instar des petites rotondes de Samothrace, Paros et Chios, toutes du IIIe s.

23 Voir J. -R. McCredie, Samothrace. 7. The Rotunda of Arsinoe, Princeton, 1992, App. IV, pp. 262-269.

24 « Je partage l’avis commun selon lequel seul [l’époux] est mort : c’est à lui que doivent se rapporter tous les objets, à l’exception de l’éventail tenu par l’épouse », p. 377 note 23. Il faudrait au moins ajouter à l’éventail la corbeille à laine disposée sur le meuble derrière la servante.

25 Deux traits ne correspondent pas à l’Arsinoeion de Samothrace : il manque une porte dans le mur, et les supports de la partie supérieure sont des colonnes engagées peut-être doriques, au lieu de pilastres. En outre, les proportions ne semblent pas être les mêmes : par rapport à son diamètre, l’Arsinoeion est beaucoup plus plat.

26 «Dass diese Form aber auch gerade in einem mit Samothrake so eng verbundenen Orte wie Kyzikos geläufig war, dafür findet sich ein wenn auch unscheinbarer Beweis. Der Grabstein eines gewissen Attalos, Sohnes des Asklepiodoros, wurde als aus Kyzikos stammend von Waddington dem Louvre geschenkt. Sein Relief zeigt… ein Mädchen, welches in gewohnter Weise ein Kästchen auf der Hand hält… Unverkennbar ist auf das kleine Geräth eine übliche grössere Architekturform übertragen, dieselbe, in der jetzt das Arsinoeion wiederhergestellt ist», p. 85, note 2.

27 En 1880, p. 114, il souligne la parenté entre le monument et la représentation « qui répète une forme de bâtiment correspondant à l’Arsinoeion de Samothrace », et se demande s’il ne s’agirait pas là du même bâtiment, dû à une famille d’architectes de Cyzique. Son expression est plus nette en 1902, p. 193 : «Mit dem Arsinoeion hatte Conze… das Kästchen des Reliefs verglichen».

28 Il s’agit du relief accompagnant la stèle de d’Asclépiadès fils d’Attalos, par adoption Mikis fils de Mnésistratos, de Cyzique, à Samothrace (IG XII 8, 188, actuellement conservé à Bignor Park, voir Samothrace II, 1, appendice IV pp. 112-116 et pl. XXIII), connu depuis un dessin qu’en a fait Cyriaque d’Ancône. Il est déjà allégué et mis en rapport avec des monnaies de Cyzique par O. Rubensohn, Die Mysterienheiligtümer in Eleusis und Samothrake, Berlin, 1892, pp. 166-169, et la référence a été reprise par O. Benndorf (1902), et F. Chapouthier, Les Dioscures au service d’une déesse, Paris, 1935, pp. 176-177 (BEFAR, 137). Voir aussi l’étude approfondie des documents remontant à Cyriaque d’Ancône (il existe trois copies du dessin original perdu) et des fragments trouvés à Samothrace (il y en a quatre, dont un est perdu) par Ph. W. et K. Lehmann, Samothracian Reflexions, pp. 27-47. Les monnaies sont reproduites par M. J. Price et Bl. L. Trell, fig. 198-202, avec les reliefs fig. 203-204. Voir aussi A. Barattolo, Ist. Mitt., 45, 1995, p. 65 n. 67. Il est généralement interprété comme le temple de Déméter et Corè, mais ne ressemble pas à ce qui est figuré sur la stèle : on y voit un bâtiment rond d’un seul niveau consistant en un mur aveugle percé d’une porte et surmonté de statues disposées sur une couverture plate (à moins que ce ne soit une frise).

29 E. Pfuhl et H. Möbius, Die ostgriechischen Grabreliefs, II. Mayence, 1979, pp. 353-495, n° 1488-2066, sans compter plusieurs dizaines de numéros supplémentaires pris à des stèles à plusieurs registres cataloguées ailleurs dans l’ouvrage.

30 On l’a remarqué depuis longtemps : voir déjà ce que dit E. Pfuhl, Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts, 20, 1905, p. 59.

31 L’interprétation de J. -Fr. Bommelaer – il s’agirait d’une statue dénotant la profession de sculpteur du défunt – ne paraît pas convaincante. Il est plus probable que le cheval indique la richesse de la couche sociale à laquelle appartenait le défunt, quelle que soit la raison pour laquelle il est ici présenté sur un socle, ce qui sort en effet de l’ordinaire. Pour M. -L. Cremer, le cheval ne fait qu’indiquer le statut héroïque du défunt. Autre exemple de cheval sur une stèle de Cyzique au musée du Louvre (Ma 2855), probablement antérieure et peut-être votive : Pfuhl-Möbius n ° 1918 ; Hamiaux, Musée du Louvre. Les sculptures grecques, II, n ° 203 ; quoique la stèle soit lacunaire à cet endroit, rien ne laisse penser que le cheval ait été disposé sur un socle.

32 C’est ce qu’indique M. Hamiaux, p. 149, et cette interprétation s’inscrit dans une tradition, contrairement à ce que laisse penser J. -Fr. Bommelaer, p. 377 n. 23.

33 M. -L. Cremer y insiste, p. 76 note 376 : l’objet est une capsula (renvoi à Sénèque, Lettres à Lucilius, 115, 1), avec éléments d’une bibliographie archéologique à propos de tels objets. On trouve un exemple comparable sur un relief sans provenance connue à la Glyptothèque de Munich publié par M. Pfanner, Ath. Mitt., 104, 1989, pp. 165-196, pl. 28-31 (inv. ST 160 ; cat. n ° 510) ; l’auteur l’attribue à la région des Détroits et le date de l’époque hellénistique. Par ses dimensions (hauteur 81,5 cm, longueur 98,6 cm, épaisseur 17,7 cm, saillie du relief 6,5 cm), le relief se compare à celui qui nous occupe. Une ciste ronde, mais lisse, fermée par un couvercle en poivrière, est posée sur un guéridon circulaire de même diamètre qu’elle entre deux personnages debout qui la regardent, une femme à gauche, un homme à droite. Mais il convient de rejeter avec M. -L. Cremer l’interprétation proposée par M. Pfanner, p. 175, qui voit dans la capsula une urne. Elle ne saurait en tout cas valoir pour la stèle de Cyzique : il serait en effet sans exemple que la servante porte devant sa maîtresse l’urne des cendres du défunt.

34 Th. Wiegand, H. Schrader, Priene, Ergebnisse der Ausgrabungen und Untersuchungen in den Jahren 1895-1898, Berlin, 1904, pp. 362-363 et fig 453 (pour le coffret ; inv. TC 8641 ; hauteur 8,7 cm) et p. 465 (pour la tirelire ; inv. TC 8574 ; hauteur 16,5 cm, largeur 9 cm) ; J. Raeder, Priene. Funde aus einer griechischen Stadt im Berliner Antikenmuseum, Berlin, 1984, p. 37 n° 51 (coffret) et p. 35 n° 24 (tirelire). Il n’existe pas à ma connaissance d’étude systématique de l’emploi décoratif des formes architecturales dans les petits objets, mais il n’est pas rare : voir la lampe du IIe s. a. C. trouvée à Aboukir, La gloire d’Alexandrie, Paris, 1998, p. 113 n° 72, qui se présente comme la façade d’un portique ionique dans un gymnase (hauteur : 12 cm).

35 Il n’est pas arbitraire de chercher à interpréter les éléments d’une représentation funéraire en les mettant en rapport avec la vie des personnages pour lesquels elle avait été faite : voir, à la fin du IIe s. a. C., la stèle pour Ménophila de Sardes, où l’épigramme donne une légende détaillée des divers éléments de la représentation (SEG 4, 634 ; W. Peek, Griechische Vers-Inschriften, 1881 ; Pfuhl-Möbius, I, n ° 418).

36 Le seul qu’on puisse mentionner nommément pour le IIe s. a. C. est Μαχάων Ἀσϰληπιάδου à l’époque de la mort d’Attale III, IGR IV, 134. C’est surtout aux deux siècles suivants qu’on en connaît plusieurs familles.

37 Il n’est pas invraisemblable qu’une femme ait pu être l’auteur d’actes d’évergétisme de grande ampleur dès cette époque : voir les exemples allégués par I. Savalli, « Archippè de Kymè, la bienfaitrice », dans N. Loraux, dir., La Grèce au féminin, Paris, 2003, pp. 247-295. Sans atteindre l’ampleur des bienfaits d’Archippè, plus récente d’une génération, ceux de Mégaclée de Mégalopolis, peut-être vers le milieu du siècle (IG V 2, 461) ou les disponibilités de Nicaréta de Thespies, un bon demi-siècle plus tôt (en 223 a. C., voir L. Migeotte, L’emprunt public dans les cités grecques, Québec-Paris, 1984, n ° 13) en attestent la possibilité. On s’expliquerait aussi que ce ne soit pas davantage mis en avant : cette discrétion serait une manifestation de la σωφροσύνη, la réserve, vertu cardinale des femmes.

38 Le culte de Corè Soteira, le plus important de la cité, avait pour prêtre un homme, voir par exemple l’inscription copiée par Cyriaque d’Ancône BCH, 14, 1890, pp. 537-8, n ° 2, mentionnant Κλ. Εὐμένης ὁ ϰαὶ Μόσ[χ]ος Στϱατίου, στϱατηγὸς τῆς πόλεως ϰαὶ ἱεϱεὺς τῆς Σωτήϱας Κόϱης τὸ β´ ϰαὶ ἐξηγητὴς τῶν μεγάλων μ[υ]στηϱίων τῆς Σωτήϱας Κόϱης (milieu du Ier s. p. C.). Sur ce culte, voir F. W. Hasluck, Cyzicus, Cambridge, 1910, pp. 210-213. Pour d’autres cultes féminins à Cyzique (Artémis Pythiè, Artémis Mounychia, Métèr Plakianè), voir les indications BCH, 103, 1979, pp. 357-359, et déjà Hasluck, pp. 218-222.

Table des illustrations

Crédits Musée du Louvre - Christian Larrieu
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k

Auteur

Université Paul Verlaine-Metz, Centre Gustave Glotz

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540