Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire

 | 
Louis Bergeron

Chapitre X. Banquiers et négociants parisiens dans l’économie française

Le contrôle du grand commerce et ses risques

Texte intégral

I. LE MÉTIER DE BANQUIER ET SES MOYENS

Le va-et-vient de l’argent à la marchandise

  • 1 Le livre de Guy Antonetti (1963) reste à cet égard une référence irremplaçable.
  • 2 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 182.
  • 3 Arch. nat., 3 AQ 301.

1Il n’y a rien de nouveau dans le métier de banquier à Paris dans les années 1800 par rapport à ce que l’on sait pour la fin de l’Ancien Régime1. En particulier, cet « ancien régime » se poursuit bien dans la persistance de l’incertitude des frontières entre négoce et banque. Au prix de quelque simplification, on dira que le négociant se bornant au commerce des marchandises à l’exclusion de toute autre spéculation pouvait se rencontrer, alors qu’inversement il est impossible de dire qu’aucun banquier se soit jamais exclusivement adonné au commerce de l’argent. Plus précisément, le choix de ses activités était dicté au banquier par les circonstances plus ou moins favorables à l’une ou à l’autre — ce que les péripéties de l’époque napoléonienne permettent aisément de comprendre. Ainsi la banque Boucherot peut-elle écrire à Bourcard, de Nantes, le 17 juin 1806 : « Nous ne nous occupons que rarement des marchandises, et presque jamais pour notre compte »2 ; mais écrire à Briansiaux de Lille, le 14 février 1809 : « Nous nous occupons particulièrement de la branche des marchandises »3 — puis se lancer en 1814 dans l’armement maritime avec sa maison du Havre. Dans le premier cas, sa conduite est dictée par les craintes d’une époque où la guerre générale bat son plein ; dans le second, par les occasions de profit qu’offrent les spéculations sur les cotons et bientôt le système des licences.

  • 4 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 515, lettre de Vidal à Roux, 17 octobre 181 (...)
  • 5 Jean Marie Gaspard Busoni et son gendre Guillaume Louis Isidore Goupy déposent ainsi chez le notair (...)

2Notons cependant qu’en accordant en 1812 aux rentiers la faculté d’être payés dans leurs départements respectifs, le gouvernement a amputé l’activité des banquiers d’une branche qui leur assurait une rémunération de tout repos. Beaucoup de banques parisiennes d’origine étrangère, ayant conservé la confiance de leurs compatriotes, s’adonnaient à cette activité — une partie de la dette française consolidée restait entre les mains de Hollandais, de Suisses, d’Italiens, etc. Nous savons par exemple que la banque Caccia et Blommaert était principalement constituée d’un « cabinet de rentes » qui, nous dit-on, « leur donnait 20 000 frs de bénéfice par an, sans risque ni beaucoup de peine »4 ; Caccia cherche par la suite à « développer la partie des marchandises », dont il n’a jusqu’alors que peu de connaissance. Rougemont de Lwenberg, Busoni et Goupy accumulaient, ainsi qu’on peut le voir au fil des minutes notariales, les procurations de rentiers helvétiques ou génois5. Deux circulaires de la fin du Directoire et du début du Consulat nous font saisir cette préoccupation des porteurs étrangers de titres français de toucher à nouveau les revenus, amenuisés mais redevenus réguliers, de leurs anciens placements. Celle de Van Dooren, en ventôse an VII : « D’après l’invitation réitérée de plusieurs de mes compatriotes de la République batave, ainsi que de divers amis des départements réunis, je me suis décidé à établir dans cette ville une maison de commission pour la vente et l’achat de marchandises, la perception de rentes, etc. » Celle de Van Putten et Guinebaud, en vendémiaire an IX : « Notre établissement s’occupera de toutes les commissions relatives à la banque et aux effets publics, du recouvrement des rentes et effets sur notre place, des paiements à domicile, de la liquidation des domaines nationaux, et généralement de toutes les affaires qui peuvent avoir rapport aux opérations du gouvernement. »

  • 6 Arch. nat., 3 AQ 326, 12 septembre 1809.

3Les conditions de pourcentages que se consentent les partenaires commerciaux ou bancaires paraissent avoir peu varié sur la vingtaine d’années qui nous intéresse. A l’égard des marchandises, la commission d’achat et de vente est couramment de 2 % ; il peut s’y ajouter un courtage de 0,5 % et des frais de magasinage. La commission de vente peut monter jusqu’à 3 % si la vente est garantie. On peut rencontrer des maisons moins exigeantes, et Worms de Romilly parle à Briansiaux des « maisons qui font les gâte-métiers et se contentent de la mince commission de 1 % »6. En matière de banque, les comptes courants réciproques portent généralement intérêt à 0,75 % par mois, parfois seulement 5/8. La négociation ou remise d’effets sur les départements donne lieu à un prélèvement qui n’est guère inférieur à 1 % pour perte sur le « change de place ». Les recouvrements sur des particuliers à Paris ou sur le gouvernement, sans aucun litige, coûtent 0,5 % ; mais sur les départements, jusqu’à 3 %.

  • 7 Bibliothèque Thiers, fonds Clary, 80/29, 28 brumaire an XIII.
  • 8 Arch. nat., 3 AQ 326, 13 mars 1805.

4Toutefois, un clivage s’observe, à l’intérieur du groupe professionnel, entre ceux qui acceptent et ceux qui refusent de consentir des crédits à découvert contre lettre d’avis et remise de valeurs à deux ou trois usances quelques jours avant l’échéance. Le choix des bénéficiaires de cette faveur, la détermination du montant du crédit font l’objet d’une information préalable aussi minutieuse que possible, et les correspondances commerciales comportent à ce propos de fréquentes demandes de renseignements, sous réserve de la discrétion d’usage. A tout moment, le privilège peut être suspendu ou restreint. Ainsi, durant l’hiver 1804-1805, en un temps d’affaires mornes et alors que le souvenir des faillites de 1803 est encore bien proche, deux exemples s’offrent à nous. Baguenault écrit à Nicolas Clary, en raison de sa connaissance du milieu marseillais. 11 a été « anciennement très lié d’affaires avec Girard, Dudemaine fils et Pastré », de cette ville ; Pastré fait désormais une maison particulière et lui demande un crédit à découvert de 30 000 F. « Ce genre d’affaires ne nous convient pour le moment qu’avec d’intimes amis mais dont nous sommes parfaitement sûrs tant pour la moralité que pour la solidité. »7 Quelques semaines plus tard, on peut voir Worms de Romilly, inaugurant alors ses relations avec Briansiaux, lui consentir provisoirement une ouverture de 30 000 F — avec réticence : « Je me suis fait la loi d’être très réservé là-dessus dans les circonstances actuelles. »8 Il est vrai que l’un des dangers les plus certains du métier était de se charger de valeurs portant les signatures d’insolvables ; c’est ainsi que l’on se trouvait emporté dans les faillites en chaîne.

5L’autre opération spécifiquement bancaire qui exigeait des chefs de maisons l’information la mieux tenue à jour, le plus de doigté et de rapidité de jugement, était l’achat de papier sur l’étranger et de devises étrangères (pour l’essentiel, cela veut dire du papier sur Hambourg et des livres sterling) qui, par le jeu du change — écarts et variations —, pouvait procurer des gains intéressants et permettre de multiplier les offres de services.

Le capital bancaire

  • 9 Voir chapitre premier.

6La mise sociale de tous les établissements de la haute banque parisienne ne nous est pas connue — il s’en faut. Les indications en notre possession9 permettent d’affirmer que les banques des années 1 800 fonctionnaient sur la base de capitaux relativement élevés, entre 500 000 F et deux millions.

  • 1 On a inscrit en retrait vers la droite dans la colonne du milieu les firmes appartenant à la catégo (...)

Note *1

7La forme juridique des sociétés de négociants et banquiers demeure tout à fait traditionnelle : elle est le plus couramment en nom collectif et en commandite, souvent par actions, ce dernier trait lié, bien entendu, à l’importance du capital initial à collecter. La forme nouvelle de la société par actions appartient au secteur industriel ou des travaux publics, où d’ailleurs elle est encore l’exception.

8Dans le cas où il s’agit de la commandite simple, les capitaux d’appui (ce sont parfois tous les capitaux, la raison sociale ne faisant alors apparaître que les noms d’associés-gérants) nous semblent venir en règle générale du cercle même des affaires. C’est seulement dans le cadre de la commandite par actions que l’appel à d’autres cercles de la fortune se poursuit, là aussi selon une tradition déjà bien établie au xviiie siècle.

  • 10 Arch. nat., M.C.N., LIII, 727.
  • 11 Ibid., LXXXIV, 723.
  • 12 Olympe Lemaistre, femme Louis Féline fils aîné, 1789, et Marie Judith Blouquier, femme Jean Étienne (...)

9Au niveau où se situe le capital bancaire, le problème de la dot de l’épouse ne se pose guère, sauf exceptions. Au niveau du gros marchand des anciens Six-Corps, une dot de plusieurs dizaines de milliers de francs, chose habituelle, conserve certes son importance. Mais que Madame Récamier, fille d’un receveur de finances, ait apporté 200 000 F de dot à son époux n’a pu avoir qu’une faible incidence sur le développement de ce véritable édifice qu’était la banque de Jacques Rose Récamier. Toutefois, on relève quelques exemples du rôle qu’a pu jouer la fortune de l’épouse dans le sauvetage d’une affaire, ou dans la survie d’une fortune familiale, la persistance d’un rôle économique. Quand Charles Auguste Carcenac fait faillite dans le trafic international des laines, son épouse, récupérant une dot de 80 000 F, s’en sert pour fonder un tissage de coton, tandis que le mari part à Lisbonne pour tenter d’y reprendre les affaires. Henri Liévin Carié-Bézard, munitionnaire général de la Marine, était l’époux de la Montpelliéraine Gabrielle Jeanne Eulalie Bézard dont les biens propres s’élevaient à environ 1 700 000 F10 ; sa sœur Marie Charlotte Carié avait épousé Paul Jacques Augustin Perier, administrateur de la Cie des Indes : l’héritage lui apporta une grande quantité de biens nationaux dans le Morbihan — marais salants, prairies, moulins, métairies et terres près de Vannes et d’Auray — et dans le Finistère, en partage il est vrai avec son frère Clément Hercule. C’est en s’appuyant sur cette double fortune que Carié-Bézard emporta son énorme contrat de fournitures et. par la suite, put échapper à la déconfiture11. A l’échelle, beaucoup plus modeste, de la petite banque Féline frères et Cie (faillie dès la fin de 1799) les dots des deux épouses — 50 000 et 45 000 F — ont pu être un appoint considérable12.

  • 13 Est-ce à cela que fait allusion Nicolas Clary quand il écrit à Roux, le 28 nivôse an XI : « Il est (...)

10Tout élargissement du capital ne pouvait être obtenu, quelles que fussent la nature et l’importance de l’entreprise, que par le recours à de nouvelles commandites. Toute aisance supplémentaire de la trésorerie, mis à part le recours aux divers escompteurs, ne pouvait venir que de l’emprunt hypothécaire à moyen terme, ou de circulations de complaisance13.

II. L’ATTACHEMENT AU PASSÉ : PARIS, L’ARMEMENT MARITIME ET LE COMMERCE COLONIAL

  • 14 Ibid., 515, lettre de Vidal à Pierre Honoré Roux, 17 octobre 1812.

11Capitaliste : « monstre de fortune, homme au cœur d’airain, qui n’a que des affections métalliques », selon le Dictionnaire national et anecdotique (1791). Cette définition polémique ne rend pas justice à la sensibilité de nos gens d’affaires. Certes, nous ne disposons pas des correspondances privées qui permettraient de mieux cerner la psychologie des gens d’affaires, encore que les correspondances commerciales elles-mêmes, parfois rédigées ou complétées de la main même des chefs d’entreprise, éclairent à l’occasion sur cette sensibilité lorsque, à quelques partenaires qui sont en même temps des amis proches ou des parents, on fait part librement d’un deuil, d’un mariage, d’une naissance, d’une maladie. Pour contredire tout à fait notre citation calomnieuse, voici même le cas du banquier Blommaert qui, encore jeune, se retire dans sa campagne de Saint-Germain-en-Laye à la mort de sa fille unique âgée de dix-huit ans, et laisse entièrement la conduite des affaires à son associé Caccia14.

  • 15 Ainsi Hottinguer écrivant à son ami Gaspard Escher de Zurich (en novembre 1801, après deux ans d’un (...)

12Sans même entrer dans le secret des vies personnelles, on pourrait arguer que l’accumulation des gains n’est pas la seule passion des élites économiques envisagées sous l’angle de la gestion de leurs capitaux. Nous convenons volontiers que la constatation d’un bilan annuel fructueux tire généralement aux négociants des soupirs qui semblent venir du cœur, même lorsque le succès est rapporté à la protection divine15. Toutefois l’ardeur quasi passionnelle peut aussi s’attacher, avec une conviction toute professionnelle, à la recherche d’un certain type d’affaires et d’opérations considérées comme la norme du bon commerce, comme le chemin optimal vers le profit. C’est bien ce qui nous paraît s’être passé dans le milieu des affaires parisien au début du Consulat, dans la période de progressif rétablissement de la paix, d’une paix chargée unanimement d’une signification essentielle : la reprise, à Paris comme dans tous les ports, des échanges maritimes avec les mondes non européens, entre l’Europe et les empires coloniaux, base d’une prospérité classique à laquelle bien peu, sans aucun doute, étaient prêts à chercher et à trouver un système d’échanges de substitution.

  • 16 Ainsi la banque Boucherot et Cie, qui avait traversé la crise finale sans perte, grâce à une liquid (...)

13Avant les paix de Lunéville et d’Amiens comme au cours des contacts diplomatiques de 1806 avec l’Angleterre, le monde des affaires est saisi d’une espérance fiévreuse, on dirait presque messianique, à l’échelle de ses préoccupations purement temporelles. Au début des années 1800, on assiste à une véritable mobilisation préalable des relations, des capitaux, des compétences, à une floraison de projets — et par conséquent de sociétés —, dans l’attente des bonnes occasions qui vont se présenter. Durant l’été de 1806 on ne peut qu’être frappé par la candeur avec laquelle beaucoup de chefs de maisons de banque et de commerce, baignant dans une circulation d’informations incontrôlées, ont constamment pris leurs désirs pour la réalité et entretenu la certitude que, du moment que l’on négociait, ce ne pouvait être que pour aboutir. Le même ancrage sur des positions traditionnelles — celles de l’armement et du trafic des denrées coloniales — rend compte de l’acharnement morose avec lequel la banque et le négoce parisiens se sont adaptés tant bien que mal aux conditions extraordinaires du commerce au temps du Blocus, constamment ballotés par les fluctuations brutales des cours et des marchés comme par les variations de la politique napoléonienne. 1814 n’a donc pu les prendre au dépourvu : en quelques mois, les affaires parisiennes reprendront alors la direction des ports16.

  • 17 Arch. de Paris, D 11 U3, 13/941, 14 août 1801.
  • 18 Une autre maison, Thorel frères, déclare plus de 720 000 F de pertes sur des corsaires (Ibid., 13/8 (...)

14Il est vrai que les dernières années du Directoire laissaient aux affaires parisiennes un souvenir assez amer pour justifier à lui seul l’enthousiasme de l’attente d’un retour à la normale. La correspondance de Jean Conrad Hottinguer évoque de lourdes pertes subies dès 1798 avec Nantes et Le Havre. Parmi les faillites parisiennes de 1801, nous en retenons une qui, pour n’être pas d’une affaire de premier plan, n’en présente pas moins l’avantage d’être explicite. Un certain Nadau, qui se qualifie de fournisseur17, est en fait propriétaire d’une habitation à Saint-Domingue, intéressé dans le commerce de Rouen et de Nantes ; depuis 1798 il s’est lancé dans l’armement en course sur une grande échelle. Des opérations d’abord heureuses lui ont permis d’effectuer des placements fonciers considérables : deux maisons sises à Boulogne et à Gentilly, valant ensemble 106 000 F, et, de moitié avec le négociant américain Coopman, la forêt de Sainte-Assise — 750 arpents valant 130 000 F. Mais par la suite la course lui a valu d’énormes déboires : il a perdu 290 000 F à la Guadeloupe par la mise en réquisition de deux corsaires et de leurs prises, et 560 000 F à Wilmington pour une affaire du même genre. Le gouvernement lui doit d’autre part 200 000 F pour fourniture de nourriture aux prisonniers de guerre français en Angleterre. Au total, sur Paris ou sur Washington, plus d’un million de créances d’un recouvrement incertain ou désespéré l’acculent à la faillite et, pour commencer, à la vente de ses biens immobiliers18.

15Beaucoup auraient certainement pu écrire, comme Hottinguer en 1801 : « Si cette bienheureuse paix nous arrive, je ne laisserai pas que de monter une bonne maison et de bonnes affaires. J’en aurai bien besoin. » D’où l’intensité de la reprise spontanée, encouragée par l’expédition de Saint-Domingue et vivement souhaitée par d’anciens colons ou négociants des Iles. Selon Mollien, le mouvement des armements maritimes aurait, après la paix d’Amiens, engagé plusieurs dizaines de millions de francs, et largement bénéficié d’ailleurs des escomptes commerciaux consentis par la Banque de France. Nous n’avons pas les moyens d’évaluer la part des affaires parisiennes dans ce mouvement, mais nous pouvons du moins constater le nombre élevé des maisons qui y participèrent : plusieurs dizaines — soixante, soixante-dix, peut-être davantage —, et reconnaître la multiplicité des directions de leurs affaires : le nord, les Iles, l’océan Indien.

La grande flambée des affaires, 1801-1802

  • 19 Ibid., 5/178.
  • 20 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 130.
  • 21 Arch. de Paris, D 31 U3, 1/156. Dès l’an VII, dans la banque Bidart et Cie, on trouve pour associé (...)

16La direction principale est celle des Iles, à cause de Saint-Domingue et à cause de l’expédition du général Leclerc. L’une des maisons les plus engagées dans la reprise paraît avoir été Dhotel, Thomas et Cie, maison de commerce de Paris ayant une branche au Cap Français sous la direction de Désiré Dhotel, fortement protégée par le général qui prenait de préférence chez elle ses fournitures, et soutenue par une circulation de traites émises par Lancel et Carrez, négociants lillois19 ; après la mort de Leclerc, du reste, la confiance passa à d’autres maisons. Dhotel fut tué lors du pillage de ses magasins par les nègres ; la maison de Paris se trouva contrainte à cesser ses paiements en janvier 1803. Par ailleurs, plusieurs indices suggèrent l’empressement des anciens colons à rétablir les échanges. Élisabeth Buffet, propriétaire dans la région de Port-au-Prince, chef d’une maison de commission rue de la Réunion (spécialisée depuis 1776 dans le commerce avec l’Amérique) et rentrée de Saint-Domingue depuis l’an III, entre ainsi en rapports au début de 1803 avec Bourcard, de Nantes, pour lui confier l’armement d’un navire au printemps20. Gabriel Legal, retiré de Saint-Domingue en 1792, un moment commandité à Paris par la banque Dallarde puis associé de Jean François Bourgoing dans une maison de commission en l’an VII, s’associe en décembre 1802 avec Laffiteau, maison de Port-au-Prince, pour remettre en route ses affaires. Une maison Desurmont, Maugars et Desmarest se forme à Paris et au Cap Français pour « achat de denrées coloniales, consignations de navires et de marchandises, procurations d’habitations, maisons, recouvrements, successions », avec des « liaisons dans les principaux ports de mer » ; la circulaire est de 1802, et pleine encore d’allégresse : « Le rétablissement de la tranquillité à Saint-Domingue, et l’encouragement donné au commerce par le gouvernement, annonçant un avenir heureux... » Un négociant de la rue Saint-Denis, Charles Lanvin, lance en août 1802 une affaire en société avec Jean Charles Perrier, « planteur colon, province de l’Ouest, paroisse de Saint-Pierre de l’Archange, à Saint-Domingue »21.

  • 22 Voir chapitre III.
  • 23 Arch. nat., 3 AQ 304, fonds Briansiaux.
  • 24 Ibid., M.C.N., LIII, 722.
  • 25 Ibid., XIX, 921.
  • 26 Ibid., LIII, 732. Un an plus tard Bastide se préoccupe d’en récupérer la cargaison.

17Mais là ne résident pas les initiatives majeures, on s’en doute. L’essentiel est dans la participation à la reprise de grandes maisons proprement parisiennes, ou de maisons des grands ports qui viennent fixer à Paris le siège de leurs activités. Ce dernier cas est celui du bâlois Achille Weis, replié de La Rochelle, associé à Paris depuis l’an IX à l’Allemand Michel Metzger ; des Thurninger du Havre, installés à Paris en juillet 1801 ; de Charles Alexis Blanchard, longtemps employé chez Riedy et Thurninger à Nantes, venu s’établir à Paris au début de 1802 « à la faveur du retour de la paix et de celui des relations commerciales ». Surtout, les capitalistes parisiens se donnent de nouvelles antennes dans les ports. On a déjà évoqué22 les entreprises des Delessert et de Hottin-guer. D’autres Suisses agissent de même : ainsi Hunziker et Strauss, installés à Paris en 1802 et commanditant Trumpler et Cie au Havre pour faire le commerce avec « les établissements des deux Indes ». Barrillon prend pied à La Rochelle et à Bayonne en s’associant avec Pierre Antoine Chégaray dès septembre 1801. Dauchy, négociant à Paris et armateur à Dunkerque, s’associe à la grande maison Briansiaux de Lille pour armer à Dunkerque, au Havre, à Rouen, à destination de la Martinique, éventuellement de Saint-Domingue et de la Louisiane23. Louis Barthélemy Bastide et fils commandite deux maisons de commerce aux Iles. La première ne paraît avoir duré que quelques mois : c’est Fargeon, Rigaud et Cie, au Cap Français ; constituée en floréal an X, elle disparaît en vendémiaire an XI par suite de la mort de Rigaud24. L’autre, constituée en thermidor an X, a eu une existence plus durable : c’est Michel, Dupin, Quervet et Cie, à Saint-Pierre de la Martinique. Dupin a travaillé chez Récamier ; Quervet, chez Desprez ; quant à Dominique Joseph Michel, dont le véritable nom semble être Oppen-heimberg. c’est le neveu du chef de Vve Homberg et Homberg frères et Cie, du Havre25. Bastide lui-même arme au Havre, en floréal an XI, un navire pour la Martinique, mais qui doit relâcher au Sénégal pour avaries26. Delpont, propriétaire de la principale manufacture de chapellerie de Paris et fournisseur militaire, décide en juillet 1802 de former une maison de commission en banque et en marchandises pour faire des affaires avec les colonies, considérant que « l’époque où la paix maritime va rendre au commerce français ses anciennes relations et toute son activité est la plus favorable ». Dallarde, dans le même temps, spécialise sa maison de banque et de commission dans les « opérations maritimes ». Chavet, courtier de commerce et d’assurances rue Vivienne, ouvre dans l’été de 1803 un bureau d’assurances maritimes, type d’opération qui lui paraît devoir être d’autant plus fructueux que la guerre va sans doute continuer. « Paris depuis la révolution, énonce-t-il dans sa circulaire, a été et est encore la ville qui a tenu le haut commerce. » Il importe qu’elle s’intéresse également aux assurances, à l’exemple de Lille qui, elle aussi ville de l’intérieur, possède une chambre d’assurances très active.

  • 27 Ibid., 3 AQ 300. On note les relations préférentielles qui se développent entre Paris et Le Havre e (...)

18La correspondance de la maison Berard et Cordier avec la maison Briansiaux éclaire un aspect particulier de ce feu de paille du commerce français autour de la paix d’Amiens : l’armement baleinier. Ancien administrateur de la Cie des Indes, Berard avait conservé à Lorient une maison de commerce sous son nom, et beaucoup de relations dans le milieu nantais. Cela lui permettait, d’une part, de reprendre un intérêt direct au commerce oriental : en décembre 1802, il annonce à Briansiaux une prochaine vente publique (1 000 balles de café Bourbon, 30 000 de poivre lourd, 3 000 d’indigo du Bengale, 30 000 de bois de teinture, 45 000 de gomme du Sénégal) et cherche à nouer des relations avec des maisons d’épicerie de Lille (dont on connaît le rôle très important de redistribution régionale) à qui il offre en contrepartie d’escompter le papier sur Paris au taux, du reste élevé, de 3/4 % par mois. D’autre part, dans l’été de 1802, il a fait partir deux navires baleiniers, le Frédéric et le Victor, pour la pêche dans la mer du Sud, dont il se préoccupe de répartir les assurances entre des places pratiquant des conditions singulièrement variables : 8 à 10 % à Nantes, 5 % à Saint-Malo, 4 % à Rouen, 4 1/2 % à Bordeaux, 6 % à Anvers et Amsterdam. Malheureusement, ainsi que l’apprend une lettre d’août 1803, le Frédéric fut capturé par un brick anglais et conduit en Angleterre le 11 juillet, alors qu’il avait fait une pêche complète et était entièrement chargé ; une lettre de juillet 1804 indique d’autre part que le Victor a été conduit au port chilien de La Concepcion, et que les autorités espagnoles se sont emparées du produit de la vente de sa cargaison. Se livrant en mai 1805 à un bilan général, Berard constate que sur 18 navires armés en France pour la pêche à la baleine « pendant le dernier intervalle de paix », deux ont péri, sept ont été capturés, « neuf se sont sauvés à la faveur de ce que, les équipages étant entièrement américains, nation faisant cette pêche très en grand, ils ont été moins soupçonnés, ils ont donné le change aux croiseurs anglais et les ont évités grâce à leur pavillon »27.

19Le commerce du Nord, comme celui des Iles, concerne plusieurs grosses affaires, se caractérise par le mélange des objectifs purement commerciaux et de la satisfaction des besoins de l’Etat, mais offre en outre la particularité d’avoir provoqué à Paris l’installation plus ou moins durable de maisons de négoce et de banques étrangères.

  • 28 Ibid., M.C.N., VII, 563 ; et 61 AQ 283.

20Au chapitre des fournitures pour la Marine, on relève en particulier l’activité de Solier et Delarue, financés par Michel aîné à Paris, et par Greffulhe frères à Londres — sans doute également par Récamier. Ils se sont engagés dans la fourniture des chanvres et autres « munitions » du Nord, à prendre dans les ports de la Hollande, de l’Allemagne et de la Baltique. L’ampleur de l’entreprise apparaît dans un seul chiffre, celui de l’ouverture de crédit demandée sur Londres : 500 000 F28.

  • 29 Arch. de Paris, D 31 U3, 1/138.

21Tandis que les Béhic annoncent en octobre 1802 que « l’heureuse situation du port d’Anvers » leur a « fait désirer d’y former un établissement », qui sera sous la direction de leur associé Dussumier (ces Bayonnais ont également un siège à Paris), dès le mois de mai de cette même année, on trouve la trace d’un projet dont l’issue ne nous est pas connue, mais dont les linéaments sont fort instructifs29. Il s’agit d’une « Compagnie maritime en faveur du commerce et des fabriques de France, vers les Iles et pays les plus avantageux, particulièrement ceux du Nord et de la Baltique », établie chez le banquier Berge, rue du Mont Blanc. Elle devait émettre 14 000 actions de 600 F au porteur, créer une flotte, pratiquer le prêt sur gages à des négociants et armateurs. Le projet semblait en tout cas avoir intéressé une soixantaine d’affaires souvent de premier plan, de Cadix à Saint-Pétersbourg.

  • 30 Deux noms encore : ceux de Röslein et Cie (avril 1801) et de Jean Mary et Cie (juin 1801), maisons (...)

22Enfin l’année 1802 voit trois créations intéressantes. Au 1er janvier c’est la banque Robert Smith et Cie (associés : Charles Édouard Este et Jacques van Millingen) qui déclare vouloir profiter du rétablissement des relations commerciales avec l’Angleterre et faire des opérations avec Londres « et d’autres places ». Au 1er juillet, Thornton et Power, de Hambourg, se dédouble par l’installation à Paris de Richard Thornton, fils de John (démarche à rapprocher de celle d’Eugène Rubichon, négociant lyonnais en toiles de l’Inde, installé à Hambourg, qui transfère à Bordeaux son établissement, « la paix donnant un nouvel essor au commerce de France »), Au 1er novembre, c’est l’arrivée de Brostrôm, négociant suédois d’Uddevalla : « Nous nous occuperons essentiellement des consignations des amis du Nord pour tous les ports de la France... ainsi que de la commission d’achats et expéditions pour le Nord de toutes les marchandises de la France. »30

  • 31 Toussaint 1967, notamment p. 14.
  • 32 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 154, lettre à Bourcard de Nantes ; et Arch. nat., M.C.N., XV. 1175.
  • 33 Arch. nat., 61 AQ 282.
  • 34 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/301.
  • 35 Arch. nat., M.C.N., XCIII, 243, 12 prairial an X.

23Quant à l’océan Indien, on sait la place qu’il tenait dans les affaires parisiennes jusqu’aux premières années de la Révolution, notamment par l’intermédiaire des frères Monneron dont l’un, Janvier, mourra à l’île de France en 1811. Auguste Toussaint31 a montré la vigueur de la reprise éphémère des années 1802-1803, qui voient arriver 36 et 34 navires au long cours venus de France à l’île de France (pour 55 en 1789, ou 59 en 1792). On repère à coup sûr deux armements parisiens : l’un fait au Havre en novembre 1801 par la maison Barthélemy et Duchesne ; l’autre, au Havre également, par la maison Hardouin frères en 1802. Charles Bazin, Van Berchem et Cie, en liaison avec Jean Auguste Bazin et Cie, à Marseille, en a au moins projeté un troisième dans l’été de 180332. Henri Martin-Puech et Louis Greffulhe, de Paris, ont au moins été en pourparlers pour un armement à la fin de 180233. On trouve encore trace des activités des frères Martinet, dont l’un gérait la maison de Paris et l’autre celle de l’île de France34, et des frères Roblastre qui annoncent en l’an X la reprise du commerce colonial, celui des marchandises de l’Inde notamment. En juin 1802, Jean Fabas, négociant associé dans la maison de commission Grébeauval, Fabas et Cie, épouse une Demautort, nièce du célèbre notaire qui dressa l’acte de naissance de la Banque de France, et fille d’un ancien négociant parisien fixé à l’île de la Réunion ; en novembre de la même année, il forme avec Féré sa propre maison de commerce qui deviendra, en 1806, Fabas et Demautort — il y a toutes raisons de croire que c’était pour faire le commerce de l’océan Indien35.

  • 36 Arch. de Paris, D 11 U3, 19/1365-66, 30 avril 1803.

24La faillite de Hardouin frères36 est le seul document qui nous permette de voir les choses de plus près. Un frère dirigeait la double maison de Paris et du Havre ; l’autre gérait un établissement à Rouen ; un fils était installé à Port-Louis. L’affaire était très probablement soutenue par le crédit d’une série de banques parisiennes : Charles Doyen, Geyler et Jordan, et de gros marchands. La cargaison de leur navire l’Hydre comportait entre autres 120 000 F de vins, qui entraient de fait en première ligne dans les importations de l’île de France. Le commerce de l’océan Indien ne constituait cependant pas le tout de l’activité de cette maison : à sa formation en 1797, elle s’était d’abord tournée vers Hambourg, probablement en raison d’un mouvement d’exportation de dentelles normandes ; d’autre part les Hardouin achetaient du coton en Angleterre, qu’ils revendaient à Rouen et à Troyes. Néanmoins la principale créance active était bien celle de 206 000 F sur Desselliers, le capitaine de l’Hydre, alors à Port-Louis.

25La reconduction des échanges transocéaniques était le moteur d’une reprise économique générale, tant par la demande d’articles d’exportation, de marchandises de chargement, que par l’offre régularisée de matières premières et de produits de consommation fort recherchés. Cette réanimation du marché est bien sûr à l’origine d’un phénomène plus large que celui dont on vient d’esquisser les modalités, à savoir la reconstitution ou la création d’une multitude d’affaires.

26Plus que jamais, certes, on se gardera à ce propos d’affirmations tranchées — car nous ne sommes pas sûrs de tout saisir, nous n’avons pas les moyens de comparer de façon rigoureuse avec le mouvement propre aux périodes contiguës, ni de mesurer en volume de capitaux (la plupart du temps inconnus) l’investissement dans la banque et le négoce : nous sommes condamnés à l’impressionnisme, au qualitatif et au partiel. On peut, tout au moins, rassembler les impressions en un faisceau. Nous le présentons dans un ordre chronologique.

Maisons de banque

1800

27Novembre — Enfantin frères, extension de la commission en banque à la commission en marchandises, à la suite d’un élargissement du capital.

28Décembre — Pierre Majorel cadet et Cie, commission en banque et en marchandises. Création suscitée par « l’espérance d’une paix très prochaine ». Commandite de Majorel et Feuillant, de Marseille. Associé : Gavodans, agent de change.

1801

  • 37 Wall et Ganay étaient beaux-frères. Le premier était un grand propriétaire forestier en Bourgogne ((...)

29Janvier — Wall, Ganay et Cie37.

30Avril — Jean Baptiste Domergue et Cie. Domergue, ancien chef des comptes courants à la Caisse d’Escompte, est associé à Montgey, ancien chef des écritures à la même caisse. « Banque intérieure, réception et vente pour compte d’amis des marchandises et denrées qu’ils nous adresseront et sur lesquelles nous leur accorderons toutes les facilités et avances qu’ils pourront justement réclamer... Paiements à notre domicile... Le retour invariable de la sécurité intérieure, suivi de la paix continentale, était l’instant que nous avions marqué pour commencer la maison de commerce que nous venons de former. »

  • 38 Ibid., D 31 U3, 3/21.

31Mai — François Philippe Patinot, Charles Pierre Baticle et Cie, commission en banque et en marchandises. Associé : Pierre Coutanceau, propriétaire38.

32Juin — Charles Wohnlich et Cie. Longtemps à Augsbourg sous la même raison. Associé à son compatriote Charles François Engelbrecht.

33Juillet — Félix Ozanam, Pierre Haraneder et Cie.

  • 39 Ibid., 5/127 et 8/31. La raison devient en 1808 Bertin-Deveaux, Truelle et Cie ; lors du renouvelle (...)

34— Bertin-Deveaux. Frère cadet de Jean François Bertin, co-propriétaire du Journal des Débats39.

  • 40 Ibid., 6/101. On retrouve par la suite Housset associé de Vaudoyer et Cie.

35Octobre — Jean Marie Housset40.

  • 41 Ibid., 1/172 et 2/358.

36— Bruneau, Sebault et Cie, « banque, commission et commerce ». Ces deux négociants sont commandités par deux receveurs généraux des finances : Pierlot (Aube), et Levavasseur (Maine-et-Loire)41.

1802

37Mars — Lapôtre et Cie, banque et commission.

  • 42 Ibid., 1/125, 2/241, 3/409 et 484, et Arch. nat., M.C.N., XCIII, 238. Fin 1803, un remaniement fait (...)

38— Thorel et Cie, « maison de banque, change, commission et recouvrement ». Associés : Sartre et Mony42.

39Novembre — Pierre Benoît Babut, opérations de banque et sur les rentes ; prend la suite de Vve Babut fils et Labouchère, à Nantes.

  • 43 Arch. de Paris, D 31 U3, 1/164.

40— Vincens, Bertschinger et Cie, commission, banque, achat et vente d’effets publics et de marchandises43.

  • 44 Au retrait de Marceille à la fin de 1809, la raison devient Jauge, Robin et Cie. Jauge est un neveu (...)

41— Bernard Marceille, Auguste Louis Marie Robin et Cie44.

1803

42Janvier — La Greca, fils de Pasquale La Greca, de Naples.

Maisons de commerce

1800

43Décembre — Raynal, Latrille et Cie.

1801

44Mars — Lhoste et Cie, commission d’achat et de vente et roulage. Maison créée par Simian et Darier de Lyon (autres maisons à Genève et Marseille).

  • 45 Arch. de Paris, D 31 U3, 1/86.

45— Nicolas Goix et Cie, « maison de commerce, banque et commission en marchandises ». Associé : Jean Sigismond Gay45.

  • 46 Ibid., 1/135.

46— Sillan, Gay et Cie, prend la suite de la précédente en juillet 1802. Commandite de Jean David Pomaret, chef de Pomaret père, fils et Cie de Lyon46.

47Mai — Pettola père et Cie, commission en marchandises. Maison de commerce des draps et de banque de Lyon, arrêtée par la Terreur, reprise à Paris en association avec Jean André Stillierre, de Laigle.

48— Jean André Tourtille fils, maison de commerce et de commission, particulièrement pour les huiles en tous genres.

49Octobre — Pierre Joseph Seltner, banque et commission.

  • 47 Ibid., 1/95.

50— François Lagnepierre à Paris, et Van Maestraet à Bordeaux, société de commerce « pour les commissions, la banque et les spéculations »47.

  • 48 Ibid., 3/445 et 9/303, et Arch. nat., M.C.N., CVIII, 855 et 886. Merda et Brindeau sont les gendres (...)

51Décembre — Pierre Antoine Carlier, Jean Charles Merda et Marin Brindeau, négociants et fabricants de gaze48.

1802

52Janvier — Antoine Bernard Rey, maison de commission notamment en articles de Paris.

53— Dupuis père et fils, commissionnaires de roulage, prennent la suite de Glot et Dupuis.

54 ? — Jean Charles Gérono-Henrotay, Liégeois retiré à Bordeaux en 1795, a d’abord formé à Paris en 1796 une maison de commission et de banque. Vient de prendre « des arrangements avec une maison, fabrique du départements de l’Ourthe, pour l’exécution des ordres qui me seront confiés, soit sur les clous, armes ou autres objets des fabriques dudit département ».

  • 49 Dans l’été de 1804, Charles Legoux écrit à Bourcard, de Nantes : « Mon frère Samuel est actuellemen (...)

55Avril — Charles et Samuel Legoux frères et Guillaume Porchet49.

56— Desvaux et Cie, commission et entrepôt.

57— Arnaud l’aîné, Jean Pierre Gaujac fils et Cie, « achat et vente en gros de tous les articles en toilerie, dentelles, etc. ». plus la commission en banque et en marchandises. C’est la reprise, après une interruption pendant la Terreur et la guerre, d’une affaire de commission en articles de Paris (Arnaud l’aîné). Commandite d’Arnaud et Étienne frères, de Marseille, et de Gaujac père.

  • 50 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/187.

58Juillet — Jean Baptiste Leclère et Thuillier, commission — notamment en vins et eaux-de-vie. Devenu en décembre Jean Baptiste Leclère, étendant ses activités à la banque grâce à la commandite de Louis Marion50.

59Octobre — Wihaille et Cie. extension de ses affaires grâce à une commandite qu’il a acceptée à la faveur de la paix générale. Achat et vente en commission de toutes espèces de marchandises, notamment en vins et eaux-de-vie pour l’approvisionnement de Paris et des départements septentrionaux (entrepôt à Saint-Ouen).

60— Gratta et Lefèvre, commission en marchandises.

61— Mortreuil et Cie. « La paix générale a enfin décidé les amis auxquels j’avais proposé l’extension de ma maison de commerce au moyen de quelques capitaux versés en commandite. »

  • 51 Ibid., 2/185.

62Novembre — Marqfoy, Dumont et Cie, « commerce en commission sur tous les articles de fabrique de Paris tels que joaillerie, bijouterie, quincaillerie, tabletterie, meubles, gazes, modes et autres objets ». Dumont commandite Bernoville, Dumont et Cie, de Saint-Quentin51.

1803

63Juin — Éclatement de Pestrelle et Cie en Joachim Pestrelle et Cie, d’une part. Firmin Carette et Louis Minguet, d’autre part. Commission, réception en transit et expédition.

  • 52 Ibid., D 5 B6, 173.

64Mars — Joseph Hyacinthe et Jean Baptiste Chauvet frères, maison de commission transférée de Nantes à Paris52. Principalement denrées coloniales et vins, en provenance de Bordeaux.

65Octobre — Pierre Gasselin et Cie, maison d’affaires maritimes et de commission transférée du Havre à Paris.

66De cette imperfection même de l’échantillon, ressortent au moins deux évidences. D’une part, le rôle centralisateur de Paris dans la redistribution tant des importations coloniales que des productions nationales. D’autre part, et corrélativement, l’attraction exercée par la capitale sur les capitaux et les hommes d’affaires de la périphérie portuaire ou des centres remplissant, comme Lyon, une fonction analogue. Il serait téméraire d’assigner à ces tendances une origine exclusivement liée à l’éphémère conjoncture de paix du Consulat : il s’agit sans doute, en effet, d’un mouvement de fond, dont la manifestation se reconnaîtrait dès le Directoire, dans les années de reconstitution du système commercial bancaire parisien (1796-1798), et même dans l’organisation nouvelle du marché français bien avant la Révolution. Faute d’informations et de recherches suffisantes pour préciser ces étapes antérieures, il demeure possible d’affirmer que les toutes premières années du xixe siècle favorisèrent toujours davantage la domination du marché national par la place de Paris.

La crise de 1803

67A peine le xviiie siècle semblait-il avoir recommencé qu’une crise dramatique du grand commerce allait en fait en sonner le glas. Pour le négoce parisien, le xviiie siècle est mort en 1803 : à cette date, dix ans après les secousses dues aux troubles de Saint-Domingue, à l’internationalisation de la guerre et à la Terreur, les grandes affaires connaissent une nouvelle amputation de leurs capitaux et de leurs chefs.

  • 53 Ibid., D 4 B6.

68L’ébranlement, dans son épisode majeur, date de l’été de 1803 — répercussion directe de la reprise de la guerre maritime sur des affaires très engagées dans le rétablissement des anciens trafics coloniaux. Mais dès les dernières semaines de 1802, une catastrophe partielle était partie d’une faillite résultant d’opérations douteuses sur des fournitures militaires, tandis que déjà naissait l’appréhension d’une rupture avec l’Angleterre. La correspondance d’un négociant de petite envergure, Laeut — un Bavonnais installé à Paris — nous renvoie les échos d’une inquiétude que tout le monde ne partageait pas. ou se refusait à partager ; la valeur de son témoignage nous paraît dériver des relations qu’il entretenait avec plusieurs maisons du premier rang ainsi qu’avec d’autres travaillant sur la façade atlantique53. « Cette puissance, écrit-il le 11 décembre 1802 à un correspondant catalan, n’est pas dans une position assez avantageuse pour rompre la bonne intelligence avec le gouvernement. Je suis particulièrement d’opinion que nous jouirons de la paix quelques années. » En revanche, force lui est de constater quinze jours plus tard, dans une lettre à une maison de Bayonne, que la place de Paris est paralysée par la méfiance et qu’ » il y a une stagnation alarmante dans les affaires » par suite des dérangements qui se sont produits ou que l’on redoute. « On ne peut négocier un sou sur l’étranger », note-t-il dans la première semaine de janvier 1803.

  • 54 Ibid., D 11 U3, 6/389, 2 février 1799 ; 400 000 F d’actif, au moins un million de passif.
  • 55 Ibid., D 31 U3, 1/97.
  • 56 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 983 et CVIII, 860 et 864. Philippe François Didier Usquin, gros propriét (...)

69Au point de départ, on trouve la faillite de Coulon frères, négociants tanneurs. Cette maison avait fait, moins de quatre ans auparavant, une première faillite après avoir grandi par la fourniture de cuirs aux armées d’Italie — elle avait une succursale à Milan — et d’Allemagne, comme le suggèrent des créances pour fourniture d’équipements à Strasbourg54. La maison de commerce était rue Saint-Honoré, la tannerie à Bercy — au moins depuis l’an III ; l’actif de 1799 faisait apparaître plus de 200 000 F de marchandises en magasin et plus de 100 000 F de biens immobiliers hors de Paris. Henri François Grégoire et Marc Coulon avaient surmonté l’accident et mis sur pied, dès la fin de 1801, une nouvelle société fort ambitieuse, au capital de 800 000 F, dont 600 000 fournis en commandite par le seul Bourrienne55. Elle se donnait pour objet d’exploiter, outre la tannerie de Bercy, une fabrique de chapeaux et une maison de commerce, et, surtout, la tannerie de Saint-Germain-en-Laye, louée à son propriétaire Usquin56. En moins d’un an (la seconde faillite est d’octobre 1802) les Coulon avaient fait des affaires considérables : dans un actif supérieur à deux millions, entraient 750 000 F de bonnes créances sur la Guerre ou sur divers corps et compagnies de fournisseurs, et près de 1 100 000 F de marchandises, dont 500 000 F de cuirs dans les fosses de Saint-Germain. Mais le passif dépassait l’actif de trois millions — l’entreprise s’était démesurément endettée ; elle avait notamment à faire les fonds de 1 400 000 F d’acceptations qu’elle devait à la complaisance de confrères, et avait contracté une obligation de 700 000 F auprès d’une banque parisienne bientôt en faillite à son tour. L’affaire éclaboussait les hautes sphères gouvernementales puisque le principal commanditaire n’était autre que Louis Antoine Fauvelet-Bourrienne, secrétaire particulier du Premier Consul. Elle était, de plus, fort mauvaise : l’arrangement du 17 ventôse an XI accorda 73 % de remise.

  • 57 Arch. de Paris, D 11 U3, 18/1302. Huguet travaillait pour une clientèle exclusivement civile ; ses (...)
  • 58 Ibid., 24/1659 ; et Arch. nat., M.C.N., CVIII, 869 et 870.

70Les Coulon entraînèrent dans leur chute Huguet, tanneur rue du Fer à Moulin et à Chantemerle, sur l’Essonne, qui leur avait fourni pour 800 000 F d’acceptations57, et Dhostel, marchand de fer rue Saint-Antoine, qui en avait fourni pour 600 000 F58. Au delà de ces deux comparses, l’ébranlement se communiqua naturellement aux banquiers porteurs des effets souscrits pour le compte des Coulon. Michel jeune, Fould, Deville n’en pâtirent pas gravement. Ce ne fut pas le cas pour Dallarde et pour Geyler et Jordan.

  • 59 Arch. nat., M.C.N., CVIII, 863.

71La faillite de Pierre Dallarde et Cie59 est à la fois considérable et complexe. Un actif, chiffres arrondis, de 4 680 000 F y dépassait de beaucoup un passif de 2 850 000 F ; mais il englobait trop de valeurs de mobilisation non immédiate. Huguet et Dhostel lui devaient plus de 250 000 F, les Coulon plus de 600 000, ce qui suffit à les désigner comme les causes directes de la suspension de paiements. Par contrecoup c’est tout un secteur de l’armement maritime renaissant qui s’est trouvé frappé en Dallarde : 175 000 F de commandite ou de créances sur Delamotte et Cie, négociants au Havre ; près de 50 000 F sur Gabriel Legal ; 90 000 F d’intérêts sur des corsaires ; 33 000 F de créances sur Saint-Domingue ; par ailleurs le passif signale Dallarde comme participant d’une « Société du Nord », que nous ne connaissons pas autrement, dont il était débiteur pour près de 90 000 F. La puissance de la maison fit qu’elle obtint de ses créanciers, à la fin de mai 1803, un délai de treize mois ; néanmoins, Dallarde devait disparaître de la liste des banquiers parisiens.

  • 60 Ibid., XV, 1051.
  • 61 Ibid., 1054. Prêt hypothéqué sur la maison de Paris et la maison de campagne de Clichy-sous-Bois, a (...)
  • 62 Ibid., 1158.
  • 63 Arch. de Paris, D 11 U3, 21/1492.

72Quand à Geyler, Jordan et Cie, dont la réputation était également très solide, ils avaient eu la mauvaise idée, dans les derniers jours de septembre 1802, de prêter à Coulon frères 800 000 F en espèces pour trois ans et à 5 %, dont 765 000 furent effectivement fournis60. Souscrite solidairement par Bourrienne et Coulon, l’obligation était garantie par l’ensemble de leurs biens, et en outre par Haller pour 180 000 F. Geyler et Jordan durent bientôt recourir à leur tour au crédit, empruntant à la fin de décembre 900 000 F pour neuf mois aux Greffulhe de Paris et Londres61 ; en juin 1803, au bord de la faillite, ils empruntèrent ailleurs encore 300 000 F, garantis par une délégation sur l’obligation de Bourrienne et Coulon62. Victimes de ces derniers, ils l’étaient également du gouvernement, en raison d’une créance de 619 000 F représentant le remboursement, assigné sur les États du Pape, d’une opération de change faite avec la Trésorerie sous le Directoire63, et d’autres mauvaises créances (plus de 400 000 F) traînées depuis l’époque des fournitures au Directoire et, notamment, de leur participation en l’an IV et en l’an V à la Cie Rousseau. Par suite, la suspension de septembre 1803 devenait inévitable alors même que l’actif théorique (4 660 000 F) dépassait largement, encore une fois, le passif (2 350 000 F). L’affaire était mauvaise : le concordat fit remise de 60 % des capitaux dus.

  • 64 Arch. nat., M.C.N., XV, 1163, 1173, 1167.
  • 65 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/3. Cf. Hémardinquer 1959.

73Toutefois la banque ne sombra pas complètement. Certes, Geyler dut liquider en 1804, dans de très mauvaises conditions, ses maisons de Paris et de Clichy-sous-Bois (cette dernière vendue à Louis Greffulhe), n’en tirant que 333 000 F alors que le bilan les avait estimées à 600 000. Mais dès ce moment la banque s’engagea dans des opérations plus sûres pour refaire ses pertes, comme l’achat de bois de la Nièvre pour la provision de Paris64. Au début de 1809, la société fut dissoute et Geyler alla s’installer à Nevers où il s’intéressa à la fonderie65.

  • 66 Arch. de Paris, D 11 U3, 17/1267, 30 décembre 1802. Actif, 621 000 F ; passif, 1 556 000 F ; pertes (...)
  • 67 Ibid., 17/244, 2 décembre 1802.
  • 68 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 457.
  • 69 Ibid. Toutefois Laeut ne porte le déficit qu’à 6 500 000 F. Selon Johannot, Carié et Jaquet, Carié (...)
  • 70 Arch. nat., M.C.N., LXXXIV, 729.
  • 71 Ibid., 731.
  • 72 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/236.
  • 73 Ibid., D 11 U3, 18/1275, 18 janvier 1803.

74Les semaines suivantes furent marquées de plusieurs faillites très importantes mais ne constituant pas un enchaînement logique, un « système catastrophique obéissant à une même impulsion. Ainsi celle d’un gros marchand mercier de la rue de l’Arbre Sec. Ambroise Legrand66. sans doute allié à un agent de change par sa femme, née Jouanne. qui lui avait en l’an VIII apporté 100 000 F de dot. L’intérêt de ce bilan est d’indiquer l’importance des affaires de Legrand avec l’Angleterre où il faisait sans doute imprimer des toiles : les créances anglaises se montaient en effet à 32 000 livres sterling, soit 765 000 F ; le reste des dettes se situait des départements belges à la Hollande et à Hambourg, ainsi que dans le négoce parisien. Enfantin frères font une faillite irrémédiable : plus de six millions de passif contre 1 500 000 F d’actif bon67 ; on ignore cependant la signification de l’énorme masse (plus de trois millions) d’acceptations ou d’endossements qui grève leur passif ; la- correspondance de Caccia et Blommaert note justement que « cette maison travaillait beaucoup avec les départements » ce qui semble évoquer une activité principalement bancaire68. Énorme faillite encore, au début de janvier 1803, que celle de Carié et Bézard. dont nous ne possédons pas le bilan mais que les contemporaines chiffrent à huit millions ; « mais comme cette maison ne faisait pas beaucoup en banque mais bien en fournitures pour le gouvernement, il n’y a que de forts capitalistes qui y soient intéressés », ou des maisons lyonnaises et portuaires69. Carié-Bézard était débiteur de plus de deux millions à l’égard du Trésor70. Toutefois, dès octobre 1803, il parvenait à rétablir sa situation et les créanciers se désistaient de leur union71, grâce sans doute à son énorme fortune foncière. Il reste qu’à la fin de l’année la maison de commerce et de banque disparaissait72. Faillite modérée, en revanche, que celle de Barthélemy Cabarrus, entraînée par la suspension d’une maison de Bordeaux, montant à 350 000 F, et close par un arrangement à 60 % avec les créanciers73. Cabarrus paraissait alors très engagé dans le commerce des laines espagnoles, ainsi qu’avec Londres où se situait son plus fort créancier.

  • 74 Ibid., 18/1299, 18 février 1803.
  • 75 Ibid., 18/1314, 12 mars 1803.
  • 76 Lettre à Bourcard, de Nantes, S.W.A., Bâle, Segerhof, F 147.
  • 77 Ibid., F 139.

75A la fin de l’hiver, les deux seules faillites notoires furent encore celles d’Abraham Charles Rougemont et de Guilbaud. La première, commanditée par le grand Pourtalès pour 200 000 F, causa une surprise car la maison jouissait de la confiance générale ; mais sa chute ne concernait pas les milieux du négoce à proprement parler : les plus gros créanciers étaient, en France. Augustin Ouvrard (près de 400 000 F) et, à l’étranger. Bendera et Quentella, banquiers de la Cour à Lisbonne (plus de 450 000 F, pour transmission de « fonds, ordres et commissions »). Néanmoins Rougemont disparut lui aussi de l’almanach des banquiers parisiens et se reconvertit à la manufacture du coton hors de Paris74. Guilbaud, pour sa part, survécut, gêné surtout par ses créances actives sur des compagnies de fournisseurs75. En fait, si beaucoup d’affaires échappaient à la faillite c’est parce que, comme le note le banquier Saillard, elles obéissaient à la règle d’or du repli devant le danger : « Les bonnes maisons de notre place, écrira-t-il à la fin de mai 1803, ne redoutent plus grand’chose car depuis longtemps elles ont considérablement restreint les crédits et pris de grandes précautions pour ce qui reste à découvert. Celles qui ont suspendu dernièrement sont en petit nombre et d’une classe très subalterne. »76 A quoi semblent bien se conformer Johannot. Carié et Jaquet : « Il faut faire comme si la guerre devait recommencer, et en conséquence il faut être excessivement prudent dans les confiances que l’on est appelé à faire principalement dans les ports de mer, où l’on verra sûrement bien des désastres si nous avons le malheur de voir recommencer la guerre. »77

  • 78 Arch. nat., 3 AQ 304, 9 germinal an XI.

76C’est précisément l’hypothèse qui se confirme au début du printemps. Selon Laeut, aux premiers jours d’avril tout le monde croit à la guerre à Paris ; lui-même estime qu’ » il n’est pas de l’intérêt de l’Angleterre de donner le temps à la France de remonter sa marine et son commerce ». Les craintes déclenchent une spéculation frénétique ; les maisons de Paris expédient des courriers à Cadix pour y acheter des denrées coloniales, qui montent. Laeut a connaissance notamment d’achats considérables de « la maison Chégaray frères à Bayonne jointe à d’autres de Paris ». Le même scénario se répète ailleurs au début d’avril, quand on croit la guerre imminente ; Dauchy écrit alors à Briansiaux : « Une maison de chez vous (Lille) a reçu de Paris un courrier qui lui portait l’ordre d’acheter tout ce qui s’y trouvait ; ce même courrier a suivi à Anvers, Gand et toute la Belgique... Tout est aussi enlevé au Havre et sans doute dans les autres ports. »78 Laeut voit là une des clés de la violente crise de l’été suivant : ceux qui ont spéculé à l’approche de la guerre sur les denrées coloniales ont trop fait monter les prix ; ceux-ci stagnent ensuite, et les spéculateurs doivent finalement revendre à perte. Bientôt commenceront les saisies de bateaux et de cargaisons par les Anglais, les pertes sèches par défaut de retours de l’outre-mer. Motif supplémentaire de consternation : le ministre annonce au début de mai qu’aucune traite tirée des colonies sur la Marine ne sera payée, même lorsque la valeur en a réellement été fournie au gouvernement.

  • 79 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 145.

77Séisme — ou raz-de-marée, si l’on préfère — c’est alors, de prairial à fructidor an XI, un nécrologe permanent qui s’institue dans les correspondances commerciales comme dans les bulletins officiels. Faut-il prendre tout au sérieux dans ce drame ? Certainement pas, mais nous ne savons comment distinguer la victime impuissante du filou. Nous constatons simplement que, dès messidor, l’honnête Ferdinand Petitpierre se plaint du nombre des faillites frauduleuses à Paris, de « ceux qui après une culbute se trouvent être plus riches qu’auparavant »79.

  • 80 Arch. de Paris, D 11 U3, 19/1389, 28 mai 1803.
  • 81 Ibid., 20/1426, 9 juillet 1803. Il est vrai que les vins à distiller, dont la récolte a été très ab (...)
  • 82 Ibid., 20/1446. Dans le même secteur, faillite de Pouillot et Cie, également négociants rue de Clér (...)
  • 83 Voir chapitre VIII.

78Jusqu’en juillet, ce sont essentiellement de gros négociants qui sont frappés. Ainsi, dans l’épicerie en gros, Nicolas Garnot et Cie, de la rue de la Verrerie80 : principalement débitrice de négociants du Havre, cette maison desservait assez largement la région parisienne et la Bourgogne. Dans le commerce des vins et eaux-de-vie, on relève la faillite assez considérable d’Encontre, rue Aumaire, un Languedocien de Massi-largues associé au Montpelliérain Ducros, dont les quelque 600 000 F de passif sont presque exclusivement constitués de créances méridionales : Laurens, négociant commissionnaire à Codognan, pour 172 000 F ; Schnell fils aîné, à Marseille, pour 80 000 F ; des maisons de Lunel ou d’Aniane, pour près de 70 000 F ; d’autres de Montpellier, pour quelque 130 000 F81. D’une tout autre ampleur, la faillite de Dufrayer et fils82, négociants en mousselines, dentelles, etc., de la rue de Cléry, met en jeu un passif de plus de deux millions contre un actif d’un million. La maison est saine et en pleine activité : plus de 300 000 F de marchandises en stock, 430 000 F de bonnes créances — mais il y a 800 000 F de créances douteuses ou mauvaises, presque exclusivement parisiennes ou nationales, signe de crise commerciale généralisée. Dufrayer était par ailleurs intégré au commerce international, très fortement débiteur de Londres et de Hambourg, exportateur jusqu’en Russie et aux États-Unis — où il semble avoir eu une succursale à New York. Il était en outre commanditaire de la maison de commerce Tommasini et Cie à Marseille, gros actionnaire de la Caisse d’Escompte du Commerce et de la Banque de France, et déjà entrepreneur d’une filature de coton. C’est dans cette dernière direction que l’affaire devait d’ailleurs trouver les conditions de sa renaissance83.

  • 84 Arch. de Paris, D 11 U3, 22/1513 bis, 1er octobre 1803.
  • 85 François René Lefèvre, ancien avocat, était passé au commerce en 1795, et avait été pendant six ans (...)
  • 86 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 147, lettre à Bourcard, de Nantes, 26 thermidor an XI.
  • 87 Arch. de Paris, D 11 U3, 22/1546, 26 octobre 1803.
  • 88 En effet Barrillon (associé à Pierre Antoine Chégaray) put bientôt reprendre ses paiements, les cré (...)
  • 89 Arch. de Paris, D 11 U3, 23/1564, 7 novembre 1803. Langlois est une forte maison de bijouterie-joai (...)
  • 90 Ibid., 25/1696, 17 avril 1804 ; S.W.A., Bâle, Segerhof, F 138, lettre de Hebbelynck (négociant gant (...)

79Dans le courant du mois d’août, c’est l’avalanche. Étienne Leroux, négociant en toiles et draps, client, en particulier, de nombreuses maisons de Sedan, déclare 288 000 F d’actif réel pour plus de 800 000 F d’actif douteux ou mauvais et plus d’un million de passif84. Suivent deux suspensions « très marquantes » et auxquelles on s’attendait peu, selon la correspondance de Saillard : Lefèvre, Coiffier et Koch, et Chéradame et Bidois85 ; puis la faillite, celle-là définitive, de Razuret, Faber et Cie : « Les malheureuses circonstances, note Saillard, enlèvent à cette maison le fruit de quarante années de travail et la réputation dont elle jouissait à juste titre... Il ne se fait plus guère d’autres affaires qu’en liquidation. »86 Ces « circonstances », nous les retrouvons au bilan87 dans un actif réel de 650 000 F, tandis que plus de 400 000 F de créances sur des faillis sont réduites à 90 000, et que 600 000 F sont étiquetés « effets non recouvrables ». Le passif dépasse 1 800 000 F. Ainsi disparaît un pilier de la banque d’origine languedocienne, étroitement imbriqué dans le réseau des règlements bancaires internationaux ainsi qu’en témoigne la longue liste des créanciers de Londres, d’Amsterdam, de Hambourg (où Faber avait sans doute été introduit par son ancien associé Schluter), mais aussi du Portugal, d’Espagne et d’Italie. Puis c’est un nouveau « train » de catastrophes : la haute banque est à nouveau atteinte par la suspension de Barrillon, à laquelle semblent reliées les faillites de Gramagnac et de Sarraille, Maury et Cie ; Laeut leur attribue les déficits respectifs de huit millions, trois millions et 2 800 000 F ; il s’ensuit que « les transactions de toute espèce sont suspendues ». La faillite de Barrillon. non irrémédiable, nous échappe88. Gramagnac était associé de compte à demi avec Barrillon pour des achats en denrées coloniales. Sarraille et Maury étaient financièrement solidaires des deux affaires précédentes, mais en outre atteints par d’autres faillites, pour 240 000 F, ou par la perte partielle de 280 000 F de créances sur Lavallée de Nantes, sur Langlois de Paris, et sur une maison de Cadix89. Leurs transactions se faisaient presque exclusivement avec l’Espagne, où leurs principaux créanciers n’étaient autres que Jean Baptiste Maury frères à Malaga, et Guillaume Thompson et Cie à Cadix, chacun pour près de 200 000 F. Septembre 1803, enfin, paraît connaître les dernières secousses : se trouvent en difficulté Jacques Guérard, dont l’actif se composait en majeure partie de traites de Saint-Domingue et de créances sur le Trésor ; Balmet, lié aux Rubichon de Bordeaux et Lyon ; Cinot et Charlemagne, épiciers en gros ; Robert Smith, jeune maison très solide et qui jouissait d’un crédit de 20 000 livres sterling sur Londres, atteinte à la fois par les faillites et par la confiscation de ses marchandises dans plusieurs ports de la Manche90.

80La violence de la crise peut se mesurer, techniquement, au fait que ses victimes faisaient partie du « club » des privilégiés de l’escompte, soutenus tant par la Banque de France que par la Caisse d’Escompte du Commerce. La première a pratiqué en outre des prêts extraordinaires sur consignation de marchandises. Par ailleurs, elle a laissé des traces durables dans les habitudes des milieux d’affaires, plus difficiles désormais dans le consentement des crédits et de leurs délais, plus méfiants aussi, pour certains (au moins pour un temps), à l’égard de tout ce qui touchait aux marchandises.

III. L’ADAPTATION DU GRAND COMMERCE AUX TEMPS DE LA GUERRE ET DU BLOCUS

  • 91 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 142.

81« Cette guerre-ci ne ressemble à aucune autre, et toutes les combinaisons sont changées », écrit en juillet 1803 Martin frères, de Rouen, à Bourcard, de Bâle91. La première des contraintes, en tout cas, paraît être de renoncer à opérer comme si Paris était le premier des ports de mer.

Paris et l’armement maritime

  • 92 Arch. nat., M.C.N., XV, 1200.

82Nous n’avons guère d’indices que le négoce et la banque parisiens aient tenté de poursuivre leur participation au commerce maritime par les voies détournées qu’imposait en ce domaine la rupture de la paix d’Amiens — par exemple l’association avec le négoce neutre : ainsi, dans le bilan de faillite de Strauss, en juillet 1807, relève-t-on 53 000 F d’intérêts dans une expédition pour les Antilles en compte avec Frédéric Spengler, de Charlestown, et la mention de bénéfices réalisés sur des expéditions vers l’Amérique et notamment la Louisiane92.

  • 93 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/105 et D 4 U1, 53 ; Arch. nat., F12, 1660.

83Ou encore, l’armement en aventure. Nous possédons ici un important témoignage — mais c’est celui d’une affaire qui a fait faillite moins d’un an après sa création. Le 3 mai 1808, Bernard François Anne Fonvielle, négociant rue des Moulins — un Perpignanais —, prenait l’initiative d’une « société en commandite pour les armements maritimes », devant durer jusqu’à « la publication officielle dans Paris de la paix maritime », et « ayant pour objet de faire des armements en marchandises de divers ports de l’Europe, pour aller en aventuriers chercher les produits d’outre-mer en échange des marchandises européennes »93. Fonvielle s’associait pour gérant Jean Marie Frouste, négociant à Nantes dans l’île Feydeau ; un comptoir serait tenu à Nantes par Félix Cossin ; le fondé de pouvoir serait le négociant américain Coopman, en raison de sa « longue expérience dans les armements et le commerce d’Amérique ». Le capital était au départ de 225 000 F, portable à 600 000 « par adhésion de nouveaux capitalistes », et les premiers commanditaires étaient les suivants :

84Louis Naurrissart, ancien banquier, ordinairement à Sennevières(Lot) 10 000 F

85Jean Valère Cabarrus, pour sa maison de Bordeaux, Cabarrus et Béchade 60 000

86Jean Henri Martin-Puech de Paris, pour Salavy père et fils de Marseille 10 000

87Jacques Davelouis, propriétaire à Paris 15 000

88Dominique Vincent Ramel, propriétaire à Paris 10 000

89Lazare Carnot, membre de l'Institut 25 000

90Guillaume Bonnecarrère, propriétaire à Paris 10 000

91Jean Philippe Constant Milleret, fermier des salines impériales, à Thionville 10 000

92Pierre Vincent Piau, propriétaire à Paris 20 000

93Delevacque-Kempeners, filateurs de coton 5 000

94Nicolas Joseph Cornisset-Desprez, négociant 10 000

95Simon Pages, instituteur 5 000

96Fleuri Gombaud, rentier 5 000

97Jacques Bidermann 10 000

98Simon Honoré Lelong, propriétaire 15 000

99Pierre François Régnier, propriétaire 5 000

100Mais dès le 29 juin, un capital supplémentaire de 420 000 F avait été souscrit et le plafond était porté à trois millions avec création d’actions au porteur de 5 000 F. Le passage à un capital de 645 000 F avait été obtenu d’abord grâce à un engagement financier de la famille : Fonvielle aîné versait 50 000 F ; Fonvielle jeune, garde-magasin des vivres à Perpignan, 15 000 F ; Fonvielle cadet, receveur général du Var, 5 000 F. D’autre part, de nouvelles maisons de commerce entraient en ligne : Garesché frères et Chégaray frères, de La Rochelle, chacune pour 30 000 F ; Bosset et Cie, de Nantes, pour 30 000 F. D’autres administrateurs des vivres, les Fonrouge ; un administrateur des sels et tabacs à Turin, Desmarest ; l’avocat Berryer, divers rentiers, enfin, complétaient la mise. En juillet 1808, le ministre de la Marine donnait des ordres à Nantes, La Rochelle et Bordeaux pour que la Cie Fonvielle obtienne des facilités en main-d’œuvre pour la construction des bateaux, et examinait la demande de concession d’armes et de munitions de guerre. En octobre, la compagnie se réorganisait : Fonvielle aîné demeurait la seule tête de l’affaire à Paris ; Salavy, Cabarrus et Béchade, Garesché, Chégaray se retiraient de la commandite mais devenaient commissionnaires chargés des armements et de la consignation et vente des cargaisons de retour ; 300 000 F d’actions étaient déjà placés, en compensation. Surtout, on annonçait le départ du Maréchal Duroc. Bien que nous ne connaissions de la suite qu’un acte de scellés après faillite du 8 mars 1809, il paraît évident qu’il y eut un désastre.

  • 94 Cf. p. 277.
  • 95 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux.

101Des tentatives du même ordre eurent lieu en Méditerranée. On les aperçoit à travers une circulaire de la maison de commerce et de commission Jean Baptiste Leclère et Cie94 qui, en mai 1813, déclarait avoir formé « diverses maisons de commerce en Espagne », des comptoirs à Perpignan et à Tunis, et tenir en commandite Louis Gorjon et Cie à Marseille95. L’objectif était « l’armement en course et en marchandises » d’un voilier par mois, protégé par un corsaire, pour les côtes d’Espagne et de Barbarie. Tout cela, bien sûr, de fort peu de poids économique à côté de la remise en activité des liaisons habituelles, en particulier avec Le Havre, sous le régime des licences.

  • 96 Arch. nat, F12, 509-510, 2045B, 2056.
  • 97 Les progrès de Wesserling entraînent également des difficultés dans le recrutement de la main-d’œuv (...)

102La participation des affaires parisiennes à l’achat des licences revêt diverses significations. La plus simple est certes de satisfaire les besoins d’un certain nombre d’entreprises en matières premières à des coûts moins élevés que ceux qui s’imposent sur les circuits de remplacement ou sur le marché de la contrebande96. Ainsi les frères Ehrard, fabricants de pianos et de harpes, demandent-ils en novembre 1809 une licence d’importation de bois d’acajou et de dents d’éléphant, car le prix en a tellement augmenté depuis le Blocus qu’ils fabriquent et vendent à perte, né pouvant hausser leurs prix sous peine de perdre les marchés étrangers. En juillet 1810, Davillier aîné sollicite « une ou deux licences sur les trente navires américains dont l’admission a été autorisée par le décret du 5 juillet », précisant que Wesserling, en expansion continue grâce à l’exportation, a des besoins considérables en coton, potasse, quercitron, bois de teinture, indigo, etc.97 Delaître et Noël, les propriétaires de la manufacture de coton de l’Épine, près d’Arpajon, importent 466 balles de coton (licence du 12 octobre 1812) et exportent pour 1 100 000 F de soieries et toiles de coton sur les Quatre Frères, par Le Havre (licence du 20 février 1813). Dans certains cas, l’importateur est associé avec une grande maison de commerce : ainsi Barthélemy Duchesne et Bernard Coppens, filateur (licence du 11 janvier 1813) ; de même pour faciliter l’exportation de certains articles de luxe de la fabrique parisienne, porcelaines, cuirs, bronzes ou tapis :

  • 98 Importateur, notamment, de 1 615 balles de coton (licence du 30 septembre 1812).
  • 99 Propriétaires à Nuits, compatriotes et protégés de Frochot, ils veulent exporter des vins fins de B (...)
  • 100 Les licences ont été vues par certains comme une bonne occasion de remettre de l’ordre dans une sit (...)

103Mais d’une façon plus courante, les licences sont réclamées par la haute banque, qui y voit une excellente occasion de s’intéresser à nouveau aux marchandises dans de bonnes conditions de sécurité et de profit. Les maisons de Paris qui paraissent s’être manifestées le plus souvent sont Boucherot, Vassal, Delessert (par la maison de Nantes en liaison avec Greffulhe de Londres), Bidermann, et Martin fils d’André98. Elles passent aussi dans les mains des maisons de commerce traditionnellement livrées au commerce maritime, mais particulièrement, étant donné les circonstances, au commerce avec le nord de l’Europe, qui reposait sur l’exportation de vins fins, de soieries, de dentelles, et sur l’importation de grains ou de fournitures pour la marine : tel est le cas pour Audiffret, Nezon et Lhuillier, exportateurs pour le compte de leur maison de Lyon ; de Broström, de Doumerc, de Gilles et Baillemont99, de Behic, de Luc Callaghan — ce dernier en affaires avec Carmichael de Nantes, etc. La vieille garde des fournisseurs est aussi présente, et joue un rôle considérable dans l’exportation des excédents de grains : ainsi Paulée, sollicitant en octobre 1809 douze licences pour douze navires hambourgeois et prussiens qui viendront, sur lest ou chargés, embarquer au Havre « les grains provenant de l’évacuation du magasin de Rouen » ; voilà sans doute l’un des responsables de l’approvisionnement des Anglais par leurs propres ennemis100.

Paris et l’élargissement du marché continental

104La question se pose de savoir si le milieu parisien des affaires, outre son attachement à une structure traditionnelle des échanges, même dégradée, a porté attention aux possibilités d’une réorientation des échanges vers un marché européen « le dos à la mer ».

  • 101 Nous renvoyons sur ces points à notre article (1973).

105Nous ne prétendons pas y répondre ici autrement que par une esquisse provisoire, car la réponse engagerait une analyse générale et régionale de l’équilibre des forces industrielles et commerciales dans l’Europe des premières années du xixe siècle, analyse qui reste à mener tant d’un point de vue français que du point de vue des pays étrangers. La question reste jusqu’à présent obscurcie, hors de nos frontières, par les résidus d’un nationalisme mal compris en vertu duquel l’époque napoléonienne est encore ressentie, globalement, a priori et sans désir de réexamen, comme une simple parenthèse désastreuse dans l’histoire du développement économique de pays purement et simplement « opprimés ». Dans notre pays même, le retard des études économiques est tel, concernant cette même période, que nous ne savons presque rien des effets exacts de la réorganisation politique de l’Europe par la France, et de la politique française du Blocus et des échanges internationaux, sur le mouvement des échanges et sur les débuts de l’industrialisation, particulièrement dans la zone centrale de l’Europe101.

  • 102 Arch. nat, F12, 507 et 509-510.
  • 103 Argument, bien sûr, sujet à critique.
  • 104 En fait, l’industrie liégeoise et verviétoise s’approvisionnait également en laines de Bohême ou de (...)
  • 105 Ces mêmes ouvriers allemands, du reste, animaient depuis longtemps les mêmes industries à Paris.
  • 106 Cf. Labasse 1957.

106Deux hypothèses paraissent pouvoir être avancées. La première se fonde sur la lecture de documents d’un caractère fort banal, mais peut-être trop peu lus. Il s’agit simplement des bulletins envoyés par les agents diplomatiques français à Francfort au sujet des foires de cette ville102. Ils démontrent qu’entre l’affaiblissement de la concurrence anglaise et les insuffisances de la production française, les régions industrielles de l’Europe germanique ne se trouvaient pas mal placées commercialement. Voici d’abord un bulletin du 26 septembre 1807. Les articles anglais étant rares, les produits industriels textiles allemands et français se sont enlevés rapidement et à haut prix. Toutefois, les draps de Louviers et de Sedan se vendent mal parce que trop chers ; ceux de Verviers, Montjoie, Aix-la-Chapelle se vendent beaucoup mieux : ils sont bien moins chers parce que de qualité inférieure103. Les draps communs, qui se vendent massivement dans toute l’Allemagne, sont fournis par la Bohême, la Saxe, la Hesse et surtout le grand-duché de Berg : « L’abondance de la matière première et le bas prix de la main-d’œuvre pour la fabrication des articles communs ne permettent pas à cet égard aux autres fabriques d’entrer en concurrence avec celles de ces pays »104. « Les mousselines, toiles peintes et toutes les cotonnades fabriquées en Suisse avec des fils anglais ont eu la plus grande vogue. » On s’est rué sur les robes, châles et mouchoirs de Saint-Gall, fabriqués « sur les dessins et modèles venus de Londres ». Les toiles peintes qui se sont le mieux vendues venaient de Neuchâtel et du canton d’Aarau. La mercerie et la bonneterie du grand-duché de Berg, particulièrement, « ont eu un débit qui a surpassé l’espérance de tous les fabricants ». Les toiles de toute l’Allemagne se sont bien vendues. Néanmoins, il en a été de même pour les toiles de Flandre et de Picardie, pour les dentelles et rubans des département français, pour les cuirs des tanneurs de l’Ourthe, très renommés. Pour les « articles de Paris », « les tabletiers et ébénistes allemands travaillent si bien et à si bon marché qu’il n’est pas possible aux ouvriers français de vendre au même prix »105. Voici maintenant, en écho, le bulletin du 30 avril 1810 : « La difficulté de se procurer des marchandises anglaises continue de faire prospérer les manufactures de la Suisse et de l’Allemagne, dont les productions, de même que celles de la France, se sont très bien vendues... La navigation de tous les fleuves, des principales rivières et surtout le roulage sont extrêmement animés dans toute l’étendue des États de la Confédération du Rhin. » Il faudrait, bien sûr, examiner aussi l’aspect des foires de Leipzig où, avec les Russes et les Polonais, la foire « s’annonce très brillante »106.

  • 107 Cf. notre communication, 1973.
  • 108 Arch. de Paris, D 31 U3, 3/511. Deloche jeune et Cie, succédant en 1807 à Antoine Deloche et Cie, e (...)
  • 109 Armand, Marsac et Prœbsting. Ibid., D 11 U3, 37/2422.

107La deuxième hypothèse est que certains secteurs de la production industrielle dans lesquels la capitale était soit elle-même productrice, soit un intermédiaire commercial de premier plan, et qui avaient en temps de paix largement vécu de la vente aux colonies françaises ou ibéro-américaines, ont fait un effort très important de conversion vers les marchés orientaux et septentrionaux. Nous avons analysé ailleurs107 des bilans de négociants en mercerie, en éventails, en horlogerie-bijouterie, qui semblent probants à cet égard. Nous possédons quelques autres témoignages isolés. Ainsi dans la quincaillerie : un prospectus de Deloche108 la présente en 1807 comme une des branches les plus florissantes du commerce, parce qu’elle intéresse les besoins’individuels, ménagers et professionnels à la fois ; « elle n’est pas sujette comme d’autres parties à ces révolutions subites qui font en une seule année la fortune et plus souvent la ruine du commerçant » ; elle offre des bénéfices plus lents mais plus sûrs que ceux du commerce des objets de luxe. « Quelles espérances ne doit-on pas concevoir de ce commerce aujourd’hui que des relations politiques et d’amitié ne font plus de l’Allemagne, de la Hollande, de l’Espagne et de l’Italie que de vastes foires où la France trouvera toujours un débit assuré du superflu de ses produits industriels ? » Ainsi encore, dans le commerce des cuirs, où une faillite de 1806 nous informe sur l’existence d’une maison de commerce spécialisée dans l’exportation des « objets de cuir » vers l’Allemagne109 : la masse de l’actif est constituée de 155 000 F de marchandises « envoyées aux foires », les débiteurs s’éparpillent de la Silésie aux régions rhénanes ; au passif, un bataillon d’artisans, manufacturiers et négociants parisiens, tenant à la maroquinerie et à la ganterie mais aussi à la rubannerie, aux étoffes, à la porcelaine, à la bijouterie. Enfin, sous un angle géographique cette fois, la création du grand-duché de Varsovie semble bien avoir recréé un pôle d’attraction commercial. Dans une circulaire de septembre 1807, Bosquet, Lager et Cie, qui s’intitulent « agents du comptoir commercial français à Dantzig », se proposent de rétablir le commerce entre la France et ce port dans sa prospérité d’avant les partages : « Il y entrait pour plus de quarante millions de francs par an de produits agricoles ou industriels, dont la presque totalité était payée en argent...

  • 110 De toute façon, à cette date, Paris est en position de force par rapport à l’Europe centrale et ori (...)
  • 111 Arch. de Paris, D 31 U3, 9/37.
  • 112 Ibid., 4/21.

108Dantzig, par sa situation, est destinée à approvisionner le grand-duché de Pologne, une partie de l’Autriche, de la Prusse et surtout de la Russie. »110 Une autre société parisienne au moins a eu son siège à Dantzig, Wolff Andriel, dont nous connaissons la dissolution en 1814111. Une troisième est issue, au débit de 1809, de l’association entre les négociants parisiens Thorin, Grandjean et Castellas, rue Sainte-Apolline, et un commanditaire hambourgeois, Desmolant112.

La spéculation en marchandises

109Mais, bien entendu, l’essentiel de la réalité des affaires parisiennes durant les années d’exception est ailleurs. Étant entendu que l’armement maritime ne peut plus être l’affaire que des neutres (et, éventuellement, de leurs associés dans des ports français, comme à Bordeaux), le négoce et la banque de la capitale se replient, bon gré mal gré, sur le jeu spéculatif en denrées coloniales, matières premières industrielles, secondairement en produits nationaux. Cette spéculation est conditionnée par la rareté, l’irrégularité dans les temps et les lieux d’arrivée, l’incertitude sur les réactions du marché, l’instabilité des cours. Paris y joue le rôle d’arbitre national des risques.

110C’est ce que constate en 1812 un commerçant marseillais écrivant à Roux : « Vous saurez, Monsieur, que le beau commerce de notre ville de Marseille en Levant se fait aujourd’hui à Paris, directement. Il y a ici un dépôt de coton tel que nous l’avions jadis à Marseille. Tout le commerce de France, de l’Italie et de l’Allemagne se sont venus concentrer à Paris, et cet état de choses existera jusqu’à la paix. Les premières maisons de banque ont des consignations très conséquentes en marchandises, et elles ont gagné gros depuis l’émigration du commerce des places maritimes. Une seule maison a reçu 1 200 caisses d’indigo de Londres. »

111C’est avec raison que le correspondant de Roux insiste sur le coton. L’important, en effet, dans l’histoire de ces spéculations, ne nous paraît pas être tant celles portant sur le café, le sucre, le tabac, etc., que celles qui s’attachent au coton ou à la laine. Les premières ne satisfont qu’une consommation marginale, elles sont aussi périlleuses qu’elles peuvent être fructueuses. Les secondes jouent en revanche un rôle déterminant dans la continuité du développement industriel de l’ensemble du pays, dans des années où la modernisation et l’expansion de la production des textiles constituent sans aucun doute l’un des quelques faits dominants de l’histoire économique française. La certitude d’une demande plus régulière — parce qu’il s’agit de besoins fondamentaux, et qu’il faut faire marcher les manufactures et employer les bras — diminuait les risques et cette catégorie d’opérations a de ce fait retenu l’attention et, comme le dit notre témoin, assuré l’enrichissement de la haute banque et du grand négoce.

  • 113 Voir chapitre VII.
  • 114 Voir à ce sujet un rapport de Montalivet de novembre 1811 (Arch. nat., F12, 2467).

112On a déjà évoqué113 le grand commerce des laines brutes et sa place dans les heurs et malheurs du capitalisme parisien. La guerre d’Espagne et la crise qui débute en 1810 ont provoqué une certaine désorganisation du marché. En ce qui concerne l’Espagne, le gouvernement avait ordonné la confiscation des stocks de laines au cours des opérations militaires, et en avait organisé en 1809 et en 1810 l’entrepôt puis la vente à Bayonne et à Paris. Assortie de crédits à long terme, cette vente avait favorisé la constitution entre les mains des manufacturiers et des commerçants de stocks considérables, et le développement d’une pression à la baisse, de la part des acheteurs, sur les producteurs français de laines ; coïncidant avec un ralentissement des ventes de draps, ces circonstances provoquèrent à la fin de 1810 la ruine de Tassin, d’Orléans, sans doute le plus important grossiste français, au moins pour les laines du Bassin parisien et des Pays de la Loire. Par ailleurs, les laines de Saxe, et même de Bohême et de Moravie, pénétraient de plus en plus sur le marché de l’Empire, du fait, à la fois, de la difficulté de leur vente vers l’Angleterre et de leur excellente qualité ; elles approvisionnaient en particulier les industries de l’Ourthe et de la Roër. Les spéculations sur les laines étaient donc entravées, au total, par une tendance à la diminution du prix d’une matière somme toute abondante en Europe, tendance qui ne pouvait être à terme que renforcée par les efforts d’amélioration et d’augmentation de la production française elle-même114.

  • 115 Voir chapitre VIII.
  • 116 Bovard, Bourdillon et Cie était une maison de Paris et d’Avignon jusqu’à la fin de 1811 ; dans cett (...)
  • 117 Jean Louis Belon et Cie, de même, est une maison à capitaux helvétiques ou genevois.
  • 118 Gérard 1968, p. 209 et 219.
  • 119 Arch. nat., 3 AQ 302, 25 octobre.
  • 120 Ibid., 6 novembre.

113La spéculation par excellence restait donc celle sur les cotons, généralement active même quand la stagnation frappait les autres marchandises, stimulée par une demande sans cesse croissante depuis le Consulat et par le maintien des cours d’un article d’une fourniture relativement lointaine et difficile. La grande affaire était en effet l’approvisionnement en cotons du Levant115. La correspondance de Briansiaux, de Lille, est à cet égard particulièrement instructive ; on y voit agir notamment Verninac et Cie (également en rapports suivis avec Roux de Marseille), Bovard, Bourdillon et Cie116, Charles Hedelhofer, Belon et Cie117 ; toutefois, si l’on suit Max Gérard, l’historien de la maison Hottinguer, c’est cette dernière qui se serait trouvée en tête du commerce cotonnier de la capitale, et c’est sans doute à ce fait qu’il faudrait attribuer le bond en avant, de 1808 à 1811, de l’actif de la firme : plus de 50 % — de moins de deux à plus de trois millions de francs118. Les lettres de Bovard et Bourdillon restent, sur quatre ans, d’un bel optimisme. 1810 : « Partout l’article est rare, partout il est ardemment recherché, partout les provisions sont faibles et la consommation qui s’accroît sans cesse diminue sensiblement les approvisionnements. »119 Pendant l’année une certaine quantité de cotons américains — de Louisiane et de Géorgie — ont pu être introduits ; à la fin de l’année, le nouveau resserrement du Blocus les raréfie et les cotons du Levant et d’Italie, qui suffisent malaisément aux besoins, résisteront bien par suite à la baisse des cours dans l’hiver 1810-1811. 1812 : « Les cotons du Levant vont très bien... Il y a des demandes et leur consommation va sans doute beaucoup s’étendre. Les fileurs de Normandie, renonçant aux cotons d’Amérique trop chers et très rares, ont fait organiser leurs métiers pour filer uniquement des cotons du Levant... Notre sieur Bourdillon est à Naples, et un de nos voyageurs à poste fixe à Trieste depuis un an. Nous avons disposé nos moyens et nos ressources de manière à faire sur ces deux places des achats en Castel-lamare et en cotons du Levant de la manière la plus convenable. »120 En 1813 même, le ralentissement des arrivages du Levant, lié à la dégradation de la situation militaire, stimule ceux de l’Italie du sud.

114Les succès commerciaux n’en sont pas moins très localisés. La mise en place de « structures de rechange » est constamment contrariée par une conjoncture « en dents de scie ».

La crise de 1805-1806

115La crise de 1803 s’était résorbée en vertu de la mécanique des prix, dont la baisse avait fini par se stabiliser puis par céder à la tendance inverse, soit sous l’effet d’une reprise plus ou moins régulière de la demande, soit sous l’influence du développement de la politique de forte taxation des denrées et articles en provenance de l’Angleterre, qui contribuait à revaloriser les stocks existants.

  • 121 Entre bien d’autres, ce témoignage tiré de la correspondance de Berard et Cordier avec Roux : « Les (...)

116Mais on n’a pas l’impression pour autant que, de l’automne de 1803 à l’automne de 1805, les affaires aient retrouvé le sentiment de la sécurité et le goût de l’activité. Le creux de dix-huit mois dans la courbe des bilans déposés suggère plutôt une médiocre intensité des opérations — tant il est vrai que le nombre des faillites est un indice équivoque, dont la signification n’est pas seulement négative. Des épisodes tels que la préparation du sacre, à Paris, ou celle de l’expédition contre l’Angleterre ont pu constituer des impulsions localisées à un mouvement d’affaires se répercutant heureusement au niveau des industries artisanales traditionnelles. Mais les événements politiques et monétaires de la fin de 1805 prolongent par leurs effets économiques la secousse de 1803. Reprise de la guerre continentale, après la guerre maritime ; affaiblissement de la Banque de France par ses escomptes aux Négociants réunis ; bruits d’une émission de papier-monnaie provoquant une forte baisse du change français, particulièrement à Hambourg — tous ces éléments, qui sont ceux d’une profonde crise de confiance, freinent la consommation, anéantissent le crédit, relancent le cycle des faillites121.

  • 122 Arch. de Paris, D 11 U3, 33/2164, 1er février 1806 ; Arch. nat., M.C.N., LXII, 744, 4 février 1806.
  • 123 A. D. Rhône, fonds Guérin, 2 F 339, 14 novembre 1805.
  • 124 Voir chapitre VII.
  • 125 Berard avait suspendu ses paiements dans les derniers jours de décembre 1804. Cette maison achetait (...)
  • 126 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 501, 13 novembre 1805.
  • 127 A. D. Rhône, fonds Guérin, 2 F 340, 20 prairial an XIII.
  • 128 Arch. nat., M.C.N., LXII, 763, obligation du 13 floréal an XI.
  • 129 Les débiteurs douteux, mauvais ou faillis formaient une masse de créances de 4 388 000 F, pouvant d (...)

117Dans la première quinzaine de novembre 1805, le milieu des affaires parisien se trouve décapité, au sens strict du terme, par la faillite de Jacques Récamier122. L’analyse du bilan est d’un intérêt exceptionnel, portant sur une masse de capitaux telle que deux ou trois maisons du temps seulement en ont géré l’équivalent. Par rapport à un passif de l’ordre de vingt et un millions, l’actif paraît faible : moins de quatre millions d’actif réel, un peu plus de huit millions d’actif théorique. L’attention se porte d’abord sur 1 177 000 F de créances douteuses ou mauvaises, et sur 3 200 000 F de créances sur des débiteurs faillis. La créance sur Grandin et Carcenac (1 118 000 F) suffit à montrer, comme l’indique Fulchiron dans une lettre à Vve Guérin123, que « Monsieur Récamier a été forcé de s’arrêter parce que la faillite de Grandin et Carcenac l’appelait à de forts remboursements auxquels il n’était pas en mesure de faire face ». Cette faillite a déjà été étudiée124. Elle souligne la dépendance de la prospérité des affaires parisiennes d’alors à l’égard du commerce international des laines brutes ; dès janvier 1805, une affaire moyenne, celle de Berard père et fils et Cie, s’était trouvée en difficulté dans ce même secteur125. Elle suggère aussi, une fois de plus, les différences de comportement qui séparaient entre eux les grands seigneurs de la banque ; notant qu’il n’est pas « pour un sou d’intérêt » dans les faillites de Grandin et de Récamier, Perregaux conclut : « Nous recueillons bien le fruit de la sévérité de nos principes »126. Au printemps déjà Rougemont de Löwenberg se félicitait avec hauteur de sa conduite réservée : « Je vous le répète franchement et sans ostentation ( !), ma fortune et ma position me dispensent de grands mouvements pour augmenter mes affaires... Je ne suis pas dans le cas, Dieu merci, de courir après les affaires. »127 Mais en fait, Récamier avait couru à la fois presque tous les risques. Ceux du commerce maritime puisqu’il perdait 250 000 F prêtés à Couve frères, de Marseille, gagés sur leurs biens à la Réunion et à l'île de France128 ; près de 500 000 F de créances sur Solier et Cie, de Marseille également ; 227 000 F à Bordeaux dans les faillites de Strobel et Martini, en l’an XII, et dans celle de Thompson ; 185 000 F dans celle de Barthélemy Martin, maison de Montpellier qu’il commanditait avec Barrillon et Emeric frères. Risques des fournitures militaires : dans les quelque 2 500 000 F de bonnes créances, il y a 740 000 F « de rentrée longue » sur Crucy frères, de Nantes, constructeurs de bâtiments pour la Marine129 ; les 814 000 F de créances sur Pasquier, failli, concernent certainement un banquier de Brest intéressé aux fournitures pour la Marine.

  • 130 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 501, 5 décembre 1805.

118Le passif se répartit, grosso modo, en deux masses principales : près de dix millions d’acceptations ou d’endossements, près de dix millions de créances chirographaires. Parmi ces dernières, on reconnaît la dépendance de Récamier à l’égard de trois groupes de créanciers concentrant une forte proportion de ses dettes : agents de change (Dupin, Trudelle, Perdonnet, pour un demi-million à eux trois) ; banquiers (Desprez, Fould, Michel, pour 1 800 000 F), riches propriétaires (parmi lesquels on identifie au moins Behague, pour près de 500 000 F). C’est ce qui faisait écrire à Perregaux : « Cette faillite porte fortement sur les capitalistes ; la partie du commerce est heureusement disséminée de façon à ne pas faire craindre de nouveaux malheurs. »130

119Dernier trait notable dans la situation de fortune — ou plutôt d’infortune — de Récamier : on est frappé (mais nos sources sont-elles tout à fait fidèles, ou bien des liquidations avaient-elles déjà eu lieu ?) par la relative médiocrité de la fortune immobilière. Environ 400 000 F pour une maison à Paris et une à Épinay, quelque 150 000 F d’immeubles récupérés sur des faillis : soit un septième de l’actif réel, un quinzième de l’actif théorique. 188 actions de la Banque de France, valant 227 000 F, venaient d’être vendues. En revanche le mobilier — 50 000 F — correspond bien au genre de vie d’un grand banquier, et les espèces en caisse dépassaient un million.

120Contrairement aux vues optimistes de Perregaux, Récamier ne fut pas la seule victime de marque de la crise de 1805-1806. Au mois de janvier et février, deux maisons importantes sombrèrent à leur tour : Bastide, puis Bunel. Deux faillites qui accentuent bien le caractère de liquidation de cette crise — liquidation du système désormais insoutenable des échanges coloniaux et de l’armement maritime, dans la ligne des conséquences inéluctables de la rupture franco-britannique de 1803.

  • 131 Arch. de Paris, D 11 U3, 32/2146, 21 janvier 1806 ; Arch. nat., M.C.N., LUI, 743.
  • 132 Voir chapitre VI.

121La suspension de paiements de Bastide, effective dès les derniers jours de décembre 1805, est une affaire considérable. Un actif réel de près de huit millions y surpasse en fait un passif de 5 600 000 F ; Bastide obtient presque aussitôt de ses créanciers trois ans de délai pour s’acquitter totalement131. Mais cet actif comprend plus de 1 800 000 F de biens immobiliers repris, pour près de la moitié de cette énorme somme, à Hainguerlot132. S’ajoute à cela tout un autre chapitre de créances actives de longue rentrée : 1 300 000 F représentés par l’armement d’une quinzaine de navires ; près de 600 000 F d’intérêts sur cinq corsaires et leurs prises. Les 126 actions de Bastide dans le canal d’Aigues-Mortes, soit 630 000 F, n’étaient sans doute pas non plus d’une défaite facile. Il ne reste alors que les trente actions de la Banque de France, et la masse des créances commerciales (près de 1 100 000 F) ou le stock de marchandises (à peu près autant). La marge de manœuvre est trop étroite.

122Ce qui disparaît avec Bastide, qui ne devait pas reprendre les affaires une fois sa situation réglée, c’est, comme dans le cas de Récamier, une maison qui tenait depuis Paris un grand nombre de « fils » du commerce portuaire. La preuve en est dans l’impressionnante série des commandites, chez Dominique Bastide, à Marseille (300 000 F) ; chez Gramont, Chégaray et Cie, aux Chartrons (200 000 F) ; chez Michel, Dupin, Quervet et Cie, à la Martinique (80 000 F) ; chez Gabriel Filliettaz, à Anvers (25 000 F). Il faut y joindre 150 000 F de commandite industrielle chez Jacques Lombard et Cie — la filature de Grillon ; au total, plus de 750 000 F. Non moins impressionnante, la diversité des affaires traitées. Dans l’armement maritime, l’exportation des guinées et l’importation des gommes du Sénégal paraît avoir tenu une place de choix. Mais Bastide spéculait aussi sur les grains : achat de maïs en participation avec les Carayon ; et, sur une grande échelle, fourniture de grains et de farines à l’Espagne, de compte à demi avec Vanlerberghe : cette affaire, certainement en rapport avec les entreprises d’Ouvrard et des Négociants réunis, pèse à elle seule pour 1 047 000 F dans l’actif.

  • 133 Arch. de Paris, D 11 U3, 30/2042, 24 février 1806 et Arch. nat., M.C.N., CVIII, 888.

123La disparition de la banque Louis Bunel133 a le même sens, dans des proportions plus réduites. En face d’un actif réel de moins de 400 000 F, pèsent fort lourdement 600 000 F de pertes par des faillites échelonnées depuis 1802, et plus encore le soutien de la maison de commerce Jacques Duchesne de Rouen, dont la suspension a entraîné celle de Bunel, à qui Duchesne avait fourni jusqu’à 1 300 000 F d’acceptations. Bunel lui-même avait pour principaux créanciers trois maisons notables de Nantes ; quant à Duchesne, son actif (plus fort d’ailleurs que celui de Bunel : 850 000 F) se répartissait entre des armements pour la pêche à la baleine, pour la Guyane, pour Emden, et des stocks considérables de marchandises : cotons et indigo à Rouen, consignations à Amsterdam, Emden, Londres — ces dernières bien entendu perdues. Très lié à tout l’ouest de la France, Bunel avait en vain reçu le soutien de la maison Ouvrard de Bordeaux.

  • 134 Arch. de Paris, D 11 U3, 41/2606-07.

124Enfin le bilan de faillite de Médard Desprez, bien que daté du 27 novembre 1807134, se rattache aussi à la crise de 1805-1806. Faillite liée, cette fois, à celle de Vanlerberghe et d’Ouvrard et au grand apurement des comptes imposé par Napoléon. Toutefois, si Vanlerberghe et Ouvrard devaient à Desprez près de sept millions (soit environ la moitié de son actif), celui-ci fait apparaître que Desprez était par ailleurs un grand négociant, solidaire de Bastide et comme lui victime de la fin d’une époque. Il détenait 520 000 F de commandites (à vrai dire estimées aux 7/10 seulement dans le bilan) se répartissant comme suit :

125Commandites communes avec Bastide :

126Michel, Dupin, Quervet et Cie 106 000 F

1271/8 dans un corsaire malouin ?

128Intérêts communs avec le commerce du Havre :

129Navires en construction en participation avec Vve Homberg 71 000

130Commandite chez Pellaprat et Cie de Lyon (agent de change) 300 000

131Intérêt de 1/3 dans un armement malouin 43 000

  • 135 Desprez possédait notamment deux maisons à Paris, au voisinage des boulevards (valant environ 750 0 (...)

132Outre ces commandites au sens propre du terme, Desprez avait prêté son crédit, sous des formes qui nous échappent, dans des proportions bien supérieures : à Gramont, Chégaray et Cie, de Bordeaux, pour deux millions ; à Franck Morris, de Gisors, pour un million ; à Bastide lui-même, pour un million encore. Desprez paraît donc bien avoir été la clé de voûte financière d’un vaste ensemble de spéculations marchandes liant Paris et les ports atlantiques. Comme Bastide encore, Desprez détenait un actif immobilier considérable — tout près de deux millions — et presque entièrement « fonctionnalisé », c’est-à-dire employé à la marche des affaires : il supportait en effet 1 600 000 F d’hypothèques pour des prêts consentis au moment de la liquidation par le grand Pourtalès et par le banquier Pierlot (respectivement un million et 600 000 F)135.

133Enfin, quoique nous ne disposions pas des éléments d’appréciation nécessaires, il semble que la faillite de Desprez ait dû causer un ébranlement redoutable dans les catégories les plus diverses du capitalisme parisien. Agents de change : le seul Perdonnet est créancier de 2 500 000 F, et six de ses collègues (Ferrand, Lorin, Merlin, Lacaze, Petit, Trudelle) de 1 370 000 F ; il est vrai que Desprez avait été des leurs dans une étape antérieure de sa carrière. Banquiers et négociants : Hottinguer, Lanfrey, Fulchiron, Michel jeune pour un demi-million ou davantage chacun ; Sevène, Davillier, Barrillon, Paira, Fould, d’autres encore pour des sommes un peu moindres. Trois ou quatre receveurs généraux, des agents de l’administration des vivres, des propriétaires rentiers enfin (comme dans le cas de Récamier) s’inscrivaient encore dans la cohorte des « propriétaires », par millions de francs de placements dont la nature juridique exacte nous échappe.

  • 136 Arch. de Paris, D 11 U3, 40/2558, 14 août 1807, et 2544, 3 juillet. Voir également la faillite de S (...)

134Ainsi se précise — du point de vue qui est avant tout le nôtre : celui de l’étude du milieu professionnel et social des grandes affaires — la portée des deux crises majeures de la première décennie du xixe siècle. Elles aboutissent à l’élimination d’une dizaine de maisons de banque et de commerce dont l’installation et le trop bref épanouissement avaient été le fait d’immigrants provinciaux, tirant avantage des conditions particulières de l’époque révolutionnaire et, notamment, directoriale. En revanche, elles consolident l’importance relative de la banque protestante d’origine suisse. Cette dernière n’a en effet subi que des amputations limitées ; en 1803 a disparu la moins notable des deux banques Rougemont ; en 1807 — année au cours de laquelle tombent Jean Louis Bourcard et Strauss — deux affaires de rang seulement moyen ont périclité136. Non seulement cette banque « suisse » a le plus souvent traversé sans grand dommage toutes les crises politiques et économiques depuis 1789, mais encore elle va poursuivre, au temps du Blocus, son implantation parisienne dans le secteur du commerce de commission. Cette différence dans l’évolution des deux branches majeures de la banque parisienne ne répond pas à d’inégales ressources en capitaux. Elle s’explique plutôt, nous semble-t-il, par des politiques différentes au niveau des risques choisis, ou peut-être même par une inégale habileté dans la gestion de ces risques. Les Suisses de Paris se sont en tout cas acquis, par l’excellence de leur conduite, plus que de la fortune : la respectabilité qui s’attache à une aristocratie professionnelle dans un milieu lui-même fort restreint.

La crise de 1810-1811

  • 137 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux.
  • 138 Ibid.

135« Les mesures extraordinaires qui paraissent adoptées par la France amèneront un grand bouleversement dans les affaires », écrivait Perregaux à Roux le 1er décembre 1806137, au terme d’une année qui, après avoir enregistré le tassement d’une crise violente, puis la déception d’une nouvelle paix manquée avec l’Angleterre, s’achevait dans la grisaille. Les armées françaises s’enfonçaient dans l’est de l’Europe ; l’empereur, la cour, les officiers supérieurs étaient absents de Paris ; la consommation de toutes les denrées et des produits manufacturés se languissait. Perregaux pensait visiblement qu’une fois encore le salut pour la haute banque serait dans une mise en léthargie volontaire : « Les affaires sont toujours aussi bornées et il nous semble que les circonstances commandent à la prudence de les restreindre encore » (2 décembre). « Il ne faut pas s’occuper d’arbitrages : ils ne rendent rien pour le moment, et il est impossible de se former une opinion raisonnée sur leur variation future » (12 décembre)138.

136Cette sagesse du chef d’une maison au riche passé politique et bancaire, la première de Paris, ne fut en rien la philosophie moyenne du milieu des affaires de la capitale. Au contraire, elles se réorganisèrent en vue de tirer de la position de Paris et de la pénurie chronique ces profits exceptionnels, spéculatifs, qui paradoxalement faisaient préférer par certains le temps de la guerre à celui de la paix. Nous n’en voulons pour une preuve que la nouvelle poussée, entre 1807 et 1810, du mouvement de création des sociétés à Paris, mouvement qui était le fait, dans une large mesure, de gens d’affaires des départements ou de l’étranger désireux de prendre leur part d’une prospérité parisienne que l’on peut bien qualifier de malsaine.

137Nous regroupons ci-contre en un nouveau tableau les créations dont nous avons pu avoir connaissance, la liste ne pouvant être exhaustive.

  • 139 Arch. nat., F12, 1561.

138Quatorze créations en 1807, 10 en 1809, 9 en 1809, 13 en 1810 ; d’après nos sources il n’y en eut que 3 en 1811, ce qui n’étonne pas, mais il y en aura encore 9 en 1812, et même 5 en 1813 — parmi lesquelles, nullement secondaires ou négligeables, de nouvelles arrivées de Genevois (Blanc, commandité par Hentsch ; Pattey, précédemment à Marseille ; Turettin), Martin Lafitte de Bordeaux, Méquillet frères de Strasbourg, Gossweiler de Zurich, etc. Cette sorte de frénésie n’a pas échappé, bien sûr, à une province délaissée et dominée : en 1809, des négociants lillois s’adresseront à Pomme-reux, le préfet du Nord, pour demander « l’exclusion de l’escompte à la Banque de France des maisons de Paris notoirement connues par leurs spéculations outrées sur les denrées coloniales, ce qui opérerait une baisse par la nécessité de vendre »139. La crise de 1810-1811 — qui comporte des aspects sectoriels très particuliers, dans l’industrie cotonnière ou dans le commerce du bois, par exemple — est essentiellement un désordre spéculatif provoqué par l’incapacité des grandes maisons de commerce et de quelques maisons de banque d’adapter leurs opérations aux imprévus de la guerre économique.

  • 140 Ibid., 502, dossier 7.

139Le « film » de la crise, au niveau des grandes affaires, nous est particulièrement bien connu parce qu’aux témoignages des correspondances commerciales s’ajoutent cette fois des notes souvent très explicites de Mollien140. Les épisodes marquants se situent de septembre 1810 à mai 1811.

  • 141 Cf. Arnna, ed., 1959, p. 206. Selon Martin fils d’André, président du Tribunal de Commerce de la Se (...)

140Les fournitures militaires se trouvent, une fois encore, impliquées dans les origines de la crise. Michel Simons, en effet, est en faillite le 24 novembre 1810. Il était soutenu dans ses fournitures de bois à la Marine par Smeth d’Amsterdam, à qui il devait à ce moment trois millions et demi. Smeth lui-même était d’ores et déjà affaibli par les suspensions de Jacques Gamba et de Tourton et Ravel, qui le soutenaient eux-mêmes de leurs fonds. Tourton et Ravel venaient d’essuyer des pertes dans une grosse faillite de Lübeck, en septembre ; mais, forte d’un avoir immobilier considérable, cette maison devait se tirer d’affaire avec l’aide d’un prêt du gouvernement — un million et demi gagé sur des biens estimés à plus de deux millions, parmi lesquels le Clos Vougeot141. Fould aurait été atteint par les faillites de l’Allemagne du nord : sa suspension de paiements en décembre entraîne la faillite de Robert frères, l’un des plus importants marchands de fer.

  • 142 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 510, 4 décembre 1810. Alexandre Roussel, né (...)
  • 143 Arch. nat., F12, 874, notes des faillites fournies à Montalivet par Martin fils d’André, 27 février (...)
  • 144 Le 2 janvier 1811, suicide de Mémotte, député du commerce de Lyon, dont la maison était commanditée (...)

141La faillite de Lousberg, à Gand, provoque pour sa part la chute d’Alexandre Roussel à Paris, toujours vers le milieu de décembre. Selon Verninac et Cie142, la faillite de Lousberg aurait compromis pour deux millions la place de Paris. D’autres filatures de coton, parisiennes celles-là, font à leur tour faillite — par exemple Flament et Cie.Certains filateurs végéteront tout l’hiver, donnant congé à leurs ouvriers du vendredi soir au mardi matin143. Les filatures de Paris (excepté Richard-Lenoir qui recevra le secours du gouvernement) ne sont pas dans les papiers de la Banque de France qui, selon Mollien, « ne les classe en général qu’en quatrième ligne dans son crédit ». Notons, à propos de Lousberg, que son suicide — il se jeta dans la Lys — inaugure un triste chapitre dans l’histoire des hommes d’affaires, dont plusieurs commettront le même geste au cours de la crise144.

  • 145 Arch. nat., F12, 620-621. Selon Montalivet, un négociant tel que Belloc a déjà 400 000 F de marchan (...)
  • 146 Ibid., 3 AQ 298, 28 octobre 1810.

142Le cœur de la crise n’est cependant pas là, mais dans les faillites des gros détenteurs de denrées coloniales — sucre, café, coton. Ces denrées se sont accumulées au cours de l’année 1810 par suite des ventes publiques faites à Bayonne, Anvers, Amsterdam, de marchandises américaines séquestrées dont l’introduction a été autorisée en France ; et dès le printemps l’annonce de ces ventes avait commencé à déprimer les cours. A Noël 1810, le ministre de l’Intérieur estime que l’engorgement va s’aggraver car les denrées en route pour Paris sont encore plus abondantes que celles qui y sont déjà145. Par ailleurs, elles supportent une taxation élevée, et les marchandises de contrebande ont été séquestrées, on le sait, à l’automne : comme l’écrivent joliment Dupin et André à Briansiaux, « en Allemagne on tombe à bras raccourcis sur les marchandises et leurs propriétaires »146. De toutes façons, le résultat est que tout le monde cherche à vendre sans y parvenir, que les négociants arrivent à échéance de leurs achats sans avoir vendu, tandis que se gonfle la masse des acceptations et engagements. Voici, d’après un rapport de Martin fils d’André au Conseil général du Commerce, la valeur des stocks au 22 décembre (ne sont retenus ici que les stocks supérieurs à 100 000 F) :

  • 147 Cf. supra, p. 293.

143On remarquera combien souvent se rencontrent sur cette liste les noms des maisons qui avaient pris place sur le marché parisien depuis 1807147.

  • 148 L’établissement de la régie des tabacs coïncide avec la crise et ne contribue pas peu au resserreme (...)

144Si l’on tient compte du fait que la crise étudiée ici n’est qu’un aspect d’une crise plus vaste, englobant tout le commerce et l’artisanat, on conçoit que les maîtres de l’escompte n’aient pu — ou n’aient voulu, instruits par l’expérience — suffire à toutes les demandes. Mollien note le 20 décembre : « On offre toute espèce de papier beaucoup au-dessous de la cote sans qu’il se trouve un seul preneur... Si l’état des choses ne change, il faudra désormais pour payer et recevoir que les lingots et les espèces voyagent. » Le même, le 17 janvier 1811 : « Les crédits que faisaient les premières maisons, ou l’aide qu’elles prêtaient au moyen de leurs signatures, sont arrêtés. » Au début de mai la situation n’a guère évolué : « Les capitalistes ne considèrent plus aujourd’hui les placements de fonds dans le commerce que comme des placements à l’aventure. »148 La Banque de France, pour sa part, a pourtant relâché la sévérité de ses règles, escomptant en décembre « assez indistinctement le bon papier de commerçant comme les signatures de banquiers, ce que, dit-on, elle n’a pas toujours fait ».

  • 149 « Quoique ce jeune homme ne fût dans les affaires que depuis très peu de temps, écrivent Verninac e (...)
  • 150 Arch. de Paris, D 11 U3, 47/1030.

145La deuxième quinzaine de décembre voit d’abord la faillite de Goupil fils et Beaufrère, une maison de création toute récente, qui ne peut « faire les fonds pour payer le prix de cotons et d’eaux-de-vie qu’elle avait achetés ». En même temps Bidermann est tiré d’embarras par un secours extraordinaire de la Banque de France, qui le classe dans la deuxième ligne des maisons de Paris ; sa richesse en biens-fonds paraît inspirer la confiance. Dans la première quinzaine de janvier 1811, faillites de Poisson et Cie, commandité par de Tollenare, de Nantes, « maison de 3e classe » ; de Jules Martin, fils de Martin fils d’André, ruiné par son commanditaire, Santerre, qui a fait de la contrebande et tiré sur lui pour plus d’un million et demi de traites149 ; d’Imbert et Nangis qui, selon Verninac, s’est comme Poisson aîné livré « au jeu des spéculations sur les eaux-de-vie et les denrées coloniales » ; mais surtout, c’est l’effondrement de Bidermann. En dépit du secours précédent — 1 600 000 F de crédit ouvert par la haute banque — il lui reste deux millions de marchandises à payer d’ici la fin de février, dont le stock continue à se déprécier. Mais cette fois ses collègues se font prier pour lui fournir des signatures négociables à la Banque. « On paraît aujourd’hui l’abandonner à lui-même », note Mollien le 18 janvier ; « déjà l’on s’exprime à son sujet sans ménagement... Les hommes sans passion conviennent qu’il n’avait aucune mesure dans ses calculs. » Il lui restait heureusement trois millions d’immeubles. Ce sont eux, de toute évidence, qui permirent une lente liquidation : un bilan de faillite de janvier 1814 (où l’actif est excédentaire) n’en fait plus apparaître en effet que 343 000 F. Entre-temps, il paraît avoir repris les affaires avec son parent Hans Jakob, de Winterthur (zum blauen Trauben)150. Bien que s’étant consacré depuis 1805 à la spéculation — et, à l’époque, c’était surtout sur les eaux-de-vie et les bois de teinture — Bidermann était resté commanditaire de Gros, Davillier et Roman qui, encombrés au même moment de leurs stocks de coton, de toiles écrues ou imprimées, se trouvèrent embarrassés, mais obtinrent un secours gouvernemental de deux millions. Cependant Marc Joly, négociant en toiles de coton et propriétaire de petites filatures, gendre de l’un d’entre eux, faisait faillite le 24 janvier.

  • 151 Le 2 mars, on relève que Barrillon demande à Montalivet un secours de 200 000 F. « L’empereur, écri (...)

146Les semaines suivantes additionnent les faillites de maisons réputées de « deuxième » ou de « troisième » classe : Blanchet, Comte et Cie, négociants commissionnaires commandités par Merian frères de Bâle ; Rousseau et Bertin, négociants en toiles ; Pluvinet, épicier droguiste ; Emeric frères ; Bettin et Cie ; Moinery fils, épicier, entraîné par les difficultés de son père, filateur à Rouen ; Spear, anciennement négociant à Nantes151... Cependant c’est en avril que se situe le dernier temps aigu de la crise, marqué par les faillites de Pierlot et de Doyen, trop solidaires de certains centres provinciaux.

  • 152 Ibid., M.C.N., XCIII, 409.

147Louis Pierlot, receveur général du département de l’Aube, régent de la Banque, intendant général de la maison de l’impératrice, banquier à Paris, « soutenait, indique Mollien, la plupart des manufactures, à Troyes, par les avances et le crédit qu’il leur faisait » : on peut supposer que c’est là l’origine de ses difficultés. Mais Pierlot possédait des immeubles dépassant de plus de deux millions ses engagements : cas typique d’une suspension de paiements provoquée par des difficultés temporaires et non par une véritable situation déficitaire. Dans ce cas, il était de l’intérêt des créanciers de s’entendre à l’amiable avec leur débiteur ; mettre en vente d’urgence les immeubles en risquant une grosse perte n’aurait pas servi leur cause. Le rétablissement fut certainement fort long ; un compte rendu aux créanciers, du 31 décembre 1817, fait apparaître un bilan équilibré à 1 % près, mais où l’actif ne comporte plus que 1 101 000 F d’immeubles152.

  • 153 Selon Mollien, « la Vve Thézard et fils faisait à Rouen la banque et la commission. Elle fournissai (...)

148Toujours selon Mollien, « Pierlot devait l’origine de sa fortune à Doyen. En retour, dans les moments de gêne de celui-ci, Pierlot lui a versé de l’argent. On le savait, et au bruit de la suspension de Pierlot on a jugé que Doyen ne pourrait pas lui survivre. Chacun en conséquence s’est empressé d’aller retirer les fonds qu’il avait chez lui. » Mais en fait la principale banque rouennaise, Vve Thézard et fils153, était étroitement liée à Doyen, et sa faillite presque simultanée aggravait la situation de ce dernier. Comme Pierlot, Doyen, qui avait déjà reçu un secours gouvernemental de 600 000 F, put liquider sans dépôt de bilan, aidé lui aussi par l’importance de sa fortune immobilière.

149Il faut encore tenir compte, toujours au milieu d’avril, de la faillite de Gaujac père et fils et Étienne, classés en première ligne, suivant celle d’Arnaud et Étienne à Marseille ; et, au mois de décembre précédent, d’un autre accident lié également au commerce marseillais, la chute de Charles Bazin, victime de spéculations sur les soudes factices. Et l’on peut alors conclure qu’à l’issue de cette troisième grande secousse de l’époque napoléonienne, la physionomie du milieu des affaires ne se trouve pas profondément modifiée. Les chutes les plus spectaculaires, celles de Michel Simons et de Jacques Bidermann, atteignent des personnages qui, somme toute, avaient toujours appartenu à la catégorie des aventuriers plutôt qu’à celle de la banque professionnelle. La plupart des faillites ont été le fait de maisons encore insuffisamment assises, ou de second rang. La haute banque, à proprement parler, laisse deux ou trois morts sur le terrain. On est tenté d’imaginer le monde des grandes affaires, dans la seconde moitié du règne napoléonien, comme aussi « désengagé » sur le plan économique que sur le plan politique. En sorte que les péripéties de la vie des affaires à l’époque impériale n’ont pas introduit dans le développement du grand capitalisme français la coupure néfaste qu’on imagine souvent. Si coupure il y a eu, elle n’a en tout cas pas été aussi profonde que celle imputable aux événements intérieurs et extérieurs des années 1791-1795, de la révolte de Saint-Domingue à la fin des assignats, en passant par la guerre générale et la Terreur.

  • 154 Arch. nat., 3 AQ 318. Autres témoignages concernant Rougemont de Löwenberg : d’abord sa circulaire (...)
  • 155 Arch. nat., F12, 874, 6 novembre 1813.
  • 156 La manufacture de papiers peints, rachetée à Réveillon en 1791, fournissait les ministères, les adm (...)

150Il restait encore, bien sûr, à franchir le pas difficile qui sépare toujours la fin d’une économie de guerre du retour à une économie de paix — autrement dit, le tournant de 1813-1814. On ne saurait mieux résumer l’atmosphère particulière de cette liquidation d’un règne que ne le fait le négociant et banquier Jean Jacques Outrequin dans sa correspondance avec Briansiaux. 8 décembre 1813 : « Il éclate de nombreuses faillites dans le petit commerce, mais les maisons en gros un peu connues continuent de se soutenir. » 22 décembre : « La gêne ne pèse toujours que sur le petit commerce, mais les affaires sont nulles en tous genres. » 13 janvier 1814 : « On n’a rien de mieux à faire actuellement que de rassembler ses capitaux et de rester tranquille. »154 La haute banque et les grands négociants liquident et attendent la paix pour reprendre leurs activités. L’incertitude politique et l’évacuation de l’Europe freinent la consommation intérieure et anéantissent l’exportation, d’où la crise de l’industrie et du commerce proprement parisiens. Les grandes victimes de l’année sont Despagne fils aîné, « qui passait il n’y a pas longtemps pour une très bonne maison mais qui a été ruinée par les guerres d’Espagne et d’Allemagne »155 ; Jacob Desmalter, l’ébéniste ; le Comptoir Commercial et les deux manufactures qui en dépendaient : Auguste Jacquemart, fabrique de savon, et Jacquemart frères, fabrique de papiers peints156 ; l’un des frères Bignami, de Milan et Paris, atteint par de grosses faillites à Milan et Venise. Le « gratin » de la finance parisienne, on peut l’assurer, n’a subi d’autres dommages que d’avoir dû pendant quelques mois laisser chômer ses capitaux : il en résultait un bilan annuel maussade, mais personne ne risquait d’en mourir.

Notes

1 Le livre de Guy Antonetti (1963) reste à cet égard une référence irremplaçable.

2 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 182.

3 Arch. nat., 3 AQ 301.

4 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 515, lettre de Vidal à Roux, 17 octobre 1812.

5 Jean Marie Gaspard Busoni et son gendre Guillaume Louis Isidore Goupy déposent ainsi chez le notaire, à quelques mois d’intervalle en l’an VI, vingt-quatre puis trente-cinq procurations pour recevoir des rentes de la part de personnes de Luc-ques, Milan, Florence, Sienne, Rome et Gênes.

6 Arch. nat., 3 AQ 326, 12 septembre 1809.

7 Bibliothèque Thiers, fonds Clary, 80/29, 28 brumaire an XIII.

8 Arch. nat., 3 AQ 326, 13 mars 1805.

9 Voir chapitre premier.

10 Arch. nat., M.C.N., LIII, 727.

11 Ibid., LXXXIV, 723.

12 Olympe Lemaistre, femme Louis Féline fils aîné, 1789, et Marie Judith Blouquier, femme Jean Étienne Féline, 1792. Arch. de Paris, D 11 U3, 10/648.

13 Est-ce à cela que fait allusion Nicolas Clary quand il écrit à Roux, le 28 nivôse an XI : « Il est reconnu que la plupart des traites en circulation ne proviennent que des opérations convenues entre quelques banquiers des principales places de commerce pour se procurer des fonds » ? (Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 460).

14 Ibid., 515, lettre de Vidal à Pierre Honoré Roux, 17 octobre 1812.

15 Ainsi Hottinguer écrivant à son ami Gaspard Escher de Zurich (en novembre 1801, après deux ans d’une expérience bonapartiste dont il avait paru redouter le pire) : « Mes bénéfices bruts ont été bien beaux. »

16 Ainsi la banque Boucherot et Cie, qui avait traversé la crise finale sans perte, grâce à une liquidation volontaire en novembre 1813, reprend-elle ses activités en avril 1814 (« maintenant que la révolution la plus heureuse vient de terminer la guerre ») et ouvre-t-elle dès juin une deuxième maison au Havre, pour les consignations et les armements. La banque Vassal et Cie, l’une des toutes premières de Paris, ouvre de même un comptoir au Havre en octobre 1814, qui s’occupe de la réception des navires, de l’achat et de la vente des marchandises en commission, des avances sur consignations.

17 Arch. de Paris, D 11 U3, 13/941, 14 août 1801.

18 Une autre maison, Thorel frères, déclare plus de 720 000 F de pertes sur des corsaires (Ibid., 13/873). Des spéculations hasardeuses sur les rentes publiques, cette fois, avaient déjà provoqué des faillites retentissantes : ainsi celle de Carvalho en novembre 1797 et, en décembre, de Servatius (sur un passif de 2 300 000 F, 1 100 000 « par billets pour différences de rentes », Ibid., 3/243).

19 Ibid., 5/178.

20 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 130.

21 Arch. de Paris, D 31 U3, 1/156. Dès l’an VII, dans la banque Bidart et Cie, on trouve pour associé gérant un certain François Destandau, autrefois négociant au Cap Français. En février 1803 encore, on note l’apparition d’une société Bullot Laneuville dont le fondateur a séjourné douze ans à la Martinique et à la Guadeloupe. On ne connaît pas le sort réservé à un ambitieux projet de la fin de 1801 : Girbal et Cie, pour l’établissement d’une maison de commerce à Port-au-Prince et d’une autre dans un port de l’Atlantique ; les promoteurs veulent être parmi les premiers à bénéficier du « retour de l’ordre et de la tranquillité dans la colonie de Saint-Domingue et du rétablissement des rapports commerciaux » (Ibid., 1/108).

22 Voir chapitre III.

23 Arch. nat., 3 AQ 304, fonds Briansiaux.

24 Ibid., M.C.N., LIII, 722.

25 Ibid., XIX, 921.

26 Ibid., LIII, 732. Un an plus tard Bastide se préoccupe d’en récupérer la cargaison.

27 Ibid., 3 AQ 300. On note les relations préférentielles qui se développent entre Paris et Le Havre et Nantes. De fait, ce dernier port paraît « remuer » dans l’attente de la reprise ; ainsi chez Favre, Petitpierre et Cie, la grande indiennerie nantaise (appuyée sur le double héritage de Petitpierre et Cie et de Pelloutier, Bourcard et Cie, et sur une commandite de 200 000 F de Favre) : « Nos ateliers, écrivent-ils au début de 1803, florissants avant la Révolution, doivent, avec la paix et le rétablissement du commerce, reprendre un nouvel essor... Déjà les armements s’effectuent avec célérité, le printemps s’annonce aux affaires sous de riants auspices. » Ils se sont préoccupés de perfectionner la fabrication des indiennes et des mouchoirs : « au genre des indiennes, planches de cuivre, dont la perfection ne laisse rien à désirer » ; la réunion des deux manufactures a doublé la collection de dessins. Sur Nantes, il manque une étude des archives de la maison Bourcard fils et Cie : ce remarquable fonds, conservé à Bâle, concerne une maison dont l’activité n’a jamais été interrompue.

28 Ibid., M.C.N., VII, 563 ; et 61 AQ 283.

29 Arch. de Paris, D 31 U3, 1/138.

30 Deux noms encore : ceux de Röslein et Cie (avril 1801) et de Jean Mary et Cie (juin 1801), maisons de commission orientées principalement vers les places du Nord de l’Europe ; nous n’en savons rien de plus.

31 Toussaint 1967, notamment p. 14.

32 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 154, lettre à Bourcard de Nantes ; et Arch. nat., M.C.N., XV. 1175.

33 Arch. nat., 61 AQ 282.

34 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/301.

35 Arch. nat., M.C.N., XCIII, 243, 12 prairial an X.

36 Arch. de Paris, D 11 U3, 19/1365-66, 30 avril 1803.

37 Wall et Ganay étaient beaux-frères. Le premier était un grand propriétaire forestier en Bourgogne (cf. Arch. de Paris, D 3 U3, 71/401, conseil de famille du 17 mai 1808). Charles Richard, neveu de Ganay, fut associé à l’affaire en septembre 1804. Une liquidation intervient à la mort de Mme de Ganay, née Thérèse Eugénie Wall, en février 1805 ; la suite est prise par Rasteau, Richard et Cie, maison de banque et de commission : les associés commanditaires, apportant « des fonds considérables », sont Rasteau, un ancien receveur des finances, et Paillot, un capitaliste parisien (Ibid., D 31 U3, 2/382).

38 Ibid., D 31 U3, 3/21.

39 Ibid., 5/127 et 8/31. La raison devient en 1808 Bertin-Deveaux, Truelle et Cie ; lors du renouvellement de 1813 on voit apparaître deux négociants, Larchevêque et Duffour, ce dernier orfèvre et originaire de Bourg.

40 Ibid., 6/101. On retrouve par la suite Housset associé de Vaudoyer et Cie.

41 Ibid., 1/172 et 2/358.

42 Ibid., 1/125, 2/241, 3/409 et 484, et Arch. nat., M.C.N., XCIII, 238. Fin 1803, un remaniement fait apparaître comme associés de François Thomas Thorel, outre Sartre, Jean Joseph Ferréol Cotentin, Lechevalier et Osmont ; en 1805, s’y ajoutent Sainte-Marguerite et Arthaud et la raison devient Thorel, Cotentin et Cie ; en 1807, deux nobles dames du faubourg Saint-Honoré, Mme Bourette de Coigny, douairière, et Françoise Pauline de Lamoignon de Malesherbes, veuve Monboissier.

43 Arch. de Paris, D 31 U3, 1/164.

44 Au retrait de Marceille à la fin de 1809, la raison devient Jauge, Robin et Cie. Jauge est un neveu du grand banquier Cottin, mort en 1793.

45 Arch. de Paris, D 31 U3, 1/86.

46 Ibid., 1/135.

47 Ibid., 1/95.

48 Ibid., 3/445 et 9/303, et Arch. nat., M.C.N., CVIII, 855 et 886. Merda et Brindeau sont les gendres de Carlier, dont on sait qu’il possédait des biens dans le nord de l’Aisne, outre ses maisons de Paris et de Sannois. Jean Charles Merda était le fils de Charles Merda, ancien marchand fabricant de gaze, et ses sœurs étaient mariées, l’une (Marie Catherine) au négociant Isaac Marqfoy, l’autre (Madeleine Joséphine) à Barthélemy Martin Blondel, entrepreneur de roulage. En 1802 Marqfoy marie sa fille à Dumont, négociant à Saint-Quentin. En 1814 Merda se retrouve associé à Frémont dans une maison de banque au capital de 330 000 F. Marqfoy se retrouve en société avec Dumont (cf. n. 47). Nous tenons là, à un niveau moyen du négoce, de la banque et de la fabrique, un bel exemple de réseau familial et professionnel qui rejoint nos remarques du chapitre premier.

49 Dans l’été de 1804, Charles Legoux écrit à Bourcard, de Nantes : « Mon frère Samuel est actuellement à Constantinople pour gérer un établissement que nous y formons... et que j’alimenterai essentiellement d’ici en objets divers de manufactures. La nullité des affaires courantes force à porter ses vues hors des sentiers battus » (S.W.A., Bâle, Segerhof, F 160, 8 thermidor an XII). Cette firme échappe bientôt au milieu parisien puisque, par une décision curieuse, elle se replie de Paris sur Neuchâtel en octobre 1805, tandis qu’est maintenue la maison de Constantinople (A. É. de Neuchâtel).

50 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/187.

51 Ibid., 2/185.

52 Ibid., D 5 B6, 173.

53 Ibid., D 4 B6.

54 Ibid., D 11 U3, 6/389, 2 février 1799 ; 400 000 F d’actif, au moins un million de passif.

55 Ibid., D 31 U3, 1/97.

56 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 983 et CVIII, 860 et 864. Philippe François Didier Usquin, gros propriétaire près de Château-Chinon de 1 720 ha (pour deux tiers, l’autre tiers étant en indivision avec son beau-frère) qui lui rapportent, en l’an XI, 20 000 F.

57 Arch. de Paris, D 11 U3, 18/1302. Huguet travaillait pour une clientèle exclusivement civile ; ses bonnes créances se répartissaient entre deux cent cinquante tanneurs, bourreliers et selliers dans un rayon d’une centaine de kilomètres autour de Paris.

58 Ibid., 24/1659 ; et Arch. nat., M.C.N., CVIII, 869 et 870.

59 Arch. nat., M.C.N., CVIII, 863.

60 Ibid., XV, 1051.

61 Ibid., 1054. Prêt hypothéqué sur la maison de Paris et la maison de campagne de Clichy-sous-Bois, appartenant à Geyler, et sur un domaine à Garges, appartenant à Jordan.

62 Ibid., 1158.

63 Arch. de Paris, D 11 U3, 21/1492.

64 Arch. nat., M.C.N., XV, 1163, 1173, 1167.

65 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/3. Cf. Hémardinquer 1959.

66 Arch. de Paris, D 11 U3, 17/1267, 30 décembre 1802. Actif, 621 000 F ; passif, 1 556 000 F ; pertes portées pour 927 000 F.

67 Ibid., 17/244, 2 décembre 1802.

68 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 457.

69 Ibid. Toutefois Laeut ne porte le déficit qu’à 6 500 000 F. Selon Johannot, Carié et Jaquet, Carié « a eu une fortune de trois millions provenant de sa femme et de divers héritages de sa famille, que l’on ne croit pas qu’il puisse avoir fondue ; il est vrai qu’ils ont travaillé dans les fournitures... Le crédit de cette maison avait baissé depuis vendémiaire qu’elle avait repris l’entreprise des fournitures pour la Marine » (lettre à Bourcard, de Nantes, S.W.A., Bâle, Segerhof, F 139).

70 Arch. nat., M.C.N., LXXXIV, 729.

71 Ibid., 731.

72 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/236.

73 Ibid., D 11 U3, 18/1275, 18 janvier 1803.

74 Ibid., 18/1299, 18 février 1803.

75 Ibid., 18/1314, 12 mars 1803.

76 Lettre à Bourcard, de Nantes, S.W.A., Bâle, Segerhof, F 147.

77 Ibid., F 139.

78 Arch. nat., 3 AQ 304, 9 germinal an XI.

79 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 145.

80 Arch. de Paris, D 11 U3, 19/1389, 28 mai 1803.

81 Ibid., 20/1426, 9 juillet 1803. Il est vrai que les vins à distiller, dont la récolte a été très abondante en 1802, ont causé depuis l’hiver une chute des cours en Languedoc et en Catalogne.

82 Ibid., 20/1446. Dans le même secteur, faillite de Pouillot et Cie, également négociants rue de Cléry, liés par leurs origines au commerce boulonnais, et par leurs affaires à Florentin Lavallée, une des principales faillites nantaises de la même année, à qui ils avaient donné l’appui de leurs acceptations (S.W.A., Bâle, Segerhof, F 145).

83 Voir chapitre VIII.

84 Arch. de Paris, D 11 U3, 22/1513 bis, 1er octobre 1803.

85 François René Lefèvre, ancien avocat, était passé au commerce en 1795, et avait été pendant six ans administrateur de la Caisse d’Escompte du Commerce. Après réhabilitation, à l’automne de 1803, Coiffier quitte la société au printemps de 1804 ; Lefèvre et Koch poursuivent les affaires jusqu’en 1811, date à laquelle ils les abandonnent par prudence. Lefèvre revient alors à son premier métier, montant une agence d’affaires commerciales et contentieuses.

86 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 147, lettre à Bourcard, de Nantes, 26 thermidor an XI.

87 Arch. de Paris, D 11 U3, 22/1546, 26 octobre 1803.

88 En effet Barrillon (associé à Pierre Antoine Chégaray) put bientôt reprendre ses paiements, les créanciers ayant « reconnu que leurs moyens étaient bien au-dessus de leurs besoins ». (Arch. nat., M.C.N., XLV, 677).

89 Arch. de Paris, D 11 U3, 23/1564, 7 novembre 1803. Langlois est une forte maison de bijouterie-joaillierie-orfèvrerie, assise sur une solide fortune foncière, épaulée à la fois par la Caisse d’Escompte du Commerce et par le Comptoir Commercial, mais acculée à la suspension de paiements par près de 800 000 F de pertes sur des faillis.

90 Ibid., 25/1696, 17 avril 1804 ; S.W.A., Bâle, Segerhof, F 138, lettre de Hebbelynck (négociant gantois à Paris) à Bourcard, de Nantes. Parmi les maisons étrangères d’installation récente, Thomas Melville jr, américain, en relations actives avec la Nouvelle-Angleterre, disparaît également (D 11 U3, 18/1300, 17 février 1803).

91 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 142.

92 Arch. nat., M.C.N., XV, 1200.

93 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/105 et D 4 U1, 53 ; Arch. nat., F12, 1660.

94 Cf. p. 277.

95 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux.

96 Arch. nat, F12, 509-510, 2045B, 2056.

97 Les progrès de Wesserling entraînent également des difficultés dans le recrutement de la main-d’œuvre : toute la population disponible de la vallée de Saint-Amarin étant déjà occupée, un nouvel établissement va être créé à Bavilliers, près de Belfort.

98 Importateur, notamment, de 1 615 balles de coton (licence du 30 septembre 1812).

99 Propriétaires à Nuits, compatriotes et protégés de Frochot, ils veulent exporter des vins fins de Bourgogne et de Champagne.

100 Les licences ont été vues par certains comme une bonne occasion de remettre de l’ordre dans une situation désespérée. Ainsi Dhotel et Thomas, victimes de la crise de 1803 (voir plus haut), essaient-ils de faire valoir le seul navire qu’ils ont conservé (les Anglais leur en ayant pris trois en l’an XI) et sollicitent-ils une licence pour exporter mille sacs de farine de froment par Le Havre, grâce à leurs bonnes relations avec des propriétaires de moulins de Pontoise, où s’accumulent alors les excédents à bas prix. Frank Morris, le grand filateur ruiné de Gisors, a éprouvé un million de pertes ; il s’est lancé dans l’armement pour l’île de France, et l’Empereur lui-même a pris un tiers d’intérêt dans son navire le Zéphyr, qui a été capturé par les Anglais ; pour rembourser les 54 000 F de bénéfices qu’il doit au souverain sur un précédent voyage, il sollicite une licence pour l’introduction « de denrées coloniales des deux Indes ».

101 Nous renvoyons sur ces points à notre article (1973).

102 Arch. nat, F12, 507 et 509-510.

103 Argument, bien sûr, sujet à critique.

104 En fait, l’industrie liégeoise et verviétoise s’approvisionnait également en laines de Bohême ou de Saxe.

105 Ces mêmes ouvriers allemands, du reste, animaient depuis longtemps les mêmes industries à Paris.

106 Cf. Labasse 1957.

107 Cf. notre communication, 1973.

108 Arch. de Paris, D 31 U3, 3/511. Deloche jeune et Cie, succédant en 1807 à Antoine Deloche et Cie, est une maison de la rue Saint-Martin « pour la vente en gros et la commission tant en France qu’à l’étranger », au capital de 500 000 F en actions de 1 000 F.

109 Armand, Marsac et Prœbsting. Ibid., D 11 U3, 37/2422.

110 De toute façon, à cette date, Paris est en position de force par rapport à l’Europe centrale et orientale du point de vue monétaire : les monnaies prussienne, autrichienne et russe se déprécient ; l’acquittement par termes des contributions dues par la Prusse et l’Autriche entretient un courant monétaire considérable en direction de Paris. Francfort et ses banquiers jouent un rôle d’intermédiaires, négociant pour le compte de maisons viennoises chargées de payer le gouvernement français des remises sur Paris et la Hollande (cf. le bulletin consulaire de Francfort du 30 avril 1810).

111 Arch. de Paris, D 31 U3, 9/37.

112 Ibid., 4/21.

113 Voir chapitre VII.

114 Voir à ce sujet un rapport de Montalivet de novembre 1811 (Arch. nat., F12, 2467).

115 Voir chapitre VIII.

116 Bovard, Bourdillon et Cie était une maison de Paris et d’Avignon jusqu’à la fin de 1811 ; dans cette dernière ville, l’associé Rochette faisait le commerce des garances. La maison de Paris, fondée en 1807, était commanditée par les grandes affaires suisses ou d’origine suisse : Bidermann, Merian frères, puis Pichonnat (Arch. de Paris, D 31 U3, 4/95 et 7/75).

117 Jean Louis Belon et Cie, de même, est une maison à capitaux helvétiques ou genevois.

118 Gérard 1968, p. 209 et 219.

119 Arch. nat., 3 AQ 302, 25 octobre.

120 Ibid., 6 novembre.

121 Entre bien d’autres, ce témoignage tiré de la correspondance de Berard et Cordier avec Roux : « Les affaires en marchandises sont nulles sur notre place ; nos magasins sont pleins mais nous ne voyons point d’acheteurs ce qui est bien extraordinaire avec la crainte mal fondée qu’on a sur les billets de banque puisque l’on achète l’argent à 7 et 8 % » (28 brumaire an XIV — 20 novembre 1805).

122 Arch. de Paris, D 11 U3, 33/2164, 1er février 1806 ; Arch. nat., M.C.N., LXII, 744, 4 février 1806.

123 A. D. Rhône, fonds Guérin, 2 F 339, 14 novembre 1805.

124 Voir chapitre VII.

125 Berard avait suspendu ses paiements dans les derniers jours de décembre 1804. Cette maison achetait à Marseille beaucoup de laines de Barbarie (Constantine) et de Sfax, des agnelins de Pouille ou de Mogador. Elle paraît avoir été victime d’une coïncidence entre des rentrées trop lentes (elle accordait jusqu’à quinze mois de terme) et une stagnation de la fabrication des draps dans l’année 1804-1805.

126 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 501, 13 novembre 1805.

127 A. D. Rhône, fonds Guérin, 2 F 340, 20 prairial an XIII.

128 Arch. nat., M.C.N., LXII, 763, obligation du 13 floréal an XI.

129 Les débiteurs douteux, mauvais ou faillis formaient une masse de créances de 4 388 000 F, pouvant donner, à 15 %, environ 600 000 F.

130 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 501, 5 décembre 1805.

131 Arch. de Paris, D 11 U3, 32/2146, 21 janvier 1806 ; Arch. nat., M.C.N., LUI, 743.

132 Voir chapitre VI.

133 Arch. de Paris, D 11 U3, 30/2042, 24 février 1806 et Arch. nat., M.C.N., CVIII, 888.

134 Arch. de Paris, D 11 U3, 41/2606-07.

135 Desprez possédait notamment deux maisons à Paris, au voisinage des boulevards (valant environ 750 000 F), le domaine de Marchais (Aisne), avec ses bois et ses fermes (720 000 F), une ferme à Ecquevilly (200 000 F).

136 Arch. de Paris, D 11 U3, 40/2558, 14 août 1807, et 2544, 3 juillet. Voir également la faillite de Schmidt, Ibid., 39/2499, 14 mars.

137 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux.

138 Ibid.

139 Arch. nat., F12, 1561.

140 Ibid., 502, dossier 7.

141 Cf. Arnna, ed., 1959, p. 206. Selon Martin fils d’André, président du Tribunal de Commerce de la Seine et vice-président du Conseil général du Commerce, les négociants étrangers se seraient trouvés gênés dans le règlement de leurs créances par l’obligation de payer les contributions de guerre (Arch. nat., F12, 620-621).

142 Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 510, 4 décembre 1810. Alexandre Roussel, négociant commissionnaire originaire de Lille, avait ses principales relations avec la Belgique et était classé en troisième ligne par la Banque de France.

143 Arch. nat., F12, 874, notes des faillites fournies à Montalivet par Martin fils d’André, 27 février 1811. Selon Mollien (note du 3 février), « sur 1 700 filatures en France il n’en est déjà plus que 300 en activité ».

144 Le 2 janvier 1811, suicide de Mémotte, député du commerce de Lyon, dont la maison était commanditée par Hentsch. Le 4 mai, Dubloc, négociant, membre du Conseil d’Escompte de la Banque, jouissant d’un crédit de première classe, se jette à l’eau. Pluvinet, épicier droguiste, s’empoisonne.

145 Arch. nat., F12, 620-621. Selon Montalivet, un négociant tel que Belloc a déjà 400 000 F de marchandises en stock, et il en attend pour plus d’un million.

146 Ibid., 3 AQ 298, 28 octobre 1810.

147 Cf. supra, p. 293.

148 L’établissement de la régie des tabacs coïncide avec la crise et ne contribue pas peu au resserrement du crédit : « Les capitaux disponibles, note Mollien, trouvent en ce moment leur emploi dans les cautionnements que demande la régie. » Mollien s’en indigne et suggère le cautionnement en immeubles : « Il faudrait d’abord décider si la fiscalité constitue mieux un empire que le commerce. »

149 « Quoique ce jeune homme ne fût dans les affaires que depuis très peu de temps, écrivent Verninac et Cie, il paraît que la faillite sera énorme. Genève, Anvers, Hambourg s’y trouvent pour beaucoup » (Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, 510, 12 janvier 1811). Le 19, ils notent férocement à propos de la faillite du confiseur Oudart : « Il manque d’un million. S’il n’avait fait que des cornets de bonbons, il n’en serait pas réduit là, mais on dit qu’il jouait sur les eaux-de-vie. »

150 Arch. de Paris, D 11 U3, 47/1030.

151 Le 2 mars, on relève que Barrillon demande à Montalivet un secours de 200 000 F. « L’empereur, écrit-il, n’aura pas perdu le souvenir de mon dévouement en l’an VIII, époque de ma prospérité. Je lui montrai un attachement, alors, qui ne fut pas imité » (Arch. nat., F12, 2405). Les difficultés de Barrillon viennent de la guerre d’Espagne, où il vient de séjourner vingt-sept mois pour tenter d’y recouvrer 1 149 balles de coton du Brésil arrêtées par les juntes insurrectionnelles, sur lesquelles il aurait dû gagner 600 000 F ; 609 restent perdues.

152 Ibid., M.C.N., XCIII, 409.

153 Selon Mollien, « la Vve Thézard et fils faisait à Rouen la banque et la commission. Elle fournissait en détail par 50 et 100 livres, à crédit, des cotons en laine et des fils à tous les fileurs et tisserands dans les campagnes aux environs de Rouen. Elle escomptait aussi les billets du petit commerce, et se chargeait de l’expédition au loin des produits de la fabrique de Rouen. »

154 Arch. nat., 3 AQ 318. Autres témoignages concernant Rougemont de Löwenberg : d’abord sa circulaire du 10 décembre 1813 : « J’ai l’honneur de vous prévenir qu’attendu les circonstances critiques du commerce, j’ai pris la détermination de quitter temporairement les affaires et de ne m’occuper que de ma liquidation. Veuillez donc suspendre toutes traites à découvert sur moi, me faire exactement remise de ce que vous pouvez me devoir, et si je vous dois, vous en rembourser sur moi à courts jours de date. » Puis une lettre à Bourcard, de Nantes, le 23 du même mois : « La prudence m’a forcé au parti que je prends subitement, et qui m’a paru le seul convenable dans un moment où je ne dois prendre d’engagement à découvert pour personne. Car enfin cette liquidation temporaire peut devenir finale, suivant que les événements tourneront. Si les affaires reprennent, j’y rentrerai et avec l’avantage d’avoir conservé mes capitaux, mon crédit et ma tranquillité. Le tout eût été compromis en agissant différemment. »

155 Arch. nat., F12, 874, 6 novembre 1813.

156 La manufacture de papiers peints, rachetée à Réveillon en 1791, fournissait les ministères, les administrations, les fêtes et cérémonies publiques. Elle avait reçu des extensions pour faire face à la demande à la paix d’Amiens et employait environ trois cents personnes. La savonnerie passait pour « la plus considérable de l’Empire » (Ibid., F12, 2285). Mais les Jacquemart payaient sans doute tardivement les pertes essuyées dans des affaires qui n’étaient pas de leur ressort : intérêts sur des vaisseaux expédiés à Saint-Domingue, fournitures faites à la Guadeloupe, sur lesquelles la Marine, en 1811, leur devait encore 743 000 F (reste de 1 141 000 F de traites).

Notes de fin

1 On a inscrit en retrait vers la droite dans la colonne du milieu les firmes appartenant à la catégorie des grands négociants plutôt qu'à celle des banquiers.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540