Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire

 | 
Louis Bergeron

Chapitre IX. L’entreprise Oberkampf

Texte intégral

I. CARACTÈRES GÉNÉRAUX DE L’ENTREPRISE

  • 1 Arch. nat., 41 AQ 1, « Opinion d’Oberkampf, fondateur des manufactures de Jouy et d’Essones, sur le (...)
  • 2 Fils d’un marchand de vins parisien.
  • 3 Émile Oberkampf épouse, en 1813, Laurette Joly de Bammeville, fille d’un grand manufacturier saint- (...)
  • 4 En 1802 Oberkampf intéresse aux bénéfices nets pour neuf ans, selon leur degré d’utilité à la manuf (...)

1Étudier à propos de l’indiennage parisien le cas de l’entreprise Oberkampf sous le Consulat et l’Empire, c’est bien sûr isoler non sans artifice dans l’histoire de cette firme les brèves années de son apogée, précédant immédiatement celles de son déclin ; isoler, aussi, une entreprise très au-dessus de la moyenne. Il importe donc de rappeler brièvement les origines1. Dans une première phase, de 1760 à 1789, Christophe Philippe Oberkampf avait été l’associé de Demaraise, sans les fonds de qui l’indiennerie de Jouy n’aurait pu être créée : le capital venait en l’occurrence de la propriété foncière provinciale. Christophe Philippe, qui avait fait venir auprès de lui son frère cadet Frédéric Étienne, lui avait acheté en 1769 pour 30 000 lt la manufacture d’indiennes d’Essonnes, créée en 1763 par le négociant parisien Baron — et lui avait en outre donné 150 000 lt pour s’établir. La manufacture de Jouy connut sous cette association une rapide ascension : à la dissolution de la société, Demaraise reçut en effet pour sa part quatre millions ; aussi Oberkampf regretta-t-il sans doute toujours de n’avoir eu dans sa jeunesse ni les moyens financiers, ni les capacités nécessaires pour se lancer seul dans une industrie où la fortune pouvait ainsi sourire à l’entrepreneur. « Si mon père m’eût fait donner une éducation plus soignée, je n’aurais pas été obligé de partager avec mes associés les fruits de trente années d’un travail consécutif. » Devenu le seul maître de Jouy, Oberkampf racheta alors la manufacture d’Essonnes à son frère, pour 200 000 lt. En 1793, il décida d’intéresser — non pas d’associer, car il restait le seul propriétaire et directeur de l’affaire, sous son seul nom — l’aîné de ses neveux, Samuel Widmer, fils de sa sœur, et ses deux beaux-frères Jacques François et Pierre François Louis Pétineau2. Cet acte d’intéressement fut renouvelé en 1802 et en 1811 ; en 1802, le bénéfice en fut étendu à Louis Féray, son gendre, marié à Marie Julie Oberkampf ; en 1811 il fut étendu à Émile, son fils3, ainsi qu’aux autres neveux Widmer — Philippe, Victor, Gottlieb, Christophe et Frédéric4. Cette pratique se justifiait à coup sûr par le souci de récompenser les services rendus par ces divers membres de la famille tant à la manufacture de Jouy qu’à celle d’Essonnes et à la maison de Paris. Mais elle répondait, non moins probablement, à une conception patriarcale de la direction des affaires, comme à un sens de la solidarité des intérêts familiaux, qui font incontestablement partie de l’univers mental d’Oberkampf : chef unique et respecté d’une grande maison, il conservait le sentiment aigu d’être le fils qui avait brillamment réussi, mais à qui sa réussite même créait des obligations à l’égard de sa parenté. Ainsi s’expliquent aussi les dépôts de fonds portant intérêt qu’il a autorisés à d’autres membres de la famille, même s’ils ne l’aidaient en rien à la marche de ses affaires.

  • 5 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 85/290, 24 pluviôse an VIII, à Vve Lassaussée, Paris.
  • 6 Ibid., 86/490, à Desbrosses.

2Ces affaires sont, d’une manière rigoureuse, confinées dans l’ordre industriel. Oberkampf, qui s’est toujours efforcé de consacrer l’essentiel de ses soins à la fabrication, confiant à des intermédiaires le soin de commercialiser une partie au moins de sa production, se refusait aux spéculations du négoce traditionnel, et en particulier à celles du commerce colonial. « Les pertes que j’ai faites par les expéditions aux îles et à l’étranger, écrit-il en 1800, m’ont dégoûté de toute affaire de ce genre ; et comme les circonstances sont plutôt encore moins rassurantes qu’autrefois, je ne suis pas tenté de recommencer ces spéculations. »5 En 1801, un armateur de Lorient lui proposant de s’intéresser à la cargaison de son navire, en partance pour l’île de France et les Indes, pour une pacotille de toiles peintes, il lui répond : « Je ne me suis jamais livré aux spéculations d’outre-mer, que je n’entends pas, et je ne commencerai pas à présent. »6

  • 7 Arch. nat., 41 AQ, Paris, 100/2, 28 juillet 1808.

3Il serait sans doute exagéré de conclure pour autant qu’Oberkampf ne s’est jamais livré à aucune spéculation étrangère à l’indiennage. On le voit par exemple tenté, en 1808, par l’armement en aventure : « Je ne serais pas éloigné — écrit-il à Delaroche, consignataire nantais de ses cotons importés du Portugal — de prendre un intérêt lié dans une de vos expéditions d’aventuriers... mais je donnerais la préférence à celles dont les risques sont partagés sur plusieurs bâtiments. »7 D’autre part, Oberkampf a été l’un des rares manufacturiers français à placer de l’argent en actions de la Banque de France dont il fut un gros porteur : de 30 actions en l’an X, son compte d’actions s’élève jusqu’à 212 en 1808.

4Indienneur avant tout, Oberkampf l’est selon deux modalités. Ou bien il imprime à façon des toiles de coton que lui adressent des négociants de province ou de Paris, en lui indiquant les dessins et les couleurs à leur convenance ; on retrouve alors dans sa clientèle tous les grands noms du commerce des toiles et indiennes : ceux de Paris, de Montpellier, de Genève en particulier ; il a même imprimé à façon pour Richard et Lenoir-Dufresne, ou pour des maisons de Neuchâtel ; beaucoup se fournissent chez lui en prévision des foires de Beaucaire. Ou bien — et c’est à cela que tendra de plus en plus l’essentiel de son activité — il détermine lui-même les dessins et les couleurs qu’il imprime sur les toiles achetées ou fabriquées pour son compte.

5Jusqu’en 1805, donc, l’impression à façon entrait pour moitié, ou davantage, dans l’activité des fabriques d’Oberkampf. A partir de cette date, sa part recule rapidement jusqu’à un cinquième ou un quart, et finit par devenir négligeable dans les dernières années. On manque d’ailleurs d’éléments pour interpréter cette évolution : traduit-elle, comme d’autres transformations de l’entreprise (dont nous parlerons plus loin) l’autonomie d’action croissante de celle-ci, ou reflète-t-elle simplement la concurrence que d’autres imprimeurs à façon faisaient au grand précurseur ?

  • 1 Arch. nat., 41 AQ 81 bis et 4.

Tableau 10. Récapitulation des toiles imprimées à Jouy et à Essonnes de 1802 à 18131.

Tableau 10. Récapitulation des toiles imprimées à Jouy et à Essonnes de 1802 à 18131.
  • 2 Aunes de 1,20 m de long.

Note **2

  • 8 Cf. mémoire cité à la note 1.
  • 9 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 85/583, 17 thermidor an VIII, à Pont, Gaillard et Cie, Lyon.
  • 10 Ibid., 87/28, 7 prairial an XI à Duhéron, Bordeaux.

6Plus glorieux, l’indiennage « autonome » comportait en revanche tous les risques inhérents aux variations des goûts de la clientèle, à l’adaptation empirique à un marché essentiellement instable. Dans un mémoire datant de la dernière partie de sa carrière, Oberkampf exprime l’angoisse qu’il en ressentait : « Il faudrait pouvoir lire dans l’avenir pour savoir quel goût succédera à celui qui existe alors... Le plus habile est celui qui sait s’arrêter à temps pour avoir le moins de reste quand le genre le plus recherché cesse de plaire. »8 Il fait part à ses dépositaires de son incertitude : « L’on ne sait pas positivement ce qu’il faut pour la vente ; je suis bien embarrassé sur ce que je dois faire dessiner9... L’essentiel serait de deviner le genre de dessins qu’il faudrait faire, afin de ne pas être en arrière de la mode et de pouvoir les établir à des prix raisonnables. »10 Comme pour les fabricants lyonnais, le succès des dessins est la clé de la vente facile : mais quelle responsabilité pour le chef de la maison, qui doit guider le travail des dessinateurs !

  • 11 Ibid., 86/807, 17 nivôse an XI, à Pont, Gaillard et Cie.
  • 12 Ibid., 86/716, 1er brumaire an XI, aux mêmes.
  • 13 Ibid., 87/17, 30 floréal an XI, à Rittweger et Sauvage, Bruxelles.

7Une deuxième difficulté d’adaptation au marché vient pour Oberkampf de ce qu’il se refuse à fabriquer autre chose que des produits de qualité. Qualité de la toile, mais surtout de la couleur : or la couleur bon teint « est d’une exécution plus longue que la mode ne dure »11. Ainsi se trouve-t-il en position d’infériorité quand, en 1802-1803, les toiles peintes anglaises entrent en masse, car les fabricants d’Outre-Manche « ont mis de côté leur bonne habitude de ne faire que du bon teint »12. C’est avec dépit qu’Oberkampf parle de ces « productions à l’ordre du jour », de ce « produit d’un nouvel art » auquel une « manie de préférence » des consommateurs permet de prendre le dessus. « Je suis aujourd’hui très en arrière sur l’imitation des goûts anglais en fonds de couleurs qui règnent à présent... Il m’est impossible de suivre à la trace les travaux de peut-être vingt fabriques étrangères sans négliger les demandes assez multipliées des autres ouvrages auxquels je suis accoutumé. »13

  • 14 Ibid., 86/554, 7 messidor an X, à Barrau, Toulouse. Oberkampf répète à longueur de correspondance q (...)
  • 15 Ibid., 85/29, 4 messidor an VII, à Pont, Gaillard et Cie.

8Le choix est donc net : à Jouy, on ne travaillera pas pour la même clientèle qu’à Manchester ou à Glasgow. N’est-il pas révélateur d’un décalage entre deux économies industrielles inégalement évoluées ? Dans les Iles Britanniques, on a déjà opté pour une fabrication à bon marché, pour la prospection de couches profondes de consommateurs au pouvoir d’achat limité, mais empressés à satisfaire selon leurs moyens ce goût de renouvellement fréquent de la garde-robe ou du décor domestique, cette passion de frivolité vestimentaire qui était autrefois l’apanage des privilégiés. Oberkampf, lui, reste fidèle à une conception qui l’apparente à l’artisanat de luxe plus qu’à l’usine moderne : celle de la perfection technique de l’objet de consommation, dont le prix élevé a pour contrepartie une qualité éprouvée, une garantie de solidité et de durée. « Je vois avec peine que vous prêchez toujours pour le bon marché », écrit-il à l’un de ses dépositaires ; « ma fabrication est plus coûteuse que celle des autres manufactures »14. De là une politique de prix de vente qui ne fait pas volontiers de concessions à l’acheteur, ni à la conjoncture. En temps de crise, Oberkampf considère qu’il vaut mieux vendre moins pendant quelque temps, et avoir la patience d’attendre que les besoins des acheteurs « les forcent à donner le prix raisonnable »15, plutôt que de consentir précipitamment des rabais.

  • 16 Arch. nat., 41 AQ 4, lettre au ministre de la police générale, 14 avril 1812.

9Aussi les préoccupations du fabricant restent-elles constamment orientées, pendant le Consulat et l’Empire, vers le perfectionnement du matériel de fabrication et des procédés de teinture, nullement vers l’abaissement des prix de revient. Ainsi Oberkampf considère-1-il comme l’une de ses plus grandes chances d’avoir pu s’attacher les services d’un Écossais, Robert Hendry, dont il avait obtenu avec l’appui de Chaptal qu’il fût assigné à résidence à Jouy après la rupture de la paix d’Amiens. « Très instruit et praticien dans l’art de la teinture et principalement dans celui de la fabrication des toiles peintes, il m’a été très utile tout le temps qu’il est resté, soit en introduisant de nouveaux procédés, soit en perfectionnant les anciens... Il m’a montré fidèlement tout ce qu’il savait et qu’on pratiquait alors de plus nouveau en Angleterre, ayant été le principal artiste pendant nombre d’années dans la meilleure manufacture d’Angleterre. »16 Après trois ans et demi de séjour à Jouy, Hendry gagne Brême (1806) d’où il trouve à s’embarquer pour l’Angleterre : c’est pour y recueillir les informations qui peuvent être utiles à son protecteur.

  • 17 En fait, c’était le troisième voyage de Samuel Widmer en Alsace, succédant à ses visites de 1788 et (...)

10C’est également la raison d’être du voyage de Samuel Widmer en Alsace, en 1809, au cours duquel il fait la tournée des fabriques qui, de tout temps, avaient été les concurrentes les plus redoutables de Jouy, et aux articles desquelles Oberkampf dut encore, peu après, certaines difficultés dans la conquête du débouché italien17. Tournée rassurante, au demeurant : Widmer trouve partout ses interlocuteurs faibles en chimie théorique et en physique ; personne n’arrive à trouver un vert solide comme celui d’Oberkampf ; escorté avec respect, c’est en fait le visiteur qui est interrogé. Toutefois, à Munster, Hartmann « imprime de très jolies mignonnettes, et pour ce genre comme pour plusieurs autres il est le maître de tous les fabricants des départements du Rhin » ; et comme il a fait le voyage d’Angleterre, Widmer insiste à son tour pour s’y rendre, ce qu’il fait en compagnie de son frère Gottlieb à la fin de 1810.

  • 18 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 88/111, 14 nivôse an XIII, à Chapeaurouge, Hambourg.
  • 19 Ibid., 85/287, 19 pluviôse an VIII, à Delaville, Nantes.
  • 20 C’est encore à Londres qu’Oberkampf recherche certaines teintures telles que l’écorce de chêne noir (...)
  • 21 Weis, Revel et Cie sont parmi les six ou sept très grosses maisons de commerce de Strasbourg. Oberk (...)
  • 22 Oberkampf écrit à Turcas, de Marseille : « Il s’élève des manufactures de ce sel à Paris qui le ven (...)

11De nombreuses indications, dans la correspondance commerciale de la manufacture de Jouy comme dans celle du siège de Paris, montrent l’importance qu’Oberkampf n’a cessé d’attacher à la qualité des matières premières destinées à la teinture, et à celle de l’outillage ; combinées aux difficultés économiques de l’époque, il est certain que ses exigences ont dû lui coûter cher. Pour certains articles, il a toujours été dans la dépendance des marchés lointains. Pour la gomme, par exemple, « il ne faut que de la gomme du Sénégal : celles arabiques, de Barbarie, de Gedda ne peuvent convenir »18. Or dès 1800 il déplore qu’elle soit « une denrée dont l’usage est devenu ruineux pour les manufactures »19 ; de fait, les relations directes entre le Sénégal et la France n’ayant été rouvertes que pendant une très brève période, il faudra toujours s’en procurer à n’importe quel cours et sur n’importe quelle place par l’intermédiaire du commerce neutre. Pour l’indigo, Oberkampf tient aux fournitures de première main, et le tire de préférence de Londres ; mais l’impossibilité des communications directes, la plupart du temps, le contraint à le rechercher ailleurs, de Bordeaux à Paris et à Altona ; en 1813 le prix en devient tellement élevé qu’il renonce même à fabriquer des étoffes en bleu, dont le prix serait trop désavantageux20. Il est juste, toutefois, de noter que, pour d’autres articles bruts ou élaborés, l’approvisionnement d’Oberkampf était beaucoup plus aisé : pour la gaude, que fournissent la région parisienne et la Basse-Normandie ; pour la garance, achetée en Alsace du nord par l’entremise de Weis, Revel et Cie, de Strasbourg, à des prix beaucoup plus avantageux que ceux du Vaucluse21 ; pour les produits de l’industrie chimique (huile de vitriol, acide sulfurique, sel de Saturne) que Paris fournit dans les meilleures conditions, dans les fabriques de Buffault frères et Alban à Javel, de Chaptal, de Coustou et Cie à la manufacture des Ternes, et dans bien d’autres établissements qui se sont multipliés à l’époque22.

  • 23 Ibid., 87/104, 16 messidor an XI, à Koschell et Cie, Stockholm.
  • 24 Arch. nat., 41 AQ, Paris, 100/35, 22 octobre 1808. Clarke, mécanicien anglais d’abord installé à Pa (...)
  • 25 Arch. nat., 41 AQ 4, commande du 30 avril 1812.

12Même recours à des fournisseurs lointains pour beaucoup d’éléments de l’outillage, et notamment du matériel d’impression. Oberkampf est à plusieurs reprises en litige avec les fonderies de Romilly qui emploient pour la fabrication des planches à graver des cuivres d’une qualité qu’il juge insuffisante : il lui faut du cuivre rosette, d’une pureté parfaite ; il se préoccupera d’en acheter lui-même en Suède23. L’équipement de la filature d’Essonnes paraît avoir été commandé, au moins en partie, à Clarke et Béghin, de Mons : broches, cylindres de pression, cylindres cannelés24. La machine à vapeur de huit chevaux destinée à lui fournir la force motrice fut commandée avec tous ses accessoires à Watt et Boulton, au prix de multiples démarches pour obtenir les autorisations nécessaires : c’était en 181225.

13Originale par sa structure juridique, par ses fabrications, l’entreprise Oberkampf ne l’est pas moins quant à sa structure financière.

14Autour d’Oberkampf. en effet, pas d’apports de capitaux provenant de la mise sociale d’autres partenaires, ou encore de commanditaires. Certes, Oberkampf reçoit des fonds placés chez lui à 5 % par des parents et des amis. Dans le passif, à l’inventaire annuel, la rubrique « argent placé à intérêt par divers » pèse largement et toujours du poids le plus lourd — un poids qui fait plus que quadrupler de l’an VIII à 1813. N’y a-t-il pas là, tout simplement, une charge pour l’entreprise, obligée de servir un intérêt de plus en plus volumineux, quelle que soit la conjoncture ? Et Oberkampf n’a-t-il pas été la victime de l’obligation qu’il se faisait de faire participer toute sa proche famille, ainsi que certaines relations de Paris. Versailles. Jouy. aux bienfaits que la Providence lui envoyait ?

  • 26 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 90/134, 27 mai 1808.
  • 27 Ibid., Paris, 100/30, 30 septembre 1808. En janvier 1809, Oberkampf demande pour la première quinza (...)
  • 28 Ibid., 41 AQ 4, 25 mars 1814.
  • 29 Ibid., Jouy, 85/309, 7 ventôse an VIII, et 41 AQ 15.
  • 30 Ibid., 41 AQ 16 et 17, et Paris, 100/38, 27 octobre 1808 : engagement de 699 000 F, capital et inté (...)

15Il est pourtant venu de l’argent frais à l’entreprise en plusieurs occasions, lorsqu’elle se trouvait en difficultés passagères ou avait à surmonter des pertes importantes, des dépenses exceptionnelles. Ainsi, au printemps et à l’automne de 1808, voit-on Oberkampf demander ce qu’il appelle « un service de signature », ou encore « un service de fonds », à deux de ses correspondants les plus solides et les plus importants. C’est d’abord à Martin Portalès, de Montpellier, pour 100 à 150 000 F : « J’ai besoin de cette ressource pour m’aider à payer ma provision de coton, qui est lourde, et que je suis cependant obligé de conserver pour m’assurer l’aliment de mes fabriques d’impression et de filature. »26 C’est ensuite à Samuel Joly, de Saint-Quentin, à trois reprises — à la fin de juin, en novembre et en décembre —, les deux dernières demandes portant chacune sur 180 000 F. Malgré le peu de détails que l’on possède sur ces opérations, il semble évident qu’il s’agit d’un crédit à court terme sous la forme d’une traite de complaisance27. Un deuxième type de crédit apparaît en 1814, quand Oberkampf obtient de la même maison Joly un prêt pour un an de 624 000 F, sur nantissement de toiles peintes et cotons filés valant 1 248 000 F (de valeur double)28. Enfin de véritables crédits à long terme ont été octroyés à deux reprises à Oberkampf par Jacques Louis Pourtalès l’aîné, et une fois par son propre frère. Le premier crédit Pourtalès remonte à l’an V, c’est-à-dire à l’année de reprise des activités de la manufacture après la crise politique, économique et monétaire ; il paraît s’être élevé à 150 000 F, avoir été porté à 300 000 F en l’an VII, et remboursé en l’an X. Au début de l’an VIII, Pourtalès dut lui proposer encore une extension de son aide, car Oberkampf lui écrit alors : « Je suis bien sensible à la confiance que vous me témoignez ; mais je puis vous assurer qu’il entre dans mes projets de vous rembourser, bien loin d’accepter de nouveaux capitaux. Les affaires n’ont pas été lucratives ces années dernières ; mais la principale cause doit en être attribuée à la grande quantité de vieux fonds, dont la révolution survenue dans le goût des dessins a causé l’amas : c’est un mal auquel je veux porter remède, et ce remède diminuera, je l’espère, le besoin de capitaux... Si à l’approche des époques de paiements je puis avoir l’emploi avantageux d’une partie de ce que je vous dois, je vous l’écrirai franchement, et nous prendrons alors des arrangements. »29 C’est à la même époque (prêt en l’an V, remboursement en l’an VIII) que le frère d’Oberkampf lui avance 300 000 F — à moins, ce qui n’apparaît pas clairement dans les inventaires, qu’il ne s’agisse là simplement d’un dépôt portant intérêt. Le second crédit Pourtalès date de la fin de 1808 et se lie aux difficultés précédemment exposées ; son terme, d’abord de trois ans, fut ensuite prolongé jusqu’à six ans ; son montant était de 600 000 F30.

Répartition des fonds déposés en 1812.

A. Par des membres de la famille :

A. Par des membres de la famille :
  • 3 Avance d'hoirie.

Note *3

  • 4 En 1812 n’apparaît plus le dépôt d’un Zurichois installé à Jouy, Louis Rordorff (129 000 F en 1810, (...)

B. Par les principaux déposants extérieurs à la famille4

B. Par les principaux déposants extérieurs à la famille4
  • 5 Jean Baptiste Philippon, ancien caissier de la banque Lecouteulx, fixé à Jouy et ami de la famille (...)

Note ***5

16Quant aux dépenses en capital, destinées à l’extension de l’affaire et principalement, dans la période napoléonienne, à la construction de la filature et du tissage qui devaient faire d’Oberkampf une entreprise techniquement intégrée, elles ont été couvertes par l’auto-financement. C’est bien ce qui paraît ressortir, en tout cas, des inventaires postérieurs à l’acte d’intéressement de 1802, où le poste « compte de levées d’Oberkampf » recouvre selon toute apparence ces dépenses exceptionnelles, permises par des prélèvements sur les profits acquis personnellement au chef de la maison.

17Oberkampf s’est donc placé le moins possible dans la dépendance de capitaux extérieurs et, lorsqu’il a été obligé d’y recourir, ce fut dans un cercle étroit de relations d’affaires. On peut se demander d’ailleurs s’il ne s’agit pas d’un cas exceptionnel parmi les entreprises contemporaines d’impression sur étoffes.

II. OBERKAMPF ET LE MARCHÉ DES TOILES DE COTON PRODUCTION NATIONALE ET COMMERCE INTERNATIONAL

18Pour l’indienneur, la grande affaire, au chapitre de l’approvisionnement, est de se pourvoir en toiles de coton, blanches ou écrues, propres à l’impression tant par leurs caractéristiques de tissage que par leurs prix. Sur ces deux points, Oberkampf n’a jamais cessé de se montrer fort exigeant ; c’est pourquoi l’étude de ses achats procure des vues d’une grande sûreté à la fois sur les grands courants du commerce international des toiles de coton, et sur la toilerie française, qui sont les deux sources auxquelles il s’est successivement approvisionné.

  • 31 Ibid., Jouy, 88/691, 23 brumaire an XIV, à Rawle (Rouen).
  • 32 Ibid., 86/491, 20 floréal an X. On remarquera que les quatre premières firmes citées appartiennent (...)

19Oberkampf a en effet volontairement inséré son entreprise dans des circuits de liaison directe avec les régions productrices ou avec les ventes des Compagnies engagées dans le commerce avec les Indes orientales. Il a toujours eu pour principe absolu d’acheter « de première main », à la fois pour réduire au plus juste le prix de la matière première de son industrie et pour être plus libre dans le choix des articles qui lui convenaient le mieux. « Les prix de première main sont les seuls qui peuvent me convenir, n’achetant jamais dans les magasins de Paris, où les prix sont de seconde main, que lorsque je manque de quelque article dont je suis pressé. »31 Ainsi donc Oberkampf était-il indépendant de ce puissant secteur parisien du négoce que constituait le groupe des marchands de toiles. Répondant à un correspondant d’Anvers qui lui demandait information sur ce sujet, il notait en 1802 : « Le nombre des maisons qui font l’article des toiles et impressions en gros s’est beaucoup accru depuis quelque temps... Voici les noms de celles que je connais et qui jouissent du meilleur crédit : Soëhnée l’aîné et Cie ; Jean Frédéric Petitpierre et Cie ; Vaucher-Du Pasquier et Cie ; Coulon et Cie ; Gros, Davillier et Cie ; Jean Charles Davillier et Cie ; Revil ; Dufrayer ; Jean Jacques Rousseau ; Marc Joly et Cie ; Hennecart, Neveu et Decaix. »32 Mais, ajoutait-il, « j’achète fort rarement de la seconde main » ; les prix de Paris ne pouvaient lui convenir, les négociants en toiles de la capitale revendant « à gros bénéfice » : c’était un désavantage qu’il se refusait à subir.

  • 33 Philippe Rivier (1747-1816), de Genève, a d’abord été associé, à Londres, à Pierre Aubertin, de Neu (...)
  • 34 James Cazenove et Cie est l’une des maisons fondées à Londres par les Cazenove de Genève.
  • 35 Sur ce réseau, voir Dermigny 1960, passim.
  • 36 Arch. nat., 41 AQ Jouy, 85/13, 17 prairial an VII, à Aubertin : « Quant à mon attachement pour vous (...)
  • 37 Dufresne a été successivement, à Rouen, le commissionnaire d’Oberkampf pour ses achats de toiles de (...)
  • 38 Ibid., 86/468, 23 avril 1802, à Rougemont et Fesquet. Ces frais sont principalement ceux de décharg (...)

20Dans une première période, jusqu’au début de 1806, Oberkampf consomme de préférence des toiles de l’Inde. En temps de paix — temps d’exception, limité aux lendemains de la paix d’Amiens — il se les procure directement en Angleterre. Il adresse ses ordres d’achats à des maisons de commerce de Londres qui les exécutent à l’occasion des ventes de la Cie anglaise des Indes orientales : ce sont les firmes Ripley, Rivier et Cie (avec laquelle il est en relations depuis 1773), Pierre Aubertin, Rougemont et Fesquet33. Aubertin finance par ailleurs les achats d’Oberkampf par le jeu d’une ouverture permanente de crédit, à laquelle celui-ci répond par des remises de papier sur Londres. Quand Aubertin se retire des affaires, en l’an VIII, Ripley, Rivier et Cie mettent Oberkampf en rapport avec une autre maison, James Cazenove et Cie, qui se charge à la fois de lui faire des avances et d’expédier les marchandises34. Ainsi Oberkampf se trouve-t-il en fait servi par une partie du réseau international édifié par les capitalistes protestants de Suisse intéressés dans le commerce des toiles de l’Inde, et notamment dans leur redistribution sur le continent européen35. Avec eux, ce sont souvent des relations d’amitié qu’il entretient, tout autant que d’affaires36. Celles-ci déterminent en tout cas — en raison de l’importance même des transactions, qui portent sur des milliers de pièces de toiles — un échange de correspondance très actif ; Oberkampf ne cesse de préciser les quantités, les sortes, et les limites de prix à l’intérieur desquelles il souhaite qu’on opère pour son compte, et réclame toujours qu’on lui achète « du fin et du serré » ; ses correspondants le tiennent constamment au courant des ventes annoncées, des cours, « des événements et probabilités du commerce ». L’entrée en France se fait principalement par Rouen, aux soins de Dufresne37, ou parfois par Le Havre, aux soins de Jean Baptiste Féray, parent par alliance d’Oberkampf : « Le port de Rouen est celui de tous que je préfère, parce qu’il me donne la plus grande économie sur tous les frais. »38 Outre les toiles de l’Inde, Oberkampf achète également celles du Lancashire, ainsi qu’en témoignent ses relations suivies depuis 1783 avec Charles Frédéric Brandt et Cie, de Manchester, qui expédie par Londres.

21Mais la plupart du temps, c’est l’état de guerre avec l’Angleterre : les opérations se poursuivent alors par des voies détournées. Il s’ensuit une série de complications dans l’acheminement du courrier et des marchandises, dans les règlements financiers, et une multiplication des retards, des intermédiaires et des frais. Jusqu’en 1806, l’approvisionnement en toiles d’Oberkampf supporte donc, le plus souvent, le triple handicap de l’incertitude, de l’irrégularité et de la cherté.

22A la fin du Directoire et au début du Consulat, Oberkampf use d’un « circuit de secours » dont Hambourg est le relais essentiel. Jusqu’en ventôse an VIII, les ballots de toiles achetés aux ventes de Londres prennent le chemin de l’estuaire de l’Elbe. Trois maisons de Hambourg (Chapeaurouge et Cie, Matthiessen et Sillem, Behic et Cie) en prennent livraison et les adressent par voie de terre à Bruxelles, chez Schumacher, Overmann et Cie, qui assurent la réexpédition jusqu’à Paris.

  • 39 L’introduction des toiles de coton de l’Inde pour l’impression est permise sans certificat d’origin (...)
  • 40 Marc Jacob et Gabriel Filliettaz, fabricants d’indiennes à Genève, passés en France en 1788, où ils (...)
  • 41 Ibid., 85/417, 8 floréal an VIII, à Rougemont et Fesquet.
  • 42 Ibid., 85/351, 2 germinal an VIII, à Devot. « J’ai obtenu jusqu’à 12 % de douceur par les autres vo (...)
  • 43 Ibid., 85/442 et 513.

23A partir du printemps de 1800, les ports français s’ouvrent au commerce des neutres : désormais, Oberkampf peut faire introduire ses toiles par Calais, aux soins de la maison Devot, à la condition qu’elles soient « neutralisées », c’est-à-dire expédiées pour le compte d’un neutre39. C’est sous le nom de Gabriel Filliettaz que s’effectue l’opération40. Toutefois, l’entrée par Calais n’offre pas que des avantages : « on est écorché par les commissionnaires de Calais ; c’est ce qui me fait souhaiter qu’on puisse expédier en droiture par Rouen, ou au moins Le Havre »41 ; de plus, la douane y semble particulièrement coûteuse42. Aussi, dès floréal an VIII, Oberkampf essaie-t-il de faire entrer par Dieppe, aux soins de Quenouille, Lanchon, Hanin et Cie, espérant de ce port une réelle économie sur les frais43. Il envisage même un moment l’entrée par les ports hollandais.

  • 44 Oberkampf passe commande de 500 pièces à Tutein et Cie le 5 messidor an VII (Ibid., 85/32), 600 piè (...)
  • 45 Ibid., 85/592, 11 août 1800, à Tutein et Cie.
  • 46 Exemples : le 17 prairial an VIII, Oberkampf remet à Matthiessen et Sillem pour 70 691 marks banco (...)

24Au cours de cette période de retour progressif à la normale, Hambourg continue d’ailleurs d’acheminer des toiles à destination de Jouy : il s’agit d’un approvisionnement d’appoint, acheté à Copenhague auprès de la Cie danoise des Indes orientales, par l’entremise de Tutein44. Ces toiles prennent alors soit la voie de terre par Bruxelles, soit la voie de mer par Ostende, à la consignation de Théodore van Morseel, ou par Anvers à celle de Victor Maunoir ; mais Oberkampf redoute les taux trop élevés de l’assurance pour risque de mer, pour laquelle il refuse de payer plus de 2 à 2,5 %45. Pour les transactions tant avec le Danemark qu’avec l’Angleterre, Hambourg assure en permanence les règlements financiers : les trois maisons citées plus haut reçoivent des remises fournies par Oberkampf, au moyen desquelles elles achètent des livres sterling et effectuent les paiements nécessaires à Londres ou à Copenhague46.

  • 47 Ibid., 87/22, 4 prairial an XI, à Cazenove.
  • 48 Ibid., 87/83, 3 messidor an XI, à Duhéron.
  • 49 Ibid., 87/107, 16 messidor an XI, à Rougemont et Behrends.
  • 50 Le 1er septembre 1802, la société Rougemont et Fesquet s’est trouvée dissoute, Fesquet désirant ren (...)
  • 51 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 86/935, 10 avril 1803.
  • 52 Ibid., 87/5, 23 floréal an XI.
  • 53 Ibid., 87/52, 21 prairial an XI.

25L’année 1803 ouvre une nouvelle phase de difficultés, après un répit d’une année à peine. Du côté français, les toiles de coton écrues pour l’impression ne peuvent plus être introduites que munies de certificats d’origine, délivrés dans le lieu d’expédition par un agent français et constatant que ces toiles ne proviennent ni des fabriques anglaises, ni du commerce anglais en Europe ou aux colonies. Du côté anglais, on saisit les marchandises destinées à la France comme propriétés françaises : il faut donc qu’elles soient expédiées comme appartenant au fournisseur. En mai, les expéditions de Londres peuvent encore se faire sur navires neutres en charge pour Rouen47 ; mais en juin on ne trouve plus à charger que pour Calais48, et à partir de juillet il faut à nouveau expédier vers des ports neutres : Emden et Hambourg49. Certaines modifications sont survenues entre-temps dans le réseau des correspondants d’Oberkampf. A Londres, il partage désormais ses commissions entre Rougemont et Behrends, et Ripley, Wiss et Cie50. Surtout, il se préoccupe d’assurer une partie des règlements financiers par l’intermédiaire de la Hollande. En avril 1803, il se recommande « de MM. Mallet frères et Cie, mes parents et amis », auprès de Jan et Carl Hasselgreen, à Amsterdam, et leur demande l’ouverture, jusqu’à concurrence de 15 000 livres sterling, d’un crédit « pour les paiements que j’ai à faire pour mes achats, soit à Londres, soit à Hambourg, et les opérations que je croirai convenables en change sur ces places et Paris »51. En mai, cette fois sur la recommandation de Jacques Récamier, il fait la même démarche auprès de Hogguer et Cie — toujours à Amsterdam —, leur demandant un crédit de 8 à 10 000 livres sterling afin de « me faciliter opérations de change et paiements de mes achats dans l’étranger »52. Il s’en explique encore plus clairement dans une seconde lettre : « Mes principaux achats de toiles de coton blanches se font en Angleterre. Pour les payer, il me faut indiquer à mes amis de ce pays plusieurs remboursements, dont ils font usage suivant les circonstances et l’avantage qu’ils croient y trouver pour mon intérêt. Jusqu’à présent je ne me suis servi que de la voie de Hambourg et celle directe. J’ai désiré y joindre celle de votre ville, où d’ailleurs je ne fais aucune affaire. »53 Oberkampf compte sur Hogguer pour des acceptations à découvert, pour des opérations de change, et éventuellement pour assurer des expéditions d’Angleterre ou du Nord — précisant qu’il n’usera pas d’assurances, car il s’assure lui-même par la division des risques, c’est-à-dire en fractionnant les expéditions.

  • 54 Ibid., 87/119, 24 messidor an XI, à Schumacher et Overmann.
  • 55 Ibid., 87/147, à Blanquaert, de Gand.
  • 56 Ibid., 87/182, 4 fructidor an XI, à Devot.

26En juillet-août, la situation s’assombrit. C’est, d’abord, l’affaire de la confiscation dans le port de Calais de navires expédiés avant l’arrêté du 1er messidor an XI sur les certificats d’origine, appliqué avec effet rétroactif. Oberkampf envoie à Bruxelles son gendre Louis Féray (directeur de la maison de Paris, et son associé) « avec les députés du commerce de Paris près le Premier Consul, pour appuyer nos réclamations contre une fausse application de l’arrêté du 1er messidor, et je l’ai chargé particulièrement de défendre mes intérêts dans cette circonstance »54. Le 1er août, il annonce : « Tout ce qu’on a pu obtenir du Premier Consul a été l’alternative ou de réexporter tout de suite les marchandises, ou de les faire débarquer pour être mises sous le scellé de la douane, et y rester jusqu’à ce qu’on ait exporté pareille valeur de marchandises de manufactures nationales. Cette réexpédition doit avoir lieu dans les trois mois, et l’on sera admis à en faire la soumission tout de suite, en désignant les marchandises à exporter, le bâtiment et le port de sortie. Au moyen de cette soumission valablement cautionnée, on sera admis à prendre de suite livraison des marchandises détenues. Cette décision, quoique infiniment plus favorable que la confiscation d’abord prononcée, est bien loin de me rassurer ; car j’y vois très incessamment la disette des matières premières qui alimentent ma manufacture. »55 Le 9 août, toujours rien de neuf ; les commerçants de Paris se proposent une nouvelle démarche. Enfin, le 20, le Conseil d’État lève le séquestre ; ayant fait soumission d’exporter plus de 200 000 F de produits français, Oberkampf entre en possession de ses toiles bloquées56.

  • 57 Ibid., 87/687, 691 et 827, 16 prairial et 22 thermidor an XII, à Marchès et à Thollen. En vendémiai (...)
  • 58 400 F par 500 myriagrammes sur toutes les toiles de coton d’origine non prohibée, blanches, brodées (...)
  • 59 Allié aux frères Turckheim, banquiers strasbourgeois.
  • 60 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 87/157 et 308, 21 thermidor an XI et 3 novembre 1803.
  • 61 Ibid., 88/395, 9 prairial an XIII, à Nicolas Turckheim.

27D’autre part, l’Elbe se trouve fermée, et il n’y a plus moyen de faire aucune affaire avec Hambourg. Oberkampf se voit par suite contraint de faire expédier de Londres par Emden, et donc d’y rechercher de nouveaux correspondants : ses consignataires vont être, désormais, les maisons Pierre et Jean Baptiste Marchès, Claas Thollen, Dammers. La réexpédition d’Emden vers la France se fait par des voies complexes. L’une d’elles consiste à utiliser le réseau hydrographique néerlandais — Zuiderzee et canaux. La solution est économique, malgré les droits de transit ; Oberkampf réduit d’ailleurs la charge de ces derniers en ne faisant passer par cette voie que les marchandises communes et moyennes. Le passage du voiturage par eau au voiturage par terre est alors assuré par Gabriel Filliettaz à Anvers, ou par Schumacher et Overmann à Bruxelles57. Mais Oberkampf préfère le roulage pour les marchandises fines et de grande valeur. Il continue d’ailleurs à recevoir par la voie de terre certaines toiles en provenance de Hambourg : toiles de Copenhague, ou toiles de Londres via un port danois, Tonningen par exemple. Le problème essentiel est toutefois celui de la liaison routière Emden-France. Le choix de l’itinéraire est subordonné à l’obligation de passer par l’un des bureaux de douanes habilités à admettre les toiles de coton, moyennant une forte taxe58 : Cologne, Mayence, Strasbourg, Bâle. La liaison la plus régulière tend à s’établir d’Emden à Bruxelles — Schumacher et Overmann redevenant ainsi des intermédiaires essentiels pour Oberkampf — par Meppen (jusqu’où les marchandises remontent l’Ems), Düsseldorf (à la consignation de Ronstorff, Hopfensack et Cie) et Cologne. Mais initialement Oberkampf a aussi essayé de faire entrer par Mayence : d’où les relations qu’il y noue avec Nicolas Turckheim59, et les contacts établis avec Francfort, plaque tournante du commerce de l’Allemagne occidentale, où Gebhard et Hanck lui servent de consignataires, cependant que Jean Frédéric Schmidt et Cie lui procurent une certaine quantité de toiles de l’Inde « de seconde main » qui le mettent à l’abri d’une rupture de stocks60. Oberkampf renonce bientôt à la route de Mayence, à cause de la sévérité des douaniers et parce que Cologne et Anvers « offrent une économie sous tous les autres rapports »61.

  • 62 Ibid., 87/433, 3 pluviôse an XII, à Duhéron.
  • 63 Ibid., 87/521. Petit et Senn, à Genève, fabrique d’indiennes ; société de 1794 entre Petit (Jean Ét (...)
  • 64 Ibid., 88/682, 16 brumaire an XIV, à Schumacher et Overmann.
  • 65 Ibid., 88/617, 2 vendémiaire an XIV, à Fesquet.
  • 66 Ibid., 88/731, 22 frimaire an XIV, à Duhéron.

28Aggravation du tarif douanier, détours extravagants : « tout cela cause des frais énormes, mais il faut bien s’y soumettre », note Oberkampf au début de 180462. Cette réaction est-elle de pure résignation, de simple passivité ? Il ne le semble pas. L’attitude d’Oberkampf est plutôt faite de réalisme et de volonté d’adaptation à une situation entièrement nouvelle. On peut en déduire qu’il a clairement conscience du caractère irréversible de la politique économique napoléonienne, de ses objectifs industriels d’ensemble, et qu’il est pour sa part résolu à en tirer parti même au prix d’un coûteux changement d’habitudes. Ainsi informe-t-il Petit et Senn, le 23 ventôse an XII, qu’il renonce à toute démarche contre le taux trop élevé des droits à l’introduction des toiles blanches, persuadé de son inutilité : ce taux, qui lèse les manufactures d’indiennes, est par ailleurs trop favorable aux filatures et aux tissages63. Même attitude quand un nouveau décret vient, le 1er jour complémentaire an XIII, doubler le droit d’introduction : « Tandis qu’il y a des pétitions pour obtenir la suppression du nouveau droit, il y en a aussi pour une prohibition totale et une nouvelle augmentation des droits. Je suis d’avis que les choses seront maintenues. »64 « Le doublement des droits sur les toiles de coton... est sans doute bien onéreux pour nos fabriques d’indiennes, mais il portera un grand coup au commerce anglais, tandis qu’il fera un bien infini aux établissements naissants en France. Ces raisons me font croire que toute réclamation à ce sujet serait mal reçue du gouvernement, aussi n’en ferai-je aucune, car je n’en ai jamais vu réussir. »65 « Je pense... que si notre gouvernement continue à protéger l’industrie des toiles de coton par un bon système de douanes, ce sera une grande guerre faite aux Anglais, et dans cette espérance j’ai moi-même pensé à former un établissement de ce genre. »66

29Dernières semaines de 1805, premiers mois de 1806 : période charnière dans l’histoire des achats de toiles d’Oberkampf, c’est-à-dire, beaucoup plus largement, dans celle du commerce des toiles de l’Inde sur le continent européen, celle aussi de l’industrie textile moderne de la France. Et cela, même si la contrebande se développe, même si l’existence de stocks considérables sur le continent retarde la modification des habitudes de consommation.

  • 67 Ibid., 88/689.
  • 68 Ibid., 88/742.
  • 69 Ibid., 88/811.

30Dès le 21 brumaire an XIV (12 novembre 1805), Oberkampf prévient Rougemont et Behrends que le doublement des droits le privera de leur « donner de nouveaux ordres jusqu’à ce que l’on puisse connaître l’effet que produira cette augmentation des frais »67. Le 30 frimaire, il avertit Ripley, Wiss et Cie qu’il ne pourra plus leur passer commande que dans certaines limites de prix, en raison de la stagnation du commerce et de la hausse des droits d’introduction68. Bientôt, la perspective d’un arrêt complet des achats se précise : « Les probabilités d’une prohibition générale des toiles et mousselines de coton augmentent journellement. Je suis obligé de vous prier de regarder comme nulle ma dernière commande du 21 décembre », écrit-il aux mêmes le 22 février69. « Si la prohibition n’a pas lieu, je vous renouvellerai entre-temps ma commission, qui se portera plus sur la marchandise de Côte que sur celle du Bengale, cette dernière étant plus facile à remplacer par les toiles de pays. » Moins de quinze jours plus tard, le désastre est consommé. Faut-il considérer comme symbolique cette lettre à Rougemont et Behrends, du 6 mars 1806, par laquelle Oberkampf, annonçant à ses correspondants que la prohibition a été prononcée, leur passe commande, non plus de milliers de pièces de toiles, mais de Smeaion’s Mechanical Works Complete, en six volumes ? Pour un entrepreneur français « dynamique », l’heure n’est-elle pas au perfectionnement technique ?

31Dès avant 1806, jamais à vrai dire Oberkampf ne s’était limité à l’impression de toiles de l’Inde. Sa consommation s’étendait à une certaine quantité de toiles « nationales ». Mais il portait alors sur l’industrie française des toiles de coton un jugement très défavorable, quant à ses prix comme quant à la qualité de ses produits, et ne l’estimait pas capable de soutenir la concurrence des articles anglais ou d’importation coloniale.

  • 70 Ibid., 88/794, à J. C. Perrier, de Paris, 8 février 1806.
  • 71 Ibid., 85/8, 14 prairial an VII.
  • 72 Ibid.
  • 73 Ibid., 85/462, à Pont, Gaillard et Cie, de Lyon, et à Mulsant, de Thizy.
  • 74 Ibid., 85/304, 2 ventôse an VIII.
  • 75 Ibid., 85/614, 10 fructidor an VIII.
  • 76 Ibid., 85/264, 1er pluviôse an VIII, à Mulsant-Longère, de Thizy : « Je n’ai aucune intention de pr (...)
  • 77 Entre prairial an VII et germinal an X, par exemple, les achats oscillent entre 100 et 600 pièces p (...)
  • 78 Ibid., 86/894.

32Les toiles du Beaujolais. Vers 1800, le Beaujolais se place au premier rang des fournisseurs français d’Oberkampf. Un marchand de Thizy, Sébastien Mulsant, est son commissionnaire depuis 1794 — son père l’avait été depuis 178070. Oberkampf lui fait de constants reproches sur les siamoises des montagnes du Beaujolais. Il les refuse autrement qu’en écru, trouvant le blanchiment mal fait71. Les largeurs sont souvent « bâtardes », trop faibles d’une aune et demie à trois aunes72. D’une qualité médiocre, ces toiles ne laissent par leur prix excessif qu’une marge bénéficiaire insuffisante à l’indienneur ; ainsi, en prairial an VIII, passent-elles de 30 ou 32 à 36 sols l’aune : à ce compte, « la marchandise de l’Inde est infiniment plus avantageuse »73. Gros acheteur sur un marché relativement restreint, Oberkampf risque à tout moment de pousser les prix à la hausse par des commandes massives ; aussi conseille-t-il sans relâche à Mulsant de manœuvrer prudemment : il ne faut augmenter les achats que lorsque la marchandise est abondante, pour ne point peser sur les cours74 ; « aller lentement », à l’inverse, quand elle est rare75. Freinant avec peine un commissionnaire qui le pousse à la consommation, Oberkampf refuse les services que lui offrent d’autres maisons76. Au total, ses achats dans le Baujolais subissent de fortes variations77, et ne constituent qu’un appoint en fabrications de second ordre. Appoint parfois encombrant, puisque Oberkampf note par exemple en l’an XI à l’intention de Mulsant : « Je suis toujours surchargé de vos toiles, en ayant 6 000 pièces en blanc sur lesquelles je ne sais quoi imprimer. »78

  • 79 Ibid., 88/729, 21 frimaire an XIV.
  • 80 Ibid., 88/846, 20 mars 1806.
  • 81 Ibid., 88/911, 3 mai 1806.
  • 82 Ibid., 88/939, 23 mai 1806.
  • 83 Ibid., 90/677, 1er avril 1809.

33Par la suite, Mulsant se transforme en fabricant et entreprend de faire tisser lui-même ses toiles de coton, Oberkampf lui faisant des avances pour l’aider et consommant la majeure partie des produits de ses fabriques. Il lui consent jusqu’à 20 000 F de découvert, « et cela à cause de l’amitié que j’ai pour vous, car je ne ferais cela pour personne d’autre »79. Il n’en est pas pour autant plus satisfait des livraisons : « Vos toiles sont fabriquées avec du coton court de qualité inférieure, de sorte que vos toiles sont déchirantes et n’ont pas de qualité pour se maintenir dans la fabrication de la toile peinte. »80 « Bien loin de vous perfectionner, je trouve que vous faites de plus en plus mal... Où prenez-vous donc un si mauvais coton. »81 « Votre envoi est un peu moins mauvais que le précédent... Mais en définitif ce n’est toujours que de la drogue qui me donnera beaucoup de perte, car elles ne peuvent supporter les travaux de l’impression sans se mettre en lambeaux. Votre blanchisseur les brûle par la chaux ; il faut me les envoyer en écru. »82 Mulsant est ainsi morigéné à longueur d’année. Trois ans plus tard son mentor de Jouy lui écrit encore : « J’ai toujours le même reproche à faire à vos toiles ; elles seraient bonnes si vous vouliez y mettre plus de coton. »83

  • 84 Ibid., 86/771, à Féret.
  • 85 Ibid., 87/415, 19 nivôse an XII.
  • 86 Ibid., 88/25, 29 brumaire an XIII.
  • 87 Ibid., 88/46, 6 frimaire an XIII.

34Les toiles de Normandie. Traditionnellement, Oberkampf s’adresse aussi à la toilerie normande. Son correspondant et commissionnaire à Rouen, Dufresne, lui acheta pendant longtemps des toiles de la halle, fabriquées par l’artisanat rural. Il entretient d’autre part des relations suivies, depuis 1766, avec un fabricant de Cormeilles (Calvados), Louis David Féret. Mais au début du Consulat il est encore plus sévère pour Féret que pour Mulsant : ses toiles sont inférieures à celles du Beaujolais, à la fois trop lâches et trop épaisses, et plus chères à qualité comparable84. Aussi Oberkampf suspend-il ses commandes en messidor an VII, les reprenant en messidor an X sur le pied de 50 pièces par mois, pour les réduire à 36 en floréal an XI. En nivôse an XII, Oberkampf se trouve après inventaire en possession de deux années de fabrication dans les toiles de Féret, tant en blanc qu’en écru ; « je continuerai cependant à 25 pièces par mois », lui écrit-il, « pour entretenir vos meilleurs ouvriers. Je vous recommande de perfectionner votre qualité, dont j’ai eu beaucoup à me plaindre. »85 Mais quelques mois plus tard il cesse à nouveau ses achats. « Je ne renonce pas à recommencer à faire des affaires avec vous, écrira-t-il au début de l’an XIII, mais il faut pour cela que la consommation de cette qualité reprenne. »86 C’est-à-dire que l’écart des prix entre toiles normandes et toiles d’importation se soit modifié : « En comparant le prix d’aujourd’hui avec celui d’avant la Révolution on trouve de 20 à 25 % d’augmentation, tandis que la toile de l’Inde est restée à peu près au même cours. Vous devez juger que le consommateur ne peut pas s’empêcher de donner la préférence à celle-ci, qui d’ailleurs rend toujours mieux à l’impression. »87

  • 88 Solution qu’il fera adopter également par Mulsant.
  • 89 Ibid., 91/749, 2 octobre 1810.

35C’est évoquer un immense problème : depuis 1789, l’inflation, la guerre, la liberté du travail ont contribué au renchérissement de la main-d’œuvre en France. Au handicap technique se superpose le handicap des prix de revient, qui n’est pas seulement celui du prix des matières premières. A partir de 1806, Oberkampf donnera une nouvelle solution à ses rapports avec Féret, au crédit duquel demeure l’ancienneté de ses relations avec Jouy ; il lui fera tisser pour son compte des cotons filés qu’il aura préalablement sélectionnés : ce seront ceux de la manufacture de La Rochefoucault, à Liancourt, et plus tard (1810) ceux de sa filature d’Essonnes88. Il sera conduit par là à intervenir dans certains détails techniques du travail des ouvriers de Féret : en 1810, il lui envoie « une machine faite exprès pour dévider commodément les fusées sur les canettes », ce qui évite de mettre le coton en écheveaux, « opération longue et coûteuse »89.

  • 90 Ibid., 86/5, 24 floréal an IX.
  • 91 Ibid., 87/203, 11 fructidor an XI.
  • 92 Ibid., 87/461, 23 pluviôse an XII.

36Les toiles de la région parisienne. Les premières années du Consulat sont marquées par de nombreuses créations dans l’industrie cotonnière, à Paris et dans un rayon proche de Paris : il était inévitable que les manufacturiers recherchent la clientèle, importante et sûre, d’un entrepreneur tel qu’Oberkampf. Mais ce dernier refuse ces nouvelles liaisons. Ainsi lorsque Rigaut, propriétaire de la manufacture de Royaumont, lui envoie un échantillon de trois pièces, en l’an IX : elles sont bonnes, mais « quant aux prix ils excèdent certainement ceux des toiles de l’Inde d’au moins 10 %, et peut-être davantage ceux des calicots anglais. Si vous parveniez à les établir en concurrence, vous aurez certainement la consommation assurée de tout ce que vous ferez ; mais je conçois qu’il vous sera difficile d’y parvenir jusqu’à ce que la paix générale ait rétabli l’équilibre dans les prix des matières premières. »90 En l’an XI et en l’an XII, il entre en rapports avec la manufacture de Grillon, que possèdent successivement Jean Johannot et Gastard et Cie ; c’est pour répondre au premier qu’il y a encore beaucoup à faire pour « rapprocher les prix de ceux auxquels le consommateur est accoutumé... Je ne prévois donc pas que nous puissions pour le moment faire ensemble une bonne affaire, à cause de vos prix trop élevés pour moi. »91 Et au second : « La marchandise est bien fabriquée, mais absolument trop chère et surtout dans les sortes ordinaires... Je voudrais pouvoir faire des affaires avec vous... mais je ne puis vous acheter avec autant de désavantage. »92

  • 93 Ibid., 87/694 et 710, 19 et 26 prairial an XI. En 1806, Dollfus est également mentionné parmi les s (...)
  • 94 Ibid., 88/832, 8 mars 1806.
  • 95 Ibid., 88/178, 23 pluviôse an XIII.
  • 96 Ibid., 88/321, 3 floréal an XIII.

37Les toiles de Picardie. Enfin Oberkampf tente, toujours en l’an XII, de se fournir à Saint-Quentin, chez Samuel Joly, industriel et maire de la ville, son ami de longue date et même son allié puisque la sœur de Joly s’était, comme lui, marié dans la famille des Massieu. Lui ayant commandé deux cents pièces, il manque se brouiller avec lui parce que les pièces sont de largeur insuffisante, et d’un tissage mou — les ouvriers dérobant, probablement, du coton brut sur le métier93. Il se plaint également des fournitures qu’il essaie chez Jean Dollfus : ses toiles sont trop légères, faute d’y mettre assez de coton et de première qualité94 ; surtout la fabrication est irrégulière : « Il faut du fin et du serré, et surtout un tissu égal : égalité de longueur, largeur et poids dans vos pièces95... La constance de qualité, longueur et largeur est une condition qui m’est réellement essentielle. »96

38Infériorité des toiles « nationales », donc : mais la défiance d’Oberkampf s’étend à des fabriques étrangères d’expérience et de réputation plus anciennes. Ainsi ne fait-il que des achats épisodiques à Mulhouse chez Jean Frédéric Schmidt et Cie, à Bâle chez Mathias Mieg, et hésite-t-il à renouer des relations interrompues depuis 1770 avec Jean Ulrich Vetter de Hérisau, à qui il reproche jusqu’en l’an XI d’être trop cher pour une fabrication trop imparfaite.

  • 97 Ibid., 90/583.

39Comment se fait-il donc qu’en deux ou trois ans, à partir de 1806, Oberkampf se soit entièrement converti aux produits de l’industrie française ? Le 17 février 1809, il écrira à Mottet et Roche, ses dépositaires de Gênes : « J’ai résolu d’abandonner l’importation des toiles de l’Inde, les toiles du pays que je me procure très abondamment présentant plus d’avantages. »97 L’explication ne réside pas seulement, bien entendu, dans la contrainte des événements. Elle est, d’une façon très positive, dans le démarrage très brillant de la filature et du tissage du coton en France sous l’effet de la politique protectionniste, puis prohibitionniste dont le gouvernement les a fait bénéficier. Leurs progrès, c’est à travers la correspondance commerciale d’Oberkampf qu’on peut les retrouver aussi bien qu’à la lecture des statistiques départementales. L’extension rapide de son réseau de fournisseurs, la modification non moins rapide de son jugement alors même que ses exigences n’ont pas changé, en portent témoignage.

  • 98 Ibid., 89/79, 2 septembre 1806, à Barre, Desmons et Cie.
  • 99 Ibid., 88/851, 22 mars 1806, à Pont, Gaillard et Cie.
  • 100 Ibid., 89/245, 24 décembre 1806, à Duhéron.

40La toilerie française savait déjà fabriquer ce qu’Oberkampf appelle les « qualités », c’est-à-dire les étoffes de belle matière et d’un certain poids. Il lui restait, pour réussir à se substituer aux manufactures anglaises et aux importations de l’Inde, à savoir fabriquer à bon marché des étoffes plus légères, en utilisant des cotons de basse qualité : l’impression consommait en effet une grande qualité de toiles du type des guinées ou des sallemporis, dont les ateliers français n’étaient pas, dans l’immédiat, en état de livrer l’équivalent à des prix aussi avantageux ; c’était pour eux, pour leur main-d’œuvre, un apprentissage à faire98. Dès mars 1806, Oberkampf assure : « Je ne doute pas que les manufactures de France ne se mettent avant deux ans en état de fournir à nos besoins pour l’impression. »99 A la fin de la même année il note : « Le commun n’est pas encore très abondant, mais il le deviendra avant que les provisions de toiles de l’Inde soient épuisées. »100 Il encourage lui-même cette évolution en invitant ses fournisseurs à diminuer la fabrication des qualités fines au profit des qualités communes. L’industrie toilière entre donc dans l’ère de la production de masse des calicots. Toutes les régions et toutes les entreprises n’y excellent pas également : les achats d’Oberkampf établissent entre elles une hiérarchie.

  • 101 Depuis le 1er janvier 1806, Samuel et Jean Joly et leurs fils.
  • 102 Ibid., 88/819, 28 février 1806.
  • 103 A Roupy, à 9 km au sud-ouest de Saint-Quentin, Jacques Arpin a installé en 1803 la première filatur (...)
  • 104 Arch. nat., 41 AQ, Jouy. 98/414, 14 juillet 1807.
  • 105 Ibid., Paris, 99/48, 92, 109 et 101/12, 21 août et 17 décembre 1806, 25 janvier et 7 novembre 1807.

41A son avis, la Picardie a pris la tête dans les toiles communes tant pour la perfection technique que pour les bas prix. Il entre en affaires suivies avec Samuel Joly101, dont la fabrication s’améliore mais dont les prix, jusqu’en 1805, restaient encore de 5 à 10 % trop élevés. Il en reçoit cinq cents pièces le 27 janvier 1806 ; un mois plus tard, il envisage d’acheter mille pièces par mois dans la qualité supérieure, plusieurs centaines dans une qualité moins chère, et davantage encore « si vous réussissez à imiter les guinées ou sallemporis. De sorte que je ne puis manquer d’être pour vous un fort consommateur même dans un état de commerce languissant. S’il reprend de l’activité, je ne manquerai pas d’augmenter mes demandes. »102 En fait, les relations d’Oberkampf et de Samuel Joly ne prendront pas toute l’ampleur que l’on aurait pu attendre du rapprochement de ces deux grosses entreprises, car la question du prix freinera les transactions : dès la fin de 1806, Oberkampf se plaint que Samuel Joly vende plus cher que les fabricants de calicots de Paris. De toute façon, au printemps de 1806, il développe ses commandes à Jean Dollfus, entre en rapports avec de nouveaux manufacturiers : Pluvinage et Arpin, Arpin et fils103, Dubosq-Rigault, à Saint-Quentin, dont il juge la fabrication satisfaisante ; Houel et Cie, à Bohéries, près de Guise, à qui il fait toutefois des remontrances sur son coton, « qui n’est pas assez tors », et sur les mauvaises habitudes de ses ouvriers : il faut utiliser des « garde-ventres » et des « garde-genoux » pour éviter le frottement et le salissement de la toile au fur et à mesure qu’elle s’enroule ; il faut tisser « à trame mouillée », c’est-à-dire en mouillant le coton en cannettes et en pompant les cannettes avec un chalumeau de verre pour que le coton soit humidifié dans sa masse104. C’est encore près de Guise, à Verly, que l’on saisit le mieux, chez Longuet-Legrand, le mécanisme du travail à façon : Oberkampf lui fait fournir des filés par la manufacture Tiberghien, de Saint-Denis près Mons, et lui avance en outre la paie des ouvriers pour un nombre déterminé de métiers, contre présentation d’un état exact de l’emploi des fonds avancés105. En revanche, d’autres centres picards paraissent ne pas travailler d’une façon aussi satisfaisante : Oberkampf écarte ainsi les toiles de Soyer et Cie (Noyon). Fevez-Destré (Amiens), Louis Say et Cie (Abbeville), Henri Dollfus au Cateau-Cambrésis (« les prix me paraissent encore trop élevés, et vous employez surtout trop de matière »).

  • 106 Voici la liste des fournisseurs parisiens d’Oberkampf :
    – Athayne. Il n’en est pas content. « Il y a (...)
  • 107 Ses pièces ont « une perfection de fabrication que je n’ai vue encore d’aucune fabrique de votre pr (...)
  • 108 Filature créée en janvier 1803 par le frère du général Le Marrois.

42Dans la géographie des achats de Jouy, la grande nouveauté est toutefois l’intervention massive des fournisseurs parisiens. Oberkampf entre en relations, en 1806-1807, avec une vingtaine de manufacturiers de la capitale. L’habileté technique paraît ici de nature à compenser, dans l’établissement des prix, le désavantage de salaires plus élevés que ceux de la province rurale106. D’autre part, la Normandie retrouve sa place avec les manufacturiers de Rouen : Rawle107, J. B. Pinel et fils, Delanoé ; de Bolbec : Le maître frères, Jean Fauquet frères ; de Brionne : Dannet et Cie108, Philippe (fourni en filés par Levasseur de Rouen) ; de Bayeux : Parin frères et Cie. Oberkampf reprend même, par l’entremise de la maison Dubois et Moreau, ses achats de toiles à la Halle de Rouen.

  • 109 Ibid., 88/156, 22 octobre 1806.
  • 110 Ibid., 89/464, 16 mai 1807.

43En revanche, on remarque qu’Oberkampf ne développe pas ses achats dans le Beaujolais. Refusant les offres de Canet, Prost, Missot et Cie, de Villefranche-sur-Saône, qui veulent lui faire des toiles de coton, il écrit : « Je suis amplement fourni par les fabriques de Picardie, de Paris et environs, et je doute qu’il puisse y avoir avantage pour moi à tirer de votre pays, ne fût-ce qu’à cause des frais de voiture et retards dans les arrivages, que je n’ai pas avec les fabriques de mon voisinage. »109 Plus remarquable encore, l’absence presque complète de relations nouées entre Oberkampf et la région industrielle du Nord : il ne s’engage ni avec Fauchille et Baudoux, d’Esquermes (Lille), ni avec Gautier Dagoty, de Douai, la plus puissante affaire de la région (plus de 6 000 broches dès 1808 — autant que Richard-Lenoir — à quoi s’ajoutent tissage et indiennerie) : ses toiles sont « d’une très bonne fabrication », mais d’un prix beaucoup trop élevé110.

  • 111 Arch. nat., 41 AQ 1, mémoire de Gottlieb Widmer sur les Causes de la décadence de la manufacture de (...)
  • 112 Ibid.
  • 113 Ibid., Jouy, 89/227, 17 décembre 1806.
  • 114 Ibid., 89/218, 10 décembre 1806.

44Ainsi donc les années 1806-1807 ont-elles été pour Oberkampf celles d’une conversion résolue à l’approvisionnement en toiles de fabrication française achetées, sauf exceptions, dans un rayon assez proche de Paris, généralement inférieur à deux cents kilomètres. Mais cette conversion ne constitue elle-même qu’une étape, une transition vers une transformation profonde de la structure de l’entreprise. C’est en effet de 1806 à 1810 qu’Oberkampf fait construire la filature et la tisseranderie de Chantemerle, à Essonnes, dans lesquelles il engloutit plus d’un million et demi de francs111. Dans cette affaire, la tisseranderie ne jouera qu’un rôle secondaire ; elle ne fournira jamais qu’une petite partie des calicots nécessaires à l’impression — au reste très médiocres : ces produits « furent très médiocres et ne purent être employés que pour des impressions communes qui se vendaient à prix réduit... Les calicots qu’on fabrique chez moi coûtent plus cher et sont moins bons que ceux que j’achète, et encore il faut que je les prenne », se plaindra Oberkampf, dont le vrai génie se situait dans l’impression et particulièrement dans les applications industrielles de la chimie, la recherche des couleurs112. En revanche, la filature était appelée à devenir une pièce essentielle dans la marche de l’affaire : elle servirait à approvisionner en fils exactement adaptés aux besoins de Jouy des tisserands travaillant à façon. Dès décembre 1806, il écrit à Parin frères et Cie, de Bayeux : « Je vais devenir fileur, et d’avance je m’occupe de chercher l’emploi de mes cotons. Pour vous-même, en supposant que le tissage à façon paraisse vous offrir un peu moins de bénéfice, vous pourriez vous en dédommager par l’extension que je pourrais vous mettre en état de donner à votre établissement, et la certitude d’être occupé même dans les temps de stagnation des affaires. »113 Même proposition, au même moment, à Mulsant, de Thizy : « Je vais être bientôt en état de faire filer une assez grande quantité de cotons, alors il me conviendra que vous fassiez emploi de mon coton, tant pour m’en procurer le débouché que pour être certain d’avoir les qualités qui me conviennent. »114

  • 115 En fait, Oberkampf paraît s’être pourvu en filés principalement auprès des manufactures normandes ( (...)
  • 116 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 91/805, 7 novembre 1810.

45En attendant, Oberkampf fait envoyer aux tisserands travaillant à façon pour lui des cotons dont il a auparavant éprouvé et sélectionné les qualités : c’est l’origine de ses relations très suivies avec La Rochefoucault-Liancourt, qui fournit notamment Féret, de Cormeilles, dont une cinquantaine de métiers travaillent pour Jouy115. Une fois la filature entrée en pleine activité, à la fin de 1810, Oberkampf paraît avoir tenté une association étendue avec Joly, de Saint-Quentin : « Vous m’avez, MM., proposé dans le temps de monter une fabrication de calicots qui emploierait les cotons provenant de ma filature, et de baser vos prix de vente sur ceux auxquels je pourrais moi-même vous passer mes filés. Vous êtes maintenant suffisamment éclairés sur leurs qualités par l’essai que vous venez d’en faire. Elle ne pourra que s’améliorer par la suite à mesure que mes ouvriers deviendront plus soigneux et plus intelligents... Ma filature vous vendra ses cotons et ma maison de Jouy vous achètera vos toiles, option de part et d’autre de refuser les qualités défectueuses. »116 Dès février 1811, cependant, le marché paraît sur le point d’être résilié ; il portait sur plusieurs centaines de pièces par mois. Mais dans les années suivantes la correspondance de Jouy porte la trace de plusieurs autres ententes analogues, avec des tisserands de Normandie ou de la région parisienne.

46Les circonstances du Blocus avaient amené Oberkampf à rechercher pour son entreprise une plus grande autonomie, et l’avaient fait évoluer vers une intégration technique presque complète. Cette dernière, à son tour, posait un nouveau problème : celui de l’approvisionnement en coton brut. Par là, on se trouvait ramené aux circuits internationaux du commerce et à leur paralysie plus ou moins complète.

  • 117 Cf. Daupias d’Alcochete 1967. Oberkampf écrit une première lettre le 16 juin 1806 (Arch. nat., 41 A (...)
  • 118 Ibid., Paris, 99/50, 23 août 1806, à Jacques Ratton et fils.
  • 119 Ibid., 99/116, 10 février 1807, au même.

47C’est dans l’été de 1806 que l’on voit Oberkampf se préoccuper d’organiser l’approvisionnement de ses manufactures en coton brut, en recourant tout d’abord au canal le plus favorable du point de vue technique et le plus normal du point de vue des liaisons : celui qui, par le Portugal et les ports français de l’Atlantique, pouvait acheminer jusque dans la région parisienne l’excellent coton longues fibres du Brésil, dans les qualités dites « fernambourg » ou « maragnon ». De là une correspondance suivie avec deux maisons de Lisbonne : Pilaer et Vanwinghem, Jacques Ratton et fils. Ce dernier, issu d’une famille du Monestier, près de Briançon, émigrée au Portugal, était à la tête d’une affaire de rayonnement international, en relations avec toute la façade atlantique de l’Europe jusqu’à Hambourg, et avec le réseau de la haute banque protestante ; associé dès 1789 dans une filature à Tomar, au Portugal, il projetait vers 1807 d’en équiper une autre de ses propres machines117. Oberkampf demande aux deux maisons d’expédier sur des navires neutres — portugais et américains — à destination de Nantes de préférence, ou, à défaut, de Cherbourg et de Caen. A Nantes, le consignataire doit être Delaroche et Cie, filiale de la banque Delessert ; c’est le port qui convient le mieux, en dépit des frais de roulage jusqu’à Paris, car on économise sur les assurances, beaucoup plus chères pour les ports de la Manche, en état de blocus maritime. A Cherbourg, la consignation serait chez Blanquet et Lanchon ou chez Coussin-Despréaux ; à Caen, chez Manoury-Lacour : « Caen a bien aussi quelques avantages... Sa proximité de Rouen et la facilité des transports par les allèges qui naviguent le long des côtes. »118 Fidèle à une vieille pratique, Oberkampf suggère, si les assureurs deviennent trop chers, de s’en passer et de diviser les risques sur le plus grand nombre de navires possible, en confiant au maximum une centaine de balles au même bâtiment119. Pour l’heure, d’ailleurs, ce ne sont pas les Anglais qui sont à craindre, mais des corsaires algériens qui, croisant au large de Lisbonne, provoquent un retard dans la sortie des navires.

  • 120 Ibid., 99, 13 juin 1806.
  • 121 Ibid., 88/979, 17 juin 1806.
  • 122 Ibid., Paris, 99/117, 14 février 1807.
  • 123 Ibid., 99/158, 27 mai 1807. En février 1808, Oberkampf envisage encore une spéculation en participa (...)

48Toutefois, dans les mêmes mois. Oberkampf envisage également de s’approvisionner à une autre source : les États-Unis. Dès le début de juin, il a écrit à Rougemont et Behrends, de Londres : « Mes amis, puisqu’en nous fermant une porte on nous force à nous retourner vers une autre, il faut bien que vous m’aidiez à m’en tirer et former les nouvelles liaisons qui me sont nécessaires. »120 Il se renseigne sur le prix des cotons de Géorgie, longue et courte soie, sur les cours des assureurs et du fret, soit de Savannah (pour compte neutre) à Bordeaux, Nantes ou Cherbourg, soit de Londres à l’un des ports neutres qui restent ouverts ; il demande qu’on le mette en relations « avec une maison respectable de ce pays-là », et qu’on lui ouvre un crédit. Quelques jours plus tard, même demande à Chapeaurouge, à Hambourg : « Vous m’obligerez si vous pouvez me procurer aux États-Unis une connaissance de laquelle je pusse me procurer des cotons de Géorgie, qui vont dorénavant devenir une branche nécessaire de mon commerce. »121 C’est cependant par une autre voie qu’au début de 1807 les relations paraissent se nouer d’une façon effective ; « ayant fait la connaissance de Monsieur Pierre Sartoris, intéressé dans votre maison », écrit Oberkampf à François Depau, de Charleston122, « nous avons de concert avec son oncle M. Greffulhe projeté un commencement d’opérations avec vous, qui auront pour but de fournir à ma consommation des cotons qui se récoltent dans les deux États de Géorgie et de la Caroline. » A titre d’essai, il commande cent cinquante balles à envoyer sur des navires américains à Nantes, Cherbourg ou Caen, à l’exclusion de Bordeaux et d’Anvers, jugés trop éloignés ; le règlement se fera grâce à un crédit de 2 500 livres sterling ouvert chez Greffulhe frères à Londres. Mais, finalement, Oberkampf renonce au mois de juillet, pour des raisons peu explicites ; de même n’aperçoit-on aucune suite au premier contact pris, sur la recommandation de Duhéron de Bordeaux, avec Jérôme La Chapelle, de La Nouvelle-Orléans, l’une des premières maisons de la Louisiane123.

  • 124 Ibid., 99/105, 13 janvier 1807, à Pilaer et Vanwinghem.

49Entre-temps, en revanche, c’est bien avec Lisbonne que s’échafaude une très importante combinaison, qui devait malheureusement ne rapporter à son auteur que tracas et pertes. Nous trouvons trace de deux mille balles commandées à Pilaer et Vanwinghem (mille le 13 janvier 1807 et mille en juillet) et de deux mille autres commandées à Jacques Ratton et fils (mille le 10 février et mille le 13 octobre) ; les cotons, après avoir baissé pendant tout le printemps, remontent en septembre — mais Oberkampf escompte une forte baisse quand l’armée française aura occupé Lisbonne. La guerre maritime, simultanément, provoque la réalisation des pires hypothèses d’Oberkampf, qui avait compté sur la prolongation de la tolérance anglaise à l’égard des neutres. « Pour peu que nous conservions la ressource des Américains, écrivait-il dès janvier 1807, la spéculation sera bonne, mais s’il ne nous restait que la voie de terre je me trouverais fort embarrassé. Cependant, comme il faut tout prévoir, informez-vous je vous prie de ce qu’il en coûterait pour le trajet par terre jusqu’à Bayonne et le transit par l’Espagne. »124 Or, au début de septembre, les croiseurs anglais conduisent en Angleterre dix-huit navires portugais chargés pour les ports français ; à la fin du mois, les navires portugais ne peuvent plus quitter Lisbonne, et l’on décharge les cotons pour les réembarquer sur des navires américains.

  • 125 Ibid., 101/12, 10 novembre 1807, aux mêmes et à Jacques Ratton et fils.
  • 126 Ibid., 101/67, 16 février 1808. A noter un projet de compte à demi entre Oberkampf et Chégaray, qui (...)
  • 127 Ibid., 100/3, 30 juillet 1808, à Chégaray.
  • 128 Ibid., 100/27, 24 décembre 1808, à Dubrocq et Cie.
  • 129 Ibid., 100/86, à Bertrand et Lesca.
  • 130 Ibid., 100/85, à Dubrocq et Cie.
  • 131 Ibid., 100/99 et 101, à Batbedat et à De Ruiz et Cie de Valladolid.
  • 132 Cf. Poitrineau 1969. Parmi les autres négociants, banquiers ou manufacturiers parisiens dont les ac (...)
  • 133 Ibid., 41 AQ, Paris, 102/1 et 10, 23 mars et 1er avril 1809, à Dubrocq et Cie.
  • 134 Ibid., 102/16, 6 avril 1809, à Patrice Cormier fils.
  • 135 Ibid., 100/133, au même.
  • 136 Ibid., 102/17, 8 avril 1809, au même.
  • 137 Ibid., 102/38, 2 mai 1809, à Dubrocq et Cie.

50En octobre, les Anglais laissant prévoir que le pavillon américain ne sera plus respecté, Oberkampf se résigne à l’expédition par voie de terre : « le prix élevé des cotons ici permettra d’en supporter les frais », se console-t-il125. Mais aussitôt, nouvelle cause d’alarme : les troubles en Espagne (novembre) risquent de gêner l’acheminement via Badajoz ; Junot a fait mettre le séquestre sur les cotons à la Casa da India et dans les magasins des particuliers, à Lisbonne (décembre), et Oberkampf doit se faire recommander auprès de lui pour en obtenir la levée ; à Madrid, il éprouve en outre des difficultés pour trouver une maison qui accepte de se charger des règlements sur Lisbonne. Au cours de l’année 1808, les cotons commencent une marche pénible à travers la péninsule ibérique livrée aux armées. Sans nouvelles de leur progression, et désespérant de les voir atteindre la frontière de la France, Oberkampf entreprend cependant de préparer leur transit par Bayonne, puis d’envoyer un agent personnel à leur recherche pour les sauver et les convoyer. A Bayonne, il entre en rapports avec Chégaray126, Batbedat, Dubrocq et Cie, Cabarrus père et fils, Bertrand et Lesca. En juillet, il reçoit des nouvelles de quelque deux cents balles retenues à Valladolid et Yrem faute de certificats d’origine : première d’une série de tracasseries administratives qui s’ajouteront aux périls de la guerre127. Le 1er septembre, il décide d’envoyer en Espagne son parent et fondé de pouvoir, Louis Katzenberger ; il compte que ce dernier sera « fortement appuyé par nos officiers généraux et par celles des maisons espagnoles qui sauront encore distinguer des intérêts particuliers de la lutte générale »128. D’autres maisons de Paris agissent de même, ainsi Rousseau et Bertin, qui dépêchent deux voyageurs, dont l’un est un Kœchlin. De plus, à la fin de novembre, Oberkampf et Bidermann ont obtenu des ministres de l’Intérieur et de la Guerre que le bordelais Guérin soit nommé agent du commerce en Espagne, ses démarches et recherches auprès des autorités locales devant aider les négociants français à rentrer dans leurs propriétés ; Bidermann le défraie entièrement. A cette date, Oberkampf sait que 3 381 balles ont été expédiées de Lisbonne, dont il a reçu un dixième environ. Dans le mois de décembre, on lui en retrouve 254 à Valladolid, 830 à Madrid, 200 à Plasencia. Katzenberger réussit, à la fin de l’année et au début de 1809, à mettre en route des voitures vers Bayonne. En fait, des obstacles inattendus les séparent encore de la lointaine douane de Béhobie. Les mois de février à avril sont employés par Oberkampf à d’innombrables démarches pour se tirer d’une incroyable confusion. Le 2 février, il se plaint que le général Darmagnac, commandant à Burgos, a fait arrêter 84 balles de ses cotons, parvenues jusqu’à Vittoria, sous le prétexte de percevoir un droit nouveau129, droit à la sortie de ces cotons que rien ne justifie en l’occurrence puisqu’il s’agit de marchandises en transit de Lisbonne vers la France. « On doit présenter ces jours-ci, écrit-il le 9130, une pétition à S. M. l’Empereur et roi pour lui dénoncer la tyrannie ou, pour mieux dire, la piraterie de ses gouverneurs. » Parmi les personnalités qui déploient maintenant beaucoup d’efforts en faveur des propriétaires de coton, il cite Barrillon. Le 14, il dénonce le « système de vexations » du maréchal Bessières qui a imaginé, pour remettre les cotons à leurs propriétaires, d’exiger le cautionnement d’une maison de commerce connue et agréée par l’intendant et la province131. Il est vrai que le gouvernement installe alors à Bayonne une Commission impériale des indemnités, pour étudier les dossiers des commerçants français lésés par les événements d’Espagne132 ; Oberkampf délègue auprès de cette commission son employé Patrice Cormier fils, troisième agent dans cette affaire. Mais c’est à Bayonne même que surgit un autre problème : les cotons arrivant d’Espagne sont entreposés en douane et ne sont distribués aux propriétaires qu’à mesure que ceux-ci justifient de leurs titres — mesure analogue à celle qui avait déjà été prise pour l’entrée des laines. De mauvaises nouvelles arrivent d’autre part d’Espagne. Sept charrettes chargées de 150 balles ont été détournées par les Anglais de la route de Valladolid, puis abandonnées sur la route d’Astorga. D’autres, avant d’avoir pu être reconnues et réclamées, ont été vendues au profit de l’armée. A Almuraz, le général Levai met des balles en réquisition pour garnir ses batteries ou faire de la litière pour sa cavalerie133. Oberkampf met alors tout son crédit personnel en jeu et, par-dessus toutes les administrations civiles et militaires, écrit directement au prince de Neuchâtel (19 février 1809) et à Napoléon (28 février) ; il se plaint d’ailleurs d’avoir à le faire : « Mon métier : des pétitions, des lettres, des visites, des sollicitations, tout cela est à n’en pas finir et d’un ennui mortel. »134 Le grand notable soutient ici le manufacturier. Le 18 mars, une lueur d’espoir : « Je tiens enfin l’ordre tant désiré pour la libre circulation sur la route de Burgos à Bayonne des mulets et voitures expédiées de cette dernière ville sous le nom d’Oberkampf pour aller chercher des cotons en Espagne et les ramener en France. Cet ordre signé du prince de Neuchâtel en exécution des ordres de Sa Majesté l’empereur et roi est accompagné d’une lettre du même pour le maréchal Kellermann, duc de Valmy, commandant le mouvement des troupes à Bayonne, et d’une autre lettre pour le général Thiébault, gouverneur de Burgos. »135 Il restera encore à obtenir expressément la suppression de l’entrepôt en douane pour les cotons d’Espagne arrivant à Bayonne : le 13 avril, avant de partir pour l’Autriche, l’empereur prend en ce sens une mesure non pas générale, mais de faveur personnelle à l’égard d’Oberkampf, autorisant l’admission de ses 3 381 balles. « Quel chien de pays ! Quel siècle ! Quel désastre ! »136 Au 1er mai, le bilan est le suivant : 1 447 balles ont été retrouvées en Espagne et mises en route vers Bayonne ; 360 d’entre elles ont franchi la frontière. Le sort du reste — plus de la moitié — demeure incertain137.

  • 138 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 180, 22 juillet 1806.
  • 139 Ibid., F 186, 30 juillet 1806.
  • 140 Ibid., 10 août 1806.

51Dans ces conditions, l’approvisionnement d’Oberkampf, du moins celui des filatures et tissages qu’il faisait travailler sur ses indications, devait se trouver compromis. Il existait, certes, d’autres moyens de se procurer du coton ; et d’abord auprès des innombrables négociants des ports ou des grandes places de l’intérieur, possesseurs de stocks de matières premières sur lesquels se développa, notamment au cours de l’année 1808, une vive spéculation (spéculation d’ailleurs risquée, puisque la hausse, aboutissant à raréfier la consommation, pouvait être suivie de chutes profondes). En 1807, Oberkampf avait ainsi effectué des achats limités auprès de Tassin père et fils, d’Orléans, et de Cinot et Charlemagne de Paris. Nous savons toutefois, d’après d’autres témoignages, que ce mode d’approvisionnement pouvait ne pas convenir à un manufacturier, pour des raisons de terme et de crédit ; c’était du moins le cas à Nantes, comme le montre cette lettre du filateur et mécanicien parisien Charles Albert à Bourcard fils et Cie, de cette ville : « En général vos conditions de vente ne permettent guère au fabricant de se pourvoir directement sur votre place ou tout autre port de mer : on exige le paiement à deux ou trois usances. De toutes les espèces de coton dont vous avez eu la bonté de me marquer le prix, aucune n’offrirait un bénéfice proportionnel qui pût me décider à préférer l’achat chez vous à celui que je suis à même de faire ici, avec la faculté du choix et au fur et à mesure de mes besoins, à un et deux sols par livre au-dessus de vos cours et au terme avantageux de cinq à six mois qu’on accorde et qui fait un objet majeur auquel le fabricant doit s’attacher en ce moment où le commerce des cotons filés languit et nécessite de vendre à long terme. »138 Quant à Franck Morris, le grand filateur de Gisors, il explique encore plus nettement au même destinataire la discordance entre les intérêts du négociant et les impératifs du manufacturier : « Le temps qu’exige ma fabrication, les longs termes que je suis moi-même obligé d’accorder, l’éloignement enfin de mes rentrées et l’importance de mes déboursés en avance font que je ne puis consentir au terme de deux ou trois usances que prescrit l’usage de votre place. »139 « Le fabricant... ne réalise que lentement et qu’avec le temps. Un mois s’écoule avant que la marchandise lui parvienne ; sa fabrication en exige au moins deux et des avances comptant très majeures, et après une lacune indéterminée de l’époque où il reçoit sa marchandise de fabrique, il la vend à six/neuf mois. »140

  • 141 D’autres manufacturiers, qui avaient pris leurs précautions plus tôt, semblent avoir de ce fait bie (...)
  • 142 Arch. nat., 41 AQ, Paris, 100/36, à Houel, de Bohéries, 22 octobre 1808.
  • 143 Ibid., Jouy, 92/585, 15 novembre 1811. La même année, Joseph Deweltz, de Milan, fait 110 000 F de f (...)

52La meilleure solution est donc d’acheter de première main auprès des maisons de commission des grands ports d’introduction (et non pas même de redistribution) du coton en Europe, Lisbonne au premier chef141. La guerre d’Espagne contraignant à chercher des solutions de rechange, Oberkampf en vient à l’idée d’importer des cotons du Levant. Dès l’été de 1808, il avait tenté d’en faire venir par une maison de commission de Trieste, se convertissant à l’idée d’employer une matière première pourtant fort décriée : « Les filatures de Rouen et quelques-unes de nos environs emploient le coton du Levant avec assez de succès pour les bas numéros. Le souboujack et le kirkaya sont les qualités préférées... Le macédoine vient ensuite... J’ai vu d’assez belle chaîne filée jusqu’aux n° 36 et 40 en macédoine et maragnon mélangés par moitiés... Mais tous les cotons du Levant donnent un déchet considérable lorsqu’on veut les éplucher soigneusement. »142 La guerre de 1809 le confirme dans cette idée, parce qu’il deviendra plus facile de se procurer des cotons du Levant par la voie du Danube. Ultérieurement, il profitera aussi de l’ouverture de la route d’Illyrie par l’intermédiaire de De Candolle, Turettini et Cie de Genève143. De la même année 1809 date son premier essai des cotons napolitains : cent balles de Castellamare commandées en juillet ; en 1810 il en achète pour plus de 100 000 F. Mais Strasbourg reste le principal centre de ces nouveaux achats ; les frères Humann fournissent en 1811 plus de 300 000 F de cotons à Oberkampf.

III. OBERKAMPF ET LE MARCHÉ DES INDIENNES LA VENTE EN FRANCE ET L’EXPORTATION

  • 144 Ibid., 85/260, nivôse an VIII, à Vanderlinden Cannoodt, de Gand.

53Au début de 1800, Oberkampf indique à un correspondant qu’il a 1 500 débiteurs144. Le noyau le plus dense et, sans doute, le plus ancien de cette clientèle imposante est constitué par des marchands de Paris, de la Seine-et-Oise et de la Seine-et-Marne. Dispersés jusque dans les bourgs, ces marchands sont souvent des acheteurs modestes, dont les commandes sans périodicité bien marquée ne dépassent pas, sauf exception, quelques centaines de francs. Au delà de la proche région parisienne, la densité des partenaires décroît très vite ; la clientèle de Jouy se concentre, se confondant avec le petit groupe des négociants spécialisés des grands centres textiles : Rouen, Reims, Troyes, Amiens, Beauvais, Dijon... Certains de ces négociants vendent en foire : foires de Guibray, de Caen, de Reims, de Dijon. A plus longue distance encore, les clients se disposent en chaînes qui coïncident de toute évidence avec les grands axes du roulage : vallée de la Loire d’Orléans à Nantes ; routes de l’est, de Châlons-sur-Marne vers les Ardennes, le Luxembourg, Metz, Strasbourg — ou de Troyes vers Langres, Gray, Besançon ; route de Lyon, par Sens, Auxerre, Vermenton, Dijon, Beaune, Chalon-sur-Saône, Mâcon et Villefranche ; route de l’Auvergne, par Montargis, Nevers et Clermont-Ferrand... Au sud d’une ligne Nantes-Lyon, en revanche, la commercialisation se fait d’une autre façon. De vastes zones — Poitou et Charentes, Gascogne, Massif Central, Alpes — n’entretiennent pratiquement aucune relation directe avec Oberkampf, dont les échanges se concentrent sur cinq villes : Lyon, Bordeaux, Toulouse, Montpellier et Marseille.Bien loin de signifier une moindre importance des ventes, cette concentration est à la fois l’instrument d’une active redistribution régionale, et celui d’une exportation à laquelle Oberkampf ne prend donc aucune part directe, mais qui se fait vers l’Espagne et ses colonies par Bordeaux, et probablement vers l’ensemble des pays méditerranéens par Beaucaire.

  • 145 Ibid., 85/359 et 440, 6 germinal et 22 floréal an VIII, à Roumy, Groult et Cie, de Rouen, et à Mont (...)
  • 146 Ibid., 85/488, 15 prairial an VIII, à Samuel Joly et fils, en réponse à une offre d’emploi.
  • 147 Ibid., 89/559, 3 juillet 1807, à Pierre Desjardins, de Lyon.

54Sans doute soucieux de ne pas alourdir la marche de son entreprise, Oberkampf désire limiter la vente directe. Il avoue franchement qu’il ne cherche pas à « faire de nouvelles pratiques »145. Cela ne veut pas dire qu’il entende renoncer à développer ses ventes : tout au contraire, il compte sur le système des dépositaires des grandes villes méridionales pour leur donner une impulsion nouvelle. Remarquons, avant d’en étudier le fonctionnement et les résultats, qu’Oberkampf se refuse vers 1800 à étendre son marché au moyen de voyageurs de commerce. « Je n’ai jamais fait usage de ce moyen, attendu que la toile peinte est un genre de marchandises dont on ne peut pas remplacer, comme dans le blanc, les genres qui se vendent durant le voyage des échantillons. »146 Ou du moins le remplacement est-il long, en raison des délais de fabrication : trois à quatre mois à la belle saison, et même six pour les marchandises « en toutes couleurs », « et lorsque vient l’hiver à la traverse cela rejette à l’année suivante l’achèvement des marchandises commencées dans la saison trop avancée. L’acheteur ne peut pas supporter des retards aussi longs »147 — auxquels viennent s’ajouter les délais de route.

  • 148 Selon quelles modalités s’effectuent les règlements quand il s’agit de ventes directes à des client (...)
  • 149 Ibid., 86/482, 14 floréal an X, àDuhéron. Enl’anXIII, Oberkampf se plaint auprès de Martin Portalès (...)
  • 150 Ibid., 85/179, 25 brumaire an VIII.
  • 151 Ibid., 85/216, 23 frimaire an VIII.

55Les dépositaires sont régulièrement approvisionnés par Oberkampf dans toutes les nouveautés de sa manufacture, et lui commandent, notamment à l’approche des foires, tout ce dont ils pensent trouver l’écoulement. Oberkampf leur adresse ses toiles peintes accompagnées d’une « note à condition » qui leur indique le prix auquel il désire être personnellement payé, le dépositaire devant établir en sus sa marge bénéficiaire. Les pièces invendues peuvent être retournées à Oberkampf à ses frais. Le règlement doit s’effectuer en valeurs à trois mois de terme, sous la déduction de 6 % d’escompte — c’est-à-dire de l’escompte maximum consenti par Oberkampf à ses clients ordinaires : ces conditions sont très favorables puisqu’il ne s’agit pas réellement d’un paiement comptant, et puisqu’elles ne tiennent pas compte du délai écoulé entre l’envoi des marchandises et celui du règlement148. L’obligation la plus importante faite par Oberkampf à ses dépositaires, celle à laquelle il tient le plus à coup sûr, c’est celle du compte de vente mensuel, dont la raison d’être est double. D’une part, il en attend une rentrée plus régulière et plus prompte de ses fonds, et des informations sur les fonds dont il est assuré à court terme149. D’autre part, il veut en tirer des indications sur les tendances du goût et de la consommation. Ainsi en l’an VIII réclame-t-il un compte de vente détaillé par articles à Duhéron (« Cela me donnera plus de facilités pour voir ce qui chôme à la vente »)150 et morigène-t-il Martin Portalès, de Montpellier : « Je suis fâché... que vous ne m’ayez pas fait connaître particulièrement quels sont les objets qui se sont écoulés facilement, et quels sont ceux qu’il ne faut plus envoyer... Je crains toujours d’envoyer des articles qui augmentent la masse des marchandises invendables. » (151)

  • 152 Ibid., 86/537, 25 prairial an X, à Desgrands père et fils.
  • 153 Ibid., 85/295, 26 pluviôse an VIII, à Samuel Joly et fils.

56Le système des dépôts présente, aussi, des inconvénients, en raison desquels Oberkampf limite le nombre des dépositaires et écarte un certain nombre de demandes tendant à lui en faire reconnaître de nouveaux. Un négociant d’Annonay lui offrant ses services en 1802, il lui répond : « C’est avec bien du plaisir que j’aurais consenti à établir un dépôt de mes toiles chez vous, si je n’en avais pas déjà à Lyon et autres villes du Midi ; en les multipliant j’aurais l’inconvénient d’une plus grande mise de fonds en marchandises, ce qui est très onéreux ; ou celui de ne pas pouvoir vous assortir convenablement. »152 En 1805, il précisera encore à l’intention d’une maison de Turin en faveur de laquelle, pourtant, il allait consentir une exception : « Depuis longtemps, j’ai observé que ces établissements ne sont pas sans inconvénients, par la difficulté de les assortir convenablement, et nuisent même quelquefois au but que l’on se propose en laissant chômer des articles qui s’écouleraient pour d’autres contrées s’ils étaient restés dans les magasins de la manufacture, qui sont visités par les acheteurs de toutes les parties de la France. Aussi me suis-je refusé depuis plusieurs années à toutes les demandes qui m’ont été faites pour en établir de nouveaux. »153 Le mémoire sur les Causes de la décadence de la manufacture de Jouy, postérieur à 1815, fera la critique des dépôts devenus trop nombreux à la suite d’un changement de politique commerciale : « Une masse considérable de marchandises y restait longtemps invendue. Il fallait sans cesse réduire les prix pour en obtenir l’écoulement. » La lecture même de la correspondance de Jouy autorise en fait un jugement moins pessimiste : Oberkampf reportait sans doute sur eux une part de la responsabilité de ses maux incombant à la conjoncture, ou encore à la nature même des articles qu’il fabriquait. C’est ce qui apparaît, déjà, à l’examen de l’activité des cinq premiers grands dépôts de la France du sud.

  • 154 Ibid., 85/134, 15 vendémiaire an VIII, à Passama et Cie.

57Bordeaux. Depuis l’an VI, le dépositaire d’Oberkampf y est Duhéron. Il assure à la fois la redistribution locale et la fourniture du marché espagnol. Une partie notable de ses ventes s’effectue à l’occasion de la foire de mars ; aussi les mois de février, et parfois même déjà de janvier sont-ils marqués par de forts envois depuis Jouy (652 pièces en pluviôse an XI ; 781 en février 1806 ; 663 en janvier 1812, etc.). Vers 1800, Oberkampf a certes une quinzaine d’autres clients à Bordeaux ; mais Duhéron à lui seul vend deux fois plus que les quinze autres réunis. Oberkampf le tient en haute estime : « Je n’ai eu qu’à me louer de son exactitude et de son zèle pour mes intérêts... J’ai en lui la plus entière confiance, au point que j’ai pris le parti de refuser toutes les nouvelles pratiques qui me viennent de cette ville. » « J’ai chez Duhéron un entrepôt de marchandises supérieurement assorti », note-t-il encore à l’intention d’un marchand de Vittoria qui voulait lui donner une forte commission, et qu’il renvoie à son dépositaire bordelais154. En effet, Duhéron a vendu pour 300 000 F de marchandises en l’an VI et en l’an VII ; pour 160 000 en l’an VIII. L’an XII et l’an XIII seront marqués par des records : 200 000 et 234 000 F. Après une crise, les ventes seront encore de 197 000 F en 1809, et par la suite elles se maintiendront jusqu’en 1813 autour de 130 000 F, c’est-à-dire à un niveau à la fois encore élevé et remarquablement constant. Ainsi la guerre d’Espagne et la pénétration des articles anglais de contrebande par l’ouest de la péninsule ibérique ne paraissent-elles pas avoir anéanti les possibilités d’exportation ; on verra plus loin qu’elles ont pu connaître même un certain développement à la fin de la période.

  • 155 A. É. de Genève, Papiers Audéoud, carton n°2.

58Toulouse. Oberkampf y compte vers 1800 une douzaine de clients, parmi lesquels son dépositaire Barrau occupe une position moins forte, puisque à cette date ses ventes ne représentent, avec 42 000 F, qu’un peu plus du tiers des ventes totales réalisées sur cette place. La foire dite du Passage, au mois de février, joue ici aussi un rôle majeur, déterminant au mois de janvier de fortes expéditions par Oberkampf. Les ventes de Barrau dépassent 50 000 F en l’an X et en l’an XI, atteignent 67 000 F en l’an XIII ; après la crise de l’an XIV-1806 (34 000 F), elles connaissent leurs records en 1807, 1808, 1809 (69 000, 92 000 et 69 000 F). Viennent alors trois années maigres : 1810, 1811, 1812 (moins de 30 000 F), suivies d’un net redressement en 1813 (52 000 F). On ne peut interpréter qu’avec prudence ces variations. En effet, elles ne reflètent pas exactement les fluctuations de la consommation dans l’Aquitaine intérieure, puisque Barrau fréquente aussi la foire de Beaucaire. On peut retenir, d’autre part, que Toulouse est un marché principalement intérieur et d’une ampleur modeste, à la différence de Bordeaux ; et de l’autre, que le creux des années 1810-1812 peut avoir été provoqué par l’insécurité consécutive aux incursions de bandes espagnoles dans le Béarn, la Gascogne et le pays de Foix. On possède à ce sujet le témoignage d’un voyageur de commerce d’une maison de toileries de Genève, en tournée dans le Midi de la France en 1812 ; il évoque la faiblesse de la foire du Passage : « On s’attendait à le trouver mauvais, il a dépassé de beaucoup les conjectures les plus défavorables, les acheteurs très peu nombreux, dégoûtés d’acheter, les magasins déserts. »155

  • 156 La maison Médard et Parlier, dont les papiers sont heureusement conservés aux Arch. dép. du Gard (s (...)
  • 157 Cf. Dermigny 1960.
  • 158 Cf. Léon 1953.
  • 159 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 91/74.

59Montpellier. Ici, et au moins jusqu’en 1810, le système du dépositaire préférentiel est en revanche pleinement utilisé, bien qu’Oberkampf entretienne des relations avec quelques autres firmes (Lafosse-Lionnet, Médard et Parlier156, Mathias Charolais, Puech frères en particulier). Il a recours aux services de Martin Portalès et Cie, c’est-à-dire, en fait, à la plus puissante maison de commerce des toiles de coton, mousselines et indiennes de toute la France. Martin Portalès de Montpellier, et Fronton de Toulouse, sont en effet depuis 1796 commandités par Jean Théodore Rivier, Marc Jacob Filliettaz et Jean Charles Davillier, de Paris et Genève. En 1798, les quatre maisons de Paris, Genève, Montpellier et Toulouse sont devenues solidaires, groupant un capital de 1 200 000 lt ; elles se réorganisent en 1801, sans Fronton, et avec un capital porté à 2 200 000 lt157. Martin Portalès est désormais installé à la fois à Toulouse et à Montpellier ; surtout, il va en foire de Beaucaire, où Oberkampf lui confie jusqu’à plus de mille pièces à vendre. Mais précisément, le succès variable des ventes d’Oberkampf par l’intermédiaire des Montpelliérains paraît bien avoir été lié à la courbe même de la prospérité des foires de Beaucaire : vive reprise sous le Consulat, déclin progressif mais irrémédiables sous l’Empire158. Les comptes de vente de Martin Portalès montent à près de 210 000 F en l’an VIII, à près de 187 000 en l’an X, à 144 000 en l’an XI. Mais par la suite, il n’y aura plus qu’une année très satisfaisante : 1808, avec 189 000 F ; 1806 et 1807 avaient déjà été médiocres, 1809 tombera à 123 000 F, 1810 à 82 000, puis viendra l’effondrement. Oberkampf paraît s’être fait une raison ; recevant en septembre 1809 le compte de vente de la dernière foire de juillet, il répond à Martin Portalès : « Ce compte de vente est en effet bien maigre. Je suis persuadé que ce n’est pas vous qu’il faut accuser, mais différentes circonstances dont nous ne pouvions nous défendre », au nombre desquelles « les impressions à façon sur des qualités inférieures aux miennes ; mais que faire à cela ? »159 Au reste, c’est certainement l’ensemble du Languedoc qui souffrait de l’entrée de cotonnades de contrebande anglaises par la Catalogne.

60Marseille. De toutes façons, l’articulation des ventes d’Oberkampf sur le grand commerce méditerranéen comme sur le marché intérieur du Midi de la France ne se faisait pas seulement par Montpellier. Il est très frappant de constater la part active prise par les intermédiaires marseillais.

  • 160 A. D. Bouches-du-Rhône, Faillites, dossier 615.

61Dans les premières années du Consulat, Oberkampf a principalement recours, pour le dépôt de ses articles, à Turcas frères et Cie. Cette famille d’origine aixoise — Antoine Turcas apparaît propriétaire, dans un bilan de 1806160, d’importants immeubles urbains et ruraux à Aix et dans les environs — était engagée à la fois dans le commerce d’Amérique, dont Turcas fils s’occupait en Louisiane, et dans celui des toiles et indiennes provenant des fabriques de toutes l’Europe occidentale — Lyon, Neuchâtel, Mulhouse, Paris, Rouen, Lille, Courtrai, Elberfeld. Elle en assurait la revente dans toutes les petites villes de la Provence rhodanienne et intérieure, jusqu’à Gênes, Livourne, Smyrne, et naturellement en foire de Beaucaire où Turcas tenait un magasin. Après avoir vendu pour Oberkampf une soixantaine de milliers de francs d’indiennes dans les bonnes années, la maison fait faillite en messidor an XI.

  • 161 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 92/107, 15 mars 1811, à Imbert-Bosq.
  • 162 D’autres maisons marseillaises se livraient au commerce des indiennes en s’approvisionnant d’une pa (...)

62Oberkampf partageait d’ores et déjà ses marchandises entre plusieurs dépositaires marseillais. Celui qui passe désormais au premier plan est Imbert, Bosq, Germain et Ricaud. Du niveau de 35/40 000 F dans les années VIII/X, ses ventes sautent à 80/90 000 F de l’an XI à 1807, et atteignent même 130 000 F en 1808. En trois paliers, les ventes s’effondrent ici encore et tombent â rien en 1812. En mars 1811, Oberkampf en tire la conclusion : « A moins que les circonstances n’éprouvent un changement bien favorable, je n’aurai plus de dépôts à Marseille. »161 Pourtant, en novembre de la même année, il acceptera d’en constituer un chez Pierre Massot et fils ; il ne vendra pas 10 000 F de marchandises en 1812. Vivant sans doute d’une clientèle purement locale, un troisième petit dépositaire, Soleillet, maintient une vente régulière de quelques milliers de francs. L’anéantissement des dépôts marseillais paraît bien lié à la décadence de Beaucaire, qu’Imbert Bosq fréquentait (ainsi d’ailleurs que d’autres foires d’intérêt local comme celle de Saint-Maximin) et où il avait réussi à réaliser le tiers, la moitié et parfois plus de ses ventes totales pour le compte d’Oberkampf162.

  • 163 Suite de Pont, Rainaldi et Cie, commissionnaire d’Oberkampf à Lyon avant 1793. Gaillard était alors (...)
  • 164 A la fin de 1811, Pont transfère à Bayonne l’essentiel de ses activités ; Oberkampf refuse dès lors (...)

63Lyon. En 1810, sur un mouvement commercial et industriel annuel d’une valeur approximative de 360 millions de francs, les administrateurs du Comptoir d’Escompte de Lyon estimaient à plus de 70 millions la part des articles de draperie, toilerie et mercerie, dont 15 millions pour les seules toiles peintes. L’importance de cette branche de commerce tenait, pour une part, à la proximité de l’indiennerie genevoise et plus généralement suisse, mais aussi aux services que les fortes maisons de commerce lyonnaises et leurs relations très étendues sur le continent européen, tant en direction de l’Europe centrale que des péninsules méditerranéennes, pouvaient rendre à la vente des indiennes de la France du nord. Oberkampf a entretenu de tout temps des rapports avec Gaillard, Pont et Cie163 qui, en l’an VIII, est même avec Duhéron en tête de ses dépositaires pour l’importance des ventes (plus de 150 000 F). Toutefois cette importance diminue ensuite rapidement et les ventes de la période consulaire et impériale se tiendront généralement entre 60 000 et 100 000 F, avec un maximum en 1808 et en 1809 ; en 1811 et en 1812 on tombera au-dessous de 40 000 F, cependant que 1813 sera marqué par un certain redressement (au-dessus de 50 000 F). Cette courbe particulière du dépôt lyonnais peut sans doute s’interpréter, au début du Consulat, par la reprise des ventes en foire de Beaucaire, qui a pu réduire l’intérêt des intermédiaires lyonnais, et pour la fin de l’Empire par la violence de la crise lyonnaise, tandis que l’apogée de 1808-1809 recoupe bien ce que l’on sait de la prospérité de la production et du commerce des soieries pendant ces deux années-là. Précisément, dans cette période, Oberkampf paraît avoir voulu intensifier ses ventes par l’intermédiaire de Lyon puisqu’il confie alors un second dépôt à Joseph Antoine Pont qui, en deux ans, écoule pour quelque 80 000 F de marchandises164. Jusque dans les difficultés de la fin de l’Empire, Oberkampf semble bien avoir attaché de l’importance à tout ce qui pourrait relancer la vente par Lyon ; encore à la fin de 1812, il fait l’expérience d’un troisième dépôt chez Dunant, Mussard et Cie, qui lui écoule pour 20 000 F de toiles peintes en 1813. Il faut ajouter qu’il n’a cessé d’être en rapports avec d’autres maisons de commission — Maille père et fils et Brullé ; Chastel, Longin et Payan ; Rameaux, Breyton et Duvernay — pour ne citer que les plus importants ; sans leur consentir à proprement parler le dépôt des articles, il fallait leur accorder comme aux dépositaires, l’avantage de la facturation « à condition », c’est-à-dire du règlement après écoulement effectif des marchandises.

  • 165 Arch. nat., 41 AQ 1, 4 mars 1811.

64A partir de 1805, la politique commerciale d’Oberkampf s’enhardit notablement. Elle se caractérise par la multiplication des dépôts dans trois directions principales : l’Italie, les départements belges, la Hollande. Ceci traduit une volonté parfaitement claire de conquête de marchés nouveaux. Oberkampf s’en explique lui-même dans une lettre au ministre du Trésor, qui le consulte sur les causes de la crise de 1811 (mais, personnellement, il n’a pas attendu cette crise pour appliquer le remède) : exporter à l’étranger, « c’est le but important qu’il faut chercher à atteindre ; c’est le remède le plus puissant » ; c’est ainsi qu’il faut remplacer le débouché colonial par les marchés allemands, italiens, espagnols165.

65Le marché italien. Dans une première phase, c’est au marché italien le plus proche — celui du Piémont et de la Ligurie — que s’intéresse Oberkampf, avec l’établissement de ses dépôts de Turin et de Gênes. Les considérations de proximité ont une véritable valeur économique pour Oberkampf qui, tant en considération de la satisfaction de sa clientèle que de la rapidité de rentrée de ses fonds, n’aime pas se soumettre aux longs délais supplémentaires exigés par les grands voyages terrestres. A Turin, le dépositaire est la firme Laurent et Esprit Aubert frères, qui reçoivent leurs marchandises par la voie de Lyon et des Alpes. Ce dépôt a été d’une « productivité » à la fois modeste et régulière de 1805 à 1814 ; établissant tout de suite ses ventes autour de 60 000 F, il a connu un fléchissement de son activité très marqué en 1811 (26 000 F), mais suivi d’un redressement sensible en fin de période : 39 000 F en 1812, 45 000 en 1813.

  • 166 Ibid., Jouy, 91/666, 14 août 1810, à Samuel et Jean Joly et fils.

66A Gênes, le dépôt est chez Jean Mottet, André Roche et Cie, commandités « par une très bonne maison de Lyon, Page, Mottet et Cie. Elle me fut dans le temps particulièrement recommandée par de Montalivet, alors préfet de ce département et aujourd’hui ministre de l’Intérieur. Je lui ai confié un dépôt de mes marchandises et j’ai été assez satisfait des ventes que ces MM. m’ont procurées, et surtout de l’exactitude extrême avec laquelle ils me soldent chaque compte de vente. »166 De fait, après un départ modeste, Mottet et Roche avaient écoulé respectivement pour 59 000 et 43 000 F en 1808 et 1809. Mais les années suivantes virent le tarissement des ventes, Gênes éprouvant comme Marseille les plus grandes difficultés dans ses échanges maritimes.

  • 167 Ibid., 90/630, 14 mars 1809.
  • 168 Ibid., 90/877, 6 juillet 1809.
  • 169 Ibid., 92/276, 7 juin 1811, à Giovanni Guidi, de Rome.

67Dans une deuxième étape, Oberkampf s’intéresse à l’ensemble du marché italien — Lombardie, Émilie, Vénétie, et la péninsule. Dérogeant à ses habitudes, il recourt pour la première fois aux services d’un voyageur de commerce qui doit, dans une phase préparatoire, faire connaître les produits de la manufacture de Jouy et lui constituer un corps de clientèle : c’est un Lyonnais, François Majeur. Oberkampf n’en retire pas que des satisfactions, et l’on sent constamment chez lui la réticence : « Je vous réitère ma prière, écrit-il au début de 1809, de ne pas être trop facile dans le choix des maisons et de restreindre le plus possible les commissions que vous recevez des maisons d’un crédit équivoque... Je vous engage aussi de ne pas prendre de commissions dans les villes peu importantes et de refuser tout à fait celles remises par des gens difficultueux. J’ai eu beaucoup de désagréments avec plusieurs maisons, notamment avec celles de Forli et de Lugo... Il doit être toujours entendu que je ne puis fournir que ce qui se trouve en magasin à l’arrivée de la commission, et que je ne puis sous aucun prétexte être tenu de faire fabriquer pour compléter ce qui manquerait. »167 Bien plus, Oberkampf doit empêcher son courtier de sortir de la zone d’action italienne qui lui est assignée : « Je vous prie de vous dispenser de prendre des commissions dans tous les départements de l’ancienne France ; outre que je ne pourrais pas faire le sacrifice de la commission que je vous bonifie sur les ventes recouvrées en Italie, je m’exposerais à perdre de très bons correspondants en France qui ne travaillent avec moi que parce qu’ils savent que je n’ai pas de voyageurs en France. »168 Au début de 1811, il lui enjoint d’arrêter le recrutement de nouveaux clients, prétextant qu’en période de crise commerciale il cherche à restreindre ses affaires le plus possible, puis se passe de ses services : « étant assez connu,... il ne me convenait plus d’avoir de voyageur »169. En fait Oberkampf nouera encore des relations avec un certain Jean Henri Schintz, de Rome, qu’il chargera de recueillir pour lui des commissions exclusivement en Toscane et dans les anciens États romains, puis avec Pierre Julien à la liquidation de Schintz. La pénétration des toiles de Jouy paraît avoir particulièrement réussi dans le royaume de Naples ; à Naples, en effet, Oberkampf entretient des relations très suivies avec un consignataire, Louis Audra, à qui, en 1811-1812, il expédie chaque mois pour une vingtaine de milliers de francs de marchandises. Toutefois, les envois à destination de Naples, obligés d’emprunter la voie de terre entre Gênes et Rome, subissent à la fin de l’Empire l’inconvénient de vols constants, « un brigandage organisé », se plaint Oberkampf.

  • 170 Oberkampf a bénéficié du décret du 10 octobre 1810, qui interdisait l’entrée dans le royaume d’Ital (...)

68Dès le début de 1809, ce dernier a d’ailleurs repris l’extension de son réseau de dépôts. A Milan d’abord, où il confie ses marchandises à Jean Dewelz et Cie. Celui-ci étend en fait ses activités à toute la péninsule ; il fréquente les célèbres foires de Senigallia, près d’Ancône, puis s’associe à Viollier fils, de Genève170, pour former une nouvelle maison à Naples, avec un correspondant à Rome. Oberkampf refuse d’abord d’entrer en affaires avec Dewelz et Viollier, puis s’y résout en 1812. Le dépôt de Milan ne produit que des résultats bien maigres : 29 000 F en 1810, 27 000 en 1812, mais seulement 11 ou 12 000 en 1811 et 1813. Quand à celui de Naples, il ne vend presque rien dans la première année de son existence.

  • 171 Ibid., 92/609, 27 novembre 1811.

69S’y ajoute un essai de dépôt, à la fin de 1811, chez Joseph Debrès, à Livourne171. Mais ni la comptabilité, ni la correspondance, ne conservent trace d’une activité quelconque.

  • 172 Ibid., 86/481.
  • 173 Ibid., 92/691, 29 janvier 1812, à Jadot Vve Destoop.
  • 174 Ibid., 92/902, 19 mai 1812, à Georges Choisy et Cie.
  • 175 Ibid., 41 AQ 4, lettre de Jean Werbrouck du 24 octobre 1791.

70Le marché belge et hollandais. Longtemps Oberkampf avait pu considérer les régions septentrionales comme une zone de résistance à l’importation de ses toiles peintes. Le seul de ses dépôts français qui ait connu un échec total est en effet celui de Lille, chez Fevez-Ghesquier, un des premiers négociants de la place, choisi en 1811 comme l’un des censeurs du Comptoir d’escompte. « Quoique le dépôt que j’ai chez vous n’ait pas eu depuis quelque temps une consommation active, il ne faut pas désespérer d’un meilleur », lui écrivait Oberkampf en floréal an X, l’engageant en conséquence « à venir jusqu’à Jouy pour m’indiquer les articles qui seront les plus propres à la vente dans vos contrées »172. Fevez-Ghesquier avait écoulé l’année précédente pour une quinzaine de milliers de francs ; en l’an XIII il adressera à Jouy son dernier compte de vente. Sans doute, dans le nord de la France comme en Flandre belge et au Brabant, Oberkampf se heurtait-il à la concurrence — en prix, non en qualité — des indiennes de Flandre. « Je n’ai pas l’intention de former un entrepôt de mes toiles dans votre ville », note-t-il à l’adresse d’une maison de Gand en janvier 1812 (173) ; et quatre mois plus tard, s’adressant cette fois à l’une des plus grosses maisons de commerce des toiles à Bruxelles : « Mes marchandises, étant toutes en couleurs solides, sont bien moins séduisantes que celles des autres manufactures qui impriment beaucoup de couleurs d’application ou autres qui ne sont pas bon teint. Sur le commun, il me sera impossible de soutenir la concurrence des fabriques de la Belgique, qui fabriquent à bien meilleur compte que moi. »174 Il se décide pourtant en 1810 à un essai de dépôt à Anvers chez Jean Claude Devries. Était-ce parce qu’il vivait sur le souvenir des relations qu’il avait eues avec Jean Étienne Werbrouck, banquier et négociant en toileries et draperies, fournisseur des armées françaises, député aux Cinq-Cents, maire d’Anvers en 1802 — qui, en 1791, se recommandant auprès d’Oberkampf de ses bonnes relations avec Lecouteulx et Hottinguer, avait voulu introduire les toiles de Jouy dans l’habillement des dames de la bonne société de sa ville ?175 Toujours est-il que le dépôt de Devries, lui, ne donne que des résultats insignifiants, avec un maximum de 10 000 F de ventes en 1811.

  • 176 Ibid., Jouy, 92/436, 31 août 1811.
  • 177 Ibid., 93/303.

71Cette même année, pourtant, Oberkampf tente un autre essai à Bruxelles, chez François Jean Huysman, au profit de qui il semble avoir pratiqué une particulière « douceur des prix » pour faciliter la vente176. Lancé en période de crise, ce dépôt donne pourtant quelques résultats : 17 000 F de ventes en 1811, 31 000 en 1812, avant de décliner en 1813. Oberkampf ne trouve vraiment sa chance qu’en 1813, précisément, avec le dépôt qu’il établit chez Georges Choisy et Cie. En un an, Choisy lui écoule pour 115 000 F de marchandises. Peut-être ce succès marqué de l’exportation française (entendons celle des régions comprises dans les limites de l’ancienne France) est-il explicable par un nouvel effort consenti par Oberkampf du côté des prix, sur la suggestion même de son dépositaire : « Pour entrer dans vos vues, écrit-il le 19 mars 1813 à Choisy, je me suis déterminé à faire aux acheteurs un avantage progressif selon l’importance de leurs achats, savoir : 3 % sur les factures de 3 à 4 000 frs, 4 % sur les factures de 4 à 5 000 frs, 5 % sur les factures de 5 000 frs et au-dessus, en sus de l’escompte ordinaire et pour le paiement comptant seulement, non pour ceux qui prétendent user du terme. Veuillez prendre note de cette disposition et en faire usage, si vous pensez qu’elle doive favoriser la vente. »177

72Le cas de ce dépôt bruxellois nous paraît particulièrement significatif. Du point de vue de l’histoire de l’affaire Oberkampf, d’abord : la combativité du vieil entrepreneur reste intacte alors qu’à cette date son entreprise est déjà en plein déficit. Du point de vue, aussi, de l’histoire des industries européennes au temps du Blocus : on voit en la circonstance qu’une industrie française produisant des articles de grande consommation, certes, mais d’un prix relativement élevé, réussissait à élargir sa place sur le marché continental dans des aires où la concurrence d’industries similaires produisant à meilleur compte était vive, et dans une année où l’activité économique ne connaissait, après la secousse des années 1810-1812, qu’une reprise limitée.

  • 178 Ibid., 92/620, 6 décembre 1811, à Samuel et Jean Joly et fils.

73Dernier succès : celui qu’Oberkampf connaît avec son dépôt d’Amsterdam. En mars 1811, il en constitue un chez Nicolas Page — une vieille connaissance pour lui, puisqu’il s’agit de l’un des associés de Page et Mottet de Lyon, maison qui d’ailleurs a eu des revers : « La recommandation pressante de la maison de Lyon, le caractère actif de M. Nicolas Page, et la connaissance qu’il m’a paru avoir de la place d’Amsterdam m’ont engagé à lui consigner pour environ 20 000 frs de mes marchandises, que je renouvelle à mesure de leur écoulement ; et j’ai eu depuis ce temps lieu d’être satisfait de ses opérations et des règlements qu’il m’a faits. MM. Ternaux frères de Paris lui avaient fait avant moi une consignation de la même importance. »178 Page lui vendra 21 000 F de marchandises en 1811, 45 000 en 1812, 47 000 en 1813. Oberkampf développe ses ventes auprès d’autres clients à Amsterdam même, à Rotterdam, à La Haye.

74Il n’a pas eu, en revanche, le temps d’explorer les possibilités d’autres marchés, plus lointains ou plus difficiles à conquérir. Mais les intentions ou les premières démarches conservent une valeur indicative. Il s’agit des pays suivants :

    • 179 Ibid., 92/489, 27 septembre 1811.
    • 180 Ibid., 92/499, 2 octobre 1811.
    • 181 Ibid., 92/1022, 17 juillet 1812.

    Pays germaniques dans leur ensemble. Dès 1807-1808, Oberkampf entre en correspondance avec une maison de Cologne et une de Hambourg. En juillet 1811, il reçoit une offre d’entrer en affaires de la part de Seigel et Balthasar, de Leipzig. Quelques semaines plus tard, on le voit s’informer auprès de Chapeaurouge sur les « meilleures maisons » de Hambourg, Brême et Lubeck « qui soient dans le cas de consommer de mes articles en gros ou en bon détail »179, et faire une démarche analogue auprès des frères Beneck, à Berlin180. En 1812, il reçoit une proposition d’une maison lyonnaise, Pierre Marie Léorat et Cie, qui lui témoigne le désir de prendre des commissions de ses articles aux foires de Leipzig et Francfort. « Je désire que cet essai puisse réussir au gré de vos désirs et des miens, répond-il, mais je n’ose l’espérer, ayant une concurrence trop difficile à soutenir avec les fabriques d’Allemagne. A toute bonne fin, je vous remets ci-joint les échantillons de mes articles les plus nouveaux dans les qualités les plus fines, sachant par expérience qu’il est inutile d’y porter des échantillons d’impressions communes. »181

    • 182 Viollier et Cie, à Genève, société de 1808 pour le commerce de draperies et la commission.

    Suisse, moins pour y vendre que pour résister à sa concurrence. En 1811, Oberkampf établit un dépôt chez Roch, Deonna et Cie, maison spécialisée dans le commerce des indiennes et toileries ; le résultat est à peu près nul. En 1813, le gendre d’Oberkampf, J. Mallet, ramène d’un voyage à Genève une nouvelle proposition de Viollier et Cie182 : « J’aurais beaucoup de satisfaction à voir réussir ce projet ; je dois cependant vous faire savoir que j’ai déjà fait un essai avec MM. Roch, Déonna et Cie qui n’a pas eu de succès, ce que j’ai imputé au voisinage de la Suisse qui donne la facilité d’introduire en contrebande des toiles peintes de ce pays qui peuvent être établies à 25 % meilleur marché. Je suis cependant disposé à faire un nouvel essai. » En fait, le dépôt n’aura pas d’existence effective.

  • Espagne, enfin, dont Oberkampf n’atteignait jusque là la clientèle que par l’intermédiaire de ses dépositaires de Bordeaux et de Toulouse. En 1812, il accepte d’établir un dépôt à Bayonne, chez Odier et Jain — qui lui écouleront une dizaine de milliers de francs de marchandises en 1813. Le voyageur de Fazy, Dunan et Stoutz dont on a cité plus haut le témoignage avait été, lui aussi, attiré par ce mirage bayonnais, un an plus tôt : « Les Espagnols qui viennent à Bayonne n’arrivent qu’en certain nombre... Ils ne connaissent rien ou presque rien à la marchandise ; ils ont toute confiance dans les courtiers juifs, qu’il faut tâcher de gagner par un courtage un peu fort, 2, 3, 4 et même 5 %. Alors on peut espérer qu’au détriment même des maisons juives de la ville ils vous feront vendre des parties considérables payées comptant en quadruples ou lingots. Quant aux genres de leur préférence, ils se jettent dans ce moment-ci sur l’indienne, la rouennerie... » De Bayonne, on pouvait aussi sonder les maisons de Bilbao et de Santander. Mais, au vrai, encore fallait-il que les Espagnols arrivent, et que les bandes de Mina n’y fassent pas obstacle. Et entre les misères de la guerre et les succès de la contrebande anglaise, restait-il beaucoup de place pour le commerce français ?

  • 183 Ibid., 90/853, 23 juin 1809, à Dewelz.
  • 184 Ibid., 92/306, 22 juin 1811, à Becquart Rivière, de Lille.
  • 185 89/26, à J. B. Boyer, de Ratisbonne.
  • 186 Notons qu’en 1813 — était-ce l’amorce d’un changement dans sa politique de fabrication ? — Oberkamp (...)

75Les expériences et témoignages d’Oberkampf exportateur autorisent en fin de compte à poser en termes généraux les problèmes de l’expansion commerciale de l’industrie parisienne dans sa branche textile, et particulièrement dans l’impression des étoffes de coton. Les produits industriels français, à l’intérieur de l’Empire et dans les autres États du système napoléonien, restent soumis à la loi des prix, qu’ils s’affrontent entre eux de région à région — Paris et Nord, Paris et Alsace, Paris et pays flamand — ou qu’ils aient à affronter la contrebande anglaise, ou la contrebande des toiles suisses et allemandes, ou sur certains marchés la concurrence légale de ces dernières. Dans tous les cas, Oberkampf est handicapé, malgré ses indéniables facultés d’adaptation commerciale, par ses prix trop élevés, qui ne lui ont pas permis de profiter au maximum des conditions favorables que l’organisation économique du système continental, en dépit de ses insuffisances, assurait aux industriels français, contrebalançant d’autres aspects fâcheux du Blocus. Reprenons encore la correspondance du maître de Jouy, pour y retrouver l’obsession des prix : « Si mes prix sont plus élevés que ceux des manufactures d’Alsace, je suis persuadé que cette différence est compensée par la supériorité de mes qualités. »183 « Je sais que mes prix de façon doivent paraître trop élevés dans un pays (Lille) où l’on travaille à si bon compte ; cependant je regrette de ne pouvoir vous en offrir de plus avantageux. »184 « Nous payons encore trop cher en France les toiles de coton pour pouvoir rivaliser pour le bon marché avec les manufactures de Suisse et autres de vos contrées (Allemagne du sud). Le temps pourra venir où cette différence disparaîtra, mais il faut encore attendre. »185 Dans les prix, bien sûr, celui du coton brut joue un grand rôle. Coton américain ou coton du Levant, c’est en France qu’il coûte le plus cher, grevé de kilomètres et de droits. Mais aussi, prix de la main-d’œuvre : Oberkampf est en discussion permanente avec ses entrepreneurs de tissage sur le prix de façon de leurs ouvriers, toujours prêts à exiger un sol de plus à la pièce. La France paie-t-elle la rançon d’un progrès politique et social inauguré par la Révolution de 1789 et la conquête des grandes libertés, et ne verrait-on pas se dessiner dès l’aube du xixe siècle une disparité des salaires favorables au succès de nos concurrents industriels ? Enfin, dans les prix, intervient le niveau technique des entreprises, avec sa signification ambiguë. Facteur de réduction des coûts, lorsque par exemple des machines perfectionnées et une main-d’œuvre entraînée permettent d’obtenir fils et tissus à meilleur compte, la qualité technique devient facteur de cherté chez un Oberkampf lorsqu’elle signifie de meilleures teintures et des impressions plus solides. On rejoint par là un autre problème : Oberkampf à son déclin n’est-il pas représentatif d’une certaine tradition industrielle française — celle que l’on retrouverait dans les draps d’Elbeuf et de Sedan — pour laquelle le produit livré, qu’il soit de fabrication artisanale ou de fabrication industrielle, doit toujours se présenter comme un produit « bourgeois » de haute qualité, mal préparé de ce fait à concurrencer ces qualités communes à bas prix qui font la force d’autres centres — anglais ou continentaux — de la production textile ?186

IV. L’ENTREPRISE OBERKAMPF DANS LA CONJONCTURE NAPOLÉONIENNE

76Entreprise liée à un marché intérieur très vaste et, dans une certaine mesure, à un marché international, dépendante pour des approvisionnements essentiels de fournisseurs lointains, située dans un secteur d’innovation technique, l’affaire d’Oberkampf est nécessairement de celles qui réagissent avec une grande sensibilité aux variations de la conjoncture napoléonienne. Ces réactions se lisent, dans les documents, à deux niveaux dont les informations sont à la fois distinctes et complémentaires : celui de la correspondance commerciale, celui des inventaires annuels.

Les crises vues depuis Jouy

77La correspondance commerciale apporte un témoignage précieux moins sur les crises elles-mêmes — l’angle de vue d’un manufacturier, fût-il de haut vol, étant trop étroit — que sur les attitudes de l’entrepreneur en face de ces crises.

  • 187 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 85/29, à Pont, Gaillard et Cie.
  • 188 Ibid., 85/8, 14 prairial an VII.
  • 189 Cf. également Ibid., 85/35, 11 messidor an VII, à Maged, d’Orléans : « Les désagréments, et les per (...)
  • 190 Ibid., 85/91, à Coulon et Cie.
  • 191 Ibid., 85/108, à Pont, Gaillard et Cie. C’est à ce moment que la réduction des achats d’Oberkampf s (...)
  • 192 Ibid., 85/115, 35 fructidor an VII, à Rebattu, Gastinel et Cie, de Paris.
  • 193 Ibid., 85/182, 23 brumaire an VIII, à Aubertin.

78La première est celle de 1799. C’est en prairial an VII que la mévente devient sensible. « Il y a depuis un mois une stagnation dans les affaires, écrit Oberkampf le 4 messidor ; les demandes se portent sur les guinées et les bas prix. »187 Sa première réaction est de se mettre à l’abri en contractant les achats et les ventes et en restreignant ses crédits. Les stocks devenant considérables, surtout dans la catégorie des siamoises de fabrication française, il refuse toutes les offres de toiles. Quant aux ventes, plutôt s’y refuser également que de faire de médiocres affaires : « J’aime mieux faire moins d’affaires que de les faire aussi mauvaises qu’elles ont été depuis quelque temps et qu’elles paraissent devoir devenir », mande-t-il à son dépositaire Duhéron188 ; il lui prescrit en même temps de ne vendre qu’au comptant, ou au maximum à trois mois « seulement en faveur d’anciens amis », en négociant leurs traites ou billets « contre du papier sur Paris de tout repos »189. Très vite, cependant, Oberkampf doit passer de la simple prudence aux sacrifices : dès le début de thermidor, il autorise Duhéron à faire des rabais de 5 à 10 % sur certains dessins difficiles à placer, sur les articles « durs à la vente » ; dans l’hiver, il admettra sur certaines pièces des diminutions allant jusqu’à 21 %. La foire de Beaucaire ayant été « aussi mauvaise que l’on pouvait s’y attendre », Martin Portalès est invité à rabaisser de 6 %. A l’automne, ce sont la production et l’emploi qui se trouvent atteints : « Les affaires sont si désespérantes aujourd’hui que je suis obligé de réduire ma fabrication » (11 fructidor)190 ; « les circonstances deviennent de plus en plus difficiles... je pense que l’unique remède est de se restreindre sur la fabrication ; c’est ce que j’ai fait » (27 fructidor)191. En conséquence, Oberkampf réduit le nombre de ses ouvriers, à commencer par les dessinateurs. La trésorerie est gênée, à en juger par les appels répétés à la rentrée des fonds ; or celle-ci reste difficile, notamment en provenance de l’ouest, où les diligences ne sont plus sûres dans un pays infesté de chouannerie — et les pertes se multiplient avec les faillites : « Après les faillites que l’on a éprouvées cette année de débiteurs anciennement établis et qui paraissaient devoir mériter toute confiance, l’on ne sait plus ce que l’on doit penser de ceux qui surnagent encore »192 — remarque qui en dit long sur la rapidité avec laquelle la confiance se dégrade. « La misère générale diminue considérablement la consommation. »193

  • 194 Ibid., 85/182, id.
  • 195 Ibid., 85/193, 7 frimaire an VIII, à son beau-frère Massieu.

79Le coup d’État de Brumaire apporte une première détente. C’est l’une des rares occasions où la correspondance laisse passer quelque commentaire, à vrai dire discret et assez banal, sur les événements politiques contemporains. « Il faut espérer que le bonheur général renaîtra bientôt avec la paix, c’est ce que chacun ici espère du nouveau changement qui vient de s’opérer dans ce pays-ci »194. « L’on espère ici toute sorte d’amélioration de notre nouvelle révolution ; il y en a déjà réellement dans les formes et les principes adoptés par les gouvernants. »195

  • 196 Ibid., 85/380, 18 germinal an VIII, à Duhéron.
  • 197 Ibid., 85/432, 15 floréal an VIII, à Valéry frères, de Bayonne.

80A la fin de l’hiver, les ventes reprennent ; de pluviôse à germinal an VIII, les prix des toiles remontent, Oberkampf ne juge plus désormais nécessaire de consentir des rabais, « la vente paraît s’animer de tous côtés »196. En floréal, il note : « J’aurai cette année une plus grande quantité de commissions que je ne pourrai peut-être en faire »197.

  • 198 Ibid., 85/800.
  • 199 Ibid., 85/554, 7 messidor an X.

81Il est fort curieux de constater que si la crise, bien naturellement, provoquait chez lui une réaction « malthusienne », le retour de la prospérité ne le pousse pas aux enthousiasmes irréfléchis, c’est-à-dire à un effort d’équipement en vue de produire beaucoup plus pour profiter d’une conjoncture favorable. A Frédéric Romberg père, négociant et manufacturier à Bruxelles, qui lui écrivait en 1801 pour lui proposer une association afin d’exploiter une découverte, Oberkampf répond : « Mon établissement est suffisamment étendu et je ne cherche pas à l’accroître, possédant déjà plusieurs machines, entre autres la presse anglaise et la machine à cylindre, moyens que je pourrais utiliser beaucoup plus que je ne fais, faute d’avoir assez de temps à leur donner. »198 Et en 1803, à Barrau, de Montpellier, qui se plaint d’être insuffisamment assorti à l’approche de la foire de Beaucaire : « Je ne demanderais pas mieux que d’être à même de pouvoir vous fournir toute la toile peinte que vous êtes dans le cas de pouvoir consommer ; mais il faudrait pour répondre à toutes les demandes avoir trois ou quatre fois autant de capitaux. »199

  • 200 Ibid., 88/69, 20 frimaire an XIII, à Fesquet, de Marseille : « Je suis en ce moment tellement garni (...)
  • 201 Ibid., 88/530, 19 thermidor an XIII, à Martin Portalès.
  • 202 Ibid., 88/630, 12 vendémiaire an XIV, à Samuel Joly, de Saint-Quentin, et 88/691, 23 brumaire an XI (...)
  • 203 Ibid., 88/888, 15 avril 1806, à J. F. Schmidt et Cie.
  • 204 Ibid., 89/86, 5 septembre 1806, à Vve Bourcard et fils, de Bâle.

82Après avoir bénéficié pendant les années 1803 et 1804 d’un niveau élevé de consommation, Oberkampf pâtit dès l’hiver de 1804-1805 d’une surcharge de marchandises200. A la foire de Beaucaire en 1805, les articles de qualité se vendent mal201. A l’automne, la crise se dessine nettement : et bien qu’elle ait été en fin de compte contemporaine de la crise de la Banque de France et de la crise générale du crédit et du commerce, elle semble bien avoir pris directement son origine dans un recul de la consommation lié à la reprise et à la généralisation de la guerre. A l’approche de l’hiver de 1805-1806, Oberkampf se trouve dissuadé d’acheter des toiles en blanc non seulement par la mauvaise saison qui ralentit normalement la fabrication, mais par le fait qu’il vend mal ce qu’il a déjà fabriqué et qu’il a, à ce rythme, pour plus d’un an de toiles à imprimer en stock202. Après avoir compté sur une reprise de la demande au printemps de 1806, il doit constater au mois d’avril que les affaires restent toujours aussi décourageantes203. A l’automne de 1806 le marasme se confirme et l’entrepreneur évite à grand-peine de licencier de la main-d’œuvre : « Les affaires sont si tristes que je suis continuellement aux expédients pour trouver de l’occupation et me dispenser de faire des réformes. »204

  • 205 Ibid., 89/267, 6 janvier 1807, à La Rochefoucault-Liancourt.
  • 206 Arch. nat., 41 AQ, Paris, 99/99, et Jouy, 89/261, 29 décembre 1806 et 6 janvier 1807, au même.

83C’est à cette date, en outre, qu’avec le Blocus les difficultés de la manufacture deviennent plus complexes. Pendant la première année du Blocus, il est vrai, les menaces restent encore imprécises. La plus générale serait que, les toiles à imprimer ou le coton brut nécessaire à leur fabrication venant à faire défaut, on ne puisse plus travailler. La plus directe est que le renchérissement des produits bruts ou semi-finis qu’emploie Oberkampf se répercute sur le prix de vente-des indiennes, dont il doute qu’elles puissent « supporter une hausse : le défaut de consommation est dans cette partie plus grand que jamais »205. Les victimes immédiates de cette conjoncture risqueraient d’être les tisserands : si les prix des filés sont trop hauts, « ce sera la misère chez les tisserands » car Oberkampf, lui, ne pourra consentir à acheter des toiles à trop haut cours. Mais l’indienneur à son tour risque d’être frappé ; car si les articles de fabrication nationale montent à un prix excessif, « la classe la plus nombreuse de nos consommateurs » pourvoira à ses besoins avec des marchandises de contrebande qui conserveront l’avantage en dépit des entraves à leur circulation206. Les problèmes de la conjoncture rejoignent ici ceux de la structure industrielle française, évoqués précédemment : il s’agit de savoir si l’industrie cotonnière sera en mesure de fournir à l’indiennage, à un prix avantageux, les toiles à imprimer de qualité commune dont il ne tardera pas à avoir besoin.

  • 207 Ibid., Jouy, 89/261, 2 janvier 1807, à Pluvinage et Arpin, de Saint-Quentin.
  • 208 Ibid., 89/267, 6 janvier 1807, à La Rochefoucault-Liancourt.
  • 209 Ibid., 89/294, 24 janvier 1807, à Houël, de Bohéries.

84Au cours de l’année 1806-1807, l’inquiétude ne s’impose pas encore. Oberkampf estime en effet qu’il y a des stocks, que la spéculation à la hausse sera vite découragée par la persistance d’un commerce par l’intermédiaire des neutres, et se trouve lui-même encore largement approvisionné. « L’alarme causée par le décret de Blocus a causé sur les cotons un renchérissement qui pour le moment paraît être stationnaire et même rétrograde ; 3 1. 15 s. le cours actuel du fernambourg est à peu près le même qu’il y a un an. »207 « La terreur presque panique inspirée par le Blocus paraît avoir perdu presque tout son effet..., parce que l’on compte sur la continuation des arrivages, dont l’interruption totale pourrait seule amener une hausse durable. »208 « Un grand mouvement imprimé aux établissements de tisseranderie et la terreur du moment causée par le décret de Blocus ont ranimé la demande sur les cotons filés et les cotons en laine, qui a donné lieu à une augmentation qui, suivant moi, ne peut être que passagère parce qu’en définitif la consommation est trop languissante, et que les provisions de toiles des Indes sont encore considérables. Si cependant la demande des calicots de France doit augmenter, elle se portera sur les qualités que l’on pourra obtenir à bas prix. »209

  • 210 Ibid., 89/711, à Athayne, de Paris.
  • 211 Ibid., 89/730, 10 octobre 1807.
  • 212 Ibid., 89/764, 30 octobre 1807, à W. G. Eichoff, de Paris.

85Oberkampf tiendra ces raisonnements jusqu’au début d’octobre. Il écrit encore, le 30 septembre210 : « Malgré la hausse que viennent d’éprouver les cotons en laine, je suis déterminé à ne point changer mes prix. Lorsque je les ai établis les cotons étaient à peu près au même cours qu’aujourd’hui. D’ailleurs, il est probable que cette augmentation ne sera que momentanée, et je suis tellement garni de marchandises que je puis attendre la diminution. » Dix jours plus tard, il refuse encore de commander à Arpin et fils de Saint-Quentin — d’excellents fournisseurs, cependant — des calicots en hausse211. Mais à la fin d’octobre, il se voit contraint d’entrer dans le jeu de cette hausse. Le prix des cotons en laine augmentant à nouveau beaucoup et prenant « une apparence de continuation », il consent aux tisserands qui travaillent régulièrement pour lui une augmentation de 2 s. par aune. Il affirme ne pouvoir offrir plus, car « les toiles peintes ne sont susceptibles d’aucune hausse de sorte que je ne pourrais mieux faire sans nuire beaucoup à mes intérêts. Je crois qu’il convient à tous ceux qui ne sont pas fileurs de réduire beaucoup leur fabrication et de ne se livrer qu’aux articles les moins désavantageux. Je ne peux croire que les cotons en laine restent très longtemps au prix où ils sont ; il faudrait renoncer à imprimer si on paye les toiles dans la proportion du coton, et il n’est pas en mon pouvoir de soutenir les fabricants de toiles de coton. »212

  • 213 Ibid., 89/973, 7 mars 1808, à Mottet Roche, de Gênes.
  • 214 Ibid., 89/985, 12 mars 1808, à Samuel et Jean Joly et fils.
  • 215 Ibid., 90/212, 5 juillet 1808, à Peltier, de Paris.
  • 216 Ibid., 90/214, 6 juillet 1808, à Samuel et Jean Joly et fils.

86En fait, et sous la réserve d’être livré d’une marchandise de qualité parfaite, il consent de 4 à 6 % de hausse en novembre, 8 % en janvier 1808, 18 % dans la première quinzaine de mars. A ce moment il se résigne aussi à majorer ses propres prix, du moins pour la marchandise nouvellement imprimée : « Depuis que l’augmentation effrayante des cotons a pris une stabilité décidée, je me suis vu forcé de faire éprouver à mes toiles une hausse qui n’excède pas 50 c. l’aune, mais cette hausse est bien loin d’être proportionnée à celle quej’éprouve dans mes achats... Cependant je n’ai pas changé les prix de mes marchandises en magasin ce qui les a rendues bien plus avantageuses. »213 Il hésite beaucoup à aller plus loin : « Je crains bien que la vente ne se réduise à peu de chose quand il faudra faire supporter l’augmentation entière, et le plus sage sera alors de fabriquer moins. »214 Mais les événements l’entraînent. Dans la deuxième quinzaine de mars, il porte à 25 % l’indemnité à ses « bons fabricants » ; et à 75 centimes l’augmentation de ses toiles peintes. A la fin de mai, l’indemnité passe à 40 % ; pour limiter ses pertes, Oberkampf décide de majorer jusqu’à 1,50 F tous les articles nouveaux, et de 25 centimes (toujours à l’aune) ses anciennes marchandises en magasin. Au début de juin, c’est le sommet de la crise de cherté ; il ne trouve plus de calicots à moins de 50 % d’indemnité — mais à ce taux il va lui falloir renoncer aux achats. « Le consommateur ne veut pas entendre parler d’augmentation et l’on ne vend rien. »215 « La mévente est complète. Le consommateur montre partout une résistance opiniâtre à payer une augmentation. »216

  • 217 Ibid., 90/215, 6 juillet 1808, à Desurmont.
  • 218 Ibid., 90/248, 26 juillet 1808, à Lafosse, Lionnet et Cie, en foire de Beaucaire.
  • 219 Ibid., 90/314, 5 septembre 1808.

87C’est alors qu’intervient, dans cette crise de 1808, une détente des cours qui ne signifie pas, pour autant, une réanimation du marché. Au tournant des mois de juin et juillet s’amorce une baisse des cotons en laine, plus marquée encore sur les calicots de Picardie et de Normandie. Oberkampf l’attribue à la pression due au refus d’acheter du consommateur217. Il en profite pour ramener son indemnité à 42 %, puis à 33 % au milieu de juillet, enfin à 25 % au début d’août, niveau auquel il se tiendra encore en janvier 1809. Mais la vente ne reprend pas. Oberkampf craint qu’elle « ne soit pas active à Beaucaire pour les marchandises qui ont supporté l’augmentation ; les acheteurs se décideront d’autant plus difficilement qu’ils auront été informés de la baisse survenue depuis peu sur les calicots après qu’on les a eu poussés à des prix extravagants »218. De fait, quelques semaines plus tard, le commentaire des affaires réalisées par Martin Portalès sera désabusé, quoique optimiste quant à l’avenir : « Votre compte de vente de Beaucaire est des plus maigres... Je continue d’espérer un débouché assez raisonnable cet automne et le printemps prochain, puisqu’il est certain que la marchandise est beaucoup moins abondante et le nombre des consommateurs plutôt augmenté. »219

  • 220 Ibid., 90/602, 28 février 1809, à Mulsant, de Thizy.

88En attendant, il va devoir « remercier » un grand nombre de ses anciens fournisseurs. Dans l’hiver de 1808-1809, il se plaint d’éprouver « tous les inconvénients de la rareté des fonds et de la difficulté des rentrées »220. L’atonie des affaires se poursuit jusqu’à la crise de 1810-1811. Oberkampf a-t-il reçu des coups dont il ne pourrait se relever ? Il est bien possible qu’il faille dater de ces années 1808-1810 le déclin irrémédiable d’une affaire compromise par les conditions dans lesquelles elle s’obstine à écouler une production de qualité : cherté des prix de revient, incertitude du marché intérieur, difficulté de conquérir de larges débouchés extérieurs.

  • 221 Ibid., 91/880, à F. Keittinger, de Bolbec.
  • 222 Arch. nat., 41 AQ 1, 4 mars 1811.

89Quoi qu’il en soit, on retrouve dans l’hiver de 1810-1811, mais avec un degré de gravité beaucoup plus marqué, la mévente de 1799-1800. Répondant à un correspondant qui sollicitait de lui un secours, Oberkampf note le 22 décembre 1810 : « Les pertes que j’ai faites en Espagne et la lenteur des rentrées, suite naturelle des circonstances actuelles, ont tellement restreint mes moyens que je suis obligé de ménager toutes mes ressources pour ne pas être obligé moi-même à demander des secours. »221 Au début de 1811, on le voit ramener l’escompte au bénéfice de ses clients à 5 %, demander instamment à ses dépositaires l’envoi d’un compte de vente mensuel afin de connaître les rentrées qu’il peut espérer, enfin consentir aux mêmes un rabais de 5 % et accepter le retour rapide de tout l’invendu de 1810, qui se monte à des milliers de pièces. On possède un texte d’Oberkampf lui-même qui montre quelle interprétation il donnait de la crise, en réponse aux questions que lui avait posées le ministre du Trésor sur l’état du commerce et notamment des filatures et manufactures de toiles peintes222. Écartons l’argument de principe dirigé contre la liberté du travail établie par la Révolution : une « concurrence nuisible » aurait résulté de « la facilité de former des établissements sans maîtrise », de « la liberté et par suite l’inconstance et l’indiscipline des ouvriers, qui courent d’ateliers en ateliers parce qu’ils ne sont tenus à aucun apprentissage, à aucune obligation pour un temps limité ». Plus intéressante, l’idée que « les produits ont dépassé les besoins réels », que « le nombre des manufactures qui emploient le coton est hors de proportion avec le débouché de leurs produits » ; et celle qu’une reconversion vers d’autres activités ne pouvant se faire sans de graves secousses, il faut donner à la capacité de production de l’industrie cotonnière française la possibilité de conquérir les marchés étrangers. Pour cela, les indienneurs français doivent livrer à aussi bas prix que les manufacturiers suisses et allemands ; aussi Oberkampf suggère-t-il que les droits à l’entrée sur le coton brut soient restitués sous la forme d’une prime à l’exportation. Au reste, le système douanier est fortement mis en cause : pour ses tracasseries (« de fortes quantités de cotons payés par les négociants et les manufacturiers français depuis plus de six mois sont arrêtées au bureau d’entrée de Verceil »), et pour ses rigueurs (« une partie assez considérable de capitaux a été anéantie par la destruction de marchandises prohibées à la vente mais payées » : pour satisfaire à leurs engagements, les victimes ont dû vendre leurs stocks, provoquant ainsi un effondrement des cours).

  • 223 Ibid., 41 AQ, 92/672, 16 janvier 1812, à La Rochefoucauld-Liancourt.
  • 224 Ibid., 92/775, 4 février 1812, à Samuel et Jean Joly et fils.
  • 225 Ibid., 93/430, 7 juin 1813, à Paillet-Carré, de Saint-Quentin.
  • 226 Ibid., 93/696, 2 novembre 1813, à Louis Audra et à Dewelz et Violier, de Naples.

90Ainsi est-ce dans le marasme persistant de la vente que les manufactures d’Oberkampf entrent en 1811 dans ce qui aurait dû être, une fois la filature et le tissage d’Essonnes mis en route, la belle période d’une entreprise techniquement intégrée. « Quelques efforts que j’aie faits l’année dernière pour diminuer chez moi la quantité de marchandises dans les divers états, elle s’y trouve encore augmentée par le grand vide de la consommation. »223 « La consommation de l’année dernière a été si faible que malgré mes efforts ma provision de marchandises en blanc et écru s’est encore augmentée. »224 En 1813, en pleine saison, il affirme ne pas avoir de quoi occuper ses employés la moitié du temps225. L’imminence d’une réouverture des marchés étrangers aux articles anglais, enfin, le conduit à ordonner à ses dépositaires de liquider hâtivement ses propres marchandises : ainsi, écrit-il à Naples qu’on les écoule avec un rabais de 15 à 25 %226, tandis qu’en France même il décide (novembre 1813) de mettre son entreprise en veilleuse, « jusqu’à un temps plus heureux ».

La comptabilité de l’entreprise Oberkampf

  • 227 Dans sa thèse (1964) Maurice Lévy-Leboyer a déjà étudié cette comptabilité (p. 53-55), jusqu’en 181 (...)

91L’étude peut en être faite essentiellement d’après les registres d’inventaires annuels. Ces inventaires n’existent pas entre le 31 décembre 1792 et le 31 décembre 1796, date à laquelle leur tenue régulière reprend jusqu’à la fin (1815) ; dans l’intervalle, Oberkampf annonce qu’il avait subi 1 564 022 lt de pertes, ou plus exactement de diminution de son capital. Des notes éparses complètent cette source principale227.

92a) Les bénéfices, vus par Oberkampf lui-même. Le principe de leur calcul est simple, à première vue. Le chef de la maison détermine le bénéfice ou le déficit en comparant son capital « présent », selon sa propre expression (obtenu par soustraction du passif exigible de l’actif) à la date de l’inventaire avec son capital à la date de l’inventaire précédent.

93En fait, le calcul, pendant la plus grande partie de la période que nous étudions, se complique sensiblement. Tout d’abord, le capital se voit augmenté des montants du compte d’intérêts de fonds et du compte de levées. Le compte d’intérêts de fonds devrait normalement s’inscrire au passif, mais Oberkampf, s’identifiant avec son affaire, le transfère en fait à l’actif. Le compte de levées est un compte de dépenses, dans lequel les dépenses personnelles et les dépenses de l’entreprise sont vraisemblablement confondues. Le transfert de ce compte à l’actif est un artifice : il aboutit à chiffrer un capital disponible purement théorique. Seconde complication : de 1803 à 1808, le bénéfice est calculé en soustrayant du capital (deux fois majoré) de l’année écoulée le capital au précédent inventaire, majoré du seul compte d’intérêts mais non du compte de levées. A partir de 1809, on revient à un mode de calcul plus simple.

Tableau 11. Évolution de la production des ateliers d’Oberkampf.

Tableau 11. Évolution de la production des ateliers d’Oberkampf.

Tableau 12. Indices d’activité d’Oberkampf.

Tableau 12. Indices d’activité d’Oberkampf.

Tableau 13. Inventaires d’Oberkampf (an VII-1813) (en francs).

Tableau 13. Inventaires d’Oberkampf (an VII-1813) (en francs).
  • 6 Compte de dot de Julie Oberkampf, épouse Féray.
  • 7 Déficit.

Note *6
Note **7

Lecture du tableau.

94Colonne 1. L’actif englobe régulièrement dans ces inventaires les marchandises générales, les drogues et la manutention ; le capital immobilier, tant les biens propres d’Oberkampf que les installations industrielles ; l’avoir mobilier (meubles, argenterie, espèces en caisse, actions de la Banque de France) ; les créances de toute nature, y compris les douteuses et les mauvaises.

95Colonne 2. Le passif comprend essentiellement, outre les dettes commerciales à court terme d’Oberkampf, toujours très réduites, » l’argent placé à intérêt par divers ». De plus, du bilan de l’an XI à celui de 1805 inclusivement, s’y inscrit le « compte d’intérêts de fonds » d’Oberkampf lui-même.

96Colonne 3. Aucun élément d’information ne permet de rendre compte des lacunes de cette colonne. On ignore pourquoi la rubrique n’apparaît pas avant l’an X. Sa disparition à partir de 1808, en revanche, pourrait s’expliquer par un réinvestissement intégral de ce compte dans les nouvelles constructions d’Essonnes.

97Colonne 4. Là encore, aucune indication n’est fournie par les sources sur l’absence de cette rubrique dans les inventaires de l’an X et de 1812. On a porté faute de mieux dans cette colonne, à l’an XI, un compte de dot de la fille aînée d’Oberkampf, dont l’intervention est épisodique.

98Colonne 5. Le mode de calcul adopté par Oberkampf pour établir le montant de son capital a varié au cours de la période utilisée. De l’an VII à l’an IX, et en 1812, il est calculé simplement par soustraction actif-passif.

99Colonne 6. La ligne du bas correspond à l’addition des colonnes 1 et 3 ; la ligne du haut à l’addition des colonnes 1, 3 et 4. Les trois données des colonnes 5 et 6 sont utilisées dans le calcul du bénéfice.

100Colonne 7. Le « bon avoir effectif » est obtenu en retranchant du capital les dettes mauvaises ou douteuses, et l’escompte, calculé à 4 % sur les débiteurs présumés bons.

101Colonne 8. De l’an VII à l’an IX, le bénéfice a été calculé en retranchant simplement du capital (colonne 5) de l’année dont on fait le bilan le capital (même colonne) de l’année précédente.

  • En l’an X, en retranchant de la colonne 6, an X, la colonne 5, an IX.

  • En l’an XI, en retranchant de la colonne 6, ligne supérieure, an XI, la colonne 5, an X.

  • En l’an XII, XIII, 1805, 1806, 1807, 1808, en retranchant de la colonne 6, ligne supérieure, de l’année considérée, la colonne 6, ligne inférieure, de l’année précédente.

  • En 1809, 1810, 1811, en retranchant de la colonne 6, ligne supérieure, de l’année considérée, la colonne 5 de l’année précédente.

  • En 1812, en retranchant de la colonne 5 la même colonne de 1811.

  • En 1813, en retranchant de la colonne 5 de 1812 la colonne 6, ligne supérieure, de 1813.

102Oberkampf ressentait-il lui-même la nécessité de procéder à une estimation plus véridique ? On peut le penser en constatant qu’il calcule aussi, à partir de la différence actif-passif, un « bon avoir effectif » inférieur au capital : il est tenu compte, en effet, des manques à gagner qui résulteront, postérieurement à la date de l’inventaire, de non-recouvrements, et d’escomptes à de bons débiteurs payant avant l’échéance de trois mois. C’est pourquoi nous proposerons de mettre en regard les bénéfices ou déficits calculés selon la méthode d’Oberkampf, et ceux qui résultent de la comparaison des « bons avoirs effectifs » d’une année sur l’autre.

103On n’en tirera ni certitudes sur les valeurs absolues, ni encore moins indications sur des taux de profit. Mais au moins le mouvement ne fait-il pas de doute. Faute de connaître le chiffre d’affaires, on peut le comparer au mouvement de la production, exprimé par l’aunage imprimé tant à façon que pour le seul compte de la fabrique (tableaux 11 et 12). Les courbes sont parfaitement lisibles : élan de prospérité de 1802 à 1805 ; crise de 1806 ; rétablissement partiel de 1807 à 1809 ; crise à partir de 1811, alors même que la capacité de production de l’entreprise atteint son maximum.

  • 228 Ibid., 41 AQ 1.

104Le déficit des trois derniers bilans est expliqué de façon assez allusive. En 1811, le bon avoir effectif, d’abord estimé à 9 821 650 F (ligne inférieure de la colonne 7 du tableau 13) est ramené à 8 803 929 F (ligne supérieure). En effet, nous dit-on, il faut défalquer de la première estimation 1 017 720 F de pertes, correspondant à : 1) 144 000 F de « minimum de profit garanti accordé aux intéressés » (en cas d’année déficitaire) ; 2) 873 720 F solde négatif du compte de profits et pertes, dont nous ne connaissons pas le détail. Mais nous savons par le mémoire sur les Causes de la décadence de la manufacture de Jouy228 que, sur les 3 381 balles de coton achetées à Lisbonne, Oberkampf en avait définitivement perdu 1 320, valant 1 822 000 F, ce qui avait rendu nécessaire l’emprunt de 600 000 F à Jacques Louis Pourtalès, remboursable par quarts du 31 décembre 1810 au 30 juin 1812, et dont le dernier paiement fut en fait prolongé jusqu’au 30 juin 1815 : il devait en coûter au total 121 000 F d’intérêts !

105De même, en 1812, l’estimation de 10 205 486 F est ramenée à 8 318 568 F par soustraction des deux postes de pertes et charges incompressibles ci-dessus, les deux années 1811 et 1812 étant cumulées, soit respectivement 288 000 et 1 598 917 F.

106Lorsqu’en 1813 enfin Oberkampf fait apparaître du point de vue comptable la situation réelle à la colonne 8, il donne la décomposition suivante des 2 952 755 F de pertes :

1071 598 917 F Pertes des années 1811 et 1812

108444 000 Minimum aux intéressés pendant trois ans

109114 480 Perte sur la vente des actions de la Banque de France

11077 857 Déficit de la filature au 31 décembre 1813

111717 501 « Pour achever de couvrir les comptes de changes et retards, drogues, manutention et autres »

  • 229 Ibid., 41 AQ 15, p. 90-91.

112Signalons enfin qu’Oberkampf s’est livré, pour la seule année 1797 — année de la reprise normale des affaires —, à un calcul sur des bases différentes, pour évaluer ce qu’il appelle le « bénéfice apparent »229 ; il s’agit d’un « calcul comparatif pour connaître le bénéfice sur les marchandises d’après le prix moyen d’achat calculé en y ajoutant les dépenses qu’elles ont occasionnées pour la fabrication et autres, il s’agit donc en fait du prix de revient, et le prix moyen qu’elles ont été vendues ». Le stock restant au 30 frimaire an V (31 décembre 1796) est évalué à 2 831 582 lt, les achats courants an VI à 1 705 990 lt, et les dépenses diverses à 1 434 430 lt, soit un total de 5 972 002 lt. Les « dépenses diverses » comportent : drogues, frais de manutention, commerce et réparations, frais aux bâtiments et enclos de la manufacture, changes et retards, chevaux, harnais et voitures, débiteurs mauvais et faillis, impositions, dépenses de bienfaisance, commission de banque. Sur la base d’un « prix coûtant moyen de la pièce » de 317 s 10 d l’aune, Oberkampf évalue alors les pièces vendues à 3 592 539 lt et réévalue le stock précédent à 3 087 076 lt, le total s’élevant alors à 6 679 615 lt. Il conclut à un « bénéfice apparent » de 707 432 lt, différent du « bénéfice réel » résultant de la soustraction capital au 31 décembre 1797 — capital au 31 décembre 1796, qui est seulement de 588 712 lt.

113Dans l’impossibilité de s’appuyer sur une démarche comptable cohérente et suivie de la part d’Oberkampf lui-même, il faudrait tenter une reconstitution de la comptabilité de l’affaire selon les règles modernes ; il n’est pas davantage possible d’y songer puisque nous ne disposons que des inventaires et des comptes courants des clients (et pas d’une façon exhaustive) : les comptes de profits et pertes, le détail annuel des dépenses d’investissement, les différents livres font défaut.

114b) En revanche, un certain nombre d’observations demeurent possibles sur la structure de l’actif et du passif et sur leur évolution.

115L’actif connaît une montée en deux paliers, le premier atteint à la faveur de la prospérité du Consulat et du début de l’Empire et explicable par la vive poussée de la production et des ventes ; le second à la suite de l’énorme accroissement des immobilisations résultant de la construction de la filature d’Essonnes après 1806. A la fin de l’Empire, la stagnation puis la chute de l’actif sont uniquement imputables au ralentissement de l’activité commerciale de l’entreprise.

116L’analyse de l’actif immobilier fait ressortir la part croissante des bâtiments à usage industriel et commercial : 60,5 % en 1798. à la fin de l’époque révolutionnaire au cours de laquelle Oberkampf avait procédé à des achats de biens nationaux ; 84 % en 1811, dans l’année où les installations industrielles se trouvent évaluées à leur plus haut prix.

  • 8 Toutes les sommes sont arrondies au millier de francs le plus proche.

Tableau 14. Évolution de quelques éléments de l’actif d’Oberkampf (en milliers de francs)8.
1. L’immobilier

Tableau 14. Évolution de quelques éléments de l’actif d’Oberkampf (en milliers de francs)8.1. L’immobilier
  • 9 Ce compte paraissant englober toutes les dépenses faites pour la construction du nouvel établisseme (...)

Note **9

3. Les valeurs d’exploitation

3. Les valeurs d’exploitation

Tableau 15. Évolution de trois postes de l’actif d’Oberkampf.

Tableau 15. Évolution de trois postes de l’actif d’Oberkampf.

117L’analyse des créances donne une haute idée du soin mis par Oberkampf à sélectionner sa clientèle : les dettes mauvaises ou douteuses n’atteignent généralement pas 200 000 F, quelle que soit l’ampleur du chiffre d’affaires, et ne connaissent un gonflement, certainement inévitable, que dans les années de crise de 1810-1813. C’est-à-dire qu’elles n’ont presque jamais représenté plus de 10 % du volume total des créances actives, et généralement moins de 5 %.

118Le passif suggère également, quant à lui, la santé de l’affaire dans la mesure où le volume des créances passives ne s’est accru que dans les années de plus grande activité de l’entreprise, ce qui est parfaitement normal.

119L’étude de la comptabilité d’Oberkampf est donc au total doublement décevante ; d’une part, parce qu’elle ne permet pas d’apporter une contribution à l’histoire des taux du profit dans les entreprises aux premiers temps de la révolution industrielle ; d’autre part, parce que les éléments d’information qu’elle ne manque tout de même pas d’apporter renseignent sur une histoire particulière à propos de laquelle il faut se garder de généraliser, d’autant plus que les difficultés de l’entreprise à partir de 1810 sont imputables à des éléments atypiques, tels que l’énormité des pertes dans la spéculation sur les cotons du Brésil et celle des dépenses d’investissement dans les nouveaux établissements d’Essonnes.

Tableau 16. Évolution du passif d’Oberkampf.

Tableau 16. Évolution du passif d’Oberkampf.

Notes

1 Arch. nat., 41 AQ 1, « Opinion d’Oberkampf, fondateur des manufactures de Jouy et d’Essones, sur leur prospérité et leur conservation », mémoire inachevé. Les éléments de ce rappel historique sont empruntés aux documents conservés sous la cote ci-dessus. Oberkampf est né en 1738 à Wiesenbach (margraviat d’An-spach). Son père, un teinturier, et l’un des précurseurs de l’impression des dessins bleus sur fond blanc, fut appelé en 1749 à la manufacture d’indiennes de Rihyner et Iselin, à Bâle ; s’établit lui-même comme indienneur à Lörrach en 1752 ; devint directeur de l’indiennerie Brutelle à Schaffisheim (canton de Berne) en 1753 ; ayant acheté la bourgeoisie d’Aarau, s’y établit à son compte en 1755. Oberkampf fils travailla six mois comme graveur à Mulhouse, chez Samuel Kœchlin et Henri Dollfus, a la Cour de Lorraine, en 1757 ; partit en 1758 à Paris chez Cottin, qui envoyait chercher des artistes chez son père, pour y faire les couleurs et la gravure : il ne sait alors pas un mot de français. Sa sœur épouse un Widmer, qui s’associe à son père. Cottin exerçait son métier dans la cour des Princes, lieu privilégié de l’Arsenal ; quand en 1759 la fabrication des indiennes devint libre en France, Oberkampf fils chercha à s’établir à son compte : c’est l’origine de la création de Jouy, commandité par Tavannes, puis par le marchand de soieries parisien Levasseur, et par Demaraise.

2 Fils d’un marchand de vins parisien.

3 Émile Oberkampf épouse, en 1813, Laurette Joly de Bammeville, fille d’un grand manufacturier saint-quentinois dont les rapports avec Oberkampf sont étudiés p. 227-228.

4 En 1802 Oberkampf intéresse aux bénéfices nets pour neuf ans, selon leur degré d’utilité à la manufacture :
– Samuel Widmer l’aîné, pour un dixième
– Jacques François Pétineau, son beau-frère, pour un douzième
– Pierre François Louis Pétineau, pour un seizième
– Louis Féray, son gendre, pour un seizième
Les intéressés ne procuraient aucune mise de fonds, mais consacraient tout leur temps à l’affaire. En 1811, sont intéressés :
– Samuel Widmer l’aîné pour 8 %
– Louis Féray 8 %
– Jacques François Pétineau 6,5 %
– Émile Oberkampf, le fils 3,25 %
– Philippe Widmer —
– Victor Widmer —
– Gottlieb Widmer —
– Christophe Widmer —
Frédéric Widmer —

5 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 85/290, 24 pluviôse an VIII, à Vve Lassaussée, Paris.

6 Ibid., 86/490, à Desbrosses.

7 Arch. nat., 41 AQ, Paris, 100/2, 28 juillet 1808.

8 Cf. mémoire cité à la note 1.

9 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 85/583, 17 thermidor an VIII, à Pont, Gaillard et Cie, Lyon.

10 Ibid., 87/28, 7 prairial an XI à Duhéron, Bordeaux.

11 Ibid., 86/807, 17 nivôse an XI, à Pont, Gaillard et Cie.

12 Ibid., 86/716, 1er brumaire an XI, aux mêmes.

13 Ibid., 87/17, 30 floréal an XI, à Rittweger et Sauvage, Bruxelles.

14 Ibid., 86/554, 7 messidor an X, à Barrau, Toulouse. Oberkampf répète à longueur de correspondance que les consommateurs qui s’adressent à lui « ne cherchent que le beau dans chaque genre ».

15 Ibid., 85/29, 4 messidor an VII, à Pont, Gaillard et Cie.

16 Arch. nat., 41 AQ 4, lettre au ministre de la police générale, 14 avril 1812.

17 En fait, c’était le troisième voyage de Samuel Widmer en Alsace, succédant à ses visites de 1788 et 1798. En 1788, à Colmar, il avait trouvé mauvais le travail de la fabrique Haussmann (« Rien ne paraît calculé dans cet atelier, tout y est aman-ché (sic) sans raisonnement, et ce sera je pense une chose entièrement à recommencer. » Les rouleaux à imprimer n’y sont pas connus.) A Mulhouse, il visite les indienneries de Cornetz, Schmaltzer, Pierre Dollfus à la Cour de Lorraine, Thierry et Illensberger : « Plus j’avance du côté de la Suisse, plus on crie misère ; toutes ces manufactures ont renvoyé la moitié de leurs ouvriers. » A propos de Dollfus-Mieg et de Jean Hoffer : « Dans l’une et dans l’autre on travaille négligemment et je n’y ai rien vu qui mérite d’être cité. » Mais sur Nicolas Kœchlin, en revanche : « Il y a dans cet établissement Jacques Kœchlin, jeune homme très actif et fort entendu... Ils sont sans contredit les coqs de Mulhouse. » A Wesserling, la filature et le tissage sont excellents chez Gros, Roman et Davillier ; mais pour l’impression, « si nous voulons perfectionner quelques-uns de nos moyens de faire, ce n’est pas ici qu’il faut venir pour apprendre, et il faut que nous trouvions en nous-mêmes les ressources dont nous aurons besoin. » « M. Roman (qui dirige l’indiennerie) n’est pas fabricant, aussi la besogne s’en ressent-elle, on aperçoit en tout une espèce de négligence qui contraste beaucoup avec l’ordre et le soin que j’ai vus dans la fabrique de Munster. » Cette dernière est celle de Hartmann, commanditée par Soëhnée, de Paris.

18 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 88/111, 14 nivôse an XIII, à Chapeaurouge, Hambourg.

19 Ibid., 85/287, 19 pluviôse an VIII, à Delaville, Nantes.

20 C’est encore à Londres qu’Oberkampf recherche certaines teintures telles que l’écorce de chêne noir d’Amérique ou blackoak, le carbonate de baryte natif ou whiterite du Cumberland qui sert à la teinture en bleu, la potasse rouge d’Amérique.

21 Weis, Revel et Cie sont parmi les six ou sept très grosses maisons de commerce de Strasbourg. Oberkampf décline à leur profit, en l’an VIII, des offres de Schwendt fils de Haguenau, et de Heddaus et Cie de Heidelberg.

22 Oberkampf écrit à Turcas, de Marseille : « Il s’élève des manufactures de ce sel à Paris qui le vendent à meilleur compte que celui du Midi, et sans aucun risque, et qui le font très beau » (Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 86/818, 27 nivôse an XI). Cependant Marseille conserve sa place dans l’approvisionnement d’Oberkampf en aluns de Rome, importés notamment par Soleillet, Dagnan, Reboul père et fils.

23 Ibid., 87/104, 16 messidor an XI, à Koschell et Cie, Stockholm.

24 Arch. nat., 41 AQ, Paris, 100/35, 22 octobre 1808. Clarke, mécanicien anglais d’abord installé à Paris, puis fixé à Mons en l’an X, avait, entre autres, fourni une machine à vapeur à Liévin-Bauwens, et des broches à la filature de Mather à l’abbaye du Val des Écoliers (cf. Darquenne 1965, p. 61 et 252).

25 Arch. nat., 41 AQ 4, commande du 30 avril 1812.

26 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 90/134, 27 mai 1808.

27 Ibid., Paris, 100/30, 30 septembre 1808. En janvier 1809, Oberkampf demande pour la première quinzaine de mars le renouvellement de 300 000 F en traites à trois mois d’échéance (Ibid., 100/81).

28 Ibid., 41 AQ 4, 25 mars 1814.

29 Ibid., Jouy, 85/309, 7 ventôse an VIII, et 41 AQ 15.

30 Ibid., 41 AQ 16 et 17, et Paris, 100/38, 27 octobre 1808 : engagement de 699 000 F, capital et intérêts.

31 Ibid., Jouy, 88/691, 23 brumaire an XIV, à Rawle (Rouen).

32 Ibid., 86/491, 20 floréal an X. On remarquera que les quatre premières firmes citées appartiennent au milieu d’affaires neuchâtelois.

33 Philippe Rivier (1747-1816), de Genève, a d’abord été associé, à Londres, à Pierre Aubertin, de Neuchâtel, dans une maison spécialisée dans les toiles de Surate, du Coromandel et du Bengale. Sous la Révolution, il a fondé une nouvelle maison en association avec Ripley, moins nettement spécialisée dans les indiennes que la précédente, et s’adonnant surtout au négoce des denrées coloniales (cf. Dermigny 1960, p. 236). Jean Henri Rougemont appartient à la famille de banquiers neuchâtelois dont la branche la plus illustre est installée à Paris ; il est associé à Fesquet, de Marseille, depuis 1793.

34 James Cazenove et Cie est l’une des maisons fondées à Londres par les Cazenove de Genève.

35 Sur ce réseau, voir Dermigny 1960, passim.

36 Arch. nat., 41 AQ Jouy, 85/13, 17 prairial an VII, à Aubertin : « Quant à mon attachement pour vous, il durera autant que ma vie, et vous pouvez également compter sur ma prudence à ne jamais vous exposer à aucun danger de perdre avec moi. »

37 Dufresne a été successivement, à Rouen, le commissionnaire d’Oberkampf pour ses achats de toiles de Normandie, puis son correspondant pour les recouvrements à faire dans cette région.

38 Ibid., 86/468, 23 avril 1802, à Rougemont et Fesquet. Ces frais sont principalement ceux de déchargement, d’entrepôt et de réexpédition, et de commission du cosignataire. On sait l’importance dominante de Rouen dans le commerce extérieur de tout le nord-ouest de la France (et donc de Paris) et l’importance nationale de son rôle d’entrepôt (cf. Dardel 1963).

39 L’introduction des toiles de coton de l’Inde pour l’impression est permise sans certificat d’origine, sur des navires neutres qui, pour être admis dans les ports français, ne doivent pas porter de marchandises de fabrique anglaise. La « neutralisation » des envois s’effectue comme suit : il faut une double expédition simulée, l’une de Londres pour Hambourg ou Altona, l’autre de l’un de ces ports pour Calais ou Dieppe (Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 85/578 et 594, 13 et 23 thermidor an VIII, à Rougemont et Fesquet, et à Cazenove).

40 Marc Jacob et Gabriel Filliettaz, fabricants d’indiennes à Genève, passés en France en 1788, où ils s’associent à Lorient avec Jean Théodore Rivier, frère cadet de Philippe Rivier (cf. ci-dessus n. 33), sous la raison Rivier et Cie, avec une maison à Paris et une à Ostende. En 1794 Gabriel Filliettaz rentre en Suisse, s’installe à Morges, puis (1796) à Lausanne où il forme, sous la raison Gabriel Filliettaz et Cie, « de concert avec quelques amis... une maison qui suivra le commerce de toileries et celui de commissions en tous genres ». En 1798, il s’établit à Paris, en société avec Simon Isnard de Montpellier, chacun apportant 300 000 lt ; à Montpellier, la maison existe sous la raison Simon Isnard et Cie. Il crée enfin à Anvers une branche sous la raison Filliettaz, Meyer et Cie (redevenue en l’an XII Gabriel Filliettaz et Cie par le retrait de Meyer). Le service rendu par Filliettaz explique sans doute qu’en floréal an VII Oberkampf se décide à lui donner une commission de 8 à 9 000 pièces sur une vente de toiles de l’Inde qui doit avoir lieu à Anvers le 1er prairial, alors qu’il vient de refuser les offres d’un certain J. A. Charpentier, d’Ostende, pour une précédente vente anversoise (Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 85/409 et 440).

41 Ibid., 85/417, 8 floréal an VIII, à Rougemont et Fesquet.

42 Ibid., 85/351, 2 germinal an VIII, à Devot. « J’ai obtenu jusqu’à 12 % de douceur par les autres voies. »

43 Ibid., 85/442 et 513.

44 Oberkampf passe commande de 500 pièces à Tutein et Cie le 5 messidor an VII (Ibid., 85/32), 600 pièces le 24 thermidor sauf réduction d’un tiers à la moitié en cas de hausse (ibid., 85/75), 800 pièces le 13 ventôse an VIII, ou 1 400 si la marchandise baisse de 5 % (Ibid., 85/315), 2 600 pièces le 11 août 1800 (Ibid., 85/592) ou moitié plus si le cours est favorable, 1 900 pièces les 15 et 20 mars 1801 (Ibid., 86/407 et 420). Mais dans moins de la moitié du même temps (fructidor an VII — germinal an VIII), Aubertin a reçu commande de 6 300 pièces.

45 Ibid., 85/592, 11 août 1800, à Tutein et Cie.

46 Exemples : le 17 prairial an VIII, Oberkampf remet à Matthiessen et Sillem pour 70 691 marks banco d’effets sur divers, pour que cette maison achète de 3 à 6 000 livres sterling en profitant du bas cours de 31 F (Ibid., 85/490) ; le 9 messidor, Cha-peaurouge (originaire de Genève, installé à Hambourg, mort en 1805 ; associé à Doumerc, son beau-frère) est avisé d’avoir à remettre des livres sterling achetées pour Oberkampf à Rougemont et Fesquet, « auxquels j’en donnerai l’emploi » (Ibid., 85/525) ; le 21 germinal an XIII, Oberkampf informe Rougemont et Behrends et Cazenove qu’il leur fait noter respectivement des crédits de 150 000 et 120 000 marks banco chez Chapeaurouge, « indépendamment des remises que je pourrai vous adresser ou vous faire adresser » (Ibid., 88/298), etc.

47 Ibid., 87/22, 4 prairial an XI, à Cazenove.

48 Ibid., 87/83, 3 messidor an XI, à Duhéron.

49 Ibid., 87/107, 16 messidor an XI, à Rougemont et Behrends.

50 Le 1er septembre 1802, la société Rougemont et Fesquet s’est trouvée dissoute, Fesquet désirant rentrer en France avec sa famille et fonder un nouvel établissement à Marseille. Il est remplacé dans l’association par Philippe Frédéric Behrends, d’une famille de banquiers de Francfort, établi à Londres depuis 1796, et qui retournera à Francfort en 1812 à la mort de son père. Entre-temps meurt Jean Henri Rougemont, auquel succède son fils Georges. Écrivant en 1812 au ministre de la Police générale pour obtenir de lui que Behrends puisse débarquer dans un port français pour regagner sa ville natale, Oberkampf dit de la maison Rougemont et Behrends : « Leurs relations étaient principalement avec la France, l’Allemagne et la Suisse, et dans tous les temps ils n’ont cessé de rendre à tous les Français que leurs affaires appelaient en Angleterre tous les services que leur situation les mettait en état de rendre » (Arch. nat., 41 AQ 4, lettre du 3 octobre 1812).
Quant à Philippe Rivier, il se retire des affaires au début de 1803 et rejoint ses frères en Suisse. Les trois associés de la nouvelle société sont Jean Richard Ripley, Jean Antoine et Mathieu Wiss.

51 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 86/935, 10 avril 1803.

52 Ibid., 87/5, 23 floréal an XI.

53 Ibid., 87/52, 21 prairial an XI.

54 Ibid., 87/119, 24 messidor an XI, à Schumacher et Overmann.

55 Ibid., 87/147, à Blanquaert, de Gand.

56 Ibid., 87/182, 4 fructidor an XI, à Devot.

57 Ibid., 87/687, 691 et 827, 16 prairial et 22 thermidor an XII, à Marchès et à Thollen. En vendémiaire an XIII, l’usage de la voie hollandaise se trouve interrompu, des bateaux ayant été arrêtés au Texel. Oberkampf paraît y avoir complètement renoncé au printemps de 1805 (Ibid., 88/274, 12 germinal an XIII, à Schumacher et Overmann).

58 400 F par 500 myriagrammes sur toutes les toiles de coton d’origine non prohibée, blanches, brodées ou rayées (24 frimaire et 8 floréal an XI) ; sur ces mêmes toiles, autant de fois 5 centimes qu’il y aura de mètres carrés au kg (6 brumaire an XII) ; nouvelle aggravation le 22 ventôse an XII.

59 Allié aux frères Turckheim, banquiers strasbourgeois.

60 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 87/157 et 308, 21 thermidor an XI et 3 novembre 1803.

61 Ibid., 88/395, 9 prairial an XIII, à Nicolas Turckheim.

62 Ibid., 87/433, 3 pluviôse an XII, à Duhéron.

63 Ibid., 87/521. Petit et Senn, à Genève, fabrique d’indiennes ; société de 1794 entre Petit (Jean Étienne), gendre de François Louis Senn, et Marc Jérémie et David François Senn.

64 Ibid., 88/682, 16 brumaire an XIV, à Schumacher et Overmann.

65 Ibid., 88/617, 2 vendémiaire an XIV, à Fesquet.

66 Ibid., 88/731, 22 frimaire an XIV, à Duhéron.

67 Ibid., 88/689.

68 Ibid., 88/742.

69 Ibid., 88/811.

70 Ibid., 88/794, à J. C. Perrier, de Paris, 8 février 1806.

71 Ibid., 85/8, 14 prairial an VII.

72 Ibid.

73 Ibid., 85/462, à Pont, Gaillard et Cie, de Lyon, et à Mulsant, de Thizy.

74 Ibid., 85/304, 2 ventôse an VIII.

75 Ibid., 85/614, 10 fructidor an VIII.

76 Ibid., 85/264, 1er pluviôse an VIII, à Mulsant-Longère, de Thizy : « Je n’ai aucune intention de prendre de nouveaux arrangements pour mes achats, qui sont aujourd’hui fort peu conséquents, et ne valent pas la peine sous aucun rapport d’être partagés. »
Ibid., 85/674, 9 vendémiaire an IX, à Chavanne père et fils, de Régny (Loire) : « Le peu de bénéfice que j’ai trouvé à imprimer les toiles de votre pays, depuis quelque temps, m’a fait réduire de beaucoup mes achats, de sorte que je n’ai pas trouvé que cela valût la peine de diviser mes ordres... La consommation continue à se porter sur la toile de l’Inde, de sorte que je continue d’acheter fort peu, et ne sais quand je pourrai reprendre les achats un peu plus en grand. »

77 Entre prairial an VII et germinal an X, par exemple, les achats oscillent entre 100 et 600 pièces par mois.

78 Ibid., 86/894.

79 Ibid., 88/729, 21 frimaire an XIV.

80 Ibid., 88/846, 20 mars 1806.

81 Ibid., 88/911, 3 mai 1806.

82 Ibid., 88/939, 23 mai 1806.

83 Ibid., 90/677, 1er avril 1809.

84 Ibid., 86/771, à Féret.

85 Ibid., 87/415, 19 nivôse an XII.

86 Ibid., 88/25, 29 brumaire an XIII.

87 Ibid., 88/46, 6 frimaire an XIII.

88 Solution qu’il fera adopter également par Mulsant.

89 Ibid., 91/749, 2 octobre 1810.

90 Ibid., 86/5, 24 floréal an IX.

91 Ibid., 87/203, 11 fructidor an XI.

92 Ibid., 87/461, 23 pluviôse an XII.

93 Ibid., 87/694 et 710, 19 et 26 prairial an XI. En 1806, Dollfus est également mentionné parmi les saint-quentinois fournissant des toiles à Oberkampf.

94 Ibid., 88/832, 8 mars 1806.

95 Ibid., 88/178, 23 pluviôse an XIII.

96 Ibid., 88/321, 3 floréal an XIII.

97 Ibid., 90/583.

98 Ibid., 89/79, 2 septembre 1806, à Barre, Desmons et Cie.

99 Ibid., 88/851, 22 mars 1806, à Pont, Gaillard et Cie.

100 Ibid., 89/245, 24 décembre 1806, à Duhéron.

101 Depuis le 1er janvier 1806, Samuel et Jean Joly et leurs fils.

102 Ibid., 88/819, 28 février 1806.

103 A Roupy, à 9 km au sud-ouest de Saint-Quentin, Jacques Arpin a installé en 1803 la première filature mécanique du département de l’Aisne. Né en Savoie en 1762, venu à Saint-Quentin en 1777, associé en 1782 à Pluvinage, il a débuté dans le commerce des linons et batistes. Sa filature, équipée d’une pompe à feu fournie par Charles Albert, aura jusqu’à 12 000 broches. En 1806, elle fournit des fils du n° 130 au n° 160, et Arpin reçoit une médaille d’or pour ses calicots, percales et mousselines. A la fin de l’Empire, Arpin adjoint à la filature et au tissage une fabrique de sucre de betteraves (cf. Collart 1967).

104 Arch. nat., 41 AQ, Jouy. 98/414, 14 juillet 1807.

105 Ibid., Paris, 99/48, 92, 109 et 101/12, 21 août et 17 décembre 1806, 25 janvier et 7 novembre 1807.

106 Voici la liste des fournisseurs parisiens d’Oberkampf :
– Athayne. Il n’en est pas content. « Il y a une si grande différence entre vos toiles et celles de Picardie ou même celles de la plupart de vos confrères de Paris qu’elle saute aux yeux, et j’aurais le plus grand tort de ne pas vous en avertir » (Jouy, 89/226, 16 décembre 1806). Ses pièces sont « fabriquées avec une saleté insupportable... Il faut absolument prohiber dans vos ateliers de tisseranderie l’usage du suif et de l’huile et de toute graisse quelconque, et y maintenir une propreté qui aujourd’hui est reconnue comme essentielle » (Ibid., 89/521, 12 juin 1807). A rapprocher de ces lignes, une remarque à Barre, Desmons et Cie : « Les calicots français, dont la fabrication est si salement conduite par les ouvriers que les neuf dixièmes des pièces contractent des taches indestructibles dans les teintures... » (Ibid., 91/48, 17 août 1809). Athayne semble faire tisser également à Roisel (Somme).
–Bauwens l’aîné. Envoie, mais il est vrai que ce n’est encore qu’en l’an XIII, trente pièces de toiles de coton écrues à Oberkampf : « Je les ai examinées en détail, et je vous dirai avec franchise qu’elles ne m’ont point flatté... Les bonnes ne valent pas ce qui se fabrique en Picardie et dans le Beaujolais » (Ibid., 88/125).
– Bernard (puis Bernard et Piccaluga).
– Burdin.
– Charité l’aîné.
– Camus.
– Cornu et Cie, l’un de ses fournisseurs les plus suivis.
– Colliau, dont il juge la fabrication seulement passable.
– Debrioude.
– Dujet.
– Dutartre.
– Dreyfour.
– Heilmann, dont les calicots sont d’une qualité très imparfaite.
– Jarry.
– Lehoult aîné.
– Peltier.
– Richard, Lenoir et Dufresne.
– Rigoult : son tissage reste inférieur à celui de ses confrères de Paris, à plus forte raison de ceux de Picardie.
– Singer.
– Tourasse, Maupas et Cie, également en retard.
– Vatinelle : sa fabrication « est bien loin de la perfection qu’elle a acquise dans la plupart des autres établissements, et les prix sont hors du cours » (Ibid., 88/694, 9 juin 1806). Oberkampf était en affaires avec lui depuis 1791.
Albert.

107 Ses pièces ont « une perfection de fabrication que je n’ai vue encore d’aucune fabrique de votre province ; je les ai trouvées assez fournies de tissage ce qui est une qualité essentielle « (Ibid., 88/691, 23 brumaire an XIV). En septembre 1806, Oberkampf se propose de lui prendre plusieurs centaines de pièces par mois — cinq à six cents en différentes qualités (Ibid., 89/125 et 171). En revanche il fait toujours le reproche — à la fabrication traditionnelle(celle par exemple de Féret à Cormeilles) mais aussi aux toiles de la fabrique de Rouen en général — d’être « très poilues, ce qui les rend peu propres à être imprimées aux façons dites à l’enlevage » (Ibid., 89/656, 31 août 1807). « Il conviendra que vous obligiez vos ouvriers à travailler à trame mouillée, parce que le travail à trame sèche a l’inconvénient de produire des toiles trop lâches, et de relever les poils du coton, ce qui est très contraire dans l’impression » (Ibid., 89/210, à Féret, 4 décembre 1806).

108 Filature créée en janvier 1803 par le frère du général Le Marrois.

109 Ibid., 88/156, 22 octobre 1806.

110 Ibid., 89/464, 16 mai 1807.

111 Arch. nat., 41 AQ 1, mémoire de Gottlieb Widmer sur les Causes de la décadence de la manufacture de Jouy, daté de 1856.

112 Ibid.

113 Ibid., Jouy, 89/227, 17 décembre 1806.

114 Ibid., 89/218, 10 décembre 1806.

115 En fait, Oberkampf paraît s’être pourvu en filés principalement auprès des manufactures normandes (à Rouen et dans ses environs, Charles Levasseur ; Boursier, Incelin et Cie ; John Dean) et parisiennes (Charité l’aîné ; Louis Cornu et Cie ; Debrioude ; Delaître, Noël et Cie ; Dutartre père et fils ; Grivel ; Peltier).

116 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 91/805, 7 novembre 1810.

117 Cf. Daupias d’Alcochete 1967. Oberkampf écrit une première lettre le 16 juin 1806 (Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 88/976) : « Les matières premières essentielles à mes manufactures devant se composer désormais principalement des cotons en laine que fournissent vos colonies, j’ai désiré m’adresser à une des premières maisons de Lisbonne », sur la recommandation de Mallet frères et Cie. Il commande trois cents balles de « fernambourg » en première qualité : « Je ne saurais trop vous recommander la blancheur, la longueur, la douceur, la netteté du coton... Vous prendrez votre remboursement directement sur moi payable dans Paris, ou bien sur mes amis d’Hambourg MM. de Chapeaurouge et Cie. »

118 Ibid., Paris, 99/50, 23 août 1806, à Jacques Ratton et fils.

119 Ibid., 99/116, 10 février 1807, au même.

120 Ibid., 99, 13 juin 1806.

121 Ibid., 88/979, 17 juin 1806.

122 Ibid., Paris, 99/117, 14 février 1807.

123 Ibid., 99/158, 27 mai 1807. En février 1808, Oberkampf envisage encore une spéculation en participation (deux à trois cents balles) avec Delaroche et Delessert sur des cotons de la Louisiane ou de la Géorgie : « cette qualité convient parfaitement à nos manufactures » (Ibid., 101/51, à Delaroche et Cie, 19 janvier 1808).

124 Ibid., 99/105, 13 janvier 1807, à Pilaer et Vanwinghem.

125 Ibid., 101/12, 10 novembre 1807, aux mêmes et à Jacques Ratton et fils.

126 Ibid., 101/67, 16 février 1808. A noter un projet de compte à demi entre Oberkampf et Chégaray, qui a une maison à Lisbonne, pour quatre mille balles de coton du Brésil — qui avortera en raison de la hausse foudroyante des cotons à Lisbonne en avril. En février également, Oberkampf achète des cotons de Bahia au Ferrol par l’intermédiaire de Béhic, de Paris.

127 Ibid., 100/3, 30 juillet 1808, à Chégaray.

128 Ibid., 100/27, 24 décembre 1808, à Dubrocq et Cie.

129 Ibid., 100/86, à Bertrand et Lesca.

130 Ibid., 100/85, à Dubrocq et Cie.

131 Ibid., 100/99 et 101, à Batbedat et à De Ruiz et Cie de Valladolid.

132 Cf. Poitrineau 1969. Parmi les autres négociants, banquiers ou manufacturiers parisiens dont les achats à Lisbonne se trouvent également compromis ou perdus, on trouve notamment : Charles Bazin et Marc Jennings, pour 413 balles sur 1 123 ; Bernard Daupias, 619 sur 1 182 ; Mardochée frères, 54 sur 154 ; Rousseau et Bertin, 1 286 sur 2 149 ; Barrillon, 1 149 (d’après Arch. nat., F12, 1832).

133 Ibid., 41 AQ, Paris, 102/1 et 10, 23 mars et 1er avril 1809, à Dubrocq et Cie.

134 Ibid., 102/16, 6 avril 1809, à Patrice Cormier fils.

135 Ibid., 100/133, au même.

136 Ibid., 102/17, 8 avril 1809, au même.

137 Ibid., 102/38, 2 mai 1809, à Dubrocq et Cie.

138 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 180, 22 juillet 1806.

139 Ibid., F 186, 30 juillet 1806.

140 Ibid., 10 août 1806.

141 D’autres manufacturiers, qui avaient pris leurs précautions plus tôt, semblent avoir de ce fait bien supporté la pénurie ou la cherté engendrées par les premières années du Blocus. Ainsi Gros, Davillier et Cie écrivent-ils à Bourcard, de Nantes (Ibid., F 187, 23 février 1806) : « Nous nous trouvons abondamment pourvus de cotons pour notre filature de Wesserling, il nous reste ici ou en fabrique plus de 600 balles de coton ». Et encore, le 5 janvier 1808 : « Il est fort heureux pour nous en particulier de nous être trouvés si bien approvisionnés, et d’avoir tenu bon à ne pas nous démunir malgré la tentative des hauts prix, puisque cela nous assure nos approvisionnements pour quinze à dix-huit mois. »

142 Arch. nat., 41 AQ, Paris, 100/36, à Houel, de Bohéries, 22 octobre 1808.

143 Ibid., Jouy, 92/585, 15 novembre 1811. La même année, Joseph Deweltz, de Milan, fait 110 000 F de fournitures à Oberkampf.

144 Ibid., 85/260, nivôse an VIII, à Vanderlinden Cannoodt, de Gand.

145 Ibid., 85/359 et 440, 6 germinal et 22 floréal an VIII, à Roumy, Groult et Cie, de Rouen, et à Montalant, de Paris. Cf. Ibid., 85/9, 15 prairial an VII, à Jean Fronton et Cie de Toulouse : « Vous me conseillez de ne pas faire d’envois directs aux détaillants de vos contrées : j’ai un très petit nombre de ces consommateurs, et je ne cherche pas à l’augmenter ; mais je ne puis pas cesser de travailler directement avec les maisons avec lesquelles je suis lié depuis plusieurs années. »

146 Ibid., 85/488, 15 prairial an VIII, à Samuel Joly et fils, en réponse à une offre d’emploi.

147 Ibid., 89/559, 3 juillet 1807, à Pierre Desjardins, de Lyon.

148 Selon quelles modalités s’effectuent les règlements quand il s’agit de ventes directes à des clients ordinaires ? Avec les clients nouveaux, Oberkampf se donne pour règle de ne faire les premières affaires qu’au comptant. Lorsque les relations sont bien établies, il consent un terme de trois à six mois, assorti d’un escompte dégressif de 4,5 à 3 %, correspondant à 6 % pour le paiement comptant. A ses meilleurs correspondants il se refuse à consentir à un règlement plus éloigné : « J’ai principalement en but la rentrée prompte et certaine de mes fonds, et je ne pourrais allonger mes termes sans préjudicier à mes intérêts. Si j’augmentais l’escompte il faudrait que je hausse mes prix en conséquence » (Ibid., 86/724, 8 brumaire an XI, à Barrau, Toulouse). A la même époque, la pratique semble être rigoureusement la même chez tous les manufacturiers, puisque voici les mêmes propositions sous la plume de Grandin, manufacturier en draps à Elbeuf : « Nous donnons six mois de terme en réglant en effets sur Paris à six mois époque de l’expédition ; ou bien nous donnons option d’escompte de 6 % en donnant des effets à courts jours » (Arch. dép. Seine-Maritime, fondsGrandin, C 25/40, 26 fructidor an VII). Toutefois Oberkampf dut adopter plus tard un système plus souple, ainsi que le suggère cette lettre à La Rochefoucault-Liancourt, le 29 décembre 1806 (Arch. nat., 41 AQ, Paris, 99/99) : « Les articles qui composent le fond de nos affaires ont tous des usances différentes, et telle marchandise se paie à trois mois tandis que telle autre se règle à six, et même jusqu’à 7, 8 et 12 mois. La différence des termes peut en admettre une également dans le taux des escomptes, qui varie depuis 2 et 3 % jusqu’à 6, 7, 8 et même 15 % sur certains articles. Les prix sont calculés en conséquence et de manière à ce que les bénéfices se trouvent à peu près également répartis. »
Secondairement, c’est un problème délicat que celui du papier remis en paiement, lorsqu’il s’agit de débiteurs des départements. « J’exige, autant que possible », écrit Oberkampf le 19 frimaire an VIII (Ibid., Jouy, 85/212), « que mes consommateurs me règlent en effets sur Paris » : le « bon papier », en effet, c’est celui qui se négocie facilement à Paris, trouvant facilement preneur et ne perdant pas à l’escompte, autrement dit le papier sur Paris ou, à la rigueur, sur Lyon, Marseille, Bordeaux, Rouen. Si l’on veut éviter à la négociation une perte, de l’ordre de 1 à 1,5 %, il faut faire recevoir le papier en province et en attendre le retour à deux mois de date. Bien qu’Oberkampf ait parfois fait lui-même ses recouvrements et affaires de banque, il lui est aussi fréquemment arrivé de recourir aux services — coûteux aussi, évidemment, de négociants-banquiers : Huchedé et Petit, jusqu’à leur faillite de fructidor an VII, puis Revil, plus tard Soëhnée (ce dernier, en l’an XII, lui fait supporter 1 % sur ses remises sur les départements : cf. Ibid., 87/363).

149 Ibid., 86/482, 14 floréal an X, àDuhéron. Enl’anXIII, Oberkampf se plaint auprès de Martin Portalès qu’il ait pris l’habitude de ne remettre que trois ou quatre comptes de vente par an, et de lui faire des remises avec une extrême lenteur, le menaçant de mettre fin à son dépôt. Peu de temps après, Martin Portalès lui envoie 220 000 F de remises !

150 Ibid., 85/179, 25 brumaire an VIII.

151 Ibid., 85/216, 23 frimaire an VIII.

152 Ibid., 86/537, 25 prairial an X, à Desgrands père et fils.

153 Ibid., 85/295, 26 pluviôse an VIII, à Samuel Joly et fils.

154 Ibid., 85/134, 15 vendémiaire an VIII, à Passama et Cie.

155 A. É. de Genève, Papiers Audéoud, carton n°2.

156 La maison Médard et Parlier, dont les papiers sont heureusement conservés aux Arch. dép. du Gard (sous-série 1 E, 998 à 1133), a fait l’objet d’une étude d’Aimé Meynadier, 1966. De l’an XII à 1811, cette maison acheta pour 566 000 F de marchandises à des fournisseurs parisiens — principalement à Oberkampf (264 000 F) et à Ferdinand Petitpierre (144 000 F) ; mais c’était presque deux fois moins qu’aux fabriques alsaciennes, ses premiers fournisseurs avec Bruxelles, Anvers et Gand : confirmation d’une concurrence déjà notée à propos du grand commerce des toiles blanches.

157 Cf. Dermigny 1960.

158 Cf. Léon 1953.

159 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 91/74.

160 A. D. Bouches-du-Rhône, Faillites, dossier 615.

161 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 92/107, 15 mars 1811, à Imbert-Bosq.

162 D’autres maisons marseillaises se livraient au commerce des indiennes en s’approvisionnant d’une part auprès des commissionnaires montpelliérains, d’autre part sur tous les lieux de fabrication : Lyon, Mulhouse, Paris (voir, par exemple, le cas de la faillite de Guitton, A. D. Bouches-du-Rhône, Faillites, dossier 633, 31 janvier 1814).

163 Suite de Pont, Rainaldi et Cie, commissionnaire d’Oberkampf à Lyon avant 1793. Gaillard était alors leur commis.

164 A la fin de 1811, Pont transfère à Bayonne l’essentiel de ses activités ; Oberkampf refuse dès lors ses services, n’ayant pas encore décidé de pousser ses ventes de ce côté, et c’est pratiquement la liquidation de ce dépôt lyonnais.

165 Arch. nat., 41 AQ 1, 4 mars 1811.

166 Ibid., Jouy, 91/666, 14 août 1810, à Samuel et Jean Joly et fils.

167 Ibid., 90/630, 14 mars 1809.

168 Ibid., 90/877, 6 juillet 1809.

169 Ibid., 92/276, 7 juin 1811, à Giovanni Guidi, de Rome.

170 Oberkampf a bénéficié du décret du 10 octobre 1810, qui interdisait l’entrée dans le royaume d’Italie des ouvrages de coton autres que ceux fabriqués en France, qui bénéficieraient pour leur part d’un tarif douanier réduit de 50 %. Le ministre de l’Intérieur lui écrivit le 26 novembre (Ibid., 41 AQ 4) pour l’inviter à fournir les articles de sa fabrique dont le royaume d’Italie pouvait avoir besoin, afin d’éviter aux manufacturiers italiens la tentation de s’en procurer en fraude en Suisse. A la suite de ces événements, Oberkampf reçut une série de permis d’exporter :
– le 31 décembre 1810, pour 37 500 pièces de toiles peintes ;
– le 13 août 1811, idem ;
– le 14 février 1812, pour 18 500 pièces d’indiennes fines, et 19 000 pièces d’indiennes communes ;
– le 25 juillet 1812, pour 37 500 pièces d’indiennes de toutes qualités ;
– le 19 janvier 1813, dans les mêmes conditions qu’en février 1812.
Le régime douanier du royaume d’Italie causait en revanche des difficultés à Oberkampf pour ses expéditions à destination de Naples. « Je vous prie d’expédier par Gênes », écrit-il le 28 février 1811 à la grande maison de roulage Bonafous, Bourg et Cie, de Lyon (Ibid., Jouy, 92/86), « car mes correspondants se plaignent généralement de la voie en transit par le royaume d’Italie comme étant la plus coûteuse, la plus longue et surtout celle où les douanes tourmentent le plus par leurs exigences. »
Dans une autre lettre aux mêmes, il précise : « Par la route du littoral par Gênes, Livourne, etc., on ne quitte pas le territoire français jusqu’à l’entrée dans le royaume de Naples, et suivant le dire de tout le monde les douanes y font infiniment moins de difficultés » (Ibid., 92/179, 20 avril 1811). Ces difficultés portaient notamment sur l’obligation d’estampiller les marchandises pour garantir leur origine française ; Oberkampf fut à ce sujet en correspondance avec Colin de Sussy au printemps de 1811 : il s’agissait de laisser poursuivre leur chemin à des balles de toiles non estampillées, retenues aux bureaux de Foligno et Verceil.

171 Ibid., 92/609, 27 novembre 1811.

172 Ibid., 86/481.

173 Ibid., 92/691, 29 janvier 1812, à Jadot Vve Destoop.

174 Ibid., 92/902, 19 mai 1812, à Georges Choisy et Cie.

175 Ibid., 41 AQ 4, lettre de Jean Werbrouck du 24 octobre 1791.

176 Ibid., Jouy, 92/436, 31 août 1811.

177 Ibid., 93/303.

178 Ibid., 92/620, 6 décembre 1811, à Samuel et Jean Joly et fils.

179 Ibid., 92/489, 27 septembre 1811.

180 Ibid., 92/499, 2 octobre 1811.

181 Ibid., 92/1022, 17 juillet 1812.

182 Viollier et Cie, à Genève, société de 1808 pour le commerce de draperies et la commission.

183 Ibid., 90/853, 23 juin 1809, à Dewelz.

184 Ibid., 92/306, 22 juin 1811, à Becquart Rivière, de Lille.

185 89/26, à J. B. Boyer, de Ratisbonne.

186 Notons qu’en 1813 — était-ce l’amorce d’un changement dans sa politique de fabrication ? — Oberkampf a voulu tenter à la foire de Beaucaire une vente massive de marchandises à prix réduits. Ce sont ces marchandises qui constituent les gros envois faits à Barrau (1 335 pièces en juin).

187 Arch. nat., 41 AQ, Jouy, 85/29, à Pont, Gaillard et Cie.

188 Ibid., 85/8, 14 prairial an VII.

189 Cf. également Ibid., 85/35, 11 messidor an VII, à Maged, d’Orléans : « Les désagréments, et les pertes que j’ai essuyés depuis quelque temps et enfin l’état critique des affaires m’ont engagé à ne pas ouvrir de nouveaux crédits jusqu’à un meilleur état de choses. Je ne pourrai donc vous expédier qu’au comptant les marchandises que vous me demandez. »

190 Ibid., 85/91, à Coulon et Cie.

191 Ibid., 85/108, à Pont, Gaillard et Cie. C’est à ce moment que la réduction des achats d’Oberkampf s’étend aux toiles des Indes : « J’ai réduit mes ateliers de sorte que mes derniers achats me conduiront loin », écrit-il le 32 fructidor à Rougemont et Fesquet, de Londres (Ibid., 85/111).

192 Ibid., 85/115, 35 fructidor an VII, à Rebattu, Gastinel et Cie, de Paris.

193 Ibid., 85/182, 23 brumaire an VIII, à Aubertin.

194 Ibid., 85/182, id.

195 Ibid., 85/193, 7 frimaire an VIII, à son beau-frère Massieu.

196 Ibid., 85/380, 18 germinal an VIII, à Duhéron.

197 Ibid., 85/432, 15 floréal an VIII, à Valéry frères, de Bayonne.

198 Ibid., 85/800.

199 Ibid., 85/554, 7 messidor an X.

200 Ibid., 88/69, 20 frimaire an XIII, à Fesquet, de Marseille : « Je suis en ce moment tellement garni de marchandises que j’ai en balles les achats de deux ventes en entier. »

201 Ibid., 88/530, 19 thermidor an XIII, à Martin Portalès.

202 Ibid., 88/630, 12 vendémiaire an XIV, à Samuel Joly, de Saint-Quentin, et 88/691, 23 brumaire an XIV, à Rawle, de Rouen.

203 Ibid., 88/888, 15 avril 1806, à J. F. Schmidt et Cie.

204 Ibid., 89/86, 5 septembre 1806, à Vve Bourcard et fils, de Bâle.

205 Ibid., 89/267, 6 janvier 1807, à La Rochefoucault-Liancourt.

206 Arch. nat., 41 AQ, Paris, 99/99, et Jouy, 89/261, 29 décembre 1806 et 6 janvier 1807, au même.

207 Ibid., Jouy, 89/261, 2 janvier 1807, à Pluvinage et Arpin, de Saint-Quentin.

208 Ibid., 89/267, 6 janvier 1807, à La Rochefoucault-Liancourt.

209 Ibid., 89/294, 24 janvier 1807, à Houël, de Bohéries.

210 Ibid., 89/711, à Athayne, de Paris.

211 Ibid., 89/730, 10 octobre 1807.

212 Ibid., 89/764, 30 octobre 1807, à W. G. Eichoff, de Paris.

213 Ibid., 89/973, 7 mars 1808, à Mottet Roche, de Gênes.

214 Ibid., 89/985, 12 mars 1808, à Samuel et Jean Joly et fils.

215 Ibid., 90/212, 5 juillet 1808, à Peltier, de Paris.

216 Ibid., 90/214, 6 juillet 1808, à Samuel et Jean Joly et fils.

217 Ibid., 90/215, 6 juillet 1808, à Desurmont.

218 Ibid., 90/248, 26 juillet 1808, à Lafosse, Lionnet et Cie, en foire de Beaucaire.

219 Ibid., 90/314, 5 septembre 1808.

220 Ibid., 90/602, 28 février 1809, à Mulsant, de Thizy.

221 Ibid., 91/880, à F. Keittinger, de Bolbec.

222 Arch. nat., 41 AQ 1, 4 mars 1811.

223 Ibid., 41 AQ, 92/672, 16 janvier 1812, à La Rochefoucauld-Liancourt.

224 Ibid., 92/775, 4 février 1812, à Samuel et Jean Joly et fils.

225 Ibid., 93/430, 7 juin 1813, à Paillet-Carré, de Saint-Quentin.

226 Ibid., 93/696, 2 novembre 1813, à Louis Audra et à Dewelz et Violier, de Naples.

227 Dans sa thèse (1964) Maurice Lévy-Leboyer a déjà étudié cette comptabilité (p. 53-55), jusqu’en 1810 seulement. Nous avons toutefois jugé utile de reprendre cette étude d’une façon plus exhaustive.

228 Ibid., 41 AQ 1.

229 Ibid., 41 AQ 15, p. 90-91.

Notes de fin

1 Arch. nat., 41 AQ 81 bis et 4.

2 Aunes de 1,20 m de long.

3 Avance d'hoirie.

4 En 1812 n’apparaît plus le dépôt d’un Zurichois installé à Jouy, Louis Rordorff (129 000 F en 1810, année de sa mort). Des relations d’affaires comme Duhéron ou Fesquet ont eu également occasionnellement des dépôts supérieurs à 100 000 F.

5 Jean Baptiste Philippon, ancien caissier de la banque Lecouteulx, fixé à Jouy et ami de la famille Oberkampf.

6 Compte de dot de Julie Oberkampf, épouse Féray.

7 Déficit.

8 Toutes les sommes sont arrondies au millier de francs le plus proche.

9 Ce compte paraissant englober toutes les dépenses faites pour la construction du nouvel établissement et son équipement, les sommes portées sur cette ligne présentent l’inconvénient de représenter également de l’outillage. Mais sans doute en est-il de même pour l’évaluation des deux établissements antérieurs.

Table des illustrations

Titre Tableau 10. Récapitulation des toiles imprimées à Jouy et à Essonnes de 1802 à 18131.
Légende Note **2
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre A. Par des membres de la famille :
Légende Note *3
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre B. Par les principaux déposants extérieurs à la famille4
Légende Note ***5
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 11. Évolution de la production des ateliers d’Oberkampf.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau 12. Indices d’activité d’Oberkampf.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau 13. Inventaires d’Oberkampf (an VII-1813) (en francs).
Légende Note *6Note **7
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 14. Évolution de quelques éléments de l’actif d’Oberkampf (en milliers de francs)8.1. L’immobilier
Légende Note **9
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre 2. Les créances
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 3. Les valeurs d’exploitation
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 15. Évolution de trois postes de l’actif d’Oberkampf.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 16. Évolution du passif d’Oberkampf.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/222/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable