Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire

 | 
Louis Bergeron

Chapitre VIII. Paris « capitale du coton » sous le Premier Empire

Texte intégral

  • 1 Pinkney 1950, p. 56-60.
  • 2 Chabrol 1829, t. II, tableau 84.

1Sous ce titre, un historien américain évoquait dans un bref article, il y a plus de vingt ans1, le premier rang un moment tenu par le département de la Seine devant la Seine-inférieure, le Nord et le Haut-Rhin, à l’époque où démarrait en France l’industrie textile sous sa forme moderne, c’est-à-dire, d’abord, celle de la filature mécanisée du coton. En 1813, selon les renseignements officiels, il y avait 52 filatures dans la Seine, dont 44 dans Paris même ; elles étaient équipées de 150 000 broches — uniquement à filer en fin — portées notamment par 744 mule-jennies ; elles filaient 750 tonnes de coton brut par an, occupaient près de 5 000 hommes, femmes et enfants, mais demeuraient dépendantes de l’énergie animale — les manèges de chevaux — ou humaine dans presque tous les cas, puisqu’il n’existait qu’une filature hydraulique et deux filatures à la vapeur2. Ces indications très générales font bien ressortir, d’emblée, certaines faiblesses de l’industrie cotonnière parisienne : mauvaise alimentation en énergie par défaut de cours d’eau ou, éventuellement, cherté d’un combustible en provenance de mines éloignées ; par suite, taille relativement faible des entreprises, le nombre moyen des broches et des ouvriers par établissement devant au reste être apprécié compte tenu de ce que l’énorme entreprise de Richard et Lenoir-Dufresne venait abusivement relever la moyenne.

2Là ne s’arrêtait pas cependant le rôle économique de la filature parisienne. Toujours en 1813, les filés de coton produits dans la Seine faisaient travailler (dans le tissage pour les trois-quarts de leur production et dans la bonneterie pour le reste) près de onze mille personnes. Mais surtout — c’est ce que n’indiquent pas les relevés statistiques — les cotonniers faisaient de Paris un centre d’animation économique, dont l’influence s’étendait sur le centre du Bassin Parisien, la Normandie, le Nord. En partie à cause de la cherté de la main-d’œuvre — autre handicap pour une industrie de localisation strictement parisienne —, en partie aussi grâce à leurs disponibilités en capitaux, les cotonniers parisiens allaient chercher, principalement pour le tissage mais parfois aussi pour la filature, une main-d’œuvre à la fois bon marché et apte au travail dans les profondeurs picardes ou bocagères de l’arrière-pays parisien. D’autre part, la création à Paris du Conservatoire des Arts et Métiers, l’installation dans cette ville de quelques-unes des entreprises les plus considérables et techniquement les plus avancées, la présence aussi de nombreux ateliers de mécaniciens-constructeurs, firent de la capitale un centre d’enseignement pratique et de diffusion des nouveaux matériels où affluaient et auquel s’adressaient des entrepreneurs de toutes les parties de la France, désireux de se former personnellement, de perfectionner leurs chefs d’atelier ou de moderniser leur équipement. Ainsi, en fin de compte, dans l’étude de l’épisode cotonnier de l’histoire industrielle de Paris, n’est-ce pas vraiment l’industrie elle-même qui doit retenir l’attention — elle la retiendrait tout aussi et plus valablement en telle autre région — mais plutôt les modalités de participation à l’aventure industrielle d’un milieu d’affaires audacieux, exploitant les facilités d’un marché particulièrement favorable.

I. LES ENTREPRENEURS

  • 3 Arch. nat., 2297.
  • 4 Ibid., 2296. Cet associé devait être Jean Marie Noël Brion Marolles — sans doute un capitaliste pa (...)

3Dans le cas des plus petites entreprises — sur lesquelles, précisément, on possède le moins d’informations — l’entrepreneur de filature ou tissage du coton a pu sortir, selon toute vraisemblance, de l’artisanat ou de la boutique ; ou encore un ouvrier qualifié ayant antérieurement travaillé en filature a pu s’établir à son compte. Dans quelques cas aussi, l’aventure a été tentée par des personnages totalement étrangers au monde des affaires : les connaissances techniques indispensables pouvaient être acquises assez rapidement, et l’attrait de la réussite dans cette nouvelle branche était assez puissant pour que de telles carrières puissent se rencontrer. Ainsi Henri Bouchon-Dubourniat, né en 1749, ancien ingénieur des Ponts-et-Chaussées, ancien directeur de l’Académie militaire d’infanterie espagnole, avait-il en 1792 créé au faubourg du Roule une manufacture de fils de lin et de coton, assortie d’ateliers de blanchiment, teinture et tissage, qui occupa jusqu’à 1 500 ouvriers. Elle devait disparaître au début du Consulat, à la suite d’un emprisonnement injustifié d’un an : un procès frauduleux avait été intenté par un associé au chef de l’entreprise ; on ne peut donc affirmer que son échec était inévitable3. Citons également le cas de François Rolland, ancien secrétaire général du Ministère des Finances, qui devient lui-même propriétaire d’une filature à Essonnes4, après avoir « dirigé l’organisation et les travaux » de la manufacture de Passy, il est vrai.

4Mais le cas le plus normal est celui de l’entreprise textile issue du milieu des marchands, des négociants, parfois de haute volée. Rien d’étonnant à cela : on verra plus loin que l’apport en capital pouvait atteindre plusieurs centaines de milliers de francs dès lors que l’importance de l’entreprise nécessitait l’achat ou la construction de bâtiments assez vastes, toujours plus coûteux en l’occurrence que les machines elles-mêmes ; de ce fait, l’industrie cotonnière poussait ses racines de préférence dans le secteur des maisons aux moyens financiers respectables, en un temps où le capital de lancement ne se trouvait que dans un cercle de relations très étroit. D’autre part, et particulièrement dans les conditions exceptionnelles du temps de guerre, seuls les gens du négoce possédaient un horizon commercial assez étendu pour effectuer dans des conditions satisfaisantes leur approvisionnement en matières premières et pour opérer l’écoulement de leurs produits finis.

  • 5 Cf. Lévy-Leboyer 1964, p. 427 ; Arch. nat., F12, 2405. Les manufactures en question sont celles de (...)
  • 6 Arch. nat., F12, 4639.
  • 7 Arch. de Paris, D 31 U3, 6/156.
  • 8 Arch. nat., M.C.N., XCIII, 334, 26 août 1812.
  • 9 Ibid., F12, 2467, note de Coquebert de Montbret.

5Exemple de portée nationale, débordant le cadre de Paris et de sa région : celui de Gros et Davillier. Nous connaissons bien cette maison spécialisée dans le commerce international des toiles et indiennes, devenue de surcroît maison de commission en marchandises et en banque, propriétaire d’autre part, outre Wesserling, de cinq manufactures dans la région vosgienne, valant ensemble 1 200 000 F au début de 18115. Maison de tout premier plan, à tous égards — tant par la modernité de la manufacture intégrée de Wesserling, par exemple, que par son énorme capital social : 2,2 millions en 1802, 4,4 en 1811. Sa solidité est attestée par le fait que le gouvernement lui fit les plus fortes avances qui aient été consenties à une maison de commerce : plus de 5 600 000 F, avances d’ailleurs intégralement remboursées à la fin de 18146. La production annuelle du « groupe » se montait en 1810 à 150 milliers de filés, 60 à 70 000 pièces de toiles imprimées, 25 000 pièces de toile écrue. Les approvisionnements nécessitaient une mise hors permanente de 3,5 à 4 millions de francs ; le stock de marchandises finies garnissant les entrepôts de Paris, Mulhouse, Bruxelles et Bordeaux valait en temps normal deux millions de francs — et cinq lors de la crise de 1811 ; les créances, à terme de dix ou douze mois, pour livraison de marchandises, approchaient au début de 1811 les trois millions ; enfin la paie des ouvriers demandait 150 000 F par mois. Ce n’était cependant pas tout. Une autre extension de l’affaire était constituée par l’association de Davillier avec son beau-frère Marc Jacob Filliettaz. Nous ne connaissons avec précision qu’un acte de société, celui du 1er août 1810, par lequel Davillier et Filliettaz, apportant chacun 900 000 F, s’étant associés à Lombard, qui n’apportait que 100 000 F, pour l’exploitation de la manufacture de Grillon, près de Dourdan7. Cette affaire, malgré la crise, faisait apparaître, dans un bilan du 4 juillet 1812 dressé à l’occcasion du décès de Filliettaz, 155 000 F de bénéfice net pour un capital de 1 900 000 F — sur une durée non précisée, il est vrai8. Mais outre la manufacture de Grillon, Davillier et Filliettaz avaient acquis les filatures de Scipion Mourgue à Ronval-les-Doullens (Somme), et de Frank Morris à Gisors, ce dernier failli en 1808. L’affaire de Morris intégrait filature, tissage, blanchiment et impression au cylindre ; établie depuis 1795, elle avait nécessité deux millions d’investissements ; en pleine activité depuis 1803, elle avait employé jusqu’à 1 200 ouvriers groupés9.

6Un autre cas d’entreprise parisienne insérée dans une vaste affaire, ayant son centre cette fois hors de Paris, mais édifiée elle aussi sur une vieille fortune commerciale, est celui de Bauwens, établi durant quelques années à Passy au début du xixe siècle. Rousseau et Bertin, propriétaires de la filature d’Ormesson, sont les fils et gendre de Jean Jacques Rousseau, maire du IIIe arrondissement, ancien chef d’une maison de commerce des toiles en gros en activité depuis le milieu du xviiie siècle. Gramagnac, filateur à Créteil depuis 1806, a probablement créé cet établissement sur les ruines de sa maison de commission, faillie dans la crise de 1805-1806. Delaître, propriétaire avec Noël de la manufacture de l’Épine, près d’Arpajon, est en même temps l’un des actionnaires de la puissante manufacture de tabacs Robillard, établie en l’hôtel Longueville, et dont le chef Jacques Florent Robillard est l’un des régents de la Banque de France.

  • 10 Arch. de Paris, D 31 U3, 3/464.
  • 11 A. D. Seine-et-Marne, M 7743.

7Le cas se trouve, également, de filatures lancées par d’anciens colons : Flamare, ancien propriétaire aux Iles, s’associe en 1807 à Rodier, manufacturier breveté l’année d’avant pour une machine à utiliser les déchets de coton10 ; Desurmont, qui emploie 1 200 ouvriers dans ses manufactures de Paris et de Saint-Quentin, avait fait sa fortune — en partie perdue — à Saint-Domingue11.

  • 12 Arch. nat., M.C.N., XCIII, 252, concordat et atermoiement, 8-18 thermidor an XI.
  • 13 Ibid., 256, 28 pluviôse an XII. Un François Dufrayer, de Saint-Denis, figure également parmi les d (...)

8D’une énumération qui pourrait se poursuivre, retenons encore le cas typique de la famille Dufrayer. Nicolas, le père, et Louis Nicolas, le fils aîné, nous livrent les grands traits de leur histoire marchande à travers un bilan de l’été de 1803, établi à l’occasion de difficultés qui furent sans aucun doute passagères12. Il s’agit d’une famille déjà bien ancrée dans les affaires et dans la société : le père, qui avait épousé une dot de 60 000 F, possède trois maisons à Paris, d’une valeur de 140 000 F : deux rue Saint-Martin et l’autre rue de Ménilmontant ; le fils aîné épousera en 1812 une Menuret, fille d’un médecin parisien ; une fille épousera, en 1813, un associé des Ternaux, Lemire ; un autre frère est avocat. La société Dufrayer père et fils aîné se livrait au négoce des toiles en gros — toiles de Silésie, vraisemblablement, qui apparaissent dans trois créances (au total plus de 200 000 F) sur des maisons de Hambourg, dont Osy et Cie ; toiles de Suisse, dont 546 000 F avaient été achetées à la fin de l’an VI et vendues à 40 % de perte au bout de quatre ans seulement ; toiles d’Angleterre et d’Écosse et, peut-être, sous certaines créances londonniennes, des Indes orientales. Il y avait à New York une maison Dufrayer et Foret, et la maison de Paris commanditait une société marseillaise, Tommasini et Cie. Mais déjà l’actif révèle l’intérêt pris aux affaires industrielles : une filature de coton y figure pour 22 000 F. sans autre précision, et en l’an IX 530 000 F avaient été prêtés pour dix ans, à 5 %, à Louis François Vatinelle, fabricant de basins à Saint-Denis13, et qui était sans doute un beau-frère de Dufrayer père.

  • 14 Ibid., XV, 1190, 13 novembre 1806 ; XCIII, 309, 10 mars 1810 ; F12, 2296.

9Deux ans plus tard, Dufrayer père s’est retiré des affaires ; la société s’appelle désormais Dufrayer frères — Louis Nicolas et Charles Théodore — et, tout en s’intitulant comme par le passé « négociants », les frères Dufrayer sont devenus des industriels. En prairial an XIII — au printemps de 1805 — ils ont acheté l’ancienne abbatiale des Bernardins de Vauxcelles, près de Crèvecœur, dans le Nord. ils y ont ajouté de nouveaux bâtiments. La filature utilise la force motrice de l’Escaut ; le tissage bénéficie d’une main-d’œuvre abondante, habile et « à un taux très modéré » : dès 1806, les Dufrayer emploient 600 ouvriers dans la région de Saint-Quentin, ils en déclareront 800 au début de 1811. Pour faire le saut dans l’industrie, les Dufrayer ne paraissent pas avoir emprunté autre chose que 30 000 F en une obligation hypothécaire auprès d’un obscur capitaliste parisien14.

  • 15 Arch. de Paris, D 31 U3, 6/65 et 66.

10Nous touchons ici à un autre phénomène social de grande portée. Parmi les initiateurs de l’industrie cotonnière parisienne — ou dirigée de Paris — il s’est trouvé plus d’une fois de ces « propriétaires », riches rentiers occupés de la seule gestion de leur fortune, et qui ont de toute évidence aperçu dans l’industrialisation naissante un placement rémunérateur. C’est bien le cas d’une des plus grosses affaires de la place : Cornu et Cie. De Louis Joseph Cornu lui-même nous ne savons rien. Mais nous le trouvons associé d’abord, en l’an XII, à sa femme, née Le Roy, et à Mme Coindre, femme d’un agent de change très connu, pour l’exploitation d’une filature au 13 de la rue des Fossés Saint-Victor15 ; puis, à la fin de 1809, à deux « propriétaires » sans doute amis de Coindre, Gay de Versieux et Foncier. Cornu et Gay versent chacun 100 000 F ; Foncier, commanditaire, verse 200 000 F, plus 250 000 F en compte courant fixe obligé. Il s’agit alors de l’établissement d’une filature et d’un tissage à Guise, dans l’ancien couvent des Minimes, le dépôt des objets fabriqués étant à Paris.

  • 16 Cf. Moniot et Lazerges 1969.
  • 17 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/270. Schrader appartint sans doute ultérieurement à une société conclue (...)
  • 18 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 132.

11Nous avons réservé le cas de Richard, héros d’une de ces entreprises, colossales à l’échelle du temps, qui, loin d’être représentatives du capitalisme industriel de l’époque, sont en fait très atypiques. Dans le cas de Richard, l’entreprise industrielle n’est pas issue d’une vieille assise commerciale, mais d’une suite de spéculations heureuses au temps de la Révolution16. Richard a commencé en 1788 par gagner de l’argent comme revendeur de toiles achetées à la halle de Paris. Il a continué, au début de la Révolution, en spéculant sur des mouchoirs achetés à Paris et en Normandie. Plus tard, sous le Directoire, il a fait la contrebande des toiles anglaises prohibées. Lui-même issu d’une famille de fermiers normands dont les autres enfants étaient restés à la terre, il s’est certes associé à partir de 1796 avec le fils d’un drapier parisien originaire d’Alen-çon, Lenoir-Dufresne. Mais le premier objectif de cette association a été de spéculer sur les biens nationaux, et notamment d’acheter des biens d’émigrés dans la Sarthe. Pourtant, à partir du moment où Richard décide de passer de l’état de spéculateur ou de marchand à celui de manufacturier, et crée l’établissement de la rue de Charonne, on retrouve dans le développement de l’affaire le rôle prépondérant du capital commercial. Bien que l’autofinancement ait certainement joué un rôle considérable, on note successivement l’intervention de Jean Frédéric Schrader, négociant en toiles, qui entre avec 100 000 F dans la société le 22 janvier 1801, avant d’en sortir en 1803 pour créer lui-même une filature hydraulique à Aubenton, dans l’Aisne17 ; puis, en 1803, des frères Chauvet, maison de commerce de Nantes transférée à Paris, qui prête 33 000 F ; Jean Baptiste Chauvet, le frère cadet, devient par la suite le gérant de Richard-Lenoir, versant 250 000 F dans l’affaire, contre une commission d’un montant de 2 % sur toutes les ventes18 ; enfin, c’est le soutien massif de Berard et Cordier, négociants-banquiers qui avancent 200 000 F en 1806, 800 000 F en 1811, 600 000 F encore en 1817.

II. LES ENTREPRISES : EFFECTIFS ET LOCALISATIONS

Filatures et tissages parisiens

  • 19 Cf. notamment Schmidt 1913, pp. 261-295, Ballot 1923, Pinkney 1950, Bergeron 1966. La source la pl (...)

12Quelque cent cinquante entreprises se sont trouvées, à un moment ou à un autre entre 1800 et 1813, engagées dans la filature et le tissage du coton à Paris. Il n’est d’ailleurs pas facile de saisir la chronologie de la formation de ce groupe manufacturier ni ses dimensions exactes. L’inégalité de l’information statistique selon les années, sa qualité parfois douteuse font que des obscurités subsistent dans cette histoire de la participation de Paris au grand mouvement d’industrialisation des années napoléoniennes19.

  • 20 Gille 1963, p. 29.
  • 21 Arch. de Paris, D 10 U3, registre des faillites survenues du 1er janvier 1808 au 29 juin 1814 (543 (...)
  • 22 Ibid., D 31 U3, 6/137 et 169, 7/20 et 52, 8/101 et 164.

13Antérieurement au Consulat, on recensait déjà à Paris une douzaine de filatures mécanisées, ces établissements s’étant formés et ayant survécu tant bien que mal à travers les difficultés économiques et monétaires de la période révolutionnaire. Celle-ci, au reste, ne comportait pas que des inconvénients pour le développement de l’industrie cotonnière à Paris : déjà la prohibition des articles britanniques avait joué en faveur du génie national, aidé d’ailleurs par les nombreux techniciens anglais ou écossais venus avant la guerre et restés à Paris ou dans la région parisienne ; la location ou la vente des biens des communautés religieuses avait été un autre stimulant — ainsi Isnard occupait-il en l’an V l’ancien couvent des Ursulines, la Vve Kastelair celui des Filles Saint-Thomas, J.B. Valette l’ancienne École de Droit, etc. La plupart des créations dataient toutefois du Directoire. Dès l’an X, leur nombre avait probablement doublé, et des événements majeurs s’étaient produits : installation de Bauwens au couvent des Bonshommes à Passy, de Richard et Lenoir rue de Charonne, d’Albert au faubourg Saint-Denis. En l’an XII, nouveau doublement : on en est à une cinquantaine d’établissements. Un fléchissement aurait marqué les années 1805 et 1806 ; mais peut-être n’est-il qu’illusion due à l’insuffisance des informations. Avec le renforcement de la protection douanière et le Blocus, on retrouve une cinquantaine d’entreprises pour les années 1807 à 1809 — mais, à vrai dire, ce sont aussi celles pour lesquelles on dispose de l’information statistique la plus abondante. Au delà, est-il exact, comme l’avance Bertrand Gille20, que la crise de 1811, avant celle de 1813-1814, ait amorcé la liquidation de l’industrie cotonnière parisienne ? A moins que La Tynna ne nous induise complètement en erreur s’il a tenu ses listes à partir de 1810 d’une façon beaucoup plus sérieuse, force est de constater que le nombre des entreprises n’a pas diminué. Quant aux faillites, elles ne permettent pas non plus de conclure à un de ces cataclysmes capables de détruire toute une branche d’activité. Certes, le pire fut évité grâce à l’intervention officielle : en avançant plus d’un million et demi de francs à Richard, le gouvernement évita à la tête du peloton de faire la culbute. Certes, aussi, on relève en décembre 1810 la faillite de Flament et Cie (établissement important puisque, en 1808, il faisait marcher plus de 8 000 broches) et en 1811 celle de cinq affaires qui groupaient plus de 9 000 broches : Arvier ; Bénard et Fieffé ; Burdin et Carret ; Delevacque et Kempeners ; plus Ozanne et Flament à Boulogne. Mais les autres faillites — cinq, essentiellement dans le Marais et le faubourg Saint-Antoine — concernent de toutes petites affaires21. D’autre part, les faillites redeviennent exceptionnelles en 1812 (une, celle de Vaucher Delacroix, assez grosse affaire) et en 1813 (deux, celles de Pobecheim et de Chassaigne) ; une grosse faillite encore au début de 1814, celle de Peltier. Mieux : la conjoncture n’a sans doute pas paru assez inquiétante pour que de nouveaux entrepreneurs se détournent de l’aventure industrielle. On note en effet les créations suivantes : en 1810, Ratet et Cie, petite affaire au capital de 40 000 F, commanditée par un mécanicien ; Lavergne, société disparue il est vrai en 1812 ; et Testu frères et Fleury aîné, au capital de 50 000 F ; en 1812, Boudard et Cie, qui absorbe l’affaire de Colin, par ailleurs entrepreneur de l’épluchage du coton pour le compte d’Oberkampf ; en 1813, Varnet, Grossier et Cie, au capital de 108 000 F — le premier associé étant sans doute un mécanicien constructeur, et le second un négociant — et Coiffier et Cie, au capital de 250 000 F dont 200 000 fournis en commandite par Albert qui confie à la nouvelle société, par une dissociation d’activités, sa filature du faubourg Saint-Denis22.

14La géographie de ces ateliers parisiens montre une répartition assez concentrée, correspondant à la fois à celle de la population ouvrière et à celle des biens confisqués aux communautés religieuse. On relève — tout au cours de la période, sinon simultanément — 35 implantations autour de la Montagne Sainte-Geneviève, dont 13 dans la seule rue Saint-Victor, 37 implantations dans le faubourg Saint-Antoine (24) et le Marais (14) dont 6 rue de Popincourt, 5 rue de la Roquette, 4 rue Saint-Antoine ; 27 dans la zone centre-nord de Paris, soit 11 au voisinage des Halles et 16 dans les faubourgs Saint-Denis, Saint-Martin et du Temple (6 dans la seule rue du faubourg Saint-Denis). En dehors des « régions » de Paris qu’on vient de citer, la filature et le tissage du coton sont encore assez fortement représentés dans la zone située à l’ouest de la rue des Saints-Pères et comprise entre la rue de l’Université et la rue de Vaugirard (une dizaine d’implantations). Aux portes du Paris administratif, Passy et Chaillot, Arcueil et Vincennes accueillent quelques entreprises.

Paris et le travail rural

15Bien que par l’effectif de ses salariés, fileurs et tisserands, hommes, femmes et enfants, l’industrie cotonnière soit venue prendre le deuxième rang derrière l’industrie du bâtiment dans le monde ouvrier parisien, on ne doit pas perdre de vue que Paris faisait aussi travailler des milliers de ruraux dans un rayon dépassant parfois deux cents kilomètres. Un certain nombre d’établissements aux mains d’entrepreneurs et capitalistes parisiens se situaient dans la région parisienne proprement dite. Nous avons relevé :

  • Gramagnac, à Créteil.
  • Bardel et Andelle, à Épinay. Il s’agit d’une maison de commerce des toiles. Bardel a été, pendant les premières années de l’Empire au moins, le représentant des cotonniers parisiens auprès du ministère de l’Intérieur.
  • Lehoult, négociant rue des Filles Saint-Thomas, à Versailles, au clos des étangs Gobert23.
  • Goupil fils et Beaufrère, à Saint-Liesne, près de Melun. Un acte de société de 1810 montre qu’il s’agit à la fois, à Paris, d’une maison pour le commerce de commission des cotons en laine et filés, et des toiles de coton écrues, blanches ou imprimées — et, à Melun, d’une filature hydraulique avec tisseranderie, blanchisserie et fabrique de toiles peintes. Goupil fils est un parisien ; Beaufrère est de Melun. Le produit annuel est d’un million pour la fabrique, qui emploie 160 ouvriers24.
  • Desurmont, à Melun.
  • La manufacture de Grillon.
  • Pobecheim et Cie. Il s’agit d’un immigré autrichien qui a débuté dans la filature et le tissage en l’an X, sous les combles de l’église des Blancs Manteaux, avec quatre métiers de 216 broches et dix métiers à tisser, et l’aide d’un contremaître anglais pour la filature, lames White. Par une démarche qui se retrouve plus d’une fois, Pobecheim décide bientôt d’émigrer hors de la ville. En l’an XII il s’associe à White, qui apporte seulement « ses talents, ses procédés et son industrie en mécanique », pour exploiter la filature des Moulins du Gué, à Itteville, près de La Ferté-Alais. A la dissolution, survenue en l’an XIV, White cède à son ex-associé son brevet pour la filature du coton et de la laine, et reste « conseiller technique » de l’affaire. Celle-ci est d’ailleurs vendue en 1807 à Deltuf, ancien négociant rue du Temple et juge au Tribunal de commerce de la Seine. Pobecheim, qui reste chargé de la gestion de la filature, est d’autre part cité en 1809 comme « directeur du Bureau des fileurs et fabriques de coton, 40 rue de Charonne » — s’agit-il d’un syndicat patronal ? Nous n’en savons pas plus25.
  • Julien, au Luat, près de Saint-Brice (Seine-et-Oise).

16Au delà de ce rayon proche, les affaires d’origine parisienne se rencontrent sur les marges de la Beauce :

  • A Bonneval (Eure-et-Loir), la filature hydraulique de Dutartre, négociant rue Saint-Denis, qu’il possède dès l’an IV26.
  • A Montargis, les deux filatures des frères Perier, l’une de douze mule-jennies à Montargis même (1 328 broches), et l’autre de vingt-quatre continues à Amilly (1 728 broches).
  • A Orléans, l’ancienne filature créée par le duc d’Orléans en 1788, rachetée par son gérant Foxlow, est passée entre les mains de James Thayer, en 1808, après que plus de onze cent mille francs d’hypothèques soient venus la grever ; avec Thayer se manifeste l’intervention dans le secteur industriel de l’un de ces spéculateurs américains en biens nationaux, fixés à Paris sous la Révolution, et depuis lors à l’affût des placements les plus divers. Thayer et sa femme sont, pour leur part, engagés dans une importante spéculation immobilière à Paris dans le secteur des Boulevards27.

17Dans le Vexin et la haute Normandie :

  • A Gisors, on a déjà rencontré l’affaire rachetée à Morris par Davillier. Vaucher-Delacroix envisage en 1810 d’y établir un grand tissage28.
  • A Samoy (Oise), Delattre, filateur à Paris dans l’ancien couvent de la Roquette, depuis l’an XIII, avec deux associés et 90 000 F de capital, possède un tissage dont les métiers valent 23 000 F et occupent en 1810 de 250 à 300 ouvriers29.
  • A Fontaine-la-Vaganne, Cahours père et fils étendent en l’an X leur affaire de bonneterie de coton, antérieure à 1789.
  • Jarry, filateur à Paris, rue de la Monnaie, possède filature hydraulique à Saint-Aubin-la-Rivière, près de Rouen, et tissage à Yvetot.
  • 30 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/57.

18Plus à l’ouest, l’établissement le plus lointain se rencontre dans la Mayenne, à l’abbaye de Fontaine-Daniel, près de Laval, sous la raison Pierre Horem et Cie. Négociant à Paris, rue Grange Batelière, Horem a d’abord eu sur place une filature rue des Lions Saint-Paul. En 1806, il l’a transportée hors de Paris, avec l’aide d’un associé-gérant. Il s’agit désormais « d’une filature de coton à la mécanique, d’une fabrique de tissage de ces mêmes cotons en calicots, percales, basins, piqués et autres tissus de cette matière, et d’un atelier de blanchissage des produits de ladite manufacture ». Toutes les semaines, les toiles en écru sont expédiées à Paris, où Horem continue à résider pour diriger toute la partie commerciale de l’affaire. Il s’agit d’une grosse affaire : 50 métiers en continu, 30 mules, 3 à 400 tisserands, un capital — en 1809 — de 224 000 F en marchandises, immeubles, mécaniques et ustensiles30.

19Danel, successeur de Bauwens à Passy, est lui aussi, mais comme fermier de Talleyrand, entrepreneur d’une filature sur le domaine de Valençay — autre implantation fort éloignée de la capitale. Toutefois, avec l’ouest normand, c’est le nord picard qui est la zone de plus forte pénétration de l’industrie textile parisienne en quête de bons ouvriers et de salaires modérés. On a déjà analysé les cas de Cornu et de Dufrayer. Relevons encore :

  • A Saint-Quentin, un établissement de tissage utilisant les filés parisiens de Charité l’aîné.
  • A Houplines, un tissage appartenant à Gombert père et fils, filateurs et tisserands à Vaugirard et à la barrière de Sèvres31.
  • A Douai, dans l’ancien collège de Saint-Vaast, la filature à vapeur de Jacques Constantin Périer32.
  • 33 Arch. de Paris, D 31 U3, 3/437.

20Énumération à coup sûr incomplète. Mais la tendance est claire. Plutôt que de multiplier les exemples on peut, pour conclure, en prendre une vue synthétique à travers le cas, il est vrai exceptionnel, de Richard et Lenoir. Le 23 juillet 1806, fut dissoute la société verbale qui existait depuis une dizaine d’années entre Richard et Lenoir-Dufresne, ce dernier étant désireux de se retirer des affaires. L’inventaire qui fut alors dressé présente avant tout le capital comme une série d’acquisitions foncières ayant par la suite servi de bases à la création de manufactures33 : terre de Maleffre, à Saint-Pater (Sarthe), achetée en 1796 ; ci-devant abbayes de Traisnel et de Bon Secours, rue de Charonne, en 1800 ; abbaye de Saint-Martin, à Sées, en 1803 ; abbaye des Bénédictines, à Alençon, et abbaye d’Aunay, à Saint-Jean d’Aunay (Calvados), en 1804 ; une ancienne manufacture de papiers peints, à Laigle, en 1805. Le tout reste entre les mains de Richard, qui rachète sa moitié à Lenoir-Dufresne pour 750 000 F. D’autres acquisitions devaient suivre cette dissolution : couvent des Ursulines, à Caen, en 1807 ; terrains à Chantilly, en 1808 ; abbaye de Saint-Quentin en l’Isle, en 1810. Les plus importants de ces établissements, en Normandie, intégraient filature et tissage : Saint-Jean d’Aunay, Sées (22 680 broches), Laigle (9 300 broches), Caen (12 744 broches). D’autres étaient exclusivement consacrés au tissage : Guéramée (près d’Alençon), et cinq autres situés dans l’Orne (Chambois, Écouché, Athis, Mortagne, Argentan), ainsi que Fresnay et Mamers dans la Sarthe, et Verneuil dans l’Eure. Chantilly associait la filature et l’impression ; Richard avait songé à y concentrer toutes ses activités non parisiennes : en effet, outre le coût d’investissements répétés et le risque d’accumulation de stocks et de surproduction, la multiplication du nombre des manufactures — similaires et non complémentaires à l’égard de celles de Paris — posait des problèmes de coordination. Par ailleurs, Richard faisait tisser à domicile en Picardie, dans la région de Saint-Quentin, Cambrai, Péronne, afin de bénéficier, lui aussi, des aptitudes d’une main-d’œuvre accoutumée à tisser les batistes : il faisait travailler 5 000 tisserands en 1808. Même système dans l’Orne (1 500 tisserands en 1812), dans la Manche (dans dix-sept communes entre Coutances et Saint-Lô). Ainsi le nombre des salariés de Richard monta-t-il au total jusqu’à 15 000 en 1812.

21De tout ce qui précède, on retire une constante impression d’ambiguïté quant au mode d’insertion du capitalisme parisien dans le premier élan de la révolution industrielle en France. Techniquement, il ne fait pas de doute que Paris soit à la pointe du progrès. Économiquement, socialement, cette insertion demeure contrôlée par un capitalisme commercial — à plusieurs sens du terme — d’un esprit sans doute ouvert et prompt à saisir les occasions, nullement original cependant dans ses structures. Capitalisme commercial parce qu’il est celui de négociants remontant en somme de la commercialisation des produits à leur fabrication et qui se consacrent personnellement, dans plus d’un cas, à la première de ces activités plutôt qu’à la seconde. Capitalisme commercial, aussi, dans la mesure où, tout en affirmant d’une manière nouvelle, qui n’est plus seulement celle d’un centre de consommation ou d’un pôle de redistribution marchande, l’emprise économique de Paris sur une vaste région, il continue à se comporter essentiellement en quémandeur de travail rural à domicile et contribue ainsi à consolider, à prolonger une certaine forme d’équilibre entre la population agricole et l’emploi, qui appartient au passé et non à l’âge industriel. Attitude qui renvoie, dans les conditions de l’époque, à l’inaptitude de la capitale au développement d’un certain type d’industrie.

22Il convient toutefois de poursuivre l’enquête au niveau de la structure interne des entreprises, dans les quelques cas du moins où les sources y autorisent, afin d’apprécier plus complètement les éléments annonciateurs de l’entrée des affaires parisiennes dans l’âge du capitalisme industriel.

III. CAPITAUX, OUTILLAGE, MAIN-D’ŒUVRE

23Il est courant d’invoquer la faiblesse des investissements de départ comme l’un des facteurs essentiels de la diffusion rapide des innovations technologiques lors de la première révolution industrielle, celle de la filature du coton. Rien de moins sûr à notre avis, et d’après nos exemples parisiens. Grossièrement, on peut distinguer trois niveaux de coût. Si l’on considère uniquement l’achat des machines, des « assortiments », il est certain que l’industriel n’a pas besoin de plus de 100 000 F pour démarrer. Mais s’il n’est pas locataire des bâtiments à usage industriel — lesquels exigent tout de même plusieurs centaines de mètres carrés au sol —, s’il doit bâtir, acheter, aménager, alors on dépasse le niveau de 100 000 F et l’on va jusqu’à plusieurs centaines de milliers de francs. Si l’on compte ensuite, pour les implantations extérieures à Paris, les frais nécessaires à l’équipement hydraulique, on atteint le niveau du million de francs, et on le dépasse largement le cas échéant.

24En France, la révolution industrielle se développe non point spontanément, comme dans l’Angleterre de la deuxième moitié du xviiie siècle, mais par contagion et sous la pression de la concurrence. C’est pourquoi l’aide de l’État est indispensable, mais sous des formes particulières, et neuves. On voit mal, en effet, ce qui a pu pousser — hormis la facilité des parallèles historiques et des emprunts de vocabulaire — à parler de néo-colbertisme à propos de la politique économique napoléonienne. Où seraient ici les créations d’État, les contraintes exercées pour l’appel de capitaux, les carcans réglementaires ? L’attitude de Napoléon à l’égard de l’industrie, sans doute largement influencée par les conseils d’un Chaptal, résulte d’une combinaison entre un libéralisme économique fondamental et une politique extérieure intégrant les activités économiques dans une conception d’ensemble de la puissance nationale. La volonté libérale se comprend parfaitement. La France des années 1800 n’est plus celle des années 1660. La classe des affaires s’y est enrichie tant par le développement du commerce que par celui de son patrimoine immobilier. C’est sans doute moins le capital qui peut lui faire défaut ou la gêner dans ses entreprises, que le manque d’élasticité et de sûreté du crédit dans la marche courante des affaires. Napoléon n’avait pas tort de faire peu de cas de la plainte de l’entrepreneur auprès des pouvoirs publics : le capitalisme français n’était pas sans ressources.

  • 34 Cf. Ballot 1912.

25L’aide directe de l’État ne se manifesta donc que sous trois formes. Les deux premières, positives : location ou vente à des conditions avantageuses de biens ecclésiastiques restés dans le domaine public ; propagande préfectorale en faveur des machines dérivées des modèles britanniques, et primes — au demeurant fort modestes — aux manufacturiers qui en faisaient l’acquisition. La troisième, négative et surtout politique dans son inspiration : les avances en temps de crise économique aux affaires dont la faillite, par ses répercussions sur l’emploi ou l’ensemble du milieu des affaires, aurait pu engendrer des troubles34. Pour le reste, c’est la nature générale de la politique napoléonienne à l’égard de l’Angleterre qu’il faut considérer. La prohibition, arme de guerre économique, s’est efforcée de placer l’industrie française, tout juste naissante dans ses formes modernes, dans des conditions qui, la soustrayant à une concurrence directe et insoutenable avec l’industrie britannique sur les classiques marchés d’outre-mer, lui assuraient au contraire un vaste marché français et continental abrité.

26Naturellement, avant toute analyse de cas d’espèce, il convient de situer les entreprises cotonnières parisiennes sur une échelle de grandeurs déterminant l’échelle des capitaux correspondants. Nous pouvons le faire à la date de 1808, grâce aux tableaux comparatifs détaillés confectionnés aux mois de mai et de novembre à l’occasion de la crise qui sévissait alors.

27Si l’on choisit comme critère le nombre des broches, au 1er mai 1808, 39 filatures utilisaient 133 448 broches, soit en moyenne 3 431 broches par établissement. Mais cette moyenne est faussée en hausse par les deux entreprises « géantes » de Richard (20 472 broches) et Cornu (14 400). Une répartition par tranches de mille broches fait apparaître en revanche que trois entreprises sur cinq faisaient marcher entre 1 000 et 3 000 broches. Encore les entreprises non représentées dans ce tableau auraient-elles peut-être abaissé la moyenne si elles avaient été prises en compte.

28Si l’on retient le critère de l’emploi, en ne considérant que l’effectif des fileurs travaillant dans le même atelier, on obtient 3 725 fileurs pour 39 entreprises, soit en moyenne 98 ouvriers — donnée plus sûre dans la mesure où Richard, compté pour 108 fileurs seulement, paraît victime d’une sous-estimation ou d’une erreur. Une répartition par tranches de dix ouvriers montre que les trois quarts des entreprises emploient de 30 à 110 fileurs — hommes, femmes, enfants non distingués. Mais les deux tiers en emploient de 30 à 90 seulement. La moyenne paraît encore trop décalée vers le haut par le poids de Cornu (420 fileurs) et de six autres entreprises employant, elles, de 180 à 300 fileurs.

  • 35 On peut noter qu’environ six personnes sont employées par métier à filer.

29Si l’on prend enfin pour critère le poids de coton filé — critère moins satisfaisant puisqu’en ce cas la finesse des filés devrait entrer en ligne de compte —, on constate que la moitié des entreprises produisent entre 30 et 90 kg de filés par jour ; les deux tiers, entre 30 et 120 kg. La moyenne s’établirait à 117 kg — mais Richard à lui seul intervient pour 165 kg, tout près du quart. Ces indications sont confirmées par d’autres datant de 1806 : les deux tiers des entreprises produisaient en effet alors de 2 à 10 000 kg par an, Cornu et Richard intervenant respectivement pour 16 et 19 % du poids produit. Deux entreprises de belle taille pèsent lourdement dans le bilan. Mais le groupe professionnel, dans l’ensemble, se caractérise par des affaires d’une taille très moyenne, même pour l’époque : beaucoup de filatures créées dans le Nord à la fin du Consulat et au début de l’Empire atteignaient ou dépassaient 4 000 broches35.

L’entreprise artisanale

  • 36 Arch. de Paris, D 2 U1, 70, scellés après faillite, 28 janvier 1811.

30On l’atteint à travers deux bilans de faillite de la fin de l’Empire. Le premier, de janvier 1811, concerne Delevacque et Kempeners, filateurs, 3 grande rue de Chaillot. L’outillage fait apparaître 3 216 broches, sur quatorze métiers à filer valant un peu moins de 12 000 F36. Il s’y ajoute un peu moins de 6 000 F pour des cardes, étirages et dévidoirs. Plus de 1 100 kg de coton filé, à 10 F le kilo, représentent en outre un actif de 11 000 F. Au total, moins de 40 000 F — somme que ne viendraient pas substantiellement majorer les valeurs en mobilier et en espèces. Les éventuelles créances actives ne sont pas connues. De toutes façonscet entrepreneur non propriétaire de ses murs n’a pas eu besoin, à l’origine, d’autres disponibilités financières, selon toute vraisemblance, que celles qui peuvent se trouver normalement entre les mains d’un artisan ou d’un petit marchand.

  • 37 Arch. de Paris, D 11 U3, 47/1041, 31 janvier 1814.

31L’autre exemple est de janvier 1814 ; il est très voisin du précédent. Il concerne Lepelletier, filateur, 39 rue de Reuilly. Quatorze métiers, soit 2 916 broches, 11 cardes et 2 étirages sont cette fois estimés à 15 000 F. Le coton en magasin se monte également à 11 000 F. Pourtant l’affaire est un peu plus complexe : Lepelletier faisait certainement tisser à domicile, puisqu’il a près de 5 000 F de calicots en magasin, et 23 000 F « chez divers » — chez lesquels il y a également 4 000 F de coton. Il a mis d’autre part cent quarante pièces de calicot, valant encore 5 000 F, en gage au Mont de Piété. Au passif — supérieur à 100 000 F — figure une créance au profit de J. B. Odiot, sans doute un crédit ; une autre au profit de Cinot et Charlemagne représente certainement un achat de coton en laine ; 4 500 F d’équipement restent dus à Calla. Nous connaissons le loyer : un terme de 1 650 F37.

32Ces entreprises modestes ont mal résisté aux crises. D’autres exemples, ceux de Charité en 1809, de Vaucher-Delacroix en 1812 (avec moins de 40 000 F d’actif) montrent que la petite entreprise était menacée par l’étroitesse et la mauvaise solvabilité de sa clientèle, les recettes en cas de crise équilibrant difficilement les charges permanentes de l’achat des matières premières et du paiement des salaires — sans lesquels la marche de l’affaire ne saurait être assurée.

La grande entreprise

33Ce qui est essentiel ici, c’est l’importance des immobilisations foncières, l’abondance et la complexité du matériel.

  • 38 Ibid., 46/1014, 5 janvier 1814.
  • 39 Arch. nat., F12, 2405.

34Un bon exemple est fourni par Jean Baptiste François Peltier, « négociant », propriétaire d’une filature de coton et d’un tissage de calicots au 241 de la rue Saint-Jacques, c’est-à-dire dans le couvent des Ursulines dont il a acquis une moitié. Sa faillite est de décembre 181338 ; elle fait apparaître un actif de plus de 600 000 F, dans lequel les bâtiments de la fabrique et la pompe à feu entrent pour tout près de 300 000 F, et les machines et métiers pour plus de 150 000. En fait, un document de décembre 181039 estimait à 350 000 F le prix de l’achat de l’immeuble et de l’installation des ateliers. La crise a saisi l’entreprise dans la fragilité de la jeunesse. Le syndic de la faillite note, à l’intention de l’assemblée des créanciers, que « le sieur Peltier a fait des dépenses excessives pour former son établissement, et notamment pour la construction d’une pompe à feu ». De fait, le passif enregistre 16 000 F dus à des entrepreneurs en bâtiment, des créances hypothécaires au profit de grands négociants — Desbouillons, de Nantes, pour 210 000 F, Marc Jennings, de Paris, pour 60 000 F. Pourtant 150 000 F de marchandises diverses attestent l’activité de la manufacture. Manufacturier, Peltier est aussi un marchand-fabricant, qui fait tisser dans le quartier et dans ses prolongements ruraux : 234 métiers, dont 38 à Thiais et Choisy-le-Roi, travaillent pour lui, répartis entre 30 artisans — les plus gros d’entre eux faisant marcher de 20 à 40 métiers. Il s’agit d’artisans à façon, de chefs d’atelier, qui ne sont propriétaires ni des métiers ni de la marchandise.

  • 40 Ibid.

35Nous connaissons, d’ailleurs, l’occupant et propriétaire de l’autre moitié du couvent des Ursulines. Il s’agit de Cellarier et Cie40. Quelque 250 fileurs font travailler près de 5 000 broches dont la production est ouvrée par 150 tisserands. Au début de 1811, l’immeuble n’est évalué ici qu’à 180 000 F, l’outillage à 100 000 F pour la filature et 20 000 F pour le tissage ; mais on arrive tout de même à un total de 300 000 F. Le stock de coton brut, filé et calicots — un peu plus de 100 000 F — confirme également les dimensions plus faibles de l’affaire.

  • 41 Ibid.

36Ces données concordent parfaitement avec l’exemple de Delattre. Bien que seulement locataire de l’ancien couvent de la Roquette, son capital dépasse 100 000 F au départ du seul fait de la taille déjà respectable de son entreprise : plus de 6 000 broches en 1808, évaluées en 1811 à 130 000 F — plus 23 000 F pour le tissage dans l’Oise41.

37Les très grosses dépenses sont dues aux usines implantées hors de Paris. Ainsi voit-on Richard dépenser un million dans l’aménagement de la chute de l’Odon, pour alimenter en énergie la manufacture de l’abbaye d’Aunay. Il est vrai que le même Richard, à Paris, s’était vu autoriser par Bonaparte en 1801, lors de l’achat des couvents de la rue de Charonne, à ne payer que la première mise à prix, le surplus des enchères devant être payé, à titre d’encouragement, par l’État.

38Quelle que fût la dimension des entreprises parisiennes, un fait demeurait assuré : leur équipement était des meilleurs. Les renseignements fournis en 1808 montrent que sur 133 448 broches en usage dans le département de la Seine (le nombre réel était certainement supérieur), 97 % étaient montées sur des « mulgénies », pour reprendre une francisation alors courante. Lors de la crise de 1808, les throstles ou machines « continues » furent les premières à être arrêtées par les manufacturiers, en raison de leur productivité inférieure.

  • 42 Ibid., F20, 255, rapport du maire du IIIe arrondissement.
  • 43 Ibid., F12, 4639. Richard, qui a bien entendu équipé en premier lieu ses propres manufactures, a f (...)

39Le développement de la construction mécanique est directement issu des besoins de la filature. Sur ce terrain, Paris a joué un rôle essentiel dans la diffusion du progrès technique, fournissant des machines et formant des mécaniciens. Chez les « grands » de la filature — Bauwens, Albert, Richard — on vient en stage des plus lointains départements ; c’est par exemple le cas d’un Peugeot. Albert, qui dispute à Bauwens dans l’honneur d’avoir le premier introduit la mule-jenny en France, entretient à côté de sa filature un atelier de 80 forgerons et limeurs en 1806, plus des menuisiers et des tourneurs42. Richard, à la même date, emploie 137 ouvriers dans son atelier de constructions. C’est lui, par exemple, qui équipe Berthelin et Cie, la plus importante filature de Troyes. Il est vrai que la construction des machines textiles est aussi le fait — on y reviendra plus loin — de mécaniciens exerçant leur art d’une façon autonome : parmi les plus célèbres, Calla, au faubourg Poissonnière, Warnet, au faubourg Saint-Denis, Andrieux, place des Vosges, etc.43

  • 44 Ibid., 2296, et 2467, note personnelle de Coquebert de Montbret.

40Au Conservatoire, la démonstration est faite à l’école pratique de filature, dont chefs d’atelier et chefs d’entreprise même viennent suivre les cours. On y voit enseigner, de l’an XII à l’an XIV, Ferguson, ancien employé de Bauwens à Passy, qui peut notamment s’enorgueillir de compter parmi ses anciens élèves Jean Baptiste Say : ce dernier, après avoir quitté le Tribunat, s’est formé lui-même à la filature avant de former à son tour ses ouvriers dans sa manufacture d’Auchy-le-Château, près de Hesdin (Pas-de-Calais)44.

41En fait, l’activité « secondaire » de la construction mécanique est lus directement adaptée au milieu artisanal parisien que la filature elle-même : elle bénéficie incontestablement de la présence d’une importante main-d’œuvre d’ouvriers du bois et du métal, qualifiée dans les travaux délicats — sans parler des ouvriers britanniques.

IV. PROBLÈMES DE CONJONCTURE

42C’est au sein d’une contradiction insoluble que l’ensemble de l’industrie cotonnière française est entrée dans la phase de la mécanisation. Contradiction entre le principe bénéfique d’une fermeture du marché français et européen à la pénétration des articles britanniques, et le fait que cette fermeture impliquait d’immenses difficultés d’approvisionnement en coton brut. Contradiction dont l’Empereur imagina de sortir par un retour au textile-laine, textile « national », mais qui plaçait les cotonniers, lancés depuis peu dans la modernisation de leur outillage, dans une situation assez absurde : ayant gagné, évidemment, à pouvoir fournir le marché continental au détriment des Anglais, ils risquaient de perdre cet avantage tout neuf si la cherté de la matière première, se répercutant partiellement au moins sur les filés et les tissus, rendait ceux-ci moins avantageux que les articles pourtant grevés de tous les frais de la contrebande, et créait une sorte de « contre-prime » à la fraude.

  • 45 Ibid., 533, bulletins de Bardel, et 44 AQ 85 et cotes suivantes, correspondance commerciale d’Andr (...)
  • 46 L’analyse de ces problèmes sera reprise dans le chapitre suivant sous un autre angle — celui des i (...)

43C’est à la fin de l’hiver de 1806-1807 que les inquiétudes se manifestèrent pour la première fois. Nulle ville ne pouvait, plus que Paris, être sensible aux espoirs d’arrivages comme aux craintes de fermeture de certaines routes de commerce, puisqu’en fait les grandes maisons de commission et de banque de la capitale centralisaient une bonne partie des opérations d’importation et de redistribution du coton brut pour tout l’Empire et même pour les États voisins45. Ces premières inquiétudes résultaient à la fois de l’épuisement des stocks et du risque d’interception, par les Anglais, des navires neutres — américains et portugais — amenant en France du coton de Géorgie, de Louisiane, du Brésil. Pourtant la situation s’améliora provisoirement : les bateaux passaient toujours ; au printemps 1807 on sut que la bonne récolte du Brésil permettait de satisfaire les achats français, outre la demande britannique. C’est à l’automne de 1807 que les conditions d’approvisionnement devinrent vraiment artificielles : on commença à acheminer les balles de coton par voie de terre, de Lisbonne à Bayonne à travers toute la péninsule ibérique, au prix d’un transport de 100 à 120 F par quintal. Cette situation de cherté et d’irrégularité, sinon encore de rareté, était éminemment favorable à des poussées de prix d’origine spéculative qui faisaient l’affaire des maisons de commerce (à leurs risques, les spéculations se caractérisant par des prix en « dents de scie » extrêmement accentuées), mais non certes celle des filateurs ; comme le notait Bardel au début d’octobre, les fileurs, ayant absorbé leurs capitaux dans la mise en activité de leurs établissements, n’avaient pas eu les moyens de faire des provisions de coton en laine, et se trouvaient par conséquent contraints de s’approvisionner, à la veille de l’hiver — la grande saison du travail —, aux cours les plus élevés. D’où un risque de chômage, succédant à une période d’équipement fiévreux de l’industrie française, car les fileurs ne pouvaient se permettre de fabriquer à n’importe quel prix, sous peine de ne pas trouver preneurs du côté des tissages, eux-mêmes contraints par l’inélasticité de la demande46. Après une hausse de plus de 50 % en six semaines, la tension se relâcha dans la deuxième quinzaine d’octobre. Durant l’hiver 1807-1808, un certain optimisme régna de nouveau. Au mois de janvier, il était entré en France 20 000 balles de coton du Brésil par Anvers, Rouen, Nantes, Bordeaux, Paris ; on estimait à 60 000 balles les stocks de la Cie des Indes à Lisbonne : le total correspondait à peu près à un an de besoins de la France, où maintenant 250 000 personnes étaient employées dans la filature et le tissage du coton. Optimisme de courte durée ; on sut bientôt que les stocks portugais avaient été surestimés, et qu’au surplus la concurrence des acheteurs suisses et allemands avait nécessairement limité les achats français. Aussi, dès février 1808, une crise grave est-elle en vue : pénurie de coton et hausse indéfinie des prix. « Énormité des besoins, pauvreté des approvisionnements », résument André et Cottier, écrivant le 30 avril à Jacques Ratton et fils, de Lisbonne. Et d’indiquer la solution de l’avenir, dans une autre lettre du 6 mai à un correspondant bâlois : « Nous finirons par manquer tout à fait de courtes soies d’Amérique, et cette privation... rendra d’autant plus nécessaire de se replier sur les qualités du Levant » « Si les circonstances politiques n’y mettent obstacle vous devez en devenir l’entrepôt général », ajoutent-ils le 11 à l’adresse de Brentani et Cimaroli, de Vienne. En attendant, les cotons sont en pleine hausse, d’autant que désormais la guerre en Espagne entrave leur acheminement. « Il y a sur toutes les marchandises un mouvement incroyable, et tel qu’on n’en avait pas vu encore... C’est un délire effrayant » (13 mai). « Les denrées haussent, non pas de jour en jour mais d’heure en heure » (14 mai) — hausse qui, dans la première quinzaine de mai, a été de l’ordre de 50 %. « Quoique tout soit maintenant poussé à des prix qui nous épouvantent et nous détournent de toute idée de spéculation, ici tout le monde s’en mêle, chacun s’imaginant que l’on doit arriver à la fin des approvisionnements » (27 mai). Après être passés par des cours presque doubles de ceux du début de 1807, les cotons baissent enfin à partir de juillet — détente saisonnière que prolongera, dans la fin de l’année, l’organisation d’échanges massifs avec Trieste et Vienne, cependant que d’autres espoirs se portent sur les cotons italiens.

44L’industrie parisienne a durement accusé le choc. Le tableau suivant en résume les effets :

45Mais les entreprises sont très inégalement atteintes. Très peu arrêtent complètement le travail. Richard, pour sa part, n’a opéré aucune réduction d’activité, fait qui à lui seul indique que le poids de la crise est plutôt retombé sur de plus modestes affaires : celles utilisant moins de 2 000 broches ont subi les réductions les plus fortes, allant jusqu’aux deux tiers ou aux trois quarts. Pourtant, la crise paraît avoir été trop brève pour entraîner des pertes irréparables : pratiquement, aucune entreprise n’a disparu, les effectifs de l’industrie cotonnière parisienne, on l’a vu, n’ont pas subi d’amputation.

46La crise de 1811 a somme toute été d’une autre gravité. D’une tout autre nature aussi, puisqu’il s’agit alors d’un des aspects d’une crise économique générale de sous-consommation. Cette fois, Richard est au premier plan des maisons en difficulté. Ses demandes de secours nous valent de connaître sa situation, soumise en l’occurrence à un examen impitoyable. Mollien, en effet, prétendaient que les maisons sérieuses n’avaient jamais besoin de secours de l’État : jugement d’une sévérité excessive à coup sûr à l’égard d’une industrie mise en difficulté par la saturation temporaire du marché et par ses hauts prix relatifs.

  • 47 Arch. nat., AFIV, 1089.

47Il reste pourtant que les éléments de faiblesse de l’énorme entreprise de la rue de Charonne méritent d’être étudiés dans la mesure où ils ne sont que l’exagération de faiblesses communes à toute la branche industrielle à laquelle elle appartient. « Presque toutes les filatures, écrit Mollien à l’Empereur le 14 avril 181147, ont été commencées avec le quart ou la moitié des capitaux nécessaires pour les terminer. Elles ont été achetées par des emprunts, et presque tooujours des emprunts par lettre de change. Elles se sont approvsionnées en matières premières par les mêmes emprunts. » On a vu plus haut que Richard n’était pas le seul parmi les manufacturiers à traîner des dettes. Mais s’agit-il d’ » imprudence » ? Cette notion a-t-elle une valeur autre que morale ? On serait tenté de dire que cette industrie d’un type nouveau, dans sa phase de jeunesse, exigeait un crédit plus souple et plus audacieux que le négoce traditionnel, et de rappeler que l’impétuosité avec laquelle les manufacturiers s’étaient lancés dans les créations ou les extensions pouvait se justifier par la protection dont l’Empereur, depuis 1805-1806, semblait vouloir faire bénéficier l’industrie cotonnière. Ceci, bien entendu, n’exclut pas qu’un Richard — ou, à Gand, un Lousberg — ait largement manqué du sens de la prévision, et abusivement gonflé leurs moyens de production, développant ainsi sous forme de stocks de matières premières ou de marchandises déjà fabriquées tout un secteur de l’actif exposé à la stérilité et à la dévalorisation en cas de crise. Même poids redoutable, dans l’actif, de l’outillage qui subissait à l’époque une usure rapide, et de l’immobilier — surtout dans le cas d’une entreprise à usines multiples. Ainsi Richard est-il, en 1811, en situation de faillite avec un actif net apparent de cinq millions.

48Comment toutefois ne pas placer, en regard de cette fragilité accentuée par des conditions de fonctionnement anormales, la réussite certaine de l’industrie cotonnière et tout particulièrement de la filature, dans laquelle Paris joue alors un rôle exemplaire ? Dès 1808, l’affaire de l’interdiction temporaire de l’exportation des filés français en porte témoignage. Prise afin d’éviter aux tissages nationaux de se trouver à court de travail, cette mesure est consécutive à des achats massifs de filés, à Rouen en particulier, par des maisons suisses. En fait, elle est rapidement abrogée. Preuve que, deux ans après le début du Blocus continental, à un moment où l’approvisionnement en filés anglais est devenu difficile, l’industrie française de la filature est en mesure de répondre à la demande, en qualité et en quantité, et souhaite ne pas être bornée à l’horizon des ventes intérieures. Seul le problème des prix reste, à terme, non résolu et inquiétant : et sans doute, ici, la question du prix de la matière première ne fait-elle que masquer temporairement d’autres questions, d’autres handicaps : prix de la main-d’œuvre, et pas seulement à Paris ; caractères techniques et rentabilité des entreprises — et cela, tout particulièrement à Paris. A la chute de l’Empire, la transition s’annonce difficile quand survient la décision, économiquement prématurée ou trop brutale, de supprimer la protection (23 avril 1814).

V. L’INDIENNAGE

49Présentant des aspects sensiblement différents, l’impression des toiles doit être étudiée séparément. Plus ancienne que la filature, elle n’est pas sujette à cette poussée de l’innovation technique ni à cette intensification de la demande qui ont provoqué en amont la multiplication des entreprises. Elles sont une quinzaine à Paris et dans ses alentours. Exigeant de l’espace, l’impression des toiles s’est implantée aux abords de Paris et dans la banlieue plus que dans ses vieux quartiers ouvriers ou marchands. Dans les affaires de quelque envergure, les investissements posent des problèmes difficiles. Les entrepreneurs, eux aussi, ont leur originalité : ce sont très souvent des Suisses, à l’occasion des Alsaciens. Ils ont leurs intérêts propres, également : dans la concertation entre Napoléon et les industriels, qui a précédé le décret prohibitionniste du 22 février 1806, l’opinion d’Oberkampf et même de Gros et Davillier contredisait celle de Richard : raisonnant en termes de tissus, ils craignaient évidemment — à court terme, tout au moins — que l’industrie nationale de la filature et du tissage ne fût pas en mesure de les approvisionner dans les qualités de toiles qui leur convenaient.

  • 48 Voir chapitre IX.

50Dans Paris même, les ateliers se rencontrent des Halles et du Marais à la rive gauche. Hors de Paris, ils sont à la barrière d’Italie (Dubois), au Grand Gentilly (Thiébaud), sur la Seine (à Choisy-le-Roi, où se trouvent depuis l’an XIII, les Genevois Roux, Fazy et Cie), dans la haute vallée de la Bièvre (à Bièvres, Rœchling, et J. J. Dollfus père et Cie, associés au négociant Logette) ; à Jouy, on trouve Oberkampf48 ; à Saint-Denis, J. P. Brenier, auquel succède Dutfoy en 1810 ; à Courbevoie, Sallendrouze frères et Cie, indienneurs depuis 1787.

  • 49 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/296.
  • 50 Arch. nat., F12, 1405 B.
  • 51 Arch. de Paris, D 11 U3, 3/177.
  • 52 Apparemment, leur échec a pu tenir à ce qu’ils avaient vainement cherché à perfectionner l’impress (...)

51A Paris coexistent de toutes petites entreprises artisanales et des affaires plus importantes. Ainsi en l’an XIII un imprimeur de la rue Geoffroy l’Asnier s’associe-t-il à un graveur sur bois de la rue Saint-Antoine pour former une manufacture d’indiennes : le capital, outillage et stocks, est évalué à 2 760 F !49 Toute différente est l’affaire de François Truton et Pierre Marin Grandcour50, d’abord indienneurs à Nantes, ruinés par la guerre de Vendée et l’arrêt de la traite des esclaves, venus s’installer à Paris où leur a été cédée l’ancienne maison des Miramiones, quai de la Tournelle. Faillis en 1797, ils nous livrent alors la composition de leur actif51. Le capital leur a été fourni par deux commanditaires auxquels ils ont remis pour 53 000 lt de lettres de change, et par deux actionnaires intervenant pour 9 000 lt chacun. Le problème des murs ne se posait pas : le loyer était de 4 000 lt par an. Le capital a donc été employé, d’une part à l’acquisition de prairies encloses, pour 18 000 lt, d’autre part à celle du matériel d’impression — tables, baquets, brosses, maillets, châssis, calandres, presses, et un cylindre en cuivre, évalués à 26 000 F. Valeur que dépasse celle des planches en cuivre et des centaines de dessins, estimés à 47 000 F. Au passif, essentiellement 75 000 F de toiles blanches, dont moitié fournie par Johannot, Vaucher-Du Pasquier, Gros-Davillier52.

  • 53 Arch. de Paris, D 11 U3, 3/182, 2 novembre 1797.
  • 54 Ibid., 3 B6, 87, 30 août 1786 et 88, 26 novembre 1787.
  • 55 Un registre commercial (Ibid., 5 B6, 4091) montre le nombre de pièces de toile blanche entrées che (...)
  • 56 Arch. de Paris, D 11 U3, 3/206, faillite du 12 janvier 1798. François Jarry dispose de moyens impo (...)
  • 57 Après leur faillite de 1799, et avant un nouveau dépôt de leur bilan en 1805, les Dubois ont repri (...)

52Hors de Paris, la structure du capital est très différente. L’investissement initial se trouve fortement alourdi par les dépenses immobilières. Au Petit Gentilly, au « Clos le prestre » sur les rives de la Bièvre, on saisit à la fin de 1797 la faillite de Vandremer, un ancien contremaître de Benny, entrepreneur aux Miramiones53. Son établissement existait bien avant 1789 ; l’entrepreneur était alors Louis Charles Dejean, qui s’était associé avec Sébastien Guyot de l’Isle, écuyer et négociant, et Jean Baptiste Vimeux, négociant rouennais ; Dejean avait apporté la propriété de quatre arpents de prés et les « ustensiles », les deux autres 30 000 lt chacun, le capital social étant ainsi estimé à 90 000 lt54. Vandremer, qui avait probablement repris l’affaire en l’an III, porte à l’actif les bâtiments et l’outillage pour 60 000 lt ; sans doute faut-il comprendre dans cette somme 24 000 lt qu’il a dépensées pour l’achat, notamment, d’une presse et d’une chaudière, grâce auxquelles il espérait travailler davantage55. A Cachan, en 1798, François Jarry porte globalement à 200 000 lt la valeur d’un terrain de sept arpents et de la manufacture qu’il a fait construire, avec tout son outillage56 : fourneaux, chaudières en cuivre, cylindres, manèges, presses, satinage, etc. Installés depuis 1788, Dubois père et frères, route de Fontainebleau, après la barrière d’Italie, font travailler, en 1799, 150 ouvriers du faubourg Saint-Marceau, et portent à 60 000 lt la maison d’habitation, le terrain et la manufacture, et l’outillage à 30 00057. A Saint-Denis, en 1803, Jean Pierre Brenier déclare 103 000 F d’immeubles et, là encore, 30 000 F d’outillage. Jean Jacques Dollfus, à Bièvres, a 162 000 F de capital social en l’an XII ; Dutfoy, en 1813, 242 000 F.

53Ces entreprises aux capitaux relativement importants sont aussi des affaires dont l’horizon commercial est national et parfois international. Chez Brenier, par exemple, sur 350 000 F de créances chirographaires, près de 260 000 F représentent des factures de toiles achetées (pour une part évaluée à 204 000 F) par des négociants parisiens — mais qui sont le plus souvent, comme Brenier lui-même, des Neuchâtelois —, et (pour le restant) par des maisons de Rouen, Gand, Bruxelles, Londres même. Chez un Dubois, un Jarry, la domination des fournisseurs parisiens se fait plus exclusive — celle de Soëhnée, de Gros-Davillier en particulier ; toutefois Dubois se fournit aussi directement en Suisse du nord, à Wattwil et à Saint-Gall. Du côté des créances actives, Brenier apparaît comme lié surtout au marché parisien ; inversement chez Dubois prédominent les créances sur la province — jusqu’à Lyon, Bordeaux, Grenoble ; chez Jarry, failli en plein Directoire, les ventes se répartissent à peu près par tiers entre Paris, Naples, Aix-la-Chapelle. Ainsi l’indiennage, industrie de marché typiquement parisienne, participe aux deux grands systèmes d’échanges lointains, nés du classique commerce d’importation des toiles blanches d’une part et du nouvel effort d’expansion commerciale de la France d’autre part.

VI. INDUSTRIES TEXTILES ET CONSTRUCTION MÉCANIQUE

  • 58 Pilisi 1958 ; Doyon et Liaigre 1963 ; Payen 1969.

54L’histoire de la construction mécanique à Paris ne se rattache pas à la seule histoire de l’industrie du coton, mais aussi bien à celle de la laine, du lin, des mines, etc. L’histoire des techniques a déjà bien exploré ce domaine et si l’on y revient ici, c’est plutôt pour caractériser le milieu social et les moyens financiers de ce secteur industriel « de pointe »58.

  • 59 Arch. de Paris, D 11 U3, 24/1631.
  • 60 Ibid., 39/2458.

55Milieu aussi composite que celui du patronat du textile lui-même. Certes les frères Perier — Jacques Constantin et son frère Augustin Charles, dit Perier Desgarennes — appartiennent à notre milieu de haute bourgeoisie d’affaires. Jacques Constantin, l’ancien protégé du duc d’Orléans, est académicien depuis 1783 ; par son mariage il est devenu le beau-frère de Mollien ; manufacturier lui-même — plus heureux sans doute aux temps de l’Ancien Régime qu’à l’aube du xixe siècle — il est en outre commanditaire de plusieurs filatures de coton en Normandie et dans le Gâtinais. En revanche d’autres mécaniciens restent d’authentiques artisans, parmi lesquels tous ne s’enrichissent pas, ni même ne réussissent. Noyon, qui fait faillite en 1804 avec 160 F de mobilier et 4 000 F de créances actives, est un ancien ouvrier mécanicien, puis contremaître, chez différents filateurs parisiens, qui s’est établi à son compte et a fourni quelques mécaniques à des entrepreneurs de la capitale59. Caillon, « serrurier-mécanicien », qui fait faillite au début de 1807, et avoue un fonds de boutique de 6 000 F — outils, ustensiles et pratiques —, avait confectionné et exposé en 1806 une « mécanique à faire les cylindres pour les filatures de coton », qu’une manufacture de Gand lui avait commandée60.

  • 61 Ibid., D 31 U3, 5/22 et 86.
  • 62 Ibid., 1/74.
  • 63 Hémardinquer 1964a.

56De fait, ceux qui réussissent sont ceux qui ont du génie, sans doute, mais aussi qui reçoivent le secours de puissants commanditaires ou peuvent compter sur une clientèle régulière. Ainsi Harmey et Armfield, fabricants de cardes pour la laine, vivent-ils exclusivement des commandes de Cockerill, de Liège, le principal constructeur européen dans sa branche61. John Milne lui-même, le plus célèbre des « artistes mécaniciens » installés à Paris à la fin de l’Ancien Régime, est, à partir de l’an IX, lors de son installation dans la maison Vaucanson, financé entièrement par James Thayer, qui lui attribue en rémunération 12,5 % des recettes de la société62. Les frères James et John Collier, qui avaient échoué dans leur tentative pour s’installer à leur compte à Sainte-Foy-la-Grande en l’an V, s’établissent à Paris en 1803 rue de Charenton, puis en 1806 au Marais : ils sont financés successivement par un filateur, Champy fils, puis par le banquier Jean Louis Grenus63.

  • 64 Arch. de Paris, D 31 U3, 7/177.
  • 65 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1062.
  • 66 Arch. de Paris, D 31 U3, 7/62 et 76.

57Dernière remarque : la période napoléonienne paraît marquée à la fois par le développement des imitateurs français et par le cosmopolitisme accru du milieu parisien de l’innovation. Il s’incorpore des Allemands : ainsi ce Georges Bodmer avec lequel Albert (chez qui l’intégration de l’industrie cotonnière est poussée au plus haut point avec les diverses branches de la construction mécanique) n’hésite pas à s’associer en 1808 pour la construction d’une nouvelle machine à filer le coton64. Mais surtout, semble-t-il, des Américains. Les Collier passent contrat en 1813 avec Baldwin, mécanicien, et Haskell, physicien, tous deux citoyens des États-Unis, pour la construction de leur machine à filer le lin, dont ils ont importé le modèle65. Relevons encore les tentatives, dont nous ignorons les suites, d’Isaac Ogden et de Thomas Morton Jones, d’une part, de Jonathan Ellis et James White, d’autre part — les trois premiers originaires de Boston et New York, financés en deux sociétés distinctes par le négociant marseillais Magnan, l’une pour les machines à carder, l’autre pour les machines à tondre les draps66.

58Ainsi, bien que l’époque ait été caractérisée par l’effort de la plupart des manufacturiers de quelque importance pour s’équiper eux-mêmes en machines inspirées des modèles qu’ils avaient pu acquérir au départ, il se développe un marché parisien de l’équipement industriel qui, en touchant les régions les plus diverses de la France, contribue pour sa part à accentuer le rôle de direction économique de la capitale.

Notes

1 Pinkney 1950, p. 56-60.

2 Chabrol 1829, t. II, tableau 84.

3 Arch. nat., 2297.

4 Ibid., 2296. Cet associé devait être Jean Marie Noël Brion Marolles — sans doute un capitaliste parisien intéressé en commandite. Bouchon avait en outre passé contrat au début de l’an VII avec Jacques Nicolas Gobert, négociant parisien de la rue Saint-Denis : il en faisait le dépositaire des fils à coudre, cotons filés, cotonnades et toiles issus de la manufacture du Roule (Arch. de Paris, 3 B6, 98, lOvendémiairean VII).

5 Cf. Lévy-Leboyer 1964, p. 427 ; Arch. nat., F12, 2405. Les manufactures en question sont celles de Saint-Amarin, Bavilliers, Giromagny, Gritt et Orbez.

6 Arch. nat., F12, 4639.

7 Arch. de Paris, D 31 U3, 6/156.

8 Arch. nat., M.C.N., XCIII, 334, 26 août 1812.

9 Ibid., F12, 2467, note de Coquebert de Montbret.

10 Arch. de Paris, D 31 U3, 3/464.

11 A. D. Seine-et-Marne, M 7743.

12 Arch. nat., M.C.N., XCIII, 252, concordat et atermoiement, 8-18 thermidor an XI.

13 Ibid., 256, 28 pluviôse an XII. Un François Dufrayer, de Saint-Denis, figure également parmi les débiteurs de Dufrayer de Paris.

14 Ibid., XV, 1190, 13 novembre 1806 ; XCIII, 309, 10 mars 1810 ; F12, 2296.

15 Arch. de Paris, D 31 U3, 6/65 et 66.

16 Cf. Moniot et Lazerges 1969.

17 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/270. Schrader appartint sans doute ultérieurement à une société conclue avec Haussmann (1808), également pour l’établissement d’une fabrique de coton.

18 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 132.

19 Cf. notamment Schmidt 1913, pp. 261-295, Ballot 1923, Pinkney 1950, Bergeron 1966. La source la plus immédiate d’une statistique de l’industrie cotonnière est naturellement l’Almanach de La Tynna. Mais cette source est loin d’être toujours exhaustive et précise : certaines années présentent d’évidentes lacunes ; la distinction est pendant longtemps mal faite entre filatures, tissages, simples dépôts, manufactures extérieures à Paris ; les raisons sociales sont peu sûres, incertaine la nature des textiles travaillés. Bien des entreprises de dimensions modestes ont dû être omises. Il faut recourir aux actes de sociétés (Arch. de Paris, D 31 U3), aux éléments épars dans la sous-série F12 des Arch. nat. : carton 533, « Statistique des établissements de filature et de tissus de coton du ressort de la Préfecture de Police, au 1er mai et au 1er novembre 1808 » ; carton 1564, « Rapport du préfet de la Seine sur les filatures, tissages et fabriques de bonneterie de coton », 26 mars 1806 ; 1569 : rapport de la Chambre de Commerce de Paris sur l’ » État des manufactures et autres établissements... qui supposent un certain degré d’industrie » ; etc.

20 Gille 1963, p. 29.

21 Arch. de Paris, D 10 U3, registre des faillites survenues du 1er janvier 1808 au 29 juin 1814 (543 p. + table alphabétique).

22 Ibid., D 31 U3, 6/137 et 169, 7/20 et 52, 8/101 et 164.

23 Arch. nat., F12, 2296.

24 Arch. de Paris, D 31 U3, 5/97 ; A. D. Seine-et-Marne, M 7743.

25 Arch. de Paris, D 31 U3, 3/448 et 477.

26 Arch. nat., F12, 1343 B.

27 Ibid., 2305.

28 Ibid., 2200.

29 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/334 et 9/231. Arch. nat., F12, 2405.

30 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/57.

31 Arch. nat., F12, 2405.

32 Ibid., 1561.

33 Arch. de Paris, D 31 U3, 3/437.

34 Cf. Ballot 1912.

35 On peut noter qu’environ six personnes sont employées par métier à filer.

36 Arch. de Paris, D 2 U1, 70, scellés après faillite, 28 janvier 1811.

37 Arch. de Paris, D 11 U3, 47/1041, 31 janvier 1814.

38 Ibid., 46/1014, 5 janvier 1814.

39 Arch. nat., F12, 2405.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Ibid., F20, 255, rapport du maire du IIIe arrondissement.

43 Ibid., F12, 4639. Richard, qui a bien entendu équipé en premier lieu ses propres manufactures, a fourni aussi des machines à des confrères parisiens, à des manufacturiers de Tourcoing (Desveaux, Desurmont), de Roubaix (Rousselle et Grémon-pré), à Gros et Davillier pour Wesserling... Un autre atelier fonctionnait à Sées.

44 Ibid., 2296, et 2467, note personnelle de Coquebert de Montbret.

45 Ibid., 533, bulletins de Bardel, et 44 AQ 85 et cotes suivantes, correspondance commerciale d’André et Cottier (cette maison s’intéressant beaucoup au coton).

46 L’analyse de ces problèmes sera reprise dans le chapitre suivant sous un autre angle — celui des indienneurs, grands consommateurs de toiles à imprimer.

47 Arch. nat., AFIV, 1089.

48 Voir chapitre IX.

49 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/296.

50 Arch. nat., F12, 1405 B.

51 Arch. de Paris, D 11 U3, 3/177.

52 Apparemment, leur échec a pu tenir à ce qu’ils avaient vainement cherché à perfectionner l’impression en plusieurs couleurs à la planche de cuivre, qui supposait des couleurs très solides. Sur ce terrain, comme sur beaucoup d’autres, Oberkampf, à Jouy, demeurait imbattable.

53 Arch. de Paris, D 11 U3, 3/182, 2 novembre 1797.

54 Ibid., 3 B6, 87, 30 août 1786 et 88, 26 novembre 1787.

55 Un registre commercial (Ibid., 5 B6, 4091) montre le nombre de pièces de toile blanche entrées chez lui, pour être imprimées à façon :
Image img04.jpg
Le bilan comporte 26 287 lt de créances actives, et un stock de colorants évalués 10 000 lt. L’affaire n’est donc pas médiocre, mais les causes de sa chute apparaissent mal, hormis 16 000 lt imputées à des ventes de marchandises à perte. En thermidor an VI, il employait 200 personnes et cherchait à emprunter de nouveau pour porter l’effectif à 1 200 (Arch. nat., F12, 1405 B).

56 Arch. de Paris, D 11 U3, 3/206, faillite du 12 janvier 1798. François Jarry dispose de moyens importants ; il a d’abord été négociant ; le fonds social qu’il réunit en l’an II monte à 124 000 lt (89 000 apportées par lui-même et 35 000 par sa femme et associée). D’une acquisition en communauté faite avec sa première femme (morte en 1792) il a hérité la moitié d’un bien national, valant 40 000 lt (l’ancien Oratoire de Marines, dans l’Oise) ; il a en outre acheté deux maisons à Cachan. Enfin ses stocks, portés pour 150 000 lt à l’actif, comprennent non seulement des marchandises finies ou en cours d’impression, mais des « moulins à bras et à manège » qu’il construisait semble-t-il pour une autre société dont il était le commanditaire.

57 Après leur faillite de 1799, et avant un nouveau dépôt de leur bilan en 1805, les Dubois ont repris les affaires au 1er prairial an IX (Arch. de Paris, D 11 U3, 7/439, 16 mars 1799). A cette occasion, un registre de commerce (Ibid., 5 B6, 1775) livre de précieuses mais bien fragmentaires indications sur les salaires payés par l’entreprise ; on y reconnaît du moins le rythme saisonnier imposé à ce genre d’industrie par la technique du blanchiment des toiles :
Image img05.jpg
Pour trouver une confirmation de ce rythme et pour avoir également un point de comparaison quant aux dimensions des entreprises, on rapprochera ces données de celles fournies par un registre de Jarry (Ibid., 5 B6, 2982) mentionnant les salaires versés :
Image img06.jpg

58 Pilisi 1958 ; Doyon et Liaigre 1963 ; Payen 1969.

59 Arch. de Paris, D 11 U3, 24/1631.

60 Ibid., 39/2458.

61 Ibid., D 31 U3, 5/22 et 86.

62 Ibid., 1/74.

63 Hémardinquer 1964a.

64 Arch. de Paris, D 31 U3, 7/177.

65 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1062.

66 Arch. de Paris, D 31 U3, 7/62 et 76.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable