Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Phantasia

Notes de lecture

Le fabuleux destin du vase grec

Claude Mossé

Texte intégral

1(Le vase grec et ses destins, édité par Pierre Rouillard et Annie Verbank-Piérart, Munich, Biering & Brinkmann, 2003)

2Ce magnifique ouvrage, richement illustré, a été réalisé à l’occasion d’une exposition intitulée « Le fabuleux destin du vase grec », présentée au Musée Royal de Mariémont, du 25 mai au 28 septembre 2003, et actuellement au Musée Calvet d’Avignon.

3Précédée d’une introduction des deux éditeurs, Pierre Rouillard et Annie Verbank-Piérart, l’étude se divise en deux parties bien distinctes. La première se propose d’analyser, à travers des contributions qui font état des recherches les plus récentes, d’abord la production de la céramique grecque antique, ensuite sa dispersion géographique dans le monde méditerranéen et, enfin, ses usages. La seconde, sous le titre « Réappropriations modernes du vase grec », rassemble des textes portant d’une part sur la manière dont cette céramique a été redécouverte et étudiée essentiellement à partir du xviiie siècle, d’autre part sur la façon dont ses images ont inspiré les arts décoratifs et la grande peinture à partir de ce même xviiie siècle, aussi bien en Angleterre qu’en Italie, en France qu’en Allemagne et en Espagne.

4Il est clair qu’il est impossible, dans les limites de cet article, de citer toutes les études rassemblées dans le livre. Une précision s’impose aussitôt : le vase « grec » au cœur de la démarche collective est d’abord et avant tout le vase attique, cette céramique décorée qui connut un extraordinaire développement à partir du vie siècle et jusqu’au ive siècle, marquée d’abord par le décor à figures noires, puis, à partir du dernier quart du vie siècle, par le décor à figures rouges. Certes, il a existé d’autres centres de production de vases peints dans le monde grec, à Corinthe, en Ionie, en Laconie, en Italie méridionale, sans compter des centres de production locale imitant la céramique attique. Il reste que la production athénienne occupe une position dominante à partir du milieu du vie siècle. Et que c’est aussi celle pour laquelle nous disposons du plus grand nombre d’informations.

5Le long article consacré à cette production rappelle les éléments dont on dispose pour reconstituer la fabrication des vases et ses différentes étapes, parfois représentées sur les vases eux-mêmes, mais aussi éclairées par les fouilles entreprises sur le sol de l’Attique. Les signatures figurant sur certains de ces vases permettent de distinguer le potier du peintre, celui qui a fabriqué (epoiêsen) de celui qui a décoré (egrapsen) ; mais epoiêsen peut aussi désigner un seul et même personnage, celui qui a supervisé l’ensemble du travail. Par ailleurs, les signatures ont aussi révélé que plusieurs peintres pouvaient travailler pour un même potier.

6Grâce aux fouilles récentes, on a pu localiser les principaux ateliers et constater, entre le vie siècle et les siècles postérieurs, un déplacement depuis le versant N. O. de l’Acropole vers les quartiers périphériques et singulièrement le dème du Céramique. Quelques ateliers de proximité ont pu être également décelés aux abords de certains sanctuaires, tels celui d’Artémis à Brauron. Des cartes illustrent cet article et permettent de suivre ces déplacements et révèlent la coexistence de petits ateliers et de structures plus importantes.

7Un ensemble d’études plus brèves relève les lieux où ont été retrouvés les vases destinés aux usages locaux. S’il est pratiquement impossible de mesurer la place de ces vases dans l’habitat, de distinguer entre l’usage courant (vases à boire pour le banquet, vases à parfum…) et l’usage décoratif et de prestige, en revanche la présence de vases comme offrandes à Athéna dans le sanctuaire de la déesse est attestée par le grand nombre de tessons et de dédicaces retrouvés. Nombreux également sont les vases figurant dans un contexte funéraire (lécythes à figures noires ou lécythes polychromes à fond blanc retrouvés au cimetière du Céramique ou encore riche ensemble découvert dans une tombe sans doute féminine, la « tombe Sotadès »).

8Mais l’abondante production attique n’était pas seulement destinée à des usages locaux. On sait le grand nombre de vases attiques qui ont été retrouvés d’une extrémité du monde grec à l’autre. Dans cette production exportée domine la vaisselle nécessaire au banquet et singulièrement les grands cratères où l’on mélangeait l’eau et le vin. Les conditions de ce commerce sont mal connues car si l’on peut suivre des courants d’échanges, on ignore en revanche comment et par qui était organisé ce commerce, s’il s’agissait d’échanges réguliers ou circonstanciels, voire, dans le cas des nombreuses amphores panathénaïques, de trophées rapportés par les vainqueurs.

9En dehors du monde grec proprement dit, quelques régions se révèlent particulièrement riches, parmi lesquelles l’Étrurie. C’est là d’ailleurs la raison pour laquelle les vases attiques furent d’abord appelés « étrusques » lorsque, la Grèce étant sous domination ottomane, on les « redécouvrit » principalement en Toscane et en Campanie. Dans ces régions extérieures au monde grec proprement dit, on retrouve des usages analogues à ceux qu’avaient révélés les fouilles menées en Attique : vases à boire pour le banquet, vases offrandes dans les sanctuaires et dans les tombes. Mais dans certaines régions comme l’Espagne on trouve en quelque sorte un détournement de ces usages traditionnels : ainsi par exemple le cratère peut devenir réceptacle des cendres du défunt, tout en demeurant essentiellement un objet de prestige, exprimant la richesse et le pouvoir.

10C’est aussi dans ces régions extérieures au monde grec proprement dit que se développent à partir du ive siècle des ateliers de production locale, d’où sortent des imitations plus ou moins fidèles des modèles attiques.

11La seconde partie du livre s’ouvre par deux chapitres qui évoquent à la fois la « mode » du vase grec à partir du xviiie siècle, mais aussi son utilisation par les « antiquaires » pour la connaissance de la vie quotidienne et de la culture des anciens Grecs. C’est alors aussi que se constituent les premières collections de « vases étrusques » et que sont établis les premiers catalogues répertoriant les formes, les usages, les représentations figurées, les attributions à tel ou tel centre de production et, lorsque cela est possible, à tel ou tel artiste. La plus importante est incontestablement celle de Sir William Hamilton, le mari de la belle Lady Hamilton connue pour sa liaison avec l’amiral Nelson, le vainqueur de Trafalgar. Hamilton confia à un Français, Pierre François Hugues d’Hancarville, en 1767, la publication de sa collection de vases qui parut entre 1767 et 1777 en quatre volumes, sous le titre « Antiquités étrusques, grecques et romaines tirées du Cabinet de M. Hamilton, envoyé extraordinaire et plénipotentiaire de S. M. Britannique à la cour de Naples ». Ce sont les gravures de ces volumes et celles d’une seconde collection d’Antiquités qu’Hamilton fera publier de 1794 à 1803 par J. H. W. Tischbein qui allaient inspirer en Europe peintres et décorateurs.

12Comme le rappellent les éditeurs, cette seconde partie de la recherche collective à l’origine de cette publication n’est pas exhaustive et ce sont seulement quelques exemples de cette réappropriation des vases grecs et de leur décor qui sont ici présentés.

13Le premier exemple retenu est celui du céramiste anglais Josiah Wedgwood qui développa son entreprise dans le Staffordshire à partir de 1759 et créa dix ans plus tard une manufacture qu’il appela Etruria, qu’il inaugura par la fabrication de six vases en Black Basalt, directement inspirés de modèles grecs. Il rassembla dans la bibliothèque de sa manufacture nombre de publications sur l’art antique, dont le Recueil d’Antiquités Égyptiennes, Étrusques, Grecques et Romaines du Comte de Caylus et les publications des deux collections de Sir William Hamilton. Il mit au point la fabrication d’une autre céramique, le Jasper Ware, où les silhouettes se détachent sur un fond bleu. Parmi les sujets retenus, figure une Apothéose d’Homère directement inspirée d’un cratère en calice attique. La céramique de Wedgwood devait connaître un immense succès auprès de l’aristocratie européenne.

14Le second exemple est napolitain. Là aussi, c’est à partir des collections Hamilton que se développe une céramique d’imitation des vases grecs. La plus importante des fabriques napolitaines est celle des Giustiniani dont la production débute à l’aube du xixe siècle et multiplie les imitations souvent fidèles des vases all’etrusca, s’inspirant cette fois des objets réellement trouvés dans les fouilles aux environs de Naples, mais appliquant également le décor de ces vases à la fabrication d’objets utilitaires, comme ce service à thé actuellement au Musée de Genève et présenté p. 240.

15Mais, si à Naples on fabriquait des imitations de vases antiques destinés à satisfaire une clientèle d’amateurs éclairés, ailleurs c’est dans le décor de certains palais ou de certaines demeures princières que l’on trouve cette réappropriation des vases grecs. Ainsi le fameux Cabinet étrusque de Potsdam réalisé par les frères Catel à la demande du roi Frédéric Guillaume III de Prusse ou les petites « demeures royales » de son contemporain, le roi d’Espagne Charles IV. Dans une de celles-ci, la Maison du laboureur, on trouve un décor « à l’étrusque » œuvre d’un artiste français, Jean-Démosthène Dugoure. L’article offre d’autres exemples surprenants de ce décor, sur une chaise du Palais royal de Madrid et sur un carosse (pp. 259-260).

16Mais une mention spéciale est réservée à la fameuse villa Kerylos que fit construire à Beaulieu-sur-mer Théodore Reinach, helléniste et historien de renom, une villa inspirée de la Grèce non seulement dans le décor, mais dans l’architecture même, et dont Reinach confia l’élaboration à Emmanuel Pontremoli, architecte et archéologue. Comme les décorateurs de Potsdam ou des palais espagnols, Pontremoli utilisa les publications de vases grecs, et plus particulièrement ceux que contenait la bibliothèque de Théodore Reinach, dont le Répertoire des vases grecs et étrusques, publié par son frère Salomon Reinach, ainsi que le Dictionnaire des Antiquités de Daremberg et Saglio. Mais il adapta à sa vision d’ensemble les modèles que lui offraient ces différents ouvrages, s’inspirant en particulier pour les couleurs des lécythes polychromes à fond blanc. On a pu retrouver les modèles dont s’inspire le décor du péristyle de la villa et, là encore, on peut suivre, à partir de quelques exemples, l’adaptation de ces modèles (pp. 278-282). On a là une reconstitution que l’auteur de l’article dit être « unique au monde ».

17Deux dernières contributions étudient l’attraction exercée par les vases grecs sur les artistes en général et le cas particulier du grand peintre de l’époque romantique, Ingres.

18Pour clore cet ensemble, les deux responsables des expositions de Mariémont et d’Avignon rappellent comment se sont constituées, dans l’un et l’autre de ces musées, les collections de vases attiques : legs Warocqué au Musée Royal de Mariémont, legs mais aussi achats au Musée Calvet qui bénéficia en outre d’un don par l’État de la célèbre Collection Campana.

19Au terme de ce bref résumé, on redira la richesse de la documentation rassemblée par les organisateurs de ces deux expositions. Il y a là pour les chercheurs un remarquable instrument de travail. Tous les modèles présentés dans le texte font l’objet de notices précises à la fin de l’ouvrage, que complètent des annexes : bibliographie très détaillée, mentions des expositions et des colloques organisés autour des vases grecs au cours des vingt dernières années. Une incontestable réussite, dont on ne peut que remercier les éditeurs de ce très beau livre.

Auteur

Université Paris VIII

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540