Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire

 | 
Louis Bergeron

Chapitre VII. Le négoce parisien et son rôle dans le commerce français et international

Texte intégral

I. LE COMMERCE DES TOILES DE COTON ET DES INDIENNES

Les hommes

  • 1 Sur les antécédents de cette firme, voir Bergeron 1970 a.

1Cette branche maîtresse du commerce international reste dominée, en continuité avec l’Ancien Régime et les premières années de la Révolution, par les maisons suisses. Et parmi elles, au premier rang, par celles qui étaient issues, à la fin de 1796, de l’éclatement de la vieille et puissante firme Pourtalès et Cie1, neuchâteloise dans ses origines, européenne et presque mondiale par ses ramifications.

2Notons d’abord le cas de deux établissements qui sont, à l’origine, de simples entrepôts parisiens de maisons neuchâteloises, dont la structure et les activités devaient toutefois évoluer au temps de l’Empire.

  • 2 Voir Du Pasquier 1974.
  • 3 Cf. Dreyer 1924, p. 63 sq. et 78. Cet auteur indique que le nombre des ouvriers indienneurs recula (...)

3Vaucher, Du Pasquier et Cie, dont l’activité avait été pendant plus de quarante ans étroitement imbriquée dans celle de Pourtalès et Cie, se constitue en société indépendante2 le 1er janvier 1796, à Neuchâtel. En fait, il faut distinguer : une société Henri Du Pasquier et frères qui poursuit, à Cortaillod, la fabrication des indiennes : une société de commerce qui est proprement Vaucher, Du Pasquier et Cie, à Neuchâtel ; enfin, les entrepôts de cette dernière à Paris et à Mulhouse, celui de Paris s’occupant non seulement de l’écoulement de la fabrication de Cortaillod, mais aussi du commerce des toiles de l’Inde. La fermeture progressive et de plus en plus rigoureuse du marché français aux toiles peintes de Suisse devait provoquer à la fois un ralentissement de la fabrication à Cortaillod, et une modification dans la marche des entrepôts qui durent, à partir de 1806, se consacrer au commerce de toiles peintes fabriquées en France, le plus souvent pour leur compte3. En 1810, une société distincte devait même naître : Du Pasquier-d’Ivernois et Cie, pour « suivre le commerce de toiles peintes de France » à partir de Mulhouse et de Bruxelles.

  • 4 Il est prévu que les comptes de fonds, de dépôts et les comptes courants porteront intérêt à 4 % ; (...)

4Coulon et Cie se constitue à la même date mais selon des principes quelque peu différents. Le chef de la famille. Paul Coulon, réside à Neuchâtel et se réserve la haute direction du commerce : c’est à Neuchâtel que sont tenus les livres ; toutefois, dans cette société de caractère purement commercial, le siège principal de l’activité est à Paris — il s’agit de « commerce en toiles de coton, mousselines et autres marchandises de l’Inde ». Le siège de Paris est dirigé par les deux autres associés, membres de la famille : Paul Louis Carbonnier, neveu de Paul Coulon, et Auguste François de Meuron de Tribo-let, son gendre — il a en effet épousé l’année précédente Anne Louise, fille aînée de Paul Coulon. Le capital est de 500 000 livres de Berne (soit 750 000 lt), dont 400 000 apportées par Paul Coulon et 50 000 par chacun des deux autres. Mais les bénéfices sont répartis en vingt parts : huit à Coulon, huit à Carbonnier, quatre à Meuron4.

  • 5 Soit : Paul Coulon, 568 600 livres ; Paul Louis Carbonnier, 169 000 ; Meuron, 100 000 ; Paul Louis (...)

5Selon les propres termes du « patriarche » de la famille Coulon — dont le rôle, en plus modeste, n’est pas sans rappeler celui de son ancien et respectable patron, Jacques Louis de Pourtalès — il s’agit là d’une « société de famille, bien moins basée sur l’intérêt de quelques-uns des membres en particulier que sur celui de tous en général ». Ainsi que Paul Coulon en avait exprimé l’intention lors de la constitution de la société, il y appelle et y associe, le 25 avril 1799, son fils aîné, Paul Louis Auguste, qui apporte 50 000 livres de Berne ; la répartition des bénéfices passe alors à 2/6 pour le chef et pour Carbonnier, à 1/6 pour chacun des deux autres. Au renouvellement du 1er janvier 1802, le capital est passé à 905 000 livres de Berne5, la répartition des bénéfices demeurant identique. En 1803, enfin, son second fils Paul Étienne entre à son tour dans la société avec 50 000 livres, et la répartition se fait désormais par douzièmes (trois à Paul Coulon et Paul Louis Carbonnier, deux à Meuron et à chacun des fils) ; un neveu travaillant dans la maison, Paul Boyve, reçoit en récompense un intérêt d’un vingtième sur le bénéfice des cinq années restant à courir en société ; enfin, le troisième fils de Paul Coulon, Frédéric, entre en qualité de teneur des livres. En décembre 1807, il sera procédé non à un renouvellement, mais à une dissolution suivie de la constitution d’une société nettement différente dans sa structure et ses objectifs — changement qui se trouvera lié à la fin de la belle époque du commerce des toiles.

  • 6 A. É. de Neuchâtel, fonds Pourtalès, IV1. Par ailleurs la fabrique de l’ancienne abbaye de Royaumon (...)

6La troisième société parisienne issue de Pourtalès et Cie revêt encore un caractère différent ; il s’agit de Jean Michel Soëhnée l’aîné et Cie, installé après rachat au 106 rue de Richelieu, dans la maison qui avait servi de siège à Pourtalès. La société conduit de front un comptoir de commerce à Paris, et une fabrique d’indiennes et un comptoir en Alsace, ainsi que l’explique une circulaire du 1er janvier 17976 ; « Nous suivrons le commerce des marchandises des Indes... en continuant d’exploiter la manufacture de toiles peintes de Munster... Le siège de nos affaires sera à Paris ; mais, pour la plus grande facilité de nos commettants, nous aurons également un magasin à Colmar, comme le lieu le plus à portée de notre manufacture. »

  • 7 Jean Michel Soëhnée est lui-même né en 1741 à Rhodt, dans le Palatinat, dont les marges méridionale (...)

7Autour de Jean Michel Soëhnée, bourgeois de Neuchâtel, se trouvent associés son frère Jacques Frédéric, son neveu Jean Wolff, qui dirige avec Frédéric Schouch la maison de Colmar, le manufacturier André Hartmann père, Jacques Frédéric Bartholdi son gendre (marié à Catherine Elisabeth Soëhnée, la seconde fille), « ci-devant associé d’Achille Weis et Cie à la Rochelle, et de Weis et Emmerth à Bordeaux ». En 1800, l’unique fils de Soëhnée l’aîné, Frédéric, entre dans la société. En 1808, à la suite de la mort de Jean Wolff, ce sera au tour de Frédéric Schouch et du second gendre, Jean Guillaume Müller (marié à Marie Louise, la fille cadette) ; procuration sera donnée, à la même occasion, à Abraham Grandpierron, de Sainte-Marie-aux-Mines, et à François Berthoud, de Neuchâtel, qui avaient également, depuis plusieurs années, un intérêt dans l’affaire. Ainsi le caractère familial de l’entreprise est-il une fois de plus très affirmé. Mais le détachement est ici complet par rapport aux origines helvétiques ; les bases de l’affaire sont à Paris et en Alsace ; de plus, les liens de famille sont étroits avec la Rhénanie allemande7.

  • 8 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1041, 16 octobre 1809.
  • 9 Signalons, pour en finir avec les épigones de Pourtalès et Cie, une quatrième société, dont l’impla (...)

8Affaire solide, comme on peut s’en faire quelque idée d’après l’inventaire après décès de Mme Soëhnée, en 18098 : abstraction faite des comptoirs et manufactures, qui occupent alors plus de 1 500 ouvriers et font partie de l’actif de la société, la communauté des époux Soëhnée a, à son actif propre, au 1er janvier de cette année-là, 688 000 F en compte courant portant intérêt à 6 %, 440 000 F en compte de fonds à 5 %, cent cinquante actions de la Banque de France (dont Soëhnée a été censeur). 42 000 F de meubles9.

  • 10 Sur cette affaire, cf. Dermigny 1960, t. I, p. 247 sq. et Liithy 1969, t. II, p. 667 sq.
  • 11 L’obscurité de nos sources nous conduit peut-être à opérer une confusion — qui reste donc à éclairc (...)
  • 12 Arch. nat., M.C.N., XIX, 922, 2 frimaire an XI.
  • 13 Depuis 1794, Jean Étienne Petit et Marc Jérémie Senn, respectivement gendre et fils aîné de Françoi (...)
  • 14 Sur les Perier, cf. Barrai 1964.
  • 15 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/206, 5/200, 7/2.

9A la différence de Pourtalès et Cie — dont l’influence survit à sa dislocation même, à travers ces vigoureux rejets parisiens — la très ambitieuse mais éphémère société Senn, Bidermann et Cie et son efflorescence, la Société maritime suisse10, n’ont laissé derrière leurs faillites qu’une maison de commerce des toiles, qui reprendra ses activités sous le Directoire et les soutiendra jusque vers 1808. Il s’agit de la société constituée autour de Jean Joseph Johannot11, ancien directeur de la manufacture de Wesserling et député du Haut-Rhin à la Convention qui, retiré en son domicile de Morges, n’en avait pas moins repris, sous le Directoire, sa place dans le commerce des toileries des Indes et de Suisse, blanches et imprimées, en commanditant David Senn à Paris. En novembre 1800, Johannot vient se réinstaller à Paris et, au 2 de la place Vendôme, la société prend alors le nom de Johannot, Jaquet, Senn et Cie ; un Odier, de Genève, sera ultérieurement chargé de voyager à l’étranger pour le compte de la maison, et « faire toutes acquisitions de denrées, marchandises et productions coloniales »12. En août 1802, David Senn quitte Paris et la société pour rejoindre à Genève ses parents qui le pressent de se réunir à eux13. Mais David Senn est remplacé par Clément Carié, et la société prend la raison de Johannot, Jaquet et Carié, en conservant les mêmes activités : « L’expérience que notre sieur Carié a acquise dans cette partie, dont il s’est constamment occupé pendant son séjour dans les ports de Lorient et de Bordeaux ; les fonds qu’il nous apporte ; ceux que nous versent de nouveau les commanditaires », permettront même, annonce la circulaire, d’étendre ses affaires. Avec Clément Carié, en effet, se renoue un lien avec la dernière Cie des Indes, puisqu’il s’agit du beau-frère et héritier de Jacques Augustin Périer, frère de Claude Périer, administrateur de ladite Cie, mort en laissant une fortune de trois millions14. Quand en 1808 Jaquet se retire à son tour en Suisse, Johannot maintient encore la société en s’adjoignant Jean François Vieusseux, un Genevois qui a travaillé pendant neuf ans chez Jean Charles Davillier. Johannot, Carié et Cie est, au 1er janvier 1809, une maison au capital de 800 000 F dont 550 000 apportés par les trois associés, et le reste par les commanditaires ; elle est renouvelée dans la même forme en 1812 encore. Il semble toutefois que, depuis 1809, elle agisse comme une maison de commission en marchandises, la spécialisation dans les toiles ayant, ici encore, disparu sous la pression des événements15.

  • 16 Avec laquelle Jacques Bidermann conserve d’ailleurs le lien d’une commandite.
  • 17 On retrouve Jean Joseph Rousseau comme commanditaire (pour moitié d’un capital de 96 000 F) de la s (...)
  • 18 Ibid., 5/156.

10Au second rang viennent des maisons où l’ancien refuge protestant français de Suisse peut également jouer un rôle important, mais dont le caractère est de fonder leur activité sur un type de relations particulier (déjà présent dans une firme telle que Soëhnée, d’ailleurs) : il s’agit de la liaison entre un centre de production cotonnière et le foyer de commercialisation par excellence qu’est devenu Paris. C’est précisément le cas de Gros, Davillier, Roman et Cie, les maîtres de l’entreprise intégrée de Wesserling16, dont les correspondants commerciaux à Paris sont les négociants Gros, Davillier et Cie, et Jean Charles Davillier. C’est aussi, très nettement, le cas de Jean Joseph Rousseau, maison spécialisée dans « la vente des toiles de coton blanches et mousselines des Indes, et autres, les toiles peintes, les shawls et les mouchoirs d’indienne », vente pratiquée en commission avec avances aux consignataires. Lorsqu’en l’an XII la raison sociale devient Rousseau et Bertin, le père laissant l’affaire à un fils et à son gendre Bertin, la circulaire précise : « L’intérêt en commandite que nous avons dans la manufacture de toiles peintes de MM. Dollfus-Mieg et Cie de Mulhouse, dont nous avons le dépôt, nous facilite d’autant plus pour les marchandises imprimées. »17 On peut supposer, bien que les renseignements soient ici bien maigres, une relation analogue à la base de la société de commerce Dutfoy et Cie18 constituée en 1809 entre le négociant Dutfoy, qui avance le fonds capital de 200 000 F, et le manufacturier Jean Pierre Brenier, un Neuchâtelois établi dès longtemps comme indienneur à Saint-Denis.

11Mais, bien entendu, ces quelques exemples ne rendent pas compte de toute la densité de ce milieu commerçant, puisque à Paris en 1806 l’almanach de La Tynna dénombre environ cent cinquante maisons engagées dans le négoce des mousselines, toiles, toiles peintes — dénombrement au demeurant bien arbitraire, dont il conviendrait de ne pas disjoindre certains commissionnaires travaillant dans les mêmes articles.

12Le gros du bataillon était constitué de maisons d’un caractère purement commercial, dont l’activité plus ou moins brillante pouvait se situer à deux niveaux au moins : les unes se fournissaient principalement auprès des diverses régions productrices, ou se spécialisaient dans l’achat des fabrications de telle ou telle région, sans doute en fonction d’affinités personnelles ; les autres pratiquaient plutôt la redistribution au second degré en se fournissant autant ou plus auprès des grands négociants parisiens qu’à la source même. Ces différences de niveau et de puissance peuvent, bien entendu, être aussi décelées au stade de la revente, certaines maisons ayant une clientèle très dispersée, d’autres se concentrant sur une clientèle localisée dans la région parisienne et à Paris même. On peut demander éclaircissements et exemples aux bilans de faillite.

  • 19 François Fidel Hennecart neveu et Jacques Decaix, rue des Jeûneurs, associés depuis le 8 novembre 1 (...)
  • 20 Revil, rue du Sentier, associé à partir de 1808 à ses fils Jean Étienne et Dominique Narcisse ; soc (...)
  • 21 Ainsi note-t-on, dans la correspondance de la maison Coulon de Paris, le 19 juillet 1805 : « Monsie (...)

13Les plus importantes de ces maisons — Hennecart et Decaix19, Ferdinand Petit-pierre, Possoz, Revil et quelques autres20 — délèguent parfois un de leurs membres aux ventes de toiles des Indes qui se déroulent deux fois par an à Londres (et, plus irrégulièrement, dans d’autres ports tels que Lorient et Anvers), ou confient des commissions aux grandes maisons suisses de Paris qui suivent assidûment les ventes de la Cie anglaise des Indes. Toutefois, elles s’approvisionnent plus volontiers en toiles de fabrication européenne et, pour les toiles des Indes, préfèrent recourir à l’intermédiaire du grand négoce parisien ou bâlois21 ; d’où l’importance des relations entre le commerce parisien des toiles et la maison Christophe Bourcard et Cie, de Bâle, qui vend d’autre part des toiles de la Suisse du nord et des indiennes qu’elle fait ouvrer pour son compte, dans les manufactures alsaciennes notamment, où elle a des commandites. Entre Bâle, Mulhouse et Paris, le roulage des toiles, parfois associé à leur commerce proprement dit, est assuré par des maisons qui s’en font une spécialité — ainsi Blétry, de Belfort, dont le fils est établi à Paris Au chariot d’or, rue Greneta, et ouvre en outre en 1810 une maison à Mulhouse avec un autre membre de la famille. Ainsi, encore, Daguenet, affaire de roulage à Bâle, Belfort et Vesoul, que l’on retrouve à Paris comme maison de commerce des mousselines.

14Aussi bien les manufactures de Suisse et d’Alsace sont-elles — les premières jusqu’en 1805 au moins et les secondes d’une façon permanente — les premiers fournisseurs du commerce des toiles blanches ou imprimées sur la place de Paris. Nous en donnons quelques illustrations, tirées de bilans de faillite échelonnés entre 1803 et 1808.

  • 22 Arch. de Paris, D 11 U3, 48/27 et D 31 U3 » 8/12 ; S.W.A., Bâle, Segerhof, U 1.
  • 23 Ibid., F 217.
  • 24 Les créanciers, convaincus que Hedelhofer avait été victime des circonstances, devaient lui faire r (...)

15Voyons par ailleurs le bilan de faillite de Hedelhofer, Rieux et Cie, 27 rue de Cléry, au 20 septembre 180822. Cette société s’était constituée en 1804 sous la commandite (100 000 F) de Vve Bourcard et fils de Bâle, et spécialisée dans la vente de « mousselines, toiles de coton et autres fabrications suisses ». Les Hedelhofer sont une famille d’Yverdon. Une lettre à Bourcard, de Nantes, en date du 30 juin 180823, éclaire les circonstances de la faillite : « Les entraves qui depuis longtemps entourent notre branche de commerce, et qui sont plus insurmontables aujourd’hui que jamais, nous ont fait prendre la résolution d’y renoncer jusqu’à ce que les cironstances nous permettent de reprendre nos anciennes relations. »24 Du naufrage de cette première société sortirent deux autres affaires : dès février 1808, l’une associa Charles Hedelhofer, un frère, à Pierron de Mondésir ; en avril 1809, Samuel Hedelhofer poursuivit pour sa part la carrière commerciale ; dans les deux cas, il s’agit désormais de maisons de commission non spécialisées. « En attendant, pour ne pas demeurer dans une entière inaction », poursuivait la lettre citée plus haut, « nous nous occuperons de la commission d’achat et de vente de toutes sortes de marchandises pour compte d’amis, ainsi que de recouvrements sur notre place et la province ». En 1813 Charles Hedelhofer entre dans une nouvelle association, cette fois avec Cruchaud, de Saint-Aubin près de Neuchâtel.

  • 1 Arch. de Paris, D 11 U 3, 22/1550.

Note *1

  • 2 Ibid., 28/1934.

Note *2

  • 3 Ibid., 29/2007.

Note *3

  • 4 Ibid., 7/486.

Note *4

  • 5 Ibid., 35/2338 et 2339.

Note *5

  • 25 Cette puissante société du 21 thermidor an XIII « pour exercer le commerce des toiles de coton blan (...)

16En fait, les créances lyonnaises concernent de façon presque certaine des importations en provenance de Suisse. Juventin frères et Cie (Jacob et Émile Juventin, associés à des parents, F. Blanchenay et Jacques Chauvet) est une maison de Genève, en effet, qui a un entrepôt à Lyon et fait le commerce des mousselines et la commission en tout genre. Henri Chatoney et Cie, d’origine neuchâteloise, fait à Lyon le commerce de toileries et mousselines. Quant à Odier, il ne peut s’agir que d’Odier-Chevrier et Cie de Genève, fonctionnant à Lyon sous la raison Odier-Juventin et Cie25.

  • 26 Arch. de Paris, D 31 U3, 6/55.
  • 27 Ibid., 7/128.
  • 28 Ibid., 6/24.
  • 29 Ibid., 8/14.

17Les actes de société, pour leur part, suggèrent en plusieurs occasions qu’une partie au moins du commerce des toiles s’organisait selon le principe des achats localisés dans une seule région. Voici par exemple, pour la Normandie, une société Vve Lenfant et Frère, au 24 de la rue Quincampoix, qui se forme en mars 1810, au capital de 72 000 F, « pour la vente et le débit des marchandises dites rouenneries » ; tandis que l’un des associés se charge des ventes à Paris, l’autre voyage à Rouen pour acheter des marchandises26. En mars 1812, une société Thoumin et Cie, au capital de 100 000 F, est conclue entre Thoumin et Dechancé, tous deux négociants à Rouen, qui créent à Paris une maison de commerce de toilerie27. Relevons encore deux cas analogues, pour le commerce des toiles du Nord et de la Picardie : en vendémiaire an XIII, une société Jarry et Cie, rue Tiquetonne, « pour l’exploitation des étoffes manufacturées à Roubaix et lieux circonvoisins, et de toutes sortes de toiles, notamment celles des Flandres », avec un entrepôt à Bordeaux28 ; en janvier 1813, une société Bisson fils et Hector Carpentier, au faubourg Saint-Denis, pour le commerce de rouenneries, mousselines, toiles et indiennes : les capitaux sont fournis par Bisson père, négociant à Guise29.

18Comme les zones d’approvisionnement, le rayon des ventes est nettement caractérisé, différant d’une affaire à l’autre. Chez un Hedelhofer, qui appartient à l’horizon social du grand négoce international, les clients se répartissent entre Paris et l’ensemble de la France — la plus grosse des créances actives est même sur Marseille. Haussard joue visiblement le rôle d’intermédiaire entre le textile alsacien et les foires, où se trouve la totalité de son actif-marchandises (333 000 F). En revanche, Schmitz, Macret — qui a deux loges à la foire de Saint-Denis — et Grillon ont une clientèle limitée à Paris et à un certain nombre de départements du centre du Bassin Parisien.

19Le hasard des sources fait que, pour analyser de plus près les conditions d’activité de ce secteur du commerce parisien, on ne dispose que d’un fonds d’archives privées : celui de Coulon et Cie. Il a l’inconvénient de ne renseigner que sur un seul type d’entreprises : celui des affaires directement engagées dans le commerce international par le biais des toiles de l’Inde ; son avantage, en revanche, est de décrire une affaire parisienne ayant un large rayonnement sur le marché français.

Le commerce des toiles d’après l’exemple de Coulon et Cie

Vue d’ensemble des années 1796-1808

  • 30 A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 48/III et 49/II.

20Deux documents, dont les données se confirment mutuellement, permettent tout d’abord d’esquisser le profit — succès relatif, puis déclin indéniable — de l’activité de Coulon et Cie pendant la durée des sociétés conclues en 1796 et 1802. Il s’agit de la liste des achats faits pour le compte de la maison aux ventes de la Cie anglaise des Indes à Londres, deux fois par an, et du relevé des balances annuelles de la société30. On complète les graphiques par le calcul du taux de profit.

Première société

Première société
  • 6 Taux annuels calculés sur le capital initial augmenté des bénéfices, laissés dans la société jusqu' (...)

Note *6

21En six ans, de 1796 à 1802, l’augmentation de capital, les bénéfices étant mis en réserve, a donc été de 501 999 livres de Berne, soit +100,4 %, ou en moyenne 16,7 % par an.

Seconde société

Seconde société

22En sept ans, de 1802 à 1809, l’augmentation de capital a été cette fois-ci de 540 557 livres, soit + 59,7 %, ou en moyenne 8,5 % par an.

23On imagine aisément que Paul Coulon, en présence de cette chute accentuée du taux de profit, n’ait pas envisagé de reconduire la société, mais ait préféré en former une autre sur la base d’un capital plus restreint et en vue d’activités différentes, dont il pourrait espérer une meilleure rémunération ; si elles se révélaient à leur tour peu satisfaisantes, au moins les pertes éventuelles porteraient-elles sur un engagement de fonds plus prudent. La société conclue le 1er janvier 1809 — au terme d’une année 1808 qui avait été une année de liquidation consécutive au Blocus — fait donc suite à un retrait massif de capitaux qui équivaut au moins à un repli passager en attendant une meilleure époque, et à une décision de continuer une activité commerciale et bancaire restreinte sur la base de spéculations adaptées au temps. Deux aspects qui sont fort loin de correspondre à un épanouissement.

Tableau 9. Coulon et Cie, courbe du profit, 1796-1808.

Tableau 9. Coulon et Cie, courbe du profit, 1796-1808.
  • 31 Ibid., 46/III. La société, conclue pour neuf ans est pour la commission en tous genres et la banque (...)
  • 32 Paul Coulon avait toujours porté une affection particulière à Jacques Coulon, dont il avait soutenu (...)

24La nouvelle société s’appelle Jacques Coulon, Paul Boyve et Cie31. Elle porte les noms des associés gérants, tous deux neveux du chef de la famille. Paul Coulon lui-même, Carbonnier, Meuron et les deux fils Coulon — l’ancienne société — n’interviennent plus que comme commanditaires32. Le capital est de 400 000 livres de Berne seulement, et il est précisé : « La société ne sera tenue de recevoir en compte courant que les fonds qu’elle pourra faire valoir utilement, mais sous aucun prétexte elle ne pourra prendre des dépôts étrangers qu’autant que les fonds des associés ne suffiraient pas à la masse de ses affaires. » Cette société en commandite, d’une structure nettement différente de celle de la société « familiale », a pour objet la commission en tous genres et la banque. C’est un autre chapitre de l’histoire de la maison, qui appartient également à un autre chapitre de l’histoire du capitalisme parisien à l’époque napoléonienne.

La marche des affaires, d’après la correspondance

25Les débuts de Coulon et Cie à Paris, coïncidant avec ceux de l’année 1796, marqués par une extrême rareté de l’argent et une grande lenteur des transactions, furent assez modestes. Au reste, mettre la maison de Paris en route supposait d’abord l’inventaire et le partage des stocks de Pourtalès et Cie et la recherche d’un magasin bien situé dans le quartier des affaires. Carbonnier se trouve prêt, toutefois, pour la vente de Londres, annoncée pour la fin de juin et qui, finalement, se déroule du 20 juillet au 12 août. Il y achète pour son compte, et aussi pour celui de Vaucher, Du Pasquier et Cie, qui lui ont confié une commission de 140 balles de toiles à 1 % de commission : les 110 livres sterling qu’il en retire lui permettent de couvrir ses frais de voyage et de séjour.

26Mais seules les apparences peuvent faire croire à la reprise des anciennes pratiques du commerce des toiles de l’Inde. En réalité, c’est un commerce qui désormais s’obstine à survivre dans les conditions les plus anormales et les plus difficiles. La guerre l’oblige à s’adapter à des conditions de circulation et d’assurance des marchandises et des navires qui sont la source constante de frais supplémentaires, d’alarmes, de retards, et constituent autant d’obstacles à un écoulement facile et régulier sur le marché français. Bien que la navigation anglaise en convois permette d’obtenir à Londres les plus faibles taux d’assurances (1,5 %), Carbonnier préfère expédier sur navires neutres, à 2,5 %, pour Altona, d’où il faudra réexpédier par mer vers Le Havre et Rouen, en raison des opérations militaires en Allemagne, aux soins du consignataire Baur ; c’est également la voie, note Carbonnier, prise par les achats considérables faits pour le compte de Bidermann et de Pourtalès. Bientôt, il faudra payer jusqu’à 5 % d’assurances, et obtenir de faux certificats d’origine indiquant qu’il s’agit de marchandises de la Cie danoise des Indes : en effet, les corsaires français commencent dès le mois d’août à arrêter, visiter et capturer des vaisseaux neutres et, d’autre part, la loi du 10 brumaire an V (30 octobre 1796) remet l’accent sur la chasse aux produits britanniques ou réputés tels.

  • 33 A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 18/E 1, lettres de la maison de Paris, 1796.

27Reste à vendre, au fur et à mesure de l’arrivée en France des achats. Carbonnier séjourne un moment à Rouen, d’où il était parti pour l’Angleterre, au début de septembre ; il réussit à conclure une vente à 30 % de bénéfice avec Barbier, un négociant-commissionnaire avec lequel Pourtalès était en relations de longue date. Toutefois, rentré à Paris, Carbonnier doit en octobre réduire ses ambitions, pour éviter le risque de rester encombré de marchandises : « nous faisons notre réduction un peu bas, écrit-il le 4 octobre33, pour en faciliter une vente plus prompte, ce qui ne nous laissera qu’environ 20 à 25 % de bénéfices » ; les premiers clients sont à Marseille, Lorient, Lyon. Simultanément, et alors que la trésorerie de la maison ne paraît pas encore très à l’aise, il faut pourvoir au paiement en argent comptant des droits de douane : on voit ici intervenir Perregaux, qui offre aussi d’ouvrir un crédit en livres sterling sur Londres.

  • 34 Ibid., 18 octobre 1796.

28Il n’est pas douteux que Carbonnier, débutant dans son rôle de chef de la maison de Paris, n’ait adopté une marche prudente. On le voit admirer — et condamner en même temps — l’audace de son ancien associé, et maintenant concurrent, Soëhnée : « Hier nous fûmes chez M. Soëhnée34. C’est étonnant ce que cet ami remue d’affaires. Son magasin ne désemplit pas de mousselines qui lui arrivent journellement. Tant que la vente ira il s’en trouvera bien, mais si malheureusement il y a une mévente grave, gare, car j’estime que les 7/8e de son commerce se font sur son crédit. » En décembre, l’organisation de la maison de Paris s’achève.

  • 35 Ibid., 166, XXII.
  • 36 Ibid., 167, XXI.
  • 37 Ibid., 168, XV.

29Dans l’ensemble, les trois années 1797, 1798 et 1799 devaient être profondément décevantes. A partir de l’été de 1797, les plaintes sont constantes. A Rouen, l’un des marchés les plus sûrs pour Coulon, « les fabriques sont garnies de marchandises fabriquées et à fabriquer » (août 1797) ; le même mois, de passage à Lyon, Carbonnier trouve « les magasins bondés d’impressions qui se vendent très difficilement et lentement ». La foire de Beaucaire est mauvaise. Il y a des stocks partout. En novembre, personne ne vend plus rien ; « c’est une misère de faire des affaires à présent »35. En janvier 1798, Carbonnier signale que le fils de Soëhnée est depuis deux mois à Rouen pour tenter à tout prix d’y écouler sa marchandise, et que « tous les premiers magasins sont bondés et très découragés de l’inaction des affaires et encore plus des entraves apportées au commerce extérieur »36. En mai, brève reprise des affaires : « il n’y a pas de jour que nous n’ayons des acheteurs ou que nous ne recevions des commissions pour toutes sortes de toiles ». Mais dès l’été c’est la retombée dans le marasme : à Beaucaire, « les affaires se traitent avec un dégoût inouï ; la foire de Guibray est très mauvaise » ; en septembre, « les fabriques ne vendent rien du tout ». Le printemps de 1799 n’amène aucune réanimation saisonnière : « les affaires sont depuis longtemps dans une stagnation si complète » que même le dernier coup d’État, en prairial an VII, n’a pu avoir sur elles aucune influence37. « Jamais les affaires n’ont été aussi mauvaises et si décourageantes » (juin)- Pour Coulon, la clé de tout cela est simple et c’est Brumaire qui l’apporte : « nous croyons savoir de très bonne part que cela nous mènera très promptement à la paix générale et à la satisfaction des honnêtes gens ».

30Interprétation par l’insécurité politique intérieure ? Certes, les éléments n’en sont pas négligeables. Les élections partielles de 1797 sont précédées de poursuites contre les royalistes, qui inquiètent parce que les royalistes sont aux yeux du commerce le parti de la paix avec l’étranger — et plus immédiatement parce qu’elles provoquent temporairement un embargo (avril) sur toutes les communications avec l’Angleterre. Carbonnier se rassure en mai : « Tous les nouveaux députés sont déjà arrivés, et vraisemblablement il n’y aura aucune secousse. Le bonheur commence à renaître dans ce beau pays. Dieu veuille qu’il soit durable. » A la fin du mois, le passage est rétabli par Calais. Le Dix-Huit Fructidor ne cause pas d’affolement, mais c’est parce qu’en même temps on s’attend à la paix avec l’Empire : de fait, l’enthousiasme est vif à l’annonce de Campo-Formio et des projets de descente en Angleterre. Est-ce la paix générale pour bientôt ? Dans l’immédiat, c’est plutôt l’alarme pour Carbonnier, prévenu en décembre de conspiration, arrêté en même temps que le chef de Vaucher-Du Pasquier, et gardé trois jours en prison ; libéré après un long interrogatoire, il se console parce qu’il a eu le bonheur de voir le général « Buonaparte » passer dans l’appartement du ministre de la Police. Quelques semaines plus tard, en janvier 1798, commencent dans toute la France les visites domiciliaires pour la recherche des marchandises anglaises ; deux balles d’impressions sont saisies chez Soëhnée. Carbonnier se sait à l’abri, et approuve même les perquisitions : « les rues de Paris ressemblaient à celles de Londres, même étalage et même marchandise ». Tout de même, il n’est pas tranquille quand elles se poursuivent sur dénonciations ; l’une d’elles provoque une visite vaine chez son ami Hennecart, injustement accusé de détenir pour un million de tissus imprimés britanniques. Par la suite, les inquiétudes paraissent se calmer. Ce que la correspondance de la maison Coulon n’explicite jamais, c’est la part que l’instabilité politique, à côté d’autres facteurs économiques et sociaux, pourrait revendiquer dans l’abstentionnisme chronique des acheteurs, dans l’atonie du marché intérieur.

31Que tout le grand commerce en relations avec l’extérieur ait eu à souffrir des variations de la politique française, c’est évident. L’année 1797 avait bien débuté avec la suppression, en février, de l’obligation de produire des certificats d’origine pour les toiles de coton, en dépit de la forte opposition de Lecouteulx aux Anciens. Mais le problème des voies d’acheminement des toiles achetées aux ventes de Londres restait entier, la voie directe étant fermée. Constamment la maison de Paris s’interroge : faut-il passer par Hambourg, ou par Flessingue, ou par Middelbourg ? De ces ports, est-il plus avantageux de faire réexpédier sur Le Havre et Rouen par voie de mer, ou sur Paris par voie de terre ? La Hollande s’élimine bientôt d’elle-même en imposant un droit de 3 % aux marchandises en transit. De toutes façons, l’acheminement est si long qu’il fait souvent manquer des ventes à Paris au bon moment. Au printemps de 1799, d’autres problèmes sont posés par l’obligation de faire entrer les toiles imprimées ou blanches par les bureaux de la nouvelle ligne de douanes françaises, de Mayence à Mulhouse, aux Verrières de Joux et à Versoix, tandis que la guerre maritime bloque pratiquement les ports de la Manche ; il faut une fois de plus réorganiser les circuits par l’Allemagne, de Hambourg à Francfort.

32La question vient à l’esprit de savoir comment, malgré tout, la maison survit et peut encore gagner de l’argent. On serait tenté de dire que la situation portait en elle-même certains remèdes. L’état de crise — tantôt latente, tantôt plus aiguë — dans lequel se trouve le commerce entretient une fièvre de l’escompte dont la création de la Caisse de Comptes Courants ne paraît pas avoir réussi à éliminer les poussées. Celles-ci portent le taux, chez les banquiers particuliers, au pire jusqu’à 2 et 3 % par mois, et plus souvent à 1 % ou davantage. Ces oscillations, qui offrent au capital placé dans l’escompte un rendement annuel que l’on peut situer grossièrement entre 10 et 30 %, suffisent à créer une concurrence sérieuse pour le profit commercial, qui a tendance, dans le même temps, à reculer à 15 % et moins de bénéfice sur la vente des toiles blanches, par exemple. Le choix s’offre alors entre deux politiques, qui laissent d’ailleurs Carbonnier incertain : faut-il faire valoir les fonds, laissés disponibles par la langueur des affaires, sur la place de Paris, ou faut-il au contraire continuer à faire de gros achats aux ventes des Cies des Indes, à Londres, à Copenhague, quitte à garder en stock la marchandise pendant un an et plus en attendant de la vendre à un prix « convenable », c’est-à-dire, dans l’esprit du chef de la maison Coulon de Paris, à un prix qui permette à la marchandise de « rapporter son intérêt » ? « L’argent », écrit encore Carbonnier, « est toujours plus sûr et plus lucratif lorsqu’il est employé en bonne marchandise à bon marché ». Il n’empêche qu’à chaque flambée de l’escompte, il a placé plusieurs centaines de milliers de francs dans du papier « de premier choix », ce qui lui permettait de se refuser à la tentation de la braderie ou des ventes à long terme — douze mois — qu’il ne cesse de reprocher à ses collègues. On comprend mieux, alors, la méfiance de Carbonnier à l’égard de la Caisse, dont il n’aime pas « laisser chômer » les billets chez lui.

33Après les heureux résultats de l’année 1800, année de reprise, l’année 1801 se présente non certes comme une année de crise, mais comme un palier : les circonstances politiques et militaires, mais aussi une évolution profonde du marché créent au négoce des conditions médiocrement favorables.

  • 38 Par Rotterdam et Bruxelles, les frais, rendus à Paris, n’excèdent pas 20 % du prix d’achat ; aussi (...)
  • 39 A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 170, lettre du 8 mai 1801.
  • 40 Ibid., 19 juin 1801.
  • 41 Ibid., 3 septembre 1801.

34En premier lieu, les marchandises sont en hausse à l’achat ce qui, en un temps où leur acheminement jusqu’à Paris reste coûteux38, ne permet guère d’espérer de beaux bénéfices à la vente. Carbonnier attribue cette hausse, lors de la vente de février 1801, à « la nuée de Français qu’il y a sur la place ». Au cours du mois de janvier, les denrées coloniales, entraînées dans le même mouvement, « reprennent faveur » de 30 % ; sur les toiles, la hausse s’annonce de 10 à 20 % selon les qualités ; avec les Français, d’autres acheteurs étrangers, au nombre de 70, gonflent également la demande. Même cherté des toiles arrivées à Bordeaux sur des navires américains en avril, et auxquelles la maison renonce après avoir projeté un achat de compte à demi avec Vaucher-Du Pasquier, par l’intermédiaire de Kunkel et Cie. Aussi, au printemps, la vente est-elle difficile : « Nous voyons assez d’acheteurs, mais il y en a beaucoup plus de ceux qui n’achètent rien que de ceux qui nous achètent, ils trouvent tout trop cher... Ainsi nous réduirons nos prix lorsque nous trouverons à traiter avec de bonnes maisons. »39 C’est sans doute grâce à ce sacrifice qu’à fin juin Carbonnier paraît rassuré, constatant qu’il a placé les deux tiers des achats de la dernière vente de Londres. Il est décidé à ne pas restreindre ses affaires malgré les cours élevés qui, en effet, persistent tout l’été dans l’ensemble de l’Europe occidentale. En juin, quatre vaisseaux des Indes arrivés à Lisbonne se sont vendus « de 20 à 30 % plus cher qu’à Londres, pour les besoins du pays et du Brésil qui sont immenses »40. Sans doute est-ce aussi un phénomène de consommation différée qui, après l’effondrement de la Ligue des neutres et le renversement de la situation dans la Baltique, fait affluer à Londres les ordres d’achat « du Nord et de la Russie » pour la vente d’été ; comme au surplus la marchandise y est peu abondante, elle reste à la hausse. A l’automne, il reste donc difficile de réaliser de très belles opérations ; Carbonnier espère 20 % de bénéfice mais note : « les sept-huitièmes de nos confrères se contentent de moins et ne refusent pas de vendre lorsqu’ils trouvent 15 % »41.

  • 42 Ibid., 15 septembre 1801.

35Des phénomènes d’un autre ordre compromettent la marche des affaires. Le marché languedocien et marseillais — où les débouchés de Coulon et Cie sont importants, à la faveur, notamment, du réseau des relations protestantes — faiblit ou se ferme : des gelées d’avril ont frappé le Midi, de Bordeaux à Marseille, et provoquent un resserrement de la consommation ; d’autre part les arrivages continuels de toiles des Indes à Bordeaux par le commerce américain créent une dangereuse concurrence à Paris. « puisqu’ils remplissent et au delà tous les besoins de cette partie de la France » et d’une grande partie du Midi »42. Voyageant lui-même à Toulouse, Nîmes, Marseille dans la deuxième quinzaine d’octobre pour essayer d’y stimuler la clientèle, Carbonnier constate à Marseille : « presque tous les magasins sont bondés et depuis deux mois il ne se fait presque rien du tout ». Partout en France, du reste, le progrès des négociations de paix avec l’Angleterre dissuade les acheteurs, qui escomptent une prochaine baisse. Pendant toute la période napoléonienne il en sera ainsi : chaque fois que des négociations — ou de simples bruits de conversations — viendront faire croire à la paix, dans un monde des affaires qui aspire bien sûr à la régularité, à la rapidité et à la sécurité des transactions, on s’inquiétera et on souffrira, simultanément, des répercussions sur les stocks constitués en temps de guerre.

  • 43 Ibid., 27 juillet 1801.
  • 44 Terrisse est un associé de Vaucher Du Pasquier.
  • 45 Ibid., 21 septembre 1801.
  • 46 Ibid., 30 septembre 1801.
  • 47 Voir chapitre IX.

36Mais sortons à présent de la conjoncture. Une perturbation bien plus durable s’annonce dans le commerce traditionnel des toiles coloniales, durement concurrencées dès le début du siècle par la production industrielle de l’Angleterre : « Personne ne veut regarder la mousseline des Indes. On a pris un goût si décidé de celles des fabriques anglaises à cause du bon marché que quoiqu’à présent elles soient inférieures en qualité, malgré cela on n’en veut point, et il est vraisemblable que cela durera longtemps... »43 « M. Terrisse est arrivé hier de Francfort où il nous a dit que la foire avait été affreuse, qu’il n’y avait pas fait leurs frais (sic)44, qu’il ne s’y était vendu que des articles anglais de fantaisie à vil prix, ce sont ces malheureux articles qui tordent le cou aux mousselines de l’Inde... »45 « Le goût a changé au moins pour la mousseline, car l’on ne demande plus que des marchandises de fabrique. »46 On verra plus loin47 que la manifestation de cette concurrence est ressentie et commentée d’une façon analogue par Oberkampf à propos des toiles peintes. Le début du Consulat, avec l’apaisement des relations internationales de 1801 à 1803, est l’heure de vérité. On voit apparaître en pleine lumière ce que les conditions anormales des échanges en temps de guerre, au temps du Directoire, avaient pu masquer : menaces de l’économie industrielle mécanisée de l’Angleterre sur l’une des spéculations les plus prospères du commerce international du xviiie siècle, sur le terrain de laquelle l’Angleterre elle-même demeure d’ailleurs aussi la plus forte ; menaces de cette même économie sur les secteurs homologues de l’industrie française, y compris sur les entreprises les plus avancées au sein de ces secteurs.

  • 48 Ibid., 171/XXIV, 26 janvier 1802.
  • 49 Ibid., 2 février 1802.
  • 50 Ibid., 5 février 1802.
  • 51 Ibid., 5 février 1802.

371802, année de la paix, est en fait une année d’adaptation difficile aux conditions nouvelles du commerce, comme si un temps de paix créait des conditions anormales. A Londres, les toiles sont à la fois abondantes et chères. « Cette vente est plus difficile qu’aucune de celles que nous ayons déjà tenues, par la quantité de marchandises qu’il y a et par la prudence qu’il faudra y porter. »48 Aux arrivages massifs semble répondre une demande très soutenue, qui est moins le fait des Français que des Flamands, des Hollandais, des Allemands et des Russes, de sorte que les prix d’achat ne permettront pas de prendre « plus de 12 à 15 % de bénéfices »49 ; bénéfice honnête, mais qui « n’est pas à comparer avec celui d’usage en temps de guerre »50. D’autre part, Coulon et Cie n’arrivent pas à grouper de commissions importantes, soit qu’une modification des habitudes amène les principales maisons françaises du commerce des toiles à envoyer directement un représentant à Londres, soit que les exigences des Coulon soient trop fortes quant à la commission ; ou encore que les commissions soient raflées par Jacques Louis Pourtalès, l’ancien patron dont la concurrence s’avère écrasante. « M. Pourtalès non seulement a pris les ordres de toute la France, mais encore prend à tâche par ses grands moyens à tous nous écraser, il semble que plus il vieillit et plus il prend de l’ambition, mais la Providence saura bien l’arrêter. »51 De fait, la correspondance londonienne de Carbonnier énumère une suite de noms tels qu’il est évident que cette petite société d’acheteurs aux ventes de la compagnie britannique réunit la fleur de tout le négoce français des toiles : Soëhnée, Gros, Révil, de Paris ; Brullé, Chastel de Lyon ; Hutrel, de Rouen ; Biré, Cardoze, de Bordeaux ; Cassaing, de Toulouse ; les deux maisons Merian de Bâle, Rivier, Fazy, etc.

  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid., 172/XXIV, 1er février 1803.
  • 54 Ibid., 29 mars 1803.
  • 55 Ibid., 173/XXI, 14 avril 1804.
  • 56 Ibid., 2 mai 1804.

38En France, les besoins paraissent moins vifs, et la vente de plus en plus dure pour des raisons complexes. L’existence d’un circuit américain du commerce des toiles de l’Inde, rival du circuit britannique, paraît de plus en plus gênante ; les arrivages dans tous les ports français de l’Atlantique et de la Méditerranée sont une cause permanente de mévente pour les toiles achetées à Londres. Le 21 vendémiaire an XI, Carbonnier note que dans certains articles l’Amérique fournit Marseille « pour au delà de sa consommation et à des prix auxquels nous ne pouvons rivaliser »52. D’autre part, la crainte augmente sans cesse chez Coulon de se laisser distancer par les confrères qui accordent des délais d’un an à leur clientèle et consentent des prix de braderie ; ainsi la maison de Paris se trouve-t-elle acculée à la compression de ses marges bénéficiaires, en dépit des constantes critiques du chef de la firme qui, de Neuchâtel, n’arrive pas à comprendre qu’il faille se contenter de si peu. En 1803, Carbonnier critiquera encore Vaucher-Du Pasquier : ils vendent à 10 % de bénéfice seulement, « et nous forcent de les suivre. Ils feraient bien mieux de moins acheter et de tenir davantage sur les prix »53. « Il ne faut pas donner une bonne marchandise aux prix coûtants, surtout lorsqu’elle est bien achetée, et que l’on n’en est pas surchargé. »54 Vaucher-Du Pasquier était certainement un voisin à la fois amical et redoutable ; cette maison se rattrapait sur la vente des indiennes des maigres bénéfices dont elle savait se contenter sur les toiles blanches ; l’un des associés, Terrisse, est « un homme dangereux dans les affaires : lorsqu’il se sent trop chargé, il vend à tout prix pour s’alléger »55. Mais, en 1804, les Coulon en ont pris leur parti. « Nous avons trop de confrères qui se contentent d’un moindre bénéfice que nous, surtout les maisons de Bâle qui vendent à des prix qui font pitié... Il faut se persuader que depuis la Révolution le commerce est plutôt sujet aux circonstances qu’à la théorie et à l’expérience. »56 En deux ans, c’est une sorte de révolution mentale qui s’est ainsi accomplie chez les dirigeants d’une firme dont la formation commerciale datait des années d’avant 1789, d’un temps où la règle des affaires était la recherche d’un haut profit de type spéculatif et où, sans doute, le commerce international des toiles avait été dominé par un groupe plus concentré d’hommes d’affaires.

  • 57 Ibid., 12 mai, 30 mai et 1er juin 1802.
  • 58 Ibid., 172/XXIV, 4 et 10 novembre 1803.

39Par contraste, on comprend le ton presque triomphal d’une série de lettres de mai-juin 1802, dans lesquelles la maison de Paris expose la réussite d’une excellente spéculation. De compte à demi avec Vaucher-Du Pasquier, ils viennent de réussir à acquérir de Hottinguer et Cie une partie de guinées, sallemporis et casses, et à les replacer à Bolbec et à Rouen avec un bénéfice allant de 15 à 25 %57. En novembre 1803, ils réussiront une seconde opération du même type : 186 000 F de toiles prises dans les magasins de Hottinguer seront promptement revendus à Barbier, de Rouen, pour 225 000 F, soit un bénéfice de 21 %58.

  • 59 Ibid., 171/XXIV, 6 avril 1802.
  • 60 Ibid., 30 août 1802.

40La maison Coulon, en dehors de telles aubaines, ne reste d’ailleurs pas passive devant le triste destin de ce genre de profits commerciaux. Elle réagit par tous les moyens pour accélérer l’écoulement de ses achats. En avril 1802, elle réussit à se débarrasser à 15 % de bénéfice des marchandises les plus difficiles à vendre, par l’intermédiaire de Bazile, négociant à Rouen, qui va les placer aux foires de Troyes et de Reims59. A la fin d’août, Carbonnier et Boyve vont faire le tour des bonnes maisons de Rouen « faisant leur partie, qui sont très nombreuses », pour les engager à venir voir le magasin de Paris, « ces maisons n’étant point dans l’usage d’acheter sur note ou sur échantillon. Elles préfèrent acheter vue dessus »60. A la fin de septembre, Carbonnier part pour un tour de France de plus d’un mois : dans toutes les villes du Languedoc et de la Provence, c’est à qui, des représentants des grandes maisons de commerce de Paris, arrivera le premier pour emporter quelques commissions.

  • 61 Ibid., 172/XXIV, 4 et 5 janvier 1803.
  • 62 Ibid., 21 mai 1803.
  • 63 Ibid., 173/XXI, 5 et 11 septembre 1804.

41Paradoxalement — mais le paradoxe n’est que d’apparence — le retour à des conditions commerciales plus difficiles, à partir de 1803, semble rouvrir des perspectives de profit plus aisé à une maison qui, si l’on ose dire, avait l’habitude de s’installer dans la guerre. A la vente de janvier à Londres, Carbonnier se plaint encore d’une affluence record des acheteurs, et d’une hausse d’environ 10 %61. Inversement, aussitôt après la rupture de la paix d’Amiens, la maison de Paris écrit à Neuchâtel : « Nous voyons l’idée où vous êtes de ne pas assister à la prochaine vente de Londres, dans l’idée que la guerre y mettra obstacle. Mais si ces obstacles n’étaient pas insurmontables, nous croyons que ce serait précisément le cas d’y assister, vu que le peu de concurrence permettrait d’y acheter à bon marché. »62 De fait, la fin de 1803 et 1804 sont marquées par une baisse des toiles de la Cie anglaise ; en septembre 1804, elle est de 10 à 15 %, et Paris se réjouit : « nous avons presque tout obtenu au-dessous de nos limites »63. En revanche, les difficultés renaissantes de l’approvisionnement — les toiles importées doivent à nouveau passer par Emden — entretiennent une certaine tension sur le marché français, de sorte que les prix se soutiennent.

  • 64 Ibid., 172/XXIV, 24 mai 1803.
  • 65 Ibid., 17 juin 1803.

42Deux conséquences de la reprise de la guerre maritime — la crise commerciale et bancaire, le renforcement du protectionnisme — n’ont guère affecté non plus Coulon. Certes, on s’inquiète des catastrophes imminentes : « Nous craignons beaucoup de mauvaises affaires dans les ports de mer car beaucoup de retours étaient encore attendus, quoique depuis et pendant les négociations l’on compte qu’il en est rentré dans les ports de France pour au delà de cent millions. »64 « Jamais les affaires n’ont demandé plus de circonspection puisqu’il est impossible de savoir quelle part les maisons de commerce ont prise dans les armements qui se sont faits dans tous les ports de la République et dont à peine un sur vingt a réussi. Il est de même impossible de savoir quelles avances les banquiers de Paris ont faites aux armateurs »65. En fait, Coulon ne se trouve pris gravement dans aucune des faillites qui ébranlent solidairement Paris et les grands ports ; par prudence il semble d’ailleurs limiter autant que possible ses crédits « aux maisons qui font un commerce de localité et rien avec la mer ».

  • 66 Sur les tarifs du Consulat et de l’Empire, voir Dufraisse 1974.
  • 67 Ibid., 2 novembre 1803.
  • 68 Ibid., 22 novembre 1803.

43Quant au tarif de novembre 180366, qui frappe plus lourdement les toiles fines du type des mousselines entrant par les frontières terrestres, il n’inquiète pas outre mesure. « En dernier ressort le consommateur paiera... A la vérité nous avons une forte augmentation à payer, mais les fabriques ont besoin de toiles, elles seront forcées d’en passer par là. »67 Il est intéressant de noter qu’en tout cas Coulon ne songe pas à adopter une autre attitude que la résignation devant une mesure si fortement sollicitée par les « fabriques de coton et d’impression » : « Nous en avons parlé à divers négociants qui tous sont d’accord de ne faire aucune réclamation, parce qu’ils ne seraient pas entendus et que l’arrêté a paru faire plaisir à toutes les manufactures... Il n’y a pas d’exemple que le Premier Consul soit revenu sur ses arrêtés, lesquels d’ailleurs il ne signe qu’après réflexion et s’être bien convaincu que, si celui-ci nuisait à une partie des consommateurs de la France, il faisait du bien aux manufacturiers et portait un coup mortel à l’industrie de son ennemie »68.

  • 69 Ibid., 173/XXI.
  • 70 Ibid., 10 mai 1804.
  • 71 Ibid., 1er juillet 1804.

44L’année 1804 semble en tout cas avoir confirmé les espoirs d’une heureuse adaptation à la reprise du conflit franco-anglais : année d’achats massifs et de bénéfices substantiels, précédant une irrémédiable décadence. A vrai dire, ce n’est guère qu’au premier semestre que les affaires ont été brillantes : au 1er juillet, la maison de Paris a réussi à placer pour 800 000 F de marchandises, soit plus de la moitié de ses achats à la vente d’hiver, grâce sans doute à un effort acharné de recherche de la clientèle : « pour y parvenir nous ne cessons journellement d’écrire et d’envoyer des échantillons de tous les côtés. »69 Pourtant la situation n’est pas favorable en province. Dans la région toulousaine, « les denrées sont trop abondantes et à si bas prix que le paysan se ruine et préfère ne pas vendre »70 ; « Toulouse et Agen, deux places d’où l’on ne nous écrit que des lamentations sur la stagnation des affaires causée par la rareté de l’argent et le défaut de vente des denrées »71. Quant à Lyon, Montpellier et Nîmes, ces places se sont largement fournies ailleurs qu’à Paris pour les foires de Beaucaire et pour la saison d’automne, de sorte que l’idée d’un nouveau voyage dans le Midi est repoussée comme totalement inutile.

  • 72 Ibid., 26 octobre 1804.
  • 73 Ibid., 21 novembre 1804.
  • 74 Médard épouse en 1807 une demoiselle Filliettaz.
  • 75 La maison a Jean Pierre Vieusseux parmi ses associés. Un Jean François Sautter (famille originaire (...)

45Dès le second semestre de 1804 en tout cas, les perspectives s’assombrissent de nouveau. Une première raison en est que le rôle de Paris dans la redistribution nationale des toiles importées paraît sérieusement remis en cause par la concurrence de la Belgique et de l’Alsace. Du côté de la Belgique, c’est une fois de plus l’influence commerciale souveraine du grand Pourtalès qui s’est fait sentir. « M. Pourtalès l’aîné est notre plus grand fléau, et ce n’est pas peu de chose pour lui que de nous amener à porter la chandelle. »72. Il a en effet fourni le négoce bruxellois de toiles à bas prix, de sorte que Bruxelles est en mesure de revendre très au-dessous des prix de Coulon. Les magasins de Dutfoy et de Léonard Vandevelde sont bourrés de marchandises. Les Bruxellois, qui vendent à 10 ou 12 % de bénéfice seulement, attirent à eux de ce fait la clientèle française : « tous les acheteurs un peu conséquents commencent tous à prendre cette route, ce qui est cause que nous en voyons peu et retarde le placement de nos marchandises »73. Ainsi Médard et Parlier, importante maison de Montpellier liée au négoce genevois74, n’achète-t-elle rien chez Coulon en octobre 1804 ; Médard se rend à Bruxelles, « où il espère trouver à traiter plus favorablement » ; un mois plus tard, le voici de retour, « il a fait de gros achats bien avantageux ». En janvier 1805, la maison de Paris note encore que presque toutes les maisons du Midi passent par Bruxelles avant de venir à Paris. Il s’y ajoute le rôle désastreux des « gâte-métier » d’Anvers. Dans cette ville, où ont eu lieu de grandes ventes, le commerce des toiles est dominé par Sautter frères et Cie, qui ont au surplus une filiale à Paris, « sous l’inspection et avec les conseils » de leur « respectable ami et commanditaire M. Bidermann »75. « Les affaires sont bien gâtées par la maison Sautter d’Anvers qui, n’ayant pu vendre en vente publique leurs forts achats en guinées et sallemporis, les ont offerts aux maisons de toute la France et surtout du Midi de 10 à 15 % au-dessous de nos prix. » Impossible de rien écouler tant qu’ils continueront à avoir de la marchandise ; qui plus est, Coulon doit consentir des rabais à plusieurs clients pour ne pas se brouiller avec eux.

  • 76 « Cette maison est ici avantageusement connue », écrit la maison de Paris à Neuchâtel le 24 avril 1 (...)
  • 77 A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 174/XVII, 28 janvier 1805. Les frères Merian, par exemple, venden (...)
  • 78 Ibid., 174/XVII.

46En ce qui concerne l’Alsace, la maison de Paris pressentait bien le marché potentiel qu’y constituait pour ses toiles blanches un indiennage en plein développement, et avait dès 1804 fait des fournitures à Jean Jacques Zurcher, de Cernay, dont l’associé Sandoz, des Brenets, avait un entrepôt d’étoffes imprimées rue Quincampoix76. « Les fabriques de Mulhouse ayant remplacé celles de Suisse pour les ouvrages fins... doivent avoir besoin de blanc... mais nous ne connaissons pas les bonnes maisons, qui doivent être nombreuses » ; c’était vrai, le tarif de novembre 1803 ayant également frappé les indiennes helvétiques et engagé sur la voie du déclin les fabriques du pays neuchâtelois, Vaucher, Du Pasquier et Cie, de Paris, touchés dans leur activité par la réduction de la fabrication de leur maison de Cortaillod, réagissaient pour leur part en créant un second établissement à Mulhouse, pour développer la branche de leur commerce consacrée aux toiles blanches. A vrai dire, la concurrence était forte en Alsace, les maisons de Bâle et de Francfort ayant déjà installé des dépôts à Mulhouse et y vendant à bas prix — notamment parce que leurs circuits d’approvisionnement étaient plus courts77. En 1805, le rôle du pôle mulhousien s’affirme. « Majeure partie des marchandises, surtout dans les genres mi-fins et fins » s’y acheminent, et les gros acheteurs font de même ; tous les négociants en toiles de Paris, fatigués de ne rien faire sur leur place, y créent tour à tour des entrepôts. « Dans ce cas, si nous n’y allions pas, nous serions les seuls. Les affaires ne nous suivront pas, mais c’est nous qui devons les suivre », écrit le 13 septembre 1805 la maison de Paris, dont les gérants ne manquent décidément pas du sens des réalités commerciales : mais leur chef, de Neuchâtel, les fera renoncer au projet d’un magasin à Mulhouse. Sa décision sera nettement critiquée : « en renonçant à Mulhouse, lui répond-on de Paris, il faut renoncer à la plupart des maisons du Midi, qui ne viennent presque plus ici et qui se bornent au-dit endroit, où d’ailleurs il se vend autant de toiles des Indes que de calicots »78.

  • 79 Ibid., 19 septembre 1805.

471805 : la conjoncture courte et les grandes décisions à longue portée de la politique économique napoléonienne conjuguent leurs effets destructeurs à l’encontre du grand commerce qui s’attarde dans un style d’affaires hérité du bienheureux xviiie siècle. C’est, d’abord, la confirmation de la mévente : dès la fin de l’hiver de 1804-1805, les stocks s’accumulent tant à Paris qu’en Belgique ; dans l’été, l’abondance des récoltes tasse les prix agricoles et tarit la consommation : « La toile pour l’impression n’est pas demandée du tout depuis trois mois ; nous écrivons journellement et envoyons de tous côtés des échantillons qui ne nous procurent en réponse que des doléances et des refus... Tout le monde est chargé de denrées et personne ne trouve à vendre, même au plus vil prix ; jamais le blé et le vin n’ont été aussi avilis en France » (10 août). « Il est impossible que les affaires soient plus calmes et décourageantes » (30 août)79. Certains concurrents, du coup, vendent des marchandises de la vente d’hiver à moins de 10 % de bénéfice.

  • 80 Ibid., 19 septembre 1805.

48D’autre part, le commerce des toiles en tant que tel commence à être mis en question. Le bruit court d’une prohibition prochaine des toiles de l’Inde ; au début (janvier 1805) la maison de Paris n’y croit pas, pour de mauvaises raisons d’ailleurs : « L’intérêt d’une quantité de manufactures empêche que cette mesure, à laquelle nous croyons pour l’avenir, ne soit très prochaine, car il se passera encore du temps avant que les filatures et fabriques de toiles puissent suffire à la consommation. » C’était méconnaître, précisément, que la prohibition serait utilisée pour accélérer le progrès de la fabrication nationale. En septembre, les menaces se précisent et, cette fois, le pessimisme l’emporte. L’arrêté, qui double le tarif du 22 ventôse an XII sur les toiles de coton, « écrase les achats de la dernière vente, qui paraissaient avantageux... Il est impossible, par la quantité de marchandises qu’il y a en France, les bas prix auxquels on est habitué et la quantité de maisons qui sont pressées de vendre, que l’on puisse hausser les prix dans la proportion du droit... Nous nous attendons pendant quelques mois à une mévente plus grande... Tout cela rend notre commerce bien scabreux, lequel d’ailleurs est vu d’un mauvais oeil par le gouvernement qui l’aurait prohibé entièrement sans l’argent qu’il procure aux douanes et dont il a besoin ; mais cette mesure, à laquelle il faut s’attendre, n’est que renvoyée. »80 Quelques jours plus tard, on annonce de Londres l’arrivée sous peu de cinquante et un vaisseaux, « ce qui rendra la prochaine vente très conséquente... Cela peut faire craindre de nouvelles baisses qui pourront nous être funestes. Enfin tout s’accorde assez pour détruire nos espérances. » En effet, à partir de l’automne de 1805, les affaires commerciales de Coulon entrent progressivement en léthargie. En octobre, certes, un sursaut de combativité se traduit par l’envoi en Belgique de Boyve, muni de lettres de recommandation de Perregaux, qui devra tenter de placer des toiles avant la grande vente (90 000 pièces) annoncée par Sautter pour la mi-décembre : il rentrera en fait le 1er novembre, n’ayant presque rien fait.

  • 81 Ibid., 175/II, 18 janvier 1806.
  • 82 Ibid., 25 janvier 1806. Aussi la mévente s’installe-t-elle à Londres : en septembre de la même anné (...)
  • 83 Ibid., 22 février 1806.
  • 84 Ibid., 25 décembre 1806.

49C’est à ce moment que se déclenche la crise commerciale et bancaire de l’hiver 1805-1806, qui aggrave le marasme des transactions. « Le peu d’acheteurs que nous voyons ne veulent pas mettre le prix à la marchandise, encore les besoins sont-ils nuls. »81 Prévoyant l’imminence de la prohibition, la maison décide de ne procéder à aucun achat à la vente d’hiver de Londres82 : « Les fileurs se croient très sûrs de leur fait, reste à savoir si l’Empereur voudra se départir d’un revenu de 15 à 20 millions. » Mais elle reconnaît bientôt que, de toute façon, « les fabriques de toiles commencent à faire des marchandises passables et à des prix assez bas »83. Avant que l’année 1806 ne s’achève, les Coulon se reconnaîtront vaincus : « La concurrence qui va en augmentant des toiles nationales nous porte le plus grand préjudice ; on ne se fait pas d’idée de la quantité qui se fabrique dans toutes les largeurs et à prix modérés. »84 Des semaines entières se passent sans la visite du moindre client, ni la vente de la moindre pièce.

  • 85 Ibid.
  • 86 Ibid., 175/VIII, 3 février 1807. Paul Coulon avait placé chez Soëhnée 40 000 livres de Suisse à 6 % (...)
  • 87 Ibid., 175/VIII, 4 avril 1807.

50Les deux dernières années de la société voient, dans ces conditions, son activité non seulement se réduire mais se transformer : faute de pouvoir travailler sur des marchandises, la maison Coulon s’efforce de faire valoir son argent soit par l’escompte, soit par des dépôts avantageux. La préoccupation constante est de ne pas laisser l’argent « chômer », sans quoi, comment trouver une rémunération au capital ? En janvier 1806, le papier sur Paris manque totalement ; Coulon place alors 200 000 F de disponibilités pour moitié en obligations à longue échéance, à 1 1/4 et 1 1/8 % par mois, et pour moitié en dépôt pour deux mois chez l’agent de change Ferrand, à 1 % par mois, contre garantie d’actions de Banque déposées au nom de Coulon. Pendant toute l’année 1806, les valeurs escomptables seront rares du fait de la crise commerciale persistante, et l’argent par suite trop abondant et d’emploi difficile. En novembre, la Banque de France ayant abaissé le taux de l’escompte à 5 %, la rentabilité des placements possibles s’abaisse dangereusement : « Nous avons 300 000 F en caisse qui chôment depuis longtemps faute d’emploi à satisfaction même à 4 % ; il s’est fait des placements conséquents depuis 2 à 3 % » (30 décembre)85. En février 1807, « les meilleures valeurs se font à 3 % et les secondes à 4 %, papier rare à ce dernier prix... Presque toutes les maisons qui ont des dépôts remboursent. »86 Aussi la maison s’estime-t-elle heureuse d’avoir 700 000 F placés chez Ferrand à 5 %, garantis en majorité par des actions de Banque et secondairement par des rentes à 5 % — ceci au moment où, à la Banque, « il y a 45 millions appartenant à diverses maisons de Paris qui chôment sans intérêts faute d’emploi assuré »87.

  • 88 Ibid., 16 avril 1807.

51Nous ne sommes malheureusement pas informés sur les arguments qui furent mis en avant à l’intérieur de la société pour décider de sa dissolution et de son non-renouvellement dans le courant de 1807. Mais l’hypothèse que voici paraît fort vraisemblable : les affaires de banque devenaient de plus en plus calmes, et les affaires en marchandises ne permettaient pas de se dédommager du taux trop bas de l’intérêt. En 1807 en effet, les toiles blanches des Indes ne se vendent plus, même en consentant des rabais, « en raison de la concurrence énorme des fileurs qui va en augmentant, et auxquels vu leurs bas prix toutes les manufactures donnent la préférence entière pour le mi-fin et fin dans toutes les largeurs. La maison de MM. Lousberg à Gand a cinq cents métiers en pleine activité, et nombre encore de concurrents dans toute la Belgique... La ville de Rouen qui d’ordinaire nous consommait bonne partie de nos marchandises, à présent nous ne pouvons y vendre une seule pièce, ils n’impriment que sur des toiles de leur pays. »88

  • 89 C’est-à-dire en estimant le capital à vingt-cinq fois le revenu : plus l’estimation du revenu est b (...)
  • 90 Ibid., 9 mai 1807 ; Paul Coulon acquiert en 1807 le domaine de Malessert et celui d’Éclepens dit ch (...)

52A ce point, la tentation dut être forte de liquider pour se replier sur sa terre. En mai 1807, Paul Coulon achète un domaine à Rolle. Ses correspondants parisiens l’en félicitent : « de semblables placements sont les seuls à l’abri de tout fâcheux événement... A trente lieues à la ronde de Paris les terres conséquentes ne se vendent que sur le pied de 4 %89, et celles de moindre valeur se vendent plus cher. »90 En tout cas, la nouvelle société Coulon et Boyve sera simplement commanditée par les principaux associés de l’ancienne société, après retrait du commerce d’une partie importante des capitaux qu’ils y auraient en fin de compte gagnés.

53A la fin de 1807, les rangs du négoce parisien des toiles s’éclaircissent. Coulon, imité en cela par Vaucher-Du Pasquier et Ferdinand Petitpierre, se débarrasse de ses stocks en les revendant à Gros-Davillier et à Soëhnée, deux affaires qui restent, elles, extrêmement solides dans la mesure même où elles sont associées à des entreprises textiles françaises. Les fonds que Coulon fait valoir chez Ferrand montent alors jusqu’à un million de francs, placés à 7,5 %, alors qu’au 1er janvier 1808 il n’y aura que 575 000 F de rentrées de bons débiteurs en attente : la disproportion des deux chiffres mesure le ralentissement final des opérations commerciales.

Coulon après 1808 : une maison de commerce au temps du Blocus

54La maison Jacques Coulon, Paul Boyve et Cie, dont les affaires démarrent en 1808, diffère profondément de Coulon et Cie puisqu’elle entreprend le commerce de commission sans spécialisation exclusive dans un seul article. Elle se rattache pourtant à sa devancière en ce qu’elle continue tout de même à faire du commerce des toiles — mais cette fois des toiles produites par l’industrie cotonnière dans les frontières de l’Empire — la base de ses opérations, ce qui ne surprendra pas étant donné la connaissance que les membres de la maison avaient acquise de ces articles.

  • 91 Ibid., 176/V.

55Dès l’origine, c’est le grand fabricant Lousberg, de Gand, qui paraît avoir été le client majeur. Ses calicots pour l’impression, très recherchés, viennent bientôt s’entasser dans le magasin de Paris : nous savons par exemple qu’au 19 novembre 1808, Coulon et Boyve en ont pour 462 000 F, dont ils ont avancé la moitié. L’année n’est d’ailleurs pas favorable à un brillant lancement des ventes : c’est en effet celle de la grande hausse des prix du coton brut, hausse qu’il est impossible de répercuter entièrement au stade de la pièce tissée, sous peine de dégoûter la clientèle ; or, précisément, Lousberg prend mal conscience de cette impossibilité et gêne l’écoulement de sa propre marchandise en exigeant de ses commissionnaires qu’ils en trouvent un prix nettement trop élevé91.

56Jacques Coulon, nouveau venu dans la société, s’efforce d’autre part de faire prendre une autre orientation à ses affaires. Son père Étienne, frère cadet de Paul Coulon et commandité par lui, avait fait à Millau le commerce des produits du pays : laines du Larzac, peaux mégissées, huiles, amandes, fromages — et exploité des bois et des scieries hydrauliques. Jacques, son troisième fils, associé à Flotard, toujours avec l’aide de fonds de son oncle neuchâtelois, avait poursuivi à Millau le commerce des laines et des peaux, ces dernières très recherchées des Anglais. Il amenait à la nouvelle société un stock de ces marchandises, et était décidé à développer le commerce de consignations en laines. Enfin, la nouvelle société avait conservé la tradition de l’ancienne, et continué le placement de gros fonds — 700 000 F à 6 % en novembre 1808 — chez Ferrand. Au total, l’inventaire de 1808 fit apparaître un bénéfice de 47 000 livres de Suisse, soit 11,75 %.

  • 92 Ibid., 176/IX, 1er mars 1809.
  • 93 Ibid., 27 mai 1809. « Nous sommes tous à l’ouvrage à six heures du matin et travaillons presque jou (...)
  • 94 Ibid., 8 août 1809.

57Le début de l’année 1809 fut consacré à un sérieux effort d’extension des affaires. Un commis engagé depuis quelques mois, Frédéric Meuron-Perregaux, frère de Charles, partit au mois de mars en voyage pour les villes du nord de la France, « d’où se dirigent toutes les expéditions sur Paris soit en cotons et en denrées coloniales que nous cherchons de nous procurer en consignation »92, pour y rechercher notamment « d’autres maisons dans le genre de Lousberg qui comme vous savez fabriquent des toiles calicots pour l’impression, et nous en remettent en consignation pour en soigner la vente pour leur compte moyennant notre commission et garantie passée à 4 % », la consignation étant « la seule branche de commerce que nous reconnaissons bien actuellement qui nous convient ». Meuron réussit à engager plusieurs autres maisons de Gand à envoyer des marchandises. Il se rendit ensuite à Bâle et put y nouer des relations avec les grandes maisons de la ville, qui expédièrent à leur tour des cotons et des calicots. Toutes les marchandises reçues en avril et mai se vendirent bien, les toiles arrivées de Bâle et de Saint-Gall offrant même l’avantage de se placer au comptant ou à trois mois de terme. Pourtant, malgré un travail acharné, le volume des consignations n’augmentait pas assez : pour gagner 80 000 F de commission, par exemple, il aurait fallu avoir deux millions de francs de consignations, et l’on n’en était pas là93. D’autre part, le marché de l’argent évoluait à nouveau dans un sens très défavorable : on ne pouvait placer d’argent qu’à 4 % au milieu de l’été ; Ferrand avait rendu 400 000 F « qu’il ne voulait plus garder à aucun prix, de manière qu’il y a faute d’emploi de nos fonds »94. L’acte de société prévoyait en effet que le fonds capital devait être rémunéré à 5 % : travailler dans de telles conditions, c’était se laisser prendre à la gorge. C’est à ce moment que Paul Boyve prit une initiative qui, pour n’avoir pas abouti, n’en est pas moins très intéressante pour l’histoire des choix économiques à l’époque du Blocus.

  • 95 Louis Dellient, Georges François Mandrot et Cie, société en commandite pour le commerce de commissi (...)
  • 96 Guebhard père, après avoir géré pendant trente-deux ans la maison F. Wagner et Cie, indienneurs à S (...)

58Il faut tenter autre chose, estime cet associé, il faut « changer notre manière de travailler ». Comment les autres maisons de commission se tirent-elles d’affaire ? En s’engageant dans des opérations de caractère spéculatif sur des articles très demandés et portés par un mouvement de hausse, et de citer l’exemple de Dellient, Mandrot et Cie95, qui viennent d’acheter à Vienne 1 200 balles de coton. Une maison telle que Coulon, symbole de prudence et de régularité, peut-elle suivre le mouvement ? Boyve ne le pense pas en fait, et surtout pas dans l’été de 1809. En effet, les spéculateurs parisiens en denrées coloniales viennent de traverser une période critique au mois de juillet : Napoléon ayant autorisé l’entrée en France des marchandises venant de Hollande, les stocks de sucre, en particulier, constitués grâce aux importations sur navires américains s’étaient écoulés vers la France, provoquant la chute du cours de cette denrée de 3 F à 2,25 ; puis, le décret ayant été révoqué, le cours était remonté à 3,15. « Tout cela est une loterie à laquelle nous ne jouerons jamais. » Son projet est autre : il s’agit d’une conversion à l’activité manufacturière. « Mon projet serait que vous ou moi se rendît à Naples, qui est de toutes les villes d’Europe celle où l’intérêt de l’argent est le plus élevé, puisqu’on peut le faire valoir à 1 % environ par mois. » On y achèterait les cotons locaux, « que la maison de Paris vendrait avec un gros bénéfice puisque ceux que l’on reçoit aujourd’hui présentent au moins 40 % à gagner, ce que j’ai bien calculé exactement. Nous pourrions en outre... nous intéresser par moitié dans une filature que M. Guebhard l’aîné96 est sur le point d’établir dans ce pays, et qui suivant ma manière de voir ne peut que prospérer et enrichir les propriétaires. » Selon une lettre de Guebhard, de Naples (22 juillet), les autorités lui ont offert la concession d’un terrain et de bâtiments propres à établir une filature et un tissage de coton, « avec promesse de protéger spécialement cet établissement, le premier dans son genre dans ce pays » ; terrain et locaux se trouvent près de Caserte, à proximité d’une chute d’eau. Il serait très avantageux de manufacturer le coton sur place au lieu de l’importer brut en France : la main-d’œuvre est à bas prix, les vivrés étant à très bon compte ; « la plupart des drogues de teinture se tirent également d’ici, ou croissent dans ce pays ».

59Les commanditaires rejetèrent le projet à cause de l’importance de la mise hors —au minimum un demi-million de francs — et de l’instabilité politique. « On sait, écrivit Paul Coulon depuis Neuchâtel, qu’à Naples il ne faut qu’une révolution des lazzaroni pour bouleverser les établissements les mieux combinés. »

  • 97 La société Boyve, Pannifex et Cie est au capital de 300 000 F : 100 000 pour chacun des deux associ (...)

60Il en résulta un éclatement de la maison. Paul Boyve, estimant que la société végétait et ne prévoyant pas qu’elle puisse faire de bonnes affaires, tenta encore, au mois de novembre, de provoquer l’entrée dans l’association de Georges Frédéric Pannifex, négociant originaire de Lahr-en-Brisgau, ancien associé de Ferdinand Petitpierre — mais en vain. Il sortit alors de la société et rejoignit Pannifex dans la société Boyve, Pannifex et Cie, constituée pour trois ans en février 181097.

  • 98 Voici d’après la balance du 31 décembre 1813, la répartition des capitaux engagés dans l’affaire à (...)

61La société issue en 1808 de la famille Coulon subit de ce fait une nouvelle transformation : la suite fut prise par Coulon, Meuron et Cie, puis par Meuron et Cie au début de 1813. Modifications de peu de signification au demeurant, puisque pour l’essentiel les capitaux restèrent fournis en commandite par Paul Coulon98. L’inventaire de l’année 1809 fit apparaître, au début de 1810, un léger déficit qui donnait raison, rétrospectivement, aux critiques acerbes de Paul Boyve et s’expliquait aisément par le fait que les dissensions entre les associés avaient paralysé les affaires pendant les trois derniers mois de 1809. La société se devait de tirer les conséquences de son demi-échec. Comment s’y prit-elle ?

  • 99 Ibid., 177/II, 5 juin 1810.
  • 100 Ibid., 24 juillet 1810.

62Elle fit tout d’abord un nouvel effort de grande envergure pour étendre à tout prix le commerce de consignation des toiles du continent, car Paul Coulon persiste à croire que « la consignation est le commerce le plus sûr et le meilleur »99. La maison de Paris essaya pendant plusieurs mois de s’assurer les consignations de Deheyder, d’Anvers, qui aurait pu lui envoyer 10 000 pièces par an, sans y réussir semble-t-il, car ce négociant aurait voulu obtenir un crédit de 100 000 F à découvert, auquel Coulon ne consentait évidemment pas. En juillet, la maison travaille à obtenir le dépôt de plusieurs fabriques de toiles de Mulhouse, à trouver des consignations à Zurich et à Saint-Gall, et aussi — c’est l’élément nouveau — à rechercher des consignations en cotons, « très recherchés en belle qualité, ce qui n’est pas étonnant, les filatures et les tissages augmentant tous les jours en France »100. Aussi Frédéric Meuron se rend-il à Vienne, où le coton est « à un prix qui laisse une marge de 20 à 25 % avec les prix d’ici, tous frais comptés ». En octobre 1810, il emporte la consignation de 1 100 balles, qui doivent procurer de 7 à 800 000 F — consignation bientôt portée à plus de 1 400. La circonspecte firme neuchâteloise a donc finalement succombé à la tentation, à la grande spéculation du moment, et cela dans l’euphorie. Dans la première quinzaine de décembre, « il y a au moins tant en douane à Strasbourg que sur la route qui attendent de la place pour y entrer vingt mille balles », mais la consommation des fabriques est énorme, et les cours se maintiennent haut. Au retour de Vienne, Frédéric Meuron passe par Naples, où il établit avec Louis Audra les bases d’un commerce reposant sur la vente de calicots en Italie et l’achat de balles de coton de Castellamare.

  • 101 Ibid., 22 décembre 1810.
  • 102 Ibid., 177/VI et 177/IX.
  • 103 Ibid., 52/III.

63Le bilan de cette année 1810 fait malheureusement défaut. Il semble avoir été positif, en dépit de la faillite, dans la deuxième quinzaine de décembre, de Lousberg, qui se jettera dans l’Escaut près d’Anvers : les Coulon-Meuron n’y furent que pour 70 000 F. Notons au passage qu’ils attribuent la faillite non point à la marche de l’entreprise manufacturière, la fabrique de toiles et d’indiennes restant excellente, mais à d’énormes pertes consécutives à la saisie et destruction de filés et toiles d’Angleterre dans la contrebande desquels le failli aurait eu l’imprudence de se lancer101. Les balances de 1811 et 1812 font en tout cas apparaître des bénéfices de 215 000 et 165 000 F, respectivement — les éléments manquant par ailleurs pour calculer un quelconque taux de profit102. Ce n’est qu’en 1813 que la maison se trouve atteinte par la crise, et notamment, semble-t-il, par l’immobilisation à l’étranger de cotons dépréciés par le recul des armées napoléoniennes : le déficit est évalué en fin d’année à quelque 59 000 F103.

64A travers dix-huit années de l’existence de la firme Coulon, sous ses habillements successifs, nous ne prétendons pas, malheureusement, avoir pu reconstituer la physionomie générale du commerce des toiles à Paris, dont on pressent pourtant l’importance, ne serait-ce qu’à travers le prestige de certains de ses représentants dans la société d’affaires de la capitale. D’ailleurs l’exemple des Coulon — les seuls dont nous ayons eu la chance de pouvoir lire les archives — est probablement loin d’être le meilleur, puisque ces Neuchâtelois implantés à Paris n’eurent pas, ou ne surent pas se donner la chance d’articuler leur négoce sur une entreprise de fabrication participant à l’essor exemplaire de l’industrie cotonnière française au temps de Napoléon. Leur histoire, pourtant, nous paraît singulièrement instructive. Elle témoigne des efforts obstinés, et point inefficaces au demeurant, d’un capitalisme purement marchand, de type ancien, pour s’adapter à des circonstances politiques et économiques qui avaient détruit son milieu naturel — celui des libres échanges interocéaniques que le xviiie siècle, malgré ses guerres et ses monopoles, avait laissés s’organiser. Elle est aussi, sans doute, l’histoire d’une branche du capitalisme helvétique en France dont les gérants manquèrent, somme toute, d’esprit d’invention. On en trouvera maintenant la preuve dans la politique d’investissements audacieux menée par le vieux Pourtalès, dont les Coulon avaient, directement ou indirectement, sans cesse rencontré la présence et la concurrence sur les marchés de l’Empire ou dans les maisons qu’il commanditait. On verra que ce vieil homme avait, pour sa part, eu l’intuition que l’avenir appartenait désormais aux industriels, et non plus aux courtiers internationaux en toiles d’importation. Secondairement, et d’une façon moins nette, l’expérience des Coulon apporte aussi un témoignage sur le développement, au sein du marché impérial, de puissantes rivalités entre places de commerce.

Du commerce des toiles à la gestion d’une grande fortune : les dernières années de Jacques Louis Pourtalès l’aîné

  • 104 « J’ai à présent 87 ans, la vue, l’ouïe, la mémoire ainsi que le peu de forces qui me restent m’aba (...)

65A quatre-vingts ans le grand Pourtalès avait renoncé à contracter toute nouvelle société. Il ne disparaît pas pour autant du monde parisien des affaires. Jusqu’en 1807 il continue pour son compte la carrière de négociant, ce qui l’amène à voyager encore beaucoup. A partir de 1808 il abandonne les affaires actives, sous la contrainte de la vieillesse, de la fatigue et de l’infirmité104 ; mais il n’en fait pas moins fructifier ses capitaux tout en achevant d’assurer la fortune de ses fils. C’est même dans la phase ultime de cette très longue existence qu’apparaissent les traits les plus originaux, les plus riches de sens en tout cas pour l’histoire économique et sociale du xixe siècle naissant. Une partie des capitaux considérables accumulés, en dépit de quelques revers, au cours d’une carrière prodigieuse est employée à la consolidation sociale d’une famille qui entre désormais dans l’aristocratie. Une partie bien plus importante est utilisée à la commandite et au financement, par des moyens divers, d’une impressionnante série d’entreprises bancaires, commerciales et industrielles : tout se passe comme si le vieux Pourtalès, à lui tout seul, était devenu une banque d’affaires. Ainsi offre-t-il un remarquable exemple de greffe d’un capitalisme moderne sur un capitalisme commercial très traditionnel, dont il avait été jusqu’à ses dernières années un représentant brillant mais classique. Ainsi montre-t-il également, moins par lui-même qu’à travers ses fils, comment de nouvelles dynasties viennent rajeunir les anciennes noblesses.

La liquidation des marchandises

  • 105 Seul en ce qui concerne la gestion, sans doute ; on a déjà trouvé plus haut, dans l’histoire de la (...)
  • 106 A. É. de Neuchâtel, fonds Pourtalès, dossier 9.
  • 107 Ibid., dossiers 23 et 24.

66Dans une Notice de ma vie que Pourtalès rédigea peu avant sa mort, on trouve ainsi résumées ses dernières opérations commerciales : « J’ai travaillé seul105 depuis le commencement de 1802, sous la raison de Pourtalès l’aîné, tant en toiles de coton et faisant valoir mes fonds comme j’ai pu. Pendant les six années 1802 à 1807, je me suis occupé seul du commerce des toiles de coton des Indes, et tant par correspondance que pendant mes longs séjours dans les Pays-Bas, surtout à Bruxelles en 1804 et 1805. »106 Les inventaires, que l’on ne possède qu’à partir de 1804107, montrent que cette activité marchande passa par un maximum en 1805. Le stock de marchandises est, en effet, estimé successivement à 502 000 lt (31 décembre 1804), 709 000 lt (1805), 377 000 lt (1806), et se trouve liquidé au 31 décembre 1807. On peut donc choisir l’année 1805 pour analyser la répartition des créances par factures, et reconnaître du même coup parmi les débiteurs l’écrasante prédominance de la clientèle belge, représentée par les plus fortes maisons de Bruxelles et de Gand :

67En France, en revanche, un seul client notable : Garnier, Desplan et Hachette, marchands de toiles à Paris (avec 102 566 F), bien que d’autres débiteurs se répartissent entre Mulhouse, Rouen et Montpellier.

68Selon Pourtalès lui-même, il a vendu en six ans pour 7 418 510 livres de toiles, « dont à déduire environ 218 500 de pertes avec de mauvais débiteurs. Reste 7 200 000 qui se composent de : 6 000 000 de capital, environ 500 000 d’avance d’argent, environ 500 000 de bénéfices, environ 200 000 de divers retards de paiement. »

69Ainsi la rémunération du capital ne semble-t-elle pas avoir dépassé 8 %, ce qui à vrai dire ne pouvait passer que pour un bénéfice bien modeste dans un commerce où il était courant de rechercher un taux de profit double ou triple. De toutes façons, ces trois millions de créances commerciales ne représentaient qu’une fraction d’un actif qui, en 1805, se montait à plus de treize millions et demi (en lt). Comment Pourtalès faisait-il valoir le reste ?

Les commandites

70Elles se caractérisent par leur variété : variété des secteurs où Pourtalès a choisi d’effectuer ses placements ; variété des formes prises par la commandite, qui vont de la souscription d’actions au compte de fonds, de dépôt ou courant. En outre, certains prêts renouvelés sur une longue période paraissent s’apparenter de fait à une véritable commandite.

  • 108 Arch. nat., M.C.N., CXVII, 995.
  • 109 Ibid.

71En floréal an X (mai 1802), Pourtalès a acheté de Germain André Soufflot l’aîné, administrateur de l’Entreprise générale des Messageries, ses 364 actions dans les Établissements du Creusot, pour 58 800 F108. Le 1er prairial (21 mai), il consent en outre un prêt de 150 000 F, remboursable d’octobre à décembre 1805, à l’un des administrateurs de l’établissement, Benjamin François Ladouëpe du Fougerais, en une obligation hypothéquée sur la terre du Fougerais (Vendée), d’un revenu de 8 000 F par an, ainsi que sur 273 ha de futaie de vingt à cinquante ans et sur le compte courant de l’emprunteur ; ce prêt sera prorogé d’un an le 1er octobre 1805109. De 1804 à 1807, Pourtalès maintient lui-même en compte courant auprès des Établissements du Creusot une somme comprise entre 100 et 200 000 F. Enfin, en 1808, un autre administrateur, Jean François Chagot, souscrit auprès de lui une obligation hypothéquée sur les Établissements, d’un montant de 375 000 F, et qui apparaît toujours au 31 décembre 1815.

  • 110 Arch. de Paris, D 31 U3, 3/468, et Arch. nat., M.C.N., 7 avril 1807. Approbation comme société anon (...)

72En 1807, Pourtalès prend 20 actions de 2 000 F, qui deviendront 68 en 1809, dans la société en commandite des Fonderies et Manufactures de Vaucluse, à Avignon et Védenne, société lancée alors en reprise d’une ancienne affaire par le banquier Berr Léon Fould110, et fabriquant « toutes espèces d’ouvrages en cuivre, plomb et tôle laminés, fer forgé et coulé, fer blanc et autres métaux communs ». Il y retrouve d’ailleurs parmi les principaux actionnaires l’agent de change parisien Perdonnet, avec lequel il est en affaires. Ces actions rapportaient 6 %, à quoi devaient venir s’ajouter le dividende calculé pour les premières années sur les quatre cinquièmes des bénéfices. Ce dividende ayant été pour la première année de 17,50 F, chaque action rapporta donc, en 1808, 137,50 F. Mais les Fonderies eurent par la suite des difficultés, sans doute liées à celles de Fould lui-même, car dans l’inventaire de 1815 la succession Pourtalès n’évalue les actions qu’à 100 F au lieu de 2 000, et il apparaît que Pourtalès avait prêté, en 1814, 50 000 F garantis par des cuivres.

  • 111 Arch. de Paris, D 31 U3, 3/480.
  • 112 Alexandre François Vincent Perdonnet, originaire de Vevey, commis chez Mallet en 1789, a fait fortu (...)

73D’autres participations en commandite rapportèrent également des déboires à Pourtalès. Une action chez J. L. Belon et Cie, évaluée 5 000 F en 1807, descend à 3 500 F en 1811 en raison des pertes ; cette maison, constituée le 1er juillet 1807111 au capital de 100 à 300 000 F pour faire le commerce de commission, réunissait au départ vingt-sept actionnaires — pour la plupart des capitalistes vaudois. Une action de 10 000 F chez Houel et Cie, tissage de coton à Bohéries, dans le nord du département de l’Aisne, tombe à 1 000 F en 1811. Quatre actions de 15 000 F l’une chez Perdonnet perdent leur valeur jusqu’aux quatre cinquièmes dans les années 1808-1811 ; Pourtalès lui avait confié dans les années 1805 à 1808 un dépôt allant de 50 000 à 200 000 F112.

  • 113 Manufacture de toiles peintes de Frédéric Blech, d’abord associé à Jean Vetter, puis (1796) à Danie (...)

74Mais les commandites majeures se situent ailleurs. Et d’abord dans le secteur que Pourtalès connaît le mieux : celui du grand commerce des textiles, lié d’une part au grand commerce de commission en général, d’autre part aux manufactures textiles elles-mêmes. Véritable commandite que les prêts constamment renouvelés au bénéfice de son ancien associé Jean Michel Soëhnée l’aîné, de 1804 (d’après les inventaires) à 1812, pour un montant de 200 000 F, puis (1808) de 570 000 F, sans parler de 160 000 livres de Suisse (240 000 lt) remboursables seulement après la mort de Pourtalès. Même procédure au bénéfice de Blech, Fries et Cie, indienneurs à Mulhouse, inscrits à l’inventaire pour une reconnaissance de 100 000 F de 1805 à 1808, de 150 000 de 1809 à 1813, de 50 000 F encore en 1815 —, et les héritiers notent alors : « Cette maison étant très bonne, on leur a fait espérer qu’on renouvellera pour une année. »113 Commandite plus directe, en un sens, chez Ferdinand Petitpierre et Paul Gabriel Pourtalès, négociants en toiles à Paris (560 000 F en un compte de dépôt attesté en 1804 et 1805) ; chez Darvieu, Méjean et Cie de Ganges (100 000 F en compte de fonds, de 1806 à 1809, plus de 250 000 à 500 000 F en compte de dépôt de 1807 à 1810, et de 125 000 à 200 000 F en compte courant de 1807 à 1809 ; une créance de 150 000 F subsiste encore en 1815) ; tout à la fin de la période, chez Oppermann, Mandrot et Cie, à Paris, deux millions en compte de fonds et un million en compte de dépôt, portés à l’inventaire de 1815.

  • 114 Sous son exploitation, la production des établissements de la forêt de la Guerche, près de Pouancé, (...)

75D’autres commandites de première importance apparaissent enfin dans la haute finance. Pourtalès a un dépôt permanent chez Hottinguer depuis 1805 : 100 000 F, puis 300 000 de 1806 à 1809, 200 000 dans les années suivantes. Il prête un million en 1807 à Vanlerberghe et Cie, un million en 1808 à Desprez, Michel et Cie. Son agent de change, Ferrand, lui doit successivement un prêt de 100 000 F nécessaire à son cautionnement, et l’ouverture de plusieurs comptes courants dont l’un, dit « du million », est en fait alimenté par un dépôt stable d’un million de 1804 à 1809. Au même type d’opérations se rattache certainement l’obligation hypothécaire d’un montant de 200 000 F, garantie sur des « immeubles en Bretagne », consentie au profit d’Étienne Antoine Feuillant (l’actif propriétaire des forges de Pouancé dans l’Ille-et-Vilaine)114, et maintenue de 1808 à 1815.

Les autres formes de crédit à moyen ou à long terme

76Un grand nombre d’autres entreprises françaises ont plus ou moins dépendu, à un moment ou à l’autre, des capitaux de Pourtalès. Mais, faute de connaître les contrats originaux et de pouvoir interpréter avec sûreté les mentions abrégées des inventaires, il est en général difficile ou impossible de savoir les circonstances qui ont motivé le recours au crédit du grand homme d’affaires ou son intérêt pour telle firme, et d’apprécier la nature exacte du lien qui unissait le prêteur au débiteur. On a rassemblé sous la présente rubrique : 1) des crédits qualifiés de prêts, obligations, reconnaissances, promesses, s’étendant sur des périodes moins longues que celles des placements analysés plus haut ; 2) des crédits qualifiés d’acceptations, dont le terme ne dépassait pas en général un à deux ans.

77Il n’est pas aisé de distinguer, dans de tels crédits, ce qui pouvait être un placement de ce qui n’était qu’un secours de trésorerie accordé avec plus ou moins de régularité et selon une ampleur variable à des maisons connues comme solides. Mais l’échantillonnage, dans sa variété géographique et professionnelle, présente à lui seul assez d’intérêt pour être détaillé.

78Les manufactures. Le soutien de Pourtalès va essentiellement aux indienneurs, en Alsace, en Lorraine, à Paris.

  • 115 Marmod père, dès avant 1789, avait créé à Nancy une filature et un tissage de coton, faisant tisser (...)

79Toutefois, Pourtalès ouvre également son crédit à des filatures et tissages de coton : aux établissements des frères Marmod (à Nancy et dans sa région), à J. A. Vander-mersch (à Menin et Royaumont), à la manufacture de draps de Marin l’aîné, à Nancy115.

  • 7 « La maison va bien, ils ont fait en 1815, 115 200 F de bénéfices », note l'inventaire de l'hoirie (...)
  • 8 Dutfoy a repris au début de 1810 l'ancienne fabrique de J.P. Brenier.

Note *7
Note **8

80Le commerce des toiles. Il constitue le second secteur d’invervention, les bénéficiaires appartenant cette fois à tous les grands centres traditionnels de ce négoce : Paris, Rouen, Bruxelles, Gand, Montpellier, etc.

81Enfin des crédits plus dispersés vont au négoce maritime (particulièrement bordelais), à la finance parisienne (agents de change, receveurs généraux), au prêt hypothécaire consenti à de riches propriétaires (comme c’est le cas du million emprunté par le comte Lecouteulx de Canteleu en 1809 et dont le remboursement se poursuivait encore en 1815).

  • 116 Faillites rouennaises, également : ainsi celle de Liesse et Vacassin, en 1805, qui doivent plus de (...)
  • 117 A. É. de Neuchâtel, fonds Pourtalès, 3/V.

82L’ensemble de ces placements, prêts ou avances diverses rapportait un intérêt qui pouvait varier, selon les cas et les personnes, entre 4 et 6 %. Il comportait, malgré le discernement dont faisait généralement preuve Pourtalès, des dangers évidents lorsque le crédit était consenti à des maisons de commerce ou à des manufactures exposées à des revers d’ordre conjoncturel : ainsi Pourtalès éprouva-t-il des pertes à l’occasion de plusieurs faillites gantoises, bruxelloises ou parisiennes116. Au total, la fortune de notre personnage s’est pourtant accrue au cours de la période napoléonienne. Entre l’inventaire du 31 décembre 1804 et celui de la succession, au 31 décembre 1815, l’actif (que l’on peut prendre seul en considération dans une estimation approchée, le passif étant négligeable) est passé d’un peu plus de treize à un peu moins de quatorze millions de francs ; or, en 1808-1810, Pourtalès a dépensé près de 800 000 F pour la construction de l’hôpital qui porte son nom, à Neuchâtel ; et, en 1806, il a fait donation à ses trois fils de la moitié de sa terre de Tloskau, en Bohême, moitié valant alors environ 1 200 000 F. Quand Pourtalès, au soir de sa vie, explique qu’il a fait valoir ses fonds « comme il a pu », cette nuance d’insatisfaction ne peut se comprendre que relativement à la « belle époque » d’avant 1789, et non point comme l’indice de difficultés véritables. De plus, antérieurement à la donation de 1806, mais à des dates qui nous échappent, Jacques Louis Pourtalès l’aîné a déjà détaché de sa fortune propre d’autres éléments de propriété foncière dont il a constitué la fortune de ses trois fils. Il convient donc de tenir compte de cette dernière pour apprécier exactement la première ; c’est ce que permettent de faire trois bilans de 1807117.

L’établissement des fils

83L’aîné, Louis (1773-1848), est au 31 décembre 1807 à la tête d’un actif de 2 484 114 F, qui se répartit en trois masses : près d’un demi-million de rentes françaises en capital, un peu plus d’un demi-million de créances diverses, et surtout plus de 1 400 000 F de biens-fonds. Le plus gros morceau de ces derniers est constitué par son tiers dans la terre de Tloskau, évalué 425 000 F. Le reste, à l’exception d’un domaine près de Bologne et d’un autre dans le Doubs, est groupé en pays neuchâtelois : quatre maisons à Neuchâtel, dont la maison paternelle ; quelque 50 000 F de vergers et de vignes, à Auvernier notamment ; une série de domaines (quatre) et de « montagnes » (cinq).

84La fortune de James (1776-1855), au 31 mai 1807, fait apparaître, pour un montant global du même ordre (2 175 090 F) une structure également analogue, associant un demi-million de rentes françaises, guère plus de 350 000 F de créances, et un peu plus de 1 300 000 F de biens-fonds. Le tiers de la terre de Tloskau est évalué à 434 000 F. Il entre en compte ici un hôtel parisien d’une valeur de 186 000 F : c’est l’hôtel de la rue Tronchet où James commencera peu après à installer ses collections d’art.

85Avec 1 603 132 F d’actif au 31 décembre 1807, le troisième fils, Frédéric (1779-1861), est sensiblement moins bien pourvu ; il ne détient qu’une quarantaine de milliers de francs de rentes françaises, autant de fonds américains et quelque 170 000 F de fonds de la Louisiane ; ses biens-fonds dépassent à peine 800 000 F, répartis entre Tloskau (446 000), une maison à Neuchâtel (148 000), une vigne de 15 000 F à Auvernier et divers autres domaines en Suisse. Mais, en 1808, les aînés prient leur père de rétablir l’égalité avec leur cadet : Jacques Louis Pourtalès lui avance alors 400 000 F sur sa part d’héritage, sans intérêt, pour l’aider à acquérir le domaine de Sainte-Assise, valant 1 250 000 lt. En 1810 il recevra encore 50 000 F en avance d’hoirie, mais le père donnera alors en compensation à ses deux autres fils déjà mariés une somme de 450 000 F, à Louis en papiers sur divers débiteurs, à James en rentes françaises. Enfin, en 1811, la dotation foncière de Frédéric s’augmente encore de la terre de Marchais et de Liesse, achetée aux enchères pour un demi-million lors de la liquidation Vanlerberghe.

  • 118 Ibid., 2/XII, lettre du 10 septembre 1794.
  • 119 Ibid., 2/VII.
  • 120 Pourtalès le père a constitué à ses fils une fortune de rentiers, alors que la sienne propre reste (...)

86Tous trois ont contracté des alliances allant du patriciat à la vieille noblesse. Il est curieux de lire les termes dans lesquels Louis s’adresse à son père, en 1794118, pour lui demander l’autorisation d’épouser Sophie Guy : « Elle porte un des plus beaux noms du pays, et... sa famille est aussi réputée par la pureté de son sang que par son ancienneté. » James épouse en 1809 Anna Henriette de Palézieux dit Falconnet, d’une famille bourgeoise de Vevey. Le cadet se marie en 1811 avec une demoiselle de Castellane, et c’est l’occasion pour l’impératrice Joséphine d’entrer un instant dans les affaires de famille des Pourtalès : « Mademoiselle de Castellane, que votre fils désire épouser, écrit-elle au père, m’est attachée, j’ai pris soin d’elle depuis sa plus tendre enfance ; sa naissance est très bonne, son éducation soignée, et elle joint à une figure charmante un caractère fort doux et un esprit aimable. Elle a peu de fortune, je me propose de lui assurer quelques avantages en faveur d’une union qui me sera d’autant plus agréable que je ne puis remettre cette jeune personne en de meilleures mains qu’en celles de votre fils. »119 Frédéric avait été fait comte par Napoléon Ier le 31 décembre 1809, en récompense de sa participation à la campagne contre l’Autriche. Louis sera fait comte par le roi Frédéric-Guillaume III le 19 mai 1814. Pourtalès le père avait reçu de l’empereur François Ier, le diplôme de chevalier de l’Empire d’Autriche, avec concession d’armoiries, le 11 août 1811. Comme leurs parents les Greffulhe, et dans les mêmes années, les Pourtalès accomplissent avec éclat le processus d’aristo-cratisation d’une famille issue de la haute finance — aux premiers rangs de laquelle ils avaient réussi à se hausser en une seule génération, une génération de soixante-dix ans il est vrai120.

II. SPÉCULATIONS MARCHANDES AUTOUR DE LA LAINE

87L’ampleur, à la fois géographique et économique, des échanges auxquels donnent lieu depuis le xviiie siècle le coton et les articles dérivés, de même que le rôle moteur, dans la révolution mécanicienne, des transformations techniques dans le travail du coton, ne doivent pas conduire à sous-estimer la place grandissante qu’occupe, dans l’activité économique, le textile-laine — et ceci en particulier à Paris, en dépit du fait que la capitale ne travaille guère la laine, alors qu’elle est devenue sous l’Empire un des principaux centres de travail du coton.

88Paris développe, à l’époque napoléonienne, un rôle de marché national de la laine : développement comparable à celui de la centralisation parisienne du commerce de redistribution, dès la fin du siècle précédent. La production des laines brutes, demeurant alors presque exclusivement européenne, ne souffre pas des mêmes perturbations que la géographie des approvisionnements en coton brut, et reste principalement française et espagnole, avec une amorce d’extension vers l’Europe centrale (Bohême, Hongrie).

89D’autre part, avec l’installation à Paris du mécanicien Douglas et du centre coordinateur de l’« empire » économique des Ternaux, la capitale trouve l’occasion de jouer un rôle essentiel, sinon exclusif, dans la première mécanisation de l’industrie lainière française. Ainsi l’exemple de la laine illustre-t-il bien la double fonction de concentration du commerce intérieur et de rayonnement technique alors accomplie par Paris.

Le commerce des laines brutes

  • 121 Cf. notamment Bourde 1967.

90Les documents parisiens n’apportent évidemment sur ce sujet que des informations complémentaires par rapport à un tableau d’ensemble déjà bien connu, grâce à toutes sortes de travaux anciens ou récents121.

  • 122 Arch. de Paris, D 11 U3, 50/1074, 14 mars 1814.

91Sous sa forme la moins ambitieuse, le commerce des laines à Paris était un commerce de caractère proprement régional. Dans un rayon court, les plaines céréalières pratiquant l’assolement triennal avaient toutes leurs troupeaux de moutons, mais dont les laines de seconde qualité approvisionnaient des foyers industriels ne se consacrant qu’à la fabrication de draperies communes. Les faillites de la Seine nous en fournissent un excellent exemple avec l’affaire de moyenne importance de Dupuis-Potet, marchand de laine rue du Pont-aux-Biches122. Dans un passif de 234 000 F dominent largement des créanciers provinciaux — d’une province proche — qui sont autant de fournisseurs appartenant aux gros marchés ruraux : 27 000 F de fournitures du Hurepoix et de la Beauce (Arpajon, Chartres, Chevreuse, Dourdan, Étampes, Pithiviers) ; 42 000 F de fournitures de la Brie (Coulommiers, Crécy, La Ferté-Gaucher, Lagny) ; d’autres encore des plateaux d’entre Marne et Oise. Non moins significatif, l’actif apporte une liste de débiteurs montrant que ces laines ont été vendues aux tisserands de la Seine-Inférieure et de l’Oise : Aumale, Beauvais, Bury, Mouy, Darnétal. Cependant l’actif-marchandises fait aussi apparaître des marchandises en dépôt à Elbeuf, Rouen et Vire pour 55 000 F — le cas d’Elbeuf, en particulier, laisse supposer que des centres de draperie fine employaient en mélange des laines du Bassin Parisien.

  • 123 Ibid., 15/1091, 27 mars 1802.

92Le commerce parisien participait naturellement aussi à la redistribution de laines provenant de régions productrices plus favorablement cotées, comme celles des pays de la Loire. En voici un bon témoignage, puisé encore au fonds des faillites : Monjean, marchand de laine rue Neuve Saint-Eustache123, était spécialisé dans le commerce des belles laines du Berry. Sur 127 000 F de dettes on relève 39 000 F de créances à Orléans, 28 000 à Gien, 25 000 à La Charité-sur-Loire, 10 000 à Issoudun, 4 000 à Châtillon-sur-Loire, 3 000 à Bourges. Il nous manque cette fois le détail des créances actives : mais il semble que la maison de commerce de Paris était principalement destinée à soutenir une manufacture de draps existant à Vervins sous la raison de Monjean et Lemaire.

  • 124 Sur le commerce de la laine à Orléans, voir Lefebvre 1962, pp. 97-99.

93Nous manquons d’éléments pour apprécier l’importance exacte de ce commerce parisien des laines françaises, qui d’ailleurs était souvent associé à d’autres spéculations sur les cuirs et peaux, ou au commerce des draps, dont l’intensité ne fait pas de doute. En revanche il est patent que le grand négoce et la banque ont pris pied d’une façon nouvelle et audacieuse, à Paris, dans le commerce d’importation et de revente des laines fines d’Espagne. Fernand Evrard l’avait déjà suggéré, évoquant les « tentatives d’accaparement » du commerce d’importation des laines espagnoles — commerce exigeant en capitaux — par « les banquiers et les brasseurs d’affaires » ; il indiquait aussi que sous l’Empire, à Orléans — qui partageait traditionnellement avec les ports d’entrée de Bayonne et de Rouen la fourniture du marché français — on se plaignait de la centralisation des transactions à Paris (c’est le Heu de rappeler qu’après la Révolution un Baguenault a quitté Orléans, où il dominait avec Tassin et Delage le commerce de la laine, pour fonder à Paris une maison de banque)124.

  • 125 Arch. nat., F12, 509-510, note du 11 fructidor an IV sur Henri Grandin.
  • 126 Kaplow 1963.
  • 127 Dardel 1963, p. 150.
  • 128 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/189, dissolution de la société Van Robais, Amelin et Cie, 10 frimaire an (...)

94Dans le développement des spéculations parisiennes, un rôle de premier plan semble avoir été tenu par Henri Grandin, ancien manufacturier de draps à Elbeuf, qui dès l’an IV, sinon plus tôt, est venu s’installer à Paris et s’y livrer au négoce, plus particulièrement à celui des laines125, en vue d’approvisionner les manufactures de Louviers, Sedan et Elbeuf notamment. Plusieurs autres membres de la famille Grandin étaient restés en Normandie dans le secteur industriel : .Jeffry Kaplow les a étudiés dans sa monographie consacrée à Elbeuf126 où se trouvaient les manufactures de Pierre Grandin l’aîné, et de Michel Grandin et de ses quatre fils ; à Rouen, Pierre Dardel signale une maison Grandin frères, dont la fortune était évaluée en 1793 à un million127. A Abbeville, Michel Grandin devient en 1802 propriétaire de la manufacture d’André Van-Robais et Louis Nicolas Amelin — ce dernier, négociant dans le faubourg Saint-Honoré, dirigeant un dépôt parisien de la manufacture128 ; la nouvelle raison est Grandin frères et neveux ; ainsi sombre une affaire pourtant favorisée naguère par l’entreprise générale de l’habillement des troupes de la République et par le soutien de la Caisse de Comptes Courants.

  • 129 Arch. de Paris, 6 U3, 11, 4 fructidor an VIII.
  • 130 Les principaux commissionnaires en laines de Bayonne sont alors Cabarrus père et fils, Poydenot frè (...)
  • 131 Arch. nat., M.C.N., XXVI, 875, 24 et 26 prairial an XI.

95Sur les opérations de Grandin sur les laines d’Espagne, un rapport d’arbitre désigné par le Tribunal de Commerce apporte quelque lumière129. Associé à Antoine Delon, Henri Grandin avait projeté de faire une grande spéculation sur ces laines, en utilisant ses anciennes relations avec Lanux père, Dubernard et Cie, maison de commerce de Séville qui sous l’Ancien Régime fournissait Rouen et Orléans des meilleures qualités. Il se rendit à Bayonne, d’où il fit acheter pour son compte par la maison de Séville, dans l’hiver de 1796-1797, 35 000 arrobes de laines d’Estramadure en suint : l’usage était, en effet, avec les propriétaires d’Estramadure (beaucoup moins puissants que ceux de Castille), de s’assurer en hiver, moyennant acompte, des laines de la tonte prochaine. Ces laines devaient être, après lavage et emballage, expédiées en consignation à Bayonne par voie de terre chez Duffourcq130. La commande porta en fait sur 35 426 arrobes, en 1 348 balles d’une valeur de 666 072 livres, auxquelles s’ajoutaient d’énormes frais de transport : 405 098 lt. Au fur et à mesure, Grandin et Delon revendirent les laines aux manufactures de Sedan et aux négociants de Rouen (Chaumont et Cie, Quesnel frères et Cie) et d’Orléans (Tassin père et fils, Michel frères). Si nous sommes informés de l’affaire, c’est qu’en juillet 1798 Grandin réclama la plus grande partie du prix d’achat aux Sévillans, se plaignant que l’arrobe ait été facturée à 76 réaux de vellon alors que le prix moyen était de 63, et que les laines, mal conditionnées, soient arrivées mouillées, jaunies, calcinées. Les suites judiciaires furent longues et importantes, puisque le procès alla jusqu’à la Cour de Cassation et ne se termina, par une transaction d’ailleurs, qu’en prairial an XI131.

  • 132 Arch. de Paris, D 3 U3, 99, société du 17 messidor an VII.
  • 133 Ibid., D 31 U3, 1/68.
  • 134 Ibid., 1/84.

96Henri Grandin entra par la suite en société, sous la raison Henri Grandin et Cie, avec l’un des Grandin d’Elbeuf et un Parisien du nom de Louis Jules Péarron — société en commandite et par actions de 5 000 F, dont il était le principal gérant132. Mais, le 1er germinal an IX, on le voit démissionner de la société au profit de Henri Grandin fils, « en raison de l’avantage qu’il trouve dans la proposition d’une maison de commerce qui désire se l’attacher »133. C’est en fait un nouvel épisode de ses spéculations sur les laines espagnoles. Il est en effet pratiquement certain que l’allusion à une maison de commerce concerne la Compagnie des Laines, issue d’un traité du 19 germinal an IX, et dont la procuration générale fut donnée à Grandin le 16 thermidor suivant134.

97Ce traité était conclu entre Martinez de Hervas, Jacques et Laurent Récamier, Charles Geyler et Louis Jordan, et Alexandre Barrillon, constitués pour l’occasion en une sorte de consortium bancaire international et représentant l’aristocratie de la haute banque de l’époque consulaire. Se donnant pour objet de faire en commission « le commerce des laines, point assez multiplié ni amélioré en France », les associés exposent les circonstances de leur entreprise dans un texte qui échappe un peu à la banalité des considérations habituelles : « Au moment où la paix allait ouvrir et vivifier toutes les sources de prospérité publique, où l’industrie et les arts vont reprendre leur activité et leur splendeur, où le commerce, si longtemps paralysé, s’apprête à sortir de l’apathie dans laquelle les malheurs passés l’ont jusqu’à présent retenu, et où, par une nouvelle énergie, en cherchant à étendre la sphère des besoins et le désir des jouissances, il va enfin obtenir de la sagesse du gouvernement la protection et la considération qu’il mérite, ils ont conçu le projet d’établir une maison en commun. » Ils espèrent ainsi « servir et multiplier les manufactures », « resserrer les liens politiques et commerciaux de deux nations amies », aider à l’équilibre de la balance.

  • 135 Cf. Fugier 1924.

98Martinez de Hervaz était un ancien administrateur de la Banque Saint-Charles, conseiller des finances du roi d’Espagne, à la fois consul et banquier en l’hôtel Saint-Florentin, acheté à la fin de 1800135. Il devait s’intégrer très étroitement à la société de la capitale et aux affaires financières de la France ; sa fille, Marie de Hervas, amie intime d’Hortense de Beauharnais, devait épouser Duroc en 1802 ; lui-même, devenu chargé d’affaires à la fin de 1803 après la démission de l’ambassadeur d’Azzara, devait bientôt participer à la grande affaire des piastres mexicaines en allant négocier à Amsterdam un emprunt auprès de Hope, puis en agissant en qualité de trésorier général de la Cour d’Espagne. Ainsi les liens d’un Hervas avec les milieux dirigeants étaient-ils aussi étroits que pouvaient l’être ceux de ses collègues français, associés de si près, on l’a vu, aux origines du Consulat.

  • 136 Arch. de Paris, D 31 U3. 2/361.
  • 137 L’actif de Geyler et Jordan fait apparaître une créance de 123 000 F sur la Cie des Laines, et sign (...)
  • 138 Arch. de Paris. D 31 U3, 32/2116, 4 janvier 1806 ; Arch. nat., M.C.N., XXVII, 886, 11 janvier 1806 (...)

99Les activités de cette Cie des Laines, au reste, nous échappent ; elles se prolongèrent en tout cas jusqu’à la dissolution du 1er ventôse an XIII136, laquelle est survenue avant même la crise financière et commerciale de l’hiver de 1805-1806 où devaient sombrer Récamier et Hervas (Geyler et Jordan ayant, pour leur part, disparu en 1804)137. C’est en fin de compte à travers les affaires de Henri Grandin que nous pouvons saisir quelque reflet de l’intensité des transactions, à l’occasion de sa faillite de janvier 1806138.

  • 139 Les Carcenac étaient une famille du Midi dont les représentants paraissent avoir essaimé dans des d (...)
  • 140 Arch. de Paris D 31 U3, 1/175, 3 nivôse an XI.

100Grandin se trouvait en effet, depuis le début de 1803, au centre d’une entreprise puissante en capitaux et dont les relations étaient devenues largement internationales. La société Henri Grandin et Cie s’était alors étendue, sous la raison de Grandin, Car-cenac et Cie, par l’association d’Auguste Charles Carcenac139 et par l’admission d’intéressés, tout en conservant pour objet « l’achat et la vente pour le compte de la société, ou en commission, de toute espèce de lainage, en matière première ou en manufacturée », sans préjudice de l’intéressement à toute autre branche de commerce qui paraîtrait avantageuse140.

101Le passif du bilan de 1806 fait apparaître les commandites suivantes, tant étrangères que françaises :

102Ainsi donc, en nous tenant strictement aux comptes de fonds, faut-il admettre que Grandin et Carcenac disposaient d’un capital d’un peu plus d’un million — ce qui correspond d’ailleurs parfaitement à une indication globale selon laquelle la société devait aux actionnaires, Grandin excepté, une somme de 821 000 F. Trois catégories parmi ces actionnaires : la haute banque, le grand négoce, la manufacture de draps.

103Au moment où la société se vit contrainte à déposer son bilan, elle pouvait faire figurer à son actif un énorme stock de marchandises, comprenant :

  • 1 493 000 F de laines invendues à Paris, Rouen, Reims, Abbeville, Lille. Verviers. Anvers, Lyon, Marseille, Emden et au lavoir de Longpont — en outre, la société était créancière de la Cie des laines pour 899 000 F ;

  • 1 130 000 F de draps en dépôt à Paris (344 000 F), Cadix (278 000 F), Porto et Lisbonne (257 000 F), Bordeaux (198 000 F), ainsi que pour de faibles sommes à Bayonne, Lyon, Gênes, Milan et Naples ;

  • De plus, le principal débiteur était Hervas, pour une commission de laines d’un demi-million.

104Mais Hervas était lui-même à cette date en faillite depuis un mois. Aussi bien l’accumulation de créances irrécupérables semble-t-elle avoir été la cause essentielle de la chute de Grandin et Carcenac. L’acte d’union des créanciers fait en effet état de 925 000 F de débiteurs « nuls ou mauvais », et de 376 000 F de débiteurs faillis « dont on peut espérer quelque répartition ». Le gros de ce bataillon de mauvais payeurs était représenté par les maisons suivantes :

  • 141 D’autre part, Hervas et Récamier avaient ouvert crédit, par acceptations à des traites de divers po (...)

105Ainsi apparaît-il au passage qu’en ce qui le concerne personnellement Henri Grandin était doublement atteint, étant actionnaire à la fois de sa propre maison et commanditaire des Grandin d’Abbeville, où il avait un compte de fonds de 370 000 F. D’autre part, bien que ceci ne puisse être déduit du bilan avec certitude, il est fort possible que Grandin et Carcenac se soient fortement endettés141 auprès de deux banques parisiennes, Saillard, et Duton, Long et Cie.

106Ceci dit, une analyse plus systématique de l’actif et du passif permet de reconstituer de la façon suivante le rayon d’action de cette firme qui, selon toute vraisemblance, dominait de haut ses pareilles sur la place de Paris, et se partageait le marché de l’Empire avec les Tassin d’Orléans et les négociants rouennais.

107L’organisation commerciale paraît avoir largement reposé sur un certain nombre de « magasins » dont le fonctionnement, à vrai dire, n’est pas connu. Henri Grandin possédait un compte de fonds de 60 000 F dans le magasin de Rouen, ce qui laisse supposer qu’il s’agissait de sociétés distinctes commanditées par la société parisienne. Le bilan en indique cinq : Henri Adam, à Rouen ; Petit, à Bordeaux ; Dussumier, à Anvers ; Guinebaud, à Porto ; Rabeau, à Lisbonne. On peut imaginer que ces agents s’occupaient à la fois d’acheter des laines, d’en revendre et d’écouler des draps français. Mais une autre partie du commerce de Grandin et Carcenac restait bien entendu faite directement par la maison de Paris. Au total, une première série de débiteurs était de toute évidence constituée par des manufacturiers acheteurs de laines brutes : c’est à quoi répondent 342 000 F de créances actives sur Reims, réparties entre 53 clients ; 162 000 F de créances sur Elbeuf, entre 18 clients ; 124 000 F sur Hodimont, Verviers, Ensival et Francomont, entre 21 clients ; 17 000F sur Aix-la-Chapelle ; 16 000 F sur Rethel ; 11 000 F sur Château-Porcien ; sans compter les énormes créances déjà citées sur les faillis d’Abbeville et Sedan. Une deuxième série de créances, ibériques celles-là, correspondait certainement, si l’on s’en rapporte aux marchandises en dépôt figurant également à l’actif, à des fournitures de draps : 140 000 F à Lisbonne, 101 000 F à Cadix, 45 000 F à Porto... En revanche, la liste des créanciers de Grandin et Carcenac n’est pas suffisamment explicite pour qu’on puisse en déduire le mécanisme des achats de laines. Notons toutefois 227 000 F de dettes chez cinq négociants français ou espagnols de Cadix ; 88 000 F chez deux négociants de Lisbonne : les dettes déjà citées auprès de La Colonilla à Madrid, auxquelles s’ajoute un achat de laines en participation avec d’Aguire pour quelque 50 000 F. Et, d’autre part, des dettes nordiques sur la signification desquelles on s’interroge : 354 000 F à Anvers chez Dussumier ; 99 000 F à Hambourg ; 4 000 F à Emden. Dans ces deux derniers cas, s’agit-il d’achats de laines saxonnes, dont l’exportation était assurée par les ports de l’Europe du Nord ?

108Dix ans d’insertion dans le grand négoce international avaient en tout cas permis au Grandin d’Elbeuf, venu chercher à Paris une plus grande fortune, de se constituer un capital immobilier tout à fait respectable. D’abord installé au Marais, rue du Puits, dans une maison valant, en 1806, 60 000 F, il avait acquis en société avec Delon une maison place Vendôme (400 000 F), le Pavillon de l’chiquier (200 000 F), et, à titre personnel, la terre de Crémille (Indre-et-Loire) d’une valeur de 200 000 F et le domaine du Petit-Val sur lequel il devait encore 125 000 F lors de sa faillite : au total, un actif immobilier de l’ordre de 700 000 F sans doute. Nous perdons de vue par la suite Henri Grandin. Sa disparition de la scène commerciale précède de peu, au reste, une transformation des conditions du grand négoce lainier en France.

109Il est un nom absolument étranger aux affaires de Grandin et Carcenac : c’est celui des frères Ternaux. Cette absence a des raisons parfaitement logiques, car elle correspond à une différence fondamentale entre deux types de commerce des laines ayant chacun leur organisation propre.

  • 142 Arch. nat., F12, 618(21). Un extrait de ce mémoire a été pubié par les soins de Bertrand Gille 1963 (...)
  • 143 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 149. Lettre de Ternaux frères à Bourcard fils et Cie, 6 pluviôse an XI.

110Chez Ternaux, celle-ci reposait sur une intégration totale des activités industrielles, commerciales et bancaires, coordonnées à partir d’un siège central parisien, celui de la maison de la place des Victoires. Guillaume Ternaux en a donné lui-même la description dans un mémoire fort connu, de 1807 — à une époque où l’édifice de ses affaires était d’ailleurs loin d’avoir atteint sa plus grande extension142. Parmi les seize établissements qui le constituaient alors, celui de Bayonne était chargé, outre la vente des draps Ternaux en Espagne, de l’achat de première main dans ce pays de toutes les teintures et laines nécessaires à l’alimentation des manufactures Ternaux, et aussi de l’achat de laines en commission pour d’autres maisons. Il s’agissait de la société Chéreau frères, sous commandite des Ternaux, créée en l’an VIII, renouvelée en 1806 avec l’adjonction de la commandite d’un négociant bayonnais, François Bernède. Il semble d’autre part qu’une autre maison, fondée à Bayonne en 1801, ait bientôt périclité, mais qu’un agent des Ternaux, Bénard, ait continué à traiter leurs affaires à Lisbonne et à Porto, affaires qui comprenaient certainement des achats de laines143. L’implantation des manufactures proprement dites à Sedan, Reims et Louviers plaçait certainement les Ternaux dans une excellente position pour faire apprécier et pour écouler les laines fines habituellement consommées dans la fabrication des draps de qualité.

Le commerce des draps

111On retrouve dans ce secteur l’opposition entre les méthodes modernes de vente portées à leur perfection par les Ternaux, et celles d’un négoce indépendant, d’un style plus traditionnel.

  • 144 Arch. de Paris, D 31 U3, 5/107 et 7/101. L’un des quatre manufacturiers privilégiés de Sedan sous l (...)
  • 145 Ibid., 5/48, 6/200, 7/87.

112La maison de la place des Victoires était elle-même (dans le prolongement de l’entrepôt parisien des draps de sa manufacture que Charles Louis Ternaux, le père, était venu créer dès 1782) l’organe central, mis sur pied en 1798 par Guillaume Ternaux à son retour d’émigration, de direction commerciale et financière de l’ensemble des établissements Ternaux. « La maison de Paris, écrivait son chef en 1807, peut être regardée comme le cœur qui reçoit et renvoie le sang dans les veines et les artères. » La vente des draps était plus particulièrement confiée, à Paris, à une série de magasins de détail dont Ternaux attendait sans doute un contact direct avec la clientèle. Le premier paraît avoir été celui de la société la Vigogne144, constituée en août 1805 par Gilles et Legrand sous la commandite des frères Ternaux. Les trois premières années, ceux-ci n’avaient récolté que 10 000 F de bénéfices ; c’est sans doute pourquoi ils firent à la fin de 1808 une nouvelle avance de fonds ; par la suite, l’affaire leur rapporta 34 000 F en 1809, 58 000 F en 1810. Au début de cette année-là, ils financèrent une deuxième société, sous la raison Verguin et Cie, puis Verguin, Lecomte et Cie ; leur commandite était de 30 000 F, les bénéfices devaient revenir pour les deux tiers aux Ternaux, pour un sixième à chacun des deux autres associés ; le magasin était situé au cloître Saint-Honoré145. Une troisième, Damotte jeune et Cie, dans laquelle les Ternaux commanditaient un marchand drapier de la rue Saint-Honoré, paraît dater de la fin de 1811.

113Hors de Paris, le comptoir commercial le plus ancien et le plus brillant, créé au temps de l’émigration et dont les bénéfices devaient permettre aux Ternaux de relancer leurs affaires en France après la Révolution, était celui de Livourne. L’importance du marché italien pour les draps Ternaux eut pour conséquence l’ouverture de deux autres maisons, à Naples en 1801, à Gênes en 1805. En France même trois sociétés contribuaient à l’écoulement des produits manufacturés : outre Chéreau, déjà cité, à Bayonne, c’étaient Jean Devos et Cie, à Bayeux (chargée d’opérer dans huit départements de l’ouest et de tenir les foires de Guibray et de Caen) et Vastey et Touzain, maison de commission à Rouen, commanditée à partir de 1810.

  • 146 Ibid., 8/100. Dissolution le 22 avril 1813.
  • 147 Ibid., 4/143.
  • 148 Ibid., 9/257.
  • 149 Ibid., D 11 U3, 10/662.

114Une forme voisine de la commercialisation des draps, convenant sans doute mieux à des manufacturiers dont les moyens financiers n’égalaient pas ceux des Ternaux, consistait à entrer en société avec un négociant parisien — Paris jouant alors à lui seul le rôle de redistribution — ou, d’une façon encore plus économique, à constituer un dépôt de marchandises chez un négociant resté tout à fait indépendant. D’assez nombreux témoignages de la première pratique se retrouvent dans les actes de société de l’époque napoléonienne. Ainsi en l’an XII une société Lefort, de Lozière et Bisse réunit-elle un négociant de Paris, un négociant de Verviers et un fabricant d’Elbeuf146. En 1808, une société Deschamps fils et Lemaire « pour la fabrication et la vente des draps » associe un fabricant de draps à Elbeuf encore, et un négociant de Paris, chacun gérant l’une des parties de la maison147. Une société de 1813 nous est présentée d’une façon plus explicite148 : il s’agit de Sébirot et fils et Tremeau et Cie. Le premier, fabricant de draps à Louviers, apporte 125 000 F représentés par les machines, les matières premières et les draps confectionnés. Le second s’engage à faire toutes les avances de fonds pour la fabrique, pour l’approvisionnement et pour la paie des ouvriers, se remboursant au fur et à mesure sur les ventes puisqu’il se charge de toute la partie commerciale — achat des matières premières et vente des produits fabriqués. C’est sans doute encore au même type d’association qu’il faut rattacher le cas de François Millias et Cie, failli en décembre 1799, et qui, antérieurement, a été l’associé commanditaire de Bacot père et fils, manufacturiers à Sedan149. Toutefois, dans ce dernier cas, on observe que la maison de Paris faisait porter ses transactions sur bien autre chose que les draps de Bacot, et même de Sedan, puisque les créances de ses fournisseurs se répartissent comme suit : Sedan 19 537 F, Roër 14 828 F, départements belges 5 375 F, République batave, 19 879 F ; au surplus, Millias se fournit également de seconde main chez les négociants parisiens, et ses dettes concernent aussi bien des achats de laines (9 000 F à Aix-la-Chapelle, autant chez Grandin et Delon).

  • 150 Ibid., D 31 U3, 4/125 ; Déséglise, négociant, 3 cul-de-sac des Bourdonnais, et Beis-sel, négociant (...)

115Cet exemple introduit, déjà, à la catégorie toujours très active des traditionnels marchands drapiers parisiens, qui achètent et revendent dans tous les horizons, hors de toute attache avec un manufacturier particulier — sauf à signaler sur leur papier à correspondance qu’ils tiennent le dépôt de telle fabrique réputée, lorsqu’il s’agit, par exemple, de Poupart ou de tout autre dont les draps sont très recherchés. Les actes de société montrent que la période napoléonienne paraît avoir connu des associations entre marchands parisiens et marchands des grands centres de production : on en relève notamment avec Aix-la-Chapelle. Verviers, indice de la pénétration des draps belges et rhénans sur le marché français — pénétration qu’illustre, d’autre part, l’analyse des bilans de faillite. Une autre association de ce type réunit trois négociants parisiens, groupant 350 000 F de capital, qui installent deux maisons de commerce, l’une à Paris et l’autre à Reims150. Bien plus courant reste toutefois le négociant en draps, purement parisien, élément de ce milieu marchand dont l’étude des actionnaires de la Caisse d’Escompte du Commerce a fait ressortir le poids économique et le prestige social.

116Dans l’ensemble, les drapiers parisiens se consacrent à peu près exclusivement à la redistribution des fabrications de qualité livrées par les manufactures du nord de la France et des départements annexés. Cependant, parmi les plus importants de ceux dont on possède des bilans, on constate que les uns limitent leurs achats aux productions de la France proprement dite, tandis que les autres donnent au contraire l’essentiel de leurs soins aux draps des départements annexés. Cette répartition des tâches, constante à travers toute la période étudiée, n’empêche pas de constater, ne serait-ce que d’une façon très impressionniste, ce que l’on sait par ailleurs : les transactions les plus massives portent sur les draps belges et rhénans, dès l’époque du Directoire. En voici quelques exemples.

  • 151 Arch. de Paris, D 11 U 3 , 7/446. Originaire de Rué, dans la Somme, Fruitier est par ailleurs comma (...)

FRUITIER Jean Jacques151, bilan du 23 mars 1799.

FRUITIER Jean Jacques151, bilan du 23 mars 1799.
  • 152 Ibid., D 11 U3, 49/1060.

117A l’autre terme de notre période, des traits analogues se retrouvent dans la faillite de Pouchin frères, marchand de draps de la rue des Bourdonnais, en plein cœur de ce quartier des drapiers dont l’axe est la rue Saint-Honoré à la hauteur des Halles. Le bilan est du 1er juin 1814152 : il appartient à la crise du printemps de 1814, au cours de laquelle le rétablissement des courants normaux de circulation des marchandises en Europe provoque une baisse des prix et une dépréciation des stocks de marchandises brutes et ouvrées extrêmement préjudiciable à maint fabricant ou commerçant ; très marquée sur les cotons, cette baisse affecte fortement les laines aussi : l’un des syndics de ces faillites évalue en note à 15 % la perte sur les draps. Ce Pouchin est un Normand ; un de ses parents est propriétaire à Yvetot, un autre marchand à Rouen. On lui trouve près de 22 000 F de dettes auprès de marchands de cette ville, 21 000 auprès des fabricants rémois ; une autre créance de 27 000 F à Montargis correspond peut-être, en revanche, à des achats de laines. A côté de cela, une créance inférieure à 2 000 F d’un fabricant d’Aix-la-Chapelle. A ces fournitures paraissent correspondre des ventes qui, elles aussi, sont surtout parisiennes ou effectuées dans un rayon régional relativement proche, n’excédant pas la Normandie, les départements de la Loire et de l’ouest.

  • 153 Ibid., 4/226.

118Mais d’autres affaires plus actives présentent comme une image inverse des précédentes. Voici, du 8 mars 1798, la faillite de Morat et Moireau, marchands de draps et de laines rue des Deux Boules153(passif total : 995 000 F ; stock : 395 000 F). La région verviétoise vient ici en tête avec 290 000 F de fournitures, suivie d’Aix-la-Chapelle (127 000 F). Sedan (99 000 F), Monjoie (48 000 F), puis Eupen, Maastricht, Reims. Plus tard (1804, 1805, 1814) trois autres bilans de négociants importants viennent nous confirmer une répartition de même type.

  • 9 Arch. de Paris, D 11 U3, 26/1753-1754.
  • 10 Ibid., 28/1960.
  • 11 Ibid., 50/1078.
  • 12 Hodimont, Francomont, Ensival, Chaineux.
  • 13 Borscheidt (Borcette), Monschau (Monjoie), Eupen, Duren, Stolberg.

Note 19
Note 210
Note 311
Note 412
Note 513

  • 154 Ibid., 50/1076.
  • 155 A rapprocher encore de ces exemples, le cas du marchand-commissionnaire Delan-nois (inventaire aprè (...)

119Leguerney, négociant rue Montmartre, tenait le dépôt des draps de Poupart au début du Consulat ; en outre, la liste de ses créanciers rémois est un véritable répertoire de la fabrique locale. Bonnet, rue des Deux Boules, et Fernel, rue Saint-Honoré, en offrent autant pour Elbeuf et Louviers et les centres nordiques. Un autre bilan, du 28 mai 1814, fait apparaître une structure un peu différente mais non moins instructive : c’est celui de Guichenot, marchand rue Baillet154. Sur un passif total de 356 000 F, il y a en effet 106 000 F de créances de Verviers et de ses environs, dont 39 000 au profit d’un seul fabricant, Sauvage, de Verviers ; et 93 000 F de créances appartenant aux négociants parisiens (dont 26 000 F à Moireau, renfloué sans doute depuis la faillite de 1798) ; les autres centres de la production française sont pratiquement absents155.

  • 156 Arch. de Paris. D 11 U3, 3/179. En 1810, on voit également se constituer une société pour le commer (...)

120Les bilans renseignent plus mal sur les ventes. Toutefois le cas de Leguerney paraît assez éclairant. Sur un stock de 74 000 F de marchandises, il en a 63 000 à Bordeaux, ville sur laquelle il détient en outre pour 69 000 F de créances. Par là, on a tout lieu de penser que c’est en fait sur le marché ibérique que Paris opère. Impression que confirment d’autres bilans. En 1797, la faillite de Duplessis, Duvair, Wolff et Cie comporte à l’actif 50 000 F de marchandises en Espagne, des créances sur Malaga et Madrid, ainsi d’ailleurs que sur Palerme156. Au total, à l’époque napoléonienne, Paris joue, pour autant qu’on puisse en juger, un rôle de redistribution des draps fins du nord-ouest et du nord-est de l’Empire non seulement sur son propre marché, lui-même gros consommateur, mais sur une France de l’ouest et du sud-ouest qui laisse en dehors de sa sphère commerciale une autre moitié de la France où, sans doute, Lyon et son puissant commerce de commission devaient remplir un rôle identique. Au delà, comme on l’a déjà vu à propos du commerce des toiles peintes, c’est par l’intermédiaire de Bordeaux que la réexportation parisienne s’articule sur des marchés plus lointains, encore que des liaisons directes aient pu exister.

Notes

1 Sur les antécédents de cette firme, voir Bergeron 1970 a.

2 Voir Du Pasquier 1974.

3 Cf. Dreyer 1924, p. 63 sq. et 78. Cet auteur indique que le nombre des ouvriers indienneurs recula de 1513 en 1799 à 926 en 1805 et ne dépassa guère 700 à partir de 1806. Sur ces ouvriers, voir Caspard 1969. D’après une note trouvée dans les papiers de cette fabrique, sa production aurait évolué comme suit :
Image 1.jpg

4 Il est prévu que les comptes de fonds, de dépôts et les comptes courants porteront intérêt à 4 % ; que les profits seront laissés dans le commerce jusqu’à la fin de la société et porteront également intérêt à 4 %.

5 Soit : Paul Coulon, 568 600 livres ; Paul Louis Carbonnier, 169 000 ; Meuron, 100 000 ; Paul Louis Auguste Coulon, 67 400.

6 A. É. de Neuchâtel, fonds Pourtalès, IV1. Par ailleurs la fabrique de l’ancienne abbaye de Royaumont (filature et tissage de coton) manufacture des calicots pour l’impression, pour le compte de Soëhnée, jusque vers 1812-1813.

7 Jean Michel Soëhnée est lui-même né en 1741 à Rhodt, dans le Palatinat, dont les marges méridionales faisaient alors partie de l’Alsace ; il a épousé en 1764 Suzanne Élisabeth Stahl, fille d’un négociant de Landau — berceau également de la famille Schouch. L’aînée des filles Soëhnée, Marie Charlotte, a épousé un négociant de Francfort, Georges Michel Hertzog.

8 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1041, 16 octobre 1809.

9 Signalons, pour en finir avec les épigones de Pourtalès et Cie, une quatrième société, dont l’implantation n’est pas parisienne cette fois : il s’agit de Hennig et Cie, à Neuchâtel et Livourne, où l’on retrouve le Neuchâtelois François Guebhard et les Genevois François et Pierre Senn.

10 Sur cette affaire, cf. Dermigny 1960, t. I, p. 247 sq. et Liithy 1969, t. II, p. 667 sq.

11 L’obscurité de nos sources nous conduit peut-être à opérer une confusion — qui reste donc à éclaircir — entre Jean Joseph Johannot et son frère cadet Jean Louis, et à attribuer au premier des éléments d’une carrière économique qui appartiendraient en réalité au second.

12 Arch. nat., M.C.N., XIX, 922, 2 frimaire an XI.

13 Depuis 1794, Jean Étienne Petit et Marc Jérémie Senn, respectivement gendre et fils aîné de François Louis Senn, y ont une fabrique en pleine activité, prolongée par deux comptoirs commerciaux à Lyon et à Mulhouse. A. É. de Neuchâtel, fonds Pourtalès, II14. « Notre ville ne fournit plus les ressources qu’elle avait autrefois, le dépôt est extrêmement rare et jamais à long terme, de sorte que quelquefois on peut se trouver dans la gêne », dit une lettre de Petit-Senn à Jacques Louis Pourtalès, sollicité en 1798 de placer des fonds en commandite. Sans doute le retour de David Sen avait-il notamment pour but d’élargir le capital de la maison.

14 Sur les Perier, cf. Barrai 1964.

15 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/206, 5/200, 7/2.

16 Avec laquelle Jacques Bidermann conserve d’ailleurs le lien d’une commandite.

17 On retrouve Jean Joseph Rousseau comme commanditaire (pour moitié d’un capital de 96 000 F) de la société G. Bardel et A. Andelle et Cie, formée en 1806 pour le commerce en gros des mousselines, toiles de coton, etc. Andelle est un neveu de Rousseau. Bardel ne tardera pas à jouer un rôle important comme porte-parole des intérêts du textile auprès du pouvoir central. La société Bardel, Andelle et Cie, qui déclarait prendre la suite de Tiberghien et Cie, semble s’être prolongée à partir de 1812 dans une société Laimant et Bardel (Arch. de Paris, D 31 U3, 3/401 et 5/193).

18 Ibid., 5/156.

19 François Fidel Hennecart neveu et Jacques Decaix, rue des Jeûneurs, associés depuis le 8 novembre 1792 pour le commerce des mousselines. Arch. nat., M.C.N., XXVIII, 601, 26 vendémiaire an X.

20 Revil, rue du Sentier, associé à partir de 1808 à ses fils Jean Étienne et Dominique Narcisse ; société au capital de 240 000 F, dont 120 000 F de commandite paternelle. Arch. de Paris, D 31 U3, 4/151.

21 Ainsi note-t-on, dans la correspondance de la maison Coulon de Paris, le 19 juillet 1805 : « Monsieur Revil qui, en achetant majeure partie de la seconde main, se trouve presque toujours figurer dans les faillites pour de fortes sommes… » (A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 174/XVII.)

22 Arch. de Paris, D 11 U3, 48/27 et D 31 U3 » 8/12 ; S.W.A., Bâle, Segerhof, U 1.

23 Ibid., F 217.

24 Les créanciers, convaincus que Hedelhofer avait été victime des circonstances, devaient lui faire remise de 70 % de ses dettes et lui donner des délais pour les 30 % restants (6 avril 1809) ; de fait, les bonnes créances actives se montaient à 122 000 F et les créances chirographaires passives à 208 000 F, tandis que les créances actives douteuses montaient à 89 000 F et les pertes à 134 000 F.

25 Cette puissante société du 21 thermidor an XIII « pour exercer le commerce des toiles de coton blanches et peintes, la commission de marchandises et la banque » a, grâce à ses commanditaires genevois puis parisiens, un capital de 300 000 F au départ, de 545 000 F en 1808, et peu après de 940 000 F.

26 Arch. de Paris, D 31 U3, 6/55.

27 Ibid., 7/128.

28 Ibid., 6/24.

29 Ibid., 8/14.

30 A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 48/III et 49/II.

31 Ibid., 46/III. La société, conclue pour neuf ans est pour la commission en tous genres et la banque, au capital réparti comme suit :
Image 12.jpg
chacun des associés commanditaires déposant en outre 20 000 livres, et tous les associés ayant en outre un compte courant. Tous les comptes portent intérêt à 5 % mais les profits restent dans la société.

32 Paul Coulon avait toujours porté une affection particulière à Jacques Coulon, dont il avait soutenu financièrement les affaires bien avant son entrée dans cette société.

33 A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 18/E 1, lettres de la maison de Paris, 1796.

34 Ibid., 18 octobre 1796.

35 Ibid., 166, XXII.

36 Ibid., 167, XXI.

37 Ibid., 168, XV.

38 Par Rotterdam et Bruxelles, les frais, rendus à Paris, n’excèdent pas 20 % du prix d’achat ; aussi cette voie paraît-elle préférable aux Coulon pour l’introduction des toiles les plus communes. Les qualités les plus chères peuvent supporter le détour par Emden.

39 A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 170, lettre du 8 mai 1801.

40 Ibid., 19 juin 1801.

41 Ibid., 3 septembre 1801.

42 Ibid., 15 septembre 1801.

43 Ibid., 27 juillet 1801.

44 Terrisse est un associé de Vaucher Du Pasquier.

45 Ibid., 21 septembre 1801.

46 Ibid., 30 septembre 1801.

47 Voir chapitre IX.

48 Ibid., 171/XXIV, 26 janvier 1802.

49 Ibid., 2 février 1802.

50 Ibid., 5 février 1802.

51 Ibid., 5 février 1802.

52 Ibid.

53 Ibid., 172/XXIV, 1er février 1803.

54 Ibid., 29 mars 1803.

55 Ibid., 173/XXI, 14 avril 1804.

56 Ibid., 2 mai 1804.

57 Ibid., 12 mai, 30 mai et 1er juin 1802.

58 Ibid., 172/XXIV, 4 et 10 novembre 1803.

59 Ibid., 171/XXIV, 6 avril 1802.

60 Ibid., 30 août 1802.

61 Ibid., 172/XXIV, 4 et 5 janvier 1803.

62 Ibid., 21 mai 1803.

63 Ibid., 173/XXI, 5 et 11 septembre 1804.

64 Ibid., 172/XXIV, 24 mai 1803.

65 Ibid., 17 juin 1803.

66 Sur les tarifs du Consulat et de l’Empire, voir Dufraisse 1974.

67 Ibid., 2 novembre 1803.

68 Ibid., 22 novembre 1803.

69 Ibid., 173/XXI.

70 Ibid., 10 mai 1804.

71 Ibid., 1er juillet 1804.

72 Ibid., 26 octobre 1804.

73 Ibid., 21 novembre 1804.

74 Médard épouse en 1807 une demoiselle Filliettaz.

75 La maison a Jean Pierre Vieusseux parmi ses associés. Un Jean François Sautter (famille originaire de Saint-Gall) est déjà négociant à Bruxelles et Anvers sous l’Ancien Régime (cf. Lüthy 1969, t. II). La filiale de Paris sera liquidée en 1806.

76 « Cette maison est ici avantageusement connue », écrit la maison de Paris à Neuchâtel le 24 avril 1804 (173/XXI).

77 A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 174/XVII, 28 janvier 1805. Les frères Merian, par exemple, vendent à 10 % de bénéfice et consentent jusqu’à quatorze mois de terme (Ibid., 20 mai 1805).

78 Ibid., 174/XVII.

79 Ibid., 19 septembre 1805.

80 Ibid., 19 septembre 1805.

81 Ibid., 175/II, 18 janvier 1806.

82 Ibid., 25 janvier 1806. Aussi la mévente s’installe-t-elle à Londres : en septembre de la même année, il reste près de 40 000 balles dans les magasins de la Cie des Indes. En décembre, Rougemont et Behrends écrivent « que les affaires sont entièrement mortes et suspendues, qu’ils n’ont d’autre communication avec le continent que par Lisbonne, et des fois avec la Hollande au moyen des bâteaux pêcheurs ».

83 Ibid., 22 février 1806.

84 Ibid., 25 décembre 1806.

85 Ibid.

86 Ibid., 175/VIII, 3 février 1807. Paul Coulon avait placé chez Soëhnée 40 000 livres de Suisse à 6 % ; il doit, pour conserver le dépôt, consentir seulement 5 % à partir du 1er janvier 1808 ; fin 1809, alors que Coulon est prêt à renouveler, Soëhnée répond : « Comme les affaires en général ne nous y encouragent pas, nous préférons retirer notre engagement chez vous. » Ibid., 176/XI.

87 Ibid., 175/VIII, 4 avril 1807.

88 Ibid., 16 avril 1807.

89 C’est-à-dire en estimant le capital à vingt-cinq fois le revenu : plus l’estimation du revenu est basse, plus le capital se trouve valorisé.

90 Ibid., 9 mai 1807 ; Paul Coulon acquiert en 1807 le domaine de Malessert et celui d’Éclepens dit château dessus ; en 1808, celui d’Éclepens dit château dessous.

91 Ibid., 176/V.

92 Ibid., 176/IX, 1er mars 1809.

93 Ibid., 27 mai 1809. « Nous sommes tous à l’ouvrage à six heures du matin et travaillons presque journellement jusqu’à onze heures, minuit. »

94 Ibid., 8 août 1809.

95 Louis Dellient, Georges François Mandrot et Cie, société en commandite pour le commerce de commission en marchandises, formée à Paris en 1807. « Les cotons en laine et surtout ceux du Brésil sont aujourd’hui un des objets les plus considérables du commerce de Paris ; ils forment la branche la plus importante des affaires dont nous nous occupons. » (Circulaire.) La commandite est faite par deux maisons d’épicerie en gros et de commission de Morges : Dellient et Blanchenay, et De Luze et Mandrot frères. Ce De Luze estun Neuchâtelois, ancien associé de De Luze et Cie, de Neuchâtel, et de Laué, De Luze et Cie, de Wildegg (Suisse) et Francfort-sur-le-Main, maisons de commerce des indiennes. Mandrot est allié à la famille Pourtalès.

96 Guebhard père, après avoir géré pendant trente-deux ans la maison F. Wagner et Cie, indienneurs à Soleure, a formé à Neuchâtel et Paris, le 1er mai 1797, avec ses fils Charles et Louis, une maison pour spéculer « tant en banque qu’en marchandises » ; à partir de 1806 elle paraît en fait s’être spécialisée, au moins temporairement, dans la banque. Les Guebhard sont entrés en 1798 en commandite dans la société Hennig et Müller (commerce des « toiles peintes et autres toileries ») ; en 1802 cette société, à laquelle participait également la maison Joseph Guigues et Cie de Livourne, est devenue la firme Senn, Guebhard et Cie, à Livourne. Louis Guebhard est le beau-frère de François de Meuron ; il poursuivra sous son seul nom à Paris les affaires de banque après 1812, la maison de Neuchâtel étant d’autre part liquidée.

97 La société Boyve, Pannifex et Cie est au capital de 300 000 F : 100 000 pour chacun des deux associés gérants, 50 000 pour chacun des deux commanditaires, qui appartiennent à la famille Pourtalès. Ayant pris son essor, elle s’adjoindra en 1813 un troisième associé gérant, Udriet, de Neuchâtel, et deux commanditaires, Ver-donnet, de Neuchâtel, et Rœck, de Hambourg. Le capital sera alors de 512 500 F : 237 500 pour les gérants, 275 000 pour les commanditaires.

98 Voici d’après la balance du 31 décembre 1813, la répartition des capitaux engagés dans l’affaire à divers titres (en F) :
Image 13.jpg
Ainsi donc Paul Coulon père détient-il 57,2 % de tout le capital exigible. Les cinq premiers associés, qui sont les participants de la première société Coulon, détiennent 58,5 % du capital social et 74,5 % du capital total. Les seules autres interventions financières vraiment importantes sont celles de Pourtalès et d’Oppermann (sur ce dernier, voir section C, p. 189 sq. A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 52/III).

99 Ibid., 177/II, 5 juin 1810.

100 Ibid., 24 juillet 1810.

101 Ibid., 22 décembre 1810.

102 Ibid., 177/VI et 177/IX.

103 Ibid., 52/III.

104 « J’ai à présent 87 ans, la vue, l’ouïe, la mémoire ainsi que le peu de forces qui me restent m’abandonnent, je ne signe plus que difficilement mon nom, la correspondance me devient pénible. » Lettre à Picot-Trembley, 25 février 1809, A. É. de Neuchâtel, fonds Pourtalès, 2/VIII.

105 Seul en ce qui concerne la gestion, sans doute ; on a déjà trouvé plus haut, dans l’histoire de la maison Coulon, les preuves indirectes de sa très grande activité de courtier. Mais les conditions financières de son commerce demeurent obscures : il est possible en tout cas que ses capitaux personnels ne se soient pas trouvés seuls engagés. En effet, on trouve dans le dossier 3/VII du fonds Pourtalès une brève note, fort peu explicite, que nous reproduisons telle quelle :
Image 14.jpg
— Pour 1803-1805, 3 350 000 F (Bidermann réduit à 400 000, Jacques Roman à 300 000, Sautter à 50 000, tandis que Jacques Odier intervient pour 100 000). Faut-il donc supposer que les plus grands noms du commerce suisse des toiles — du commerce genevois, bâlois, saint-gallois — avaient confié au « roi » incontesté de ce genre d’affaires le soin de faire fructifier d’importants capitaux en commandite ? Cette formule d’association (dont nous n’avons pas retrouvé l’acte constitutif, en tout cas) était, si elle a existé, fort différente de celle que le grand Pourtalès avait suivie pendant sa longue carrière antérieure.

106 A. É. de Neuchâtel, fonds Pourtalès, dossier 9.

107 Ibid., dossiers 23 et 24.

108 Arch. nat., M.C.N., CXVII, 995.

109 Ibid.

110 Arch. de Paris, D 31 U3, 3/468, et Arch. nat., M.C.N., 7 avril 1807. Approbation comme société anonyme le 27 octobre 1808.

111 Arch. de Paris, D 31 U3, 3/480.

112 Alexandre François Vincent Perdonnet, originaire de Vevey, commis chez Mallet en 1789, a fait fortune dans le négoce à Marseille pendant la Révolution, et rempli dans cette ville les fonctions de commissaire des relations commerciales de la République helvétique (1800). Il s’installe ensuite comme agent de change à Paris.

113 Manufacture de toiles peintes de Frédéric Blech, d’abord associé à Jean Vetter, puis (1796) à Daniel Schlumberger ; en 1803 sont entrés dans la société Jean Ulrich, frère de Daniel, François Joseph Blech et Ziegler Blech.

114 Sous son exploitation, la production des établissements de la forêt de la Guerche, près de Pouancé, passe entre 1804 et 1810 de 3 à 5 ou 600 000 kg de fer, et de 100 à 200 000 kg de fonte (cf. Chabert 1949, p. 135). Peut-être cet essor fut-il dû au soutien financier de Jacques Louis Pourtalès.

115 Marmod père, dès avant 1789, avait créé à Nancy une filature et un tissage de coton, faisant tisser à Rothau et filer à Fénétrange ; ultérieurement, il avait encore créé deux teintureries à Nancy et à Jarville, une filature et une teinturerie dans l’abbaye de Domèvre en 1805, une filature à Senones. Marmod frères (ses deux fils) reprit tous ces établissements, dont le principal était, avec ses 1 700 broches, celui de Domèvre. Pourtalès leur prête entre 150 et 200 000 F, pendant cinq ans au moins. Marin et Cie reprend la manufacture de Bosserville près de Nancy, installée en 1798 dans une ancienne chartreuse, sous la commandite notamment de Jean Kœchlin père, de Mulhouse. Pourtalès prête environ 60 000 F à cette fabrique de toiles peintes. Marin l’aîné, l’un des fondateurs de cette même fabrique, avait pour sa part également profité de la Révolution et de la vente des biens nationaux pour créer une fabrique de draps (principalement pour les besoins militaires) ; Pourtalès lui fait une avance de 30 000 F. Cf. Thiry 1958.

116 Faillites rouennaises, également : ainsi celle de Liesse et Vacassin, en 1805, qui doivent plus de 100 000 F à Pourtalès. Cette fabrique d’indiennes s’était trouvée gênée par le soutien accordé par Liesse à son beau-frère Hutrel, négociant et commissionnaire en toiles peintes, soutien pour lequel 400 000 F d’hypothèques avaient été acceptées (A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 174/XVII). D’après l’inventaire de sa succession, Jacques Louis Pourtalès a perdu, en juillet 1806, 130 597 F dans la faillite de J. F. Vandamme et Cie de Bruxelles, et en décembre 1810, 347 738 F dans celle de Lousberg, de Gand.

117 A. É. de Neuchâtel, fonds Pourtalès, 3/V.

118 Ibid., 2/XII, lettre du 10 septembre 1794.

119 Ibid., 2/VII.

120 Pourtalès le père a constitué à ses fils une fortune de rentiers, alors que la sienne propre reste une fortune d’homme d’affaires. Toutefois, il importe de mentionner que les valeurs mobilières étrangères au commerce y tiennent tout de même une place importante. Pourtalès le père est un des plus gros actionnaires de la Banque de France (600 actions en 1808). L’inventaire de sa succession fait apparaître, sur un actif total de 13 900 000 F, près d’un million et demi de valeurs étrangères : 676 000 F de fonds américains ; 528 000 F de fonds autrichiens (obligations des États de la Basse-Autriche de 1795 ; obligations impériales de l’emprunt de 1798 ; obligations du canal de Hongrie ; une obligation du prince Esterhazy de Galanta) ; 78 000 F de fonds prussiens ; 203 000 F de fonds d’Empire (obligations de Francfort, Darmstadt, Baden). Avant de les partager entre ses fils, Pourtalès avait détenu jusqu’à 600 000 F de rentes perpétuelles en 5 % consolidé (1804).

121 Cf. notamment Bourde 1967.

122 Arch. de Paris, D 11 U3, 50/1074, 14 mars 1814.

123 Ibid., 15/1091, 27 mars 1802.

124 Sur le commerce de la laine à Orléans, voir Lefebvre 1962, pp. 97-99.

125 Arch. nat., F12, 509-510, note du 11 fructidor an IV sur Henri Grandin.

126 Kaplow 1963.

127 Dardel 1963, p. 150.

128 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/189, dissolution de la société Van Robais, Amelin et Cie, 10 frimaire an XI ; Bruno 1964 ; Arch. nat., M.C.N., XXVI, 872, 9 frimaire an XI. Van Robais paraît être venu s’installer à Sedan en 1807, en un temps où l’exportation vers les pays conquis favorisait une relance de l’industrie lainière.

129 Arch. de Paris, 6 U3, 11, 4 fructidor an VIII.

130 Les principaux commissionnaires en laines de Bayonne sont alors Cabarrus père et fils, Poydenot frères, Batbedat, Faurie et Cie, Lalane et fils, Miramon et Cie.

131 Arch. nat., M.C.N., XXVI, 875, 24 et 26 prairial an XI.

132 Arch. de Paris, D 3 U3, 99, société du 17 messidor an VII.

133 Ibid., D 31 U3, 1/68.

134 Ibid., 1/84.

135 Cf. Fugier 1924.

136 Arch. de Paris, D 31 U3. 2/361.

137 L’actif de Geyler et Jordan fait apparaître une créance de 123 000 F sur la Cie des Laines, et signale des pertes éprouvées sur un envoi de laines à Bristol.

138 Arch. de Paris. D 31 U3, 32/2116, 4 janvier 1806 ; Arch. nat., M.C.N., XXVII, 886, 11 janvier 1806 — 14 février 1806.

139 Les Carcenac étaient une famille du Midi dont les représentants paraissent avoir essaimé dans des directions très différentes puisqu’on en retrouve à Marseille, à Rouen, à Reims — et à Paris.

140 Arch. de Paris D 31 U3, 1/175, 3 nivôse an XI.

141 D’autre part, Hervas et Récamier avaient ouvert crédit, par acceptations à des traites de divers pour leur compte endossées par eux, à Grandin et Carcenac pour pràs de 1 400 000 F. Or la moitié environ de ces traites étaient issues de faillis.

142 Arch. nat., F12, 618(21). Un extrait de ce mémoire a été pubié par les soins de Bertrand Gille 1963, pp. 71-72.

143 S.W.A., Bâle, Segerhof, F 149. Lettre de Ternaux frères à Bourcard fils et Cie, 6 pluviôse an XI.

144 Arch. de Paris, D 31 U3, 5/107 et 7/101. L’un des quatre manufacturiers privilégiés de Sedan sous l’Ancien Régime, Paignon, avait lui aussi fabrique à Sedan et maison de commerce à Paris, rue du Mail.

145 Ibid., 5/48, 6/200, 7/87.

146 Ibid., 8/100. Dissolution le 22 avril 1813.

147 Ibid., 4/143.

148 Ibid., 9/257.

149 Ibid., D 11 U3, 10/662.

150 Ibid., D 31 U3, 4/125 ; Déséglise, négociant, 3 cul-de-sac des Bourdonnais, et Beis-sel, négociant à Aix-la-Chapelle, 24 000 F de capital, dissolution au 1er juillet 1812 (Ibid., 7/122). Ibid., 4/43 : Vignes, négociant rue de Cléry et Heuten, négociant à Aix, société du 17 octobre 1807, dissolution au 13 mars 1809. Ibid., 7/156 : Lyon et Michel Abraham, négociants rue de Montmorency, et Lazare Cahen, négociant à Verviers, société du 10 août 1812, pour « le commerce dans les rouenneries, impressions et autres articles divers, ainsi que la vente de draperies et casimirs », au capital de 120 000 F. Ibid., 7/49 : Frémont, Vve Lefébure, Bory et Cie, négociants des rues Thibautodé et d’Argenteuil, société du 10 janvier 1812 ; sur 350 000 F de capital, 250 000 sont apportés par des commanditaires non nommés. A signaler encore une société Sriber frères, dans les années 1800, associant deux négociants, l’un de Paris, Abraham, l’autre Moyse, de Strasbourg, pour le commerce de la draperie (Ibid., 6/143).

151 Arch. de Paris, D 11 U 3 , 7/446. Originaire de Rué, dans la Somme, Fruitier est par ailleurs commanditaire pour l / 6 e dans l'affaire de Davin, Leleu et Delcambre, qui est importante dans le commerce de la passementerie et de la rubannerie. Avant 1789, Fruitier a été en société avec Christian Frédéric Maillot et Gabriel Damemme. Le premier — qui fut plus tard directeur de la Caisse d'Escompte du Commerce — est apparenté au second, qui fut aussi juge au tribunal de commerce de la Seine, et épousa une Marchandeau, fille d'un négociant de Tours (cf. Arch. nat., BB30, 1002).

152 Ibid., D 11 U3, 49/1060.

153 Ibid., 4/226.

154 Ibid., 50/1076.

155 A rapprocher encore de ces exemples, le cas du marchand-commissionnaire Delan-nois (inventaire après décès du 1er thermidor an VIII, Arch. nat., M.C.N., IX, 858) dont les commettants se répartissent comme suit :
Image 23.jpg

156 Arch. de Paris. D 11 U3, 3/179. En 1810, on voit également se constituer une société pour le commerce en gros de la draperie, Jourdain-Michelans et frère, rue des Mauvaises Paroles, qui en 1812 prend de l’extension par la création d’une maison de commerce à Naples : autre témoignage d’un effort de conquête du marché — des marchés — italiens (Ibid., 6/49 et 7/141).

Notes de fin

1 Arch. de Paris, D 11 U 3, 22/1550.

2 Ibid., 28/1934.

3 Ibid., 29/2007.

4 Ibid., 7/486.

5 Ibid., 35/2338 et 2339.

6 Taux annuels calculés sur le capital initial augmenté des bénéfices, laissés dans la société jusqu'à son terme.

7 « La maison va bien, ils ont fait en 1815, 115 200 F de bénéfices », note l'inventaire de l'hoirie Pourtalès au 31 décembre 1815.

8 Dutfoy a repris au début de 1810 l'ancienne fabrique de J.P. Brenier.

9 Arch. de Paris, D 11 U3, 26/1753-1754.

10 Ibid., 28/1960.

11 Ibid., 50/1078.

12 Hodimont, Francomont, Ensival, Chaineux.

13 Borscheidt (Borcette), Monschau (Monjoie), Eupen, Duren, Stolberg.

Table des illustrations

Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Note *2
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Note *3
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Note *4
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Note *5
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Première société
Légende Note *6
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Seconde société
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 9. Coulon et Cie, courbe du profit, 1796-1808.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Note *7Note **8
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre FRUITIER Jean Jacques151, bilan du 23 mars 1799.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Note 19Note 210Note 311Note 412Note 513
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/220/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540