Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Phantasia

Dossier : Phantasia

Phantasia : apparaître, apparence, apparition

Jean-Louis Labarrière

Texte intégral

1Les quatre études ici proposées sont issues d’un séminaire, suivi de diverses tables rondes, qu’avec Françoise Frontisi-Ducroux et François Lissarrague j’ai animé au Centre Louis Gernet. Intitulé « Phantasia chez les Grecs » et sous-titré « Les représentations de l’image », ce séminaire et ces tables rondes ont eu pour fin de mettre au cœur de nos réflexions les questions de l’« image » et de l’« imagination » en confrontant ce que, venus d’horizons divers, nous pouvions trouver à nous dire sur ces questions en tant que spécialistes des images ou des textes littéraires et philosophiques. L’idée directrice de nos travaux fut celle-ci : parviendrions-nous à mettre en évidence un lien entre, par exemple, le travail des peintres de vases et les réflexions de Platon ou Aristote sur les « images » ? Autrement dit, comment passer des « images » que nous pouvons encore voir aux diverses théories relatives aux « images mentales », si c’est bien ce dont nous parlent les philosophes, ou, tout simplement, aux diverses théories relatives à la vision et aux illusions optiques ?

2En effet, si le terme phantasia doit être apparenté à phainô [φαίνω], « faire paraître à la lumière » (phôs [φῶϛ]) et, bien plus encore, au moyen phainomai [φαίνομαι], « venir à la lumière, apparaître », le terme phantasia doit aussi être rapporté à phantazomai [φαντάζομαι], « devenir visible, apparaître, se montrer », et il faut encore relever que phantazô [φαντάζω], « rendre visible, présent à l’œil ou à l’esprit », n’existe pas à l’actif avant l’époque hellénistique et n’acquiert le sens d’imaginer qu’à partir du Ier ou IIe siècle de notre ère comme chez l’auteur du Traité du sublime ou chez Alexandre d’Aphrodise. Hérodote, du reste, employait le verbe phantazomai pour signifier tout simplement « se montrer » (Hist. IV, 124, où il est dit que les Perses ne voient plus les Scythes car ils avaient disparu, ἀφανισθέντων, et ne se montraient plus, οὐκέτι ἐφαντάζοντο) ? On comprend mieux ainsi le célèbre énoncé d’Aristote : « Puisque la vue (ὄψιϛ) est le sens par excellence, [la phantasia] a tiré son nom de lumière (φάοϛ), car sans lumière il est impossible de voir (ἰδεῖν) » (De Anima, III, 3, 429 a 2-4). Où l’on voit d’emblée que le terme a originellement bien peu affaire avec notre moderne imagination, reproductrice ou créatrice, et sans doute encore moins avec la « folle du logis » chère à Malebranche ou avec la « maîtresse d’erreur et de fausseté » de Pascal. Ce dont, au demeurant, Hobbes, l’auteur de la fameuse théorie de l’imagination comme decaying sense, « sensation en voie de dégradation (sensio deficiens, sive phantasma dilutum et evanidum) » (Léviathan, I, ii) était lui-même bien conscient :

3« Après que l’objet a été ôté, ou l’œil fermé, nous gardons encore une image (image, imaginem) de la chose vue, moins distincte cependant que lorsque nous la voyons. Et c’est là ce que les Latins appellent imagination (imagination), à cause de l’image produite par la vision ; et ils appliquent le même mot aux autres sensations (senses) quoique improprement. Mais les Grecs appellent cela phantasme (fancy, phantasia), ce qui signifie apparition, et convient également bien à toutes les sensations » (Léviathan, I, ii).

4C’est bien pourquoi c’est au visible et à ses apparitions que nous nous sommes intéressés en nous posant cette question : peut-on faire la part entre ce qui relève de l’apparaître au sens strict, qui est bien le référent majeur de la phantasia, et ce qui relève de l’apparence, notamment quand cette dernière est pensée sur un mode platonicien, c’est-à-dire trompeur ?

5De toute « évidence » (ἐνάργεια !), les quatre études ici proposées ne reflètent pas tout le champ de nos réflexions, mais nous les avons privilégiées pour trois grandes raisons :

61) Donner à lire des travaux autres que ceux des trois responsables du séminaire, mais qui se sont particulièrement bien inscrits dans le projet brièvement rappelé précédemment.

72) Donner à lire des travaux sortant un peu des sentiers battus et abordant des thématiques moins conventionnelles ou attendues.

83) Donner à lire des travaux qui, à leur façon et dans les différents domaines qu’ils abordent, insistent sur cet « apparaître au risque de l’apparence ».

9Avec Jean-François Balaudé, vous verrez ainsi comment chez Épicure « toutes les images sont vraies » et ce que peut bien signifier la si difficile théorie des « simulacres ». Maurizio Bettini vous entraînera du côté de l’invisible et de ses doubles : en quels circonstances peuvent-ils apparaître et comment sont-ils fabriqués ? Quel est leur efficacité, surtout s’ils ne sont que nuages ou fantômes ? Maria Tasinato, à partir du thème de la femme surprise au bain dans les Écrits intertestamentaires, vous exposera quels sont les dangers du sommeil et des rêves : les phantasiai s’y déchaînent. Enfin, Adriana Zangara vous « montrera » ce que prétend faire l’historien quand il dit « peindre » pour « faire voir ». Ce sera, de nouveau, interroger la force de l’enargeia.

Auteur

Centre National de la Recherche Scientifique, Paris

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable