Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire

 | 
Louis Bergeron

Chapitre VI. Les financiers et l’État : la fin d’une tradition

Texte intégral

I. BANQUIERS PARISIENS ET FINANCES PUBLIQUES

  • 1 Arch. nat., AFIII, 619, 4373. Les signataires étaient les Cies Amelin Van Robais, Lanchère fils, de (...)
  • 2 Ibid., AFIII, 620.

1C’est un fait bien connu que la coïncidence entre l’installation du régime consulaire et une crise aiguë de la trésorerie. Cette crise avait contraint le Directoire, dans les derniers mois de son existence, à des négociations avec les « puissances » de la banque parisienne, préfigurant la ligne d’action qu’à son corps défendant, sans nul doute, le Premier Consul dut conserver pendant plusieurs années. Rappelons qu’en thermidor an VII, Robert Lindet étant ministre des Finances, le Directoire avait successivement : traité, le 7, avec les « délégataires des ministères de la Guerre, de la Marine et de la Trésorerie nationale » — autrement dit, les fournisseurs — pour obtenir d’eux une avance de trente millions, soit le quart de ce qui leur restait dû à cette date, sous la forme d’un abandon provisoire d’une partie de leurs rentrées, en attendant le produit de l’emprunt forcé1 ; et le 19, avec les négociants parisiens Germain, Barrillon, Perregaux, Sevène (Auguste), Mallet aîné, Fulchiron (Jacques Aimé Gabriel), pour une autre avance de trente millions sur quatre mois, à dater du 212. A la date du coup d’État du 18 Brumaire, la Trésorerie ne disposait que de 167 000 F, reste d’une nouvelle avance de 300 000 F arrachée le 16 à des financiers hésitants.

2Aussi, l’une des préoccupations majeures de Bonaparte, en matière de finances publiques, a-t-elle été de créer des institutions qui assurent l’alimentation régulière des caisses de l’État ; mais leur mise en place ne s’est effectuée que progressivement, et pendant plusieurs années lé Consulat, puis l’Empire lui-même sont demeurés tributaires, telle l’ancienne monarchie, ou le Directoire défunt, des services de la banque privée, dont les avances chèrement rémunérées garantissaient la transition entre l’immédiateté des dépenses et l’ultériorité des recettes. Sur ces services, le recours aux minutes notariales, en particulier, permet d’apporter aujourd’hui encore un certain nombre de précisions.

Les Vingt Négociants réunis

  • 3 Elles auraient été précédées d’offres de services d’Ouvrard par l’intermédiaire de Bruix. Écarté, O (...)
  • 4 Arch. nat., M.C.N., XV, 1035, 29 fructidor an VIII.
  • 5 Selon Capefigue 1856, p. 183, Barrillon et Enfantin auraient été les banquiers les plus en faveur a (...)

3Il est possible que le coup d’État lui-même ait été financé secrètement par des « amis » de Bonaparte. Faut-il croire les témoignages selon lesquels Collot aurait avancé 500 000 F, Michel jeune deux, puis six millions ? Il est certain que, pendant l’hiver 1799-1800, le crédit de places étrangères fut sollicité — celui de Gênes et de Hambourg avec succès, celui de la Hollande en vain, après l’échec d’une mission de Marmont auprès de la municipalité et des notables d’Amsterdam. Plus importante que ces expédients est la reprise, dès frimaire an VIII, des tractations officielles avec le « syndicat » de la haute banque parisienne3. Elles aboutissent à la constitution d’une première société, dite des Vingt Négociants réunis (29 frimaire). S’ils n’avancent immédiatement que la modeste somme de trois millions, ils s’engagent à en fournir neuf autres en prenant pareil montant de billets d’une loterie autorisée par le gouvernement4. Les associés sont, dans l’ordre de l’acte : Perregaux, Lecouteulx, Mallet, Récamier, Barrillon, Fulchiron, Germain, Sevène, Doyen, Bastide, Seguin, Martigny (pour Carié, Bézard et Cie), Enfantin frères, Jubié et Basterrèche, Limoge, Michel jeune, Roger frères, Solier fils et Delarue, Julien Ouvrard5 ; la société fut dissoute le 29 fructidor an VIII, après consommation de l’opération.

  • 6 Arch. nat., M.C.N., XV, 1132.
  • 7 Ibid., 1135.
  • 8 Ibid., 1136, 27 brumaire an IX : une des formes de leur aide consiste à accélérer le versement du c (...)

4Trois mois plus tard, le 18 ventôse an VIII, naît une deuxième société, plus restreinte, celle des Dix Négociants réunis6, qui sont effectivement les dix premiers de la liste précédente, intéressés par dixièmes. Il s’agit cette fois de fournir à très bref délai « un million et demi en lettres de crédit pour le service des armées d’Italie et du Rhin », puis un million et demi en numéraire. Le remboursement est prévu sur le produit du premier quart des cautionnements ; il tient compte d’un intérêt de 5/8 % par mois, à quoi s’ajoutent une commission de 2 % et encore 2 % « pour tenir lieu de tous frais quelconques ». Cette société se consolide ultérieurement par l’entrée d’Armand Seguin dans le traité du 19 fructidor an VIII7, qui assigne au contrat un terme d’un an et les objectifs suivants : « Faire à bénéfices communs les opérations dont le gouvernement jugerait à propos de les charger, et toutes autres spéculations commerciales auxquelles la présente société jugerait avantageux de se livrer. » Ainsi se stabilise, à l’approche de l’an IX, une sorte de syndicat réunissant les banquiers les plus puissants et les plus prestigieux, pour le service permanent du Trésor8.

  • 9 Ibid., AFIV, 1082, 1, f° 42 à f° 43. Voici par exemple, à la date du 28 thermidor an IX, la liste d (...)
  • 10 25 millions furent négociés chez Bastide et 5 chez Barrillon à 2 % par mois (payables en papier cou (...)

5Toutefois, dès le courant de l’an IX, et sans doute en relation avec l’affermissement de la confiance, le Trésor eut recours à un autre procédé. Des banquiers déposaient auprès de lui des obligations négociables ; quand le Trésor en avait besoin pour le service, il chargeait Desprez d’en effectuer la négociation9. Par exemple, le 27 messidor an IX, le Trésor dut se décider à mettre en circulation pour quarante-deux millions de ces obligations afin d’assurer le service des trois derniers mois de l’année, en consentant l’énorme sacrifice d’admettre la négociation à 2 % d’escompte par mois. Desprez réussit partiellement à échapper à ces conditions coûteuses en ne négociant pas tout, et en déposant chez des banquiers des obligations sur le gage desquelles il obtenait des capitaux à un taux plus favorable10.

Les Banquiers du Trésor public

  • 11 Arch. nat., M.C.N., XV, 1141, 5 fructidor an IX ; et AFIV, 1082, 1, f° 130. Dans une lettre à Greff (...)
  • 12 Arch. nat., AFIV, 1058, 1, f° 59 à f° 64.
  • 13 Fargeon et Rigaud achetèrent tout de suite en Belgique 50 000 q de blé, qu’ils firent moudre par le (...)

6Par un traité du 29 thermidor an IX, les Dix se trouvèrent réduits à cinq : Perregaux, Mallet, Fulchiron, Récamier et Doyen, sous la nouvelle raison d’Association des Banquiers du Trésor public11. Il s’agissait cette fois d’un « service de fonds pendant le cours de l’an X contre la remise d’obligations des receveurs généraux des départements », obligations endossées et garanties par le gouvernement ainsi que par la Caisse d’Amortissement. La crise de subsistances consécutive à la mauvaise récolte de 1801 amena les Consuls à charger également les Banquiers du Trésor d’une opération d’approvisionnement de Paris en grains12. Il s’agissait de faire arriver par la Seine de 40 à 45 000 q de grains par mois à partir de nivôse an X : 25 à 30 000 pris dans les départements belges ou rhénans, 12 à 15 000 dans les départements de l’ouest, ou à l’étranger si ce devait être plus avantageux. Ces importations seraient versées directement dans le commerce, les entrepreneurs se remboursant de leurs avances sur les ventes, et recevant en outre du gouvernement une prime de 2 % plus l’intérêt de leurs avances. A cette occasion les Banquiers du Trésor furent conduits à sous-traiter avec d’autres hommes d’affaires : Fargeon et Rigaud, Carié ; ultérieurement, les achats furent continués par la Compagnie Leveux13.

  • 14 Ce banquier peu connu était vraisemblablement originaire du Limousin.

7Dès le printemps de 1802, de nouvelles tractations s’engagèrent entre le gouvernement et les Banquiers du Trésor, au sujet du service de l’an XI, toujours selon le principe d’une négociation des obligations et bons à vue des receveurs généraux. Mais cette fois, le gouvernement refusa de traiter à un taux supérieur à 1 % par mois, contre 13/16 pour l’an X : Bonaparte estimait les bénéfices des faiseurs de services excessifs, les chiffrant à 2 800 000 F pour les huit mois écoulés. Aussi aboutit-on à un renouvellement de l’équipe : le traité du 30 germinal au X fut signé par Barrillon, Bastide, Desprez, Naurissart14, auxquels se joignirent, de nouveau, Récamier et Fulchiron. Le Trésor leur remettait des obligations sur les exercices des ans X et XI ; ils se contenteraient de déduire un escompte de 1 % par mois de la contre-valeur qu’ils fourniraient en numéraire ; en outre, le gouvernement aurait un intérêt d’un sixième dans tous les bénéfices nets résultant des négociations. Pour le premier semestre de l’an XI, il était prévu que les Banquiers auraient à verser plus de 145 millions.

  • 15 Lettre déjà citée, du 27 avril 1802.

8On perçoit donc, à cette date, une évolution dans les rapports entre l’État et les financiers quant aux conditions de leur crédit, évolution favorable à l’intérêt public et que confirmeront les années suivantes. Néanmoins le profit des banquiers demeurait important ; Barrillon lui-même en porte témoignage : « Notre talent consiste à nous procurer le plus d’argent possible et au meilleur marché possible… Tout ce qui nous coûtera moins de 12 % l’an… formera nos bénéfices. Les avantages de détail que nous obtenons paient tous nos frais. »15 De fait, Barrillon et ses collègues pouvaient trouver de l’argent à un taux variant entre 6 et 9 %. Ils disposaient d’un mois pour fournir la valeur des obligations et bons qui leur étaient remis.

Le mirage des piastres mexicaines

  • 16 C’est ce que suggère Bertrand Gille (1959, p. 34).
  • 17 Arch. nat., AFIV, 388, 2 855, rapport de Bricogne, du 15 janvier 1808.

9Il semble toutefois que la crise de 1803 ait mis en difficulté les Banquiers, notamment Barrillon. Ils se trouvèrent sans doute hors d’état de satisfaire à tous les besoins du Trésor en crédit à court terme16, et c’est sans doute la raison pour laquelle, dès l’an XI, le service fut confié à l’Agence des Receveurs généraux, comité de douze receveurs qui, depuis 1802, étaient chargés de concentrer et de transmettre les obligations négociables de leurs collègues. Il se vit confier le service pour l’an XII par le traité du 22 thermidor an XI17.

  • 18 D’origine douaisienne, comme plusieurs autres grands personnages de la finance révolutionnaire, Van (...)

10Théoriquement satisfaisant du point de vue de l’indépendance de l’État, le système ne dut pas fonctionner à la convenance du Trésor puisque, pour les cinq derniers mois de l’an XII, le gouvernement se remit, par un traité du 14 germinal, aux Négociants réunis. Cette société devait verser cinquante millions du 1er floréal au 30 fructidor, soit dix millions par mois ou encore un million tous les trois jours, moyennant plus de deux millions d’escompte correspondant à un taux de 3/4 % par mois seulement. Les nouveaux financiers de l’État étaient Armand Seguin, les Michel et Vanlerberghe : les grands fournisseurs militaires prenaient le pas sur les « banquiers du coup d’État » et, par ce traité, étendaient singulièrement leur monopole. Sur les dix millions d’engagement mensuels, six étaient souscrits par les trois premiers, et quatre par le seul Vanlerberghe18 ; sur ces quatre millions serait prélevé le montant des ordonnances des munitionnaires des vivres des départements de la Guerre et de la Marine : il s’agissait, notamment, d’assurer le règlement de vingt millions dus à Ouvrard. En échange de leurs engagements, les Négociants réunis se voyaient remettre en valeurs négociables huit obligations, de quatre millions chacune — souscrites par le chargé d’affaires de l’Espagne pour les cinq derniers mois de l’an XII et les trois premiers mois de l’an XIII, en vertu des clauses du traité franco-espagnol du 22 octobre 1803 —, et dix-huit millions d’obligations des receveurs généraux.

  • 19 Voir Duchêne 1970. Depuis l’achèvement de notre travail, l’histoire des entreprises financières et (...)

11Le 19 prairial an XII, le service du Trésor fut officiellement retiré à l’Agence, et prolongé aux Négociants pour la totalité de l’an XIII. Cette fois, Michel jeune se retirait, mais Gabriel Julien Ouvrard rentrait officiellement en scène. Barrillon décrit Ouvrard à cette date comme « immensément riche en propriétés foncières », mais « mal aisé parce qu’il a de grandes affaires qui, quoique très lucratives, sont gênantes pour lui » : notamment, le service de l’escadre espagnole à Brest en 1797-1800, payé en traites sur Madrid. Par là, comme par le contenu même des remises faites par le Trésor, se mettait en place une situation redoutable, dont l’Espagne et le mirage des métaux américains allaient devenir le pivot, et dans laquelle s’opérerait une confusion progressive des intérêts de l’État avec les intérêts et les ambitions d’Ouvrard19.

12Desprez entrait également en action : en thermidor an XII, il devenait l’agent des Négociants réunis auprès du Trésor public, et le directeur de l’ensemble du service ; d’autre part, par un traité particulier du 10 messidor, il s’était chargé seul et pour son compte du service des bons à vue et des rescriptions.

  • 20 Rapport déjà cité de Bricogne, et Arch. nat., AFIV, 1082, 2, f° 92 à f° 93. 11 semble qu’il y ait e (...)

13Pour le service de l’an XIII, Desprez et les Négociants réunis reçurent pour près de 549 millions de francs de valeurs, indication saisissante de leur emprise sur le Trésor public. Ils s’acquittèrent du reste correctement de leur rôle et, le 13 germinal an XIII, un nouveau traité leur conserva le service du Trésor pour l’an XIV. Toutefois Ouvrard, Vanlerberghe et Michel aîné intervenaient seuls, Desprez conservant la gérance. Le service était étendu cette fois aux obligations des directeurs des droits réunis20.

14Mais à la fin de brumaire an XIV, la faillite des Négociants réunis provoqua la résiliation du traité. Desprez resta seul chargé du service en attendant que, le mois suivant, le gouvernement revînt, et cette fois définitivement, au système de 1803-1804, à savoir un comité des receveurs généraux, bientôt perfectionné par l’institution de la Caisse de Service. La crise des Négociants réunis est donc une date d’importance majeure dans l’histoire des pratiques financières de l’État dans la France moderne.

La crise de 1805-1806

15A la fois distincte et étroitement connexe de la précédente, cette crise doit être ici brièvement retracée.

16Ouvrard voyait à juste titre dans l’Espagne le nœud de ses propres difficultés comme de celles du Trésor français. L’aisance que celui-ci retirerait de l’exécution du traité de 1803 se trouvait liée au règlement des sommes que Madrid restait devoir aux fournisseurs. Non moins justement, Ouvrard pouvait s’estimer le mieux placé pour réaliser la mobilisation financière, puis le transfert en Europe des piastres mexicaines, du fait de ses relations amicales avec le gouvernement et la Cour d’Espagne, comme de son insertion dans le réseau de la banque européenne ou de son crédit personnel.

17Gagnant l’Espagne à l’automne de 1804, il y obtient, après avoir rendu aux autorités divers services, le monopole du transfert en Europe des métaux monnayables accumulés au Mexique, et celui du commerce avec l’empire d’Amérique. En attendant la réalisation du transfert, la Caisse de Consolidation de Madrid délivre des traites aux Négociants réunis, gagées sur les piastres, et représentant le montant de la dette espagnole tant à leur égard qu’envers le gouvernement français.

18Les Négociants réunis s’étant engagés à fournir au Trésor l’avance d’une partie au moins du subside espagnol, se trouvent désormais exposés directement, au cas où le transfert ne s’effectuerait pas. Or c’est précisément ce qui se produit. En décembre 1804, la déclaration de guerre de l’Angleterre à l’Espagne suit de peu la signature des conventions entre Ouvrard et le gouvernement ou la Cour de Madrid, rendant très aléatoire l’arrivée des piastres. Ouvrard cherche la parade dans le recours aux services de la banque hollandaise et, en Angleterre même, de Baring et de l’East India Cy ; Hope se chargerait d’importer les piastres sur des navires britanniques. L’accord (mai 1805) ne recevant pas d’exécution rapide, force est en octobre de négocier un emprunt métallique pour le compte de l’Espagne auprès de Hope. C’est ensuite le glissement vers la faillite : pour se procurer des fonds, les Négociants réunis tirent des traites les uns sur les autres, et les font escompter par la Banque de France, grâce à Desprez et avec l’appui de Barbé-Marbois. Ainsi la charge du service du Trésor retombe-t-elle sur la Banque, brutalement détournée de son fonctionnement normal.

19Il en résulte une crise complexe, dont l’aspect financier est sans doute le plus anodin. A la faillite d’Ouvrard et des Négociants réunis, à leur incapacité de poursuivre le service du Trésor, il existe bien des remèdes techniques ou empiriques dont la longue liquidation du debet donne l’exemple : saisie des stocks de fournitures détenus par les faillis, confiscation et vente de leurs biens immobiliers, qui sont considérables, rabais massifs sur les fournitures à venir, reprise des négociations directes avec l’Espagne, nouveau recours au crédit hollandais.

20L’aspect monétaire est bien connu : c’est la perte de confiance dans les billets de la Banque, due aux supputations sur les escomptes massifs consentis aux Négociants réunis ; la ruée aux guichets qui met en péril l’encaisse métallique ; bref, une crise qui menace l’existence même de la Banque et, au delà, le prestige du régime.

  • 21 A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 170.

21Reste l’aspect économique. Ce n’était pas la première fois que le service du Trésor déréglait la vie économique, et particulièrement le système du crédit commercial. Dans l’été de 1801, par exemple, une correspondance commerciale, celle de la maison Coulon21, signale les effets des ponctions opérées par le Trésor sur les capitaux disponibles. « Les besoins du gouvernement pour la Marine sont si conséquents qu’il emploie 30 millions par mois ; cela a rendu l’argent rare à un point que les meilleures acceptations se sont faites la dernière décade à 1 % » (19 juin). Pourtalès arrive le 26 du même mois à Paris : « Il arrive dans un bon moment pour faire valoir ses fonds ; les meilleures signatures se raisonnent de 7/8 à 1 1/4 % par mois, les préparatifs contre l’Angleterre sont immenses » (27 juin). « L’argent n’est pas rare, mais il est cher, cela fait du tort à la marchandise, parce que ceux qui en achetaient préfèrent dans ce moment faire valoir leurs fonds sur la place ; aussi la marchandise baisse » (21 juillet).

22A la fin de 1805, le resserrement de l’escompte commercial se fait sentir sous l’action de la Banque de France, amenée à satisfaire en priorité, et contre son devoir, les demandes d’Ouvrard et de ses associés. Aux faillites de ces derniers répondent, en chaîne, celles de leurs créanciers. Événements qui surviennent, de surcroît, dans une période de stagnation des affaires due à l’incertitude de la situation politique et militaire, à l’attente de l’issue de la guerre en Europe centrale.

  • 22 A. D. Rhône, fonds Guérin, 2 F 340.

23Écrivant le 26 janvier 1806 à Vve Guérin, de Lyon, Rougemont de Löwenberg résume ainsi le désastre : « Nous avons eu ici une crise épouvantable… C’est, depuis vingt-cinq ans que je me trouve à la tête de ma maison, le plus sérieux engorgement que j’aie vu. L’ayant pressenti de longue date, j’ai su m’en garantir à temps et n’ai pas perdu un écu dans cette bagarre. »22 Au printemps précédent, il affirmait déjà : « Je vous le répète franchement et sans ostentation, ma fortune et ma position me dispensent de grands mouvements pour augmenter mes affaires… Je ne suis pas, Dieu merci, dans le cas de courir après les affaires. » Mais pour qu’une grande affaire assez cossue ou assez méfiante pour se mettre d’elle-même en veilleuse, combien de maisons prises à la gorge ?

II. LES FOURNITURES MILITAIRES

24Toute une classe d’hommes d’affaires s’est en quelques années élevée et enrichie grâce à un autre besoin classique de l’État : la fourniture des armées, dépourvues d’intendance et de moyens logistiques. Les fournisseurs ont pu devenir des faiseurs de services quand une réussite particulièrement brillante leur conférait des ressources ou une étendue de crédit personnel suffisantes pour contribuer au soutien du Trésor — on vient de le voir à propos d’un Vanlerberghe et d’un Ouvrard. Néanmoins, ils n’ont guère pénétré dans le monde de la banque, ou n’y ont guère fait souche, à moins qu’ils ne soient venus eux-mêmes, tel un Bodin, du milieu des négociants-banquiers.

25Certes, entre fournitures militaires et négoce ou banque, les interpénétrations d’activités ont été fréquentes. Les nécessités de l’approvisionnement amenaient les fournisseurs à participer à de grandes opérations de spéculation sur les marchandises ; quant aux banquiers, ils étaient souvent mis à contribution pour aider aux cautionnements, pour suppléer aux défaillances de l’État en matière d’avances ou de remboursements ; ils étaient de toute façon tentés par les perspectives de profit que l’entreprise des fournitures, en dépit de bien des risques, ne laissait pas d’offrir : à cet égard, la participation d’un Barrillon ou d’un Récamier aux entreprises de fournitures est significative.

26Il reste que le métier de fournisseur et ses implications sociales s’écartent sensiblement du commerce traditionnel des marchandises et de l’argent. Techniquement, il ne comporte que des opérations relativement limitées dans le temps, dans l’espace ou dans leur objet, mais dont l’exécution nécessite le recours à tout un personnel de type administratif. Économiquement, il oblige le fournisseur (beaucoup plus que le marchand) à se lier à la propriété foncière, que l’on retrouve à l’origine comme à l’aboutissement des entreprises, et qui joue un rôle essentiel dans la réussite de l’opération. Socialement, les fournitures, génératrices d’un enrichissement mobilier et foncier extrêmement rapide (sauf échec ou catastrophe), créent une filière d’ascension sociale brutale et spectaculaire qui, dans les meilleures hypothèses, introduit le fournisseur ou ses enfants dans la haute société, voire dans la noblesse, alors qu’il était souvent issu de la petite bourgeoisie ou des classes populaires : on est, là encore, loin des réussites plus patientes, plus rares, plus mesurées du monde traditionnel des marchands.

L’arrière-plan immédiat

  • 23 Sur tout ceci, voir notamment Godechot 1937 et Lefebvre 1947.

27L’histoire des fournisseurs sous le Consulat et l’Empire est de toute évidence inséparable de celle des quatre ou cinq années précédentes. L’ère des fournisseurs s’est véritablement ouverte avec la Convention thermidorienne, bien qu’elle ait eu son prologue dès 1792-1793. De septembre 1795 à février 1796, la fourniture des armées et des escadres a été progressivement remise à l’entreprise privée ; en décembre de la même année, le Directoire a inauguré la méthode des marchés généraux. Pour le reste, c’est l’histoire militaire du Directoire qui explique quels furent les lieux et les occasions propices à la constitution et aux opérations des grandes compagnies de fournisseurs : Rhin, Italie, côtes de l’Ouest, conscription de l’an VII23. Sur ces différents théâtres se sont d’ores et déjà affirmées des « puissances » auxquelles les campagnes de 1800-1801 et les préparatifs contre l’Angleterre vont ouvrir de nouvelles possibilités.

  • 24 Arch. de Paris, D 11 U3, 14/1021, 9 décembre 1801.
  • 25 Jouxtant le bois de Vincennes. Il doit s’en défaire : elle passe en 1807, pour 120 000 F. dans les (...)

28Il est tout aussi vrai, d’ailleurs, que certaines de ces « puissances » se sont déjà effondrées — tant ce secteur des grandes affaires est fragile et instable. Ainsi le début du Consulat voit-il la faillite de Joseph François Choulx de Tillemont24 — faillite d’un genre très particulier, il est vrai : un actif de près de dix millions, lourd de créances attardées ou de biens difficilement mobilisables, y excède en effet de près d’un million le passif. Tillemont avait été l’associé bailleur de fonds des compagnies Ravet (pour la fourniture générale de l’armée de l’Intérieur), Fourcy (pour celle des armées des Alpes, d’Italie et du Midi), Baugé (pour l’exploitation des coupes de bois dans les départements de la rive gauche du Rhin), Bart (dans la fourniture de la viande aux hospices civils de Paris). Il leur avait fourni respectivement 2 777 000, 652 000 et 369 000 F. A côté de cela, sa fortune immobilière apparaît modeste : outre la terre patrimoniale de Tillemont25, cinq maisons au Marais, rue Neuve Sainte-Catherine, valant 160 000 F, et la moitié de la terre de Montpezat, alors en Haute-Garonne, valant 120 000 F.

29En Italie, les débuts du Consulat sont marqués par la relève des grandes compagnies qui avaient, depuis 1796, assuré leur service dans des conditions très onéreuses pour l’État, très fâcheuses pour les armées, et très profitables pour elles-mêmes : Collot et Caillard, Flachat, Haller, Bodin… La suite est prise par les compagnies Antonini, et Amiel et Valette.

  • 26 Arch. de Paris, D 11 U3, 1/12. Elle doit assurer la fourniture de fourrages aux armées d’Italie et (...)
  • 27 Ibid., 1/1 ; Arch. nat., M.C.N., XCIII, 247, 6 frimaire an XI. Elle a pour objet le service des viv (...)
  • 28 Burel était déjà intervenu en l’an V dans le cautionnement d’un marché de chevaux pour l’armée d’It (...)

30La première26 associe un négociant de Gênes, Louis Antonini, et un Parisien, Claude Rozier. La seconde27 groupe les deux Marseillais Amiel et Valette, Julien, de Pont-Saint-Esprit, Burel, un marchand de bestiaux de Chassagny (Rhône)28, et Jean Scipion Mourgue, de Paris — en fait, nous le savons, un Montpelliérain.

  • 29 C’étaient Charpentier, Augst, Gimpel et Mercking. Arch. nat., M.C.N., XLV, 664, 6 messidor an VI.
  • 30 Ibid., 669, 23 prairial an VII.
  • 31 Ibid., XV, 1183, 28 mars 1806.
  • 32 Ibid., CVIII, 864, 30 thermidor an XI, et Arch. de Paris, D 31 U3, 3/423, 3/16, 5/197, 5/28.

31En Allemagne, Jean Baptiste Olry succède, dans les fonctions de munitionnaire général, à la Cie Charpentier, société de négociants strasbourgeois auxquels il avait dès l’an VI commencé à se substituer29. Olry, installé à Paris depuis le Directoire, était aussi, depuis l’an VII, sous-traitant d’Ouvrard pour l’approvisionnement de la Marine30. Olry devait faire une longue carrière de fournisseur : en l’an X, associé à Joseph Bourdon et à Geoffroy Guyon (ce dernier ancien agent général des subsistances aux armées) il prendra l’entreprise des convois militaires, avec pour fondé de pouvoir le Parisien Bandelier-Béfort, négociant et gros propriétaire de biens nationaux31. L’entreprise fut prorogée en l’an XI, en 1806, 1808, 1810, 1811 — pour ce que l’on sait — en s’ouvrant à des commanditaires ; le capital était, à la fin de l’Empire, de 600 000 F32.

  • 33 Arch. nat., M.C.N., LXXXVI, 921. Le gage est fourni par 600 000 F de biens à Quiévrain, Menin, Brux (...)
  • 34 Arch. nat., M.C.N., LXXXVI, 923, 19 fructidor an VIII.
  • 35 Ibid., XLV, 665, 7 vendémiaire an VII. Il avait eu alors pour associés les banquiers Geyler et Jord (...)
  • 36 Arch. de Paris, D 31 U3, 1/3.
  • 37 Jean Lanchère père, natif d’Angoulême, avait pris en 1796 les transports de l’armée de Sambre-et-Me (...)
  • 38 Ibid., XLV, 660, 28 fructidor an V ; 661, 5 vendémiaire an VI. On retrouve Claro installé à Paris e (...)

32La région du Rhin et du Danube avait vu et voyait encore opérer d’autres personnages d’inégale envergure. Ainsi, dans le traité Latourette du 24 nivôse an VIII pour la fourniture des fourrages à l’armée du Rhin, est-ce un vieil habitué des fournitures, Jean Louis Joseph Rousseau l’aîné, propriétaire à Charleville, qui fournit le cautionnement33. Ses propriétés — des biens nationaux — matérialisent les gains réalisés dans l’entreprise des transports militaires pour les armées du Nord et de Sambre et Meuse et les places de Belgique34, et, auparavant, dans l’entreprise générale des fourrages pour les armées de Rhin et Moselle, Sambre et Meuse, de l’Intérieur et de l’Est35. Dans la société Armand, Julien et Cie, du 3 février 1800, pour le service des équipages d’artillerie pour les armées du Rhin, du Danube et de l’Intérieur, on relève la présence du Parisien Chagot-Defays, un négociant dont le fils reprendra plus tard l’entreprise du Creusot36. Il s’agit, là encore, de vieux routiers : Julien, ancien agent principal des transports militaires, avait été dès l’an VI l’un des associés de la Cie Saint-Victor, qui succédait alors, dans le service des transports de l’artillerie de l’armée de Sambre-et-Meuse, aux Lanchère père et fils — deux parmi les plus chanceux des fournisseurs à l’époque révolutionnaire37. Oeillet-Saint-Victor, simple homme de paille, renvoie en fait à Paulée, riche dès l’an V de seize millions de biens nationaux en Belgique, à son compatriote douaisien le négociant Claro l’aîné, et à deux banquiers parisiens, Levrat et Vve Panckoucke38. Au début du Consulat, la banque parisienne continue à contrôler le service des fourrages pour les armées du Rhin et des Alpes par l’intermédiaire de Lippmann-Cerf-Berr, de Mayer-Marx, de Ferréol-Cotentin.

  • 39 Elle fait faillite au bout d’un an. Girardot avait aussi fourni le cautionnement en immeubles. Arch (...)
  • 40 Arch. de Paris, D 31 U3, 7/66 et Arch. nat., M.C.N., XLV, 679, 1er prairial an XII.
  • 41 Arch. nat., M.C.N., XLV, 680, 11 vendémiaire an XIII. Récamier soutient également la Cie Noé.
  • 42 Ibid., 670, 18 fructidor an V. Il s’agit d’une compagnie pour la fourniture du pain à Paris et dans (...)
  • 43 Ibid., XCIII, 227 et 233. Les Mevolhon avaient aussi participé en l’an VIII à l’entreprise des tran (...)
  • 44 Service historique de l’Armée (Vincennes), C19 117.

33A l’intérieur de la France, bien d’autres possibilités s’offrent à la spéculation. Ainsi la fourniture des fourrages à l’armée d’Angleterre, prise en charge par la Cie Noé, est-elle financée par Girardot et Limoge39. Ce dernier offre un bon exemple des liaisons complexes qui s’établissaient entre fournisseurs et banquiers. Limoge et son associé Bertrand Mazère — un ancien colon de Saint-Domingue — était engagés parallèlement, depuis l’an V, dans des fournitures de vin pour le compte de la Marine ; c’est sans doute à cette occasion qu’ils s’étaient associés à Barrillon, véritable chef de l’opération en raison de son crédit personnel. Une première société avait rapporté un bénéfice de 38 000 lt par associé ; renouvelée en l’an VI, elle avait rapporté cette fois 88 000 lt ; reprise en l’an VII, elle dure jusqu’au début de l’an IX40. C’est encore Barrillon qui soutient de son crédit la Cie Noé, tout en commanditant une société de commerce formée en l’an IX par son neveu Itier avec Gramagnac41. On le retrouve encore dans le cautionnement de la Cie Freydier, en l’an V42. D’autre part, la fourniture des fourrages aux troupes de l’Intérieur donne naissance à une série de compagnies d’une solidité douteuse. En nivôse an IX, une société Levrat, au capital de 500 000 F, prend le service pour deux ans et huit mois ; parmi les commanditaires ou administrateurs, les frères Mevolhon, et Joseph Capon43. Mais la société est dissoute dès germinal, et sa suite prise par la Cie Varville. Elle-même repasse le marché en floréal an X à la Cie Deschapelles, bientôt en difficulté à son tour, ses bailleurs de fonds ayant fait défaut44.

  • 45 Cf. supra, p. 148. Arch. nat., AFIV, 292.

34Le service des vivres-pain, mis en régie à la fin de l’an VIII et au début de l’an IX, revient ensuite au régime de l’entreprise avec la Cie Maurin (en fait Vanlerberghe, associé à un Haussmann) ; sur ce service viendra se greffer l’affaire des approvisionnements extraordinaires de Paris45.

  • 46 Arch. nat., M.C.N., XLV, 669, 16 fructidor an VII.
  • 47 Arch. de Paris, D 31 U3 2/218. Boury, installé à Saint-Denis depuis l’an IV dans un bien national v (...)

35A l’époque qui nous intéresse, les fournitures d’armes ne concernent guère la capitale. En l’an VIII, sur quelque 6 600 000 F de liquidations pour le service de l’artillerie, les grosses sommes vont à Coulaux, entrepreneur de la manufacture de Klingenthal (1 139 000 F) ; à Gosuin, entrepreneur de celle de Liège (934 000 F) ; à Jovin et Dubou-chet et à Jovin fils (913 000 et 414 000 F), de Saint-Étienne : ces quatre entreprises totalisent la moitié des créances. Cependant, Alexandre Boury, propriétaire des fonderies et laminages de cuivre et de plomb de Saint-Denis, reçoit plus de 200 000 F pour la fabrication de « six millions pesant de balles de plomb de 20 à la livre »46. Concessionnaire dans des mines de fer de Rio et de Terra Nera dans l’île d’Elbe, en l’an XI, ce Boury conçut un grand projet industriel qui ne paraît pas avoir eu de suite, mais témoigne d’une singulière audace dans sa forme comme dans son objectif : il s’agissait de recruter des capitaux dans toute la France pour doter le Midi méditerranéen d’une nouvelle industrie sidérurgique47.

36En revanche, le secteur des fournitures d’équipements militaires intéresse au plus haut point les entrepreneurs parisiens. On réussit à saisir au moins des échos de ses activités en deux occasions : avant la bataille de Marengo, et pendant la préparation de la campagne de Russie.

  • 48 Arch. nat., M.C.N., LXXXVI, 921. Ils figurent pour 342 000 F sur les états de liquidation de l’an V (...)
  • 49 Ibid., M.C.N., LXXXVI, 922. Paillard est pour 803 000 F sur les états de liquidation.
  • 50 Ibid. Dossier est pour 580 000 F sur ces mêmes états.
  • 51 Delpont est pour 921 000 F sur les états de liquidation : c’est le plus fort créancier, sur 5 700 0 (...)
  • 52 Cette fourniture exclusive était consentie contre une remise de 10 % sur le prix courant du commerc (...)

37La première donne lieu à une série de traités, de frimaire à pluviôse an VIII. Les frères Emmanuel Louis et Louis Eugène Cavillier, marchands drapiers, traitent pour la fourniture de 20 000 redingotes et capotes pour le service de l’armée d’Italie, à remettre aux magasins de Marseille et de Grenoble48 ; ils participent également au traité Paillard pour la fourniture d’« effets confectionnés » à la même armée49. L’équipement des légions polonaise, italique et des Francs du Nord donne lieu à trois traités : avec Étienne Perrier, cordonnier-bottier du boulevard du Temple, solidairement avec son collègue Louis Cerf, pour la fourniture de souliers et de bottes à la hongroise ; avec Maigret, marchand drapier, pour 4 812 habillements complets d’infanterie et 976 de chasseurs et canonniers à cheval ; et avec Dossier, un fabricant d’Elbeuf cautionné par un marchand drapier parisien, Le Pelletier, pour 7 200 puis 528 autres habillements. Deux autres traités portent sur 80 000 chemises, autant de paires de guêtres, de bas de laine et de fil, et sur 29 000 sacs50. C’est encore à des Parisiens que reviennent les marchés de la « coiffure » (à Delpont, important fabricant chapelier)51 ; des chaussures pour l’armée d’Italie (aux frères Coulon, amis de Bourrienne, que leur faillite compromettra dans la faveur de Bonaparte) ; de « tous les cuirs tannés, corroyés et hongroyés nécessaires à la chaussure et à l’équipement de la totalité des troupes à pied et à cheval », décroché pour neuf ans en l’an VI auprès du général Scherer, ministre de la Guerre, par Jean François Seguin, propriétaire depuis l’an III de la manufacture de cuirs tannés de Sèvres52.

  • 53 Arch. de Paris, D 31 U3 6/148, 7/27 et 28.
  • 54 Ibid., 5/64 et 7/32.
  • 55 Ibid., 5/35. Dans l’ensemble, Paris livre, bien entendu, des articles confectionnés. La principale (...)

38Vers la fin de l’Empire, on dispose encore de trois exemples de marchés. En 1810, Déaclard, Néret et Cie traitent avec le comte de Cessac, directeur de l’administration de la Guerre, « pour la fabrication et fourniture générale des schakos aux armées de l’Empire », pour trois ans53. Déaclard est le fabricant ; Néret, un capitaliste parisien qui lui apporte une commandite de 300 000 F, et auquel se substitueront d’ailleurs en 1812 Charles Nicolas Monttessuy et Joseph Roch avec une commandite supérieure de 100 000 F. En 1811, Brémond, marchand chapelier et fabricant de casques de la rue Saint-Honoré, et Lécuillier, marchand corroyeur de la rue Saint-Antoine, s’associent pour la fabrication et fourniture générale des casques des dragons et cuirassiers de l’Empire54. Enfin, deux fabricants d’étoffes militaires, Gareau et Roulin, soumissionnent le marché du « grand équipement » pour les exercices 1811 à 181355.

  • 56 Arch. nat., M.C.N., XLV, 665, 24 frimaire an VII.
  • 57 Ibid., 688, 9 nivôse an VII. Cautionnement de 357 000 F seulement, pour lequel Chevalier est aidé p (...)
  • 58 Ibid., même date.

39Les fournitures pour la Marine ramènent l’attention sur le personnage central d’Ouvrard. Pourtant ce dernier, fraîchement intégré aux milieux de la nouvelle finance post-révolutionnaire, n’est pas seul en cause. D’autres personnalités mineures, à Paris, s’étaient intéressées aux constructions navales. La plus importante des entreprises de second plan paraît avoir été celle du « charpentier » Pellagot (domicilié 13 rue Basse du Rempart, ce qui suffit à renseigner sur son véritable classement dans le monde des affaires), adjudicataire pour l’an VII des constructions navales à Cherbourg, Brest, Lorient, Bayonne et Toulon56. Le cautionnement en immeubles, supérieur à 1 200 000 F, était fourni par Jean Lanchère père. Un marché complémentaire de moindre envergure avait été passé par Pierre François César Chevalier, et par Joseph Marie Housset, agent d’affaires parisien et collaborateur d’Ouvrard, pour les constructions navales dans le port de Rochefort57. Enfin un marché avec Michel Duval concernait la fourniture à la Marine des aciers fins pour taillanderie, de l’étain, des tôles fortes et minces, du fil de fer, du chanvre à cordages, du plomb en saumons58. Minces affaires, au total, comparées aux entreprises d’Ouvrard, ou plus exactement du groupe Ouvrard.

  • 59 Le Creusot était aux mains — entre autres — d’Antoine Gévaudan, par ailleurs actionnaire des Messag (...)

40En revanche de gros marchés, distincts eux aussi de la fourniture générale de la Marine, portaient sur les chanvres « et autres objets du Nord » — les naval stores, auraient dit les Anglais. Ils étaient contrôlés par les frères Michel, sous la raison de la Cie Grouet, engagés à fournir jusqu’à douze millions de chanvres — et dont le marché fut repris en l’an X par Solier fils et Delarue ainsi que par Joseph Ignace Vanlerberghe. La Marine traitait encore séparément avec les forges d’Indret, Ruelle et Le Creusot, et avec la manufacture de Saint-Étienne59.

Ouvrard

  • 60 Ibid., XCIII, 225, 23 prairial an VII. Ouvrard avait déjà cautionné Blanchard en novembre 1797 pour (...)

41Gabriel Julien Ouvrard, après avoir personnellement travaillé à convaincre le Directoire de supprimer l’administration des vivres de la Marine (5 prairial an VI) et de revenir au régime de l’entreprise, avait obtenu, avec le soutien de Barras et par un traité passé avec le trop complaisant Bruix (12 messidor an VI-30 juin 1798), la fourniture générale des vivres de la Marine pour six ans à partir du 1er vendémiaire an VII. Le traité était au nom de son beau-frère, Claude Blanchard aîné, négociant à Bordeaux ; mais en réalité Ouvrard, dont la fortune immobilière était déjà énorme, en était la caution, et c’est lui qui en assura l’exécution, comme l’indique la procuration générale et spéciale donnée par Blanchard60.

  • 61 Ibid., 227, 1er frimaire an VIII.

42Bruix négocia en outre l’extension de la fourniture à l’escadre espagnole stationnée à Brest, pour laquelle les conditions furent plus avantageuses. C’est l’origine de la créance Ouvrard de quatre millions de piastres sur le Trésor du Mexique. L’importance de l’entreprise amena Ouvrard à s’adjoindre son frère Augustin61. Mais les moyens financiers, immenses eux aussi puisque le budget de la fourniture générale de la Marine montait à soixante-quatre millions, étaient le fait de Julien. On ne pourrait en dresser le bilan qu’en recherchant les éléments dispersés à travers les minutes de nombreuses études notariales. A titre d’indice, on notera qu’Ouvrard fut taxé à 50 000 F dans l’emprunt de cent millions du 19 thermidor an VII, cotisation énorme tout en étant sans doute encore faible par rapport au capital réellement possédé par le contribuable forcé.

  • 62 Ibid., 225, 17-18 prairial an VII.
  • 63 Cf. chapitre III.

43Pour le service de la Marine, Ouvrard fut certainement amené à créer différentes sociétés de commerce dont le rôle consistait à faciliter l’achat des approvisionnements demandés — telle la société Jacques François Gamba, Jean Sigismond Gay et Cie, « établissement de commerce, banque et commission à Anvers, place de Merr » créé pour six ans, au capital de 350 000 F dont le seul Ouvrard apportait 300 000 en commandite, tout en ne participant que pour la moitié aux intérêts62. La forme de cette société est d’ailleurs curieuse. Il est en effet précisé que la mise de fonds est divisée en vingt portions de 15 000 F, converties en actions négociables par endossement, Ouvrard restant toutefois le seul représentant des actionnaires tant qu’il détient au moins une action, et pouvant d’autre part exiger à tout moment de prendre effectivement la tête de la maison. La formule se retrouve dans d’autres entreprises d’Ouvrard. En ce qui concerne Gamba, c’est un personnage qui devait poursuivre, indépendamment d’Ouvrard, une longue carrière dans les fournitures en tous genres pour la Marine, aux côtés notamment de Michel Simons63. L’autre associé, Gay, se rencontre plus tard comme receveur général de la Roër.

  • 64 Pour tout cet exposé, on s’appuie notamment sur les travaux de Wolff 1933, et de Payard 1958.

44On sait d’ailleurs par Ouvrard lui-même qu’il commanditait, pour un total de plusieurs millions, les maisons de commerce parisiennes Girardot et Cie, Charles Rougemont et Cie, Charlemagne et Cie, ainsi que trois sociétés à Brest, Bordeaux et Orléans. L’ensemble était coiffé, à Paris, rue d’Amboise (à l’ancien siège de la banque Rougemont et Hottinguer), par des bureaux centraux — un véritable ministère — où l’on notait les présences d’un ancien directeur du Trésor, Turpin, et de Cambacérès, conseiller juridique64.

  • 65 Ouvrard était encore derrière la Cie Boissonneau — nom d’emprunt de Blanchard — pour l’approvisionn (...)

45Gabriel Julien Ouvrard fut arrêté le 7 pluviôse an VIII ; ses papiers furent mis sous scellés, ses biens mobiliers et immobiliers séquestrés. La mesure fut rapportée par les Consuls le 8 floréal. Les conclusions de l’enquête de Forfait illustraient en effet à merveille l’ambiguïté des rapports entre le gouvernement et ses fournisseurs — et montrent bien l’absurdité qu’il y aurait aujourd’hui à apprécier d’un point de vue moral la conduite des spéculateurs : le gouvernement était co-responsable d’un système et de ses défauts. Forfait reconnaissait les difficultés de Blanchard, détenteur d’« effets du gouvernement qui perdent énormément dans le commerce et sur lesquels les banquiers et autres détenteurs de fonds n’avancent que des sommes assez petites pour couvrir toutes les chances de dépréciation… La plus forte garantie pour la République repose sur la certitude des bénéfices que le fournisseur a calculés… Quoique le nom d’Ouvrard soit décrié, c’est encore celui qui présente le plus de solidité. » Du reste, à l’occasion d’une démarche effectuée le 17 pluviôse, toute la haute banque, et même les gens d’affaires qui avaient soutenu le coup d’État, manifesta avec éclat sa solidarité contre la sévérité de Bonaparte. Secondairement, la suspension du service d’Ouvrard le mettait en faillite, et celle-ci retentissait sur tous ses fournisseurs des ports de l’Ouest65.

  • 66 Arch. nat., AFIV*, 191, « Procès-verbaux du Conseil d’administration de la Marine », an VIII-1811. (...)
  • 67 Ibid., M.C.N., XCIII, 226, 27 et 29 fructidor an VII.

46Ouvrard n’avait donc pu honorer ses engagements que pendant seize mois. Ce fut le début d’une période d’instabilité dans l’attribution de la fourniture générale des vivres pour la Marine66. Reprise le 1er ventôse an VIII par une Cie Robin, échappe-t-elle d’ailleurs totalement à Ouvrard ? En effet, il paraît bien s’agir de Jean Pierre Robin, agent d’affaires parisien et fondé de pouvoir d’Ouvrard, qui l’avait depuis 1799 chargé de tous « les recouvrements dérivant de ses affaires de commerce », et notamment de ceux concernant les fournitures pour la Marine67. Il avait d’ailleurs pour cautions solidaires Ouvrard lui-même, Hupais, Gelot et Cie, et un certain Antoine Germain.

  • 68 Le gouvernement lui reconnut « beaucoup de zèle dans le service », mais le cautionnement de deux mi (...)
  • 69 Voir Payard 1935.
  • 70 Arch. de Paris, D 6 U3, 11, 18 brumaire an IX.

47La Cie Robin suspendit ses paiements moins d’un an plus tard, le 29 fructidor an IX (15 septembre 1801)68. Le service passa alors à Jean Pierre Collot au 1er vendémiaire an X. Mais la participation secrète de Joseph Bonaparte, imposée par le Premier Consul, aux bénéfices de l’entreprise (un million et demi de francs ?) parut ruineuse à Collot, qui ne demanda pas le renouvellement du traité à la fin de l’an X. Confiée ensuite pour six ans à Henri Liévin-Carié, l’entreprise est encore abandonnée en messidor an XI69. Dans le transfert des fonctions de munitionnaire général de la Marine à Collot, il faut sans doute voir un nouveau déplacement d’influence au bénéfice de ceux qui avaient collaboré directement avec Bonaparte bien avant le coup d’État. Collot avait été présenté à Bonaparte, en 1793, comme adjudicataire partiel du service de l’armée des Alpes. En l’an IV, il avait, en société avec Lavauverte, sollicité l’entreprise générale des vivres-viande pour le service des armées, mais le ministre avait imposé la division en plusieurs compagnies particulières, Collot et Caillard gardant le service pour les armées d’Italie, des Alpes et du Midi70. Son frère, banquier à Gênes, avait ouvert des crédits à Bonaparte. Il semble que Collot avait traité certaines affaires en société avec le général — ainsi pour la vente du stock des mines de mercure d’Idria. Une brouille au moment de l’affaire égyptienne avait été suivie d’une réconciliation avant le coup d’État, sans pourtant que les avances consenties par Collot dans les premiers jours du Consulat lui eussent valu en retour le poste de conseiller d’État qu’il espérait.

  • 71 Il s’en retire en l’an IX ; y entrent alors Victor Louis Blanchard le jeune, et un Nantais, Charbon (...)
  • 72 Ibid., 228, 25 nivôse an VIII. Y entre, au début de 1801, un autre négociant Nantais, Idlinger.
  • 73 Château de Landreau ; château des Herbiers, avec six métairies ; château de La Routière, avec une m (...)

48En revanche la fourniture des vivres à l’escadre espagnole stationnée à Brest était restée entre les mains d’Augustin Ouvrard, qui traita à ce sujet avec l’amiral Mazarredo les 30 brumaire et 14 floréal an VIII. C’est vraisemblablement en vue d’exécuter ces traités que, le 28 floréal, Augustin constitua avec son frère Jean Baptiste sous la raison Ouvrard frères71 une société à Brest. Il commanditait également la maison de commerce François Ouvrard et Cie, à Bordeaux, dont ce dernier et Blanchard jeune étaient les gérants72. Augustin Ouvrard avait les moyens les plus larges de cautionner cette entreprise. Il avait en effet acquis d’un spéculateur américain, William Harrison, une masse considérable de biens d’émigrés en Vendée, pour une somme totale de 3 926 000 F, réglée au moyen de 36 000 F en numéraire à l’égard du vendeur et. à l’égard de la Nation, en tiers consolidé et en bons des deux-tiers73.

  • 74 Cf. supra, p. 147 sq.

49Bientôt, du reste, Gabriel Julien Ouvrard retrouva sa place, celle d’un homme indispensable aux grandes entreprises. Déjà Berthier avait contribué à le faire rentrer en grâce pour la préparation de la seconde campagne d’Italie, pour laquelle il partagea l’entreprise générale avec Vanlerberghe. En l’an X, Ouvrard est dans la Cie Maurin pour la fourniture des vivres aux troupes de l’Intérieur. Toujours associé à Vanlerberghe, il se voit enfin, en mai 1803, proposer par Bonaparte de reprendre les fournitures de la Marine, en vue du débarquement en Angleterre. C’est au terme de cette remontée de son crédit qu’il devait prendre de surcroît le service du Trésor dans le cadre de la société des Négociants réunis74.

La haute banque et les fournitures

  • 75 Dès l’époque du Directoire, on voit ainsi la banque Doyen et Durieux cautionner un marché d’habille (...)

50Une revue, d’ailleurs incomplète, des principaux secteurs géographiques et techniques ne suffit pas à donner une idée satisfaisante de la place tenue par les fournitures militaires dans l’ensemble des affaires parisiennes. Au delà des entrepreneurs et des traitants, c’est une grande partie de la haute banque qui s’y est engagée, pour des sommes énormes. Banquiers et fournisseurs forment par suite des séries de couples — le banquier, pour sa part, pouvant entrer simultanément dans la constitution de plusieurs couples. Il ne peut être question ici de donner autre chose que des exemples, mais il est facile d’en isoler de premier ordre75.

  • 76 Ibid., XVIII, 970, 989-991, 1000, 1008.

51Celui des Seillière, d’abord. Ils soutiennent François Delpont, fabricant chapelier et fournisseur. Nicolas Seillière, le banquier parisien, lui prête successivement, en espèces métalliques et par obligation hypothécaire : 40 000 F (11 frimaire an VIII), 68 000 F (15 pluviôse an VIII), 100 000 F (27 nivôse an XI), 100 000 F (4 germinal an XI), 100 000 F (20 germinal an XII) et 100 000 F (1er messidor an XIII). En outre Florentin Seillière, de Nancy — le père — rachète le 1er messidor an XIII une créance de 300 000 F sur Delpont, détenue par un négociant parisien, Cornu-Beaufort, sous forme d’une obligation du 12 vendémiaire an XI. Toutes ces opérations de crédit reposent sur la fortune foncière de Delpont, tant il est vrai que, d’un bout à l’autre de la chaîne des spéculations sur les fournitures, on retrouve les biens nationaux. Certaines obligations ont été remboursées à leur échéance. Mais il semble bien que, pour d’autres, l’hypothèque se soit dénouée par un transfert de propriété au profit du prêteur. Ainsi Florentin et Nicolas Seillière deviennent-ils propriétaires, le 24 ventôse an XI, de la ferme d’Ivry-le-Temple (Oise) : 233 ha de labours en seize pièces, un groupement magnifique, pour 162 000 F — et des châteaux, terres et fermes de Liancourt, pour 178 000 F. Delpont les avait achetés en l’an IV et en l’an IX. Il n’en conserve pas moins de larges réserves immobilières : sa maison et sa fabrique de la rue de Grenelle, deux autres maisons à Paris et à Courbevoie, l’ex-collège d’Harcourt, l’hôtel de Brunswick (rue Ma-zarine), une maison encore place des Victoires76

  • 77 Ibid., 995-997, 1000.
  • 78 Ibid., XLV, 664, 5 et 13 thermidor, 9 et 22 fructidor an VI ; et 679.

52Bien qu’à lui seul il ait, en cinq ou six ans, avancé 500 000 F à Delpont, Nicolas Seillière a effectué simultanément d’autres opérations de même nature : en l’an XII, il prête 155 000 F à Claude de La Poix Fréminville, trésorier général des Invalides ; plus 245 000 F dans les mois suivants, la dernière des obligations précisant bien qu’il s’agit de « faciliter l’exécution des marchés »77 ; la même année encore, Florentin et Nicolas Seillière cautionnent un marché de 200 000 mètres de tricot blanc passé par François Alexandre, celui des Seillière qui tient la fabrique de Pierrepont, près de Longwy78.

  • 79 Ibid., 660, 13 prairial an V. Les associés sont : Pierre Colombel, ex-législateur, riche propriétai (...)
  • 80 Ibid., 664.
  • 81 Ibid., 665, 7 vendémiaire an VII.
  • 82 Ibid., LXXXV, 921.
  • 83 Arch. de Paris, D 11 U3, 18/1328 ; Arch. nat., M.C.N., XVIII, 978.
  • 84 Ibid., 991, 17 germinal an XI.
  • 85 Ibid., 998. Les biens immeubles de Frainnau se composaient ainsi :
    (...)
  • 86 Ce Verninac était probablement un ancien agent diplomatique français dans la République helvétique. (...)
  • 87 Arch. de Paris, D 11 U3, 17/1258. Humbert s’appuyait sur la possession des trois-quarts de l’hôtel (...)

53Certes, le crédit aux fournisseurs — qui est une façon indirecte de participer à leurs profits — n’est pour la haute banque qu’un des volets d’une activité financière ou économique très diversifiée. C’est vrai des Seillière ; des frères Sevène, aussi. Mais on ne peut qu’être frappé de l’importance des risques que ces banquiers et manufacturiers ont pris dans les fournitures. Risques pris, d’abord, par Jean Auguste Sevène en l’an VI avec la Cie Mannier, chargée de la fourniture générale des hôpitaux militaires de la République79. En quatre fois, Sevène lui rachète pour 3 200 000 F d’ordonnances, qu’il paie en numéraire aux trois-quarts de leur valeur80. En l’an VII, le même Sevène cautionne Podesta et Cie, de Gênes, pour la fourniture des places de la Corse en approvisionnements de siège : il apporte une garantie de 642 000 F en immeubles (trois maisons parisiennes valant ensemble 580 000 F) plus deux fermes dans l’Eure-et-Loir, acquises du spéculateur américain Daniel Parker81. Une autre grosse affaire enfin lie les frères Sevène à Louis Frainnau, ex-munitionnaire des armées des Pyrénées occidentales et orientales, entrepreneur en l’an VIII de la fourniture générale de la Garde des Consuls, des Maisons des Consuls et de la 1ère division militaire82. La faillite de Frainnau, en 1803, fait apparaître un emprunt de 1 200 000 F aux Sevène, le 27 fructidor an IX, contre cession de créances sur le gouvernement pour les fournitures faites en l’an VIII et en l’an IX83, d’un « recouvrement difficile et incertain » ainsi que le reconnaît le contrat d’union des créanciers, dont les Sevène sont les syndics84. Le 19 frimaire an XI, Frainnau avait encore cédé aux Sevène 434 000 F de créances sur le gouvernement, et contracté une obligation de 600 000 F gagée sur l’ensemble de ses biens immeubles85. Michel jeune, créancier du failli pour 515 000 F, avait sans doute prêté aussi son crédit. Les Sevène avaient d’autre part avancé 200 000 F pour alimenter l’entreprise des successeurs de Frainnau : Louis Humbert et Jean Baptiste Verninac86 ; faillis à leur tour, ils doivent plus d’un million aux Sevène, et près de 500 000 F à Michel jeune87.

  • 88 Installé à Paris et au Havre avant 1789, et commanditée successivement par François Battier fils, a (...)
  • 89 Arch. nat., M.C.N., LXXXVI, 921, 29 frimaire.
  • 90 Bourcard : le domaine de Poulligny, à Torcy (Côte d’Or), quatre fermes nationales (Jemmapes) et une (...)
  • 91 Arch. nat., M.C.N., XV, 1148 (8 prairial an X), 1152 (2 vendémiaire an XI), et 1158 (3 prairial an (...)
  • 92 Ibid., 1173.
  • 93 Ibid., 1179, 5 fructidor an XIII. Roche, à son tour, échange ses créances contre des biens nationau (...)
  • 94 Ibid., 19 vendémiaire an XIV.
  • 95 En 1806 Auguste Monttessuy paraît changer de champ d’action. Lui et son frère s’associent le 1er se (...)

54La réussite de Monttessuy, munitionnaire général des Invalides, inséparable de tout un « système » familial, est également liée au soutien successif de plusieurs grandes banques parisiennes. Nicolas Marie Monttessuy, négociant lyonnais (1738-1804), avait eu trois filles — dont une mariée à Denis Rougemont de Löwenberg, et une autre à Achille Ronus, de la maison Amet, Ronus et Cie88 — et deux fils : Auguste Zacharie Nicolas, le munitionnaire, et Charles Nicolas Marie, ancien officier d’artillerie, que son frère devait associer à la gestion de ses affaires. Les alliances étaient donc prêtes à apporter leur crédit à l’entreprise dont Auguste Monttessuy avait obtenu la concession pour trois ans en l’an VIII89. Bourcard et Amet fournirent le cautionnement en hypothéquant pour plus de 600 000 F de biens90. Bourcard tenait la caisse de l’entreprise et lui ouvrait crédit pour son service91. Un acte du 11 brumaire an XIII renseigne avec précision sur les « conventions de crédit en banque et de circulation » accordées par Bourcard à Monttessuy « pendant les années XIII, XIV, XV pour faciliter le service des hospices de la Marine et des maisons des Invalides à Paris, Louvain et Avignon ». Ce crédit est ouvert jusqu’à concurrence de 500 000 F ; Monttessuy peut en user en faisant tirer sur Bourcard par ses agents placés hors de Paris, ou par des maisons de commerce non domiciliées à Paris, à deux usances au moins et trois au maximum ; il doit le prévenir, et lui remettre des lettres de change acceptées, avec endossement en blanc. Monttessuy remet en garantie une délégation de 500 000 F sur les sommes qui lui sont dues par le gouvernement92. En l’an XIII, encore, Monttessuy cède plus d’un million de créances à un autre banquier, Pierre Virginie Roche93. Au début de l’an XIV, même opération pour 300 000 F avec Récamier ; en 1806, pour 150 000 F avec Henri Karcher fils94 ; ainsi Monttessuy se trouva-t-il sans doute débarrassé de la dette du Trésor à son égard, qui se montait à plus de 1 600 000 F pour les ans X à XIII95.

  • 96 Arch. nat., M.C.N., XLV, 665 et 669.
  • 97 Ibid., 669. Laurenson est un ancien entrepreneur de transports militaires. Les immeubles hypothéqué (...)
  • 98 Ibid., XLVIII, 434, 5 et 12 pluviôse an IX.
  • 99 Arch. de Paris, D 5 B6, reg. 1274. Failli le 28 octobre 1799 (Arch. de Paris, D 11 U3, 9/626), Fran (...)
  • 100 Signalons encore l’intervention de Hottinguer et Cie dans un marché Maubreil, du 24 octobre 1812, p (...)

55Toutes les liaisons entre la banque et les fournisseurs ne sont pas décelables, ou ne méritent pas mention. On en indiquera ici quelques-unes encore, particulièrement significatives. Derrière Jean Gosuin, directeur des manufactures d’armes de Charleville et de Liège, traitant en frimaire an VII pour la fourniture extraordinaire de 150 000 armes, on retrouve Fulchiron qui le cautionne jusqu’à concurrence d’un million et finance le service96. Quand, le 9 germinal an VII, la Cie Laurenson et Nobelly se rend adjudicataire de la ferme générale des droits de passe aux barrières de Paris pour trois ans, ce sont Fulchiron, Récamier et Roëttier de Montaleau, l’ancien directeur de la Monnaie de Paris, qui fournissent le cautionnement (soit 2 936 000 F, prix annuel de la ferme) puis avancent 675 000 F représentant le premier trimestre97. Pierre François Tiberghien intervient à de nombreuses reprises dans le rachat de créances pour fournitures, au profit notamment des fournisseurs de l’armée d’Italie (Collot et Caillard, Monglas)98. Michel Paira rachète un million de créances à François Aumont, qui a livré dix mille chevaux en l’an VII dans les dépôts du nord de la France99. Malheureusement on ne peut guère chiffrer le partage du profit entre le fournisseur et son banquier. Le fournisseur qui cède sa créance renonce nécessairement à une part de son profit. Le banquier qui s’en charge réalise-t-il nécessairement un profit important ? Il faudrait, pour s’en assurer, pouvoir suivre le recouvrement jusqu’à son terme100.

Les fournisseurs : un carrefour social

56Le fournisseur et le banquier — l’un entrepreneur occasionnel et spéculateur plutôt qu’homme d’affaires au sens classique du terme, l’autre partie prenante aux profits des fournitures comme à ceux de toutes les activités touchant à la marchandise ou à l’argent — ne sont pas les seuls personnages en jeu dans les sociétés qui se constituent pour l’exécution des marchés de fournitures. Non moins caractéristique est la participation de fonctionnaires et d’hommes politiques. Elle est sans mystère : services rendus dans les luttes où s’opposent les candidats à l’adjudication, ou services attendus dans l’avenir, en particulier pour obtenir des avances sur le service ou accélérer le recouvrement des créances sur la Guerre ou la Marine.

  • 101 Ibid., XLV, 661, 13 brumaire an VI.
  • 102 En particulier, sur un cautionnement de plus d’un million, Fouché fournit sa portion dans la propri (...)

57Sous le Directoire, un bel exemple de ces « complicités » avait été fourni par la Cie Ouin, chargée en l’an VI des « fourniture, transport et manutention des vivres, pain, viandes et fourrages » aux troupes de dix divisions militaires et de l’armée d’Angleterre, pour un an101. Jean Baptiste Ouin, lui-même ancien chef de division à la Guerre, y avait pour associés Gauthier ancien « adjoint du ministre de la Guerre ». Deforgues ancien ministre des Affaires étrangères, Chaper ancien chef de la division de l’habillement des troupes, Fauchet ancien ministre plénipotentiaire aux États-Unis, des administrateurs des hôpitaux ou des subsistances militaires, des munitionnaires comme Caillard ou Maurin — mais surtout, Fouché et Tallien en personne102.

  • 103 Arch. nat., M.C.N., XLV, 661, 1er frimaire an VI.

58La même année, la Cie Bayard, « pour la fourniture de l’étape et des convois militaires dans toute l’étendue du territoire français et des départements réunis »103, offre un autre exemple de la complexité sociale de ces associations de fournisseurs. Bayard. ancien munitionnaire des vivres-viande, est entouré de six anciens agents ou administrateurs des subsistances militaires (dont Patinot, de Bar-le-Duc), d’autres fournisseurs (comme Frainnau ou Lonnoy), de représentants du grand négoce (Nicolas et Jean Haussmann, père et fils, et Buob, de Colmar, et Chevals, de Paris), enfin de propriétaires qui font fructifier leurs capitaux : l’un des environs de Meaux (Baticle), l’autre d’Angers, deux encore de Paris. Patinot et Baticle émergeront en l’an IX comme maison de banque et commission en marchandises à Paris.

  • 104 Ibid., 662, 3 nivôse an VI.
  • 105 Ibid., 665, 9 frimaire an VII. Cautionnement de 2 358 556 F.
  • 106 Ibid., 688, 13 nivôse an VII. Cautionnement de 7 millions. D’autres témoignages épars suggèrent la (...)

59Du reste, le milieu des fournisseurs évolue vers la constitution d’un réseau fermé de « spécialistes », à la manière des milieux d’affaires les plus classiques. Le jeu des participations multiples tisse des liens entre compagnies. Ainsi dans la Cie Popids, formée le 17 frimaire an VI pour la fourniture générale du chauffage et de la lumière, retrouve-ton une fois de plus Frainnau — Montalbanais comme Popids —, Lonnoy, et un propriétaire d’Angers déjà associés dans la Cie Bayard. Edme Paris — négociant parisien, gros propriétaire aux environs de la capitale — apparaît successivement dans la Cie Petit (en fait, Marx Cerf Berr) pour le service des subsistances militaires en Rhénanie, en l’an VI104, puis, en l’an VII, dans la Cie Musset (entreprise générale d’habillement et d’équipement des troupes de la République) aux côtés de Lonnoy105. Ce dernier entre également, quelques semaines plus tard, dans la Cie Rochefort, pour le service des subsistances des troupes en campagne, les étapes et convois militaires, en société avec Jean Baptiste Ouin, Nicolas Haussmann et Vanlerberghe106.

  • 107 Arch. de Paris. D 11 U3, 14/995.

60Les fournitures militaires ont eu aussi leur « prolétariat ». Mais il appartient à des niveaux que l’on n’a pas choisi d’étudier dans le cadre de ce travail : ceux des employés, des artisans, des marchands qui ont participé comme sous-traitants ou commis à des marchés et à des compagnies dans lesquels ils engageaient parfois jusqu’à de modestes épargnes. Ainsi voit-on en 1801 un certain Benjamin Nouet, employé au ministère de l’Intérieur, déposer son bilan107 : ne possédant rien que son traitement de commis, il avait mis tout son avoir dans la Cie Petit, formée au début de l’an VI pour la fourniture des armées du Rhin, mais qui avait dû cesser le service au bout de quelques mois, faute d’avoir rassemblé un capital suffisant. Tout entier lié à la liquidation de la société, Nouet se retrouvait en prison sur les poursuites d’un de ses créanciers.

III. LES SPÉCULATIONS SUR LES BIENS NATIONAUX

61A ce point de notre exposé, il faut noter que plusieurs grands noms du monde des fournisseurs ont à peine été cités. C’est que certains ont franchi une étape de plus et, délaissant les fournitures, en sont venus à la spéculation foncière, qui prélude elle-même à d’opulentes retraites de propriétaires-rentiers. Les grands fournisseurs accèdent tôt à la jouissance de leurs gains — accumulés par des moyens qui, pour ne pas être ceux des bourgeois de jadis, acquéreurs de seigneuries et candidats à l’anoblissement, ne s’en apparentent pas moins à la très classique consolidation dans la terre des fortunes mobilières plus ou moins rapidement édifiées.

  • 108 Delatte 1932-1933. p. 189-339. et 1938.

62A la fin du Directoire et au début du Consulat, les spéculations sur les biens nationaux portent essentiellement sur les biens ecclésiastiques des départements belges, et sur certains biens d’émigrés. Sur les premières, on possédait déjà les indications partielles rassemblées par Ivan Delatte108. Elles mettent en évidence le rôle primordial de Paulée.

Paulée

  • 109 Arch. nat., M.C.N., LXXXII. 698.
  • 110 Arch. de Paris. D 31 U3, 1/35 ; Arch. nat., M.C.N., LXXXII, 698, 29 nivôse an VIII et 700. 11 messi (...)
  • 111 Arch. nat., M.C.N., LXXXII. 699. 5 prairial an VIII et 697, 15 frimaire an VIII.

63L’ancien garçon d’auberge de Douai avait été autorisé, par un décret du 8 frimaire an V, à acheter jusqu’à seize millions de biens nationaux en Belgique. Dans le département de Jemmapes, Delatte signale l’achat de plus de 2 000 ha : 1 071 dans l’arrondissement de Charleroi, 740 dans celui de Mons, 173 dans celui de Tournai. Il s’agit le plus souvent d’exploitations moyennes — de 60 à 80 ha. Avec Victor Bodin, Paulée a acheté à peu près le quart des biens mis aux enchères dans ce département. Dans l’arrondissement de Namur, il enlève pour 364 000 lt des biens estimés 936 000 ; de petites exploitations voisinent cette fois avec de « gros morceaux », estimés entre 100 et 200 000 lt — telles les abbayes de Gembloux et d’Argenton. Dans l’ensemble des départements belges, il aurait acquis plus de 20 000 hectares. Parmi ces biens, certains resteront durablement entre ses mains, ceux de l’arrondissement de Namur notamment. D’autres seront affermés, d’autres encore vendus. Mais il semble, en tout état de cause, qu’il ait gardé une énorme fortune foncière : sous la Restauration, l’opinion lui attribuera 500 000 F de rentes. Il paraît non moins certain que Paulée s’est, dès le début du Consulat, entièrement consacré à la gestion de cette fortune ; un acte notarié du 19 nivôse an VIII indique qu’il renonce désormais à faire aucun commerce ni négoce, ni à Paris ni ailleurs109. Il liquide même de petits intérêts, comme sa participation de 10 000 F dans l’entreprise du « nettoiement et arrosement de Paris », où il détenait un intérêt d’un cinquième110. En revanche, il s’occupe de se désigner pour procureur un agent d’affaires résidant à Bruxelles, Castille, chargé de régir ses propriétés de la Sambre-et-Meuse et de la Meuse inférieure ; de la même façon, à Mons, Marchand régira celles de la Lys111. On le suit dans la négociation, auprès de marchands et de banquiers, du recouvrement de fermages dont le montant pour le seul an VIII représente le revenu impressionnant d’un capital énorme.

  • 1 Jean Éloi Joachim Pestrelle, négociant à.Paris, avait été, depuis l'an IV, l'associé de Claro ainsi (...)

Note *1

64Parallèlement, Paulée revend des lots, de taille petite ou moyenne, à des Belges, à des Parisiens, ou à des membres de sa famille.

  • 2 Arch. nat., M.C.N., XLVIII, 427. Léger achète donc pour 125 687 F de bien. Nous n'avons pu l'identi (...)
  • 3 Ibid., LXXXII, 699. Pariset, également non identifié, est donc acheteur de 100 000 F de biens.
  • 4 Sans doute de la Cie Bauwens et Beths, qui avait obtenu en l'an IV la concession des revenus et fer (...)
  • 5 Beau-frère d'Isidore Warocqué, banquier et maître de charbonnages.
  • 6 Arch. nat., M.C.N., LXXXII, 700. Acquéreur, donc, de 160 000 F de biens ; non identifié.
  • 7 Ibid., 701. Apparenté à Barbe Dervaux, femme séparée de biens de Paulée, qui poursuivait pour son c (...)

Note 12
Note 23
Note 34
Note 45
Note 56
Note 67

65Ainsi, en un peu plus d’un an. Paulée se défait-il de près de 600 000 F de biens. Il est permis de penser que cette démarche n’est qu’un tri dans ses acquisitions dont, pour la majeure partie, il conserve la propriété.

Hainguerlot

  • 112 Elles lui servent en effet à cautionner un traité Thibaudier pour la construction au Havre de six b (...)
  • 113 Ibid., CVIII, 818. 2e jour complémentaire an VIII.
  • 114 Ibid., XCIII, 233. 7 nivôse an IX.
  • 115 Ibid., LIII, 724. 16 ventôse an XI. Il la revend 127 000 F en l’an XI.
  • 116 Ibid., XVIII, 1033, 19 mars 1808. II la revend 184 000 Fen 1808, au banquier Jean Jacques Berard. E (...)

66Sur Pierre Laurent Hainguerlot, fils d’un receveur de l’enregistrement du Calvados, on possède des indications encore plus fragmentaires. Delatte signale des achats de 254 ha dans l’arrondissement de Mons, de 79 000 F dans celui de Namur. Il avait certainement fait avant l’an VII d’autres acquisitions dans l’Ourthe112. A vrai dire, son activité de spéculateur remontait aux premiers temps des ventes nationales. En Normandie, il était depuis 1791 propriétaire en indivision d’une ferme de 140 ha à Ouistreham, achetée 296 000 lt, d’une autre ferme et de bois ecclésiastiques à Noyers, valant 140 000 lt113. Il avait acheté en l’an III un petit bien, patrimonial celui-là, valant 30 000 lt, à Saint-André-de-Bouchon, près de Carentan114, ainsi qu’une ferme nationale à Ézanville, près d’Écouen115. En l’an VII, il acquérait de Pommier, chef d’une compagnie de spéculateurs, une ferme en Seine-et-Marne, ayant appartenu au duc d’Orléans116.

  • 117 D’après Georges Lefebvre (1947) Hainguerlot aurait payé 50 000 F de contribution mobilière sous le (...)
  • 118 Arch. nat., M.C.N., LIII, 724.

67En fait, l’ampleur des achats d’Hainguerlot ne se précise vraiment qu’à l’occasion d’une liquidation qui met en évidence l’importance du soutien financier apporté par le banquier Louis Bastide aux opérations en question117. Le 14 ventôse an X, Bastide avait prêté par obligation la somme de 1 047 000 F à Hainguerlot. Par une vente du 28 nivôse an XI118, celui-ci remboursa partiellement Bastide en lui cédant pour 846 369 F de biens, soit la totalité de ses acquisitions de biens nationaux, se répartissant comme suit :

  • 119 Ibid., 732 et 733.
  • 120 Ibid., 743.
  • 121 Ibid., notamment 747. Delatte signale Bastide lui-même comme acquéreur d’un bien estimé 77 200 lt d (...)

68D’autres actes de la fin de l’an XII, guère plus explicites, montrent qu’Hainguerlot fit de Bastide son procureur pour la gestion ou la vente des biens qui pouvaient lui rester, tandis que Bastide lui-même confiait à Jean Baptiste Dijon — l’ancien fournisseur du Directoire — l’administration des biens qu’il avait achetés à Hainguerlot119. Bastide fit faillite le 20 décembre 1805 : un bilan du 31 janvier 1806120 inclut dans l’actif, toujours d’une façon obscure, une somme de 1 282 708 F sous la rubrique « affaire Hainguerlot ». De toute évidence, les biens qui avaient appartenu à ce dernier servirent à éteindre une bonne part des créances passives après que Dijon, installé à Bruxelles, eut reçu l’ordre de vendre121.

La Cie Bodin

69Delatte mentionne plusieurs autres spéculateurs français de marque : Jean Louis Bourcard, pour 119 ha dans l’arrondissement de Charleroi et 216 dans celui de Tournai ; Lecouteulx de Canteleu, pour 77 ha dans l’arrondissement de Mons et 268 000 lt de biens dans celui de Namur ; dans de moindres proportions, Henri Liévin-Carié, le vicomte Désandrouin, la Cie Bodin.

  • 122 Ibid., XVIII, 975 à 977, 979, 984 à 986. Une reconstitution intégrale des spéculations ne paraît pa (...)

70Les minutes notariales parisiennes éclairent particulièrement le cas de cette dernière122. Les frères Bodin — Victor et Louis, de Lyon et Paris — paraissent avoir, en l’an IX, déplacé l’essentiel de leurs activités de l’Italie et des fournitures aux armées vers l’achat et la revente de biens nationaux dans les départements tant français que belges, jouant sur une échelle importante le rôle d’une agence de transactions immobilières — et cela au moins jusqu’en l’an X.

  • 123 De frimaire à prairial an VIII, d’autres adjudications portent les achats de biens nationaux dans l (...)

71A l’achat, on a surtout la trace d’opérations dans la Dyle. Le 28 brumaire an VIII. la Cie Bodin se rendit acquéreur de 1 779 709 F de biens, en 374 lots, dont six seulement valaient plus de 10 000 F. Il s’agit, dans presque tous les cas, de bribes de biens ecclésiastiques de toute nature, depuis la cure villageoise jusqu’aux riches chapitres ou abbayes. Tout semble s’être passé comme si les Bodin étaient venus ramasser les miettes après que d’autres spéculateurs de haut vol se fussent taillé les plus belles parts. Quelles miettes, toutefois, et dans quelles conditions avantageuses !123 Bien que les achats aient toujours été faits à un prix légèrement — et parfois considérablement — supérieur à l’estimation, il ne fait aucun doute qu’ils ont été soldés dans une large mesure par la remise de bons divers, profondément dévalués. A défaut de documents plus explicites, il suffit, pour s’en convaincre, de constater que les Bodin revendent certains biens à un prix en numéraire bien inférieur au prix nominal auquel ils certifient les avoir achetés : l’incohérence n’est pourtant qu’apparente. Le profit est là, certainement énorme, on le pressent — mais se dérobant, une fois de plus, à une appréciation exacte.

  • 124 Sur cette somme, 34 000 F représentent des biens d’émigrés dans la Saône-et-Loire, la Seine-et-Marn (...)
  • 125 Parmi les autres gros acheteurs, un certain Claude François Guynet, de Montéli-mar, et un certain P (...)

72Ce sont les actes de vente qui procurent en fait l’image la plus complète des opérations des Bodin. Parmi les acquéreurs, au premier rang, la maison Bodin frères de Lyon, elle-même : elle rachète pour 264 000 F de biens124. Ensuite, le milieu dauphinois, dont les Bodin restaient visiblement très solidaires : un homme de paille agissant pour le compte du banquier Pierre Joseph Fleury-Jubié absorbe pour près de 400 000 F de biens, presque tous situés en Belgique. Un certain Louis Hyppolite Charles, de Romans, que la Cie Bodin avait souvent pris pour procureur, rachète pour sa part 350 000 F de biens : 272 000 F dans les départements belges, le reste en France — notamment, dans la Saône-et-Loire, des biens provenant des Mac Mahon125. La répartition géographique des biens vendus, pour une somme d’un million et demi, est la suivante :

Les frères Capon et Gabriel Julien Ouvrard

  • 126 Un exemple (d’après Arch. nat., M.C.N., XLV, 659, 1er ventôse an V) : cautionnant Joseph Santerre, (...)

73On ne peut éviter de retrouver Ouvrard à propos des biens nationaux — à la fois en raison des placements fonciers massifs qu’il a réalisés de bonne heure à Paris, aux environs de la capitale ou en province126, et du fait de son intérêt toujours en éveil à l’égard des formes les plus diverses de la spéculation. Deux séries de documents jettent une lumière à coup sûr très partielle sur les procédures de la spéculation immobilière chez Ouvrard.

  • 127 Ibid., XCIII, 222, 223, 225. Paul Capon, né à Cabrières (Gard) en 1757, avocat puis homme politique (...)

74D’une part, on saisit en l’an VII l’existence d’une société entre Ouvrard et Paul Capon, banquier à Paris127, dont l’objet est de financer les achats de biens d’émigrés par des adjudicataires qui manqueraient de fonds, Ouvrard avançant les deux tiers et Capon le tiers des sommes nécessaires, sous la forme d’obligations à 5 %. Ils ont d’ailleurs pour procureurs dans cette affaire Housset et Robin, qu’Ouvrard employait également dans ses opérations de fournitures pour la Marine.

  • 128 Ibid., M.C.N., XCIII, 227, 15 vendémiaire an VIII. Il s’agit de la forge à fer de l’Épine, de l’Aff (...)
  • 129 Ibid., VII, 563, 1er floréal an XI. Ouvrard vend d’autre part à Michel l’aîné l’hôtel de Montesson, (...)

75D’autre part on peut suivre, à propos de l’un des biens les plus considérables acquis par Ouvrard, une tentative originale de mise en valeur. Il s’agit des terres de Preuilly et d’Azay-le-Féron, aux confins de l’Indre et de l’Indre-et-Loire, qu’il avait achetées en fructidor an VI. Entrant en affaires avec un certain Jean Marie Faure, d’Azay-le-Féron, Ouvrard lui affermait pour 15 000 F par an les terres de Preuilly et d’Azay à l’exception des bois et des usines qui en dépendaient128. Pour l’exploitation de celles-ci, il créait la société Faure et Cie, dont Faure devenait le gérant tandis que lui-même, seul commanditaire, fournissait la totalité du capital se montant à 360 000 F. Mais Ouvrard ne paraît guère avoir persévéré dans cette voie. Dès l’an XI, en effet, il vendait pour 800 000 F les deux domaines à Michel jeune129. Par la même occasion, il lui cédait pour 250 000 F les terres et domaines de Villandry et Savonnières (Indre-et-Loire), comprenant notamment les 459 ha de la forêt de Villandry, et, pour 100 000 F, 180 ha de terres dépendant d’une ferme nationale en Picardie. Transaction trahissant probablement l’obligation où il se trouvait de rechercher de l’argent frais pour alimenter de nouvelles opérations, et constituant d’ailleurs un exemple choisi de cette circulation de mains en mains, à l’intérieur d’un cercle restreint de grands capitalistes, de beaux ensembles domaniaux toujours recherchés pour leurs qualités de placements.

Le foncier : consolidation ou poids mort ?

76Si les grands fournisseurs s’installent dans la condition de grands propriétaires fonciers, le fait n’est pas pour autant dépourvu d’ambiguïté, particulièrement pour ceux d’entre eux qui poursuivent sous l’Empire le recouvrement de leurs créances. L’aventure du Lillois François Delannoy, munitionnaire général des vivres-viande, en fournit la preuve.

  • 130 Ibid., M.C.N., LUI, 741, 19 vendémiaire an XIV.
  • 131 Ibid., 2 brumaire an XIV.

77En l’an XIII, en effet, le gouvernement décide de lui régler son dû, en même temps qu’à plusieurs autres, sous la forme de biens nationaux non vendus dans les quatre départements rhénans annexés. C’est pour Delannoy le point de départ d’une chaîne d’opérations dont l’objet est, visiblement, de remobiliser le plus rapidement possible ce capital foncier afin de solder les dettes dont il reste chargé comme munitionnaire. Il revend deux millions de biens à Levavasseur, le receveur général des finances du Maine-et-Loire, et à Van der Leyen, le grand soyeux de Crefeld. Mais comme les deux tiers environ de cette vente lui restent dus, il transporte sa créance à la banque Johannot, Martin, Masbou et Cie130. Quelques jours plus tard, il emprunte 561 000 F au banquier Nicolas Hubbard, hypothéqués sur un million d’autres biens nationaux provenant de la dotation de la Légion d’Honneur, cédée à la Caisse d’Amortissement131 ; puis 500 000 F par moitiés à Jean Pierre Collot et à Michel jeune, hypothéqués sur un autre million de biens sis dans le Mont-Tonnerre.

  • 132 Arch. de Paris, D 11 U3, 36/2346.
  • 133 Dans l’actif mobilier, outre une masse imposante de créances non identifiables, montant à plus de d (...)
  • 134 Modestie que l’on peut déduire, faute d’autres informations, de la dot de Mme De-lannoy : 8 000 F e (...)

78Quelques mois plus tard, pourtant, Delannoy est en faillite132. Le bilan donne une idée plus nette de l’étendue de sa fortune. Le passif fait apparaître d’autres recours à l’emprunt hypothécaire, pour 1 300 000 F, auprès de négociants lillois. L’actif excède le passif de près de deux millions — mais ce sont, bien sûr, les difficultés de sa mobilisation qui entraînent la suspension des paiements. On y trouve encore plus de 3 100 000 F de biens nationaux non vendus, près de 3 600 000 F de biens autres, près de 500 000 F de créances par fermages de domaines nationaux ou par ventes non soldées133 — soit un peu plus des deux tiers de l’actif total : environ 6 700 000 F sur 9 900 000. Du libre réinvestissement des profits faits dans les fournitures à leur conversion forcée en terres, il y a toute la distance qui sépare la faillite d’un règlement qui aurait dû, normalement, laisser un solde positif très confortable, sinon exceptionnel — compte tenu, notamment, de pertes sur l’estimation des biens nationaux, et aussi de la modestie du point de départ134.

Notes

1 Arch. nat., AFIII, 619, 4373. Les signataires étaient les Cies Amelin Van Robais, Lanchère fils, des lits militaires ; Charrasson, Félice, Dutertre et fils, Chevallier, ainsi que Armand Seguin, Bordier et Hecgmann, Michel frères, Victor Bodin, Perier ( ?).

2 Ibid., AFIII, 620.

3 Elles auraient été précédées d’offres de services d’Ouvrard par l’intermédiaire de Bruix. Écarté, Ouvrard aurait réclamé le remboursement de dix millions avancés au Directoire ; Bonaparte aurait répondu en donnant à Forfait, le nouveau ministre de la Marine, l’ordre d’examiner la comptabilité des marchés de son département. Cf. Lévy 1929.

4 Arch. nat., M.C.N., XV, 1035, 29 fructidor an VIII.

5 Selon Capefigue 1856, p. 183, Barrillon et Enfantin auraient été les banquiers les plus en faveur auprès du Directoire. Il est certain en tout cas que Barrillon fut un chaud partisan du coup d’État, qu’il évoque en écrivant à Greffulhe : « Alors arriva le 18 Brumaire, et le gouvernement réparateur de Bonaparte ; alors tous les esprits s’exaltèrent et chacun entrevit l’aurore du bonheur et de la tranquillité intérieure ; les hommes prirent d’autres idées et les choses changèrent de face » (cité par Gille 1954). Il n’est pas moins instructif de constater que l’enthousiasme n’était pas partagé parl’ensemble de la haute banque ; ainsi Jean Conrad Hottinguer écrit-il à son ami Gaspard Escher, le 20 décembre 1799 : « Tout est aussi gelé que le temps ici. La Constitution est reçue avec tiédeur, et je crains qu’elle ne soit pas une version définitive » (A. É. de Zurich, papiers de famille Escher vom Glas, 171205/2, Correspondance).

6 Arch. nat., M.C.N., XV, 1132.

7 Ibid., 1135.

8 Ibid., 1136, 27 brumaire an IX : une des formes de leur aide consiste à accélérer le versement du cautionnement des receveurs généraux (ainsi, une obligation de 126 725 F à 10 % l’an de Passy, receveur général de la Dyle).

9 Ibid., AFIV, 1082, 1, f° 42 à f° 43. Voici par exemple, à la date du 28 thermidor an IX, la liste des banquiers et négociants, prêteurs du gouvernement, et le montant de leurs obligations déposées au Trésor :
Image 1.jpg

10 25 millions furent négociés chez Bastide et 5 chez Barrillon à 2 % par mois (payables en papier court sur l’étranger et les départements) ; 6 millions le furent au même taux chez les Dix Négociants réunis (dont 4 payables en papier court et 2 en écus) ; 2 chez Fulchiron aux mêmes conditions ; 1 chez Auteract à 1 3/4 % (contre 100 000 F en espèces et 900 000 F en traites à soixante jours) ; les trois restants chez six autres banquiers, dont Jouty et Doyen (partie en numéraire et partie en papier sur Paris).

11 Arch. nat., M.C.N., XV, 1141, 5 fructidor an IX ; et AFIV, 1082, 1, f° 130. Dans une lettre à Greffulhe, du 27 avril 1802, Barrillon se dit l’inventeur de l’instrument des « Banquiers du Trésor public », du nombre desquels il aurait toutefois été écarté (cf. Gille 1954).

12 Arch. nat., AFIV, 1058, 1, f° 59 à f° 64.

13 Fargeon et Rigaud achetèrent tout de suite en Belgique 50 000 q de blé, qu’ils firent moudre par les moulins de la vallée de l’Oise et acheminer vers les magasins de Pon-toise, Saint-Denis et Paris. Un peu plus tard, Carié faisait embarquer 50 000 q à Anvers, pour Rouen.

14 Ce banquier peu connu était vraisemblablement originaire du Limousin.

15 Lettre déjà citée, du 27 avril 1802.

16 C’est ce que suggère Bertrand Gille (1959, p. 34).

17 Arch. nat., AFIV, 388, 2 855, rapport de Bricogne, du 15 janvier 1808.

18 D’origine douaisienne, comme plusieurs autres grands personnages de la finance révolutionnaire, Vanlerberghe reste peu connu dans ses activités comme dans sa carrière. Il est pourtant certain qu’il brassait de grosses affaires dès la fin de l’Ancien Régime : à preuve cette faillite du banquier Doucet de Suriny (Arch. de Paris, 4 B6, 110/7883, 27 septembre 1790) dans laquelle Vanlerberghe représente à lui seul 85 % des créances actives, étant débiteur de 888 723 lt par avances en compte courant, endossements ou acceptations à ses traites. Doucet de Suriny, pour sa part, avait pour principaux créanciers les grands négociants d’Yverdon, notamment Louis Mandrot, Perceret, Louis Lambert, Bourgeois, Bertrand...Nous n’en savons pas plus.

19 Voir Duchêne 1970. Depuis l’achèvement de notre travail, l’histoire des entreprises financières et commerciales d’Ouvrard et de ses associés a été renouvelée par le très important livre de Marten G. Buist (1974), dont les informations sont directement puisées aux archives bancaires hollandaises.

20 Rapport déjà cité de Bricogne, et Arch. nat., AFIV, 1082, 2, f° 92 à f° 93. 11 semble qu’il y ait eu, préalablement, une soumission de Perregaux, Récamier et Doyen.

21 A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 170.

22 A. D. Rhône, fonds Guérin, 2 F 340.

23 Sur tout ceci, voir notamment Godechot 1937 et Lefebvre 1947.

24 Arch. de Paris, D 11 U3, 14/1021, 9 décembre 1801.

25 Jouxtant le bois de Vincennes. Il doit s’en défaire : elle passe en 1807, pour 120 000 F. dans les mains d’un entrepreneur de charpentes de la division des Quinze-Vingts (Arch. nat., M.C.N., XXVI, 880, 25 thermidor an XII, et 891, 22 janvier 1807).

26 Arch. de Paris, D 11 U3, 1/12. Elle doit assurer la fourniture de fourrages aux armées d’Italie et des Alpes, et aux 7e et 8e divisions militaires. Le capital est réparti en 60 parts : 18 à Antonini, 36 à Rozier, 6 réservées pour un troisième associé à venir.

27 Ibid., 1/1 ; Arch. nat., M.C.N., XCIII, 247, 6 frimaire an XI. Elle a pour objet le service des vivres. Le capital est réparti en 25 actions, dont 6 vendues en dehors des associés. L’importance des opérations de cette compagnie a certainement été considérable, puisqu’en l’an VIII le gouvernement lui paie pour 5 686 940 F de fournitures, presque autant qu’à la Cie Olry, chargée du même service pour l’armée du Rhin (5 989 688 F) (Arch. nat., AFIV, 1384-1385).

28 Burel était déjà intervenu en l’an V dans le cautionnement d’un marché de chevaux pour l’armée d’Italie ; on apprend à cette occasion qu’il possède 430 000 lt de biens sis dans le canton de Givors, dont 200 000 lt de vignobles à Millery.

29 C’étaient Charpentier, Augst, Gimpel et Mercking. Arch. nat., M.C.N., XLV, 664, 6 messidor an VI.

30 Ibid., 669, 23 prairial an VII.

31 Ibid., XV, 1183, 28 mars 1806.

32 Ibid., CVIII, 864, 30 thermidor an XI, et Arch. de Paris, D 31 U3, 3/423, 3/16, 5/197, 5/28.

33 Arch. nat., M.C.N., LXXXVI, 921. Le gage est fourni par 600 000 F de biens à Quiévrain, Menin, Bruxelles, Uccle, Tournai, Bruges, etc. Le frère, Charles Joseph Rousseau, rentier à Rencognes (Ardennes), avait été fournisseur des fourrages de l’armée du Nord (Arch. gén. du Royaume, Bruxelles, notaire Bourdin, 31719).

34 Arch. nat., M.C.N., LXXXVI, 923, 19 fructidor an VIII.

35 Ibid., XLV, 665, 7 vendémiaire an VII. Il avait eu alors pour associés les banquiers Geyler et Jordan.

36 Arch. de Paris, D 31 U3, 1/3.

37 Jean Lanchère père, natif d’Angoulême, avait pris en 1796 les transports de l’armée de Sambre-et-Meuse et, avec Cerf Berr, ceux de l’armée d’Italie ; il avait participé ensuite avec Lamotze au recouvrement de la contribution de Francfort (dont ce dernier avait retiré 800 000 F, volant aux paysans de la région les chevaux qu’il utilisait pour l’armée — cf. Godechot 1937, t. I, p. 145 et 169). Jean Lanchère fils apparaît en l’an VII dans le triple service des équipages d’artillerie, des remontes et des transports dans l’intérieur (Arch. nat., M.C.N., XLV, 665, 27 frimaire ; cautionnement de 1 243 000 F). Le père avait constitué rapidement une belle fortune : le 6 pluviôse an VI, il avait acheté le château de Maisons pour une valeur nominale de 948 000 F ; il le revendra en l’an XIII au maréchal Lannes, pour un prix réel de 450 000 F ; il possédait en outre des maisons à Paris, un domaine à Dixmont (Yonne) et un autre à Vaux, près d’Angoulême (Ibid., LII, 730, 733, 734).

38 Ibid., XLV, 660, 28 fructidor an V ; 661, 5 vendémiaire an VI. On retrouve Claro installé à Paris en l’an X, faubourg Saint-Honoré ; il paraît s’être spécialisé dans la liquidation des créances arriérées pour fournitures. Vve Panckoucke apporte en garantie près de 600 000 F de biens à Lille, Bruxelles, Saint-Denis, dans les régions de Béthune et d’Arras, et dans l’Aube. Levrat est sans doute issu du négoce lyonnais.

39 Elle fait faillite au bout d’un an. Girardot avait aussi fourni le cautionnement en immeubles. Arch. de Paris, D 11 U3, 13/880 et D 31 U3, 1/8. Arch. nat., M.C.N., LXXXVI, 921, 19 nivôse an VIII.

40 Arch. de Paris, D 31 U3, 7/66 et Arch. nat., M.C.N., XLV, 679, 1er prairial an XII.

41 Arch. nat., M.C.N., XLV, 680, 11 vendémiaire an XIII. Récamier soutient également la Cie Noé.

42 Ibid., 670, 18 fructidor an V. Il s’agit d’une compagnie pour la fourniture du pain à Paris et dans ses environs.

43 Ibid., XCIII, 227 et 233. Les Mevolhon avaient aussi participé en l’an VIII à l’entreprise des transports pour l’armée d’Italie. L’un d’eux sera fait baron d’Empire et figurera en tête des plus imposés des Basses-Alpes. Quant à Joseph Capon, il tient à l’entourage d’Ouvrard ; lui et son frère Paul sont de puissants capitalistes dont les activités seront étudiées p. 165 sq.

44 Service historique de l’Armée (Vincennes), C19 117.

45 Cf. supra, p. 148. Arch. nat., AFIV, 292.

46 Arch. nat., M.C.N., XLV, 669, 16 fructidor an VII.

47 Arch. de Paris, D 31 U3 2/218. Boury, installé à Saint-Denis depuis l’an IV dans un bien national valant 80 000 F, avait eu l’idée de réunir sa manufacture et sa concession minière en une seule société par actions (2 000 titres de 1 000 F chacun). Les ateliers de Saint-Denis auraient fabriqué l’outillage nécessaire au montage « en grand » d’usines à Livourne, à l’île d’Elbe, en Corse, sur les côtes méridionales de la France. Il s’était assuré le concours de Lajard, le secrétaire de Chaptal ; de Ferre-geau, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, directeur des travaux maritimes ; de différents capitalistes lyonnais et grenoblois ; de Brière de Mondétour, maire du IIe arrondissement de Paris, etc.

48 Arch. nat., M.C.N., LXXXVI, 921. Ils figurent pour 342 000 F sur les états de liquidation de l’an VIII (Ibid., AFIV, 1386).

49 Ibid., M.C.N., LXXXVI, 922. Paillard est pour 803 000 F sur les états de liquidation.

50 Ibid. Dossier est pour 580 000 F sur ces mêmes états.

51 Delpont est pour 921 000 F sur les états de liquidation : c’est le plus fort créancier, sur 5 700 000 F de fournitures pour le « grand et petit équipement et harnachement des troupes ».

52 Cette fourniture exclusive était consentie contre une remise de 10 % sur le prix courant du commerce. Seguin recevait en avance 100 000 F en numéraire par décade. Arch. nat., M.C.N., XLV, 661, 19 brumaire an VI.

53 Arch. de Paris, D 31 U3 6/148, 7/27 et 28.

54 Ibid., 5/64 et 7/32.

55 Ibid., 5/35. Dans l’ensemble, Paris livre, bien entendu, des articles confectionnés. La principale « matière première », le drap militaire, vient d’ailleurs : parmi les fournisseurs les plus assidus, Aynard, de Lyon, et Fabreguette, de Lodève. Rappelons encore l’étonnante continuité, de l’Ancien Régime à l’Empire, de fournitures telles que celle des lits militaires, constamment assurée par le même groupe d’hommes d’affaires montpelliérains installés plus tard à Paris, notamment Jean Jacques Puech. Cf. Ibid., D 31 U3, 6/174, traité du 1er janvier 1807 pour neuf ans ; on trouve également dans l’association Louis Pierlot, receveur général de l’Aube et banquier à Paris.

56 Arch. nat., M.C.N., XLV, 665, 24 frimaire an VII.

57 Ibid., 688, 9 nivôse an VII. Cautionnement de 357 000 F seulement, pour lequel Chevalier est aidé par Jacques Carbonel, un marchand de chevaux de la rue de Bondy — que l’on retrouve en l’an VIII dans la fourniture de 3 000 chevaux pour la remonte de la cavalerie. Chevalier lui-même est propriétaire du château et des terres de Vauréal (canton de Pontoise).

58 Ibid., même date.

59 Le Creusot était aux mains — entre autres — d’Antoine Gévaudan, par ailleurs actionnaire des Messageries et entrepreneur du service des transports militaires dans l’intérieur (Ibid., LXXXVI, 922, 29 pluviôse an VIII) en société avec Jean Baptiste Rebuffet. Gévaudan apparaît pour 2 917 000 F sur les états de liquidation de l’an VIII.

60 Ibid., XCIII, 225, 23 prairial an VII. Ouvrard avait déjà cautionné Blanchard en novembre 1797 pour des fournitures de blé, farine et vin aux ports de l’Atlantique.

61 Ibid., 227, 1er frimaire an VIII.

62 Ibid., 225, 17-18 prairial an VII.

63 Cf. chapitre III.

64 Pour tout cet exposé, on s’appuie notamment sur les travaux de Wolff 1933, et de Payard 1958.

65 Ouvrard était encore derrière la Cie Boissonneau — nom d’emprunt de Blanchard — pour l’approvisionnement en l’an VIII de l’armée d’Italie en grains et vins, à livrer dans les magasins de Nice, Toulon et Marseille.

66 Arch. nat., AFIV*, 191, « Procès-verbaux du Conseil d’administration de la Marine », an VIII-1811. Le principe d’une centralisation des fournitures fut pourtant maintenu.

67 Ibid., M.C.N., XCIII, 226, 27 et 29 fructidor an VII.

68 Le gouvernement lui reconnut « beaucoup de zèle dans le service », mais le cautionnement de deux millions n’avait pas été réuni, et le désordre de la comptabilité fut à l’origine de l’impasse.

69 Voir Payard 1935.

70 Arch. de Paris, D 6 U3, 11, 18 brumaire an IX.

71 Il s’en retire en l’an IX ; y entrent alors Victor Louis Blanchard le jeune, et un Nantais, Charbonnier. Arch. nat., M.C.N., XCIII, 229.

72 Ibid., 228, 25 nivôse an VIII. Y entre, au début de 1801, un autre négociant Nantais, Idlinger.

73 Château de Landreau ; château des Herbiers, avec six métairies ; château de La Routière, avec une métairie, à Aubigny ; trois métairies à Bourg-sous-la-Roche ; une métairie à La Roche-sur-Yon ; un domaine et une métairie à Saint-Gervais. (Ibid., 222, 29 ventôse an VII.)

74 Cf. supra, p. 147 sq.

75 Dès l’époque du Directoire, on voit ainsi la banque Doyen et Durieux cautionner un marché d’habillement du 5 germinal an IV passé par la grande maison bruxelloise Frédéric Romberg et fils, pour les armées du Nord et de Sambre-et-Meuse. La caution de 1 500 000 F est constituée par l’ensemble des biens de Doyen et Durieux, et par les « fonds et crédits de leur banque ». (Ibid., XLV, 660, 8 floréal an V.)

76 Ibid., XVIII, 970, 989-991, 1000, 1008.

77 Ibid., 995-997, 1000.

78 Ibid., XLV, 664, 5 et 13 thermidor, 9 et 22 fructidor an VI ; et 679.

79 Ibid., 660, 13 prairial an V. Les associés sont : Pierre Colombel, ex-législateur, riche propriétaire de Pont-à-Mousson ; Jean François Paré, ex-ministre de l’Intérieur, propriétaire dans l’Ain ; Mayer Lazare, de Strasbourg, riche de 500 000 F de biens dans le Bas-Rhin et la Moselle ; Lombard, peut-être un Marseillais ; Dagnese Giro, négociant à Paris ; Claude François Lejoyand, ancien médecin des hôpitaux militaires.

80 Ibid., 664.

81 Ibid., 665, 7 vendémiaire an VII.

82 Ibid., LXXXV, 921.

83 Arch. de Paris, D 11 U3, 18/1328 ; Arch. nat., M.C.N., XVIII, 978.

84 Ibid., 991, 17 germinal an XI.

85 Ibid., 998. Les biens immeubles de Frainnau se composaient ainsi :
Image 2.jpg
Mais faute d’entretien ou d’affermage, ces immeubles, pour la plupart d’origine nationale, s’étaient dégradés et n’étaient estimés, au moment de la faillite, qu’à 600 000 F. Excellente base pour le crédit hypothécaire, l’immeuble est en revanche un capital difficile à mobiliser dans de bonnes conditions à court délai, sauf exception, et c’est un capital vivant aussi exposé à la dépréciation que susceptible de valorisation.

86 Ce Verninac était probablement un ancien agent diplomatique français dans la République helvétique. La banque suisse à Paris avait, en tout cas, participé au lancement de l’affaire : Hunziker et Strauss, Bertschinger, et Guebhard, ce dernier par un prêt hypothécaire de 248 000 F.

87 Arch. de Paris, D 11 U3, 17/1258. Humbert s’appuyait sur la possession des trois-quarts de l’hôtel de Richelieu, rue Neuve Saint-Augustin, estimé 375 000 F, et hypothéqué au profit de Guebhard.

88 Installé à Paris et au Havre avant 1789, et commanditée successivement par François Battier fils, au Dragon, de Bâle ; par Rougemont et Hottinguer, de Paris ; et par Usteri, Escher et Cie, de Zurich. A la fin du Directoire et au début du Consulat, Amet et Ronus sont associés au banquier bâlois Jean Louis Bourcard.

89 Arch. nat., M.C.N., LXXXVI, 921, 29 frimaire.

90 Bourcard : le domaine de Poulligny, à Torcy (Côte d’Or), quatre fermes nationales (Jemmapes) et une maison patrimoniale à Lyon ; Amet : un domaine patrimonial à Châtillon d’Azergues et Fleurier (Rhône) et quatre fermes nationales à Mondeville (Calvados).

91 Arch. nat., M.C.N., XV, 1148 (8 prairial an X), 1152 (2 vendémiaire an XI), et 1158 (3 prairial an XI).

92 Ibid., 1173.

93 Ibid., 1179, 5 fructidor an XIII. Roche, à son tour, échange ses créances contre des biens nationaux détenus par la Caisse d’Amortissement — ceux de la dotation de la Légion d’Honneur, qu’elle lui a rachetés, sis dans les départements belges et rhénans. Ibid., 1180, 11 vendémiaire an XIV.

94 Ibid., 19 vendémiaire an XIV.

95 En 1806 Auguste Monttessuy paraît changer de champ d’action. Lui et son frère s’associent le 1er septembre à Antoine Bayard, un vieux routier des fournitures, pour la fourniture de la viande à toutes les troupes de l’Empire pendant six ans (Arch. de Paris, D 31 U3, 3/37). D’autre part, de 1811 à 1814, Charles Monttessuy est associé à l’un des principaux tanneurs parisiens, Claude Louis Salleron, rue du Fer à Moulin, sans doute encore pour des fournitures militaires ; la société rassemble, à mises égales, un capital d’un million (Arch. de Paris, D 31 U3, 5/44 et 9/29).

96 Arch. nat., M.C.N., XLV, 665 et 669.

97 Ibid., 669. Laurenson est un ancien entrepreneur de transports militaires. Les immeubles hypothéqués par Roëttier sont ceux d’un grand notable parisien : une belle maison au carrefour de la Croix-Rouge, d’autres rues du Four, de la Ferronnerie et à la Porte Saint-Antoine (valeur totale : 700 000 F).

98 Ibid., XLVIII, 434, 5 et 12 pluviôse an IX.

99 Arch. de Paris, D 5 B6, reg. 1274. Failli le 28 octobre 1799 (Arch. de Paris, D 11 U3, 9/626), François Aumont possédait 600 000 F de biens (maisons à Paris, fermes dans le Hurepoix). Son frère cadet, failli en même temps, en avoue 200 000 F en fermes et herbages dans le Calvados.

100 Signalons encore l’intervention de Hottinguer et Cie dans un marché Maubreil, du 24 octobre 1812, pour la fourniture de froment et d’avoine en Catalogne, pour l’exécution duquel ils s’engagent à avancer 500 000 F en numéraire dans un délai de quelques mois — opération sans doute jumelée avec une spéculation sur des denrées coloniales (Arch. nat., M.C.N., XVIII. 1058. 16 décembre 1812).

101 Ibid., XLV, 661, 13 brumaire an VI.

102 En particulier, sur un cautionnement de plus d’un million, Fouché fournit sa portion dans la propriété indivise d’une habitation dans la plaine de Léogane, comprenant une sucrerie et cinquante-deux carreaux « de terres en pleine culture et faisant actuellement fruit » ; le bien est estimé au moins 300 000 lt. Sous le Consulat, Bourrienne, engageant à la fois ses capitaux et son influence dans les plus hautes sphères, au profit de Coulon frères, tanneurs et fournisseurs, fournit une autre belle illustration des services que le personnel politique ou administratif n’hésitait pas à rendre au monde des fournisseurs.

103 Arch. nat., M.C.N., XLV, 661, 1er frimaire an VI.

104 Ibid., 662, 3 nivôse an VI.

105 Ibid., 665, 9 frimaire an VII. Cautionnement de 2 358 556 F.

106 Ibid., 688, 13 nivôse an VII. Cautionnement de 7 millions. D’autres témoignages épars suggèrent la fascination exercée par les entreprises de fournitures sur les classes les plus diverses de la société. Ainsi un ci-devant marquis de Maubreil, capitaine des chevau-légers westphaliens, quitte-t-il en 1810 le service pour les fournitures. En 1812. on le trouve engagé dans la fourniture à Barcelone de 25 000 q de froment et de 160 000 décalitres d’avoine, en société avec un négociant-commanditaire d’Amsterdam. Jean Jacob Voute junior ; le cautionnement est fourni par Madame Grabowski sur la château et les fermes de Mormant, en Seine-et-Marne — 1 512 arpents valant 1 430 000 F. (Ibid., XVIII. 1058.). Cf. supra, n. 100.

107 Arch. de Paris. D 11 U3, 14/995.

108 Delatte 1932-1933. p. 189-339. et 1938.

109 Arch. nat., M.C.N., LXXXII. 698.

110 Arch. de Paris. D 31 U3, 1/35 ; Arch. nat., M.C.N., LXXXII, 698, 29 nivôse an VIII et 700. 11 messidor an VIII.

111 Arch. nat., M.C.N., LXXXII. 699. 5 prairial an VIII et 697, 15 frimaire an VIII.

112 Elles lui servent en effet à cautionner un traité Thibaudier pour la construction au Havre de six bricks de seize canons. Arch. nat., M.C.N., CXV, 1047, 6 brumaire an IX.

113 Ibid., CVIII, 818. 2e jour complémentaire an VIII.

114 Ibid., XCIII, 233. 7 nivôse an IX.

115 Ibid., LIII, 724. 16 ventôse an XI. Il la revend 127 000 F en l’an XI.

116 Ibid., XVIII, 1033, 19 mars 1808. II la revend 184 000 Fen 1808, au banquier Jean Jacques Berard. En l’an VII, également, on voit Pierre Laurent Hainguerlot commanditer pour 250 000 F la maison de commerce en commission d’Haute-mesnil et Cie, dont François Jacques Hainguerlot Beauvais (un frère ?) est l’un des gérants. De 1796 à 1798, Hainguerlot avait déjà effectué un détour par les grandes affaires, en s’associant à Herriès, Hérissé, Montz et à ce même d’Hautemesnil dans une compagnie bancaire (Ibid., T 1710,1).

117 D’après Georges Lefebvre (1947) Hainguerlot aurait payé 50 000 F de contribution mobilière sous le Consulat.

118 Arch. nat., M.C.N., LIII, 724.

119 Ibid., 732 et 733.

120 Ibid., 743.

121 Ibid., notamment 747. Delatte signale Bastide lui-même comme acquéreur d’un bien estimé 77 200 lt dans l’arrondissement de Namur.

122 Ibid., XVIII, 975 à 977, 979, 984 à 986. Une reconstitution intégrale des spéculations ne paraît pas possible, mais on en apprend assez pour en apprécier l’ampleur.

123 De frimaire à prairial an VIII, d’autres adjudications portent les achats de biens nationaux dans la Dyle à un total de 1 978 817 F, en 475 lots. On repère en outre 16 340 F d’achats dans le département de Jemmapes (an IX) et 31 252 F de biens d’émigrés dans celui de la Haute-Vienne (an VIII — an XI).

124 Sur cette somme, 34 000 F représentent des biens d’émigrés dans la Saône-et-Loire, la Seine-et-Marne, la Meuse, les Côtes-du-Nord ; le reste est constitué par des biens ecclésiastiques belges.

125 Parmi les autres gros acheteurs, un certain Claude François Guynet, de Montéli-mar, et un certain Pierre Joseph Mouton (respectivement 162 000 et 79 000 F). Des Parisiens, aussi : le négociant en toiles Meaux Saint-Marc et le banquier Pierre François Tiberghien ; deux « employés », un inspecteur aux revues peuvent bien n’avoir été que des prête-noms.

126 Un exemple (d’après Arch. nat., M.C.N., XLV, 659, 1er ventôse an V) : cautionnant Joseph Santerre, entrepreneur de la fourniture de 6 000 chevaux de remonte pour les armées de Rhin-et-Moselle et de Sambre-et-Meuse, Ouvrard offre à cette date en garantie 870 000 F de biens, qui ne sont très probablement qu’une partie de son capital immobilier. Ces biens se répartissent comme suit :
Domaine de Louveciennes 250 000 F
2 maisons à Paris 30 000
2 fermes à Saint-Léger, canton de Dourdan, provenant de la liste civile 150 000
1 ferme provenant de l’abbaye de Fontenay, près de Caen 200 000
1 domaine à Châteauneuf, canton d’Abbeville 240 000

127 Ibid., XCIII, 222, 223, 225. Paul Capon, né à Cabrières (Gard) en 1757, avocat puis homme politique activement mêlé à la réunion du Comtat à la France ; nommé en l’an II chef de la commission des armes, poudres, artillerie et mines, puis chef de division au ministère de la Marine, il était passé dans les affaires depuis l’an IV, date à laquelle il avait pris une commandite dans Hellot frères et Cie, fonderie de cuivre d’Avignon qu’il rachètera totalement en l’an IX et exploitera jusqu’en 1807 avant d’être obligé à son tour de la céder à Fould. Cf. Ibid., XCIII, 237, et Barjavel 1841, t. I. Un frère, Joseph Capon, est dit « propriétaire » et habite à la même adresse, Chaussée d’Antin. En 1810, Paul et Joseph Capon sont portés dans l’Isère comme candidats au Conseil général des Manufactures, en tant que propriétaires de la fabrique de limes de Saint-Gervais ; ils déclarent à cette date 53 000 F de revenus fonciers et 50 000 F de revenus d’industrie (Arch. nat., F12, 937).

128 Ibid., M.C.N., XCIII, 227, 15 vendémiaire an VIII. Il s’agit de la forge à fer de l’Épine, de l’Affinerie de Feny et du fourneau de Claize. La mise de fonds d’Ouvrard est en fait constituée, jusqu’à concurrence de 300 000 F, par des bois taillis mis à la disposition de la société.

129 Ibid., VII, 563, 1er floréal an XI. Ouvrard vend d’autre part à Michel l’aîné l’hôtel de Montesson, sur la Chaussée d’Antin.

130 Ibid., M.C.N., LUI, 741, 19 vendémiaire an XIV.

131 Ibid., 2 brumaire an XIV.

132 Arch. de Paris, D 11 U3, 36/2346.

133 Dans l’actif mobilier, outre une masse imposante de créances non identifiables, montant à plus de deux millions et demi, on rencontre 75 000 F d’actions et 16 000 F de participation à l’armement d’un corsaire.

134 Modestie que l’on peut déduire, faute d’autres informations, de la dot de Mme De-lannoy : 8 000 F en 1782. Un an et demi plus tard, la faillite de Louis Mayer Marx et Joseph Mayer(Arch. de Paris, D 11 U3, 39/2517), Juifs de Nancy, entrepreneurs de fourrages militaires, comporte des analogies avec celle de Delannoy, encore qu’elle soit beaucoup plus réduite en volume et due principalement à près d’un million et demi d’« excédent de dépenses par rapport aux bases du marché », considéré comme restant à la charge du gouvernement et inscrit à l’actif. Celui-ci, à la date du 16 avril 1807, fait apparaître en effet la vente de 407 000 F de biens nationaux cédés par l’État, dans la région de Coblence en particulier. L’acquéreur a été, cette fois encore, Levavasseur, personnage dont les activités mériteraient décidément d’être mieux connues ; du moins le sait-on associé à Pierlot, le receveur général de l’Aube, dans la commandite (pour les 6/7 du capital) de la maison de banque, commission et commerce Bruneau, Sébault et Cie — ces derniers, négociants de la rue du Mail (Arch. de Paris, D 31 U3, 1/172, société du 25 septembre 1801, et 2/358, acte du 14 octobre 1805). En 1805, Levavasseur a cédé à Dubra sa part dans la commandite.
Bien entendu, le monde de la spéculation sur les biens nationaux déborde largement le petit monde des fournisseurs, à l’intérieur même duquel notre exploration est certainement loin d’être complète. Nous n’avons pu envisager une investigation systématique du côté des grands propriétaires rentiers. Bornons-nous pour finir à signaler deux pistes. R. Darquenne a repéré Christophe Flachat, acquéreur le 28 mai 1804 des biens de la famille de Looz-Corswarem, situés sur la rive gauche du Rhin, pour 3 438 527 F — preuve, à tout le moins, de l’importance des gains accumulés au temps du Directoire et de la première campagne d’Italie, quand Flachat se trouvait, avec plusieurs compères, au centre d’une société commerciale complexe rayonnant de Paris sur la côte méditerranéenne (Flachat, Laporte et Castelin, à Paris ; Barthélemy Peragallo et Payan, à Gênes ; Rebuffat et Cie, à Livourne ; Sabin Peragallo à Marseille. Arch. de Paris, D 3 98). On pourrait aussi suivre les opérations (Arch. nat., M.C.N., XVIII, passim) d’Eustache Antoine Richard de Behague, « ancien conseiller et commissaire du Roi pour l’administration du gouvernement du Calaisis », qui apparaît en 1806 comme l’un de ceux qui rachètent à Leva-vasseur des biens des départements rhénans.

Notes de fin

1 Jean Éloi Joachim Pestrelle, négociant à.Paris, avait été, depuis l'an IV, l'associé de Claro ainsi que de Carette et Minguet sous la raison de J. Pestrelle et Cie (Arch. de Paris, 3 B6, 95). Il n'est pas possible de savoir si cette société avait un rapport avec les spéculations de Paulée.

2 Arch. nat., M.C.N., XLVIII, 427. Léger achète donc pour 125 687 F de bien. Nous n'avons pu l'identifier.

3 Ibid., LXXXII, 699. Pariset, également non identifié, est donc acheteur de 100 000 F de biens.

4 Sans doute de la Cie Bauwens et Beths, qui avait obtenu en l'an IV la concession des revenus et fermages des biens nationaux dans les départements annexés de Belgique, jusqu'à concurrence de dix millions.

5 Beau-frère d'Isidore Warocqué, banquier et maître de charbonnages.

6 Arch. nat., M.C.N., LXXXII, 700. Acquéreur, donc, de 160 000 F de biens ; non identifié.

7 Ibid., 701. Apparenté à Barbe Dervaux, femme séparée de biens de Paulée, qui poursuivait pour son compte des opérations sur les biens nationaux en Belgique et à Paris ; nombreux rachats, notamment à Deloffre, négociant parisien.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540