Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire

 | 
Louis Bergeron

Chapitre V. La Banque de France

Texte intégral

1A la différence des établissements qu’on vient d’étudier, la Banque de France a déjà eu ses historiens. Son insertion dans la politique financière, monétaire et économique de Napoléon est connue ; son fonctionnement et ses activités, également ; il n’y aurait guère à ajouter à ce qui a été écrit sur le soutien limité qu’elle a apporté au Trésor, ou sur l’ampleur nouvelle qu’elle a donnée à l’escompte des effets de commerce sur la place de Paris — sur ce dernier point, la perte des carnets individuels d’escompte et des registres de renseignements paraît faire obstacle à tout renouvellement de la recherche.

2En revanche, il est deux aspects de l’histoire des origines de la Banque sur lesquels ses archives pouvaient encore livrer des informations. Le premier concerne la Banque comme société par actions, comme corps d’actionnaires. Les grands livres d’actions, et à l’occasion les registres de paiement des dividendes, permettent de connaître avec précision non seulement le petit groupe des bailleurs de fonds et des administrateurs, mais aussi la diffusion sociale à laquelle cette valeur à la fois rémunératrice et symbolique qu’était l’action de la Banque a pu atteindre. Le second aspect concerne les premières tentatives de la Banque pour sortir de Paris ; les archives des Comptoirs d’Escompte, la correspondance du gouverneur éclairent, au moins d’une façon partielle, un épisode encore malchanceux, une tentative prématurée de centralisation des institutions de crédit, une série de conflits, plus faciles à pressentir qu’à analyser, entre Paris et la province, entre des structures économiques et des attitudes à l’égard du crédit et du billet dont la diversité importe au tableau, si imprécis dans ses détails, de la géographie économique historique de la France napoléonienne.

I. LES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE

3Une première vue globale de la répartition des actions peut être fournie par les registres d’émargement des actionnaires pour la perception des dividendes, qui donnent la situation à la fin d’une année et servent de base à la discrimination des deux cents plus forts actionnaires, convoqués à l’assemblée générale des premiers jours de l’année suivante. Malheureusement il ne subsiste qu’un registre d’émargements pour le dividende du deuxième semestre de 1808, donnant l’état de la répartition des actions au 31 décembre 1808. Il est vrai que la date n’est pas mauvaise — la plus grande partie du capital de la Banque était alors souscrite — et qu’à partir des grands livres d’actions, intégralement conservés, il serait possible de reconstituer l’état au dernier jour de chaque année. Ce dernier travail, portant sur un nombre important d’actionnaires, supposerait un classement long et minutieux que l’on n’a pas effectué, son rendement paraissant trop limité.

  • 1 Ces cinq comptes n’ont pu être identifiés. Il s’agit de 101 actions « réservées pour la Caisse d’Ép (...)

4On utilisera donc, comme première approche, une coupe à un moment où la Banque est en tout cas un organisme consolidé et définitivement constitué. Elle concerne théoriquement 73 449 actions réparties entre 2 334 actionnaires. En fait il y a lieu de faire porter les calculs sur 2 327 actionnaires seulement, et par suite sur 68 925 actions, car il faut déduire cinq comptes d’actions de la Banque de France1 (486 actions), un compte du Comptoir Commercial (3 038 actions) et un compte de la Caisse d’Amortissement (1 000 actions). Ces déductions opérées, on constate alors que la ventilation des actions entre les actionnaires est la suivante :

  • 2 Lettre du 15 juin 1810 (Arch. de la B. de F., copie de lettres, 11 juillet 1809-5 avril 1811).

5On ne peut donc qu’être frappé par le relatif éparpillement des actions de la Banque : plus de la moitié des actionnaires (52,6 %) détiennent au maximum 10 actions ; les quatre cinquièmes (79,9 %) en détiennent au plus 30 ; les neuf dixièmes (91,1 %), au plus 70. Un dixième à peine (8,9 %) se détache fortement au-dessus de cette masse de petits et moyens actionnaires : ce sont, à peu de chose près, les deux cents plus forts (208 exactement). Le seuil ainsi déterminé n’a guère dû varier jusqu’à la fin de l’Empire : à l’approche du premier dividende semestriel de 1810 le Secrétariat général de la Banque note qu’il y a 233 actionnaires propriétaires de 61 actions au moins, indication qui concorde presque parfaitement avec le tableau ci-dessus2.

6En revanche, ce petit dixième des actionnaires détient une bonne moitié du capital (53,7 %), selon une répartition qui fait apparaître l’importance prédominante du groupe des actionnaires détenant de 101 à 1 000 actions.

7Il est à remarquer que les 208 actionnaires en question n’ont pas tous le droit de siéger à l’assemblée générale de la Banque : certains d’entre eux, et de fort puissants, n’ont pas, en effet, la nationalité française. Mais dans la mesure où il s’agit d’analyser la composition d’un groupe d’actionnaires en tant que tels, il n’est pas nécessaire de tenir compte de cette restriction.

8Malheureusement, l’analyse ne portera que sur 113 de ces 208 actionnaires, les seuls dont l’identification professionnelle soit sûre. Parmi les autres, il est vraisemblable qu’il se rencontrerait une majorité de propriétaires et de rentiers, capitalistes indifférenciés. L’inconvénient de cette analyse sur échantillon limité est, au reste, compensé par le fait que ces 113 actionnaires détiennent 25 030 actions, donc les 5/7 du capital détenu par les 208 plus forts, ou encore 36 % du capital placé. Leur répartition est la suivante :

9Le groupe des banquiers est, bien entendu, prédominant, et d’une double manière : non seulement parce qu’il détient la majorité relative des actions (si l’on associait les groupes voisins des banquiers et des agents de change, on arriverait presque à la moitié des actions de l’échantillon considéré) ; mais encore parce que beaucoup d’entre eux sont de très gros actionnaires — c’est-à-dire, pour la Banque de France des débuts, propriétaires de plusieurs centaines, voire d’un millier d’actions. (Voir page suivante.)

10On remarque que les chefs de file appartiennent en majorité à la banque suisse, d’avant 1789 ou d’installation plus récente, et plus au milieu neuchâtelois — exceptionnellement actif à l’époque napoléonienne — qu’aux milieux genevois et vaudois. Non moins frappante, la place tenue, même de façon plus modeste, par la banque néerlandaise. Parmi les maisons de banque proprement françaises elles-mêmes, rares sont les nouveaux venus — Laffitte, Seillère. La tête du groupe des plus forts actionnaires appartient bien à la haute finance d’Ancien Régime, dont les éléments solides et prudents ont traversé la Révolution.

11Le groupe des agents de change comprend également quelques très forts actionnaires : Jean Portau (602 actions), François Antoine Caron (557 actions), Jacques Lacaze (307 actions), Pierre Joseph Ferrand (305 actions), Ambroise Louis Jouanne (268 actions), Jacques Rigaud (225 actions), Georges Combe (225 actions) ; cinq autres détiennent entre 100 et 200 actions, trois enfin entre 70 et 100. Ces personnages jouaient un rôle important dans les transactions sur les actions de la Banque, dont ils ne retenaient entre leurs mains qu’un nombre constamment variable ; tel d’entre eux, Ferrand — l’un des agents d’affaires parisiens du grand Pourtalès —, en avait, par exemple, des origines à la fin de l’an XII, acheté 4 386 et revendu 4 259.

12Le groupe des négociants, plus compact, se caractérise par un tassement vers le bas : un quart seulement de ses membres possède plus de 200 actions. Pourtant, du point de vue socio-professionnel, il est très proche des deux précédents, et la distinction est souvent bien arbitraire entre négoce et banque. Il est dominé par la présence du commerce de commission, du négoce maritime, des grands marchands de toiles, mousselines et indiennes. Ces derniers réintroduisent sous un deuxième aspect la présence très affirmée des Neuchâtelois : Jacques Louis Pourtalès l’aîné (600 actions), Paul Gabriel Pourtalès (355), Ferdinand Petitpierre (150), Jean Michel Soëhnée l’aîné (150), Vaucher-Du Pasquier(137), Paul Louis Carbonnier (80), aux côtés de Gros, Davillier et Cie (387). Le grand négoce maritime international est représenté par Nicolas Joseph Clary (1170 actions : c’est, à la fin de 1808, le second des actionnaires de la Banque), Vve Homberg et Homberg frères et Cie (162), Béhic et Cie (75). La masse des composants de ce groupe est constituée par les commissionnaires, si typiques du commerce parisien de l’époque.

  • 1 Si l'on ajoute les 70 actions de François Alexandre, le fils, les Seillière détiennent en fait 304 (...)
  • 2 Si l'on ajoute les 157 actions personnelles de Benjamin Delessert et les 26 actions de François Mar (...)
  • 3 En fait, 130 actions sous le nom de Fulchiron en y comprenant les 30 actions de Joseph, l'aîné.

Note *1
Note **2
Note ***3

  • 3 La société Robillard et Cie regroupe en réalité 445 actions si l’on tient compte des associés Carue (...)
  • 4 D’autres grands noms de l’industrie française de l’époque ne tiennent qu’une toute petite place par (...)

13Face à ces trois premières rubriques, on note l’insignifiance de celle des manufacturiers : Oberkampf (212 actions) et son associé James Pétineau (200) ; Samuel Joly, filateur et tisseur de coton à Saint-Quentin (100) ; Surbled, un faïencier (50) ; Jacques Florent Robillard, un manufacturier des tabacs (100 actions)3. La manufacture vit sur d’autres habitudes de crédit, pour ses affaires courantes comme pour ses investissements : les escomptes de la Banque de France sont sans intérêt pour elle. L’achat d’actions de la Banque ne revêt pour Oberkampf que l’aspect d’un placement de prestige4.

  • 5 Les autres actionnaires de la famille impériale sont à cette date : Hortense de Beau-harnais (60 ac (...)

14Mais voici, en revanche, une catégorie d’actionnaires beaucoup plus étoffée, et bien différente des groupes précédents : il s’agit du haut personnel politique et administratif qui, en souscrivant des actions de la Banque, apporte (ou est sollicité d’apporter) à celle-ci le soutien de sa confiance plus encore que de ses capitaux, et contribue à concrétiser l’appui constant de l’État au grand établissement de crédit avec lequel ses liens sont sans doute encore plus forts dans l’opinion du temps que dans la réalité des institutions. L’Empereur lui-même est, en 1808, le troisième actionnaire de « banque », avec 1 000 actions5. On trouve derrière lui :

Le maréchal Jean Lannes, propriétaire de 419 actions

Charles Pierre Delespine, directeur de la Monnaie 302

Jean Baptiste Poissant, administrateur des Domaines 280

Martin Roch Xavier Estève, trésorier général de la Couronne 130

François Jaubert, gouverneur de la Banque 200

Emmanuel Joseph Sieyès, sénateur 150

Jean Pelet, conseiller d'État 106

Martin Garat, directeur général de la Banque 104

Joseph Marie Vial, caissier du remboursement des billets 231

Jean Baptiste de Nompère de Champagny, ministre des Relations extérieures 110

Jean Marie Vital Ramey de Sugny, général 100

Michel Ordener, sénateur 100

Charles Guillaume Pasquier, maître des requêtes 100

Joseph Alexandre Jacques Durant, ambassadeur à Stuttgart 100

Joseph de Lugo, agent général d'Espagne 100

le marquis de La Colonilla 100

Guy Claude Junot, receveur général de la Haute-Saône 90

Cambacérès 80

Gaudin 80

Alexandre Maurice Blanc-Hauterive, conseiller d'État 78

Michel Claparède, général 76

15Il est bien entendu nécessaire d’étendre l’analyse du corps des actionnaires au delà de cette première coupe, et cela dans deux directions : 1) chronologique, afin d’établir les modifications survenues dans la composition des groupes dirigeants de la Banque, modifications liées aux crises économiques (qui ont provoqué des coupes sombres dans les rangs de la finance et du négoce) ou à une évolution générale de l’institution elle-même ; 2) financière, afin d’isoler dans les catégories des moyens et petits actionnaires toutes les individualités dont la présence peut être utile à une qualification plus précise de l’ensemble des actionnaires de la Banque. A vrai dire la seconde de ces analyses est à peu près irréalisable : le caractère sommaire des indications portées en tête des pages des grands livres d’actions — pas toujours les prénoms, ni le domicile hors de Paris, aucune adresse ni mention professionnelle — rend en effet excessivement longue et aléatoire l’identification de centaines d’actionnaires.

16En ce qui concerne les groupes dirigeants de la Banque, on peut tout d’abord noter le comportement particulier des deux groupes principaux d’actionnaires étrangers — hollandais et suisses. En 1808, les Hollandais détiennent une part relativement élevée du capital de la Banque : aux 1 260 actions de Buys, Blancke, Kerkhoven et Tideman, aux 775 de Hubbard, aux 200 de Hogguer, s’ajoutent encore 370 actions aux mains d’une dizaine d’actionnaires, donc 2 600 au total — près de 4 % du capital. Mais il n’y avait pas là de quoi ôter à ce capital son caractère essentiellement français et, de plus, cette participation, avant de remonter à ce niveau — sans doute encouragée par le rattachement politique plus étroit au système napoléonien —, avait connu de fortes fluctuations : après un vif engouement en l’an X, les actionnaires hollandais s’étaient défaits de leurs valeurs en l’an XI et, plus massivement encore, en 1806. Une banque telle que Couderc, Brants et Changuyon disparaît définitivement de la liste des actionnaires après avoir figuré au nombre des deux cents plus forts. Hogguer a vendu, puis racheté. Ces maigres 4 % confirment le désintérêt des Hollandais pour les placements français.

  • 6 A signaler, pour mémoire, l’insignifiance des actionnaires étrangers autres que les Hollandais et l (...)

17Quant aux Suisses — en y incluant les Genevois —, leur participation ne monte pas en 1808 à 600 actions, nettement moins de 1 % du capital total. Il est vrai qu’il s’agit uniquement de Suisses résidents, à l’exclusion de ceux qui, installés à Paris, ont acheté beaucoup plus. Plus de la moitié de ces actions sont entre les mains des seuls Boissier(100) et Favre-Cayla (200), tous deux Genevois. Ce dernier ne s’était pas défait de ses actions au moment des crises ; en revanche, les rares actionnaires des autres places — Berne en particulier — n’avaient pas manqué de réagir par la défiance, comme les Hollandais. Il serait intéressant — mais comment y parvenir ? — de comparer ces attitudes avec celles des porteurs étrangers de 5 % consolidés, certainement encore nombreux ainsi qu’en témoignent, chez les notaires parisiens, des procurations pour la perception des arrérages. La faiblesse des participations extérieures à la constitution du capital de la Banque6 peut d’autre part être rapprochée d’une même faiblesse des participations françaises non parisiennes, dont beaucoup d’ailleurs abandonnées dès la première année. En 1808, semble-t-il, un seul actionnaire provincial, Barbier le Jeune, de Nancy, détenait 100 actions.

18A l’égard des gros actionnaires parisiens, le facteur principal d’évolution a résidé dans les crises commerciales qui ont provisoirement ou définitivement rayé de l’alma-nach un certain nombre de négociants-banquiers. Celle de 1803 élimine Faber (de Razuret et Faber), Geyler (de Geyler et Jordan), Barrillon, et, après une rémission d’un an, Enfantin ; celle de 1806, Bastide, J. L. Bourcard, Desprez, Fould, Karcher, les Récamier, Féline père, tandis qu’un Tiberghien ou un A. Sevène disparaissent des « 200 » sans pour autant avoir connu la ruine. Finalement, une trentaine de grands noms des affaires forment un noyau de « permanents » particulièrement solide au sein des « 200 » ; parmi eux, une douzaine de noms de la banque protestante et une bonne demi-douzaine de représentants de la finance languedocienne ou du capitalisme dauphinois soulignent, par cet autre biais, la continuité d’influence des vieilles souches dans les nouvelles institutions bancaires.

II. ACTIONS, ESCOMPTES ET PROFITS DE LA BANQUE7

  • 7 Les principaux éléments de la bibliographie sur l’histoire de la Banque de France auxquels se réfèr (...)

19Le capital de la Banque de France s’est constitué d’une façon très progressive et, finalement, incomplète.

20Les 30 000 premières actions n’ont été placées qu’au bout de deux ans et demi. Au cours de l’an VIII, 7 518 actions furent souscrites ; mais il entrait dans ce nombre, outre 665 actions résultant de l’échange de titres de l’ancienne Caisse de Comptes Courants, 5 000 actions achetées par la Caisse d’Amortissement.

21Au début de l’an IX, la souscription demeura fort hésitante jusqu’à la signature de la paix de Lunéville (20 pluviôse) ; alors seulement elle prit son essor de telle façon que la première moitié du capital se trouva rapidement constituée.

  • 8 La Caisse d’Amortissement vendit ses actions le 18 mars 1802 à un groupe de banquiers parisiens.

22Au début de l’an X, les espoirs de paix générale se précisant, et le dividende s’étant jusqu’alors révélé satisfaisant, le cours de l’action de la Banque monta au-dessus de 1 200, puis de 1 300 F, ce qui décida les régents à émettre les actions encore disponibles, en réservant le privilège de la souscription au pair aux actionnaires actuels ; les nouvelles actions furent cotées jusqu’à plus de 1 400 F. Presque tous les actionnaires participèrent à la nouvelle souscription, qui s’acheva presque en quatre mois. Les actions restantes se placèrent facilement au cours de la Bourse, la prime venant augmenter les réserves ; de plus, la Caisse d’Amortissement put se défaire des quatre cinquièmes de ses actions8.

  • 9 Gille 1954.

23Ayant étudié la correspondance entre Barrillon et Greffulhe, Bertrand Gille a attiré l’attention sur ce climat de l’hiver 1801-1802, si favorable au placement des actions restantes9. « J’ai suivi avec une extrême attention les progrès de cet établissement », écrit Barrillon au début de 1802 au sujet de la Banque de France. « Il est constant que de hautes destinées l’attendent, aussi me suis-je rendu l’un des plus forts actionnaires. Je possède 400 actions qui me laissent déjà un très beau bénéfice, indépendamment de 15 % de dividende que j’ai reçu en trois semestres. » Et de proposer à Greffulhe de racheter les 10 000 actions de la Caisse d’Amortissement, qui a récemment doublé sa participation, pour les revendre sur le marché de Londres — conformément aux vues du gouvernement, qui souhaite favoriser l’apport de capitaux étrangers, anglais ou hollandais. Barrillon comptait pouvoir acheter l’action entre 1 130 et 1 150 F, et la revendre à 55 ou 60 livres sterling, ce qui, au change de 22,5, aurait procuré un bénéfice, selon les cas, de 90 à 220 F par action — opération réellement superbe. En fin de compte elle ne se fit ni avec des étrangers (encore que Croese et Cie, d’Amsterdam, aient tenté de traiter), ni avec la participation de Barrillon. Mais le projet apporte un témoignage inappréciable sur l’engouement spéculatif qui se développait alors autour de la Banque.

  • 10 Il semble que 273 actionnaires, au moins, de la Caisse d’Escompte du Commerce aient demandé l’échan (...)

24En revanche, le placement des 15 000 actions dont la loi du 24 germinal an XI (14 avril 1803) avait prévu la création traîna à son tour en longueur pendant trois ans. Les régents attendirent le début de l’an XII pour les mettre en vente ; jusque-là les circonstances — crise économique, trop faible cotation de l’action en Bourse — avaient rendu leur émission trop désavantageuse. A la fin de vendémiaire an XII, le capital se montait à 32 210 actions, mais c’était parce que l’ancien Comptoir Commercial — désormais Jacquemart et fils et Doulcet d’Égligny — en avait souscrit 2 200. D’autres actions furent absorbées par l’échange de celles de la Caisse d’Escompte du Commerce10. La progression fut la suivante :

25En juillet 1806 le nouveau statut de la Banque avait déjà prévu le doublement des actions. En fait, l’émission des 45 000 nouvelles ne fut décidée que le 5 août 1807, après Tilsit, au taux de 1 200 F, c’est-à-dire avec une prime de 200 F, versée à la réserve. Ces actions ne furent pas toutes placées : il devait en rester 15 000 dans le portefeuille de la Banque.

  • 11 Cf. « Les crises économiques et financières. Le rôle de la Banque de France », I : 1802-1803, 1805- (...)

26Le versement effectif du capital par les actionnaires ne constituait pas le seul moyen d’approvisionnement en numéraire — approvisionnement qui se situait en permanence au cœur des préoccupations des administrateurs de la Banque puisque les règles de fonctionnement de celle-ci faisaient du niveau de l’encaisse métallique à la fois la sécurité de l’institution, la solidité de son billet et la mesure même de son activité, c’est-à-dire du volume des escomptes qu’elle pouvait consentir à l’État comme au commerce. La Banque pouvait compter sur des dépôts d’espèces en comptes courants (en novembre 1812 et octobre 1813, elle obtiendra que les administrations financières déposent chez elle les fonds à leur disposition). Elle gérait les fonds de la Caisse d’Amortissement et de la Loterie. Mais surtout, lorsque l’encaisse, approchant d’une dizaine de millions de francs, s’amenuisait dangereusement, la Banque entreprenait d’agir sur la circulation nationale ou internationale des espèces métalliques afin d’en drainer une part supplémentaire à son profit. Par exemple, elle s’efforçait de tirer du numéraire des départements en imposant à ses correspondants chargés du recouvrement de valeurs de lui en faire retour en espèces, et non en effets sur Paris11, sous peine de remplacement immédiat. Ou bien elle décidait des achats de piastres — à La Rochelle, Bordeaux, Bayonne, Toulouse, Perpignan ou Marseille. Ainsi en novembre 1801 à Bordeaux, par l’entremise des frères Rodrigues ; ou à la fin de 1802, quand une commission composée de Barrillon, Germain et Thibon fut chargée de suivre dans tous ses détails une opération sur les piastres.

27En dehors des crises de confiance qui provoquaient une ruée aux guichets (ce fut le cas à l’automne de 1805 quand la Banque, ayant fait de trop larges avances aux Négociants réunis, dénatura elle-même son billet en faisant de lui autre chose que la contrepartie d’opérations commerciales), d’autres phénomènes pouvaient agir dans le sens d’une réduction des disponibilités de la Banque en numéraire. Le censeur Journu-Auber, dans son rapport à l’assemblée générale des actionnaires du 24 vendémiaire an XIV, décrit l’un de ces mécanismes de sortie de numéraire : « Beaucoup de spéculateurs éloignés y (à la Banque) échangent par l’entremise de leurs correspondants leur papier sur Paris contre du numéraire ; et faisant venir cet argent chez eux, ils l’y emploient en d’autre papier à taux moyen, mais assez avantageux pour leur offrir des bénéfices faciles et souvent renouvelés. C’est ainsi que cette Banque si utile à Paris a aussi une influence salutaire et bien plus précieuse qu’appréciée sur la majorité des départements. »

28Le même évaluait de 5 à 600 000 F le numéraire versé normalement chaque jour par la Banque. D’autres mécanismes pouvaient jouer sous l’effet de besoins occasionnels du commerce. Ainsi, le rapport de Perregaux à l’assemblée générale du 20 vendémiaire an XI signale les difficultés de l’an X quand, après la paix d’Amiens, le numéraire a reflué « vers les ports de mer, où se sont sumultanément portées toutes les vues, toutes les espérances des commerçants » : alors la Banque a dû se préoccuper de drainer des écus vers Paris, pour soutenir le développement de l’escompte nécessité par les besoins extraordinaires du commerce. Jaubert signale comme élément d’explication de l’inquiétante diminution du numéraire de novembre 1812 « les envois successifs et considérables d’espèces d’or et d’argent dans les départements voisins et éloignés, et dans les places où des ventes publiques étaient ouvertes et où il y avait des droits à payer pour compte de l’administration des douanes » : certaines maisons étaient amenées, à cette fin, à constituer des réserves de numéraire anormalement fortes, jusqu’au moment où il fut décidé que les négociants de Paris pourraient verser à la Caisse de Service les espèces destinées au paiement des droits de douanes, et se libérer sur les lieux par des rescrip-tions de cette Caisse.

  • 12 Arch. de la B. de F., copie de lettres du gouverneur, 7 mars 1811-30 septembre 1817, notes et lettr (...)

29Enfin, il convient de signaler les inconvénients qu’a pu présenter à certains moments, pour la sécurité des opérations de la Banque, la structure même de ses réserves métalliques. C’est ainsi qu’à la fin de novembre 1812, sur 43,1 millions de francs en espèces, il y avait 18,1 millions en or, qu’on ne pouvait faire entrer dans les paiements ordinaires sous peine d’exciter des soupçons sur la rareté des espèces usuelles et, par suite, d’ébranler la confiance, d’aggraver le mal — sous peine, aussi, de voir cet or disparaître définitivement ou durablement par la thésaurisation. Sur les 24,9 millions restants en argent, il y avait 6,6 millions de pièces de 5,80 F — les anciens écus de six livres — qu’il n’était pas davantage question de verser dans la circulation (puisque, précisément, l’objet de la réforme monétaire était de les retirer) et dont la Monnaie n’arrivait pas à assurer la conversion à un rythme assez rapide. Aussi l’un des vœux de Jaubert était-il que le trésor se chargeât de l’or de la Banque et le remplaçât par de nouvelles pièces de 5 F en argent12.

30Avec la double garantie de ses disponibilités métalliques et de son portefeuille d’effets escomptés, la Banque de France émettait des billets. On se bornera à rappeler que leur circulation la plus élevée s’est portée de 23 à 25 millions de francs en l’an VIII et en l’an IX, jusqu’à 134 millions en 1812. Quant à la raison d’être de cette émission, on laissera de côté ici l’aspect secondaire des activités de la Banque — celui qui consistait à offrir des facilités de trésorerie à l’État, exclusivement sous la forme de l’escompte d’effets publics dont la nature a varié avec les années — et l’on se limitera à une mise au point concernant l’activité majeure de l’établissement : l’escompte des effets de commerce.

  • 13 Rapport du censeur Journu-Auber à l’assemblée générale du 20 vendémiaire an XI. Le thème est encore (...)
  • 14 Rapport de Journu-Auber à l’assemblée générale du 20 vendémiaire an XI.
  • 15 Rapport de Perregaux à l’assemblée générale du 25 vendémiaire an XII.

31Il ne fait pas de doute que la Banque de France a porté à sa perfection la technique de cet escompte. Sa préoccupation de n’attirer à elle que du « beau » papier sans risques l’a conduite à mettre tous ses soins à ce que Lanzac de Laborie a appelé l’anthropométrie commerciale ». Les administrateurs de la Banque ont toujours mis leur orgueil à souligner le talent des régents dans le choix du papier : bonne connaissance de la place, des « différentes branches du commerce de Paris et des hommes qui l’exercent »13 ; qualité du papier retenu, pour une présentation à l’escompte évaluée en l’an X à une quarantaine de millions d’escompte par jour, papier « reposant sur des achats de marchandises », traites « émanées du commerce le plus réel »14 ; rareté des pertes : à la fin de l’an XI, année marquée par « une des crises les plus affligeantes que le commerce ait jamais essuyées, et la place de Paris en particulier », la Banque sort de la crise avec seulement 66 000 F d’effets en souffrance15. La même prudence n’a cessé d’être appliquée à l’échéance du papier, choisie le plus possible en deçà des quatre-vingt-dix jours, et à la proportion entre les réserves métalliques et le passif par billets en circulation et par comptes courants.

  • 16 Ibid. Il importerait de savoir combien restèrent actionnaires de la Banque de façon durable.
  • 17 Rapport du censeur Journu-Auber à l’assemblée générale du 25 vendémiaire an XII.

32Il n’est pas davantage douteux que la sûreté technique ne s’est accompagnée, à la Banque de France, d’aucune innovation fondamentale en matière de crédit. Certes, la Banque a abaissé le taux de l’intérêt, à l’avantage à la fois des gens d’affaires et des finances publiques, de 6 % en 1800 à 5 % en 1806 et 4 % en 1807. D’autre part, elle a réellement englobé dans le bénéfice de ses escomptes la clientèle de tous les établissements publics d’escompte préexistants ou existants. Primitivement réservé aux actionnaires, l’escompte à 6 % réels (excluant les frais de recours à un banquier pour la troisième signature, que devaient subir les non-actionnaires) a été étendu, au 1er vendémiaire an XII, à « un grand nombre d’actionnaires » de la Caisse d’Escompte du Commerce qui « ont souscrit pour la conversion de leurs actions de Caisse en actions de Banque »16, ces actions étant affectées à la garantie du papier à deux signatures qui était le plus couramment entre les mains des actionnaires de la Caisse. Il a été étendu également aux actionnaires du Comptoir Commercial, « devenu actionnaire de la Banque pour la totalité de son capital... Il continuera d’être bureau d’escompte pour ses actionnaires, mais uniquement avec des billets de la Banque de France... Ces billets ne lui seront donnés qu’en échange des papiers de son portefeuille, cédés et escomptés à la Banque, garantis personnellement par les chefs de ce Comptoir, et par un dépôt considérable en numéraire. Ainsi... on ne pourra plus se plaindre que la Banque de France néglige le petit commerce pour réserver ses distributions à la haute banque ou aux commerçants de première ligne »17.

  • 18 Assemblée générale du 24 vendémiaire an XIV.
  • 19 Assemblée générale du 17 octobre 1806.

33Deux ans plus tard, le censeur Journu-Auber se flattera que la Banque ait escompté, au cours de l’an XIII, « une multitude de petits effets qui a porté l’aisance et l’émulation jusque dans les moindres boutiques et dans les ateliers naissants »18. A la fin de 1806, le premier gouverneur, Crétet, constatera que, la Banque n’ayant pu employer tous ses fonds disponibles faute de présentation d’effets à l’escompte, dans une année de ralentissement des opérations commerciales, le Comptoir Commercial lui a apporté une masse de petits effets « en descendant aux dernières branches de la consommation »19. On peut se demander si Crétet, à force de vouloir trop prouver, n’apporte pas ici des preuves de sens contraire : sa déclaration ne peut-elle s’interpréter, en effet, comme le signe que les modestes affaires n’étaient servies que lorsque la Banque n’avait personne d’autre à soutenir ? Enfin, par une mesure d’un caractère plus général, il fut décidé en 1808 que la troisième signature des effets présentés à l’escompte pourrait être suppléée par le transfert à la Banque, soit d’un certain nombre de ses actions, soit de 5 % consolidé pris à sa valeur nominale, ou encore par la garantie additionnelle d’un intermédiaire quelconque de la Banque. Au total, cette dernière, établissement unifié et aux moyens relativement puissants, a donné à l’escompte une ampleur inconnue au temps des Caisses et Comptoirs, le mouvement annuel passant de 205 millions de francs en l’an IX à 715 en 1810, compte tenu de « creux » à un niveau de 3 à 400 millions lors des crises (1806-1807 et 1811). Mais ces constatations doivent être assorties de deux réserves.

34D’abord, nous n’avons pas les moyens d’illustrer les déclarations des administrateurs de la Banque par le dépouillement de documents puisque les carnets individuels d’escompte (quelques-uns subsistent, par exemple, pour le Comptoir d’Escompte de Rouen) — qui nous auraient informés sur la clientèle de la Banque, l’importance et le calendrier des escomptes consentis à chacun — n’existent plus.

  • 20 Rapport de Perregaux devant l’assemblée générale du 25 vendémiaire an XII.

35Par ailleurs, il n’y a pas eu, dans les quatorze premières années d’existence de la Banque, de modification dans la qualité des services rendus, dans le type de crédit offert. On en est resté au crédit à très court terme, destiné à procurer des facilités à des maisons — et, selon toute vraisemblance, aux plus puissantes, à celles qui se trouvaient engagées pour tout ou partie de leurs activités dans la banque — ayant des besoins urgents en capital circulant. Exceptionnellement, en période de crise, une autre forme de crédit, non moins traditionnelle que la précédente, a été pratiquée par la Banque de France : celle du prêt sur consignation de marchandises de valeur double — sorte d’escompte extraordinaire qu’une commission spéciale était chargée de distribuer. Ainsi procura-t-elle durant l’été de 1803 plus de quinze millions de secours extraordinaires20. Une délibération du Conseil général avait en effet décidé de secourir les maisons « qui ont des marchandises et dont l’état de gêne ne vient que de la difficulté de trouver des acheteurs solvables ». Une commission composée de Davillier, Delessert, Sevène et Thibon avait été chargée d’examiner les demandes et les modalités des secours. Le premier solliciteur avait d’ailleurs été Barrillon qui, faisant état le 23 août de plus de deux millions de denrées coloniales entreposées à Paris, Lille, Anvers, Orléans et surtout Marseille, demandait deux millions d’avances sur ces valeurs, plus un million d’escompte extraordinaire avec la caution solidaire de Fulchiron, Récamier, Bastide, Desprez, Basterrèche, et Grammont et Chégaray de Bordeaux. Renversant les termes de la demande, la Banque lui avait accordé un crédit extraordinaire sur 800 000 F de marchandises existant à Paris, et un escompte extraordinaire de 2 200 000 F. Certes, il s’agissait, en soutenant les grandes maisons engagées dans les spéculations contemporaines de la paix d’Amiens, d’éviter un « dérangement » général, lié à l’étendue des relations d’affaires de telles maisons, et en même temps de garantir la sécurité de la Banque elle-même en lui évitant de se trouver chargée de valeurs escomptées non soldées à leur échéance. Néanmoins, on ne peut que souligner l’énormité des facilités consenties, malgré quelques réserves de principe, à un membre influent de la Banque, bénéficiaire il est vrai d’un mouvement de solidarité de la part des chefs de plusieurs autres établissements de premier rang.

  • 21 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1012, 9 nivôse an XIV, contrat entre Jean Auguste Sevène et Martin Garat (...)
  • 22 Arch. de la B. de F., copies de lettres du secrétariat général, 15 janvier 1806-27 mai 1807.

36Il en fut de même dans l’hiver de 1805-1806, selon des modalités assez souples qui comprenaient également le prêt hypothécaire avec ou sans intérêt, le prêt sur dépôt d’actions. C’est ce qui paraît ressortir de quelques opérations dont le détail est connu. Le 31 décembre 1805, la maison Sevène frères obtint 170 000 F « pour employer à ses besoins et affaires », remboursables le 1er mai 1806, sans intérêt, hypothèque étant prise sur la maison que possédait la société au coin des rues Neuve des Petits Champs et d’Antin21 ; elle demanda encore, le 22 janvier 1806, un escompte extraordinaire de 160 000 F. Le 8 janvier, la maison Carlier, Brindeau et Merda avait demandé 200 000 F pour un an, sur 70 000 F de dentelles, batistes et linons, plus une hypothèque sur 200 000 F de propriétés immobilières. Le 17, 300 000 F avaient été accordés aux Fonderies de Romilly, etc.22

  • 23 Cf. le suggestif article (et les textes qui y sont cités) de Guy Thuillier 1963a.

37La Banque de France aurait-elle pu sortir de ces limites et jouer un rôle d’animation économique ? Il en a été largement débattu dans les premières années du xixe siècle. Napoléon, pour sa part, assignait à la Banque, société d’actionnaires mais aussi institution d’utilité publique, les plus vastes objectifs en matière de circulation et d’intérêt de l’argent, souhaitant qu’elle escompte hardiment et à bon marché, et qu’en fin de compte elle pût négocier le papier de toutes les maisons de commerce de France. Il tint jusqu’au bout ses administrateurs pour timorés et incapables de sortir de vues étroites. Mais celui qui a le mieux vu, sans doute, l’insuffisance du rôle économique de la Banque de France, c’est Fiévée dont la correspondance recèle les critiques les plus pénétrantes23. Rappelant ses souvenirs de la France d’avant 1789 et citant l’Angleterre en exemple, il insiste avec force sur l’impossibilité du développement des richesses hors du crédit à long terme : « Il faut que les affaires se fassent à longs termes ou qu’il ne se fasse que peu d’affaires. » Et, passant de la théorie économique à la polémique, il accusait les marchands d’argent de la Banque de France d’agir dans le sens le plus néfaste en enracinant dans l’Empire l’habitude des courts termes, et en appelait à la création d’une banque « réelle » du commerce. L’argument devait porter si l’on songe par exemple que le 28 septembre 1803, en pleine crise commerciale, le Conseil général avait décidé de prendre temporairement à l’escompte du papier à... soixante-quinze jours au lieu de soixante.

  • 24 Rapport du censeur Journu-Auber à l’assemblée générale du 25 vendémiaire an XII.

38Grâce à la souplesse des institutions qui la régissaient et au souci de l’Empereur de ne pas exercer sur la Banque les pressions directes que certains de ses conseillers lui recommandaient pourtant, celle-ci a conservé la liberté de n’être que ce qu’elle a été : une caisse d’escompte aux fonctions parfaitement délimitées, gérée selon les principes de la raison et de l’expérience et finalement, selon le mot de Journu-Auber, conforme « à cette simplicité domestique plus voisine qu’on ne le croit de ce que nous appelons le bonheur »24.

  • 25 Arch. de la B. de F., copie de lettres, 27 août, 9 et 22 décembre 1811.

39Sous l’aspect des profits réalisés, la Banque de France des années 1800-1813 se présente comme une entreprise aux bénéfices modérés et décroissants — le mouvement de l’escompte n’ayant pas eu l’ampleur et la régularité de développement qui eussent été nécessaires pour rémunérer à un taux constant un nombre d’actionnaires qui a presque triplé en dix ans. Dans le courant de 1811, Jaubert devait s’inquiéter de la baisse régulière du dividende et envisager les moyens d’y remédier. La crise commerciale empêchant d’espérer une augmentation des présentations à l’escompte, et la prospérité des finances publiques interdisant d’attendre des gains sur l’escompte d’effets publics, le gouverneur proposait à Gaudin soit de racheter des actions — pour partager les bénéfices entre un plus petit nombre d’actionnaires, soit d’acheter du 5 % pour faire fructifier une partie du numéraire inemployé. A la fin de 1811, la chute du dividende semestriel à 31 F lui faisait estimer que la « cote d’alerte » était atteinte ; il fallait éviter que le dividende ne tombât au-dessous de 6 %, faute de quoi l’opinion pourrait s’émouvoir, l’action de la Banque baisser vivement et entraîner les effets publics25. La solution qu’il proposa finalement fut que le Trésor payât les arrérages du 5 % détenu par la Banque, selon le calendrier grégorien, à partir du deuxième semestre de 1811, ce qui suffirait à rétablir les profits à un niveau suffisant pour 1812, même compte tenu de prévisions d’activité pessimistes. Si l’on relie cet épisode à l’un des reproches principaux que la Banque ne cessa de faire aux Comptoirs départementaux (celui de ne rapporter qu’un intérêt dérisoire par rapport au capital qu’ils immobilisaient), on saisit combien, en dernière analyse, l’administration de la Banque de France demeurait sensible à l’intérêt des actionnaires comme ressort de l’activité de l’établissement.

III. LA BANQUE DE FRANCE, BANQUE DE PARIS
OU BANQUE DE LA FRANCE ?

  • 26 Discours à la séance du 5 décembre 1808 du conseil d’administration. Guttinguer est est un des repr (...)
  • 27 Commentaire de Guttinguer : cette mesure resserrera les liens commerciaux entre Paris et les départ (...)

40Avec l’établissement des Comptoirs d’Escompte, en vertu des décrets impériaux des 16 janvier, 18 mai et 24 juin 1808, s’esquisse une organisation centralisée et uniforme de l’escompte en France. Les justifications officielles en sont connues ; qu’il suffise de les retrouver, par exemple, dans la rhétorique complaisante au pouvoir d’un Guttinguer, directeur du Comptoir de Rouen : le gouvernement « a pris sous sa protection » la Banque de la capitale ; étendre le bénéfice des avantages qu’elle en tire aux villes départementales est « une idée grande et généreuse. J’ose assurer que le commerce de Rouen ne tardera pas à sentir tout ce qu’il doit d’amour et de reconnaissance au chef auguste de l’Empire qui l’a conçue. »26 Les avantages que la Banque de France pouvait en retirer sont évidents : il s’agissait de faire mieux valoir ses capitaux en drainant une partie de la matière escomptable créée dans les provinces ; cette préoccupation transparaît dans l’insistance du Gouverneur sur la nécessité pour les Comptoirs d’émettre des billets, car « sans émission de billets, point de bénéfice », comme dans l’obligation faite à ces mêmes Comptoirs d’utiliser une partie de leurs disponibilités à escompter des effets sur Paris, à trois mois d’échéance, et au taux préférentiel de 4 % (arrêté du 3 août 1809)27. Mais on peut aussi voir dans l’histoire assez agitée dés Comptoirs l’illustration d’un fait d’intérêt économique et social plus général — à savoir, le conflit qui oppose, pour des raisons d’ordre politique, psychologique, économique, des types régionaux de capitalisme à un capitalisme parisien d’esprit conquérant.

Le Comptoir d’Escompte de Rouen

41Ce conflit se développe essentiellement autour du problème très controversé de l’escompte par billets. Dès le conseil d’administration du 1er février 1809, alors que le Comptoir n’était en activité que depuis un mois, Guttinguer fit observer que l’établissement ne saurait escompter longtemps avec du numéraire exclusivement — celui des quatre millions avancés au Comptoir par la Banque, à titre de capital — et souligna que l’importance des bénéfices, donc l’émission de billets, était le meilleur gage de la confiance qui s’attacherait au Comptoir et, à travers lui, à la Banque. Sans doute croyait-il rencontrer un écho particulièrement favorable auprès des Rouennais, habitués à une circulation de papier : « Une expérience de neuf années a constaté l’utilité et la commodité des billets de la Banque de Rouen. » Mais il ne fut pas suivi par le conseil d’administration, qui ajourna le débat sur l’opportunité de l’émission jusqu’à ce que, onze mois plus tard, lors de la séance du 2 janvier 1810, Guttinguer relançât la discussion, tirant argument de ce que le défaut de fonds commençait à obliger le Comptoir à écarter du papier qu’il eût escompté si la caisse se fût trouvée suffisamment garnie. Cette fois, le Conseil se résolut à désigner une commission de trois membres pour étudier le problème de l’émission : il s’agissait de Duvergier et de Victor Élie Lefèvre, négociants, et de Pinel l’aîné, manufacturier. Son rapport du 1er février 1810, sous certaines réserves, paraît destiné à ranger l’opinion des censeurs et administrateurs à l’avis du directeur et du gouverneur.

42Certes, les rapporteurs insistent avec amertume sur la contradiction entre la stagnation de l’économie rouennaise et les facilités qu’on entend en quelque sorte lui imposer en matière de crédit : « Nous ne pouvons nous empêcher de convenir que les opérations de commerce sur notre place sont bien loin de l’importance et de l’activité dont elle jouissait pendant l’existence des deux banques qui ont précédé la nôtre. Alors la ville de Rouen approvisionnait ses nombreuses fabriques de toutes les matières premières qui lui étaient nécessaires. Ses relations maritimes la mettaient dans un rapport direct avec toutes les places de commerce du monde... Elle est maintenant privée de tous ces avantages, et ne les recouvrera qu’à la paix générale ; jusque-là, réduite à la consommation intérieure et à tirer la plus grande partie de ses matières premières de la capitale, devenue le centre du commerce depuis que les ports de mer sont fermés, les magasins de ses commerçants sont vides et leurs capitaux en numéraire, si faibles qu’ils soient, sont encore suffisants en proportion du peu d’importance de leurs opérations. Si les manufactures de notre ville ont conservé quelque activité, elles la doivent à l’industrie de ses habitants. »

43Mais, ajoutent les rapporteurs, ce n’est pas à la classe ouvrière que des coupures de 250 F peuvent être de quelque usage ; elles ne peuvent circuler que dans la banque et le commerce, qui n’en auront vraiment besoin que si la paix maritime s’établit. On notera, au passage, la pertinence des notations économiques : crise d’une économie portuaire contrainte à se replier sur la manufacture et le marché intérieur, dépendance nouvelle de Rouen à l’égard de Paris et rôle nouveau de la capitale elle-même — le reflux du sang et de la vitalité des périphéries littorales vers les régions continentales est ici pressenti sinon clairement exprimé.

44Cependant, les mêmes auteurs admettent la validité des arguments de la Banque et sont sensibles aux avantages d’une émission de billets qui s’assortirait d’une baisse du taux de l’escompte de 5 à 4 % — ce dernier taux réservé jusqu’ici à « nos banquiers seulement et quelques commerçants » possédant du papier sur Paris. De plus, on perçoit à Rouen une sensibilité à l’exemple anglais : « Si notre ville est déjà regardée comme le Manchester de la France, pourquoi dédaigner d’admettre au nombre de ses moyens de prospérité celui qui a contribué à enrichir et illustrer sa rivale ?... Empressons-nous d’imiter les exemples que nous donne notre implacable ennemie, s’ils peuvent contribuer à la prospérité de nos fabriques et de notre commerce et atténuer sa supériorité. »

45En fait, les rapporteurs sentaient bien que le problème était de confiance, donc politique. Aussi toute la fin de leur argumentation s’attachait-elle à réfuter les objections des adversaires de la circulation du papier : « Faciliter l’émission et la circulation de billets de banque dans les départements, c’est mettre dans les mains du gouvernement un moyen facile d’en faire un nouveau papier-monnaie et de leur donner un cours forcé, si quelque événement malheureux rendait cette mesure nécessaire... Un des moyens d’opérer cette funeste révolution serait l’enlèvement de tout le numéraire en réserve dans les caisses servant de gage et de garantie au remboursement des billets de banque. »

46A cela le rapport répondait simplement que le gouvernement avait cessé d’être arbitraire : « Le gouvernement sage sous lequel nous avons le bonheur d’exister doit dissiper entièrement nos craintes. » Or, précisément, ces craintes étaient loin d’être dissipées. L’influence lénifiante des rapporteurs fut contrecarrée par l’opposition acerbe des censeurs Dupont et Prosper Ribard, négociants, qui déposèrent entre-temps des Observations dont le ton montre que, dans le cercle étroit et confidentiel d’un conseil d’administration, des critiques précises et vigoureuses pouvaient être formulées contre la Banque, le gouvernement, le régime lui-même.

47Pour Dupont, le premier devoir des autorités centrales était de rétablir les conditions normales de l’activité économique : « Sans cesse agités ou arrêtés par la crainte de mesures particulières et variables, le commerçant et le fabricant restent continuellement dans une incertitude destructive de toute activité : une pareille instabilité produit dans toutes les branches un découragement qui ne diminuera qu’autant que des lois stables et rigoureusement exécutées offriront quelque sécurité ». Les opérations commerciales ne s’élevant pas « dans la proportion des espèces circulantes, malgré le haut prix de toutes les marchandises », il importe, plutôt que de créer des billets, d’offrir au commerce « les moyens de calculer sagement ses opérations, au lieu de l’exposer continuellement à des variations ruineuses ».

48En second lieu, Dupont, à l’occasion d’une attaque contre Hottinguer, régent de la Banque, qui avait énergiquement défendu l’article XI des statuts concernant l’obligation de la troisième signature, esquissait une défense de l’honneur du commerce rouennais, soupçonné par le régent de se livrer à des spéculations hasardeuses exigeant « les plus grandes précautions » :

49« M. Hottinguer paraît avoir assimilé le commerce maritime de Rouen à celui de quelques autres ports, dont les opérations consistent généralement en expéditions lointaines, faites en partie sur le crédit, et qui sont soumises à des résultats plus ou moins certains... Le commerce maritime de Rouen... se borne à la navigation du grand et du petit cabotage, qui rendent en temps de paix notre port l’entrepôt de toutes les matières premières, ainsi que des denrées de toute espèce destinées à la consommation de la capitale et d’une partie de l’Empire. Cette navigation qui ne produit que des opérations naturelles, faciles et promptes à réaliser, n’offre aucune de ces chances extraordinaires à redouter.

50Et le censeur concluait, en une formule assez équivoque : « Espérons que le génie qui nous gouverne parviendra bientôt à nous faire jouir d’une paix solide et durable, unique but de ses travaux. »

51Quant à Ribard, il insistait sur la contradiction entre les intérêts de la Banque et ceux de la place de Rouen, et sur la fragilité de fait du régime impérial. S’adressant aux administrateurs du Comptoir, il leur rappelait que, « n’ayant concouru ni par leurs vœux ni par leurs démarches à la formation de l’établissement », ils avaient « conservé dans toute sa plénitude le droit de mettre en première ligne et de faire valoir avant tout l’intérêt de la place ». L’émission de billets doit résulter, aux termes mêmes des statuts des Comptoirs, de l’utilité locale : or on se trouve, dit Ribard, en présence d’une pression de la Banque de France, par l’intermédiaire du Directeur du Comptoir, qui n’a pour but que de satisfaire les intérêts des actionnaires de la Banque et d’aider cette dernière « à concentrer en elle le crédit universel du commerce ». « L’intérêt pécuniaire de la Banque de France n’est ici qu’une considération secondaire. » Plus largement, Ribard voyait dans la résistance de ses collègues quelque chose d’analogue à la défense d’un bastion avancé. « L’émission de quelques billets sur la place de Rouen..., c’est le premier pas d’une mesure qui étendra sur toute la surface de l’Empire l’usage de ces billets. »

52Si Rouen cède, Lyon suivra. De proche en proche, de ville en ville, et au besoin par la création de petites coupures s’adaptant aux transactions les plus modestes, on en arrivera à ce que « les billets se répandront partout et feront partout de la manière la plus facile et la plus commode le service de la monnaie... Je sais que nous avons un motif de confiance inébranlable dans le génie du héros qui nous gouverne... Si le calme et le loisir d’une paix générale lui permettaient de tourner toutes ses pensées vers l’administration intérieure de son Empire, nous pourrions nous abandonner à la sécurité la plus entière ; mais ce moment n’est point encore arrivé. Peut-être faudra-t-il encore que Napoléon aille terrasser d’un regard de nouveaux ennemis. Souvenons-nous des fâcheux effets que sa seule absence produisit, il y a peu d’années, sur le crédit de la Banque. »

53En fin de compte, le 1er mars 1810, les administrateurs, à la faible majorité de sept voix contre six, décidèrent d’ajourner la demande d’émissions de billets. En fait, ce vote fut le dernier épisode de l’opposition rouennaise. Le 3 avril, le directeur relança la discussion en prenant appui sur la situation déplorable dans laquelle se trouvait le Comptoir vis-à-vis des candidats à l’escompte : en deux semaines, il avait dû refuser pour près de 600 000 F de valeurs, et payer pour un tiers des sommes escomptées en effets payables dans Paris — et non en numéraire, la caisse étant presque constamment à sec. Le 17, Guttinguer obtient un vote favorable : huit voix se prononcent pour la demande d’émission. Comment l’interpréter ? Sans doute comme le résultat d’une combinaison d’influences entre l’expérience antérieure de la Banque de Rouen, et la pression de besoins réels, combinaison assez forte pour venir à bout des préventions locales contre la Banque de France et contre un pouvoir qui entretenait la France dans la guerre permanente.

54Paris avait donc réussi à imposer son point de vue. Mais il convient de remarquer que cette seconde expérience de la circulation du billet de banque à Rouen fut tout aussi modeste que la précédente. Ce n’est que le 27 septembre 1810 que la Banque de France arrêta la création de deux millions de billets de 250 F pour le service du Comptoir de Rouen. Toutes les caisses publiques du département et des départements limitrophes reçurent l’ordre d’admettre les billets du Comptoir à l’égal des espèces. Toutefois, « jusqu’à ce qu’ils soient généralement connus et appréciés comme ils doivent l’être », la caisse devrait être « bien pourvue d’espèces et toujours en mesure de tout rembourser à bureau ouvert, quoiqu’il soit bien démontré qu’une réserve en espèces du tiers au quart au moins de la somme de billets en circulation, à côté d’un portefeuille bien composé, soit une garantie parfaite du remboursement de tous les billets en circulation ».

55Les premiers 250 000 F furent émis le 15 octobre 1810, cependant que le taux de l’escompte était ramené à 4 %. L’émission n’atteint son maximum de deux millions que le 15 mars 1811. La circulation effective des billets n’excéda guère 1 200 000 F. Elle devait être réduite à quelques dizaines de milliers de francs lorsqu’en mars 1814, à la suite de l’ordre d’annulation des billets des Comptoirs, il en fut retiré pour 1 875 000 F. Enfin, la Banque de France ne retira pas pour autant du Comptoir de Rouen les bénéfices espérés : en effet, le second semestre de 1811 et le premier semestre de 1812 furent marqués par une crise très profonde, et l’année 1813 ne permit pas de retrouver la prospérité, déjà toute relative, des années antérieures.

Le Comptoir d’Escompte de Lyon

  • 28 L’histoire du Comptoir d’Escompte de Lyon a été abordée par Bertrand Gille (1960).

56Le gouverneur Jaubert devait citer en exemple au Comptoir d’Escompte de Lyon la décision des administrateurs rouennais, qu’il présentait comme le résultat d’une réflexion longuement mûrie. Mais à Lyon, la résistance aux vœux de la Banque devait se révéler beaucoup plus homogène et durable. Il est intéressant de constater que, au delà de certaines identités de réactions psychologiques ou politiques entre Lyon et Rouen, cette résistance se fondait ici sur des oppositions de structures28.

57Dans les dernières semaines de 1808, avant même que ne commencent les opérations du Comptoir, ses propres administrateurs savaient bien que l’établissement aurait du mal à s’enraciner. Ce type de banque étant neuf sur la place de Lyon, où rien de pareil n’avait jamais existé, on n’en attendait que des débuts modestes ; il faudrait que les hommes d’affaires de Lyon apprennent à en sentir l’utilité, et attendre le retour de la paix. Cinquante-cinq maisons furent bien admises à l’escompte au cours du mois de janvier 1809 ; mais ensuite les admissions ne s’élevèrent que lentement pour atteindre cent vingt au bout d’un an. Pratiqué avec un capital de six millions en numéraire, l’escompte ne dépassa guère un million pendant les trois premiers mois ; « on ne peut pas douter qu’il n’existe sur la place une masse de papier sur Lyon infiniment plus grande que celle présentée à l’escompte », notait le 27 mars le conseil d’administration. Toutefois, l’escompte progressa jusqu’aux environs de 2 500 000 F par mois en août-septembre, à près de 3 800 000 en octobre, à plus de quatre millions en mars 1810 ; en novembre 1809, les présentations à l’escompte commencèrent à excéder de beaucoup les fonds disponibles.

58C’est alors que le gouverneur de la Banque de France, jusque-là fort discret, déplora pour la première fois que « de fausses préventions » s’opposent à l’essor de la circulation sur la place de Lyon, « par là condamnée à n’être qu’une place de second ordre ». En janvier 1810, le directeur, Darnal-Mayer, engagea la discussion sur l’opportunité d’émettre des billets. Le 27, la commission chargée d’étudier le problème remit un rapport totalement négatif. Et cela, d’abord en fonction de la psychologie politique et économique des Lyonnais : « Dans aucun temps, sauf à une époque fatale dont le souvenir devrait être effacé des annales de la France, la place de Lyon n’a jamais admis ni employé aucun papier monnaie ni aucune valeur fictive... Lorsque des préjugés sont fortement enracinés, lorsque des préventions, même les moins fondées, sont universellement répandues, il y a plus que de l’imprudence à vouloir les attaquer de front... L’opinion de la grande majorité des citoyens et particulièrement des capitalistes est fortement opposée à l’émission de tous billets de quelque nature qu’ils puissent être. Ce serait mal connaître notre cité que d’espérer vaincre cette prévention... La prudence veut qu’on écarte avec soin toute mesure qui heurterait l’opinion, et ressusciterait avec plus de force des préventions qui commencent à s’assoupir. »

59Mais aussi, par adhésion à une philosophie économique qui paraît fortement imprégnée de l’esprit de Burke : « Les théories générales en fait d’économie politique ne peuvent se prêter à toutes les localités ; elles souffrent des exceptions nombreuses relatives aux temps, aux lieux, à l’esprit public, aux besoins et aux usages. » Cette philosophie s’appuie sur une analyse minutieuse des fonctions économiques de Lyon et des mécanismes locaux du crédit, analyse dont certains éléments se retrouvent dans l’Aperçu du mouvement commercial et industriel de la place de Lyon, adressé le 31 août 1810 au gouverneur de la Banque de France, sur sa demande.

60Traditionnellement, les besoins en capitaux de l’économie lyonnaise sont satisfaits « par les fonds que les capitalistes versent au commerce, soit en commandite, soit à titre de dépôt simple, en augmentation des propres fonds des négociants », les déposants prenant soin de diviser leurs fonds entre un grand nombre d’affaires. Ce dépôt se fait pour trois, six, neuf ou douze mois sur une promesse simple, non transmissible. Par ce moyen, ce sont 80 à 100 millions qui sont fournis au commerce de Lyon, « dont la moitié par l’étranger ». « Tel négociant ou manufacturier qui a en propriété des capitaux d’une valeur de 2 à 300 000 francs, a ordinairement en simple dépôt sur sa seule signature des capitaux pour une valeur égale et quelquefois double, ce qui lui permet d’étendre ses affaires deux fois au delà de ce qu’il ferait avec ses propres moyens. »

61Ces 80 millions se composent « non seulement de prêts faits par des capitalistes aisés, mais encore par une multitude de rentiers peu fortunés, d’artistes et d’ouvriers peu à portée d’apprécier le mérite d’une émission de billets ». Aussi cette émission serait-elle « le signal du retrait d’une masse de capitaux qui seraient transportés... sur d’autres places où les billets n’auraient pas cours... Toute mesure, donc, qui pourrait effrayer les capitalistes et les porter à retirer leurs fonds, est une mesure subversive de la prospérité et du crédit du commerce de Lyon ».

62Des fonds s’étaient déjà retirés à la seule annonce de la création du Comptoir ; ils sont rentrés partiellement et progressivement quand ils ont eu la certitude qu’il n’opérait qu’en numéraire. Une partie des prêteurs maintenant, « effrayée encore des malheurs arrivés par l’effet du papier monnaie, et confondant sans raison celui-ci avec les billets de banque, les repousse au point que..., sur le simple bruit de la possibilité de leur création, elle s’occupe des moyens de retirer ses dépôts au moment où ils paraîtront ». D’ailleurs, il en est de même des commanditaires, qui « ont pour la plupart stipulé dans leur contrat de société la condition expresse que la commandite cesserait le jour même où des billets de quelque nature qu’ils fussent entreraient dans la circulation de la place ». L’émission des billets, allègue-t-on, aggraverait d’autres façons la famine monétaire : d’abord en retirant de la circulation leur contrepartie ; ensuite parce qu’elle s’accompagnerait d’une baisse du taux de l’escompte de nature à inciter les capitaux à « chercher ailleurs un meilleur emploi ».

63Cette masse considérable de fonds à la disposition du commerce de Lyon a, pour les intéressés, l’avantage d’assurer à leur ville une véritable domination financière et économique. Elle permet à ce commerce « d’acheter comptant et de vendre à terme, d’être presque toujours en avance envers le propriétaire des matières premières, le manufacturier et le consommateur », ce qui incite « les propriétaires à envoyer leurs denrées au marché de Lyon et les consommateurs à venir s’y approvisionner ». Elle permet aussi de fournir aux besoins imprévus que peuvent manifester les départements de la région lyonnaise. Cette situation, combinée avec l’excellence des produits des manufactures lyonnaises, procure à Lyon une « balance du commerce tout à son profit », et « rend toutes les autres nations tributaires, non seulement de son industrie, mais encore d’un crédit dont les bases reposent sur des valeurs réelles ».

64D’autre part, la plupart des ventes se font, en particulier pour les soies et les soieries, « sur facture simple, sans aucun engagement négociable de la part de l’acheteur..., coutume qui diffère de celle de toutes les autres places de France et restreint singulièrement la masse des valeurs à présenter à l’escompte ». Par exemple, les acheteurs de soies auprès du négoce lyonnais bénéficient de douze mois de terme, et jouissent d’un escompte pour anticipation de paiement qui est de 11,5 % l’an : 1,5 pour les trois derniers mois, 2,5 de quatre à six mois, 7,5 pour les six premiers mois. Pour les soieries, le terme est de quatre à neuf mois et l’escompte de 4 à 8 %. « La simple délivrance de la facture est le seul engagement entre le vendeur et l’acheteur. » Le papier ainsi créé n’est pas présentable à l’escompte, auquel au surplus les débiteurs ne sauraient consentir puisqu’il les priverait de leur remise.

65Enfin, les Lyonnais restent attachés à la manipulation massive du numéraire, pour une série de raisons dont les principales sont :

  1. que le commerce de la soie, à lui seul, « nécessite une exportation d’environ quarante millions en numéraire effectif, soit dans nos contrées méridionales, soit dans le Piémont et les départements de l’Italie réunis à l’Empire français, et cette exportation a lieu dans un laps de temps très court » ;

  2. que le paiement des salaires des quelque 40 000 ouvriers de la manufacture lyonnaise peut se monter à environ trente millions de numéraire par an.

66Et de conclure orgueilleusement : « Le mode de commerce suivi à Lyon... ne ressemble en rien au mode de commerce de la métropole, et surtout à celui des places maritimes... Par conséquent on ne saurait lui appliquer les principes généraux qui règlent les affaires commerciales des autres villes... Les raisons alléguées pour l’émission empruntent leur force d’une théorie générale. » Traduisons, plus concrètement : le système de crédit pratiqué par la Banque de France et ses succursales, qui donnait la préférence au très court terme, semblait aux négociants et manufacturiers lyonnais hors d’état de se substituer au système de crédit à échéances plus longues dont ils estimaient qu’il faisait leur force. Le modèle parisien était absolument rejeté.

67On constate toutefois que l’une des activités du Comptoir d’Escompte paraissait à l’opinion locale susceptible d’un heureux développement : il s’agit des courants. Ceux-ci, contrairement à ce qui se passait à Rouen, avaient à Lyon un certain succès : les rapporteurs du 27 janvier 1810 recommandaient d’utiliser les facilités de la monnaie scripturale plutôt que celles de la circulation des billets. « Cent maisons de commerce seulement ont compte courant au Comptoir : ce n’est pas trop présumer que d’espérer que ce nombre pourra un jour s’élever de 3 à 400, et alors les virements en mandats devenant plus faciles, une moindre masse de numéraire suffira au mouvement journalier, ce qui rendra inutile le secours des billets de banque et procurera sans secousses la réduction du taux de l’intérêt. »

68La riposte de l’administration, il faut bien en convenir, manqua relativement de vigueur. Le discours de Darnal-Mayer évoqua avec platitude et maladresse l’impossibilité d’étendre les services rendus au commerce autrement que par l’émission des billets, et surtout, l’intérêt de la Banque : un Comptoir qui ne rapportait que 2,5 % l’an au lieu des 8 % attendus risquait la disparition pure et simple ; « le bien général se trouvera dans l’extension des ramifications de la Banque de France ».

69Toutefois, une contre-attaque sur le plan théorique fut menée avec plus de brillant à l’occasion d’une visite d’inspection effectuée au mois de juin 1810 par Martin-Puech, censeur, et Jame, régent. Ce dernier, qui avait fait son apprentissage commercial à Lyon et s’y trouvait encore propriétaire, se regardait « pour ainsi dire comme Lyonnais avant que d’être devenu Parisien », et se déclarait personnellement solidaire des intérêts lyonnais. Prenant la parole au conseil d’administration dans la séance du 12 juin, il fit la proposition suivante :

70« Vous convenez bien, Messieurs, que les capitalistes ont tort d’être intimidés par une émission de billets... Mais vous craignez que les capitalistes ne veuillent pas changer d’opinion, et vous regardez l’apparition des billets comme le signal d’une révolution générale dans le commerce et les fortunes de votre ville... Pourquoi vous placer tellement dans leur dépendance qu’il faille vous soumettre à leurs préjugés, fussent-ils bizarres et anti-sociaux ? Le sage négociant n’est-il donc pas nécessaire au capitaliste ? Que voulez-vous que celui-ci fasse de ses fonds ? S’en séparera-t-il pour les faire valoir loin de lui ? A qui aimera-t-il mieux les confier qu’à vous dont il connaît par expérience l’activité, l’économie, la prévoyance ?... Pourquoi ne secoueriez-vous pas le joug de ces capitalistes qui vous taxent à un intérêt de 6 %, tandis qu’à Paris les négociants que vous valez reçoivent des prêts d’argent de 3 à 5 % par an ? »

71Revenant à la charge le 26, il suggéra que l’émission de billets soit demandée immédiatement dans son principe, mais différée en fait jusqu’au 1er janvier 1812 « pour éviter toute espèce de secousse ». Il s’engagea aussi à demander une avance spéciale de dix millions à la Banque pour mettre les négociants à l’abri d’une crise que provoqueraient des demandes de remboursement de la part des prêteurs et capitalistes.

  • 29 Léon 1958, compte rendu de Labasse 1957.

72La proposition de Jame fut rejetée par huit voix contre deux, les censeurs ayant par ailleurs manifesté leur opposition. Le même vote fut acquis contre la proposition simple d’une demande de création de billets du Comptoir. En outre, le conseil adopta une délibération ajournant indéfiniment une telle demande. L’issue du débat vient illustrer l’appréciation portée naguère par Pierre Léon : « Chose curieuse, dans cette France napoléonienne qui semble évoluer rapidement vers des formes déjà modernes, dans ce centre lyonnais d’une activité débordante, le traditionalisme des structures et des usages pèse lourdement sur les relations... Les transferts de numéraire sont de pratique courante, avec tous les inconvénients qu’ils comportent... La succursale de la Banque de France... ne suscite que méfiance et mécontentement dans les milieux d’affaires lyonnais, fiers de leur puissance, jaloux de leur indépendance vis-à-vis de Paris et obnubilés par le précédent des assignats. Il y a là un aspect fort curieux d’un ’provincialisme’ tenace : Lyon refuse la domination parisienne et prétend vivre sa vie. »29

73La Banque de France fit preuve, sur le moment, d’un sens tactique incontestable et, le 7 août, désapprouva formellement Jame, l’accusant de ne pas avoir pris les instructions du gouverneur sur son projet et d’avoir laissé croire « qu’on veut violenter l’opinion ». Jaubert rappela que les billets sont « un objet qui est entièrement dans le domaine de l’opinion et de la volonté, dont il faut beaucoup parler pour donner à tout le monde le temps de connaître la commodité... Tout est libre de la part des particuliers ; conséquemment tout ce qu’il y a à faire... c’est de conquérir l’opinion... Une banque de circulation repose entièrement sur la confiance. » En même temps, il demandait au Comptoir de lui fournir une information précise et synthétique sur le mouvement des affaires sur la place de Lyon. Ce fut l’occasion, pour les administrateurs, de déployer un talent remarquable. Parmi leurs informations, on relève que le portefeuille du Comptoir d’Escompte n’attire qu’un tiers environ de la matière escomptable produite par le mouvement commercial de Lyon, la majeure partie continuant d’aller dans les portefeuilles des escompteurs particuliers ; que le mouvement commercial de la place, même compte tenu de la hausse des prix, était en notable augmentation par rapport aux dernières années de l’Ancien Régime ; que les importations donnaient naissance à quelque 80 millions de traites « provenant uniquement des affaires de banque pour le compte des maisons de commerce de toute l’Europe et pour celui des négociants de Lyon. Elles ont au moins quadruplé depuis la mise à exécution du Code de Commerce et l’établissement du Comptoir d’Escompte. » Est-ce l’image de ces 200 millions de valeurs escomptables annuellement à Lyon qui fut à l’origine d’un brusque revirement ? Nous ne pouvons l’affirmer, faute d’information sur les cheminements de la décision ; mais ce n’est évidemment pas invraisemblable. Le 18 octobre 1810, le conseil général de la Banque de France décidait la création de trois millions de billets de 250 F pour le Comptoir de Lyon.

74L’administration du Comptoir reçut la décision comme l’annonce d’une catastrophe. Le 24, elle invitait le directeur à faire insérer dans le Journal de Lyon « une notice propre à éclairer l’opinion », et à demander audience au préfet. Elle réclamait en même temps l’envoi immédiat de secours en espèces de Paris, pour compenser dans quelque mesure les retraits de capitaux. En fait, certains témoignages laissent à penser que la panique ne fut pas générale. Se défendant, dans une lettre au Comptoir, contre l’accusation d’avoir contribué à affoler les capitalistes, les syndics des agents de change affirment que les dépôts dont ceux-ci ont disposé « ont été renouvelés à raison de 0,5 % par mois comme dans les temps les plus calmes. D’autres dépôts, ou traités directement par les capitalistes ou confiés à d’autres intermédiaires, ont pu avoir un autre sort : ce mal, au reste, a été moins grand qu’on ne l’a cru d’abord » (13 novembre 1810). Par tranches de 100 000 F, la Banque envoya des espèces au Comptoir jusqu’à concurrence, semble-t-il, d’un million et demi, mais ces secours, dont les retours devaient être faits en papier sur Paris à moins de quatre-vingt-dix jours, ne paraissent pas avoir été prolongés au delà de la première quinzaine de décembre.

75Ce qui est certain, en revanche, c’est que l’expérience de l’émission des billets à Lyon coïncida avec une violente crise économique, et s’en trouva complètement faussée. Le billet faisait son entrée à un moment où il risquait effectivement de contribuer à affaiblir la confiance, et où il ne pourrait jouer efficacement son rôle puisque la matière escomptable allait se faire rare. Jaubert était sans doute conscient de cette fâcheuse coïncidence, puisque le 16 octobre, deux jours avant la décision de créer les trois millions de billets pour le Comptoir de Lyon, il mettait ce dernier en garde contre l’admission à l’escompte du papier qui viendrait « des contrées du nord, où il est à craindre que ne réagissent les faillites qui éclatent à Londres ».

  • 30 Cf. Rivet 1956.
  • 31 Sur cette crise de 1810-1811, voir Labasse 1957.

76Selon toute vraisemblance, la crise de 1810-1811 à Lyon fut d’autant plus durement ressentie que la cité avait connu depuis le Consulat une véritable renaissance économique. On en connaît les principaux éléments : réanimation du commerce des soies, grâce en particulier à l’apport des soies de la péninsule italienne ; reprise d’une activité à peu près normale dans la manufacture des soieries, qui exporte plus de la moitié en valeur de sa production hors des frontières de l’Empire ; essor du commerce des cotons en laine provenant de diverses régions du bassin méditerranéen, et alimentant l’industrie en pleine croissance des toiles du Beaujolais ; intensité du commerce intermédiaire de spéculation ou de commission ; et, corrélativement à tout cela, importance du transit, multiplication des entreprises de roulage ou de commissionnaires-chargeurs30. L’Aperçu de 1810 en concluait que, compte tenu de la hausse des prix, le mouvement commercial de la place de Lyon était supérieur à celui d’avant 1789 (de 20 % en valeur nominale). C’est donc dans une relative euphorie — celle d’une ville « méditerranée » appelée à jouer un rôle de substitution par rapport aux grands ports, dans une économie européenne tournant le dos à la mer — que se précisèrent, dès le début de 1810, dans des conditions originales et autonomes, les premiers signes de la crise. Au cours de cette année-là, la fabrique lyonnaise se trouva prise entre une hausse rapide et considérable des soies grèges et ouvrées — consécutive à une mauvaise récolte de cocons — et des difficultés croissantes d’exportation vers l’Amérique, le Levant, l’Espagne ; ce fut finalement le marché allemand qui fit défaut le plus gravement : mauvaise foire de la Saint-Michel à Leipzig, « position très pénible des places de commerce de l’Allemagne », tels sont les éléments qui, au dire du conseil d’administration du Comptoir, dans sa réunion du 13 novembre, « privent la place de Lyon des fortes remises qu’elle devait recevoir de ces contrées ; les forts engagements à acquitter et les remboursements de nombreux dépôts seront d’autant plus difficiles »31. Là-dessus devait intervenir, le 31 décembre 1810, la prohibition des étoffes françaises par la Russie. Toute l’année 1811 fut une année de prostration, traduisible dans les chiffres des valeurs escomptées par le Comptoir : 27 millions de francs dans le second semestre de 1810, 22 dans le premier semestre de 1811, 10 dans le second, avec une remontée à 19 dans le premier semestre de 1812.

77La contrariété entre cet effondrement de l’escompte et le développement — limité — de la circulation des billets résume l’échec de l’expérience. Bien sûr, l’émission se déroule de façon satisfaisante, et dans le cours de l’année 1811 les trois premiers millions de billets passent dans la circulation, selon une progression relativement régulière et rapide à la fois. Simultanément, la caisse voit ses réserves métalliques se gonfler de moins de deux jusqu’à six et sept millions. Donc, il y a bien eu substitution du papier en numéraire dans le paiement des effets escomptés, et intrusion du papier de banque dans les mœurs des milieux d’affaires lyonnais. Mais, considérée d’un point de vue théorique, cette encaisse métallique deux fois supérieure à la circulation de billets est une aberration technique ; son énormité est fonction, évidemment, non seulement du volume encore faible de la circulation, mais aussi de la crise. En mars-avril, les présentations à l’escompte deviennent très faibles. Le 29 juin, le gouverneur Jaubert s’inquiète de la longue inaction des affaires : « N’avez-vous donc, écrit-il au directeur Darnal-Mayer, aucune espérance que les affaires se raniment d’ici à la fin de l’année ? La foire de Beaucaire n’aurait-elle aucun effet un peu favorable pour le commerce de Lyon ? Quelles sont les principales causes auxquelles on peut attribuer une inaction si prolongée ? »

78Le réajustement du prix des soies, les foires de Beaucaire et de Leipzig recréent des conditions plus normales à la fin de 1811. Au début de 1812, les négociants lyonnais obtiennent de l’Empereur que Lyon ait l’entrepôt des cotons d’Italie et du Levant — sur lesquels portent les spéculations majeures du moment. Darnal-Mayer avait sollicité l’appui de Jaubert pour cette démarche, faisant valoir que le marché des matières premières du Levant et du royaume de Naples, échangées contre des produits de l’industrie française, créerait un mouvement commercial supplémentaire de l’ordre de cent millions, ce qui augmenterait considérablement les opérations du Comptoir d’Escompte et ferait connaître à Lyon la prospérité d’une place maritime. De fait, le mouvement des présentations à l’escompte se ranima nettement au printemps de 1812. Dès le 2 janvier, se fondant à la fois sur d’heureuses présomptions économiques et sur le montant de la circulation, le conseil général de la Banque de France avait décidé pour le Comptoir de Lyon la création de trois nouveaux millions de billets. Le conseil d’administration du Comptoir ne devait, à vrai dire, manifester qu’un enthousiasme beaucoup plus modéré : « Considérant que la somme est beaucoup trop forte pour les besoins actuels de la place..., que cette addition considérable au signe monétaire pourrait offusquer l’opinion publique... », le Conseil arrête que « les billets de nouvelle création... ne seront mis en circulation qu’autant que l’expérience en fera sentir la nécessité, et en proportion exacte des besoins du moment. »

79L’émission fut d’abord portée à trois millions et demi au début de février, à quatre au début de mars, à cinq au début de septembre. Ce fut en pure perte : pendant toute l’année 1812, la circulation ne s’éleva que rarement au-dessus de trois millions, et par suite une forte part des billets restèrent en caisse. Comme, en même temps, la fraction métallique de l’encaisse redescendait notablement, il paraît évident que la reprise de l’escompte s’accompagna de paiements en numéraire. Même ainsi, le Comptoir de Lyon se maintenait dans une situation anormale pour une banque d’émission, le rapport entre les espèces et la circulation n’étant pas ce qu’il aurait dû être, ainsi que le gouverneur le rappelait le 11 juillet : « Vous aviez en caisse le 6 juillet près de trois millions d’espèces, tandis que votre passif exigible composé des billets en circulation et des comptes courants ne s’élevait qu’à quatre millions environ, et n’exigeait à toute rigueur qu’une réserve de douze à quinze cent mille francs espèces. »

80L’année 1813 fut marquée par de sérieuses fluctuations dans la circulation des billets, avant l’effondrement qui, de la fin d’août au début de décembre, la dégonfla de 2 800 000 à 850 000 F ; dès ce moment, la vie économique était suspendue à Lyon dans l’attente de l’invasion ; c’est dans cette perspective que, dès les derniers jours de décembre, le Comptoir procéda à une liquidation accélérée.

Le Comptoir d’Escompte de Lille

  • 32 On peut en trouver une autre manifestation dans le fait qu’Oberkampf, par exemple, a toujours éprou (...)

81L’expérience menée par la Banque de France avec la création du Comptoir de Lille est à tous égards originale : la plus tardive des trois (le Comptoir fut créé par le décret du Havre du 29 mai 1810), elle fut aussi la plus modeste : deux millions de capital seulement, l’un en numéraire et l’autre en billets, dont l’émission fut ici immédiate. Mais surtout, elle fut franchement désastreuse, les milieux d’affaires lillois ayant opposé une inertie presque totale à la volonté de la Banque de créer dans et autour de la capitale du Nord une circulation de billets. Il semble donc que ce soit la région du Nord qui ait en fin de compte exprimé la plus forte résistance à la pénétration de l’influence économique parisienne32.

82L’histoire de l’activité du Comptoir de Lille fait apparaître un comportement distinct de l’escompte et de la circulation du papier. Le mouvement de l’escompte est, comme de juste, simplement calqué sur la conjoncture locale. Après un début relativement prometteur, il se produit, dès mars 1811, un effondrement lié aux faillites qui se déclarent à Lille et à Gand. Pendant toute l’année 1811, l’escompte atteint au mieux, par quinzaine, des valeurs de 250 000 à 300 000 F, et bien souvent tombe au-dessous de 100 000. Il est possible, d’ailleurs, qu’une certaine répugnance à user des services du Comptoir ait encore aggravé une tendance explicable, pour le reste, par les circonstances économiques ; c’est ce qu’on pressent d’après une lettre du gouverneur Jaubert au directeur lillois, Revoire, le 9 octobre 1811 : « Vous me dites dans votre dernière que les remises en compte courant prouvent que la bonne matière escomptable ne manque pas. Et vous me cotez le taux de l’escompte sur la place à 51/2 %. Alors je ne puis comprendre comment on ne présente pas davantage au Comptoir, qui escompte à 4 %. »

83Le Comptoir se trouvait, de ce fait, amené à prendre la totalité des valeurs admissibles à l’escompte, et encore celui-ci restait-il insignifiant. L’année 1812 est marquée par un redressement très net, quoique inscrit dans des valeurs absolues relativement faibles : de janvier à novembre, sauf exceptions, les valeurs escomptées par quinzaine se tiennent entre 4 et 700 000 F, au point même qu’à la fin de septembre les fonds disponibles deviennent nettement insuffisants par rapport au montant des présentations, les effets étant payés essentiellement en numéraire. Une troisième phase s’étend de la fin de 1812 à la fin de 1813 : elle est marquée par une retombée profonde, à un niveau de 2 à 400 000 F, avant l’effondrement complet au cours du dernier trimestre de 1813. Les bénéficiaires de l’escompte étaient au reste peu nombreux : 41 avaient demandé leur admission dans les six premières semaines de fonctionnement de l’établissement ; par la suite, 22 autres l’avaient sollicitée jusqu’à la fin de 1811, 11 en 1812, 6 en 1813 — mais le nombre des bénéficiaires avait, bien entendu, été réduit par les faillites. Parmi eux, des noms importants : ceux du négociant Briansiaux, du marchand de toiles Fevez-Ghesquier, censeur, du filateur Rose-Fremaux, etc. Le classement des crédits en quatre échelons montre que les plafonds étaient respectivement de 10 000, 30 000, 100 000 et 300 000 F.

84Le mouvement de la circulation des billets est, pour sa part, indépendant des fluctuations précédentes — fait évidemment anormal. Il subit des variations constantes et désordonnées, ne s’élève en trois ans qu’à trois reprises au-dessus de 250 ou 300 000 F, et se tient le plus couramment entre 100 et 250 000 F. Le gouverneur de la Banque de France commença par prendre les choses avec une certaine philosophie : « Je vois avec chagrin ce que vous me dites des contrariétés que rencontre la circulation des billets du Comptoir », écrit-il à Revoire le 11 mai 1811. « Je crois qu’il faut les attribuer en très grande partie aux circonstances générales où se trouve le commerce. Quoi qu’il en soit, Monsieur, il ne faut jamais oublier que la confiance ne se commande point, qu’elle s’inspire. » En octobre, toutefois, il s’inquiéta de voir la circulation des billets tomber au-dessous de 100 000 F alors que l’activité économique commençait à repartir. Ici se situe une démarche de Jaubert — démarche qui se répétera — auprès du préfet du Nord, le baron Duplantier ; elle illustre à la fois la réalité des inquiétudes de la Banque de France et la situation privilégiée que ses dirigeants occupaient dans le personnel impérial puisque, requérant l’aide ou du moins l’information d’un préfet, ils agissaient en somme comme s’ils se situaient hiérarchiquement entre lui et son ministre ou l’Empereur lui-même.

85« Je m’attendais bien qu’à la naissance de cet établissement la circulation des billets serait très bornée, d’abord à cause de leur nouveauté, et en outre par suite de la crise commerciale qui a eu lieu il y a sept ou huit mois. Mais aujourd’hui que les habitants de Lille ont acquis l’expérience de la parfaite solidité du Comptoir, et de son excellente administration, composée des premiers négociants de Lille, j’ai lieu d’être très surpris que cette circulation aille toujours en diminuant, d’autant plus que je suis informé que les affaires ont repris quelque activité sur votre place, et que le numéraire effectif y est moins abondant qu’il y a six mois. Il faut donc que l’intérêt personnel agisse encore dans cette circonstance, et inspire une sorte de malveillance qui contrarie la circulation des billets.

86Jusque-là, Jaubert paraît encore s’en tenir à une interprétation par la rivalité d’intérêts que l’on peut imaginer entre les escompteurs privés et le Comptoir. Mais il ne tarde pas à passer à une interprétation, plus large, par une opposition dont il est clairement suggéré qu’elle est de nature politique : « On m’écrit tout récemment de chez vous », note-t-il à nouveau en s’adressant à Duplantier le 6 février 1812, « que la circulation des billets du Comptoir est tous les jours plus contrariée. Je m’explique d’autant moins cela que la circulation des billets à Paris, à Lyon et à Rouen va toujours en augmentant... Je ne puis donc attribuer qu’à des causes secrètes et malveillantes l’espèces de défaveur dont ces billets paraissent frappés chez vous, défaveur à laquelle la Banque est extrêmement sensible, et qui surprendrait sans doute Sa Majesté, si cette circonstance était mise sous ses yeux. »

  • 33 Jaubert effectua, le 4 avril 1812, une démarche analogue auprès de Savoye-Rollin, préfet de la Sein (...)

87Dans une autre lettre à Revoire, du 17 juillet, Jaubert parlera d’une « défiance injurieuse » à l’égard du Comptoir, dont les Lillois avaient pourtant sollicité la création « de la bienfaisance de Sa Majesté ». Le gouverneur ne semble avoir reçu d’explications ni de la part du directeur du Comptoir, placé dans une situation fausse, ni du préfet, dont le zèle était amoindri, vraisemblablement, par ses sympathies royalistes33.

Notes

1 Ces cinq comptes n’ont pu être identifiés. Il s’agit de 101 actions « réservées pour la Caisse d’Épargne » (s’agit-il des épargnes des employés de la Banque ?), d’un « compte MP » (235 actions), d’un « compte MS » (30), d’un « compte ST » (70), et d’un « compte particulier » (50).

2 Lettre du 15 juin 1810 (Arch. de la B. de F., copie de lettres, 11 juillet 1809-5 avril 1811).

3 La société Robillard et Cie regroupe en réalité 445 actions si l’on tient compte des associés Caruel (315 actions) et Chapelain-Dubrosseron (30 actions).

4 D’autres grands noms de l’industrie française de l’époque ne tiennent qu’une toute petite place parmi les actionnaires de la Banque : Ternaux frères (15 actions), Richard et Lenoir-Dufresne (10), Decrétot (6).

5 Les autres actionnaires de la famille impériale sont à cette date : Hortense de Beau-harnais (60 actions), Letizia Bonaparte (50), Jérôme Bonaparte (24), l’Impératrice Joséphine (4).

6 A signaler, pour mémoire, l’insignifiance des actionnaires étrangers autres que les Hollandais et les Suisses. Toujours à la date de 1808, on relève Chapeaurouge à Hambourg (25 actions), Israël et Dehn à Altona (25), Tholen à Emden (20), Ratton à Lisbonne (10), et encore Spol à Saint-Pétersbourg (26). En 1802-1803, la Banque avait compté un gros actionnaire à Londres : Robert Ewing, un négociant engagé dans le commerce avec l’Inde (100 actions).

7 Les principaux éléments de la bibliographie sur l’histoire de la Banque de France auxquels se réfèrent les pages suivantes sont Courtois 1873 et 1875, Lanzac de Laborie 1910, p. 133-196 ; Ramon 1929, Dauphin-Meunier 1937, Bigo 1947, Priouret 1966, Arnna, éd., 1959, Bougerol 1969.

8 La Caisse d’Amortissement vendit ses actions le 18 mars 1802 à un groupe de banquiers parisiens.

9 Gille 1954.

10 Il semble que 273 actionnaires, au moins, de la Caisse d’Escompte du Commerce aient demandé l’échange de leurs actions, ce qui leur ouvrait droit à 4 705 actions de la Banque de France. Mais on ne possède pas d’indications sur les conditions dans lesquelles se fit réellement l’échange, ni sur le nombre d’actionnaires qui en bénéficièrent effectivement.

11 Cf. « Les crises économiques et financières. Le rôle de la Banque de France », I : 1802-1803, 1805-1806, 1810, Banque de France, Bibliothèque, 5626/Dc 89. Une telle opération, naturellement, provoquait en réaction une pénurie de numéraire dans les villes manufacturières et commerçantes.

12 Arch. de la B. de F., copie de lettres du gouverneur, 7 mars 1811-30 septembre 1817, notes et lettres du gouverneur adressées aux ministres des Finances et du Trésor. A l’automne 1812, voici le mouvement qu’avaient suivi les pertes en numéraire :
Image 8.jpg
A partir de la dernière semaine de novembre, les pertes se réduisirent à environ 200 000 F par jour en moyenne.

13 Rapport du censeur Journu-Auber à l’assemblée générale du 20 vendémiaire an XI. Le thème est encore repris par Perregaux devant l’assemblée générale du 25 vendémiaire an XIII : « Des registres d’ordre et de renseignements ont été conçus et exécutés de manière à connaître les rapports réciproques de tous les individus dont les engagements arrivent dans les portefeuilles de la Banque ; les vérifications faciles que peuvent y faire les Comités ou les Censeurs mettent en évidence les circulations dont il importe de se garantir... Les renseignements ont été recherchés avec soin et notés avec circonspection. » Pour les petites affaires, la Banque était dispensée, par l’endossement du Comptoir Commercial, du soin de faire ces recherches exactes et précises.

14 Rapport de Journu-Auber à l’assemblée générale du 20 vendémiaire an XI.

15 Rapport de Perregaux à l’assemblée générale du 25 vendémiaire an XII.

16 Ibid. Il importerait de savoir combien restèrent actionnaires de la Banque de façon durable.

17 Rapport du censeur Journu-Auber à l’assemblée générale du 25 vendémiaire an XII.

18 Assemblée générale du 24 vendémiaire an XIV.

19 Assemblée générale du 17 octobre 1806.

20 Rapport de Perregaux devant l’assemblée générale du 25 vendémiaire an XII.

21 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1012, 9 nivôse an XIV, contrat entre Jean Auguste Sevène et Martin Garat ; attestation de remboursement du 20 octobre 1806.

22 Arch. de la B. de F., copies de lettres du secrétariat général, 15 janvier 1806-27 mai 1807.

23 Cf. le suggestif article (et les textes qui y sont cités) de Guy Thuillier 1963a.

24 Rapport du censeur Journu-Auber à l’assemblée générale du 25 vendémiaire an XII.

25 Arch. de la B. de F., copie de lettres, 27 août, 9 et 22 décembre 1811.

26 Discours à la séance du 5 décembre 1808 du conseil d’administration. Guttinguer est est un des représentants les plus marquants du commerce de commission à Rouen, beaucoup plus important alors que le commerce maritime.

27 Commentaire de Guttinguer : cette mesure resserrera les liens commerciaux entre Paris et les départements et sera avantageuse aux manufacturiers et négociants qui ont des remboursements à prendre sur Paris, puisqu’ils seront certains de négocier à un taux modéré. C’était particulièrement vrai, d’ailleurs, des gens d’affaires de Rouen, dont les débiteurs étaient en majeure partie parisiens.

28 L’histoire du Comptoir d’Escompte de Lyon a été abordée par Bertrand Gille (1960).

29 Léon 1958, compte rendu de Labasse 1957.

30 Cf. Rivet 1956.

31 Sur cette crise de 1810-1811, voir Labasse 1957.

32 On peut en trouver une autre manifestation dans le fait qu’Oberkampf, par exemple, a toujours éprouvé les plus grandes difficultés à placer ses articles à Lille et dans la région lilloise ; le dépôt qu’il avait dans cette ville est le seul qui, pratiquement, n’ait donné aucun résultat.

33 Jaubert effectua, le 4 avril 1812, une démarche analogue auprès de Savoye-Rollin, préfet de la Seine-Inférieure. Les opérations du Comptoir de Rouen, lui écrit-il, « sont aussi actives que l’état des choses le permet. Mais la Banque regrette que la circulation des billets ne soit pas aussi abondante qu’elle avait le droit de l’espérer. Avant le Comptoir, Rouen avait une Caisse de Commerce qui émettait des billets. Cette habitude devait faire penser que le commerce accueillerait ceux du Comptoir avec d’autant plus de confiance qu’ils présentent une garantie bien supérieure à celle de l’ancienne Caisse... Permettez-moi, Monsieur le Comte et cher ancien collègue, que je vous demande vos bons soins dans tout ce qui peut intéresser le Comptoir de Rouen... Si vous aviez connaissance de faits qui puissent intéresser la Banque et le Comptoir, vous auriez la complaisance de m’en informer. »

Notes de fin

1 Si l'on ajoute les 70 actions de François Alexandre, le fils, les Seillière détiennent en fait 304 actions.

2 Si l'on ajoute les 157 actions personnelles de Benjamin Delessert et les 26 actions de François Marie Delessert, on arrive sous ce nom à un total de 298 actions.

3 En fait, 130 actions sous le nom de Fulchiron en y comprenant les 30 actions de Joseph, l'aîné.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable