Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?

Partie IV : Mais où donc est Rome ?

Rome n’est plus dans Rome, ou pourquoi l’histoire romaine en grec ?

L’exemple de Dion Cassius

Pierre Cordier

Résumé

Dans l’écriture de l’Histoire chez Dion Cassius, les marques d’implication dans la culture grecque et dans la culture romaine ne sont pas séparées ni antagonistes, mais se superposent pour inviter à une synkrisis qui est le mode opératoire et la marque distinctive de l’Histoire. Les références à Thucydide n’ont pas de valeur simplement ornementale, mais elles établissent des analogies entre les événements relatés par l’historien sévérien et ceux de la Guerre du Péloponnèse ; ils participent ainsi à la construction du fait historique comme objet d’une connaissance empirique, dont la structure tragique de la narration souligne et accentue le mode d’acquisition.

Texte intégral

  • 1 Cf. dernièrement Marie-Laure Freyburger-Galland, « Dion Cassius : Problèmes morphologiques posés pa (...)
  • 2 Pour un bilan récent des études sur l’œuvre de Dion Cassius, on se reportera à G. Martinelli, L’ult (...)
  • 3 Cf. Gerhard Vrind, De Cassii Dionis vocabulis quae ad ius publicum pertinent, Rome (Studia Juridica (...)
  • 4 Cf. l’inventaire fort pratique de Chiara Carsana, La teoria della costituzione mista nell’età imper (...)
  • 5 Guy Lachenaud, « Dion Cassius plagiaire impénitent ou homme de culture ? », Grecs et Romains aux pr (...)
  • 6 Cf. François Hartog, Régimes d’historicité, Paris, 2003, p. 19 : « Dans une acception restreinte, c (...)

1Chez Dion Cassius, les modalités de l’implication dans la culture romaine sont multiples, et il n’est pas question ici de les aborder toutes. Pour ne retenir que les aspects les plus importants, il faudrait s’attacher à sa façon de rendre compte de la topographie, à ses latinismes1, aux nombreux avatars du narrateur qui, à partir du livre LXXII de son Histoire romaine, se met lui-même en scène, dans les rôles de sénateur romain, de consul ou de commandant de troupes2, au vocabulaire des institutions romaines3, à la place de Dion dans la chaîne grecque et romaine des théories de la constitution mixte4, aux expressions variées de son adhésion à un projet politique dont Rome constitue le point focal : l’Empire. Pour montrer un problème particulier posé à Rome par certains écrits historiques ou érudits grecs, j’ai choisi de mettre en évidence la complexité et l’ambiguïté de l’écriture de l’Histoire romaine, en m’attachant à l’immédiateté de ce que Guy Lachenaud a récemment appelé sa « mémoire littéraire5 ». Les résurgences, dans la phrase de Dion, de fragments et d’échos d’auteurs grecs et d’auteurs latins, leur entrecroisement, l’entrelacs de motifs narratifs issus de la mémoire grecque et de scènes du passé romain, composent un tissu délibérément hybride, qu’il n’est pas raisonnable de réduire à une simple coquetterie de πεπαιδευμένοϛ. En tressant ensemble patrimoine grec et passé romain, en imposant à la lecture un mouvement de navette entre deux univers de références, une mémoire et une histoire, l’historiographie du monde romain en langue grecque tisse, chez Dion Cassius, un régime d’historicité original6.

Thucydide ou la trame attique

  • 7 Cf. James T. Shotwell, The Story of Ancient History, New York, 1961, p. 250 ; Walter Spoerri, s.v. (...)

2Dion a longtemps pâti d’une réputation d’historien plat, grand admirateur mais piètre imitateur de Thucydide, quant au style de son Histoire romaine, et compilateur annalistique écrasé par le modèle livien, quant à l’information et à la composition. Le regard dédaigneux que l’historiographie de la première moitié du xxe siècle jette sur l’auteur sévérien fait de lui un petit maître de l’Histoire, un graeculus égaré dans les siècles romains. En dépit de son acuité, l’étude classique de Fergus Millar sur l’œuvre de Dion Cassius ne revient guère sur ce jugement sévère7.

  • 8 Michael P. Swan, « How Cassius Dio composed his Augustan Books : four Studies », Aufstieg und Niede (...)
  • 9 Pour Hérodote en particulier, cf. Guy Lachenaud, art. cit., pp. 97-108, souligne en particulier l’i (...)
  • 10 Photius, Bibl. cod. 71 Bekker p. 35 b ; Ernst Kyhnitzsch, De contionibus quas Cassius Dio Historiae (...)
  • 11 Lexique : Dion 42, 7, 3 : ἐπικατήχθησαν = Thuc.  3, 49, 4 ; Dion 42, 7, 3 : προκατέφυγε = Thuc. 1, (...)

3Divers commentaires récents ne laissent pas de mettre en évidence, dans cette œuvre, le caractère composite de l’information, la sélection consciente des données factuelles et leur composition en vue d’effets délibérés8. Parallèlement, les réminiscences d’auteurs anciens chez Dion ont suscité diverses études, qui relativisent l’imprégnation thucydidéenne de l’Histoire romaine9. Depuis Photius, en effet, la fréquence des emprunts de Dion Cassius au lexique et aux tournures de Thucydide était un lieu commun10. Diverses études, poursuivant cette idée, s’étaient attachées au lexique, aux locutions caractéristiques, à l’usage typique des adjectifs substantivés, ou encore au recours à des attributs du sujet en place de verbes d’action11. Parmi les résurgences de Thucydide dans la phrase de Dion, j’ai choisi de retenir les segments complexes : phrases entières, fragments de phrases pour ainsi dire « collés » dans le récit de l’Histoire romaine. Ces inclusions sont en effet irréductibles à une forme de pastiche, dans la mesure où, loin de suggérer vaguement une couleur thucydidéenne, ils évoquent des épisodes clairement identifiables de La guerre du Péloponnèse et présentent, pour ainsi dire, un télescopage de référents. Quelques exemples suffiront à le montrer, pris pour l’essentiel dans le livre XLII, qui est consacré à la période comprise entre la bataille de Pharsale et le départ de César pour sa campagne d’Afrique.

  • 12 Dion 42, 56, 3 : ἐπίπλουϛ ἐποιοῦντο = Thuc. 8.30.2.
  • 13 Dion 42, 18, 1 : ἀγγελθείσηϛ δὲ τῆϛ Φαρσαλικῆϛ μάχηϛ ἐπὶ πολὺ μὲν ἠπίστουν = Thucydide 8.1.1.
  • 14 Dion 42, 28, 3 : ̔Η μὲν γὰρ πρὸϛ τοὺc ὁμοπαθεῖϛ συνουσία ἔφερέ τινα αὐτοῖϛ κούφισιν = Thucydide 7, (...)

4Considéré d’une manière superficielle, le télescopage des référents semble appelé par le parallélisme des situations. Ainsi retrouve-t-on, dans le récit des raids opérés sur les côtes de Sicile par les Pompéiens d’Afrique, une brève locution technique extraite des opérations des Athéniens de Samos contre Milet en 411 av. J.-C12. De même, pour dépeindre les doutes et les angoisses des Romains entre les premières rumeurs sur l’issue de Pharsale et l’annonce de la défaite de Pompée, le récit de Dion laisse affleurer le tableau des Athéniens à l’annonce du désastre de Sicile, en 413 av. J.-C13. Pour évoquer les ravages des délateurs pendant la maîtrise de cavalerie d’Antoine, il fait appel à une phrase tirée du récit de la retraite athénienne pendant l’expédition de Sicile : « En effet, la compagnie de ceux qui souffraient les mêmes maux leur apportait quelque adoucissement14 ».

  • 15 Thucydide 1, 141, 6, 95, 3 ; 4, 3, 3 ; 4, 97, 4 ; 8, 92, 6.
  • 16 Dion 42, 12, 2 : « Gnaeus Pompée fit disperser par des plongeurs de fond les pierres contenues dans (...)

5Dans les infimes variations que le texte de Dion introduit dans ses emprunts à Thucydide, l’on peut voir un reflet des variations que le réel fait subir à des situations récurrentes. À l’occasion, en effet, la structure de l’analogie épouse, de manière mimétique, la complexité de l’événement : au sein des résurgences de Thucydide, des tournures, des fragments de phrases viennent modifier la citation et y introduire un corps étranger, mais ces éléments de variatio sont eux-mêmes empruntés à la phraséologie de l’historien attique. Ainsi, dans le dernier passage cité, la formation composée de ὁμοπαθεῖ͂ϛ est d’un modèle courant chez l’Athénien15. Un autre épisode fournit de cette technique un exemple parlant. Il s’agit d’un stratagème mis en œuvre par Gnaeus Pompée pendant le siège d’Oricum, port césarien dont le commandant, Marcus Acilius, avait fait barrer l’accès au moyen de barges pleines de pierre : τούϛ τε γὰρ λίθουϛ τοὺϛ ἐν τοῖϛ σκάφεσιν ἐγκειμένουϛ κολυμβηταῖϛ ὑφύδροιϛ διασκεδάσαϛ, καὶ αὐτὰ ἐκεῖνα κουφισθέντα ἑλκύσαϛ, τόν τε ἔσπλουν ἠλευθέρωσε. La phrase de Dion est un collage de deux fragments de Thucydide, le premier montrant le ravitaillement des Lacédémoniens assiégés dans Pylos en 424 av. J.-C., le second emprunté à l’attaque de l’île de Minoa dans l’été 427 av. J.-C. 16

  • 17 François Hartog, L’histoire d’Homère à Augustin, Paris, Seuil, 1999, Introduction, p. 20. Sur l’ana (...)
  • 18 Cf. par exemple Dion 42, 5, 1.

6À l’évidence, les résurgences de ce type ne procèdent pas d’un simple mimétisme stylistique, même considéré comme la revendication ou l’expression d’une identité culturelle. Ils font appel au principe d’analogie, non comme principe heuristique (c’est le cas dans l’histoire contemporaine), mais comme méthode empirique autorisant la constitution d’un savoir historique, éventuellement transmissible, de la nature humaine, utile pourvoyeuse d’une « science de l’action sur soi17 ». Les situations se répètent parce que l’être humain est ce qu’il est. Dion, grand producteur de sentences et de lois comportementales, invoque à plusieurs reprises les caractères « natifs » du genre humain18. Le surgissement des épisodes d’un temps passé dans le récit d’une autre époque fait percevoir intuitivement l’efficacité empirique de l’analogie. L’événement historique, sous le regard de l’historien, devient un fait lorsque sous la surface du moment particulier, l’investigation fait entrevoir tout un feuilletage de moments analogues : le kaléidoscope du réel s’organise en une expérience, donnant au récit sa dimension historique. La fréquence des stratagèmes détaillés, chez un auteur qui a tendance à réduire les récits de bataille à des épures rhétoriques, témoigne de cette tendance. Ces passages ne trahissent, en somme, ni les réminiscences involontaires, ni le mimétisme d’un πεπαιδευμένοϛ fasciné et envahi par son modèle historiographique. Bien au contraire, ils jouent un rôle essentiel dans la construction de l’historicité.

  • 19 Dion 42, 1, 4 : ὅταν γάρ τι ἀπροσδοκήτωϛ τέ τινι καὶ μετὰ πλείστου παραλόγου προσπέσῃ, τό τε φρόνημ (...)
  • 20 Dion Cassius : 42, 27, 3 : καὶ γὰρ ἁρπαγαὶ καὶ ὕβρειϛ καὶ σφαγαὶ πολλαὶ ἐγίγνοντο ; id. 31, 3 : τὰ (...)
  • 21 Cf. Ulpien, Dig. 48, 4, 1, 1.
  • 22 Dans un ensemble formé de quatre-vingts livres, elles occupent les livres 41 à 44.
  • 23 Cf. Dion 44, 1, 2 et Pierre Cordier, « Dion Cassius et la nature de la monarchie césarienne », art. (...)

7Les résurgences thucydidéennes ont un lien direct avec la valeur empirique du récit, mais aussi avec sa structure profonde, dont elles soulignent les articulations et accentuent les temps forts. Le livre xlii s’ouvre sur la panique de Pompée à la vue de la défaite de Pharsale. Pour expliquer un comportement si peu conforme à l’ethos de l’imperator, Dion paraphrase un passage d’un discours de Périclès : « Car chaque fois qu’un événement frappe quelqu’un à l’improviste et de façon inopinée, il amoindrit ses facultés et abat sa raison au point d’en faire le pire et le plus faible juge de ce qu’il faut faire19 ». La paraphrase de Thucydide fournit une explication rationnelle à un épisode apparemment incompréhensible en dégageant une loi générale du comportement humain. Mais tandis que le livre XLII s’ouvre sur l’écrasement de Pompée, la maxime jette le soupçon sur les victoires successives de César, dont le récit chez Dion s’apparente bien davantage à un catalogue d’erreurs et de catastrophes toujours causées par l’imprévoyance et l’irrationalité humaines, qu’à une série de succès dus à la Fortune et aux vertus personnelles du dictateur. L’intertextualité a ici des effets complexes. Du côté du référent historique, l’affolement de Pompée se superpose sans contradiction à la sagesse de Périclès : la fin lamentable des deux hommes les met sur le même plan, donnant in fine raison au proverbe. Du coup, le statut de l’énonciation devient peu clair : qui parle ? S’opposant aux interventions du narrateur à la première personne, que le récit de l’Histoire romaine laisse apparaître çà et là, la résurgence de Thucydide dans la maxime de Dion produit un effet d’intemporalité et sanctionne le caractère universel de la proposition. Une telle maxime, d’une certaine façon, fait parler l’Histoire. Dans ces conditions, le genre gnomique se présente comme une expérience objectivée, à la fois synthèse du discours historique et preuve de sa validité. Un point important a jusqu’ici été laissé de côté : l’utilisation que l’Histoire romaine fait de Thucydide rend inopérante la dissociation du passé grec et du passé romain. L’un et l’autre sont soumis aux mêmes aléas et régis par les mêmes lois. L’histoire de Rome s’écrit avec l’histoire des Grecs. Dion se situe, pour ainsi dire, au-delà des Vies parallèles de Plutarque. L’Histoire romaine, jusque dans la construction des phrases, livre un récit tressé, un texte dans lequel le fil de la mémoire grecque et la trame des événements romains s’entrelacent pour former un tissu commun. De fait, les auteurs grecs ne sont pas les seuls à resurgir au sein de la narration. Aux côtés de Thucydide, de Démosthène, d’Eschine et des tragiques figurent, dans le livre xlii, des auteurs latins tardo-républicains, tels Cicéron et Salluste. Curieusement, et au grand dam de la Quellenforschung, ni l’un ni l’autre n’apparaît en qualité d’informateur historique. Leur présence est rigoureusement du même ordre que celle de Thucydide. Ainsi, pour évoquer les troubles de Rome au début de l’année 48, alors qu’Antoine, maître de la cavalerie, assure à Rome la présence d’un pouvoir exercé dans les formes légales, Dion Cassius fait deux fois écho à la phraséologie des Catilinaires, ou peut-être à Salluste : « de fait, il y eut quantité de vols, d’exactions et de meurtres » et « (Trebellius et Dolabella) s’emparaient tour à tour des points les plus importants de la ville, assassinaient et incendiaient20 ». Le couple caedes et incendium, un lieu commun, suffit à signaler l’état de guerre civile, mais une phrase semble même comporter, avec l’évocation des affrontements pour les lieux stratégiques (τὰ ἐπικαιρότατα ἀντικατελάμβανον) une discrète allusion à une définition contemporaine de la seditio21. Lorsqu’il s’agit, en somme, d’évoquer un état de stasis larvée, c’est-à-dire d’opposer une façade institutionnelle à la réalité des actions, l’opposition des apparences et de la réalité, à la manière de Thudydide, met en vis-à-vis deux termes romains : à une magistrature cum imperio répondent des expressions topiques du désordre social romain. L’affleurement des références romaines, sous la forme d’un lieu commun, constitue un appel à l’expérience du présent : les derniers livres de l’Histoire romaine rapportent des guerres intestines contemporaines, où l’existence d’institutions légitimes a brutalement cessé de garantir la paix civile. La structure de l’ouvrage assigne aux guerres civiles du ier siècle avant J.-C. 22, qui voient la mise en place progressive de la monarchie, seule solution constitutionnelle qui convienne à la nature de l’imperium Romanum, une position parallèle à celles de l’époque sévérienne. L’ordre social que Dion évoque et prône est un état de fait. C’est une forme constitutionnelle acquise, l’empire romain23. Les soubresauts de la respublica sous la maîtrise de la cavalerie d’Antoine en témoignent : là où le pouvoir légal (fût-il mauvais ou de pure façade) n’est plus respecté, on ne saurait plus trouver que le chaos. Les résurgences romaines dans le tableau de la stasis, parce qu’elles impliquent l’identification fonctionnelle du présent et du passé relaté, invitent à transposer cette expérience et à en tirer les conclusions pour le monde contemporain.

L’histoire romaine est une tragédie grecque

  • 24 Cf. Adam M. Parry, Logos and ergon in Thucydides, New York, 1981.
  • 25 Dion Cassius 42. 11. 2-3 : ἐκεῖναί τε γὰρ τάϛ τε κόμαϛ καθεῖσαι καὶ στολὰϛ μελαίναϛ ἐνδυσάμεναι λαμ (...)
  • 26 Cf. Jean Puiggali, « Les démons dans l’Histoire Romaine de Dion Cassius », Latomus, 43, 1984, pp. 8 (...)
  • 27 Dion Cassius 42, 1, 4, cité plus haut.
  • 28 Dion Cassius 42, 5, 1-6.
  • 29 Cf. Pierre Cordier, « Les Romains se cachent-ils pour mourir ? », dans Florence Dupont, Clara Auvra (...)
  • 30 Sur l’histoire tragique, cf. Antoine Foucher, « Nature et forme de l’histoire tragique à Rome », La (...)

8Lorsque les lieux communs cicéroniens prennent place dans le balancement thucydidéen du couple opposant le λόγοϛ à l’ἔργον24, en déplaçant le problème de la stasis sur un terrain historique romain, le récit montre à la fois la combinaison et la permutabilité culturelle des traditions grecque et romaine. Dion recourt à un schéma analogue, lorsqu’il fait surgir, dans la séquence des événements relatés, une structure tragique sous-jacente, que signalent des références à des motifs de la tradition grecque. Les deux exemples suivants mettent en évidence un système de références complexe, où la dimension tragique de la narration transparaît à travers des résurgences d’auteurs latins. Ainsi une anecdote du siège de la cité dalmate de Salone par Marcus Octavius en 49 av. J.-C. renvoie simultanément à Tacite : « les femmes, cheveux épars, tout de noir vêtues et torches en main, se donnant en somme une allure absolument terrifiante, firent irruption dans le camp des assiégeants au milieu de la nuit, terrorisant les sentinelles qui les prenaient pour des démons (δαίμονεϛ) ». La scène fait écho aux étranges incantations des Bretonnes in modum Furiarum face aux troupes romaines de Suétonius Paulinus dans les Annales25. Mais elle évoque simultanément un passage d’Eschyle, a fortiori dans un récit en grec. Sous les yeux des soldats d’Octavius, la sortie nocturne des Salonitaines se transforme en apparition des Érynies. La scène, dans ces conditions, se déroule sur deux plans simultanés. Dans l’ordre des événements, il s’agit d’un stratagème, destiné à tirer profit de l’effet de surprise, de la panique et de la superstition (les femmes ont adopté l’aspect funèbre de fantômes)26. Mais dans l’ordre de la narration, la référence à Tacite et à Eschyle change le motif et transforme l’épisode en une allégorie de la stasis. La couleur tragique montre à l’œuvre une puissance supra-humaine, la τύχη. La signature caractéristique de la τύχη est une forme d’humour noir : les assiégeants de Salone cèdent à la panique et prennent leurs jambes à leur cou devant des simulacres de spectres et, qui plus est, devant des femmes. Cette réaction est inévitable, dès lors que les combattants ne se sont pas préparés à toute éventualité, comme le rappelait le narrateur dans une maxime à la manière de Thucydide27. Partout chez Dion, l’œuvre des hommes, même couronnée de succès, ne donne à voir que des enchaînements de réactions incontrôlées, des erreurs lamentables que seules la maladresse et l’impéritie pires encore des adversaires transforment en victoires. Au début du livre XLII, le long développement sur l’affaissement de Pompée après Pharsale n’a rien d’un pur morceau de bravoure rhétorique ; Dion Cassius dresse l’inventaire des nombreux atouts qui restaient au vaincu et conclut à la faute grave. Les antithèses qui clôturent cette séquence rehaussent l’ironie du sort28. Chaque contradiction dans la biographie du grand homme est une preuve de sa condition tragique : d’une façon symptomatique, l’image de Pompée se brouille et se recompose dans la silhouette d’Agamemnon. La contamination tragique affecte jusqu’au langage de l’imperator : s’il prononce ses ultimes paroles devant ses compagnons d’infortune, c’est pour prononcer une sentence empruntée à Sophocle, avant de prendre la pose du roi grec pour la mise à mort29. La dimension tragique que le motif de la τύχη apporte au récit de l’Histoire romaine souligne la nécessité d’une saine discipline de l’action : sans l’expérience et la réflexion développées au contact de l’Histoire, il n’est point de salut. Il n’y a pas chez Dion d’« histoire tragique »30, mais seulement une utilisation déplacée des mécanismes de la tragédie, asservis au propos de l’histoire : l’infusion d’une expérience.

En guise de conclusion : le fil retors de l’histoire

  • 31 Giusto Monaco, « Un’eco di Plutarco in Cassio Dione », Philias Charin. Miscellanea di Studi Classic (...)
  • 32 Dion Cassius, 42, 26, 4 : Πρὸϛ δὲ τούτοιϛ αἷμα τε ἐξ ἐργαστηρίου σιτοποιου,῝ προχυθὲν ἀφίκετο πρὸϛ (...)
  • 33 Dion Cassius, fr.3 = 15, 57, 22 : « Quant à moi, je n’arrive à me faire une idée ni sur ces événeme (...)
  • 34 Cf. Pierre Cordier, « Dion Cassius et la nature de la monarchie césarienne », art. cit.
  • 35 Cf. Dion Cassius, 72 (71), 35, 5 sur la double culture de Marc Aurèle, qui le qualifie pour le rôle (...)

9La trame thucydidéenne de la narration chez Dion n’empêche pas l’historien sévérien de tisser des liens avec d’autres auteurs bien plus tardifs, eux-mêmes d’une étoffe composée de grec et de romain. Diverses allusions à Plutarque ont ainsi été remarquées dans l’Histoire romaine31. Un passage singulier attire l’attention, parce qu’il ne traite pas Plutarque comme une source informative, pour s’en inspirer ou pour prendre ses distances, mais comme un repère culturel à partir duquel se définit un nouveau rapport entre le Grec et les choses romaines. Le texte en question appartient, dans le livre XLII, à une séquence de prodiges rapportés à l’année 48 av. J.-C. et consiste en une glose sur le nom de Fortuna respiciens : « En outre, du sang coula d’une boulangerie jusqu’à un autre temple de la Fortune qui devait sa fondation et son appellation, dont la tournure n’est pas facile à rendre pour un Grec, à la nécessité qu’il y a de regarder et de prendre en considération pareillement tout ce qu’on a devant les yeux comme tout ce qu’on a derrière soi, et de ne pas oublier d’où l’on est parti pour devenir ce que l’on est ». Ce passage fait à l’évidence écho à Plutarque32. Mais là où Plutarque se risquait à livrer un équivalent en grec de l’épiclèse, Dion se livre à une explication bien contournée. Le développement de Dion sur l’adjectif respiciens ne se laisse pas réduire a priori à un simple exercice d’atticisme, à la volonté marquée de fuir le recours aux translittérations ou à une interpretatio Graeca plus ou moins approximative. Tandis que Plutarque s’attachait au sens concret de l’épiclèse et ne parvenait à rendre explicitement qu’une partie du geste évoqué par le verbe latin respicere – le retournement –, Dion insiste sur le sens allégorique du mot, qu’il ne cite pas. La glose tient, dans l’économie de la narration, un rôle bien défini : elle invite à interpréter l’épiclèse de Fortuna respiciens comme un présage (omen), alors que Dion émet, dans un fragment attribué au livre XV, de sérieux doutes quant à la validité de toute forme de divination33. C’est que si le présage est absurde et n’a aucune valeur prédictive dans l’ordre du réel, il a une valeur démonstrative dans l’ordre du récit et souligne efficacement les leçons à tirer de l’Histoire. À l’heure même où César parvenait à la domination absolue dans la cité, le principe d’entropie du pouvoir était déjà à l’œuvre : la puissance politique, pour durer, doit sans cesse opérer un retour sur elle-même. Plus un pouvoir est fort, plus il doit s’imposer de freins34. Il faut noter que, formellement, la glose se présente comme une étiologie expliquant à la fois l’aspect de la statue et l’épiclèse (ἐκ τοῦ... καὶ ἱδρύσαντο καὶ ἐπεκάλεσαν), alors que seule l’épiclèse est réellement commentée. Elle répond à un problème posé à la manière des Questions romaines de Plutarque. Mais en omettant de décrire la statue, elle implique nécessairement, pour l’intelligibilité et la crédibilité historique de l’ensemble, que le lecteur sache de quoi il est question et qu’il ait identifié Fortuna respiciens. La distance entre le fait romain et la langue de la narration n’en est pas moins accentuée : une locution vague permet d’esquiver la translittération et la traduction (τρόπον τινά), et le narrateur insiste sur la langue du récit, qui n’est pas le latin (οὐκ εὐαφήγητον ῝Ελλησι). La même phrase, en somme, présente l’évidence culturelle, l’intelligibilité immédiate de la chose romaine, tout en faisant apparaître une distance linguistique irréductible entre le grec et le latin : le narrateur lui-même, embarrassé par la terminologie, est à la fois dedans et dehors. Cette coïncidence de l’intimité et de l’éloignement crée une tension propre, chez Dion, à l’écriture de l’histoire : c’est la possibilité d’un recul critique face à l’objet et d’une historicisation de l’événement. La construction du sens et l’infusion de l’expérience, dans une histoire de Rome destinée à enseigner des leçons utiles pour le présent, passent par l’hellénisme35. Dion Cassius ourdit l’Histoire romaine en entrelaçant du grec et du romain, les deux mondes se déterminant l’un l’autre et se comportant chacun comme un sous-ensemble de son vis-à-vis : Rome n’est plus seulement dans Rome.

Notes

1 Cf. dernièrement Marie-Laure Freyburger-Galland, « Dion Cassius : Problèmes morphologiques posés par les emprunts du grec au latin », La koiné grecque antique, III, Les contacts, Cl. Brixhe (éd.), Nancy-Paris (Association pour la diffusion de la recherche sur l’Antiquité, collection « Études Anciennes », 17), 1998, pp. 137-144 ; Bernard D. Frischer, et alii, « Word-order transference between Latin and Greek : the relative position of the accusative direct object and the governing verb in Cassius Dio and other Greek and Roman prose authors », Harvard Studies in Classical Philology, 99, 1999, pp. 357-390.

2 Pour un bilan récent des études sur l’œuvre de Dion Cassius, on se reportera à G. Martinelli, L’ultimo secolo di studi su Cassio Dione, Genova, Accademia Ligure di Scienze e Lettere (Collana di Studi e Ricerche, 17), 1999.

3 Cf. Gerhard Vrind, De Cassii Dionis vocabulis quae ad ius publicum pertinent, Rome (Studia Juridica, LXII), 1971 (1ère éd. 1923) et, plus récemment, Marie-Laure Freyburger, Aspects du vocabulaire politique et institutionnel de Dion Cassius, Paris, 1997.

4 Cf. l’inventaire fort pratique de Chiara Carsana, La teoria della costituzione mista nell’età imperiale romana, Côme (Biblioteca di Athenaeum n° 13), 1990, pp. 83-94 sur Dion.

5 Guy Lachenaud, « Dion Cassius plagiaire impénitent ou homme de culture ? », Grecs et Romains aux prises avec l’Histoire, op. cit., pp. 97-108 (citation : p. 97).

6 Cf. François Hartog, Régimes d’historicité, Paris, 2003, p. 19 : « Dans une acception restreinte, comment une société traite son passé et en traite. Dans une acception large […], “la modalité de conscience de soi d’une communauté humaine” ».

7 Cf. James T. Shotwell, The Story of Ancient History, New York, 1961, p. 250 ; Walter Spoerri, s.v. « Dio Cassius », dans Lexikon der alten Welt, Stuttgart, 1965, pp. 737-738 ; Stephen Usher, The Historians of Greece and Rome, Norman (Oklahoma)-Bristol, 1969, pp. 249-253 ; Michael Grant, The Ancient Historians, Londres, 1970, pp. 344-345 ; Egidius Schmalzriedt, s.v. « Cassius Dio Cocceianus », dans Hauptwerke der antiken Literaturen. Einzeldarstellungen und Interpretationen zur griechischen, lateinischen und biblischen Literatur, E. Schmalzriedt (éd.), Munich, 1976, pp. 432-433 ; Charles W. Fornara, The Nature of History in Ancient Greece and Rome, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1983, pp. 187-188 ; Fergus Millar, A Study of Cassius Dio, Oxford, 1964.

8 Michael P. Swan, « How Cassius Dio composed his Augustan Books : four Studies », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, op. cit., pp. 2524-2557 ; Dion Cassius, Histoire romaine, texte établi par Marie-Laure Freyburger, trad. et ann. par François Hinard (livre 41) et Pierre Cordier (livre 42), Paris, 2002, pp. xxvi-xxxiv.

9 Pour Hérodote en particulier, cf. Guy Lachenaud, art. cit., pp. 97-108, souligne en particulier l’influence d’Hérodote ; pour Démosthène, cf. V. P. Vlachos, « Demosthenes und Dio », Classical Review, 19, 1905, pp. 102-106 ; pour Eschine, cf. Herbert W. Parke, « Echoes of Aeschines in Dio Cassius », Classical Review, 61, 1947, p. 11 ; pour Philodème de Gadara, cf. Tiziano Dorandi, « Der gute König bei Philodem und die Rede des Maecenas vor Octavian (Cassius Dio LII, 14-40) », Klio, 67, pp. 56-60 ; pour divers autres auteurs, cf. Gavin B. Townend, « Traces in Dio Cassius of Cluvius, Aufidius and Pliny », Hermes, 89, 1961, pp. 227-248 ; Simon C. R. Swain, « Dio and Lucian », Greek Fiction. The Greek Novel in Context, J. R. Morgan, R. Stoneman (éd.), Londres, 1994, pp. 166-180.

10 Photius, Bibl. cod. 71 Bekker p. 35 b ; Ernst Kyhnitzsch, De contionibus quas Cassius Dio Historiae suae intexuit cum Thucydideis comparatis, Diss., Leipzig 1894 ; Ernst Litsch, De Cassio Dione Imitatore Thucydidis, Diss., Fribourg-en-Brisgau, 1893 ; Meyer Reinhold, « In Praise of Cassius Dio », L’Antiquité Classique, 55, 1986, pp. 213-222.

11 Lexique : Dion 42, 7, 3 : ἐπικατήχθησαν = Thuc.  3, 49, 4 ; Dion 42, 7, 3 : προκατέφυγε = Thuc. 1, 134 et 2, 91, 1, 3, 78 ; Dion 42, 11, 3 : αὐτοβοεί = Thuc. 3, 116, 6 ; 5, 3, 2 ; 8, 3, 2 ; Dion : 42, 46, 2 ἐπὶ πρεσβεύσει = néologisme de Thuc. 1, 73, 1 ; Dion 42, 51, 3 : τῶν προσεταιριστῶν = Thuc. 8, 100, 3. Emploi des adjectifs substantivés : Dion 42, 1, 4 : τὸ παράλογον = Thuc. 1, 78, 1 ; 2, 85, 2 ; 7, 28 et 37, 3 ; Dion 42, 52, 3 : τὸ δορυφορικόν évoque Thuc. 2, 98, 4 τὸ πεζόν... τὸ ἱππικόν ; Locutions préférées à des verbes simples : Dion 42, 1, 4 : κριτὴν γενέσθαι ; Dion 42, 2, 6 : ἱκέτηϛ... γενέσθαι ; Dion 42, 31, 3 : θεατὴϛ καὶ ἀγωνοθέτηϛ... ἐγίγνετο imitent Thuc. 1, 35, 4 ; 3, 59, 4 ; 7, 70 ; 8, 50, 3.

12 Dion 42, 56, 3 : ἐπίπλουϛ ἐποιοῦντο = Thuc. 8.30.2.

13 Dion 42, 18, 1 : ἀγγελθείσηϛ δὲ τῆϛ Φαρσαλικῆϛ μάχηϛ ἐπὶ πολὺ μὲν ἠπίστουν = Thucydide 8.1.1.

14 Dion 42, 28, 3 : ̔Η μὲν γὰρ πρὸϛ τοὺc ὁμοπαθεῖϛ συνουσία ἔφερέ τινα αὐτοῖϛ κούφισιν = Thucydide 7, 75, 6 : καὶ ἡ ἰσομοιρία τῶν κακῶν ἔχουσά τινα ὅμωϛ τὸ μετὰ πολλῶν κούφισιν.

15 Thucydide 1, 141, 6, 95, 3 ; 4, 3, 3 ; 4, 97, 4 ; 8, 92, 6.

16 Dion 42, 12, 2 : « Gnaeus Pompée fit disperser par des plongeurs de fond les pierres contenues dans les barques qu’il fit tirer, une fois allégées, et libéra ainsi l’entrée du port » = Thucydide 4, 26, 8 : κολυμβηταὶ ὕφυδροι ἐν ἀσκοῖϛ ἐφέλκοντεϛ ; 3, 51, 3 καὶ τὸν ἔσπλουν ἐλευθερώσαϛ. Sur l’épisode, cf. Dion Cassius, Histoire romaine, livre 42, op. cit., notes 1-4, pp. 129-130.

17 François Hartog, L’histoire d’Homère à Augustin, Paris, Seuil, 1999, Introduction, p. 20. Sur l’analogie dans l’histoire contemporaine, cf. Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, 1971, pp. 169-172 (cité dans l’éd. de poche).

18 Cf. par exemple Dion 42, 5, 1.

19 Dion 42, 1, 4 : ὅταν γάρ τι ἀπροσδοκήτωϛ τέ τινι καὶ μετὰ πλείστου παραλόγου προσπέσῃ, τό τε φρόνημα αὐτοῦ ταπεινοῖ καὶ τὸ λογιζόμενον ἐκπλήσσει, ὥστ᾿ αὐτὸν κάκιστόν τε καὶ ἀσθενέστατον τῶν πρακτέων κριτὴν γενέσθαι = Thuc. 2, 61, 3 : δουλοῖ γὰρ φρόνημα τὸ αἰφνίδιον καὶ ἀπροσδόκητον καὶ τὸ πλείστω̦ παραλόγῳ ξυμβαῖνον.

20 Dion Cassius : 42, 27, 3 : καὶ γὰρ ἁρπαγαὶ καὶ ὕβρειϛ καὶ σφαγαὶ πολλαὶ ἐγίγνοντο ; id. 31, 3 : τὰ ἐπικαιρότατα ἀντικατελάμβανον καὶ φόνουϛ τε καὶ ἐμπρήσειϛ [τε] ἐποίουν ; Cicéron IIe Catilinaires, 5, 10 : « Nihil cogitant nisi caedem, nisi incendia, nisi rapinas » ; Cicéron Ie Cat. 3. 6 : « obliuiscere caedis atque incendium » ; 2 Cat. 3. 6 : « uideo quis sibi has urbanas insidias caedis atque incendiorum depoposcerit » ; Salluste Cat. 24. 4 : « Per eas se Catilina credebat posse seruitia urbana sollicitare, urbem incendere, uiros earum uel adiungere sibi uel interficere. »

21 Cf. Ulpien, Dig. 48, 4, 1, 1.

22 Dans un ensemble formé de quatre-vingts livres, elles occupent les livres 41 à 44.

23 Cf. Dion 44, 1, 2 et Pierre Cordier, « Dion Cassius et la nature de la monarchie césarienne », art. cit.

24 Cf. Adam M. Parry, Logos and ergon in Thucydides, New York, 1981.

25 Dion Cassius 42. 11. 2-3 : ἐκεῖναί τε γὰρ τάϛ τε κόμαϛ καθεῖσαι καὶ στολὰϛ μελαίναϛ ἐνδυσάμεναι λαμπάδαϛ τε λαβοῦσαι, καὶ τὸ σύμπαν πρὸϛ τὸ φοβερώτατον σχηματισάμεναι, τῷ τε στρατοπέδῳ τῷ πολιορκοῦντί σφαϛ νυκτὸϛ μέσηϛ προσέμιξαν, τοὺϛ προφύλακαϛ ὡϛ καὶ δαίμονέϛ τινεϛ ἐκπλήξασαι… Tac. Ann. 14. 29-30 : « Stabat pro litore diversa acies, densa armis uirisque, intercursantibus feminis in modum Furiarum, veste ferali, crinibus deiectis faces praeferebant…  » ; Eschyle, Ag., 1117-1119.

26 Cf. Jean Puiggali, « Les démons dans l’Histoire Romaine de Dion Cassius », Latomus, 43, 1984, pp. 876-883.

27 Dion Cassius 42, 1, 4, cité plus haut.

28 Dion Cassius 42, 5, 1-6.

29 Cf. Pierre Cordier, « Les Romains se cachent-ils pour mourir ? », dans Florence Dupont, Clara Auvray-Assayas (éds.), Images romaines, Actes de la table ronde organisée à l’ENS, 24-26 octobre 1996, Paris, Presses de l’ENS, 1998, pp. 193-205.

30 Sur l’histoire tragique, cf. Antoine Foucher, « Nature et forme de l’histoire tragique à Rome », Latomus, 59, 2000, pp. 773-801. Pour Dion en particulier, cf. Adelina Piatkowski, « L’influence de l’historiographie tragique sur la narration de Dion Cassius », Actes de la xiie Conférence internationale d’Études classiques Eirene, Cluj-Napoca, 2-7 octobre 1972, I. Fischer (ed.), Bucarest-Amsterdam, 1975, pp. 263-270.

31 Giusto Monaco, « Un’eco di Plutarco in Cassio Dione », Philias Charin. Miscellanea di Studi Classici in onore di Eugenio Manni, V, Rome, 1980, pp. 1557-1559.

32 Dion Cassius, 42, 26, 4 : Πρὸϛ δὲ τούτοιϛ αἷμα τε ἐξ ἐργαστηρίου σιτοποιου,῝ προχυθὲν ἀφίκετο πρὸϛ νεὼν ἕτερον Τύχηϛ ἣν ἐκ τοῦ πάντα τά τε ἐν τοῖϛ ὀφθαλμοῖϛ καὶ τὰ κατόπιν καὶ ἐφορᾶν καὶ ἐκλογίζεσθαι χρῆναί τινα, μηδὲ ἐπιλανθάνεσθαι ἐξ οἵων οἷοϛ ἐγένετο, καὶ ἱδρύσαντο καὶ ἐπεκάλεσαν τρόπον τινὰ οὐκ εὐαφήγητον ῝Ελλησι ; Plutarque, La Fortune des Romains, 10 et Questions romaines, 74 donne Τύχη ̓Επιστρεφομένη.

33 Dion Cassius, fr.3 = 15, 57, 22 : « Quant à moi, je n’arrive à me faire une idée ni sur ces événements ni sur les autres annoncés à l’avance. Car que veut dire “présager”, si un événement doit se produire de toute façon et que, manœuvre humaine ou providence divine, rien n’y peut parer ? »

34 Cf. Pierre Cordier, « Dion Cassius et la nature de la monarchie césarienne », art. cit.

35 Cf. Dion Cassius, 72 (71), 35, 5 sur la double culture de Marc Aurèle, qui le qualifie pour le rôle d’empereur.

Auteur

Université de Toulouse II-Le Mirail

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable