Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?

Partie III : Monuments, parcours et discours : la Grèce imaginaire des Romains

Aristos Hellenôn : succès sportif et identité grecque dans la Grèce romaine1

Onno van Nijf

Résumé

Une inscription honorifique qui date de la fin du iie siècle apr. J.-C. loue Publius Aelius Damokratidas, un notable de Sparte, à la fois pour ses qualités civiques, pour sa loyauté à l’empereur romain et pour ses succès sportifs, comme l’indique l’expression aristos Hellenôn. Cette combinaison de qualités, quelque peu surprenante, est mon point de départ pour discuter le rôle de l’athlétisme traditionnel dans la construction de l’identité grecque sous l’Empire. Je démontre que les occurrences fréquentes de titres tels que « Le meilleur des Grecs » se comprennent davantage quand on les replace dans le contexte de la romanisation du monde grec. Pour être aristos Hellenôn, il ne fallait pas seulement être un champion, mais aussi se comporter comme un « supporter » de Rome. De fait, l’athlétisme grec était une façon grecque de faire le Romain.

Texte intégral

Damokratidas de Sparte

  • 1 Cet article est issu d’une communication réalisée pour le séminaire du Centre Louis Gernet. D’autre (...)
  • 2 IG V 2, 553 : ἁ πόλις Πό. Αἴλιον Δαμοκρατίδαν Ἀλκανδρίδα ἀρχιερέα τοῦ Σεβαστοῦ καὶ τῶν θείων προγόν (...)

1La vie était belle pour Publius Aelius Damokratidas, citoyen de Sparte, et sujet loyal de l’empereur romain. Il était Archiereus, grand prêtre du culte impérial. Il aimait sa patrie, où il était agoranome perpétuel (ce qui voulait dire qu’il payait à vie, lui-même, les frais de sa fonction). Dans une inscription honorifique qui date de la fin du iie siècle apr. J.-C., on lit que son pays natal lui avait accordé des honneurs qui avaient mis en relief son patriotisme2 : le texte mentionne qu’il a été un bon citoyen (kalôs pepoliteumenos), et qu’il a reçu tous les honneurs officiels que la loi réservait aux citoyens excellents (aristopoliteias timas).

2Aussi n’est-ce pas étonnant qu’on ait considéré cet homme comme un « Grec exemplaire », du moins l’appelle-t-on Aristos Hellenôn, c’est-à-dire « le meilleur des Grecs ».

  • 3 Robert 1929, pp. 13-14.

3L’éditeur du texte, Foucart3, et bien d’autres historiens présumaient qu’il s’agissait ici d’une épithète locale qui n’avait qu’un sens vague. L’expression serait une hyperbole, le signe d’un temps où les Grecs avaient perdu leur sens des proportions.

  • 4 Robert 1929.
  • 5 Voir appendice.

4Or Louis Robert a démontré, il y a à peu près quatre-vingts ans, qu’il s’agit ici d’un titre ni unique, ni vague4. On trouve cette formule dans des inscriptions provenant de différentes parties du monde grec qui toutes émanent d’un milieu agonistique5. Le « meilleur des Grecs » était un athlète. Le titre fut attribué par le jury d’une compétition vénérable, celle des Eleutheria à Platées, les Jeux de la liberté, un concours pentaétérique qui était organisé par le koinon sunedrion (l’assemblée commune) des Hellènes en commémoration de la bataille de Platées qui eut lieu en 479 av. J.-C. pendant les guerres médiques. Dans ce concours, le « meilleur des Grecs » était le coureur qui avait gagné le hoplitodromos, à savoir la course en armes dans laquelle les athlètes portaient un bouclier. Damokratidas était un athlète dont les succès sportifs étaient alors considérables : il fut représenté comme pleistoneikês, « champion à plusieurs reprises » et paradoxos, un « vrai miracle », ce qui signifiait que, dans un concours agonistique, il avait été vainqueur un même jour dans deux disciplines différentes.

  • 6 Pour ce débat, voir maintenant Alcock (2002), en particulier ch. 2.

5L’inscription loue ce notable de Sparte à la fois pour ses qualités civiques, pour sa loyauté à l’empereur romain et pour ses succès sportifs. Cette combinaison de qualités, quelque peu surprenante, sera mon point de départ pour discuter le rôle de l’athlétisme traditionnel dans la construction de l’identité grecque sous l’Empire6.

6Mes questions seront les suivantes : quel était le message que Damokratidas voulait faire passer ? Quelle image voulait-il donner de lui-même ? Pourquoi un notable spartiate voulait-il se présenter comme un athlète ? Pourquoi un sujet loyal de l’empereur romain insistait-il sur son identité grecque, en s’associant aux grandes batailles remportées pour la liberté grecque ?

7Pour répondre à ces questions, je commencerai par discuter brièvement des jeux de la liberté, jeux qui à Platées commémoraient la victoire remportée là par les Grecs lors des guerres médiques. Je m’intéresserai ensuite à l’importance continue de cette fête en la regardant à travers le filtre de la renaissance grecque de l’empire romain que nous connaissons sous le nom de seconde sophistique. Enfin, je discuterai de l’importance de l’athlétisme grec dans la construction de l’identité grecque à l’intérieur de l’ère romaine et j’explorerai le rôle des communautés grecques dans la provincialisation de l’Orient romain. J’espère pouvoir démontrer que les occurrences fréquentes de titres tels que « Le meilleur des Grecs » se comprennent davantage quand on les replace dans le contexte de la romanisation du monde grec.

Les Eleutheria de Platées

  • 7 Robert 1969, pp. 188-189 [324-325].
  • 8 Cf. Nora 1984.
  • 9 Pour l’expression, cf. Anderson 1991.

8À la période romaine, les Eleutheria de Platées étaient un des grands événements du calendrier sportif grec7. Tous les quatre ans, une communauté de Grecs, le koinon sunedrion des Hellènes à Platées, organisait un concours panhellénique à la manière traditionnelle, c’est-à-dire avec toutes les disciplines connues, sur le site de la fameuse bataille. Même si cette bataille ne mit pas un terme aux guerres médiques, on l’a considérée et commémorée dès le début comme un moment décisif de l’histoire grecque. Pour les Grecs de la période romaine, comme pour leurs ancêtres, les guerres médiques constituaient un vrai « lieu de mémoire », un événement clé de leur histoire « nationale8 ». Pour des générations de Grecs, les souvenirs, les histoires, les mythes, et les monuments associés aux guerres médiques, et surtout aux champs de batailles – Thermopyles, Marathon, Salamine et Platées – ont joué un rôle important dans la construction de leur identité collective comme Grecs. Bien entendu, les cités grecques ont toutes maintenu leur interprétation particulariste de ces batailles. Les Thermopyles préservaient surtout la mémoire de la résistance héroïque de Léonidas et des Spartiates. Marathon et Salamine étaient principalement des lieux de la mémoire athénienne. La « nation » grecque restait une communauté imaginaire, et la « mémoire nationale grecque » était ouverte à des interprétations différentes, voire contradictoires9.

  • 10 Cf. Strabon, IX, 2, 31, Plutarque, Aristide, 21, 1-2, Pausanias, IX, 2, 4, Philostrate, Gymn. 8.

9Dès le début, Platées occupa une position spéciale dans les mémoires grecques. Cette ville insignifiante évoquait, plus que les autres sites, l’unité grecque face à l’ennemi barbare et les efforts collectifs pour la liberté grecque. Il ne semble pas du tout surprenant que les Grecs aient voulu célébrer cette mémoire par une tradition de jeux panhelléniques, dont, sous l’empire romain, ils aimaient à penser qu’elle remontait au cinquième siècle10. Mais, les Jeux de la liberté grecque furent une tradition inventée à une période postérieure. Il vaut donc la peine de prendre en compte l’histoire des jeux et la place qu’occupait Platées dans la mémoire grecque, car ce rôle de Platées comme lieu de mémoire était flexible et s’adapta bien aux grands changements de l’histoire grecque des périodes hellénistique et romaine.

  • 11 Pour un aperçu global, voir Schachter 1994, pp. 125-143.
  • 12 Hérodote, 9. 84, (tr. Legrand) : « Après s’être partagé le butin à Platées, les Grecs se mirent à e (...)
  • 13 Plutarque, De malignitate Herodoti, 42 (872 2, f), cf. Wes 1987 ; Wes 1991.
  • 14 Thucydide, III, 58, 4 (Tr. J. de Romilly) : « Tournez vos regards vers les tombeaux de vos pères. I (...)

10On peut distinguer dans cette histoire au moins trois réorientations fondamentales11. Dans une première phase, au cinquième siècle, le souvenir de Platées servit aux cités grecques comme source de prestige dans le monde grec d’après-guerre. Il était alors important de se présenter comme cité libératrice de la Grèce, et – était-ce nécessaire – de dissimuler les indices de connivence avec l’ennemi. Platées fut l’un des lieux principaux où les cités grecques négocièrent leur position respective. En fait, on créa presque immédiatement autour de Platées une série de légendes, comme nous le montre Hérodote. Dans un passage parlant du champ de bataille, il évoque les tombeaux des hoplites athéniens et spartiates qu’on peut y voir, mais aussi les tombeaux vides construits par des cités grecques qui, même si elles avaient été absentes lors de la bataille, voulurent se poser en libératrices de la Grèce12. Ce fut d’ailleurs cette dénonciation iconoclaste qui valut à Hérodote, beaucoup plus tard, le reproche de kakoêtheia, malignité, de la part de Plutarque13. Thucydide mentionne les funérailles sur place des « morts pour la patrie » (ce qui était un rare honneur), mais il ne mentionne pas les prétentions douteuses de certaines cités. Il s’intéresse plutôt au sort des Platéens qui devaient faire face à la destruction de leur ville par l’armée spartiate en dépit du soin qu’ils avaient manifesté pour les tombeaux des Spartiates14.

11Il est important de noter que ni Hérodote, ni Thucydide ne mentionnent les Jeux de la Liberté qui apparaissent si importants chez les auteurs postérieurs. Il est probable qu’ils remontent à une deuxième phase, quand sous l’hêgemonia macédonienne la mémoire de Platées constituait un « lieu commun » autour duquel les Grecs se rassemblaient. Les Jeux de la Liberté grecque sont attestés dans des sources littéraires et épigraphiques datant du iiie siècle av. J.-C. au iiie siècle apr. J.-C.

  • 15 Étienne and Piérart 1975 ; cf. Schachter 1994, p. 131.

12Parmi les plus anciens textes faisant référence aux Eleutheria, le plus important est une inscription de 262-246 en l’honneur d’un certain Glaukos, qui poursuivait une carrrière civique à Athènes, mais qui collaborait aussi avec le Lagide Ptolémée II15. Ce texte nous montre qu’en ce temps-là, un ensemble symbolique et rituel existait déjà : l’assemblée commune des Grecs régissait les cultes joints de Zeus Eleuthérios et d’Homonoia, le sanctuaire, le prêtre de Zeus, et bien sûr une compétition athlétique. Étienne et Piérart ont proposé 330 av. J.-C. comme date de reconstruction de Platées par les Macédoniens. Cette datation est adoptée par d’autres historiens.

  • 16 Cf. la liste dans Schachter 1994, p. 139.

13Les Eleutheria semblent donc avoir été une « tradition inventée » pendant l’ère macédonienne. Leur fonction principale était probablement de réunir les cités grecques disparates en une communauté, sous l’hégémonie des rois macédoniens, en représentant les changements comme une restauration des pratiques anciennes ou, du moins, en suggérant une sorte de continuité entre le présent et le passé. Les lieux de mémoire se posent en effet souvent comme des noyaux naturels autour desquels on peut construire de nouvelles traditions. L’association entre Platées et la lutte contre les Perses fut utile au temps de la formation de la Ligue de Corinthe, quand les Grecs étaient au point de s’embarquer de nouveau dans une expédition militaire contre les barbares. Une fois établies, les Eleutheria continuèrent à être organisées tous les quatre ans et des athlètes venant de toutes les parties du monde grec y participèrent, comme nous le montrent les stèles érigées pour les vainqueurs16. Pourtant, la popularité des Eleutheria, les Jeux de la liberté, semblent avoir atteint son sommet à l’époque romaine, quand eleutheria, la liberté même, eut disparu complètement sous l’empire romain. Notre Publius Aelius Damokratidas, patriote spartiate et sujet loyal de l’empereur romain, a dû mesurer cette ironie.

  • 17 Pour ce qui suit, Robertson 1986.
  • 18 Hérodote, VIII, 123 (tr. Legrand) : « Le butin partagé, les Grecs se rendirent par mer à l’Isthme, (...)
  • 19 Cf. Alcock 2002, en particulier p. 81.

14La mainmise romaine sur le monde grec initia en effet une troisième phase d’élaboration de mémoire et de rites autour de Platées. Des élaborations qui renforcèrent le rôle de Platées comme lieu principal des mémoires grecques, mais qui contribuèrent aussi fortement à situer les jeux et le culte dans le présent romain. La première innovation de cette époque fut l’addition à l’ensemble rituel d’une nouvelle cérémonie : le Dialogos, connu surtout par des inscriptions et des sources littéraires impériales17. Le Dialogos était un événement quadriennal organisé par le koinon sunedrion des Grecs, deux ans avant une nouvelle célébration des Eleutheria. Son but était de régler la question de préséance dans la pompê, la procession qui ouvrait les Jeux. Les cités grecques, et surtout Sparte et Athènes, luttaient âprement pour ce privilège, et envoyaient des délégations et des rhéteurs pour défendre leur point de vue. Le critère principal semble avoir été la question des aristeia que chaque cité avait jadis accomplis lors de la bataille de 479 av. J.-C. L’invention de cette tradition pourrait reposer sur un précédent ancien : la brouille qui, comme nous le dit Hérodote, se développa parmi les Grecs en 479 quand ils essayèrent de déterminer qui avait été le plus méritant (ou quels avaient été parmi eux les plus méritants) pendant la guerre18. Elle est révélatrice des attitudes des Grecs sous l’empire romain qui, regardant le passé, ne cherchaient pas à résoudre cette question pour l’éternité, mais rouvraient le débat tous les quatre ans à l’occasion d’une cérémonie publique. Ainsi le Dialogos transformait Platées en un champ de bataille perpétuel pour les Grecs eux-mêmes, champ où ils réglaient les questions de prestige dans leur monde contemporain en faisant appel au passé19.

  • 20 SEG 11, p. 338 (200-180) mentionne le titre Ἐλευθέρια ὁπλίτ[α]ν τὸν ἀπὸ τοῦ τροπαίου πρᾶτοϛ Ἀχαιῶν. (...)
  • 21 Voir la liste à la fin de l’article.

15C’est aussi à cette époque qu’on semble avoir essayé de régler la question des aristeia des individus, par l’institution de la fameuse course en armes et du titre d’« Aristos Hellenôn »20. La plupart de nos sources sont des inscriptions honorifiques érigées pour les athlètes vainqueurs qui, en grande majorité, remontent à l’époque impériale21.

  • 22 Pausanias, IX, 8 : οὐ πόρρω δὲ ἀπὸ τοῦ κοινοῦ τῶ͂ν Ἑλλήνων Διός ἐστιν Ἐλευθερίου βωμὸς... ἄγουσι δὲ (...)
  • 23 Philostrate Gymn. 8 : ἄριστος δὲ ὁ κατὰ Βοιωτίαν καὶ Πλάταιαν ὁπλίτης ἐνομίζετο διά τε τὸ μῆκος τοῦ (...)
  • 24 Cf. les nos 1 et 4.

16Ce ne sont pas seulement les athlètes de cette époque qui se sont intéressés aux Jeux de la Liberté, mais aussi les écrivains et intellectuels, qui continuèrent à élaborer des mythes et des légendes autour des jeux de Platées. Pausanias fut le premier auteur grec à mentionner la course en armes qu’il présenta comme une tradition ancienne tout en soulignant le prestige contemporain des Jeux22. Au troisième siècle de notre ère, Philostrate, sophiste et courtisan à la cour de Julia Domna, les notait aussi comme une tradition ancienne, dans son livre Gumnastikos. Il ajouta des détails fantastiques. Ainsi, une fois qu’un athlète avait obtenu le titre d’ « Aristos Hellenôn », il ne l’aurait défendu qu’en mettant sa propre vie en jeu23. S’il s’agissait ici d’une vraie tradition, cela jetterait un jour nouveau sur les rares athlètes qui se vantaient d’avoir remporté ce titre deux fois24, mais il faut se rappeler que Philostrate est la seule source de cette histoire et il est plus que probable qu’il faille la regarder comme un exemple de la capacité des intellectuels de la période romaine à fabriquer de nouveaux mythes sur le passé grec et sur les principaux lieux de la mémoire grecque.

L’hellénisme de la seconde sophistique

  • 25 Sur le phénomène général, voir par ex. Anderson 1993, Schmitz 1997, Swain 1996, et Walker and Camer (...)

17Les Jeux de Platées ont alors non seulement attiré l’attention des athlètes, mais ils ont aussi fait appel à l’imagination des intellectuels grecs de l’empire romain. Intéressons-nous donc brièvement au climat culturel de l’époque. Il est bien établi que la culture grecque a connu une vraie Renaissance tout au long des trois premiers siècles de notre ère. C’est un phénomène dont je ne citerai que quelques aspects25. Les cités grecques prospéraient comme jamais, en Asie Mineure comme dans la Grèce même. La littérature grecque florissait ; aussi la période 50-250 de notre ère nous a-t-elle laissé au moins cinq fois plus de textes que toute la période classique.

  • 26 Swain 1996, pp. 27-64 ; Schmitz 1997.
  • 27 Robert 1950, p. 91.

18La culture grecque était imprégnée d’un classicisme extrême, une orientation marquée de l’héritage culturel grec. On l’observe dans la langue littéraire même, qui voulait rivaliser avec le Grec littéraire de la période classique. Le mouvement dit de l’« atticisme » produisit une littérature qui, du point de vue linguistique, s’était considérablement détachée du grec-koinè qu’on parlait dans la vie quotidienne26. Les hommes de lettres qui écrivaient en grec durant la période romaine se posaient comme les héritiers légitimes de la tradition classique – souvent ils parlaient d’eux-mêmes, sans aucune gêne, comme les équivalents de leurs fameux prédécesseurs (l’épithète « Nouvel Homère » est fréquem-ment utilisée) 27. Il ne faut pas prendre au pied de la lettre de telles épithètes, mais elles sont une bonne indication du système de valeurs dans lequel elles fonctionnaient.

  • 28 Spawforth 1994.
  • 29 Bellum Judaicum, pr. 13.
  • 30 Plutarque, Praec., 814e. Cf. Swain 1996, pp. 167-168.
  • 31 Philostrate, Vitae Sophistarum, 595.

19Ce « classicisme » grec se manifestait aussi sur le plan du contenu. Les auteurs grecs, et surtout les auteurs associés à la Seconde Sophistique, comme Pausanias, se concentrèrent, sur la mythologie grecque et sur l’histoire de la période classique. Pour les auteurs et – bien entendu – pour les lecteurs de la Seconde Sophistique, les guerres médiques étaient un point de référence perpétuel. Marathon et Platées surtout continuèrent à se présenter comme des points centraux de la mémoire grecque. Anthony Spawforth parle même « d’obsession collective » (Persian War Mania)28. Cette « mania » ne restait pas incontestée : l’historien juif Flavius Josèphe reprocha à ses contemporains grecs leur inattention à l’égard du présent romain29 et Plutarque avertit son public que des références fréquentes aux guerres médiques dans les oraisons publiques risquaient de provoquer des sentiments anti-romains30. Mais c’étaient là des voix minoritaires. L’esprit du temps se manifestait plutôt dans l’œuvre du fameux orateur Polémon, où l’on trouve une sorte de Dialogos à petite échelle dans un débat entre deux pères de soldats athéniens tombés à Marathon, qui luttèrent pour l’honneur de prononcer l’epitaphios logos, l’oraison funèbre. Pareillement, le sophiste Ptolémée de Naucratis ressassait si souvent ce thème qu’il reçut le sobriquet Marathônios – « fils de Marathon31 ».

20La popularité renouvelée des Jeux de la Liberté à Platées était parfaitement conforme aux intérêts antiquisants de l’élite littéraire de l’époque romaine et au climat intellectuel d’un monde grec qui s’intéressait jusqu’à l’obsession à son propre passé et à son identité culturelle. Aussi, lorsque l’orateur Aelius Aristide utilisait l’épithète « Aristos Hellenôn » pour indiquer la prééminence dans le champ littéraire, représentait-il ses sujets comme des champions littéraires. Son public reconnaissait sans doute alors la double référence : à des guerriers mythiques, et à de célèbres athlètes de sa propre époque.

L’athlétisme et l’identité personnelle

  • 32 Burckhardt 1908-1910.
  • 33 Renfrew 1988 ; Hall 2002, pp. 154-168 ; cf. Osborne 1996, pp. 98-100.

21Cela nous amène à examiner l’importance du succès sportif pour la construction et la représentation de l’identité personnelle des Grecs dans l’empire romain. Il est bien connu que l’athlétisme a toujours occupé une place centrale dans les traditions culturelles grecques. Cette observation a par exemple conduit Jakob Burckhardt à définir la civilisation grecque comme « agonistique » (compétitive)32. Les concours occupèrent une position stable dans la culture grecque. Les origines exactes de l’athlétisme grec restent peut-être cachées dans les replis des « Dark Ages », mais il est incontestable que l’organisation des jeux se manifesta au temps de la naissance des cités grecques. En ce temps-là, les jeux athlétiques organisés dans les sanctuaires d’Olympie, de Delphes, d’Isthmia et de Némée revêtaient un caractère inter-régional et commençaient à attirer des athlètes provenant de l’aristocratie des cités grecques. Il est probable qu’un sentiment d’identité collective et panhellénique fut développé pour la première fois au cours de ces rencontres33.

  • 34 Golden 1998.
  • 35 Il est surprenant que les historiens de la littérature grecque semblent pour la plupart avoir ignor (...)
  • 36 Cf. König 2000.

22Quant aux jeux mêmes, il est frappant de constater que les compétitions sportives restèrent plus au moins les mêmes durant les 1200 ans de leur histoire. Au cours de cette longue histoire, l’athlétisme grec demeura lié aux autres manifestations de la paideia, comme l’art et la littérature. Les succès sportifs et l’excellence physique des jeunes athlètes furent, comme on le sait, une source d’inspiration pour les artistes grecs. L’athlétisme joua aussi un rôle de grande importance dans le champ littéraire. L’historien Mark Golden a récemment établi que l’athlétisme faisait partie intégrante d’un « discours de différence » permettant aux Grecs de se distinguer des autres et de se différencier entre Grecs (même entre hommes et femmes grecs)34. En particulier, les auteurs grecs de la période impériale, et surtout les auteurs associés à la Seconde Sophistique, se montrèrent fascinés par l’athlétisme grec, sujet sur lequel ils revinrent à maintes reprises35. Des auteurs comme Plutarque, Pausanias, et Philostrate sont parmi nos sources principales sur l’histoire de l’athlétisme grec. Toutefois leur intérêt pour les jeux et le sport n’était pas simplement le résultat d’un antiquarisme stérile, il était partie intégrante de leurs explorations plus extensives du paysage culturel grec dominé par Rome. Ainsi Pausanias et Philostrate débattaient dans leurs œuvres de la pertinence contemporaine des traditions culturelles grecques, parmi lesquelles figurait aussi l’athlétisme36.

  • 37 Gleason 1995.
  • 38 Cf. mes remarques dans van Nijf 2002.

23Il est frappant qu’on trouve aussi chez d’autres auteurs de cette période beaucoup de références à l’athlétisme grec, même si elles sont souvent négatives. Dans une étude excellente sur l’importance de la rhétorique pour la construction d’une identité masculine dans l’empire romain, Maud Gleason a ainsi démontré que les sophistes, comme les médecins, proposaient d’autres modèles que les gymnases et l’athlétisme pour « fabriquer l’homme grec », ce qu’elle appelle « la production d’hommes »37. Néanmoins, ces auteurs semblent avoir surtout réagi contre la domination de l’athlétisme. Les attaques fréquentes (et agressives) contre les athlètes et leurs entraîneurs sont un signe que leur position n’était pas aussi solide que le prétendaient les sophistes38. Quoi qu’il en soit, les sources matérielles et épigraphiques contemporaines suggèrent que l’athlétisme traditionnel continuait à attirer les Grecs en grand nombre. Pour eux, l’entraînement sportif demeurait la voie principale pour « produire les hommes ».

  • 39 Pleket 1974, Pleket 1975, et Pleket 1992.
  • 40 Van Nijf 1999, van Nijf 2000.
  • 41 Alcock 2002, pp. 80-81.
  • 42 Cf. appendice n° 3 avec Pausanias, X, 34, 5.
  • 43 Archaiologiko Deltio 25, 1970 [1971], tome A, 58.6.
  • 44 Cf. appendice n° 2 avec Geagan 1979 et Spawforth 1994.
  • 45 Cf. appendice nos 5 et 6.

24Enfin, dans une série importante d’études sur le statut social des athlètes grecs, Henri Pleket a établi que les élites urbaines et les aristocrates provinciaux de l’empire romain n’étaient jamais absents du monde de l’athlétisme39. En dépit d’une mobilité sociale – réelle certes, mais incalculable –, les élites continuèrent à dominer l’athlétisme aussi sur le plan idéologique. J’ai essayé de démontrer ailleurs que les compétences athlétiques restaient partie intégrante de la représentation personnelle des élites urbaines de l’Orient romain40. Cette conclusion est renforcée par ce que nous savons du statut social des vainqueurs à la course en armes de Platées41. Un certain Mnasiboulos, qui fut commémoré par son fils comme « Aristos Hellenôn », assuma dans son pays natal d’Élatées un com-mandement militaire dans les années 170 de notre ère, ce qui est une indication assurée de sa position élevée42. Une inscription fragmentaire athénienne d’un vainqueur aux Éleuthéria (pas nécessairement un « Aristos Hellenôn ») mentionne un bouleute dont le nom n’est pas connu43 ; un autre champion d’Athènes, Tib. Claudius Novius, appartenait comme prêtre impérial aux plus hauts cercles de la province d’Achaïe44. Les notables spartiates Damokratidas, et son fils Alkandridas (iie-iiie s. apr. J.-C.) qui avait gagné le même titre, n’étaient pas du tout exceptionnels45.

25J’en conclus qu’à l’époque impériale, l’athlétisme grec constituait encore une source importante de construction d’identité personnelle. Pour Damokratidas, comme pour ses collègues, il était indispensable de pouvoir démontrer ses qualités athlétiques, en tant qu’homme, en tant que notable spartiate, et en tant que Grec. Mais cela pose la question du lien entre l’athlétisme et l’identité romaine.

L’athlétisme grec et les Romains

26Quel fut donc le rôle de l’athlétisme à l’époque romaine ? On s’attendrait peut-être à ce qu’il soit considéré comme moins pertinent pour les Romains que pour les Grecs et que le sport ne soit pas aussi populaire qu’avant la domination romaine ; mais ce ne fut pas la situation réelle. À en juger par les sources épigraphiques (et archéologiques), l’époque romaine marqua l’apogée de l’athlétisme grec traditionnel.

  • 46 Cf. Fortuin 1996.

27Qu’est-ce-que les Romains pouvaient bien penser de l’athlétisme grec ? On sait que les Romains – ou du moins certains Romains – se méfiaient de la culture grecque ; c’est pourquoi, la culture physique grecque notamment a rencontré des critiques romaines. Mais ce serait aller trop loin d’accepter une simple dichotomie entre les Grecs actifs et sportifs d’une part, les Romains qui auraient préféré regarder passivement les combats de gladiateurs d’autre part46. Ici je veux proposer que les Romains ne se sont pas seulement intéressés à l’athlétisme grec comme aux autres manifestations de la paideia grecque, mais que le sport a aussi joué un rôle important dans la construction du monde grec contemporain par les Romains.

28Dès les premiers contacts avec le monde hellénistique, les Romains se sont intéressés à l’athlétisme grec. L’élite hellénisante de la République romaine n’a pas adopté (et adapté) seulement la culture littéraire des Grecs vaincus, mais aussi leur culture physique.

  • 47 Polybe, II, 12, 8.
  • 48 Moretti 1957 n° 684.
  • 49 IvO 220 (Tibère), IvO 221(Germanicus).
  • 50 Suet., Néron 22-24 ; cf. Alcock 1994.
  • 51 Robert 1982.

29Les Romains commençaient à s’entraîner et les plus riches ont même engagé leur propre entraîneur et ont construit des gymnases privés. Depuis le troisième siècle avant notre ère, les Romains ont participé aux grands jeux grecs, ce qui les définit comme Hellènes aux jeux des Grecs. Polybe raconte que les premiers Romains participèrent aux concours isthmiens de 228 av. J.-C.47. Les autres jeux panhelléniques suivirent et les athlètes romains et italiques participèrent même aux Jeux Olympiques. Le premier olumpioneikês romain que nous connaissons est l’obscur Caius de Rome (72 av. J.-C.)48 et à la fin de la République, l’athlétisme grec était établi comme une des plus importantes façons romaines de faire le Grec. Au début de l’époque impériale, de nobles Romains, et même des membres de la famille impériale, ont participé aux Jeux Olympiques, peut-être parce qu’il s’agissait uniquement de compétitions hippiques qui avaient – comme peut-être aujourd’hui – un certain « snob-appeal49 ». Suétone nous apprend aussi que l’empereur Néron se passionna pour les courses de chars et qu’il concourut dans cette discipline aux Jeux Olympiques, mais Suétone présente cette passion comme un désastre de la propagande. Quoi qu’il en soit, l’intérêt romain pour les jeux ne fut pas seulement réservé à un nombre restreint de philhellènes proche du trône impérial : au cours des trois premiers siècles de notre ère, le nombre de citoyens romains (d’extraction grecque et italique) augmenta50. Comme l’a démontré Louis Robert, l’athlétisme grec était en plein essor à l’époque impériale51.

  • 52 Price 1985.
  • 53 Ziegler 1985, p. 32.
  • 54 Cartledge and Spawforth 1989, ch. 13.

30En outre, même si l’athlétisme continua à signaler une identité culturelle grecque, il avait aussi un rôle distinct à jouer dans la romanisation du monde grec. À partir du règne d’Auguste, les cités grecques ont fondé un grand nombre de Sebasteia ou Augusteia (des jeux impériaux) en son honneur – et cela continua avec ses successeurs. Les empereurs romains se présentaient volontiers comme les protecteurs de la culture grecque – et les jeux grecs étaient souvent liés au culte impérial52. Les cités grecques rivalisèrent en créant de nouveaux concours aux épithètes évocatrices, pour lesquelles il leur fallait obtenir la permission de Rome. Par exemple, la cité de Tarse (en Cilicie) célébra comme concours « les Augustia Aktia », les « Hadriania Olympia », les « Kommodeia Olympia », qui devinrent les « Severeia Olympia » sous Septime Sevère et, plus tard, sous Caracalla, les « Severeia Antoneia Olympia53 ». Cette stratégie était aussi populaire en Grèce même : la riche culture agonistique qu’on trouvait à Sparte – où notre Damokratidas célébra ses succès – était surtout une création d’époque romaine, avec des concours comme les Kaisareia, et les Olympia Kommodeia, ainsi que les Ouraneia fondés en l’honneur de Nerva54.

  • 55 IvO 56.

31Enfin, en effaçant – ou du moins en compliquant – les distinctions nettes entre les pratiques culturelles grecques et romaines, les empereurs romains instituèrent eux aussi des jeux grecs. Auguste célébra sa victoire à Actium (31 av. J.-C.) – et la restauration de la République romaine ! – en instituant un concours grec, les Aktia de Nikopolis, qu’il éleva immédiatement au niveau des Jeux Panhelléniques. Le programme des Jeux Olympiques en fournit le modèle. Quelques années plus tard, il établit des jeux grecs à Naples, autre copie fidèle des jeux Olympiques. Le programme fut envoyé à Olympie, ce en quoi on peut voir une marque de respect, mais aussi signe d’un temps où il n’était plus possible de déterminer exactement ce qui était vraiment grec dans un monde dominé par Rome55.

  • 56 Boatwright 2000, pp. 94-104.

32D’autres empereurs ajoutèrent aussi des jeux au répertoire des jeux grecs : parmi les plus actifs, Hadrien, qui a établi ou rétabli des jeux grecs dans plus de vingt cités, dans toutes les parties de l’Orient romain, mais surtout en Grèce et à Athènes56.

  • 57 Boatwright 2000, p. 100 ; Spawforth 1989, p. 194.

33Or, même si l’Athènes classique avait toujours célébré des jeux athlétiques, elle ne jouait pas un rôle de grande importance dans le monde « international » de l’athlétisme grec. Les jeux les plus importants, les Panathénées, n’obtinrent jamais le statut panhellénique que les Athéniens désiraient. Hadrien changea tout cela d’un seul coup. Il réorganisa les Panathénées et les éleva au statut panhellénique. En outre, il ajouta d’autres concours au calendrier sportif athénien : les Hadrianeia, les Antinoeia à Éleusis (en commémoration de son amant disparu), une version locale des Jeux Olympiques, et bien entendu les Panhellénies. D’un seul coup, l’ensemble fit d’Athènes la capitale sportive du monde grec, mais c’était une capitale créée par un empereur romain57.

  • 58 Swain 1996, pp. 74-76.
  • 59 SIG (3) 835 : Αὐτοκράτορι Ἁδριανῷ σωτῆ͂ρι, ῥυσαμένῳ καὶ θρέψαντι τὴν ἑαυτοῦ Ἑλλάδα, οἱ ἰς Πλαταιὰς (...)

34Les efforts d’Hadrien étaient peut-être issus de ses intérêts antiquisants, mais il faut noter que son antiquarisme n’était pas politiquement naïf. Hadrien ne restaura pas une Athènes telle qu’elle était, mais telle qu’elle devait être du point de vue des Romains. Il fallait bien apprendre aux Athéniens comment ils devaient se conduire pour être de vrais Grecs58 ! Comme ses autres interventions conservatrices, ses efforts relatifs aux jeux grecs contribuèrent à instaurer sa vision de ce qui constituait une vraie identité grecque et de ce qui était la place de la Grèce dans l’empire. Les Grecs qui furent assemblés à Platées en 125 se montrèrent conscients de ses intentions, quand ils louèrent Hadrien comme « sauveur, protecteur et nourricier » de sa propre Grèce59.

  • 60 Pour la notion d’hybridité, voir Alcock (2002), pp. 88-96.

35Il est cependant important de noter que ce n’était pas un processus à sens unique. Le caractère hybride des jeux grecs dans l’empire romain impliquait que les Grecs eux-mêmes, et surtout les communautés de Grecs, comme le koinon de Platées, jouaient un rôle actif dans la construction de la place de la Grèce dans l’empire romain60.

Les communautés des Grecs sous l’empire romain

36Le dernier point que nous devons discuter avant de retourner à Damokratidas de Sparte est le rôle du koinon sunedrion – l’assemblée commune – des Grecs à Platées, et d’autres communautés semblables, dans la romanisation des jeux grecs.

  • 61 Milet I, 7, 203 : […] καὶ εἰς τἆλλα ἀθλήματα... ποιούμενος τὴν ἐνδοξοτάτην περὶ τού̣τ̣ω̣ν̣ σπουδὴν (...)

37Comme nous l’avons vu plus haut, les jeux furent un lieu important pour négocier les relations entre les Grecs et les Romains dès les premiers contacts romains avec le monde grec. Pendant la période républicaine romaine, les Grecs commençèrent à organiser des jeux en l’honneur de généraux romains ou en l’honneur du peuple romain dans son ensemble. Un bel exemple en est la fondation des Rhômaia de Milet en 130 av. J.-C. Une inscription qui règle les devoirs du prêtre du « Peuple de Rome et de Rome » exprime les intentions explicitement pro-romaines des Milésiens. Il lui appartenait d’organiser aussi des jeux athlétiques et d’ériger les inscriptions en leur commémoration, « en manifestant le zèle le plus complet à leur égard, conformément à la piété de notre peuple envers les dieux et à notre reconnaissance envers les Romains61 ».

38Ces jeux romains avaient un rôle particulier dans la « provincialisation » des territoires nouveaux. Souvent, les Rhômaia n’étaient pas organisés par les cités grecques, mais par des ligues provinciales comme le koinon des Grecs d’Asie ou le koinon des Grecs de Bithynie.

  • 62 Pour ce qui suit, voir Ferrary 2001.
  • 63 Ferrary 2001, p. 23.
  • 64 Reynolds 1982, n° 5.

39Les origines et les fonctions de ces koina sont encore obscures62. La « signification précise et quasi technique63 » de ce terme semble désigner une position reçue des autorités romaines. Toutefois, il ne semble pas que les koina aient eu beaucoup de fonctions administratives ou pratiques à exercer. Le koinon d’Asie joua peut-être un rôle dans les négociations du régime de taxation64. Mais une grande part de leur activité était consacrée aux fonctions symboliques. À en juger par les sources, les koina semblent s’être surtout occupés d’honorer les généraux ou les gouverneurs romains et d’organiser des jeux athlétiques qui constituaient un moyen de communiquer avec les Romains. À l’époque impériale, ils se présentaient naturellement comme les organisations propres à s’occuper du culte impérial.

  • 65 Cf. Jones 1996, Spawforth 1999.
  • 66 OGIS II, 497 : […] τὸ γένος Ἑλληνι[κο ;ν ὂν καὶ τὴν] πρὸς Ῥωμαίους ἐκ παλαιοῦ φι[λίαν καὶ εὔνοι]αν (...)

40À cet égard, ils ressemblent à une autre communauté de Grecs sous l’empire romain que nous comprenons mieux : le Panhellénion d’Hadrien65. Ce koinon fut fondé pour les citoyens de la Grèce dans l’empire romain, afin de célébrer leur identité collective grecque par l’intermédiaire du culte de l’empereur romain et de l’organisation des jeux grecs, les Panhellênia. L’appartenance au Panhellénion n’était réservée qu’aux cités d’ascendance grecque, mais la loyauté à l’égard de Rome semble y avoir joué un rôle important, comme nous le révèle une inscription de Cibyra qui souligne « son origine hellénique [et] son ancienne amitié et son dévouement à l’égard des Romains66 ».

  • 67 Ferrary 2001, pp. 25-26.
  • 68 I.v.E. 205 : [οἱ] δῆμοι οἱ ἐν τ[ῆι Ἀσίαι καὶ τὰ ἔθνη καὶ οἱ κατ' ἄνδρα κεκριμένοι ἐν τῆι] πρὸς Ῥωμα (...)

41Cette double préoccupation de l’identité romaine et grecque se trouve aussi dans les koina d’Asie Mineure, puisqu’ils se présentent explicitement comme des communautés de Grecs. Il faut noter cependant que ces koina ne réunissaient pas seulement les Grecs « ethniques », mais aussi des populations « plus hellénisées que proprement grecques67 ». Une inscription d’Éphèse, dans laquelle il est question des Sôtêria kai Moukieia (des jeux en l’honneur de Mucius Scaevola), précise que leur public se composait comme suit : « les cités (grecques), et les nations d’Asie, ceux qui ont été individuellement inscrits dans la liste des amis du peuple romain et ceux parmi les autres Hellènes qui ont choisi de s’associer à la célébration68 ».

42C’était la philia, l’amour pour Rome qui réunissait ces provinciaux dans le contexte d’un concours grec. Il était apparemment important pour les divers groupes de s’adresser aux Romains comme à une communauté de Grecs ! En fait, quand on trouve l’expression « Hellènes » sur une inscription d’époque romaine, le contexte est souvent celui d’un koinon ou d’une autre organisation provinciale. Les koina étaient une création gréco-romaine et ils servaient à donner aux Grecs une place dans un monde dominé par l’empire romain. Les jeux athlétiques, et surtout les Rhômaia et d’autres jeux qu’ont organisés les koina, avaient une place dans ce processus.

  • 69 SIG (3), 1066 avec L. Robert AE, 1969, pp. 56-57.
  • 70 Cf. Schachter 1994, pp. 135-136.
  • 71 Robertson 1986.
  • 72 Cf. Apulée, Métamorphoses, IV, 13. Le lien avec les Eleutheria n’est pas certain.

43À ce point de notre étude, nous pouvons retourner aux Grecs de Platées et à leurs Jeux de la liberté, pour examiner le rôle de ceux-ci dans la conceptualisation romaine du monde grec. Nous avons vu que l’incorporation de l’Achaïe dans l’empire romain semble avoir provoqué une phase nouvelle d’élaboration de l’ensemble des jeux et des cérémonies. Il est pourtant facile de démontrer que la « romanisation » progressive des Jeux de la liberté fut le produit de l’époque impériale, quand les jeux furent liés au culte impérial. Le lien avec le culte impérial semble avoir été tissé dès le règne d’Auguste, quand les Eleutheria de Platées reçurent le titre additionnel de Kaisareia69. On peut ajouter d’autres indications plus sûres datant des règnes de Tibère, Néron et Hadrien70. En outre, on sait qu’au deuxième siècle de notre ère, le Dialogos était payé, au moins partiellement, sur les fonds sébastophoriques (c’est à dire des fonds destinés à la célébration du culte impérial) athéniens71. Il est même possible qu’on ait ajouté aux célébrations, au cours du deuxième siècle, des combats de gladiateurs72.

  • 73 Cf. aussi Robert 1969, p. 189 [325].

44Il n’en est pas moins vrai que cette « romanisation » progressive ne semble pas avoir diminué l’enthousiasme des athlètes ou des intellectuels grecs73. Au contraire, mon hypothèse est que Platées demeurait un lieu de mémoire important et que les Eleutheria continuèrent à prospérer à l’époque romaine parce que son principal contenu, c’est à dire le combat contre les Perses et la question de la liberté grecque, se laissait aussi romaniser.

  • 74 Antigonus Monopthalmos semble avoir été le premier, immédiatement suivi par Ptolemée Sôtêr (Diodore (...)
  • 75 Suétone, Néron, 24, 2.
  • 76 SIG (3), 814 ; cf. Robert 1969, p. 190 [326].
  • 77 Cf. appendice n° 2 ; avec Geagan 1979.

45Pour ce qui est de la liberté grecque, dès les règnes de Philippe et Alexandre, les rois hellénistiques choisirent les Jeux Panhelléniques comme cadre de proclamation de la « liberté » grecque et les proconsuls romains suivirent leur exemple74. À l’époque impériale, ce fut Néron évidemment qui choisit Olympie pour y faire sa propre proclamation de la liberté75. Il n’est pas du tout surprenant que l’assemblée des Grecs à Platées, sur l’initative du magnat béotien Épaminondas, ait décidé d’assimiler Néron à Zeus Éleuthérios76. Épaminondas servit lui-même d’archiereus à ce culte, comme le fit aussi le fameux Tiberius Claudius Novius, d’Athènes, un ancien « Aristos Hellenôn77 ». Platées devint ainsi un symbole de la « vraie » Liberté grecque, c’est-à-dire la liberté donnée aux Grecs d’affirmer leur spécificité sous la direction des Romains.

  • 78 IG II-III, 3277.

46L’autre association, celle du combat avec les Perses, a un caractère plus spéculatif. Dans une récente étude sur les traditions des guerres médiques et Rome, Anthony Spawforth a proposé que la mania des guerres-médiques, que nous avons mentionnée plus haut, était liée au choix romain de penser leurs guerres avec les Parthes, et plus tard avec les Sassanides, comme un conflit entre l’Occident et l’Orient, entre Grecs et barbares. Spawforth présente le règne de Néron comme une étape importante dans ce processus. En 61/62 de notre ère, quand les généraux romains étaient occupés par la guerre contre les Parthes en Arménie, fut dédiée à Néron une inscription honorifique au Parthénon d’Athènes78. Spawforth montre que Néron put utiliser les symboliques nombreuses qui lièrent le Parthénon aux sentiments grecs anti-perses dès le cinquième siècle jusqu’aux jours des rois hellénistiques. L’inscription gravée pour Néron fut proposée par « son agent » à Athènes, Tiberius Claudius Novius, dont nous avons déjà discuté les liens étroits avec les Jeux de Platées. Il n’est pas impossible que la mémoire de Platées ait inspiré Novius et ses collègues dans leur réinterprétation des actions romaines contemporaines comme un nouvel essor, et même une amélioration, des efforts de leurs ancêtres.

47Quoi qu’il en soit, le koinon sunedrion des Grecs à Platées continua à organiser les Jeux de la liberté comme une expression de sa loyauté à Rome. Nous avons vu, en outre, que, par son adaptation aux circonstances contemporaines, et par sa « romanisation » progressive, même s’agissant de ses associations les plus proches, Platées montre de nouveau son aptitude à jouer le rôle de lieu principal de la mémoire grecque sous l’Empire.

Conclusion

48Par ce détour, je peux rejoindre mon point de départ : P. Aelius Damokratidas, le « meilleur des Grecs ». Nous pouvons maintenant mieux comprendre le monument que les Spartiates ont érigé pour lui. Nous avons vu que le titre « Aristos Hellenôn » qu’il portait avec orgueil n’était pas qu’une simple indication de ses qualités athlétiques, mais que ce terme permettait d’articuler l’athlétisme avec l’ensemble des rites et symboles déployés autour de Platées, un des lieux de mémoire les plus centraux de l’histoire grecque. Nous avons démontré que ce lieu se prêta et s’adapta bien aux changements fondamentaux du monde grec, sous les rois hellénistiques comme sous les Romains. Les mémoires grecques de Platées se sont toujours pliées aux demandes politiques du présent.

49Nous avons replacé la vogue pour les jeux de la Liberté à l’époque romaine dans un contexte plus large, celui des champs littéraire et culturel contemporains, lesquels furent caractérisés par une orientation résolue vers le passé. Ensuite, nous avons montré que l’athlétisme grec traditionnel continuait à servir de source d’identités personnelles de diverses manières, et que l’essor de l’athlétisme grec en cette période se comprend mieux comme une pratique hybride, à savoir de caractère grec et romain ; il fut un moyen par lequel les Romains contrôlèrent les provinces grecques.

50Damokratidas, le Meilleur des Grecs. C’était un athlète, bien sûr, mais aussi un notable spartiate ; il servit sa patrie comme prêtre, magistrat et bienfaiteur ; et il s’était distingué par son dévouement à l’empire romain. Pour être Aristos Hellenôn, il ne fallait pas seulement être un champion, mais aussi se comporter comme un « supporter » de Rome. Pour lui, comme pour d’autres athlètes, l’athlétisme grec était une façon grecque de faire le Romain.

Bibliographie

Alcock 1994 : Susan E. Alcock, « Nero at play ? The emperor’s Grecian Odyssey », dans J. Elsner et J. Masters (éds.), Reflections of Nero : Culture, history and representation, Londres, 1994, pp. 98-111.

— 2002 : Susan E. Alcock, Archaeologies of the Greek past. Landscape, monuments, and history, Cambridge, 2002.

Anderson 1991 : Benedict Anderson, Imagined communities : reflections on the origin and spread of nationalism, Londres, 1991 (2).

Boatwright 2000 : Mary Taliaferro Boatwright, Hadrian and the cities of the Roman Empire, Princeton University Press, 2000.

Burckhardt 1908-1910 : Jacob Burckhardt, Griechische Kulturgeschichte (ed. Jacob Oeri), Berlin-Stuttgart (3).

Cartledge et Spawforth 1989 : Paul Cartledge et Anthony Spawforth, Hellenistic and Roman Sparta, Londres, 1989.

Étienne et Piérart 1975 : Robert Étienne et Marcel Piérart, « Un décret du koinon des Hellènes à Plateés en l’honneur de Glaucon, fils d’Étéocles, d’Athènes », Bulletin des Correspondances Helléniques, 99, 1975, pp. 51-75.

Ferrary 2001 : Jean-Louis Ferrary, « Rome et la géographie de l’hellénisme : réflexions sur les « hellènes » et « panhellènes » dans les inscriptions d’époque romaine », dans O. Salomies (éd.), The Greek East in Roman context. Proceedings of a colloquium organised by the Finnish Institute at Athens, May 21-and 22, 1999, Helsinki, Finnish Instituteat Athens, pp. 19-36.

Fortuin 1996 : Rigobert W. Fortuin, Der Sport im augusteischen Rom. Philologische und sporthistorische Untersuchungen, Stuttgart, 1996.

Geagan 1979 : Daniel J. Geagan, « Tiberius Claudius Novius, the Hoplite generalship and the Epimeleteia of the free city of Athens », American Journal of Philology, 100, 1979, pp. 279-287.

Gleason 1995 : Maud W. Gleason, Making Men : Sophists and Self-Representation in Ancient Rome, Princeton, 1995.

Golden 1998 : Mark Golden Sport and Society in Ancient Greece, Cambridge, 1998.

Hall 2002 : Jonathan M. Hall, Hellenicity. Between ethnicity and culture, Chicago-Londres, 2002.

Jones 1996 : Christopher P. Jones, « The Panhellenion », Chiron, 11, 1996, pp. 29-56.

König 2000 : Jason P. König, Athletic training and athletic festivals in the Greek literature of the Roman Empire, PH’D. Thesis, Faculty of Classics, Université de Cambridge, 2000.

Moretti 1957 : Luigi Moretti, « Olympionikai, i vincitori negli antichi agoni olimpici », Memorie della Classe di scienze morali e storiche dell’ accademmia dei Lincei 8, Ser. 8a, 1957, pp. 59-198.

Nora 1984 : Pierre Nora (éd.), Les lieux de mémoire, I. La République, Paris, 1984.

Osborne 1996 : Robin Osborne, Greece in the making, 1200-479 BC, Londres-New York.

Pleket 1974 : Henri W. Pleket, « Zur Soziologie des antiken Sports », Mededelingen van het Nederlands Historisch Instituut te Rome 36, 1974, pp. 57-87.

— 1975 : Henri W. Pleket, « Games, prizes, athletes and ideology : some aspects of the history of sport in the Graeco-Roman world », Stadion, 1, 1975, pp. 49-89.

— 1992 : Henri W. Pleket, « The participants in the ancient Olympic games : social background and mentality », dans W. Coulson et H. Kyrieleis (éds.) Proceedings of an international symposium on the Olympic Games, 5-9 September 1988, Athènes, 1992, pp. 147-152.

Price 1985 : Simon Price, Rituals and Power : the Roman Imperial Cult in Asia Minor, Cambridge, 1985.

Renfrew 1988 : Colin Renfrew, « The Minoan-Mycenaean origins of the Panhellenic games », dans W. J. Raschke (éd.), The archaeology of the Olympics. The Olympics and other festivals in Antiquity, Madison, 1988, pp. 13-25.

Reynolds 1982 : Joyce M. Reynolds, Aphrodisias and Rome, Londres, 1982, JRS monographs, n° 1.

Robert 1929 : Louis Robert, « Recherches épigraphiques, I. Ἄριστοϛ Ἑλλήνων, avec Addendum », Revue des Études Anciennes, 31, 1929, pp. 13-20 et pp. 225-226 [= OMS 2, 758-767].

1950 : Louis Robert, « Appendice », Hellenica, 8, 1950, pp. 81-96.

1969 : Louis Robert, « Les épigrammes satiriques de Lucilius sur les athlètes. Parodie et réalités », Entretiens Hardt sur l’antiquité classique 14,1969, pp. 181-295 [= OMS VI, 317-431].

1982 : Louis Robert, « Discours d’ouverture ». Πρακτικά του Ηʹ διεθνούς συνεδρίου Ελληνικής και Λατινικής επιγραφικής, Αθήνα, 3-9 Οκτωβρίου 1982, τόμος Αʹ., Athènes, pp. 35-36.

Robertson 1986 : Noel Robertson, « A point of precedence. The dispute between Athens and Sparta over leading the procession », Hesperia, 55, 1986, pp. 88-102.

Schachter 1994 : Albert Schachter, Cults of Boiotia, 3. Potnia to Zeus, Londres, 1994.

Schmitz 1997 : Thomas Schmitz, Bildung und Macht. Zur sozialen und politischen Funktion der zweiten Sophistik in der griechischen Welt der Kaiserzeit, Munich, 1997.

Spawforth 1989 : Anthony Spawforth, « Agonistic festivals in Roman Greece », dans S. Walker et A. Cameron (éds.), The Greek Renaissance in the Roman Empire. Papers from the 10th British Museum Classical Colloquium, Londres, BICS Supplements 55, pp. 193-197.

— 1994 : Anthony Spawforth, « Symbol of unity ? The Persian-Wars tradition in the Roman empire », dans S. Hornblower (éd.), Greek historiography, Oxford, 1994, pp. 233-247.

— 1999 : Anthony Spawforth, « The Panhellenion again », Chiron, 29, 1999, pp. 339-352.

Swain 1996 : Simon Swain, Hellenism and Empire, Oxford, 1996.

Van Nijf 1999 : Onno van Nijf, « Athletics, festivals and Greek identity in the Roman East », Proceedings of the Cambridge Philological Society, 45, 1999, pp. 175-200.

— 2001 : Onno van Nijf, « Local heroes : Athletics, festivals and elite self-fashioning in the Roman East », dans S. Goldhill (éd.), Being Greek under Rome, Cambridge, 2001, pp. 306-335.

— 2002 : Onno van Nijf, « Athletics, Andreia and the Askesis-Culture in the Roman East », dans I. Sluiter and R. Rosen (éds.), Andreia. Proceedings of their First Leiden-Penn colloquium on ancient values, Leyde, 2002, pp. 262-286.

Walker et Cameron 1989 : Susan Walker et Averil Cameron, The Greek Renaissance in the Roman Empire. Papers from the 10 th British Museum Classical Colloquium. Londres, BICS Supplements 55, 1989.

Wes 1987 : Marinus A. Wes, « Geschiedschrijving en goede manieren : van Herodotus naar Plutarchus. » dans De Historie herzien. Vijfde bundel “historische avonden” uitgegeven door het Historisch genootschap te Groningen ter gelegenheid van zijn honderdjarig bestaan. Hilversum, pp. 217-236.

— 1991 : Marinus A. Wes, « Geschiedschrijving en legitimering », Theoretische geschiedenis 18 (1), pp. 19-35.

Ziegler 1981 : Rupprecht Ziegler, Städtisches Prestige und kaiserliche Politik. Studien zum Festwesen in Ostkilikien im 2. und 3. Jahrhundert n. Chr., Düsseldorf, 1985.

Annexes

Appendice : Les Aristoi Hellenôn

1

NN fils de […] krates

Milet
1er s. av. J.-C.

Milet I 9, 369 ;
Robert (1929)

Remporta le titre deux fois

2

Tiberius
Claudius Novius

Athènes
1er s. ap. J.-C.

IG ii-iii, 1999

cf. Geagan
(1979)

3

Mnasiboulos

Élatées
ii
e s. apr. J.-C.

IG IX, 146

cf. Pausanias
X, 34, 5

4

[…] anos

Éphèse
ii
e s. apr. J.-C

P. Agon
6, ll. 72

Remporta le titre deux fois

5

P. Aelius
Damokratidas

Sparte
i
e s. apr. J.-C

IG V.1, 305, 553, 554, 555a ;
SEG
11, 802

Père du n° 6

6

P. Aelius
Alkandridas

Sparte
ii
e/iiie s. apr. J.-C

IG V.1, 556, 655 ;
SEG
11, 803

Fils du n°5

7

NN (probablement Damokratidas ou Alkandridas)
Sparte

Sparte
iie/iiie s. apr. J.-C

IG V.1, 628, 641

8

M. Aurelius
Agathopus

Égine
ii
e/iiie s. apr. J.-C

I. Smyrna 661

Notes

1 Cet article est issu d’une communication réalisée pour le séminaire du Centre Louis Gernet. D’autres versions furent aussi présentées aux séminaires de Groningen, Londres, et l’Institut Néerlandais d’Athènes. J’aimerais remercier l’ensemble des participants de ces séminaires pour leurs commentaires. Je voudrais aussi remercier Valérie Huet pour m’avoir grandement aidé à établir la traduction française. Toutes les erreurs et omissions sont entièrement dues à l’obstination de l’auteur.

2 IG V 2, 553 : ἁ πόλις Πό. Αἴλιον Δαμοκρατίδαν Ἀλκανδρίδα ἀρχιερέα τοῦ Σεβαστοῦ καὶ τῶν θείων προγόνων αὐτοῦ, φ̣ιλοκαίσαρα καὶ φιλόπατριν, αἰώνιον ἀγορανόμον, πλειστονείκην πα[ράδο]ξον καὶ ἄριστον Ἑλ[λήνων], καλῶς πεπολειτ[ευμέν]ον και ; λαβόν[τα πάσας τα ;ς τῆς ἀρ]ιστ[οπολειτείας τιμὰϛ] [κατὰ τὸν νόμον].

3 Robert 1929, pp. 13-14.

4 Robert 1929.

5 Voir appendice.

6 Pour ce débat, voir maintenant Alcock (2002), en particulier ch. 2.

7 Robert 1969, pp. 188-189 [324-325].

8 Cf. Nora 1984.

9 Pour l’expression, cf. Anderson 1991.

10 Cf. Strabon, IX, 2, 31, Plutarque, Aristide, 21, 1-2, Pausanias, IX, 2, 4, Philostrate, Gymn. 8.

11 Pour un aperçu global, voir Schachter 1994, pp. 125-143.

12 Hérodote, 9. 84, (tr. Legrand) : « Après s’être partagé le butin à Platées, les Grecs se mirent à ensevelir leurs morts, chaque peuple séparément… Dans les tombes de tous ces peuples on déposa réellement des cadavres ; quant aux autres peuples dont on montre aussi les tombes à Platées, ceux-là, à ce que j’ai appris, honteux d’avoir été absents de la bataille, ont élevé chacun pour soi des tertres vides à l’intention de la postérité. »

13 Plutarque, De malignitate Herodoti, 42 (872 2, f), cf. Wes 1987 ; Wes 1991.

14 Thucydide, III, 58, 4 (Tr. J. de Romilly) : « Tournez vos regards vers les tombeaux de vos pères. Ils sont tombés sous les coups des Mèdes et ils reposent en terre Platéenne. Nous les honorions chaque année en leur offrant aux frais de la cité des vêtements et tout ce qu’il est d’usage d’offrir aux morts. Nous apportions sur leurs tombes les prémices de tous les produits que, de saison en saison, nous récoltions sur notre sol. »

15 Étienne and Piérart 1975 ; cf. Schachter 1994, p. 131.

16 Cf. la liste dans Schachter 1994, p. 139.

17 Pour ce qui suit, Robertson 1986.

18 Hérodote, VIII, 123 (tr. Legrand) : « Le butin partagé, les Grecs se rendirent par mer à l’Isthme, pour attribuer des prix d’excellence (ἀριστήια) à celui des Grecs qui en avait été le plus digne pendant cette guerre. » Cf. Robertson 1986, pp. 101-102.

19 Cf. Alcock 2002, en particulier p. 81.

20 SEG 11, p. 338 (200-180) mentionne le titre Ἐλευθέρια ὁπλίτ[α]ν τὸν ἀπὸ τοῦ τροπαίου πρᾶτοϛ Ἀχαιῶν. Il est possible que ce titre soit une sorte de précurseur du titre Aristos Hellenôn, cf. Schachter 1994, p. 141.

21 Voir la liste à la fin de l’article.

22 Pausanias, IX, 8 : οὐ πόρρω δὲ ἀπὸ τοῦ κοινοῦ τῶ͂ν Ἑλλήνων Διός ἐστιν Ἐλευθερίου βωμὸς... ἄγουσι δὲ καὶ νῦν ἔτι ἀγῶνα διὰ ἔτους πέμπτου τὰ [δὲ̀] Ἐλευθέρια, ἐν ᾧ μέγιστα γέρα πρόκειται δρόμου· θέουσι δὲ ὡπλισμένοι πρὸ τοῦ βωμοῦ. τρόπαιον δέ, ὃ τῆς μάχης τῆς Πλαταιᾶσιν ἀνέθεσαν οἱ Ἕλληνες, πεντεκαίδεκα σταδίοις μάλιστα ἕστηκεν ἀπωτέρω τῆς πόλεως.

23 Philostrate Gymn. 8 : ἄριστος δὲ ὁ κατὰ Βοιωτίαν καὶ Πλάταιαν ὁπλίτης ἐνομίζετο διά τε τὸ μῆκος τοῦ δρόμου διά τε τὴν ὅπλισιν ποδήρη οὖσαν καὶ σκεπάζουσαν τὸν ἀθλητήν, ὡς ἂν εἰ καὶ μάχοιτο, διά τε τὸ ἐπ' ἔργῳ λαμπρῷ κεῖσθαι τῷ Μηδικῷ, διά τε τὸ νομίσαι ταῦτα Ἕλληνας κατὰ βαρβάρων, καὶ μὴν καὶ διὰ τὸν νόμον τὸν ἐπὶ τοῖς ἀγωνιουμένοις κείμενον, ὡς νενόμικεν ἡ Πλάταια· τὸν γὰρ ἤδη παρ' αὐτοῖς ἐστεφανωμένον, εἰ ἀγωνίζοιτο αὖθις, ἐγγυητὰς ἔδει καταστῆσαι τοῦ σώματος, θάνατος γὰρ ἡττωμένῳ προσετέτακτο.

24 Cf. les nos 1 et 4.

25 Sur le phénomène général, voir par ex. Anderson 1993, Schmitz 1997, Swain 1996, et Walker and Cameron 1989.

26 Swain 1996, pp. 27-64 ; Schmitz 1997.

27 Robert 1950, p. 91.

28 Spawforth 1994.

29 Bellum Judaicum, pr. 13.

30 Plutarque, Praec., 814e. Cf. Swain 1996, pp. 167-168.

31 Philostrate, Vitae Sophistarum, 595.

32 Burckhardt 1908-1910.

33 Renfrew 1988 ; Hall 2002, pp. 154-168 ; cf. Osborne 1996, pp. 98-100.

34 Golden 1998.

35 Il est surprenant que les historiens de la littérature grecque semblent pour la plupart avoir ignoré le sujet de l’athlétisme dans la littérature associée avec la Seconde Sophistique. Une exception est l’excellente thèse de doctorat de Jason König (Cambridge), en cours de publication : König 2000.

36 Cf. König 2000.

37 Gleason 1995.

38 Cf. mes remarques dans van Nijf 2002.

39 Pleket 1974, Pleket 1975, et Pleket 1992.

40 Van Nijf 1999, van Nijf 2000.

41 Alcock 2002, pp. 80-81.

42 Cf. appendice n° 3 avec Pausanias, X, 34, 5.

43 Archaiologiko Deltio 25, 1970 [1971], tome A, 58.6.

44 Cf. appendice n° 2 avec Geagan 1979 et Spawforth 1994.

45 Cf. appendice nos 5 et 6.

46 Cf. Fortuin 1996.

47 Polybe, II, 12, 8.

48 Moretti 1957 n° 684.

49 IvO 220 (Tibère), IvO 221(Germanicus).

50 Suet., Néron 22-24 ; cf. Alcock 1994.

51 Robert 1982.

52 Price 1985.

53 Ziegler 1985, p. 32.

54 Cartledge and Spawforth 1989, ch. 13.

55 IvO 56.

56 Boatwright 2000, pp. 94-104.

57 Boatwright 2000, p. 100 ; Spawforth 1989, p. 194.

58 Swain 1996, pp. 74-76.

59 SIG (3) 835 : Αὐτοκράτορι Ἁδριανῷ σωτῆ͂ρι, ῥυσαμένῳ καὶ θρέψαντι τὴν ἑαυτοῦ Ἑλλάδα, οἱ ἰς Πλαταιὰς συνίοντες Ἕλληνες χαριστήριον ἀνέθηκαν.

60 Pour la notion d’hybridité, voir Alcock (2002), pp. 88-96.

61 Milet I, 7, 203 : […] καὶ εἰς τἆλλα ἀθλήματα... ποιούμενος τὴν ἐνδοξοτάτην περὶ τού̣τ̣ω̣ν̣ σπουδὴν ἀκολούθως τῇ τοῦ δήμο̣[υ πρὸ]ς τὸ θεῖον εὐσεβείᾳ καὶ τῇ πρὸς Ῥω[μαίο]υ̣ς εὐχαριστίᾳ […].

62 Pour ce qui suit, voir Ferrary 2001.

63 Ferrary 2001, p. 23.

64 Reynolds 1982, n° 5.

65 Cf. Jones 1996, Spawforth 1999.

66 OGIS II, 497 : […] τὸ γένος Ἑλληνι[κο ;ν ὂν καὶ τὴν] πρὸς Ῥωμαίους ἐκ παλαιοῦ φι[λίαν καὶ εὔνοι]αν […].

67 Ferrary 2001, pp. 25-26.

68 I.v.E. 205 : [οἱ] δῆμοι οἱ ἐν τ[ῆι Ἀσίαι καὶ τὰ ἔθνη καὶ οἱ κατ' ἄνδρα κεκριμένοι ἐν τῆι] πρὸς Ῥωμαίου[ς φιλίαι καὶ τῶν ἄλλων Ἑλλήνων οἱ εἱρημένοι μετέχειν τῆς ἀ[γομένης πεντετηρίδος τῶν Σωτηρίων καὶ Μουκιείων.

69 SIG (3), 1066 avec L. Robert AE, 1969, pp. 56-57.

70 Cf. Schachter 1994, pp. 135-136.

71 Robertson 1986.

72 Cf. Apulée, Métamorphoses, IV, 13. Le lien avec les Eleutheria n’est pas certain.

73 Cf. aussi Robert 1969, p. 189 [325].

74 Antigonus Monopthalmos semble avoir été le premier, immédiatement suivi par Ptolemée Sôtêr (Diodore de Sicile, XIX, 61-2). Le premier Romain à libérer les Grecs fut Flamininus en 196 (cf. Plutarque, Flamininus 10, 3-12).

75 Suétone, Néron, 24, 2.

76 SIG (3), 814 ; cf. Robert 1969, p. 190 [326].

77 Cf. appendice n° 2 ; avec Geagan 1979.

78 IG II-III, 3277.

Auteur

Université de Groningen

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540