Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?

Partie III : Monuments, parcours et discours : la Grèce imaginaire des Romains

Naples ou la Grèce en Italie

Emmanuelle Valette-Cagnac

Résumé

Naples est une ville « grecque », mais ce caractère « grec » est en partie l’effet d’une construction d’époque romaine. L’analyse de quelques textes littéraires de la fin de la République et du début de l’Empire permet de comprendre le rôle qui est alors assigné à Naples dans la culture romaine : cette cité apparaît dans l’imaginaire comme le lieu d’expérimentation d’une certaine forme d’altérité, un espace où les Romains inventent ou essaient des pratiques « à la grecque ». Elle permet aussi de penser les frontières entre ce qui est « grec » et ce qui est « romain » et d’articuler ces notions de façon très complexe. Naples matérialise, dans la géographie, sur le sol même de l’Italie, ce qu’est pour les Romains « l’altérité incluse » : une enclave de grécité à l’intérieur même de la culture romaine.

Texte intégral

  • 1 Dans le livre de Jean-Michel David par exemple, consacré à la romanisation et à l’unification progr (...)
  • 2 Sur le foedus conclu entre Rome et Naples, voir Tite-Live, VIII. 26 et Beloch, 1989, chap. 1 ; Davi (...)
  • 3 Ses murs, ses lois restent intacts. Elle conserve presque intégralement son territoire (seule Pithé (...)
  • 4 Un certain nombre de traits rapprochent alors Naples de tous les autres municipes : ses citoyens pe (...)
  • 5 Sur l’emploi du grec à Naples, voir les inscriptions citées et commentées par Beloch, 1989, pp. 47- (...)
  • 6 Inscription citée par Beloch, 1989, chap. 2 : L. Munatius Concessianus, patronus coloniae.

1Dans l’histoire de l’Italie romaine, Naples bénéficie d’un statut d’exception. Enclave grecque en pays romain, elle semble échapper aux problématiques traditionnelles de l’acculturation et de la romanisation1. En effet, Naples comme les autres cités « grecques » de Campanie est passée sous domination romaine à la fin du ive siècle, au moment des guerres samnites. Pourtant, après sa reddition en 326 av. J.-C., elle fut l’une des rares cités à obtenir de Rome un traité « équitable » (foedus aequum)2 et, si elle dut participer à l’effort de guerre, elle devint aussi l’alliée fidèle du peuple romain et surtout bénéficia de conditions privilégiées3, qui lui assuraient une certaine autonomie. Quand enfin, après la guerre sociale, Naples finit par rejoindre les autres cités d’Italie dans la citoyenneté romaine, devenant, en vertu de la Lex Julia, un municipe (municipium), elle réussit pourtant à conserver l’essentiel de ses institutions politiques et sociales, du moins dans leur apparence formelle4, et surtout à maintenir l’emploi du grec, qui fut utilisé comme langue administrative jusqu’au milieu du iiie siècle de notre ère, à une époque où vraisemblablement l’usage du grec avait été supplanté par le latin dans le langage quotidien5. Enfin, si Naples fut élevée au rang de colonia au cours du ier siècle de notre ère (vraisemblablement sous Titus), sa désignation comme colonie n’apparaît explicitement que dans une inscription très tardive (du iiie ou du ive siècle de notre ère)6.

  • 7 Ce que remarque Leiwo, 1994, dans son introduction.
  • 8 Sur les origines de Naples et son passé « grec », voir infra et note 33. Sur la notion de « résista (...)

2Sur le plan institutionnel, ces « bizarreries » ont maintes fois été soulignées. Mais les explications qu’on donne de ce phénomène s’arrêtent à la définition de Naples comme « cité grecque », sans interroger le sens de cette « grécité »7 : Naples présenterait un cas intéressant de résistance à la romanisation de la part d’une population grecque fière de ses origines et de ses traditions8, que le pouvoir romain aurait en outre voulu récompenser pour sa conduite exemplaire depuis la signature du traité d’alliance jusqu’à la fin de la guerre sociale (en 90 av. J.-C.) en lui laissant quelques-uns de ses particularismes locaux.

  • 9 Même les récits des historiens présentent la cité sous un jour avantageux. Tite-Live souligne par e (...)
  • 10 Sur ces stéréotypes, l’image négative des Grecs dans les textes latins, les notions de levitas, mol (...)
  • 11 Notamment dans les ventes aux enchères. Voir Tite-Live, XL.43.1, cité par David, 1994, p. 174. Cett (...)
  • 12 L’histoire de Tite-Live met en avant toutes les manifestations de la fides de l’alliée de Rome. En (...)

3Pourtant, ne peut-on chercher dans le sort réservé à Naples et surtout dans la peinture avantageuse9 qui ressort des textes littéraires consacrés à cette cité, une explication qui prenne en compte le statut bien particulier de Naples dans l’espace romain ? En effet, il est curieux de constater que, de manière très paradoxale, Naples, malgré son « conservatisme » et son caractère « grec » exacerbé, que les textes anciens se plaisent à souligner, se démarque par son comportement des autres cités grecques et échappe aux stéréotypes négatifs que les Romains plaquent sur les Grecs et la grécité10. Plus grecque que d’autres cités de Campanie, comme Cumes qui dès 180 av. J.-C. demande au sénat romain l’autorisation de remplacer l’osque par le latin dans les actes publics11, elle est en même temps, par sa loyauté (fides) envers Rome12, la moins « grecque » d’entre elles.

  • 13 Sur ces problèmes institutionnels, la description des magistratures de Naples, voir Beloch, 1989, c (...)
  • 14 Sur l’emploi du terme « archonte » dans les inscriptions de Naples, voir Beloch, 1989, p. 61 (inscr (...)

4Le caractère « bien trempé » que l’on prête aux Napolitains joint à l’ouverture d’esprit des Romains suffisent-ils à expliquer le maintien surprenant de toutes ses institutions13 – archontes, démarques, éphébie, gymnase, phratries14 – qui semblent tout droit venir de l’Athènes de Périclès ? En d’autres termes, Naples ne joue-t-elle pas un rôle spécifique dans la culture romaine, qui justifierait une certaine forme d’exception ?

  • 15 Voir sur cette notion : Florence Dupont, « Rome ou l’altérité incluse », Rue Descartes, 2002, pp. 4 (...)

5Il n’est évidemment pas question de faire ici toute l’histoire politique, ni même culturelle de Naples, mais de montrer quelques-uns des processus par lesquels les Romains ont fait de Naples une ville « grecque », et de réfléchir sur les fonctions qu’a pu remplir cette « hyper-hellénisation » ou « hellénisation volontaire ». À travers l’analyse de quelques textes de la fin de la République et du début de l’Empire, je montrerai que cette cité apparaît dans l’imaginaire à la fois comme un lieu d’expérimentation d’une certaine forme d’altérité, un espace où les Romains inventent ou essaient des pratiques à la grecque, mais aussi parfois comme un lieu où ils éprouvent les limites ténues entre ce qui est grec et ce qui est romain. Naples est ainsi un espace où se réalise, de façon très concrète, la notion « d’altérité incluse15 ».

Auguste et Masgaba, le « fondateur » d’Apragopolis

6D’après Suétone, Auguste, peu de temps avant sa mort, fit un séjour dans la baie de Naples et, alors qu’il longeait la baie de Pouzzoles, il se livra alors à un curieux cérémonial :

  • 16 Suétone, Auguste, 98.4 : « Sed et ceteros continuos dies inter varia munuscula togas insuper ac pal (...)

« Les jours qui suivirent [une distribution d’argent qu’il avait faite à ses compagnons, comites], il leur distribua encore, outre divers menus présents, des toges et des manteaux grecs (togas ac pallia), à condition que les Romains adopteraient le costume et le langage des Grecs (habitu et sermone), tandis que ceux-ci feraient l’inverse16 ».

  • 17 Voir dans cette perspective le commentaire de Biville, 1993.
  • 18 Sur cette définition de « l’identité en acte », voir Goldhill, 2001, pp. 6-13. Voir aussi introduct (...)

7Faut-il voir dans ce curieux échange un simple « jeu », un caprice d’empereur à ranger parmi les innombrables extravagances que Suétone se plaît à rapporter dans les Vies ? Ou bien cette anecdote est-elle significative de la double culture des Romains, de leur « bilinguisme » au sens large17 ? Cette dernière perspective permet de souligner le lien étroit existant à Rome entre la langue et le vêtement, deux facettes inséparables et constitutives de « l’identité » pour un Romain, et de montrer en outre que cette identité se constitue à travers des actes, des gestes, qu’elle n’est pas une essence, mais un comportement18. Par leur port de la toge ou du pallium et leur usage de la langue grecque ou du latin, les compagnons d’Auguste « font le Grec ou le Romain ».

8Cette lecture pourtant ne tient pas suffisamment compte du lieu où Suétone situe son anecdote ni du contexte dans lequel elle est insérée. Tout d’abord, ce « jeu » d’échange de costumes s’intègre dans un ensemble de pratiques « à la grecque ». Un peu plus loin, Suétone précise en effet qu’Auguste avait alors coutume de se rendre à Capri (Capreae) et que là,

  • 19 Suétone, Auguste, 98.5-6.

« il assista fréquemment aux exercices des éphèbes (exercentes ephebos), dont il se trouvait encore un grand nombre à Caprée, en vertu d’une ancienne coutume (ex vetere instituto) ; il leur fit même servir un festin (epulum) en sa présence, leur donnant la permission ou plutôt l’ordre de s’égayer sans contrainte (jocandi licentia) et de mettre au pillage les corbeilles de fruits, de victuailles ou de gâteries diverses, qu’il leur faisait lancer. En un mot, il ne se priva d’aucune sorte de gaîté (nullo genere hilaritatis)19 ».

  • 20 Suétone, Auguste, 98.7-8.

9Spectacle d’éphèbes qui s’exercent en vertu d’une ancienne coutume, banquets, plaisanteries sans frein, gaieté, telles sont donc les activités dont vient profiter Auguste lors de son séjour dans la baie de Naples. Un peu plus loin, Suétone décrit aussi l’empereur en train de citer des vers grecs et de jouer aux devinettes avec ses convives, riant des plaisanteries lettrées (in jocos effusus est) qu’il leur lance dans un vaste triclinium ouvert sur le paysage20. Le port du pallium n’est donc qu’une des facettes de ce mode de vie « à la grecque » qu’Auguste invente pour régaler ses invités.

10Suétone précise en outre que :

  • 21 Suétone, Auguste, 98.6.

« [l’empereur] nommait Apragopolis l’île voisine de Caprée, en raison de l’existence oisive de ceux de ses courtisans qui se retiraient en ce lieu (a desidia secedentium illuc e comitatu suo) ; et il avait coutume d’appeler « ktistes », certain d’entre eux, l’un de ses préférés, nommé Masgaba, comme s’il eut été le fondateur de cette île (conditorem insulae)21 ».

  • 22 C’est là ce que F. Biville, 1993, appelle « le grec des Romains ». Voir aussi Dupont et Valette-Cag (...)
  • 23 Sur la définition de cet espace, voir Dupont et Valette-Cagnac, 2005, pp. 257-259.

11Cette histoire est significative de deux points de vue. Tout d’abord, elle montre la façon dont un processus de dénomination permet à l’empereur de transformer un simple îlot au large des côtes italiennes en « lieu grec ». La fabrication d’un nom propre à partir de deux mots grecs (polis et apraxia) est un exemple très caractéristique des jeux sur la langue que les Romains pratiquent avec le grec dans le cadre du bilinguisme : sous sa forme composée, ce mot est une invention romaine22. Ensuite, avec la désignation en langue grecque de son favori comme « fondateur » (ktistes) de l’île, Auguste semble jouer de cette pratique d’invention de lieux grecs à usage romain et la gloser. Enfin, le nom choisi par l’empereur éclaire le statut particulier, et même la fonction qu’occupe cet espace « grec » : lieu de retraite (secessus) et d’inactivité (desidia), Apragopolis est un lieu imaginaire, qui peut servir de cadre à toutes sortes de pratiques, dont Suétone fait ici une sorte d’inventaire, en rassemblant tout ce qui entre dans la définition romaine de l’otium à la grecque23.

Neapolis : encore et toujours « grecque »

  • 24 Sur ces villae et la vie sociale qui s’y déploie, voir les études détaillées de D’Arms, 2003, et La (...)
  • 25 Aucune mention de la ville de Naples n’est en effet attestée chez Plaute. Sur l’imaginaire grec des (...)
  • 26 Sur ces questions d’identité, voir la conclusion de F. Dupont, dans Dupont et Valette-Cagnac (dir.) (...)

12Ce double processus d’hellénisation, par la dénomination et par l’installation de pratiques à la grecque, est également au centre des représentations que les Romains se font de Naples. Comme Apragopolis, Naples est en effet une ville grecque fabriquée par les Romains. Cette construction est historiquement datée ; elle commence à s’élaborer à l’époque de Cicéron et occupe une place de plus en plus importante dans la littérature des deux premiers siècles de l’Empire. L’imaginaire déployé autour de Naples, ville grecque à usage romain, est en effet strictement contemporain de la vogue des « résidences maritimes » construites dans sa baie24 et de l’épanouissement de cette région comme lieu de séjour des membres de l’aristocratie romaine dans le dernier siècle de la République. Avant cette époque, Naples est absente de la littérature. Elle ne sert pas de cadre aux fictions grecques, qui se déploient plutôt dans une Athènes imaginaire, ni même de référence « grecque » : chez Plaute par exemple, seules existent face à Athènes, la Grèce d’Asie et la Sicile25. La Naples grecque des Romains ne prend sens qu’à partir du ier siècle av. J.-C. et surtout à partir de l’époque augustéenne, moment où s’élabore un discours sur les rapports entre Rome et la Grèce, qui construit à travers eux une nouvelle définition de l’identité romaine26. Les discours « littéraires » sur Naples expliquent, justifient et permettent tout à la fois les pratiques « à la grecque » que les Romains y installent.

  • 27 Strabon (Géographie, V.4.6) explique ce changement de nom : « Dicéarchia était, à l’origine, un por (...)
  • 28 Malgré un passage de Varron faisant allusion à l’usage qu’auraient eu les anciens Romains de « trad (...)
  • 29 Voir à ce sujet, Beloch, 1989, chap. 1.
  • 30 Sur la re-fondation qui a motivé le nom de Neapolis les avis divergent. Selon les uns, Parthenope a (...)
  • 31 Même Tite-Live consacre plusieurs développements à expliquer ses origines. Voir sur cette question (...)
  • 32 Sur cette reconstitution d’une Naples « punique », à partir de quelques toponymes et la fondation d (...)
  • 33 Sur l’histoire grecque de Naples, voir Beloch, 1989, chap. 1 (pp. 39-48) ; De Caro, 1981, pp. 10-18 (...)
  • 34 Cette narration apparaît par exemple dans l’Histoire romaine de Velleius Paterculus, écrite vers 30 (...)
  • 35 La venue à Naples du stratège athénien Diotime en 432 est dans ce cadre souvent évoquée. Cette prés (...)

13La construction par les Romains d’une Naples « grecque » passe d’abord par les noms mêmes qui leur servent à désigner la cité et par les récits que ces noms permettent d’enclencher. Le plus courant, dans les textes en prose, Neapolis, ne fut, à la différence d’autres noms de lieux campaniens comme Cumae ou Puteoli27, jamais latinisé28. Non seulement ce nom « sonne grec », mais il fait explicitement référence à l’histoire grecque de la cité29 : il évoque à la fois l’époque de la colonisation de cette partie de l’Italie par des Grecs, puis celle de sa re-fondation30. Naples est en effet l’une des rares cités « grecques » à disposer d’un passé chez les historiens romains31 ; or ceux-ci font apparaître Naples comme un lieu très ancien, et surtout « plusieurs fois grec ». Si quelques traces archéologiques semblent indiquer une occupation phénicienne sur l’emplacement de la future Naples32, les textes – en langue grecque ou en langue latine – n’en font jamais mention. L’histoire de Naples33 ne commence qu’avec « l’arrivée des Grecs » et la cité apparaît au cours de son histoire comme un lieu carrefour où vinrent successivement se joindre des Grecs de diverses origines : des Eubéens d’abord, conduits par le dieu Apollon en personne, puis des Grecs de Pithécusses et de Cumes, enfin des Athéniens qui vinrent grossir la population de la cité34. Dans cet empilement de strates grecques, la composante « attique » de la population napolitaine est toujours soulignée35 ; elle permet de conférer à la cité un peu du prestige détenu par les Athéniens dans l’imaginaire romain.

  • 36 Sur le sens et l’emploi du mot Grai (et Achivi), voir Dupont et Valette-Cagnac (éds.), 2005, pp. 30 (...)
  • 37 Stace, Silves, 2.1.95-96 : « Macte animo, quod Graia probas, quod Graia frequentas/arva ».
  • 38 Punica, XII, 49. Sur les murailles de Naples attestant sa puissance et son ancienneté, voir aussi V (...)

14Le passé grec de la cité est également réactivé dans le nom que les Romains donnent à ses habitants. En effet, le seul terme qui sert dans la poésie d’époque augustéenne à évoquer les Grecs de Naples est celui qui désigne les Grecs d’autrefois, les Grai, ces « Hellènes » des temps héroïques36. Cette valeur apparaît ainsi dans un passage de Stace, où le poète fait allusion à l’amour des Romains pour les « terres grecques » (Graia arva) 37, mais on la retrouve aussi dans la description que Silius Italicus fait du siège de Naples : si le bélier d’Hannibal heurte en vain les murailles de Naples, c’est que celles-ci sont l’œuvre des « Anciens Grecs » (Graia munimina), murailles qui sont présentées par le poète épique comme un rempart contre la barbarie, que défend une « vaillante troupe grecque » (Graia manus defendit)38.

15L’usage de Graius permet donc de plaquer sur la cité un imaginaire grec dans lequel la vision idéalisée du passé vient s’ajouter à la réalité des origines grecques de la population napolitaine.

  • 39 Voir par exemple l’invocation de Stace à ses pénates paternels (Silves, IV.8.54-56) : « Cette famil (...)

16Mais, si le toponyme Neapolis fait référence au passé grec de la cité, il permet aussi de souligner son caractère éternellement « neuf »39. Lieu ancien, « fatigué par les ans », Naples est en même temps le lieu de toutes les re-fondations, une ville dont le caractère grec est chaque fois renouvelé ; ce qui permet aux Romains d’inscrire leur action dans ce mouvement incessant. Et la « nouveauté » de Naples en fait un cadre idéal pour y inventer toutes sortes de pratiques.

Parthenope et les Sirènes : Naples et ses mythes grecs

17L’autre nom qui désigne Naples et qui apparaît surtout dans la poésie latine d’époque augustéenne, Parthenopé, permet de lier la cité à ses origines mythiques.

  • 40 Sur l’ancienne Naples, voir Beloch, 1989, pp. 39-42 ; Leiwo, 1994, pp. 13-14 et Neapolis, 1983, pp. (...)
  • 41 Une légende rapportée par Virgile (Enéide, VII.734-736) raconte que le roi des Teleboi de Capreae, (...)
  • 42 Voir Lafon, 2001, pp. 198-203. Il montre en particulier que la carte des « pérégrinations d’Ulysse  (...)
  • 43 Sur les cultes de Naples et leurs spécificités, voir Ghinatti, 1967 ; Maurizio Giangiulio, « Appunt (...)
  • 44 Dans la célèbre invocation de Stace à ses « pénates » (Silves, IV.8.45-54), apparaissent Apollon, l (...)

18En effet, avant de s’appeler Néapolis, la cité aurait eu comme toponyme le nom de la Sirène qui y est enterrée. Il n’existe évidemment aucune trace archéologique de cet ancien nom de Naples (ni sur les monnaies, ni sur les inscriptions…)40, mais il permet de rattacher la cité à un passé très ancien et de l’inscrire dans des traditions mytho-graphiques41 qui donnent une couleur grecque à toute la baie de Naples. X. Lafon a bien montré le rôle joué par la mythologie – en particulier celle des pérégrinations d’Ulysse – dans le processus de création des villae maritimes sur la côte napolitaine42. La volonté de magnifier ces zones, de donner une mémoire prestigieuse à cette région d’Italie, explique ainsi en grande partie le choix des étapes d’Énée par Virgile. Dans ce contexte, certains cultes grecs43, comme celui des Sirènes à Sorrente, furent encouragés et plusieurs divinités grecques continuèrent sous l’Empire à être honorées à Naples44.

  • 45 Voir Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, III. 60-61 : « [Naples] est également une colonie chalcidi (...)
  • 46 Silius Italicus, Punica, XII. 33-34 : « Sirenum dedit una suum memorabile nomen/Parthenope muris Ac (...)

19L’évocation de Parthenope, la Sirène qui donna son nom à la première Naples, s’inscrit dans le même type de stratégie. Les Romains firent de son tombeau le monument-témoin de l’ancienneté de la ville, un lieu de mémoire que l’on visite et que l’on ne manque pas de mentionner dans toute description de la cité45. Comme l’écrit Silius Italicus dans un court passage, en donnant son nom à Naples, la Sirène, « fille d’Achéloüs », lui a aussi donné son renom (memorabile nomen) et sa mémoire généalogique46. Le nom Parthénopé sert à fabriquer du mémorable.

  • 47 Stace, Silves, II.2.116-117 : « Hinc levis e scopulis meliora ad carmina Siren/advolat ».

20Dans la poésie, la mention de Parthenope permet en outre d’établir un lien entre Naples et la pratique poétique. En effet, la Sirène ne fait pas office de Muse, mais par son chant et la douceur de sa voix, elle crée l’émulation nécessaire au poète pour qu’il puisse entamer son carmen. Ce dispositif apparaît ainsi chez Stace qui, au cours du poème, évoque « la Sirène légère » envolée de son rocher « pour venir écouter des chants supérieurs aux siens47 ».

  • 48 Ces personnages apparaissent ainsi comme des « marqueurs de grécité », ce que Maxime Pierre désigne (...)
  • 49 Sur la « sphragis » des Géorgiques, voir la courte note de M. Korenjak, « Parthenope und Parthenias (...)

21Ces figures mythologiques grecques – les Muses, les Sirènes –, participent en même temps de la constitution du poème comme objet grec48. On voit ce procédé à l’œuvre à la fin des Géorgiques (IV, 563 sq.) ; Virgile joue de l’étymologie commune à Parthenope et Parthenias, la « traduction » grecque de son nom (Vergilius/virgineus), pour apposer sa signature (sphragis) sur le poème qu’il vient d’écrire49.

Neapolis otiosa : les « doux » rivages de Naples

  • 50 Sur ce sujet, voir Valette-Cagnac, 2003, pp. 164-165.
  • 51 Sur cette fiction d’une Rome rustique et sauvage, voir Maxime Pierre, « Rome dans la balance », dan (...)

22Aux noms propres, les textes latins, et plus particulièrement la poésie augustéenne, accolent souvent des qualificatifs qui contribuent à figer la cité dans une sorte de stéréotype de grécité. Ces termes, qui la plupart du temps servent à évoquer la géographie de Naples – ses paysages, son cadre naturel – lui attribuent en effet des qualités traditionnellement associées à la Grèce. La première de ces qualités est la douceur. La langue grecque a des sonorités plus douces que le latin, le miel attique et le vin grec sont également appréciés pour leur saveur plus sucrée50. Les adjectifs dulcis, suavis permettent donc de construire un stéréotype positif sur la Grèce et sur ce qui en provient, en opposant selon un système binaire le caractère suave, agréable de ce qui est associé à la Grèce, à la dureté et au piquant (sal, duritia, acerbitas) de ce qui est purement latin51.

  • 52 Outre le texte de Stace, commenté infra, voir Silius Italicus, Punica, XII.27-28 (« Mitis Parthenop (...)
  • 53 Il me semble en effet plus intéressant de lire ce texte par rapport au genre traditionnel de l’« él (...)

23Or, le climat de Naples, son sol, ses rivages, sa mer, tout dans le paysage est qualifié de « doux » : dulcis (ou mitis)52. L’un des textes les plus significatifs de cet imaginaire romain déployé autour de Naples est un poème de Stace dans lequel le poète essaie de convaincre son épouse restée à Rome de venir le rejoindre dans sa patrie natale. Faisant l’éloge de sa région53, Stace commence par une description géographique : énumérant un à un tous les beaux sites campaniens, il arrive enfin à Naples,

  • 54 Stace, Silves, III. 5. 78-79 et 81-84.

« et voici notre Parthenope, à qui, comme elle venait d’Outre-mer, Apollon lui-même désigna ce sol clément (mite solum) […]. Tel est l’endroit où je voudrais te conduire – car je n’ai pour patrie ni la Thrace sauvage (barbara) ni la Libye – : de doux hivers (mollis hiems), de frais étés tempèrent (temperat) son climat ; une mer pacifique (imbelle fretum) baigne ses rives de flots alanguis (torpentibus undis) 54 ».

  • 55 Cette expression est empruntée à Pline l’Ancien (Histoire Naturelle, III.60-61), qui, reprenant le (...)
  • 56 Voir par exemple Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XIV.69 ; XV.23 ; XIII.1 et aussi Martial, Épig (...)

24Cette évocation du climat tempéré de Naples, éloigné des contrées barbares et des températures extrêmes, correspond bien à la vision idéalisée de l’Italie romaine telle qu’elle apparaît dans les textes d’époque augustéenne, notamment dans les Géorgiques de Virgile. Cette idéalisation est encore moins surprenante s’agissant de la Campanie, traditionnellement décrite comme une terre prospère, fertile, favorisée par les dieux (Cérès et Liber en particulier) et associée à « tous les plaisirs de l’homme »55. Mais ce qui est vrai pour la Campanie dans son ensemble, l’est encore plus pour Naples, qui, un peu comme la terre attique en Grèce continentale, est connue pour la qualité de ses productions : selon Pline l’Ancien56, de Naples proviennent un très bon vin, les meilleures châtaignes d’Italie, les meilleurs parfums…

  • 57 Sur la notion de mollitia, voir Dupont et Eloi, 2001, pp. 89-95.
  • 58 Silius Italicus, Punica, XII.31-32 : « Nunc molles urbi ritus atque hospita Musis/Otia et exemptum (...)

25Mais chez Stace, tous les éléments du paysage empreints de douceur et de calme, comme ensommeillés, n’ont manifestement pour seule fonction que d’installer un cadre propice à l’otium. Dans ce contexte, on peut d’ailleurs noter que l’usage du terme mollis (mollis hiems) n’a aucune valeur dépréciative. Alors que dans les discours des moralistes, la mollitia est le défaut associé à la Grèce exclue57, la Grèce d’Asie notamment, et stigmatise le comportement « mou », « relâché » d’un individu, lorsqu’il s’agit de Naples, cette catégorie ne sert qu’à décrire le cadre idéal, exempt de tensions (contentio) et de soucis (curae), propre à accueillir les « douces coutumes » (molles ritus) qui, selon Silius Italicus, caractérisent la Naples de son époque58.

  • 59 Toutes les études consacrées à la vogue des résidences maritimes dans la région de Naples s’interro (...)
  • 60 Voir en particulier Strabon, Géographie, V. 4. 5 et 7.

26En même temps, les qualités naturelles du site de Naples, la beauté et la douceur de ses paysages – magnificae species – ne suffisent pas à en faire un lieu « grec » et ne peuvent à elles seules expliquer la faveur dont ce morceau de côte a pu bénéficier à partir de l’époque de Sylla59. De fait, les aména-gements construits par l’homme (le tunnel creusé entre l’Arverne et Cumes, les collines aplanies par les constructeurs de villae, les forêts rasées par Agrippa60) suscitent l’admiration des géographes davantage encore que le caractère privilégié du site et chez Stace la description du relief fait rapide-ment place à l’évocation des monuments qui font la réputation de Naples :

  • 61 Stace, Silves, III.5.89-90.

« Que dire à présent des points de vue magnifiques (magnificas species) et de l’ornement de ces lieux (cultusque locorum), des temples et des places, où s’espacent des colonnes innombrables (innumeris spatia interstincta columnis), de la double masse de nos théâtres, l’un à l’air libre, l’autre couvert, de nos concours quinquennaux qui rivalisent avec les fêtes du Capitole ? »61

  • 62 Voir Pierre Gros, L’architecture romaine, Paris, Picard éd. 1996 (vol. 1, chap. sur les portiques e (...)
  • 63 Neapolis, 1986, pp. 226-227. I. Baldassare fait une intéressante analyse des interventions d’August (...)

27Totalement intégrés au paysage, les « innombrables colonnes » et les deux théâtres de Naples font référence aux plaisirs raffinés de l’otium publicum : en parant la ville et la dotant de cultus (aspect « civilisé »), ils font de Naples une ville « grecque », capable d’accueillir des concours (quinquennia) dont le renom permet de rivaliser avec Rome elle-même. Ces éléments architecturaux « font grec » (l’ajout de colonnes dans un bâtiment romain est une façon de l’helléniser62) ; en même temps, comme l’a montré récemment Ida Baldassare63, ils sont l’effet d’un urbanisme romain concerté : ce sont les aménagements de l’époque augustéenne qui ont permis non seulement de conserver l’essentiel de la physionomie de la cité (son plan hellénistique) mais d’ajouter des éléments pensés comme grecs, dont la construction du double théâtre est le meilleur exemple.

  • 64 Cf. Horace, Epodes, I.5.43 : « otiosa Neapolis » ; Ovide, Métamorphoses, XV.711-712 : « in otia nat (...)

28La description des qualités qui imprègnent le paysage de Naples participe à l’élaboration littéraire d’un cliché, qui est en même temps l’expression du rôle joué par cette cité dans l’imaginaire romain : son lien avec l’otium. Un autre adjectif fréquemment associé à Naples à partir du ier siècle av. J.-C. est d’ailleurs le terme otiosa, utilisé de façon formulaire par les textes les plus variés64. Cette catégorie est probablement la plus essentielle dans la représentation romaine de Naples ; ce que viennent y chercher les riches Romains en venant séjourner dans cette cité, ce qui les explique leur fureur de construire sur cette côte des villae somptueuses. L’otium est ce qui fonde la grécité de Naples.

Vivre à la grecque. L’hellènikè agôgè

  • 65 Villae qui n’ont plus pour fonction d’être économiquement rentables (de produire du fructus), mais (...)
  • 66 Cazanove, 1994, p. 261.
  • 67 Un poème de Stace (Silves, II. 2.63.) évoquant la villa de Pollius Felix à Sorrente fait de celle–c (...)
  • 68 Strabon, Géographie, V.4.7 : « De très nombreux vestiges (ichnè) de la vie grecque (hellènikè agôgè(...)

29Les Romains ont inventé à Naples un mode de vie spécifique et c’est là la principale raison qui explique le succès de cette région. Très vite, les villae65, « agrémentées de portiques, de bibliothèques privées, de jardins et de fontaines, […] de gymnases et de palestres »66, dont l’espace et le décor sont saturés de références grecques67, servent de cadre à ce que Strabon désigne sous le terme d’hellènikè agôgè, un mode de vie « à la grecque », qui subsiste alors que, de l’aveu même du géographe, « la population est romaine68 ».

  • 69 Valère-Maxime, Faits et dits mémorables, II.2.2 (rare texte à évoquer la politique linguistique des (...)
  • 70 Voir Suétone, Auguste, 98.4 et 6, commenté supra.
  • 71 Sur Sylla portant la chlamyde à Naples, voir Cicéron, Pro Rabirio Postumo, 26. Sur l’empereur Claud (...)
  • 72 Sur la signification symbolique du pallium et les comportements vestimentaires des Romains, voir l’ (...)

30Dans les textes, cette vie « à la grecque » se manifeste à travers quelques pratiques symboliques. La première d’entre elles, qui revient comme un leit-motiv, est le port du pallium. Naples est en effet l’un des rares lieux où, pour pasticher Valère-Maxime, non seulement « le pallium n’est pas soumis à la toge69 », mais où tout personnage romain semble se faire un devoir de troquer son vêtement de citoyen contre un costume à la grecque. On l’a vu à propos d’Auguste70. Mais les sources montrent que d’autres personnages (Sylla, Claude71) ont également, lors de leur séjour à Naples, revêtu le costume grec, y compris au théâtre, dans les rues ou au forum, sans que ce comportement fût jugé inconvenant : Naples a donc un statut très spécifique dans la culture romaine ; la ville n’est pas conçue comme un espace civique, mais un espace entièrement dévolu à l’otium72.

  • 73 Voir Suétone, Auguste, 98.4 et Néron, 20.
  • 74 Sur le grec des Romains, la notion de « koiné », voir E. Valette-Cagnac, « Plus attique que la lang (...)
  • 75 Sur le rôle du grec dans l’enseignement et la notion d’eruditio, voir E. Valette-Cagnac, loc. cit., (...)
  • 76 Voir par exemple sur cette question Leiwo, 1994.

31Le port du vêtement pour les Romains, va de pair avec l’usage de la langue et de fait, non seulement les Romains de passage à Naples s’habillent à la grecque, mais ils en manient la langue. Auguste dans sa salle à manger cite des vers grecs, Néron entre deux performances de chant parle en grec avec ceux qui sont venus l’encourager73… On a souvent interprété ces anecdotes comme une volonté d’adaptation de la part de Romains soucieux de partager les coutumes des populations locales. Les Romains seraient « de bons touristes » en somme. Pourtant, si l’on regarde les textes de près, on s’aperçoit que jamais il ne s’agit d’échanges verbaux avec des indigènes ignorant le latin. Lorsque Sylla, Auguste ou Néron parlent grec à Naples, soit ils conversent avec des Grecs lettrés dont on peut penser qu’ils étaient parfaitement bilingues, soit même ils s’adressent aux interlocuteurs romains qui partagent leur loisir. Et leur grec n’a rien d’un grec « koiné », courant74 ; c’est la plupart du temps un grec fait de citations et d’allusions savantes. Un grec de culture qui a pour unique effet de signaler l’éducation (eruditio) de celui qui le pratique75. C’est pourquoi la question du bilinguisme à Naples, telle qu’on a l’habitude de la poser76, est un faux problème : la population locale parlait-elle encore le grec à la fin de la République et au début de l’Empire ? Ceci n’avait aucune espèce d’importance, dans la mesure où le maniement du grec par les Romains avait pour seule fonction d’installer une Grèce idéale, qui est aussi une Grèce de culture.

  • 77 Parmi les curiosités locales susceptibles d’attirer l’épouse de Stace (Silves, III.5.89-90), le thé (...)
  • 78 Sur ces épisodes, voir infra.
  • 79 Un passage d’Aulu-Gelle (Nuits Attiques, XVIII.5.1-3 ; IX.15.2) fait allusion à une lecture des Ann (...)

32Parmi les loisirs prisés à Naples et caractéristiques de cette cité figurent en effet tous les divertissements « lettrés » : conversations savantes et jeux de citations, lectures publiques, théâtre, concours de musique et de poésie. Naples est d’abord pour les Romains un lieu de culture. Le monument qui revient le plus fréquemment dans les descriptions romaines de Naples, le lieu qui en quelque sorte fait figure de symbole est d’ailleurs son double théâtre77. C’est le lieu social par excellence, où la foule se presse pour écouter toute sorte de performances : les plus célèbres sont évidemment les concours gymniques et poétiques institués par Auguste78, mais bien d’autres types de spectacles (recitationes, déclamations79) ont lieu dans cet endroit.

  • 80 Suétone, Néron, 20 : « Comme il prenait un moment de repos pour refaire sa voix, ne pouvant support (...)
  • 81 Cette prééminence du théâtre à Naples apparaît aussi à travers le culte des theoi phratrioi, associ (...)
  • 82 Sénèque, Lettres à Lucilius, 76.4.

33Réputé, fréquenté, le théâtre de Naples fait presque office de forum : en réalité, il semble tenir lieu d’espace politique. Lorsque Néron y entame son tour de chant, il fait installer au milieu du théâtre de quoi banqueter avec sa suite, ne pouvant se résoudre à quitter le lieu qui lui avait fait si bon accueil80. Certes le néronisme est précisément caractérisé par cette intrication entre la politique et le spectacle ; un autre exemple sera probablement plus révélateur81 : lorsque, dans la lettre 76, Sénèque évoque rapidement son passage à Naples, il ne manque pas de signaler la foule qui se presse au théâtre (concursus)82. Constatant que le théâtre est bondé (fartum est), pris d’assaut par un public avide de départager quel est le meilleur parmi des joueurs de flûte (Sénèque insère ici un mot grec : pythaules), le philosophe déplore que les débats philosophiques qui cherchent à définir « le bon et l’homme vertueux », soient au contraire boudés par le vulgaire. Ce passage révèle donc l’existence de deux types d’activités « grecques » présentes à Naples : une forme d’otium publicum, les concours – agônes – qui ont lieu dans le théâtre et une forme d’otium lettré, réservée à quelques studiosi, les débats philosophiques.

À l’école de Naples. Docta Neapolis

  • 83 Columelle, De re rustica, X, 134 ; Martial, Épigrammes, V.78.14.

34Cette autre façon de faire le grec, la version « sérieuse » de l’otium napolitain, transparaît derrière une autre épithète fréquemment accolée à Naples, l’adjectif « docta » : « Naples la savante ». L’emploi de cette expression dans des contextes aussi différents qu’un traité d’agriculture de Columelle ou une épigramme de Martial83 montre qu’il s’agit là d’une sorte de cliché littéraire, qui devient très courant à partir du ier siècle de notre ère, et dont le sens véritable peut ou non être réactivé.

  • 84 Voir Lloyd W. Daly, « Roman Study abroad », AJPh, 71, 1950, pp. 40-58 et E. Valette-Cagnac, dans Du (...)

35Cette épithète fait en particulier référence au fait que Naples dès le premier siècle apr. J.-C. apparut pour les Romains comme un lieu de formation. Comme l’a montré W. Daly84, le traditionnel « voyage d’études » en Grèce (Athènes, Rhodes, l’Asie Mineure) qui, à la fin de la République, achevait la formation rhétorique et philosophique de tout jeune aristocrate désireux de faire carrière, tend sous l’Empire à être moins fréquent. Désormais la jeunesse reste à Rome ou bien fait un détour par Naples pour y suivre l’enseignement de professeurs « grecs » réputés : rhéteurs, poètes, philosophes.

  • 85 Stace, Silves, V.3.145-177.
  • 86 Stace, Silves, V.3.146-161.

36Grâce aux Silves de Stace, l’on connaît un peu la carrière d’un de ces maîtres établis à Naples : le père du poète était né à Velia mais il passa toute sa vie à Naples où il exerça son métier de grammairien. Une partie importante de sa clientèle était composée de jeunes Romains qui, précise Stace, venaient y apprendre « les mœurs et les actions des Anciens (mores et facta priorum)85 ». À des fins pédagogiques, le grammairien avait traduit Homère en prose et en latin, et dans son programme d’éducation figurait tout ce qui pour un Romain d’époque impériale était jugé digne d’être connu dans la poésie grecque : l’Iliade et l’Odyssée bien sûr, mais aussi Hésiode, Theognis, Pindare, Ibycus, Alcman, Stesichorus, Sappho et la poésie alexandrine (Callimaque, Lycophron, Sophron, Corinna…)86. Ce programme éclectique présentant un panorama complet de la poésie grecque est très caractéristique de la conception romaine de la culture et Naples, en tant que conservatoire de grécité, semble le lieu tout indiqué pour incorporer tous les monuments des litterae graecae.

  • 87 D’Arms, 2003, pp.141-142, évoque les noms et cursus de quelques uns des « professionnels de la cult (...)
  • 88 Aulu-Gelle, Nuits Attiques, IX.15.2 : « Atque ibi erat adulescens tunc quispiam ex ditioribus cum u (...)
  • 89 Le texte de Cicéron est commenté in Dupont et Valette-Cagnac (éds.), 2005, pp. 48-52.

37D’autres témoignages87 confirment cette conception de Naples comme lieu privilégié de formation. On connaît les liens attachant Virgile à Naples depuis sa prime jeunesse. C’est là que le poète vient étudier l’épicurisme avec Philodème et Syrus. Là aussi que Sénèque suit l’enseignement de Métronax. Beaucoup plus tard, Aulu-Gelle, séjournant un été à Naples en 140, y rencontre un jeune Romain étudiant avec des maîtres qui lui enseignent dans les deux langues (utriusque linguae magistris) de quoi se préparer à entreprendre une carrière dans les tribunaux de Rome88. Naples en ce milieu de deuxième siècle apparaît donc comme un lieu d’entraînement à la pratique oratoire, une sorte d’antichambre des tribunaux romains ; le séjour de ce jeune homme joue manifestement le même rôle que le voyage d’études qu’accomplit Cicéron dans toute la Grèce avant de rentrer à Rome fortifié et la voix affermie89.

  • 90 Un chapitre entier du livre de D’Arms (2003, pp. 140-149) est ainsi consacré aux « studiosi », les (...)
  • 91 Silius Italicus, Punica, XII.31-32 : « Nunc molles urbi ritus atque hospita Musis/Otia et exemptum (...)
  • 92 Exemples d’écrivains ayant écrit à Naples in D’Arms, 2003, p. 145.
  • 93 Voir par exemple le Satiricon de Pétrone.

38Cette ambiance studieuse, la présence de tous ces « professionnels de la culture » aurait été propice à la constitution de « cercles lettrés », les fameux « studiosi », à l’élaboration de la pensée épicurienne notamment et à la création littéraire90. De nombreux critiques modernes soulignent ainsi la fréquence des ouvrages latins composés à Naples. On pense évidemment aux Géorgiques de Virgile, mais aussi un siècle plus tard, aux Punica de Silius Italicus, aux Silves de Stace… S’appuyant sur un passage des Punica précisément, qui évoque le rapport étroit unissant Naples, les Muses et l’otium studiosum91, ils en déduisent que ces écrivains trouvèrent à Naples « un lieu d’inspiration » et « un cadre idéal pour s’adonner à l’écriture92 ». Ce qui est vrai, c’est qu’à l’époque impériale plusieurs fictions installent à Naples leur contexte d’énonciation93. Ces mises en scène font-elles réellement référence au lieu où se trouve l’écrivain quand il écrit ? Ou bien ont-elles simplement pour fonction d’introduire une fiction littéraire et par conséquent de créer un contexte d’énonciation grec, nécessaire à leur réception ?

  • 94 De même, à partir du iie siècle de notre ère surtout, lorsqu’un écrivain écrit une œuvre en grec (o (...)

39La seconde hypothèse est plus probable, car conforme aux habitudes « romaines » d’écriture. Philostrate par exemple introduit sa Galerie de Tableaux en situant l’action à Naples. Avant de décrire une série de tableaux mythologiques grecs, totalement imaginaires, il ancre sa fiction dans un décor, une villa à la grecque dans les environs de Naples, et une situation d’énonciation précise : le fils du propriétaire, qui fréquente les écoles de rhétorique, pose des questions sur le sens des tableaux. Certes, ce prologue napolitain témoigne de l’engouement pour les pinacothèques dans les villae luxueuses de la côte napolitaine et de l’importance prise dans cette ville par les écoles de rhétorique. Mais il contribue aussi à figer Naples dans une grécité artificielle, à usage romain ; sa principale fonction n’est pas de produire un effet de réel ou d’informer le lecteur sur le lieu d’origine des tableaux, mais d’installer la description dans un cadre « grec » qui en permet la réception94.

Voir Naples et mourir : quies et secessus

40L’élément qui explique peut-être le mieux pourquoi Naples sert volontiers de cadre à la littérature, pourquoi aussi il existe un lien spécifique entre cette cité et la philosophie épicurienne, est la constitution de Naples comme lieu utopique, comme cité débarrassée du politique. C’est encore Stace qui sur ce point fournit le témoignage le plus éclairant :

  • 95 Stace, Silves, III.5.85-88 :« Pax secura locis et desidis otia vitaeet numquam turbata quies somniq (...)

« Une paix sans inquiétude (pax secura) y règne ; la vie s’écoule dans le loisir et le calme. Le repos n’est jamais troublé et rien n’interrompt le sommeil. Point de fureur sur la place publique (nulla foro rabies) et l’on ne dégaine pas les lois pour entrer en querelle ; les citoyens ne fondent leurs droits que sur la coutume, et la justice règne sans besoin des faisceaux95 ».

  • 96 Citée par F. Dupont, dans Dupont et Valette-Cagnac (dir.), 2005, p. 206.

41Surgit de cette description une bien curieuse ville romaine : sans forum comme espace de discussion et d’affrontements rhétoriques, sans lois ni tribunaux, sans procès ni litiges, sans même aucun des signes du pouvoir romain, elle est comme immobile et plongée dans un sommeil éternel. Stace construit ici la fiction – totalement aberrante pour les Anciens – d’une cité a-politique. Sorte de fabrication en négatif de l’Urbs, Naples apparaît ici comme une anti-cité. Pour reprendre une expression d’Alfred Jarry, on se trouve ici dans un lieu totalement utopique, « en Grèce, c’est-à-dire nulle part96 ».

  • 97 Des raisons politiques et historiques justifient cette image de Naples : en tant que ville liée à R (...)
  • 98 Silius Italicus, Punica, XII.29.
  • 99 Sénèque, Lettres à Lucilius, 68.5 : « Optimum itaque est non jactare otium suum ; jactandi autem ge (...)

42Terre d’accueil97 permettant de trouver la quiétude et la sécurité d’une vie à l’écart du politique, telle est donc aussi la fonction de Naples dans l’imaginaire romain. Ce trait apparaît jusque dans les Punica où Hannibal mouille dans le port de Naples, non, précise Silius Italicus, parce qu’il voulait piller une région prospère, mais parce qu’il était certain de trouver là un endroit sûr (secura portus)98. Mais c’est dans la définition que donne Sénèque de la vie « retirée » (secessus) que se perçoit le mieux ce rôle attribué à Naples : dans la lettre 68, Sénèque évoquant les hommes ayant choisi de vivre à l’écart du monde, cite deux endroits symboliques : Tarente et Naples, deux lieux où « l’on se cache » (se abdidit), où « l’on s’enferme » (inclusus est)99.

  • 100 Sénèque, Lettres à Lucilius, 55.3 : « nulla alia re quam otio notus ».

43Sur cette image de Naples comme lieu de retraite (secessus), la philosophie peut en effet greffer un discours moral sur les méfaits de l’otium, otium qui risque toujours de basculer dans la paresse (ignavia). Un personnage emblématique de cette frontière ténue entre le loisir et la paresse est, chez Sénèque, la figure de P. Servilius Vatia. Préteur en 25 av. J.-C., Vatia choisit en effet de se retirer de façon permanente dans sa villa des environs de Sorrente et pour le philosophe il personnifie en quelque sorte l’otium prolongé100. La désapprobation de Sénèque s’explique évidemment par ses positions philosophiques, mais elle touche de façon beaucoup plus générale à la définition romaine de l’otium et à la nécessité d’alterner dans le temps les périodes d’activité politique (negotium et officia) et les périodes de repos. Naples est le lieu où l’on se repose des fatigues du forum, où même les plus grands personnages ont séjourné, sans que jamais cette cité ne constituât pour eux un exil définitif. S’installer dans un otium permanent signe la mort sociale d’un individu et résider définitivement à Naples, c’est déjà mourir un peu.

44C’est d’ailleurs globalement ce qu’explique Strabon dans un passage de la Géographie, qui décrit la Naples d’époque augustéenne :

  • 101 Strabon, Géographie, 5.4.7 (C 246) : ̓Επιτείνουσι δὲ τὴν ἐν Νεαπόλει διαγωγὴν τὴν ̔Ελληνικὴν οἱ ἐκ (...)

« Le mode de vie à la grecque (en Neapolei diagôgèn tèn hellènikèn) à Naples attire tout particulièrement ceux qui gagnent leur vie en éduquant les jeunes gens et qui se retirent de Rome pour rechercher là la paix et le calme (hèsuchias charin) ou bien encore chez ceux qui, étant donné leur âge avancé ou leur faiblesse (dia gêras è astheneian), aspirent à vivre sans faire d’effort (en anesei zèn). Et certains Romains aussi, se plaisant à cette vie et observant la foule d’hommes, cultivés comme eux, qui ont pris goût à ce mode de vie, y séjournent avec délices et s’y fixent à leur tour101 ».

  • 102 Comme le fait remarquer D’Arms, 2003, p.14, cette peinture correspond à une réalité sociale puisque (...)

45Lieu de retraite pour ceux qui fuient les bruits de Rome, Naples est donc une ville faite pour accueillir trois types de population : les professeurs qui trouveront des clients, les vieillards et les malades qui pourront y vivre au ralenti. Ce portrait savoureux, fait par un Grec originaire d’Apamée, présente, non sans quelque ironie, l’afflux des Romains dans Naples comme une conséquence de l’arrivée dans cette ville des Grecs « érudits », mais il récapitule en même temps ce qui fait les principales caractéristiques de Naples dans l’imaginaire romain : un lieu de formation et de culture, une cité figée dans un irénisme hors du temps, où les institutions et le mode de vie contribuent à créer un espace grec artificiel, mais plaisant, qui exerce une action réparatrice sur ceux qui sont usés par l’âge ou la maladie102. Ce texte écrit en grec ne fait que traduire les trois composantes inséparables qui à Naples forment l’otium à la grecque : eruditio (ou studium), voluptas et quies (ou secessus).

Naples et Baïes : « Grèce incluse » et « Grèce exclue »

  • 103 Sur Baïes comme « symbole », voir Lafon, 2001, pp. 187 sq. et D’Arms, 2003, pp. 52-53.

46Un autre site, très proche de Naples, est également devenu un pôle d’attraction pour l’aristocratie romaine depuis le début du ier siècle av. J.-C. : il s’agit de Baïes. La plupart du temps, ces deux lieux sont associés par les historiens, qui se préoccupent d’abord de décrire et de comprendre la « folie » qui semble s’être emparé des Romains depuis l’époque de Sylla, les conduisant à parsemer les pentes du Vésuve de villae luxueuses. Pourtant, ces deux lieux n’ont manifestement pas dans la culture romaine les mêmes fonctions symboliques103 et il n’est pas inintéressant de s’arrêter un moment sur le statut de Baïes pour mieux saisir, par comparaison, ce qui est en jeu à Naples.

  • 104 C’est en tout cas l’une des étymologies avancées. Chez Strabon (Géographie, V.4.6), le nom de Baïes (...)
  • 105 Lafon, 2001, pp. 194-195.

47L’essor de Baïes est lié aux eaux chaudes. D’ailleurs son nom même fait référence à la pratique des bains104 et dut, tout d’abord, ne s’appliquer qu’à la zone des thermes publics, Baianae. Puis, il désigne le lieu où viennent s’édifier toutes les villae romaines. Mais comme le montre X. Lafon105, le statut administratif de cette zone reste mal déterminé : rattachée à Cumes, Baïes n’est pas une cité et cette particularité constitue un premier élément distinctif par rapport à Naples.

  • 106 Cet enjeu idéologique se perçoit très bien lorsqu’on lit les lettres de Cicéron ; son obsession à a (...)
  • 107 Cette absence de passé est évidemment un effet de discours. Les sources archéologiques montrent que (...)

48La possession d’une villa dans cet endroit et l’étalage d’un luxe outrancier participent d’une stratégie de surenchère qui caractérise les rapports sociaux entre nobiles romains : dès l’époque de Cicéron, Baïes est l’enjeu de rivalités politiques entre les tenants de l’ancienne aristocratie qui considèrent ce lieu comme un fief réservé et les hommes nouveaux qui, comme Cicéron, veulent marquer leur accès aux honneurs en s’y installant106. Baïes et sa région sont donc les lieux les plus romains qui soient. Lieu sans histoire, sans passé107, Baïes doit son existence à l’installation des Romains sur ses rives. Et pourtant la lecture des textes anciens montre que dès l’époque de Cicéron, Baïes a d’emblée servi à cristalliser toutes les critiques associées à la vie à la grecque. Lieu de dépravation, Baïes sert de repoussoir ou plutôt elle sert, de l’intérieur de la culture romaine, à produire un discours sur la Grèce exclue, celle qui est associée à toutes les corruptions morales et tous les vices (vitia).

  • 108 Voir tout récemment John Henderson, Morals and Villas in Seneca’s Letters. Places to dwell, Cambrid (...)
  • 109 Strabon (Géographie, V.4.7) remarque d’ailleurs que Naples possède « des écoulements d’eaux thermal (...)

49Ce lieu commun des turpitudes associées à Baïes, que l’on retrouve aussi bien dans la topique des discours de Cicéron que dans les lettres de Sénèque est bien connu108. Il n’est pas inutile d’y revenir cependant, car c’est quand il est opposé au discours positif sur l’otium napolitain qu’il prend tout son sens. En effet, la différence de statut entre ces deux lieux montre qu’on est bien dans l’imaginaire et dans le symbolique. Naples et Baïes sont géographiquement très proches109, s’y trouvent pratiquées dans l’une comme dans l’autre, les mêmes activités liées à l’otium à la grecque, ce sont les mêmes aristocrates qui, ici et là, dans une volonté d’émulation entre Romains, construisent des villae luxueuses donnant sur la mer, et pourtant, dans un cas, on n’a rien à craindre, dans l’autre tout à perdre (et surtout sa vertu !).

  • 110 Voir Silius Italicus, Punica, XII.33 et Tite-Live, XXIII.1.
  • 111 Voir Henderson, 2004, p. 33, parlant de Baïes : « This drunken, partying, cacophonous shoreline sap (...)

50Ainsi tandis que, dans le discours des historiens et des poètes épiques, Naples peut s’enorgueillir d’avoir vaillamment résisté aux assauts d’Hannibal, le « vainqueur de Cannes »110, Baïes est présentée par Sénèque comme le lieu qui, par son atmosphère molle et lascive, a « perdu » le chef de Carthage111. Tandis que Naples est réputée pour ses écoles, ses théâtres et la douceur de ses rivages, Baïes est connue pour ses bains, ses femmes faciles et la déliquescence de son climat. Naples cristallise toutes les qualités et tout le prestige associés à la Grèce, tandis que Baïes en concentre toutes les valeurs négatives, permettant et justifiant ainsi toutes les attaques contre la luxuria privata.

  • 112 Voir Lettres à Lucilius, 51.11. Il est évidemment impensable d’imaginer Caton habitant en ces lieux (...)
  • 113 Sénèque, Lettres à Lucilius, 51.1 : « Tu istic habes Aetnam, editum illum ac nobilissimum Siciliae (...)
  • 114 Sénèque, Lettres à Lucilius, 51. 2.
  • 115 Sur la symbolique des lieux grecs et notamment la différence entre la Grèce attique et la Grèce d’A (...)

51C’est probablement chez Sénèque que l’on perçoit le mieux cette fabrication d’un discours de l’altérité exclue. Dans la Lettre 51, Sénèque rappelle ainsi qu’aucun des personnages exemplaires de la République romaine, aucun de ceux qui personnifient la romanité, n’a résidé à Baïes112. Il confie aussi à Lucilius que, n’ayant pu résider près de l’Etna, « l’unique, la très illustre montagne de Sicile », il avait dû « se contenter de Baïes, lieu à fuir […], parce que c’est le rendez-vous que le plaisir s’est choisi »113. Cette opposition entre Baïes, construite sur les pentes du Vésuve, et l’Etna est très significative de cette géographie symbolique où des lieux en apparence très semblables – deux volcans italiens en pays « grec » – sont affectés de valeurs radicalement opposées. Baïes, poursuit-il, parce qu’elle est « étrangère aux bonnes mœurs » (alienam bonis moribus), ne convient pas « au sage » (sapiens vir)114. Et dans le paragraphe suivant, Sénèque précise que « s’il songeait à se retirer » (secessu cogitans), jamais il ne choisirait Baïes, qui tout comme Canope – petit port près d’Alexandrie, lieu grec « oriental » dont l’altérité est donc maximale115– est devenue l’« auberge de tous les vices » (deversorium vitiorum) :

  • 116 Sénèque, Lettres à Lucilius, 51.3 : « Illic sibi plurimum luxuria permittit, illic, tamquam aliqua (...)

« C’est là que le luxe (luxuria) se permet tout, là qu’il se désentrave le plus, comme si la licentia était due à cette contrée116 ».

52Curieux renversement dans lequel Rome est devenue comme inféodée à une cité campanienne : cette image politique forte, d’un tribut de « laisser aller » acquitté à Naples, renvoie au passé de la Campanie, liée par foedus à Rome et fait en même temps allusion à l’évolution plus récente, qui a permis à ces régions d’être incluses dans la civitas romana et d’attirer une forte proportion de citoyens romains aisés qui y ont englouti des fortunes. Le mot licentia, à double entrée, permet une allusion politique, économique et morale à la fois : c’est en effet un terme traditionnellement associé à la Grèce pour dénoncer une « licence morale », terme ici prêté aux Romains, qui l’ont en quelque sorte « échangée » contre la libertas accordée aux cités grecques. Suit la description de cette licence à la grecque, où se lisent tous les abus des plaisirs et qui, du point de vue de la morale stoïcienne, dénotent une absence totale de contrôle de soi :

  • 117 Sénèque, Lettres à Lucilius, 51.4 : « Videre ebrios per litora errantes et comessationes navigantiu (...)

« Voir des gens ivres errer le long des rivages, les banquets à la grecque (commesationes) de ceux qui se promènent en bateau, des lacs bruissant de chants et de musiques, et d’autres plaisirs encore qu’un luxe effréné, affranchi de toute loi, non seulement autorise mais même affiche en public, est-ce bien nécessaire117 ? »

  • 118 Lettres à Lucilius, 51.13.
  • 119 Sur cette notion de « Grèce exclue », voir la conclusion de F. Dupont, dans Dupont et Valette-Cagna (...)

53À cette licentia vicieuse, le moraliste oppose la recherche de la libertas, cette liberté qui affranchit le corps et l’âme de la poursuite des plaisirs118. Cette posture de condamnation des plaisirs à la grecque tient ici au « genre littéraire » (ces lettres ont pour fonction la direction morale de Lucilius) et dans cette « posture », le choix de Baïes va de soi. Ce lieu, plus romain encore que Naples, permet donc paradoxalement de construire le discours de la « Grèce exclue » 119.

Un terrain d’expérimentation et un « sas culturel » : des Jeux augustéens aux « fantaisies grecques » de Néron

54Espace de loisir cultivé, lieu de retraite permettant d’échapper aux soucis de la vie politique, lieu fictif où toutes les activités à la grecque échappent au contrôle social, Naples est tout cela à la fois. Mais cette cité peut également être utilisée comme terrain d’expérimentation pour créer des institutions « grecques ». Deux exemples montrent la façon dont Naples a effectivement servi de cadre pour donner naissance à des pratiques qui sont marquées comme grecques, et qui sont même chargées d’une forte altérité, puisqu’elles font référence à la Grèce externe à Rome (Olympie, les royaumes hellénistiques…). Créées et en quelque sorte « testées » à Naples, ces pratiques seront ensuite introduites à Rome ou dans d’autres lieux de l’imperium, où elles seront toujours marquées comme « grecques », tout en faisant désormais partie de la culture romaine.

  • 120 Sur la date de création des Augustalia et la controverse suscitée par les sources, voir Arnold, 196 (...)
  • 121 Les modernes parlent des « Jeux de Naples », comme ils parlent des « Jeux Olympiques ou Isthmiques  (...)
  • 122 I.G. XIV.748 et Dion Cassius, 55.10.9.
  • 123 Strabon, Géographie, V.246C.
  • 124 Selon D’Arms, 2003, p. 68, ce conservatisme s’explique par le prestige culturel des jeux panhelléni (...)

55Le premier exemple est la création à Naples de concours athlétiques et musicaux sur le modèle grec. En 2 apr. J.-C.120, sont en effet créés à Naples des Jeux121 en l’honneur d’Auguste qui viennent se substituer aux jeux annuels donnés en l’honneur de Parthenope. Le nom même de ces jeux, les Italica Romaea Sebasta Isolympia122 (avec l’emploi du neutre, à la grecque), affiche leur caractère à la fois grec et romain, et leur volonté d’égaler les grands concours panhelléniques ; ce qu’atteste d’ailleurs un passage de Strabon qui les juge « capables de concurrencer les compétitions (agônes) les plus célèbres que le monde grec puisse offrir »123. Tant par leur contenu (les épreuves qu’ils comportent) que dans leur aspect formel (leur nom, leur règlement, l’affichage des vainqueurs, le recrutement des athlètes…), les Sebasta (ou Augustalia) prennent manifestement pour modèle les grands festivals panhelléniques du monde grec classique et contribuent à en perpétuer les formes traditionnelles124.

  • 125 Pour le détail des épreuves, voir Arnold, 1960, p. 247.
  • 126 Arnold 1960. Au lieu de centrer son étude sur les réactions de rejet, les critiques que ces agônes (...)
  • 127 Arnold, 1960, p. 247, explique à ce propos que l’adjectif « Isolympia » ne fait pas directement all (...)
  • 128 Outre les Sebasta de Naples et les Capitolia de Rome, on peut encore citer les Eusebeia, à Pouzzole (...)

56De nombreux détails rappellent au public qu’il assiste à un spectacle « grec ». L’empereur y est habillé à la grecque. Toutes les épreuves sportives – dont la liste figure d’ailleurs dans un décret émanant du conseil local de Naples, trouvé à Olympie – reprennent les disciplines canoniques des grands concours panhelléniques du monde grec : épreuves d’athlétisme, d’équitation125. Un article de I.R. Arnold126 montre bien l’importance de ces jeux, leur succès auprès du public et surtout leur rôle dans le processus d’introduction des concours gymniques dans le monde romain. Conçus pour être de véritables répliques des Jeux Olympiques127, ces agônes ont finalement comporté peu d’innovations, mais ils ont rapidement fait partie des Jeux grecs les plus importants128 sous l’Empire, précédant et permettant ultérieurement la création des Capitolia à Rome (institués par Domitien en 86 apr. J.C.).

  • 129 C’est probablement lors des jeux de 18 apr. J.-C. que fut ajoutée cette seconde partie, comprenant (...)
  • 130 Sur l’origine des concurrents, voir Leiwo, 1994, pp. 46-48. Il note que deux compétitions étaient t (...)
  • 131 Arnold, 1960, note même dans ces jeux une « influence grecque croissante ».
  • 132 Voir sur ces inscriptions les intéressantes analyses de Leiwo, 1994, pp. 46 sq. Il précise que ces (...)

57Quant à la partie proprement musicale des concours, celle qui fut instituée dans un second temps, après la mort d’Auguste129, elle imite plutôt d’autres concours du monde grec, les Néméennes et les Pythiques notamment, puisqu’elle comprend des compétitions musicales et théâtrales, dans lesquelles s’affrontent de nombreux concurrents venant de tout le monde grec130 avec des poèmes en langue grecque et des instruments de musique grecs. Loin d’être romanisés, ces « jeux » semblent au contraire accumuler au cours du temps131 les marques de grécité : les listes des vainqueurs et des prix qui leur sont attribués, affichées dans tous les lieux publics de Naples, sont rédigées en grec dans un style clairement imité des listes olympiques132, les couronnes venant récompenser les athlètes et les poètes, semblent faire de Naples, pour le temps du festival, une seconde « Olympie ».

  • 133 Suétone, Auguste, 98.9. Voir aussi Velleius Paterculus, II.123.1 et Dion Cassius, 56.29.2.
  • 134 Suétone, Claude, 11.

58En même temps, ces jeux ne prennent sens qu’à travers la personne de l’empereur, qui en est le véritable destinataire et qui les honore de sa présence. Peu de jours avant sa mort et déjà souffrant, Auguste se déplace pourtant jusqu’à Naples depuis sa retraite de Caprée et suit jusqu’au bout (perspectavit) les jeux quinquennaux institués en son honneur (« tamen et quinquennale certamen gymnicum honori suo institutum perspectavit »)133. Plus tard, en 42 apr. J.-C., l’empereur Claude choisit de rendre hommage à son frère Germanicus en se présentant aux Jeux de Naples avec une comédie en langue grecque écrite par celui-ci. Suétone134 raconte que l’empereur remporta le concours et sortit de l’épreuve couronné.

  • 135 Neapolis, 1986, p. 226. Elle parle du mythe de Naples comme « cité de l’art et de la liberté », myt (...)

59Pour Ida Baldassare135, les Jeux de Naples s’inscrivent plus largement dans la politique augustéenne, pour laquelle l’unique fonction de la cité aurait été de servir d’avant-poste et de gardien de la grécité.

  • 136 Sur Néron et ses performances théâtrales, voir Cizek, 1982, pp. 47 et 124 sq.

60Mais c’est probablement le deuxième exemple, celui des « fantaisies grecques » de Néron136 qui met le mieux en valeur le rôle de Naples comme « sas culturel » et lieu d’expérimentation. En effet, c’est la ville de Naples que l’empereur choisit pour sa première apparition en public en tant que chanteur. Cet épisode nous est rapporté par Suétone :

  • 137 Suétone, Vie de Néron, 20.1-3.

« […] charmé de ses progrès, quoique sa voix fût grêle et sourde, il brûla de se produire sur la scène, et répétait constamment à ses familiers le proverbe grec : « De musique cachée on ne fait point de cas ». Ce fut à Naples qu’il débuta et quoiqu’un tremblement de terre eût tout à coup ébranlé le théâtre, il ne cessa de chanter qu’après avoir terminé son morceau. Il s’y fit entendre maintes fois et pendant plusieurs jours137 ».

  • 138 Voir Suétone, Vie de Néron, 20. Sur les Augustians, Jean-Louis Mourgue, « Les Augustians et l’expér (...)

61Le succès remporté par Néron et les applaudissements qu’il reçut de la part d’Alexandrins récemment débarqués à Naples sont même à l’origine, selon Suétone, de la création des Augustians138, cette claque constituée de jeunes issus de la noblesse équestre et de robustes plébéiens, qui sera amenée à jouer un rôle important dans les performances néroniennes.

62Mais c’est un passage des Annales de Tacite qui explique le mieux le choix de Naples dans la stratégie néronienne :

  • 139 Tacite, Annales, XV.33.1-2.137. Suétone, Vie de Néron, 20.1-3.

« N’osant toutefois pas débuter à Rome (non tamen Romae incipere ausus), il choisit Naples en qualité de ville grecque (Neapolim quasi graecam urbem delegit). Il y ferait ses débuts, pour passer ensuite en Achaïe où il obtiendrait les fameuses couronnes que l’Antiquité a consacrées et d’où il reviendrait avec une réputation accrue (majore fama)139 ».

  • 140 Dans un tout autre contexte, un passage de Tite-Live (XXXV.16) rapportant le fameux discours pronon (...)
  • 141 Voir Suétone, Vie de Néron, 21.1 : « Comme il tenait beaucoup à chanter même à Rome, il recommença (...)

63Ce texte a suscité de nombreux commentaires en raison de cette étrange définition de Naples140 : « quasi graeca Vrbs ». Quel est le sens de cette expression ? Une ville « presque grecque » ? qui a « les qualités d’une ville grecque » ? Tacite fait-il référence aux origines de Naples, à sa fondation par des habitants de Cumes ? ou bien fait-il allusion à la population grecque qui vivait dans cette cité à son époque ? En réalité, le contexte dans lequel est insérée cette expression montre bien qu’elle n’a pas seulement un sens ethnique, mais catégoriel ; elle est ici une véritable affirmation identitaire, justifiant le choix de Néron. À travers l’usage de l’adverbe quasi, Tacite révèle en même temps le caractère hybride de la ville de Naples, sa position d’entre deux. Grecque par ses origines, mais surtout par le statut qu’elle a dans l’imaginaire romain, Naples est aussi romaine par son intégration à la civitas romana et cette cité joue clairement ici le rôle d’un espace de transition. Dans le parcours de Néron, elle est présentée comme une étape indispensable avant sa venue à Rome, mais en sens inverse elle est aussi une sorte d’antichambre de la « vraie Grèce », l’Achaïe, qui seule peut procurer au princeps la renommée qu’il attend et d’où Néron veut revenir en triomphateur141.

64Car l’histoire ne s’arrête pas là. À son retour de Grèce en 67, l’empereur Néron repasse en effet par Naples avant d’entrer à Rome. Là encore, il s’agit d’une répétition générale, mais cette fois, pour préparer le triomphe qui doit célébrer ses victoires aux Jeux Olympiques et aux Jeux Isthmiques. Se souvenant qu’il avait fait ses débuts à Naples, raconte Suétone, Néron revient dans la ville « où il avait pour la première fois produit ses talents (in ea primum artem protulerat) » :

  • 142 Suétone, Vie de Néron, 25.1.

« Revenu de Grèce à Naples, […] Néron < y> fit son entrée sur un char attelé de chevaux blancs, par une brèche ouverte dans la muraille, comme c’est l’usage pour les vainqueurs des jeux sacrés (ut mos hieronicarum) ; il entra de même à Antium, puis dans sa propriété d’Albe, ensuite à Rome142 ».

  • 143 Cet argument n’est d’ailleurs pas recevable puisque d’après Cizek (1982, p. 158), Néron regagna dir (...)
  • 144 Voir Suétone, Vie de Néron, 25.

65Certes les esprits positivistes rétorqueront que Néron ne fait là qu’emprunter la route la plus directe pour aller de Grèce à Rome143 ! Mais le rappel des débuts de l’empereur, joint à cette progression par étapes où Néron accomplit plusieurs fois les mêmes gestes avant d’arriver à destination, soulignent bien le rôle de médiation joué par cette étape napolitaine destinée à préparer, à permettre l’introduction dans Rome d’un nouveau type de triomphe dans lequel Néron accumule tous les signes de grécité (port de la chlamyde, de la couronne olympique et de la couronne pythique, procession qui s’achève au temple d’Apollon, dieu des citharèdes144). Ce rituel perverti, ce triomphe apollinien est en tout cas radicalement nouveau et ne pouvait investir Rome sans médiation. Dans ce processus graduel, Naples occupe clairement une position de « sas ».

Archias et la prêtresse de Cérès : des Grecs « déjà romains »

66Naples, par sa « nature grecque » et sa proximité avec Rome, participe ainsi à différents montages permettant d’articuler ce qui dans la culture romaine est conçu comme à la fois grec et romain.

  • 145 Sur le culte « grec » et plus particulièrement le culte de Cérès, voir Scheid, 2005, pp. 93-94, cit (...)
  • 146 Sur les détails de ce culte, voir Scheid, 2005, p. 93.
  • 147 Cicéron, texte cité note 148 et Valère Maxime, Faits et dits mémorables, I.1.1.
  • 148 Cicéron, Pro Balbo, 24.55. Voir Scheid, 2005, p. 94 et note 28.

67L’exemple le plus caractéristique de ce type de montage est lié à l’histoire du culte de Cérès. Cette divinité illustre l’une des catégories les plus complexes et les plus ambiguës de la religion romaine : les cultes de rite grec. Comme l’a bien montré John Scheid145, « certains des cultes classés sous cette rubrique n’étaient pas directement d’origine grecque », mais quelques éléments se référant de façon très vague à un « contexte grec » les chargeaient d’ambiguïté et d’altérité. C’est le cas par exemple de l’Hercule romain, célébré selon le rite grec. Mais c’est aussi le cas de Cérès, qui au cours du iie siècle subit un processus d’hellénisation tardif. À côté du culte ancien, célébré lors des fêtes traditionnelles des Cerealia, furent en effet adjoints des graeca sacra Cereris. Si ce nouveau culte fut célébré dans le même temple que les cultes traditionnels, les prescriptions rituelles en étaient différentes146, et surtout il requit, à partir du iiie siècle, une prêtresse publique étrangère. Or, selon les témoignages littéraires147, les candidates étaient toutes originaires de Vélia ou de Naples, deux villes liées à Rome par un traité et qui à cette époque ne possédaient pas encore le droit de cité romain. Pourtant, explique Cicéron, on jugea nécessaire que la première prêtresse de Cérès reçût la citoyenneté romaine par la loi, « afin qu’elle fût capable, de prier les dieux grâce à un savoir étranger et venu d’ailleurs » (scientia peregrina et externa) mais « avec un esprit romain et civique » (mente domestica et civili)148.

68Cette volonté de concilier dans la même personne et dans le même rite ce qui est radicalement étranger (peregrinus/externus) et ce qui fait l’identité de Rome (domesticus/civilis), l’autre et le même, le dehors et le dedans, montre bien toute la complexité des cultes « de rite grec ». Or, l’utilisation de la prêtresse napolitaine dans ce montage est tout sauf l’effet d’un hasard. Cet usage fait apparaître une nouvelle fonction de Naples dans l’imaginaire romain : la désignation et le marquage d’un lieu permettant de conjuguer grécité et romanité. Ce dont Stace témoigne d’ailleurs dans un passage des Silves :

  • 149 Cette allusion à Ménandre n’est pas très claire. Il est probable qu’elle fasse référence à un clich (...)
  • 150 Stace, Silves, III.5.93-94 : « Quid laudem litus libertatemque Menandri/quam Romanus honos et Graia (...)

« À quoi bon louer ce rivage et cette liberté chère à Ménandre149, où s’allient la dignité romaine et la fantaisie grecque150 ? »

69Même si le contexte et les termes de l’opposition sont radicalement différents, Stace comme Cicéron présentent Naples comme un lieu d’intersection, de croisement entre la Grèce et Rome, un lieu où se combinent harmonieusement les valeurs spécifiquement associées aux anciens Grecs (Grai) – les deux facettes de la liberté, libertas et licentia, et les connaissances techniques, scientia – et celles qui sont attribuables aux Romains – l’honneur (honos) et l’esprit (mens).

70Un autre exemple emprunté cette fois au domaine juridique et au problème posé par l’accès à la citoyenneté illustre le même type de phénomène.

  • 151 Cicéron, Pro Archia, 3.4-6.
  • 152 Cicéron, Pro Archia, 4.10.

71Dans le discours que Cicéron prononça pour défendre le poète grec Archias, se trouvent les quelques éléments de biographie nécessaires pour comprendre son itinéraire151 : né à Antioche, en Asie Mineure, ce jeune Grec est d’abord instruit dans toutes les disciplines qui font l’homme cultivé ; puis quand il se déplace dans toute la Grèce et en Asie, il déplace les foules. L’Italie, précise Cicéron, était « alors pleine des arts et des sciences de la Grèce ». Aussi, lorsque Archias, à la fin du iie siècle, débarque en Grande Grèce, les habitants de Tarente, de Regium, et de Naples lui octroient le droit de cité parmi d’autres récompenses en usage152. Archias fait alors partie de ces « citoyens en plus » (adscripti) à qui la Lex Plautia Papiria prévoyait en 90 d’accorder la citoyenneté romaine à condition qu’ils fussent domiciliés en Italie et qu’ils se présentassent au préteur urbain dans les soixante jours. Pourtant en 62, Archias, au nom de la lex Papia (votée en 65 pour lutter contre les inscriptions frauduleuses des étrangers), est accusé d’avoir usurpé le titre de citoyen romain. En effet, les archives d’Héraclée ont brûlé et il ne peut prouver qu’il a fait sa déclaration au préteur dans les règles. Cicéron montre pourtant que son client fut reçu dans les meilleures familles de Rome, qu’une profonde amitié se scella entre lui et Lucullus, amitié qui était due à la fois « à son talent et à sa culture littéraire » et « à son caractère et sa vertu », c’est à dire à une combinaison de qualités grecques et de qualités romaines.

  • 153 Deniaux, 1981, analyse le parcours de trois notables grecs ayant obtenu la citoyenneté de Naples (P (...)

72Encore une fois, Naples constitue une sorte de sas dans cette histoire. Archias n’est pas directement arrivé de Grèce. Le droit romain, par les dispositions de la Lex Plautia, reconnaissait le caractère intégrateur du passage par une cité de Grande Grèce pour accéder à la citoyenneté romaine. Plusieurs autres cas récemment analysés par E. Deniaux153 montrent le même processus : Naples est une cité qui dans le droit romain se situe entre la Grèce et Rome et l’accès à la citoyenneté de Naples est manifestement conçue comme une voie d’accès privilégiée pour les Grecs voulant devenir romains, car les Napolitains sont perçus comme des Grecs « presque romains ».

73Naples permet donc d’articuler étroitement la Grèce interne (ou incluse) et la Grèce externe. Tantôt l’existence de Naples permet de sortir, de projeter à l’extérieur de Rome des activités romaines pensées comme grecques – les banquets, l’otium cultivé, les bains, les gymnases et de s’y consacrer totalement tout en échappant à la censure sociale. Tantôt Naples fonctionne comme une sorte de « sas culturel », d’espace de transition permettant de transformer des pratiques qui appartiennent à la Grèce externe (les concours – agones –, les performances théâtrales impériales et les applaudissements qui les accompagnent, le triomphe à la grecque) avant de les introduire dans Rome. Enfin, la référence à Naples permet aussi éventuellement d’helléniser, a posteriori, un culte ou une pratique déjà romaine depuis longtemps, comme le culte de Cérès.

74En termes d’espace, la Naples romaine n’est donc pas exactement comme tous ces lieux qui n’en sont pas, ces espaces artificiellement fabriqués : l’Amérique de Disney à Marne la Vallée, le Moyen Âge à Provins, la chouannerie au Puy du Fou… Même s’il existe dans la Naples d’époque romaine quelque chose qui est de l’ordre de la folklorisation et de l’exploitation volontaire du passé d’une ville, cette cité assume dans la culture romaine plusieurs fonctions essentielles. Naples apparaît comme une sorte de laboratoire d’expérimentation pour vivre « à la grecque » dans un espace-temps artificiel entièrement voué à l’otium, ou pour introduire à Rome des pratiques nouvelles pensées comme grecques, mais aussi comme un « réservoir de grécité », permettant d’avoir à portée de main des « Grecs » (qui sont en même temps citoyens de Rome) nécessaires à l’éducation des jeunes membres de l’aristocratie romaine ou à la pratique de cultes à la fois grecs et romains.

75Naples est aussi un lieu de peregrinatio, plus facilement accessible que la vraie Grèce, l’Achaïe, un lieu sur lequel les Romains peuvent plaquer et inventer tout ce qui, pour eux, est positivement associé à la Grèce : les monuments d’un passé prestigieux, la revendication politique d’autonomie d’une cité fière de ses origines, un lieu d’asile, loin des troubles et des conflits, susceptible d’accueillir les réfugiés politiques comme les « studiosi », enfin une langue et une culture, artificiellement figées, dans une sorte d’idéal hors du temps.

76Ce rôle attribué à Naples passe par la restauration romaine des cultes locaux, par la conservation de la langue et des institutions les plus symboliques, auxquelles s’ajoutent l’adoption de coutumes grecques ou pensées comme grecques, l’usage exclusif de noms grecs pour désigner la cité et ce qui s’y rapporte, mais aussi par la fabrication d’une histoire ancienne et prestigieuse où se croisent les personnages mythiques les plus emblématiques de la Grèce des Romains et où sont affirmés les liens qui ont toujours uni la cité avec Rome, et enfin par la création de lieux de mémoire qui enracinent et justifient ces mythes. Ces lieux de mémoire seront ensuite récupérés par les Romains (comme Virgile), non pour les « romaniser » mais pour au contraire en prolonger la signification et le caractère « grecs ».

77Naples permet donc tout un jeu culturel entre le dedans et le dehors, le déjà grec et le pas encore grec ; cette cité permet de penser les frontières entre « grec » et « romain » et d’articuler ces notions de façon très complexe. Naples matérialise, dans la géographie, sur le sol même de l’Italie, ce qu’est pour les Romains « l’altérité incluse » : une enclave de grécité à l’intérieur même de la culture romaine.

Bibliographie

Arnold 1960 : Irene Ringwood Arnold, « Agonistic Festivals in Italy and Sicily », American Journal of Archaeology, 1960, LXIV, pp. 245-251.

Beloch 1989 : Julius Beloch, Campania. Storia e topografia della Napoli antica e dei suoi dintorni, Bibliopolis, Naples, 1989 (trad. de Campanien : Geschichte und Topographie des antiken Neapel und seiner Umgebung, Breslau, 1890).

Biville 1993 : Frédérique Biville, « Grec des Romains ou latin des Grecs ? Ambiguïté de quelques processus néologiques dans la koiné », dans C. Brixhe (éd.), La koiné grecque antique : I. une langue introuvable ?, Nancy, P.U.N., 1993, pp. 129-140.

Bowersock 1965 : Glen Warren Bowersock, Augustus and the Greek World, Oxford, Clarendon Press, 1965.

Cazanove 1994 : Olivier de Cazanove et Claude Moatti, L’Italie romaine d’Hannibal à César, Armand Colin, 1994.

Cizek 1982 : Eugen Cizek, Néron, Paris, Fayard, 1982.

D’Arms 2003 : John H. D’Arms, Romans on the Bay of Naples and Other Essays on Roman Campania, Edipuglia, Bari, 2003.

David 1994 : Jean-Michel David, La Romanisation de l’Italie, Paris, Aubier, 1994.

De Caro 1981 : Stefano De Caro, Angela Greco, Campania, Guide archeologiche Laterza, Roma-Bari, 1981.

De Caro 1996 : Stefano de Caro, The National Archaelogical Museum of Naples, Electa Napoli, 1996.

Deniaux 1981 : Elisabeth Deniaux, « Civitate donati. Naples, Héraclée, Côme », Ktèma, VI, 1981, pp. 133-141.

Dupont et Eloi 2001 : Florence Dupont et Thierry Eloi, L’érotisme masculin dans la Rome antique, Paris, Belin, 2001.

Dupont et Valette-Cagnac 2005 : Florence Dupont et Emmanuelle Valette-Cagnac (éds.), Façons de parler grec à Rome, Paris, Belin, 2005.

Geer 1935 : R. M. Geer, « The greek Games at Naples », TAPA, 66, 1935.

Ghinatti 1967 : Franco Ghinatti, « Ricerche sui culti greci di Napoli in età romana imperiale », Atene e Roma, XII, 1967, pp. 97-109.

Goldhill 2001 : Simon Goldhill (ed.), Being Greek under Rome. Cultural identity, the Second Sophistic and the Development of Empire, Cambridge University Press, 2001.

Henderson 2004 : John Henderson, Morals and Villas in Seneca’s Letters. Places to dwell, Cambridge, 2004.

Kaimio 1979 : Jorge Kaimio, The Romans and the Greek Language (Comm. Hum. Litt., 64), Helsinki, 1979.

Lafon 2001 : Xavier Lafon, Villa Maritima. Recherches sur les villas littorales de l’Italie romaine, École Française de Rome, 2001.

Leiwo 1994 : Martti Leiwo, Neapolitana. A study of Population and Language in Graeco-Roman Naples, Societas Scientiarum Fennica (Commentationes Humanarum Litterarum, 102), Helsinki, 1994.

Miranda 1990 : E. Miranda, Iscrizioni greche d’Italia, Napoli. I, Rome, 1990.

Neapolis 1986 : Neapolis. Atti del venticinquesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 3-7 ottobre 1985, Istituto per la storia e l’archeologia della Magna Grecia, Taranto, 1986.

Pinsent 1969 : John Pinsent, « The magistracy at Naples » (La) Parola del Passato, Napoli, XXIV, 1969, pp. 368-372.

Scheid 2005 : John Scheid, Quand faire c’est croire. Les rites sacrificiels des Romains, Aubier, 2005.

Valette-Cagnac 2003 : Emmanuelle Valette-Cagnac, « Plus grec que le grec des Athéniens. Remar-ques sur le bilinguisme gréco-latin », Mètis, N.S.1, 2003, pp. 149-179.

Vidale 1999 : Nadia Vidale, « Città di Sicilia e Magna Grecia nell’opera di Livio », dans G. Avezzù et E. Pianezzola (edd), Sicilia e Magna Grecia. Spazio reale e spazio immaginario nella letteratura greca e latina (Studi testi documenti, 10, Dipartimento di scienze dell’antichita), Univ. di Padova, 1999, pp. 59-91.

Notes

1 Dans le livre de Jean-Michel David par exemple, consacré à la romanisation et à l’unification progressive de l’Italie, Naples, avec Héraclée, est toujours citée comme une exception. Voir David, 1994, pp. 31-32, 52, 189.

2 Sur le foedus conclu entre Rome et Naples, voir Tite-Live, VIII. 26 et Beloch, 1989, chap. 1 ; David, 1994, p. 52.

3 Ses murs, ses lois restent intacts. Elle conserve presque intégralement son territoire (seule Pithécusses doit être cédée, devenant terre romaine) et garde ses institutions démocratiques : les affaires sont traitées par la boulé et présentées à la délibération de l’assemblée populaire. Ses anciennes magistratures restent en vigueur. En haut de la hiérarchie, se trouvent un ou plusieurs démarques. Des magistratures spécifiques, la laukelarchia et la grammateia, semblent également s’être conservées très tardivement. Les archontes et les hipparques commandent aux forces armées de l’État. Naples doit bien sûr renoncer à son indépendance politique et contribuer à l’effort de guerre romain en fournissant trirèmes et navires pour le transport des troupes, mais ce tribut reste léger comparativement au sort d’autres cités vaincues par Rome. Selon Cicéron (Pro Balbo, 8. 21), le foedus lui était même tellement favorable que lorsqu’en 90 av. J.-C., on proposa à Naples d’entrer dans la citoyenneté romaine, elle hésita longuement avant d’accepter.

4 Un certain nombre de traits rapprochent alors Naples de tous les autres municipes : ses citoyens peuvent voter, et sont inscrits dans la tribu Maecia ; sa population est répartie entre trois ordres : les décurions, les augustales et le populus ; les duumvirs et quattuorvirs exercent la réalité du pouvoir exécutif. En même temps, la cité conserve les noms de ses magistrats (archontes, démarques…) et ses principales institutions grecques. Il y a donc une sorte de superposition entre l’organisation grecque et l’organisation romaine. Voir sur ces questions, infra et note 14.

5 Sur l’emploi du grec à Naples, voir les inscriptions citées et commentées par Beloch, 1989, pp. 47-48 (en particulier n° 8 et n° 9) et Miranda, 1990. Sur la place du grec à l’époque de Dioclétien et le bilinguisme à Naples, voir l’intéressant ouvrage de Leiwo, 1994.

6 Inscription citée par Beloch, 1989, chap. 2 : L. Munatius Concessianus, patronus coloniae.

7 Ce que remarque Leiwo, 1994, dans son introduction.

8 Sur les origines de Naples et son passé « grec », voir infra et note 33. Sur la notion de « résistance à la romanisation », voir par exemple David, 1994, p. 174 et 175 : « Les membres des communautés grecques, quand celles-ci demeuraient actives et convenablement structurées, ne renonçaient pas facilement à leur identité, même quand ils avaient déjà en fait obtenu la citoyenneté romaine ». Ces cités étaient « suffisamment fortes de leur passé et sûres de leur identité pour ne pas vouloir l’échanger avec celle d’une autre, fût elle aussi puissante que Rome ».

9 Même les récits des historiens présentent la cité sous un jour avantageux. Tite-Live souligne par exemple qu’en 340, lorsque les Romains mettent le pied en Campanie, ils annexent rapidement Acerrae et Puteoli (Pouzzoles), mais doivent affronter les habitants de Naples qui préfèrent entrer en guerre avec Rome en 328 plutôt que de renoncer à leur liberté. D’autre part, la cité résiste bien aux premiers assauts d’Hannibal et le consul Quintus Publilius Philo, avançant sous ses murs, se voit repoussé. Ce n’est que l’effet de dissensions internes à la cité entre les partisans et les opposants à la guerre qui précipitera la chute de Naples.

10 Sur ces stéréotypes, l’image négative des Grecs dans les textes latins, les notions de levitas, mollitia, facundia, voir Michel Dubuisson, « Graecus, graeculus, graecari : l’emploi péjoratif du nom des Grecs en latin », dans S. Saïd (éd.), Hellenismos. Quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque, Leyde, 1991, pp. 316-319.

11 Notamment dans les ventes aux enchères. Voir Tite-Live, XL.43.1, cité par David, 1994, p. 174. Cette différence entre Cumes et Naples est d’ailleurs soulignée par Velleius Paterculus (Histoire Romaine, I.4) opposant Naples qui « mit plus de diligence à maintenir les coutumes ancestrales (ritus patrii mansit custodia) », et Cumes qui « subit l’influence de ses voisins osques » (« osca mutavit vicinia »).

12 L’histoire de Tite-Live met en avant toutes les manifestations de la fides de l’alliée de Rome. En 264, Naples participe à l’expédition romaine en Sicile. En échange de sa soumission, elle reçoit des privilèges commerciaux (libre accès à l’espace économique ouvert par la pénétration romaine). En 217, après Trasimène, Naples envoie à Rome une contribution volontaire destinée aux dépenses de guerre (voir Tite-Live, XXIII.32). Elle rejette les propositions d’alliance de Pyrrhus et résiste vaillamment aux assauts d’Hannibal (cf. infra, note 38). Cette loyauté à l’égard de Rome est également soulignée par Velleius Paterculus (Histoire romaine, I.4), qui précise même que cette fides exceptionnelle (eximia) rend la cité « digne de sa notoriété et de la beauté de ses paysages (nobilitate atque amoenitate sua dignissima) » !

13 Sur ces problèmes institutionnels, la description des magistratures de Naples, voir Beloch, 1989, chap. 2, pp. 49-65 et Pinsent, 1969.

14 Sur l’emploi du terme « archonte » dans les inscriptions de Naples, voir Beloch, 1989, p. 61 (inscription n° 30 = C.I.G. 5796) et Pinsent, 1969, pp. 369-370. La demarchia, la plus prestigieuse des magistratures grecques, qui dans le cursus honorum se place avant toutes les charges publiques et n’est inférieure qu’aux magistratures romaines, est la dignité la plus haute qu’on puisse confier à un citoyen. Les empereurs Titus et Hadrien en bénéficièrent à titre honorifique (Hist. Auguste, Vie d’Hadrien, 19). Elle resta en place jusqu’à la fin de l’époque de Constantin. Voir les inscriptions rassemblées par Beloch, 1989, pp. 59-60 et d’Arms, 2003, p. 140 (et note 121). Sur les phratries et le culte qui leur est associé, voir Ghinatti, 1967, pp. 104-105 et Leiwo, 1994, pp. 150-156.

15 Voir sur cette notion : Florence Dupont, « Rome ou l’altérité incluse », Rue Descartes, 2002, pp. 41-54 et « L’altérité incluse. L’identité romaine dans sa relation à la Grèce », dans F. Dupont et E. Valette-Cagnac (éds.), 2005, pp. 255-277. Cf. aussi supra, introduction au volume.

16 Suétone, Auguste, 98.4 : « Sed et ceteros continuos dies inter varia munuscula togas insuper ac pallia distribuit, lege proposita ut Romani Graeco, Graeci Romano habitu et sermone uterentur ».

17 Voir dans cette perspective le commentaire de Biville, 1993.

18 Sur cette définition de « l’identité en acte », voir Goldhill, 2001, pp. 6-13. Voir aussi introduction à cette partie, supra.

19 Suétone, Auguste, 98.5-6.

20 Suétone, Auguste, 98.7-8.

21 Suétone, Auguste, 98.6.

22 C’est là ce que F. Biville, 1993, appelle « le grec des Romains ». Voir aussi Dupont et Valette-Cagnac, 2005, pp. 42 sq.

23 Sur la définition de cet espace, voir Dupont et Valette-Cagnac, 2005, pp. 257-259.

24 Sur ces villae et la vie sociale qui s’y déploie, voir les études détaillées de D’Arms, 2003, et Lafon, 2001.

25 Aucune mention de la ville de Naples n’est en effet attestée chez Plaute. Sur l’imaginaire grec des comédies de Plaute, la « Grèce de théâtre » et la place d’Athènes dans ce dispositif, voir Florence Dupont, « Plaute Pultiphagonides, le fils du mangeur de bouillie », dans Dupont et Valette-Cagnac (dir.), 2005, p. 204 (citant Ménechmes, 7-12).

26 Sur ces questions d’identité, voir la conclusion de F. Dupont, dans Dupont et Valette-Cagnac (dir.), 2005, pp. 255-267.

27 Strabon (Géographie, V.4.6) explique ce changement de nom : « Dicéarchia était, à l’origine, un port construit par les habitants de Cumes sur la pente descendant vers la mer, mais les Romains s’y installèrent à leur tour lors de la guerre contre Hannibal et changèrent son nom contre celui de Puteoli, emprunté aux puits. Certains auteurs cependant font venir ce nom de l’odeur putride de l’eau ».

28 Malgré un passage de Varron faisant allusion à l’usage qu’auraient eu les anciens Romains de « traduire » ou plutôt de transformer une partie du nom grec en mot latin, seul le terme Neapolis est attesté dans les textes parvenus jusqu’à nous. Voir De Lingua Latina, VI.58 : « […] ce mot (=novum) peut être la transformation d’un mot grec (a graeco verbo potest declinatum) : c’est pourquoi à partir de ce mot, leur Neapolis a été appelée Novapolis par nos ancêtres (ab antiquis nostris) ».

29 Voir à ce sujet, Beloch, 1989, chap. 1.

30 Sur la re-fondation qui a motivé le nom de Neapolis les avis divergent. Selon les uns, Parthenope aurait été détruite par Cumes, puis reconstruite. Selon d’autres, des colons venus de Chalcis et d’ailleurs seraient venus enrichir la population initiale. Voir par exemple Strabon, Géographie, V.4.7 : « Fondée par les habitants de Cumes, elle reçut plus tard une colonie chalcidienne et quelques ressortissants de Pithécusses et d’Athènes, ce qui lui valut son nom de Néa Polis ». La date de cette re-fondation reste très floue. Selon Velleius Paterculus, elle se situerait bien après celle de Cumes. Pugliese-Carratelli, 1952, pp. 249-251, date cette deuxième fondation de l’époque où Hiéron I chasse les Étrusques des rivages campaniens (474 av. J.-C.) et occupe Pithécusses. Les premières monnaies connues, datant de 460-450, sont déjà celles de la « Nouvelle Naples ».

31 Même Tite-Live consacre plusieurs développements à expliquer ses origines. Voir sur cette question l’intéressant article de Nadia Vidale, « Città di Sicilia e Magna Grecia nell’opera di Livio », dans Sicilia e Magna Grecia. Spazio reale e spazio immaginario nella letteratura greca e latina, a cura di G. Avezzù ed E. Pianezzola, Studi testi documenti, 10, Univ. di Padova, 1999, pp. 59-91.

32 Sur cette reconstitution d’une Naples « punique », à partir de quelques toponymes et la fondation du temple d’Aphrodite Euploia, voir Beloch, 1989, pp. 39 sq.

33 Sur l’histoire grecque de Naples, voir Beloch, 1989, chap. 1 (pp. 39-48) ; De Caro, 1981, pp. 10-18 et 1986, pp. 17-22 et Neapolis, 1986, pp. 9-81.

34 Cette narration apparaît par exemple dans l’Histoire romaine de Velleius Paterculus, écrite vers 30 apr. J.-C. dans le paragraphe (I.4) consacré à la fondation des cités grecques.

35 La venue à Naples du stratège athénien Diotime en 432 est dans ce cadre souvent évoquée. Cette présence athénienne est attestée par des monnaies.

36 Sur le sens et l’emploi du mot Grai (et Achivi), voir Dupont et Valette-Cagnac (éds.), 2005, pp. 30-33 et l’article de Catherine Baroin, supra.

37 Stace, Silves, 2.1.95-96 : « Macte animo, quod Graia probas, quod Graia frequentas/arva ».

38 Punica, XII, 49. Sur les murailles de Naples attestant sa puissance et son ancienneté, voir aussi Velleius Paterculus, Histoire romaine, I.4 : « vires veteres earum urbium [=Naples et Cumes] hodieque magnitudo ostentat moenium ».

39 Voir par exemple l’invocation de Stace à ses pénates paternels (Silves, IV.8.54-56) : « Cette famille, avec tous ses membres, protégez-la […]. Puissent-ils être de ceux qui, par leur éloquence et par leurs ressources, aideront notre ville épuisée par les années (fessam aevo) et par tant d’épreuves et la conserveront aussi verdoyante que son nom (viridique in nomine servent) ».

40 Sur l’ancienne Naples, voir Beloch, 1989, pp. 39-42 ; Leiwo, 1994, pp. 13-14 et Neapolis, 1983, pp. 11-35 (bibliographie).

41 Une légende rapportée par Virgile (Enéide, VII.734-736) raconte que le roi des Teleboi de Capreae, Telon, avait engendré avec la nymphe Sebethis un fils, Oibalos. Ils conduisirent ensuite les habitants de Capri sur le continent, et régnèrent sur la partie méridionale de la Méditerranée, donnant naissance à la première « Naples ». La sirène Parthenope, surgissant non loin de la fosse de Sebethis, aurait donné son nom à cette ancienne cité.

42 Voir Lafon, 2001, pp. 198-203. Il montre en particulier que la carte des « pérégrinations d’Ulysse » recouvre en gros la zone où se concentrent les villae républicaines et que la plus grande partie de la zone de colonisation grecque n’intéresse pas du tout les commentateurs d’Homère dont les écrits nous sont parvenus. Plus globalement, les coïncidences géographiques sont systématiquement recherchées. Se développe toute une mythologie des grottes sous-marines. Tibère nomme ses villae de Capri du nom de divinités. Lucullus aménage l’île de Nésis en « royaume de Poséidon » (Varron, Res rusticae III, 17.9) etc.

43 Sur les cultes de Naples et leurs spécificités, voir Ghinatti, 1967 ; Maurizio Giangiulio, « Appunti di storia dei culti », dans Neapolis, 1993, pp. 101-162. Inscriptions commentées dans Leiwo, 1994, pp. 157-164.

44 Dans la célèbre invocation de Stace à ses « pénates » (Silves, IV.8.45-54), apparaissent Apollon, la Cérès attique et les Dioscures. Mais d’autres divinités sont manifestement associées à Naples à l’époque romaine : Aphrodite Euploia, Dionysos Hebon (lié aux corporations des professionnels du théâtre), Artémis, Héraclès… Le culte des theoi fratrioi (divinités liées aux phratries), attesté dans de nombreuses inscriptions d’époque impériale, est également mis en valeur (voir Ghinatti, 1967, pp. 104-105).

45 Voir Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, III. 60-61 : « [Naples] est également une colonie chalcidienne, à qui la présence de la tombe de la sirène a valu aussi le nom de Parthenope ».

46 Silius Italicus, Punica, XII. 33-34 : « Sirenum dedit una suum memorabile nomen/Parthenope muris Acheloïas ».

47 Stace, Silves, II.2.116-117 : « Hinc levis e scopulis meliora ad carmina Siren/advolat ».

48 Ces personnages apparaissent ainsi comme des « marqueurs de grécité », ce que Maxime Pierre désigne sous le nom de « sceaux de grécité ». Voir Dupont et Valette-Cagnac, 2005, pp. 251-254.

49 Sur la « sphragis » des Géorgiques, voir la courte note de M. Korenjak, « Parthenope und Parthenias : zur sphragis der Georgika », Mnemosyne, XLVIII, 2, 1995, pp. 201-202.

50 Sur ce sujet, voir Valette-Cagnac, 2003, pp. 164-165.

51 Sur cette fiction d’une Rome rustique et sauvage, voir Maxime Pierre, « Rome dans la balance », dans Dupont et Valette-Cagnac (éds.), 2005, pp. 232-234.

52 Outre le texte de Stace, commenté infra, voir Silius Italicus, Punica, XII.27-28 (« Mitis Parthenope ») ; Virgile, Géorgiques, IV, 563-564 (« dulcis alebat/Parthenope »).

53 Il me semble en effet plus intéressant de lire ce texte par rapport au genre traditionnel de l’« éloge de la cité » que d’y voir une preuve émouvante de l’amour conjugal ou l’ancêtre des guides touristiques ! (contra, voir D.W.T.C. Vessey, « Statius to his wife. Silvae III. 5 », The Classical Journal, LXXII, 1977, pp. 134-140).

54 Stace, Silves, III. 5. 78-79 et 81-84.

55 Cette expression est empruntée à Pline l’Ancien (Histoire Naturelle, III.60-61), qui, reprenant le topos de « l’heureuse Campanie (felix Campania) », riche de toutes les productions agricoles qui y poussent plusieurs fois par an et sans effort, ajoute que dans cette région « s’affrontent tous les plaisirs de l’homme » (certamen humanae voluptatis).

56 Voir par exemple Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XIV.69 ; XV.23 ; XIII.1 et aussi Martial, Épigrammes, XIII.114 ; V.78.15 ; Virgile, Géorgiques, II.97.

57 Sur la notion de mollitia, voir Dupont et Eloi, 2001, pp. 89-95.

58 Silius Italicus, Punica, XII.31-32 : « Nunc molles urbi ritus atque hospita Musis/Otia et exemptum curis gravioribus aevum ».

59 Toutes les études consacrées à la vogue des résidences maritimes dans la région de Naples s’interrogent sur les raisons objectives d’un engouement aussi durable (depuis les premiers essais syllaniens jusqu’à l’époque de Symmaque). Parmi ces motifs, celui du climat est souvent invoqué. La prospérité économique de la Campanie, sa richesse, aurait également contribué à attirer en ces lieux l’élite sénatoriale. On évoque enfin la proximité géographique de Naples, reliée à Rome par la prolongation de la Voie Appia. Lafon (2001, pp. 187 sqq.) et D’Arms (2003, pp. 66-68) montrent que ces raisons ne « tiennent pas » et insistent davantage sur les facteurs proprement idéologiques qui ont poussé les Romains à développer sur ces rivages une vie sociale intense et dans cet esprit, ils évoquent la Grèce qu’ils ont trouvée et surtout contribué à maintenir dans cette région d’Italie.

60 Voir en particulier Strabon, Géographie, V. 4. 5 et 7.

61 Stace, Silves, III.5.89-90.

62 Voir Pierre Gros, L’architecture romaine, Paris, Picard éd. 1996 (vol. 1, chap. sur les portiques et vol. 2, chap. sur l’évolution des domus romaines).

63 Neapolis, 1986, pp. 226-227. I. Baldassare fait une intéressante analyse des interventions d’Auguste sur l’urbanisme napolitain, urbanisme qui ne se présente pas comme « l’effet d’une rencontre entre deux cultures », mais plutôt comme « la fabrication romaine de la culture grecque dans l’un de ses points de cristallisation ». Tous les monuments qui datent de l’époque augustéenne et du règne de Tibère – le Caesareum, construit dans la zone de l’agora, le théâtre et l’Odéon (lié aux concours musicaux), la réfection du temple des Dioscures (dont le culte se colore alors d’une allusion au culte impérial) – montrent une volonté de stabiliser le tissu urbain hellénistique, sans en altérer le plan originel, tout en monumentalisant et mettant en valeur des édifices qui d’un point de vue romain semblent incarner un « modèle de citoyenneté urbaine grecque ». Les deux théâtres – le grand, à ciel ouvert, le plus petit, couvert, abritant les concours de musique et de poésie – constituent, de ce point de vue, un véritable hommage à la Graeca Urbs et, dans un jeu d’écho culturel tout à fait remarquable, ils serviront de modèle pour construire l’Odéon d’Athènes au iind siècle. Voir aussi D’Arms, 2003, p. 147.

64 Cf. Horace, Epodes, I.5.43 : « otiosa Neapolis » ; Ovide, Métamorphoses, XV.711-712 : « in otia natam Parthenopen ». Voir aussi Stace, Silves, 3.5.85 ; Silius Italicus, Punica, XII, 31-32 et Virgile, Géorgiques, IV, 563-564 : « illo Vergilium me tempore dulcis alebat/Parthenope studiis florentem ignobilis oti ».

65 Villae qui n’ont plus pour fonction d’être économiquement rentables (de produire du fructus), mais de créer de la voluptas. Voir Lafon, 2001, pp. 219-221.

66 Cazanove, 1994, p. 261.

67 Un poème de Stace (Silves, II. 2.63.) évoquant la villa de Pollius Felix à Sorrente fait de celle–ci une sorte de musée de la Grèce : viennent s’y accumuler toutes sortes d’objets grecs, provenant des plus grands sculpteurs, des plus grands peintres (veteres figuras). En outre, chaque pièce est orientée de façon à faire pénétrer un « paysage grec » à l’intérieur même de la villa (une des pièces donne sur Naples). Enfin les marbres qui ont servi à la construire proviennent des carrières les plus anciennes de Grèce (Grais penitus delecta metallis saxa) et sont associés à divers mythes grecs.

68 Strabon, Géographie, V.4.7 : « De très nombreux vestiges (ichnè) de la vie grecque (hellènikè agôgè) se sont conservés à Naples, par exemple les gymnases, les places de jeu des éphèbes, les phratries et même des noms grecs (onomata hellènika), alors que la population est romaine (kaiper ontôn Rômaiôn) ».

69 Valère-Maxime, Faits et dits mémorables, II.2.2 (rare texte à évoquer la politique linguistique des Romains et l’antique coutume d’utiliser exclusivement le latin au sénat). Voir à ce propos, Michel Dubuisson, « Y a t-il une politique linguistique romaine ? », Ktèma, 7, 1982, pp. 187-216.

70 Voir Suétone, Auguste, 98.4 et 6, commenté supra.

71 Sur Sylla portant la chlamyde à Naples, voir Cicéron, Pro Rabirio Postumo, 26. Sur l’empereur Claude vêtu à la grecque, voir Suétone, Claude 11.2 et Dion Cassius, 60.6.1-2.

72 Sur la signification symbolique du pallium et les comportements vestimentaires des Romains, voir l’introduction de C. Baroin et E. Valette-Cagnac, supra et bibliographie en note.

73 Voir Suétone, Auguste, 98.4 et Néron, 20.

74 Sur le grec des Romains, la notion de « koiné », voir E. Valette-Cagnac, « Plus attique que la langue des Athéniens », dans Dupont et Valette-Cagnac (éds.), pp. 38-44.

75 Sur le rôle du grec dans l’enseignement et la notion d’eruditio, voir E. Valette-Cagnac, loc. cit., pp. 44-52.

76 Voir par exemple sur cette question Leiwo, 1994.

77 Parmi les curiosités locales susceptibles d’attirer l’épouse de Stace (Silves, III.5.89-90), le théâtre de Naples et les spectacles qui s’y tiennent figurent en bonne place.

78 Sur ces épisodes, voir infra.

79 Un passage d’Aulu-Gelle (Nuits Attiques, XVIII.5.1-3 ; IX.15.2) fait allusion à une lecture des Annales d’Ennius qui se tint dans le théâtre de Naples ; Fronton (Ad M. Caes., 2.5.) évoque les déclamations du rhéteur Polémon.

80 Suétone, Néron, 20 : « Comme il prenait un moment de repos pour refaire sa voix, ne pouvant supporter cette solitude, il revint au théâtre au sortir du bain et, dînant au milieu de l’orchestre en présence d’une foule considérable, il lui promit en grec “de faire retentir quelque chose de bien plein, sitôt qu’il aurait un peu bu” ».

81 Cette prééminence du théâtre à Naples apparaît aussi à travers le culte des theoi phratrioi, associé aux corporations de professionnels du théâtre (voir supra, note 44), dans l’attribution de magistratures prestigieuses, telle la démarchie, à des acteurs de théâtre et au dynamisme des activités théâtrales dans cette cité (naissance de l’atellane…). À ce sujet, voir D’Arms, 2003, pp. 147-149.

82 Sénèque, Lettres à Lucilius, 76.4.

83 Columelle, De re rustica, X, 134 ; Martial, Épigrammes, V.78.14.

84 Voir Lloyd W. Daly, « Roman Study abroad », AJPh, 71, 1950, pp. 40-58 et E. Valette-Cagnac, dans Dupont et Valette-Cagnac (éds.), 2005, pp. 48-52.

85 Stace, Silves, V.3.145-177.

86 Stace, Silves, V.3.146-161.

87 D’Arms, 2003, pp.141-142, évoque les noms et cursus de quelques uns des « professionnels de la culture » établis à Naples pour y enseigner la rhétorique, la philosophie, la poésie, la musique, le théâtre.

88 Aulu-Gelle, Nuits Attiques, IX.15.2 : « Atque ibi erat adulescens tunc quispiam ex ditioribus cum utriusque linguae magistris meditans et exercens ad causas Romae orandas eloquentiae Latinae facultatem ».

89 Le texte de Cicéron est commenté in Dupont et Valette-Cagnac (éds.), 2005, pp. 48-52.

90 Un chapitre entier du livre de D’Arms (2003, pp. 140-149) est ainsi consacré aux « studiosi », les Romains lettrés, qui en collaborant avec les rhéteurs et philosophes grecs installés à Naples auraient contribué à l’élaboration de la littérature latine.

91 Silius Italicus, Punica, XII.31-32 : « Nunc molles urbi ritus atque hospita Musis/Otia et exemptum curis gravioribus aevum ».

92 Exemples d’écrivains ayant écrit à Naples in D’Arms, 2003, p. 145.

93 Voir par exemple le Satiricon de Pétrone.

94 De même, à partir du iie siècle de notre ère surtout, lorsqu’un écrivain écrit une œuvre en grec (ou une œuvre « grecque » écrite en latin), il peut choisir Naples pour en donner lecture : cette recitatio en public dans un lieu grec permettra de la monumentaliser et de la ranger parmi les litterae graecae. C’est ce que fit le père de Stace en concourant aux Sebasta avec des poèmes écrits en grec sur des événements romains (les horreurs de la guerre civile de 69, les cités détruites par l’éruption du Vésuve). Voir Stace, Silves, V.3.205-208.

95 Stace, Silves, III.5.85-88 :« Pax secura locis et desidis otia vitaeet numquam turbata quies somnique peracti.Nulla foro rabies aut strictae in jurgia leges :Morum iura viris solum et sine fascibus aequum ».

96 Citée par F. Dupont, dans Dupont et Valette-Cagnac (dir.), 2005, p. 206.

97 Des raisons politiques et historiques justifient cette image de Naples : en tant que ville liée à Rome par foedus, elle disposait depuis 326 du droit d’asile (asylum) pour les réfugiés politiques et, de fait, Naples figurait comme d’autres cités du monde grec (Athènes, Rhodes, Mytilène…) parmi les lieux choisis sous la République par les magistrats ou les membres de l’aristocratie qui voulaient pour un temps se retirer de la vie politique.

98 Silius Italicus, Punica, XII.29.

99 Sénèque, Lettres à Lucilius, 68.5 : « Optimum itaque est non jactare otium suum ; jactandi autem genus est nimis latere et a conspectu hominum secedere. Ille Tarentum se abdidit, ille Neapoli inclusus est, ille multis annis non transit domus suae limen : convocat turbam, quisquis otio suo aliquam fabulam imposuit ».

100 Sénèque, Lettres à Lucilius, 55.3 : « nulla alia re quam otio notus ».

101 Strabon, Géographie, 5.4.7 (C 246) : ̓Επιτείνουσι δὲ τὴν ἐν Νεαπόλει διαγωγὴν τὴν ̔Ελληνικὴν οἱ ἐκ τῆϛ ̔Ρώμηϛ ἀναχωροῦντεϛ δεῦρο ἡσυχίαϛ χάριν τῶν ἀπὸ παιδείαϛ ἐργασαμένων ἢ καὶ ἄλλων, διὰ γῆραϛ ἢ ἀσθένειαν ποθούντων ἐν ἀνέσει ζῆν ̇ καὶ τῶν ̔Ρωμαίων δ᾿ ἔνιοι χαίροντεϛ τῷ βίῳ τούτῳ, θεωροῦντεϛ τὸ πλῆθοϛ τῶν ἀπὸ τῆϛ αὐτῆϛ ἀγωγῆϛ ἐπιδημούντων ἀνδρῶν, ἄσμενοι φιλοχωροῦσι καὶ ζῶσιν αὐτόθι.

102 Comme le fait remarquer D’Arms, 2003, p.14, cette peinture correspond à une réalité sociale puisque plusieurs citoyens romains sont effectivement allés finir leurs jours à Naples : Stace, Silius Italicus, etc.

103 Sur Baïes comme « symbole », voir Lafon, 2001, pp. 187 sq. et D’Arms, 2003, pp. 52-53.

104 C’est en tout cas l’une des étymologies avancées. Chez Strabon (Géographie, V.4.6), le nom de Baïes est associé au personnage de Baïos, l’un des compagnons d’Ulysse.

105 Lafon, 2001, pp. 194-195.

106 Cet enjeu idéologique se perçoit très bien lorsqu’on lit les lettres de Cicéron ; son obsession à acquérir une villa dans les environs de Cumes s’explique par sa volonté de manifester son accès à un nouveau statut. De même, le conflit qui en 61 l’oppose à Clodius laisse entrevoir ces rivalités.

107 Cette absence de passé est évidemment un effet de discours. Les sources archéologiques montrent que l’occupation de Baïes est aussi ancienne que celle de Naples. Voir D’Arms, 2003, p. 52.

108 Voir tout récemment John Henderson, Morals and Villas in Seneca’s Letters. Places to dwell, Cambridge, 2004 (pp. 32-36). Chez Cicéron, l’utilisation de Baïes dans le discours accusatoire est particulièrement significatif dans le Pro Caelio (en particulier les paragraphes 27, 35, 38, 47 et 49). Voir D’Arms, 2003, p. 53.

109 Strabon (Géographie, V.4.7) remarque d’ailleurs que Naples possède « des écoulements d’eaux thermales et des établissements balnéaires qui valent ceux de Baïes », mais qu’elle le « leur cède de beaucoup sous le rapport de la fréquentation ». À Baïes, ajoute-t-il, « s’est créée véritablement une seconde ville, depuis qu’on y construit des palais côte à côte, les uns après les autres ». Une ville romaine donc, qui vient se superposer au lieu grec d’origine. Stace (Silves, III.5.96) vante les « blandissima litora » de Baïes, si proches de Naples.

110 Voir Silius Italicus, Punica, XII.33 et Tite-Live, XXIII.1.

111 Voir Henderson, 2004, p. 33, parlant de Baïes : « This drunken, partying, cacophonous shoreline sapped and sank Hannibal » (traduisant et résumant Sénèque, Lettres à Lucilius, 51.5 : « Una Hannibalem hiberna solverunt et indomitum illum nivibus atque Alpibus virum enervaverunt fomenta Campaniae : armis vicit, vitiis victus est »).

112 Voir Lettres à Lucilius, 51.11. Il est évidemment impensable d’imaginer Caton habitant en ces lieux, mais même Scipion, qui personnifie l’hellénisme, a préféré un lieu d’exil plus conforme à son honos, le rivage de Literne (petite bourgade agricole de Campanie), non entaché de mollitia. Quant à ceux qui lui rétorqueraient que des personnages aussi prestigieux que César, Marius ou Pompée avaient élu Baïes comme lieu de résidence, Sénèque précise qu’ils avaient pris soin de « construire leurs villas sur des hauteurs (summis jugis montium) », dans une position de surveillance qui les assimile à des camps (castra) plutôt qu’à des villas (villas).

113 Sénèque, Lettres à Lucilius, 51.1 : « Tu istic habes Aetnam, editum illum ac nobilissimum Siciliae montem […] nos utcumque possumus, contenti sumus Bais. […] locum ob hoc devitandum, cum habeat quasdam naturales dotes, quia illum sibi celebrandum luxuria desumpsit ».

114 Sénèque, Lettres à Lucilius, 51. 2.

115 Sur la symbolique des lieux grecs et notamment la différence entre la Grèce attique et la Grèce d’Asie, voir l’article de C. Baroin, supra, et R. Boutin, « Quand Démosthène parle latin », dans F. Dupont et E. Valette-Cagnac (éds.), 2005, pp. 156-160.

116 Sénèque, Lettres à Lucilius, 51.3 : « Illic sibi plurimum luxuria permittit, illic, tamquam aliqua licentia debeatur loco, magis solvitur. »

117 Sénèque, Lettres à Lucilius, 51.4 : « Videre ebrios per litora errantes et comessationes navigantium et symphoniarum cantibus strepentes lacus et alia, quae velut soluta legibus luxuria non tantum peccat, sed publicat, quid necesse est ? »

118 Lettres à Lucilius, 51.13.

119 Sur cette notion de « Grèce exclue », voir la conclusion de F. Dupont, dans Dupont et Valette-Cagnac (éds.), 2005 et l’article de F. Dupont, dans ce même volume, supra. Lafon, 2001, p. 195, montre d’ailleurs que Baïes continue à être associée à l’otium aristocratique jusqu’à la fin de l’Antiquité, à une époque où Baïes avait pourtant perdu son lustre et sa prospérité économique. Mais dans les textes littéraires tardifs, elle ne sert plus le discours de l’altérité exclue. Dans une lettre de Symmaque (I.3.3), orateur et homme politique romain de la fin du ive siècle, qui défendit le paganisme et les valeurs traditionnelles de Rome, Baïes est dépeinte comme un lieu de retraite « sobre », pour une aristocratie avide de se soustraire à la compagnie du vulgaire : « Baïs remotis arbitris otiabar […] oppido cavimus ne sobriam solitudinem nostram sodalitas plebeia fuscaret » (« je me prélassais à Baïes sans témoin […] nous avons pris toutes nos dispositions pour que cette société plébéienne ne ternisse pas une retraite ennemie des excès »). Cette retraite calme, soustraite à la censure sociale, est exactement celle qui caractérise Naples dans les textes antérieurs.

120 Sur la date de création des Augustalia et la controverse suscitée par les sources, voir Arnold, 1960, note 21.

121 Les modernes parlent des « Jeux de Naples », comme ils parlent des « Jeux Olympiques ou Isthmiques ». Il ne s’agit pas pour autant de confondre ces concours athlétiques et musicaux avec les vieux ludi (circenses ou scaenici), purement romains. Les Anglo-saxons, en utilisant parfois l’expression « agonistic festival » (cf. Arnold, 1960), soulignent au contraire leur spécificité grecque. Mais comme on le verra dans les pages suivantes, ces spectacles sont marqués par une très grande ambiguïté : Naples est précisément un lieu où les pratiques grecques sont testées et transformées en pratiques romaines. Il y a donc des glissements perpétuels dans le vocabulaire latin qui sert à les désigner. Velleius Paterculus (Hist. Romaine, II.123.1.8) parle ainsi de « athletarum certaminis ludicrum », formule synthétique qui permet d’évoquer les aspects grecs et romains de ces compétitions-spectacles. Nous parlerons donc souvent de « jeux », par commodité et n’emploierons le terme « concours » que pour souligner le caractère proprement nouveau, « grec », de ces compétitions. Voir Leiwo 1994, pp. 45-48 ; D’Arms, 2003, p. 68 ; Bowersock, 1965, pp. 83-84 ; Geer, 1935, p. 216 ; Arnold, 1960.

122 I.G. XIV.748 et Dion Cassius, 55.10.9.

123 Strabon, Géographie, V.246C.

124 Selon D’Arms, 2003, p. 68, ce conservatisme s’explique par le prestige culturel des jeux panhelléniques : « the tradition of the great games was too venerable to tamper with », et par le souci des empereurs de contribuer, par le maintien de cette tradition, à unifier l’empire. L’hellénisme est conçu comme un « ciment culturel ».

125 Pour le détail des épreuves, voir Arnold, 1960, p. 247.

126 Arnold 1960. Au lieu de centrer son étude sur les réactions de rejet, les critiques que ces agônes ont suscitées de la part des Romains, elle montre au contraire le rôle joué par la Grande Grèce (Campanie et Sicile) dans le processus d’installation des concours gymniques et poétiques dans la culture romaine.

127 Arnold, 1960, p. 247, explique à ce propos que l’adjectif « Isolympia » ne fait pas directement allusion à la renommée des Jeux (qui seraient « aussi fameux que les jeux d’Olympie »), mais fait plutôt référence aux conditions de recrutement des athlètes (en particulier l’âge des participants et le règlement concernant l’attribution des prix). Sur l’organisation des Sebasta (conditions de participation, détail des épreuves, affichage des résultats…), voir la bibliographie dans D’Arms, 2003, p. 141, note 122 et Leiwo, 1994, p. 46.

128 Outre les Sebasta de Naples et les Capitolia de Rome, on peut encore citer les Eusebeia, à Pouzzoles (Puteoli), jeux quinquennaux créés par Antonin le Pieux pour honorer son père Hadrien.

129 C’est probablement lors des jeux de 18 apr. J.-C. que fut ajoutée cette seconde partie, comprenant des compétitions musicales et théâtrales.

130 Sur l’origine des concurrents, voir Leiwo, 1994, pp. 46-48. Il note que deux compétitions étaient toutefois réservées, l’une aux citoyens de Naples, l’autre aux filles des membres du conseil (les bouleutai). Pourtant même dans ce cas, comme l’atteste une inscription trouvée à Ischia (comportant des membres de la gens Cocceia), les noms des vainqueurs qui sont totalement latins, sont écrits en grec.

131 Arnold, 1960, note même dans ces jeux une « influence grecque croissante ».

132 Voir sur ces inscriptions les intéressantes analyses de Leiwo, 1994, pp. 46 sq. Il précise que ces inscriptions continuèrent à être rédigées en grec jusqu’à la fin de l’histoire des Jeux.

133 Suétone, Auguste, 98.9. Voir aussi Velleius Paterculus, II.123.1 et Dion Cassius, 56.29.2.

134 Suétone, Claude, 11.

135 Neapolis, 1986, p. 226. Elle parle du mythe de Naples comme « cité de l’art et de la liberté », mythe qui, d’après elle, parcourt tout le ier siècle de notre ère.

136 Sur Néron et ses performances théâtrales, voir Cizek, 1982, pp. 47 et 124 sq.

137 Suétone, Vie de Néron, 20.1-3.

138 Voir Suétone, Vie de Néron, 20. Sur les Augustians, Jean-Louis Mourgue, « Les Augustians et l’expérience théâtrale néronienne », Revue des Études Latines, 66, 1988, pp. 156-181.

139 Tacite, Annales, XV.33.1-2.137. Suétone, Vie de Néron, 20.1-3.

140 Dans un tout autre contexte, un passage de Tite-Live (XXXV.16) rapportant le fameux discours prononcé à Éphèse concernant la « liberté des cités grecques », prétexte invoqué par les Romains pour justifier leur annexion, pose également ce problème de définition de ce qu’est pour les Romains une « cité grecque » (graeca urbs) et du statut de Naples parmi ces cités. Naples, soumise au tribut, est-elle « moins grecque » que Smyrne ou Lampsaque ?

141 Voir Suétone, Vie de Néron, 21.1 : « Comme il tenait beaucoup à chanter même à Rome, il recommença les Jeux Néroniens avant la date prévue », puis (22) : « Non content d’avoir donné à Rome la preuve de ses talents, il se rendit en Achaïe », ayant déclaré peu de temps auparavant que « seuls les Grecs savaient écouter, qu’ils étaient les seuls auditeurs dignes de Néron et de son art ». Pressé par ses conseillers de rentrer à Rome, Néron leur répond qu’ils « devraient bien plutôt lui conseiller et lui souhaiter de revenir digne de Néron ».

142 Suétone, Vie de Néron, 25.1.

143 Cet argument n’est d’ailleurs pas recevable puisque d’après Cizek (1982, p. 158), Néron regagna directement Rome, puis retourna en Italie méridionale pour préparer son triomphe !

144 Voir Suétone, Vie de Néron, 25.

145 Sur le culte « grec » et plus particulièrement le culte de Cérès, voir Scheid, 2005, pp. 93-94, citant M. Beard, J. North et S. Price, Religions of Rome, Cambridge, 1998, p. 70 et H. Le Bonniec, Le culte de Cérès à Rome, des origines à la fin de la République, Paris, 1958, pp. 381-450.

146 Sur les détails de ce culte, voir Scheid, 2005, p. 93.

147 Cicéron, texte cité note 148 et Valère Maxime, Faits et dits mémorables, I.1.1.

148 Cicéron, Pro Balbo, 24.55. Voir Scheid, 2005, p. 94 et note 28.

149 Cette allusion à Ménandre n’est pas très claire. Il est probable qu’elle fasse référence à un cliché romain : cet auteur grec serait, comme Aristophane, réputé pour sa liberté de ton, de langage, sa licentia.

150 Stace, Silves, III.5.93-94 : « Quid laudem litus libertatemque Menandri/quam Romanus honos et Graia licentia miscent. »

151 Cicéron, Pro Archia, 3.4-6.

152 Cicéron, Pro Archia, 4.10.

153 Deniaux, 1981, analyse le parcours de trois notables grecs ayant obtenu la citoyenneté de Naples (Philostratos d’Ascalon vers 100 av. J.-C., Archias et Sosis, avant 90) et montre que cette intégration dans les communautés civiques d’Italie méridionale constitue une voie d’accès individuelle à la citoyenneté romaine.

Auteur

Université Paris VII

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540