Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?

Partie III : Monuments, parcours et discours : la Grèce imaginaire des Romains

La Grèce imaginaire des Romains dans l’Vrbs et les provinces

Catherine Baroin

Résumé

Dans le lexique latin de l’architecture, l’adjectif graecus permet aux Romains de créer une réalité qui « fait grec », de même que Graecia ou Achaia (la province romaine d’Achaïe) servent souvent à désigner une Grèce idéale ou imaginaire à usage romain. Les visites des membres de l’élite romaine dans deux lieux demémoire de cette Grèce romaine idéale, Athènes et Troie, sont un des éléments qui permettent de construire et d’affirmer une identité indissociablement grecque, troyenne et romaine.

Texte intégral

1Dans un discours au peuple prononcé en 195 av. J.-C., Caton l’Ancien, figure traditionnellement associée par les Anciens et les modernes à la défense de la romanité contre une hellénisation des mœurs corruptrice et envahissante, Caton, donc, alors consul, exprime sa crainte que l’accroissement territorial de l’Empire romain, en particulier sa possession de la Grèce (Graecia) et de l’Asie (Asia), ne soit un danger pour l’intégrité de Rome :

  • 1 Tite-Live, XXXIV, 4, 3-4 : « […] horreo, ne illae magis res nos ceperint quam nos illas. Infesta, m (...)

« Je redoute […] que ces biens n’aient pris possession de nous, plutôt que ce soit nous qui en ayons pris possession. Croyez-moi, ce sont des statues en formation de combat (infesta signa) qui ont été apportées de Syracuse dans notre ville. J’entends trop de gens aujourd’hui qui louent et admirent les ornements de Corinthe et d’Athènes, mais qui rient des antéfixes d’argile des temples des dieux romains1 ».

  • 2 Il ne faut donc pas utiliser ce type de textes comme des documents donnant accès à une réalité hist (...)
  • 3 Dans le discours des moralistes, l’argile apparaît comme le matériau typiquement ancien et non luxu (...)
  • 4 Sur cette notion, voir Dupont 2002 et Dupont, Valette-Cagnac 2005, pp. 255-263.

2Caton joue ici sur le double sens de signa, à la fois enseignes militaires et statues : Rome a conquis la Grèce, mais la Grèce risque de conquérir Rome par le luxe et les œuvres d’art. La remarque de Caton est à replacer dans une série de discours de moralistes (historiens, philosophes ou poètes satiriques) qui considèrent que l’importation d’œuvres d’art et de modes de vie grecs est responsable d’une perte de l’identité romaine2. Syracuse, Corinthe, Athènes représentent ici les hauts lieux de l’hellénisme et en particulier de l’art grec, par opposition avec ce qui est considéré comme typiquement romain. Pourtant les décorations d’argile3 dont parle Caton sont vraisemblablement étrusques – ou de style étrusque. De même, les ornements ici considérés comme grecs sont-ils des importations venues de Grèce ou bien des détails architecturaux et décoratifs qui « font grec », mais qui, dans une autre circonstance, pourraient être considérés comme bien romains ? En effet, selon le contexte et la stratégie du texte, est mis en avant le caractère romain d’un ornement ou d’un monument, ou au contraire, ce qui les fait apparaître comme « grecs ». Pourtant, en art, comme dans la religion, les institutions, les mœurs, etc., un objet, une forme, une pratique ou un rite peuvent très vite être « romanisés », c’est-à-dire considérés comme romains, tout en étant pensés et définis comme venant d’ailleurs, comme autres. Il s’agit là de ce qu’on peut appeler une « altérité incluse », une altérité interne à la culture romaine4. Cela explique que le caractère « étranger » d’un objet artistique, par exemple, puisse toujours réapparaître, être re-mobilisé dans le discours selon les besoins de l’argumentation.

  • 5 Sur ce genre de questions, voir la deuxième partie de ce volume.

3Dans ces conditions, on peut se demander tout d’abord s’il est vraiment pertinent de qualifier des œuvres d’art et des monuments de « grecs » ou de « romains », comme le font souvent historiens ou archéologues. Au-delà de cette question, on peut aussi s’interroger sur le sens que peuvent avoir les adjectifs « grec » et « romain » dans le domaine de l’architecture et des arts plastiques5. L’usage de ces termes paraît en fait dessiner les contours d’une Grèce imaginaire, d’une Grèce dont l’image est construite par les Romains à leur usage.

4Ce phénomène, qui est repérable dans la Ville elle-même, existe aussi dans les provinces grecques de l’Empire romain, en particulier en Achaïe. Ainsi, il semble que la Grèce que vont visiter les lettrés, les imperatores de la République et de l’Empire et les princes, soit une Grèce imaginaire, plus que géographique, une Grèce traitée comme le lieu d’une mémoire idéale.

5Ce sont ces deux aspects : la Grèce des Romains dans la Ville et la Grèce des Romains dans les provinces, auxquels nous nous intéresserons successivement.

I. La Grèce dans Rome

Monuments grecs ou monuments romains ?

  • 6 Centre Louis Gernet, séminaire « Façons romaines de faire le Grec », 7 mars 2002.
  • 7 Sur l’hellénisation dans le domaine des beaux-arts, voir infra, note 47.
  • 8 Voir l’article de Mary Beard dans ce volume.

6Lors d’une intervention consacrée aux monumenta et aux débats sur l’hellénisation dans l’architecture à Rome, Jean-Pierre Vallat6 a montré qu’il existait chez certains historiens et archéologues une tendance à vouloir distinguer dans des monuments publics et dans des zones de l’Vrbs des caractéristiques proprement grecques et d’autres proprement romaines, caractéristiques qui traduiraient l’affirmation d’une identité « grecque » d’une part, et d’une identité « romaine » d’autre part. Dans ces conditions, cette identité culturelle strictement romaine existerait avant l’hellénisation ou malgré l’hellénisation7. Mary Beard, de son côté, note que, depuis dix ans, les chercheurs mettent en avant le mélange culturel entre la Grèce et Rome, mais en insistant sur l’apport romain dans l’art8.

  • 9 Nielsen, Poulsen 1992, p. 54 (cf. Tite-Live, II, 20, 12-13 et Denys d’Halicarnasse, VI, 13, 4).
  • 10 Nielsen, Poulsen 1992, p. 56 et note 27.
  • 11 Nielsen, Poulsen 1992, p. 115.
  • 12 Nielsen, Poulsen 1992, p. 114. Selon ces auteurs, on ne peut déterminer si ce temple avait ou non d (...)
  • 13 Nielsen, Poulsen 1992, pp. 114-115.

7Un des exemples cités par Jean-Pierre Vallat est celui du Temple des Dioscures ; l’étude rapide de ce monument nous servira ici de fil conducteur. Selon la tradition, un premier temple aurait été voué aux Dioscures par Aulus Postumius lors de la bataille opposant les Romains aux Latins au Lac Régille, en 499 ou 496 av. J.-C., et dédié par son fils en 484. Le temple aurait été construit à l’endroit où les Dioscures seraient apparus à Rome pour annoncer la victoire9. Détruit par un incendie, ce temple a probablement été reconstruit après Pydna (168 av. J.-C.), puis restauré par Lucius Caecilius Métellus et dédié en 117 av. J.-C.10. Enfin, le temple connaît une nouvelle restauration sous Auguste et il est dédié en 6 apr. J.-C. par Tibère et son frère Drusus. À l’issue de ces différentes étapes, le temple des Dioscures apparaît, selon Inge Nielsen et Birte Poulsen, comme le résultat d’un mélange entre la culture grecque et la culture « locale », c’est-à-dire italique ou étrusco-italique11. En effet, la restauration réalisée à l’époque de Métellus aurait été influencée par les temples construits peu de temps auparavant à Rome par les architectes Hermogène et Hermodore ; cette « influence grecque » (Greek influence) serait visible dans la façade octastyle pourvue d’un large entrecolonnement au centre, dans le pronaos doté de colonnes intérieures et dans le modèle périptère (c’est-à-dire à péristyle) de l’édifice12. En même temps, d’après les deux archéologues, le temple des Dioscures restauré par Métellus est « un temple typiquement romain » (typical Roman temple), avec son podium élevé, sa cella carrée et son profond pronaos13.

  • 14 Sur cette question dans le domaine de l’art en général et de la sculpture en particulier, voir l’ar (...)
  • 15 Voir Gros 1976a, p. 111 : « Les temples tardo-républicains, construits par des architectes dont plu (...)
  • 16 Voir Gros 1976a, p. 232 et note 303 : la corniche (avec modillon à double spirale) du temple des Di (...)

8Cette distinction entre éléments grecs ou hellénistiques d’un côté et typiquement romains de l’autre appelle deux remarques. Tout d’abord, la présence du pronaos est interprétée dans deux sens opposés, ce qui souligne la difficulté, voire l’impossibilité de classer comme définitivement « grec » ou « romain » un élément d’architecture14. De fait, si certaines formes architecturales (par exemple, le plan périptère) sont héritées de la Grèce classique ou hellénistique, elles ne subsistent pas comme des importations grecques sur le territoire de Rome15. Parallèlement, cela n’empêche pas qu’un élément architectural ou décoratif appartenant à un monument construit dans l’Vrbs puisse faire précisément allusion à un monument situé en Grèce16, en d’autres termes, puisse constituer une citation.

  • 17 Le vocabulaire désignant quelque chose qui est étranger à Rome (les adjectifs externus, peregrinus, (...)

9D’autre part, la cella du temple, qui réutilise celle existant à l’origine, est définie un peu plus haut dans le même ouvrage comme caractéristique d’un « temple typiquement étrusque » (typical Etruscan temple). Ce qui est typiquement étrusque devient sans peine un peu plus loin typiquement romain. À ce titre, on peut s’interroger sur l’usage, antique et moderne, des adjectifs géographiques dans le vocabulaire architectural. Comment Vitruve, par exemple, utilise-t-il les termes « romain », « grec », mais aussi « corinthien », « ionique », « étrusque » (ou toscan), « italique » ? Est-ce que tous les éléments définis comme autres que romains sont pour autant considérés comme étrangers17 ? On peut examiner à ce propos un passage du De architectura où Vitruve définit les temples hybrides, qui correspondent à un « système mixte » :

  • 18 Vitruve, IV, 8, 5 : « Nonnulli etiam de tuscanicis generibus sumentes columnarum dispositiones tran (...)

« Certains architectes, par ailleurs, empruntant à l’ordre toscan la disposition des colonnes, l’appliquent à des ordonnances d’édifices corinthiens et ioniques en plaçant, à l’endroit où, dans le pronaos, s’avancent les antes, des colonnes réparties deux à deux dans l’alignement des murs de la cella ; ils obtiennent ainsi un système mixte qui procède de pratiques étrusques et grecques18 ».

  • 19 À ce sujet, voir l’article de Mary Beard dans ce volume et l’article de Catherine Baroin, dans Dupo (...)
  • 20 Gros 1976b, p. 391 (suite de la citation précédente) : « Certes, l’épithète corinthia, appliquée au (...)

10On voit qu’ici l’adjectif « grec » (Graecus) est une synthèse de « corinthien » et de « ionique » ; dans ce lexique, il renvoie donc avant tout à un style architectural. Quant au terme « corinthien », qui désigne ici un ordre, il renvoie aussi au bronze – le fameux bronze corinthien19. Mais il paraît être utilisé dans le domaine architectural, et, plus largement, plastique comme « un adjectif d’excellence », pour reprendre une formule de Pierre Gros20.

  • 21 Cf. Gros 1992, note 2 ad Vitruve, IV, préface 2, à propos du terme ionique : « La volonté d’univers (...)
  • 22 Voir Gros 1990, notes 1 et 2 (pp. 84-85) ad Vitruve, III, 2, 5.

11D’autre part, cet assemblage d’éléments relevant de styles différents est destiné à faire un ensemble romain : ce dont il est question chez Vitruve, c’est bien de l’architecture romaine21. Ainsi, lorsqu’il veut donner un exemple de temple périptère, c’est-à-dire de modèle grec22, Vitruve indique :

  • 23 Vitruve, III, 2, 5. Voir Gros 1990, note 5 ad loc. : Hermodoros travaille pour le compte de la nobi (...)

« comme c’est le cas au portique de Métellus pour le temple de Jupiter Stator dû à Hermodoros et, aux Monuments de Marius, pour celui d’Honos et de Virtus construit par Mucius sans colonnade postérieure (sine postico)23 ».

  • 24 Il y a chez Vitruve une volonté de promouvoir l’architecture « romaine », faite sur le territoire d (...)

12Il donne ainsi des exemples empruntés à l’Vrbs pour illustrer ce qu’est un type architectural grec24.

  • 25 Voir par exemple Vitruve, IV, 3, 8-10 sur les oeci corinthiens, tétrastyles, égyptiens et ceux qui (...)
  • 26 Voir par exemple Vitruve, VI, 3, 1 : il y a cinq types de caua aedium : toscan (tuscanicum), corint (...)

13Un élément décoratif qui serait d’origine grecque, ou latine, ou étrusque ne suffit donc pas à faire d’un monument un monument grec, latin, étrusque, c’est-à-dire à lui donner une identité ethnique (et non simplement architecturale). Les termes « grec », « corinthien », « étrusque », de même que l’adjectif « égyptien »25, ont une valeur classificatoire et ne renvoient pas nécessairement à une origine ; ils servent avant tout à désigner des types architecturaux26.

  • 27 Voir Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XXXIV, 98 (Graecanicus color) ; XXXVI, 188 (Graecanicum pa (...)

14Cependant, les adjectifs Graecus et Corinthius servent aussi à créer une architecture ou des objets d’art qui sont romains et qui « font grec ». C’est aussi le cas de l’adjectif « graecanicus », qui qualifie la couleur d’un type de bronze et un genre de pavement27, et qu’on peut traduire par « à la grecque » ou « qui fait grec ».

15On peut montrer par un dernier exemple la complexité de l’usage des termes géographiques dans le domaine des arts plastiques. À propos des matériaux utilisés en maçonnerie, Vitruve écrit :

  • 28 Vitruve, II, 3, 3 : « Fiunt autem laterum genera tria : unum, quod graece Lydium appellatur, id est (...)

« Il se fait trois types de briques : l’un d’eux, qui est appelé « lydien » en grec, est celui que nous utilisons28 ».

  • 29 Les deux autres types de brique sont utilisés par les Grecs (Graeci) et nommés par Vitruve sous une (...)

16On peut repérer dans ce passage un « montage » étonnant : ce genre de brique est appelé « lydien » « en grec », c’est-à-dire par les Grecs, car Vitruve ne donne pas ici la forme grecque, mais bien la forme latine de l’adjectif29. Celui-ci paraît désigner un matériau à la fois grec (au sens où la Lydie a connu l’implantation de Grecs venus de Grèce centrale à date ancienne) et marqué dans la langue grecque même comme « étranger » ; « lydien » semble donc ici avoir la même fonction par rapport à Graecus que Graecus par rapport à Romanus. En même temps, les Romains utilisent cette brique ; en ce sens, on pourrait aussi bien la dire « romaine ». La brique « lydienne » est donc encore un exemple d’altérité incluse.

  • 30 Voir l’article de John Scheid dans ce volume.

17En définitive, dans le domaine des arts plastiques, le mot « grec » ne s’oppose pas à « romain », même s’il s’en distingue : un temple dont l’ordonnance (ordinatio) est grecque peut être en même temps un temple romain, de même qu’en matière cultuelle, le rite « grec » (ritus Graecus) ou « achéen » (Achivus) ou même rite « grec achéen » (« Graecus Achivus ritus ») est totalement intégré à la religion des Romains30.

Monuments, pratiques et discours

18En outre, les temples qui sont situés sur le territoire de Rome et qui ont été dédiés par des citoyens romains sont intégrés dans des pratiques cultuelles romaines, quel que soit leur style architectural. Ce sont même ces pratiques qui, d’après Vitruve, commandent leur architecture :

  • 31 Vitruve, IV, 8, 6 : « Haec autem genera propter usum sacrificiorum conuertuntur. Non enim omnibus d (...)

« Ces types architecturaux [temples périptères, pseudopériptères] doivent leurs modifications aux usages liturgiques. Il ne convient pas en effet d’édifier pour tous les dieux des temples répondant à des principes identiques, car du fait de la diversité des cérémonies, chacun requiert un accomplissement différent des actes cultuels31 ».

  • 32 Voir note 4 ad loc. de Pierre Gros : Vitruve est ici « péremptoire et évasif » ; « On voit mal à vr (...)
  • 33 Sur les fora, voir Vitruve, V, 1, 1-2 : dans les villes d’Italie, il faut tenir compte du fait que (...)

19Même si cette prescription de Vitruve est peut-être difficile à vérifier dans les faits32, elle met l’accent sur les pratiques qui font vivre les édifices. Vitruve tient compte de la même façon de l’utilisation proprement romaine des places publiques (fora), des théâtres et de la maison (domus) et, à cette occasion, il marque la différence entre les usages romains et les usages « des Grecs » (Graeci)33.

20De même, pour revenir au temple des Dioscures, l’agrandissement du podium lors de la réfection du monument est lié à la fois, comme le montre Pierre Gros, au rôle de ce monument dans le paysage architectural d’ensemble de la zone et à sa fonction politique :

  • 34 Gros 1976a, p. 114. Le temple est utilisé pour les réunions du sénat à partir de 160 av. J.-C. (cf. (...)

« l’espace disponible et le souci des continuités monumentales ont sans doute dicté les dimensions de base du nouveau podium ; l’importance politique plus que religieuse d’un temple appelé à abriter comme par le passé certaines des réunions du Sénat, imposait la recherche d’un espace intérieur aussi vaste que possible34 ».

21C’est en effet sur l’usage politique de ce temple que Cicéron insiste dans un passage des Verrines :

  • 35 Cicéron, Verrines, II, 1, 129. Voir aussi ibid., 130 : « […] cet homme [Verrès] a voulu laisser de (...)

« Ce que [Verrès] a osé dans le temple de Castor (aedes Castoris), ce monument (monumentum) des plus fameux et des plus illustres, ce temple (templum) qui est exposé quotidiennement aux yeux et à la vue du peuple romain, où le Sénat est souvent convoqué, où ont lieu chaque jour des réunions très nombreuses sur les questions les plus importantes ! C’est dans ce lieu, c’est dans les conversations des gens (in sermone hominum) qu’il a laissé un monument éternel (monumentum aeternum) de son audace35 ».

  • 36 Voir par exemple Cicéron, De domo sua, 100 (dans ce passage, Cicéron joue aussi sur le premier sens (...)
  • 37 Birte Poulsen (Nielsen, Poulsen 1992, pp. 54-60 : « The written sources ») fait l’histoire du templ (...)
  • 38 Dans un autre discours, le Pro M. Aemilio Scauro, Cicéron utilise pour défendre l’accusé deux autre (...)
  • 39 Voir Plutarque, Coriolan, 3, 5 (= 215a) : « On dit que les Dioscures apparurent aux Romains dans ce (...)
  • 40 Cf. Nielsen, Poulsen 1992, pp. 57 et 59-60. Les auteurs renvoient notamment à Ovide, Fastes, I, 705 (...)
  • 41 Pour un exemple analogue, voir l’analyse du Lusus Troiae proposée par John Scheid et Jesper Svenbro (...)

22Le jeu de Cicéron sur le terme monumentum, à la fois monument et souvenir, jeu très fréquent dans ses discours36, est révélateur : ce qui fait la vie et la mémoire du temple, ce sont les événements qui y ont lieu et les souvenirs qui lui sont associés par le peuple de Rome37. Même si cette rhétorique est évidemment destinée à accabler un accusé, elle montre bien que ce qui donne une histoire et un sens au monument, ce sont les regards, les paroles (sermo) et la mémoire vive des citoyens de l’Vrbs. En outre, cette mémoire est cumulative : les souvenirs associés à un tel lieu ne s’effacent pas les uns les autres, mais peuvent être re-mobilisés selon les besoins38. Ainsi, le temple des Dioscures, dont la dimension politique et civique est mise en avant par Cicéron, est aussi un des éléments qui commémorent la victoire des Romains au lac Régille. Cette commémoration passe également par un événement, auquel le monument est associé : le 15 juillet, a lieu, en rappel de cette victoire, une parade de la cavalerie romaine (transuectio equitum) qui passe devant le temple des Dioscures39. Parallèlement, des significations nouvelles, mais qui utilisent l’histoire du lieu, peuvent être ajoutées à celui-ci. En effet, cette transuectio equitum est remise en vigueur par Auguste et elle est alors l’occasion de célébrer les principes iuuentutis (princes de la jeunesse), c’est-à-dire les héritiers présumés du prince, parfois eux-mêmes assimilés aux Dioscures40. La procession et le temple lui-même se trouvent ainsi investis d’une signification dynastique qui est nouvelle41. En définitive, si les monumenta de Rome ont une identité, c’est celle que construisent le regard et la fréquentation des hommes, à un moment donné de l’histoire ; c’est donc une identité plurielle et mouvante, qui n’est pas fixée une fois pour toutes.

  • 42 Voir Gros 1976 a, p. 53 et note 2 (qui renvoie à Macer, Digeste, 50, 10, 3, 2 : « inscribi autem no (...)
  • 43 Voir Thomas 1998, pp. 264-265 et note 4 (cf. Code Théodosien, 15, 1, 31, a. 394).
  • 44 Julius Obsequens rapporte une curieuse anecdote à propos du temple des Dioscures : des lettres du n (...)

23Un dernier facteur montre bien qu’un monument ne se réduit pas à son style architectural ou à celui de certaines de ses parties : ce sont le nom ou les noms sous lesquels il peut être désigné et les inscriptions qui y figurent. Ainsi, dans le passage que Vitruve consacre au temple périptère (III, 2, 5), les édifices mentionnés sont désignés par le nom du dieu ou des dieux auxquels ils sont consacrés (temple de Jupiter Stator, temple d’Honos et de Virtus), mais aussi par celui du dédicant : le temple d’Honos et Virtus fait partie des « Monuments de Marius » (Mariana). Ce genre d’appellation renvoie à des dispositions légales concernant les inscriptions officielles possibles sur un monument public. En effet, seul le magistrat chargé de la construction et de la dédicace d’un temple (c’est-à-dire l’auctor) et, sous l’Empire, seul le prince, avaient le droit d’inscrire leur nom sur un ouvrage public42. Si un autre le faisait, il se rendait coupable d’un crime de lèse-majesté43. C’est dire à quel point compte le nom – romain – qui figure sur un monument ou une statue44 : il est aussi important que sa fonction, son sujet ou son style.

24Les inscriptions qui célèbrent le dédicant peuvent aussi permettre de reconstituer l’histoire « minimale » d’une œuvre. Ainsi, Pline l’Ancien mentionne une statue située près des rostres, dont l’auteur est inconnu, mais qui est remarquable par son sujet : Hercule agonisant, vêtu de la tunique empoisonnée qui cause sa mort, sujet dont il n’y pas d’autre exemple à Rome. Or, précise-t-il,

  • 45 Pline l’Ancien, XXXIV, 93 (texte établi et traduit par H. Le Bonniec ; commentaire : H. Gallet de S (...)

« Cette statue porte trois inscriptions (tituli) : L. Lucullus, général en chef, statue prélevée sur son butin ; la seconde : Le fils de Lucullus, encore mineur, l’a dédiée en vertu d’un sénatus-consulte ; la troisième : T. Septimius Sabinus, édile curule, a rendu au domaine public cette statue, qui était devenue propriété privée. Tant il y eut de luttes pour la possession de cette statue, tant elle suscita d’admiration45 ! »

25Ces inscriptions sont aussi importantes, pour un spectateur romain, que la statue elle-même ; elles en constituent la mémoire et elles célèbrent le souvenir d’individus liés à son histoire (en particulier, celui de Lucius Licinus Lucullus, le triomphateur de 63 av. J.-C.). Là encore, cette mémoire est cumulative, puisque les trois inscriptions demeurent en place et visibles.

  • 46 Voir note ad loc.

26Cette statue d’Hercule, sans doute due à un auteur grec (elle clôt une longue énumération d’œuvres dues à des artistes grecs) et de style grec (pergaménien ou rhodien, suggèrent les commentateurs46), est pourtant romaine par son emplacement (sur le forum), par les inscriptions qui figurent sur son socle, par son propriétaire (le peuple romain). Elle est indissociablement « étrangère » (elle est issue d’un butin pris sur un ennemi étranger) et romaine. On comprend que, selon les cas, elle puisse être définie alternativement comme l’une ou l’autre, en termes d’opposition, comme c’est le cas dans les paroles de Caton l’Ancien citées initialement.

  • 47 L’importation massive d’œuvres grecques a eu lieu à différents moments, selon les auteurs anciens e (...)

27Les discours comme celui de Caton font apparaître le mythe d’une Rome « pure », authentique, d’avant la conquête de la Grèce, d’avant l’importation du luxe et des œuvres d’art47. Ce mythe est synthétisé dans les fameux vers d’Horace :

  • 48 Horace, Épîtres, II, 1 [à Auguste], 156-157 : « Graecia capta ferum victorem cepit et artes/intulit (...)

« La Grèce conquise a conquis son farouche vainqueur et apporté les arts dans le rustique Latium48 ».

28Ce qu’Horace dit ici des artes en général, qui ont envahi Rome, ce que Caton disait des biens nouveaux arrivés à Rome avec la conquête, le poète satirique Juvénal le dit des hommes : à force d’accueillir des Grecs, venus de Grèce centrale comme d’Asie, Rome n’est plus romaine ; ainsi le poète s’écrie-t-il :

  • 49 Juvénal, Satires, III, 60-61 : « Non possum ferre, Quirites, Graecam urbem ; quamvis quota portio f (...)

« Je ne peux, Quirites, supporter une Rome grecque. Et encore ! qu’est-ce que représente la part achéenne dans cette lie49 ? »

  • 50 Sur ces différents adjectifs, voir M. Dubuisson, « Graecus, graeculus, graecari. L’emploi péjoratif (...)
  • 51 Voir Juvénal, Satires, III, 63.

29Ce qui apparaît ici, c’est non seulement l’idée d’une Rome « contre-nature », mais aussi l’idée qu’il existerait des Grecs meilleurs, plus réellement Grecs que les autres : les Achéens – sans qu’on sache clairement si le terme « achéen » renvoie ici aux Achéens d’Homère ou aux habitants de la province romaine d’Achaïe. Quoi qu’il en soit, l’adjectif Achaeus (de même que Graius) est clairement mélioratif, surtout lorsqu’il est opposé à Graecus50. De plus, le nom de la province romaine d’Achaïe (créée en 146 av. J.-C.) renvoie aux prestigieux et mythiques Achéens d’Homère. Dans la satire de Juvénal, l’élément « achéen », qui paraît renvoyer à une Grèce originelle et pure, s’oppose en tout cas à l’invasion subie par Rome de la langue (lingua) et des mœurs (mores) gréco-orientales, mœurs éminemment corrompues51.

  • 52 Cicéron, Pro Flacco, 61. Voir aussi Pline le Jeune, Lettres, VIII, 24, 2.
  • 53 Graecia désigne le plus souvent la Grèce centrale par opposition avec l’Asie Mineure (Asia).

30L’Achaïe romaine, précisément, est parfois définie comme une Grèce pure ; ainsi, dit Cicéron dans le Pro Flacco, Athéniens et Lacédémoniens représentent la « Grèce véritable et authentique » (uera atque integra Graecia)52. Certes, cet argument vise à valoriser leur témoignage en faveur de l’accusé au détriment des Grecs d’Asie, témoins à charge, auxquels Cicéron attribue tous les défauts. Mais il correspond aussi à une hiérarchie établie par les Romains qui fait de l’Achaïe et d’Athènes en particulier un condensé de grécité. L’Achaïe se confond ici avec une Grèce (Graecia)53 idéale, une Grèce faite pour les Romains. C’est en ce sens qu’on peut parler de Grèce imaginaire.

II. La Grèce hors de l’Vrbs

  • 54 Par distinction avec l’expeditio (campagne militaire). L’ouvrage d’Helmut Halfmann (1986) recense t (...)
  • 55 Voir par exemple le récit par Tite-Live (XLV, 27, 5-28, 6) du voyage de Paul Emile en Grèce après P (...)

31Cette Grèce-là, les Romains vont la voir et la visiter. Les grands imperatores de la République et de l’Empire ainsi que les princes ou leurs fils, à l’occasion d’un déplacement officiel dans une province, font souvent un détour sur leur itinéraire pour se rendre dans un endroit que la tradition définit comme digne d’être vu (uisendus). Ces « visites » ou peregrinationes54 se rattachent donc plutôt à l’otium, par distinction avec le negotium, l’exercice d’une charge politique, ou avec le labor militaire. Elles consistent à visiter successivement (peragrare, circumire55) des villes ou différents sites dans une même ville.

  • 56 Cf. Tacite, Annales, II, 54, 1 sur Germanicus en Asie Mineure (« cupidine ueteres locos et fama cel (...)
  • 57 Voir Cicéron, Sur les pouvoirs de Pompée, 40 : « Jamais la cupidité ne lui [Pompée] a fait quitter (...)
  • 58 À propos des politiques opposées de pillage et de restitution des œuvres, la tradition oppose notam (...)
  • 59 Pline l’Ancien, XXXIV, 58 (texte cité par Wardman 1976, pp. 32 et 58, qui renvoie aussi à Res gesta (...)

32Les récits qui rendent compte de ces visites les présentent comme le résultat d’un « désir d’aller voir », de « voir », de « connaître » (cupido adeundi, uisendi, noscendi)56 tel ou tel lieu renommé. Il semble que ce désir-là s’oppose implicitement à un cupido capiendi, c’est-à-dire à la politique de pillage qui a pu être menée lors de la conquête de la Grèce (par exemple, lors de la prise de Syracuse ou de Corinthe) et qui caractérise le comportement de mauvais généraux ou de mauvais gouverneurs (Verrès, par exemple)57. De plus, lorsque la Grèce et l’Asie sont devenues des provinces romaines, le fait qu’un imperator, un gouverneur ou un empereur s’approprie des œuvres d’art manifeste une attitude tyrannique, qui s’oppose à une politique consistant à restituer ces œuvres ou à les laisser sur place58. Ainsi, d’après Pline l’Ancien, Antoine enlève aux habitants d’Éphèse une statue d’Apollon réalisée par le célèbre sculpteur grec Myron, mais Auguste, averti par un rêve, la leur restitue59.

33Les villes, les sites, les temples que les imperatores de la République, les empereurs ou les lettrés (litterati) romains vont voir sont donc tous déjà connus (nobilis), illustres (inclutus, illustris), répertoriés comme mémorables (memorabilis), par une tradition orale ou/et écrite : ces Romains vont voir le mémorable, si l’on peut dire ; ils vont voir Homère, Démosthène, Périclès…, comme on va le montrer. Deux villes sont particulièrement l’objet des peregrinationes romaines : Athènes et Troie.

Athènes

34Voici comment Cicéron définit l’Athènes du ier siècle dans le De Oratore :

  • 60 De oratore, III, 43 : « Athenis iam diu doctrina ipsorum Atheniensium interiit, domicilium tantum i (...)

« Athènes a depuis longtemps vu disparaître la science des Athéniens eux-mêmes ; elle n’est plus qu’un séjour d’études, auxquelles les habitants sont insensibles, mais dont viennent jouir les étrangers, séduits (capti) en quelque façon par le nom et le prestige de la cité60 ».

  • 61 À la fin de la République, Cicéron et d’autres Romains de bonne famille font un séjour en Grèce, en (...)

35Là encore, les Romains, conquérants de la Grèce, apparaissent conquis par elle ; plus précisément, les lettrés (litterati) le sont par Athènes, devenue, d’après ce passage, ville « universitaire » destinée d’abord aux non-Grecs61. Mais ce même Cicéron se plaît aussi à montrer que, pour les érudits de son époque, l’intérêt principal des cités grecques réside dans le passé, plus que dans le présent et la fréquentation des vivants. Ainsi, Atticus explique en ces termes à Marcus et à Quintus Cicéron son plaisir d’être à Athènes :

  • 62 Cicéron, De legibus, II, 4 : « Me quidem ipsae illae nostrae Athenae non tam operibus magnificis ex (...)

« Si mon Athènes me plaît, ce n’est pas tant par ses bâtiments grandioses et les chefs d’œuvre artistiques des Anciens que par le souvenir de ses très grands hommes, quand je regarde où chacun d’eux habitait, où il avait coutume de se tenir assis, d’enseigner, et c’est avec passion que je contemple aussi leurs tombeaux62 ».

  • 63 Voir Catherine Baroin, « Le rôle de la vue dans les arts de la mémoire latins », Actes des Journées (...)

36Les grandes figures du passé évoquées ici semblent être essentiellement des philosophes (ceux qui sont assis pour enseigner et discuter). Aux monumenta-œuvres d’art (opera), Atticus préfère les monumenta-tombeaux (sepulcra) et le souvenir (recordatio) de ces hommes. Ici, c’est la mémoire des Romains lettrés qui fait vivre Athènes. Cette idée est développée au début du livre v du De finibus63. Ce passage réunit Cicéron et ses amis dans les jardins de l’Académie de Platon, tout près d’Athènes. Là, chacun évoque la figure illustre d’un écrivain ou d’un philosophe qu’il admire particulièrement et dont il se réclame. Lucius Cicéron (le cousin germain de Cicéron) s’est rendu pour sa part dans un endroit autrefois fréquenté par Démosthène et il est aussi allé voir le tombeau de Périclès ; il termine par cette remarque :

  • 64 Cicéron, De finibus, V, 6.

« Du reste, des lieux de ce genre, il y en a une infinité dans cette ville ; en effet, en quelque endroit que nous allions, nous posons nos pas dans de l’histoire (quacumque enim ingredimus, in aliqua historia vestigium ponimus)64 ».

  • 65 Voir par exemple Tacite, Annales, II, 60, 3 : Germanicus en Égypte va voir « les grandes ruines (ma (...)
  • 66 Cf. Cicéron, Brutus, 281 ; De lege agraria, II, 98 ; Pline le Jeune, Lettres, VIII, 13 ; Sénèque, C (...)
  • 67 Sur l’Athènes idéale des Romains créée par l’empereur Hadrien, voir l’article d’Onno van Nijf dans (...)
  • 68 Voir Cicéron, De finibus, V, 4 : « il y a, dans chaque quartier d’Athènes, dans les lieux mêmes, de (...)

37Il y a ici un jeu sur le terme vestigium : les vestigia sont les traces du passé65, mais ponere vestigium signifie « mettre ses pas dans » (uestigium désigne l’empreinte des pas). Or le fait de mettre ses pas dans ceux d’un autre est une métaphore récurrente dans les textes latins pour signifier l’imitation d’un modèle66. Les lettrés réunis autour de Cicéron dans le De finibus se réfèrent aux philosophes et aux savants grecs comme à des modèles, mais ils prennent leur suite et se mettent à leur place. En quelque sorte, ce sont eux les véritables Athéniens « modernes67 ». Athènes est une ville historique au passé glorieux, mais ce passé resterait probablement mort, à l’image des tombeaux des grands hommes, sans des Romains capables de lire les signes (indicia) du passé68.

Troie

  • 69 Sur ce texte, voir Bilinski 1947.

38Autre haut lieu de la Grèce imaginaire visité par les Romains : le site de la Troie homérique. Un de ses visiteurs les plus célèbres est Jules César, qui s’y arrête alors qu’il poursuit Pompée réfugié en Égypte. La principale source sur cette visite est la Pharsale de Lucain69 ; peu importe que cette visite ait eu réellement lieu ou non : le texte de Lucain est très révélateur du rapport entretenu par les Romains avec Troie. Le récit commence ainsi :

  • 70 Lucain, Pharsale, IX, 961-964 :
    « Sigeas petit famae mirator harenas
    et Simoentis aquas et Graio nob (...)

« [César] gagne le rivage de Sigée, plein d’admiration pour la renommée, et les eaux du Simoïs et le promontoire de Rhétée, que fait connaître la tombe grecque, et les ombres qui doivent beaucoup aux poètes. Il parcourt le nom mémorable de Troie brûlée70 ».

  • 71 Pomponius Méla, Chorographie, I, 93-94 : « […] Ilion, ville entre toutes illustre par la guerre qu’ (...)
  • 72 Strabon, Géographie, XIII, 1, 38 (= XIII, 599).

39César marche littéralement dans Homère, dans la mémoire, dans les noms fameux. Les « ruines mêmes ont péri » (vers 969 : « etiam periere ruinae »), précise Lucain, mais César regarde (aspicit, vers 970) les sites de la mythologie troyenne (le lieu du jugement de Pâris, l’endroit d’où fut enlevé Ganymède, etc.). Ainsi, « il n’y a pas une pierre qui n’ait un nom » (vers 973 : « nullum est sine nomine saxum »). Ce que voit César, ce sont les souvenirs qu’il a d’Homère et de la mythologie troyenne en tant que Romain. Cet intérêt pour la Troie homérique et l’absence d’allusion à la colonie romaine d’Ilium Nouum apparaissent aussi dans un tout autre type de texte comme la Chorographie de Pomponius Méla, qui « lit » le paysage de l’antique Troie grâce à la mythologie71. Sans cela, du reste, rien n’est visible : d’après Strabon72, il ne subsiste aucune trace (ichnos) de l’ancienne Troie…

  • 73 Selon Bronislaw Bilinski, Lucain ne mentionne pas le voyage d’Alexandre, mais ne peut l’ignorer (vo (...)
  • 74 Strabon, Géographie, XIII, 1, 27 (= XIII, 594-595). Au ve s. apr. J.-C., Sidoine Apollinaire dit av (...)
  • 75 Cf. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XVII, 17, 3 ; Plutarque, Alexandre, 15, 7-9 : « Il (...)
  • 76 Cf. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XVII, 18, 1 ; Strabon, Géographie, XIII, 1, 26 (= X (...)

40Mais la visite de César à Troie a d’autres dimensions : le général romain a dans ces lieux un illustre prédécesseur, Alexandre73. Strabon fait un parallèle explicite entre les deux visiteurs : en allant à Troie, Alexandre est « philomèros » ; César se montre lui « philalexandros »74. Mais chacun des deux conquérants rend hommage à celui dont il prétend être issu : Achille, pour Alexandre75, et Énée, pour César. Alexandre fait un sacrifice à Athéna Ilias (la déesse poliade)76 ; César s’adresse au Palladium, sous le nom « Pallas » (synonyme d’Athéna ou de Minerve). Lucain met en effet cette prière dans la bouche de César :

  • 77 Lucain, Pharsale, 990-997 :
    « Di cinerum, Phrygias colitis quicumque ruinas,
    Aeneaeque mei, quos nun (...)

« Dieux de ces cendres, vous tous qui habitez les ruines Phrygiennes, et vous, Lares d’Énée, mon ancêtre, sur lesquels veillent aujourd’hui Lavinium et Albe, et dont le feu venu de Phrygie brille encore aujourd’hui sur nos autels, et toi, Palladium, qu’aucun homme n’a vu, gage mémorable conservé dans la partie cachée du temple, c’est le plus illustre descendant de la race d’Iule qui offre un pieux encens à vos autels et vous invoque selon les rites dans votre première demeure77 ».

  • 78 Sur cette double parenté (suggeneia) de César avec Ilion, voir de même Strabon, Géographie, XIII, 1 (...)
  • 79 Sur la légende des origines troyennes de Rome, voir Ferrary 1988, p. 223 sq. ; cette légende est «  (...)

41César se pose donc ici en descendant d’Énée (par l’intermédiaire de son fils Iule, revendiqué comme ancêtre éponyme de la gens Iulia) et en Romain descendant des Troyens78. À Troie, se superposent pour César une mémoire culturelle et littéraire (la mémoire d’Homère), une mémoire généalogique personnelle et une mémoire nationale. Si aller à Troie est un comportement qui relève, pour César, de l’imitatio Alexandri et, comme tel, d’une façon de faire le Grec, c’est aussi une façon de faire le Romain, ou plus exactement de se donner comme Romain-Troyen79.

  • 80 Tacite, Annales, II, 54, 4 : « Igitur adito Ilio quaeque ibi uarietate fortunae et nostri origine u (...)
  • 81 Voir Anthologie palatine IX, 62, 152, 153, 155.

42César n’est pas le seul à faire un « pèlerinage » à Troie. Sous l’Empire, Germanicus se rend lui aussi à Ilion ; Tacite rapporte que l’imperator va voir (adire) la ville et « tout ce que les retournements de la fortune et l’origine de notre peuple rendent digne d’un respect religieux80 ». Cette Troie, qui est ici encore la Troie homérique, apparaît à la fois comme un des exempla traditionnels des vicissitudes du sort81 et comme le lieu d’où est issue la nation romaine.

  • 82 Tite-Live, XXXV, 43, 3. L’exemple le plus ancien d’un tel sacrifice fait par un « homme d’Asie » es (...)

43En outre, le sacrifice aux dieux de Troie paraît être une espèce de passage obligé pour les conquérants qui passent d’Asie en Europe ou d’Europe en Asie. Ainsi, le souverain de Syrie Antiochus III, avant de traverser l’Égée en 192 av. J.-C., monte à Ilion pour sacrifier à Minerve82. C’est aussi ce que fait son futur vainqueur : Lucius Scipion, le consul de 190, frère de Publius Scipion l’Africain, avant la bataille de Magnésie du Sipyle. Tite-Live raconte ainsi l’épisode :

  • 83 Tite-Live, XXXVII, 37, 1-3 : « [...] Dardanum primum, deinde Rhoeteum, utraque ciuitate obuiam effu (...)

« Il se rendit d’abord à Dardanos, puis à Rhétée, et dans les deux cités la foule se répandit à l’extérieur des maisons pour aller à sa rencontre. Ensuite, il s’avança vers Ilion, et, après avoir installé son camp dans la plaine qui est sous les murailles, il monta à la cité et à la citadelle et offrit un sacrifice à Minerve, la gardienne de la citadelle ; les habitants d’Ilion, de leur côté, proclamaient dans toute marque d’honneur en fait et en paroles que les Romains étaient leurs descendants, et les Romains étaient heureux de leur origine83 ».

  • 84 Voir encore Ferrary 1988, p. 223 : la légende des origines troyennes avait pris « au début du iie s (...)
  • 85 Sur le fait que les Romains soient Grecs depuis toujours : cf. Denys d’Halicarnasse, Antiquités rom (...)

44Là aussi, la présence des noms Dardanos (la ville de Dardanie), qui renvoie à l’un des ancêtres fondateurs de Troie, et Rhétée (là où se trouve la tombe d’Ajax) reporte le lecteur de Tite-Live au monde mythologique et épique. Le sacrifice à la déesse poliade, appelée de son nom latin Minerve, répète les sacrifices des conquérants et souverains antérieurs. Enfin, la parenté entre Troyens et Romains est revendiquée à la fois par les habitants d’Ilium Nouum, héritiers eux-mêmes des Troyens homériques, qui veulent en tirer avantage, et par les Romains84. Le mythe des origines troyennes de Rome n’existe pas seulement dans les livres, mais il est actualisé par une série de gestes politiques et officiels. Les visites de l’Ilion homérique, les sacrifices à la Minerve troyenne servent aussi à dire que l’hégémonie en Orient a changé de mains : ce ne sont plus les Grecs qui la détiennent mais les Troyens-Romains, et l’Asie est désormais du côté des Romains. Ces gestes visent également à affirmer de façon publique et nationale la mixité de lieux de mémoire à la fois Grecs et Romains, et une identité « romano-troyenne ». Les Romains, grecs depuis toujours et avant même l’arrivée d’Énée en Italie85, sont à la fois héritiers de la Grèce de la période archaïque (celle de Troie) et classique (celle d’Athènes).

  • 86 Cf. Georges Dumézil, La Religion romaine archaïque, Paris, Payot, 1987 (2e éd.), p. 313 : « La popu (...)
  • 87 Cicéron, Pro M. Aemilio Scauro, 48 : « […] le Palladium qui est comme le garant de notre salut et d (...)

45Le Palladium évoqué par le César de Lucain constitue une belle image de la double identité romaine, de l’« altérité troyenne » incluse. Même si ce Palladium ne semble pas avoir été honoré d’un culte particulier86, il apparaît comme un objet symbolique essentiel qui fait le lien entre Troie et Rome d’après le témoignage de Lucain qui le définit comme un « gage mémorable » (pignus memorabile), et aussi d’après celui de Cicéron qui l’appelle « le garant de notre salut et de celui de l’Empire87 ». Le Palladium assure de façon permanente un lien à la fois mythique, historique et géographique entre le passé et le présent, entre l’Asie et l’Italie. Même invisible, le Palladium troyen est au cœur de la cité, de son foyer, de même que les Romains ont en eux une part d’identité troyenne, toujours présente.

  • 88 Pour une remise en cause de ce genre, voir l’article de Mary Beard dans ce volume.

46Au terme de cette étude, on peut proposer de remettre en cause la notion d’hellénisation qu’on rencontre si souvent chez les historiens et les archéologues88. En effet, les Romains se définissent eux-mêmes comme grecs depuis toujours et il faut donc s’interroger sur le sens qu’ils donnent à Romanus, Graecus en particulier, sens qui ne peut être défini qu’en tenant compte du contexte.

47Parallèlement au lexique, l’identité des hommes, comme celle des rites et des monuments, ne paraît pas donnée d’avance, mais elle ressemble plus à une construction toujours refaite, ré-élaborée, repensée. C’est ce qui frappe à la lecture d’un éloge que Cicéron consacre à Varron et en particulier à ses Antiquités. En voici un extrait :

  • 89 Cicéron, Academica posteriora, I, 3, 9 : « […] nos in nostra urbe peregrinantis errantisque tanquam (...)

« alors que nous étions étrangers (peregrinantes) dans notre propre ville, errants, comme des hôtes de passage, tes livres nous ont, pour ainsi dire, conduits chez nous, pour que nous puissions enfin reconnaître qui nous sommes et où nous sommes. C’est toi qui as révélé l’âge de notre patrie, la succession des époques, les lois concernant les actes religieux et les prêtres ; toi qui as révélé l’organisation intérieure, la discipline militaire, l’emplacement des quartiers et des lieux ; toi qui de toutes les choses divines et humaines as révélé les noms, les espèces, les fonctions et les causes89 ».

48Ici, savoir qui on est n’est possible que par le commentaire des livres, l’exégèse savante qui donne accès à la connaissance du passé et du présent. Les Romains ont sans doute d’autres moyens de définir et d’affirmer leur identité : les rites religieux et sociaux, les célébrations de sacrifices aux dieux, etc. Reste que l’identité, grecque, étrusque, romaine, troyenne, ou mixte, est l’objet d’incessantes affirmations et renégociations.

Bibliographie

Beard, Henderson 2001 : Mary Beard et John Anderson, Classical art from Greece to Rome, Oxford, Oxford University Press, 2001.

Bilinski 1947 : Bronislaw Bilinski, « De Lucano Troiae periegeta observationes », Eos, 42, 947, pp. 90-121.

Boyancé 1953 : Pierre Boyancé, « Le voyage du lettré romain en Grèce », L’Information littéraire., V, 1953, pp. 137-143.

Callebat 2004 : Louis Callebat, Vitruve, De l’architecture, VI, édition, traduction et commentaire, Paris, Les Belles Lettres, 2004.

Courtieu 2004 : Gilles Courtieu, « La visite d’Alexandre le Grand à Ilion/Troie », Gaia, n° 8, 2004, pp. 123-141.

Daly 1950 : Lloyd W. Daly, « Romans study abroad », American Journal of Philology, 71, 1950, pp. 40-58.

Dupont 2002 : Florence Dupont, « Rome ou l’altérité incluse », Revue Descartes, octobre 2002, pp. 41-54.

Dupont, Valette-Cagnac, 2005 : Florence Dupont et Emmanuelle Valette-Cagnac (dir.), Façons de parler grec à Rome, Paris, Belin, 2005.

Ferrary 1988 : Jean-Louis Ferrary, Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, de la seconde guerre de Macédoine à la guerre contre Mithridate, B.E.F.A.R., n° 271, Paris-Rome, De Boccard, 1988.

Gros 1976a : Pierre Gros, Aurea templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Rome, B.E.F.A.R., n° 231, Paris-Rome, De Boccard, 1976.

Gros 1976b : Pierre Gros, « Les premières générations d’architectes hellénistiques à Rome », Mélanges offerts à Jacques Heurgon, L’Italie préromaine et la Rome républicaine, t. I, E.F.R., n° 27, Paris-Rome, De Boccard, 1976, pp. 387-410.

Gros 1979 : Pierre Gros, « Les statues de Syracuse et les “dieux” de Tarente (La classe politique romaine devant l’art grec à la fin du iiie siècle av. J.-C.) », R. E. L., 57, 1979, pp. 85-114.

Gros 1990 : Pierre Gros, Vitruve, De l’architecture, III, édition, traduction et commentaire, Paris, Les Belles Lettres, 1990.

Gros 1992 : Pierre Gros, Vitruve, De l’architecture, IV, édition, traduction et commentaire, Paris, Les Belles Lettres, 1992.

Halfmann 1986 : Helmut Halfmann, Itinera principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich, Stuttgart, Franz Steiner, 1986.

Nielsen, Poulsen 1992 : Inge Nielsen et Birte Poulsen, The temple of Castor and Pollux. The pre-Augustan temple phases with related decorative elements, LSA, 17, Rome, De Luca, 1992.

Saïd 1991 : Suzanne Saïd (éd.), Hellenismos. Quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque, Actes du colloque de Strasbourg, 25-27 octobre 1989, Leyde, E. J. Brill, 1991.

Thomas 1998 : Yan Thomas, « Les ornements, la cité, le patrimoine », dans Images romaines, Actes de la table ronde organisée à l’E.N.S. par Florence Dupont et Clara Auvray-Assayas (24-26 octobre 1996), Clara Auvray-Assayas (éd.), P.E.N.S., Paris, 1998, pp. 263-283.

Veyne 1975 : Paul Veyne, « L’hellénisation de Rome et la problématique des acculturations », Diogène, 106, 1975, pp. 3-29.

Wardman 1976 : Alan Wardman, Rome’s debt to Greece, Bristol Classical Press, Londres, 1976.

Notes

1 Tite-Live, XXXIV, 4, 3-4 : « […] horreo, ne illae magis res nos ceperint quam nos illas. Infesta, mihi credite, signa ab Syracusis illata sunt huic urbi. Iam nimis multos audio Corinthi et Athenarum ornamenta laudantes mirantesque et antefixa fictilia deorum Romanorum ridentes. » (sauf mention contraire, les traductions sont personnelles). Ce discours est destiné à défendre la loi Oppia.

2 Il ne faut donc pas utiliser ce type de textes comme des documents donnant accès à une réalité historique en matière de monuments et d’œuvres d’art. Sur ce point, voir Gros 1979, p. 85 : « Les textes relatant les premiers contacts durables de Rome avec les richesses artistiques des villes grecques d’Italie du Sud et de Sicile paraissent tellement liés, dans l’historiographie antique, aux développements moroses sur le commencement de la luxuria, qu’il est difficile de saisir derrière leur babillage idéologique, les réalités auxquelles ils renvoient ».

3 Dans le discours des moralistes, l’argile apparaît comme le matériau typiquement ancien et non luxueux : voir Sénèque, Consolation à Helvia, 10, 7 (les maisons et les temples n’étaient pas ornés d’or et de pierreries ; de même, les ancêtres avaient des « fictiles dei » : des dieux d’argile) ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XXXVI, 6 qui oppose les « fictilia deorum fastigia » (les faîtes d’argile des dieux) au luxe des maisons privées (sur ce passage, voir Gros 1976a, p. 70).

4 Sur cette notion, voir Dupont 2002 et Dupont, Valette-Cagnac 2005, pp. 255-263.

5 Sur ce genre de questions, voir la deuxième partie de ce volume.

6 Centre Louis Gernet, séminaire « Façons romaines de faire le Grec », 7 mars 2002.

7 Sur l’hellénisation dans le domaine des beaux-arts, voir infra, note 47.

8 Voir l’article de Mary Beard dans ce volume.

9 Nielsen, Poulsen 1992, p. 54 (cf. Tite-Live, II, 20, 12-13 et Denys d’Halicarnasse, VI, 13, 4).

10 Nielsen, Poulsen 1992, p. 56 et note 27.

11 Nielsen, Poulsen 1992, p. 115.

12 Nielsen, Poulsen 1992, p. 114. Selon ces auteurs, on ne peut déterminer si ce temple avait ou non des colonnes à l’arrière. Sur les temples périptères, voir Vitruve, III, 2, 5 ; Vitruve met les deux types de temples (avec et sans posticum) dans la même catégorie. Sur Hermogène et Hermodore, voir Gros 1976 b et infra, note 23.

13 Nielsen, Poulsen 1992, pp. 114-115.

14 Sur cette question dans le domaine de l’art en général et de la sculpture en particulier, voir l’article de Mary Beard dans ce volume et Beard, Henderson 2001, pp. 23 et 73 (p. 73 : « Does, for example, a sculpture made in Rome by Greek sculptors count as “Greek” or as “Roman” ? And what of a sculpture made in the Greek world for a Roman patron ? »).

15 Voir Gros 1976a, p. 111 : « Les temples tardo-républicains, construits par des architectes dont plus d’un avait dû suivre, directement ou indirectement, les enseignements d’un Hermodoros ou de tout autre théoricien de l’ionisme oriental, attiré à Rome par les programmes édilitaires des grand imperatores vainqueurs de la Grèce et de l’Asie, présentent de ces magistrales leçons une interprétation proprement italique. » et p. 114 : à l’époque d’Auguste, le plan périptère ne véhicule plus « des références explicites à la grande architecture classique » ; il est « une occasion d’exploiter les ressources des colonnades denses, en fonction des possibilités offertes par le terrain ou le contexte monumental ». Voir aussi ibid., pp. 72 et 77.

16 Voir Gros 1976a, p. 232 et note 303 : la corniche (avec modillon à double spirale) du temple des Dioscures est démarquée de la porte nord de l’Érechthéion d’Athènes.

17 Le vocabulaire désignant quelque chose qui est étranger à Rome (les adjectifs externus, peregrinus, alienus, alienigenus, l’adverbe peregre) n’est jamais appliqué par Vitruve à des éléments dits « grecs » ou, de façon générale, non romains. Cependant, l’adjectif italicus apparaît trois fois, comme épithète des noms consuetudo et mos, pour marquer une opposition avec une particularité architecturale ou un type d’édifice qui ne sont pas habituels en Italie : la palestre (V, 11, 1) et l’oecus cyzicène (VI, 3, 10), et pour distinguer les bâtiments (aedificia) qui suivent la « coutume italique » (Italicus mos) de ceux qui suivent les principes des Grecs (Graecorum instituta). Sur ce que les Romains font de la palestre grecque, voir le chapitre de Pierre Cordier, dans Dupont, Valette-Cagnac, 2005, pp. 81-102, et son article dans ce volume.

18 Vitruve, IV, 8, 5 : « Nonnulli etiam de tuscanicis generibus sumentes columnarum dispositiones transferunt in corinthiorum et ionicorum operum ordinationes, et quibus in locis in pronao procurrunt antae, in isdem e regione cellae parietum columnas binas conlocantes efficiunt tuscanicorum et graecorum operum communem ratiocinationem. » (traduction Pierre Gros).

19 À ce sujet, voir l’article de Mary Beard dans ce volume et l’article de Catherine Baroin, dans Dupont, Valette-Cagnac 2005, pp. 103-134. L’adjectif « corinthien » est parfois utilisé pour désigner à la fois un ordre et le matériau : cf. Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XXXIV, 13 : un portique double (porticus duplex) élevé près du cirque Flaminius par Cn. Octavius en 168 est dit corinthien parce qu’il a des chapiteaux de bronze, c’est-à-dire des chapiteaux recouverts de bronze. Sur ce texte, voir Gros 1976 b, p. 391 : « Les chapiteaux de bronze – entendons les feuilles de métal, qui recouvraient les chapiteaux de pierre laissés en épannelage – devaient être corinthiens ».

20 Gros 1976b, p. 391 (suite de la citation précédente) : « Certes, l’épithète corinthia, appliquée au portique tout entier, semble se référer, dans la notice de Pline, à l’origine géographique du bronze, mais il s’agit sans doute d’un adjectif d’excellence […] ».

21 Cf. Gros 1992, note 2 ad Vitruve, IV, préface 2, à propos du terme ionique : « La volonté d’universalisme des préceptes de III conduisait Vitruve à éviter toute référence trop insistante sur l’origine géographique ou ethnique des formes décrites ».

22 Voir Gros 1990, notes 1 et 2 (pp. 84-85) ad Vitruve, III, 2, 5.

23 Vitruve, III, 2, 5. Voir Gros 1990, note 5 ad loc. : Hermodoros travaille pour le compte de la nobilitas romaine pendant toute la seconde moitié du iie s. av. J.-C ; et note 7 ad loc. : Mucius est un architecte romain, épigone d’Hermodoros.

24 Il y a chez Vitruve une volonté de promouvoir l’architecture « romaine », faite sur le territoire de Rome et pour des Romains, dans le choix des exemples ; de plus, l’architecture romaine est donnée comme équivalente à l’architecture « grecque » (d’Achaïe ou d’Asie mineure) ; il n’y a pas entre elles de différence de nature.

25 Voir par exemple Vitruve, IV, 3, 8-10 sur les oeci corinthiens, tétrastyles, égyptiens et ceux qui sont appelés par les Grecs cyzicènes.

26 Voir par exemple Vitruve, VI, 3, 1 : il y a cinq types de caua aedium : toscan (tuscanicum), corinthien, tétrastyle, displuviatum (avec écoulement de la pluie à l’extérieur), testudinatum (avec un plafond à quatre pans) ; les adjectifs « géographiques » sont sur le même plan que les termes qui expriment seulement des particularités architecturales. Cela n’empêche pas que les adjectifs géographiques puissent toujours être interprétés en terme d’origine par les Anciens (voir Vitruve, IV, 1, 8-9, qui fait l’étiologie des chapiteaux corinthiens) ou les modernes (voir Callebat 2004, note ad Vitruve, VI, 3, 10 qui renvoie à Pierre Gros, L’architecture romaine 2. Maisons, palais, villas et tombeaux, Picard, Paris, 2001, p. 66).

27 Voir Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XXXIV, 98 (Graecanicus color) ; XXXVI, 188 (Graecanicum pauimentum). A. Rouveret (note ad loc.) identifie ce pavement à ceux que décrivent Vitruve (VII, 7, 4-5) et Palladius (1, 8, 4), qui sont des pavements utilisés par « les Grecs » (Graeci) pour des salles à manger d’hiver.

28 Vitruve, II, 3, 3 : « Fiunt autem laterum genera tria : unum, quod graece Lydium appellatur, id est quo nostri utuntur » (traduction Pierre Gros).

29 Les deux autres types de brique sont utilisés par les Grecs (Graeci) et nommés par Vitruve sous une forme qui suit la déclinaison grecque, quel que soit l’alphabet utilisé (« pentadôron » et « tetradôron »).

30 Voir l’article de John Scheid dans ce volume.

31 Vitruve, IV, 8, 6 : « Haec autem genera propter usum sacrificiorum conuertuntur. Non enim omnibus diis isdem rationibus aedes sunt faciundae, quod alius alia uarietate sacrorum religionum habet effectus » (traduction Pierre Gros).

32 Voir note 4 ad loc. de Pierre Gros : Vitruve est ici « péremptoire et évasif » ; « On voit mal à vrai dire en quoi les rites sacrificiels auraient une quelconque incidence sur le choix du plan des temples », et note 5.

33 Sur les fora, voir Vitruve, V, 1, 1-2 : dans les villes d’Italie, il faut tenir compte du fait que des combats de gladiateurs ont lieu sur le forum, suivant la coutume ancestrale ; sur les théâtres, voir V, 6, 1-2 : le pulpitum des théâtres romains doit être plus large que ceux des théâtres grecs puisque, dans le monde romain, l’orchestra est occupée par les sièges des sénateurs ; sur la maison, voir VI, 7, 1 : « Parce que les Grecs n’utilisent pas d’atrium, ils n’en construisent pas » (« Atriis Graeci quia non utuntur, neque aedificant […] »). Sur la « maison grecque » telle qu’elle est décrite par Vitruve, voir Callebat 2004, introduction, pp. XXXII-XXXVIII et XLV-XLVI.

34 Gros 1976a, p. 114. Le temple est utilisé pour les réunions du sénat à partir de 160 av. J.-C. (cf. Nielsen, Poulsen 1992, p. 55 et note 25).

35 Cicéron, Verrines, II, 1, 129. Voir aussi ibid., 130 : « […] cet homme [Verrès] a voulu laisser de ses brigandages une preuve éclatante, telle que nous pussions, non pas en entendre parler quelquefois, mais bien la voir tous les jours » (« […] iste […] uoluit clarissimum relinquere indicium latrociniorum suorum, de quo non audire aliquando sed uidere cotidie possemus. ») Indicium appartient au vocabulaire judiciaire. Les archéologues n’ont trouvé aucune trace des travaux mentionnés par Cicéron. Notons encore que, chez Cicéron, il n’est jamais question de l’origine (romaine ? grecque ?) des éléments décoratifs (statues et objets d’art : cf. § 133), mais de la beauté et du bon état de l’édifice.

36 Voir par exemple Cicéron, De domo sua, 100 (dans ce passage, Cicéron joue aussi sur le premier sens de monumentum : tombeau).

37 Birte Poulsen (Nielsen, Poulsen 1992, pp. 54-60 : « The written sources ») fait l’histoire du temple des Dioscures en s’appuyant sur les sources écrites. La période pour laquelle il existe le plus de témoignages est le dernier siècle de la République parce que le temple y joue un rôle en tant que lieu de réunion du sénat et aussi parce qu’y a été adjoint un tribunal. Voir par exemple Plutarque, Sylla, 33, 5 : Sylla voit le meurtre de Lucrétius Ofella, qu’il a commandité, « assis à son tribunal dans le sanctuaire de Castor et Pollux » (traduction Robert Flacelière et Émile Chambry).

38 Dans un autre discours, le Pro M. Aemilio Scauro, Cicéron utilise pour défendre l’accusé deux autres souvenirs liés au temple : « Cette curie vous apporte le témoignage (testatur) du temps où son père était, avec autorité et fermeté, le premier personnage de l’État ; on dirait que L. Métellus lui-même, son grand-père, a établi sous vos yeux (uestro conspectu), dans ce temple, les dieux les plus saints, afin qu’ils intercèdent auprès de vous en faveur de son petit-fils, puisqu’ils ont eux-mêmes bien souvent apporté leur aide à bien des hommes en difficulté, qui les imploraient » (traduction Pierre Grimal). La fin du passage fait allusion à la bataille du Lac Régille.

39 Voir Plutarque, Coriolan, 3, 5 (= 215a) : « On dit que les Dioscures apparurent aux Romains dans cette bataille, et qu’aussitôt qu’elle fut terminée, on les vit au forum, sur leurs chevaux ruisselants de sueur, annoncer la victoire, à l’endroit où se trouve maintenant le temple qui leur est dédié, près de la fontaine. De là vient que le jour de cette victoire, les ides de juillet, a été consacré aux Dioscures » (traduction Robert Flacelière et Émile Chambry), et Denys d’Halicarnasse, VI, 13, 4-5 : parmi les nombreux signes (sèmeia) de l’apparition de Castor et Pollux à Rome, il y a le temple, la fontaine, les sacrifices célébrés aux ides de juillet et la procession (pompè) de cavaliers romains. Cette « fontaine », nommée dans les deux textes, est le Lacus Iuturnae.

40 Cf. Nielsen, Poulsen 1992, pp. 57 et 59-60. Les auteurs renvoient notamment à Ovide, Fastes, I, 705-708 : « Au sixième jour qui précède les Calendes a été dédié le temple des dieux fils de Léda. il fut élevé aux divins frères par des frères issus d’une famille divine, près du bassin de Juturne » (traduction Robert Schilling).

41 Pour un exemple analogue, voir l’analyse du Lusus Troiae proposée par John Scheid et Jesper Svenbro (Le métier de Zeus, Paris, Errance, 2003 2e éd., pp. 40-45).

42 Voir Gros 1976 a, p. 53 et note 2 (qui renvoie à Macer, Digeste, 50, 10, 3, 2 : « inscribi autem nomen operi publico alterius quam principis aut eius, cuius pecunia id opus factum sit, non licet »).

43 Voir Thomas 1998, pp. 264-265 et note 4 (cf. Code Théodosien, 15, 1, 31, a. 394).

44 Julius Obsequens rapporte une curieuse anecdote à propos du temple des Dioscures : des lettres du nom des consuls Antoine et Dolabella qui figuraient sur (ou dans ?) le temple se détachèrent, présage qu’ils quitteraient leur patrie (68 : « In aede Castoris nominum litterae quaedam Antonii et Dolabellae consulum excussae sunt, quibus utrisque alienatio a patria significata »).

45 Pline l’Ancien, XXXIV, 93 (texte établi et traduit par H. Le Bonniec ; commentaire : H. Gallet de Santerre et H. Le Bonniec, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1983, 1re éd. : 1953).

46 Voir note ad loc.

47 L’importation massive d’œuvres grecques a eu lieu à différents moments, selon les auteurs anciens et modernes. Pour Polybe, par exemple, décisive est la prise de Syracuse par Marcellus, en 212 (voir Gros 1979, p. 101) ; selon une formule de Paul Veyne (1975), il faudrait voir dans cette date le début d’une « seconde hellénisation », après une première qui daterait de la prise de Tarente en 272. Quant à la prise de Corinthe (146 av. J.-C.), elle joue, selon Pline l’Ancien (XXXV, 41), un rôle essentiel (le vainqueur de Corinthe, L. Mummius, aurait été le premier à exposer dans un lieu public une « peinture étrangère » : pictura externa). De fait, voir Thomas 1998, p. 264 et note 3 : « C’est depuis le pillage de Syracuse que les victoires militaires sur les Grecs devinrent la source régulière de l’ornatus Vrbis […]. De même, après la destruction de Corinthe ».

48 Horace, Épîtres, II, 1 [à Auguste], 156-157 : « Graecia capta ferum victorem cepit et artes/intulit agresti Latio ». On a déjà rencontré l’image du conquérant conquis dans le discours au peuple de Caton (Tite-Live, XXXIV, 4, 3). Sur ces vers, voir l’article de Maxime Pierre, dans Dupont, Valette-Cagnac 2005, pp. 229-254 et Wardmann 1976, p. IX : dans cette Épître, Horace établit un contraste entre le Romain « pré-grec » qui a l’esprit pratique et celui de son époque, qui est au fait des pratiques grecques, en particulier celles de l’otium et de l’otium litteratum.

49 Juvénal, Satires, III, 60-61 : « Non possum ferre, Quirites, Graecam urbem ; quamvis quota portio faecis Achaei ? »

50 Sur ces différents adjectifs, voir M. Dubuisson, « Graecus, graeculus, graecari. L’emploi péjoratif du nom des Grecs en latin », dans Saïd 1991, pp. 315-335, et l’introduction d’Emmanuelle Valette-Cagnac, dans Dupont, Valette-Cagnac 2005, pp. 30-33. Le terme Graeculus, le plus souvent franchement péjoratif, apparaît un peu plus loin dans la même satire (au vers 78).

51 Voir Juvénal, Satires, III, 63.

52 Cicéron, Pro Flacco, 61. Voir aussi Pline le Jeune, Lettres, VIII, 24, 2.

53 Graecia désigne le plus souvent la Grèce centrale par opposition avec l’Asie Mineure (Asia).

54 Par distinction avec l’expeditio (campagne militaire). L’ouvrage d’Helmut Halfmann (1986) recense tous les voyages des princes sous l’Empire. Sur la peregrinatio, voir supra dans ce volume.

55 Voir par exemple le récit par Tite-Live (XLV, 27, 5-28, 6) du voyage de Paul Emile en Grèce après Pydna (XLV, 27, 5 : « ad circumeundam Graeciam » ; 28, 6 : « peragrata Graecia »). Pour circumire, voir aussi Suétone, Auguste, 98, 1 (« Campaniae ora proximisque insulis circuitis ») ; Lucain, Pharsale, IX, 964 (cité infra). Circumire et circumitus (ou circuitus) s’emploient aussi pour l’inspection d’une province par le gouverneur. Sur ce type de déplacement, voir Agnès Bérenger-Badel, « Le voyage des gouverneurs à l’époque impériale », dans Voyageurs et Antiquité classique, Hervé Duchêne (éd.), Éditions Universitaires de Dijon, 2003, pp. 73-86.

56 Cf. Tacite, Annales, II, 54, 1 sur Germanicus en Asie Mineure (« cupidine ueteres locos et fama celebratos noscendi ») ; Histoires, II, 2, 5 à propos de Titus (« illum cupido incessit adeundi uisendique templum Paphiae Veneris »). Voir aussi Justin, Histoires philippiques, XXXI, 8, 4 sur le « desiderium uidendi » qu’ont les Romains à l’égard de Troie, ville de leurs ancêtres.

57 Voir Cicéron, Sur les pouvoirs de Pompée, 40 : « Jamais la cupidité ne lui [Pompée] a fait quitter sa route pour s’emparer de quelque butin (non auaritia… ab instituto cursu deuocauit), ni le goût de la débauche pour se livrer aux plaisirs, ni la beauté d’un site pour en goûter le charme, ni la célébrité (nobilitas) d’une ville pour la visiter (ad cognitionem), ni même la fatigue pour jouir du repos. Enfin les statues, les tableaux et toutes les œuvres d’art (ornamenta) qu’on trouve dans les cités grecques, tous ces objets que les autres généraux se croient en droit d’enlever, il ne s’est même pas permis d’aller les voir (uisere) » (traduction André Boulanger). Cicéron loue ici l’intégrité de Pompée, mais il pointe en même temps son manque de curiosité et on peut voir là une ironie implicite.

58 À propos des politiques opposées de pillage et de restitution des œuvres, la tradition oppose notamment Scipion Émilien et Verrès (voir Cicéron, De signis, 74 sqq.).

59 Pline l’Ancien, XXXIV, 58 (texte cité par Wardman 1976, pp. 32 et 58, qui renvoie aussi à Res gestae, 24, 1).

60 De oratore, III, 43 : « Athenis iam diu doctrina ipsorum Atheniensium interiit, domicilium tantum in illa urbe remanet studiorum, quibus uacant cives, peregrini fruuntur capti quodam modo nomine urbis et auctoritate » (traduction E. Courbaud et H. Bornecque). C’est Crassus qui parle dans ce passage.

61 À la fin de la République, Cicéron et d’autres Romains de bonne famille font un séjour en Grèce, en particulier à Athènes, pour compléter leur formation oratoire, pour y écouter rhéteurs et philosophes : voir Daly 1950 et Boyancé 1953 ; voir aussi dans ce volume l’article d’E. Valette-Cagnac sur Naples. À l’époque augustéenne encore, le poète Properce qualifie Athènes de « doctae » (savante) : Élégies, I, 6, 13 et III, 21, 1. Dans cette dernière élégie, le traditionnel voyage d’études est détourné par le poète au profit de la consolation amoureuse (étudier Platon, Épicure, la langue de Démosthène, les plaisanteries de Ménandre, voir des tableaux et des statues lui permettront d’oublier Cynthie).

62 Cicéron, De legibus, II, 4 : « Me quidem ipsae illae nostrae Athenae non tam operibus magnificis exquisitisque antiquorum artibus delectant, quam recordatione summorum uirorum, ubi quisque habitare, ubi sedere, ubi disputare sit solitus, studioseque eorum etiam sepulcra contemplor ».

63 Voir Catherine Baroin, « Le rôle de la vue dans les arts de la mémoire latins », Actes des Journées d’étude de l’ERAC : « La vision dans l’Antiquité », Université de Rouen, 25-26 septembre 2003 (à paraître aux P.U.R).

64 Cicéron, De finibus, V, 6.

65 Voir par exemple Tacite, Annales, II, 60, 3 : Germanicus en Égypte va voir « les grandes ruines (magna vestigia) de l’ancienne Thèbes » ; Lucain, Pharsale, IX, 965 (vestigia des remparts de Troie).

66 Cf. Cicéron, Brutus, 281 ; De lege agraria, II, 98 ; Pline le Jeune, Lettres, VIII, 13 ; Sénèque, Consolation à Marcia, 16, 4 ; Tacite, Annales, II, 14, 5. La métaphore de la trace, de l’empreinte renvoie, comme celle de l’imago, à la reproduction à l’identique par moulage, technique utilisée pour l’imago funéraire. Le latin utilise aussi en ce sens les verbes consequor, qui signifie à la fois venir après et égaler (cf. Cicéron, Brutus, 126), et sequor (cf. Vitruve, VIII, 3, 27 : dans son livre sur les eaux, Vitruve a suivi les pas (ingressus) d’auteurs grecs précédents).

67 Sur l’Athènes idéale des Romains créée par l’empereur Hadrien, voir l’article d’Onno van Nijf dans ce volume.

68 Voir Cicéron, De finibus, V, 4 : « il y a, dans chaque quartier d’Athènes, dans les lieux mêmes, des signes des grands hommes (indicia summorum uirorum) » (c’est Cicéron qui parle). On peut rappeler aussi que Cicéron (cf. Tusculanes, V, 64-66) se vante d’avoir retrouvé le tombeau d’Archimède à Syracuse grâce à sa culture : il se souvenait de petits sénaires iambiques gravés sur le monument et qui le décrivaient (66 : « Ainsi la cité de la Grèce la plus célèbre et même à un moment la plus savante aurait ignoré le monument du plus génial de ses fils, si un enfant d’Arpinum ne le lui avait fait connaître », traduction Jules Humbert).

69 Sur ce texte, voir Bilinski 1947.

70 Lucain, Pharsale, IX, 961-964 :
« Sigeas petit famae mirator harenas
et Simoentis aquas et Graio nobile busto
Rhoetion et multum debentes uatibus umbras.
Circumit exustae nomen memorabile Troiae ».
Sur le promontoire de Sigée se trouve la tombe d’Achille et sur celui de Rhétée, celle d’Ajax.

71 Pomponius Méla, Chorographie, I, 93-94 : « […] Ilion, ville entre toutes illustre par la guerre qu’elle mena et par sa ruine. Ici se trouvait la place de Sigée, ici le camp des Achéens pendant cette guerre. Ici il y a, descendant du mont Ida, l’embouchure du Scamandre et du Simoïs, fleuves qui doivent leur importance plus à leur renommée qu’à la nature (fama quam natura maiora flumina). L’Ida lui-même, rendu célèbre par l’antique rivalité entre les déesses et par le jugement de Pâris, offre aux yeux un lever de soleil différent de celui qu’on a coutume de regarder dans d’autres contrées » (traduction Al. Silberman).

72 Strabon, Géographie, XIII, 1, 38 (= XIII, 599).

73 Selon Bronislaw Bilinski, Lucain ne mentionne pas le voyage d’Alexandre, mais ne peut l’ignorer (voir pp. 113-119) pour tous les rapprochements possibles entre la visite d’Alexandre et celle de César). Lucain aurait utilisé le récit de Quinte-Curce, qui ne nous est pas parvenu. Sur le voyage d’Alexandre, voir Courtieu 2004, qui récapitule notamment les sources en langue grecque sur cette visite ; il faut leur ajouter Justin, Histoires philippiques, XI, 5, 12.

74 Strabon, Géographie, XIII, 1, 27 (= XIII, 594-595). Au ve s. apr. J.-C., Sidoine Apollinaire dit avoir appris l’histoire de ces deux visites illustres (Lettres, III, 12, 6) ; au xiie siècle, Eustathe, le commentateur de l’Iliade, explique que César se rend à Troie pour chercher à imiter Alexandre ; comme chez Strabon, Alexandre est « philomèros » et César « philalexandros » (ad Iliad., IV, 163, p. 459).

75 Cf. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XVII, 17, 3 ; Plutarque, Alexandre, 15, 7-9 : « Il monta à Ilion où il offrit un sacrifice à Athéna et des libations aux héros. Au tombeau d’Achille, après s’être frotté d’huile et avoir couru, selon l’usage, nu avec ses compagnons, il déposa des couronnes en disant : “Bienheureux es-tu, Achille, d’avoir eu de ton vivant un ami fidèle et, après ta mort, un grand héraut de ta gloire !” » (traduction Robert Flacelière et Émile Chambry). Voir aussi Cicéron, Pro Archia, 24.

76 Cf. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XVII, 18, 1 ; Strabon, Géographie, XIII, 1, 26 (= XIII, 593) ; Plutarque, Alexandre, 15, 7 ; Arrien, Anabase, I, 11, 7.

77 Lucain, Pharsale, 990-997 :
« Di cinerum, Phrygias colitis quicumque ruinas,
Aeneaeque mei, quos nunc Lauinia sedes
servat et Alba, lares, et quorum lucet in aris
ignis adhuc Phrygius, nullique aspecta uirorum
Pallas, in abstruso pignus memorabile templo,
gentis Iuleae uestris clarissimus aris
dat pia tura nepos et uos in sede priori
rite uocat
 ».
Le Palladium est, pour les Romains, la statue en bois de Pallas-Athéna qu’Énée aurait apportée à Rome et qui était conservée dans l’endroit le plus secret du temple de Vesta, le penus Vestae.

78 Sur cette double parenté (suggeneia) de César avec Ilion, voir de même Strabon, Géographie, XIII, 1, 27 (= XIII, 594-595).

79 Sur la légende des origines troyennes de Rome, voir Ferrary 1988, p. 223 sq. ; cette légende est « adoptée depuis Fabius Pictor [254-201] par les historiens romains de langue grecque » (p. 223).

80 Tacite, Annales, II, 54, 4 : « Igitur adito Ilio quaeque ibi uarietate fortunae et nostri origine ueneranda… ».

81 Voir Anthologie palatine IX, 62, 152, 153, 155.

82 Tite-Live, XXXV, 43, 3. L’exemple le plus ancien d’un tel sacrifice fait par un « homme d’Asie » est celui de Xerxès : lorsqu’il part attaquer la Grèce, il visite Troie et fait un sacrifice à Athéna, tandis que les mages font des libations en l’honneur des héros. À la suite de ces cérémonies, se déclenche une terreur panique dans le camp, signe que les dieux troyens ne sont pas du côté des Perses (Hérodote, Histoires, VII, 43).

83 Tite-Live, XXXVII, 37, 1-3 : « [...] Dardanum primum, deinde Rhoeteum, utraque ciuitate obuiam effusa, uenit. Inde [L. Scipio] Ilium processit, castrisque in campo qui est subiectus moenibus positis in urbem arcemque cum escendisset, sacrificauit Mineruae praesidi arcis, et Iliensibus in omni rerum uerborumque honore ab se oriundos Romanos praeferentibus et Romanis laetis origine sua. » Sur cet épisode, voir aussi Justin, Histoires philippiques, XXXI, 8, 1-4, qui insiste sur la revendication de cette parenté tant du côté romain que du côté troyen.

84 Voir encore Ferrary 1988, p. 223 : la légende des origines troyennes avait pris « au début du iie siècle un aspect décidément politique, quand Flaminius se qualifia de descendant d’Énée dans les dédicaces de ses offrandes delphiques, quand Lampsaque invoqua sa parenté avec une Rome d’origine troyenne pour implorer sa protection, quand surtout la guerre contre Antiochos permit aux généraux romains, à C. Livius Salinator puis aux Scipions, de sacrifier solennellement à Athéna Ilias : Ilion devait en profiter pour obtenir en 189, outre la reconnaissance de sa liberté, un accroissement de son territoire ». Jean-Louis Ferrary renvoie à Plutarque, Flaminius, 12, 11-12 (il se dit « descendant d’Énée » dans la dédicace des boucliers et « grand chef des descendants d’Énée » dans celle d’une couronne d’or ; pour Lampsaque, à W. Dittenberger, Sylloge Inscriptionum Graecarum, 3° éd., 4 vol., Leipzig, 1915-1924, 591 (pour la parenté — suggeneia —, voir lignes 21-33 et 56-57) ; pour C. Livius Salinator, préteur de la flotte, à Tite-Live, XXXVII, 9, 7 : Livius part de Canes (en Éolide) et gagne l’Hellespont avec une flotte pour préparer le passage de l’armée romaine ; il monte à Ilion et fait un sacrifice à Minerve (« […] Ilium escendit sacrificioque Mineruae facto »). Sur cette parenté, voir aussi Appien, Histoire romaine, XII (La guerre de Mithridate), 53, 211.

85 Sur le fait que les Romains soient Grecs depuis toujours : cf. Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, I, 11 et François Hartog, « Rome et la Grèce : les choix de Denys d’Halicarnasse », dans Saïd, 1991, pp. 149-167.

86 Cf. Georges Dumézil, La Religion romaine archaïque, Paris, Payot, 1987 (2e éd.), p. 313 : « La popularité croissante des légendes troyennes et la croyance qui en résulta que le penus Vestae abritait un Palladium entre autres gages d’empire (Cic. Scaur. 48) n’ont pas produit de rite », et p. 330.

87 Cicéron, Pro M. Aemilio Scauro, 48 : « […] le Palladium qui est comme le garant de notre salut et de celui de l’Empire, confié à la garde de Vesta » (« […] Palladium illud quod quasi pignus nostrae salutis atque imperi custodiis Vestae continetur » ; traduction Pierre Grimal). D’après Servius (Ad Aeneidem, VII, 188), le penus Vestae renfermait aussi le voile d’Iliona, fille aînée de Priam, et le sceptre de Priam.

88 Pour une remise en cause de ce genre, voir l’article de Mary Beard dans ce volume.

89 Cicéron, Academica posteriora, I, 3, 9 : « […] nos in nostra urbe peregrinantis errantisque tanquam hospites tui libri quasi domum deduxerunt, ut possemus aliquando qui et ubi essemus agnoscere. Tu aetatem patriae, tu discriptiones temporum, tu sacrorum iura, tu sacerdotum, tu domesticam, tu bellicam disciplinam, tu sedem regionum, locorum, tu omnium diuinarum humanarumque rerum nomina, genera, officia, causas aperuisti […] ». La suite du passage porte sur le fait d’écrire de la philosophie en latin. Sur le lien entre conscience collective, connaissance de soi et philosophie romaine, voir Carlos Lévy, Cicero Academicus. Recherches sur les Académiques et la philosophie cicéronienne, E.F.R., n° 162, Paris-Rome, De Boccard, 1992, p. 144.

Auteur

Université de Rouen

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540