Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?

Partie III : Monuments, parcours et discours : la Grèce imaginaire des Romains

Introduction

Catherine Baroin et Emmanuelle Valette-Cagnac

Texte intégral

1La « Grèce des Romains » semble correspondre à une réalité géographique bien déterminée : la province d’Achaïe créée en 146, celle d’Asie, organisée en 128-126. Pourtant, le nom même donné à ces deux provinces laisse entrevoir, par-delà la simple donnée géopolitique, une dimension imaginaire.

De la Grèce « réelle » à la Grèce « imaginaire »

2Le point commun des quatre contributions qui forment cette troisième section est d’explorer quelques uns des processus par lesquels les Romains ont fabriqué une Grèce imaginaire à travers des lieux, des espaces investis de références grecques.

3Le premier article, celui de Catherine Baroin, ayant pour but de reconstituer la Grèce des Romains telle qu’elle apparaît à travers les monuments de Rome et deux lieux symboliques de l’imperium, Athènes et Troie, montre que ce sont les parcours dans ces lieux et les discours dont ils sont l’objet qui les constituent comme grecs ou romains.

4Celui d’Emmanuelle Valette-Cagnac montre comment la ville de Naples, sorte d’enclave grecque sur le sol italien, a pu être utilisée à l’époque romaine et surtout à partir de l’époque augustéenne dans différents montages qui permettent de mettre en évidence, tout en l’isolant, la composante grecque de la culture romaine.

5Pierre Cordier analyse la façon dont le gymnase grec a servi à la fois de modèle et de repoussoir pour inventer les thermes romains : en tant qu’institution sociale et lieu de formation civique, les gymnases furent toujours disqualifiés ; mais comme lieux associés aux plaisirs raffinés de l’otium, ils servent de référent pour construire un nouvel espace de sociabilité qui devient proprement romain tout en conservant sa référence à la Grèce, ou plutôt parce qu’il conserve cette référence à la Grèce et donc à l’urbanitas.

6Onno Van Nijf enfin, partant des inscriptions d’époque romaine qui célèbrent la victoire des athlètes aux Eleutheria de Platées, montre l’importance du rôle de l’athlétisme dans la constitution d’une identité grecque à l’intérieur de l’imperium romain.

7Sous l’apparente diversité des sujets qui ressort de cette rapide présentation, une réelle unité thématique et problématique sous-tend cette section.

8Tout d’abord, ces études font apparaître le caractère construit de cette Grèce d’époque romaine, une Grèce qui se limite à quelques noms de lieux symboliques, dont le passé prestigieux est réactivé. Catherine Baroin rappelle ainsi la place éminente donnée à Athènes dans la définition romaine d’une Grèce de culture : le rôle politique joué par cette cité à l’époque classique, joint à son prestige culturel (Athènes est pour les Romains la patrie de l’éloquence, le lieu de naissance des principales écoles philosophiques, l’origine de la langue attique), en font un « condensé de grécité ». Onno Van Nijf explique quant à lui que la victoire mémorable remportée contre les Perses en 479 av. notre ère permet à Platées de devenir, beaucoup plus tard, la cité emblématique de la libération contre les barbares. La Grèce des Romains résulte donc d’un double processus d’idéalisation et de sélection symbolique à partir d’une certaine relecture du passé : quelques événements considérés comme essentiels : les guerres médiques, la colonisation grecque, la suprématie politique d’Athènes – servent de bâti à l’élaboration de cette représentation.

9En même temps, tous ces lieux chargés d’histoire acquièrent à l’époque romaine de nouvelles fonctions symboliques. On assiste à une sorte de redistribution des valeurs associées à chaque cité, en fonction de l’image que s’en font les Romains (ou les Grecs) d’époque romaine. Chaque cité est chargée de conserver l’un des aspects de la Grèce « romaine ». C’est ainsi qu’Athènes devient une ville-musée, une sorte de conservatoire de la Grèce ou de l’identité grecque. Et parce que l’athlétisme est constitutif de cette « identité », elle se transforme en outre en capitale de l’athlétisme. Naples, chargée d’exprimer les liens existant entre la Grèce et une certaine forme d’otium, sert à penser une cité débarrassée du politique, un lieu de retraite paisible, où ne semblent exister que des théâtres et des écoles. Sparte continue de véhiculer une image d’austérité, tandis que Troie, outre son passé homérique, est liée à l’esprit de conquête incarné par Alexandre et devient le lieu d’origine mythique du peuple romain. Corinthe enfin, est à jamais associée à la figure de Mummius et à la victoire romaine sur les Grecs.

Une identité « en acte » : dénomination et jeux d’écriture

10Tous ces lieux, donc, ne sont pas grecs ; ils le deviennent à la faveur de diverses pratiques que les contributions qui suivent s’attachent à décrire.

11Le premier – et le plus simple des procédés qui peuvent contribuer à construire et déconstruire la « romanité » ou la « grécité » d’un lieu est un processus de dénomination. Ainsi, comme le montre Pierre Cordier, l’usage d’un lexique grec pour désigner des équipements de bains et les détournements de sens imposés à ce vocabulaire permettent de conserver une référence grecque tout en évitant les connotations que ce lexique véhicule. Autrement dit d’avoir les plaisirs du gymnase, sans l’infamie de la nudité.

12Le même type de manipulations linguistiques est au cœur de l’étude que Catherine Baroin consacre aux ethnonymes utilisés en architecture. Elle montre ainsi que l’adjectif corinthius (ou graecus) ne sert pas à désigner l’origine grecque d’un bâtiment, ni même un « style », encore moins un élément grec qui constituerait une forme d’emprunt consécutif à l’hellénisation, mais qu’il est la plupart du temps utilisé dans un sens catégoriel : dotés simplement d’une valeur d’excellence ou d’un sens contrastif, ces adjectifs ne peuvent jamais être utilisés tels quels pour reconstituer l’histoire des emprunts de l’art romain à l’art grec. Tous ces usages de la langue illustrent donc une fois de plus le concept d’altérité incluse en montrant que la référence à la Grèce ne sert pas dans ces cas-là à opposer le même et l’autre, mais à désigner à l’intérieur même de la culture romaine, différentes façons d’être romain.

13Un autre de ces processus dynamiques est l’utilisation de l’écriture. C. Baroin montre ainsi qu’un temple grec peut être « romanisé » par la dédicace qui y est apposée, comme inversement la signature d’un potier grec peut suffire à « helléniser » un vase. C’est donc entre l’objet et sa dédicace, entre l’image et le texte que se construit l’identité du monument, qui n’est par conséquent ni grec ni romain, ou plutôt qui est tantôt grec tantôt romain, car outre les inscriptions qui le recouvrent, il faut aussi considérer les pratiques qui le font vivre. Les rituels qui ont lieu dans lesdits monuments ou à leur proximité, les discours qui se tiennent à leur propos leur donnent sens, autant, sinon plus, que leur aspect formel.

14Dans un esprit similaire, Onno Van Nijf évoque l’un des titres – « le meilleur des Athéniens » (aristos hellenôn) – qui sont apposés sur la stèle d’un notable de Sparte : il montre que ces formules, que l’on trouve couramment sur les monuments dédiés à des citoyens romains du second siècle de notre ère, contribuent au moins autant que l’onomastique à construire l’identité d’un individu.

Peregrinatio, otium, pallium : façons romaines de faire le Grec

  • 1 L’analyse qui suit s’appuie en partie sur l’article de Catherine Baroin et en partie sur la présent (...)

15Mais les articles qui suivent explorent bien d’autres modalités de cette « identité en acte ». L’un des contextes privilégiés dans lequel les Romains purent, par leur comportement, mettre en œuvre cette dynamique identitaire, est la peregrinatio1.

  • 2 Il n’implique pas nécessairement un voyage long, ni très lointain. Cicéron l’emploie par exemple po (...)
  • 3 Cette valeur apparaît clairement dans un passage de Tacite (Annales, XIV, 53, 3) : « Auguste permit (...)
  • 4 On peut faire un rapide catalogue des villes et des sites qui sont le plus souvent visités : Athène (...)
  • 5 Parmi les grands personnages romains qui visitent l’Égypte : Germanicus, Vespasien (cf. Suétone, Ve (...)
  • 6 Voir Tacite, Annales, II, 60, 2 à propos de Canope. Sur cette ville, voir Jean-Marie André et Marie (...)

16Ce terme désigne tout type de déplacement2 lié au loisir (otium) et à la vie privée, permettant de se retirer un temps de la politique et du negotium3. À la fin de la République et sous l’Empire, les Romains appartenant à l’élite profitent de ces déplacements pour aller voir des lieux mémorables (sites, villes, temples, monuments) et des merveilles (mirabilia), naturelles ou construites par l’homme, dans certaines provinces de l’Empire. La Grèce (la province d’Achaïe, l’Épire, l’Asie Mineure), ou plutôt toutes les parties grecques de l’Empire, sont concernées par ces peregrinationes4. L’Égypte, qui est, en dehors de la Grèce, l’autre province la plus visitée5, est elle aussi grecque en partie. Il en va bien sûr ainsi de l’Alexandrie Lagide, mais pas seulement : ce qui appartient à l’Égypte d’avant la conquête macédonienne (les pyramides, les ruines de l’ancienne Thèbes) est connu grâce au Grec Hérodote. Enfin, la topographie et les monuments égyptiens sont « revus » par la mythologie grecque, notamment celle de la guerre de Troie6.

  • 7 La façon de se déplacer, l’itinéraire choisi, les lieux vus constituent pour ces personnages une ma (...)
  • 8 Voir par exemple, sur Germanicus, Tacite, Annales, II, 53, 5 et II, 59, 2.

17Même lorsqu’elles sont insérées dans un voyage officiel, les peregrinationes sont de l’ordre du loisir (otium), par opposition avec le labor militaire. Et si le déplacement d’un imperator ou d’un Empereur dans une province a toujours une dimension politique7 et ne se comprend qu’en fonction du contexte historique, plusieurs moyens permettent de présenter une peregrinatio comme une visite qui se distingue d’un passage en revue de troupes ou de la tournée d’inspection d’un gouverneur (circumitus ou circuitus). On peut par exemple voyager sans escorte militaire ou avec une escorte réduite8, ou bien afficher une tenue vestimentaire spécifique. Trois des articles qui forment cette section font en effet explicitement allusion aux façons de se vêtir parmi les conduites permettant aux Romains de « faire le Grec ».

  • 9 Tite-Live, XXIX, 19, 11-13.
  • 10 Tite-Live, XXIX, 19, 11.

18Dans son étude du gymnase romain, Pierre Cordier évoque ainsi la figure de Scipion l’Africain : d’après plusieurs sources, celui-ci avait, pendant la seconde guerre punique, séjourné à Syracuse et fréquenté le gymnase en « pallium et en sandales (crepidae) ». Chez Plutarque (Cato Maior, 3.6),cette critique est placée dans la bouche de Caton l’Ancien, qui en farouche défenseur d’une romanité austère, accuse son supérieur, devant le sénat, d’avoir ainsi marqué son adhésion à l’hellénisme. Lui et son armée semblent avoir oublié leurs devoirs militaires9. Il n’y a pas de mot pour désigner Scipion : il n’est plus un Romain, puisqu’il n’est plus un soldat10 – mais il n’est pas un Grec non plus.

19En revanche, comme le montre Pierre Cordier, le point de vue de Valère-Maxime sur cet épisode est tout autre ; la conduite de Scipion y apparaît tout à fait licite, car intégrée dans le temps et l’espace du loisir. C’est qu’entre temps, l’ordre augustéen a permis d’isoler de façon nette les deux moments qui partagent la vie du citoyen romain, celui du negotium et celui de l’otium.

  • 11 On considère souvent que pallium est un équivalent du grec himation (voir par exemple Shelley Stone (...)
  • 12 Sur l’opposition du pallium et de la toge, voir par exemple Cicéron, Philippiques, V, 14, 5 ; Suéto (...)
  • 13 Sur le sagum et le paludamentum, voir Daremberg et Saglio, s.v. paludamentum (R. Cagnat) et Norma G (...)
  • 14 F. Dupont, « Plaute pultiphagonides, le fils du mangeur de bouillie », dans Dupont et Valette-Cagna (...)

20Le port des sandales et du pallium11 ne se comprend en effet que dans un système symbolique qui l’oppose à deux types de tenues de la citoyenneté romaine : la tenue du citoyen en toge et en chaussures fermées (calcei)12, et celle du soldat en tenue militaire, avec caligae (bottines, brodequins) et manteau, sagum, le général portant, lui, le manteau pourpre : paludamentum13. Comme l’a récemment montré Florence Dupont14, le pallium n’est pas véritablement un vêtement grec, mais le vêtement qui pour les Romains « signale le Grec ». Dans la comédie, c’est un accessoire de théâtre qui s’oppose à la toge et fonctionne comme indicateur d’espace, associé à l’espace grec des plaisirs romains, plaisirs de l’amour, du banquet, de la luxuria privata. Porter le pallium à Naples ou à Syracuse, c’est donc exactement comme au théâtre, signifier son appartenance à cet espace de loisir, raffiné et voluptueux, qui s’oppose radicalement à l’espace civique romain. Le port du pallium est d’ailleurs toujours associé dans les textes à l’ensemble d’activités qui constituent l’otium à la grecque : les banquets, les bains, les spectacles d’éphébie où de jeunes grecs exhibent leur nudité, les concours gymniques ou théâtraux.

  • 15 Valère-Maxime, III, 6, 2-3. Voir aussi Cicéron, Pro Rabirio Postumo, 26.
  • 16 C’est là par exemple un des défauts de Verrès (voir Cicéron, Verrines, De signis, I, 54 ; actio sec (...)

21Il existe une variante de cette tenue, également associée aux Grecs, dans laquelle la chlamyde remplace le pallium. Emmanuelle Valette-Cagnac rappelle ainsi que Sylla avait porté cette tenue à Naples, pour se promener (ambulare) sans que cela fût jugé inconvenant (deforme non duxit)15. Ce geste, loin de manifester une simple volonté de s’adapter aux mœurs locales, relève d’un véritable choix identitaire. Si, dans la vie privée, il était parfaitement admis de se vêtir à la grecque, ce costume n’était pas adapté à la dignitas d’un magistrat dans l’exercice de ses fonctions, ni admis dans l’espace public. À Naples, cette conduite se justifie par le statut très spécifique de la cité. Mais porter le pallium dans des lieux et des circonstances où un citoyen doit porter la toge est évidemment une faute morale dont une infinité de textes pourraient témoigner16.

Littérature, mémoire et lieux symboliques

22Un autre aspect souligné par la plupart des contributions est le rôle de la mémoire dans cette fabrication de la Grèce des Romains, et surtout de la mémoire littéraire. Catherine Baroin souligne le double sens en latin du mot monumentum, à la fois édifice, construction et appel à la mémoire de celui qui le regarde. Et le lecteur ne pourra qu’être frappé, en lisant les pages qui suivent, de l’importance prise par les tombeaux dans la constitution d’une mémoire grecque à usage romain.

23Les tombes des soldats morts à Platées, qui dans un contexte d’émulation entre cités attestaient la participation des Grecs à l’effort de guerre contre les Perses, font encore l’objet d’un culte à l’époque romaine ; comme le montre Onno Van Nijf, tous les quatre ans, elles permettent de réactualiser le passé glorieux d’une Grèce éternellement liée à un idéal de liberté que les Romains contribuent à pérenniser. De même, les parcours des Romains dans le monde grec sont jalonnés de sépultures : les auteurs évoquent le fameux tombeau d’Archimède trouvé par hasard par Cicéron, les tombes des héros homériques qui deviennent une étape obligée dans les peregrinationes des imperatores romains, enfin le tombeau de la sirène Parthenope, monument essentiel de Naples, objet de culte et lieu de visite pour tout voyageur de passage. Le rôle assigné à ces tombeaux est évidemment de donner un support concret à la mémoire, d’articuler le présent de la Grèce romaine et son passé. Mais il montre aussi l’image que les Romains se font de la Grèce : ces monuments exhumés, visités, perpétués permettent dans le même temps de figer la Grèce dans un passé enfoui, à jamais révolu et de confier aux Romains le soin de la faire revivre.

24Or, dans ce processus de renaissance, « d’invention de la tradition » selon la belle formule d’Onno Van Nijf, la littérature joue un rôle de premier plan. La plupart des articles regroupés ici montrent le lien indissociable existant entre les pratiques et les discours, entre la Grèce que fabriquent les gestes, les comportements, les rituels, les institutions, les monuments d’époque romaine et celle que produisent les textes.

25Onno Van Nijf montre ainsi de façon très convaincante la façon dont se cristallise la mémoire autour de lieux symboliques comme les champs de bataille des guerres médiques et la manière dont la littérature, les mythes, les histoires racontées permettent peu à peu cette cristallisation : la « fabrication » de Platées comme lieu de mémoire grecque lui paraît ainsi totalement inséparable de la littérature de la seconde sophistique.

  • 17 Voir Cicéron, De finibus, V, 6.

26De même, Catherine Baroin, dans son étude sur la Grèce des Romains en dehors de l’Vrbs, montre bien que la littérature est présente en amont et en aval du monument ou de la ville que les Romains vont visiter ; c’est la Grèce d’Homère, celle d’Hérodote que les voyageurs recherchent et l’image qui revient le plus souvent pour décrire leur périple est celle des pas que l’on pose dans une trace (vestigia ponere). Les Romains semblent mettre leurs pieds dans l’histoire17. De la même façon, comme le suggère Emmanuelle Valette-Cagnac, derrière les sirènes de Sorrente et de Naples, se profilent évidemment celles d’Ulysse. Le processus de sédimentation de la mémoire est aussi une sédimentation littéraire : sur la Naples de Parthenope vient ainsi se superposer la Naples de Virgile.

Entre la Grèce et Rome

27Dernier point à souligner, en articulant le passé et le présent, cette mémoire permet de lier la Grèce et Rome : ces études, en mettant l’accent sur les échanges permanents, les mouvements de va-et-vient qui sous-tendent la culture d’époque impériale, montrent la difficulté de penser les contacts entre Grèce et Rome sur le mode de l’acculturation.

28Onno Van Nijf montre ainsi avec subtilité la façon dont les Jeux de Platées sont utilisés à la fois par les Grecs eux-mêmes, assemblés en koina, et par les empereurs romains dans un double mouvement d’hellénisation et de romanisation : sous l’Empire, les jeux et les titres qui sont accordés aux vainqueurs sont à la fois l’occasion de proclamer l’athlétisme comme une valeur commune et fondamentale de l’identité grecque et d’affirmer, à travers le culte impérial, la loyauté des citoyens de l’imperium. De même, Pierre Cordier rappelle que, si les Romains vont utiliser le langage grec du gymnase pour fabriquer les thermes, ils n’ont de cesse de s’en distinguer ; et surtout, en retour, les Grecs d’Orient vont modifier le plan de leurs palestres sous l’influence de Rome.

  • 18 Voir par exemple Histoire auguste, Hadrien, XIII, 1. Voir aussi D. Briquel, « Hannibal sur les pas (...)
  • 19 Voir Tacite, Annales, II, 54. D’après Cesare Questa, (« Il viaggio di Germanico in Oriente e Tacito (...)
  • 20 Cf. Philostrate, Héroïques, 288 et Helmut Halfmann, Itinera principum. Geschichte und Typologie der (...)

29Les textes qui relatent les déplacements officiels ou les peregrinationes privées de grands personnages montrent quant à eux la place à la fois centrale et problématique de la notion d’imitation. Deux figures grecques servent de modèle pour les Romains qui visitent la Grèce : Hercule, héros voyageur et civilisateur18, et Alexandre. Ainsi, la visite de Jules César à Troie est explicitement présentée par les sources antiques comme une répétition de la visite que fit Alexandre de l’Ilion homérique avant la bataille du Granique contre les Perses. Mais cette imitatio Alexandri ne s’arrête pas là : d’autres, après Jules César, font aussi le voyage à Troie, Germanicus par exemple19, et, bien plus tard, l’empereur Hadrien20. Les Romains se posent donc en continuateurs des Grecs, mais ils créent ensuite leur propre modèle : Germanicus imite Scipion l’Africain, les empereurs s’imitent les uns les autres. Ce processus d’imitation en chaîne a pour effet d’estomper les limites entre ce qui est proprement romain et ce qui est proprement grec.

  • 21 Sur le tombeau de Virgile, voir Martial, Épigrammes, XI, 48, 49 ; Stace, Silves, IV, 4, 51-55.

30Selon un processus comparable, on peut rapprocher la façon dont sous l’Empire, le tombeau de Virgile se substitue à celui de Parthenope comme lieu de mémoire. Ainsi, les Romains de passage se rendent sur la tombe de Virgile, qui est l’objet d’un véritable culte21. Mais ce nouveau « lieu de mémoire » n’a pas pour effet de romaniser la cité ; elle ne fait qu’ajouter du poids à son histoire, créant de ce fait une sorte de feuilletage où Rome et la Grèce sont désormais indissociablement liées.

Notes

1 L’analyse qui suit s’appuie en partie sur l’article de Catherine Baroin et en partie sur la présentation qu’elle avait faite lors de la Table ronde organisée à l’ehess en octobre 2002.

2 Il n’implique pas nécessairement un voyage long, ni très lointain. Cicéron l’emploie par exemple pour évoquer son séjour à Antium (Lettres à Atticus, II, 6, 1). L’expression peregrinatio propinqua est également attestée pour décrire un voyage à Naples.

3 Cette valeur apparaît clairement dans un passage de Tacite (Annales, XIV, 53, 3) : « Auguste permit à Agrippa de se retirer à Mytilène, à Mécène de mener en ville une existence inactive, comme s’il se trouvait à l’étranger (Vrbe in ipsa, velut peregrinum otium permisit) ».

4 On peut faire un rapide catalogue des villes et des sites qui sont le plus souvent visités : Athènes, Delphes, Chalcis en Eubée et le détroit de l’Euripe, Lacédémone, Olympie, mais aussi les hauts lieux de la Grèce romaine : Actium et la ville fondée par Auguste en commémoration de sa victoire : Nicopolis ; en Asie Mineure : Troie et Byzance, notamment.

5 Parmi les grands personnages romains qui visitent l’Égypte : Germanicus, Vespasien (cf. Suétone, Vespasien, 7 ; Tacite, Histoires, IV, 82 ; Philostrate, Vie d’Apollonius de Tyane, V, 27 – 28), Septime Sévère (cf. Histoire Auguste, Septime Sévère, XVII, 4).

6 Voir Tacite, Annales, II, 60, 2 à propos de Canope. Sur cette ville, voir Jean-Marie André et Marie-Françoise Baslez, Voyager dans l’Antiquité, Paris, Fayard, 1993, p. 370.

7 La façon de se déplacer, l’itinéraire choisi, les lieux vus constituent pour ces personnages une manière d’affirmer leur humanitas et de se démarquer des Romains qui se comportent en conquérants, comme Pison, qui manifeste son hellénophobie à Athènes (Tacite, Annales, II.55.1-2) ou Jules César qui déclenche une émeute en arrivant à Alexandrie avec ses licteurs et ses faisceaux (cf. César, Bellum civile, III, 106, 4-5). Paul Émile, au contraire, veut faire de son voyage en Grèce une « offensive de charme » ; voir Jean-Louis Ferrary, Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine, BEFAR 271, Paris/Rome, 1988, p. 556.

8 Voir par exemple, sur Germanicus, Tacite, Annales, II, 53, 5 et II, 59, 2.

9 Tite-Live, XXIX, 19, 11-13.

10 Tite-Live, XXIX, 19, 11.

11 On considère souvent que pallium est un équivalent du grec himation (voir par exemple Shelley Stone, « The Toga : From National to Ceremonial Costume », dans Judith Lynn Sebesta et Larissa Bonfante (ed.), The World of Roman costume, University of Wisconsin Press, Madison, USA, 1994, pp. 13-45). Mais, chez Dion Cassius, himation est une des traductions possibles de toga : voir Marie-Laure Freyburger-Galland, « Le rôle politique des vêtements dans l’histoire romaine de Dion Cassius », Latomus, 52, 1993, pp. 117-118.

12 Sur l’opposition du pallium et de la toge, voir par exemple Cicéron, Philippiques, V, 14, 5 ; Suétone, Auguste, 98, 1 et Claude, 15, 2.

13 Sur le sagum et le paludamentum, voir Daremberg et Saglio, s.v. paludamentum (R. Cagnat) et Norma Goldman, « Reconstructing Roman clothing », dans J.-L. Sebesta et L. Bonfante, op. cit., pp. 213-240, pp. 231-233.

14 F. Dupont, « Plaute pultiphagonides, le fils du mangeur de bouillie », dans Dupont et Valette-Cagnac (dir.), op. cit., pp.178-182.

15 Valère-Maxime, III, 6, 2-3. Voir aussi Cicéron, Pro Rabirio Postumo, 26.

16 C’est là par exemple un des défauts de Verrès (voir Cicéron, Verrines, De signis, I, 54 ; actio secunda, V, 40 et ibid., 31 ; 86 et 87). Sur Verrès en habit grec dans les Verrines, voir Julia Heskel, « Cicero as Evidence for Attitudes to Dress in the Late Republic », dans J.-L. Sebesta et L. Bonfante, op. cit., pp. 133-135. C’est aussi, d’après Sénèque (Lettres à Lucilius, 114.6), un des vices de l’épicurien Mécène.

17 Voir Cicéron, De finibus, V, 6.

18 Voir par exemple Histoire auguste, Hadrien, XIII, 1. Voir aussi D. Briquel, « Hannibal sur les pas d’Héraklès : le voyage mythologique et son utilisation dans l’histoire », dans H. Duchêne (éd.), Voyageurs et Antiquité classique, Dijon, 2003, pp. 51-60.

19 Voir Tacite, Annales, II, 54. D’après Cesare Questa, (« Il viaggio di Germanico in Oriente e Tacito », Maia, 9, 1957, pp. 303, 312 et 314-321), Germanicus manifeste pendant tout son voyage en Orient une volonté d’imitatio Alexandri.

20 Cf. Philostrate, Héroïques, 288 et Helmut Halfmann, Itinera principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im römischen Reich, Stuttgart, 1986, p. 199 : à Troie, Hadrien a cherché la tombe d’Ajax.

21 Sur le tombeau de Virgile, voir Martial, Épigrammes, XI, 48, 49 ; Stace, Silves, IV, 4, 51-55.

Auteurs

Université de Rouen

Université Paris VII

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540