Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire

 | 
Louis Bergeron

Chapitre II. Le milieu des grandes affaires à Paris : étude des origines géographiques.

L’immigration provinciale

Texte intégral

1De Jean Bouchary à Herbert Lüthy, de Bertrand Gille à Maurice Lévy-Leboyer, toutes les études consacrées depuis trente ans à la formation du milieu bancaire parisien aux xviiie et xixe siècles ont mis en évidence à quel point ce milieu, précisément, était peu parisien, et tout ce dont, à l’inverse, il était redevable à diverses immigrations, notamment à celle des protestants français que les persécutions de l’Ancien Régime avaient contraints à faire le « détour » helvétique, lui-même dans certains cas prélude à de plus lointains exils.

2Les Suisses — bien que fortement liés à l’État monarchique obéré de dettes et, par suite, atteints par les amputations financières qu’imposa la Révolution, tout autant que par la dépréciation monétaire ou l’insécurité politique — restent présents sur la place de Paris aux premières années du xixe siècle. De vieilles maisons reprennent leur activité, qui avaient su se rendre utiles, ou pu choisir à temps des positions de repli. De nouvelles les rejoignent, habiles à tirer parti d’une conjoncture différente. Il faut pourtant accorder une attention au moins égale à un autre phénomène : l’intensification d’une immigration directe, en provenance des régions les plus variées de la France. Régions qui — comment ne pas en être surpris, dès l’abord — sont très largement autres que celles qu’avait si puissamment animées et enrichies, avant 1792, le commerce avec les deux Indes. Pourquoi, sous la Révolution et l’Empire, les capitaux accumulés dans les grands ports du Ponant et du Levant ne sont-ils pas venus « travailler » à Paris ? Destructions, réinvestissements fonciers, efforts pour persévérer contre vents et marées dans les activités traditionnelles : autant d’explications admissibles. Mais à vrai dire il n’est pas plus aisé de répondre avec assurance à cette question qu’à sa symétrique : à savoir, comment et pourquoi d’autres provinces, du Midi, du sud-est et de l’est en particulier, ont si activement participé à la colonisation bancaire de Paris. L’attraction de celle-ci, haut lieu de spéculations toujours renaissantes, est facile à mettre en lumière. En revanche, la montée de l’élite des affaires provinciales vers la métropole suppose, pour devenir pleinement intelligible, le progrès des études de géographie économique historique, auxquelles — parmi d’autres — les travaux de Pierre Léon, Jean Meyer, Charles Carrière, Paul Butel ont ouvert la voie, et qui préciseront le dessin des conjonctures locales. Enfin, les années 1795-1815 ont vu se constituer le premier noyau de la banque juive à Paris : ainsi se trouve renforcé l’« internationalisme » du milieu des grandes affaires.

  • 1 « Parmi les hommes, nombreux sont les arrivants de condition bourgeoise... Ce renouvellement exter (...)

3Rien de nouveau, certes, dans ce dernier trait que l’on peut dire structurel dans un tel milieu. Ni dans l’apport traditionnel de sang provincial aux élites économiques de la capitale, que Maurice Garden a du reste également observé à Lyon1. La véritable originalité de notre période tient sans doute à un renforcement de la concentration du capitalisme commercial et financier au bénéfice d’une ville qui, depuis la Révolution, apparaît à la fois comme le foyer de la liberté des affaires et comme le centre nerveux des relations, des informations, des spéculations. Un capitalisme, en somme, qui reprend son ascension à l’ombre du pouvoir, après que la vieille alliance de la finance et de la monarchie se soit trouvée dissoute.

I. LA FRANCE DU MIDI ET DU SUD-EST

4Au sud d’une ligne joignant Toulouse à Montpellier et à Lyon, un ensemble de régions intervient au premier chef dans cette immigration « qualitative » qui nous occupe ici. On peut généraliser à leur propos l’observation de Louis Dermigny concernant le Languedoc : le contraste des hautes terres et des plaines ou des grandes vallées joue ici son rôle, mettant en mouvement des montagnards qui, de petites en grandes villes, ont pu faire leur chemin jusqu’à Paris. Tout cet ensemble, d’autre part, a nourri la diaspora huguenote, et tissé des liens étroits avec le refuge helvétique, au point que l’on peut parler d’un axe économique et financier Languedoc-Genève. La vocation de ses commerçants et de ses banquiers s’y est édifiée sur une vie de relations internationales intenses, ouvertes tour à tour sur les Antilles, le Levant ou l’océan Indien, unissant l’Atlantique à la Méditerranée, la France aux pays germaniques, à l’Italie ou au monde hispanique.

Languedociens

  • 2 Nous renvoyons une fois pour toutes, pour les chapitres II et III, aux sources et travaux essentie (...)

5Entre les milieux d’affaires parisiens et le Languedoc — Montauban, Toulouse, Montpellier, Nîmes — les liens sont particulièrement nombreux et puissants, très caractérisés aussi par les interférences entre le monde des affaires et le haut personnel administratif et politique, très révélateurs enfin de l’ampleur des relations d’affaires et de famille de ces méridionaux auxquels, depuis plusieurs générations, les rapports avec l’émigration protestante avaient donné des horizons nordiques2.

6Dans ce secteur géographique, le foyer de dispersion montpelliérain joue un rôle prééminent. Les Languedociens de Paris se retrouvent notamment dans le réseau de relations, à la fois dense et prestigieux, qui s’articule autour de Cambacérès et de Chaptal.

  • 3 Vassal est associé à Auguste Gourcuff, et commandité par A. Bourdon puis par Philippe Keill, Dunan (...)
  • 4 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 972, 29 germinal.

7Bien que Régis de Cambacérès, prince-duc de Parme, appartienne exclusivement, ainsi que ses frères — l’un archevêque de Rouen, l’autre général de brigade — aux cadres supérieurs de l’État, il entretient pourtant des parentés étroites avec les milieux d’affaires. Par sa mère, Marie Rose Vassal, d’abord ; de cette famille, à la fois d’Agde et de Montpellier, qui était une puissance financière en Languedoc et au delà de la province, sort en 1804 la banque Vassal, Bourdon et Cie, devenue en 1806 Vassal et Cie, dont Roman Vassal est le chef. Affaire consistante et solide, qui traverse toute notre période et dont le capital passe de sept cent mille francs en 1808 à deux millions en 1812 ; sous la première Restauration, elle s’augmentera d’un comptoir au Havre3. Par sa grand-mère paternelle ensuite, Elisabeth Duvidal de Montferrier, d’une famille de vieille noblesse languedocienne : en l’an VIII, une Duvidal épouse, avec deux de ses cousins Cambacérès pour témoins, Pierre Léon Basterrèche, banquier parisien d’origine bayonnaise4. Elle apporte 100 000F en espèces. Son père avait pour sa part épousé en secondes noces une Jeanne Delon, ce qui oriente vers une autre famille montpelliéraine, engagée à Paris dans le commerce des laines et des soies.

  • 5 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/120. Sur Chaptal, voir la biographie de Pigeire, 1932.
  • 6 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/126.
  • 7 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 876, 9 et 13 fructidor an XI. Larivoire Latourrette était lui-même un L (...)

8Jean Antoine Chaptal, lui, réalise parfaitement, au moins pendant quelques années, l’union des carrières de grand commis du régime et de grand entrepreneur industriel — sans parler de sa carrière de savant. Jusqu’en 1808, Chaptal est l’associé du négociant Philippe Coustou dans la fabrique de produits chimiques des Ternes et la maison de commerce et de commission de la rue des Jeûneurs5, dont il abandonnera progressivement, par la suite, le contrôle à son fils Jean Baptiste Marie, associé à Amédée Berthol-let (le fils) dans la société Chaptal fils et Cie6. Les autres proches qu’entraîne Chaptal dans son sillage accomplissent eux aussi avec succès l’intégration à la société politique en même temps que le développement de leurs affaires. En 1781, Cambacérès, ami de jeunesse de Chaptal, avait fait pour ce dernier la demande en mariage de Marie Anne Lajard, et son frère alors chanoine d’Alès avait donné la bénédiction nuptiale. Les La-jard, originaires de Bagnols, faisaient le négoce des toiles ; le fils aîné, Jean Baptiste Barthélemy, y avait lui-même participé à Lyon puis à Montpellier, avant de devenir dans cette ville fabricant de toiles de coton sous l’Empire ; mais il avait aussi été le secrétaire de son beau-frère au ministère de l’Intérieur, avant d’être désigné comme député de l’Hérault au Corps Législatif en l’an XII ; en l’an XI, sa fille Françoise Victoire avait épousé un fils du préfet du Tarn, Larivoire Latourrette, en présence des trois Consuls et de Joséphine7. Parmi les témoins on trouvait aussi, aux côtés de Laplace, de Berthollet, des frères Fulchiron, un personnage aussi riche d’attaches que Jean Scipion Anne Mourgue.

  • 8 Ainsi Lafosse, Lionnet et Cie, négociants et indienneurs, commandités par Médard et Parlier de Mon (...)

9Ce personnage introduit à une autre importante réalité économique et sociale : l’union de grandes familles montpelliéraines à des familles protestantes des pays genevois et vaudois ; l’ouverture, aussi, des intérêts économiques languedociens sur les entreprises mulhousiennes, le commerce marseillais, les îles de l’océan Indien8.

  • 9 Jean Jacques Fesquet est en même temps juge suppléant au tribunal criminel de la Seine. Casimir ma (...)

10Jean Scipion Anne Mourgue est le fils de Jacques Antoine, d’abord négociant en tissus associé à des cousins sous la raison Colombiez et Mourgue (depuis 1771), un moment ministre de l’Intérieur en 1792, plus tard membre du conseil général des hospices civils de Paris, et administrateur du Mont-de-Piété. Par sa mère, Jeanne Vialars, il se rattache aux Fesquet, famille du cercle des Chaptal et des Cambacérès, elle aussi. Casimir Fesquet, longtemps associé de la banque Rougemont et Behrends de Londres, puis négociant à Marseille, et Jean Jacques Fesquet, administrateur des hospices civils de Paris, étaient les cousins de Jacques Antoine Mourgue9.

  • 10 Société verbale avec Jean François Vieusseux, de Genève. Cf. Schmidt 1912. et Arch. de Paris. D 2 (...)
  • 11 Arch. nat., M.C.N., XCIII, 255, 10 frimaire.
  • 12 Ibid., 236, 7 messidor an IX.
  • 13 Marc Jacob Filliettaz, frère de Gabriel, et Davillier sont en effet beaux-frères, ayant épousé cha (...)
  • 14 Arch. nat., M.C.N., XCIII, 286, 16septembre.

11Né en 1772, Jean Anne Scipion Mourgue a d’abord fait dix ans de carrière diplomatique et administrative, à Londres, sous Chauvelin et Maret, aux Relations extérieures comme commis principal, en Italie en qualité de commissaire des Guerres, ministre des Finances de la République romaine, administrateur général des Vivres dans la campagne de 1800, enfin au ministère de l’Intérieur comme secrétaire-général dans l’ombre de Chaptal. Mais c’est aussi sous le Consulat qu’il a créé une filature hydraulique et un tissage de coton à Ronval-les-Doullens, qu’il exploite jusqu’en 1808 sous la raison Mourgue, Vieusseux et Cie10. Il épouse en l’an XII Jeanne Jacqueline Elisabeth, fille de Gabriel Filliettaz, un Genevois-Vaudois réinstallé en France depuis 1798 dans le grand commerce des toiles et indiennes11. L’acte de mariage apprend que la sœur de Mourgue, Catherine, est mariée à Philippe Panon Desbassayns, fils d’un « habitant » de l’île Bourbon, frère de Barbe Ombline Mélanie, épouse de Joseph de Villèle12. Par son beau-père, Mourgue entre également en contact avec Jean Charles Joachim Davillier, régent de la Banque de France13. A travers le mariage d’une belle-sœur de Mourgue, Jeanne Sara Jacqueline Filliettaz, le cercle se ferme à nouveau sur Montpellier : elle épouse en effet en 1807 le négociant en toiles Jean Louis Médard14.

  • 15 Rappelons, pour mémoire et hors de notre « gibier », les grandes carrières parisiennes et national (...)

12On voit ainsi que le milieu languedocien à Paris offre de remarquables exemples de cohérence, de connexions familiales entre Languedociens du Languedoc et Languedociens du Refuge, de rassemblement autour des intérêts du commerce et de l’industrie du coton, en même temps qu’il témoigne d’une grande fidélité à la religion réformée — fidélité que symbolise la présence, dans ces cercles, de Jacques Antoine Rabaut Pommier, président de l’Église consistoriale de la Seine15.

13Toutefois d’autres exemples, moins éclatants, mieux circonscrits au monde de la banque et du négoce, ne sont pas moins éclairants. Toujours à Montpellier même, les plus notables sont ceux de Sabatier, Martin, Puech, Bastide, Durand.

  • 16 A. D. Hérault, I E 1290, fonds Sabatier, et 2U 71, actes de société. Félix Sabatier, au capital de (...)

14Guillaume Sabatier — fils de Jean, négociant et munitionnaire, et père de Félix, qui continuera la banque à Montpellier après la mort de Guillaume en 1809 — était, comme l’un des directeurs de la dernière Cie des Indes, au premier rang de la société des financiers avant 1789. Sous le Consulat et l’Empire, on le retrouve parmi les banquiers parisiens les plus influents : régent de la Banque de France, commanditaire de Perier et Flory, de Doyen, propriétaire d’une forte participation dans la Cie d’Anzin16.

  • 17 Jean Henri Martin, associé gérant, et Jean Jacques Puech, associé commanditaire pour 175 000F.
  • 18 Parmi eux, Pommier et fils — sans doute les mêmes que la Cie Pommier, engagée sous le Directoire d (...)
  • 19 Anciennement Martin, Salavy et Cie. Salavy père, beau-frère de Jean Henri Martin, est associé comm (...)
  • 20 Mollien est le premier témoin. Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1040, 1049, 1052, 1053, 1057, 1058, 1059

15La banque Martin-Puech de Paris17 a été intimement liée, aux origines de sa fortune, aux frères Guillaume et Étienne Sabatier, à l’occasion de leur commune participation à l’entreprise de la fourniture des lits militaires pour l’ensemble de la France, entreprise qu’un groupe de négociants montpelliérains a réussi à contrôler de l’Ancien Régime à la Restauration18. En 1810, à la dissolution de la société, Martin reste seul maître de l’affaire ; il est en outre censeur de la Banque de France. Il prend son fils Aimé pour associé. Il est en affaires avec un frère qui, sous la raison A. B. Martin et Cie, dirige une maison de commerce à l’île de France. Par ailleurs, Martin et Puech sont coassociés de Salavy père, fils cadet et Cie, à Marseille19. De Paris à la Méditerranée et à l’océan Indien, donc, un réseau étroit d’intérêts familiaux ou amicaux. Puech, pour sa part, s’est allié au personnel de la haute administration impériale : outre un fils, associé à la banque mais mort jeune, il avait eu une fille naturelle, qu’il avait reconnue et mariée à Jean Baptiste Bricogne, premier commis du bureau général du Trésor impérial, fils de Jean Bricogne, maire du VIe arrondissement de Paris20.

  • 21 Zylberberg 1972.
  • 22 Jacques et François Durand en sont associés commanditaires depuis 1802. Leur cousin Raymond, leur (...)
  • 23 Un autre exemple d’ascension parisienne d’une famille montpelliéraine où se trouvaient alliés le n (...)

16L’histoire de la banque Durand a été éclairée indirectement par une récente étude21. Sa branche parisienne, entre les mains de Louis Durand, apparaît comme un des éléments d’une affaire très conquérante et aux emprises géographiques audacieuses. A l’origine, une maison de commission, d’armement et de banque de Montpellier, fondée par l’aïeul en 1736. A l’époque révolutionnaire et napoléonienne, quatre frères se partagent la direction : l’aîné, Jacques, à Montpellier ; François à Perpignan ; Auguste à Marseille ; Louis à Paris ; il s’y ajoute le contrôle d’une importante maison de Barcelone22. L’aîné se hausse au rang des grands notables : président du tribunal de commerce de Montpellier, membre du conseil supérieur du commerce sous l’Empire, baron de la Restauration — à la suite d’ailleurs de son oncle Jean Jacques Louis, ci-devant président de la Cour des Aides, maire de Montpellier, guillotiné en 179423.

  • 24 Ibid., F12, 1413. Les entreprises des Bastide faisaient filer en Gévaudan, Vivarais et Rouergue et (...)
  • 25 Bastide a épousé une Moïse — les Moïse étant alliés aux Méric, famille montalba-naise où deux fill (...)

17La banque Louis Bastide, aux premiers rangs de la haute banque parisienne, comme la banque Sabatier, offre une structure voisine, fortement liée à tout le monde français de l’indiennage. En effet, des rapports d’affaires, pour le moins, existent avec Bastide et fils, à Montpellier, et Dominique Bastide et Cie, à Marseille. Les Bastide, fabricants de mouchoirs et toiles de coton à Montpellier depuis cinq générations, contrôlaient sous l’Ancien Régime plusieurs manufactures à Montpellier, dans le sud du Massif Central (à Vabres et à Camalières, près de Castres), à Remiremont et à Cholet24. Par son mariage, Louis Bastide se trouve allié à la filature saint-quentinoise25.

  • 26 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/214 et D 11 U3, 22/1546 ; Arch. nat., M.C.N.. XVIII, 1020. 23août1806. (...)

18D’autres n’ont pas eu des destinées aussi brillantes, et leur intégration à la banque parisienne a pu se trouver rompue par la faillite. Ainsi en advient-il, en 1803, de Ra-zuret, Faber et Cie. Louis Nicolas Razuret se retire du commerce ; Frédéric Faber se replie sur Montpellier et continue les affaires sur un plan régional, commanditant Abric et Cie à Lunel, Sète et Montpellier26.

  • 27 Arch. de Paris, D 11 U3, 10/648 ; Arch. nat., M.C.N., IX, 856 ter, 1er frimaire an VIII. Les fils (...)

19Hors de Montpellier, l’histoire de l’émigration vers Paris des élites économiques se réduit à des cas isolés. D’Alès, par exemple, sont venus pour un temps les Féline. Successivement, sous le Directoire, on reconnaît une banque Louis Féline — le père —, puis une banque Féline frères et Cie, qui disparaît dans la faillite du 15 fructidor an VII, consécutive, semble-t-il, au « scandale Monneron » qui avait affecté la Caisse de Comptes Courants quelques mois auparavant, et à ses répercussions dans le monde du commerce27.

  • 28 Arch. de Paris, D 11 U3, 23/1562 ; A. Ê. de Neuchâtel, fonds Coulon. Fanny, fille de Pierre Sarrus (...)

20De Nîmes, par le relais de Toulouse, viennent les Sarrus. Leur histoire commence, en fait, sur les Causses. A Cornus, de Thérèse Coulon, soeur de Paul Coulon, l’associé à Neuchâtel du grand Pourtalès, et de Fulcrand Grailhe, étaient nés deux fils — Jean Jacques Grailhe, fondateur d’une maison de commerce à Bordeaux, et Paul Grailhe, fondateur d’un commerce de toiles peintes à Nîmes — et une fille, Thérèse, qui devait épouser Pierre Sarrus, de Saint-Affrique. Pierre et son frère David s’installent en 1792 à Toulouse ; en 1793, ils prennent un contrat de fournitures pour l’armée des Pyrénées. En 1797, ils prennent leur beau-frère Grailhe pour associé gérant la maison de Nîmes, tandis qu’ils conservent celle de Toulouse ; le capital se monte alors à 400 000F. Un peu plus tard David Sarrus vient créer une filiale à Paris. Mais la société fait faillite en 1803, à la suite d’une négociation malheureuse portant sur une grosse créance de fournitures militaires, rachetée à une compagnie pour l’habillement et l’équipement des troupes28.

  • 29 Cf. infra, p.76.

21On repère aussi à Paris un représentant de la grande famille nîmoise des Vincens : Louis Vincens, associé au Suisse Johann Gottlieb Bertschinger29. A Nîmes même, le banquier Jean Alexandre Vincens-Mourgue sous la raison Vincens, Davillas, Pascal et Cie, reste la première maison du Gard, avec dix millions de chiffre d’affaires annuel. Un autre Vincens occupe à l’époque napoléonienne une position de premier plan dans la banque génoise.

  • 30 Société avec les frères Randon (oncles de sa femme), Joseph Nougarède et Jacques Silhol, qui se po (...)
  • 31 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 14 brumaire an XI, inventaire après décès. Le rapprochement s’impose av (...)
  • 32 Ibid., M.C.N., XCIII, 262, 30 pluviôse an XIII.
  • 33 Arch. de Paris, D 31 U3, 9/261.

22Plus complexe et plus heureux est l’itinéraire des frères Sevène, originaires de Mar-vejols. Pierre, l’aîné, fait d’abord carrière à Montpellier, où il épouse en 1777 Marie Silhol, fille d’un négociant, et entre dans une société de commerce des toiles et mousselines30. Simultanément, à partir de 1791, il spécule sur les laines de Provence, Languedoc et Roussillon, de concert avec Banne, de Montpellier, et Henri Grandin, Delon et Cie, de Paris : ces derniers devaient, pendant quinze ans, dominer en France le commerce des laines espagnoles31. A la même date, le cadet, Édouard, reprend à Rouen les deux manufactures de John Holker (Saint-Sever et Oissel) en association avec Guille-baud. Un peu plus tard, Pierre et les deux autres frères, Auguste et Louis, forment à Paris une maison de commerce Sevène frères et Cie. En 1796, les affaires de Rouen et Paris se fondent dans une société unique, au capital de 600 000F, ayant pour objet « toutes entreprises mercantiles et de la banque » ; cependant Pierre meurt en 1802, et la société est à nouveau partagée en 1804 entre Édouard, qui conserve le textile, et Louis et Auguste, qui gardent la banque32. En 1808, Louis se retire des affaires et rentre en Languedoc, s’installant à Montferrier. Mais Auguste, devenu régent de la Banque de France, reste à Paris, où il liquide la société, puis commandite une maison de commerce et rentre en société en 1813 avec Poupart de Neuflize père et fils pour en fonder une autre33. Ainsi Auguste et Édouard consolident-ils l’enracinement de la famille à Rouen et à Paris, et les alliances d’intérêt avec les milieux industriels.

  • 34 Ibid., 18/1328. Frainnau possède alors plusieurs centaines de milliers de francs de maisons et de (...)
  • 35 Cf. Aude 1931.

23L’horizon occidental du Languedoc paraît peu représenté dans les élites économiques de la capitale : il aurait surtout donné naissance à des « aventuriers ». Ainsi, dans la région de Montauban, de Louis Frainnau, entrepreneur des services de la Garde, des maisons des Consuls et de la première division militaire, soutenu d’ailleurs par le crédit des Sevène, et failli en 180334. Une exploitation plus habile des circonstances révolutionnaires est à l’origine d’une carrière foudroyante, celle du banquier Michel jeune, né en 1772 à La Bastide de Sérou, dans le pays de Foix — protégé, vraisemblablement, par Cambacérès à qui il doit sans doute d’avoir échappé à la prison. Carrière dont le cours ne s’apparente guère à celui des vieilles familles de la finance ou du négoce, mais plutôt aux réussites exceptionnelles de certains « profiteurs de guerre », dont l’ascension d’ailleurs tourne court la plupart du temps, sans donner naissance à des dynasties35.

  • 36 Arch. nat., M.C.N., VII, 564.
  • 37 Ibid., XCIII, 330, 9 avril 1812.

24Marc Antoine Grégoire Michel obtient en 1793 son premier marché de fournitures : des draps pour les armées des Pyrénées. Dès 1796, il a dû réaliser des bénéfices considérables puisqu’il verse un million dans la société qu’il fonde à Bordeaux avec son frère, Michel l’aîné. Bénéfices peut-être illicites : installés à Paris en 1798, les frères Michel sont accusés par un de leurs employés de vol, pillage et falsification de pièces au préjudice de l’État, pour un million et demi, à l’occasion de leurs fournitures de draps pour l’an IV. Ils sortent pourtant de prison au bout d’un mois. A la reprise de leurs affaires, sans délaisser les fournitures, ils se consacrent davantage aux opérations de banque et sur les fonds publics. Autour de 1800, les frères Michel sont d’indispensables soutiens du Trésor, multipliant les avances en espèces ou en effets à la Marine, aux armées d’Italie et du Rhin. Quand, en janvier1802, la société est dissoute au bout de six ans d’existence36, son actif est de dix-sept millions. La réussite sociale est venue en même temps : comme Ouvrard à la fois méprisé et utilisé par le Premier Consul, Michel jeune reçoit à sa table Cambacérès, devient le beau-frère de Jacques Récamier en épousant lui aussi une fille de Bernard de Civrieux, négociant lyonnais. Entre un Ouvrard et un Michel jeune, d’ailleurs, les affinités sont grandes, et commun le goût pour les immenses placements fonciers — celui-ci rachetant une partie des biens acquis par celui-là. Entrant dans la spéculation d’Ouvrard et Vanlerberghe sur les piastres mexicaines. Michel jeune devient en 1806 le banquier à Paris de la Caisse de Consolidation de Madrid : en 1810, ses avances se montent à près de quinze millions. De bonne heure, pourtant, le banquier se mue en rentier. En une quinzaine d’années, sa fortune s’est tellement accrue qu’il n’éprouve plus l’envie de la développer. Un bilan du 30 juin 1810 met en évidence un actif net de vingt neuf millions et demi37 ; un agent d’affaires, Antoine Grouët, se voit confier la gestion et l’administration des affaires de Michel jeune, en qualité de collaborateur intéressé recevant « un dixième dans les revenus, bénéfices et accroissements annuels des capitaux mobiliers et immobiliers de quelque nature qu’ils soient ».

25Ainsi, l’une des plus grosses fortunes de l’époque napoléonienne, et peut-être la plus grosse, apparaît-elle comme le fruit d’une carrière atypique, presque d’une génération spontanée. Pas d’arrière-plan familial, d’assise procurée par le travail de plusieurs générations ; pas de prolongements non plus. En deux décennies à peine, une fortune prin-cière s’édifie, dans des opérations fort classiques sur les fournitures militaires ou sur les métaux espagnols, deux activités chères à bien des capitalistes languedociens du xiiie siècle. Le résultat témoigne en faveur du dynamisme de l’individu (ou de son absence de scrupules), mais nullement d’une évolution des formes du capitalisme bancaire. Il s’agit d’un cas particulièrement heureux d’exploitation des possibilités d’enrichissement aux dépens d’un État qui n’a pas encore assuré son indépendance par la mutation de ses institutions financières.

  • 38 On n’a pas évoqué ici un certain nombre de cas illustres. Celui des André, installés à Gênes depui (...)

26Si l’histoire d’un Michel jeune contribue à diversifier le tableau du « génie financier » des Languedociens, les analyses qui précèdent ne prétendent pas pour autant être exhaustives38. Tout au moins peut-on conclure provisoirement à l’existence d’une particulière richesse en talents dans un triangle Millau-Montpellier-Nîmes, d’où sont sorties tant de familles de l’émigration protestante vers la Suisse romande, mais aussi tant de marchands-banquiers qui surent, en une ou deux générations, et la Révolution aidant, franchir l’intervalle de fortune et de prestige qui séparait l’honnête affaire régionale de la grande maison parisienne, pratiquant toutes les formes de la spéculation et de l’investissement.

Provençaux, Dauphinois

  • 39 Léon 1966, p.15 et 27.

27Dans sa monographie consacrée aux Dolle et aux Raby, Pierre Léon a rappelé et illustré la vocation traditionnelle du Dauphiné comme terre d’émigration, vers les fabuleuses Antilles comme vers Lyon, Genève ou Marseille39. La constatation vaut aussi bien pour la Haute Provence. C’est bien souvent au terme d’une série d’étapes, régionales ou transocéaniques, que Provençaux et Dauphinois prennent pied dans le milieu d’affaires parisien.

  • 40 Arch. nat., M.C.N., LXV, 663, 24 floréal an VI. La future apportait notamment six esclaves et 1800 (...)
  • 41 Société du 23 septembre 1801.

28Quant aux premiers, nous n’avons à vrai dire que deux exemples notables à proposer. Et d’abord, celui de Jean Joseph François Alexandre Barrillon, né à Serres près de Gap, en 1762, négociant au Cap Français où il épouse en 1787 la fille d’un négociant lyonnais, Chassy-Poulet40. Barrillon vient s’installer à Paris après 1792 ; il fait sa fortune dans les fournitures militaires ; à la fin du Directoire et au début du Consulat, il appartient aux dix ou vingt banquiers parisiens les plus influents, comme le montrent ses participations au service du Trésor et aux débuts de la Banque de France ; il reprend d’ailleurs les opérations sur le commerce colonial, comme en témoigne, notamment, sa société avec Pierre Antoine, l’un des frères Chégaray, de La Rochelle41.

  • 42 Arch. nat., BB30, 1064.

29L’autre exemple est celui de Jean Antoine Pierre Mévolhon, né à Sisteron en 1757, Constituant, membre du collège électoral du département des Basses-Alpes sous l’Empire42. En 1809, il est le plus fort imposé : il possède 761 000F d’immeubles répartis entre les Basses-Alpes, le Pas-de-Calais, Paris et ses environs ; il détient en outre 80 actions de la Banque de France, et une importante participation dans les Messageries nationales ; il a 15 000F de rentes en 5%. Cette solide fortune a très probablement été acquise par l’intéressement à une série d’entreprises de fournitures, notamment de transports militaires.

  • 43 Cf. Barrai 1964.

30En revanche, le « contingent » dauphinois est plus étoffé. Les filières d’ascension sont d’une part les industries textiles, d’autre part le grand commerce maritime. A la première se rattachent les figures dominantes des Perier de Grenoble43.

  • 44 Les impressions de Vizille sont vendues par J. B. Arndt, leur dépositaire à Lyon.
  • 45 Il s’agit de Sabatier et Desprès (sans rapport, semble-t-il, avec Médard Desprez).
  • 46 Dont la fortune, au détriment des Perier, était passée dans les mains de son beau-frère, le banqui (...)

31L’installation de Claude Perier à Paris est récente — postérieure à Thermidor. Il y meurt, dans sa maison de la rue Saint-Honoré, en février1801. Une partie de sa descendance continue les affaires à Grenoble : l’aîné, Augustin, associé au sixième fils, Alphonse, sous la raison Augustin Perier et Cie, développe le tissage puis la filature dans la manufacture de Vizille, jusque-là consacrée aux seules toiles peintes44, commandite Allevard dont il vend les fontes, la maison de commerce Quévremont et Balleydier à Lyon, prend des intérêts dans l’industrie textile du Haut-Rhin. Mais c’est à Paris que s’épanouit véritablement le génie industriel et financier de cette famille. Scipion et Casimir, les troisième et quatrième fils, forment avec Henri Flory, fils d’un maître-orfèvre grenoblois et ancien associé de leur père, la banque Perier frères, Flory et Cie en juin1801. Guillaume Sabatier y entre en commanditaire qui, annonce la circulaire, « va renouer en notre faveur les relations de son ancienne maison »45, et « donne par là à nos sieurs Perier frères une preuve vivement sentie de l’amitié qu’il portait à feu Claude Perier de Grenoble, leur père... et à feu Augustin Perier leur oncle, directeur de la Compagnie des Indes »46. De fait, il s’agit là d’une puissante alliance de capitaux entre la plus grosse fortune de Grenoble et l’une des plus vieilles banques du Languedoc.

32C’est une carrière analogue, dans de bien moindres proportions il est vrai, que celle des Enfantin et des Jubié, partis non de l’industrie des toiles, mais de l’organsinage et de la filature de la soie, manufacturiers depuis les années 1770 l’un à Romans, l’autre à La Sône, entrés sous la Révolution dans le cercle des banquiers et commissionnaires parisiens. Comme l’a noté Pierre Léon, cette entrée vient couronner « leur marche ascendante » pendant toute la deuxième moitié du xviiie siècle.

33Barthélemy Enfantin, pendant quinze ans commis en chef de la maison parisienne Jean Louis Julien et fils, s’associe en 1793 à son frère Maurice, puis à ses autres frères Marcel et Saint-Prix, dans une affaire qui, après avoir pris de l’ampleur au début du Consulat, sombre dans la faillite à la fin de 1802.

34Des frères Jubié, l’un, Pierre Joseph Fleury, s’associe à Pierre Léon Basterrèche en l’an VI dans la banque Jubié, Basterrèche et Cie, avec la commandite de Georges Antoine Ricard, de Lyon, dont un fils, François, entre lui-même dans la société. Outre la liaison lyonnaise, classique pour les Dauphinois, on saisit ici un exemple d’association avec une grande maison de la façade atlantique, les Basterrèche de Bayonne, dont on a vu plus haut les attaches avec les Languedociens.

35Dauphinois encore, les frères Bodin, fils d’un négociant de Romans. Charles Bodin, banquier et commissionnaire à Paris en l’an VII, est commandité par ses frères Victor et Louis, négociants à Lyon. Il les rejoint d’ailleurs en 1803, mais reste commanditaire de Jean Ulrich Schlumberger, son ex-associé et successeur. On aperçoit ici un lien de plus entre Alsace et Dauphiné. Mais la fortune des Bodin, pour autant qu’on sache, s’explique cette fois par le rôle de premier plan qu’ils ont tenu dans les fournitures à l’armée d’Italie, puis dans l’achat de biens nationaux dans les départements belges.

  • 47 Faillie en l’an XIII, elle a pour principal créancier un Bodin, pour plus de 300 000F.
  • 48 Arch. nat., M.C.N., VII, 553, 16 brumaire an IX, et 568, 6 germinal an XII. Commandite de 100000F (...)

36Étroitement liées aux familles précédentes, voici encore les affaires de Joseph Pou-drel. Issu d’une famille de Die, marié à Julie Félicité Bodin, de Romans, Poudrel a lui aussi engagé sa société — Reinaud et Poudrel, à Lyon — dans les fournitures à l’armée d’Italie et à l’armée de réserve47. En même temps, Poudrel est entré en société avec Rivierre, Roustan et Pradelle, maison parisienne de banque et de commission48.

  • 49 D’après Berard 1937.

37Les Berard appartiennent à l’autre voie d’intégration à la banque parisienne, celle du négoce colonial. De cette famille calviniste de Châteaudouble, non émigrée, un membre est venu s’installer à Lyon vers 1720 et y épouser la fille d’un fabricant de soie : c’est Simon Berard, marchand toilier rue Bât d’Argent. Trois de ses sept enfants, Thomas Simon (1741-1794), Jean Jacques (1751-1817) et Pierre quittent Lyon pour Honfleur, puis Lorient (1775). Associés successivement au grand Pourtalès, puis à un Coulon, enfin à Jacob Vernes de Genève, ils se lancent dans le commerce des Indes orientales, et participent en 1785 à la fondation de la troisième Compagnie des Indes. Thomas Simon rejoint à Paris la direction générale, tandis que Jean Jacques dirige à Lorient les opérations commerciales. D’avoir défendu les Tuileries au Dix-Août, à la tête de la garde nationale de la section Le Pelletier, devait valoir à Thomas Simon d’être guillotiné le 4mai1794. En revanche Jean Jacques, retiré à Montgeron, traverse sain et sauf la Révolution. Il est en 1804 à la tête d’une maison de banque parisienne, que son fils Victor Alexis reprendra en 1817. Il marie brillamment ses filles : l’une, Adèle, au fils cadet du duc de Plaisance, Alexandre Lebrun, tué à Lepel en 1812 ; l’autre, Victorine, au baron Usquin, riche propriétaire et négociant de Saint-Germain-en-Laye49.

  • 50 Léon 1966, p.28 et Hémardinquer 1964 b.
  • 51 Joseph Hugues, installé à Marseille depuis 1745, associé à son frère Antoine, puis à son fils Jose (...)

38Plus brièvement associés au milieu parisien, on relève encore Antoine Balmet, marchand de Grenoble installé à Saint-Domingue en 1789 dans le commerce et la régie de plantations, failli à Paris en l’an XI alors qu’il faisait le négoce des toiles de l’Inde en société avec Claude Rubichon, de Lyon, et en liaison avec Eugène Rubichon, de Hambourg puis Bordeaux50. Et encore Hugues de La Garde, président de la Chambre des Comptes du Dauphiné, seigneur du marquisat de La Garde-Adhémar, intégré par son mariage au milieu d’affaires marseillais, choisi comme l’un des régents de la Banque de France51.

Lyonnais

39L’immigration lyonnaise se caractérise traditionnellement par sa répartition en deux groupes : les Lyonnais proprement dits, et les Suisses venus s’intégrer au milieu parisien après une étape lyonnaise.

  • 52 Et donc lié au groupe suisse. Guérin de Foncin prend pour associé Caminet, ancien chef des bureaux (...)
  • 53 Ibid., 5/132 et 5/197. Les associés sont Philippe Coustou et Bignan, gendre de Fulchiron. Aucune s (...)

40Dans le premier groupe, on reconnaît des maisons d’installation plus ou moins récente. Les frères Fulchiron, Joseph et Aimé Gabriel, étaient dès l’Ancien Régime établis à la fois à Lyon et à Paris. Joseph Fulchiron se retire en 1804, Aimé Gabriel en 1808, mais l’affaire est alors reprise par son neveu Guérin de Foncin, ancien associé de Fitler, Darnal et Cie52. Jean François Guérin de Foncin débute à Paris avec un capital de 600 000F, dans lequel son oncle conserve une commandite. Joseph Fulchiron, de son côté, réapparaît de 1809 à 1811 dans la maison de commission Fulchiron aîné et Coustou53.

  • 54 Ibid., 3/508.
  • 55 Ibid., 4/74.

41Mais le glissement paraît s’accentuer sous l’Empire, sans doute avec l’attraction qu’exerce alors Paris sur un milieu d’affaires lyonnais où le grand commerce est de longue date un commerce de commission. En 1807 est fondée la maison de commission Henri Lhuilier et Cie54, avec les commandites d’Henri Flory, et de Guillaume et Étienne Sabatier, déjà engagés avant la Révolution avec les Lyonnais dans la spéculation sur les rentes. En 1809, sans doute en relation avec la mort de Guillaume Sabatier, Lhuilier s’adjoint deux autres associés lyonnais, Audiffret et Nezon55.

  • 56 Autres associés : Jean Marie Pine-Desgranges, Melchior Mermoz. Claude Fohlen (1955, p.22) indique (...)
  • 57 Sur bien d’autres, on reste insuffisamment renseigné : ainsi, Bona, sous les raisons Bona et Lariv (...)

42La même année, on relève l’installation à Paris d’une maison de commission et de transit, Zindel, Combes et Cie, émanant de la maison Zindel et Cie de Lyon56. Cette affaire s’intéressait probablement au trafic entre Paris et la Suisse ou l’Alsace, puisqu’elle s’associait un négociant bisontin, Jean Baptiste Vuilleret, et avait antérieurement commandité Curtel et Cie, à Belfort57.

43Dans le groupe des Suisses de Lyon, l’attraction parisienne s’est exercée également dès le xviiie siècle. En dehors des Delessert (voir ci-dessous, chapitre III), qui ont quitté Lyon sous l’Ancien Régime, les « migrants » les plus prestigieux sont les Schérer et les Finguerlin — partis après la Révolution.

  • 58 En fait, les Schérer sont issus d’Arbon, en Thurgovie (en préparation sur ce sujet, un ouvrage de (...)

44Les Schérer sont une des nombreuses familles saint-galloises implantées à Lyon depuis la fin du xvie siècle, et étroitement alliées entre elles58. Henri Schérer (mort en 1736), fondateur de la première maison lyonnaise de ce nom, marié à une Hogguer, avait eu deux fils : Daniel et Gaspard Henri, mariés à deux Sollicoffre ; et deux filles, mariées à Gaspard Daniel et Jean Henri Finguerlin — fils de Daniel Finguerlin, bourgeois de Bercher dans le Pays de Vaud, mais dont la famille était plus anciennement venue d’Augsbourg.

  • 59 Associé à Gaspard Daniel et Jean Henri Finguerlin. Une autre de ses sœurs a épousé un Boissier de (...)

45A la fin du xviiie siècle, la fortune des Schérer est déjà considérable. La veuve de Daniel Schérer (l’héritier du fondateur) laisse à sa mort, en 1790, près d’un million de livres à partager entre ses trois fils et ses trois filles. L’aîné, Daniel Germain Schérer, a pris la tête d’une seconde maison, Finguerlin et Schérer59. Mais après le drame de la Révolution à Lyon, les carrières des deux familles se dissocient partiellement. Daniel Henri Schérer — c’est la troisième génération — vient s’installer à Paris. Les alliances s’étendent du côté helvétique : Schérer a épousé en 1787 Marguerite Louise Marcuard, de Berne, veuve en premières noces de François Abraham Cottier ; en 1798, il entre en société avec Denis Rougemont de Löwenberg. Au contraire les frères Finguerlin se sont retirés en Suisse : Gaspard Daniel à Arbon, où il exploite une manufacture de toiles ; Jean Henri à Lausanne puis à Genève : en 1810-1815, il vendra ses biens lyonnais — la maison de la rue Bât d’Argent (160 000F) et un domaine à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or (40 000F).

  • 60 C’est le fils d’un bourgeois de Neuchâtel, Jean François d’Escherny, banquier et négociant venu s’ (...)
  • 61 André et Cottier eux-mêmes ont attiré encore d’autres capitaux bancaires : de Genève (Sautter, Bor (...)

46En 1805, la banque Rougemont et Schérer perd Rougemont, qui continue seul la banque, et devient Schérer et Finguerlin, Schérer ayant pris comme nouvel associé son cousin Gaspard Henri Finguerlin. Les autres associés sont Adolphe Pierre François Cottier, son gendre ; Alfred François Saladin, de Genève ; André François Louis d’Escherny60 ; et Bourcard van Robais. En 1808, Cottier se sépare de Schérer et Finguerlin pour rejoindre la banque André ; en 1811, d’Escherny se retire ; en 1814, c’est Bourcard van Robais, remplacé par Eugène Rodolphe Henri Schérer, le fils du patron. Mais Schérer et Finguerlin restent eux-mêmes intéressés chez André et Cottier61.

  • 62 Au prix de quelque artifice, il faut bien insérer à ce point de notre revue la notice que mérite n (...)

47Que la place de Lyon ait perdu les Schérer et les Finguerlin, qu’ils aient connu sur celle de Paris un essor aussi remarquable, les plaçant au centre d’une sorte de constellation bancaire, illustre bien la fin d’une période pour Lyon : non seulement le poids pris par Paris ne cesse d’accentuer la dissymétrie de la structure bancaire de la France, mais encore se trouvent rompus les liens privilégiés qui unissaient Lyon à la Suisse62.

II. DE NOUVEAUX VENUS : LES GENS DE L’EST

48Autant les Languedociens, par exemple, évoquaient par leur présence dans le creuset parisien la notion d’une continuité dans le recrutement des élites économiques de la capitale, autant l’apparition de dynasties issues de Lorraine ou d’Alsace, et du judaïsme de l’est, constitue une nouveauté indissociable de la Révolution et de la guerre. Même lorsque, comme dans le cas de la Haute Alsace, l’entrée dans la banque parisienne se fait à partir d’une carrière industrielle, cette promotion doit toujours quelque chose aux gains faciles procurés par les fournitures militaires ou le trafic des biens nationaux. C’est en tout cas la règle pour les capitalistes lorrains.

Lorrains

  • 63 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1012, 7 nivôse an XIV. Louis Nicolas Aimé laisse une fortune de 187 000 (...)
  • 64 Ibid., CVIII, 861, 17 germinal. Il apporte une fortune de 150 000F.
  • 65 Ibid., 893, 5janvier1807.

49Nancy est le point de départ de plusieurs belles réussites. Promise à un bel avenir, par exemple, l’ascension des Seillière. Florentin y cumule la fabrique de draps, le négoce et la banque. Deux de ses fils meurent prématurément : Germain Auguste, le cadet, en l’an XI ; Louis Nicolas Aimé, en l’an XIV63. Mais l’aîné, Nicolas, s’installe à Paris et pratique le financement des fournitures militaires — dans lesquelles s’était déjà illustré son père. Un autre fils, Claude Florentin, se marie à Paris en l’an XI64. Un autre encore, François Alexandre, est manufacturier à Pierrepont, près de Longwy : il épouse une fille de Gibert. receveur général de l’Oise. Bel exemple des liens étroits entre le monde des affaires et celui des hauts fonctionnaires des finances, encore proches dans leur statut et leurs activités des officiers de finance de l’ancienne monarchie65.

  • 66 Il a pour beau-frère Marin le jeune, négociant à Nancy et propriétaire des forges de Moyeuvre (anc (...)

50Un curieux édifice économique et financier se construit d’autre part autour de Duquesnoy66. Il a pour associé Jean Baptiste César Catoire, régisseur des salines de Moyenvic, un des administrateurs de la régie des Salines de l’Est, et jusqu’en 1807 associé de la banque Catoire, Duquesnoy et Cie, établissement parisien dont le rôle consistait probablement dans la gestion financière du bail des Salines. On retrouve Catoire et Duquesnoy, et d’autres, dans la Cie Equer, qui avait le bail des mines et usines de Nassau-Sarrebruck : ainsi étaient-ils en position de coordonner l’exploitation des houillères, forges, fourneaux et salines, autrement dit de contrôler toute la richesse industrielle de la Lorraine du nord et de la Sarre. Pour soutenir cette exploitation, ils devaient, avec d’autres intéressés, recourir à de forts crédits, offerts notamment par des capitalistes parisiens : ils pouvaient en fournir la garantie grâce à l’énorme réserve foncière qu’ils avaient acquise. On peut saisir quelques-unes de ces opérations de crédit vers 1805-1806 ; leur analyse est intéressante du point de vue de leur mécanisme, mais tout autant en raison des liens personnels qu’elle fait apparaître, de la vigueur de tout un capitalisme lorrain qu’elle aide à révéler.

  • 67 Dans l’arrondissement de Sarrebourg. Le château, les six corps de fermes et les trois mille arpent (...)
  • 68 Duquesnoy intervient également dans la garantie hypothécaire, avec :
    – le domaine de Roncourt (arro (...)
  • 69 Cautionnement constitué par Catoire sur 1047ha de forêts et sapinières acquises en l’an XI et vala (...)

51Ainsi, en novembre1805, Catoire, Petitjean (receveur général de la Meurthe), Cornu (sous-chef de l’administration des salines à Paris), et Boullanger, propriétaire à Paris, empruntent 200 000F « en piastres fortes et effectives d’Espagne », à Delamarre. propriétaire, 8 rue Bergère à Paris ; la garantie hypothécaire est fournie par Cornu, propriétaire des forges et usines de la source de la Loue, qui valent plus de 300 000F, et par Catoire, sur la terre de Goin-sur-Seille (Moselle), achetée à Cléron d’Haussonville — achat qu’il s’agit, précisément, de solder. D’autre part, en octobre, Catoire et Duquesnoy ont emprunté 500 000F — 100 000 à un an, 200 000 à deux ans, 200 000 à trois ans — à Dauphin, receveur général du Jura, crédit repris ultérieurement par Florentin Seillière ; et 130 000F en mai1806 à Nicolas Hubbard, banquier, pour achever de payer Mme de Custine, à qui Catoire, en l’an X, a acheté la terre de Guermange67, provenant de la succession de son mari — terre sur laquelle l’emprunt d’octobre1805 est également gagé68. Or ces obligations hypothécaires sont souscrites solidairement autour de la date de renouvellement du bail (janvier1806) : Catoire et Duquesnoy, qui doivent payer au gouvernement 1 800 000F par an, ont à fournir un cautionnement d’un million en immeubles69. Elles ont donc pour rôle, à la fois, de consolider un capital immobilier, et d’utiliser celui-ci pour mobiliser des capitaux au service de l’entreprise industrielle, ou pour en assurer légalement la relance.

  • 70 Marx, par exemple, a acheté une maison de 100 000F au faubourg Saint-Honoré, et 320 000F de domain (...)

52L’autre grand secteur du capitalisme lorrain parvenu à Paris est celui des familles juives. Le cas de Berr Léon Fould est le plus célèbre. Plusieurs autres ont suivi une voie identique, du commerce — grains, fourrages, étoffes —, ou de la manufacture — draps, tabacs — aux fournitures militaires et aux spéculations sur les biens nationaux, qui assurent l’entrée dans le milieu bancaire parisien. Ainsi Jean Baptiste Olry, qui fait du Directoire à l’Empire une carrière ininterrompue de munitionnaire en viandes, puis d’entrepreneur des convois militaires. Ainsi, encore, les quatre frères Cerf Berr : Marx, Lipman, Baruch, Théodore — une famille originaire de Strasbourg, mais implantée dans la région de Nancy avant la Révolution. Dès la génération précédente, la fortune acquise était considérable : la succession des parents est évaluée à 1760 000F. et comprend notamment les domaines de Romanvillers, dans le Bas-Rhin, de Tomblaine et de Saussure, dans la Meurthe. Les frères Cerf Berr conservent à Tomblaine une manufacture de draps, mais ils ont tous pignon sur rue à Paris70.

  • 71 Lui-même marié à la fille d’un Isaac Berr de Nancy, sans doute le père du « grand » Isaac Berr.
  • 72 Un frère, Emmanuel, exerce à son tour, sous l’Empire, le commerce de la joaillerie rue Sainte-Avoi (...)
  • 73 Depuis 1808, Olry Hayem Worms s’appelle Olry Worms de Romilly.

53La réussite la plus complète est pourtant celle de Worms — bien moins connue, il est vrai, que celle des Fould ou des Rothschild, parce qu’elle n’a guère excédé les limites d’une génération. Réussite préparée dès l’Ancien Régime : installée à Sarrelouis depuis la création de la ville en 1682, la famille avait accédé à la notoriété avec Hayem (ou Haïm) Worms. Ayant, pendant la guerre de Sept Ans, fait des fournitures en pain, viande, chevaux, fourrages et équipages à l’armée d’Allemagne, s’étant encore distingué en 1770-1771 en fournissant des subsistances au rabais lors d’une disette dans la région de Sarrelouis, il avait obtenu en juillet1787 des lettres patentes lui garantissant la qualité de régnicole. Son fils Olry Hayem, le futur banquier parisien, né en 1759, avait d’abord fait en Lorraine une carrière marchande, comme son père. Il avait épousé en premières noces la fille d’un Juif de Metz, Jonas Garçon Lévy71 qui avait abandonné les affaires en 1778 et procédé au partage de sa fortune entre ses enfants, manifestant ainsi une générosité que l’on retrouvait souvent au sein des familles juives ; une fraction des 86 000lt ainsi partagées échut à Olry Hayem Worms et l’aida sans nul doute dans ses affaires. En 1790, au plus tard, il est installé à Paris ; il y épouse, cette année-là, en troisièmes noces, Flore Zacharie, fille d’un négociant-orfèvre de la rue Saint-Martin, qui apporte 20 000lt72. On ignore tout des affaires faites par Worms depuis son arrivée à Paris ; il est seulement certain qu’elles furent excellentes, puisqu’en l’an V il était en mesure d’acheter les terres et château de Romilly-sur-Aube à Louis César Baulny. A Paris, il habite dès lors rue de Bondy ; en l’an VIII il est nommé adjoint au maire du Ve arrondissement. Worms est donc désormais un grand notable à Paris et aussi dans l’Aube, où il fait successivement partie du collège électoral du département et du conseil général. Il y est en effet non seulement propriétaire, mais manufacturier : Worms et Cie, c’est la bonneterie installée à Romilly, et dans laquelle il a investi 150 000F73.

  • 74 Arch. nat., XCIII, 264, 26 germinal an XIII.
  • 75 Société au capital de 1 200 200F.
  • 76 Informations tirées d’un dossier de famille aimablement communiqué par le général Georges Léon.

54Worms est aussi un grand notable du judaïsme français. En 1809, il entre au Consistoire départemental de la synagogue de Paris, aux côtés du grand rabbin Michel Seligmann, et des laïcs Benjamin Rodrigues et Isaac de Oliveira ; sa taxe, la plus forte, le désigne comme le Juif le plus riche de Paris. D’autre part, une série de mariages opèrent autour de sa famille la fusion d’éléments juifs d’origines très diverses — l’accroissement régulier des dots signalant la remarquable progression de l’enrichissement. En l’an XIII, il marie un fils de son premier mariage, Samuel Olry, à la fille d’un négociant de Pau, Lazare Lyon ; il lui donne 40 000F, auxquels s’ajoutent sans doute 50 000F versés par le gendre dans la société Lazare Lyon et Cie74. En 1817, 1819, 1821, 1826, 1834, il marie successivement Désirée, Gernance, Emmanuel, Cor-nélie et Léonce en donnant à chacun ou à chacune de 150 000 à 200 000F. Désirée épouse le fils et associé de Hollander, banquier juif d’Altona ; Gernance, celui de Haber, banquier à Carlsruhe75 ; Emmanuel prend la fille de Ratisbonne, maître de la poste de Strasbourg, et lui succède ; Cornélie et Léonce épousent des héritiers de la banque juive portugaise. Mais Léonce, seul garçon né de l’union avec Flore Zacharie, se révélera incapable de maintenir le nom de Worms dans l’annuaire de la banque parisienne76.

Alsaciens

55L’Alsace, pour sa part, n’est pas représentée dans les milieux d’affaires parisiens d’une façon proportionnelle à l’importance économique considérable qu’elle a déjà au sein de l’Empire. Mais sans doute est-ce la contrepartie même de ses succès industriels, qui fixent dans la région un milieu autonome d’entrepreneurs actifs.

  • 77 Arch. nat., M.C.N., XV, 1166, 9 ventôse an XII. Les Haussmann se retrouvent sur notre chemin, non (...)

56Toutefois Strasbourg, Ribeauvillé, et bien entendu Mulhouse ont fourni des souches parisiennes. Les seuls à avoir, du moins sous le Consulat, occupé une place de premier plan sont Charles Geyler et Louis André Jordan. Charles Geyler, né en 1764 à Ribeauvillé. est arrivé à Paris en 1786. Son association avec Jordan ne date que de 1800 ; il a entre-temps fait une carrière de fournisseur et banquier du Directoire. Le Berlinois Jordan a d’abord été l’associé (1778) de Haussmann frères à Colmar, et a épousé une Haussmann77.

  • 78 La commandite des Bodin de Lyon cesse à la fin de 1811. La société continue avec les concours d’He (...)
  • 79 Continuée en 1811 par Hartmann, Rey et Cie. Arch. de Paris, D 31 U3, 4/180 et 181, 5/110. L’associ (...)
  • 80 Ibid., 5/176, 6/141 et 142.

57Les Mulhousiens ont donné naissance à deux ou trois établissements. On a déjà signalé Jean Ulrich Schlumberger, successeur à Paris de la banque Bodin78. On note d’autre part en 1808 une société pour le commerce de commission en marchandises dirigée par Antoine Hartmann, commanditée par Georges Koechlin79 ; et, en 1810-1811, une épisodique société entre Toussaint l’aîné et Schlumberger-Thierry fils, sous la commandite de Jean Jacques Zurcher, de Feuffen (Appenzell)80. Mais il est impossible de savoir si l’activité de ces deux dernières sociétés dépassait le cadre de la commercialisation des produits de l’industrie alsacienne.

  • 81 Ibid., 7/73. Celui de Strasbourg s’occupait vraisemblablement de fournir l’entreprise d’Héricourt (...)

58Les Strasbourgeois enfin font sur la place de Paris une apparition tardive et indirecte. En 1810, on relève les commandites, pour 500 000F. de Joseph et Florent Saglio et de Jean Georges Humann dans la maison de commission Blaisot et Loyseau ; en 1812, la création d’une société Méquillet frères, associant Clément David, de Strasbourg, à Frédéric Louis et Léopold Rodolphe, de Paris81.

  • 82 Arch. de Paris, D 31 U3, 5/92, 6/184, 9/188.

59L’intervention financière des Saglio préfigure cependant la naissance, sous la Restauration, de la grande banque parisienne des Paravey. Pour les Saglio comme pour les Paravey. la puissance expansive du capital a été puisée dans le grand commerce rhénan, au temps des guerres de conquête puis du Blocus continental et de la contrebande. Il convient encore de relever le passage à Paris, vers 1810, des Mertian, issus d’une famille de tanneurs de Ribeauvillé : les frères Bernard et Louis Mertian, d’abord négociants à Paris au capital de 300 000F, s’associent dès 1811 à Praire père et fils, fabricants de fer blanc à Montataire. avant de racheter leur part en 1813 : c’est le point de départ des Forges et Fonderies de Montataire82.

III. LES APPORTS DE LA RÉGION PARISIENNE

60Nous attribuons aux mots « région parisienne » un sens géographique assez lâche : nous y englobons, en fonction des nécessités de cet exposé, les pays situés dans un rayon d’environ deux cents kilomètres autour de Paris. A l’intérieur de cette zone, le mouvement des hommes et des capitaux prend un caractère plus diffus, plus individuel : on n’identifiera plus de ces puissantes colonies que fournissaient par exemple les centres d’émigration du Midi. Notre définition n’est pourtant nullement arbitraire, s’inspirant à la fois des documents et des réalités économiques. D’une part, les armées révolutionnaires, se déplaçant en direction de la mer du Nord, de la Meuse et du Rhin, ont suscité dans les régions-frontières, des Ardennes à l’Artois et à la Flandre, l’activité des fournisseurs, qui ont glissé, à la suite des annexions, à la spéculation sur les biens nationaux des départements réunis. Le développement de leurs affaires a conduit les plus puissants d’entre eux à Paris, où ils trouvent un contact direct avec les milieux politiques, et s’intègrent parfois à la haute finance. D’autre part, l’attraction de Paris, centre de consommation et place de commerce, s’exerce sur les chefs d’entreprises des régions industrielles, Sedan ou Louviers, par exemple — ou sur les chefs des maisons de commerce des « plaques tournantes » traditionnelles du commerce intérieur, comme Orléans. Enfin il est à noter que l’immigration des élites d’affaires vient s’insérer, dans les limites géographiques que nous indiquons, dans le flux général d’une immigration encore dominée par les régions les plus proches de Paris.

La région du nord

  • 83 Ibid., 4/204 et 7/58.

61Du nord, il n’est guère venu de grands banquiers. On est frappé notamment de la faible participation d’une ville telle que Lille à la constitution du milieu d’affaires parisien. Le seul cas paraît être celui de Louis Virnot, associé de 1809 à 1812 à Germain Petit dans une maison de banque dont le capital se serait élevé à un million de francs83. Mais aussi bien Lille s’est-elle toujours caractérisée, jusqu’alors, par son rôle de redistribution commerciale dans une aire régionale.

  • 84 Arch. nat., M.C.N., XLVIII, 427 (19 vendémiaire an VIII) et 440 (5 pluviôse an VIII) ; Arch. de Pa (...)
  • 85 Henri Jean Blanquart, maire de Calais — d’où la mère de Tellier était sans doute originaire.

62De Dunkerque est venu Charles Henri Pierre Tellier, fils d’un employé à la Trésorerie nationale, qui fut de 1799 à 1813 l’associé de Charles Martin Doyen sous la raison Doyen et Cie84. Peut-être un de ses parents fut-il d’autre part l’associé, en l’an IX, de la maison Tellier, Blanquart et Cie85.

  • 86 Voir chapitre VI. Parmi ces associés, les frères Combe, originaires de Verdun, créateurs d’une mai (...)
  • 87 Arch. gén. du Royaume, Bruxelles, Minutier des notaires, étude Bourdin, 31719.

63En revanche, les fournitures militaires ont été à l’origine de plus d’une grande carrière. L’attention a été peu attirée, jusqu’à présent, sur une famille des Ardennes, les Rousseau. Des trois frères, l’aîné, Jean Louis Joseph, participa à la plupart des grandes entreprises de fournitures de fourrages et de transports pour les armées d’entre mer du Nord et Rhin, de l’an IV à l’an VIII, avec des associés parisiens ; il était, semble-t-il, retiré à Charleville sous le Consulat86. Joseph, le second, autrefois chargé des fourrages de l’armée du Nord, était rentier à Rencognes (Ardennes). Le troisième, Louis, propriétaire à Forest, près de Bruxelles87. Ces Rousseau étaient-ils alliés soit à ceux de la fabrique de draps de Sedan, soit à ceux qui faisaient à Paris le grand commerce des toiles de l’Inde ?

  • 88 Arch. nat., M.C.N., XLV, 661, 19 vendémiaire et 27 brumaire an VI. Le capital de la société est in (...)
  • 89 Ibid., 662, 14 nivôse an VI, et 663, 18 floréal.
  • 90 Ibid., XV, 9 prairial an VII.
  • 91 Ibid., LIII, 734, 6 vendémiaire an XIII.

64Carrière analogue : celle de Joseph Alphonse Lonnoy, ancien négociant à Givet, à qui de premières opérations de fournitures avaient permis d’acheter, dès avant l’an VI, un domaine à Bièvres valant 80 000lt, et une maison sur la place Royale de Bruxelles en valant 100 000. Il se lance dans une grande opération d’acquisition de biens nationaux de première et seconde origine « tant dans les départements réunis qu’ailleurs »88 ; puis il passe marché pour le service partiel des subsistances de l’armée du Rhin et se trouve déjà en mesure de fournir en cautionnement pour plus de 300 000F d’immeubles dans l’Escaut89. L’éventail de ses affaires s’ouvre ensuite : participation à la régie et ferme des canaux d’Orléans et du Loing90, puis à la fourniture des fourrages à l’armée d’Angleterre91.

  • 92 Véron 1945.
  • 93 Cf. chapitre VI.
  • 94 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1050, 7 août 1811.

65Lonnoy ou les frères Rousseau n’ont bien sûr pas atteint à la renommée d’un Paulée ou d’un Vanlerberghe. Parfait exemple du destin d’un parvenu que la vie de Jean Baptiste Paulée, né à Douai, garçon puis sommelier dans un hôtel de la ville — où la fréquentation des officiers et commissaires des guerres de l’armée du Nord, ainsi que celle des fermiers et marchands de grains habitués du marché de Douai, lui permet de se transformer en courtier. Marié à la cuisinière de l’hôtel, lui-même presque illettré, il réussit grâce à l’aide d’une bonne équipe de commis, administrateurs et hommes de loi92. Il est un moment l’associé de Vanlerberghe ; les deux familles s’allient d’ailleurs par le mariage du fils de Paulée à une fille de Vanlerberghe. Ayant eu soin de placer ses gains en biens nationaux, Paulée aurait été à la fin de l’Empire riche d’une dizaine de millions93. Une autre fille de Vanlerberghe épousera en 1805 — à quinze ans — le général Rapp, apportant aussi en dot des biens nationaux : deux domaines dans les environs de Cambrai, sans préjudice de 450000F en espèces94. Au plus haut niveau, on s’allie donc entre fournisseurs comme entre vieilles dynasties marchandes — et les enfants des spéculateurs pénètrent dans la nouvelle noblesse impériale.

  • 95 Ibid., F12, 618 (21) et Arch. de Paris, D 31 U3, 9/261.

66Plus classique, moins liée à une aventure personnelle qu’à l’évolution économique d’une branche industrielle, apparaît l’intégration des Ternaux de Sedan aux affaires parisiennes. En 1782 Charles Louis Ternaux. laissant sa manufacture de Sedan à ses fils, était venu créer à Paris une maison de commerce des draps en gros. En 1798. à son retour d’émigration, Guillaume Ternaux, l’aîné des fils, associé à son frère Nicolas, décide de faire de la maison de Paris un siège central, faisant pour le compte de toutes les manufactures de la société les achats et les ventes, et plus généralement se comportant comme une maison de commission en banque et en marchandises. C’est par une démarche analogue que les Poupart de Neuflize fonderont à Paris, en 1813, leur maison de commerce Jean Abraham Poupart de Neuflize et fils95.

La Normandie

  • 96 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/135. Dans cette famille, qui a bénéficié assez tôt dans le xviiie siècl (...)

67La Haute Normandie est représentée à Paris par des familles appartenant à toutes les branches majeures de son activité économique. La réussite la plus accomplie est celle des Lecouteulx : elle s’incarne en Jean Barthélemy Lecouteulx de Canteleu, né en 1746 à Rouen, banquier à Paris bien avant la Révolution et couronnant ainsi dans le trafic de l’argent d’Espagne l’ascension d’une vieille famille de bourgeoisie portuaire. Sénateur, il abandonne personnellement la gestion de sa banque en 1808 et se contente de commanditer la société qui en prend la suite, Fauveau et Cie, où se retrouvent d’ailleurs son fils Barthélemy Alphonse et deux autres Lecouteulx96. Entre le milieu havrais et Paris, d’autre part, le lien s’établit par les Feray — Louis Feray, gendre et associé d’Oberkampf.

  • 97 Voir chapitre VII. Archives privées (Grandin de L’Éprevier).

68Autre filière d’ascension : celle de l’industrie drapière. Issu d’une des plus puissantes familles de manufacturiers d’Elbeuf, Jacques Nicolas Henri Grandin, lui-même fabricant jusqu’en 1789, s’installe à Paris pour y faire le commerce des laines et des draps. Après la Révolution sa fortune le situe au même plan que les plus riches banquiers : hôtel place Vendôme, maison de plaisance à la barrière des Amandiers, château à la campagne97.

  • 98 Arch. nat., M.C.N., LIII, 732, 22 prairial an XII (inventaire après décès de Dibon).

69La fabrique de Louviers pour sa part s’introduit jusque dans la haute administration financière en la personne de Jean Baptiste Roger Dibon, receveur général de la Haute-Marne puis de l’Aisne, membre de l’agence des receveurs généraux et régent de la Banque de France. Fils d’un ancien directeur de la régie des Aides à Verneuil, marié à une fille de Piéton, gendre et associé de Jean Baptiste Decrétot, il est lui-même l’un des actionnaires de la grande filature de coton de Louviers, aux côtés de Decrétot, de Piéton et des de Fontenay98.

  • 99 Ibid., XX, 796, 16 ventôse an XI.

70Decrétot lui aussi est devenu un grand notable parisien. Habitant place des Victoires, centre de la haute draperie française, administrateur de la Caisse d’Amortissement, il a marié sa fille Marie Catherine Adélaïde à Pierre Louis Rœderer, brumairien des plus notoires, ancien conseiller au Parlement de Metz devenu conseiller d’État puis sénateur99.

  • 100 Ibid., LXXXVI, 837, 14 mars 1785 (contrat de mariage). L’épouse est fille de Michel Jacques Samuel (...)

71A Caen, c’est également sur la manufacture des draps que s’est fondée la gloire de la famille Massieu, bientôt alliée aux Feray. A la fin du xviiie siècle, elle pénètre par divers mariages dans la société des banquiers et manufacturiers parisiens : Anne Michelle Élisabeth épouse en 1785 Oberkampf en secondes noces100 ; sa cadette Suzanne Antoine Rosalie épouse Samuel Widmer, neveu d’Oberkampf ; une autre sœur épouse en 1794 Pierre Antoine Ravel.

  • 101 Ibid., BB30, 1095.

72La métallurgie de Laigle est elle aussi présente, avec le banquier Pierre Saillard, l’un des administrateurs de la S. A. des Fonderies de Romilly (siège social à Paris). Né en 1757 à Laigle, il est le fils d’un négociant de cette ville. Il a eu, au moins sous le Consulat, des intérêts communs avec la grande maison de commission Lezurier frères, de Rouen. Resté lié de très près avec la métallurgie du cuivre comme le montrent d’autre part ses considérables propriétés foncières, il marie l’aîné de ses fils à une Portalis101.

Les pays de la Loire

  • 102 Arch. nat., M.C.N., XLVIII, 440, 25 pluviôse an X. Cette somme se compose essentiellement de 35000 (...)
  • 103 Un bilan de l’an IX fait apparaître, dans un actif théorique de 1 800 000F, une créance de 400 000 (...)
  • 104 Girardot doit plus de 300 000F à Ouvrard, probablement son commanditaire. Mar-ceille réapparaît en (...)

73Notons ici d’abord les liens entre le Nivernais et Paris. Les marchands de bois ont dès longtemps fait souche de banquiers à Paris. L’Ancien Régime finissant en donne un exemple illustre avec les Girardot ; l’un de leurs descendants. Antoine Louis, en clôt l’histoire à l’époque napoléonienne sur une faillite aux rebondissements multiples. Une Girardot avait épousé en 1755 le banquier Jean Louis Cottin fils, mort en 1793 en laissant une fortune de plus de 8 000 000F102. Antoine Louis Girardot. marié lui-même à une Cottin, associé à la fin de l’Ancien Régime de la banque Cottin. Jauge et Girardot. avait survécu à la Révolution, malgré la prison et le séquestre. Au début de 1795, il avait repris la banque et la commission, associé à Bernard Marceille. Sa suspension de paiements à la fin de 1798 paraît due à la fois à son implication dans plusieurs grosses faillites, à la saisie à son domicile de marchandises anglaises, et surtout à sa commandite dans la Cie Noé, aux côtés de la maison Limoges et Mazères103. La Caisse de Comptes Courants, dont il détenait pour 100 000F d’actions, avait pourtant tenté de le sauver au moyen d’un prêt de 940 000F, hypothéqué sur tous ses biens immeubles, et garanti par trente-huit maisons parisiennes104.

  • 105 Ibid., M.C.N., XVIII, 1027, 31mars1807. La mort de Lafaulotte coïncide avec la crise, particulière (...)
  • 106 Rue Basse du Rempart ; c’était aussi l’adresse d’une des bonnes maisons du négoce parisien, égalem (...)

74Les années napoléoniennes révèlent la carrière d’un autre marchand de bois du Nivernais : Claude Étignard Lafaulotte de Neully, propriétaire d’un chantier de bois près de la Madeleine, d’une maison et d’un terrain rue Basse du Rempart, dans le grand quartier du négoce et de la banque. A sa mort, en 1811, il laisse une fortune immobilière de près de 900 000F, à Paris, et autour de Moulins-Engilbert (ces derniers biens, d’un revenu annuel de 20 000F)105. Gros actionnaire de la Banque de France, ami de Perregaux, Lafaulotte, sans avoir édifié une seconde banque Girardot, n’en avait pas moins réussi une belle ascension sociale106.

  • 107 Arch. de Paris, D 3 B6, 94, 29 frimaire an II.
  • 108 Une autre Tassin a épousé le banquier parisien Paira en 1793 ; d’une famille protestante d’Alsace, (...)
  • 109 Arch. nat., M.C.N., CVIII, 863, 7 prairial an XI.
  • 110 Cf. Léchevin 1973.

75Orléans a envoyé à Paris un banquier, Charles Joseph Baguenault, lié du reste au grand négoce Orléanais des laines, que dominaient les Tassin. Ces derniers avaient cessé d’être eux-mêmes représentés dans la banque parisienne depuis la dissolution, en l’an II, de la société Vve Tassin et fils, qui réunissait Louis Daniel et Gabriel Daniel Tassin107. Un frère de Joseph Baguenault, Gabriel Pierre, reste négociant à Orléans, où l’une des sœurs a épousé un Tassin108. Enfin le Bourbonnais fournit une importante assise foncière à la banque Pierre Dallarde ; ce dernier est en effet propriétaire de la terre patrimoniale d’Allarde, à Givardon, dans le Cher109. Cet ancien officier, député de la noblesse aux États-Généraux, émigré aux États-Unis où il acheta pour près de 400 000F de propriétés destinées à la culture du tabac, en Virginie et dans le Ken-tucky, préférant les affaires aux armes, avait été dès les années 1780 l’associé de capitalistes parisiens dans une compagnie houillère où il avait investi personnellement 300 000lt ; en l’an III, il possédait 440 des 900 actions, le reste allant, notamment, à Grenus, Théophile Cazenove, Marcel Enfantin, Boscary110.

IV. TRANSFUGES DES BOURGEOISIES PORTUAIRES

76Il n’est guère de grande place maritime qui n’ait contribué à l’installation dans la capitale d’un certain nombre de familles précédemment engagées dans le négoce maritime et l’armement, comme si Paris, dans des conditions extraordinaires, était devenue le lieu d’exercice obligé de telles activités. N’est-ce pas de Paris qu’il était le moins malaisé d’arbitrer entre les possibilités constamment changeantes d’expédition ou d’accueil des navires français ou neutres, de s’insérer dans les circuits de remplacement, de participer à la spéculation sur des denrées raréfiées et renchéries, dont la consommation était elle-même des plus fluctuantes ?

77Toutefois, on ne peut préjuger de la signification de ce transfert à l’échelle de chacun des grands ports. En effet, de bonnes monographies manquent pour apprécier, non seulement la courbe de l’activité maritime — de mieux en mieux connue — mais aussi les modifications de l’équilibre économique tout entier dans ces ports et leurs arrière-pays.

78D’autre part, un mouvement complémentaire, plutôt que contradictoire, a aussi amené de grandes affaires parisiennes, comme Delessert, à se donner des « antennes » portuaires, au moins dans les années les moins défavorables.

Le Havre

  • 111 Une partie des affaires était reprise au Havre et à Dieppe par Pikman et Taveau. Exemple analogue  (...)
  • 112 Riedy est originaire d’Obersaxen, dans les Grisons. Son associé est également son beau-frère : tou (...)

79Voici par exemple ce qu’écrivent dans leur circulaire de juillet1801 G. et D. Thurninger et Cie — des Havrais d’adoption, au demeurant, puisque Bâlois d’origine : « Nous étant réunis à Paris, nous y fixons notre ancienne maison de commerce, que vous avez connue au Havre, avant la Révolution... Nous nous occuperons toujours de la commission d’achat et de vente de marchandises, tant coloniales que de fabriques, et autres. » La société prend la suite de B. Thurninger, Kien et Cie, du Havre ; Kien étant mort, et « les affaires de ce port étant, par l’effet des circonstances, dans la plus grande stagnation », l’installation à Paris était décidée depuis le début de 1801111. En fait, les Thurninger avaient, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, créé un véritable réseau commercial s’appuyant, depuis Nantes, sur Brest et Le Havre. Jean Georges Riedy était depuis 1772 l’associé de Benjamin Thurninger. Ils commanditaient deux maisons dirigées par des frères Thurninger à Brest et au Havre, cette dernière datant de 178.1. Ultérieurement Riedy s’est associé à un Karcher, membre lui aussi de l’importante colonie germano-helvétique de Nantes, que l’on retrouve banquier à Paris sous le Consulat112.

Nantes

  • 113 Sur les affaires nantaises à l’époque napoléonienne, voir Bergeron 1970, p.485. Arch. de Paris, D (...)
  • 114 Ibid., 7/180.
  • 115 Arch. nat., 3 AQ 319 (fonds Briansiaux), circulaire du 1ermai1808 ; Arch. de Paris, D 31 U3, 3/70.
  • 116 Originaire de la Manche, dont François Victor Bunel, son frère, est receveur général ; un François (...)

80Ce ne sont pas seulement des Suisses qui, par le détour nantais, comme d’autres par le détour lyonnais, ont ainsi gagné la capitale. Nantes voit en effet partir plusieurs anciennes familles locales. Desclos. Lepeley et Perruchaud, maison antérieure à 1789, se dédouble en 1806 par la création de la société Desclos, Lepeley et Cie à Paris. Dans la famille de Tollenare. négociants anoblis sous l’Ancien Régime, l’un des chefs, Louis François, commandite à partir de 1809 une maison de commission en tous genres à Paris sous la raison Poisson aîné et Cie113. De même, la maison de commission Basile. Vedie et Cie. créée à Paris en 1812, reçoit la commandite du Nantais André Antoine114. Après vingt ans d’exercice à Nantes, Edouard Parthon vient établir une maison de commerce et de banque à Paris avec son fils, en 1808, commandité, semble-t-il, par Greffulhe115. Un Parthon est par ailleurs l’oncle d’une Thoinnet, fille d’un autre négociant nantais, mariée au banquier parisien Louis François Bunel116.

  • 117 S.W.A.. Bâle, Segerhof. F. 132.
  • 118 Arch. de Paris. D 31 U3, 5/131.

81De Nantes, encore, les frères Chauvet qui. en 1803, fondent à Paris une maison de commerce et de banque117 ; les frères Adam, très liés avec Bourcard fils et Cie, dont la société de 1811 est au capital de 459 000F118.

  • 119 Voir chapitre VI.

82Bien entendu, toutes ces figures de second rang se trouvent éclipsées par les fulgurantes carrières des frères Ouvrard. C’est à Nantes qu’il revient d’avoir fourni au monde des affaires parisien un esprit de génie, moins tourné vers les opérations classiques du grand commerce que vers les spéculations sur la circulation mondiale des métaux et sur de nouvelles combinaisons dans le domaine du crédit public119.

  • 120 On suppose qu’il s’agit de Jean Baptiste Louis Marion de la Briantais, né en 1771, électeur départ (...)
  • 121 Sur Marion de La Briantais et sur Gaudelet, voir Ozanam 1969.
  • 122 Témoignage de la place croissante prise au cours du xviiie siècle par le commerce ibérique dans le (...)
  • 123 Morelest par ailleurs intéressé, sous le Consulat, à l’entreprise de la fourniture générale des hô (...)

83L’ouest armoricain est encore représenté dans la banque parisienne par d’autres personnages mais, hors de Nantes, la « Figuration » est épisodique. Ainsi Saint-Malo n’apparaît-il guère : on relève un Grandclos-Meslé parmi les gros actionnaires de la Banque de France ; un Brillantais-Marion, grand fournisseur de bois de construction pour la Marine aux dernières années de l’Ancien Régime, est devenu négociant à Paris120. Granville a fourni à la Banque de France un de ses premiers régents, Perrée, dont le fils s’intègre à la banque parisienne et épouse une fille de Tellier, l’associé de Doyen. De Brest est venu Gaudelet, engagé avant 1789 dans des opérations de crédit avec les trésoriers généraux de la Marine121 ; sa maison de Paris, fondée en 1804, spécialisée dans le commerce avec la péninsule ibérique, semble, par son associé Dubernad, liée de près à une autre maison de commerce et manufacture de tabac : Lannux, Vve Dubernad et fils, à Morlaix, qui s’est intéressée pour sa part au commerce des laines d’Espagne122. De Lorient, on repère Joseph Delaville Leroux, installé dès l’époque révolutionnaire, et commanditaire d’une maison de commission à Anvers, dirigée par son gendre Joseph Morel123.

  • 124 Voir chapitre III.
  • 125 Dans la banque Carayon, un associé, Auteract, évoque une possible origine montpelliéraine. Aux gén (...)

84La Rochelle ne participe à la construction du milieu parisien qu’à travers des familles d’origines différentes pour lesquelles ce port n’a été qu’une étape au cours du xviiie siècle. Ainsi, Weis, de Bâle124 ; Carayon, un Languedocien125. Les frères Chégaray — Thomas et Pierre Antoine — sont, pour leur part, des Bayonnais installés en même temps à La Rochelle, en étroites liaisons d’affaires avec Barrillon par le cadet, ainsi qu’avec le négoce bordelais (Grammont et Chégaray) par l’aîné.

Les ports du sud-ouest

  • 126 Cf. supra, p.56.
  • 127 Sur ces familles juives bordelaises, voir la contribution de Poussou 1968. La ville comptait en 17 (...)
  • 128 Les Avigdor appartiennent à la communauté juive de Nice, qui jouissait dans ce port de privilèges (...)

85Bordeaux et Bayonne paraissent avoir envoyé à Paris surtout des Juifs portugais. Ces derniers viennent en général créer à Paris une affaire correspondante de leur maison provinciale. Ainsi naît à Paris la maison de commission et de banque Benjamin Ro-drigues et Isaac Patto, travaillant avec les fils d’A. Rodrigues à Bordeaux. Le fils de Moïse Rodrigues, resté à Bordeaux, épousera en 1826 Cornélie Worms de Romilly126. A cette occasion apparaissent les liens familiaux qui soudent en un bloc le milieu juif bordelais127. Benjamin Rodrigues est en effet marié à une Gradis ; l’une de ses filles à un Vieyra ; une autre à un Raba. Autour de Worms de Romilly, dont on a vu d’autre part les liens avec la banque juive d’Allemagne, s’ébauche ainsi une banque juive parisienne où se fondent tous les horizons géographiques du judaïsme. En 1834, Léonce Worms épousera à son tour une Avigdor, dont la mère est elle-même une Raba128.

  • 129 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/239, 13 fructidor. Les informations manquent sur Bayonne. Jacques Laffi (...)

86Autre exemple : l’acte de société de Charles Pereyra et Cie, en l’an XI ; il est prévu que l’un des associés, Jean L’Hary l’aîné, gérera la maison de Bordeaux, tandis que « Charles Pereyra sera chargé de la partie des voyages à Paris afin de procurer à la société des commissions et faire des achats pour le compte de la société, et il est expressément chargé d’établir dans cette ville une maison à l’instar de Bordeaux, sous la même raison »129.

  • 130 Cf. Butel 1973, p.1054.

87Nés à Bordeaux, encore, et venus s’installer à Paris, les deux Azevedo : Raphaël, négociant, et Jacob, agent de change. Ainsi donc, la dernière vague de l’immigration en provenance de Lisbonne, qui avait gagné Bordeaux dans la deuxième moitié du xviiie siècle et y avait fait preuve d’un vif dynamisme économique, manifeste-t-elle à nouveau sa souplesse d’adaptation en détachant quelques-uns de ses membres à Paris au temps des guerres. Mais à vrai dire les grandes familles catholiques de l’armement bordelais se trouvent elles aussi représentées dans la capitale, et fort brillamment puisque Napoléon Ier choisira chez les Journu le second gouverneur de la Banque de France : Bernard Journu-Aubert, issu d’une famille dont la fortune s’était rapidement développée dans le dernier quart du siècle, surtout après la guerre d’Amérique, et marié en 1775 à une Aubert, fille d’un colon de Saint-Domingue130.

Marseille

  • 131 Supprimé en l’an III, son rétablissement est réclamé notamment en l’an XIII par la Chambre de Comm (...)
  • 132 Associés et beaux-frères, puisque Delarue a épousé Anne Rose Solier. Leurs immeubles respectifs, r (...)
  • 133 Maison de commission en banque et en marchandises, associant un établissement parisien à la maison (...)

88De tous les grands ports français, celui qui dominait à la fin du xviiie siècle le bassin occidental de la Méditerranée entretient avec Paris les échanges d’hommes les plus restreints et les plus discontinus. On n’osera en hasarder ici une explication cohérente et assurée : en tout cas, ce n’est sans doute pas la persistance d’un certain cabotage vers les côtes italiennes et espagnoles, ou de quelques armements à destination de la Barbarie qui suffirait à rendre compte de la faiblesse de ces relations. Peut-être faut-il plutôt invoquer la tradition déjà plus que séculaire d’une grande place de négoce maritime accoutumée à attirer à elle une puissante immigration de gens d’affaires et de capitalistes, et à dominer les échanges extérieurs d’un large arrière-pays ; ou encore la fixation sur place des énergies à la faveur d’un nouveau démarrage industriel au temps de la plus grande atonie du commerce par mer. Quelles qu’aient été les raisons de ce comportement indépendant, les « antennes » parisiennes n’ont cependant pas fait entièrement défaut au milieu d’affaires marseillais. Et d’abord en la personne de Nicolas Joseph Clary (1760-1823), petit-fils d’un immigrant dauphinois installé à Marseille à la fin du xviie siècle, fixé à Paris après la Révolution, et que son alliance avec les Bonaparte faisait regarder comme un défenseur naturel des intérêts du commerce marseillais — notamment dans l’affaire du rétablissement du port franc131. Dauphinois d’origine également, Joseph Hugues, ci-devant marquis de La Garde-Adhémar, ancien président de la Chambre des Comptes du Dauphiné, revenu exercer le négoce et la savonnerie à Marseille, l’un des premiers régents de la Banque de France jusqu’à sa faillite en l’an XI. Louis Jean Marie Solier et Louis François Delarue132, entrant sous le Consulat dans les fournitures à la Marine, se trouvent de ce fait très engagés dans les milieux politico-financiers de la capitale, et opèrent un retournement vers les façades septentrionales du continent. Martin, fils d’André de Genève, vient établir sa banque à Paris. Dans plusieurs autres cas, notre connaissance des liens entre milieu marseillais et milieu parisien se borne à des noms souvent cités, sans que l’on arrive à cerner les personnalités et les activités : Emeric frères, maison de commerce à Paris et Marseille ; Sarraille et Maury ; Arnaud l’aîné, Gaujac fils et Cie133, etc.

89Dès avant d’aborder, avec l’immigration en provenance d’au delà des frontières, l’étude de familles ou de groupes appartenant le plus souvent à la société des refuges protestants, il est donc très apparent qu’au sein des grandes affaires parisiennes, où le brassage de composants divers est la règle, les solidarités familiales jouent un rôle déterminant, quelle que soit la confession. Si des considérations ethniques, religieuses, ou des situations minoritaires peuvent contribuer à resserrer particulièrement ces solidarités, on peut se demander néanmoins si elles n’expriment pas tout autant une nécessité économique, si elles ne conditionnent pas tout simplement la réussite en affaires, servant d’instrument à la consolidation d’un type de capitalisme encore fondé sur un système de crédit — et sur un système de gestion — qui fait appel et confiance, en priorité, aux moyens financiers et humains de la famille étendue.

Notes

1 « Parmi les hommes, nombreux sont les arrivants de condition bourgeoise... Ce renouvellement externe de la bourgeoisie est sans doute un des éléments fondamentaux de la société du xviiie siècle. » Garden 1970.

2 Nous renvoyons une fois pour toutes, pour les chapitres II et III, aux sources et travaux essentiels : collections de circulaires commerciales ; ouvrages d’Herbert Lüthy et de Louis Dermigny, et leurs index. Voir également R. Szramkiewicz 1974. Dans une communication sur « Carrion-Nisas et l’Espagne » en 1955, Louis Dermigny avait déjà suggéré l’idée d’une « équipe languedocienne lancée à la conquête de Paris ». « Le personnel du Consulat et de l’Empire, notait-il, s’est recruté assez largement en Bas-Languedoc, et singulièrement dans le département de l’Hérault. Militaires ou civils... certains ont laissé un nom dans l’histoire du régime... D’autres, demeurés plus obscurs, n’en jouèrent pas moins un rôle aussi efficace : dans les milieux d’affaires... comme dans la vie politique et mondaine. »

3 Vassal est associé à Auguste Gourcuff, et commandité par A. Bourdon puis par Philippe Keill, Dunant et Cie. Keill, d’une famille d’Altona, s’est marié à Genève et s’y est associé à Dunant. Sur les Vassal, voir Chaussinand-Nogaret 1970. Également, Papillard 1961.

4 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 972, 29 germinal.

5 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/120. Sur Chaptal, voir la biographie de Pigeire, 1932.

6 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/126.

7 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 876, 9 et 13 fructidor an XI. Larivoire Latourrette était lui-même un Languedocien, appartenant à une puissante famille de l’Ardèche. Sur le milieu des négociants et fabricants en toiles et indiennes de Montpellier au xviiie siècle, consulter le mémoire de maîtrise d’Alain Chante, 1972.

8 Ainsi Lafosse, Lionnet et Cie, négociants et indienneurs, commandités par Médard et Parlier de Montpellier ainsi que par Boisdechesne et Cie de Genève ; Hofer et Euzeire, maison partagée entre Montpellier (Euzeire et Nicolas Hofer) et Mulhouse (Jean Hofer, Pierre Thierry, Henri Béguin. Jacques Haussmann, Georges Kœchlin ; société de décembre1810).

9 Jean Jacques Fesquet est en même temps juge suppléant au tribunal criminel de la Seine. Casimir marie sa fille Rosalie, sous le Consulat, à Frédéric Soëhnée. fils du grand négociant et manufacturier parisien ; une autre. Christine, au banquier Martin fils d’André. Les Fesquet, en fait originaires du Périgord, illustrent à merveille la classique dissémination des grandes familles protestantes à travers toutes les places dominantes du commerce français et européen.

Pierre Vialars, père de Jeanne, était négociant à Montpellier. Voir Walbaum 1959.

10 Société verbale avec Jean François Vieusseux, de Genève. Cf. Schmidt 1912. et Arch. de Paris. D 2 U1, 72. conseil de famille pour Mme Mourgue (30 décembre 1811). L’établissement en question vaut 800 000F en 1810 et occupe trois cents ouvriers.

11 Arch. nat., M.C.N., XCIII, 255, 10 frimaire.

12 Ibid., 236, 7 messidor an IX.

13 Marc Jacob Filliettaz, frère de Gabriel, et Davillier sont en effet beaux-frères, ayant épousé chacun une Bréganty.

14 Arch. nat., M.C.N., XCIII, 286, 16septembre.

15 Rappelons, pour mémoire et hors de notre « gibier », les grandes carrières parisiennes et nationales des frères Daru, ou d’un Pierre Joseph Cambon, issu lui aussi d’une famille engagée dans le commerce et la fabrication des indiennes.

16 A. D. Hérault, I E 1290, fonds Sabatier, et 2U 71, actes de société. Félix Sabatier, au capital de 300 000F, reste commandité pour 100 000F par sa mère, veuve de Guillaume.

17 Jean Henri Martin, associé gérant, et Jean Jacques Puech, associé commanditaire pour 175 000F.

18 Parmi eux, Pommier et fils — sans doute les mêmes que la Cie Pommier, engagée sous le Directoire dans la spéculation sur les biens ecclésiastiques belges.

19 Anciennement Martin, Salavy et Cie. Salavy père, beau-frère de Jean Henri Martin, est associé commanditaire chez Martin-Puech, et Martin chez Salavy. Martin de l’île de France est également lié à Salavy. A noter que Jean Henri Martin avait marié sa fille au banquier parisien Carvalho (failli sous le Directoire), lui-même fils d’un planteur de l’île de France.

20 Mollien est le premier témoin. Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1040, 1049, 1052, 1053, 1057, 1058, 1059.

21 Zylberberg 1972.

22 Jacques et François Durand en sont associés commanditaires depuis 1802. Leur cousin Raymond, leur mandataire sur place, sera l’organisateur d’un important service de fournitures de vivres et de fourrages pour les troupes françaises en Catalogne (Dermigny 1955).

23 Un autre exemple d’ascension parisienne d’une famille montpelliéraine où se trouvaient alliés le négoce et la haute robe est fourni par la carrière de Louis Clément Cailus. Né en 1759 de Louis Cailus — chef d’une des premières maisons de commerce de la province, intéressée « dans toutes les grandes entreprises dépendantes des États du Languedoc » — et de Marie Brun, dont le frère était conseiller à la Cour des Comptes, il était venu se fixer à Paris en 1793, échappant, semble-t-il, à la Terreur montpelliéraine. Il est en 1800 administrateur général des Messageries, en compagnie d’Antoine Gévaudan, un munitionnaire, lui aussi Languedocien (cf. chapitre VI). Il aura sous la Restauration plus de 50 000F de revenu et sera anobli (Arch. nat., BB 30987).

24 Ibid., F12, 1413. Les entreprises des Bastide faisaient filer en Gévaudan, Vivarais et Rouergue et occupaient au total — filature et tissage — près de 6000 personnes. Leur prospérité semble cependant avoir été fortement atteinte par la Révolution, notamment par la destruction de leur établissement de Cholet ; au début de l’an III, ils n’emploient plus que 1500 personnes.

25 Bastide a épousé une Moïse — les Moïse étant alliés aux Méric, famille montalba-naise où deux filles ont épousé deux frères Dollfus, fils du négociant et manufacturier Jean Jacques Dollfus. Au premier de ces mariages, en l’an XI, on retrouve Cambacérès et Chaptal pour premiers témoins (Ibid.. M.C.N., LIII, 723, 2 frimaire an XI ; 740. 16 fructidor an XIII ; 743, 31 janvier 1806).

26 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/214 et D 11 U3, 22/1546 ; Arch. nat., M.C.N.. XVIII, 1020. 23août1806. Jusqu’en l’an V Frédéric Faber avait été en société de banque avec le Hambourgeois Joachim Schlutter et le négociant parisien Pierre Sagnier (Arch. de Paris, D3 B6 96, 30 nivôse an X).
Bastide père, resté négociant à Montpellier, est le 24e des trente plus imposés, avec 4 100F de contributions. Louis Bastide paraît avoir été en 1796 l’associé de Pierre Bouscaren, lui-même lié à un Dollfus de Thann (A. É. de Neuchâtel, fonds Coulon, 167-XXIII).

27 Arch. de Paris, D 11 U3, 10/648 ; Arch. nat., M.C.N., IX, 856 ter, 1er frimaire an VIII. Les fils sont Louis, Isaac et Étienne. Un Jean Féline est négociant à Amsterdam. La fille, Louise Féline, avait épousé Pierre Bouscaren, l’homme d’affaires montpelliérain.

28 Arch. de Paris, D 11 U3, 23/1562 ; A. Ê. de Neuchâtel, fonds Coulon. Fanny, fille de Pierre Sarrus, épouse Tissié, banquier à Montpellier.

29 Cf. infra, p.76.

30 Société avec les frères Randon (oncles de sa femme), Joseph Nougarède et Jacques Silhol, qui se poursuit jusque sous le Directoire.

31 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 14 brumaire an XI, inventaire après décès. Le rapprochement s’impose avec la carrière des Carcenac, protestants aveyronnais venus à Paris en 1768 : à la génération suivante Charles Auguste, né en 1770, marié en secondes noces à une Clicquot, de Reims, s’engage dans la banque et le trafic des laines à Paris, et se trouve un moment associé à Grandin.

32 Ibid., M.C.N., XCIII, 262, 30 pluviôse an XIII.

33 Arch. de Paris, D 31 U3, 9/261.

34 Ibid., 18/1328. Frainnau possède alors plusieurs centaines de milliers de francs de maisons et de biens ruraux autour de Montauban, notamment le moulin de Lagarde-sur-Tarn.

35 Cf. Aude 1931.

36 Arch. nat., M.C.N., VII, 564.

37 Ibid., XCIII, 330, 9 avril 1812.

38 On n’a pas évoqué ici un certain nombre de cas illustres. Celui des André, installés à Gênes depuis 1667, Dominique André lui-même, parti de Nîmes en 1791, ayant fondé sa maison parisienne en 1799 après un détour génois — mais on attend sur ce point les résultats des recherches de Jean-Jacques Hémardinquer. Celui des Gref-fulhe, au premier rang de la banque parisienne en 1789, mais qui ne reprennent pas pied dans les affaires actives après la Révolution, à Paris sinon à Londres. Celui des Tourton et Ravel, originaires du Vivarais : Louis Tourton, écuyer, et son beau-frère Pierre Antoine Ravel, se classaient avant la Révolution en tête de la banque parisienne avec un capital de deux millions (1 600 000lt pour Tourton, 400 000lt pour Ravel) dans leur société de 1783 — dont un nouvel acte en 1786 prévoyait la prolongation éventuelle dans les personnes de Louis Tourton fils et de Louis Ravel, le frère (Arch. de Paris, D3 B6, 87, 12mai1786).
Mais les informations ont fait défaut pour prolonger dans notre période leur histoire, esquissée pour le xviiie siècle par Jean Bouchary. Celui des Monneron, originaires de Chanas : mais leur carrière parisienne s’achève, pratiquement, dans le scandale, au moment où commence notre étude. Défaut d’informations, aussi, sur Bézard, négociant montpelliérain, administrateur de la dernière Cie des Indes, gillotiné en l’an II, dont la fille avait épousé le banquier parisien Henri Liévin-Carié ; et sur les Davillier, également négociants à Montpellier, qui comptent deux frères dans le groupe de tête des affaires parisiennes. Faut-il enfin rattacher au groupe compact des Languedociens un Jean Pierre Germain, fils d’un boulanger de Ville-neuve-les-Avignon, venu à la banque et à Paris par Lyon et les Delessert ? Ajoutons qu’il faudrait explorer les relations de nos gens d’affaires avec d’autres « tribus » languedociennes telles que les Daru ou les Cambon.

39 Léon 1966, p.15 et 27.

40 Arch. nat., M.C.N., LXV, 663, 24 floréal an VI. La future apportait notamment six esclaves et 18000lt en espèces. On objectera avec raison que Serres, berceau des Gros et des Clavière, appartient historiquement au Dauphiné, et que par la suite nous classons mal Barrillon.

41 Société du 23 septembre 1801.

42 Arch. nat., BB30, 1064.

43 Cf. Barrai 1964.

44 Les impressions de Vizille sont vendues par J. B. Arndt, leur dépositaire à Lyon.

45 Il s’agit de Sabatier et Desprès (sans rapport, semble-t-il, avec Médard Desprez).

46 Dont la fortune, au détriment des Perier, était passée dans les mains de son beau-frère, le banquier Carié-Bézard.

47 Faillie en l’an XIII, elle a pour principal créancier un Bodin, pour plus de 300 000F.

48 Arch. nat., M.C.N., VII, 553, 16 brumaire an IX, et 568, 6 germinal an XII. Commandite de 100000F de Jubié.

49 D’après Berard 1937.

50 Léon 1966, p.28 et Hémardinquer 1964 b.

51 Joseph Hugues, installé à Marseille depuis 1745, associé à son frère Antoine, puis à son fils Joseph, était considéré comme la plus grosse fortune de la place au début de la Révolution.
Pour rendre un compte exact du rôle des Dauphinois dans la constitution du milieu bancaire parisien au début du xixe siècle, il convient de signaler les cas nombreux de familles qui ont gagné Paris après un séjour plus ou moins long en pays vaudois ou à Genève : les Odier, de Pont-en-Royans ; les Long, de Montélimar ; les Juventin, de Valence ; les Audéoud, de Saint-Laurent du Cros, etc. On les retrouvera au chapitre III.

52 Et donc lié au groupe suisse. Guérin de Foncin prend pour associé Caminet, ancien chef des bureaux de Fulchiron. Ce Lyonnais avait, dans les vingt dernières années de l’Ancien Régime, fait un détour par l’Anjou, où son apprentissage s’était accompli comme commis à la manufacture d’indiennes de Tournemine-les-Angers. Cf. Arch. de Paris, D 31 U3, 3/50.

53 Ibid., 5/132 et 5/197. Les associés sont Philippe Coustou et Bignan, gendre de Fulchiron. Aucune source n’a permis, par contre, de cerner les affaires des frères Réca-mier : Jacques Rose et Laurent, fils d’un fabricant chapelier et banquier lyonnais mais originaires de Belley.

54 Ibid., 3/508.

55 Ibid., 4/74.

56 Autres associés : Jean Marie Pine-Desgranges, Melchior Mermoz. Claude Fohlen (1955, p.22) indique Zindel de Lyon comme « Faisant les affaires » de Méquillet, d’Héricourt, dans son « bureau de Belfort ».

57 Sur bien d’autres, on reste insuffisamment renseigné : ainsi, Bona, sous les raisons Bona et Larivière puis Bona, Michel et Cie, commerce de la soie et des soieries, et commission en tous genres à Paris et à Lyon, en relations étroites avec Vve Guérin (A. D. Rhône, fonds Guérin, 2F, correspondance de Paris) ; dans le même secteur du commerce de commission des soies, Vital Roux (société Roux, Fournel et Cie) ; Pierre et Albert Bouchet, sans doute de Trévoux, société de 1805 au capital de 600 000F (Arch. de Paris, D 31 U3, 2/356) ; Caillat, banquier à Paris depuis l’an VI, anciennement Caillat frères à Lyon ; Pettola père et Cie, maison de commission à Paris en l’an IX, prenant la suite de Pettola frères et Cie, maison de commerce des draps et de banque à Lyon jusqu’à la Terreur ; François Tourret et Cie, dépositaire parisien de mousselines et broderies de Tarare, qui prend en 1809 la suite de Hollard et Tourret, à Lyon ; etc.

58 En fait, les Schérer sont issus d’Arbon, en Thurgovie (en préparation sur ce sujet, un ouvrage de Willy Schädler).

59 Associé à Gaspard Daniel et Jean Henri Finguerlin. Une autre de ses sœurs a épousé un Boissier de Genève ; une autre, un Finguerlin, fils et neveu des deux associés.

60 C’est le fils d’un bourgeois de Neuchâtel, Jean François d’Escherny, banquier et négociant venu s’établir à Lyon vers le milieu du siècle, anobli en 1767, marié en 1733 à une Pourtalès.

61 André et Cottier eux-mêmes ont attiré encore d’autres capitaux bancaires : de Genève (Sautter, Bordier), et de Milan (Bignami et Vassali).

62 Au prix de quelque artifice, il faut bien insérer à ce point de notre revue la notice que mérite notre unique stéphanois, le baron d’Empire Pierre Marie Muguet de Va-range, receveur général de l’Escaut, régent de la Banque de France, maire de Limeil-Brévannes, riche en 1810 d’un revenu de près de 200 000F (Arch. nat., BB30, 1070). Dans l’orbite de Lyon, encore, à signaler la carrière de Jean Baptiste Jame, négociant de Châlon-sur-Saône, entré en société de banque à Paris avec Vassal et le Lyonnais Courajod, puis receveur général des droits réunis et censeur de la Banque de France.

63 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1012, 7 nivôse an XIV. Louis Nicolas Aimé laisse une fortune de 187 000F.

64 Ibid., CVIII, 861, 17 germinal. Il apporte une fortune de 150 000F.

65 Ibid., 893, 5janvier1807.

66 Il a pour beau-frère Marin le jeune, négociant à Nancy et propriétaire des forges de Moyeuvre (ancienne propriété des Wendel qui les rachetèrent sous l’Empire).

67 Dans l’arrondissement de Sarrebourg. Le château, les six corps de fermes et les trois mille arpents de bois valent plus de 500 000F.

68 Duquesnoy intervient également dans la garantie hypothécaire, avec :
– le domaine de Roncourt (arrondissement de Briey) ;
– la forge de Moyeuvre (en indivision avec Marin) ;
– une maison à Monceaux (Paris) ;
–la filature de coton du Houlme (Rouen), à laquelle Duquesnoy se consacrera à la fin de 1807, après dissolution de sa société avec Catoire.

69 Cautionnement constitué par Catoire sur 1047ha de forêts et sapinières acquises en l’an XI et valant 600 000F ; par Catoire, Duquesnoy et Isaïe Berr Bing — de Nancy — sur une maison à Paris, valant 100 000F ; et pour le reste par un tiers, Dupias, propriétaire à Paris et dans l’ouest.
Tout ce qui précède, d’après Arch. nat., M.C.N., LIII, 741, 24 brumaire an XIV ; 743, 19 janvier 1806 ; 745, 10 mai 1806 ; CVIII, 884, 30 vendémiaire an XIV ; 8 août 1806 ; et Arch. de Paris, D 31 U3, 3/462 et 504.

70 Marx, par exemple, a acheté une maison de 100 000F au faubourg Saint-Honoré, et 320 000F de domaines nationaux à Saint-Maur. Cf. Poisson 1932, et Arch. nat., M.C.N., LXV, 662, 3 nivôse an VI.

71 Lui-même marié à la fille d’un Isaac Berr de Nancy, sans doute le père du « grand » Isaac Berr.

72 Un frère, Emmanuel, exerce à son tour, sous l’Empire, le commerce de la joaillerie rue Sainte-Avoie.

73 Depuis 1808, Olry Hayem Worms s’appelle Olry Worms de Romilly.

74 Arch. nat., XCIII, 264, 26 germinal an XIII.

75 Société au capital de 1 200 200F.

76 Informations tirées d’un dossier de famille aimablement communiqué par le général Georges Léon.

77 Arch. nat., M.C.N., XV, 1166, 9 ventôse an XII. Les Haussmann se retrouvent sur notre chemin, non seulement dans l’étude du monde des fournisseurs (cf. chapitre VI), mais aussi dans la continuation d’une banque parisienne d’Ancien Régime — allemande elle aussi — que nous n’avons pu suffisamment identifier : il s’agit de Sartorius et Cie, devenu en 1791 Sartorius, Schuchardt et Cie. A cette date la société réunissait à Louis Balthazar Schuchardt et à Jean Conrad de Kock, banquiers et négociants à Paris, un certain baron de Niebecker, d’Eisenach — ce dernier commanditaire pour 200000lt tandis que Kock en apportait 400000 en espèces (Arch. de Paris, 3 B6, 92, 28janvier1791). Schuchardt meurt en 1811 : c’est Louis Haussmann qui est chargé de la liquidation, son épouse étant légataire universelle ; il reprend la suite des affaires sous la raison Haussmann de Schuchardt ; un Jean Frédéric Haussmann travaille avec lui (Arch. de la Chambre de Commerce, Marseille, fonds Roux, circulaire).

78 La commandite des Bodin de Lyon cesse à la fin de 1811. La société continue avec les concours d’Henri Christen, Jean Risler et Jean Baptiste Chaudouet. Arch. de Paris, D 31 U3, 7/46, et Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1054, 26mars1812.

79 Continuée en 1811 par Hartmann, Rey et Cie. Arch. de Paris, D 31 U3, 4/180 et 181, 5/110. L’associé Marc Rey est de Chambéry.

80 Ibid., 5/176, 6/141 et 142.

81 Ibid., 7/73. Celui de Strasbourg s’occupait vraisemblablement de fournir l’entreprise d’Héricourt en coton brut ; ceux de Paris « Facilitaient les opérations de banque dans la capitale » (Fohlen 1955, p.17).

82 Arch. de Paris, D 31 U3, 5/92, 6/184, 9/188.

83 Ibid., 4/204 et 7/58.

84 Arch. nat., M.C.N., XLVIII, 427 (19 vendémiaire an VIII) et 440 (5 pluviôse an VIII) ; Arch. de Paris, D 31 U3, 4/199 et 9/323. La première société, au 1er brumaire an VIII, était au capital de 600 000F, dont 200 000 apportés par Tellier. D’une précédente société — Doyen, Durieux et Cie — subsistent deux commandites, celles de Durieux et de Moynat. Tellier avait été pendant plusieurs années le commis de cette société.

85 Henri Jean Blanquart, maire de Calais — d’où la mère de Tellier était sans doute originaire.

86 Voir chapitre VI. Parmi ces associés, les frères Combe, originaires de Verdun, créateurs d’une maison de négoce et de banque à Paris en l’an VIII.

87 Arch. gén. du Royaume, Bruxelles, Minutier des notaires, étude Bourdin, 31719.

88 Arch. nat., M.C.N., XLV, 661, 19 vendémiaire et 27 brumaire an VI. Le capital de la société est intégralement emprunté.

89 Ibid., 662, 14 nivôse an VI, et 663, 18 floréal.

90 Ibid., XV, 9 prairial an VII.

91 Ibid., LIII, 734, 6 vendémiaire an XIII.

92 Véron 1945.

93 Cf. chapitre VI.

94 Arch. nat., M.C.N., XVIII, 1050, 7 août 1811.

95 Ibid., F12, 618 (21) et Arch. de Paris, D 31 U3, 9/261.

96 Arch. de Paris, D 31 U3, 4/135. Dans cette famille, qui a bénéficié assez tôt dans le xviiie siècle de l’anoblissement par charge ou par lettres, une évolution générale s’observe du reste vers le style de vie de l’aristocratie rentière. Un exemple parmi d’autres : celui de Jean Jacques Lecouteulx du Molay, à Meung-sur-Loire, premier des trente plus imposés du Loiret, avec 24211F de contributions — certainement un des cent plus imposés de l’Empire !

97 Voir chapitre VII. Archives privées (Grandin de L’Éprevier).

98 Arch. nat., M.C.N., LIII, 732, 22 prairial an XII (inventaire après décès de Dibon).

99 Ibid., XX, 796, 16 ventôse an XI.

100 Ibid., LXXXVI, 837, 14 mars 1785 (contrat de mariage). L’épouse est fille de Michel Jacques Samuel Massieu de Clerval (anobli par lettres) et d’Élisabeth Judith Signard (sans doute de la famille de Signard d’Ouffières, négociant banquier, grand propriétaire à Hérouble).

101 Ibid., BB30, 1095.

102 Arch. nat., M.C.N., XLVIII, 440, 25 pluviôse an X. Cette somme se compose essentiellement de 350000F pour le domaine de Guibeville, près d’Arpajon, acheté en 1788, et de 380 000F pour une maison rue de la Chaussée d’Antin, achetée en 1784. Cette dernière est rachetée en l’an X par Louis Pierlot, receveur général de l’Aube et banquier, plus tard régent de la Banque de France.

103 Un bilan de l’an IX fait apparaître, dans un actif théorique de 1 800 000F, une créance de 400 000F sur cette compagnie, faillie. Arch. nat., M.C.N., XLVIII, 26 vendémiaire.

104 Girardot doit plus de 300 000F à Ouvrard, probablement son commanditaire. Mar-ceille réapparaît en 1802 dans une société avec Jauge et Robin.

105 Ibid., M.C.N., XVIII, 1027, 31mars1807. La mort de Lafaulotte coïncide avec la crise, particulièrement aiguë dans le commerce des bois — la sous-consommation, résultat d’un hiver particulièrement doux, a gonflé les stocks et déprimé les prix.

106 Rue Basse du Rempart ; c’était aussi l’adresse d’une des bonnes maisons du négoce parisien, également sortie du commerce du bois : Carette et Minguet, très probablement à relier aux Minguet père et fils, marchands de bois à Nointel (Oise) au début du Consulat (Arch. nat., M.C.N., CVIII, 864, 24 thermidor an XI : recours au soutien financier d’Henri Flory).
La banque Carette et Minguet, passant du bois au charbon, s’intéressera vers 1835-1840 aux forages de recherches houillères au sud de la concession d’Aniche (Gillet 1974, p.38-39).
Lafaulotte marie en 1792 une fille à David Bacot, fabricant de couvertures à Paris, membre d’une vieille famille de bourgeoisie marchande de Tours, Paris et Sedan (cf. Delavenne 1954).

107 Arch. de Paris, D 3 B6, 94, 29 frimaire an II.

108 Une autre Tassin a épousé le banquier parisien Paira en 1793 ; d’une famille protestante d’Alsace, né à Sainte-Marie-aux-Mines en 1758, Paira a d’abord été agent de change.

109 Arch. nat., M.C.N., CVIII, 863, 7 prairial an XI.

110 Cf. Léchevin 1973.

111 Une partie des affaires était reprise au Havre et à Dieppe par Pikman et Taveau. Exemple analogue : en septembre1803 se constitue une maison de commission Pierre Gasselin et Cie, à Paris : la circulaire indique qu’elle existait précédemment au Havre comme maison d’« affaires maritimes » et de commission.

112 Riedy est originaire d’Obersaxen, dans les Grisons. Son associé est également son beau-frère : tous deux ont épousé des filles d’Alaret, négociant protestant revenu de Genève à Bordeaux. Voir Dermigny 1963, t.II, p.39-56.

113 Sur les affaires nantaises à l’époque napoléonienne, voir Bergeron 1970, p.485. Arch. de Paris, D 31 U3, 4/120.

114 Ibid., 7/180.

115 Arch. nat., 3 AQ 319 (fonds Briansiaux), circulaire du 1ermai1808 ; Arch. de Paris, D 31 U3, 3/70.

116 Originaire de la Manche, dont François Victor Bunel, son frère, est receveur général ; un François Jean — frère ou cousin ? — est négociant à Brest. Bunel fait faillite dans la crise de l’hiver 1805-1806 pour avoir trop largement soutenu de son crédit le négociant et armateur rouennais Jacques Duchesne.

117 S.W.A.. Bâle, Segerhof. F. 132.

118 Arch. de Paris. D 31 U3, 5/131.

119 Voir chapitre VI.

120 On suppose qu’il s’agit de Jean Baptiste Louis Marion de la Briantais, né en 1771, électeur départemental sous l’Empire à Saint-Malo.

121 Sur Marion de La Briantais et sur Gaudelet, voir Ozanam 1969.

122 Témoignage de la place croissante prise au cours du xviiie siècle par le commerce ibérique dans les échanges des ports de la Bretagne occidentale.

123 Morelest par ailleurs intéressé, sous le Consulat, à l’entreprise de la fourniture générale des hôpitaux, puis à celle du bois pour le camp de Boulogne. Arch. nat., 3 AQ 317, fonds Briansiaux. 1er thermidor an XI.

124 Voir chapitre III.

125 Dans la banque Carayon, un associé, Auteract, évoque une possible origine montpelliéraine. Aux générations précédentes les Carayon ont été alliés à la grande famille locale des Rasteau, protestants, et ont fait l’armement et la traite. Le Carayon de l’époque impériale est certainement Jean Maurice Mathieu, gendre du maréchal Pérignon, administrateur du canal de Beaucaire, plus tard receveur général de la Gironde, fait baron en 1819. La banque Carayon cousins comportait deux sièges, l’un à Paris, l’autre à Toulouse, dirigé par Jean Jacques Carayon et établi vers 1790 ; le chiffre d’affaires était de cinq millions en 1810 : affaires certainement liées au commerce des piastres, le Carayon de Toulouse ayant travaillé un temps aux côtés du directeur de la Monnaie (Arch. nat., F12, 938).

126 Cf. supra, p.56.

127 Sur ces familles juives bordelaises, voir la contribution de Poussou 1968. La ville comptait en 1789 deux cent quinze chefs de famille juifs, pour la plupart d’origine portugaise, quelques-uns d’origine avignonnaise, généralement dans les affaires. D’autres villes, comme Bayonne ou Metz, comptaient des minorités bien plus étoffées (3 à 4 000) mais certainement bien moins puissantes économiquement, avec des spécialisations dans le négoce textile à Bayonne (par exemple, la puissante maison Léon) ou le commerce des bestiaux et des fourrages à Metz.

128 Les Avigdor appartiennent à la communauté juive de Nice, qui jouissait dans ce port de privilèges datant du xviie siècle.

129 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/239, 13 fructidor. Les informations manquent sur Bayonne. Jacques Laffitte y appartient, bien sûr, par ses origines familiales, mais qui ne tiennent pas au monde des affaires ; il épouse du reste la fille d’un négociant bayonnais, Jean Baptiste Laeut, engagé dans les fournitures pour la Marine et le trafic des piastres dans le Golfe de Gascogne, failli en 1803 (Ibid., D 11 U3, 24/1647). En dehors des Basterrèche, qui à la manière des Bordelais sont « à cheval » sur Bayonne et Paris, on n’a à signaler que les Marqfoy, Juifs. Aaron et Abraham viennent fonder à Paris une maison de commission pour les « articles de Paris », tandis que Marc et Isaac sont restés à Bayonne (Ibid., D 31 U3, 2/185, 18 brumaire an XI).

130 Cf. Butel 1973, p.1054.

131 Supprimé en l’an III, son rétablissement est réclamé notamment en l’an XIII par la Chambre de Commerce, qui demande à Nicolas Clary de soutenir son mémoire auprès du Conseil d’État (Bibliothèque Thiers, fonds Clary, 80/39).

132 Associés et beaux-frères, puisque Delarue a épousé Anne Rose Solier. Leurs immeubles respectifs, rue Bergère et place Vendôme, évoquent une position bien assise. Michel l’aîné est leur bailleur de fonds.

133 Maison de commission en banque et en marchandises, associant un établissement parisien à la maison Arnaud et Étienne de Marseille.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540