Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?

Partie I : Pratiques religieuses, pratiques culturelles : entre identité et altérité

Klinai ou triclinium ? Sur la permanence de l’utilisation du mobilier grec de banquet à l’époque romaine

Eric Morvillez

Résumé

On a pris l’habitude de considérer que le triclinium à trois lits « à la romaine », reconnaissable au dessin en T + U des mosaïques des salles à manger, avait définitivement remplacé en Orient, au IIe siècle, les usages grecs précédents. Mais le croisement des sources littéraires, des images de banquet découvertes à Antioche et ses environs et des traces matérielles des salles elles-mêmes, conduit à une vision plus nuancée. L’analyse attentive de l’organisation de plusieurs salles de banquet semble montrer que le système de klinai « à la grecque », à deux places, installées parallèlement le long des murs, n’a sans doute pas disparu : on assiste plutôt à une coexistence en parallèle des deux modes et une adaptation des tapis de mosaïque au système discontinu des klinai.

Texte intégral

  • 1 Doro Levi, Antioch Mosaic Pavements, Princeton, 1947, pp. 15 sq. ; Christine Kondoleon, Antioch, th (...)
  • 2 John J. Dobbins, « The House at Antioch », dans C. Kondoleon, op. cit. (n. 1), p. 52. Sur les maiso (...)
  • 3 Pour une mise au point sur le terme de triclinium, voir le commentaire de l’édition du texte du liv (...)
  • 4 Cette ligne de volutes ou de vagues, comme on les appelle parfois, est l’un des motifs les plus anc (...)
  • 5 Katherine M. Dunbabin, « Ut graeco more biberetur : Greeks and Romans on the Dining Couch », dans I (...)
  • 6 Pour la bibliographie très vaste aujourd’hui sur le sujet, voir son dernier livre qui synthétise se (...)
  • 7 Étymologie que se plaît déjà largement à souligner Cicéron lui-même, qui rappelle que le banquet ro (...)
  • 8 « Eliminating all trace of the traditions of earlier Greek domestic architecture », K. Dunbabin, 19 (...)

1Dans les fouilles internationales pratiquées à Antioche avant la seconde guerre mondiale, on découvrit, dans la riche maison à péristyle dite « Atrium House », un pavement qui ornait la principale salle de réception. Cette mosaïque polychrome, considérée à juste titre comme l’une des plus belles découvertes de ces campagnes1, comptait plusieurs panneaux figurés de très haute qualité, utilisant de nombreuses nuances de pâtes de verre (fig. 1). L’organisation du pavement en T + U (ou « pi-shaped », selon la formule anglo-saxonne, qui rend bien compte de la forme angulaire du U), est considérée traditionnellement comme une composition permettant d’identifier un triclinium romain, induisant la présence de trois couches de trois personnes2, selon le schéma classique connu pour la période tardo-républicaine et impériale3. La haste horizontale du T montre le concours de boisson opposant Dionysos et Héraclès, dès l’entrée des convives dans la salle ; de part et d’autre, deux panneaux représentent une ménade et un satyre dansant. La haste verticale du T superpose deux cadres : le jugement de Pâris et un tableau figurant Aphrodite et Adonis trônant, tourné non plus vers l’entrée, mais vers le fond de la salle. Chaque image est entourée d’un rinceau sur fond noir, l’un de vigne peuplée d’oiseaux et de masques, l’autre fait d’enroulements d’acanthe terminés par d’élégantes fleurs. Tous les panneaux sont ensuite divisés par un motif de grecque, tandis que le contour du T est souligné par une ligne de postes4. La partie du U où était placé le mobilier de banquet se détache nettement du reste. Elle est réalisée dans un motif géométrique polychrome très soigné, qui joue sur des effets de relief. La mosaïque, d’après son contexte archéologique et son style, remonte au début du iie siècle (elle a été datée après le tremblement de terre de 115 qui frappa Antioche à l’époque de Trajan) et nous introduit dans une riche salle à manger de l’Antioche romaine. Par son agencement et ses proportions, ce pavement a été mis en série, dès sa publication, avec le type des sols dit de triclinium en T + U, nombreux à Antioche et en Syrie et même considéré comme un des modèles du genre, par rapport à tous ceux découverts dans l’ensemble des provinces orientales. Parce que relativement bien datée, la salle fut reprise comme exemple, dans un récent article de K. Dunbabin, à propos des différences de modes de table dans le monde gréco-romain, pour y montrer le triomphe de cette composition « à la romaine » dans la partie orientale de l’Empire pour les sols de salles à manger d’époque impériale5. Comme si le triclinium en T + U « faisait romain ». Dans une série de contributions qui font autorité sur le mode de banquet dans les mondes grec et romain6, K. Dunbabin a bien démontré l’évolution entre l’organisation de la salle de banquet grec classique avec ses klinai séparées, installées le long des murs (fig. 2) et la salle à manger traditionnelle romaine en U, dont les trois couches rassemblent les participants autour d’une même table, dans l’esprit de convivialité du banquet romain : le convivium7, que peut illustrer par exemple la maison du Cryptoportique à Pompéi, aux lits en maçonnerie (fig. 3). Mais proposer que cette évolution ait provoqué une « élimination de toute trace des traditions de l’architecture domestique grecque antérieure »8, me semble un peu excessif. Je pense que les Grecs n’ont pas changé aussi radicalement leurs habitudes. Si les modes romaines ont pu naturellement être importées dans la partie orientale de l’Empire, elles n’ont pas entièrement fait disparaître les installations du banquet grec, en particulier en matière de meubles.

Fig. 1 : Antioche, maison à atrium, vue de la mosaïque du triclinium

Fig. 1 : Antioche, maison à atrium, vue de la mosaïque du triclinium

D’après C. Kondoleon.

Fig. 2 : Athènes, Agora, restitution d’une salle de banquet – Stoa sud

Fig. 2 : Athènes, Agora, restitution d’une salle de banquet – Stoa sud

D’après K. Dunbabin.

Fig. 3 : Pompéi, maison du cryptoportique, installation de triclinium en maçonnerie

Fig. 3 : Pompéi, maison du cryptoportique, installation de triclinium en maçonnerie

Cliché auteur.

2Il nous a paru intéressant d’observer de plus près les dimensions de quelques-uns des pavements de ces salles à manger, pour réfléchir sur l’encombrement des couches et voir s’il est possible d’identifier le type de mobilier utilisé. Les pavements en T + U en Orient fonctionnent-ils comme en Occident et sommes-nous si certains d’un côté comme de l’autre du type de mobilier qu’ils accueillaient ?

3La question dépasse largement un simple détail matériel de mobilier. On sait que le banquet est au centre des préoccupations sociales des Romains. Cette question s’intègre donc plus largement dans l’étude des manières de table du Haut Empire après le ier siècle, beaucoup mieux connues pour les périodes précédentes, grâce aux villes de Campanie et à une abondante littérature alimentée par les satiristes.

4Sur le plan convivial, il faut distinguer la mode des couches à plusieurs « à la romaine », où l’on s’allonge perpendiculairement ou en oblique, de l’emploi d’un système de klinai à la grecque où l’on s’installe à un ou deux parallèlement à la table qui est devant vous. Cette distinction change complètement l’esthétique de la salle à manger. La tenue et les rapports entre les convives s’en trouvent modifiés. L’installation des banqueteurs, la position des invités supplémentaires, le service, le fonctionnement des divertissements, tout s’en trouve bouleversé. Si l’on raisonne en fonction du dîneur, le regard dans la salle et vers l’extérieur est différent, notamment sur les cours et jardins, souvent ornés en Orient de fontaines et nymphées, point de mire des convives. Si la diffusion de cette mode romaine du T + U a été vue comme une preuve de la force de la romanisation, face à des provinces de profonde culture hellénistique comme la Grèce, la Syrie ou l’Asie Mineure, il est intéressant de se demander si la tradition du banquet couché sur kliné, profondément enracinée, s’est maintenue.

  • 9 A. Mau, « Fulcra lectorum, testudines alveorum », Nachrichten von der Königl. Gesellschaft der Wiss (...)
  • 10 Le thème des lits de tables étroits et durs d’autrefois apparaît aussi chez Cicéron, Pro Murena, 75 (...)

5Mais pour pouvoir évaluer les pavements d’Antioche, il est nécessaire de rappeler ce que nous savons aujourd’hui de l’encombrement de ces couches, qui ont disparu dans la plupart des cas. L’installation de lits de triclinia à la romaine, où l’on mange en biais par rapport à la table centrale – ou aux guéridons individuels – réclame matériellement une certaine largeur. L’archéologie, pour le ier siècle, nous offre en Occident l’exemple de Pompéi. Les tailles des lits y ont été calculées dès 1885 par A. Mau, en particulier grâce aux encoches pratiquées dans les murs des triclinia9 : d’après son enquête, la longueur moyenne pour les couches à la romaine était de 2,25 m à 2,80 m, pour une largeur des couches variant entre 1,20 m pour les plus étroites à 1,50 m en moyenne. Les indications que l’on peut glaner dans les sources littéraires confirment d’autre part la tendance à l’élargissement des lits de salle à manger d’apparat. Tout en vilipendant le prodigue pour sa gourmandise, Juvénal fait allusion aux normes de l’ancien mobilier de l’austère Rome républicaine : les lits de tables de bronze était autrefois simples. Il souligne leur étroitesse, mais ce sont des lits à fulcra qui renvoient aux modèles hellénistiques, avec leur décor usuel de protomés d’animaux et d’amours. On peut en déduire que les couches de son temps se sont élargies, signe de mollitia et permettent de s’allonger très confortablement10.

  • 11 Juvénal, Satires, XI, v. 93-98.

« Quand le censeur lui-même redoutait la sévérité de son collègue, personne ne considérait comme chose sérieuse et d’importance de savoir quelle tortue nageant dans les flots de l’Océan, décorerait un fulcrum superbe et prestigieux pour les descendants des Troyens.
Les lits étroits (lectis parvis) offraient leurs flancs sans ornements (nudo latere) à leur chevet d’airain (aerea frons), on voyait la tête grossière d’un âne couronné (vile coronati caput… aselli) autour de laquelle folâtraient gaiement de rustiques enfants (ruris alumni). Nourriture, maison, mobilier (supellex), tout était donc du même style11 ».

6Pour le iie siècle, nous pouvons nous tourner vers Plutarque, dont les Propos de table comportent une quantité d’explications sur les comportements sur les lits, à défaut de nous décrire précisément le mobilier et le cadre des discussions. Plutarque est un citoyen romain, mais il vit dans la partie grecque de l’Empire. De plus, il a lui-même un certain mépris pour le luxe et les excès de table et son discours doit pouvoir nous servir pour comprendre les manières « idéales » dans des milieux proches du pouvoir, dans de vastes salles qui accueillent de nombreux convives.

7L’un des propos de table est consacré justement à la position du corps pendant le banquet : « pour quelle raison est-on à l’étroit dans les repas au début et plus tard au large » :

  • 12 Plutarque, Propos de table, V, 6, 1.

« Quelques-uns d’entre nous en voyaient la cause dans la position des convives sur les lits : on mange d’ordinaire couché à plat ventre puisqu’on a à étendre la main droite, mais lorsqu’on a fini de manger, on se retourne davantage sur le côté en présentant le corps de champ, de sorte que ce n’est plus une surface pour ainsi dire mais une ligne qu’on occupe12 ».

8Il illustre ensuite son propos en utilisant l’image de l’osselet, qui tombant droit, semble plus étroit :

  • 13 Plutarque, ibid.

« Tout comme les osselets prennent moins d’espace lorsqu’ils tombent droit que lorsqu’ils se renversent, de la même façon chacun de nous se penche, au début, sur le devant en regardant la table de face, tandis qu’il change plus tard de position et passe du sens de la largeur au sens de la hauteur13 ».

9À l’argument du changement de position, d’autres convives opposent une raison plus prosaïque, celle du tassement du matelas :

« La plupart mettaient en avant l’affaissement du matelas : il s’aplatit en effet sous le poids du corps et s’élargit comme les souliers qui s’usent et se relâchent peu à peu ».

  • 14 Même dans le cas d’un banqueteur ivre.

10Dans le cas précis, Plutarque fait référence à des couches rassemblant plusieurs personnes, dans un système plutôt romain, où les convives se côtoient et sont donc serrés au début les uns contre les autres. La kliné à deux places ne se prête pas à la position allongée sur le ventre face à la table et l’iconographie ne nous en donne d’ailleurs pas d’exemple14. Rappelons aussi que, sur le plan physiologique, il faut une largeur de banquette assez conséquente pour pourvoir s’allonger confortablement sur le ventre face aux plats présents sur la table. Un espace d’1,40 m nous semble un minimum.

  • 15 D. Levi, op. cit. (n. 1), pp. 156-163 ; C. Kondoleon, op. cit. (n. 1), pp. 53-57.

11Une image d’Antioche, découverte dans une demeure, nous confirme, pour une période un peu plus tardive, que le système de banquettes continues est employé. Dans la maison dite d’Aion, datée du iiie siècle, dont les pavements ont été ré-ensevelis, le mosaïste s’est servi de banquettes drapées pour attabler les Chronoi (le Passé, le Présent et l’Avenir) à côté d’Aion : couronnés, ils boivent et mangent en se servant sur un guéridon précieux placé devant eux15. Le drapé rythme la place de chacun. Un accoudoir longe tout du long la banquette qui n’est pas limitée à droite (fig. 4).

Fig. 4 : Antioche, mosaïque d’Aion

Fig. 4 : Antioche, mosaïque d’Aion

D’après D. Levi.

12De larges couches à la romaine peuvent trouver leur place dans certaines salles à manger de la région d’Antioche. Ainsi, dans la maison du « Drinking Contest », découverte à Séleucie, l’organisation de la salle à manger de forme presque carrée (7 m sur 8 m, soit 56 m2) se fait autour du tableau en mosaïque du concours de boisson entre Hercule et Héraclès, le « Drinking Contest », daté du iie siècle. La partie géométrique, très soignée, est large et permet d’installer sans peine une confortable banquette en U où les banqueteurs pouvaient être installés perpendiculairement. Les couches ne devaient pas être exactement placées sur le U, mais à cheval sur la bande de raccord blanche pour installer les tables des convives et ne pas gêner la visibilité du panneau figuré central (fig. 5). Il reste de la place à l’arrière des lits pour s’y installer et permettre que le service fonctionne.

Fig. 5 : Séleucie, mosaïque du triclinium de la maison du Drinking Contest

Fig. 5 : Séleucie, mosaïque du triclinium de la maison du Drinking Contest

D’après C. Kondoleon.

  • 16 Qui est l’image de la modération, mais aussi a connu les modes de deux générations précédentes.

13L’inflation du nombre de convives qui est fustigée dans les textes à partir de la fin du ier siècle et surtout au iie siècle, se traduit dans la réalité par un surdimensionnement des salles de réception dans les domus. Lors du banquet cité précédemment, Plutarque fait parler son grand-père Lamprias16, qui dénonce « ceux qui invitent à dîner un grand nombre de personnes » :

  • 17 Propos de table, V, 5, 2.

« C’est précisément supprimer la communauté de la conversation (logôn koinônian) que d’installer à un même endroit un grand nombre de personnes, ou plutôt c’est n’amener que de petits groupes à se rencontrer ; on se retrouve alors en effet par deux ou par trois pour s’entretenir séparément, sans connaître ceux qui sont installés un peu plus loin et sans les voir, placés, comme ils sont, à l’autre bout de l’hippodrome. […] Aussi les riches ont-ils tort de faire construire, par ostentation, des salles à manger pour trente lits et plus. De pareilles installations sont faites pour des repas sans unité et sans chaleur, qui auraient besoin d’un président d’assemblée plutôt que d’un président de banquet (symposiarchos)17 ».

14En Afrique du Nord ou en Espagne, par exemple, les demeures des notables vont développer des salles de banquet très vastes, où les hastes du U s’étirent démesurément. On est alors très loin, pour ces T + U, du système des trois banquettes à trois places traditionnelles.

15Prenons par exemple la maison de la Langouste d’Acholla. Son triclinium, au pavement en T + U mesure plus de 8 m sur 9 m, soit 72 m2 (fig. 6). Le U et le T utilisent la même composition géométrique, mais le T visible ajoute au noir et blanc la couleur et de fins motifs de xenia, ces mets de choix représentés sous les yeux des convives, dont l’origine remonte aux présents d’hospitalité faits dans les riches maisons aux invités. Le U neutre destiné aux banquettes mesure 7,20 m de large pour 6 m de longueur : les lits peuvent trouver place sur une bande large de 1,60 m, ce qui permet de s’allonger très confortablement. Il est difficile de définir si une seule banquette unitaire drapée ou une série de lits séparés ornaient ce type de salle. En Cyrénaïque, dans une architecture domestique fortement marquée par les modèles hellénistiques, les très grandes salles de banquet avec T + U, comme dans la luxueuse maison de Jason Magnus à Cyrène, ne nous aident pas à deviner la forme des lits. La largeur des bandes neutres est tellement grande qu’on peut installer les invités parallèlement aux murs ou perpendiculairement en laissant encore un passage à l’arrière du lit pour le service, quel que soit le type de mobilier utilisé, individuel ou collectif. Mais l’image de l’hippodrome, évoquée plus haut par Plutarque nous donne une juste idée de l’impression produite par ces vastes assemblées.

Fig. 6 : Acholla – Tunisie. Relevé du pavement en T+U de la maison de la Langouste à Acholla

Fig. 6 : Acholla – Tunisie. Relevé du pavement en T+U de la maison de la Langouste à Acholla

D’après S. Gozlan, École Française de Rome.

  • 18 Nous remercions vivement C. Kondoleon qui nous a fourni un précieux plan coté de la mosaïque fourni (...)
  • 19 Ce qui est la limite basse pour Pompéi.

16Mais revenons à Antioche pour observer de petites salles à manger où la place est plus comptée. On peut peut-être y déceler d’autres façons de faire. La salle de réception rectangulaire de l’Atrium House, présentée en introduction, est toute petite en comparaison des grands triclinia cités précédemment. La mosaïque ne mesurait que 7,21 m sur 4,68 m soit seulement plus de 33 m2, ce qui en fait une salle à manger beaucoup plus intime18. Le U est de la même largeur sur les trois côtés. Il mesure 1,05 m de large sans compter le raccord de 6,9 cm jusqu’au mur. En comptant l’étroite bordure de postes, on arrive au maximum à 1,22 m de large19. Sur cet espace, deux solutions sont possibles :

17Soit une banquette continue occupant aussi les angles ; mais les convives sont de toute façon obligés de s’allonger parallèlement au mur, ou très légèrement de biais. De petites tables sont disposées régulièrement devant eux.

18Soit des klinai séparées, juxtaposées « à la grecque », des lits de deux personnes, avec un coussin pour chaque convive. Cinq klinai peuvent raisonnablement prendre place, pour un banquet d’au plus dix personnes (soit un pentaklinos, une salle à manger à cinq lits).

19Devant chaque kliné serait placée une petite table, et éventuellement un escabeau (fig. 7). Dans les deux hypothèses, en entrant dans la salle, on ne percevait pas une assemblée de convives aux têtes convergeant vers le centre, dans la communion d’un triclinium à la romaine, mais une succession de groupes en ligne, comme dans l’image classique du symposion grec.

Fig. 7 : Antioche, maison à atrium

Fig. 7 : Antioche, maison à atrium

Hypothèse de restitution des lits dans le triclinium ; les 5 lits à deux places sont munis de deux coussins ; 5 tables, une par couche, ont été disposées ainsi que deux marchepieds.

Document auteur, photo d’après C. Kondoleon.

  • 20 En métal précieux ou en ivoire, comme les meubles des divinités représentées sur la mosaïque.
  • 21 On peut ajouter l’idée de flexibilité : enlever deux klinai pour dresser un banquet à trois lits, c (...)

20On peut se demander pourquoi le décor du U dans cet exemple a été si soigné. Le très beau tapis géométrique était recouvert par les lits. Certes, si l’on enlevait les klinai pour donner à la pièce une autre fonction, le sol conservait sa somptuosité. Mais une autre explication apparaît : si ce sont des lits « à la grecque », de tradition hellénistique, perchés avec des montants travaillés20, les couches placées haut ne sont pas drapées jusqu’en bas ; elles laissent voir le travail des montants, mais aussi le sol pour les convives situés en face. Il fallait donc soigner le motif sous les lits21.

21En voyant d’autres salles à manger de la même région, on peut, par comparaison, mieux évaluer la question. Rappelons que ce sont encore des habitations de dimensions moyennes, même si elles affichent des décors raffinés. Les salles de banquet y sont de dimensions plutôt raisonnables : le manque d’espace peut vite se faire sentir.

  • 22 D. Levi, op. cit. (n. 1), pp.167 sqq. ; C. Kondoleon, op. cit. (n. 1), pp. 71-74.

22À Antioche, la maison du Bateau des Psychés est une petite résidence très soignée22. Elle ne dispose pas d’une grande salle à manger (5,40 m x 5,55 m soit env. 30 m2) (fig. 8). Cette pièce principale, axée sur un élégant nymphée, présente au centre un enlèvement d’Europe, tourné vers la couche du fond. Mais autour du pseudo-emblema, les mosaïstes ont dessiné un U fait de plusieurs compartiments, aux décors géométriques tous différents, qui fait le tour de la pièce. Des lits séparés devaient sans doute occuper les trois côtés : les carrés d’angle restaient visibles. Les trois tapis mesuraient environ 2 m par 1,10 m de large, soit celle d’une kliné. Cette disposition où les couches en se touchant par les coins, laissent les angles de la pièce vides, se retrouve décrite par Plutarque, toujours dans les Propos de table, quand il explique l’origine de la place consulaire :

  • 23 Propos de table, I, 3, 1. Si l’on suit dans tout le passage les arguments de Plutarque, on remarque (...)

« Comme c’est à cet endroit que le second lit se joint au troisième, l’angle ainsi formé ménage un espace libre et permet à un secrétaire, à un serviteur, à un garde du corps, à un messager venu du camp de s’approcher du consul, de lui parler, de recevoir des ordres sans que personne ne le gêne, ni que personne parmi les convives ne soit gêné »23.

  • 24 D. Levi, op. cit. (n. 1), pp. 57 sqq.

23La même répartition au sol se retrouve dans la maison de Cilicie, à Séleucie24.

Fig. 8 : Antioche, maison du Bateau des Psychés, plan du triclinium, détail

Fig. 8 : Antioche, maison du Bateau des Psychés, plan du triclinium, détail

D’après C. Kondoleon.

24Le panneau central, autour de la province personnifiée de Cilicie, est tourné vers le fond de la salle. Il est complété par des personnifications de fleuves, placées dans les angles du U : installer une couche unitaire équivaudrait alors à cacher ces motifs, indissociables de l’image centrale pour lui donner tout son sens. Les laisser libres, c’est permettre aux convives de les admirer lorsqu’ils conversent entre les lits et découvrent alors la mosaïque (fig. 9).

Fig. 9 : Séleucie, maison de Cilicie, vue du triclinium

Fig. 9 : Séleucie, maison de Cilicie, vue du triclinium

D’après D. Levi.

25On peut faire la même démonstration avec la maison de Ménandre à Antioche, où la salle à manger principale, face au nymphée de la cour, est ornée d’une image de Narcisse (iiie siècle). Là, le pavement principal tourné vers l’entrée, est entouré de trois panneaux géométriques. Les trois lits auraient été séparés par les carrés des angles portant chacun une figure de Saison (fig. 10). On soulignera dans cette pièce que les lits ne pouvaient pas être collés aux murs, car la pièce possède un plan irrégulier.

Fig. 10 : Antioche, maison de Ménandre, mosaïque du triclinium, avec Narcisse et une Saison

Fig. 10 : Antioche, maison de Ménandre, mosaïque du triclinium, avec Narcisse et une Saison

D’après C. Kondoleon.

26Ces klinai à deux places, nous les avons sans doute sous les yeux dans les maisons elles-mêmes. Dans la même maison de Ménandre, on peut citer la mosaïque de la scène du banquet de Komoedia, Glykera et Ménandre : Glykera est assise sur la kliné qui est cachée derrière Komoedia (fig. 11). Mais, on retrouve dans une autre pièce l’image d’un couple sur une kliné tous les deux allongés, divertis par une joueuse de harpe à gauche et servis par une jeune esclave à droite. Dans la maison du bateau des Psychés, on trouve un banquet de personnifications : Opôra, et Agros, installés sur une luxueuse kliné avec son escabeau, sont servis par Oinos (fig. 12). En vis à vis, on note la présence d’un pavement géométrique de 3 m x 1,30 m environ, sans doute l’emplacement d’une kliné. Ce sont des scènes de banquet plus intimes qui ornent sans doute des appartements privés. On peut y dîner dans l’intimité, ou en amoureux (Glykera et Ménandre ne forment-ils pas un couple légendaire ?).

Fig. 11 : Antioche, maison de Ménandre, pièce 11 : mosaïque de Komoedia, Glykera et Ménandre

Fig. 11 : Antioche, maison de Ménandre, pièce 11 : mosaïque de Komoedia, Glykera et Ménandre

Détail d’après C. Kondoleon.

Fig. 12 : Antioche, même maison, mosaïque de banquet sur kliné, pièce 19

Fig. 12 : Antioche, même maison, mosaïque de banquet sur kliné, pièce 19

D’après D. Levi.

  • 25 C. Kondoleon, op. cit. (n. 1), n° 9, p. 121. Mais il ne s’agit pas d’un sigma. La table luxueuse de (...)

27Le système des klinai perdura longtemps : dans une mosaïque liée à un contexte funéraire, dans le fameux banquet de Mnémosyne (fin du ive siècle), on voit deux femmes allongées ensemble sur une kliné, tandis qu’une troisième occupée à lire est assise. Elles sont servies par trois servantes (fig. 13) 25.

Fig. 13: Mosaïque de la tombe dite de Mnémosyne, Antioche

Fig. 13: Mosaïque de la tombe dite de Mnémosyne, Antioche

D’après C. Kondoleon.

  • 26 Cf. en dernier lieu Pierre Gros, L’architecture romaine, t. II : maisons, palais, villas et tombeau (...)
  • 27 « Römischer Wohnluxus im Griechischen Osten », JRA, 1997, p. 531, et surtout dans une note p. 38.
  • 28 R. Talgam, Z. Weissn, The mosaics of the house of Dionysos at Sepphoris, excavated by E.M. Meyer, E (...)
  • 29 Dans la restitution en images de synthèse de la maison, trois klinai avaient été placées autour de (...)

28En conclusion, on peut dire que, comme dans le reste du monde romain, le triclinium en T + U s’est introduit en Orient et que des banquettes continues se sont progressivement dilatées, pour former de plus vastes U dans des salles de grande dimension. Mais pourquoi faudrait-il supprimer ailleurs les klinai à deux places dans le monde grec à l’époque romaine, alors que justement les recherches récentes montrent que l’architecture domestique en Orient, dans ses formes de salle et ses plans, est particulièrement stable et conservatrice au Haut-Empire26 ? L’utilisation des klinai dans les maisons luxueuses a dû continuer au Haut-Empire et même au-delà. Gisella Hellenkemper, en 1997, le proposait déjà pour la maison de Dionysos à Paphos (Chypre) : elle voyait plutôt des couches à deux places réparties sur les très longues bandes géométriques qui longent le pavement figuré de la grande salle à manger27. De même, on peut imaginer l’emploi de klinai pour la grande salle de banquet de Sepphoris, dans la maison de Dionysos, récemment découverte en Israël. Là, des gamma sont dessinés sur le sol aux angles du U neutre très étroit qui fait le tour d’une partie de la pièce. Ces marques ne pourraient-elles pas même servir de repères à ceux qui plaçaient les lits28 ? La même question pourrait être posée pour certains pavements de Zeugma, notamment pour le triclinium à la mosaïque de Dédale et Ikarios29.

  • 30 Sur cette discussion, très ancienne sur le statut du « banquet funéraire », cf. en dernier lieu, le (...)

29Gardons-nous de généraliser le phénomène et d’introduire une application trop systématique du raisonnement. La lecture des négatifs d’installation sur les sols des salles à manger doit se faire avec beaucoup de prudence et au cas par cas. Les klinai individuelles n’ont certainement pas disparu des demeures : elles ont dû coexister en parallèle avec les banquettes unitaires, selon la taille des pièces et le goût et les moyens des propriétaires. La permanence de la représentation détaillée des klinai dans le décor funéraire (stèles, sarcophages notamment) est, à notre avis, une autre preuve de leur maintien dans les maisons30. Il paraît peu probable qu’il y ait eu un hiatus complet entre l’apparat du banquet funéraire et celui des festivités conviviales : l’installation sur la kliné du défunt, entouré parfois de son épouse et de ses serviteurs, rappelle d’abord à ceux qui voient son tombeau son statut social affiché et la belle vie menée dans le monde des vivants. De même, les klinai qui illustrent les banquets de dieux ou de personnifications (autour justement de la prospérité et du banquet comme dans la figure 12) sont placées sous les yeux des habitants des maisons comme autant de modèles de plaisir et de volupté accessibles ou imitables. Il faut enfin imaginer que certains meubles d’apparat ont été conservés à travers plusieurs générations dans les familles pour leur valeur artistique et esthétique.

30Il ne faut donc pas penser l’introduction du T + U en Orient comme une confrontation de deux systèmes, dont l’un aurait supprimé l’autre, mais d’une adaptation du système du T + U à d’autres types de lits et à la composition autour des pseudo-emblemata, avec une grande variété de solutions. L’emploi de klinai change l’esthétique visuelle de l’assemblée et renvoie à d’autres tenues à table. Dans le cas de l’Atrium House, si l’on accepte l’hypothèse de klinai, on pénètre dans une petite salle à manger très luxueuse où triomphe l’hellénisme et les traditions grecques : les tableaux mythologiques raffinés, le rôle du vin dans le banquet avec le « drinking contest » rappelé à l’entrée de la salle, la technique de la mosaïque elle-même, réalisée en très fines tesselles, reflétant très certainement de grandes œuvres de la peinture hellénistique, jusqu’au mobilier représenté sur les pavements de la salle. Seule concession à une forme de romanité, la composition du pavement en T + U est révélatrice d’une nouvelle mode venue d’ailleurs, tandis que tout le reste demeure culturellement grec. C’est un peu de cette manière que le Grec d’Antioche, en faisant une concession à la mode, « fait le Romain ».

Notes

1 Doro Levi, Antioch Mosaic Pavements, Princeton, 1947, pp. 15 sq. ; Christine Kondoleon, Antioch, the Lost Ancient City, catalogue d’exposition, Princeton University Press, Worcester Art Museum, 2000, pp. 66-71, cat. n° 55-60, pp. 170-175 (la mosaïque remontée, photographiée en couleur p. 61). Une aquarelle de Victoria I, p. 168, donne une idée de l’impression que donnait la salle. Les panneaux de la mosaïque avaient été répartis entre le Louvre et différents musées américains (Worcester Art Museum, Baltimore Museum of Art, The Art Museum of Princeton University, The Wellesley College Museum). C’est à l’initiative de C. Kondoleon que s’est organisée l’exposition sur Antioche relançant l’intérêt des scientifiques pour la ville et les discussions autour de l’architecture domestique de cette capitale. Tous les panneaux de cette mosaïque ont été alors de nouveau réunis. Une étude technique a été réalisée, présentée par C. Kondoleon au IXe Congrès International de l’AIEMA, à Rome, en 2001 (sous presse). Nous y avons présenté dans une communication nos premières conclusions sur les T + U d’Antioche que nous développons ici.

2 John J. Dobbins, « The House at Antioch », dans C. Kondoleon, op. cit. (n. 1), p. 52. Sur les maisons d’Antioche, on rappellera les articles de synthèse de Richard Stillwell, « Houses of Antioch », DOP, 15, 1961, pp. 45-57 et de Jean Lassus, « Sur les maisons d’Antioche », dans J. Balty (éd.), Colloque Apamée de Syrie III, Aspect de l’architecture domestique d’Apamée, Bruxelles, 1984, pp. 361-372. Sur les formes des salles d’apparat d’Antioche et de Daphné et leur évolution entre Haut et Bas Empire, voir Eric Morvillez, « L’architecture domestique à Antioche dans l’Antiquité tardive, conservatisme ou modernité ? », Topoi Suppl. 5, 2004, pp. 271-287.

3 Pour une mise au point sur le terme de triclinium, voir le commentaire de l’édition du texte du livre vi de Vitruve par Louis Callebat (Paris, Belles Lettres, 2004), pp. 139 sqq. Pour la naissance du triclinium dans la maison romaine, cf. A. P. Zaccaria Ruggiu, « Origine del triclinio nella casa romana », dans G. Cavalieri Manasse, E. Roffia (éds.), Splendida civitas nostra. Studi archeologici in onore di Antonio Frova, Rome, 1995, pp. 137-154. Le nom de la salle dérive du mot kliné translittéré et du chiffre trois. On comprend habituellement « salle à trois couches », même si littéralement, le mot désigne un lit à trois places. C’est là que réside toute l’ambiguïté et le flottement entre la mode grecque, habituée à des lits à une ou deux places et la mode romaine où trois convives vont s’installer par lit, sur trois couches, soit neuf personnes. Les sources littéraires confirment ce chiffre parfait de convives, pour la fin de la République. Ainsi Varron, selon Aulu-Gelle (Nuits attiques, XIII, 2), préconisait un chiffre idéal de trois convives au minimum pour un chiffre maximal de neuf : « il faut selon lui que le nombre des convives commence au nombre des Grâces et n’aille pas au-delà de celui des Muses, de sorte que quand les convives sont les moins nombreux, ils ne soient pas moins de trois, quand ils sont le plus nombreux, ils ne soient pas plus de neuf » (trad. René Marache, Paris, Belles Lettres, 1989).

4 Cette ligne de volutes ou de vagues, comme on les appelle parfois, est l’un des motifs les plus anciens et traditionnels de la mosaïque grecque.

5 Katherine M. Dunbabin, « Ut graeco more biberetur : Greeks and Romans on the Dining Couch », dans I. et H.S. Nielsen (éds.), Meals in a social Context, Oxford, 1998, pp. 81-101.

6 Pour la bibliographie très vaste aujourd’hui sur le sujet, voir son dernier livre qui synthétise ses réflexions : The Roman Banquet, Images of Conviviality, Cambridge, 2003.

7 Étymologie que se plaît déjà largement à souligner Cicéron lui-même, qui rappelle que le banquet romain trouve ses racines dans le « vivre ensemble » et non le boire ou manger ensemble des Grecs (symposion ou sundeipnon) (Sen., 13, 45 : « bene enim maiores accubitionem epularem amicorum, quia vitae coniuctionem haberet « convivium » nominaverunt. » cf. chap. 1, p. K. Dunbabin, : The roman Banquet, op. cit., p. 13.

8 « Eliminating all trace of the traditions of earlier Greek domestic architecture », K. Dunbabin, 1998, op. cit., pp. 92-93.

9 A. Mau, « Fulcra lectorum, testudines alveorum », Nachrichten von der Königl. Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, Philologisch-historische Klasse, 1896, pp. 76-82.

10 Le thème des lits de tables étroits et durs d’autrefois apparaît aussi chez Cicéron, Pro Murena, 75,7, qui parle de l’installation pour un banquet de « petits lits puniques » (lectulos punicanos) et de l’emploi d’une vaisselle très simple.

11 Juvénal, Satires, XI, v. 93-98.

12 Plutarque, Propos de table, V, 6, 1.

13 Plutarque, ibid.

14 Même dans le cas d’un banqueteur ivre.

15 D. Levi, op. cit. (n. 1), pp. 156-163 ; C. Kondoleon, op. cit. (n. 1), pp. 53-57.

16 Qui est l’image de la modération, mais aussi a connu les modes de deux générations précédentes.

17 Propos de table, V, 5, 2.

18 Nous remercions vivement C. Kondoleon qui nous a fourni un précieux plan coté de la mosaïque fournissant exactement ses mesures.

19 Ce qui est la limite basse pour Pompéi.

20 En métal précieux ou en ivoire, comme les meubles des divinités représentées sur la mosaïque.

21 On peut ajouter l’idée de flexibilité : enlever deux klinai pour dresser un banquet à trois lits, conserve à la salle toute son élégance.

22 D. Levi, op. cit. (n. 1), pp.167 sqq. ; C. Kondoleon, op. cit. (n. 1), pp. 71-74.

23 Propos de table, I, 3, 1. Si l’on suit dans tout le passage les arguments de Plutarque, on remarque qu’il raisonne en suivant le plan canonique d’un triclinium de trois fois trois places. Le consul se trouve au bas du second lit (médian), à la troisième place, mais le plus proche du maître de maison qui occupe la première place du troisième lit. Ce qui montre que le fonctionnement canonique du triclinium de trois fois trois places était encore bien connu de lui. Mais pour pouvoir ménager un passage à l’arrière du lit central pour celui qui veut rejoindre le consul, cela implique aussi que les trois couches ne soient pas plaquées contre les murs au fond de la salle. Ou de prévoir des portes avec une galerie de circulation autour de la pièce pour se rendre à l’arrière de celle-ci, comme c’est le cas dans certaines grandes maisons.

24 D. Levi, op. cit. (n. 1), pp. 57 sqq.

25 C. Kondoleon, op. cit. (n. 1), n° 9, p. 121. Mais il ne s’agit pas d’un sigma. La table luxueuse devant la kliné est une table circulaire.

26 Cf. en dernier lieu Pierre Gros, L’architecture romaine, t. II : maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, 2001, p. 214 sqq.

27 « Römischer Wohnluxus im Griechischen Osten », JRA, 1997, p. 531, et surtout dans une note p. 38.

28 R. Talgam, Z. Weissn, The mosaics of the house of Dionysos at Sepphoris, excavated by E.M. Meyer, E. Netzer and C.L. Meyers, QEDEM, (Monographs of the Institute of Archaeology, the Hebrew University of Jerusalem, 44), 2004. Sur les gammas, p. 20, note 3.

29 Dans la restitution en images de synthèse de la maison, trois klinai avaient été placées autour de la mosaïque.

30 Sur cette discussion, très ancienne sur le statut du « banquet funéraire », cf. en dernier lieu, les réflexions de K. Dunbabin, The Roman Banquet… op. cit. (n. 6), pp. 110 sq. On note d’ailleurs dans les détails des klinai (accoudoirs, dossiers, couvertures) et la forme des autres meubles, des changements de mode qu’il faudrait analyser plus précisément.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Antioche, maison à atrium, vue de la mosaïque du triclinium
Crédits D’après C. Kondoleon.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 2 : Athènes, Agora, restitution d’une salle de banquet – Stoa sud
Crédits D’après K. Dunbabin.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-2.png
Fichier image/png, 737k
Titre Fig. 3 : Pompéi, maison du cryptoportique, installation de triclinium en maçonnerie
Crédits Cliché auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-3.png
Fichier image/png, 601k
Titre Fig. 4 : Antioche, mosaïque d’Aion
Crédits D’après D. Levi.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 5 : Séleucie, mosaïque du triclinium de la maison du Drinking Contest
Crédits D’après C. Kondoleon.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-5.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 6 : Acholla – Tunisie. Relevé du pavement en T+U de la maison de la Langouste à Acholla
Crédits D’après S. Gozlan, École Française de Rome.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-6.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 7 : Antioche, maison à atrium
Légende Hypothèse de restitution des lits dans le triclinium ; les 5 lits à deux places sont munis de deux coussins ; 5 tables, une par couche, ont été disposées ainsi que deux marchepieds.
Crédits Document auteur, photo d’après C. Kondoleon.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-7.png
Fichier image/png, 901k
Titre Fig. 8 : Antioche, maison du Bateau des Psychés, plan du triclinium, détail
Crédits D’après C. Kondoleon.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-8.png
Fichier image/png, 809k
Titre Fig. 9 : Séleucie, maison de Cilicie, vue du triclinium
Crédits D’après D. Levi.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-9.png
Fichier image/png, 997k
Titre Fig. 10 : Antioche, maison de Ménandre, mosaïque du triclinium, avec Narcisse et une Saison
Crédits D’après C. Kondoleon.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-10.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 11 : Antioche, maison de Ménandre, pièce 11 : mosaïque de Komoedia, Glykera et Ménandre
Crédits Détail d’après C. Kondoleon.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-11.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 12 : Antioche, même maison, mosaïque de banquet sur kliné, pièce 19
Crédits D’après D. Levi.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-12.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 13: Mosaïque de la tombe dite de Mnémosyne, Antioche
Crédits D’après C. Kondoleon.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2141/img-13.png
Fichier image/png, 1,4M

Auteur

Université d’Avignon

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable