Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire

 | 
Louis Bergeron

Chapitre premier. Les gens d’affaires dans la ville et dans la société

Texte intégral

1Replacer nos gens d’affaires dans le cadre concret de leur existence sociale et urbaine est une tâche que rendent possible, au moins au niveau de la vue d’ensemble, quelques-unes de ces sources fragmentaires dont doit le plus souvent, hélas, se satisfaire l’historien de Paris aux premières années du xixe siècle.

  • 1 Sur Edme Verniquet on attend l’ouvrage que doit lui consacrer Mme Jeanne Pronteau. Une réduction au (...)
  • 1 Les notes sont rassemblées à la fin du volume, p.321 et suiv.
  • 2 Arch. de Paris, DP2, 16-18, Contributions directes. C’est sur les appréciations des fonctionnaires (...)
  • 3 Ibid., DQ18. Les atlas sont conservés aux Arch. nat., F31 (cf., sur tout ceci, Le Moël 1969). N. B. (...)

2La ville et ses contribuables, en effet, furent bien connus de l’administration consulaire et impériale. A partir de 1807, la cadastration de Paris fit progresser de front la connaissance géométrique rigoureuse des parcelles et l’expertise de leur revenu. L’administration disposait déjà du plan de Verniquet, achevé en 1791 ; mais il n’était pas directement utilisable, en raison, à la fois, des démolitions ou des constructions nouvelles survenues depuis lors, et de certaines erreurs de calcul ou de mesure11. Delambre, de l’Institut, établit, avec des géomètres et les directeurs des contributions, des instructions qui prescrivaient la confection d’atlas d’arrondissement, par îlots, de façon à donner « une représentation exacte de toutes les maisons de la capitale placées dans leurs rapports de juxtaposition » ; on confia le travail à « M. Vasserot, jeune architecte aussi distingué par son désintéressement que par son talent »2. L’expertise fiscale fut l’occasion de rassembler une information extraordinairement précieuse non seulement sur les propriétaires des immeubles, mais sur les occupants, recensés nominativement et avec leur profession, localisés avec précision dans leur habitat, mention faite de tous les loyers ; alors que les atlas ont survécu, le premier sommier foncier n’est plus que le pâle reflet de cette enquête systématique3.

  • 4 Arch. nat., AFIV*, 441-443. Cette table alphabétique fut dressée en l’an VIII par la Commission des (...)
  • 5 Arch. de Paris, Vbis G1, 1, 1814-1815.

3Ce grand travail administratif venait corriger un document de peu antérieur : en 1800 avait été dressée une « liste des propriétaires du canton de Paris », qui ne mentionnait pas, il est vrai, la profession du propriétaire4. A l’autre terme de la période napoléonienne, un registre de la contribution mobilière pour le premier arrondissement ancien, épave des archives fiscales, présente également un grand intérêt5.

  • 6 Arch. nat., F7*, 2431-2432.

4D’autre part, la mise en place du système électoral permet, à travers les listes de collèges, de se faire une idée générale de la position des élites économiques au sein du corps socio-politique des notables napoléoniens, à condition de se souvenir qu’elle est faussée par un nombre élevé d’élections de domicile politique hors de Paris, là où la possession de domaines ou l’exercice éventuel de responsabilités locales en offraient la possibilité. Enfin, la Statistique personnelle et morale de 1809 constituerait une source excellente, complétant heureusement la précédente, si elle ne comportait des lacunes pour certains arrondissements où le monde des affaires était fortement représenté6.

I. PARIS SOUS NAPOLÉON : LES CONTRASTES PHYSIQUES ET SOCIAUX

  • 7 D’après le préfet de police Pasquier (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, mss., 35), il y (...)

5S’il ne faut point abuser des facilités de l’organicisme quand on traite de l’histoire des villes, on ne peut néanmoins s’empêcher d’évoquer, à propos de Paris vers 1800-1815, l’image d’une convalescence, d’une phase de récupération précédant la reprise de la croissance. Frappée d’une déflation de sa population qui a sans doute atteint son point critique vers 1800 — moins de 550 000 habitants en 1800, contre peut-être 650 000 en 1789 —, Paris remonte aux approches de 580 000 en 1807, dépasse sans doute 600 000 en 1811, et certainement 700 000 en 1817. Les pertes comblées, le niveau de population de l’Ancien Régime se trouve définitivement surmonté : c’est là l’effet, dans une grande ville où le regain de la vitalité démographique naturelle ne vient pas à bout des excédents de mortalité, du solde positif des mouvements migratoires7.

6La croissance physique de la ville avait, elle aussi, été interrompue par la Révolution. La mobilisation, d’ailleurs lente et tardive ici, d’une grande quantité de biens — notamment ceux des puissantes communautés religieuses — n’avait pas déclenché le grand mouvement de lotissement et de construction, la modification radicale des conditions de la croissance urbaine qu’on eût pu imaginer. A la « digestion » d’un aussi important transfert de propriété n’ont aidé, en effet, ni l’initiative publique, après l’enterrement des propositions de la Commission des Artistes, ni l’initiative privée, dans cette capitale où le jeu de la promotion immobilière avait été conduit, jusqu’alors, principalement par une haute société pour l’heure amputée de certains de ses éléments, et par une bourgeoisie provisoirement attentiste. Bien que Napoléon Ier n’ait pas eu le loisir de faire naître son grand projet de quartier impérial et politique sur les deux rives de la Seine, projet qui eût pu redonner une impulsion cohérente au glissement de Paris vers l’ouest, et ait laissé derrière lui un lot de restaurations ou de créations monumentales limité, ainsi que les réalisations d’un urbanisme utilitaire et édilitaire, son règne est néanmoins marqué par une reprise de-la construction, en ordre dispersé : de moins de 8 000 mètres cubes en 1801, le volume des pierres de taille entrées à Paris passe à plus de 20 000 en 1806, à plus de 50 000 en 1812 ; il faudra ensuite attendre 1822, en plein « boom » des nouveaux quartiers de la Restauration, pour retrouver de tels chiffres (les années de grande activité immobilière du Second Empire connaîtront du reste des entrées de six à sept fois supérieures). La trace des constructions neuves se retrouve dans la plus-value qu’enregistre le produit de la contribution foncière pour l’ensemble de Paris : entre 1808 et 1814 — nous ne possédons pas d’autres données — il augmente de 1,5 % à 14 % selon les arrondissements. Cet écart d’un à dix dans la progression du rendement de l’impôt évoque immédiatement de profondes disparités de croissance entre les différents secteurs urbains ; elles ne font que refléter la structure polynucléaire particulière à Paris et les modalités historiques de son développement.

  • 8 Arch. nat., F20, 255.

7En gros, donc, deux groupes d’arrondissements se partagent la ville par moitiés. Mais en combinant les commentaires des fonctionnaires des contributions directes avec ceux des maires de Paris à la même date ou à peu près8, on voit combien de nuances doivent être introduites au niveau des 48 divisions.

Maisons et habitants des quartiers de Paris

8Une moitié orientale de Paris, mais d’un dessin assez irrégulier sur la rive droite, regroupe un ensemble de zones dépressives.

9C’est particulièrement le cas dans le VIIIe arrondissement. Dans ses parties ouest et nord, il subit une crise sociale liée bien entendu à la Révolution, et une crise urbaine liée à une redistribution des fonctions et des styles de vie dans l’ensemble de la capitale. Deux faits résument ces crises. « Les loyers de la place Royale, de la rue Saint-Louis (actuelle rue de Turenne) et enfin ceux de la presque totalité de cette section ont éprouvé depuis 1791 une baisse très considérable. » Mais, d’autre part, la population du quartier de l’Indivisibilité (Marais) reste stable à 14 000 habitants de 1797 à 1807. Le « peuple de robins et de vieux capitaines », de « douairières incorporées à leur fauteuil » que décrivait Sébastien Mercier a donc cédé la place, et la dégradation sociale de ce secteur urbain s’est brusquement accélérée. Jusqu’à la Révolution, avait pu noter Daniel Roche, la noblesse de la robe et des hautes fonctions administratives s’était accrochée à ses demeures. Embourgeoisement ou paupérisation, le nord de la rue Saint-Antoine va désormais ressembler au sud. A Popincourt, qui tombe d’un peu moins de 11 000 à un peu moins de 9 000 habitants, « la valeur d’une partie des loyers de la section a beaucoup diminué depuis 1791, parce qu’actuellement (1807) on ne trouve plus qu’un faible prix de beaucoup de maisons bourgeoises qui étaient à cette époque occupées comme maisons de plaisance et dont les propriétaires tiraient un parti avantageux ». Mais à l’est et au sud, le faubourg Saint-Antoine subit une crise économique ; les pertes de l’artisanat sont très sensibles dans les quartiers de Montreuil (où la chute est de près de 13 000 à moins de 10 000 habitants) et des Quinze-Vingts (de 19 000 à moins de 16 000). Depuis dix ans, écrit le maire en 1807, « le VIIIe arrondissement éprouve une diminution de plus du cinquième dans sa population, une perte de plus de moitié dans les revenus de ses propriétés foncières, et le gouvernement presque la perte du tiers dans le recouvrement de ses impositions » ; de fait, la population totale de l’arrondissement est passée de près de 57 000 à un peu plus de 48 000 habitants. L’explication serait dans la suppression de l’exemption de maîtrise dont bénéficiait avant la Révolution la mouvance de l’abbaye de Saint-Antoine, exemption qui, s’ajoutant à d’autres avantages — bas prix des terrains et des locations, proximité de la Seine — avait contribué à attirer une grande variété de métiers. Depuis que la patente peut « atteindre le commerçant et le fabricant dans quelque endroit qu’il réside, beaucoup ont préféré se rapprocher de l’intérieur de Paris, d’autres ont renoncé à leur état faute de moyens pécuniaires pour acquitter leur patente annuelle ». En outre, beaucoup d’ouvriers du meuble, allemands et suisses, ont émigré. Si le produit de la contribution foncière est toutefois en accroissement, même médiocre, c’est grâce aux constructions neuves, mais l’arrondissement se classe en ce domaine au dixième rang des valeurs fiscales.

10L’atonie s’étend à tous les quartiers de la rive droite touchant au Marais : ceux du VIIe arrondissement, et même une partie du VIe. Dans le quartier de l’Homme Armé (Mont-de-Piété), la baisse des loyers est de l’ordre de 25 % depuis la Révolution ; dans celui de la Réunion (Sainte-Avoye), la baisse atteint particulièrement les rues de Montmorency, Michel Lecomte et Chapon ; dans celui des Droits de l’Homme (Marché Saint-Jean), la chute est attribuée aux nombreuses maisons à porte cochère, défavorisées par le nouveau système d’impositions directes. Dans le quartier du Temple, baisse « considérable » des loyers dans les rues de Vendôme et Chariot, qui tiennent au Marais ; mais la disparition et la démolition de l’enclos privilégié jouent leur rôle également. Au total, le VIIe arrondissement, qui se distingue par le taux d’accroissement le plus faible du produit de la contribution immobilière, se classe aussi au onzième rang pour les plus-values imputables aux constructions nouvelles. En revanche la population passe en dix ans de 43 000 à 45 000 habitants, et si le maire signale que beaucoup d’appartements, de boutiques, de maisons entières sont vides, il faut supposer qu’en compensation l’entassement humain s’aggrave dans le reste des immeubles. Dans les quartiers de la Réunion et de l’Homme Armé, du reste, la population aurait augmenté respectivement de 18 et de 14 % en dix ans.

11On retrouve les mêmes problèmes dans le IXe arrondissement — celui de l’Hôtel de Ville, de l’Arsenal et des îles — auquel il convient d’associer un quartier du VIIe, celui des Arcis, autour de l’actuelle place du Châtelet. Le « beau quartier » de la Fraternité (île Saint-Louis) partage la défaveur du Marais : « les principaux bâtiments, les plus belles maisons de cette division, telles que l’hôtel Boulainvilliers, ont généralement beaucoup perdu de leur valeur locative » ; toutefois la population s’y maintient, un peu au-dessous de 5 000 habitants, grâce à la présence « des vieillards, des rentiers et des ex-religieuses… à cause de la pureté de son air et de la facilité à se promener le long de ses quais paisibles ». Mais l’ensemble de l’arrondissement recule d’un peu plus de 38 000 à un peu moins de 36 000 habitants. C’est que, dans les divisions de l’Arsenal et de la Cité, des démolitions considérables et, pour la première, le nombre des maisons à porte cochère provoquent à la fois des pertes de la matière imposable, une baisse des valeurs locatives, une réduction forcée de la capacité d’accueil. La Cité tombe de 12 500 à 10 500 ; l’Arsenal de 12 000 à 10 500. Quant aux divisions de la Fidélité (Hôtel de Ville) et des Arcis (VIIe arrondissement), si la première gagne 11 % en population alors que la seconde en perd 8,5 %, elles partagent pourtant, dans leur étroite contiguïté, des caractères communs. Dans ce « cœur à bout de souffle » de la ville ancienne, vétuste et insalubre, on démolit (rue de la Tannerie, rue de la Boucherie, vieille place aux Veaux) et les loyers baissent fortement ; signe non équivoque de la dégradation sociale, c’est là que se concentre l’immigration saisonnière des salariés. Pour les Arcis, le maire signale, du printemps à l’automne, 2 400 habitants de plus dans les maisons garnies et chez les logeurs : tailleurs de pierre, compagnons maçons, charpentiers, couvreurs, paveurs et leurs garçons ; déjà en l’an III un dénombrement attribuait à cette section près de 9 % de surcroît. La Fidélité en accueillait sans doute à peu près autant, en particulier dans la rue de la Mortellerie où les non-domiciliés étaient 300 en 1807.

12Enfin, sur la rive gauche, les XIe et XIIe arrondissements offrent systématiquement les signes de la stagnation par vieillissement de la ville et prolétarisation de la population. Dans le XIIe, il y aurait eu une forte poussée de la population, de 58 000 à 66 000 habitants environ, imputable essentiellement aux quartiers du Panthéon (+24 %) et du Finistère (Saint-Marcel, + 27 %). Ainsi pourrait-on comprendre que la densité de l’occupation des lieux entraîne une progression point trop médiocre du produit de la foncière : mais l’arrondissement est aussi pauvre que populeux, et il occupe le dernier rang dans Paris pour les constructions neuves. Quant au XIe, dont la population est stationnaire, les loyers y sont signalés en baisse dans les divisions du Théâtre Français et des Thermes (Sorbonne). Toutefois le quartier du Luxembourg, qui touche au Xe arrondissement, participe dans quelque mesure (rues Madame et du Cherche Midi) au mouvement des constructions neuves.

13L’autre moitié de Paris regroupe une série de pôles de croissance — modeste, il est vrai — dont un seul se situe sur la rive gauche. Il s’agit du Xe arrondissement, dont la position seulement moyenne s’explique par sa structure : très misérable dans ses parties sud et ouest, cet arrondissement n’est aristocratique et bourgeois qu’entre la Seine et la rue de Sèvres, et des Invalides à la Monnaie. D’autre part, tous les hôtels encore en mains privées ont perdu de leur valeur locative ; un certain nombre restent vacants. En revanche, le Xe arrondissement a légèrement accru sa population à la faveur d’une immigration active et de ses nouvelles fonctions politico-administratives ; et surtout, il se place au troisième rang pour la valeur locative des constructions nouvelles : le «Faubourg Saint-Germain » a conservé sa vocation de respectabilité et de luxe résidentiel.

14La principale zone de vitalité urbaine se situe sur la rive droite, dans les quartiers dont le développement s’oriente à la fois vers le nord et vers l’ouest. Elle se décompose elle-même en deux secteurs.

  • 9 Pour nous borner à une vue cavalière, rappelons qu’en 1790 les 128 000 logements de la capitale se (...)

15Le premier enveloppe au plus près le « vieux centre » dont on vient de constater la médiocre participation aux phénomènes de la croissance urbaine. Secteur centré sur les Halles, axé sur les rues Saint-Honoré, Saint-Denis, Saint-Martin, il joue un rôle économique toujours essentiel dans la production et la commercialisation de tout ce qui est nécessaire à la satisfaction des besoins, d’ores et déjà diversifiés, d’une population parisienne à laquelle ne font défaut ni le nombre des consommateurs, ni l’extrême différenciation de la société, ni la présence d’une frange supérieure importante de clientèle s’étageant de l’aisance à la grande fortune 9. Les marchands des anciens Six-Corps, les artisans en chambre travaillant d’ailleurs souvent dans leur dépendance, marquent fortement de leur présence le IVe arrondissement, et une partie des Ve et VIe, du quartier des Gravilliers à celui de Montorgueil, entre les Halles et les Boulevards. Peu importe, dès lors, que certains quartiers soient atteints par les démolitions, notamment au voisinage du Louvre, ou par une baisse notable de la fréquentation des étrangers ; que les constructions neuves soient rares, hors du quartier de Bonne-Nouvelle où se situe le percement de la rue du Caire. Le noyau compact du commerce et de l’artisanat y entretient une activité intense en dépit des crises, ainsi que l’entassement de la population : +16 % de 1797 à 1807 dans le quartier des Gravilliers, +13 % dans celui des Halles.

  • 10 Encore le maire du IIIe arrondissement apporte-t-il une précision propre à éclairer sur l’apaisemen (...)

16Le second secteur — IIIe, IIe et Ier arrondissements — est à proprement parler le nouveau Paris, celui des grands capitalistes, la ville des réjouissances, la ville « à la mode ». Encore faut-il distinguer : sans doute le IIIe arrondissement doit-il la très forte plus-value de sa contribution foncière davantage à la hausse de sa population (de moins de 34 000 à 37 000 habitants) qu’à sa participation à l’extension de la capitale, encore que les deux phénomènes se trouvent précisément liés dans le quartier du faubourg Poissonnière, où les constructions nouvelles n’ont pas cessé depuis 1791 et où les loyers se soutiennent bien10. En revanche, le Ier arrondissement a perdu beaucoup de sa population : estimée par le maire à 45 000 habitants en 1789, elle tombe à 40 000 en 1797, remonte au-dessus de 41 000 en 1807, un certain nombre de grands hôtels ayant été réoccupés sous le Consulat, sur la Chaussée d’Antin, les Champs-Élysées et dans le faubourg du Roule. Le IIe arrondissement descend de plus de 53 500 à moins de 51 000 ; la guerre et l’absence de l’Empereur, note le maire, ont réduit des deux tiers la fréquentation des étrangers. Par contre, tous les quartiers de ces deux arrondissements, à l’exception de celui des Tuileries, bénéficient de constructions nouvelles à l’usage « des plus riches habitants de Paris », qui représentent en valeur locative de deux à trois fois celles du Xe arrondissement, le plus actif de l’autre rive.

17Comment nos gens d’affaires s’insèrent-ils dans cette topographie foncière et sociale ? Pour les plus riches d’entre eux, les banquiers, la réponse est d’une démonstrative simplicité : l’élite économique appartient presque uniquement aux « beaux quartiers » de la rive droite.

18D’après un relevé administratif concernant les banquiers patentés à 500F, ceux-ci étaient en 1810 (date préférable à la fois parce qu’assez tardive dans l’Empire et antérieure néanmoins aux secousses économiques des dernières années) au nombre de 65. Sur ce total 53, soit les quatre cinquièmes, appartiennent aux trois premiers arrondissements, selon la répartition indiquée ci-dessous.

19Le Ve arrondissement en abrite encore trois, en contiguïté avec le IIIe. Mais le IVe, à la bourgeoisie commerçante, industrieuse et tranquille, n’en compte pas un seul ; le VIe et le VIIIe non plus. L’ensemble de la rive gauche n’en compte que quatre, dont aucun n’habite le XIIe arrondissement, le plus déshérité de Paris.

20Le nombre des banquiers était du reste supérieur. L’Almanach de Paris d’Allard — un inspecteur des contributions de la Seine, qui puisait ses renseignements directement dans les bureaux de Frochot — en donne 104 pour l’année 1808. L’Almanach du Commerce de Paris pour l’an XII, de Duverneuil et La Tynna, en propose 113. Mais des négociants, des affaires de médiocre importance se trouvaient certainement comptés dans le nombre. On obtient une image plus nette en signalant la localisation des seuls banquiers les plus riches.

21On aimerait, d’ailleurs, procéder à un repérage topographique de la catégorie des négociants et des commissionnaires, techniquement et socialement proches des banquiers dans la mesure même où ceux-ci ne s’interdisaient pas tous, loin de là, de trafiquer en marchandises. Le jeu spéculatif sur les produits les plus divers donnait une unité à tout ce monde de brasseurs d’affaires, qui comprenait au total plusieurs centaines de personnes. Mais les listes, là encore, induiraient en erreur à moins d’entreprendre des vérifications cas par cas, en fait impossibles. Les deux principales causes en seraient l’amalgame fréquent avec des négociants en réalité nettement spécialisés dans une seule catégorie d’articles, ou avec des manufacturiers — on sait le flottement de vocabulaire entre « manufacturier » et « négociant ».

22Aussi, pour accuser les contrastes, préférera-t-on indiquer les insertions dans le tissu urbain propres aux grandes catégories marchandes traditionnelles. Sur 41 épiciers et droguistes en gros proposés par La Tynna en l’an XII, et dont certains, tels Cinot et Charlemagne, Deladreue, Delondre, Famin, Got-Desjardins, Hadengue sont bien proches des négociants-banquiers, 9 se situent sur l’axe de la rue des Lombards/rue de la Verrerie, 5 sur celui de la rue Neuve Saint-Merri/rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, 4 encore sur l’axe de la rue des Cinq Diamants/rue Quincampoix ; au total, malgré une certaine dispersion, une localisation prédominante dans le sud des VIe et VIIe arrondissements, à l’est de la rue Saint-Denis et au nord de l’Hôtel de Ville. Si l’on prend le lot des 180 marchands drapiers à la même date, on constate, d’autre part, une très forte concentration sur l’axe de la rue Saint-Honoré/rue de la Ferronnerie (40 marchands) et dans le réseau serré des vieilles rues de part et d’autre de cet axe, entre les Halles et la rue Saint-Germain l’Auxerrois (57 marchands) ; et, d’autre part, un déplacement vers l’ouest (14 marchands dans les galeries du Palais Royal et la rue Richelieu) et vers le nord-ouest (une vingtaine place des Victoires et dans les rues environnantes) ; mais dans ce dernier groupe on doit noter la présence de Decrétot et de Ternaux (place des Victoires) et de Paignon (rue du Mail) qui appartiennent en fait à un monde différent, celui des grands manufacturiers de province installés à Paris en grands marchands. Les 73 marchands de soies et de soieries et les 315 merciers, pour leur part, confondent dans une petite proportion leur habitat avec celui des marchands drapiers, mais pour l’essentiel sont établis rue Saint-Denis (18 et 91, respectivement), la rue Saint-Honoré venant en second (9 et 36). Les 90 marchands de toiles suivent dans plus d’un tiers des cas la localisation des drapiers, mais ils conservent aussi un fort noyau (9 marchands) dans la rue Quincampoix. Enfin les 52 marchands de mousselines, présents pour 12 d’entre eux dans cette même rue, se retrouvent toutefois en majorité relative, tous les grands noms inclus, au voisinage des boulevards. Ce dernier cas paraît particulièrement significatif : écartelés topographiquement entre la rue Quincampoix et le quartier de la place Vendôme, les marchands de mousselines appartiennent aussi bien à deux mondes différents des affaires. Les uns restent proches du commerce classique des étoffes, de la draperie-mercerie, achetant souvent de seconde main pour redistribuer essentiellement sur le marché parisien. Les autres sont en revanche de grands négociants internationaux, intégrés aux circuits océaniques ou européens des cotonnades, appartenant pour plus d’un aux réseaux d’affaires et de familles contrôlés par les protestants ; ils sont plus proches du banquier et du négociant que du gros boutiquier.

23A partir de ces pointages élémentaires, on aperçoit bien comment dès la fin du xviiie siècle le milieu des affaires parisien a éclaté. Une bourgeoisie marchande d’un type classique, plus proche au fond des milieux des offices de justice ou de finance non anoblissants, de ceux des professions libérales, ou même de l’artisanat, reste sur des positions urbaines que l’on peut dire séculaires, et qu’englobe pour l’essentiel la limite du Paris de Philippe Auguste. Une bourgeoisie de moyens et d’horizons plus vastes, celle du capitalisme bancaire, s’en distingue radicalement par son implantation dans les nouveaux quartiers qui se sont développés du règne de Louis XIV à la fin de l’Ancien Régime : elle y suit une société aristocratique dont les limites sociales, sinon juridiques, s’étendent dès avant la Révolution, on le sait, jusqu’aux confins d’un Tiers État où les financiers grignotent par l’argent le monde des privilégiés. Certes, l’adresse ne suffit pas à la promotion sociale. Toutefois, elle dénote le souci de se rapprocher d’un genre de vie supérieur, de s’incorporer de plus près à des cercles dont le banquier est tributaire soit pour sa clientèle, soit pour les appuis politiques nécessaires à ses activités. Il ne faut pas négliger, en même temps, le besoin matériel — mais n’exprime-t-il pas à lui seul plus qu’un impératif d’ordre technique — de s’installer plus au large que sur les étroites parcelles et dans les immeubles trop resserrés du vieux Paris. Avec leur bureaucratie embryonnaire, éventuellement leurs stocks de marchandises variées, banquiers et négociants sont à la recherche de locaux à la fois « dignes » et pratiques. De la commodité au luxe, des environs de Saint-Eustache et de la Bourse du Commerce jusqu’à la Chaussée d’Antin, les gens d’affaires colonisent cette partie de la capitale qui, pour longtemps, va devenir leur centre d’opérations préféré.

  • 11 Cf. Surirey de Saint-Rémy 1968 et Babelon 1965.

24L’articulation entre l’ancien Paris marchand et le nouveau Paris des puissances d’argent, dont la formation a commencé dans le courant du xviiie siècle, s’observe avec une particulière netteté et revêt une véritable puissance symbolique dans ce territoire de contact que délimitent les tracés des enceintes de Philippe Auguste et de Charles V au nord-ouest des Halles, sur un axe Bourse du Commerce/place des Victoires11. On y rencontre en effet sur trois cents mètres une série de grands hôtels du xviie siècle : remaniés ou reconstruits au siècle suivant, ils ont ensuite connu un déclassement social et une nouvelle affectation qui expriment parfaitement la signification dont se charge désormais tout un quartier. Entre l’hôtel des Fermiers généraux (rue Jean-Jacques Rousseau, hôtel Séguier) et la Banque de France (hôtel de Toulouse, rue de La Vrillière), la rue Coq Héron abrite, à la charnière de l’Ancien Régime et de la Révolution, les représentants les plus caractéristiques de la nouvelle génération des banquiers venus des provinces exploiter les chances du marché parisien : Delessert (Étienne, puis Benjamin), dans l’ancien hôtel de Fontenay-Mareuil acquis en 1785 ; les frères Enfantin, dans un hôtel qui appartint avant eux au fermier général Barthélemy Thoynard, et après eux à la banque Ador, Vernes et Dassier avant d’héberger la Caisse d’Épargne de Paris.

II. LES GENS D’AFFAIRES SUR LES « GRILLES » DE LA FORTUNE ET DE LA NOTABILITÉ

25Essayons maintenant de situer les élites économiques parisiennes moins dans la ville que dans la société urbaine ; quel rang dans la puissance matérielle et le prestige social tiennent-elles par rapport à l’ensemble des élites de la capitale ?

26On ne doit pas se dissimuler que cette tentative comporte une part d’artifice, puisqu’elle se situe hors d’une analyse socio-économique exhaustive, qui devrait se fonder sur l’enregistrement et le notariat. Les listes que nous allons utiliser permettent d’appréhender la fortune immobilière plus aisément que la mobilière. Or le milieu des affaires, selon les secteurs, les tempéraments individuels, les étapes de la carrière, accorde à l’une et à l’autre une importance respective essentiellement variable. Ces listes définissent la notabilité selon des lignes qui ne sont pas purement économiques ; elles font une large place à un système de valeurs sociales et de références politiques. Elles n’autorisent à présenter qu’une certaine image de la société du temps, qui ne coïncide pas avec la totalité de la réalité sociale historique.

Les listes des plus imposés

27On examinera leurs témoignages selon un ordre pyramidal, à la base duquel se situe d’abord la liste des 550 plus imposés. Celle-ci fait apparaître un groupe compact de notables économiques : 179, tout près d’un tiers. Il faudrait certes comparer ce pourcentage à celui d’autres grands centres urbains. Tel quel, il paraît imposant, si l’on se souvient par ailleurs de la puissance ancienne, à Paris, d’autres bourgeoisies, officière, rentière ou de professions libérales.

28La composition de cet échantillon de 179 gros contribuables renseigne à coup sûr quant à l’équilibre des forces au sein du capitalisme actif parisien. Au nombre d’entre eux, 55, soit un peu moins d’un tiers, appartiennent à une catégorie du commerce et de l’artisanat que l’on qualifiera d’« obscure » : entendons par là que ces gens n’avaient pas accédé à une grande notoriété dans le monde économique parce que, selon toute vraisemblance, ils se cantonnaient dans un système d’échanges locaux, ce qui assurément n’excluait pas pour autant la possibilité d’un fort enrichissement.

  • 12 La banque d’origine suisse et genevoise (ou franco-suisse et franco-genevoise) n’est représentée qu (...)
  • 13 Arch. nat., F1, c III Saône-et-Loire 3. Ce n’est qu’un cas entre plusieurs autres : une revue de to (...)

29Le second point, c’est le poids considérable — ils sont 43 — des « manieurs d’argent » : 29 banquiers, 7 agents de change, 7 fournisseurs. En fait, mieux vaudrait en compter 58, en leur associant la quinzaine de négociants du commerce de commission et du négoce indifférencié, bien difficile à distinguer des banquiers. Parmi ceux-ci, on remarque qu’un bon nombre de représentants de la banque sont absents, ce qui s’explique peut-être par le faible développement de leurs placements fonciers en France, leur seule richesse mobilière ne suffisant pas à leur faire atteindre le seuil fiscal nécessaire. C’est sans doute un premier cas probant de la distorsion latente entre le document et la réalité12. Une autre distorsion résulte de l’inscription, sur les listes fiscales et électorales des départements, de certains notables parisiens que leurs attaches locales autant que la dispersion géographique d’une puissante fortune poussaient au choix d’un domicile politique non parisien ; ainsi s’explique, par exemple, l’absence parmi les sept agents de change de l’un des plus riches d’entre eux : Nicolas Coindre (150 000F de revenu), président de canton à Louhans dans la Saône-et-Loire13.

  • 14 Ainsi Carchi, célèbre glacier, a-t-il un établissement d’une valeur locative de 25 000F : c’est con (...)

30En troisième lieu, 44 négociants ou marchands spécialisés constituent à leur tour un sous-groupe de grande bourgeoisie proche de celle des Six-Corps de l’Ancien Régime. Le « haut du pavé » est tenu par 4 négociants en toiles (Davillier, Filliettaz, Hennecart, Soëhnée) ; par 4 marchands de fers et laines, au premier rang desquels se détache Moreau ; par 7 orfèvres, bijoutiers et horlogers, dont Odiot et Biennais ; enfin par deux parfumeurs (Laugier et Houbigant). La suite est faite de 7 marchands de draps et de soieries, parmi lesquels on peut remarquer Amelin, l’ancien associé de Van Robais aux derniers temps de la manufacture d’Abbeville ; de 8 épiciers et droguistes en gros ; de 9 restaurateurs, glaciers et propriétaires de garnis : ainsi les Italiens Carchi et Corazza, dont les luxueux établissements, au voisinage des boulevards, suffisent à expliquer les cotes foncières élevées14.

  • 15 Sur les Robillard, voir Bergeron 1972.

31Enfin un groupe de 22 entrepreneurs, nettement minoritaire, donc, se caractérise par une composition très traditionnelle. Les nouvelles industries cotonnières, très souvent locataires de leurs installations, sont absentes. En revanche, on compte 5 manufacturiers de tabac (dont Robillard et deux de ses associés)15 ; 7 entrepreneurs de bâtiments ; l’industrie du papier peint est représentée par Bénard, le successeur de Réveillon ; avec l’ébéniste Jacob Desmalter, les frères Ehrard, facteurs de pianos, le porcelainier Dilh, etc., apparaissent les industries de luxe.

32Cette analyse prend appui sur une liste datant de 1808. On peut la rapprocher de la liste des 600 plus imposés postérieure à la révision de 1812, sous réserve que la comparaison peut être entachée par des absences ou des omissions sur la seconde aussi bien que sur la première liste. Deux conclusions paraîtraient devoir en ressortir : d’une part, une légère baisse de l’effectif total des gens d’affaires (31 %), d’autre part, un renforcement de la présence en leur sein des agents de change (15 au lieu de 7), des grands négociants (36 au lieu de 15), le nombre des banquiers restant stable à 29. Les données sont toutefois trop incertaines pour qu’on se risque à affirmer à partir de là que le monde des affaires parisien aurait en quelques années connu une nette concentration des fortunes.

33Nous disposons, en outre, de la liste des 60 notabilités de 1806, sélectionnées non point rigoureusement en fonction du montant de leurs impositions, mais aussi en considération de leurs vertus de citoyens et d’hommes privés, ainsi que de leur qualité d’acquéreurs de biens nationaux, au moins pour une partie d’entre eux. Cette liste offre le gros avantage d’indiquer le montant et la nature des contributions de même que la répartition de leur assise départementale, le cas échéant.

34A première vue, les gens d’affaires sont un peu mieux représentés au sein de cette « réduction au dixième » : 23 sur 60, soit 38 %. Mais si l’on veut comparer avec les 550 de 1808, il faut tenir compte de l’élimination, par suite de leur faillite, de Desprez et de Récamier : on se trouve alors ramené à 21 sur 60, soit 35 %.

35Deux évidences : d’une part, les banquiers et agents de change sont 12, les négociants 8, auxquels s’ajoutent 3 entrepreneurs ; rien de bien étonnant à cela. D’autre part, et c’est le plus important, les gens d’affaires ne sont pas, il s’en faut, les plus riches des propriétaires (voir tableau 1). Même à Paris, les plus grosses fortunes immobilières restent celles des grandes familles de vieille noblesse ou de haute robe : d’Harcourt, grand propriétaire dans le Maine-et-Loire et la Manche ; Lefèvre d’Ormesson, dans la Seine et la Seine-et-Oise ; Morel de Vindé, ancien conseiller au Parlement de Paris ; Salverte de Baconnière. Suivent de près les spéculateurs en biens nationaux, tels Richard d’Aubigny, ancien administrateur des postes, ou Eustache de Behague, ancien administrateur des domaines et finances de la maison d’Orléans. Parmi les banquiers et les négociants, seuls Récamier et Bidermann sont à un niveau élevé de contributions ; ils conservent toutefois une supériorité d’ensemble à l’égard des professions libérales, encore que, dans le notariat, un Pérignon soit plus imposé que Guillaume Mallet et à peine moins que Doyen…

Tableau 1. Contributions des soixante plus imposés de la Seine en 1806.

Tableau 1. Contributions des soixante plus imposés de la Seine en 1806.
  • 16 Pour des raisons qui nous échappent, Jacques Récamier, pris en compte par la liste des soixante, es (...)

36La liste des 30 plus imposés est, on s’en doute, encore plus brutalement démonstrative. Nous connaissons les rangs pour 1806 et 1812, et le montant des contributions pour 1806 (voir tableau 2). On remarque d’abord la grande stabilité de ce « collège » de très gros contribuables : 20 noms sur 30 de la liste de 1806 (en italiques) se retrouvent sur celle de 1812 ; encore est-il à peu près certain que pour les numéros 1, 3, 12, 20, 26, il ne s’agit que d’un changement de département, et non d’une fortune contraire. On note ensuite qu’en 1806 les représentants d’un capitalisme « actif » apparaissent aux 5e et 7e places, avec Daumy, marchand orfèvre, et Duquesnoy, brasseur d’affaires ; mais il faut ensuite descendre à la 15e place, beaucoup plus bas dans l’échelle des contributions, pour trouver Bidermann, et personne d’autre — le ci-devant Désandrouin n’est qu’un porteur d’actions16. En 1812, Daumy gagne une place, mais Duquesnoy a connu entre-temps une mort tragique, et Bidermann a fait faillite ; James Thayer, qui apparaît en 8e position, n’est qu’un spéculateur immobilier. Tout au bas de l’échelle affleurent les noms d’un banquier, Detchegoyen, et d’un négociant en toiles, Hennecart ; les noms évocateurs de Tassin et de Rilliet ne paraissent pas correspondre à des individus adonnés au commerce de l’argent ou des marchandises.

Tableau 2. Les trente plus imposés de la Seine en 1806 et 1812.

Tableau 2. Les trente plus imposés de la Seine en 1806 et 1812.

Gens d’affaires et propriété immobilière

37Une hiérarchie des fortunes dessinée d’après des documents fiscaux privilégiant le revenu foncier place donc les notabilités économiques sur des échelons nettement en retrait par rapport aux propriétaires rentiers de toutes appartenances sociales — du moins dans le petit lot des fortunes les plus considérables. D’autres sources permettent de corroborer nos premières constatations, même à l’intérieur d’un rayon géographique limité.

  • 17 Arch. de Paris, DP2, 16.

38Une liste non datée, mais dressée probablement vers le milieu de la période impériale, indique les noms de trente-sept propriétaires possédant des biens d’une valeur locative égale ou supérieure à 20 000F dans Paris17. Laissons de côté un certain nombre d’établissements publics, théâtres ou banques, qui ne nous apprendraient rien. Pour le reste, la concordance est parfaite avec les données utilisées plus haut : Desprez, propriétaire d’un immeuble de la rue de la Place Vendôme d’une valeur locative de 24 000F, représente seul la banque contemporaine, celle d’Ancien Régime paraissant sous le nom de Laborde ; Duchesne, bijoutier, rue de la Loi (rue de Richelieu), vingt-quatrième des 30 plus imposés de 1812 ; Mme Thayer, pour un immeuble de la rue Saint-Marc, et le glacier Carchi sont au-dessus d’eux ; les trafiquants de biens nationaux Redern et Behague, l’ancien marchand-drapier Lefèvre des Nouettes les suivent. Mais la majorité de ces gros biens appartiennent à quelques grands noms (Boulainvilliers, Choiseul, Talaru) ou à des familles de rentiers roturiers.

39Mais peut-être nos gens d’affaires préféraient-ils les acquisitions hors la ville aux immeubles urbains ? Plus d’une étude consacrée à d’autres grandes villes a montré que, s’il fallait distinguer, au sein des milieux économiques, des partisans d’une consolidation immobilière des gains et des partisans de la liquidité de la fortune, il importait aussi de reconnaître, parmi les premiers, les amateurs de maisons en ville et ceux qui préféraient les bons placements ruraux, générateurs de gros fermages ou de récoltes commer-cialisables, appréciables aussi par l’agréable retraite qu’ils pouvaient offrir à une distance raisonnable, et par leurs apparences seigneuriales. Un bref détour par les ventes de biens nationaux apporte-t-il, pour Paris, les éléments d’une réponse ?

  • 18 On identifie mal ce Boisseau-Deschouars, « négociant », qui en l’an IV avait acquis pour 300 000F l (...)

40Le dépouillement du premier volume du Sommier des ventes de biens nationaux à Paris, publié par Henri Monin et Louis Lazard en 1926 donne à penser que, dans le large secteur constitué par les Ier, IIe, IIIe et IVe arrondissements, où les gens d’affaires étaient fortement implantés, ceux-ci n’ont pas déployé une très grande activité dans la spéculation immobilière. Les banquiers proprement dits n’y apparaissent pas, à l’exception de Michel jeune, acquéreur en l’an XI de la maison qu’il occupait rue du Mont Blanc (Chaussée d’Antin), et d’Abbema, qui avait fait de même en l’an V pour sa maison de la rue Bergère. Les seules grosses opérations sont imputables à des fournisseurs et portent notamment sur des biens d’origine ecclésiastique : Cerf Berr achète, en l’an V et l’an VI, trois maisons rue du Mont Blanc ; la Cie Bodin achète, en l’an VIII, le couvent des Capucins Saint-Honoré et celui des Jacobins Saint-Honoré, pour 800 000F chacun. D’autre part, dès 1791-1792, l’agent de change Lecordier et le marchand de laines Hacot avaient fait (pour 600 000 et 200 000lt, respectivement) de gros achats de biens confisqués aux Feuillants, toujours dans cette rue Saint-Honoré où, décidément, les marchands marquent de nouveaux points à la faveur de la Révolution. On note encore les achats des drapiers, marchands ou manufacturiers : Amelin, déjà cité, alors simplement marchand rue des Bourdonnais ; Bruyères, négociant à Sedan ; Decrétot, le grand manufacturier de Louviers, qui acquiert en l’an VII un bien d’émigré de 30 0000F dans la rue Neuve Saint-Marc18. Mais dans l’ensemble les achats des architectes, des entrepreneurs en bâtiments, des artisans et commerçants divers, des bourgeois rentiers l’emportaient certainement de beaucoup sur les interventions, somme toute isolées et peu nombreuses, des gens d’affaires.

41En revanche, un sondage dans les ventes de biens nationaux d’un district de la « grande banlieue » d’aujourd’hui, celui de Corbeil, supposé particulièrement « sensible » en raison de son éventail de richesses naturelles, suggère une activité nettement supérieur de la haute bourgeoisie d’affaires sur le marché des biens fonciers ruraux.

  • 19 A. D. Seine-et-Oise.
  • 20 La ferme du prieuré de Saint-Guenaud, à Essonnes et Courcouronne, 149 000lt ; la ferme des religieu (...)
  • 21 Pour des terres dépendant de l’abbaye d’Yerres et de l’abbaye de Saint-Antoine de Paris, à Yerres e (...)
  • 22 En particulier pour des biens de l’abbaye de Saint-Eutrope-les-Chanteloup, sis à Arpajon et commune (...)
  • 23 Nous n’en connaissons que le prix-assignats, soit 2 180 000lt.

42Sous la double réserve que notre source19 ne nous permet pas d’identifier avec certitude tous les acquéreurs, et que ceux que nous reconnaissons opéraient plusieurs années avant la période qui est l’objet propre de notre étude, nous relevons d’emblée que quatre personnages de premier plan s’intéressèrent aux biens du district de Corbeil : Berard l’aîné, administrateur de la Cie des Indes, acquéreur en 1791 de 290 000lt de biens20 ; son collègue Périer, acquéreur de 17 000lt la même année ; Oberkampf, acquéreur en l’an III des terrains sur lesquels il édifiera plus tard sa filature d’Essonnes ; enfin, et surtout, Hogguer, qui disparaîtra, il est vrai, de l’Almanach des banquiers parisiens, sans doute le plus gros acheteur du district avec les 518 000lt que lui coûta l’acquisition des biens des Bénédictins de Longpont. On trouve en leur compagnie l’agent de change Page, pour 81 000lt21 ; l’ancien premier commis des finances Goix, passé ultérieurement au négoce, pour 280 000lt22 ; une demi-douzaine de gros marchands, dont Courtois, bijoutier au Palais-Royal, acquéreur en l’an III d’une « très belle et grande ferme » à Marolles, provenant des Montmorency-Robecq, et groupant près de cinq cents arpents de terres23.

  • 24 172 000lt d’acquisitions en 1791, notamment pour une ferme du chapitre Sainte-Croix de la Bretonner (...)
  • 25 184 000lt à Savigny-sur-Orge et Épinay-sur-Orge. Montcloux était déjà propriétaire de la terre d’Ép (...)
  • 26 146 000lt à Corbeil et Saint-Pierre-de-Péray, pour des biens du domaine royal, du Collège du cardin (...)
  • 27 Clément de Givry achète pour 133 000lt une ferme à Villeneuve-le-Roi, dépendant des religieux de Sa (...)
  • 28 Guyot : une ferme à Avrainville, provenant de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, pour 104 000lt.
  • 29 Neveu acquiert pour plus de 200 000lt de biens, principalement une ferme de l’abbaye de Sainte-Gene (...)
  • 30 Poujaud acquiert 366 000lt de biens en une dizaine d’adjudications, en particulier une ferme à Mons (...)

43Les biens ruraux de bonne situation et de belle consistance retiennent donc l’attention des gens d’affaires. Cependant, même hors de Paris, il s’en faut qu’ils soient en tête de l’acquisition foncière. Ils restent distancés par un groupe composite de capitalistes liés aux structures de la société et de l’État d’Ancien Régime. On y reconnaît les différents genres de la finance, avec Thoynet, ancien trésorier général des Ponts et Chaussées24 ; le fermier général de Montcloux25 ; Claude Baroud, grand spéculateur sur les rentes publiques… Plus encore, la robe, haute et moins haute, représentée par Claude Boisneuf de Chennevière, grand maître des Eaux et Forêts du Lyonnais26 ; par Clément de Givry et Le Pileur de Brévannes, l’un conseiller au Parlement et l’autre président aux Comptes27 ; par Guyot, ancien commissaire au Châtelet, et par Grignet, ancien procureur au bailliage d’Arbois28. Les gens d’affaires se trouvent concurrencés aussi par ces puissants rentiers que sont certains bourgeois de Paris, comme Neveu29, certains notaires ou hommes de loi, certains fonctionnaires enfin, tel Poujaud, administrateur de l’enregistrement30.

44En un temps où l’administration manque totalement des moyens d’évaluer les profits, où la société repose sur la considération primordiale du revenu foncier, stable, visible et connu, la place réelle des gens d’affaires dans la hiérarchie des fortunes est difficile à cerner à l’aide des seules sources fiscales. Plus que les salaires publics ou les honoraires des professions libérales, les revenus du commerce et de l’industrie peuvent majorer très fortement ceux tirés de la seule rente foncière.

45Cette structure particulière de leurs fortunes retentit-elle sur la place des élites économiques dans le monde des notables au sens institutionnel du terme, tel que le définissent l’appartenance aux collèges électoraux et l’exercice des responsabilités administratives et politiques ? A ce niveau, la concurrence s’exerce entre tous les types d’élites selon un ensemble de critères où la richesse réelle n’est pas nécessairement l’élément déterminant.

Gens d’affaires et notabilité locale

  • 31 Arch. nat., AFIV, 1420-1421.

46Au niveau du département, la situation a évolué du Consulat à l’Empire. La liste des notabilités nationales de l’an IX31 comporte pour la Seine 318 noms : 91 notables « de droit », essentiellement politiques ; 6 notables « absents » ; 221 notables « présents ». Dans cette dernière catégorie, les gens d’affaires ne sont que 15, soit moins de 7 %. Une fois sur deux il s’agit d’un banquier : Baguenault, Barthélemy, Delessert, Doyen, Mallet aîné, l’un des Rougemont, Razuret, Récamier. Dufresne est le seul agent de change. Bidermann, Chagot et Vignon constituent un échantillon disparate de négociants. Didot et Jacquemart y sont les manufacturiers. La présence d’Hainguerlot, du reste abusivement étiqueté « banquier », montre qu’il était encore possible à un grand spéculateur — en biens nationaux, il est vrai, donc présumé loyaliste — de prendre rang parmi les grands notables.

  • 32 D’après la liste publiée par Allard 1808.
  • 33 Il s’agit de Lecordier, Leroux, Péan de Saint-Gilles et Roques.

47Or, en 1808, le collège électoral de département fait la part plus belle aux élites économiques : 40 noms sur 167, un peu moins du quart32. Les banquiers proprement dits n’y sont que seize : des huit de l’an IX, Charles Abraham Rougemont et Jacques Récamier ont été éliminés par la faillite ; les nouveaux sont Bastide, Boursier, Desprez, Detchegoyen, Doulcet d’Égligny, Duquesnoy, Faber, Goupil, Tellier et Worms. Exposés aux aléas de la conjoncture, les gens d’affaires constituent sans doute une catégorie moins stable de notables, qui risquent la disqualification par la suspension de leurs paiements ou l’obligation de liquider leur patrimoine. Les agents de change passent de un à quatre33. Négociants et manufacturiers sont bien représentés — la moitié des électeurs considérés —, mais leur coloration sociale est très caractéristique : hormis Davillier et Dufrayer, incarnation de « l’aventure » du grand commerce et de la manufacture des toiles de coton, ils appartiennent tous à des secteurs que, par un transfert d’épithète du politique à l’économique, l’on qualifiera de conservateurs : des imprimeurs (Agasse, Nion, ce dernier gros acquéreur de biens nationaux dans le district de Corbeil) ; le fabricant de papiers peints Bénard ; l’ébéniste Jacob ; le drapier Trémeau ; l’épicier en gros Got-Desjardins ; les manufacturiers de tabac Cardon et Robillard ; le fabricant de chapeaux Danloux-Dumesnil… Bref, une bourgeoisie que l’on pressent bien intégrée aussi bien à l’économie traditionnelle de la consommation locale qu’à un réseau de relations ou à des filières d’ascension sociale échappant aux élans du capitalisme contemporain.

48Au niveau des fonctions administratives et politiques, le rôle des élites économiques apparaît bien inégal selon les cas. Certes, sept des douze mairies parisiennes sont sous l’Empire tenues par des gens d’affaires : Lecordier, agent de change, maire du Ier ; Rousseau, négociant, maire du IIIe ; Doulcet d’Égligny, banquier, maire du IVe ; Moreau, le grand marchand de fers, maire du Ve, avec le banquier Worms pour adjoint ; Bénard, maire du VIIIe, avec l’agent de change Péan de Saint-Gilles pour adjoint ; Bricogne, un marchand mercier de la rue Saint-Denis, maire du VIe ; Duquesnoy, banquier, maire du Xe. On pourrait y joindre Lecouteulx, maire de Romainville, et Coindre, maire de Bonneuil.

  • 34 Ce sont Davillier, Mallet, Gelot, A. Ch. Rougemont, Lefebvre, Delaître.
  • 35 Vignon, Fulchiron, Rousseau, Bricogne, Moreau, Mauvage, Doulcet d’Égligny.

49Mais au conseil général du département, ils ne sont en 1808 que 6 sur 2434 ; sur les propositions de candidats au Corps Législatif, 7 sur 5635 ; parmi les présidents de canton, 18 sur 144.

50Le décompte des notables économiques au sein des quatre collèges électoraux d’arrondissement, dont la base est topographiquement étroite, paraît en revanche de peu d’intérêt. En effet, il en ressort que :

  1. Les pourcentages s’abaissent : mais c’est l’effet nécessaire du rapport entre les effectifs restreints du milieu des affaires et l’élargissement vers la base des collèges électoraux, qui recrutent nécessairement dans d’autres catégories bourgeoises.

  2. Les pourcentages varient fortement d’un collège à l’autre : 7 % pour le premier collège (Ier, IIe et IIIe arrondissements) ; 18 % pour le deuxième (IVe, Ve et VIe arrondissements) ; 16 % pour le troisième (VIIe, VIIIe et IXe arrondissements) ; 6 % pour le quatrième (Xe, XIe et XIIe arrondissements). Mais, de toute évidence, ces variations ne font que refléter une répartition connue des activités dans la ville et ne peuvent suggérer aucune interprétation nouvelle. Tout au plus notera-t-on que les collèges d’arrondissements donnent à un contingent supplémentaire de représentants du négoce et de la manufacture la possibilité de s’introduire dans le corps des notables politiques : Gros, Meaux Saint-Marc, Revil pour le commerce des toiles et mousselines ; Cellarier, An-drieux pour la filature du coton et la construction mécanique ; Thomas et Desnœux, les associés de Moreau ; et même quelques marchands et artisans de moindre envergure.

III. LES GENS D’AFFAIRES DANS LE PAYSAGE SOCIAL DE PARIS

51En dépit de la centralisation croissante du crédit et des échanges au profit de Paris, en dépit de son nouvel essor industriel, et malgré l’évidente richesse de ses entrepreneurs, de ses marchands, de ses banquiers, la société de la capitale demeure constituée d’une façon telle que la représentation des élites économiques au sein de l’ensemble des notables ne peut y être que minoritaire et ne peut être le fait que de leurs éléments les plus puissants, essentiellement, on l’a vu de façon constante, les banquiers.

52Mais les sources parisiennes, à travers la conservation partielle de la Statistique personnelle et morale de Paris (1809), nous permettent de faire à présent un retour aux réalités de la ville — d’une ville qui, à l’aube du xixe siècle, garde des modalités si particulières de sa croissance dans les dix siècles précédents, une structure polycentrique originale, juxtaposant des villes dans les limites desquelles l’organisation de la société des notables, la hiérarchie interne des élites sont loin d’offrir une uniformité. Les différents espaces/temps de la capitale permettent d’identifier autant d’insertions originales de nos gens d’affaires dans les « structures moléculaires » d’une série de sociétés locales dont il serait trompeur d’effacer les caractères propres derrière une statistique parisienne globale.

Le nouvelle « haute société » : le Paris du Ier arrondissement

53Plus riche que les sources fiscales et électorales, la Statistique de 1809 manifeste, à l’apogée de l’Empire, le goût de plus en plus marqué du régime pour une inquisition qui, il faut le signaler, n’épargne aucun aspect de la vie des individus et des familles.

54Des arrondissements de l’ouest de la rive droite, nous ne possédons que les registres du Ier arrondissement. Marqué, par le faubourg Saint-Honoré, d’une forte présence de l’ancienne aristocratie, plus léger en revanche en bourgeoisie d’argent, malgré l’inclusion du quartier de la place Vendôme, que le IIe ou le IIIe arrondissement, il présente en tout cas l’intérêt d’offrir un échantillon très divers de grands notables, par rapport auxquels il est particulièrement important de pouvoir situer nos gens d’affaires.

55Sur 551 « individus » notables recensés par les auteurs de l’enquête, 76, soit un peu moins de 14 %, appartiennent à une élite des affaires composée de 25 négociants, 22 banquiers, 13 agents de change, 9 fournisseurs, et 7 fabricants, manufacturiers ou même artisans d’un niveau de fortune élevé. Quant au nombre, les élites économiques sont donc ici largement distancées par d’autres groupes : essentiellement par celui de l’ancienne noblesse, militaire, parlementaire, administrative ou rentière, représentée par 200 individus, soit quelque 36 % de l’ensemble.

56Encore faut-il distinguer selon les quartiers. Très faiblement représentées dans le quartier du Roule (moins de 6 %), mieux dans ceux des Champs-Élysées (12 %) et des Tuileries (10 %), les élites économiques le sont confortablement dans celui de la place Vendôme (53 sur 274, soit plus de 19 %). Cette inégale répartition porte elle-même témoignage sur l’imparfaite insertion de telles élites dans la haute société. Les banquiers, négociants, agents de change restent, en dépit de leur richesse et de leurs alliances, des hommes de métier auxquels les contraintes professionnelles imposent de se distinguer par un groupement topographique qui est celui du nouveau quartier des affaires, axé sur les « grands boulevards ». Ce quartier se différencie de celui des résidences aristocratiques, plus « excentré », et axé sur le faubourg Saint-Honoré. Ce n’est pas un hasard si l’on rencontre aux Champs-Élysées et au Roule six des neuf fournisseurs domiciliés dans l’arrondissement : on y verra volontiers, à la fois, la suite d’une tradition née au xviiie siècle — celle du mélange, dans les mêmes secteurs résidentiels, des plus grands noms de la noblesse et de ceux de la haute finance — et l’effet d’un genre de vie différent de celui du banquier ou du négociant, le fournisseur glissant rapidement des affaires actives vers la jouissance d’immenses capitaux accumulés en peu d’années, vers leur consommation dans une existence de grand propriétaire rentier au luxe ostentatoire.

57La Statistique donne, en valeurs arrondies, des estimations de fortunes exprimées en revenus fonciers. On ne doit les prendre en considération que sous la double réserve d’inexactitudes possibles de la part des auteurs de l’enquête et de leur inaptitude, une fois de plus, à exprimer authentiquement la fortune des gens d’affaires. Telle quelle, la hiérarchie des fortunes des différents groupes de notables du Ier arrondissement appelle deux remarques (voir tableau 3) :

  1. L’étalement des fortunes des élites économiques ne saurait être correctement apprécié. En effet, les indications manquent pour Paulée, demeurant au 60 du faubourg Saint-Honoré, peut-être en fait l’homme le plus riche de Paris, ainsi que pour Michel Simons ; de plus l’enquête date de 1809, alors que certaines carrières de grands fournisseurs avaient pris fin — ainsi Vanlerberghe était-il pratiquement ruiné par l’échec de l’entreprise des Négociants réunis, dont par ailleurs Gabriel Julien Ouvrard était sorti appauvri au point d’être estimé moins riche que son frère Auguste, alors qu’il avait détenu naguère une énorme fortune immobilière. Que Louis Hamelin, demeurant au 33 faubourg Saint-Honoré, se trouve avec 25 000F de revenu au sommet de sa catégorie ne donne pas une idée exacte de la réalité, ou du moins c’est une idée trop marquée par la conjoncture.

  2. Par rapport au groupe de l’ancienne noblesse, de toute évidence toujours détenteur de la plus grande masse des fortunes, le groupe des gens d’affaires apparaît relativement riche. Si le pourcentage des revenus inférieurs à 10 000F y est légèrement supérieur, en revanche le reste des revenus est toujours supérieur à 15 000F, et pour un banquier sur deux il excède 40 000F, tandis que moins d’un ci-devant sur deux se voit créditer d’un revenu supérieur à 30 000F. Il est vrai, par contre, que l’ancienne noblesse détient les records (revenus de 100 000F et plus), et que les négociants ont une échelle de revenus nettement décalée vers le bas par rapport à celle des banquiers.

Tableau 3. Distribution des fortunes des notables du Ier arrondissement.

Tableau 3. Distribution des fortunes des notables du Ier arrondissement.
  • 36 Tout au moins les notables économiques, s’ils ne sont pas les plus riches propriétaires, sont-ils l (...)

58Il est en tout cas éclairant, quant aux conditions d’un accès progressif des gens d’affaires à la propriété immobilière, que les revenus égaux ou supérieurs à 40 000F soient le fait, ou bien de négociants dont les affaires impliquent presque nécessairement la possession de grands biens fonciers (tel le marchand de bois Lafaulotte avec 50 000 à 60 000F) ou l’insertion dans le grand commerce international (tel Jean Charles Davillier avec 50 000F), ou bien de banquiers dont la fortune ne s’est pas édifiée en une seule génération, tels Barthélemy Lecouteulx de Canteleu, les frères Scipion et Casimir Perier. le fils Perregaux, le Montpelliérain Louis Durand, le Bayonnais Detchegoyen l’aîné, ou encore d’hommes qui, ayant choisi également le risque ou la prudence, témoignent sur une seule vie d’une réussite exceptionnellement brillante, tels les frères Mallet et Barrillon36.

59Les informations sur les descendants montrent d’une autre manière l’imparfaite assimilation des élites économiques au monde des grands notables, dans la mesure où, selon les cas, ces élites vivent repliées sur elles-mêmes ou, au contraire, réussissent à rompre le cercle de la tradition familiale. Ainsi, dans les cas où il y a des enfants en âge d’entreprendre une carrière, remarque-t-on deux fois sur trois la fidélité à la profession. Rien d’étonnant s’il s’agit des plus modestes. Les deux fils de Vagon, obscur entrepreneur des vivres de la Garde impériale, « travaillent avec leur père ». Montalant, directeur du bureau commercial de la banque d’Hervas — un « cadre », selon nos classifications actuelles — a deux fils dont l’un « tient les écritures de son père ». Biennais, orfèvre de l’Empereur, marie l’aînée de ses six filles dans son milieu : elle épouse le joaillier Henri Gibert. Mais la tradition est vivace aussi au niveau de maisons déjà puissantes : chez Jean Charles Davillier, l’aîné est à quinze ans commis chez son père ; « chez leur père » sont les deux fils majeurs de Guillaume Mallet ; à dix-huit et vingt ans, les fils de Jordan sont « employés », ce qui désigne à coup sûr leur situation de commis dans une maison de négoce ou de banque ; le fils de Barthélemy Cabarrus, dix-huit ans, « se destine pour la comptabilité ».

60La sortie du milieu socio-professionnel ne s’effectue qu’à un autre niveau. Ou bien c’est à partir du monde des fournisseurs, dont le type d’activité et la psychologie s’éloignent du reste si nettement de celles des véritables gens d’affaires : ainsi Vanler-berghe, mariant sa fille aînée au général Rapp et se reliant ainsi à la noblesse militaire impériale ; ou Hamelin, qui « vit presque toute l’année dans ses propriétés » et dont l’aîné « vit de son bien », tel un fils de famille noble, tandis que le cadet est entré dans la diplomatie comme secrétaire d’ambassade. Ou bien il s’agit de familles de la haute banque au sommet de leur ascension, ou dont les liens avec la société politique se sont dessinés dès la Révolution et les sympathies bonapartistes affirmées de bonne heure : ainsi Barthélemy Lecouteulx, lui-même sénateur, a-t-il un fils aîné dans la carrière militaire ; dans la famille de Perregaux, lui aussi sénateur depuis l’an VIII, le fils Alphonse, marié à une fille du maréchal Macdonald — un des maréchaux d’ancienne noblesse — est auditeur au Conseil d’État et chambellan, cependant que la fille, Hortense, est depuis 1798 l’épouse très richement dotée de Viesse de Marmont.

Le Paris classique du « centre-est »

  • 37 Au sud de la rue Saint-Antoine et jusqu’à la Seine, le quartier résidentiel et aristocratique cède (...)
  • 38 Ce qui ne signifie pas absolument, loin de là, qu’on y ait ignoré la construction de luxe au xviiie(...)
  • 39 Perrot 1975.

61Tournons-nous à présent, par-delà les IIe, IIIe, IVe et Ve arrondissements qui font fâcheusement défaut dans la Statistique de 1809, vers le « centre-est » du Paris de la rive droite, entre la rue Saint-Denis, les boulevards, la Bastille et la rue Saint-Antoine (VIe, VIIe arrondissements et partie du VIIIe arrondissement)37. Il s’agit, on le sait, d’un vaste secteur urbain qui, physiquement et socialement, « reste sur ses positions » et n’a guère participé à la fièvre de développement caractéristique, depuis le xviie siècle, du « centre-ouest »38. Dans cette portion « historique » de la ville, où les activités ne sont du reste pas les mêmes, il faut s’attendre à rencontrer des hiérarchies moins complexes, des bourgeoisies figées sur place ou dont la mobilité sociale suit d’autres chemins. Pour reprendre une formule de Jean-Claude Perrot, bien adaptée à notre sujet, « le centre des villes est presque toujours un conservatoire temporel »39.

62Le découpage administratif doit être ici brisé : il masquerait les véritables unités socio-topographiques. Il faut, sinon descendre jusqu’à l’unité de la rue, du moins regrouper les quartiers. L’histoire du développement urbain comme les données du classement statistique (voir tableaux 4 et 5) amènent à considérer, d’une part, le « Marais » dans son sens élargi de secteur de résidence aristocratique : divisions de l’Indivisibilité (quartier du Marais proprement dit, incluant la place des Vosges), du Temple (notamment dans sa partie intérieure aux boulevards), de l’Homme Armé (quartier du Mont-de-Piété), et, d’autre part, le reste de la zone étudiée, entre le « Marais » et la rue Saint-Denis.

  • 40 Ce sont les ex-conseillers au Parlement de Paris Blavette, Devilliers fils, Le Roy du Roullé, Baron (...)
  • 41 Roche 1962.
  • 42 On peut leur associer quelques membres de l’ancienne noblesse administrative : une parente de Turgo (...)

63Dans le premier ensemble de quartiers, la Statistique de 1809 indique la domination numérique de ce qui reste dans ce Paris-là de familles d’ancienne noblesse : domination très nette dans le quartier du Marais, beaucoup moins marquée dans les quartiers du Temple et de l’Homme Armé. Étudiant cette noblesse au xviiie siècle, Daniel Roche la décrivait figée et réactionnaire, suivant le témoignage de L. S. Mercier qui avait vu le Marais hanté par « un peuple de robins et de vieux capitaines », de « douairières incorporées à leur fauteuil » : noblesse de membres des cours souveraines, noblesse militaire, mais aussi noblesse des fonctions administratives. « Il faudra, notait Daniel Roche, la Révolution pour vider les demeures de la place Royale et des rues du Marais, et modifier la réalité sociale du xviiie siècle »40. Sans doute, mais pas complètement. Les familles de la haute robe sont encore bien représentées dans nos échantillons de notables : 10 sur 31 dans le quartier du Marais, 6 sur 50 dans celui du Temple, 11 sur 68 dans celui de l’Homme Armé. Il ne s’agit pas toujours, il est vrai, de représentants directs de l’ancienne société parlementaire, eux-mêmes devenus des rentiers41. Plus souvent, il s’agit de veuves — celles du président Pinon, du procureur général Hoc-quart, du président aux Comptes Le Pileur de Brévannes —, ou de fils vivant des rentes de leurs héritages : celui du président Pinon, celui de Jacques Serre de Saint-Roman, conseiller au Parlement guillotiné en 1794, celui du conseiller Thiroux de Gervilliers. Il est vrai aussi qu’à l’inverse, la tradition écologique paraît se renouveler, puisque le « Marais » héberge de hauts magistrats en fonction, souvent bien proches du point de vue social autant que professionnel des ci-devant parlementaires : parmi les plus importants, Blondel et Dufour, président et juge à la Cour d’Appel ; Joseph François Claude Carnot, frère aîné du grand Carnot, juge en Cassation — comme Target dont la veuve habite la rue Sainte-Croix de la Bretonnerie42.

64Mais déjà sur ces marges orientales du « vieux centre » parisien, on remarque aussi la présence d’un groupe non négligeable appartenant à la bourgeoisie d’argent : des fournisseurs, comme Mayer Marx ; de riches marchands, comme l’orfèvre Daumy. C’est cependant la division de l’Homme Armé qui est à la charnière de deux structures de la notabilité ; dans ce quartier, et dans les six autres plus occidentaux, à l’extinction de la noblesse répond le poids croissant des gens d’affaires, dont le groupe est pourtant concurrencé par celui de la « bourgeoisie du droit » : avoués, défenseurs officieux, notaires… Là encore pèse l’héritage d’un habitat historique : entre l’ancien Châtelet et le Marais, le monde roturier de la chicane et de la robe, proche à la fois de ses tribunaux et de ses patrons de la magistrature ; sur les axes des rues Saint-Denis, Saint-Martin et autres voies associées, le monde du négoce et de la fabrique. Un monde qui, aux approches immédiates du « cœur marchand » de Paris — les Halles et leur périphérie — fournit jusqu’à 40 et 45 % des personnalités marquantes, mais des personnalités bien différentes de celles du quartier de la place Vendôme, par exemple. Ici, le négociant domine à peu près exclusivement : épicier et droguiste en gros, commissionnaire, entrepreneur de roulage.

65L’analyse de la hiérarchie des fortunes permet de préciser le dynamisme relatif de la bourgeoisie d’affaires au sein de la société de notables du « vieux Paris ». Dynamisme, d’abord, par rapport à la noblesse du Marais (voir tableau 6). Cette dernière, en effet, apparaît relativement pauvre : les anciens parlementaires, ici les mieux pourvus, n’ont pas de revenus supérieurs à 60 000F, et le mode se situe vers 15 000 à 20 000F, ce qui est de peu d’éclat comparé au Ier arrondissement où abondaient les revenus dans la tranche de 15 000 à 60 000F. Cette image de médiocrité est sans doute assez véridique (réserve faite que, dans le Marais, les irrégularités de notre source font que les exparlementaires sont seulement qualifiés d’« aisés » ou de « riches ») : Daniel Roche signalait pour le xviiie siècle que « le noble du Marais vit plus de rentes que de revenus fonciers » et qu’il est « un des plus grands créanciers de l’État » ; par suite la conversion forcée n’a pu qu’amputer massivement des fortunes ainsi constituées.

Tableau 4. Composition du groupe des notables du centre-est de la rive droite.

Tableau 4. Composition du groupe des notables du centre-est de la rive droite.
  • 2 % du nombre total de notables par quartier.

Note *2

Tableau 5. Tableau simplifié de la distribution des principaux groupes de notables dans le centre-est de la rive droite.

Tableau 5. Tableau simplifié de la distribution des principaux groupes de notables dans le centre-est de la rive droite.

Légende : Anc. Nobl. : ancienne noblesse — Aff. : affaires — P.l.j. : professions libérales juridiques — Foncti. : Fonctionnaires — Rent. Propr. : rentiers et propriétaires — Ht pers. : haut personnel administratif et politique.

  • 3 En y joignant l’ancien personnel judiciaire du Châtelet.
  • 4 Effectifs négligeables.

Note *3
Note **4

Tableau 6. Distribution des notables du centre-est de la rive droite.

Tableau 6. Distribution des notables du centre-est de la rive droite.

66A première vue, les fortunes de la bourgeoisie d’argent semblent, pour leur part, affectées de caractères contradictoires. D’une part, ce sont elles qui, cette fois, battent les records, en la personne des fournisseurs. Catégorie à vrai dire disparate que la leur : le seul fournisseur réputé, Léon Mayer Marx, habitant la belle rue Boucherat, au voisinage du boulevard du Temple, « a joui d’une grande fortune qui est réduite aujourd’hui à très peu de chose », note la Statistique. D’autres sont d’obscurs personnages, tel ce Virgile Sénépart, habitant boulevard du Temple, ancien militaire devenu « entrepreneur du chauffage du corps de garde de Paris », et qui ne jouit que d’un revenu de 3 000F. Inversement les frères Louis et Nicolas Henrion, dont l’un est expressément désigné comme « ancien prêtre, fournisseur et spéculateur en biens nationaux », vivent ensemble rue Meslay avec, respectivement, 300 000F et 150 000F de revenus. Très belle fortune, encore, que celle du maître de forges Nicolas Chaillou — 150 000F. Mais, d’autre part, la majeure partie des revenus se tiennent, particulièrement pour les négociants, dans des tranches tout à fait comparables, en un peu plus faible, à celles des revenus de l’ancienne noblesse.

67En fait, la première de nos constatations se situe sans doute plus près de la réalité que la seconde. Au sein de cette société partielle appartenant à un Paris en voie de vieillissement, il est possible de conclure à la supériorité de la richesse marchande, et au développement d’une remarquable force économique bourgeoise sous le couvert d’activités de type tout à fait traditionnel. Les remarques qualitatives portées dans les rubriques de la Statistique de 1809 ne permettent pas d’en douter.

  • 43 Arch. nat., F1 cIII Seine 5.

68Voyons de plus près, par exemple, la catégorie des banquiers et agents de change. Nous n’avons pu inclure dans le tableau 6 l’agent de change Louis Denis Péan de Saint-Gilles, demeurant au 6 de la place des Vosges, déjà cité comme adjoint au maire du VHP arrondissement. Or ce notable, acquéreur de biens nationaux, porté avec seulement 2 728F de contributions sur la liste des soixante en 1806, était sans doute en réalité beaucoup plus fortuné : si la Statistique de 1809 se borne à le dire « riche », nous savons par ailleurs qu’il sera élu député de la Seine en 1815 avec 13 000F de contributions43, ce qui eût suffi à le classer parmi les trente plus imposés. Autre exemple : nous avons rangé parmi les banquiers le maire du IVe arrondissement. Doulcet d’Égligny, puisque directeur du Comptoir commercial ; ancien greffier en chef du Châtelet, il était issu d’une bourgeoisie d’offices nécessairement déjà aisée. Ses 50 000F de revenus fonciers le classent en tête de sa catégorie ; mais en réalité la Statistique ajoute : « non compris son industrie, qui peut monter au moins autant ». Nous tenons ici la certitude d’un revenu total dépassant largement, puisque la doublant, la rente immobilière.

69Évidences analogues du côté des négociants et des marchands. Dans le quartier du Marais, et toujours sur la noble place ci-devant Royale, voici Jacques Daumy, ancien orfèvre-bijoutier, puis «Fondeur pour la Monnaie », devenu rentier, et qualifié de « très riche ». Il manque donc à notre tableau, et il y a fort à parier que c’est encore pour contribuer à son écrêtement, puisqu’en 1812 il est le quatrième des trente plus imposés, et qu’en 1806 le cinquième de ces mêmes trente était, avec 27 431F de contributions, un autre Daumy, Noël Gilbert. Bel exemple, sans doute, de ces grosses fortunes de commerçants édifiées sur la satisfaction des besoins de la consommation de luxe aristocratique dans le Marais de l’âge classique. Mais il y a des cas plus remarquables : celui de l’entrepreneur de roulage Bricard, l’un des plus réputés de la capitale. 3 000F de revenus fonciers mais 30 000 à 40 000F de bénéfices annuels supposés ; celui de Cinot et Charlemagne Vallery, négociants : pas de revenu foncier indiqué, mais « 100 000F de revenu de leur commerce annuel », à deux il est vrai. Confirmation, enfin, du côté des trois notables manufacturiers de la division des Amis de la Patrie : d’abord, voisins dans la rue Sainte-Apolline, les deux fabricants de gaze Antoine Dumas-Descombes et Bernard Lupin. Le premier a 25 000F de revenu « plus 60 000 à 70 000F de son industrie » ; le second, « première ou deuxième maison de Paris dans sa partie », a très peu de biens « en maisons ou fonds de terres », mais « un commerce considérable » qui doit lui valoir 50 000F de revenu. Quant à Danloux-Dumesnil, fabricant chapelier rue Bourg l’Abbé, il ajoute 20 000F de revenus commerciaux à 30 000F de revenus fonciers.

  • 44 Cf. Andrews 1974.

70La force de la bourgeoisie marchande traditionnelle lui vient aussi de sa cohésion familiale, de ses réseaux de relations solidement implantés dans le quartier, de ses consolidations prudentes de génération en génération. Les indications éparses que nous relevons sur ces points rejoignent entièrement ce que Daniel Roche pouvait écrire, à propos du Marais, du « commerce de père en fils », du mariage dans le milieu, de la constitution de castes marchandes qui restent toutefois entrouvertes sur l’artisanat, les professions libérales, le recrutement provincial. De même, les fines analyses monographiques menées par Richard Andrews sur ces familles de maîtres et de marchands qui ont joué un rôle si important dans l’encadrement de la vie politique parisienne sous la Révolution44.

71Sans doute la fidélité à la profession apparaît-elle plus nettement chez les artisans, fabricants, manufacturiers. Chez la Vve Delaguette, rue Saint-Merri, et chez Imbert, tous deux imprimeurs, les fils sont ouvriers imprimeurs, l’un au moins dans sa famille. Murat, rue de la Folie Méricourt, « salpêtrier du gouvernement », a deux fils salpêtriers. Chez Dumas-Descombes, les trois fils — quarante-deux, vingt-huit et vingt-cinq ans — font ensemble le commerce qu’ils viennent de reprendre à leur père. Honoré, fabricant de porcelaines, 50 000F de rentes, demeure boulevard Poissonnière, mais son fils dirige la manufacture, Petite Rue Neuve Saint-Gilles. La Vve Flament, rue des Francs Bourgeois, qui a repris une filature de coton après la faillite de son mari, « occupe 800 ouvriers et alimente quatre autres filatures et neuf ateliers de tissage dans les départements », a un fils de seize ans occupé dans la fabrique, et marie sa fille à Rigout, un tisserand voisin. Dans le négoce, le cas se rencontre, bien sûr. Chez Bricogne, des quatre garçons, le plus jeune est commis chez son père, un autre est « dans le commerce », deux enfin sont employés au Trésor public — dont l’un fera une brillante carrière de haut fonctionnaire sous la Restauration. On saisit là le glissement vers la carrière administrative en fonction des compétences acquises dans le commerce ou de la fortune bien assise qui sert de caution aux fonctionnaires du Trésor — depuis le Consulat, c’est le négoce qui a fourni, par exemple, au renouvellement massif du corps des receveurs généraux des finances dans les départements. L’ascension peut aussi se faire vers les échelons supérieurs des affaires : la banque, les grands établissements de crédit public. Ainsi Joseph Simon Lefebvre, négociant retiré, rue Chapon, a-t-il un aîné (trente-deux ans) banquier et un cadet (vingt-six ans) receveur principal des droits réunis à Château-Gontier. Chez Dumas-Descombes, l’aîné d’un premier lit, nommé Bellanger, est l’un des conseillers de l’escompte à la Banque de France, où il retrouve du reste Latteux, commissionnaire notable de la rue de la Réunion. Le fils aîné de Doulcet d’Égligny, à vingt-cinq ans, est également employé à la Banque — où leur solidité et leur respectabilité ont conduit tour à tour Marmet, Guitton et Thibon à un fauteuil de régent. Lorsqu’il n’y a que des filles, les alliances paraissent s’orienter volontiers vers les professions libérales : l’ancien marchand de draps Germain, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, marie une fille au notaire Lherbette et l’autre au médecin Geoffroy. Jacques Daumy marie les siennes au notaire de Bonaparte, Raguideau — et au général Leclerc : la visée est ici beaucoup plus haute, et digne d’un grand contribuable. Plusieurs familles sont séduites par le panache des carrières militaires. Chez Mareuse, marchand de dentelles retiré de la rue Vieille du Temple, l’aîné est chez un banquier, la fille est mariée au notaire Schneider, mais le second fils, à dix-huit ans, est à l’École Polytechnique. Sevin, négociant rue Sainte-Avoye, a marié une fille de vingt-deux ans à un chirurgien-major des chevau-légers de la Garde, et destine son fils de quinze ans à la carrière militaire. Des deux fils de Guyot-Delisle, négociant rue Simon Lefranc, l’aîné, vingt-quatre ans, est employé aux droits réunis, mais le second, dix-neuf ans, est à Saint-Cyr. Quelques réussites plus brillantes sont le fait de familles plus anciennes ou plus riches : ainsi le maître de forges Chaillou, qui vit en fait noblement, la plus grande partie de l’année, sur son domaine de Sauvage, près de La Charité-sur-Loire, a-t-il un fils de trente ans auditeur au Conseil d’État et marié à la fille aînée du ministre Nompère de Champagny ; mais les plus beaux exemples sont encore ailleurs.

72Celui de Doulcet d’Égligny, d’abord. Cet ancien robin, maire du IVe arrondissement, « principal intéressé » et co-directeur du Comptoir commercial, demeurant rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, a marié l’aînée de ses filles à un riche propriétaire de la rue Clocheperce, Blacque, et la cadette au fils de Jacquemart, son associé dans le Comptoir. Ce gendre est lui-même l’associé de Bénard dans l’exploitation de la grande manufacture de papiers peints de la rue de Montreuil. Bénard, fils d’un directeur des Aides à Caudebec, devenu maire du VIIIe arrondissement, prend à la fin de l’Empire le nom de Bénard de Moussignères. Les Jacquemart vivent, eux, au siège du Comptoir, hôtel Jabach, rue Saint-Merri.

  • 45 Sur les Delaître, voir Arch. nat., M.C.N., XIX, 932 et 942, et XLV, 919.

73Celui des Delaître, ensuite. Le père, mort assassiné en 1793 dans son château de Charonne, avait été directeur général des aides. Sa veuve vit avec 10 000F de rentes rue Portefoin. L’un de ses fils réside au cœur du Marais, rue du Parc Royal. C’est Jean François Marie, successivement préfet à Chartres et à Versailles, mais dès l’époque révolutionnaire grand industriel en sa qualité de propriétaire de la filature de coton de l’Épine, près d’Arpajon, longtemps l’une des premières de France. Le troisième Delaître est Antoine Charles, colonel major des chevau-légers de la Garde, dès 1809 bénéficiaire d’une dotation impériale en immeubles sis dans le royaume de Westphalie, plus tard général de brigade. Le quatrième Delaître, qui a un temps résidé aussi rue Portefoin, au voisinage de sa mère, est Bernard Jean Étienne. Membre du Conseil général de la Seine, il est le plus directement engagé dans les affaires proprement parisiennes. Il avait épousé une Asselin, fille d’un lieutenant général de Chartres, et nièce d’un Midy (de Rouen). La mort de sa femme, en l’an IX, est l’occasion d’un précieux inventaire qui éclaire pour nous une fortune d’homme d’affaires dans le plein courant de sa carrière. Il est depuis l’an III l’associé de Robillard dans l’exploitation de la principale manufacture de tabacs de Paris, celle de la maison Longueville, avec une mise de 50 000lt ; elle avait en six ans rapporté en moyenne 7 %. Cependant la participation aux affaires ne suffit pas à expliquer l’aisance de Delaître, que l’on saisit à travers les 39 000F de deniers comptants (dont 7 000 en écus d’or), les 18 000F de mobilier, argenterie et bijoux, ainsi qu’à l’occasion d’investissements immobiliers multiples de l’an IX à l’an XII (422 000F de fermes et domaines aux environs de Paris, plus 82 000F pour une maison rue Basse du Rempart)45. Mais, bien sûr, se pose alors la question de savoir s’il s’agit encore d’ascension sociale à partir des affaires, ou bien plutôt d’un va-et-vient entre les affaires, la carrière politique et militaire, la vie rentière, à l’intérieur de familles déjà parvenues, notamment par les offices, à une position estimée et à une fortune solide.

IV. A LA RECHERCHE D’UNE DÉFINITION DES GENS D’AFFAIRES

Imprécision des limites sociales de ce groupe

74Après avoir essayé de les situer dans un cadre de références statistiques, comme après avoir évoqué quelques individualités marquantes et vraisemblablement représentatives, il reste malaisé de préciser les contours du groupe parisien des gens d’affaires, dont pourtant la fréquentation tout au long d’une recherche paraissait donner une intuition claire, se concrétisant dans des noms toujours rencontrés, dans la répétition des mêmes types d’opérations ou l’usage général de telles formes juridiques et de telles techniques.

75Ce malaise n’est pas l’effet d’une démarche trop empirique, mais bien plutôt le reflet de la réalité du temps — fin du xviiie siècle, début du xixe, temps original d’un capitalisme en plein efflorescence de ses activités, tentateur par ses profits, mais en même temps encore « à la portée de tout le monde », imparfaitement professionnalisé, encore perçu davantage comme source de revenu que comme mécanisme de croissance, indécis entre une société de propriétaires et un avenir saint-simonien.

  • 46 Arch. de Paris, D 31 U3, 7/104.

76Être dans les affaires, c’est traverser une sorte de purgatoire social. Cette notion ne contredit pas celle d’une certaine stabilité d’une partie au moins de la bourgeoisie de la banque, du négoce ou de la fabrique et de la manufacture, celle de la fréquence relative de la succession de père en fils : en effet, le purgatoire peut durer plus d’une génération ; il n’exclut pas l’attachement au métier, l’honneur d’une condition expertement et honnêtement remplie, ni le souci d’entretenir ou d’accroître une fortune née d’une carrière brillamment réussie. Néanmoins, les affaires sont, en ce temps, considérées comme un marchepied plus souvent que comme une fin. L’ordre des valeurs situe au delà les professions qui ne sont ni manuelles, ni de marchandise et d’argent : les carrières administratives, ou l’oisiveté associée le cas échéant à quelque activité professionnelle temporaire ou peu accaparante. A l’intérieur d’une seule vie, l’objectif est rarement de mener ses affaires jusqu’à l’épuisement des forces ; à l’âge mûr on préfère plus d’une fois les mettre en veilleuse, sinon les abandonner, pour se dire propriétaire, électeur, maire, juge consulaire, membre d’une Chambre de Commerce. Dans le « Marais », nous pensons à deux exemples. Celui de la Vve Sarasin-Demaraise, dont le mari avait été l’associé d’Oberkampf dans les trente premières années de la manufacture de Jouy : on la retrouve sous l’Empire rentière avec 30 000 ou 40 000F de revenu, et trois fils vivant eux aussi de leurs revenus, chacun ayant de 20 000 à 25 000F. Celui de Pierre Boigues. « chaudronnier, quincailler, ayant acheté beaucoup de maisons et de châteaux dans le cours de la Révolution », mais dont deux fils toutefois continuent à conduire la maison et développent même les entreprises métallurgiques : en 1811, par exemple, ils prennent cinq actions de 10 000F dans la Cie des Fonderies et Forges de Toulouse et d’Angou-mer (Ariège), société anonyme lancée par leur propriétaire, le Toulousain Jean Jacques Lecour46.

77Mais la fluidité du monde des affaires ne vient pas seulement du fait que. dans un certain nombre de cas, il n’est que le lieu de passage où sont testées les chances de gens du peuple ou de la petite bourgeoisie boutiquière et artisanale d’accéder tôt ou tard au monde des grands notables ou des riches rentiers, et pourquoi pas à quelque aristocratie. Inversement, l’imprécision des limites du groupe tient aussi à ce qu’il est un carrefour social en un temps où tout le monde vient aux affaires, même de haut, parce que leurs vertus matérielles sont d’un attrait irrésistible et confèrent du même coup une nouvelle dignité. Autrement dit, il est frappant de constater dans les affaires parisiennes, à l’articulation entre l’âge des grandes entreprises océaniques et coloniales et celui des premières entreprises modernes dans l’industrie ou les services publics, la convergence et la coopération d’hommes et de capitaux provenant d’horizons sociaux fort divers, dépassant largement la catégorie des entrepreneurs et gérants qui font, stricto sensu, profession des affaires, confondus dans les structures des sociétés en nom collectif commanditées, ou des nouvelles sociétés anonymes. Un retour en arrière s’impose ici, le phénomène étant déjà très évident dans les dix dernières années de l’Ancien Régime. Qu’apprennent à ce sujet les actes de société des années 1790 ?

  • 47 Chaussinand-Nogaret 1973.
  • 48 Arch. de Paris, 3 B6, 87 et 93.

78Un aspect de mieux en mieux connu de l’économie française dans les décennies prérévolutionnaires, et sur lequel Guy Chaussinand-Nogaret a encore récemment attiré l’attention47, se situe dans la participation de la noblesse militaire et celle des offices des maisons royales et princières, à toutes sortes de grandes entreprises lucratives, qu’il s’agisse de commerce atlantique, d’habitations coloniales, d’exploitations minières, etc. On peut certes ajouter quelques témoignages à une liste d’exemples déjà longue, encore qu’elle n’ait jamais fait l’objet d’une étude systématique à l’échelle du royaume. Nous en relevons deux en 1786. Il s’agit d’abord d’une extension, semble-t-il, de la Cie de la Guyane française, née en 1775, dont les actionnaires s’adjoignent de nouveaux capitalistes pour « l’entreprise de la traite de la gomme au Sénégal ». Au nombre des anciens actionnaires, on relève : le comte de Blangy, lieutenant général des armées du Roi, rue Coq Héron ; le marquis de Saisseval, maître de camp en second du régiment de Normandie, rue Saint-Dominique ; Gautier de Montgeroult, maître de camp de dragons, rue Bergère ; le chevalier Lemoine de Belle-Isle, chancelier du duc d’Orléans, rue des Bons Enfants ; Tassin de Villepion, intendant des finances du duc d’Orléans, au Palais-Royal ; un prêtre, docteur de Sorbonne, et un ancien consul en Sardaigne. Les nouveaux venus représentent la grande bourgeoisie d’affaires, mais qui n’est guère parisienne : Samuel Massieu de Clerval, Chauvet et Chèvremont, négociants au Havre ; Jacques Fulcran Fraisse-Servières, négociant et entrepreneur d’une manufacture d’indiennes à Arcueil. L’autre affaire se traite entre le duc de Crillon et de Mahon, capitaine général de S. M. Catholique, et son ancien aide de camp le chevalier de Brenier Montmorand, pour mettre en valeur cinq mille carreaux concédés au duc à Porto-Rico. Plus proche de notre propos est un curieux projet sans suite qui date de 1792 par lequel René Charles François de La Tour du Pin-Chambly, colonel réformé des grenadiers royaux, rue de Grenelle, envisageait de cautionner pour un million en immeubles une « Caisse des crédits et échanges commerciaux » que devait lancer un négociant parisien, Hubert Routhier, sorte de maison de commission en banque et en marchandises48.

  • 49 Ibid., 88 à 91.

79Sur une dizaine d’actes des années 1787 à 1790, c’est cependant une constatation différente qui s’impose, concernant des entreprises proprement parisiennes par leur localisation ou par leur personnel : à savoir, l’attrait des affaires sur le milieu des anoblis de fraîche date, qui se font désigner en premier lieu comme écuyers, des officiers de finance et de justice, des membres des administrations centrales, des titulaires de charges des maisons princières, des brasseurs d’affaires et spéculateurs de toute nature, etc. Ce « cocktail » suggère plutôt l’idée d’une participation de l’ensemble des capitaux de la haute bourgeoisie au bouillonnement des affaires, marchandes, industrielles ou autres, à la fin du xviiie siècle, dont Jean Bouchary avait jadis étudié quelques-uns des exemples les plus en vue49.

80Les affaires en question peuvent être très classiquement marchandes : ainsi Jean Baptiste Buffaut, écuyer, ancien receveur général des domaines de la ville de Paris, échevin, s’associe-t-il à Phélion, bourgeois de Paris, et à Robert Lenormand, marchand de la rue Saint-Honoré, pour le commerce des soieries (1785) ; le premier commis des affaires étrangères, Reyneval, commandite le marchand mercier Giquel ; Jacques Battus de Pouilly, ancien contrôleur des guerres, administrateur général des hôpitaux militaires, s’associe à un certain Bauclas, écuyer, et aux frères Jacques et Noël Gilbert Daumy, négociants déjà bien connus de nous, sous la raison Daumy frères et Cie, pour exploiter jusqu’en 1800 un privilège de commerce pour le plaqué d’or et d’argent sur tous les métaux (1790) : affaire considérable, au capital de 800 000lt, dont un cinquième fourni par les Daumy et deux cinquièmes par chacun des commanditaires. Mais il peut aussi s’agir de sociétés en commandite par actions en vue de créer des entreprises industrielles pionnières : manufacture de produits chimiques des Ternes (1795), manufacture royale d’acier fin et fondu à Amboise (1786), société « pour l’exploitation et l’entreprise de la tourbe » (1790).

  • 50 Outrequin de Montarey, demeurant rue Culture Sainte-Catherine au Marais, a en outre été en société (...)

81Dans la manufacture des Ternes, c’est Jean Roux de Monclar, garde des archives des recettes générales, qui est à la fois intéressé et directeur ; les autres intéressés, outre un chimiste et le négociant Caulers, sont Jean Baptiste Pierre Julien Pyron de Chaboulon, « agent général des affaires et intendant des domaines et bois de Mgr le comte d’Artois » ; un architecte, Samson Nicolas Lenoir ; et deux écuyers : Gaspard Fontaine et Jean Baptiste Augustin Outrequin de Montarey50.

82La manufacture d’Amboise, qui est sous la raison de Sanche et Cie (Jean Baptiste Sanche, écuyer, est d’Amboise et a reçu un privilège de quinze ans en 1794), est en principe au capital de deux millions en 2 000 actions de 1 000lt. Parmi les intéressés contractants, on ne relève qu’un banquier, Joseph Azevedo, et deux négociants : Jean Baptiste Pallard de Saint-André, boulevard Montmartre, et Jacques Auriot, écuyer, au Palais-Royal. Pour le reste, il s’agit d’officiers des maisons princières : Joseph Dubourg, « contrôleur de Madame » ; Pierre Lanjon, « écuyer, commissaire des guerres, secrétaire des commandements et gouvernement de Mgr le duc de Bourbon » ; Pierre Edme Ber-thelin de Neuville, « écuyer, secrétaire ordinaire de Mgr le comte d’Artois » ; ou de secrétaires du Roi : Jean Pierre Gravier, qui est en même temps avocat au Parlement ; Joseph François Laurent Fournier, aussi régisseur général des vivres de la Marine ; Charles François Tassin, également directeur de la Monnaie de Nantes ; et encore de divers écuyers non autrement identifiés : Louet, Grelin de La Fontaine, Ozenne — ainsi que d’officiers militaires : Sarrobert, capitaine de cavalerie, d’Échebarne, major d’infanterie, La Chaussée, capitaine au régiment de Languedoc, Demestre-Durival, ancien garde du corps du Roi.

83L’« entreprise de la tourbe », qui devait placer 695 actions de 1 000lt au porteur, ne fait apparaître au départ que sept contractants, beaucoup plus homogènes. Outre Baltus de Pouilly, déjà connu, et le commissaire général de la Marine Jean Joseph Peyrac, ce sont Georges Antoine Humbert, ancien commis des finances, Jean Baptiste François Gigol-Dorey, receveur général des finances de Champagne, l’agent de change Jean Baptiste de La Barchède, aussi secrétaire du Roi ; enfin le chevalier Préandeau de Chemilly et le bourgeois Aubert.

84La troisième catégorie d’affaires appartient aux services publics ou au « secteur tertiaire » : entreprise générale de l’illumination de Paris, Versailles et autres villes du royaume (1788) ; blanchisserie de linge du pont de Sèvres (1787) ; entreprise de blanchissage du linge (1786) ; société pour la construction d’un établissement de bains rue de La Michodière (1787). L’entreprise de l’illumination reposait sur un privilège de 1784, et avait donné lieu en 1786 à une société entre l’entrepreneur, Tourtille-Saugrain, et Philibert Jouty, premier commis de la trésorerie générale de la Maison du Roi. En 1788, il est procédé à un élargissement du capital jusqu’à 1 600 000lt en actions de 1 000lt, et c’est alors que surgissent d’autres partenaires : Randon de La Tour, trésorier des maisons de S. M. ; Griois, trésorier de la vénerie du Roi ; Leleu, commis des finances pour la partie des subsistances. La blanchisserie du pont de Sèvres repose, pour sa part, sur un capital plus modeste : 360 actions de 2 000lt — mais l’affaire intéressait des aventuriers de haut vol dans la finanne d’alors : le comte de Seneffe, l’abbé d’Espagnac, Baroud. On y retrouve Pyron de Chaboulon et Baltus de Pouilly. Les professions des affaires sont représentées par Madinier et Coindre, agents de change, par Antoine de Saint-Didier et Claude Perrouteau, négociants. A quoi s’ajoutent le directeur général des fourrages militaires, Charles Nicolas Levasseur ; le bourgeois de Paris Aubert, en fait « intéressé dans les affaires du Roi » ; trois avocats aux Parlements de Bordeaux et de Paris ; les trois frères d’Herbelot : un inspecteur des Ponts et Chaussées, un architecte, un avocat. La « société en commandite pour l’exécution de l’entreprise de blanchissage du linge », sous la raison de Monet frères, négociants, est une petite affaire financièrement ; mais nous la retenons parce que, outre des négociants renommés de Paris — l’un des Bardel, Meaux Saint-Marc, Dumas-Descombes —, apparaissent Dodin-Duparc, principal commis à l’extraordinaire des guerres, Guesdon, directeur général des comptes des bureaux des dépenses de la Guerre, Ledreux, «Fournisseur chez le Roi ». Quant à l’affaire des bains, elle a la particularité de réunir sept artisans ou entrepreneurs du bâtiment à des commanditaires du style précédent : l’architecte Lenoir, Jacques Constantin Périer, un commissaire au Châtelet, un contrôleur ordinaire des guerres.

  • 51 Arch. de Paris, 3 B6, 99 et D 31 U3, 4/10 ; renouvellement en l’an XIII et en 1809.
  • 52 Jean Baptiste Caruel, originaire de Rouen, avouera, en 1819, 143 000F de revenu brut provenant esse (...)
  • 53 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/218 et 222.

85Dira-t-on que ces exemples valent pour l’extrême fin de l’Ancien Régime, et que la Révolution a pu modifier les penchants de certains capitalistes ? Quelques bons indices, quoique plus rares, permettent de penser qu’il n’en est rien. Dans la manufacture du tabac, par exemple, voici deux cas, parmi les entreprises majeures de cette branche. La manufacture du quai d’Orsay était exploitée au moins depuis l’an VII par les négociants Phélippon père et fils51 ; ils avaient pour commanditaires les frères Grillon-Deschapelles, dont l’un était un ancien conseiller au Châtelet, reçu en 1788, et une demi-douzaine de « propriétaires » de Paris ou des environs. Quant à la manufacture de la maison Longueville, celle des Robillard, elle est soutenue par les capitaux de familles d’offices : les frères Chapelain, du Brosseron (ex-conseiller au Châtelet), Séréville, l’un des Delaître, Jean Baptiste Caruel, plus tard grand propriétaire foncier52. Dans la lignée des grandes sociétés en commandite par actions de la monarchie finissante, voici d’autre part sous le Consulat l’affaire de la Cie des Mines d’Elbe, constituée en l’an XI pour exploiter les mines de fer de Rio de Terra Nera, dans l’île d’Elbe, autour d’un noyau qui est l’usine de fonderie et de laminage de plomb et de cuivre de Boury, à Saint-Denis53. Parmi les commanditaires, Royannez, ancien avocat au Parlement de Grenoble, ex-agent des finances en Egypte ; Ferregeau, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées et directeur des ports militaires ; Lajard, chef du secrétariat de Chaptal ; Lecour, vérificateur des monnaies ; Smith, ex-payeur général de l’armée du Midi ; Brière de Mondétour, ancien officier de finance, maire du IIe arrondissement ; plus un nombre égal de propriétaires de Lyon, Grenoble, Angers, Paris. Toutefois il serait indispendable que des analyses systématiques portent sur les actionnaires des premières sociétés par actions autorisées par l’État ; peut-être révéleraient-elles qu’ultérieurement ces sociétés ont été de plus en plus étroitement soutenues par un milieu proprement bancaire et commerçant, aux moyens sans doute sans cesse accrus.

86S’il est légitime de souligner la part prise dans l’élan des affaires commerciales ou industrielles par une certaine fraction de l’aristocratie, il n’apparaît pas moins nécessaire de rétablir plus d’unité dans l’image que nous pouvons nous donner du monde des riches roturiers de part et d’autre de la période révolutionnaire. Après les ventes de biens nationaux et à la faveur de l’établissement d’une certaine forme de régime censitaire, cette unité s’est certainement renforcée autour de la propriété immobilière. Mais avant 1789, peut-être faut-il se garder d’attacher une importance excessive au clivage interne entre bourgeoisie rentière, bourgeoisie d’offices, bourgeoisie de la marchandise et de l’argent. Il se peut bien que dans le cas de Paris, notamment, il y ait eu moins « partage des rôles » que solidarité profonde d’intérêts économiques.

87Bien sûr, cette hypothèse orienterait notre travail vers une étude d’histoire économique et sociale globale, centrée sur le problème de la structure des fortunes et des investissements. Notre propos reste infiniment plus modeste : cerner les éléments les plus actifs dans le groupe des gérants de la vie économique.

Éléments chiffrables d’un classement

88Est-il possible de donner une définition statistique du milieu des gens d’affaires en fonction de données concernant les dimensions de leurs entreprises ? Certes non, car les plus expressives de ces données nous font défaut presque complètement, tandis que d’autres ne sont ni assez homogènes ni assez nombreuses pour que les notions apparemment banales de taille d’une affaire ou de richesse d’un entrepreneur puissent s’en trouver précisées d’une façon satisfaisante.

89Trois types d’informations pourraient guider dans un classement. Les plus précieuses toucheraient au profit, ou au revenu industriel et commercial. Il faut admettre une fois pour toutes notre ignorance à l’égard du premier, en l’absence d’archives d’entreprises permettant de calculer son taux et ses fluctuations. Le second, on l’a vu plus haut, n’est l’objet que d’estimations occasionnelles.

  • 54 Cf. Ballot 1912.

90Les enquêtes de l’époque impériale se sont intéressées à la valeur du produit annuel des manufactures, notamment à l’occasion des crises économiques qui suscitèrent des demandes et une politique de secours54. Nous donnons (voir tableau 7) un résumé des données concernant les affaires les plus importantes. Notons, sans donner à cette remarque la moindre généralisation, qu’en recoupant les informations concernant le manufacturier Dumas-Descombes, le rapport entre le revenu qui lui est attribué par la Statistique individuelle de 1809 et l’évaluation de son produit annuel par l’enquête de 1807 sur les établissements en difficulté est de un à dix.

91Outre que nous n’apprenons par là rien sur le commerce, les industries en question ont la particularité d’être toutes des industries d’art et de luxe, ou très spécialisées — c’étaient en même temps des industries exportatrices, c’est-à-dire particulièrement frappées par la crise.

92En dernier recours, il est plus satisfaisant de s’appuyer sur le montant des capitaux engagés dans la création des sociétés, tels que les actes de société nous les font connaître. Mais ils sont parfois muets sur ce point, et nous n’en possédons pas un nombre suffisant pour en tirer autre chose que des approximations. Nous regroupons dans le tableau 8 (voir p. 42) les données concernant un certain nombre d’activités à l’exclusion de celles qui font dans la suite de ce travail l’objet d’un examen plus détaillé.

93Un tel échantillon appelle, en dépit de son caractère non statistique, plusieurs remarques. D’abord, bien sûr, la puissance très supérieure des sociétés par actions, qui font appel à un mode nouveau de collecte du capital ; mais leurs chiffres sont peut-être moins écrasants dans la réalité qu’en apparence, dans la mesure où l’on ignore si le capital initialement recherché a pu être finalement rassemblé. Ensuite, le caractère exceptionnel de quelques grosses affaires marchandes : Robillard, Moreau, Deloche, véritables « seigneurs » dans leurs branches, et dont le capital est celui des banquiers du premier rang, alors que le commerce se fait généralement, et la règle n’est pas différente pour le négoce des denrées coloniales ou le commerce en commission, avec des capitaux inférieurs à 300 000 ou 200 000F, et que beaucoup de maisons moyennes peuvent en fait fonctionner sur la base d’un capital de quelques dizaines de milliers de francs seulement. Enfin l’importance relative des capitaux nécessaires au lancement des industries les plus modernes : l’étude des industries textiles en apportera confirmation. Qu’il s’agisse des industries chimiques, de celles des cuirs ou des métaux, il n’est pas rare de recourir à un capital social de plusieurs centaines de milliers de francs. En définitive, l’impression prévaut qu’à partir du niveau de 100 000 à 200 000F de capital, on entre dans le secteur des grandes affaires, même si des marchands respectables et présents dans les rangs des notables parisiens appartiennent à des niveaux sensiblement plus modestes.

Tableau 7. Évaluation du produit annuel de quelques manufactures parisiennes vers 1806-1807 (d’après Arch. nat., AFIV, 1060).

Tableau 7. Évaluation du produit annuel de quelques manufactures parisiennes vers 1806-1807 (d’après Arch. nat., AFIV, 1060).

Critères d’activité et critères qualitatifs

  • 55 Arch. nat., F20, 255.

94Au reste, lorsque des administrateurs se trouvaient invités à signaler aux autorités centrales les entreprises commerciales et industrielles marquantes qui animaient leurs circonscriptions, n’étaient-ils pas en peine de s’exécuter, sans même recourir aux informations dont nous venons de faire état. Le nombre des ouvriers employés, la qualité des articles fabriqués, la réputation des entrepreneurs sur la place ou l’importance de leurs relations avec les marchés extérieurs leur suffisaient à établir un système de références. On le voit très nettement à l’occasion de l’enquête des maires parisiens en 1807, véritable inventaire immobilier, démographique et économique de chaque arrondissement55.

Tableau 8. Le capital social dans les affaires parisiennes.

Tableau 8. Le capital social dans les affaires parisiennes.

95Ainsi le maire du IIe arrondissement, après avoir signalé la proximité des palais impériaux et des promenades, la présence de grands hôtels, de ministères, de quantité de maisons de banque et de commission, l’affluence des étrangers, mettait-il tout naturellement l’accent sur les métiers d’art et de luxe aussi bien que sur l’alimentation fine, donc sur un certain type de consommation : « Beaucoup de grands fonctionnaires, de généraux, de riches propriétaires et banquiers y ont leurs demeures, et contribuent à y appeler les meilleurs artistes et ouvriers en tous genres. »Les riches magasins cultivent déjà ici l’art des étalages. Et de citer Getting, carrossier de l’Impératrice ; Robillard, le manufacturier en tabacs ; Dagoty et Darthe, les porcelainiers ; Ravrio et ses bronzes ; l’orfèvre Odiot ; les éditeurs de musique Pleyel et Ehrard ; l’intensité du commerce des bijoux au Palais-Royal et dans les rues avoisinantes ; et d’énumérer, de ce même Palais à la rue de Richelieu et au Boulevard, les nouveaux « temples de la gueule » ; les glaciers italiens Carchi, Tortoni. Corazza ; Corcellet et tous ses « comestibles les plus recherchés » ; Beauvilliers, Véry : « les plus beaux salons et la meilleure cuisine ». Le maire du IIIe arrondissement, pour sa part, n’avait pas plus de mal à distinguer, dans un secteur « habité par de fortes maisons de commerce et de banque », les points forts de l’activité économique : autour de la place des Victoires, les dépôts parisiens des plus grands drapiers français, et les Messageries ; faubourg Poissonnière et faubourg Saint-Denis, les ateliers de construction mécanique, ceux du travail des métaux et ceux des articles de Paris. Il joignait à cela une liste de notabilités presque entièrement composée de banquiers, de gros négociants, agents de change, manufacturiers. Dans le IVe arrondissement, la description se faisait plus franchement économique, soulignant du côté des fabriques l’importance de la bonneterie, de l’orfèvrerie et de la bijouterie, mais aussi celle des entreprises travaillant pour l’armée : chapellerie, boutons de métal, selliers, ceinturonniers ; notant du côté du commerce le rôle déterminant de Paris dans la redistribution des produits de l’industrie de l’Empire. Le plus fort commerce, celui de la draperie en gros, vend plus aux marchands des départements qu’à ceux de Paris et reçoit en commission des draps des manufactures de Belgique. De même les marchands d’étoffes de soie tiennent en dépôt les tissus de Tours, Avignon, Lyon, Nîmes ; en dépôt aussi, la bonneterie troyenne ou rouennaise. Les toiles de tout le nord-ouest et le nord arrivent chez les nombreux marchands en gros et lingers en gros. Le maire du VP arrondissement se trouve quelque peu submergé par le grouillement d’activités très diverses qui caractérise les vieux quartiers du centre, et entreprend de les étudier rue par rue ; toutefois il met bien en évidence l’originalité de la division des Lombards, avec ses «Fortes maisons d’épicerie en gros et demi-gros », ses maisons de roulage et de commission. Le maire du VIIe arrondissement est frappé par le rôle exportateur européen que tiennent les industries des éventails, de la tabletterie, de la bijouterie, le commerce de la quincaillerie.

96Il ne peut être évidemment question de reprendre des principes de sélection aussi proches de l’almanach ou du Bottin mondain. Toutefois ils reposent sur la connaissance directe de traits structurels ou de caractères humains tout aussi précieux que les chiffres bruts des actifs sociaux ou des productions annuelles pour l’identification des grands animateurs de la vie économique parisienne. En fin de compte, qui retenir comme objet d’étude ? Les grosses affaires, certes. Mais, plus nettement encore, celles qui, au sens le plus général du terme, s’ouvrent sur un horizon large ou neuf. Largeur de l’horizon économique : ainsi se trouvent tout naturellement englobées les maisons de banque, installées sur des circuits nationaux et internationaux de règlement et de change, et caractérisées par une diversification de l’usage de leurs capitaux ; et les maisons de commerce échappant à une redistribution purement locale de produits, insérées dans des courants d’échanges inter-régionaux ou extérieurs. Largeur de l’horizon social : corrélativement, ces banquiers et ces négociants appartiennent à des réseaux de relations familiales ou d’affaires qui servent, classiquement, de support à leurs opérations : leur appartenance, également, à l’aristocratie des affaires suppose d’autre part leur sortie du milieu socio-professionnel et leur intégration à l’ensemble de la société des notables, à laquelle ils infusent un sang nouveau. Les gens d’affaires se définissent alors au mieux par l’ampleur de leur rayon d’action à la fois géographique et social. Nouveauté de l’horizon technique, enfin : le dynamisme des gens d’affaires se traduit par leur goût de l’aventure industrielle ; mais comme cette aventure tente aussi bien des hommes d’origines modestes que des représentants de l’« establishment » des affaires, elle se traduit en cas de succès par un rapide renouvellement du groupe social.

97De façon concrète, vers quelles démarches ces choix nous mènent-ils ? D’abord, vers une étude des banquiers, groupe d’une foisonnante diversité dans une ville qui est à la fois capitale politique et capitale financière de la France, et dans un temps où vivent ensemble des représentants de la finance classique et des précurseurs du capitalisme contemporain : notre banquier parisien pourra être, selon les cas, un faiseur de services accroché à l’État, un spéculateur en valeurs diverses, un escompteur au service du commerce, un teneur de cabinet de rentes, un promoteur d’établissement public de crédit, un investisseur industriel, et cette énumération n’épuise pas les variétés possibles. Ensuite, vers une étude des négociants et des manières dont ils se rattachent, selon la conjoncture, à un système d’échanges mondiaux — commerce des toiles de coton et des indiennes, des laines et des draps, armement maritime, commerce de commission, spéculations liées aux conditions particulières du Blocus. Enfin, vers une étude de la nouvelle génération de manufacturiers qui éclôt à Paris en même temps que s’acclimatent en France des nouveautés technologiques à la fois simples et révolutionnaires : celles de la filature du coton notamment, mieux connues que celles de l’industrie chimique.

98Cette recherche, malheureusement, trouve ses limites dans l’insuffisance des sources dont elle est tributaire, ou dans la difficulté de les exploiter dans le cadre d’un travail individuel. C’est pourquoi, en définitive, le groupe social et professionnel que nous souhaitons étudier se trouve réduit aux quelques dizaines de noms sur lesquels des explorations partielles dans les minutes notariales, l’utilisation des archives du Tribunal de Commerce ou celle d’archives économiques privées le plus souvent à l’état d’épaves permettent de concentrer une information point trop lacunaire. Sans doute l’image du monde des grandes affaires parisiennes que l’on arrive ainsi à reconstituer n’est-elle pas en fait trop déformée : de bilans de faillites en contrats de société et en correspondances commerciales, il est possible de parvenir à la connaissance des noms et des activités de tous ceux qui formaient la charpente de l’édifice économique de la capitale. Mais il convient de formuler trois réserves fondamentales avant d’aborder des études sectorielles plus détaillées :

  1. Il n’est pas question d’aboutir à un tableau exhaustif et à une analyse statistique du milieu étudié.

  2. La lumière plus forte dont certains personnages ont pu être éclairés ne fait qu’accentuer l’ombre dans laquelle d’autres protagonistes ont dû être laissés.

  3. Rien ne permet d’assurer que les activités saisies avec plus ou moins de précision ne représentent pas seulement la partie émergée d’un iceberg. L’histoire des affaires, à moins de deux siècles de distance, sort difficilement de l’oubli où les chefs d’entreprise les plus prestigieux et leurs descendants semblent avoir voulu l’ensevelir.

Notes

1 Les notes sont rassemblées à la fin du volume, p.321 et suiv.

2 % du nombre total de notables par quartier.

3 En y joignant l’ancien personnel judiciaire du Châtelet.

4 Effectifs négligeables.

Notes de fin

1 Sur Edme Verniquet on attend l’ouvrage que doit lui consacrer Mme Jeanne Pronteau. Une réduction au 1/10 000e du plan de Verniquet, superposable au plan actuel, a été préparée par Mme Françoise Mallet (Centre de Recherches Historiques de l’EHESS) ; c’est cette réduction que nous utilisons pour les cartes.

2 Arch. de Paris, DP2, 16-18, Contributions directes. C’est sur les appréciations des fonctionnaires de cette administration que repose l’exposé qui suit, chaque fois que les citations ne comportent pas de référence.

3 Ibid., DQ18. Les atlas sont conservés aux Arch. nat., F31 (cf., sur tout ceci, Le Moël 1969). N. B. Voir in fine références bibliographiques complètes.

4 Arch. nat., AFIV*, 441-443. Cette table alphabétique fut dressée en l’an VIII par la Commission des contributions directes du Canton de Paris ; on n’avait pas osé l’établir « pendant les tourmentes révolutionnaires et sous des gouvernements toujours chancelants », car « elle fût devenue peut-être un tableau de proscription » ; mais « le Dix-Huit Brumaire a dissipé ces craintes. Aujourd’hui la production de ce travail ne peut exposer les propriétaires à aucun danger. »

5 Arch. de Paris, Vbis G1, 1, 1814-1815.

6 Arch. nat., F7*, 2431-2432.

7 D’après le préfet de police Pasquier (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, mss., 35), il y aurait ainsi en l’année 1811 un excédent d’entrées sur les sorties de 27 357 personnes. Pour 66 045 sorties, il dénombre en effet 93 402 entrées (dont 92 195 chez les logeurs, le reste chez les particuliers), essentiellement imputables à 76 228 artisans et ouvriers, 4 609 négociants et 3 827 employés.

8 Arch. nat., F20, 255.

9 Pour nous borner à une vue cavalière, rappelons qu’en 1790 les 128 000 logements de la capitale se répartissaient de la façon suivante (d’après Reinhard 1972), qui peut fournir une approximation grossière de la répartition des fortunes :
Image 2.jpg

10 Encore le maire du IIIe arrondissement apporte-t-il une précision propre à éclairer sur l’apaisement de l’engouement spéculatif depuis la fin de l’Ancien Régime : le terrain vaut de 12 à 15F le mètre carré, alors qu’avant la Révolution on avait vendu jusqu’à 200lt la toise carrée !

11 Cf. Surirey de Saint-Rémy 1968 et Babelon 1965.

12 La banque d’origine suisse et genevoise (ou franco-suisse et franco-genevoise) n’est représentée que par les deux frères Mallet et par un Delessert — qui sont, il est vrai, parmi les plus respectés de leur groupe. En revanche tous les grands noms de la banque parisienne d’origine provinciale figurent sur la liste : les deux Perier, Ful-chiron, un Sevène, Sabatier, Saillard, Baguenault, Doyen, etc., ainsi que le banquier juif Worms.

13 Arch. nat., F1, c III Saône-et-Loire 3. Ce n’est qu’un cas entre plusieurs autres : une revue de tous les notables et de tous les plus imposés des départements se justifierait pour détecter parmi eux les « transfuges » de Paris. Ainsi Chaptal figure-t-il sur les listes de la Lozère, avec un revenu estimé de 3 à 400 000F : cet industriel des produits chimiques, Parisien autant que Languedocien, devrait être une des têtes de la fortune parisienne. Pierre Joseph Basterrèche, banquier parisien, figure sur celles des Basses-Pyrénées, où il reste très lié à tout le milieu bayonnais. Ladouëpe du Fougerais, un Vendéen marié à une Nairac, de Bordeaux, propriétaire de la Manufacture de Cristaux du Creusot, se retrouve dans la Saône-et-Loire, lui aussi, alors qu’il appartient bel et bien aux milieux financiers de la capitale. Pierlot, originaire de Bertrix dans l’Ardenne belge, receveur général du département de l’Aube, se rattache à ce dernier où il est, avec 10 635F, le 4e des trente plus imposés ; mais il est notoire qu’il est également banquier à Paris. Etc.

14 Ainsi Carchi, célèbre glacier, a-t-il un établissement d’une valeur locative de 25 000F : c’est considérable.

15 Sur les Robillard, voir Bergeron 1972.

16 Pour des raisons qui nous échappent, Jacques Récamier, pris en compte par la liste des soixante, est absent de celle des trente.

17 Arch. de Paris, DP2, 16.

18 On identifie mal ce Boisseau-Deschouars, « négociant », qui en l’an IV avait acquis pour 300 000F le morceau de choix constitué par les maisons et enclos Saint-Lazare. En revanche Danloux-Dumesnil, acquéreur la même année d’une maison rue Tiquetonne, pour 189 000F, est l’un des premiers fabricants de chapellerie de Paris.

19 A. D. Seine-et-Oise.

20 La ferme du prieuré de Saint-Guenaud, à Essonnes et Courcouronne, 149 000lt ; la ferme des religieux des Blancs Manteaux à Grigny, Viry et au Plessis, 81 100lt ; différents biens sis à Viry provenant des Cordelières de Paris, des religieuses de Longchamp, des cures de Viry et de Ris.

21 Pour des terres dépendant de l’abbaye d’Yerres et de l’abbaye de Saint-Antoine de Paris, à Yerres et à Montgeron.

22 En particulier pour des biens de l’abbaye de Saint-Eutrope-les-Chanteloup, sis à Arpajon et communes voisines.

23 Nous n’en connaissons que le prix-assignats, soit 2 180 000lt.

24 172 000lt d’acquisitions en 1791, notamment pour une ferme du chapitre Sainte-Croix de la Bretonnerie, à Noiseau-en-Brie.

25 184 000lt à Savigny-sur-Orge et Épinay-sur-Orge. Montcloux était déjà propriétaire de la terre d’Épinay.

26 146 000lt à Corbeil et Saint-Pierre-de-Péray, pour des biens du domaine royal, du Collège du cardinal Lemoine et du chapitre de Saint-Marcel.

27 Clément de Givry achète pour 133 000lt une ferme à Villeneuve-le-Roi, dépendant des religieux de Saint-Victor.

28 Guyot : une ferme à Avrainville, provenant de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, pour 104 000lt.

29 Neveu acquiert pour plus de 200 000lt de biens, principalement une ferme de l’abbaye de Sainte-Geneviève, à Épinay-sous-Sénart.

30 Poujaud acquiert 366 000lt de biens en une dizaine d’adjudications, en particulier une ferme à Mons et terroirs voisins, dépendant du chapitre de Saint-Étienne, pour 200 000lt.

31 Arch. nat., AFIV, 1420-1421.

32 D’après la liste publiée par Allard 1808.

33 Il s’agit de Lecordier, Leroux, Péan de Saint-Gilles et Roques.

34 Ce sont Davillier, Mallet, Gelot, A. Ch. Rougemont, Lefebvre, Delaître.

35 Vignon, Fulchiron, Rousseau, Bricogne, Moreau, Mauvage, Doulcet d’Égligny.

36 Tout au moins les notables économiques, s’ils ne sont pas les plus riches propriétaires, sont-ils les habitants les mieux logés du Ier arrondissement, où ils se rangent tous dans les catégories supérieures de l’imposition personnelle et mobilière.

37 Au sud de la rue Saint-Antoine et jusqu’à la Seine, le quartier résidentiel et aristocratique cède la place à un quartier populaire, dont la prolétarisation semble même s’être accélérée au cours du xviiie siècle.

38 Ce qui ne signifie pas absolument, loin de là, qu’on y ait ignoré la construction de luxe au xviiie siècle, ni que le Marais ait cessé d’être recherché puisque sa bordure nord et est, sur les boulevards et au delà, participe des mêmes caractères dynamiques propres à toute la périphérie nord de l’ancien Paris.

39 Perrot 1975.

40 Ce sont les ex-conseillers au Parlement de Paris Blavette, Devilliers fils, Le Roy du Roullé, Baron-Desbordes, Chuppin, Digé, Gouin, Saint-Bomer, Chartier de Coussey, auxquels s’ajoutent le président aux enquêtes Brisson, et Bastard, chevalier d’honneur à la Cour des Aides de Montauban et ancien intendant des finances du comte d’Artois.

41 Roche 1962.

42 On peut leur associer quelques membres de l’ancienne noblesse administrative : une parente de Turgot ; la veuve et le fils du lieutenant-général de police Thiroux de Crosne ; l’ex-intendant de commerce Nicolas de Montaran. Bien moins massivement, certes, que dans les beaux quartiers de l’ouest, répond à ces survivances l’installation de quelques membres du haut personnel administratif ou politique impérial : trois sénateurs, dont le maréchal Pérignon ; le conseiller d’État Merlin de Douai ; la famille du préfet Delaître ; quelques généraux.

43 Arch. nat., F1 cIII Seine 5.

44 Cf. Andrews 1974.

45 Sur les Delaître, voir Arch. nat., M.C.N., XIX, 932 et 942, et XLV, 919.

46 Arch. de Paris, D 31 U3, 7/104.

47 Chaussinand-Nogaret 1973.

48 Arch. de Paris, 3 B6, 87 et 93.

49 Ibid., 88 à 91.

50 Outrequin de Montarey, demeurant rue Culture Sainte-Catherine au Marais, a en outre été en société de 1784 à 1787 avec Louis Honoré Delamarre de Villiers, « écuyer », rue des Boulets au faubourg Saint-Antoine, pour l’exploitation d’une manufacture de porcelaine.

51 Arch. de Paris, 3 B6, 99 et D 31 U3, 4/10 ; renouvellement en l’an XIII et en 1809.

52 Jean Baptiste Caruel, originaire de Rouen, avouera, en 1819, 143 000F de revenu brut provenant essentiellement d’immenses propriétés rurales dans la Seine-et-Oise et l’Oise, et de la possession de 407 actions de la Banque de France (Arch. nat., BB30, 989).

53 Arch. de Paris, D 31 U3, 2/218 et 222.

54 Cf. Ballot 1912.

55 Arch. nat., F20, 255.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/214/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 1. Contributions des soixante plus imposés de la Seine en 1806.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/214/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 2. Les trente plus imposés de la Seine en 1806 et 1812.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/214/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Tableau 3. Distribution des fortunes des notables du Ier arrondissement.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/214/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 4. Composition du groupe des notables du centre-est de la rive droite.
Légende Note *2
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/214/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Tableau 5. Tableau simplifié de la distribution des principaux groupes de notables dans le centre-est de la rive droite.
Légende Légende : Anc. Nobl. : ancienne noblesse — Aff. : affaires — P.l.j. : professions libérales juridiques — Foncti. : Fonctionnaires — Rent. Propr. : rentiers et propriétaires — Ht pers. : haut personnel administratif et politique.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/214/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 6. Distribution des notables du centre-est de la rive droite.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/214/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 7. Évaluation du produit annuel de quelques manufactures parisiennes vers 1806-1807 (d’après Arch. nat., AFIV, 1060).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/214/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Tableau 8. Le capital social dans les affaires parisiennes.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/214/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 644k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540