Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?

Partie I : Pratiques religieuses, pratiques culturelles : entre identité et altérité

Les mots grecs du banquet romain

Florence Dupont

Résumé

Le banquet comme pratique de l’otium, appartient à l’espace grec de la culture romaine. C’est pourquoi il se dit souvent avec un vocabulaire grec ; mais ce grec est le « grec des Romains », langage qui sert à dire des réalités romaines en les marquant positivement au sceau des plaisirs urbains. « Faire le grec » graecari, c’est « faire la fête ». Deux perspectives organisent le vocabulaire désignant une même réalité : perçu comme banquet sacrificiel, c’est epulum, daps ; perçu comme espace de la fête, c’est comissatio, compotatio, avec des termes qui neutralisent l’opposition cena ou conuiuium. Ces usages linguistiques témoignent que le banquet est à Rome une forme d’altérité incluse où « faire le grec » est constitutif de l’identité romaine. Espace culturellement sensible le banquet romain est toujours susceptible, si les convives abusent des plaisirs, de basculer dans l’altérité exclue, c’est-à-dire, servir à stigmatiser ses participants traités alors de Graeculi, c’est-à-dire de débauchés scandaleux.

Texte intégral

  • 1 C’est un lieu commun de l’historiographie romaine dont témoigne encore récemment l’ouvrage, excelle (...)

1Personne – pas plus les Anciens que les historiens modernes – n’attribue au banquet romain une origine grecque. La cena est tenue par tous comme remontant aux premiers temps de Rome. Mais tous aussi semblent d’accord pour considérer que ce banquet aurait évolué pour devenir de plus en plus luxueux, de plus en plus voluptueux, bref de plus en plus grec. En d’autres termes, il y aurait eu un banquet romain originel, progressivement hellénisé, d’abord indirectement sous l’influence des Étrusques, ensuite directement par l’effet des conquêtes orientales de Rome. En particulier, alors que le banquet romain offre à la fois à boire et à manger, la coutume proprement grecque du symposion aurait été adoptée à la fin de la République et les Romains de l’élite auraient pris l’habitude de faire suivre la cena romaine, où l’on mangeait et buvait, d’un second banquet « grec » où l’on ne faisait que boire et parler1. De fait, on relève le témoignage d’un tel comportement dans un texte d’Aulu-Gelle (iie s. apr. J.-C.) où très explicitement le narrateur dit :

  • 2 Aulu-Gelle, Nuits Attiques, XIX, 9. N.B. Tous les textes latins ont été traduits par l’auteur.

« Vbi ediliis finis et poculis mox sermonibusque tempus fuit [...] »2

« Quand on eut fini de manger et que le temps vint ensuite de boire et de bavarder [...] »

2Dans ce second moment du banquet, le maître de maison, un jeune noble Romain, issu de la province d’Asie, présenté comme très cultivé, fait venir des jeunes chanteurs et musiciens qui donnent une sorte de récital de poésies grecques anciennes. Puis des convives chantent de la poésie latine. Le modèle de ce second banquet, « littéraire », est évidemment le symposion grec et même plus précisément, le symposion comme cadre de la narration, tel que la littérature grecque l’a fixé dans les textes de Platon et Xénophon, textes auxquels les Anciens, grecs ou romains, font sans cesse référence.

  • 3 J’ai proposé, à tort, cette idée dans Florence Dupont, L’invention de la littérature, Paris, La Déc (...)

3Faut-il s’appuyer sur ce document unique en son genre pour conclure à une évolution instituée des pratiques : tout banquet aristocratique romain, à partir d’un certain moment de l’histoire de Rome, comprendrait-il systématiquement deux parties, l’une romaine et l’autre grecque, celle-ci calquée sur le symposion ? Et cette évolution se serait-elle traduite par l’introduction d’un vocabulaire nouveau d’origine grecque ? En particulier peut-on affirmer que le mot comissatio ou compotatio désigne ce second banquet, plus grec que le premier3 ?

  • 4 Pour cette notion de poésie grecque en latin, voir Maxime Pierre, « Rome dans la balance », dans Fl (...)

4Hypothèse indéfendable. On ne peut pas opposer de cette façon les deux parties de ce banquet, l’une étant romaine et l’autre grecque. En effet, cette seconde partie est romaine parce que grecque, ou plutôt parce qu’elle est plus grecque que la première. De fait, le banquet donné par notre jeune Oriental, citoyen romain, et raconté par Aulu-Gelle, est toujours appelé cena sans qu’apparaisse le mot comissatio. Et la partie « grecque » de ce banquet est l’occasion pour Aulu-Gelle de célébrer le nomen latinum en citant en latin des poèmes de banquet de l’âge républicain. C’est donc bien un espace de culture où l’on boit, parle et chante à la « grecque », mais qui est intégré à la culture romaine de banquet et où donc on peut aussi chanter « à la grecque » des poèmes « grecs » en latin4. Cette seconde partie « grecque » du banquet est une expansion de la première.

5En revanche les termes comissatio et comissari sont attestés de façon ancienne, chez Plaute, Térence puis Cicéron, et ils équivalent globalement à cena et cenare. Donc nous ne pouvons pas voir un lien entre la présence d’un vocabulaire grec en latin pour dire le banquet et une hellénisation de ce banquet, qui se traduirait en particulier par l’adoption progressive des pratiques du symposion. Que le banquet soit un lieu où les références à la Grèce soient multiples, que les Romains s’y plaisent à « faire le Grec », tout cela est incontestable. On soupçonne même, au travers des textes comme celui d’Aulu-Gelle, dans l’élite romaine la présence éblouissante d’un symposion mythique et paradigmatique. Mais cette dimension grecque du banquet romain est présente pendant toute l’histoire romaine et doit être interprétée autrement que comme l’effet d’emprunts culturels ou d’une acculturation historiquement datables.

6Ce qu’illustre la fameuse anecdote rapportée sur Hortensius, le grand orateur rival de Cicéron. Insulté par son adversaire qui l’appelle Dionysia du nom d’une actrice de mime de l’époque à cause de son éloquence précieuse et dansante, Hortensius répondit qu’il préférait être cette Dionysia plutôt qu’un rustre comme son insulteur, Torquatus :

« <…> ἄμουσος, ἀναΦρόιτος, ἀπροσδιόνυσος »,

  • 5 Aulu-Gelle, Nuits attiques, I, V, 2-3.

« <…> qui ne connaît ni les Muses, ni Aphrodite, ni Dionysos5 ».

  • 6 Certes, il peut arriver qu’un banquet soit trop grec, c’est-à-dire trop luxueux. Mais c’est l’excès (...)

7La culture dont s’honore Hortensius est ici déclinée en termes de poésie sympotique, qui plus est en grec, puisqu’il se réfère aux trois divinités du banquet grec : les Muses, Dionysos et Aphrodite fréquemment évoquées dans les chansons d’Alcée ou d’Anacréon. À l’insulte de Torquatus, qui le traite de Grec efféminé, il répond en affirmant qu’il est cultivé et le prouve par sa réponse même. Cette anecdote montre comment le vocabulaire et donc la référence grecs le nom de la danseuse comme les qualificatifs attribués à Torquatus, intégrés dans un discours latin, ont au sein de la civilisation romaine une valeur axiologique réversible : ils stigmatisent en disant l’effémination ou ils valorisent en disant la culture. Tout est question de contexte. Être grec au forum est une honte, être grec au banquet est un signe élitaire. Ainsi l’espace du banquet romain est-il légitimement grec. Dans ce récit, le banquet d’Hortensius, comme lieu de culture, est totalement assimilé à un symposion anacréontique6.

  • 7 La πρόποσιϛ est un rituel d’ouverture du symposion : ce premier partage de la première coupe de vin (...)

8En fait, la question qui se pose n’est pas celle de l’hellénisation historique d’un banquet romain et austère devenu grec et luxueux, mais de l’emploi du vocabulaire désignant le banquet à Rome. Incontestablement, certains mots latins sont à mettre en relation avec des termes grecs : comissatio avec κῶμος, compotatio avec συμπόσιον et propinare avec προπίνω. Mais l’existence de termes « grecs » pour dire le banquet romain n’implique pas qu’ils renvoient à des pratiques objectivement grecques d’origine, conséquence d’une hellénisation historiquement datée et en rupture avec des traditions romaines préexistantes. Ils ne traduisent pas non plus l’évolution d’un banquet romain toujours plus grec. Ainsi le terme peut-être le plus « grec », propinare7, qui signifie « boire dans un banquet » est présent dans toute la latinité depuis Ennius jusqu’à l’Histoire Auguste.

  • 8 Voir Michel Dubuisson, « Graecus, graeculus, graecari : l’emploi péjoratif du nom des Grecs en lati (...)
  • 9 John Scheid, Quand faire c’est croire. Les rites sacrificiels des Romains, Aubier, 2005, pp. 87-111 (...)
  • 10 Pour de nombreux exemples de cet usage chez les Romains, voir F. Dupont et E. Valette-Cagnac (éds.) (...)

9Si les choses se présentent ainsi, c’est que la qualification de graecus à Rome le plus souvent n’est pas ethnonymique8. On connaît le fameux ritus graecus9 qui désigne une façon romaine, particulière, de sacrifier, sans que le rituel soit d’origine grecque, ni n’imite les pratiques grecques. De même que les ludi graeci sont des jeux comportant des représentations scéniques, lesquelles sont, traditionnellement, considérées à Rome comme d’origine étrusque. En effet, bien des réalités romaines sont dites « grecques » pour des raisons autres que leurs origines. Ce que nous allons constater une fois de plus dans le cas du banquet romain10.

Façon comique de « faire le Grec » : le banquet des jeunes gens

10La façon dont la comédie romaine dit le banquet prouve que, d’une certaine façon, un banquet romain est toujours grec. C’est ainsi que dans la comédie, « faire le grec » signifie banqueter.

  • 11 Festus-Paul, p. 235 ed. Lindsay : « epulis et potationibus inseruire ».

11« Faire le grec » est, en effet, le sens étymologique du verbe graecari, que l’on trouve dans ses composés à valeur intensive, pergraecari et congraecare, « faire excessivement le grec », toujours utilisés chez Plaute avec la même valeur : il s’agit pour les jeunes gens – adulescentes de la comédie de « faire la fête », de « s’éclater à la grecque », c’est-à-dire précisément, selon Festus11, de « sombrer dans la gourmandise et la boisson ».

  • 12 C’est l’hypothèse que propose, rapidement et sans y tenir trop, Michel Dubuisson, loc. cit., pp. 32 (...)

12Faut-il voir dans cette fête des jeunes gens, une imitation des mœurs grecques ? Autrement dit, une importation de pratiques voluptueuses venues de Grèce au sein des banquets romains, et donc une forme précoce d’hellénisation de la cena romaine ? Ces deux verbes serviraient-ils à signaler un débordement exceptionnel par rapport à la norme romaine, débordement à mettre sur le compte d’influences grecques12 ?

  • 13 Pour l’étude détaillée de ces quatre occurrences, cf. infra.

13Rien n’autorise une telle interprétation. En effet, les banquets dans la comédie sont des cenae romaines. Ne serait-ce qu’à cause de l’importance que les textes comiques attachent à la nourriture. La figure du cuisinier et les nombreuses allusions aux achats de poissons, nourriture chère et somptueuse pour les Romains, font de ces cenae des repas luxueux mais selon la norme romaine traditionnelle. Sans rien de spécialement sympotique ou hellénique. Or, c’est dans ces cenae que les jeunes gens « s’éclatent à la grecque », congraecare ou pergraecari. Dans les quatre comédies de Plaute13 où ces deux verbes sont employés, rien ne distingue les banquets auxquels réfèrent ces verbes, des autres banquets de jeunes gens de la comédie romaine. Les banquets comiques sont tous semblables et conformes à la cena traditionnelle réunissant les trois plaisirs romains de la bonne chère, du vin et des divertissements.

  • 14 Cf. supra : Aulu-Gelle, Nuits attiques, I, V, 2-3.
  • 15 Comme en témoigne la poésie de Lutatius Catulus.
  • 16 Pline le Jeune, Lettres, I, 15, 2-3.

14Ce modèle du banquet se maintiendra globalement pendant toute la romanité, sur un mode plus ou moins luxueux. Seuls les divertissements varieront qualitativement et quantitativement selon le statut social des invités, et selon l’époque historique au sein d’un groupe social donné. Ils peuvent consister en un récital de poésie grecque chez les patriciens lettrés de l’Empire14 comme sous la République15. Mais il peut aussi s’agir de filles quand le banquet se passe dans une maison de prostitution, ou de joueuses de flûte, louées pour l’occasion, chez Plaute et Térence. On retrouve des récitals de poésie aussi bien que des danseuses ibères de Gadès, à l’époque de Trajan16. La poésie, divertissement plus « grec », est parfois liée à un repas frugal, les danseuses espagnoles à un repas luxueux.

  • 17 On le voit dans le passage d’Aulu-Gelle (cité supra note 2) mais aussi chez Pline le Jeune (cité su (...)

15Et si l’on devait chercher une évolution dans un sens ou dans un autre, on constaterait plutôt une tendance à substituer à la poésie grecque, traditionnellement présente dans les banquets romains, ou à y ajouter, une poésie en langue latine17. Ce qui ne veut pas dire que cette poésie latine soit moins voluptueuse que la poésie grecque.

16Voici comment par exemple la cena du Pseudolus est résumée par le personnage éponyme, un esclave qui en sort à l’instant :

« ita victu excurato, ita magnis munditiis <et> dis dignis,
itaque in loco festivo sumus festive accepti.
quid opust me multas agere ambages ? hoc
est homini quam ob rem vitam amet,
hic omnes voluptates, in hoc omnes venustates sunt :
deis proximum esse arbitror
 ».

  • 18 Plaute, Pseudolus, 1253-1258.

« Le dîner était exquis, et tout le reste d’un raffinement… divin.
C’était vraiment la fête.
Je ne vais pas vous faire des discours…
Bref il y avait tout ce qui fait aimer la vie
Luxe, charmes et voluptés !
Tout ce qui nous rapproche des dieux18 ».

17Pseudolus commence donc à célébrer le luxe du banquet des jeunes gens, en se focalisant sur le uictus, la nourriture. Puis il cite des chansons d’amour écrites en latin « à la grecque » qui sont des lusus, des jeux érotiques et verbaux présents dans les banquets durant toute la romanité. En voici une :

« nam ubi amans complexust amantem, ubi ad labra labella adiungit,
ubi alter alterum bilingui manifesto inter se prehendunt,
ubi mammam mammicula opprimit aut, si lubet, corpora conduplicantur
 ».

  • 19 Ibid., 1259-1261.

« Quand un amoureux tient dans ses bras son amour
Quand ses lèvres se posent sur ses lèvres
Quand l’un et l’autre confondent leurs langues
Quand poitrine contre poitrine leurs corps ne font plus qu’un19 ».

18Maintenant, après avoir dîné, ils continuent le banquet – accubantis en buvant potantis et en embrassant leurs amies amantis :

« illos accubantis, potantis, amantis
cum scortis reliqui, et meum scortum ibidem,
suo cordi atque animo opsequentes
 ».

  • 20 Ibid., 1271-1273.

« Eux ils sont encore couchés dans la salle à manger, ils boivent, ils s’embrassent.
Je voulais les laisser avec leurs putes, la mienne aussi je voulais m’en débarrasser.
À chacun ses plaisirs20 ».

19Ensuite Pseudolus veut sortir, les banqueteurs lui demandent de danser. Et il interprète une danse « ionienne », c’est-à-dire la plus grecque des danses grecques, car la plus voluptueuse, la plus efféminée :

« sed postquam
exurrexi, orant med ut saltem.
ad hunc me modum intuli illis satis facete
nimis ex discipulina, quippe ego qui
probe Ionica perdidici
 ».

  • 21 Il reproduit sur scène une danse qu’il a offerte aux convives comme divertissement.
  • 22 Plaute, Pseudolus, 1272-1275. La Phrygie est, dans les imaginaires romain et athénien, le lieu symb (...)

« Mais dès que je me suis levé de table,
ils m’ont supplié de danser.
Je me suis alors lancé dans une petite chose de ce genre21
C’est un joli numéro, qui demande de la technique,
J’ai fait une école de danse orientale22 ».

  • 23 Le sens n’est pas douteux si l’on tient compte d’un vers suivant (1277) où amare ne peut avoir que (...)

20Comment exploiter ce texte du Pseudolus ? Le banquet est visiblement un espace où interfèrent des plaisirs grecs, présentés comme tels, par exemple la danse ionienne de Pseudolus, qu’il a apprise dans une école spécialisée, et des plaisirs romains comme le uictus excuratus, la bonne chère. Entre les deux, on trouve un espace intermédiaire, ce que nous appelons « la Grèce interne de Rome ». Appartient à cet espace le baiser, qui est signifié certes par un verbe latin, amare ; mais l’emploi ici d’amare ne se comprend que par rapport au verbe grec φιλεῖν qui, dans le contexte du symposion, signifie « embrasser »23. Il en est de même de ces lusus, dits en latin, comme l’impose le texte de la comédie. Sont-ils ou non supposés avoir été prononcés en grec dans le banquet ? La question, on le comprend, n’a pas lieu d’être, car finalement cela ne faisait aucune différence. De toutes les façons, ce sont des chansons grecques, c’est-à-dire érotiques et voluptueuses, en grec ou en latin, et en tant que telles, elles sont des lusus de banquet romain. Les signes de grécité insérés dans un récit de banquet sont donc une des façons d’en célébrer le luxe sans signaler nécessairement une addition étrangère. Un banquet romain doit offrir un minimum de plaisirs et ces plaisirs sont toujours susceptibles d’être qualifiés de grecs, à l’exclusion peut-être des plaisirs gastronomiques qui constitueraient le noyau « dur » de l’identité des banquets romains. Même pas, semble-t-il, comme on va le voir avec l’emploi du verbe obsonare.

« S’éclater à la grecque » : pergraecari et congraecare

21Les contextes d’emploi de pergraecari et congraecare montrent que ces deux verbes ne font qu’hypertrophier la dimension grecque, c’est-à-dire voluptueuse des banquets auxquels ils se réfèrent. Or la nourriture luxueuse y est célébrée grâce, en particulier, à la présence de parasites, insensibles aux filles et à la poésie amoureuse, mais affamés de bonne chère. Ils errent toujours à la recherche d’un banquet de jeunes gens et s’emploient volontiers à faire les courses, comme dans la Mostellaria :

« nunc, dum tibi lubet licetque, pota, perde rem
corrumpe erilem adulescentem optumum ;
dies noctesque bibite, pergraecamini,
amicas emite liberate, pascite
parasitos, obsonate pollucibiliter
 ».

  • 24 Plaute, Mostellaria, 20-24.

« Maintenant, vas-y, fais ce qu’il te chante, plus de limite ! Dépense
Fais un dépravé du fils du patron, un si bon garçon !
Buvez jour et nuit, éclatez-vous à la grecque
Achetez des filles, affranchissez-les, nourrissez
Des parasites, et gueuletonnez comme des princes24 ».

22Ici l’emploi du verbe obsonare est caractéristique de ce luxe du banquet romain dit systématiquement en termes grecs. Ce verbe, présent chez Caton et Cicéron, et donc nullement réservé à la comédie, vient du grec ὀψώνιον signifiant « provisions de bouche ». À Rome le terme fait référence spécialement aux marchandises achetées au marché, chères et luxueuses, indispensables pour un banquet de fête, par opposition aux nourritures produites par le jardin et qui suffisent au quotidien. Donc obsonare veut dire « faire des courses pour un banquet », et par extension « banqueter ».

23Pergraecari peut être associé à la bonne chère, de façon encore plus centrale :

« […] agite, porro pergite
quoniam occepistis : bibite, pergraecamini,
este, ecfercite vos, saginam caedite
 ».

  • 25 Plaute, ibid., vers 62-65.

« […] Allez, continuez
Comme vous avez commencé : buvez, éclatez-vous à la grecque
Mangez, empiffrez-vous, tuez le veau gras ! » 25

24Mais ces verbes apparaissent plus souvent dans l’énumération de tous les plaisirs du banquet qu’ils semblent résumer en les hypertrophiant, sans renvoyer plus précisément à l’un ou à l’autre. Ainsi trouve t-on dans la même comédie :

« Triduom unum est haud intermissum hic esse et bibi,
scorta duci, pergraecari, fidicinas tibicinas
ducere
 ».

  • 26 Plaute, Mostellaria, 959-961.

« Ici, pendant trois jours sans interruption, on a mangé, bu,
Loué des putes ; on s’est éclaté à la grecque,
On a engagé des joueuses de flûte et de lyre26 ».

25Et dans une autre, un personnage doit feindre de venir de l’étranger et demander un endroit où faire la fête, en buvant avec des filles :

« […] quasi tu nobiscum adveniens hodie oraveris,
liberum ut commostraremus tibi locum et voluptarium,
ubi ames, potes, pergraecere
 ».

  • 27 Plaute, Poenulus, 600-603.

« […] comme si en arrivant aujourd’hui tu nous avais demandé de t’indiquer
un lieu de plaisir où trouver des filles, boire, t’éclater à la grecque27 ».

26Enfin dans les Bacchides, les deux verbes se trouvent chacun une fois, avec une valeur englobante, afin de dénoncer les dépenses excessives d’un fils qui fait la fête :

« Atque id pollicetur se daturum aurum mihi,
quod dem scortis quodque in lustris comedim congraecem, pater
 ».

« Il me promet de me donner de l’argent pour que je le donne à des putes,
que je le dépense dans des bouges, en un mot que “je m’éclate à la grecque”, père ».

« Propterea hoc facio, ut suadeas gnato meo
ut pergraecetur tecum, tervenefice.
 »

  • 28 Plaute, Bacchides, 742-743 et 811-812.

« Je le fais pour que tu persuades mon fils
de s’éclater à la grecque avec toi, triple salopard ! »28

27Cette dernière occurrence montre bien que le verbe pergraecari suffit à lui seul pour signifier la débauche des jeunes gens dont nous avons vu qu’elle consistait à mener joyeuse vie de banquet en banquet, à manger, boire et payer des filles.

  • 29 Pierre Grimal, Le siècle des Scipions, Aubier-Montaigne, 1975, pp.166 sqq.
  • 30 Parfaitement admise pour les jeunes gens, cf. Térence, Adelphes 101, et pas seulement dans la socié (...)

28S’agit-il d’une condamnation morale de l’hellénisation de Rome comme on l’a dit parfois29 ? Dans la comédie, la seule faute commise par les jeunes gens consiste à dépenser un argent qui ne leur appartient pas, celui du patrimoine familial dont leur père a la gestion. Sinon aucune condamnation morale n’est objectée à cette « vie grecque »30. La seule raison pour ne pas se vautrer dans le plaisir est, dans la société comique, société uniquement économique, d’épargner la fortune familiale. Ce dont seuls les pères se soucient. S’ils s’opposent à la vie grecque de leur fils, c’est pour cette unique raison. On ne peut pas faire de la comédie un lieu de dénonciation de la corruption des mœurs par l’hellénisation de Rome.

29L’emploi de graecus pour former ces deux verbes composés ne sert donc pas à indiquer une origine, mais à qualifier un type de comportement, interne à la civilisation romaine. « Faire le Grec », c’est s’adonner aux plaisirs. Or l’espace culturel des plaisirs par excellence étant à Rome l’otium, avec sa pratique emblématique de la volupté, la cena, « faire le grec » c’est s’abandonner aux délices du banquet romain. Précédé des préverbes cum et per, graecari prend une valeur superlative et indique une hypertrophie de ces plaisirs et de ces dépenses, hypertrophie qui, dans la comédie, caractérise tous les banquets des jeunes gens.

  • 31 Michel Dubuisson, loc. cit.

30Nous retrouvons donc dans le verbe graecari les caractéristiques de l’adjectif graecus qui semble avoir eu à Rome un sens d’abord essentiellement qualitatif et péjoratif31. Il désignait quelqu’un de leuis, fallax, otiosus, léger, menteur, paresseux. L’adjectif graecus lui-même n’est pas grec ni d’origine grecque et quand il est adopté par la langue grecque, γραικός, il vient du latin. Les Grecs ressentaient, paraît-il, cette appellation comme une insulte ; c’est, en tout cas, un nom qui leur est imposé de l’extérieur, qui plus est, un collectif, alors que les Grecs se dénomment à partir de leur cité, comme Athénien, Lacédemonien, ou Marseillais. En d’autres termes l’adjectif graecus lui-même n’est pas du grec, mais du « grec de Romain ».

31De fait, le verbe graecari sert aux Romains pour parler de Rome et non de la Grèce. Il s’inscrit dans un système binaire où l’urbanitas s’oppose à la rusticitas, comme la uoluptas au labor, ainsi qu’on le voit, par exemple, dans cette réplique d’une comédie d’Afranius :

« Hominem improbum ! nunc ruri pergraecatur ! ».

  • 32 Titinius, frg. 170, cité par Festus-Paul, p. 235/22-23 édition Lindsay (fin du iiie s. et début du (...)

« Le salopard ! Maintenant le voici qui s’éclate à la grecque, même à la campagne ! »32

  • 33 Sur cette notion d’urbanitas, voir Emmanuelle Valette-Cagnac, « Plus attique que la langue des Athé (...)

32La Grèce est donc du côté de l’Vrbs c’est-à-dire de Rome, par opposition à la campagne ; la campagne qui du coup représente Rome par opposition à la Grèce. Ce qui revient à dire qu’il y a une Rome « grecque », celle de l’urbanitas, face à une Rome « rustique » qui peut servir à affirmer une identité romaine archaïque si nécessaire33.

  • 34 Et quand bien même nous n’aurions pas ce fragment de Titinius, il semble peu vraisemblable que des (...)

33C’est pourquoi le banquet des jeunes gens de la comédie où « ils s’éclatent à la grecque » n’a besoin d’accueillir aucun plaisir supplémentaire d’origine grecque ; il lui suffit d’être un banquet romain excessif pour être un lieu de plaisirs grecs. Et si des esprits sceptiques suggéraient qu’après tout les personnages de la comédie palliata sont censés être grecs et que donc il serait normal que ces Grecs « fassent les Grecs », nous les renverrions à ce fragment de togata que nous venons de citer et qu’un hasard heureux nous a conservé. On sait que dans les comédies togatae les personnages sont vêtus en Romains mais que les intrigues sont semblables à celles de la palliata : on y trouve donc les mêmes jeunes gens en quête de plaisirs, d’argent et de filles. Le verbe pergraecari y est utilisé dans un contexte visiblement semblable à celui de Plaute et sert à dénoncer la débauche d’un homme, sans doute un jeune homme, qui mène une vie voluptueuse, digne de l’Vrbs, même à la campagne34.

  • 35 Le personnage est le nom propre, généralement grec que porte un rôle – par exemple senex, adulescen (...)
  • 36 Timothy Moore, The theatre of Plautus. Playing to audience, Austin, University of Texas Press, 1988 (...)

34« Faire le grec » dans la comédie ne réfère donc pas au contexte grec de la fiction comique ni ne sert au poète à dénoncer une quelconque hellénisation de Rome ; l’expression sert à définir de l’intérieur de Rome, la débauche de l’adulescens35. Si le verbe graecari est employé uniquement dans des composés pour parler des banquets comiques, c’est sans doute, puisque les préverbes ont une valeur intensive, qu’il s’agit là d’une façon superlative de « faire le Grec » : les banquets de comédie seraient ainsi des « superbanquets » dont le caractère voluptueux, c’est-à-dire grec, est hypertrophié. Par conséquent les personnages de comédie, présentés comme des Grecs, vivant en Grèce, avec des noms grecs, ne servent pas à composer des représentants d’une Grèce réelle, d’une Grèce externe et historique, mais hypertrophient des comportements romains qualifiés de « grecs », comme le plaisir, l’amour, le mensonge36, le jeu, le théâtre, et à offrir ainsi l’image hyperbolique d’une Grèce interne à Rome.

Les charmes grecs du lancer de javelot

35Le verbe simple graecari se trouve une seule fois, et chez Horace. Il a la même valeur que dans ses emplois comiques : il sert à assimiler toute forme de plaisir, qu’il soit ou non historiquement d’origine grecque, à une pratique « grecque », et réciproquement toute pratique grecque à une forme de plaisir ; et la seule information qu’apporte ce verbe est que la pratique qu’il désigne est romaine et qualifiée de grecque par les Romains.

36Le contexte d’emploi de graecari est encore celui de l’otium et même du banquet. Horace dénonce, en effet, comme il se doit dans un poème normatif, la gourmandise des Romains au banquet et rappelle ce lieu commun de l’antiquité que c’est la faim qui donne sa valeur à un repas, plus que le luxe gastronomique. L’homme qui s’est dépensé en efforts physiques avant la cena trouvera tous les plats qu’on lui sert délectables. Quels sont ces exercices qui l’ont affamé ? Courir le lièvre, monter un cheval rétif, suivre l’entraînement militaire. À moins que le futur dîneur préfère « faire le grec » graecari, car il est moins fatiguant de faire du sport : lancer le javelot ou le disque. Pourquoi ? Parce que le sport est « grec ».

« […] leporem sectatus equove
lassus ab indomito vel, si Romana fatigat
militia adsuetum graecari – seu pila velox
molliter austerum studio fallente laborem,
seu te discus agit, pete cedentem aera disco :
cum labor extuderit fastidia, siccus, inanis
sperne cibum vilem ; nisi Hymettia mella Falerno
ne biberis diluta
 ».

  • 37 Horace, Sermones, II, 2, 9-16.

« […] il a couru le lièvre, il est épuisé par son cheval rétif,
à moins que l’entraînement militaire le fatigue
car il a l’habitude de vivre à la grecque – donc si tu lances le javelot,
l’excitation du jeu adoucissant la rudesse de l’effort
ou encore si c’est le disque qui te branche, vas-y, lance le en l’air :
quand l’effort t’aura débarrassé de tes dégoûts,
on verra si desséché, le ventre creux,
tu repousses une nourriture ordinaire, tu n’acceptes de boire
que du Falerne mêlé à du miel de l’Hymette37 ».

37Tout y est dans ce texte, qui oppose la rusticitas à l’urbanitas, les façons romaines aux façons grecques, la mollitia au labor, à l’intérieur même d’une pratique qui relève de l’effort : l’exercice physique. Cet exercice physique, qui lui-même s’oppose à la cena en termes comme labor à uoluptas, peut se pratiquer « à la grecque » ou « à la romaine ». L’entraînement physique « à la grecque » même le plus épuisant, reste mollis et du côté de la uoluptas, en face de l’exercice « à la romaine », du côté du labor. L’inclusion d’une composante grecque, dans une niche romaine, ici celle du labor militiae, entraîne automatiquement une dérive du côté de la mollesse sans compromettre la nature du lieu culturel où se réalise cette inclusion. En effet, qu’il fasse du sport grec ou de l’entraînement militaire romain, le dîneur aura faim. On voit ici que la qualification de grecque ou romaine est relative. Face à la uoluptas « grecque », tout labor est « romain ». Mais ce labor, peut se dissocier en labor « grec » mollis et en labor « romain » austerus.

38On peut aussi remarquer qu’Horace a une étrange conception de la militia, car si à la rigueur monter un cheval rétif et le dompter appartient à la formation des cavaliers de l’armée romaine, en revanche la chasse n’est pas une occupation habituelle des jeunes nobles romains. La chasse à Rome, du moins sous la République et au début de l’Empire, est un officium seruile qui se fait avec des pièges et n’a d’autre but que de fournir du gibier aux banquets ; les jeunes optimates ne sont pas des cavaliers athéniens ni des personnages de la Cyropédie. Cette militia à la Xénophon est des plus curieuses. Romain ou grec, la qualification d’un comportement à Rome est toujours arbitraire, et se construit à chaque fois dans un nouveau système d’opposition.

  • 38 Porphyrion, un Africain venu enseigner à Rome au iiie s. apr. J.-C., commente tout ce qui lui sembl (...)

39La note d’un scholiaste, Porphyrion38, commentant ce verbe graecari permet de prolonger encore l’analyse : « ideo graecari ponit pro ludere quia omnes ludi nostri prouenerunt a Graecis ». Le scholiaste donc s’étonne de cet emploi de graecari pour des coutumes qui lui semblent bien romaines comme le lancer du javelot ou du disque. Pour lui ces activités sont des ludi, des activités romaines, qu’il ne convient pas de distinguer comme plus ou moins grecques. Il explique leur qualification de grecque par leur origine : « tout ce qui est jeu chez nous est grec ». L’origine historique, une référence à la Grèce externe, sert ici, dans un texte tardif quand, semble-t-il, a disparu toute référence à une Grèce interne et voluptueuse, à une altérité éthique. Porphyrion ne connaît plus la valeur ancienne et éthique du verbe graecari et ne lui connaît qu’un sens ethnonymique.

  • 39 Florence Dupont, « Ludions, Lydioi : les danseurs de la pompa circensis. Exégèse et discours sur l’ (...)

40Chez Horace, altérité interne et altérité externe se superposent ; l’entraînement sportif est à la fois d’origine grecque et mollis ; chez Porphyrion la même superposition exige une explication afin d’introduire comme médiation l’altérité interne, implicite chez Horace. L’opposition interne entre les sports molles et la rudesse de l’entraînement militaire ne pose pas de problème à Porphyrion. La militia est un labor, une activité avec un but, le sport, lui, est une activité gratuite, un jeu, ludus. La preuve en est, le sport est accompagné de studium, de l’excitation frivole suscitée par une rivalité pour rien, ce qui fait que le sport relève de la mollitia et du ludus, deux valeurs inséparables à Rome. Donc cette opposition interne, entre sport et entraînement militaire recoupe pour Porphyrion, celle du ludus et du labor. C’est pourquoi il substitue ludere à graecari. Puis pour expliquer pourquoi graecari et ludere ont le même sens, Porphyrion reprend une vieille tradition qui fait venir les ludi de Grèce par l’intermédiaire des Lydiens39. Le sport est donc selon lui une inclusion oubliée des ludi – grecs, dans la culture romaine de l’effort physique. À l’époque de Porphyrion, les sports de la palestre sont toujours sentis comme opposés à la militia mais sans qu’on leur prête une origine grecque. Donc Porphyrion « retrouve cette origine grecque » mais non pas à partir de faits historiques, il la déduit d’une altérité interne, celle des jeux. Mais à son époque les pratiques de plaisirs ne sont plus dites en termes d’altérité incluse, de grécité. Porphyrion, donc, doit passer par une origine ethnique et affirmer que tout ce qui est jeu, ludus, vient de Grèce. Il témoigne ainsi de la fin de l’altérité incluse et de la disparition de l’imaginaire romain de la Grèce interne : le verbe graecari ne peut plus signifier « s’éclater à la grecque », il ne peut servir qu’à signaler une origine, il a seulement une valeur ethnique ayant perdu toute valeur éthique. Remarquons que la démarche suivie par Porphyrion est étiologique et non pas historique. Quand il dit que ces sports sont grecs d’origine, il ne dit pas la même chose que nos historiens contemporains. Il s’appuie en effet sur une étymologie traditionnelle du terme ludus et non sur une histoire de l’exercice physique à Rome.

41L’adjectif graecus a donc des sens et des valeurs variables. Le plus souvent, il va servir à qualifier moralement et culturellement des hommes ou pratiques internes à Rome, tantôt pour les définir selon un critère d’altérité incluse, par exemple les jeux grecs, ou le rite grec, Grèce interne, tantôt pour les rejeter, marginaliser ou blâmer, altérité exclue. Il est employé rarement comme ethnonyme à époque classique mais cette valeur semble prévaloir à époque tardive, quand la Grèce tend à disparaître de l’imaginaire romain comme figure du plaisir, c’est-à-dire quand la culture grecque se dissout de fait dans l’Empire romain, dont elle devient le passé ; elle peut alors servir d’origine géographique ou culturelle, c’est ce que nous avons appelé « la Grèce externe ».

42Ainsi le cœur même de la civilisation romaine, le territoire sacré de l’Vrbs, peut aussi, entre autres définitions, être perçu comme un espace d’altérité, dans la mesure où il est le lieu par excellence des plaisirs : otium urbanum. Nous rencontrons ici une altérité interne, incluse, une forme d’exotisme constitutif de la civilisation romaine. Rome est aussi peu concevable sans les plaisirs grecs du banquet que sans le Palatin de Romulus, le Capitole de Jupiter, le Forum de la Curie et du Comitium.

Epulum et comissatio : banquet romain et banquet grec ? Question de points de vue

43Le banquet à Rome est donc toujours plus ou moins grec, c’est-à-dire plus ou moins romain, de deux façons différentes. Soit trop grec, il sort des limites imposées aux plaisirs de l’otium, soit simplement grec, il est conforme à l’espace voluptueux de l’otium auquel il appartient et s’oppose légitimement à l’austérité du labor. Trop austère, pas assez grec, il devient indigne d’un Romain dont l’avarice sera blâmée par la collectivité. Tout est question de points de vue.

44Parallèlement à cette évaluation qualitative du luxe des banquets, existe un autre vocabulaire qui prend en compte un autre aspect des banquets, leur fonction religieuse. Ce vocabulaire-là est totalement latin.

  • 40 Cf. Ernout -Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, s.v. epulum.
  • 41 John Scheid, Quand faire c’est croireop. cit., pp. 222 sqq.
  • 42 Macrobe, Saturnales, III, 13, 10 sq.
  • 43 Pseudolus, 1266.

45Le banquet peut ainsi être dénommé dapes ou epulum, quand il s’agit d’un banquet rituel généralement associé à un sacrifice dans un sanctuaire40, avec les epulones, prêtres chargés de ce banquet. Le verbe epulare comme le nom epulum reviennent sans cesse dans les inscriptions religieuses41. D’autres termes comme silicernium ou uisceratio appartiennent à la langue technique des rituels religieux puisque le banquet sacrificiel est un rite essentiel de la religion romaine. Ceux-ci ne sont pas spécialement frugaux ni rustiques. Bien au contraire la gourmandise des prêtres romains, comme les Saliens, était proverbiale et plus généralement les banquets sacrés étaient somptueusement fournis ; Macrobe42 donne le menu impressionnant du banquet d’inauguration d’un flamine de Mars au dernier siècle de la République. L’adjectif dapsilis peut d’ailleurs signifier « abondant » à propos d’un repas, chez Plaute43.

  • 44 Ernout-Meillet, op. cit., s.v. cena.

46Le terme générique cena qui désigne le banquet comme pratique sociale renvoie à l’origine sans doute à un banquet sacrificiel44. Comme le grec dais, la cena est l’espace où se consomme collectivement la part sacrificielle caro, attribuée à chacun. Le mot n’a gardé de son origine qu’une valeur institutionnelle, sans qu’aucune connotation religieuse ne s’y attache. Un autre nom, conuiuium, désigne le banquet mais n’indique que le partage du uictus. À côté de tous ces termes purement latins, existe une désignation « grecque » du banquet, comissatio formée à partir du verbe latin comissari. Ce terme n’indique pas un type de banquet particulier ou une partie du banquet romain, mais sert à indiquer la qualité voluptueuse de la cena, en dehors de ses fonctions rituelles. Il signale un point de vue et non un objet particulier. C’est pourquoi c’est un nom « grec ».

  • 45 Varron, De Lingua Latina, VII. 89. En grec le sens de banqueter se trouve aussi chez Platon ou dans (...)

47Par sa formation, le verbe comissari se rattache au grec κῶμος, mais c’est une formation latine en -issare parallèle au grec κωμάζειν45, formation fréquente à partir de radicaux grecs comme graecissare ou atticissare que l’on trouve chez Plaute. Le sens précis de κῶμος – bande joyeuse de fêtards en proie à l’ivresse dionysiaque n’est pas conservé. Sauf cas particuliers dont nous parlerons plus loin, comissari qui sert alors à « traduire » κωμάζειν en latin : comissari veut dire très généralement « faire la fête » et plus spécifiquement comme pour graecari, « faire la fête dans un banquet ».

48Les emplois les plus fréquents en font un doublet soit de cenare, soit de pergraecari. Ces deux séries d’usage sont intéressantes. En aucun cas la comissatio ne désigne ce qui serait la partie grecque d’un banquet romain.

49Chez Plaute, la comissatio renvoie aussi bien au banquet des jeunes gens, donc à la notion de pergraecari, qu’au banquet qui attend chaque spectateur chez lui ou chez des amis à la sortie du théâtre. Par exemple un personnage propose d’inviter une fille à banqueter :

« […] Phaedriam
Intro mittamus comissatum
 ».

  • 46 Térence, Eunuque, 442. Cf. aussi Plaute, Stichus, 686 ; Térence, Adelphes, 782.

« Invitons Phaedria à venir banqueter dans la maison46 ».

50Le terme n’a donc rien de péjoratif. Il célèbre simplement le banquet romain, comme espace de plaisirs « grecs », comme lieu et comme moment où « l’on fait la fête ». Ainsi à la fin du Stichus, le cantor (?) dit au public :

« Vos spectatores plaudite atque ite ad uos comissatum ».

  • 47 Plaute, Stichus, 212.

« Vous, les spectateurs, applaudissez et allez chez vous banqueter47 ».

51Cette composante voluptueuse du banquet romain, signifiée par le terme grec comissari, n’est donc pas nécessairement objet de blâme ou ne marque pas nécessairement non plus une hypergrécité renvoyant spécifiquement à la palliata. Comme pour pergraecari, une occurrence chez Afranius confirme que l’emploi du terme comissari n’a rien à voir avec la fiction grecque :

« Comissatum protenis recta digredimur domum ».

  • 48 Afranius, II, 2 frg. 107 (ed. Teubner).

« Sur le champ nous allons droit à la maison pour banqueter48 ».

  • 49 Cicéron, Contre Verrès II, 3, 31 ; Catilinaires, II, 10, 16 ; Philippiques, V, 15, 80. Cf. aussi Le (...)

52En revanche, en dehors de la comédie, la plupart des occurrences de comissari ou comissatio confèrent à leurs emplois une valeur péjorative et orgiaque, c’est-à-dire « grecque exclue ». Quand Cicéron veut dénoncer la vie scandaleuse de ses adversaires sur le forum ou dans un contexte politique, il emploie volontiers comissari et comissatio. C’est ainsi qu’on les trouve utilisés contre Verrès, Catilina, et Antoine49 ; inversement quand il défend des hommes jeunes comme Murena, il montre qu’on ne les voit pas dans ces banquets orgiaques :

« […] nullum turpe conuiuium, non amor, non comissatio, non libido, non sumptus ostenditur ».

  • 50 Pro Murena, 13, 7.

« […] ni banquet déshonorant, ni maîtresse, ni orgie grecque, ni passion, ni dépenses50 ».

53Ou bien alors qu’ils en sont les victimes innocentes comme Caelius, pris à Baïes dans un tourbillon de :

« Amores, adulteria,... conuiuia, comissationes, cantus, symphoniae »

  • 51 Pro Caelio, 35, 94.

« Amours, adultères,… banquets, orgies grecques, chants, concerts51 ».

  • 52 Histoires, I, 30 et II, 76.
  • 53 De beneficiis, VI, 32, 1.
  • 54 Suétone, Titus, 7.

54Dans la même tonalité, chez Tacite, les comissationes sont attribuées à un prince voluptueux comme Othon ou à ses armées, dont la vaillance s’est perdue dans les débauches52. Sénèque emploie comissationes à propos des débauches de la fille d’Auguste53. Suétone parle de comissatio pour un banquet prolongé tard dans la nuit, quand Titus est soupçonné d’être un débauché (luxuriosus) ; puis, quand Titus se révèle un bon prince, ses banquets deviennent des conuiuia54. Enfin Suétone, évoquant l’incroyable boulimie de Vitellius, raconte qu’il multipliait les repas dans la journée :

« ientacula et prandia et cenas comissationesque »,

  • 55 Suétone, Vitellius, 13.

« petit déjeuner, déjeuner, dîner et souper55 »

55Il est amusant de voir que cette comissatio malgré son étymologie grecque, sert à désigner une « grande bouffe » très romaine. En fait, comissatio signifiant une cena excessive, cet excès peut prendre de multiples formes : filles, dépenses, vins ou nourriture. La grécité du mot renvoie totalement à une Grèce interne.

56À l’opposé, on trouve une grande partie des occurrences de comissatio et comissari dans des textes historiques où ils sont employés en contexte grec, quand Quinte Curce parle d’Alexandre ou Tite Live de Persée. La valeur grecque de κῶμοϛ est alors réactivée dans le mot latin : il s’agit d’ivrognes ou de bandes de fêtards, en proie à l’ivresse et vagabondant en ville pour s’installer de temps à autre dans une maison et s’y faire servir à boire. Plus précisément encore, c’est le terme qui sert à décrire le triomphe qu’Alexandre célèbre en revenant des Indes, imitant le retour mythique de Dionysos :

« Primi ibant amici et cohors regia variis redimita floribus coronisque, – alibi tibicinum cantus, alibi lyrae sonus audiebatur, – item, vehiculis pro copia cuiusque adornatis comissabundus exercitus armis, quae maxime decora erant, circumpendentibus. Ipsum convivasque currus vehebat, creterris aureis eiusdemque materiae ingentibus poculis praegravis. Hoc modo per dies VII bacchabundum agmen incessit, parta praeda, si quid victis saltem adversus comissantes animi fuisset ».

  • 56 Quinte Curce, Vie d’Alexandre, IX, 10, 26 et 27.

« En tête du cortège marchaient les amis et la cohorte royale, tous couronnés de fleurs diverses et de guirlandes ; d’un côté les sons de la flûte, de l’autre les accords de la lyre, accompagnaient leurs pas. Venaient ensuite les soldats formant un kômos sur des chariots, ornés selon les moyens de chacun, et d’où pendaient les armes plus riches. Le roi lui-même, avec ses convives, était monté sur un char chargé de cratères d’or et de grandes coupes du même métal. L’armée s’avança de cette manière pendant sept jours, dans une continuelle orgie : facile proie pour les vaincus, s’ils eussent seulement trouvé un peu de courage contre leurs vainqueurs en proie à l’ivresse dionysiaque56 ».

  • 57 Tite-Live, 40, 7 ; 9 ; 10 ; 13 ; 14 ; 15 (en tout 15 occurrences).

57De la même façon, Tite Live, au livre 40, utilise presque uniquement le verbe comissari et le nom comissator, quand il raconte comment Persée s’est débarrassé de son frère en l’accusant d’avoir voulu entrer chez lui, une nuit, à la tête d’une bande de fêtards armés57.

58Mais la valeur d’altérité externe peut aussi être bien visible dans des contextes romains. Voici comment le triomphe de Quinctius Cincinnatus sur les Èques, en 454 av. J.-C. est décrit :

« Romae a Q. Fabio praefecto urbis senatus habitus triumphantem Quinctium quo ueniebat agmine urbem ingredi iussit. Ducti ante currum hostium duces ; militaria signa praelata ; secutus exercitus praeda onustus. Epulae instructae dicuntur fuisse ante omnium domos, epulantesque cum carmine triumphali et sollemnibus iocis comissantium modo currum secuti sunt ».

  • 58 Tite-Live, III, 29.

« À Rome, le sénat réuni par le préfet de la Ville, Quintus Fabius, ordonna que Quinctius entrerait dans Rome en triomphateur en arrivant avec son armée. Devant son char allaient enchaînés les chefs ennemis avec leurs enseignes de guerre, derrière l’armée chargée du butin. On raconte que des banquets sacrés furent installés devant toutes les maisons et que ceux qui étaient en train de banqueter, accompagnèrent le char, avec des chants de triomphe et les plaisanteries d’usage à la façon des comastes58 ».

59L’atmosphère est « vieille Rome », aucune hellénisation n’est dénoncée ; au contraire la procession triomphale, sans être vraiment un précédent mythique, restera exemplaire. Tite Live rapporte des détails particuliers – dicuntur donnant à l’événement un caractère singulier ; les Romains sur le trajet de la procession, donc devant leurs maisons, ont installé des banquets sacrés, epulae, c’est-à-dire des banquets consécutifs à des sacrifices, faits évidemment pour remercier les dieux de la victoire ; quand le char du triomphateur passe, les banqueteurs quittent-ils leur banquet pour suivre le char ? Ils accompagneraient donc le char de leurs chansons et de leurs plaisanteries comme les soldats de la pompa et en le suivant physiquement. Normalement ce sont les soldats eux-mêmes qui chantent ces chants et font ces plaisanteries. Ici le peuple de Rome se joint à eux. Pour faire comprendre à son lecteur ce que pouvait être cette innovation, Tite Live compare les Romains à des comastes grecs qui quittent le banquet pour aller courir joyeusement les rues. Le terme ne peut avoir aucune valeur péjorative ; vu le contexte, il sert à référer à une réalité grecque externe, inconnue des traditions romaines, le κῶμος.

  • 59 Frédérique Biville, « Grec des Romains ou latin des Grecs ? Ambiguïté de quelques processus néologi (...)

60Les mots latins de la famille de comissari appartiennent donc à ce que Frédérique Biville appelle le « grec des Romains » 59. Leurs emplois témoignent des différentes formes de grécité présentes à Rome : depuis la Grèce interne qui sert uniquement à classer et à dire les pratiques romaines de plaisir, qu’elles soient légitimes ou excessives, jusqu’aux images les plus exotiques de la Grèce externe comme celles du triomphe dionysiaque d’Alexandre. Ils peuvent aussi signaler l’origine grecque d’une pratique romaine, que cette origine soit avérée historiquement ou purement fantasmatique, mais ce n’est qu’un emploi parmi d’autres.

De l’altérité incluse à l’acculturation historique

  • 60 Cf. l’article d’Eric Morvillez dans le présent volume.

61Le banquet romain est toujours grec et c’est en cela qu’il est romain. Car banqueter à Rome est une façon de faire le grec. Il appartient à cette Grèce interne constitutive de la civilisation romaine, altérité interne qui participe à son identité. Cette Grèce interne exprime toute la dimension voluptueuse et ludique de Rome qui se développe dans l’espace de l’otium. Certes cette dénomination de « grec » n’est pas neutre, elle est à la fois classificatrice et axiologique. Le plaisir à Rome, tout en étant indispensable, est toujours suspect. Il en est de même du banquet lieu par excellence du plaisir. D’où une terminologie grecque qui le désigne pour en dénoncer une altérité, parallèlement à une terminologie latine qui lui confère une identité : comissatio et epulum. Quand un discours agressif est produit sur un banquet, par exemple dans les discours de Cicéron, l’excès de plaisirs se dit sous la forme d’un excès de grécité, d’altérité externe venant altérer les mœurs romaines. Cet usage verbal est conforté par l’importation à Rome, de fait, d’objets qui symbolisaient le luxe grec. Les Romains les ont installés un peu partout, mais surtout dans leurs demeures et leurs salles à manger. Luxueux parce que grecs, ou grecs parce que luxueux ? L’adjectif « grec » a alors la force d’une marque d’excellence. L’altérité incluse, que construisait depuis toujours la Grèce interne des Romains, a été fortement animée par l’importation de produits grecs dans la niche culturelle que constituait cette Grèce interne. Mais très vite l’extension de l’imperium a réalisé spatialement l’inclusion de la Grèce dans Rome et, à la fin de l’Empire, la Grèce a perdu sa symbolique voluptueuse pour n’être plus qu’une des origines de Rome. Ainsi, quelques pratiques spécifiques du banquet romain, comme celle de manger couché60, seront alors considérées comme des importations grecques.

Notes

1 C’est un lieu commun de l’historiographie romaine dont témoigne encore récemment l’ouvrage, excellent par ailleurs, de Katherine M. D. Dunbabin : The Roman Banquet. Images of Conviviality, Cambridge University Press, 2003.

2 Aulu-Gelle, Nuits Attiques, XIX, 9. N.B. Tous les textes latins ont été traduits par l’auteur.

3 J’ai proposé, à tort, cette idée dans Florence Dupont, L’invention de la littérature, Paris, La Découverte/Poche, 1998, p. 129.

4 Pour cette notion de poésie grecque en latin, voir Maxime Pierre, « Rome dans la balance », dans Florence Dupont et EmmanuelleValette-Cagnac (éds.), Façons de parler grec à Rome, chap. 7, Belin, 2005.

5 Aulu-Gelle, Nuits attiques, I, V, 2-3.

6 Certes, il peut arriver qu’un banquet soit trop grec, c’est-à-dire trop luxueux. Mais c’est l’excès seul qui sera alors stigmatisé.

7 La πρόποσιϛ est un rituel d’ouverture du symposion : ce premier partage de la première coupe de vin par le premier couple de buveurs, sert à convoquer les dieux qui vont posséder les convives, Dionysos, les Muses et Éros ou Aphrodite.

8 Voir Michel Dubuisson, « Graecus, graeculus, graecari : l’emploi péjoratif du nom des Grecs en latin », dans S. Saïd (éd.), Hellenismos. Quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque. Actes du colloque de Strasbourg 25-27 oct. 1989, Leyde, Brill (Université des Sciences humaines de Strasbourg : Travaux du Centre de recherche sur le proche-Orient et la Grèce antiques, 11), 1991, pp. 329-335 et Emmanuelle Valette-Cagnac, « Utraque lingua. Critique de la notion de bilinguisme », dans F. Dupont et E. Valette-Cagnac (éds), Façons de parler Grec… op. cit., pp. 30-33. Ce point sera développé infra.

9 John Scheid, Quand faire c’est croire. Les rites sacrificiels des Romains, Aubier, 2005, pp. 87-111 et l’article dans ce volume, supra.

10 Pour de nombreux exemples de cet usage chez les Romains, voir F. Dupont et E. Valette-Cagnac (éds.), Façons de parler grec… op. cit.

11 Festus-Paul, p. 235 ed. Lindsay : « epulis et potationibus inseruire ».

12 C’est l’hypothèse que propose, rapidement et sans y tenir trop, Michel Dubuisson, loc. cit., pp. 329-335.

13 Pour l’étude détaillée de ces quatre occurrences, cf. infra.

14 Cf. supra : Aulu-Gelle, Nuits attiques, I, V, 2-3.

15 Comme en témoigne la poésie de Lutatius Catulus.

16 Pline le Jeune, Lettres, I, 15, 2-3.

17 On le voit dans le passage d’Aulu-Gelle (cité supra note 2) mais aussi chez Pline le Jeune (cité supra note 15).

18 Plaute, Pseudolus, 1253-1258.

19 Ibid., 1259-1261.

20 Ibid., 1271-1273.

21 Il reproduit sur scène une danse qu’il a offerte aux convives comme divertissement.

22 Plaute, Pseudolus, 1272-1275. La Phrygie est, dans les imaginaires romain et athénien, le lieu symbolique de l’effémination orientale.

23 Le sens n’est pas douteux si l’on tient compte d’un vers suivant (1277) où amare ne peut avoir que cette signification : « amicae dabam me meae/ut me amaret ».

24 Plaute, Mostellaria, 20-24.

25 Plaute, ibid., vers 62-65.

26 Plaute, Mostellaria, 959-961.

27 Plaute, Poenulus, 600-603.

28 Plaute, Bacchides, 742-743 et 811-812.

29 Pierre Grimal, Le siècle des Scipions, Aubier-Montaigne, 1975, pp.166 sqq.

30 Parfaitement admise pour les jeunes gens, cf. Térence, Adelphes 101, et pas seulement dans la société comique, cf. Cicéron, Pro Caelio, 48.

31 Michel Dubuisson, loc. cit.

32 Titinius, frg. 170, cité par Festus-Paul, p. 235/22-23 édition Lindsay (fin du iiie s. et début du iie s. av. J.-C.).

33 Sur cette notion d’urbanitas, voir Emmanuelle Valette-Cagnac, « Plus attique que la langue des Athéniens. Le grec imaginaire des Romains », dans F. Dupont et E. Valette-Cagnac (éds.), Façons de parler grec… op. cit., pp. 52-63 ; et sur cet imaginaire rustique des Romains, voir dans le même ouvrage le chapitre de Maxime Pierre, « Rome dans la balance », pp. 232-239.

34 Et quand bien même nous n’aurions pas ce fragment de Titinius, il semble peu vraisemblable que des Grecs parlent de « s’éclater à la grecque » pour signifier qu’ils vont faire la fête ; une telle expression n’est intelligible que de l’extérieur de la Grèce, depuis l’intérieur d’une autre culture où la grécité sert à marquer un certain type de comportement.

35 Le personnage est le nom propre, généralement grec que porte un rôle – par exemple senex, adulescens, miles, défini en latin.

36 Timothy Moore, The theatre of Plautus. Playing to audience, Austin, University of Texas Press, 1988, fait cette proposition concernant l’esclave principal, plus grec car plus menteur.

37 Horace, Sermones, II, 2, 9-16.

38 Porphyrion, un Africain venu enseigner à Rome au iiie s. apr. J.-C., commente tout ce qui lui semble obsolète. Schol. à Horace, Sermones, II, 2, 11.

39 Florence Dupont, « Ludions, Lydioi : les danseurs de la pompa circensis. Exégèse et discours sur l’origine des jeux à Rome », dans Spectacles sportifs et scéniques dans le monde étrusco-italique, Table Ronde de l’EFR 3-4 mai 1991, 1993, n° 172, pp. 189-210.

40 Cf. Ernout -Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, s.v. epulum.

41 John Scheid, Quand faire c’est croireop. cit., pp. 222 sqq.

42 Macrobe, Saturnales, III, 13, 10 sq.

43 Pseudolus, 1266.

44 Ernout-Meillet, op. cit., s.v. cena.

45 Varron, De Lingua Latina, VII. 89. En grec le sens de banqueter se trouve aussi chez Platon ou dans d’autres textes classiques, mais il n’est pas majoritaire et n’a jamais effacé le sens précis dionysiaque.

46 Térence, Eunuque, 442. Cf. aussi Plaute, Stichus, 686 ; Térence, Adelphes, 782.

47 Plaute, Stichus, 212.

48 Afranius, II, 2 frg. 107 (ed. Teubner).

49 Cicéron, Contre Verrès II, 3, 31 ; Catilinaires, II, 10, 16 ; Philippiques, V, 15, 80. Cf. aussi Lettres à Atticus, I, 16, 11.

50 Pro Murena, 13, 7.

51 Pro Caelio, 35, 94.

52 Histoires, I, 30 et II, 76.

53 De beneficiis, VI, 32, 1.

54 Suétone, Titus, 7.

55 Suétone, Vitellius, 13.

56 Quinte Curce, Vie d’Alexandre, IX, 10, 26 et 27.

57 Tite-Live, 40, 7 ; 9 ; 10 ; 13 ; 14 ; 15 (en tout 15 occurrences).

58 Tite-Live, III, 29.

59 Frédérique Biville, « Grec des Romains ou latin des Grecs ? Ambiguïté de quelques processus néologiques dans la koiné », dans C. Brixhe (éd.), La koiné grecque antique : I. Une langue introuvable ?, Nancy, P.U.N., 1993, pp. 129-140. Voir aussi sur cette notion Emmanuelle Valette-Cagnac, « Plus attique que la langue des Athéniens. Le grec imaginaire des Romains », dans Façons romaines de parler grecop. cit., pp. 42-44.

60 Cf. l’article d’Eric Morvillez dans le présent volume.

Auteur

Université Paris VII

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540