Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?

Partie I : Pratiques religieuses, pratiques culturelles : entre identité et altérité

Un élément original de l’identité romaine : les cultes selon le rite grec

John Scheid

Résumé

L’examen des cérémonies que les Romains rangeaient dans la catégorie des sacra Græco ritu, « cultes de rite grec » montre que celle-ci, loin de regrouper tous les cultes rendus aux divinités effectivement empruntées aux Grecs, est à la fois sélective et artificielle. Les critères, rituels mais aussi culturels, qui président à son élaboration, ne permettent pas tant de reconstruire à travers les pratiques cultuelles une Grèce même imaginaire que l’envers d’une identité romaine en train de s’affirmer.

Texte intégral

  • 1 Pour les références, voir Scheid 1988.
  • 2 Pour la Grand Mère, par exemple Borgeaud 1993 et 1996 ; Beard 1994 ; pour Mithra, Gordon 1996.
  • 3 Gagé 1960. Ce type de culte n’est évoqué de manière plus ou moins satisfaisante que par Marquardt 1 (...)

1Les historiens de Rome ont apprécié de manière très diverse l’arrivée de nouveaux cultes à Rome, mais ils s’accordaient sur un point : ces nouveaux cultes, que l’on appelle couramment cultes grecs ou cultes orientaux, représentaient un mal pour les Romains. Ce que le philosophe Hegel considérait comme une nécessaire réaction à l’ennuyeuse et vide religion des Romains constituait aux yeux de Theodor Mommsen un mal, un culte empoisonné qui ne put jamais être arraché, pour citer William Warde Fowler, un poison qui transforma entièrement et définitivement la vie religieuse des Romains1. Dans son grand manuel d’histoire religieuse romaine, Georg Wissowa entreprit un tri presque désespéré des cultes autochtones et des cultes étrangers. Désespéré, puisque le mélange était censé remonter jusqu’à l’époque de la fondation du culte capitolin, et même au-delà, autrement dit aux origines mêmes de Rome. Cette opinion n’était pas neuve. On la trouve déjà chez les historiens antiques, mais avec des sous-entendus très différents. De nos jours, le thème du déclin et de la disparition de la religion romaine sous l’influence des cultes orientaux est abandonné, mais la question de la nature et du statut des cultes nouveaux reste posé. Le problème des cultes dits orientaux, notamment ceux de la Grande Mère et de Mithra, a été récemment renouvelé2. Tel n’est pas le cas des importants cultes publics selon le rite grec. En dépit du gros livre de Jean Gagé, dont le sous-titre déclare qu’il expose l’histoire du rite grec, cette catégorie de cultes demeure toujours très mal connue3. On ignore même ce qu’est un culte célébré selon le rite grec, comment cette tradition fut intégrée dans la religion romaine, et quel était son statut. Le manque d’intérêt des historiens pour cette question ne dérive pas seulement des jugements négatifs sur ces cultes « étrangers », mais de la présomption que les éléments les plus importants d’une religion étaient la foi et l’émotion, et non le rite. Les nouvelles tendances religieuses sont censées s’exprimer dans les représentations qui se trouveraient à l’arrière-plan des cultes « grecs ». Le problème des rites « grecs » était donc considéré comme secondaire.

  • 4 Caton, Discours frg. 77 Malcovati.
  • 5 Tite Live, 1, 7, 3.
  • 6 Voir ci-dessus note 4.
  • 7 Voir Diels 1890, p. 55 ; p. 112, ligne 16.
  • 8 Par exemple Tite Live 25, 12, 10 ; 13 etc.
  • 9 Par exemple Schnegg 2002, p. 34, ligne 91.

2Qu’appelle-t-on le rite grec à Rome ? Le concept n’est pas très ancien. Il apparaît pour la première fois au iie s. av. n. è. dans un texte de Caton le Censeur4, et demeure relativement rare. Il ne manque pas de surprendre. Si les Romains rangent sous cette catégorie les cérémonies de rite grec (sacra Græco ritu) ou les rites grecs (Græca sacra), cela ne signifie pas que cette catégorie comprend les cultes de toutes les divinités « grecques ». Ainsi le rite des cultes d’Hercule, Apollon ou Saturne était-il « grec », mais non celui des cultes d’Esculape, Bacchus, Hécate ou de Némésis. On appliquait la même qualification à certaines fêtes et à une des modalités du sacrifice romain. D’après Tite Live, les cultes fondés par Romulus étaient célébrés selon le rite albain (= d’Albe la Longue, patrie des jumeaux), mais le culte d’Hercule correspondait au rite grec puisqu’il avait été fondé par l’Arcadien Évandre5. Caton prétend que les Saturnales, fête de Saturne, sont célébrés selon le rite grec6. Le culte d’Apollon est considéré comme la meilleure illustration du culte romain de rite grec. Au début du iie s. av. n. è., une partie du culte de Cérès tomba sous la même catégorie. Un oracle Sibyllin de 125 av. n. è. prescrivit un service religieux qui devait être célébré par des enfants selon le rite achéen (Akhaïstí)7 ; d’autres oracles Sibyllins, plus anciens, recommandaient des processions et des célébrations selon le rite grec8. Enfin, les protocoles des Jeux séculaires spécifient que les sacrifices sont célébrés selon le rite achéen (Achiuo ritu)9. Autrement dit, il convient d’être prudent avant de classer sous le rite grec tous les services religieux concernant une divinité originaire du monde grec, et même tous les rites qui appartiennent au culte de ces divinités.

  • 10 Voir Dubourdieu 1986.
  • 11 L’euocatio consiste à inviter une divinité ennemie à abandonner son camp pour rejoindre celui des R (...)
  • 12 Festus, Du sens des mots, p. 268 Lindsay : « On appelle ‘cultes étrangers’ ou bien ceux qui ont été (...)
  • 13 Le Bonniec 1958, pp. 381-450.
  • 14 Pour Esculape, voir Wissowa 1912, p. 308 ; pour Cérès, Valère Maxime, Faits et dits mémorables 1, 1 (...)

3Si l’on examine de plus près les textes littéraires, deux faits supplémentaires apparaissent. D’abord, le concept du rite grec (Græcus ritus ou Hellênikòn éthos) fait référence à un peuple, un ethnos (les Grecs), et non, comme le rite albain, le rite romain ou le cinctus Gabinus (manière de Gabies pour draper sa toge)10, à une cité : Albe, Rome, Gabies. Cette distinction dénote une opposition entre un mode rituel appartenant à un groupe réduit, et même à une cité intégrée dans l’État romain, et celui d’un groupe vaste, indistinct, dépassant largement telle ou telle cité. Il s’agit dans le deuxième cas d’une catégorie différente, qui n’est plus institutionnelle, mais presque géographique ou culturelle, en tout cas très vague. À ce propos, il serait intéressant de savoir quand les Romains ont qualifié certains de leurs rites de « romains ». À première vue, cette qualification n’a de sens que si on l’oppose à une autre catégorie cultuelle, comme les cultes de rite grec par exemple. Mais nos sources sont trop tardives pour pouvoir pousser l’enquête. Le deuxième fait à relever consiste dans l’appartenance des cultes de rite grec à la même classe que les cultes étrangers (peregrina sacra). D’après Festus, les peregrina sacra étaient des cultes installés à Rome après un rite d’evocatio11, au cours d’une guerre ou en raison de scrupules religieux en période de paix12. En 191 av. n. è., les Græca sacra de Cérès furent complétés par le jeûne de Cérès (ieiunium Cereris)13. Les « cultes étrangers » (peregrina sacra) étaient célébrés, écrit Festus, selon le rite de la région dont ils ont été transférés à Rome, ce qui les distingue des cultes romains de rite grec, puisqu’ils continuent d’être considérés comme des cultes étrangers : leur contenu et les modalités de leur culte étaient exotiques et leurs prêtres étaient, du moins symboliquement, des étrangers14.

  • 15 Strabon, 5, 232.
  • 16 Pour les lectisternes, voir Wissowa 1912, p. 421 sqq. ; Nouillan 1989.
  • 17 A. Degrassi, Inscriptiones latinae liberae rei publicae, Florence 1963, n°1271a. Voir à propos des (...)
  • 18 Wissowa 1912, p. 272.
  • 19 Tite Live, 5, 22, 3 sqq. ; Plutarque, Camille 6, 1 suiv. Junon a été « évoquée » et son culte tomba (...)

4Quoi qu’il en soit, les cultes de rite grec, les cultes grecs et les cultes étrangers de nos sources ont en commun d’être différents des cultes ou du rite romains. Mais la catégorie est paradoxale et quand on examine de plus près les données, elle se révèle plutôt sélective. Ainsi le culte d’Hercule tombe-t-il sous ce rite, mais non celui de Castor et Pollux. Leur culte pourrait être classé sous le mode grec, à en croire Démétrios Poliorcète, qui citait le culte des Castores comme une preuve de la parenté entre les Romains et les Grecs15 ; mais les Romains ne l’ont apparemment jamais fait. Le culte de Castor et Pollux n’était pas soumis aux quindécemvirs, qui étaient généralement chargés des cultes de rite grec. Les divins jumeaux ne furent jamais comptés non plus parmi les divinités participant aux lectisternes « grecs », ces banquets couchés et assis de statues ou d’emblèmes divins, censés représenter les dieux et les déesses à table. Enfin les érudits romains ne citent jamais le culte des jumeaux parmi les cultes de rite grec16. Au contraire, les jumeaux étaient les patrons des chevaliers romains, c’est-à-dire de l’élite sociale romaine. Et pourtant, ils ne passaient pas pour moins grecs que, par exemple, Hercule, puisqu’une inscription archaïque de Lavinium les appelait quroi (= koûroi)17. D’autre part, Hercule venait plutôt de Tibur que d’outremer, tout comme les Castores qui ont sans doute rejoint Rome à partir de Tusculum plutôt que de cités grecques18. Comme celui de Diane, qui était d’origine latine pour les antiquaires romains, les deux cultes existaient à Rome dès l’époque archaïque. D’autre part, on peut se demander pourquoi Bona dea, une déesse qui était certainement d’origine grecque, n’est jamais mentionnée parmi les cultes de rite grec ou les cultes grecs. Serait-ce parce que son culte était largement domestique, et que notre catégorie ne s’appliquait qu’aux cultes publics ? Quant au principe, rappelé par Festus, que les « cultes étrangers » (peregrina sacra) suivaient leur coutume originelle, il convient de noter que la seule règle connue du culte de la Junon reine de Véies : l’interdiction de toucher la statue si on n’appartenait pas à une famille donnée, fut violée dès le jour du transfert19. Par ailleurs, le culte de la Grande Mère conservait, certes, des traits phrygiens, mais son culte était nettement plus complexe et comportait également des rites romains. Autrement dit, la catégorie des peregrina sacra était aussi artificielle que celle du rite grec.

  • 20 Bayet 1926, pp. 297-328 ; pp. 433-462.
  • 21 Le préteur urbain était un magistrat romain, qui avait notamment pour charge de maintenir l’ordre à (...)
  • 22 Servius, Commentaire de l’Énéide 8, 176 ; Macrobe, Saturnales 3, 6, 16.
  • 23 Latte 1960, p. 214, n. 4. Les exemples sont Mars, Honos et Saturne.
  • 24 Varron, De la langue latine 5, 66.
  • 25 Wissowa 1912, p. 275 ; Bayet 1926, p. 303 sqq.
  • 26 Histoire Auguste, Marcus Antoninus le philosophe 1, 13, 1-2 : « … il célébra aussi les lectisternes (...)

5Mais le paradoxe est plus profond. La catégorie du rite grec n’était pas seulement sélective, mais arbitraire, puisque certains des cultes classés sous cette rubrique, en tout cas par les érudits, n’étaient pas directement d’origine grecque. Le culte de l’Hercule romain en offre un bel exemple. Tout en insistant sur son caractère grec, Jean Bayet a déjà souligné les ambiguïtés de son culte20. Car le culte principal à l’Ara maxima du Forum boarium était célébré par le préteur urbain21, et non par un prêtre particulier. Et de manière surprenante, il était interdit de célébrer un lectisterne à l’Ara maxima22. La règle du sacrifice effectué tête découverte ne constitue pas une preuve suffisante pour postuler une origine grecque, car elle existait dans d’autres vieux cultes romains23. D’un autre côté, l’offrande de la dîme (decuma), le port de la couronne de laurier, l’exclusion des femmes, le rythme particulier des sacrifices, célébrés le matin et conclus le soir, voire le mythe de l’achat du sacerdoce d’Hercule par le peuple romain, se réfèrent clairement à un contexte grec. Mais quel était l’âge de ces traditions ? S’agissait-il de restes de contacts archaïques avec les Grecs, ou seulement d’un effet de la réforme de ce culte qui prit place en 312 av. n. è. ? On l’ignore. En tout cas, au ier siècle av. n. è., le culte d’Hercule était ambigu, et cette ambiguïté pourrait définir son mode « grec ». Pour autant, ces qualités « grecques » ne retinrent pas l’antiquaire Ælius Stilo, le maître de Varron, d’identifier Hercule au dieu sabin Sancus ou Dius Fidius24. Georg Wissowa et Jean Bayet avaient sans doute raison de conclure que l’hellénisation du culte du Très grand autel fut réalisée au iiie siècle plutôt que lors de sa fondation25. D’autres éléments pouvaient remonter aux contacts entre cités italiques et les Grecs au cours de l’époque archaïque, mais ils entrèrent à Rome en tant que coutumes italiques et passaient vraisemblablement pour romaines avant le iiie siècle av. n. è. D’ailleurs, six siècles plus tard, un rite aussi lié au « rite grec » que le lectisterne est rangé sous le rite romain par l’auteur de l’Histoire Auguste26.

  • 27 Valère Maxime, Faits et dits mémorables 1, 1, 1 ; Cicéron, Pour Balbus 24, 55 ; Degrassi, Inscripti (...)
  • 28 Valère Maxime, 1, 1, 1. On peut relever que l’une des trois prêtresses connues de Cérès, Casponia M (...)
  • 29 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, 2, 19, 4.
  • 30 Festus, Du sens des mots, p. 432 Lindsay.
  • 31 Versnel 1992, p. 136 sqq.

6Ce processus d’hellénisation tardif est incontestable dans un certain nombre de cultes. Le cas de Cérès est particulièrement clair, parce que son origine locale est certaine. Les peregrina sacra ou les Græca sacra Cereris formaient une adjonction tardive à son culte. Les deux types de cultes étaient célébrés dans le même temple, à côté des fêtes traditionnelles des Cerealia et du jour anniversaire du temple de la triade aventine. Les prescriptions rituelles en constituaient l’unique différence. Ainsi l’usage du vin, traditionnel dans le culte de Cérès, était-il interdit dans les nouveaux rites. Cérès, qui avait déjà un flamine, reçut au iiie siècle une prêtresse publique qui devait être étrangère. Les témoignages littéraires signalent que les candidates étaient originaires de Vélia et de Naples, qui ne possédaient pas encore le droit de cité romain à cette époque, ainsi que Valère Maxime le souligne ; les deux cités étaient toutefois liées à Rome par un traité. De toute façon, la première prêtresse reçut la citoyenneté romaine par loi, afin qu’elle fût capable, comme l’écrit Cicéron, de prier les dieux grâce à « un savoir étranger et venu d’ailleurs » (scientia peregrina et externa), mais avec un esprit romain et civique (mente domestica et ciuili) ; d’après des inscriptions plus tardives, ces prêtresses étaient des filles de citoyens27. Le culte de Cérès et le recrutement des prêtresses révèlent donc à nouveau le même paradoxe à propos de la nature étrangère des Græca sacra Cereris. D’ailleurs, ce cas de Cérès livre une chronologie précise de l’hellénisation religieuse et de son évolution. Entre 293 et 219 av. n. è., période qui correspond à la deuxième décade, perdue, de Tite Live, on commença à vénérer Cérès selon le mode grec (more Græco). L’origine des prêtresses prouve que le qualificatif « grec » renvoyait alors à la Grande Grèce. L’adjonction, au début du iie siècle, du jeûne de Cérès, fut faite dans le même esprit ; mais on fit un pas de plus lorsque, entre 130 et 120 av. n. è., sur la recommandation des Livres Sibyllins, une ambassade fut envoyée auprès de « la plus ancienne Cérès » à Henna en Sicile28. Ainsi, un siècle après la réforme, le sénat, sans pour autant supprimer ou modifier le culte de la déesse, admettait implicitement que la Cérès romaine était une forme récente de Déméter ; en tout cas, le sénat ne vit aucun paradoxe dans le fait de relier la Cérès romaine et la Cérès sicilienne originelle. Il n’en allait pas différemment du culte de la Grande Mère, qualifié d’étranger (peregrinum) par Festus : la déesse – qui possédait des rites et des prêtres particuliers – était honorée lors de sa fête, les Megalensia, par les familles romaines les plus anciennes, et les sacrifices de ce jour étaient célébrés, d’après Denys d’Halicarnasse, par les préteurs, sans doute le préteur urbain, « selon le rite romain » (κατὰ τοὺς Ῥωμαίων νόμους)29. Plus surprenants encore sont certains cultes latins et romains qui sont classés par les érudits parmi les cultes de rite grec sans avoir même reçu, comme celui de Cérès, des adjonctions récentes. Dans le culte de Saturne, par exemple, la prescription de sacrifier la tête découverte30 ne remontait pas à une tradition grecque. D’origine latine, Saturne était le dieu de la dissolution, et le geste de se découvrir sa tête en officiant renvoyait peut-être à cette fonction, tout comme d’autres traits de son culte : on défaisait, en particulier, un fil de laine qui entourait les jambes de la statue cultuelle tout au long de l’année31. L’affirmation de Caton à propos de Saturne doit également être prise avec prudence. Car elle ne prouve pas l’appartenance de tout son culte au rite grec. Caton écrit uniquement que les Saturnales étaient célébrés selon le rite grec. Quoi qu’il en soit, la coutume d’officier la tête découverte offrait un bon prétexte pour ranger les Saturnales parmi les cultes de rite grec, sans doute en 217, lorsque la nouvelle fête fut fondée.

  • 32 Scheid 1995 (Græc. Ritus).

7Les cultes romains de rite grec constituent, par conséquent, une catégorie religieuse complexe et ambiguë, même si on les étudie à l’aide des témoignages littéraires, superficiels et généralement extérieurs au contexte religieux proprement dit. Ils ont été créés au moment où les Romains devaient se distinguer de leurs voisins ou au contraire revendiquer une place dans le monde méditerranéen. Quand ils commençaient à entrer en contact direct avec les grandes cités grecques, et à les conquérir, l’importation, la création et la découverte d’éléments culturels « grecs » dans la religion romaine servait à justifier la domination et les revendications romaines sur le monde grec. Ces rites affirmaient haut et fort que l’impérialisme de Rome, dont l’identité comportait des éléments grecs, était en quelque sorte dans la nature des choses32.

Bibliographie

Bayet 1926 : Jean Bayet, Les origines de l’Hercule romain, Paris, 1926.

Beard 1994 : Mary Beard, « The Roman and the Foreign : the Cult of the “Great Mother” in Imperial Rome », dans N. Thomas, C. Humphrey, Shamanism, History and the State, Ann Arbor, 1994, pp. 164-190.

Beard 1998 : Mary Beard, John North, Simon Price, Religions of Rome, Cambridge, 1998.

Borgeaud 1993 : Philippe Borgeaud, « Quelques remarques sur la mythologie divine à Rome, à propos de Denys d’Halicarnasse (ant. Rom. 2, 18-20) », dans Fritz Graf (éd.), Mythos in mythenloser Gesellschaft. Das Paradigma Roms, Stuttgart-Leipzig, 1993 (Colloquium Rauricum 3), pp. 175-187.

Borgeaud 1996 : Philippe Borgeaud, La mère des dieux : de Cybèle à la vierge Marie, Paris, 1996.

Diels 1890 : Hermann Diels, Sibyllinische Blätter, Berlin, 1890.

Dubourdieu 1986 : Annie Dubourdieu, « Cinctus Gabinus », dans Latomus, 45, 1986, pp. 3-20.

Gagé 1960 : Jean Gagé, Apollon romain. Essai sur le culte d’Apollon et le développement du « ritus Græcus » à Rome des origines à Auguste (B.É.F.A.R. vol. 182), Paris, 1960.

Gordon 1996 : Richard Gordon, Image and Value in the Graeco-Roman World : Studies in Mithraism and Religious Art, Aldershot, 1996.

Latte 1960 : Kurt Latte, Römische Religionsgeschichte, Munich, 1960.

Le Bonniec 1958 : Henri Le Bonniec, Le culte de Cérès à Rome des origines à la fin de la République, Paris, 1958.

Marquardt 1886 : Joachim Marquardt, Das Privatleben der Römer (1886), Darmstadt, 1990.

Nouilhan 1989 : Michèle Nouilhan, « Les lectisternes républicains », dans A.-F. Laurens (éd.), Entre hommes et dieux. Le convive, le héros, le prophète (Annales Université de Besançon vol. 391), Paris, 1989, pp. 27-40.

Scheid 1988 : John Scheid, « L’impossible polythéisme. Les raisons d’un vide dans l’histoire de la religion romaine », dans Fr. Schmidt (éd.), L’impensable polythéisme, Paris, 1988, pp. 425-457.

Scheid 1995 : John Scheid, « Græco ritu : a typically Roman way of honouring the gods », dans Harvard Studies in Classical Philology, 97, 1995 (1998), pp. 15-31.

Schnegg 2002 : Bärbel Schnegg-Köhler, Die augusteischen Säkularspiele (Archiv für Religionsgeschichte, 4), Munich-Leipzig, 2002.

Versnel 1992 : Henk Versnel, Inconsistencies in Greek and Roman Religion II. Transition and Reversal in Myth and Ritual, Leiden, 1992.

Wissowa 1912 : Georg Wissowa, Religion und Kultus der Römer, Munich, 19122.

Notes

1 Pour les références, voir Scheid 1988.

2 Pour la Grand Mère, par exemple Borgeaud 1993 et 1996 ; Beard 1994 ; pour Mithra, Gordon 1996.

3 Gagé 1960. Ce type de culte n’est évoqué de manière plus ou moins satisfaisante que par Marquardt 1886, p. 54 ; Latte 1960, p. 242 sqq. Voir aussi Beard 1998, pp. 65-66 ; p. 80.

4 Caton, Discours frg. 77 Malcovati.

5 Tite Live, 1, 7, 3.

6 Voir ci-dessus note 4.

7 Voir Diels 1890, p. 55 ; p. 112, ligne 16.

8 Par exemple Tite Live 25, 12, 10 ; 13 etc.

9 Par exemple Schnegg 2002, p. 34, ligne 91.

10 Voir Dubourdieu 1986.

11 L’euocatio consiste à inviter une divinité ennemie à abandonner son camp pour rejoindre celui des Romains contre la promesse de recevoir un culte à Rome.

12 Festus, Du sens des mots, p. 268 Lindsay : « On appelle ‘cultes étrangers’ ou bien ceux qui ont été introduits à Rome par évocation de divinités, au cours d’un siège, ou bien ceux qu’on y a fait venir pacifiquement, à cause de certains scrupules religieux ; ainsi de Phrygie celui de Magna Mater, de Grèce celui de Cérès, d’Épidaure celui d’Esculape. Ces cultes sont célébrés selon le rite des peuples auxquels ils ont été empruntés » (trad. Le Bonniec). Les cultes cités par Festus sont : celui de la Grande Mère de Phrygie (en 204 – ici Festus se trompe ou est imprécis : il ne s’agit, certes, pas d’une euocatio, mais l’invitation était directement liée à la Deuxième guerre punique –, certains rites du culte de Cérès (également appelés Græca sacra, milieu du iie s. av. n. è., de Grèce), et celui d’Esculape d’Épidaure (291 av. n. è.).

13 Le Bonniec 1958, pp. 381-450.

14 Pour Esculape, voir Wissowa 1912, p. 308 ; pour Cérès, Valère Maxime, Faits et dits mémorables 1, 1, 1 ; Cicéron, Pour Balbus 24, 55.

15 Strabon, 5, 232.

16 Pour les lectisternes, voir Wissowa 1912, p. 421 sqq. ; Nouillan 1989.

17 A. Degrassi, Inscriptiones latinae liberae rei publicae, Florence 1963, n°1271a. Voir à propos des Dioscures Beard 1998, p. 66 (avec bibliographie).

18 Wissowa 1912, p. 272.

19 Tite Live, 5, 22, 3 sqq. ; Plutarque, Camille 6, 1 suiv. Junon a été « évoquée » et son culte tombait, ainsi, sous la catégorie des peregrina sacra.

20 Bayet 1926, pp. 297-328 ; pp. 433-462.

21 Le préteur urbain était un magistrat romain, qui avait notamment pour charge de maintenir l’ordre à Rome et de gouverner la Ville en l’absence des consuls. Voir Wissowa 1912, p. 405.

22 Servius, Commentaire de l’Énéide 8, 176 ; Macrobe, Saturnales 3, 6, 16.

23 Latte 1960, p. 214, n. 4. Les exemples sont Mars, Honos et Saturne.

24 Varron, De la langue latine 5, 66.

25 Wissowa 1912, p. 275 ; Bayet 1926, p. 303 sqq.

26 Histoire Auguste, Marcus Antoninus le philosophe 1, 13, 1-2 : « … il célébra aussi les lectisternes selon le rite romain pendant sept jours. » Je dois cette référence à Sylvia Estienne.

27 Valère Maxime, Faits et dits mémorables 1, 1, 1 ; Cicéron, Pour Balbus 24, 55 ; Degrassi, Inscriptiones latinae liberae rei publicae n° 61 ; Dessau, Inscriptiones Latinae Selectae n° 3343. Voir pour tout cela Le Bonniec 1958, pp. 381-450 ; Beard 1998, p. 70.

28 Valère Maxime, 1, 1, 1. On peut relever que l’une des trois prêtresses connues de Cérès, Casponia Maxima, fille de Publius, est qualifiée de Sicilienne (Sicula, Inscriptiones Latinae Selectae n° 3343).

29 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, 2, 19, 4.

30 Festus, Du sens des mots, p. 432 Lindsay.

31 Versnel 1992, p. 136 sqq.

32 Scheid 1995 (Græc. Ritus).

Auteur

Collège de France, Paris

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540