Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?

Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?

Introduction générale

Valérie Huet et Emmanuelle Valette-Cagnac

Texte intégral

1« Et si les Romains avaient inventé la Grèce ? »

  • 1 Cette table ronde tenue le 17 octobre 2002 à l’ehess avait rassemblé les contributions de Catherine (...)
  • 2 Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire : la laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, (...)

2Telle est la question, un brin provocatrice, qui fut proposée à la réflexion des différents participants lors de la table ronde tenue à l’ehess en octobre 2002 à l’initiative de plusieurs membres du Centre Louis Gernet1. Il s’agissait alors de faire un premier bilan, à l’issue d’une année de séminaire consacré aux « façons romaines de faire le grec ». Cette formule, sorte de clin d’œil au livre d’Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire2, soulignait la perspective anthropologique dans laquelle les chercheurs du Centre Louis Gernet s’étaient volontairement situés pour aborder la question de l’interculturalité dans le monde gréco-romain.

  • 3 Ainsi Erich S. Gruen, dans The Hellenistic World and the Coming of Rome, Berkeley-Los Angeles-Londr (...)
  • 4 Susan Alcock, Graecia Capta. The Landscapes of Roman Greece, Cambridge, 1993, pp. 1-3.
  • 5 Susan Alcock, op. cit. (n. 4), p. 3, se réfère à G. B. Bowersock, Augustus and the Greek World, Oxf (...)
  • 6 Denis Rousset, « La cité et son territoire dans la province d’Achaïe et la notion de “Grèce romaine (...)
  • 7 Susan Alcock explique son aversion envers le mot « Romanization » dans « Vulgar Romanization and th (...)

3La bibliographie récente témoigne en effet de l’engouement qui semble s’être emparé des études anciennes pour les questions d’identité et de relations entre cultures. Dans ces recherches, la Grèce occupe une place spécifique, puisque, comme l’ont souligné de nombreux auteurs antiques et modernes, elle fut militairement vaincue, mais elle apporta à Rome la Culture3. Que ce soit un mythe ou non, peu importe ici. Ce paradoxe, comme le souligne Susan Alcock dans son Graecia Capta. The Landscapes of Roman Greece4, amena à concevoir les rapports entre la Grèce et Rome comme un « impérialisme culturel renversé » ou comme une « acculturation inversée » dont l’élite intellectuelle et politique « grecque » – tels Plutarque ou Hérode Atticus – toujours active à l’époque romaine était la preuve vivante. Parallèlement, la Grèce même devenait le Musée d’un passé révolu, admiré par les Romains, puisqu’elle ne dominait plus sa propre histoire5. Elle était à la fois figée et en déclin. L’alternative proposée par Susan Alcock était de faire sortir la Grèce de son unicité par rapport à Rome et aux autres provinces romaines, et de nuancer le modèle encore trop souvent en vigueur : « grandeur et décadence ». Pour ce faire, elle observa, à travers le cas des campagnes de l’Achaïe, la vitalité des « personnes sans histoire », à savoir des Grecs « ruraux » vivant à l’époque romaine, et l’influence que Rome avait exercée sur eux. Elle recourut aux prospections archéologiques pour reconstruire le tissu paysager civique et comprendre comment ses modifications étaient liées à Rome. L’approche novatrice de Susan Alcock fut immédiatement saluée, mais a récemment été mise en cause par Denis Rousset dans un numéro des Annales6 qui conteste la notion globalisante de « Grèce romaine » dont dépend la périodisation trop peu fine du modèle proposé qui reprend comme bornes chronologiques la deuxième guerre de Macédoine (200-197 av. J.-C.) et la constitution de Caracalla (212 apr. J.-C.). Néanmoins, il reconnaît l’importance de l’ouvrage qui a entre autres pour mérite de rompre avec le schéma habituel séparant les phénomènes de « romanisation » en Occident et dans l’Orient ; il relève avec intérêt que Susan Alcock évite le terme de « romanisation7 ».

  • 8 Patrick Le Roux, « La romanisation en question », Annales. Histoire, Sciences Sociales, Paris, 59e  (...)
  • 9 Greg Woolf, Becoming Roman. The Origins of Provincial Civilization in Gaul, Cambridge, 1998 et Greg (...)
  • 10 Sur la notion d’humanitas et son utilisation, voir Pierre Cordier, « Varius in omni genere uitae : (...)
  • 11 Greg Woolf, « Becoming Roman, staying Greek : Culture, Identity and the Civilizing Process in the R (...)
  • 12 Jane Webster, « Creolizing the Roman Provinces », AJA, 105, 2001, pp. 209-225. Patrick Le Roux n’ut (...)
  • 13 Voir l’analyse historiographique proposée par Pierre Cordier « Varius… », dans le présent volume.
  • 14 Jane Webster, dans « Art as Resistance… », op. cit. (n. 12), p. 40, écrit : « Creolisation is a lin (...)

4Or, c’est dans le même volume des Annales que Patrick Le Roux8 dissèque le récent questionnement autour de l’usage du mot de « Romanisation » et les divers concepts que l’on a tenté de lui substituer. Il n’est nullement question de répéter ici ou de résumer son article. Rappelons seulement qu’au terme « Romanisation » est communément reprochée l’image projetée d’un mouvement impérialiste, unilatéral et inégal de Rome vers l’Italie et les provinces. Le « Becoming Roman » de Greg Woolf9 permet au contraire de visualiser un double élan – bien sûr toujours d’ordre inégalitaire – construisant non un modèle imposé de Rome vers la ou les « périphéries », mais des identités complexes : celles-ci sont inhérentes aux échanges culturels, mais elles sont surtout le résultat de l’humanitas10 et de l’impulsion culturelle donnée par Auguste autant à Rome que dans les autres cités de l’empire. Le modèle esquissé gomme ainsi toute opposition entre « diffusion » et « auto-romanisation » et peut alors s’appliquer aux Barbares comme à la Grèce11. C’est aussi à la dynamique des contacts entre cultures que s’intéresse Jane Webster12, qui, dépassant les concepts d’acculturation et de métissage13, utilise celui de « créolisation »14 pour comprendre des phénomènes d’assimilation et de résistance par les masses locales que révèlerait la « culture matérielle » : le concept d’émulation serait à proscrire, car l’art « provincial » représenterait une dynamique, celle de la « négociation » visuelle entre la domination et la résistance. Dans ces modèles, Patrick Le Roux conteste essentiellement la place centrale accordée aux cultures qui permet d’inverser l’étude des rapports établis entre Rome et les provinces. S’il se fait l’ardent et habile défenseur de la « romanisation », c’est qu’il considère que le concept, loin d’être caduque, est au contraire assez souple pour englober l’évolution des diverses perspectives autour des modes de contact entre cultures et autour des identités.

  • 15 Hervé Inglebert (dir.), Histoire de la civilisation romaine, Paris, 2005, p. 433, qui se réfère not (...)
  • 16 Hervé Inglebert (dir.), op. cit. (n. 15), pp. 421-449.
  • 17 Hervé Inglebert (dir.), op. cit. (n. 15), pp. 451-482.
  • 18 Hervé Inglebert (dir.), op. cit. (n. 15), pp. V-VI.

5Comme le relève Hervé Inglebert dans la troisième partie « problématiques et débats » de son Histoire de la civilisation romaine, les perspectives de Greg Woolf et Patrick Le Roux sont diamétralement opposées, puisque la première est synchronique et la seconde diachronique15. En s’interrogeant sur « Les processus de romanisation16 » tels qu’ils ont été analysés ou contestés, Hervé Inglebert met en lumière le point de vue des Grecs et des Romains en distinguant les modes juridique et culturel, ce qui le conduit à définir juridiquement, dans un autre chapitre intitulé « Les participations à la romanité » 17, la civitas romana et à s’interroger sur la pluralité des identités romaines et sur les tensions qui peuvent les sous-tendre. L’ensemble de l’ouvrage, comme l’indique l’avant-propos, privilégie le point de vue des Romains, leur manière de concevoir leur civilisation. Néanmoins, Inglebert avertit immédiatement le lecteur : il ne s’agit aucunement d’avoir une approche anthropologique de la civilisation romaine. « De telles démarches plus structuralistes que structurelles, reviendraient soit à privilégier une période ou des thèmes particuliers, jugés « de référence », soit à ne pas tenir compte de la diversité d’une histoire pluriséculaire18. »

6Il est évident que notre parti pris est autre : il s’inscrit dans une tradition d’approches volontairement anthropologiques des cultures antiques. D’emblée, nous souhaitions nous intéresser à des fragments culturels. Bien sûr, nous sommes parfaitement conscients que nous mettons de côté ce qui relève du juridique, de l’institutionnel, de l’économique. Car d’autres que nous sont plus habiles en la matière.

  • 19 Contrairement à Patrick Le Roux, nous mettrions à part les recherches menées par Greg Woolf et Susa (...)
  • 20 Florence Dupont, « Rome ou l’altérité incluse », Rue Descartes, 2002, p. 41.
  • 21 Pierre Grimal, Le siècle des Scipions. Rome et l’hellénisme au temps des guerres puniques, Paris, 1 (...)

7Mais c’est avec raison qu’Hervé Inglebert et Patrick Le Roux ont insisté sur le fait que certains des modèles théoriques utilisés restent, la plupart du temps, très extérieurs à la civilisation romaine19 ; leur principal défaut est de plaquer sur les réalités romaines des catégories qui ont été forgées pour d’autres aires culturelles. Ainsi les termes de métissage ou d’interculturalité, qui impliquent l’existence de « deux identités culturelles distinctes et déjà constituées, entre lesquelles se produisent des échanges et des mélanges20 », ne peuvent totalement convenir pour décrire les rapports spécifiques qu’entretient Rome avec la Grèce. Car, on l’a maintes fois souligné, « on ne peut isoler un moment de l’histoire de Rome où l’hellénisme ne soit présent21 » ; dès l’origine et jusqu’à une date avancée de l’Empire, Rome ne peut se penser indépendamment de la Grèce.

  • 22 Sur les difficultés que rencontrent les historiens dans les définitions culturelles de la romanité, (...)

8D’autre part comment légitimement continuer à parler à propos de Rome « d’identité » ou même de « romanité », dans la mesure où ces termes qui semblent impliquer une essence fixe et immuable, ne renvoient à aucune catégorie dans la langue latine22 ?

  • 23 Simon Goldhill (éd.), Being Greek under Rome. Cultural Identity, the Second Sophistic and the Devel (...)

9Beaucoup plus pertinente en revanche, et riche de perspectives, nous a semblé la définition de l’identité que Simon Goldhill propose dans l’introduction de son livre Being Greek under Rome. Loin d’être conçue comme une essence originelle, l’identité y est décrite comme un processus dynamique, un acte par lequel se révèlent diverses « modalités d’affiliation », ce que les Anglo-saxons désignent sous le terme de « performance23 ».

10Nous conserverons cette définition de « l’identité en acte », mais en inversant la perspective : le livre de Simon Goldhill s’est attaché à analyser les processus de fabrication d’une identité grecque dans un espace/temps devenu romain. Il s’agit ici au contraire de comprendre la façon dont les Romains ont pu se définir en tant que tels en se référant à une Grèce imaginaire et idéale, culturellement définie.

  • 24 Sur cette notion, voir l’article-bilan du séminaire rédigé par Florence Dupont, op. cit. (n. 20), p (...)

11Le point de départ de cette réflexion fut l’analyse de quelques pratiques culturelles que les Romains désignaient comme grecques tout en les établissant comme fondamentalement identitaires : les bains, le banquet, le théâtre… La notion « d’altérité incluse », proposée par Florence Dupont24, s’est révélée particulièrement opératoire pour décrire toutes les pratiques culturelles qui renvoient à un imaginaire grec plutôt qu’à une réalité objectivement grecque. Ce concept désigne en particulier la façon dont Rome a pu utiliser la langue grecque comme « idiolecte de l’otium » : pour nommer les réalités matérielles de la culture de loisir, sans pour autant impliquer un emprunt des pratiques. On peut dire d’une certaine façon que la Grèce « médiatise le rapport de Rome à elle-même dans la sphère de l’otium ». Mais d’autres domaines sont concernés par cette inclusion de la grécité dans la culture romaine, le domaine religieux en particulier.

  • 25 F. Dupont et E. Valette-Cagnac (dir.), Façons de parler grec à Rome, Paris, 2005, contenant des art (...)

12Une partie de ce travail a déjà été publiée au début de cette année dans un ouvrage collectif consacré aux pratiques verbales et scripturaires. Sous le titre Façons de parler grec à Rome25, les auteurs ont essayé de repenser à la lumière de cette notion « d’altérité incluse » les diverses façons spécifiquement romaines de penser le bilinguisme, la traduction, la littérature latine, en essayant de sortir des problématiques du choix de langue, de l’originalité, ou de l’imitation, plus ou moins créatrice.

  • 26 Sur cette expression qui associe étroitement le latin et le grec comme deux facettes complémentaire (...)
  • 27 Une des communications d’Emmanuelle Valette-Cagnac a été néanmoins publiée dans un numéro précédent (...)

13Dans ce volume, apparaît donc le deuxième volet de ce travail collectif. Les contributions rassemblées ici s’attachent non aux aspects linguistiques de cette forme originale de bilinguisme pratiqué à Rome que fixe la formule utraque lingua26, mais aux manifestations rituelles, iconographiques, culturelles au sens large de cet usage de la Grèce dans l’imaginaire romain. Nous n’avons pas pu publier dans ce numéro spécial l’ensemble des communications qui ont été présentées pendant les deux années qu’a duré le séminaire27, mais cet échantillonnage nous a semblé donner un aperçu représentatif des diverses perspectives et des différents sujets abordés.

14Les quatorze contributions qui forment ce volume ont été réparties en quatre parties, comportant chacune une introduction ; nous ne résumerons donc pas ici le contenu de chacun des articles. Nous nous contenterons d’en esquisser les principaux axes.

15L’article qui ouvre la première section, celui de John Scheid, présente la catégorie qui a servi de point de départ à l’ensemble de notre réflexion. Au cœur de cette problématique de l’altérité incluse apparaît en effet l’expression « Graeco ritu », qui permet de marquer comme « grecs » certains cultes de la religion romaine officielle, en dehors de toute origine ethnique ou géographique. À la suite de cet article, deux contributions sur les pratiques de banquet, soulignent, à travers une analyse précise du lexique servant à le désigner et par le matériel archéologique, combien il est périlleux de vouloir reconnaître telle ou telle composante grecque dans l’évolution du banquet romain.

16Le deuxième volet consacré aux images permet de critiquer un certain nombre de notions clés dans l’histoire de l’art antique : la question de « l’imitation » de l’art grec par les Romains et du statut des fameuses « copies » romaines, l’identification d’un objet d’art comme grec ou comme romain, l’usage d’épithètes vagues qui font référence à la Grèce tout en s’en démarquant (néo-attique, atticisant). Même dans un domaine apparemment aussi concret, objectivable que les objets d’art, le problème de la romanité et de la grécité se pose de façon extrêmement complexe.

17Le troisième groupe d’articles déplace l’accent des objets d’art aux monuments, des images aux espaces « grecs » et aux parcours qui s’organisent à l’intérieur de ces espaces. Il sera question également dans cette partie de la difficulté de définir un objet comme grec ou romain en dehors de son contexte d’énonciation : ce sont les pratiques, les discours tenus sur ces objets qui leur donnent un sens. Cette section met l’accent sur la part d’imaginaire qui entre en compte dans cette fabrication d’une Grèce idéale et sur le rôle tenu par la mémoire.

  • 28 Ce processus est également manifeste dans l’espèce de renversement dont témoigne un passage de Phil (...)

18La Grèce ou la grécité, qui n’était déjà plus dans la troisième partie qu’une image ou l’effet de montages subtils, achève de se dissoudre dans la dernière partie, qui voit s’évanouir en même temps jusqu’à la figure de Rome. C’est en effet l’une des originalités de ce livre que de laisser une place à la Grèce imaginaire des Grecs de l’imperium et la dernière partie s’achève sur un jeu de miroir entre les deux cultures, qui ne cessent de se réfléchir l’une l’autre28.

19Ce recueil pourra donner une impression de disparité au lecteur, tant par la diversité des objets étudiés, que par celle des méthodes utilisées ou même des personnalités qui ont contribué à ce volume. Spécialistes des religions, archéologues et historiens d’art, littéraires (hellénistes et latinistes) fournissent en fonction de leur domaine et de leurs outils d’analyse respectifs leur propre définition de l’« altérité incluse ». Cet aspect kaléidoscopique fait à nos yeux la richesse de ce volume. Car il nous a semblé important de respecter cette pluralité d’approches. En outre, nous avons jugé qu’elles reflétaient parfaitement l’aspect dynamique des recherches en sciences humaines, dans un débat ouvert, en perpétuelle évolution.

Notes

1 Cette table ronde tenue le 17 octobre 2002 à l’ehess avait rassemblé les contributions de Catherine Baroin, Nicole Belayche, Pierre Cordier, Florence Dupont, Sylvia Estienne, Valérie Huet, Sophie Lalanne, Eric Morvillez, Nina Strawczynski. Quatre membres du Centre Gernet furent chargés d’organiser et d’animer le séminaire d’octobre 2001 jusqu’en mai 2003 autour des « Façons grecques de faire le Romain » : Pierre Cordier, Florence Dupont, Valérie Huet et Emmanuelle Valette-Cagnac.

2 Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire : la laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, 1979.

3 Ainsi Erich S. Gruen, dans The Hellenistic World and the Coming of Rome, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1984, s’est attaché à étudier parallèlement l’expérience romaine en Hellas et l’expérience hellénique sous l’impact de Rome. Comme il l’écrit, ce n’est pas tant l’impérialisme romain que les processus d’adaptation des uns aux autres qui l’intéressent. Il poursuivit et affina ses enquêtes dans deux ouvrages : Studies in Greek Culture and Roman Policy, Leyde, 1990 et Culture and National Identity in Republican Rome, Londres, 1993. Jean-Louis Ferrary, dans Philhellénisme et impéria-lisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, Rome-Paris, 1988, se passionna pour « le jeu d’influences réciproques que suscitèrent les rapports entre hommes politiques romains et intellectuels grecs » (p. xi) et insista sur l’importance de contextualiser ces échanges.

4 Susan Alcock, Graecia Capta. The Landscapes of Roman Greece, Cambridge, 1993, pp. 1-3.

5 Susan Alcock, op. cit. (n. 4), p. 3, se réfère à G. B. Bowersock, Augustus and the Greek World, Oxford, 1965, pp. 90-91.

6 Denis Rousset, « La cité et son territoire dans la province d’Achaïe et la notion de “Grèce romaine” », Annales. Histoire, Sciences Sociales, Paris, 59e année - n° 2, mars-avril 2004, pp. 363-383.

7 Susan Alcock explique son aversion envers le mot « Romanization » dans « Vulgar Romanization and the Dominance of Elites », dans Simon Keay and Nicola Terrenato (éds.), Italy and the West. Comparative Issues in Romanization, pp. 227-230. Voir aussi Susan Alcock, « The Problem of Romanization, the Power of Athens », dans M. C. Hoff, S. I. Rotroff (éds.), The Romanization of Athens, Oxford, 1997, pp. 1-7.

8 Patrick Le Roux, « La romanisation en question », Annales. Histoire, Sciences Sociales, Paris, 59e année -n° 2, mars-avril 2004, pp. 287-311. Voir aussi Patrick Le Roux, « Rome ou l’acculturation permanente », Crises, 5, 1995, pp. 125-131.

9 Greg Woolf, Becoming Roman. The Origins of Provincial Civilization in Gaul, Cambridge, 1998 et Greg Woolf, « The Roman Cultural Revolution in Gaul », dans Simon Keay and Nicola Terrenato (éds.), op. cit. (n. 7), pp. 173-186. Voir aussi William van Andringa, La religion en Gaule romaine. Piété et politique (ier-iiie siècle apr. J.-C.), Paris, 2002.

10 Sur la notion d’humanitas et son utilisation, voir Pierre Cordier, « Varius in omni genere uitae : l’acculturation, les identités, le métissage et les faits culturels romains entre histoire et anthropologie », dans le présent volume.

11 Greg Woolf, « Becoming Roman, staying Greek : Culture, Identity and the Civilizing Process in the Roman Near East », Proceedings of Cambridge Philological Society, 40, 1994, pp. 116-143.

12 Jane Webster, « Creolizing the Roman Provinces », AJA, 105, 2001, pp. 209-225. Patrick Le Roux n’utilise pas l’article de Jane Webster, « Art as Resistance and Negotiation », dans Sarah Scott, Jane Webster (éds.), Roman Imperialism and Provincial Art, Cambridge, 2003, pp. 24-51.

13 Voir l’analyse historiographique proposée par Pierre Cordier « Varius… », dans le présent volume.

14 Jane Webster, dans « Art as Resistance… », op. cit. (n. 12), p. 40, écrit : « Creolisation is a linguistic term indicating the merging of two languages into a dialect that blends the two… It has also come to be used more generally for the processes of multicultural adjustment through which African-American and African-Caribbean societies were created… it is a term increasingly employed in colonial archaeology, and one which I think we could usefully bring to bear on all forms of material culture (including ‘art’) in the Roman provinces ».

15 Hervé Inglebert (dir.), Histoire de la civilisation romaine, Paris, 2005, p. 433, qui se réfère notamment au livre de Patrick Le Roux, Romains d’Espagne. Cités et politique dans les provinces (iie siècle av. J.-C. – iiie siècle apr. J.-C.), Paris, 1995.

16 Hervé Inglebert (dir.), op. cit. (n. 15), pp. 421-449.

17 Hervé Inglebert (dir.), op. cit. (n. 15), pp. 451-482.

18 Hervé Inglebert (dir.), op. cit. (n. 15), pp. V-VI.

19 Contrairement à Patrick Le Roux, nous mettrions à part les recherches menées par Greg Woolf et Susan Alcock. Remarquons au passage que semble se dessiner depuis quelques années une réaction relativement violente de la part de certains historiens français contre des « Écoles Britannique et Américaine » et contre la place accordée par ces dernières à la Culture. Notons aussi que Susan Alcock, Greg Woolf, Onno van Nijf ont étudié à la Classics Faculty de Cambridge sous l’égide de personnalités aussi variées que Keith Hopkins, Peter Garnsey, Dick Whittaker, Mary Beard et Anthony Snodgrass (nous ne citons ici que les professeurs d’histoire romaine et le professeur d’archéologie).

20 Florence Dupont, « Rome ou l’altérité incluse », Rue Descartes, 2002, p. 41.

21 Pierre Grimal, Le siècle des Scipions. Rome et l’hellénisme au temps des guerres puniques, Paris, 1975, p. 42.

22 Sur les difficultés que rencontrent les historiens dans les définitions culturelles de la romanité, voir Hervé Inglebert, op. cit. (n. 15), pp. 463-464. Il rappelle en effet que le terme « romanitas » est un hapax, attesté dans un texte de Tertullien consacré au pallium (De Pallio, IV.1) daté de 200-210. Voir aussi sur l’histoire de ces notions, Pierre Cordier, l’introduction à la dernière partie de ce volume.

23 Simon Goldhill (éd.), Being Greek under Rome. Cultural Identity, the Second Sophistic and the Development of Empire, Cambridge, 2001, pp. 6-13 et p. 21.

24 Sur cette notion, voir l’article-bilan du séminaire rédigé par Florence Dupont, op. cit. (n. 20), pp. 41-54 et la conclusion du volume dirigé par Florence Dupont et Emmanuelle Valette-Cagnac, ouvrage cité note suivante, pp. 255-277.

25 F. Dupont et E. Valette-Cagnac (dir.), Façons de parler grec à Rome, Paris, 2005, contenant des articles de Clara Auvray-Assayas, Catherine Baroin, Renaud Boutin, Pierre Cordier, Florence Dupont, Maxime Pierre et Emmanuelle Valette-Cagnac.

26 Sur cette expression qui associe étroitement le latin et le grec comme deux facettes complémentaires d’une même langue, voir F. Dupont et E. Valette-Cagnac (dir.), op. cit., pp. 22-28.

27 Une des communications d’Emmanuelle Valette-Cagnac a été néanmoins publiée dans un numéro précédent de Mètis : « Plus grec que le grec des Athéniens. Quelques remarques sur le bilinguisme romain », Mètis, N.S. 1, 2003, pp. 149-179.

28 Ce processus est également manifeste dans l’espèce de renversement dont témoigne un passage de Philostrate dans la Vie d’Apollonios de Tyane (7.11) : un jour que le sage néo-pythagoricien se promène dans les environs de Naples, il rencontre Demetrius, qu’il accuse de s’être établi et de vivre avec luxe dans une des régions les plus belles d’Italie. Les deux Grecs arrivent alors jusqu’à la villa que Cicéron avait possédée ; commence dans ce lieu de souvenirs une discussion animée. Notons par ailleurs qu’un colloque organisé par le Collegium Beatus Rhenanus s’est tenu le 12 novembre 2004 à Mulhouse sur le thème : Vision(s) grecque(s) de Rome.

Auteurs

Université Paris VII

Université Paris VII

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable