Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire

 | 
Louis Bergeron

Avant-propos

Texte intégral

1Ce travail n’est pas, dans son fond, une thèse classique. Le lecteur, on l’en prévient dès l’abord, n’y trouvera pas, sur le sujet traité, une vue panoramique ou synthétique, une information exhaustive. Ce livre n’est pas une « somme » ; il ne se veut pas, même pour un temps, « définitif » ; il reste ouvert, jusque dans sa mise en forme. Mieux vaut donc en interpréter la venue au jour, avec toutes ses imperfections, comme une invitation à visiter un chantier sur lequel on s’attend à trouver des reconstitutions partielles, une organisation provisoire des résultats.

2Ce n’est pas facilité ou anachronisme que d’user ici d’un vocabulaire qui évoque l’élaboration d’un savoir archéologique. A moins de deux siècles de distance, l’historien économiste en est réduit à interroger des ruines, à circonscrire des lacunes, quand il prétend retracer la naissance, en France, des formes modernes de l’économie capitaliste. Écrire l’histoire des affaires et des gens d’affaires, au moins dans notre pays et pour ce temps-là, suppose le goût de la conjecture, le recours à l’imagination, le risque accepté de l’extrapolation. Une telle situation n’est que le reflet, la conséquence d’attitudes propres aux grands capitalistes et à leurs familles. Certains ont écrit ou fait écrire leurs mémoires, dont la relecture périodique n’a jamais permis à quiconque de sortir du doute critique ou d’avancer dans la connaissance des affaires. D’autres, en très petit nombre, ont préservé et parfois déposé leurs archives anciennes ; c’est la meilleure hypothèse. Les cas les plus courants sont d’un autre ordre. Ou bien les archives d’entreprises ont été anéanties parce que les affaires, tournées par définition vers le profit à venir, n’engendrent pas spontanément le culte de leur propre passé. Ou bien les archives existent, mais leurs conservateurs actuels en refusent la communication, par une complexe réaction de défense. Défense du secret des affaires, même lorsqu’il n’y a pas de « squelette dans le placard ». Défense contre les chercheurs d’archives et les historiens, amateurs ou professionnels, parce que les gens d’affaires croient souvent qu’il n’est d’histoire que polémique, partiale ou politisée ; la contrepartie d’un tel raisonnement est qu’ils ne veulent recourir qu’à une histoire hagiographique et stipendiée. L’un de nos regrets majeurs est de n’avoir pu prendre connaissance ni des archives bancaires d’une des plus anciennes et des plus prestigieuses maison de la haute banque protestante à Paris, ni de celles d’une ou deux autres maisons : nous n’étions pas les premiers à y avoir échoué. Exemple, entre bien d’autres, de la difficulté qu’éprouve l’histoire en tant que science sociale à assurer ses prises sur la société contemporaine.

3Aussi notre travail laisse-t-il son auteur bien peu satisfait. Il a fallu renoncer le plus souvent aux certitudes d’ordre statistique et, demeurant très en deçà des possibilités et des raffinements du quantitativisme, ramener sur les chemins de la narration descriptive une histoire qu’on eût souhaité hisser jusqu’à l’explication cohérente ou jusqu’à la théorie. Compte tenu du peu de sources disponibles, comment s’appuyer sur des valeurs absolues, à plus forte raison sur des pourcentages ? Massive, homogène, riche en informations, l’archive notariale était sans conteste la meilleure de nos sources. Malheureusement, c’est aussi la plus difficile à exploiter, du moins dans les conditions d’une recherche individuelle. La dispersion des actes, à travers les études et à travers le temps, même dans le cas d’une clientèle aussi restreinte que la nôtre, ne permet pas, dans un délai raisonnable, de s’informer également sur tous les individus, sur toutes les affaires. Les correspondances et comptabilités bancaires, marchandes ou manufacturières, infiniment précieuses en elles-mêmes, préforment la monographie, entraînent à la généralisation à partir de cas qui sont toujours — quoi qu’on en ait — plus particuliers que représentatifs. Moins rares, mais combien plus pauvres, les actes de sociétés, les circulaires ne permettent pas de saisir toutes les liaisons, d’entrer dans tous les mécanismes. Les dossiers de faillites, relativement abondants, sont inégalement complets et explicites ; peut-être même sont-ils un bel exemple de document où le chiffre est d’autant moins « fiable » qu’il est plus précis. En fin de compte, qu’il s’agisse de relations familiales et d’affaires, de types d’activités et d’opérations, de coûts et de profits, de calculs et de décisions, on n’est jamais assuré d’avoir aperçu plus que la partie émergée de l’iceberg des grandes affaires.

4L’exposé des résultats, la nécessité de conclure — même trop vite et trop tôt — suscitent d’autres difficultés, d’autres hésitations. Notre sujet contraint, en effet, à une oscillation incessante entre l’analyse micro-économique et la remise en question de tous les problèmes de la croissance économique française. Comme il s’agit de Paris, le cadre urbain de l’étude éclate à tout instant au bénéfice de l’étude d’un réseau de relations qui superpose les horizons — du régional à l’international. Les affaires parisiennes se sont trouvées liées de près aux grandes options politico-économiques de l’ère napoléonienne. Au temps de la crise de l’économie classique des façades maritimes et du repli du continent sur lui-même, Paris a tenu la plupart des fils de l’activité économique, à l’exclusion bien sûr du secteur agricole. Ainsi l’histoire économique de la ville se dis-socie-t-elle malaisément de celle de l’ensemble de l’Empire, où s’opèrent à la fois une redistribution des forces régionales et une première mutation industrielle.

5Conscient d’avoir insuffisamment progressé sur la plupart de ces pistes, l’auteur ne l’est pas moins d’imposer au lecteur un compte rendu trop proche de la simple relation de l’événement dans l’ordre économique ; quelque mauvaise conscience naît d’en arriver à réintroduire l’événement dans une histoire dont on attend au contraire qu’elle dégage mieux des structures. Mais à vrai dire il convient de pardonner à l’un quand il porte témoignage sur les autres. D’autre part, comment éviter qu’une recherche inachevée ne conserve quelques traits d’une publication commentée de documents ? Au niveau des analyses sociales, ce sont les individus qui se trouvent privilégiés par l’empirisme de la démarche. Mais il est vrai que ces individus sont de grands notables, évoluant dans des cercles restreints et solidaires ; si nos sources avaient assez de couleur et de chair, grande serait la tentation de les faire revivre à la façon d’un monde balzacien.

6Reste à justifier l’agencement adopté pour présenter les résultats de ce qu’on pourrait appeler notre campagne de fouilles dans le sous-sol parisien.

7Les trois premiers chapitres sont consacrés à une étude externe et interne du groupe professionnel et social qui constitue l’élément unificateur de la recherche. Étude externe : il s’agissait de situer ce groupe au sein d’élites parisiennes d’une complexité et d’une puissance exceptionnelles ; de se demander dans quelle mesure nos gens d’affaires avaient pu, au lendemain de la Révolution, faire leur percée dans les classes dirigeantes. Étude interne : on voulait analyser les composantes géographiques, confessionnelles, sociales de ce « club du grand capital parisien » qui doit étonnamment peu au milieu parisien lui-même.

8Les chapitres IV à VI introduisent à l’étude des activités du groupe. Ouvrard et Napoléon, les débuts de la Banque de France : ce sont comme les images d’Épinal d’une histoire économique traditionnelle, en fait attachée presque exclusivement au financier et à l’institutionnel. Il n’en est pas moins vrai que la transformation des habitudes en matière de crédit, public et commercial, est un événement spectaculaire dans le Paris du Consulat et des débuts de l’Empire. La fin du temps des fournisseurs ; la création d’un grand établissement de crédit : les « faiseurs de services » cessent de briller dans une société mondaine qu’ils avaient animée de la Régence au Directoire, tandis que la haute banque soutient de ses capitaux l’essor des premières banques d’escompte commercial. Il s’agit bien de la transition d’un système de crédit à un autre, d’une substitution souhaitée depuis longtemps à la fois par l’État et le grand négoce.

9Les chapitres VII à IX, au prix d’un certain grossissement mais cependant sans arbitraire, exaltent le rôle de Paris dans la commercialisation et dans la production du textile, principalement du textile-coton. A travers les difficultés dans lesquelles se débat le négoce international des toiles blanches ou imprimées, comme dans la naissance des nouveaux établissements industriels, c’est l’insertion de Paris qui se lit à la fois dans la politique économique du pouvoir et dans le mouvement d’industrialisation qui s’empare de la France ; lecture, il est vrai, que nous facilitent pour une fois nos sources, particulièrement riches en informations sur quelques grandes affaires.

10Les chapitres X et XI reviennent aux milieux classiques des banquiers et marchands-banquiers, pour étudier leur adaptation à une conjoncture d’exception. Conjoncture sectorielle, qui n’est pas celle des subsistances, et qui obéit moins aux cycles des prix céréaliers et à la variation des récoltes qu’aux circonstances politiques et militaires — encore que la liaison s’établisse avec la crise agricole dans la secousse de 1810-1811, et que le problème de l’atonie de la consommation nationale préoccupe constamment les milieux d’affaires. L’inventaire des catastrophes — trois ou quatre en moins de quinze ans — permet de reconnaître la spécificité de chacune d’entre elles, mais aussi de déceler un certain déplacement des activités et des investissements : l’attrait nouveau de l’industrie paraît bien s’être affirmé en pleine période de spéculations scabreuses sur les denrées coloniales. Dans l’ensemble, toutefois, l’impression demeure d’une assez grande stabilité du milieu bancaire — stabilité de son personnel comme de ses fonctions et de ses choix. D’un bout à l’autre de l’enquête, en tout cas, le thème du capital foncier reste présent, d’une façon presque obsédante : mais nous croyons avoir montré que son importance, loin d’avoir constitué un facteur de retard dans le développement des initiatives économiques, devait s’interpréter comme tenant à son rôle essentiel de réserve de crédit et de régulation de la marche des affaires. Au niveau des grandes affaires parisiennes du moins, c’est recréer un combat d’école que d’imaginer un antagonisme du capital immobilier et du capital mobilier.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540