Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition

Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition

Le mythe d’Alexandre le Grand en Grèce du Roman à nos jours

Daphné Gondicas

Résumé

Cette étude souhaite montrer comment le mythe d’Alexandre le Grand se développe en Grèce dès le lendemain de sa mort jusqu’à nos jours sans interruption. Dans la tradition populaire grecque ce personnage joue un rôle important et est souvent représenté dans l’art traditionnel du pays. Mais le Conquérant sera aussi transformé de païen en chrétien afin de défendre, dès l’époque byzantine, les intérêts du peuple grec chaque fois qu’il en est besoin.

Texte intégral

1Le mythe d’Alexandre le Grand en Grèce est un vaste sujet s’étendant sur plusieurs siècles et riche en informations concernant diverses disciplines comme l’histoire, l’archéologie, l’histoire de l’art, la mythologie, le folklore (que les Grecs modernes nomment laographia). Les questions qui se posent sont nombreuses, à savoir en premier lieu si cette légende d’Alexandre, si populaire encore aujourd’hui, est un mythe ancien ou un mythe contemporain ; si l’on peut tracer sa continuité depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, ou s’il renaît après avoir subi une rupture. Par ailleurs, on peut se demander comment ce personnage historique qu’était Alexandre le Grand devient une légende très populaire qui s’enrichit systématiquement ; comment le personnage païen devient chrétien pour enfin se battre encore une fois, après environ vingt siècles, pour la liberté des Grecs.

  • 1 Paul Goukowsky, Essai sur les origines du mythe d’Alexandre : 336-270 av. J.-C., 2 vols, Annales de (...)
  • 2 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XVII ; Pline l’Ancien, H.N., 37, 10 ; Plutarque, Vie d’ (...)
  • 3 IX, ch. 17-19.
  • 4 XV, 1, 28.

2Le mythe apparaît dès le lendemain de la mort du conquérant, comme l’a si clairement montré Paul Goukowsky1, mais les textes de ses contemporains manquent cruellement et nos informations sur le personnage proviennent surtout d’auteurs tardifs2. On peut déjà constater que, très tôt, les historiens, comme Tite Live, commencent à l’appeler « Grand »3, tandis que Strabon, son contemporain, dans sa Géographie, admet que « tout l’entourage d’Alexandre acceptait le merveilleux plutôt que la vérité »4. En effet, selon les sources antiques, les aventures, les exploits et la personnalité du conquérant, avaient déjà frappé l’imagination de ses contemporains, si bien qu’assez vite le récit historique se transforme en une épopée pleine d’histoires imaginaires, d’aventures, de conversations, d’explorations et de conspirations.

Le Roman d’Alexandre et la tradition populaire

  • 5 En Occident, les variantes médiévales et postérieures du Roman d’Alexandre sont nombreuses. Le manu (...)

3Vers la fin du iiie siècle de notre ère apparaît le Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène par qui commence l’évolution spectaculaire du mythe d’Alexandre, avec une multitude de versions tant en Orient qu’en Occident5, si bien que le conquérant dépasse en popularité le héros de la guerre de Troie, Achille, qu’il admirait tant et qu’il estimait très heureux d’avoir été chanté par Homère.

  • 6 Codex Gr. 408 de la Bibliothèque Marciane de Venise.
  • 7 Sur les éditions du Roman d’Alexandre, voir l’introduction dans G. Veloudìs (dir.), Le Roman d’Alex (...)

4Le Roman d’Alexandre, qui raconte les exploits réels et mythiques du conquérant, constitue une source importante de thèmes développés dans la tradition populaire grecque. Byzance nous a transmis un grand nombre de versions du Roman et presque tous les manuscrits de la tradition grecque proviennent de l’époque byzantine. Une de ces versions (b’), datée du ve siècle, était diffusée dans toutes les régions qui se trouvaient sous l’influence religieuse et politique de Byzance, au-delà de la Géorgie et dans tout le monde slave. Le plus ancien manuscrit que nous possédons date du xie siècle ; suivent quelques versions plus tardives, dont une de 1388 en vers6. Un grand nombre de manuscrits appartient aussi aux années postérieures à la chute de Constantinople (1453). Parmi les diverses variantes du Roman de la période post-byzantine, il faut mentionner une adaptation populaire en vers rimés, la Ριμάδα (Rimada), et une autre en prose, la Φυλλάδα (Phyllada, Livret), dont la première édition se situe à la fin du xviie siècle7.

Œuvre moralisante – lecture populaire

5Dès sa création, le Roman d’Alexandre connaît une large diffusion dans tous les milieux sociaux, si bien que dès l’époque byzantine on peut dire qu’il devient une lecture populaire. Les hommes de l’empire byzantin le lisent, l’étudient, le critiquent, tandis que les Grecs sous l’occupation ottomane et pendant les années de la Guerre d’Indépendance, c’est-à-dire à partir de 1821, ne se lassent pas de le lire et de le diffuser. C’est un texte qui inspire les opprimés : les exploits réels ou mythiques d’Alexandre sont un bon exemple à suivre pour se libérer du tyran. Écrite dans une langue simple, l’adaptation populaire, comprise par tous, pouvait être lue ou écoutée sans difficulté.

  • 8 A. A. Anàrgyros, Sur l’île de Spetsai (en grec), A’, Athènes, 1861, pp. 43-46 ; G. Veloudìs, op. ci (...)
  • 9 G. Skordèlis, « L’Oktoèkhos et le Roman d’Alexandre » (en grec), Parnassos 7, 1883, pp. 197-203, da (...)
  • 10 C. Th. Dimaràs, « Alexandre le Grand » (en grec), To Bèma, 14.07.1961, dans G. Veloudìs, op. cit., (...)

6Nombreux sont les témoignages présentant les simples guerriers ou même les chefs de la Guerre d’Indépendance admiratifs devant les exploits du conquérant : les uns se réunissant autour d’un lettré qui lisait le texte à haute voix ; d’autres apparaissant seuls, plongés dans la lecture. Éloquent est le récit d’un lettré du xixe siècle, Georges Tertsètis8, qui raconte comment l’amiral Constantin Kanàris, un des chefs de la Révolution, choisissait un lieu calme près de la mer afin de lire le Roman. Il était tellement impressionné, nous dit l’auteur, par les exploits du conquérant, il espérait tellement qu’un jour les Grecs puissent être libérés du joug ottoman, comme l’avait fait jadis Alexandre contre les Perses, qu’en lisant le Roman il pleurait à chaudes larmes. Après la libération et jusqu’au milieu du xxe siècle, dans le nouvel État, des savants soutiennent que le Roman d’Alexandre est un texte fondamental que tout Grec doit lire et connaître, un texte qui est une sorte de symbole de la culture grecque9. Constantin Dimaràs, professeur à la Sorbonne, écrivait en 1961 que parallèlement à l’enseignement scolaire et avant d’aborder les grandes œuvres de la littérature grecque et étrangère, il fallait familiariser les jeunes avec des œuvres plus simples, mais pleines de sens, comme le Roman10.

7En effet, toutes les belles aventures racontées dans le Roman d’Alexandre, les histoires imaginaires et les récits utopiques, avaient un caractère éducatif et pédagogique, au sens que les Anciens donnaient au mot paideia. C’est aussi le lien du couple maître-disciple, Aristote-Alexandre, qui est mis en avant avec l’échange systématique de lettres. Mais le récit comporte aussi la notion que le disciple peut devenir maître. Il ne faut donc pas s’étonner de voir Alexandre enseigner à Aristote les mystères de l’Inde, ou encore, depuis le ciel que le héros veut conquérir, donner des instructions à son maître.

8Parallèlement au Roman lui-même, qui reste une lecture populaire jusqu’au xxe siècle, certains des d’épisodes qu’il raconte ont connu un développement autonome aussi bien dans la littérature que dans l’iconographie populaire.

Montée au ciel – descente dans la mer

  • 11 S.P. Kyriakìdès, « L’Icare byzantin » (en grec), Himérologion tis Megalis Elladas, Athènes, 1924, p (...)

9Le sujet iconographique le plus populaire du Moyen Âge chrétien en Orient et en Occident est l’histoire fabuleuse de l’ascension d’Alexandre au ciel. Le caractère moral de cette histoire est probablement la cause de sa grande diffusion ; reliefs de marbre ou d’ivoire, émaux, miniatures, tissus, tous les matériaux sont bons pour représenter l’histoire : Alexandre, jeune, imberbe, couronné et portant le costume d’empereur byzantin, est représenté debout sur son char tiré par d’énormes oiseaux carnivores. Le char monte vers le ciel grâce aux efforts des oiseaux pour attraper la nourriture qu’Alexandre tend devant eux au bout de longs bâtons. C’est ainsi qu’il est représenté sur le relief de Saint Marc de Venise, une œuvre du xie siècle, originaire de Constantinople, qui ressemble aux représentations des triomphes des empereurs romains et byzantins (fig. 1). Mais le héros redescend vite sur terre, parce qu’un oiseau anthropomorphe apparaît pour lui indiquer les conséquences mortelles de son arrogance11. Le mythe de l’ascension d’Alexandre au ciel trouve son origine dans des mythes anatoliens très anciens. Mais cet épisode, comme celui de sa descente dans les profondeurs de l’Océan, qui est présenté sous la forme de lettres dans le Roman, n’exprime pas seulement un désir de connaissance et d’aventure ; il est aussi une leçon morale selon laquelle l’audace du héros ne doit pas dépasser les limites imposées à l’homme : c’est pourquoi l’auteur invite Alexandre à arrêter ses recherches dans le fond de la mer avant qu’il ne soit trop tard, car la mort le guette ; et il ajoute qu’il faudrait bien connaître la terre avant de vouloir explorer le ciel. Et Alexandre retourne sur terre… Plusieurs références à l’épisode de la descente dans la mer figurent dans d’autres récits populaires indirectement ou directement liés à Alexandre. Au premier cas appartient l’épopée de Digenìs, au second l’histoire de Gorgone.

Fig. 1 : L’ascension d’Alexandre. Relief de Saint Marc à Venise

Fig. 1 : L’ascension d’Alexandre. Relief de Saint Marc à Venise

S. P. Kyriakìdès, « L’Icare byzantin » (en grec), Himérologion tis Megalis Elladas, Athènes, 1924, fig. 2, p. 376.

Tradition poétique

Digenìs

  • 12 Sur les gardiens des frontières de l’empire voir A. Vakalòpoulos, Histoire de la Grèce Moderne (en (...)
  • 13 K.G. Spyridàkis, « Chansons des frontières », Chansons populaires grecques, A’, Athènes, 1962, (en (...)

10Digenìs Akrìtas est un gardien des frontières à l’époque byzantine qui, grâce à ses exploits, devient un héros loué par toute une tradition poétique12. Dans ces poèmes, dont le premier a été composé probablement autour des xe-xie siècles, Alexandre est le modèle du héros mythique, que Digenìs veut imiter. Les descriptions poétiques de la mosaïque du palais de Digenìs avec par exemple sa lutte contre d’énormes crabes, rappellent l’histoire de la plongée d’Alexandre dans les profondeurs de l’Océan13. Ailleurs, sur cette mosaïque, sont représentés les triomphes du sage Alexandre qui est placé parmi les héros de l’Antiquité et de l’Ancien Testament (Samson, Joseph, Moïse).

Gorgone

  • 14 K.G. Spyridàkis, « Contribution à l’étude des traditions et croyances populaires sur Alexandre le G (...)

11C’est à cette tradition de la descente dans les profondeurs de la mer qu’appartient l’histoire de la sœur d’Alexandre, Gorgone14 : cet être mi-femme mi-poisson ne doit pas sa forme à son homonyme antique, mais peut avoir, comme elle, des pouvoirs destructeurs. Gorgone, sœur d’Alexandre, apparaît aux marins pour leur demander si le roi Alexandre est encore en vie ; si la réponse est négative, elle se transforme en monstre et d’un coup de queue soulève les flots pour couler le navire avec les marins. Si l’on donne la bonne réponse, c’est-à-dire que le roi est toujours vivant, elle devient belle et aimable et laisse les marins poursuivre leur voyage.

  • 15 Pausanias, VIII, 41, 4-6.
  • 16 Chr. Antonìou, Le monde de la Gorgone. Thèmes et figures de la tradition populaire dans l’œuvre de (...)

12Un tel être mi-femme mi-poisson, présent dans toutes les cultures du monde sous des appellations différentes, est déjà représenté dans l’Antiquité grecque avec Eurynomè à Phigalie15. Dans l’iconographie populaire grecque, Scylla peut aussi avoir la même forme, mais celle-ci est plutôt malveillante et charme les marins par la douceur de son chant. Le mythe grec de la sœur d’Alexandre puise sa thématique dans l’épisode du Roman selon lequel Alexandre descend dans les profondeurs de la mer : sachant son frère dans la mer, sa sœur a peur qu’il ne se noie et descend pour le secourir : elle supplie Dieu de la transformer en poisson pour faciliter sa recherche et Dieu répond à ses prières. Selon une autre version, largement diffusée, la sœur aurait été punie pour avoir avalé l’eau d’immortalité qu’Alexandre avait eu tant de mal à trouver : en guise de châtiment, il l’aurait jetée dans la mer où elle se serait transformée en poisson. Ce mythe très populaire survit même dans la tradition érudite, comme par exemple dans l’œuvre du poète grec Georges Sefèris, prix Nobel 1964, où sa présence est si importante qu’il a pu constituer l’objet d’une thèse de doctorat16.

  • 17 N.G. Polìtis, « Démons marins, Gorgone » (en grec), Parnassos, B’, Athènes, 1878, pp. 259-275. N.G. (...)

13La représentation de la Gorgone est un motif iconographique très répandu depuis des siècles et elle décore aussi bien les retables que les proues des navires, les bijoux, les tissus, les reliefs et les sculptures ou les vignettes17. Par exemple, une fresque, du xviie siècle, dans le narthex de l’église d’un monastère en Élide, représente la gorgone dans la mer (fig. 2). Une autre gorgone décore l’écusson d’un navire d’Andros, dans les Cyclades, tandis que, sur les vignettes des éditeurs grecs à Venise, en 1681, elle porte une couronne. Elle figure aussi sur les proues des navires, comme celle d’un navire crétois du xixe siècle (fig. 3). Elle décore des tableaux brodés crétois (fig. 4) et d’autres broderies traditionnelles. Mais on la retrouve aussi chez le peintre grec contemporain, Bost, grand spécialiste d’interprétations parodiques, qui la représente au bras de son frère (fig. 5).

Fig. 2 : Gorgone. Narthex de l’église du monastère Skafidia en Élide

Fig. 2 : Gorgone. Narthex de l’église du monastère Skafidia en Élide

N.G. Polìtis, Études sur la vie et la langue du peuple grec (en grec), Β᾿, Athènes, 1904, ΚΒ᾿ : « Lutins et lieux marins hantés », fig. 3, p. 1172.

Fig. 3 : Gorgone. Proue de navire crétois

Fig. 3 : Gorgone. Proue de navire crétois

Musée Historique d’Héracleion

Fig. 4 : Gorgone. Tableau brodé crétois

Fig. 4 : Gorgone. Tableau brodé crétois

Musée Historique d’Héracleion

Fig. 5 : Alexandre et Gorgone de Bost

Fig. 5 : Alexandre et Gorgone de Bost

Calendrier 2000, éditions Hestia, Athènes

  • 18 K.G. Spyridàkis, « Contribution… » op. cit ; les thèmes des poèmes sont : Α’ Alexandre le Grand. So (...)
  • 19 N. G. Polìtis, « Indices folkloriques dans le Catéchisme [A’] et B’ de Saint Jean Chrysostome » (en (...)
  • 20 P. Belon du Mans, Voyage au Levant, 1553, pp. 58b-59a ; G. Bakalàkis, « Sur la vie du Roman d’Alexa (...)
  • 21 G.F. Abbot, Macedonian Folklore, Chicago, 1903, pp. 279-289 : « Alexander and Philip in Folk-Tradit (...)

14D’autres exploits d’Alexandre sont chantés dans la tradition populaire, mais parfois le conquérant remplace un autre héros ou roi dans une histoire qui en vérité lui est complètement étrangère18. Par ailleurs la présence de la légende d’Alexandre est aussi attestée par les pouvoirs magiques que l’on attribue à des objets qui sont censés lui être liés ou à des lieux où il serait passé. Saint Jean Chrysostome, par exemple, mentionne dans son Catéchisme les monnaies de bronze d’Alexandre qui, au ive siècle, sont portées sur la tête ou autour des chevilles pour éloigner les maux, pour guérir19. On rencontre encore cette même tradition au xviiie siècle à Galaxidi (golfe de Corinthe), si l’on en croit la description d’un voyageur anglais. En Grèce du Nord, chaque pierre, chaque construction est attribuée à Alexandre. C’est ainsi que, pour ne donner que quelques exemples, la base du monument d’un légionnaire romain, Gaius Vibius [g. vibius c. f. cor. qvartus mil. leg. v. mace-donic], fut identifiée par les habitants de la région de Philippes comme la mangeoire du cheval d’Alexandre20. La base, rectangulaire à l’origine, s’est arrondie car les femmes en grattaient les angles pour offrir la poudre aux jeunes mères : en l’avalant elles étaient censées être capables non seulement de bien nourrir leurs nouveau-nés, mais de les rendre beaux et forts. Ailleurs, au mépris de l’avis des archéologues, une grande basilique du vie siècle devient le palais d’Alexandre. Mieux encore, selon l’explication étymologique locale, la ville de Kavàla doit son nom à la première rencontre d’Alexandre avec son cheval favori, Bucéphale : Alexandre aurait monté le cheval pour la première fois dans cette ville, et c’est, dit-on, parce qu’il y passa comme « cavalier » qu’il donna son nom à la ville de Kavàla (du latin caballus/cheval)21. Les cartes postales de Thessalonique du début du xxe siècle confondent l’arc de l’empereur romain Galère avec « L’arc de triomphe d’Alexandre le Grand » (fig. 6).

Fig. 6 : L’arc de Galère à Thessalonique

Fig. 6 : L’arc de Galère à Thessalonique

Carte postale de 1908

Alexandre et Byzance

  • 22 M. Kamboùri, « Le mythe d’Alexandre le Grand dans l’Orient chrétien et l’Islam » (en grec), Alexand (...)
  • 23 Livre de Daniel, ch. XI, v. 2-4. On trouve, dans un manuscrit du xie s. du mont Sinaï, la représent (...)

15Le Roman et le nom d’Alexandre sont souvent mentionnés dans les sources historiques de l’époque byzantine. Les renseignements que les chroniqueurs de l’époque donnent sur Alexandre sont assez hétéroclites : les uns ont tendance à démystifer les épisodes légendaires, comme Malalàs dans sa Chronographie, ou Michel Glykàs ; les autres, comme Zonaràs, qui se fonde sur la Vie d’Alexandre de Plutarque, et Georges le Moine ou Kedrinòs, ont une approche plus exclusivement historique22. Mais le point commun qui les lie tous est la christianisation du héros, qui s’accomplit en effaçant les incidents sombres de sa vie. Particulièrement intéressant est le commentaire du Livre de Daniel qui, dans une des allégories, décrit l’un des quatre monstres en forme de léopard ailé, détruisant l’empire perse, selon les vœux de Dieu. Dans cet épisode, les Pères de l’Église avaient identifié le monstre ailé avec Alexandre23.

  • 24 S. Gero, « The Alexander Legend in Byzantium. Some Literary Gleanings », Dumbarton Oaks Papers, 46, (...)
  • 25 C’est le codex n° 5 de l’Institut Hellénique de Venise ; cf. A. Xyngòpoulos, Les miniatures du Roma (...)

16À cette attitude commune des historiographes byzantins, qui consiste à christianiser Alexandre, correspond une tendance à s’approprier sa person-nalité afin de le classer parmi les ancêtres illustres de l’empire byzantin ; il est ainsi présenté comme le chef de l’empire œcuménique, ayant le pouvoir d’imposer la volonté divine24. On comprend alors que ce n’est pas un hasard si Alexandre est représenté comme fondateur de monastères et d’églises, à la manière des empereurs byzantins. Cette appropriation devient largement sensible à l’époque de la dynastie byzantine des Macédoniens, dont le fondateur, Basile Ier (812-886), serait lui-même, selon une tradition, le descendant d’Alexandre le Grand. Le héros est parfois vêtu en empereur byzantin, comme dans ce codex du xive siècle, d’origine probablement crétoise, qui relate le Roman25 et où Alexandre est représenté avec le costume et les emblèmes de son contemporain Paléologue (fig. 7) :

  • 26 Ibid., pp. 131, 133. Dynastie macédonienne : 867-1057 ; dynastie des Comnènes : 1057-1185.

« On y voit Alexandre sur presque toutes les miniatures, soit dans ses vêtements royaux, soit dans son armure de guerre. […] l’image du f. 1r, utilisée comme frontispice, et tenant lieu, pour ainsi dire, de portrait officiel. Alexandre porte une couronne hémisphérique, semblable à celle des empereurs byzantins de la dynastie des Lascarides et des Paléologues. Le costume royal se compose d’une longue tunique sur laquelle se croise le loros [λῶροϛ] impérial, dont Alexandre tient une extrémité de la main gauche en même temps que le globe. Le loros croisé sur la poitrine découvre au-dessous de la gorge un seul petit triangle de la colerette. Cette disposition du loros, qui laisse voir la colerette, se trouve bien avant les Paléologues auxquels nous ramène la couronne d’Alexandre. […] mais il s’agit sans aucun doute de l’imitation de quelque modèle byzantin plus ancien. […] Dans les autres représentations de rois du manuscrit (Philippe f. 30r, Darius f. 34r), et celles, très nombreuses, d’Alexandre, ex. f. 39v, le costume et la couronne copient, avec de fréquentes erreurs, des images de rois byzantins, en particulier de la dynastie macédonienne, et postérieures jusqu’aux Comnènes »26.

Fig. 7 : Alexandre comme empereur byzantin. Codex de l’Institut Hellénique de Venise

Fig. 7 : Alexandre comme empereur byzantin. Codex de l’Institut Hellénique de Venise

A. Xyngòpoulos, Les miniatures du Roman d’Alexandre le Grand dans le codex de l’Institut Hellénique de Venise, Athènes-Venise, 1996, fig. 1.

  • 27 A. Vakalòpoulos, op. cit., pp. 167-168 ; D. Misisou, « La continuité historique de l’hellénisme » ( (...)

17L’apogée de cette appropriation de la figure historique d’Alexandre se situe à l’époque de la dynastie des Paléologues (1261-1453). L’identification ou le raprochement entre les Macédoniens d’Alexandre et les Macédoniens de la période des Paléologues, et surtout entre le roi macédonien et les empereurs byzantins, résulte du climat idéologique et culturel de l’époque, plus précisément d’un « éveil national ». Un exemple caractéristique de cette conscience nous est donné par l’empereur Emmanuel II Paléologue, qui pendant le siège de Thessalonique par les Turcs (1383-1387), essaya d’insuffler du courage aux habitants en leur rappelant : « la patrie de Philippe et d’Alexandre nous appartient »27.

18On constate alors qu’Alexandre, le héros du Roman, devient porteur et défenseur de l’idéologie impériale byzantine. Pour les Pères des premières années chrétiennes, Alexandre est le héros de la Foi ; pour le peuple, les auteurs, les poètes, les créateurs des nombreuses versions du Roman, sa mort prématurée et injuste le transformait en un saint martyr. Ainsi les différentes images d’Alexandre – empereur, héros pour lequel la terre n’est pas suffisante ou martyr chrétien – viennent et reviennent systématiquement dans la vie culturelle et artistique de Byzance.

  • 28 Codex 771-381 de la Bibliothèque Nationale de Sophia (xve s.) ; manuscrit serbe, Bibliothèque Natio (...)
  • 29 Les tessons de céramique byzantine : A. Xyngòpoulos, « Représentations du Roman d’Alexandre sur la (...)

19Un texte d’une telle diffusion ne pouvait qu’influencer aussi l’art visuel. On trouve des miniatures dans un certain nombre de manuscrits byzantins, comme le codex Barocci 17 de la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford qui date du xiiie siècle, ou celui de l’Institut Grec de Venise, du xive siècle. Ajoutons les manuscrits serbes de la même tradition28. Sur d’autres supports (reliefs, céramique, objets de culte, bijoux, etc.) sont aussi représentés des épisodes du Roman. Sur trois tessons de céramique byzantine peinte, on a reconnu l’épisode où Alexandre tue celui que le Roman présente comme son vrai père, le pharaon Nectanébo. Sur un autre fragment du xie siècle, Alexandre est représenté comme empereur byzantin, portant une couronne et tenant dans sa main le loros impérial29.

L’abbé Sisôès

  • 30 Saint Sisôès est un ermite mort en 429.

20En étroite corrélation avec la renommée, la gloire et la mort d’Alexandre, se développe à l’époque post-byzantine le sujet iconographique de « l’abbé Sisôès devant la tombe et les ossements découverts »30 (fig. 8).

Fig. 8 : « L’abbé Sisôès devant la tombe et les ossements découverts », 1566, monastère Varlaam, Météores

Fig. 8 : « L’abbé Sisôès devant la tombe et les ossements découverts », 1566, monastère Varlaam, Météores

M. Kampoùri, « Le mythe d’Alexandre le Grand dans l’Orient chrétien et l’Islam », Alexandre et l’Orient, Thessalonique, 1997, fig. 10, p. 208.

21Très tôt cette représentation est mise en rapport avec l’histoire de la découverte de la tombe d’Alexandre par Saint Sisôès. L’image de Sisôès devant le sarcophage ouvert contenant le squelette, est une représentation symbolique de la réflexion philosophique sur la mort des hommes et leur besoin de délivrance, de rédemption, de rachat. À l’origine, l’image du squelette était censée représenter tous les hommes célèbres et puissants, auxquels on avait donné symboliquement le nom du plus célèbre de tous, celui d’Alexandre. Le thème fut développé par un peintre dont l’esprit synthétique et créateur exprimait les courants idéologiques et religieux. Mais en 1566, un autre peintre plus tardif, interprétant mal le sens symbolique de l’inscription ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΣ, ajouta sur l’icône le nom et le titre du Macédonien, roi des Grecs, changeant inconsciemment le sens du message : de symbole de la nature passagère de l’homme, le squelette à l’origine anonyme, devint celui du personnage historique. Cependant, dans ces images, Alexandre, symbole du destin humain, c’est-à-dire de sa nature mortelle, n’est plus le grand conquérant du monde, mais l’homme juste dont l’âme est accueillie par l’Archange Saint Michel, l’ange psychopompe par excellence. Le caractère didactique et moral du sujet l’a rendu particulièrement populaire dans les cercles monastiques et sa représentation a acquis une place permanente dans le programme iconographique du narthex et de l’autel (trapeza) des monastères.

Occupation ottomane et révolution pour la liberté

  • 31 Cf. A. Vakalòpoulos, op. cit., vol. Γ’, Thessalonique, 1961 : Joachim Patriarche d’Alexandrie (1487 (...)

22Les représentations iconographiques d’Alexandre subsistent durant toute la période de l’occupation ottomane et les références au personnage se multiplient de plus en plus à l’approche de la Guerre d’Indépendance. Peu après la chute de Constantinople, les érudits, les théologiens, tous, chacun à sa manière, en parlant de la libération, se réfèrent à Alexandre. Au xvie siècle, deux patriarches d’Alexandrie prédisent l’arrivée d’un libérateur, qui comme Alexandre, va conquérir plusieurs royaumes avant de monter sur le trône de Byzance31.

23Dans les grands centres de l’empire ottoman, comme dans les communautés de la diaspora grecque, le développement économique, social et culturel des Grecs contribua à mettre en place les conditions nécessaires pour affronter l’occupant. Les divers groupes sociaux, marchands, érudits, ecclésiastiques, participent tous activement aux projets révolutionnaires. Les Grecs de la diaspora encouragent leurs compatriotes opprimés, tout en renseignant les Européens sur la situation en Grèce et en demandant leur aide. Dès le xviie siècle, les textes publiés par les Grecs de la diaspora présentent Alexandre comme le grand libérateur, celui qui jadis avait délivré les Grecs du tyran perse. Maintenant on implore Dieu d’envoyer un homme pareil à Alexandre pour libérer la Grèce encore une fois. Mais personne ne fait appel aux empereurs byzantins malgré leur renommée et leurs succès passés.

  • 32 C. Th. Dimaràs, Histoire du Folklore de la Grèce Moderne (en grec), Athènes, 41968, p. 194. V. Skou (...)
  • 33 Nathanael Neocaisareus [= Athanàsios Pàrios], Réponse (en grec), Trieste, 1802, pp. 48-49 ; Anonyme (...)

24Un marchand originaire de Pélion, Jean Prìngos32, ayant fait fortune à Amsterdam, a pu financer la construction de l’école et de la bibliothèque de son village d’origine ; il travaille comme ses compatriotes, pour la libération de son pays qui va de pair avec l’éducation de ses jeunes compatriotes. C’est lui qui à plusieurs reprises demande à Dieu d’envoyer un nouvel Alexandre, identique à celui qui a chassé les Perses de la Grèce, afin de chasser le tyran et de libérer la Grèce, ou au moins d’envoyer un autre Pierre comme celui de la Russie [Pierre le Grand]. En fait Jean Prìngos rapprochait l’œuvre des deux personnages : comme Alexandre qui avait unifié les Grecs contre les Perses, Pierre le Grand avait travaillé pour l’unification d’un puissant État à la fin du xviiie siècle ; ce dernier représente la puissance chrétienne qui se bat pour chasser les tyrans impies ; il incarne l’espoir. Tous, cependant, ne sont pas de l’avis de Jean Prìngos. Quelques voix critiques s’élèvent au début du xixe siècle pour condamner la cupidité, l’avidité, la tactique destructrice du conquérant. Ils rappellent qu’Alexandre avait non seulement soumis à son autorité les Grecs jusqu’alors libres, mais qu’il aimait aussi entretenir les mensonges autour de sa naissance, acceptant ainsi, sans gêne, l’adultère de sa mère33.

  • 34 Né probablement en 1757 à Velestino, village de Thessalie situé près de l’ancienne ville de Phérai (...)
  • 35 Pendant son premier séjour à Vienne (1790-91), il publie, par exemple, aussi bien la traduction de (...)
  • 36 Sur la Carte de Rhìgas voir : G. Làïos, « Les cartes de Rhìgas » (en grec), Deltion tis Historikis (...)
  • 37 Dans son article, G. Làïos, op. cit., p. 2092, précise que l’original utilisé par Rhìgas n’était pa (...)
  • 38 Les citations de Rhìgas respectent l’orthographe de l’original.

25Parmi les premiers révolutionnaires et martyrs des combats pour la libération de la Grèce, on trouve la figure emblématique de Rhìgas Velestinlìs, également connu sous son surnom de Phéraios34. Il reçoit son premier enseignement dans l’école fondée par Jean Prìngos : c’est vraisemblablement là qu’il s’initie à la culture antique. Plus tard, sa profession de marchand le conduit à Constantinople et dans les principautés danubiennes où il développe une activité révolutionnaire et érudite, en s’inscrivant dans le groupe des intellectuels des Lumières grecques. Profondément influencé par les idées de la Révolution française, il participe au mouvement qui a pour objet la libération de l’homme, le respect de ses droits, la liberté et l’égalité des peuples. Il s’intéresse à toutes les formes d’expression qu’il diffuse, comme le montre son travail de traducteur et d’éditeur de textes littéraires, surtout français, et ses connaissances encyclopédiques, ou encore la rédaction de textes politiques35. Peu de temps avant son arrestation et son exécution, Rhìgas publie sa Carte de la Grèce (Χάρτα) : c’est une série de cartes de la « Grande Grèce », encadrées de monnaies et de portraits de grands hommes de l’antiquité classique ; il veut ainsi rappeler à ses compatriotes leurs origines glorieuses, afin de les conforter dans ces heures difficiles de l’occupation ottomane. Sur la Carte apparaissent des monnaies d’Alexandre et les sites des batailles ou les lieux de passage du conquérant y sont soulignés36. À la même époque Rhìgas publie et diffuse une gravure d’Alexandre, reproduction d’un camée de la Bibliothèque Nationale de Vienne37 (fig. 9). Il y a ajouté deux textes, écrits non seulement en grec mais aussi en français, puisque comme il dit, ce document était « Publié par Rigas Velestinli Thessalien, en faveur des Grecs, et des amis de la grece » [sic]38. En haut de l’image on trouve un texte qui explique les représentations :

  • 39 Il s’agit de la reproduction des peintures de Lebrun.

« Cette gravure represente le buste d’Alexandre et ceux de ses 4: généraux, d’après une agathe rouge Orientalle, qui se trouve dans le cabinet Imperial à Vienne, les quatre tablaux au pourtour, representent le 1er : son entrée triomphale dans Babylone. le 2de : la déroute des Perses au granique. le 3e : la défaite totale de Darius, et le 4e : la famille de ce roi vaincu aux pieds d’Alexandre »39.

26Le texte du bas donne quelques renseignements sur la vie du conquérant :

« Alexandre né en 355 : avant J:C : étudia la filosofie sous Aristote, fit ses premieres preuves de valeur et de talens militaires à la bataille de Chironée sous le Comandement de son pere, auquel il chucceda au trône de Macedoine à 21 : ans. Reconu chef des Grecs en 333 : il en dirigea toutes les forces contre les Perses, dont il detruisit l’empire en Asie et en Afrique, et qu’il Joignit au sien. plusieurs villes Considérables, même encore aujourd’hui, lui doivent leur existence. il mourut agé de 32 : ans, après en avoir regné 12: ».

Fig. 9 : Gravure d’Alexandre

Fig. 9 : Gravure d’Alexandre

Reproduction d’un camée de la Bibliothèque Nationale de Vienne.

27On voit que Rhìgas reproduit dans ses choix des modèles anciens, des modèles qui avaient résisté au temps, afin de donner une dimension nouvelle aux situations qui se présentaient pour l’hellénisme au tournant du xviiie siècle. Il cherche le héros mythique, capable par ses actes, sa grandeur, son charme, d’éveiller les consciences, capable d’inspirer des actions courageuses. Qui d’autre mieux qu’Alexandre aurait pu remplir ce rôle, cet Alexandre qui plus qu’aucun autre avait traversé intact tous ces siècles ; il était devenu un mythe, un héros, un chrétien et le Roman racontant ses exploits était devenu une lecture populaire.

  • 40 C.Th. Dimaràs, op. cit., pp. 161-162 : Alexandre Soùtsos, Alexandre Mouroùzis, Alexandre Ipsilàntis (...)
  • 41 K. Ràmphos, Katsantônis (en grec), Athènes, 1995, p. 100.

28Dans les Principautés danubiennes où Rhìgas a passé une grande partie de sa vie, le mythe d’Alexandre est présent, comme en témoigne, parmi d’autres choses, la large diffusion de son nom dans les milieux de l’élite grecque. Est-ce un hasard si tous ces futurs chefs de la Révolution portaient le nom du conquérant ? ou n’y a-t-il pas là une arrière-pensée, une espérance secrète ?40 Mais sans doute ce choix est-il conscient, comme il ressort des propos du sagace Ali Pacha de Yannina qui, en 1819, constate que les Grecs ne baptisent plus leurs enfants Jean, Pierre ou Constantin, mais Léonidas, Thémistocle ou Aristide… Quelques années plus tard, Katsantònis, autre chef de la Révolution, explique à son fils qu’il l’a nommé Alexandre parce que l’Épire et la Macédoine avaient des rois qui s’appelaient Alexandre41.

  • 42 A. Souliòtis-Nikolaìdis, « La Lutte macédonienne. L’organisation de Thessalonique, 1906-1908 » (en (...)

29C’est grâce aux choix de Rhìgas Phéraios et à ceux des autres chefs de la Révolution qu’Alexandre a revêtu le caractère d’un héros national qui subsistera jusqu’au début du xxe siècle. Le nouvel État grec se forme progressivement (1827-30), mais toutes les régions ne sont pas encore libérées. Ainsi se poursuit le mouvement pour la libération de la Macédoine, qui est encore sous l’occupation ottomane, mais dont le territoire est convoité par plusieurs peuples. Au début du xxe siècle commence une lutte féroce, appelée Guerre de Macédoine, menée par les Macédonomaques (comme jadis les Marathonomaques) pour libérer le pays et le rendre à la Grèce. La figure d’Alexandre participe à cette nouvelle lutte. Un des Macédonomaques, Athanàsios Souliòtis-Nikolaìdis, explique dans ses mémoires comment il avait rédigé un texte qu’il faisait passer pour les « Prophéties d’Alexandre ». Alexandre, peu avant sa mort, aurait prophétisé tous les événements qui devaient se dérouler après sa mort jusqu’à ce jour : il avait prédit que malgré les conquêtes successives de la Grèce (Romains, Ottomans), chaque fois le pays serait libéré ; et il réitérait cette affirmation pour cette dernière lutte contre les Ottomans42. C’est le moyen qu’avait trouvé ce révolutionnaire pour encourager la population, lui donner espoir. Ses « Prophéties » eurent un tel succès qu’un jour l’auteur lui-même en reçut un exemplaire qui lui fut présenté comme un texte rare et précieux. Le tableau du peintre surréaliste Nikos Engonòpoulos (1907-1985) (fig. 10) illustre ce lien entre le héros antique, Alexandre le Grand, et le chef des Macédonomaques, Pàvlos Melàs.

Fig. 10 : « Alexandre le Grand, et le chef des Macédonomaques, Pàvlos Melàs »

Fig. 10 : « Alexandre le Grand, et le chef des Macédonomaques, Pàvlos Melàs »

Nìkos Engonòpoulos (1907-1985). Collection privée.

Le nouvel État grec

  • 43 P. Michòpoulos, Cinq comédies et deux pièces héroïques (en grec), Athènes, 1972, pp. 17-80.
  • 44 G. Siphàkis, La dramaturgie traditionnelle de Karaghiòzis (en grec), Athènes, 1984.
  • 45 N. Polìtis, « Les chansons populaires grecques sur Saint Georges et le dragon » (en grec), Laograph (...)

30À la fin du xixe et au début du xxsiècles, loin des champs de bataille, apparaît sur la scène grecque le théâtre d’ombres, Karaghiòzis, emprunté aux Ottomans et hellénisé. Karaghiòzis est un personnage comique pauvre qui cherche toujours à nourrir sa famille, bref un vagabond d’envergure ; il s’oppose au pouvoir ottoman représenté par le Vizir dans son palais. Bien que les pièces soient écrites dans une Grèce désormais libre, les ennemis sont toujours représentés par les Ottomans. Parmi les nombreuses pièces constituant le répertoire du Karaghiòzis, il y en a une qui traite de l’histoire d’Alexandre le Grand et du serpent maudit43. Il est probable que cette pièce fut écrite à la fin du xixe ou au début du xxe siècle par un des plus grands auteurs de Karaghiòzis, Mìmaros, qui vécut à Patras, grand centre de l’hellénisme après la libération, où ce théâtre trouve son essor44. La pièce a principalement deux sources : le conte familier du prince vaillant ou tueur de dragons et libérateur de jeunes princesses, conte connu dans tout le monde avec au moins mille versions, et la légende de Saint Georges, déjà mentionnée dans des manuscrits du xiie siècle et qui trouve probablement ses origines dans le conte précédent45. En général, le héros épouse la princesse qu’il vient de sauver des griffes du dragon, mais parfois, comme Saint Georges, au lieu de s’unir à la princesse, il demande une autre faveur. L’auteur de la nouvelle pièce connaît évidemment les deux légendes. Les marionnettistes du Karaghiòzis sont conscients que cette nouvelle pièce a ses origines dans la légende de Saint Georges, mais comme l’admettait l’un d’eux, il n’était pas question de faire monter un saint sur scène. Il fallait lui trouver un remplaçant. Pourquoi pas alors Alexandre le Grand ? En fait, le héros antique était le seul personnage qui pouvait revêtir ce rôle. Il était a priori étranger à la tradition de Karaghiòzis, mais, comme nous l’avons vu, il appartenait plus généralement à la tradition populaire grecque, comme à celle de tout l’Orient. L’auteur aurait pu évidemment choisir un autre héros, le gardien des frontières byzantin Digenìs, par exemple, mais la légende de celui-ci n’avait pas survécu pendant les siècles de l’occupation comme celle d’Alexandre. Évidemment Alexandre n’est pas un tueur de dragons, mais, selon le Roman, il a quand même tué un grand nombre de monstres et d’animaux sauvages. De plus, nous l’avons vu, il est devenu chrétien et, par conséquent, il pouvait bien s’adapter au personnage de la pièce.

31Dans cette pièce, Alexandre est représenté avec sa panoplie – cuirasse, bouclier, lance, casque –, armes qui conviennent au héros ancien, mais dont sont revêtus aussi les saints militaires. La lance d’Alexandre porte une croix à son extrémité, comme celles des saints (fig. 11). D’autres éléments caractéristiques de cette représentation, que l’on retrouve dans les images des archanges post-byzantins, sont les genouillères en forme de visages humains.

Fig. 11 : Alexandre et le serpent

Fig. 11 : Alexandre et le serpent

« Karaghiòzis », Journal Kathimerini, 3 janvier 1999, p. 26.

32L’histoire veut qu’un énorme serpent bloque la citerne qui alimente la ville et exige une victime chaque jour pour laisser l’eau couler. Un jour c’est à la fille du Vizir d’être sacrifiée et beaucoup de jeunes gens se proposent de prendre sa place ; mais le Vizir, qui est un homme juste, ne le permet pas ; il déclare seulement que celui qui réussira à tuer le serpent aura sa fille pour femme et sera son héritier. Mais il faut tuer le serpent avant le coucher du soleil, sinon la fille serait sacrifiée. Un grand nombre de jeunes gens apparaissent et parmi eux Alexandre. Il subit, comme tous, les taquineries de Karaghiòzis qui donne à cette comédie son ton jovial :

K : et ce que tu tiens là, c’est un harpon ? tu vas pêcher des poulpes ?

A : non ! c’est ma lance.

K : et ce plateau, tu le tiens pour transporter la viande ?

A : mais non ! c’est mon bouclier.

33Alexandre fait son apparition peu avant le coucher du soleil, après l’échec des autres prétendants dévorés par le serpent. Il éloigne la belle du champ de bataille et demande l’aide de Karaghiòzis : c’est à ce moment que commence la bataille et qu’Alexandre tue le serpent. Comme Saint Georges, Alexandre refuse la main de la jeune fille, parce que, comme le dit clairement Karaghiòzis, tout ce que le héros a voulu faire était de sauver la vie de la princesse et de prouver la vaillance et le courage des Grecs.

  • 46 Journal Kathimerini, Vendredi 12 octobre 2001, p. 7.

34Ce survol rapide à travers des siècles d’histoire grecque montre bien qu’Alexandre n’a quitté à aucun moment l’imaginaire et la mythologie des Grecs. Même aujourd’hui, son mythe reste omniprésent aussi bien dans la mémoire officielle et publique que dans la mémoire privée, ces deux domaines se recoupant évidemment souvent. Dès la création du nouvel État grec, un grand nombre de rues reçoivent le nom d’Alexandre et le conquérant bien entendu prend sa place dans les livres scolaires. Les dernières pièces de monnaie de 100 drachmes représentent le portrait du conquérant et le festival international du film de Thessalonique accorde comme premier prix une statuette en or d’Alexandre. Si grande est la puissance du conquérant que le ministère des affaires étrangères grec a participé au financement de la construction d’une maternité chez les Calas du Pakistan qui se présentent comme des descendants de l’armée d’Alexandre. On ne connaît pas beaucoup de projets similaires de l’État grec à l’étranger !46

  • 47 alexanderthegreatmountain.com  : « Envision one’s self standing on the grounds that once stood a G (...)

35Dans le domaine privé, on constate que le prénom Alexandre se répand de plus en plus, surtout après la guerre civile grecque qui suit la 2e Guerre mondiale. Le poète Constantin Kavàfis (1863-1933) consacre en 1931 un poème à « Alexandre fils de Philippe et les Grecs sauf les Lacédémoniens », thème que reprend par la suite le peintre Nikos Engonòpoulos. N’oublions pas le domaine touristique : les boutiques de souvenirs sont dernièrement envahies de portraits d’Alexandre dorés ou argentés. La liste est très longue, mais on ne peut pas ne pas mentionner un projet d’initiative privée qui consiste à sculpter le portrait d’Alexandre sur le flanc des monts Kedrylliens à 80 km à l’est de Thessalonique. Ce n’est certainement pas le souvenir d’un passé ancien oriental, mais plutôt la conséquence d’une influence américaine ; le projet est d’ailleurs financé en grande partie par les membres de la communauté grecque des USA qui a créé un site internet à cet effet47.

  • 48 Voir à ce sujet P. Green, Classical Bearings. Interpreting Ancient History and Culture, University (...)

36Enfin, et sans toucher au problème épineux de la politique grecque actuelle, on peut se demander si la découverte en 1976-1977 de la tombe royale macédonienne de Vergina attribuée à Philippe aurait eu un tel succès, un tel retentissement, si ne planait pas l’ombre d’Alexandre. Les riches tombes macédoniennes de Leucadia, trouvées bien avant la tombe dite de Philippe, n’ont jamais connu le même retentissement. Il ne s’agit pas ici de savoir si la tombe de Vergina appartient ou non à Philippe II, mais de souligner que la science n’est pas dissociable de la société et de la politique48.

Notes

1 Paul Goukowsky, Essai sur les origines du mythe d’Alexandre : 336-270 av. J.-C., 2 vols, Annales de l’Est, Université de Nancy II, Mémoire n° 60, Nancy, 1978, 1981.

2 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XVII ; Pline l’Ancien, H.N., 37, 10 ; Plutarque, Vie d’Alexandre ; Quinte Curce, Historiæ Alexandri Magni Macedonis ; Pompeius Trogus, Historiæ Philippicæ, résumé dans Justin, Livre 7-40 ; Arrien, Anabase ; Suétone, Auguste, 18, ch. 50 ; Dion Cassius, 51, ch. 16.

3 IX, ch. 17-19.

4 XV, 1, 28.

5 En Occident, les variantes médiévales et postérieures du Roman d’Alexandre sont nombreuses. Le manuscrit le plus ancien, qui date du xie siècle, se trouve à la Bibliothèque Nationale [Par. gr. 1711] ; il est connu comme la variante a’ et puise ses thèmes dans la traduction latine du début du ive siècle. Voir sur ce sujet « Le Roman d’Alexandre », Bien dire et bien aprandre, n° 6, Revue de Médiévistique, Centre d’Études Médiévales et Dialectales de Lille III, 1988, réimpr. 1999.

6 Codex Gr. 408 de la Bibliothèque Marciane de Venise.

7 Sur les éditions du Roman d’Alexandre, voir l’introduction dans G. Veloudìs (dir.), Le Roman d’Alexandre le Macédonien (en grec), Athènes, 1989, pp. ζ – ρ᾿. Pour le texte grec ibid. et A. Pàllis, L’Histoire d’Alexandre le Macédonien. Sa vie, ses guerres et sa mort ou le Roman d’Alexandre le Grand (en grec), Athènes, 1935.

8 A. A. Anàrgyros, Sur l’île de Spetsai (en grec), A’, Athènes, 1861, pp. 43-46 ; G. Veloudìs, op. cit., p. 125 ; G. Tertsètis, « Suite des prolégomènes… », dans D. Konòmos (dir.), G. Tertsètis et son œuvre (en grec), 1984, p. 403.

9 G. Skordèlis, « L’Oktoèkhos et le Roman d’Alexandre » (en grec), Parnassos 7, 1883, pp. 197-203, dans G. Veloudìs, op. cit., pp. 126-127.

10 C. Th. Dimaràs, « Alexandre le Grand » (en grec), To Bèma, 14.07.1961, dans G. Veloudìs, op. cit., pp. 128-129.

11 S.P. Kyriakìdès, « L’Icare byzantin » (en grec), Himérologion tis Megalis Elladas, Athènes, 1924, pp. 373-380. D’autres exemples de la représentation de l’Ascension se trouvent à l’église de Perivleptos à Mystra, xive siècle, au monastère de Doxeiaríou, au musée de Thèbes, à Sainte Sophie de Constantinople et au musée médiéval de Korytsá.

12 Sur les gardiens des frontières de l’empire voir A. Vakalòpoulos, Histoire de la Grèce Moderne (en grec), A’, Thessalonique, 1961, pp. 50-51.

13 K.G. Spyridàkis, « Chansons des frontières », Chansons populaires grecques, A’, Athènes, 1962, (en grec), n° 7 : « Digenìs et le crabe », pp. 26-31.

14 K.G. Spyridàkis, « Contribution à l’étude des traditions et croyances populaires sur Alexandre le Grand » (en grec), Geras Keramopoullou, 9, Athènes, 1953, pp. 383-419.

15 Pausanias, VIII, 41, 4-6.

16 Chr. Antonìou, Le monde de la Gorgone. Thèmes et figures de la tradition populaire dans l’œuvre de G. Sephèris (en grec), Athènes, 1981.

17 N.G. Polìtis, « Démons marins, Gorgone » (en grec), Parnassos, B’, Athènes, 1878, pp. 259-275. N.G. Polìtis, Études sur la vie et la langue du peuple grec (en grec), B’, Athènes, 1904, KB’ : « Lutins et lieux marins hantés », nos 550-555, pp. 1164-1207. La gorgone représentée sur un caisson de marbre de l’église Saint Lucie à Gaéta (Italie) remonte à la fin du xe siècle ; une autre, qu’on peut voir sur la mosaïque byzantine de l’église de Saint Jean l’évangéliste à Ravenne, date du xiiie siècle.

18 K.G. Spyridàkis, « Contribution… » op. cit ; les thèmes des poèmes sont : Α’ Alexandre le Grand. Son royaume. À la recherche des traces des fers de son cheval ; Β’ A.l.G. aux oreilles d’âne ou de bouc ; Γ’ Les exploits et les guerres d’A.l.G. ; Δ’ La marche d’A.l.G. vers les ténèbres ; Ε’ A.l.G. et l’eau de l’immortalité. Les sœurs d’A.l.G., les gorgones et les néréides ; Στ’ A.l.G. et la Magie ; Ζ’ A.l.G. dans la poésie populaire et les contes.

19 N. G. Polìtis, « Indices folkloriques dans le Catéchisme [A’] et B’ de Saint Jean Chrysostome » (en grec), Laographia, 8, 1921, pp. 5-12.

20 P. Belon du Mans, Voyage au Levant, 1553, pp. 58b-59a ; G. Bakalàkis, « Sur la vie du Roman d’Alexandre le Grand » (en grec), Makedoniko Himérologio, Thessalonique, 1939, pp. 97-98 ; A. Vakalòpoulos, op. cit., pp. 168-169.

21 G.F. Abbot, Macedonian Folklore, Chicago, 1903, pp. 279-289 : « Alexander and Philip in Folk-Tradition » ; Bakalàkis, op. cit.

22 M. Kamboùri, « Le mythe d’Alexandre le Grand dans l’Orient chrétien et l’Islam » (en grec), Alexandre et l’Orient, Thessalonique, 1997, pp. 203-204.

23 Livre de Daniel, ch. XI, v. 2-4. On trouve, dans un manuscrit du xie s. du mont Sinaï, la représentation de ce sujet.

24 S. Gero, « The Alexander Legend in Byzantium. Some Literary Gleanings », Dumbarton Oaks Papers, 46, 1992, pp. 83-87.

25 C’est le codex n° 5 de l’Institut Hellénique de Venise ; cf. A. Xyngòpoulos, Les miniatures du Roman d’Alexandre le Grand dans le codex de l’Institut Hellénique de Venise, Athènes – Venise, 1996 (bilingue).

26 Ibid., pp. 131, 133. Dynastie macédonienne : 867-1057 ; dynastie des Comnènes : 1057-1185.

27 A. Vakalòpoulos, op. cit., pp. 167-168 ; D. Misisou, « La continuité historique de l’hellénisme » (en grec), Actes de colloque sur la Macédoine à l’époque des Paléologues, Thessalonique, 1992 (sous presse).

28 Codex 771-381 de la Bibliothèque Nationale de Sophia (xve s.) ; manuscrit serbe, Bibliothèque Nationale de Belgrade (xive s.) détruit par les bombardements de la 2e guerre mondiale. Cf. A. Grabar, L’empereur dans l’art byzantin, Publications de la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg, fasc. 75, Paris, 1936, pp. 85 sqq.

29 Les tessons de céramique byzantine : A. Xyngòpoulos, « Représentations du Roman d’Alexandre sur la céramique byzantine » (en grec), Archéologiki Éphiméris, 1937, pp. 192-202 ; « Alexandre le Grand sur la céramique byzantine » (en grec), Épétiris Étaireias Byzantinôn Spoudôn, 14, 1938, pp. 267-276 : a’ Agora romaine d’Athènes (Musée Byzantin), xie-xiie siècles ; b’ Agora romaine (Musée de Thessalonique), fin xiiie- début xive siècle ; c’ Constantinople (Musée Benaki), xive siècle.

30 Saint Sisôès est un ermite mort en 429.

31 Cf. A. Vakalòpoulos, op. cit., vol. Γ’, Thessalonique, 1961 : Joachim Patriarche d’Alexandrie (1487-1567) ; Melètios Pègas, Patriarche d’Alexandrie (1535-1602).

32 C. Th. Dimaràs, Histoire du Folklore de la Grèce Moderne (en grec), Athènes, 41968, p. 194. V. Skouvaràs, Jean Prìngos (1725 ?-1789). La communauté grecque d’Amsterdam. L’école et la bibliothèque de Zagora (en grec), Athènes, 1964, pp. 97-99 ; 200-201.

33 Nathanael Neocaisareus [= Athanàsios Pàrios], Réponse (en grec), Trieste, 1802, pp. 48-49 ; Anonyme, Prefecture grecque (en grec), 1806, B’ Athènes, 1948, p. 81 ; D. Daniel de Magnésie, Dictionnaire historique, mythologique et géographique (en grec), Venise, 1834, réimpr. Athènes, 2000.

34 Né probablement en 1757 à Velestino, village de Thessalie situé près de l’ancienne ville de Phérai (Phères), d’où son surnom de Phéraios, sous lequel il est le plus connu.

35 Pendant son premier séjour à Vienne (1790-91), il publie, par exemple, aussi bien la traduction de l’École des Amants Délicats (récits tirés de l’œuvre de Restif de la Bretonne), que le Florilège de Physique, traduit du français et de l’allemand « à l’intention des Grecs intelligents et désireux de s’instruire ». Pendant son deuxième séjour à Vienne (1796-1797), il publie, parmi d’autres œuvres, la traduction du Voyage du Jeune Anacharsis en Grèce de l’abbé Barthélémy.

36 Sur la Carte de Rhìgas voir : G. Làïos, « Les cartes de Rhìgas » (en grec), Deltion tis Historikis kai Ethnologikis Étaireias tis Ellados, XIV, 1960, pp. 231-312 ; « 200 ans de la carte de Rhìgas, 1797-1997 (en grec), Praktika Épistimonikis Hèmeridas, Thessalonique, 1997.

37 Dans son article, G. Làïos, op. cit., p. 2092, précise que l’original utilisé par Rhìgas n’était pas le camée de la Bibliothèque Nationale de Vienne, mais le dessin d’un camée provenant d’une collection privée.

38 Les citations de Rhìgas respectent l’orthographe de l’original.

39 Il s’agit de la reproduction des peintures de Lebrun.

40 C.Th. Dimaràs, op. cit., pp. 161-162 : Alexandre Soùtsos, Alexandre Mouroùzis, Alexandre Ipsilàntis, Alexandre Mavrocordàtos, Alexandre Rìzos-Ragavìs.

41 K. Ràmphos, Katsantônis (en grec), Athènes, 1995, p. 100.

42 A. Souliòtis-Nikolaìdis, « La Lutte macédonienne. L’organisation de Thessalonique, 1906-1908 » (en grec), dans P. Argyròpoulos et al., La Lutte macédonienne. Mémoires (en grec), 1984, p. 324.

43 P. Michòpoulos, Cinq comédies et deux pièces héroïques (en grec), Athènes, 1972, pp. 17-80.

44 G. Siphàkis, La dramaturgie traditionnelle de Karaghiòzis (en grec), Athènes, 1984.

45 N. Polìtis, « Les chansons populaires grecques sur Saint Georges et le dragon » (en grec), Laographia, 4, 1912-13, pp. 185-235 ; A. Aarne, S. Thompson, The types of the folklore, Helsinki, 1961.

46 Journal Kathimerini, Vendredi 12 octobre 2001, p. 7.

47 < alexanderthegreatmountain.com > : « Envision one’s self standing on the grounds that once stood a Great King and being able to look up against the blue sky the majestic silhouette of a mountain 80 meters tall standing face to face. Imagine the power, the strength, and how moving it would be to see carved on the existing bed of rock, in Macedonia where he was born in 356 B. C. with the natural surroundings undisturbed, able to be seen from Agion Oros, kilometres away his presence felt once again. A carving of his head so great will bear the name of a Great King Alexander ».

48 Voir à ce sujet P. Green, Classical Bearings. Interpreting Ancient History and Culture, University of California Press, 1998, chap. X « The Macedonian Connection », pp. 151-164.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : L’ascension d’Alexandre. Relief de Saint Marc à Venise
Légende S. P. Kyriakìdès, « L’Icare byzantin » (en grec), Himérologion tis Megalis Elladas, Athènes, 1924, fig. 2, p. 376.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 2 : Gorgone. Narthex de l’église du monastère Skafidia en Élide
Légende N.G. Polìtis, Études sur la vie et la langue du peuple grec (en grec), Β᾿, Athènes, 1904, ΚΒ᾿ : « Lutins et lieux marins hantés », fig. 3, p. 1172.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 3 : Gorgone. Proue de navire crétois
Légende Musée Historique d’Héracleion
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2128/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 4 : Gorgone. Tableau brodé crétois
Légende Musée Historique d’Héracleion
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2128/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 5 : Alexandre et Gorgone de Bost
Légende Calendrier 2000, éditions Hestia, Athènes
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2128/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 6 : L’arc de Galère à Thessalonique
Légende Carte postale de 1908
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2128/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 7 : Alexandre comme empereur byzantin. Codex de l’Institut Hellénique de Venise
Légende A. Xyngòpoulos, Les miniatures du Roman d’Alexandre le Grand dans le codex de l’Institut Hellénique de Venise, Athènes-Venise, 1996, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2128/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 8 : « L’abbé Sisôès devant la tombe et les ossements découverts », 1566, monastère Varlaam, Météores
Légende M. Kampoùri, « Le mythe d’Alexandre le Grand dans l’Orient chrétien et l’Islam », Alexandre et l’Orient, Thessalonique, 1997, fig. 10, p. 208.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2128/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 9 : Gravure d’Alexandre
Légende Reproduction d’un camée de la Bibliothèque Nationale de Vienne.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2128/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 10 : « Alexandre le Grand, et le chef des Macédonomaques, Pàvlos Melàs »
Légende Nìkos Engonòpoulos (1907-1985). Collection privée.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2128/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 11 : Alexandre et le serpent
Légende « Karaghiòzis », Journal Kathimerini, 3 janvier 1999, p. 26.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2128/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

Auteur

Université du Littoral, Boulogne-sur-Mer

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540