Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition

Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition

Alexandre le Grand au XVIIe siècle

Chantal Grell

Résumé

À l’époque moderne, l’image d’Alexandre est très contrastée. Des témoignages de Quinte-Curce et de Plutarque, on retient tout d’abord un ensemble d’anecdotes illustrant les qualités et les vertus du conquérant, illustrées par les peintres italiens de la Renaissance. Le roi de guerre, stigmatisé entre autres par Sénèque, Augustin et les hommes d’Église des xvii-xviiie siècles, fut en revanche rarement représenté. Le Brun, en proposant de célébrer Louis XIV à travers les vertus et les victoires d’Alexandre fit, de fait, fausse route et dut renoncer à l’achèvement de son cycle pictural. La notoriété d’Alexandre était si peu flatteuse que les princes qui voulurent, au xviiie siècle, le prendre pour modèle durent mettre entre parenthèses l’image héroïque qui nous est aujourd’hui familière pour s’en tenir aux traits de vertu traditionnels.

Texte intégral

1Louis Moreri, dans son Grand Dictionnaire historique, consacra très légitimement une longue notice à Alexandre dans laquelle il insistait sur sa jeunesse plus que sur les conquêtes. Selon la tradition, cette biographie s’achevait sur un jugement moral nuancé : doué des plus éminentes qualités, Alexandre n’en avait pas fait bon usage. Les uns le considéraient comme un héros ; les autres comme un brigand :

  • 1 Louis Moreri, Le Grand Dictionnaire historique, article « Alexandre iii », 1re éd. 1681. Ici cité d (...)

« Il était prompt, vigilant, généreux, libéral, aimant les lettres, mais superstitieux, et enflammé d’un désir insatiable de gloire ; jusques-là qu’étant jeune, il versait des larmes lorsqu’il apprenait les conquêtes de son père, et se plaignait de lui, comme s’il eût dû ne lui rien laisser conquérir. L’ambition ne fut pas son seul défaut ; car sans parler de son penchant criminel pour l’eunuque Bagoas, et de ses 300 concubines, la colère et le vin le poussèrent souvent à des excès, dont il eut honte lui-même… En effet, à ces vices près, Alexandre était le plus accompli des princes qui aient jamais régné : si tant est que l’on puisse être un prince accompli, lorsqu’on est ivrogne, colère, cruel, impie, ambitieux, injuste et le fléau du genre humain. Chardin dit que les Guébres, adorateurs du feu parmi les Perses, le détestent et le maudissent, le regardent comme un pirate, comme un brigand, comme un homme sans justice et sans cervelle, né pour troubler l’ordre du monde, et pour détruire une partie du genre humain. Au reste, il eut une vénération toute particulière pour les sciences et pour les savants : il honora toujours Aristote son précepteur, qu’il combla de biens. A la prise de Thèbes, il prit soin de faire conserver la famille et la maison du poète Pindare. La lecture des œuvres d’Homère le charmait si fort, qu’il les portait ordinairement avec lui ; enviant même le bonheur d’Achille dont un si grand homme avait vanté les actions… »1.

  • 2 Bossuet, Discours sur l’histoire universelle, 1681. Voir notamment le parallèle Darius/Alexandre.
  • 3 Question développée dans un ouvrage écrit en collaboration avec Christian Michel (préface de P. Vid (...)
  • 4 Les témoignages dont on dispose aujourd’hui remontent, pour les plus anciens, à l’époque augustéenn (...)
  • 5 Sur le développement du mythe d’Alexandre dans l’antiquité : Paul Goukowsky, Essai sur les origines (...)

2Moreri et ses successeurs ne cédèrent point à la fascination que ressentait un Bossuet mal gré qu’il en eût2 et leur jugement reflète assez fidèlement celui des contemporains, aussi prompts à louer les qualités du jeune prince et à admirer sa gloire qu’à dénoncer son ambition démesurée, ses vices et sa vanité3. Ces jugements ne développaient aucun thème nouveau : ils reprenaient seulement les éloges et les critiques généreusement distribués depuis l’antiquité romaine4 qui se faisaient très probablement l’écho des sources grecques5.

Le choix des sources littéraires

  • 6 Il faut attendre, pour ce faire, la seconde édition (1804) de l’Examen critique des historiens d’Al (...)
  • 7 Suivant le catalogue de la Bnf : éditions et impressions parisiennes : 1565, 1567, 1572, 1582, 1583 (...)
  • 8 Les Vies des hommes illustres de Plutarque, nouvellement traduites du grec en français, Paris 1663- (...)
  • 9 L’Histoire des hommes illustres de Plutarque Grecs et Romains, Paris, 1681 (1702).
  • 10 Les Vies des hommes illustres de Plutarque, traduites en français avec des remarques, Paris, 1694.

3Les érudits comme les lecteurs ne se préoccupaient toutefois pas du caractère tardif des sources dont ils disposaient, estimant communément que ces historiens avaient travaillé sur des documents contemporains de l’épopée du Macédonien6. L’histoire du conquérant était essentiellement connue à travers les récits qu’en avaient laissé Plutarque (favorable) et Quinte-Curce (plus partagé). Plutarque avait été traduit en latin et imprimé en Italie dès les années 1470, en France, dans les années 1520. La popularité de cet auteur remonte toutefois à la traduction de Jacques Amyot de 1559 – Les vies des hommes illustres Grecs et Romains, comparées l’une avec l’autre, par Plutarque, translatées du grec en français, maintes fois rééditée et réimprimée7 – à laquelle vinrent s’ajouter les traductions de l’abbé François de Tallemant8, de Jean Puget de la Serre9 et d’André Dacier à la fin du siècle10.

  • 11 Deux traductions anonymes en 1503 et une en 1532 : Cy commence le premier livre de Quinte-Curce Ruf (...)
  • 12 L’histoire des faicts d’Alexandre le Grand, composée par Quinte-Curse et tournée de latin en frança (...)
  • 13 Alexandre français, image de la fortune et de la vaillance, à la noblesse française, ou l’Histoire (...)
  • 14 Histoire d’Alexandre le Grand tirée de Quinte-Curse et autres, Paris, 1639.
  • 15 Quinte-Curce, De la vie et des actions d’Alexandre le Grand, de la traduction de M. Vaugelas avec l (...)
  • 16 Freinsheim réécrivit à l’aide de Diodore et d’Arrien les deux premiers livres perdus sur la jeuness (...)

4Il était tout aussi facile de se procurer un Quinte-Curce, imprimé aussi en Italie dès les années 1470, plus tardivement en France où les éditions latines furent néanmoins nombreuses durant tout le xvie siècle. Quinte-Curce fut précocement traduit en langue vulgaire (deux traductions anonymes de 1503, une de 1532)11. Au xviie siècle, Nicolas Séguier12, Nicolas de Soulfour13, Bernard de Lesfargues14 et surtout Vaugelas, dont la traduction devint un « classique » et un modèle en langue française15, familiarisèrent le public avec une biographie plus développée de la vie du conquérant, complétée, pour les premiers livres manquants, par les suppléments de l’érudit allemand Freinsheim (1608-1660)16, qui enseigna à l’université d’Upsala et fut historiographe et bibliothécaire de la reine Christine.

  • 17 Histoire de Diodore le Sicilien, traduite du grec en français, les premiers livres par M. Robert Ma (...)
  • 18 « À qui peut-on mieux dédier les guerres d’Alexandre, qu’à Alexandre ? C’est-à-dire à un jeune Conq (...)

5Il était, en revanche, beaucoup plus difficile de se procurer une traduction de Diodore ou d’Arrien. Diodore avait fait l’objet d’une traduction de Macault et d’Amyot au xvie siècle qui ne fut pas imprimée en format courant17. Quant à Arrien, Nicolas Perrot d’Ablancourt en dédicaça sa traduction au duc d’Enghien – le Grand Condé – que ses brillants succès militaires faisaient qualifier de « nouvel Alexandre »18. Il soulignait qu’il s’agissait de la première traduction en langue française d’un texte qui permettait de suivre les campagnes du conquérant quelque peu négligées par Quinte-Curce notamment.

  • 19  Flavius Josèphe, Antiquités Judaïques, XI, 323-29.

6L’image que les lecteurs des temps modernes se faisaient de l’histoire d’Alexandre reposait donc essentiellement sur la lecture de Plutarque et de Quinte-Curce, complétés au besoin par Diodore et Arrien, par des historiens arabes et des compilateurs byzantins qui apportaient des détails inédits ; Flavius Josèphe était la source de l’épisode populaire de la rencontre d’Alexandre et de Jaddus à Jérusalem19. Cette prédilection pour Plutarque et Quinte-Curce reflète un goût pour l’histoire morale et édifiante. Leur amour de l’anecdote révélatrice et des notations psychologiques, leur manie de commenter les attitudes et de juger les caractères séduisaient les lecteurs qui trouvaient leurs récits vivants et édifiants, tandis que Diodore et Arrien passaient pour secs et impersonnels. Ils savaient procurer un sentiment de familiarité avec les grands hommes du passé, entretenaient l’illusion de les suivre pas à pas dans leur vie quotidienne, leurs conquêtes, leurs erreurs au besoin.

  • 20 Daniel, VIII, 5-8. Après avoir pris connaissance des prophéties de Daniel sur la succession des emp (...)
  • 21 Dictionnaire historique et critique, article « Alexandre » (1re édition : 1697).
  • 22 Ibidem.

7La fascination que continuait d’exercer Alexandre ne tenait plus guère à sa légende. Les références médiévales, critiquées déjà au xve siècle, étaient tombées dans l’oubli au xvie. L’une des grandes victimes des humanistes fut le Pseudo-Callisthène - ainsi dénommé par Casaubon - source de tous les récits merveilleux et exploits chevaleresques développés dans l’Epitomé de Valerius, la Lettre d’Alexandre à Aristote, sa Correspondance avec Dindimus, tombés dans la même disgrâce. Elle se nourrissait du simple récit événementiel, riche en anecdotes, organisé autour d’un épisode clef – la rencontre de Jérusalem, véritable césure dans la vie du conquérant – et les prophéties de Daniel lui donnaient un sens : le conquérant, à qui Jaddus révélait le sens de ces prophéties, devenait l’instrument de la divine Providence, le bouc qui vainc le bélier20. L’histoire du conquérant privilégiait des épisodes emblématiques et s’attardait sur les détails qui révélaient le caractère vrai du prince – comme le cheval Bucéphale dompté (le courage), la jalousie qu’avaient inspirée les succès de Philippe (l’ambition), le pardon accordé à Timoclée (la générosité), la visite faite à Diogène (le roi philosophe), la confiance accordée à son médecin Philippe (la confiance et la fidélité), le nœud gordien (la détermination), le respect avec lequel le conquérant traita la femme et les filles de Darius (la « continence », la générosité), entre autres – scènes qui firent l’objet, jusque dans les notices des dictionnaires, d’abondants commentaires. Alexandre devait sa popularité à ces trésors d’anecdotes plus qu’à ses conquêtes, car le personnage fascinait malgré ses défauts et ses vices. Pierre Bayle, dont le Dictionnaire historique et critique avait eu pour objet de corriger les erreurs de Moreri, écrivait à son propos : « Alexandre a été le plus extraordinaire de tous les hommes ; et si tout ce que les livres rapportent de lui est véritable, c’était moins un homme qu’une intelligence incarnée… »21. Bayle pourtant n’était pas fasciné par la gloire militaire mais par la stature exceptionnelle du personnage. Il reconnaissait qu’Alexandre exerçait surtout une fascination sur les princes et les grands, soucieux de gloire militaire, qui se plaisaient à vivre sur un pied de familiarité avec le conquérant : « Les poètes et les orateurs, ajoutait-il, n’ont pas été les meilleurs panégyristes d’Alexandre : les Rois qui se mêlent le plus de guerres et de conquêtes font son éloge mieux que ne le sauroient faire les écrivains »22.

Le pouvoir des images

8L’Alexandre des Grands et des Princes n’était pas un sujet de méditation, ni, surtout, un objet d’érudition. L’histoire était un support moins efficace à la glorification des princes que la peinture et, dès le xvie siècle, héros de programmes décoratifs, Alexandre fit office de faire-valoir. Ces programmes reprenaient les anecdotes morales de Plutarque et de Quinte-Curce, les plus familières au public, tout en faisant montre d’une certaine discrétion quant aux vertus guerrières que l’Église de la Réforme catholique ne prisait guère. La plus grande discrétion était même de rigueur quand des hommes d’Église cherchaient à s’approprier la gloire du roi de Macédoine.

  • 23 Toutefois, au lendemain du sac de Rome (1527) un tel choix avait évidemment valeur symbolique au Ch (...)
  • 24 Sur ces fresques et leur interprétation : R. Hartpraten, Papst Paul iii als Alexander der Grosse ; (...)

9Le premier commanditaire d’un cycle allégorique d’Alexandre fut le pape Paul iii Farnèse (1534-1549), prénommé Alexandre, qui fit décorer la Sala Paolina du Château Saint-Ange par Pellegrino Tibaldi et Marco Pino qui représentèrent, sous la direction de Perino del Vaga, les hauts faits du pape sous le couvert de ceux d’Alexandre. Il ne pouvait, bien sûr, s’agir de hauts faits militaires23, mais seulement de traits de vertu évoqués à travers des scènes symboliques : la Rencontre avec Jaddus, l’Entrée dans le Temple de Jérusalem, la Destruction des équipages, le Combat avec Porus, la Construction de la flotte, l’Entrée à Babylone, la Cassette des œuvres d’Homère, le Nœud gordien, la Famille de Darius, la Réconciliation de deux amis, l’Érection d’autels aux Olympiens y constituèrent les principaux épisodes retenus24.

  • 25 Louis xiv fit l’acquisition d’Alexandre pardonnant à Timoclée du Dominiquin, aujourd’hui au Louvre.
  • 26 E. Schleier, « Dominichino, Lanfranco, Albani and Cardinal Montaldo’s Alexander cycle », Art Bullet (...)

10Au début du xviie siècle, le cardinal Alessandro Peretti Montaldo, neveu du pape Sixte-Quint (1580-1590), fit appel aux Carrache et à leur école pour figurer les actions les plus vertueuses de la vie d’Alexandre. Les toiles, de format ovale, au nombre de 12, par la suite dispersées25, n’illustraient ni les victoires d’Alexandre, ni ses succès militaires. On y trouvait à nouveau des sujets édifiants, à l’image d’Alexandre pardonnant à Timoclée (Le Dominiquin), des Morts de Darius et d’Alexandre (du même) ; Alexandre blessé et Alexandre et Pyrrhus (Porus) (L’Albane) ; Alexandre à la chasse au lion et domptant Bucéphale (Tempesta) ; Alexandre refusant de l’eau et buvant la potion de son médecin Philippe (Lanfranco)26.

11À côté de ces cycles édifiants, on trouve des décors plus riants. Ceux que conçut à la Farnésine le Sodoma pour évoquer les amours du banquier siennois Agostino Chigi (1466-1520) mettaient en scène dans la chambre à coucher dite « salle des noces », Alexandre et la famille de Darius, le Mariage d’Alexandre et de Roxane, et Alexandre domptant Bucéphale. On retrouve cette thématique galante à Fontainebleau, où le Primatice fut chargé de peindre, en 1540, des scènes légères dans la chambre de la duchesse d’Étampes pour illustrer les plaisirs de la vie de François ier à travers les conquêtes d’Alexandre. Entre autres thèmes, on y voyait une Rencontre d’Alexandre et de Thalestris, Alexandre domptant Bucéphale, Alexandre embrassant Campaspe, une Mascarade de Persépolis. L’ensemble fut complété, en 1570, par deux fresques de Nicolo dell’Abate figurant Thalestris montant dans le lit d’Alexandre et Alexandre rangeant les écrits d’Homère dans la précieuse cassette prise à Darius.

12Comme ces sujets le soulignent, ce n’était point au général et au conquérant qu’il était rendu hommage mais à une figure vertueuse ou galante. Sa vie, tissu d’actions décoratives et glorieuses (ces fameuses anecdotes si prisées dans les récits des anciens) servait à illustrer les vertus vraies ou supposées de princes ou de grands peu préoccupés d’imiter véritablement Alexandre. Dans le contexte italien, les sujets guerriers n’étaient pas absents. Quelques modèles célèbres servaient de référence, comme la Bataille de Constantin représentée au Vatican par Raphaël ou la Bataille de Cadore, du Titien ; mais Alexandre n’en était pas le héros. L’Alexandre de la Rome renaissante et baroque n’était pas un homme de guerre ni un conquérant. Seul Pierre de Cortone peignit, pour Marcello Sachetti, une Bataille d’Arbèles que Louis xiv aurait souhaité acquérir.

  • 27 Ce tableau fit partie des prises de guerre de Napoléon en 1800 qui l’exposa à Saint-Cloud. Il fut r (...)
  • 28 Les sujets traités sont : Barthel Beham : L’Impératrice Hélène trouve la Sainte Croix, 1530 ; Jörg (...)
  • 29 Breughel. Une famille de peintres flamands vers 1600, catalogue exposition Esse/Vienne/Anvers, 1997 (...)

13Les peintures de bataille n’étaient pas absentes, mais il convient de souligner leur caractère isolé. La plus célèbre27 est la Bataille d’Issos (1529) qu’Altdorfer peignit pour Guillaume IV duc de Bavière, aujourd’hui à la Pinacothèque de Munich. Dans le cycle des seize tableaux célébrant les faits héroïques d’hommes et de femmes du passé, commandé entre 1528 et 1540 par le duc à différents peintres d’Allemagne du sud, ce tableau est le seul sujet emprunté à l’histoire grecque28 et constitue, dans la série même, une pièce unique. Le sujet fut repris par le Flamand Jean-I Brueghel dit « le Velours » qui, après avoir passé sept années en Italie (1589-1596), peignit à son retour une Bataille d’Issos (1602, aujourd’hui au Louvre) dont la critique s’accorde à reconnaître qu’elle s’inscrit dans un contexte dit « Renaissance de Dürer » en Flandre où les peintures de bataille étaient alors un thème fort rare29.

Louis XIV : la synthèse des traditions

  • 30 Le Sueur n’avait pas fait le voyage d’Italie ; mais Le Brun connaissait les grands modèles de visu. (...)

14Le cycle d’Alexandre que Le Brun peignit pour Louis xiv s’inscrit à la fois dans une logique de rivalité et de rupture avec la tradition italienne, du fait des thèmes choisis qui reprennent très souvent des sujets déjà traités. Le Brun séjourna à Rome entre 1642 et 1645 et il eut la possibilité d’étudier les tableaux et les fresques précédemment mentionnés. Sa Reine des Perses – qui lui valut en 1661 d’être nommé Premier Peintre – doit beaucoup à la Famille de Darius du Sodoma à la Farnésine et l’influence de la Bataille d’Arbèles de Pierre de Cortone sur celle de Le Brun est sensible dans la composition. De même, Le Triomphe d’Alexandre ou l’entrée à Babylone, dans lequel le conquérant emprunte les traits du Grand Roi, traité ici à la manière de Poussin, était aussi un sujet traditionnel. Le Brun était aussi en concurrence avec Le Sueur qui avait peint, en 1648-50, un Alexandre faisant lire à son médecin Philippe la lettre de Parménion qui l’accusait de vouloir l’empoisonner (connu par les gravures)30.

15L’originalité de Le Brun réside, en revanche, dans l’alliance des thèmes édifiants et des batailles, étroitement associés alors qu’ils avaient, auparavant, fait l’objet de compositions séparées. Pour Louis xiv qui, jeune prince, cherchait à rivaliser avec le conquérant macédonien dont il aimait revêtir les armes, Le Brun peignit, outre la Reine des Perses – sujet édifiant sur le thème de la « continence » qui fut à l’origine de l’amitié du roi – trois toiles de très grand format représentant trois grandes batailles aujourd’hui exposées au Louvre : le Passage du Granique (le matin, circa 1665) ; la Bataille d’Arbèles (le midi, circa 1667-68), et Alexandre et Porus (le soir, exposé en 1673). L’Entrée de Babylone (avant 1665) célébrait, quant à elle, le roi victorieux.

  • 31 Voir le catalogue Van den Meulen : À la gloire du roi. Van den Meulen peintre des conquêtes de Loui (...)
  • 32 Voir à ce propos l’École des princes, op. cit., pp. 61-64.

16Il s’agissait de peintures d’histoire mais aussi de batailles, genre qui reçut en France une reconnaissance et une codification académique sous le règne de Louis xiv31. Le roi de guerre victorieux revêtait donc l’armure d’Alexandre. Les succès de la diplomatie française (aux traités de Westphalie, 1648, et des Pyrénées, 1659) rendaient possible un tel parallèle que François ier, vaincu et prisonnier à Pavie, n’aurait pu prendre à son compte. Ce fut, peut-être, la comparaison, devenue monnaie courante au lendemain de Rocroi (1643) de Condé et d’Alexandre qui incita le roi à détourner, à son avantage, la gloire du conquérant macédonien32.

  • 33 Voir à ce propos le catalogue de l’exposition Le Brun de Versailles, 1963 et l’étude de Christian M (...)

17Le Brun n’avait pas borné son ambition à cette glorification du roi de guerre. Il soumit au roi différents sujets qui ne furent jamais réalisés, entre autres, des sujets « psychologiques », tous empruntés à la tradition comme Alexandre tranchant le nœud gordien, Alexandre pardonnant à Timoclée ou Alexandre chassant la femme de Spitaménès ; on dispose encore d’esquisses laissant penser qu’un Voyage d’Alexandre en Judée, qu’une Mort de la femme de Darius et une Mort d’Alexandre auraient pu compléter cette série33. Ce qui frappe, c’est la volonté d’appropriation, tant de la gloire militaire que des vertus du conquérant, dont font montre Le Brun et Louis xiv.

  • 34 Pour des raisons d’économie – Le Brun exigeait une exposition dans une galerie triomphale – et sans (...)

18Si ce cycle ne fut jamais achevé34, d’autres scènes virent le jour, sous les ordres de Le Brun qui, Premier Peintre, définit au début des années 1670 les thèmes qui devaient orner les plafonds du château de Versailles où l’on trouve un Mariage d’Alexandre et de Roxane (Houasse, salon de Vénus) ; une Chasse au lion d’Alexandre (La Fosse, salon de Diane) ; un Alexandre faisant apporter de diverses parties du monde des animaux pour qu’Aristote les décrive et un Alexandre recevant une ambassade d’Éthiopiens (ou d’Indiens) (J.-B. de Champaigne, salon de Mercure) ; dans le salon d’Apollon, La Fosse peignit enfin un Porus amené devant Alexandre.

  • 35 De la collection de Marcello Sachetti. Winckelmann remet en cause le prix de 20 000 écus romains qu (...)

19Louis xiv ne se contenta pas de se faire représenter sous les traits d’Alexandre, comme dans le Triomphe de Babylone. Il entreprit aussi d’enrichir ses collections de toiles consacrées à Alexandre : le cardinal Chigi lui offrit, en 1664, une Bataille d’Arbèles de Jacques Courtois, exposée dans la salle des Gardes. En 1685, le roi fit l’acquisition de l’Alexandre et Timoclée du Dominiquin (de la collection Peretti-Montaldo) et Le Nôtre lui offrit en 1693 la Bataille d’Issos de Jean-I Brueghel qui avait appartenu à Fouquet. Le roi se vit aussi proposer la Famille de Darius de Véronèse (Londres, National Gallery) et aurait voulu acquérir la Bataille d’Arbèles de Pierre de Cortone35. Ces quelques précisions soulignent la passion que Louis le Grand éprouva pour Alexandre le Grand.

  • 36 Entre autres celles de Sénèque qui le qualifie de fléau du genre humain (Quaest. Nat., III, 15) ou (...)
  • 37  Voir les développements de l’École des Princes dans « La déchéance du conquérant ».

20Pourtant, il ne put assouvir son désir d’imitation et il dut renoncer à une identification qui, eu égard aux très nombreux défauts et vices du conquérant, s’avérait préjudiciable et nuisible à sa gloire. À travers les critiques formulées à l’encontre d’Alexandre le Grand, de plus en plus fréquemment invoquées36, c’était Louis xiv (proclamé « Grand » en 1686) qui était visé et il dut, dans les années 1680, abandonner une référence qui lui avait été si chère37. Alexandre perdit d’abord sa valeur allégorique, il devint à nouveau symbole décoratif des vertus princières dans les plafonds de Versailles, selon une rhétorique déjà bien éprouvée ; puis il fut progressivement exclu des châteaux royaux tandis que tapisseries et gravures continuaient d’assurer une pérennité à la figure de Louis-Alexandre.

  • 38 Fénelon, dans les Dialogues des morts anciens et modernes, publiés en 1712, exercices de version et (...)
  • 39 Ces tableaux sont reproduis dans le catalogue de l’exposition de Madrid (2002), El Arte en la corte (...)

21Cette tentative de détournement de la gloire du conquérant macédonien marqua toutefois profondément les souverains européens et Louis eut des émules. En Allemagne, Max-Emmanuel de Bavière, client de Louis xiv, passa commande en 1680-1684 d’un décor pour l’Alexander Zimmer de sa résidence de Munich. La margrave de Bayreuth fit copier les estampes de Le Brun sur les murs de son ermitage ; en Italie, Charles-Emmanuel iii de Savoie commanda à Beaumont pour son palais de Turin six cartons de tapisseries figurant l’histoire du Macédonien et, en 1758, neuf dessus de portes consacrés à Alexandre et César. En 1746, Restout peignit pour la salle du trône du palais royal de Stockholm un Alexandre tranchant le nœud gordien et un Alexandre recouvrant de son manteau le corps de Darius. En Espagne, surtout, le petit-fils de Louis xiv, Philippe v – dont le frère, le duc de Bourgogne n’avait pas été élevé, par Fénelon, dans l’admiration d’Alexandre38 – fit illustrer son Salon de las Empresas del Rey de la Granja de scènes de la vie d’Alexandre, de grand format, illustrant ses propres vertus. Des peintres italiens furent sollicités : Conca (Alexandre dans le Temple de Jérusalem : la religion) ; Creti (Alexandre cédant Campaspe à Apelles : la tempérance) ; Pittoni (L’Entrée d’Alexandre à Babylone : la victoire) ; Trevisani (La Famille de Darius : la modestie, la continence), Constanzi (La Construction d’Alexandrie : la magnificence) ; Solimena (La Bataille d’Arbèles : la valeur) ; Imperiali (Alexandre récompensant ses généraux : la libéralité) auxquels il faut ajouter C. Van Loo (Alexandre et Porus : la Clémence)39.

22Dans tous ces exemples, l’histoire d’Alexandre apparaît comme un répertoire d’actions décoratives et glorieuses qui permet d’illustrer les vertus royales, vraies ou supposées, de souverains peu préoccupés d’imiter le modèle du conquérant. Alexandre est à nouveau devenu, dans la première moitié du xviiie siècle, une figure décorative du pouvoir monarchique. L’image artistique, toujours positive, et la notoriété historique, ambivalente sinon négative, mises en regard sous le règne du Grand Roi, furent donc à nouveau dissociées. C’était le prix à payer pour effacer une longue tradition hostile héritée de l’antiquité, encore vivace dans les jugements des hommes de lettres, des hommes d’Église et de nombre de philosophes.

Notes

1 Louis Moreri, Le Grand Dictionnaire historique, article « Alexandre iii », 1re éd. 1681. Ici cité dans l’édition de 1740.

2 Bossuet, Discours sur l’histoire universelle, 1681. Voir notamment le parallèle Darius/Alexandre.

3 Question développée dans un ouvrage écrit en collaboration avec Christian Michel (préface de P. Vidal-Naquet) : L’École des princes ou Alexandre disgracié. Essai sur la mythologie monarchique de la France absolutiste, Paris, 1988, auquel on se reportera pour des analyses plus détaillées sur la notoriété du conquérant aux xvie-xviie siècles.

4 Les témoignages dont on dispose aujourd’hui remontent, pour les plus anciens, à l’époque augustéenne.

5 Sur le développement du mythe d’Alexandre dans l’antiquité : Paul Goukowsky, Essai sur les origines du mythe d’Alexandre, Nancy, 1978-1981, 2 vol. À Rome, les légendes historiques se croisent et s’opposent : la tradition « pompéienne » (Tite-Live et Lucain) et la tradition sénatoriale (Tacite et Suétone) ne sont guère favorables à Alexandre ; mais les jugements les plus durs furent portés par les stoïciens et notamment Sénèque. Quinte-Curce se montre plus partagé. Il faut attendre Plutarque et Dion de Pruse pour trouver des appréciations flatteuses. Sénèque a beaucoup marqué les lecteurs du xviie siècle qui font leurs ses propos virulents.

6 Il faut attendre, pour ce faire, la seconde édition (1804) de l’Examen critique des historiens d’Alexandre par le baron de Sainte-Croix ; la première (primée par l’Académie des Inscriptions en 1772) se détache des jugements traditionnels. Auparavant, on estimait que tous les historiens anciens avaient travaillé notamment sur les fameuses Éphémérides, journal des faits et gestes d’Alexandre, dont seules en fait les dernières pages semblent avoir été publiées.

7 Suivant le catalogue de la Bnf : éditions et impressions parisiennes : 1565, 1567, 1572, 1582, 1583, 1587, 1600-09, 1606, 1609, 1619, 1622, 1645, 1655 ; lyonnaises : 1577, 1611, 1615 ; Lausanne : 1571, 1572.

8 Les Vies des hommes illustres de Plutarque, nouvellement traduites du grec en français, Paris 1663-65 (1664, Lyon, 1684).

9 L’Histoire des hommes illustres de Plutarque Grecs et Romains, Paris, 1681 (1702).

10 Les Vies des hommes illustres de Plutarque, traduites en français avec des remarques, Paris, 1694.

11 Deux traductions anonymes en 1503 et une en 1532 : Cy commence le premier livre de Quinte-Curce Ruffe et premièrement comment ces histoires d’Alexandre peut apparoir que les Romains croissent par vertu et diligence, chez M. Le Noir, Paris, 1503 ; Quinte-Curse, De la vie et des gestes d’Alexandre le Grand, chez Anthoine Vérard, Paris, 1503 ; Quinte-Curse, historiographe ancien et moulte renommé, contenant les belliqueux faits d’armes, conduictes et astuces de guerre du preux et victorieux roy Alexandre le Grand, chez Le Messier, Paris 1534 (1540, 1555).

12 L’histoire des faicts d’Alexandre le Grand, composée par Quinte-Curse et tournée de latin en français par N. Séguier, Genève, 1614.

13 Alexandre français, image de la fortune et de la vaillance, à la noblesse française, ou l’Histoire de Quintus Curtius, Des faits d’Alexandre le Grand, nouvellement traduite en français par N. de S., sieur de Glatigny, et les deux premiers livres imités de Justin, Arrian et Diodore Sicilien, Paris, 1629.

14 Histoire d’Alexandre le Grand tirée de Quinte-Curse et autres, Paris, 1639.

15 Quinte-Curce, De la vie et des actions d’Alexandre le Grand, de la traduction de M. Vaugelas avec les Suppléments de Jean Freinshemius, traduits par le père du Ryer, Paris, 1653 (1655, 1659, 1664, 1668, 1680, 1681, 1691, 1702, 1709…).

16 Freinsheim réécrivit à l’aide de Diodore et d’Arrien les deux premiers livres perdus sur la jeunesse d’Alexandre, dans le style de Quinte-Curce ; il compléta de même, certains passages de Tite-Live.

17 Histoire de Diodore le Sicilien, traduite du grec en français, les premiers livres par M. Robert Macault, et les autres sont traduits par M. Jacques Amyot avec des notes de Loys le Roy, Paris, 1585, in-fol. Il faut attendre ensuite la traduction de l’abbé Terrasson de 1737.

18 « À qui peut-on mieux dédier les guerres d’Alexandre, qu’à Alexandre ? C’est-à-dire à un jeune Conquérant, dont toutes les campagnes ne sont qu’une suite continuelle de victoires et de conquêtes… », Les guerres d’Alexandre par Arrian, Paris 1646 (1661, 1664).

19  Flavius Josèphe, Antiquités Judaïques, XI, 323-29.

20 Daniel, VIII, 5-8. Après avoir pris connaissance des prophéties de Daniel sur la succession des empires, Alexandre accomplit donc sa destinée d’instrument de la Providence, il détruit l’empire perse pour donner, par sa mort, naissance à de nouveaux empires, eux-mêmes voués à la destruction. C’est donc par la volonté de Dieu que le glorieux conquérant se transforme en fléau du genre humain, en conquérant injuste, cruel et sanguinaire. D’où l’importance de cet épisode, véritable césure dans la vie du conquérant, bon avant et mauvais, par la force des choses, après.

21 Dictionnaire historique et critique, article « Alexandre » (1re édition : 1697).

22 Ibidem.

23 Toutefois, au lendemain du sac de Rome (1527) un tel choix avait évidemment valeur symbolique au Château Saint-Ange.

24 Sur ces fresques et leur interprétation : R. Hartpraten, Papst Paul iii als Alexander der Grosse ; das Freskenprogramm der Sala Paolina in dem Engelsburg, Berlin-New York, 1978.

25 Louis xiv fit l’acquisition d’Alexandre pardonnant à Timoclée du Dominiquin, aujourd’hui au Louvre.

26 E. Schleier, « Dominichino, Lanfranco, Albani and Cardinal Montaldo’s Alexander cycle », Art Bulletin, L, pp. 188-193.

27 Ce tableau fit partie des prises de guerre de Napoléon en 1800 qui l’exposa à Saint-Cloud. Il fut restitué en 1815.

28 Les sujets traités sont : Barthel Beham : L’Impératrice Hélène trouve la Sainte Croix, 1530 ; Jörg Breu l’ancien : Scipion l’Africain défait Hannibal à Zama ; Lucrèce se poignarde après avoir été déshonorée, 1528 ; Hans Burgkmair : Esther demande à Assuerus de sauver les Juifs, 1528 ; Hannibal défait les Romains à Cannes, 1529 ; Melchior Feselen : Jules César fait le siège d’Alésia, 1533 ; Clélie et d’autres dames romaines otages libérées pour leur courage, 1529 ; Hans Schöpfer : Virginie est poignardée pour sauver son honneur, 1535 ; Suzanne repousse les vieillards, 1537 ; Abraham Schöpfer : Mucius Scaevola met sa main au feu devant le roi étrusque Porsenna, 1533 ; Ludwig Refinger : Horatius Coclès défend le pont du Tibre, 1537 ; Titus Manlius Torquatus bat un Gaulois en duel ; Marcus Curtius se sacrifie pour le peuple romain, 1540 ; deux tableaux sont perdus : une Reine de Saba et Judith et Holopherne. Dürer mort en 1528 ne participa pas à ce cycle. Voir à ce propos Altdorfer et le réalisme fantastique dans l’art allemand, catalogue, Centre culturel du Marais, Paris, 1984, pp. 245-269.

29 Breughel. Une famille de peintres flamands vers 1600, catalogue exposition Esse/Vienne/Anvers, 1997-1998, pp. 217-225. Breughel a peint trois scènes de batailles : la Bataille des Amazones, vers 1597-99 ; la Bataille d’Issos (1602) et la Bataille des Israélites et des Amalécites (1602), trois scènes empruntées à la Fable, à l’histoire sainte et à l’histoire profane.

30 Le Sueur n’avait pas fait le voyage d’Italie ; mais Le Brun connaissait les grands modèles de visu. En 1650, Le Brun peignit ainsi son premier Alexandre : Alexandre et Diogène (le roi philosophe et le philosophe dédaigneux des grandeurs), à « la manière de Poussin ».

31 Voir le catalogue Van den Meulen : À la gloire du roi. Van den Meulen peintre des conquêtes de Louis xiv, Dijon-Luxembourg, 1998-1999.

32 Voir à ce propos l’École des princes, op. cit., pp. 61-64.

33 Voir à ce propos le catalogue de l’exposition Le Brun de Versailles, 1963 et l’étude de Christian Michel, « La permanence du héros », dans l’École des Princes, op. cit. L’ouvrage de Michel Gareau, Charles Le Brun, premier peintre du roi Louis xiv, Paris, 1992, comporte de belles reproductions.

34 Pour des raisons d’économie – Le Brun exigeait une exposition dans une galerie triomphale – et sans doute aussi du fait de l’abandon par le roi du modèle d’Alexandre.

35 De la collection de Marcello Sachetti. Winckelmann remet en cause le prix de 20 000 écus romains que Louis xiv aurait été prêt à payer dans Recueils de différentes pièces concernant les arts, Paris, 1786.

36 Entre autres celles de Sénèque qui le qualifie de fléau du genre humain (Quaest. Nat., III, 15) ou de Saint Augustin qui le considérait comme un malfaiteur coupable de brigandage à grande échelle (Cité de Dieu, IV, 4). Les hommes d’Église, notamment, ont été très hostiles à la référence à Alexandre.

37  Voir les développements de l’École des Princes dans « La déchéance du conquérant ».

38 Fénelon, dans les Dialogues des morts anciens et modernes, publiés en 1712, exercices de version et de thème latin, avait consacré quatre dialogues à Alexandre le confrontant à Aristote (« Quelles que soient les qualités d’un jeune prince, il a tout à craindre s’il n’éloigne les flatteurs… »), à Clitus (Funeste délicatesse des grands qui ne peuvent souffrir leurs véritables serviteurs lorsqu’ils veulent leur faire connaître leurs défauts) ; à Diogène (la flatterie est pernicieuse aux princes) et à César (Caractères d’un tyran et d’un Prince qui étant né avec les plus belles qualités pour faire un grand roi, s’abandonne à son orgueil et à ses passions. L’un et l’autre sont des fléaux du genre humain).

39 Ces tableaux sont reproduis dans le catalogue de l’exposition de Madrid (2002), El Arte en la corte de Felipe v, et commentés dans l’article de José Alvarez Lopera, « Las virtudes del Rey. Las historias de Alejandro Magno para el palacio de la Granja », pp.141-156.

Auteur

Université de Versailles

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540