Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition

Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition

La figure mythique d’Alexandre dans la France médiévale (XIIe-XVe siècles)

Claude Mossé

Résumé

C’est à partir du xiie siècle que se développe la figure mythique d’Alexandre dans la France médiévale. Inspirée du Roman d’Alexandre du Pseudo Callisthène, toute une littérature en vers ou en prose exalte la figure du conquérant véritable incarnation du chevalier courtois, avant que, avec la redécouverte des auteurs anciens, le roi ne devienne le modèle du souverain absolu.

Texte intégral

1C’est à partir du xiie siècle que se développe la figure mythique d’Alexandre dans la France médiévale. Le moment n’est évidemment pas indifférent : depuis la fin du xie siècle se succèdent les expéditions en Orient pour reconquérir la Terre Sainte, où, dès 1100, est fondé le royaume franc de Jérusalem, un royaume qui subsistera jusqu’à la prise de la ville par Saladin en 1187.

  • 1 Le Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène a été récemment édité, traduit et commenté aux Belles Le (...)
  • 2 J’entends par là les auteurs auxquels nous devons un récit complet de la conquête, Diodore, Quinte (...)
  • 3 Il y a eu effectivement un pharaon égyptien du nom de Nectanébo durant la première moitié du ier si (...)
  • 4 Cette lettre figure dans le Livre ii du Roman d’Alexandre. Elle est adressée « à ma mère désirée et (...)

2Or, c’est précisément entre 1160 et 1185 qu’apparaît une floraison d’œuvres poétiques qui dérivent avec plus ou moins de fidélité du Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène. Ce Roman avait été élaboré sans doute dans le milieu alexandrin à la fin de l’époque hellénistique et remanié durant les premiers siècles de notre ère1. Il se distinguait des récits des historiens contemporains par deux traits essentiels2. D’une part, l’importance des développements consacrés aux origines et à la formation du jeune prince, avec l’apparition d’un personnage appelé à jouer un rôle essentiel dans les adaptations ultérieures, le dernier pharaon d’Égypte, Nectanébo, sorte de magicien réfugié à la cour de Macédoine, qui, sous le masque d’Ammon, aurait séduit Olympias, et serait donc le véritable père du futur conquérant3. D’autre part, un récit fait par Alexandre, dans une lettre adressée à sa mère et à son maître Aristote des aventures extraordinaires qui auraient précédé la campagne indienne. Au cours de ces aventures, il avait rencontré des peuples plus étranges les uns que les autres, traversé des contrées peuplées d’animaux fantastiques et avait seul tenté une double expérience : descendre au fond des mers dans une grande cage de fer et s’élever dans les airs dans une nacelle en peau de bœuf tirée par deux oiseaux gigantesques. Double expérience qui se révéla dans les deux cas décevante4.

  • 5 Voir Variantes, Livre i, 27.
  • 6 Variantes, Livre ii, 24 ; 28. Les éditeurs précisent en note (p. 277, note 40) que l’expression « é (...)

3Parmi les variantes ajoutées au récit primitif, on trouvait le compte rendu d’un débat devant l’assemblée athénienne au cours duquel Démosthène curieusement défendait Alexandre face à Démade5. Mais surtout ce qui allait avoir le plus de retentissement, l’épisode, absent des récits des historiens, à l’exception du seul Flavius Josèphe, du séjour d’Alexandre à Jérusalem : le roi, impressionné par la majesté du Grand Prêtre et de ses assistants, aurait proclamé qu’il reconnaissait le dieu des Juifs, « ce dieu unique qui a créé le ciel, la terre et tout ce qui s’y trouve ; mais aucun homme n’a le pouvoir de le dévoiler ». Et par la suite, quand s’éleva Alexandrie, la cité qui portait son nom, « il renvoya au néant tous les dieux de la terre et proclama qu’il n’y avait qu’un seul et vrai dieu, invisible, échappant à toute recherche, porté par les Séraphins et glorifié par le Nom trois fois Saint »6.

  • 7 Flavius Josèphe, Antiquités juives, XI, 325-340.

4Dans les Antiquités juives de Flavius Josèphe, Alexandre se prosterne devant le Grand Prêtre, accomplit un sacrifice dans le Temple et confirme aux Juifs leurs privilèges, mais n’adhère pas à la religion du Dieu unique7. Il est donc vraisemblable que cette variante a été intégrée plus tard dans le Roman et provient des milieux juifs hellénisés d’Alexandrie. Mais elle allait permettre de faire d’Alexandre, tout païen qu’il fût, un héros de la chevalerie dans la France chrétienne médiévale.

  • 8 Sur les différentes éditions de ces textes, voir le livre de G. Cary, The medieval Alexander, Part (...)

5Le Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène allait être traduit en latin à la fin du iiie siècle de notre ère par un certain Julius Valerius. Cette traduction latine fut abrégée au ixe siècle (Épitome de Metz), cependant qu’une autre traduction latine de l’original grec était faite au xe siècle pour l’archiduc Jean iii de Naples sous le titre Historia de Proeliis8. C’est donc de ces traductions latines que disposaient les auteurs qui, à partir du xiie siècle, vont faire d’Alexandre le héros d’œuvres qui tiennent à la fois de la poésie épique et du roman courtois. Certes, ces auteurs ont pu également consulter les historiens latins, Quinte Curce en premier lieu et accessoirement Justin pour la partie consacrée aux hauts faits de la conquête. Mais l’image qu’ils donnent du roi relève davantage des différentes versions du Roman du Pseudo-Callisthène que de ces historiens.

  • 9 Sur l’Alexandreide de Gauthier de Chatillon, voir l’article de J. Y. Tilliette dans Alexandre le Gr (...)

6Parmi ces œuvres, il faut citer en premier lieu l’Alexandreide de Gauthier de Chatillon, un clerc champenois de la seconde moitié du xiie siècle9. Ce long poème en latin qui s’inspire de l’Éneide de Virgile utilise aussi bien le Roman d’Alexandre dans ses différentes versions latines que le récit de Quinte Curce et a, semble-t-il, comme son modèle latin, une visée politique : exalter à travers la figure d’Alexandre celle de Philippe Auguste, le jeune roi qui s’apprêtait à partir pour l’Orient en vue de reconquérir Jérusalem. Mais le poète n’en prend pas moins en compte les excès de son héros qui meurt prématurément, victime de sa démesure.

  • 10 Il s’agit du livre de Catherine Gaullier-Bougassas cité supra, n. 8.

7C’est dans les États du principal adversaire de Philippe, Henri II Plantagenêt, et à la cour de son épouse, Aliénor d’Aquitaine, que se fait jour une littérature en langue française. Nous ne connaissons que fragmentairement des œuvres attribuées à des poètes gravitant autour de cette cour. Parmi ces œuvres, un Roman d’Alexandre en vers décasyllabiques qui sera en partie réutilisé par des auteurs postérieurs, et qui fait d’Alexandre un modèle de chevalier courtois. C’est ce modèle qu’on retrouve avec des nuances dans deux grands poèmes en vers dodécasyllabiques (alexandrins) qui nous sont parvenus à travers différents manuscrits, le premier sous le titre Roman de toute chevalerie, attribué à Thomas de Kent, le second sous le titre Roman d’Alexandre, attribué à un certain Alexandre de Paris. Ces deux poèmes ont fait l’objet d’une étude récente10. L’auteur s’intéresse essentiellement, comme l’indique le titre, à l’aspect littéraire de ces deux œuvres qu’elle situe « aux frontières de l’épopée et du romanesque ». Mais, à travers cette analyse très riche, se dégage l’image d’un Alexandre à la fois représentatif de la chevalerie telle qu’on la souhaitait dans le milieu anglo-normand de la cour d’Henri II Plantagenêt, et symbole d’une royauté qui s’affirmait face à l’anarchie féodale du royaume de France.

8Bien évidemment, on retrouve dans ces deux poèmes les éléments romanesques présents chez le Pseudo-Callisthène : la naissance adultérine après que le mage Nectanabus a abusé d’Olympias à moitié consentante puisqu’elle croyait s’unir à un dieu ; la mort infligée par Alexandre à celui qu’il ignorait être son père, mais dont il se console aisément ; la soumission de Bucéphale qui apparaît comme l’épreuve initiatique par laquelle s’achève la période de formation du futur conquérant de l’Orient. Dans le Roman d’Alexandre, d’Alexandre de Paris, une cérémonie d’adoubement reprise de l’Alexandre décasyllabique, bien que plus brièvement, précède l’acclamation par les « barons » grecs du nouveau roi. Mais si l’accent est mis sur la prise du pouvoir par Alexandre, le code chevaleresque est présent comme élément récurrent. Ainsi Alexandre se montre à l’éthique de la chevalerie lorsqu’il épargne le roi indien Porus à deux reprises, et ne se résoud à lui donner la mort que parce que ce dernier s’est montré particulièrement déloyal. Alexandre et ses « barons » se mettent au service des causes justes. Il y a néanmoins des limites à cet idéal chevaleresque. L’amour et les femmes n’y occupent qu’une place limitée, en dépit de l’épisode de la reine Candace. La « courtoisie » d’Alexandre est davantage le signe d’une appartenance à la noblesse par la naissance (en dépit de la bâtardise) que d’un choix de vie.

  • 11 Cette « générosité » d’Alexandre n’est pas une invention médiévale. Elle est mise en avant par Plut (...)
  • 12 C. Gaullier-Bougassas, op. cit., p. 325 ; voir aussi pp. 327-329.

9L’une des manifestations de cette appartenance à la noblesse est la « générosité » d’Alexandre à l’égard de ses compagnons. Certes, cette générosité était déjà vantée par les auteurs anciens11, mais dans le Roman d’Alexandre de Paris, elle devient le fondement même du gouvernement du roi qui « semble réaliser le rêve que fait l’aristocratie de limiter l’autorité royale, de la plier à ses seuls intérêts lorsqu’il donne pour seul objectif à ses conquêtes l’enrichissement de ses hommes, comme s’il renonçait à tout désir personnel »12. Mais en revanche, cette chevalerie ne serait rien sans un roi qui lui indique la voie la meilleure et la fait bénéficier de son « élection divine ». Les chevaliers servent le roi pour « conquerre et essaucier son onor » et, en échange, le roi les honore de ses largesses.

10Parmi ces chevaliers, se distinguent les douze « pairs », sa « maisnie privée ». Par là, comme le remarque Catherine Gaullier-Bougassas, Alexandre de Paris traduit la réalité antique des « Compagnons » du roi par l’institution médiévale de la pairie. Mais ces « pairs » ne sont pas des vassaux au sens féodal du terme. Alexandre reste donc un roi souverain. Son élection divine, ses qualités personnelles, sa science et sa sagesse, fruit de l’enseignement dispensé par Aristote, sont les fondements de son pouvoir. Il n’est pas sans intérêt de remarquer que le plus souvent Alexandre prend ses décisions seul. Les scènes de Conseil sont rares dans le Roman d’Alexandre de Paris, plus nombreuses dans le Roman de toute chevalerie, mais elles ne donnent pas lieu à une véritable discussion et c’est le plus souvent l’avis du roi qui l’emporte. D’ailleurs, les discours d’Alexandre commencent par la formule « Barons, entendes ma raison ».

  • 13 Dans les œuvres littéraires médiévales, les compagnons d’Alexandre sont des « Grecs », non des Macé (...)
  • 14 Il s’agit de la tradition biblique des peuples « impurs » dont l’invasion sera le prélude au Jugeme (...)

11Les « Grecs » cependant ne sont pas toujours passifs13. Ici encore, les auteurs médiévaux tiennent compte des récits des Anciens et des nombreux exemples relatés sur la « grogne » des Macédoniens. Ainsi ils critiquent les actes de témérité individuelle du roi lors du siège de Tyr ou lorsqu’il prétend descendre au fond de la mer. Car de tels actes contrastent avec ses devoirs de roi. Ces critiques toutefois se manifestent moins dans le Roman de toute chevalerie de Thomas de Kent, où l’autoritarisme du roi est encore plus affirmé. Même après avoir manifesté le désir de rentrer en Grèce, les soldats d’Alexandre acceptent de le suivre lorsqu’il décide d’affronter les peuples maudits de Gog et Magog14. C’est seulement après la mort d’Alexandre que se font jour ces mécontentements, à la faveur des luttes qui opposent alors les « Compagnons » qui, tels de grands barons féodaux, se retirent sur leurs terres et s’affrontent sans tenir compte des intérêts communs. Thomas de Kent se montre ainsi, plus qu’Alexandre de Paris, favorable à l’affirmation de l’autorité d’Alexandre et donc du pouvoir royal.

  • 15 Il existe plusieurs variantes du Voyage au Paradis qui dérivent du Talmud de Jérusalem. La traducti (...)

12L’image que ces deux « romans » donnent d’Alexandre présente donc des divergences, mais, en dépit de ces divergences, renforce le plaidoyer en faveur d’une royauté plus assurée. Alexandre sert ainsi de modèle à une pensée politique qui s’affirme dans le milieu de la cour anglo-normande des Plantagenêt. Mais, comme il s’agit aussi d’un héros romanesque, à la dimension politique se joint une réflexion éthique. Le destin d’Alexandre, d’abord grandiose, suit une courbe descendante, du fait de ses ambitions démesurées et de son rêve d’immortalité. Ce rêve d’immortalité se révèle en particulier dans l’épisode du Voyage au Paradis. Cette légende d’origine juive avait fait l’objet au xiie siècle d’une adaptation latine, l’Iter ad Paradisum. On retrouve cet épisode du Voyage au Paradis dans nombre de variantes des deux « romans ». Mais toutes ont en commun le refus opposé à Alexandre d’y pénétrer car, comme tout mortel, il doit limiter son appétit de connaissance15. Et sa mort précoce apparaît comme la conséquence de cette démesure, même si la condamnation portée contre le héros de cette extraordinaire aventure qu’est la conquête de l’Orient présente des nuances d’un auteur à l’autre. Ainsi, à la fin du xiie siècle, Alexandre apparaît-il dans ces œuvres « aux frontières de l’épopée et du romanesque » comme un personnage complexe, roi chevalier exemplaire en dépit de ses faiblesses chez Alexandre de Paris, héros en quête d’une sagesse supérieure mais qui doit accepter son destin chez Thomas de Kent.

  • 16 Voir l’article de M. Szkilnik dans Alexandre le Grand dans la littérature occidentale et proche-ori (...)

13Cette image allait commencer à se modifier à partir du xiiie siècle. Dans le Roman d’Alexandre en prose qui est une adaptation de l’Historia de Proeliis, le personnage diabolique de Nectanabus (Nectanebo) disparaît pour faire place à un savant égyptien astronome, tandis que s’affirme le rôle d’Aristote dans la formation d’Alexandre. C’est le moment de la redécouverte du philosophe, en dépit de la condamnation d’Averroès par l’Université de Paris, et son personnage comme « conseiller du prince » ira s’affirmant aux siècles suivants. Alexandre ne cesse pas pour autant d’être représenté en chevalier de roman courtois. Cela est particulièrement sensible dans ce qu’on appelle Le Cycle du Paon16, trois œuvres datant de la première moitié du xive siècle, la première Les Vœux du Paon de Jacques de Longuyon, la seconde Le restor du Paon de Jean le Court, la troisième Le parfait du Paon de Jean de la Mote. On a qualifié de « précieux » le climat de ces romans qui donnent d’Alexandre, du moins les deux premiers, une image totalement positive : le roi est un modèle de sagesse, de générosité, de courtoisie. Image qui se nuance dans le troisième, même si, en dépit de son orgueil démesuré, Alexandre reste un chevalier courtois.

14Avec le xve siècle, la dimension romanesque du personnage d’Alexandre tend à disparaître. Le roi redevient d’abord le conquérant et le soldat. Parallèlement, on assiste à une disparition du merveilleux. Vasque de Lucène qui traduit Quinte Curce pour Charles le Téméraire tient pour « évidents mensonges » les récits rapportés en particulier par la Lettre à Aristote, dont l’authenticité est mise en question.

  • 17 Voir l’article de Christiane Raynaud, « Alexandre dans les bibliothèques bourguignonnes », dans le (...)
  • 18 C’est ainsi en particulier que le juge Montaigne, qui vante « tant d’excellentes vertus qui estoyen (...)

15Par ailleurs ce qui, on l’a rappelé, avait permis l’intégration d’Alexandre à la chevalerie chrétienne, l’épisode de la venue à Jérusalem et de la conversion à la religion du Dieu unique, tend également à s’atténuer. Déjà, dans les Vœux du Paon de Jacques de Longuyon, Alexandre était redevenu païen. Il l’est aussi dans l’Histoire du bon Roy Alexandre de Jean Wauquelin, composée vers 1448 pour Jean de Bourgogne, Comte d’Etampes. C’est également à la cour de Bourgogne, pour Philippe, puis pour son fils Charles le Téméraire que sera faite, on l’a vu, la première traduction en français de Quinte Curce17. La redécouverte des historiens anciens, latins d’abord, puis grecs avec l’arrivée en Occident des « réfugiés » byzantins, fera apparaître une image plus complexe et plus « politique » du Macédonien. Alexandre devient le prince païen élève des philosophes qu’admireront les hommes de la Renaissance18. Désormais, quel que soit le jugement porté sur son caractère ou sur ses intentions, l’image du conquérant, véritable « miroir du prince », sera inséparable de l’expression d’un pouvoir monarchique destiné à s’imposer de plus en plus face à une féodalité déclinante.

Notes

1 Le Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène a été récemment édité, traduit et commenté aux Belles Lettres par les soins de Gilles Bounoure et Blandine Serret, Paris, Livre i. Les éditeurs ont distingué le récit proprement dit, trois Appendices (la Lettre à Aristote, le débat d’Alexandre avec les Gymnosophistes, Alexandre et les peuples impurs d’après le Ps. Méthode) et les variantes provenant de différents manuscrits.

2 J’entends par là les auteurs auxquels nous devons un récit complet de la conquête, Diodore, Quinte Curce, Justin, Arrien et ceux auxquels Plutarque fait référence dans la Vie d’Alexandre. Voir Cl. Mossé, Alexandre. La destinée d’un mythe, Paris, Payot, 2001, pp. 213-216.

3 Il y a eu effectivement un pharaon égyptien du nom de Nectanébo durant la première moitié du ier siècle, alors que l’Égypte était redevenue quasi indépendante et connaissait un renouveau de prospérité. Son petit-fils appelé Nectareb, mais aussi Nectanébo II allait à son tour régner sur l’Égypte jusqu’à ce que le pays retombe en 345 sous la coupe du roi perse Artaxerxès III Ochos.

4 Cette lettre figure dans le Livre ii du Roman d’Alexandre. Elle est adressée « à ma mère désirée et à Aristote mon très estimé précepteur ». Une autre lettre au seul Aristote, qui ne figure pas dans le Roman comporte une description de l’Inde. Traduite en latin, elle sera largement diffusée dans la France médiévale. Voir le texte dans l’Appendice i de l’édition des Belles Lettres. 

5 Voir Variantes, Livre i, 27.

6 Variantes, Livre ii, 24 ; 28. Les éditeurs précisent en note (p. 277, note 40) que l’expression « échappant à toute recherche » figure dans la Septante (Job, V, 9 et IX, 10).

7 Flavius Josèphe, Antiquités juives, XI, 325-340.

8 Sur les différentes éditions de ces textes, voir le livre de G. Cary, The medieval Alexander, Part I. « A bref Survey of the Sources for medieval Knowledge of Alexander the Great and their principal medieval Derivatives », Cambridge, 1956, pp. 9-74. Voir également pour une bibliographie plus récente Catherine Gaullier-Bougassas, Les Romans d’Alexandre. Aux frontières de l’épique et du romanesque, Paris, Honoré Champion, 1998, pp. 530-539.

9 Sur l’Alexandreide de Gauthier de Chatillon, voir l’article de J. Y. Tilliette dans Alexandre le Grand dans les littératures occidentales et proche-orientales (Actes du Colloque de Paris, 27-29 novembre 1997), Université de Paris X-Nanterre, 1999.

10 Il s’agit du livre de Catherine Gaullier-Bougassas cité supra, n. 8.

11 Cette « générosité » d’Alexandre n’est pas une invention médiévale. Elle est mise en avant par Plutarque dans sa Vie d’Alexandre. Voir en particulier les références citées dans Cl. Mossé, op. cit. (supra, note 2), pp. 122-125.

12 C. Gaullier-Bougassas, op. cit., p. 325 ; voir aussi pp. 327-329.

13 Dans les œuvres littéraires médiévales, les compagnons d’Alexandre sont des « Grecs », non des Macédoniens.

14 Il s’agit de la tradition biblique des peuples « impurs » dont l’invasion sera le prélude au Jugement dernier. Alexandre, en élevant contre eux un mur infranchissable, réalise ainsi les desseins de Dieu.

15 Il existe plusieurs variantes du Voyage au Paradis qui dérivent du Talmud de Jérusalem. La traduction latine (Iter ad Paradisum) est attribuée par quelques manuscrits à un certain Salomon didascalus Judaeorum. La version la plus répandue situe ce voyage à la fin de l’expédition indienne. Alexandre et quelques compagnons arrivent devant une ville entourée de murailles et située sur les bords du Gange. Par une fenêtre percée dans la muraille, un vieillard fait comprendre à Alexandre qu’il ne lui faut pas s’attarder et il lui remet une pierre. De retour à Babylone, Alexandre interroge en vain des Sages pour qu’ils lui révèlent la signification de cette pierre. Finalement, un vieux Sage juif lui dit que s’il place cette pierre sur le plateau d’une balance, tout l’or du monde ne pourra la déplacer. Mais s’il la recouvre d’un peu de poussière, elle deviendra aussitôt très légère. C’est là le signe que l’ambition démesurée d’Alexandre a une limite, la mort symbolisée par la poussière.

16 Voir l’article de M. Szkilnik dans Alexandre le Grand dans la littérature occidentale et proche-orientale, op. cit. (supra, note 9).

17 Voir l’article de Christiane Raynaud, « Alexandre dans les bibliothèques bourguignonnes », dans le même ouvrage.

18 C’est ainsi en particulier que le juge Montaigne, qui vante « tant d’excellentes vertus qui estoyent en lui, justice, libéralité, foy en ses parolles, amour envers les siens, humanité envers les vaincus » (Essais, II, 26).

Auteur

Université Paris viii

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540