Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition

Varia

La prise de Rome par Alaric en 410

Paul Veyne

Résumé

Les Grandes Invasions furent des bandes de dizaines de milliers de guerriers accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants : ils voulaient des terres pour y installer leurs familles, semer et labourer. Pour eux, l’Empire, leur puissant voisin, était un modèle et l’idéal de leurs rêves. Ils éprouvaient autant de respect fasciné pour ce monument que de convoitise pour ses richesses. Alaric, lui, non moins respectueux, voulait davantage : il voulait devenir le nouveau Stilicon et régner derrière le dos de l’empereur en titre. Quant aux empereurs, peu leur importait le sort des populations romaines chassées de leurs terres, ni la dilacération de leur Empire en royaumes germaniques nominalement vassaux : leur grande affaire était de conserver leur trône contre les prétendants ou usurpateurs : le grand ennemi d’Honorius ne fut pas Alaric, mais le contre-empereur qu’Alaric mettait en avant, Attalus. Quant aux réactions de l’opinion païenne et chré- tienne, elles allèrent de la crainte apocalyptique à la relativisation de l’événement et à un romantisme politique et éthique, favorable au tiers-monde barbare.

Texte intégral

1Feignons de tout ignorer et essayons d’expliquer, c’est-à-dire d’expliciter pourquoi une pareille chose est arrivée. Voilà des Germains, les Goths, qui prennent Rome en 410 et la pillent. Si l’on ignorait tout, on supposerait que cette prise de la capitale par des Barbares a été la péripétie terminale de ces Grandes Invasions qui mirent fin à l’Empire romain en Occident. On sait qu’il n’en est rien : ce ne fut pas une intrusion venue du dehors, mais une rébellion à l’intérieur de l’Empire où les Goths étaient installés depuis quarante ans ou le double en vertu d’un traité ; leur roi Alaric occupait une haute fonction dans l’administration impériale ; Rome demeurait la cité-symbole de la puissance romaine, mais n’était plus la résidence des empereurs : ceux-ci s’étaient installés à Milan, puis à Ravenne. Quant à l’Italie, elle a conservé son visage romain, peut-on estimer, jusque vers 570, au début des invasions lombardes. Du reste, les « Grandes Invasions » ne furent pas des mouvements de peuples, des Völkerwanderungen, la Germanie se déversant dans l’Empire et se retrouvant vide ! Ce furent des bandes d’aventuriers lacérant l’Empire d’Occident. Ou plutôt la vérité est entre les deux : ces guerriers avec leurs chariots étaient suivis de leurs femmes et de leurs enfants et cette population armée avait besoin de toute une région à lacérer largement.

  • 1 Ammien Marcellin, XXVIII, 5, 11 ; Orose, VII, 32, 12, cités par Fustel de Coulanges, Histoire des i (...)

2Depuis un demi-siècle, Rome avait, aux termes d’un traité, de bonnes relations avec les Goths, peuple puissant, évolué et sédentaire qui vivait au nord du Danube, vers la Mer Noire ; leurs villages de cultivateurs et d’éleveurs, découverts par les fouilles soviétiques, se retrouvent de Bucarest à Sébastopol ; marchands et missionnaires chrétiens (dont le célèbre Ulfila) passaient le fleuve. Le peuple goth était conscient et fier de son identité ethnique, mais c’était aussi un de ces peuples « barbares » pour lesquels l’Empire, leur puissant voisin, était un modèle et l’idéal de leurs rêves. Ils éprouvaient autant de respect fasciné pour ce monument que de convoitise pour ses richesses. Après l’avoir dilacéré, ils seront fiers d’en faire nominalement partie ; pendant un siècle et plus, les monnaies des rois barbares porteront au droit l’effigie de l’empereur et non la leur. Les Burgondes se flattaient de descendre des soldats romains qui gardaient les forts (burgi) de la frontière1. Lorsqu’une tribu barbare avait l’honneur d’avoir une alliance militaire avec l’Empire, elle le défendait avec zèle contre les Barbares qui l’attaquaient.

  • 2 Sur cette évolution de l’économie des Huns, voir Heather, op. cit., p. 506, d’après Priscos de Pani (...)
  • 3 Aux groupes de Barbares accueillis dans l’Empire, on faisait prêter serment par leurs dieux de resp (...)
  • 4 Ammien Marcellin, XXXI, 12, 8-9. Donc ces Goths ne venaient pas occuper des terres incultes, de ces (...)
  • 5 Par exemple, Arioviste envahissant la Gaule exige des Séquanes les deux tiers de leur territoire (C (...)
  • 6 Et aussi comme esclaves domestiques : Synésius, De la royauté, chez Migne, Patrologia Graeca, LXVI, (...)

3Or, en 376, des tribus de Goths franchirent la frontière du Danube, non en pillards, mais en fuyards. Ils fuyaient, non quelque bousculade de peuples nomades, quelque commotion initiale originaire d’Asie Centrale, mais un assujettissement économique : les Huns les serraient de près et ils ne voulaient pas devenir leurs esclaves ruraux, cultiver leurs propres terres pour les nourrir2 ; ils cherchaient à se recaser dans l’Empire et sous sa protection. Depuis longtemps, l’Empire recourait à des éléments barbares pour mettre en culture des terres en friche et surtout pour compléter ses armées (aussi la langue internationale à laquelle recouraient les Barbares n’était-elle pas le grec, mais le latin, seule langue en usage dans l’armée romaine). Mais, cette fois, c’était l’intrusion de tout un corps étranger qui restait groupé sous ses « rois » ou nobles. Les Romains n’entreprirent pas de leur barrer l’accès ; après mainte péripétie, ils essuyèrent même, à Andrinople, une des plus cuisantes défaites de leur histoire. En 382, il leur fallut laisser ces tribus s’installer en Bulgarie comme « alliés » assermentés3 et ayant livré des otages ; recette qui s’était toujours révélée fiable, car ces peuples n’avaient pas le sentiment d’appartenir à quelque race germanique, mais respectaient leurs promesses de fidélité : la parole donnée était pour eux, peut-on croire, un lien décisif (bien qu’il leur arrivât, comme à tout le monde, d’hésiter entre deux prétendants à l’Empire). Quant à leur installation, elle se fit probablement, non sur des espaces vides ou en friches, mais, j’en ai peur, aux dépens d’une population locale, puisqu’on nous dit que les Goths avaient exigé toutes les terres, le bétail et les céréales4 ; c’était donc une de ces occupations de bonnes terres avec expulsion brutale des anciens possesseurs, comme en avait connu l’antiquité en d’autres circonstances5. Par ailleurs, individuellement, des travailleurs immigrés goths se répandaient en Orient grec comme maçons, porteurs d’eau, portefaix6.

  • 7 Jordanès, De origine Getarum, 29.
  • 8 Zosime, V, 6.
  • 9 Pour Claudien, leur but est de conquérir des terres où pousser leur charrue (VI. consul. Honorii, 1 (...)

4Il faut distinguer soigneusement, me semble-t-il, cette colonisation par des cultivateurs et cette immigration de ce qui allait suivre : parmi les Goths de Bulgarie se formèrent, sous la conduite d’Alaric, des bandes d’aventuriers, de pirates de terre ferme ; on racontera un jour chez les Goths qu’Alaric avait « persuadé ses hommes de chercher à conquérir des royaumes, plutôt que de rester tranquillement soumis à autrui »7. En 395, ces bandes firent irruption vers le sud jusque sous les murs de Constantinople, pillèrent et ravagèrent la Grèce (Corinthe et Éleusis furent brûlées, Athènes fut sauvée par une apparition d’Athéna sur les remparts8 et, de plus, paya une rançon à Alaric qui fut invité à dîner au Prytanée). L’Empire d’Orient, puis celui d’Occident ne purent ou ne voulurent mettre fin une bonne fois à cette agression ; si bien que, de 395 à 418, Alaric et ses successeurs, avec leurs 30 000 guerriers et leurs familles, vont sillonner diverses provinces de l’Empire en pillant et en vivant sur le dos des indigènes. Parfois le pouvoir impérial les prenait à sa solde pour les opposer à d’autres Germains. En un quart de siècle, cette population d’aventuriers, sans cesse menacée par la famine, passera de la Crimée au Bordelais et assiégera Rome au passage. Voilà donc des alliés de l’Empire, mais qui sont intérieurs à lui, une population errante qui est aussi une armée et un roi qui défend cet Empire quand il ne l’attaque pas ; tantôt pirates en quête de terres à cultiver9, tantôt corsaires au service de Rome contre d’autres pirates. Leur roi, lui, avait d’autres ambitions, comme on va voir.

  • 10 Le discours de Xénophon à ses compagnons (Anabase, III, 2) montre que le Grand Roi ne savait commen (...)

5D’autres empires que celui de Rome avaient vu leur territoire parcouru et mangé par une troupe d’aventuriers errants dont on ne savait se débarrasser et qu’on finissait par caser ; cela faillit arriver à l’Empire perse avec les Dix Mille de Xénophon10 et cela arriva au royaume séleucide avec les 20 000 Celtes qu’Antiochos Soter finit par caser dans ce qui prit le nom de Galatie. Mais le cas des Wisigoths ne ressemble à aucun autre : ce ne fut ni l’intrusion d’un peuple pauvre vers le pays des riches (du reste, les terroirs d’Europe du nord étaient plus riches et leurs habitants mieux nourris que les paysanneries méditerranéennes, toujours au seuil de la disette), ni une razzia, un raid de pillage, comme si souvent au cours des siècles précédents : mais ce fut du parasitisme de masse, qui consistait, pour un groupe d’aventuriers, à aller vivre confortablement aux dépens de l’Empire. Non en expulsant la population locale, comme en 382, ni par une prise de possession brutale à la manière des Vandales, mais en forçant l’Empire à prendre les envahisseurs comme alliés à sa solde, grâce à l’institution romaine de l’hospitalitas aux termes de laquelle un militaire vivait aux dépens du propriétaire chez lequel il avait un billet de logement. Ces barbares cherchant fortune étaient chrétiens, connaissaient l’histoire et un peu la langue du pays où ils pénétraient et savaient sur quels leviers institutionnels appuyer. Mais il y a autre chose encore : leur roi, pour sa part, va tenter de saisir la réalité du pouvoir impérial lui-même.

  • 11 Claudien, Bellum Geticum, 81-86, 545-550 ; Prudence, Contre Symmaque, II, 696-699. Sur le « prodige (...)

6Là est sans doute la clé du personnage d’Alaric. Un hasard le servit. Au début de cette période, la péninsule balkanique ou Illyricum était disputée entre la moitié orientale de l’Empire et la moitié occidentale, de plus en plus hostiles l’une à l’autre. Alors, en 398, l’empereur d’Orient, las de voir les Goths ravager ses provinces, les prit à son service et nomma Alaric chef militaire de l’Illyrie, pour faire face aux prétentions de l’Occident. Voilà Alaric mis avec ses hommes à la tête d’une des quatre zones militaires de l’Empire et devenu un des dix ou douze premiers personnages de l’État ; ce ne sera plus un envahisseur étranger : il pourra poser au haut dignitaire en révolte, à la tête de troupes mutinées qui réclament leur solde. L’opinion romaine devinera bientôt que l’entreprise d’Alaric n’était pas une razzia de plus, mais visait plus haut ; dès 402, Claudien et Prudence11 répétaient que ce Barbare pensait que son destin, prédit par des prodiges, était de s’emparer de l’Italie et de Rome. On peut les en croire : Alaric a dû calculer que rien ne résisterait à un chantage visant cette Ville Éternelle qui n’avait jamais été violée depuis le raid celte de Brennus, huit siècles auparavant. Calcul qui devait se révéler faux.

  • 12 Dès 306, c’est à Crocus, un rex des Alamans (c’est-à-dire un reichs, un noble), que Constantin dut (...)
  • 13 Toutefois, l’arianisme ne devient hérésie qualifiée qu’avec Théodose ; de Constantin lui-même à Gra (...)
  • 14 « Un compromis était possible, non entre Rome et la barbarie, mais entre Rome et les barbares à son (...)
  • 15 En 476 ou plutôt 477, Odoacre reconnaîtra l’empereur d’Orient comme régnant aussi sur l’Occident, f (...)

7Il faut savoir que, depuis trois générations, de nobles Germains venaient faire carrière comme généraux dans l’armée romaine12. Romanisés, christianisés, parfois lettrés, ils faisaient preuve d’une loyauté absolue envers leur nouvelle patrie, qu’ils défendaient contre les intrusions barbares. Plus encore, certains d’entre eux, comme généralissimes, avaient détenu et détiendront la réalité du pouvoir en Occident : à partir de 461, voire de 457, sous Ricimer, l’Italie sera devenue pratiquement un royaume germanique sans le nom. Les nobles germains entendaient participer au jeu politique suprême où l’empereur n’était plus le seul joueur ni le plus important, à côté des impératrices, des préfets du prétoire, des généralissimes, des gouverneurs de grands districts, des usurpateurs, des sécessionnistes et des chambellans. Leur origine germanique et leur hérésie arienne13 leur interdisant de prétendre au trône, ils ne pratiquaient pas le sport national romain, qui était de tenter d’usurper ce trône ; en revanche, ils gouvernaient dans le dos d’un empereur fantoche14, ils lui mariaient leur fille. Ils fabriqueront bientôt eux-mêmes ce fantoche et puis, un jour, ils se lasseront d’en fabriquer un et ce sera la fin de l’Empire d’Occident15. Le grand adversaire d’Alaric dans son entreprise italienne avait été un Vandale romanisé, Stilicon, vrai maître de l’Occident, talentueux général de toutes les armées, deux fois consul, beau-père de l’empereur et grand patriote comme le sont souvent les immigrés bien acceptés dans le pays de leurs rêves.

  • 16 Claudien, VI. consul. Honorii, 243, 282, 297 ; De bello Getico, 84.
  • 17 Comme le dit si bien A. H. M. Jones, The Later Roman Empire, I, Oxford, 1964, p. 199.
  • 18 Les Germains étaient souvent suspects de trahison ; lorsque l’un d’eux se faisait tuer au service d (...)
  • 19 Au cinquième siècle, l’assassinat est un moyen usuel de gouverner et de faire carrière (les temps m (...)

8On comprend alors ce que cherchait Alaric : à devenir un autre Stilicon ; il prétendra d’ailleurs venger le meurtre de ce dernier, victime en 408 d’une intrigue de cour. Héritier d’une dynastie gothique, Alaric est un grand seigneur qui a de grandes ambitions : il veut le poste de général en chef qu’avait occupé Stilicon, c’est-à-dire la réalité du pouvoir. Et, pour cela, en 408, il prend Rome en otage ; son armée vient assiéger la Ville Éternelle où la famine s’installe. Il a déjà créé le fantoche derrière lequel il espère gouverner bientôt, un grand personnage nommé Attalus, préfet de la Ville. Une politique était possible : agréer ce Barbare puissant et talentueux et faire de lui et des siens de fidèles défenseurs de l’Empire. Déjà la défense du Rhin avait été confiée à des alliés francs, qui, au service de Rome, se firent tailler en pièces lors de la Grande Invasion germanique de la Gaule en 406. L’Empire manquait de troupes ; Stilicon avait refoulé les Goths à trois reprises (leurs femmes, leurs enfants et leurs chariots furent capturés dans une de ces batailles)16, mais il n’était jamais arrivé à en finir avec eux. La raison en est sans doute que l’empereur, qui faisait combattre les Barbares par ses alliés barbares, n’osait pas risquer sa précieuse armée palatine dans une lutte au finish17 contre des envahisseurs qui ne menaçaient pas directement son trône. Stilicon avait alors été suspecté de trahison18 par le parti anti-germain qui l’emporta à la cour et il avait été massacré, selon la coutume de ces deux siècles chrétiens qui sont les plus sanglants de l’histoire impériale19. Sa mort avait rouvert la voie aux armes d’Alaric vers Rome.

  • 20 N. Wood, Cambridge Ancient History, XIII, The Late Empire, 1998, pp. 528-529.
  • 21 Zosime, VI, 8. Par une clémence d’esprit évangélique, Attalus lui-même, après sa chute, ne sera pas (...)
  • 22 Le gros des comitatenses était en Italie, réparti entre les cités du nord, j’imagine, afin de couvr (...)

9Mais l’empereur d’Occident, Honorius, s’était juré de ne pas céder au chantage d’Alaric. Sa vision et celle de ses contemporains n’étaient pas la nôtre : pour eux, la grande affaire n’était pas le sort des populations ni même la perte de morceaux d’Empire : la politique consistait à préserver le trône en supprimant tout usurpateur20 ; le pire ennemi n’était pas Alaric, mais Attalus. De fait, Alaric n’adressait de menaces ni au trône ni à la personne d’Honorius ; c’était sa marionnette Attalus qui prenait de grands airs et qui promettait à Honorius de le détrôner, de lui infliger des mutilations corporelles et de le bannir dans une île21. Honorius, de son côté, en sécurité dans Ravenne protégée par les marais qui l’entouraient alors et par sa flotte, préféra sacrifier Rome plutôt que de négocier avec Alaric et l’usurpateur ; la puissante armée attachée à sa personne, les palatini, les praesentales, ne bougea pas de ses garnisons italiennes22, puisqu’on n’entend jamais parler d’elle. Après mainte péripétie, les négociations entre Ravenne et le roi goth finirent par être rompues et, en guise de représailles, les Goths entrèrent dans Rome au son de leurs trompettes de corne, la nuit du 24 août 410.

  • 23 En 455, les Vandales condamneront Rome à un sac de douze jours, pour punir l’empereur. Les récits d (...)
  • 24 Jordanès, De origine Getarum, 30 : les Goths auraient senti que leur dignité de chrétiens les oblig (...)

10Selon les idées de l’époque, mettre à sac une cité était autre chose que du brigandage ou de la barbarie pure, c’était infliger à cette ville une punition23. Il fut annoncé à l’avance (c’était là l’énoncé de la punition) qu’il y aurait trois jours de pillage, mais que la ville ne serait pas incendiée, « contrairement à la coutume des païens »24 ; Saint-Paul-hors-les-murs et la basilique de Saint-Pierre au Vatican serviraient d’asiles à la population (Goths ou Vandales, attachaient du prix à leur christianisme ; un jour viendra où, ariens convaincus, ils persécuteront les homoousiens). Sans qu’il y eût de massacre systématique, destructions, meurtres et viols furent très nombreux. Des moniales furent violées ou emmenées en esclavage. La prière de chacun était : « Seigneur, ne me laissez pas torturer pour mon or et mon argent ». Quarante mille hommes armés étaient maîtres d’une ville désarmée d’un million d’habitants, siège d’une aristocratie richissime. La soldatesque entrait dans une maison, réclamait l’or et l’orfèvrerie au propriétaire, le rouait de coup pour le faire parler ou violait sa fille qui s’était réfugiée dans les jupes de sa mère. Plusieurs palais, des temples et même certains quartiers furent la proie des flammes ; sur l’Aventin, dans des ruines calcinées, les fouilles ont retrouvé des pièces d’orfèvrerie endommagées par le feu.

11Au bout des trois jours de punition, les Goths évacuèrent la ville en emmenant comme esclaves une foule de captifs dont ils espéraient tirer une rançon. La demi-sœur d’Honorius, Galla Placidia, avait été prise comme otage ; Alaric s’apprêtait à l’épouser pour exercer la réalité du pouvoir derrière son beau-frère, mais il mourut avant les noces. Il avait saccagé la Ville Éternelle et n’avait rien obtenu, Honorius n’ayant pas cédé à son chantage. Le successeur d’Alaric, Athaulf, épousa Galla Placidia selon le rite romain (et, paraît-il, en fut aimé) ; lui aussi voulait être général de toutes les armées, il tenta même, en vain, de relancer l’usurpateur Attalus. Car les rois goths voyaient grand ; Athaulf songea un moment à se faire empereur, à effacer le nom romain et à fonder un Empire gothique.

  • 25 Orose, VII, 43. Athaulf déclara qu’il avait renoncé à effacer le nom romain, car les Goths étaient (...)
  • 26 Jordanès, 31 : « nec tantum privatis divitiis Italiam spoliavit, immo et publicis, imperatore Honor (...)

12Il n’en fit rien, car il avait un sens aigu des nécessités d’une organisation stable25 : désormais les Goths ou leurs rois renoncèrent à toute ambition impériale et ne songèrent plus qu’à trouver un point de chute où ils fussent leurs maîtres. Ils allèrent tondre l’Italie du sud, puis la Gaule, errèrent à travers l’Espagne « en pillant les richesses tant publiques que privées » 26 : précision qui évoque moins des pillages sauvages qu’une saisie informée et méthodique. Leur mode de vie n’était pas celui de nomades suivis de leurs troupeaux, c’étaient des cultivateurs sans terres qui vivaient du surplus des provinces qu’ils occupaient. Or l’année 418 les trouve mourants de faim : il y avait une disette régionale, j’imagine, et la population de la région mourait aussi.

  • 27 Six cent mille modii de froment (Olympiodore dans Fragmenta historicorum Graecorum, IV, p. 64), soi (...)
  • 28 En effet, trois années auparavant un premier accord entre l’Empire et Athaulf avait eu pour conditi (...)
  • 29 Comparons à d’autres chiffres les 600 000 modii d’AlariC. En 360, lorsque Constance II s’apprêtait (...)
  • 30 Voir Code Théod., VIII, 5, De cursu publico, 8, 11 (deux bœufs), 17, 28 et 30 (quinze cents livres) (...)
  • 31 Mais transporter le blé n’est pas tout, il faut en faire du pain. Comment s’y prendre ? Rien de plu (...)
  • 32 Alfred Marshall, L’industrie et le commerce, trad. Leduc, Paris, Giard, 1934, II, p. 58 : « Il est (...)

13Alors ils rendirent à l’empereur Galla Placidia (promise par son destin à une grande carrière en Occident) contre l’équivalent de 70 000 de nos sacs de blé27 : de quoi faire survivre pendant quelques mois des dizaines de milliers de personnes. Ce blé, livré à Rome par l’Afrique au titre de l’impôt28, fut apporté, j’imagine, par une douzaine de gros navires. Puis cette énorme livraison29 a dû exiger, pour parvenir à son terme, une noria de sept mille charretées environ, si la loi a été respectée qui limitait à une demi-tonne30 (ce qui est très peu) le chargement des fourgons de l’État, tirés par deux bœufs réquisitionnés aux propriétaires et paysans riverains31. Cette noria était l’équivalent d’un convoi long de soixante kilomètres peut-être32. L’administration qui l’organisa, préfet du prétoire des Gaules et vicaire d’Espagne, fonctionnait donc toujours malgré les invasions.

  • 33 Voir l’exposé détaillé d’I. N. Wood dans la Cambridge Ancient History, XIII, p. 522-525. L’opinion (...)
  • 34 Affirmations d’Orose et de Salvien, admises par Ernest Stein, I, p. 263, 320, 323 et 386, et critiq (...)
  • 35 Une partie de l’aristocratie se rallia à ces rois wisigoths qui étaient les alliés fictifs de l’emp (...)
  • 36 Le Bréviaire de droit romain que publiera Alaric II à l’usage de ses sujets romains tiendra compte (...)
  • 37 Impériaux, Arvernes comme Sidoine, Wisigoths, Burgondes, Armoricains, Francs, Vandales, Huns (aussi (...)
  • 38 Sidoine Apollinaire, Carmen VII (Panégyrique d’Avitus), 497. C’est Théodoric II, qui serait le peti (...)

14Puis l’Empire cantonna les Goths, devenus des alliés à sa solde, dans la riche vallée de la Garonne ; comme dit P. Heather, il fallait bien finir par les caser quelque part. On croit savoir vaguement qu’en guise de solde les gros propriétaires aquitains qui avaient reçu un des Goths comme « hôte » eurent à lui abandonner le tiers de leurs biens ou de leurs rentes33 ; quant aux petits paysans, on prétend qu’ils se sentaient délivrés de la pesante fiscalité impériale par la domination barbare34 : les Goths, eux, n’avaient pas tout un appareil administratif et militaire à soutenir. Voilà les Goths devenus rentiers du sol sous leur roi censément vassal de l’Empire35. La population indigène était au grand minimum dix fois plus nombreuse qu’eux (on est toujours étonné, à cette époque, du petit nombre des envahisseurs, ce qu’explique assez leur difficulté à se ravitailler) ; elle restait romaine quant à son état-civil et quant au droit civil, qui tiendra longtemps compte des novelles que publiaient les empereurs36. Les rois goths guerroieront au service de Rome contre des usurpateurs ou contre d’autres envahisseurs, intrigueront avec des usurpateurs en cette Gaule confuse où tout le monde intriguait avec tout le monde37, puis s’affranchiront de Rome. Leur royaume finira par s’étendre de la Loire et du Rhône jusqu’à Gibraltar. Un de leurs rois, petit-fils d’Alaric, aura été formé, enfant, à la lecture de Virgile38 et sera plus romanophile que d’autres.

  • 39 H. Inglebert, Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome, Paris, 1996, p. 565.
  • 40 Car il s’agit sûrement des tributs payés aux Barbares, comme le suggère Inglebert, p. 578, n. 425.

15Le sac de Rome avait été dû au manque de troupes en cet empire dont les frontières étaient trop longues (on ne pouvait défendre un secteur qu’en en dégarnissant un autre). Les fortes personnalités ne faisaient pas défaut, mais le sommet fut défaillant : Honorius ne s’était pas mis à la tête de ses armées, comme auraient fait ses prédécesseurs ; il était resté à l’abri dans son palais, dont l’armée principale avait ordre de ne pas s’éloigner. Au cours des deux siècles à venir, jusqu’au règne d’Héraclius, on ne verra plus d’empereur à la tête de ses troupes. En 417, l’historien Orose approuvera la politique d’Honorius39, mais comment savoir si cet idéologue reflète l’opinion de la cour, s’il représente un courant d’opinion partisan d’une politique pacifiste et évangélique ou s’il ne représente que lui-même ? Selon Orose, le prince chrétien idéal a des relations pacifiques avec le tiers-monde barbare ; plutôt que de lui faire d’injustes guerres de conquête, il lui paie tribut40 ; en revanche, il fait une guerre juste contre les usurpateurs dont les révoltes souillent l’idéal d’un empire de la paix chrétienne. Peut-être Orose représente-t-il la réaction prévisible d’un courant d’opinion qui, sentant l’Empire impuissant devant les Barbares, faisait de cette impuissance vertu.

16Reste une énigme : comment la troupe des Goths avait-elle pu sillonner impunément l’Empire pendant des années, de même que d’autres avaient sillonné les empires perse ou séleucide ? N’étant pas stratège, voici que ce que j’ai supposé : elle l’avait pu parce qu’elle n’était ni trop réduite (auquel cas une simple opération de police en serait venue à bout), ni trop nombreuse, car elle aurait alors perdu son atout, la mobilité. Lorsque deux États s’affrontent, c’est un duel, chaque combattant cherchant à en finir avec l’autre. Entre Rome et Alaric, ce n’était pas un duel, mais une poursuite, une chasse au lièvre où l’adversaire, loin de chercher l’affrontement, se dérobe, en obligeant chaque fois les chasseurs qui tentent de l’intercepter à réorganiser leur concentration, leur dislocation, leurs greniers.

  • 41 En 456, Sidoine avait prononcé son panégyrique d’Avitus, qui, dit-il, avait déjà reconquis les Pann (...)
  • 42 Cependant, en 416 encore, Honorius célèbrera à Rome un triomphe ou plutôt un adventus triomphal, no (...)

17Revenons aux lendemains du drame d’août 410. La réaction de l’Empire d’Orient avait été l’indifférence, voire une joie mauvaise. Pour la cour d’Occident, le sac de Rome avait été un mauvais moment à passer, mais le problème goth venait d’être réglé à sa manière ; en 418, la paix romaine à l’ouest semblait rétablie et, la même année, le dernier poète païen, Rutilius Namatianus, célébra en vers émouvants l’universalisme de la civilisation romaine qui, promise à l’éternité, venait une fois de plus de se relever de ses revers. Espérance ou puissance d’illusion qui ne cessera jamais : en 456, Sidoine Apollinaire, chrétien comme tout le monde, en dira autant ; en 474 encore, il croit toujours en l’Empire, alors qu’Odoacre est déjà et restera le seul maître41. Mais sous le choc d’août 410 était né un isolationnisme italien ; pour l’empereur, seule comptait désormais cette Italie dont Alaric avait violé l’accès ; désormais l’Occident transalpin, Gaule, Espagne et Bretagne, lacérées depuis 406, sera abandonné à lui-même. Rome s’était relevée de ses ruines ; les palais incendiés n’avaient pas tous été reconstruits, mais vers 430 furent achevées Sainte-Sabine et la noble et douce Sainte-Marie-Majeure, la plus belle des églises de Rome. Symbole politique violé et déchu42, Rome sous son évêque allait achever de devenir la capitale de la chrétienté, même pour la pars Orientis.

18Le sac de Rome avait été un drame humain, non une catastrophe politique aux conséquences durables ; il sera suivi pour l’Italie de quarante ans de paix, jusqu’à l’invasion d’Attila. De même, sa portée morale fut considérable, mais momentanée : il déclencha une poussée de millénarisme et une querelle d’opinion entre païens et chrétiens. Quand la nouvelle se répandit dans l’Empire, le choc fut d’abord profond. « La lumière la plus éclatante de la terre s’est éteinte, la terre entière a péri avec cette seule ville », s’écria saint Jérôme. D’Hippone, saint Augustin écrivit pour demander des précisions. De nobles dames ruinées qui avaient fui l’Italie jusqu’en Afrique du nord ou en Syrie rapportaient de vive voix des détails atroces. Avec la chute de cette ville-symbole sous les coups des Barbares, la formation politique qui concluait l’histoire universelle se révélait mortelle.

  • 43 Sixième livre d’Esdras, XV, 41. P. Riessler, Altjüdisches Schrifttum ausserhalb der Bibel, Augsbour (...)

19Revinrent peut-être alors à la pensée certains livrets populaires, les Apocalypses juives et chrétiennes ; depuis trois siècles des extrémistes y prophétisaient la destruction de Rome : un jour des « épées volantes »43 traverseront les airs pour aller massacrer les habitants de cette Grande Prostituée ; la fin de la Nouvelle Babylone sera le début de la fin du monde. Pour les chrétiens de ce siècle, cette fin du monde (dont la chute du dernier des Quatre Empires, celui de Rome, était le prodrome) était sincèrement attendue et redoutée ; le sac de Rome n’en était-il pas le signe avant-coureur ? Saint Jérôme ne fut pas le seul à se le demander ; un chrétien naïf demanda au docte saint Augustin quelle serait la date de la fin du monde. Puis le monde continua et on cessa d’y penser, la suite ayant montré qu’Alaric n’avait été qu’un maître-chanteur épisodique et non le fléau de Dieu.

  • 44 Zosime, V, 41.

20L’autre grande affaire avait été que l’opinion païenne avait fait retomber la responsabilité du drame sur les chrétiens. Les païens le pensaient depuis longtemps, tous les malheurs publics venaient de l’abandon des anciens cultes et en 384 Symmaque l’avait fait discrètement entendre à l’enfant Valentinien II, lors de l’affaire de l’Autel de la Victoire. Si bien que, dans Rome assiégée par Alaric, le pape Innocent Ier avait permis le culte privé des anciens dieu44, pourtant interdit depuis 390. Après le sac de la Ville, la preuve était faite : Rome était tombée parce qu’elle avait cessé d’honorer ses dieux ; celui des chrétiens s’était révélé incapable de la défendre. Mais, au fond, la pensée des païens était politique autant que religieuse : c’était la maxime de précaution conservatrice quieta non movere, « ne pas toucher à ce qui va bien », c’est-à-dire au statu quo. Autrefois, rien de tel que le sac de Rome n’arrivait ; cela arrive maintenant parce que les chrétiens ont modifié l’autrefois, aboli les cultes les plus vénérables et aussi bien les combats de gladiateurs.

  • 45 Sur la vaste question des idées de saint Augustin sur le sac de Rome et sur l’histoire, je m’en tie (...)

21C’est pour répondre à ces griefs que saint Augustin45 entreprit la rédaction d’un de ses ouvrages capitaux, la Cité de Dieu, dont la construction frappe par son ampleur et sa vigueur, alors qu’elle s’est étalée sur quinze ans. Toutefois, les trente premières pages, écrites dans le feu de la polémique, sont d’une lecture pénible. Augustin essaie d’y minimiser les choses. Des massacres, des incendies et des viols, il y en a toujours eu, mais cette fois « il s’est passé quelque chose de tout à fait nouveau : le Barbare inhumain s’est montré si bien disposé qu’il a choisi les basiliques les plus vastes pour les emplir de gens ; là nul n’a été tué, nul n’en a été tiré pour être pris comme captif. Cela, c’est au Christ, c’est aux temps chrétiens, aux christiana tempora, qu’on le doit ». Quelle n’est pas l’ingratitude des païens ! Ils accusent la nouvelle religion, alors que beaucoup d’entre eux n’ont eu la vie sauve que grâce au christianisme des Goths. Leurs dieux (qui existent réellement, mais ce sont des démons) n’ont pas su les défendre. Qu’on le comprenne, la Providence envoie des malheurs pour châtier les méchants et éprouver les bons, qui, s’ils sont tués, se retrouvent ainsi plus vite au ciel. Qu’importe d’être violée ? La chasteté est dans l’âme, non dans le corps, et puis certaines femmes étaient trop orgueilleuses de leur virginité : le viol les aura ramenées à plus d’humilité. Qu’importe la vie ? Qu’importent les vils biens de ce monde ? Il existe autre chose de plus important.

  • 46 Peter Brown, La vie de saint Augustin, trad. Marrou, nouvelle édition augmentée, Paris, 2001, p. 38 (...)
  • 47 Voir surtout Cité de Dieu, I, 35, XI, 1 et XV, 1.

22Ne jugeons pas saint Augustin sur quelques fadaises partisanes ou sur le mythe des « temps chrétiens » : c’est un des plus grands inventeurs d’idées que la terre ait portés. Aux réactions immédiates qu’on vient de voir succèdera sa réflexion sur l’ensemble de l’histoire romaine, qui est celle d’une décadence morale continue que seule peut combattre la christianisation. Elle s’attachera aussi à trouver un sens au drame de 410, à lui ôter son absurdité apparente : l’espèce humaine, étant nativement pécheresse (saint Augustin est l’inventeur de la transmission du péché originel), a sans cesse besoin d’être disciplinée par les grandes épreuves que lui envoie la providence d’un dieu éducateur46. Enfin, s’élevant au-dessus de la politique, de l’histoire, des nations et des empires, Augustin médite sur la relation entre les cités terrestres et l’éternelle Cité mystique (qui ne se confond nullement avec l’Église)47. La Cité de Dieu aura une influence considérable sur quinze siècles de christianisme, y compris (mais au prix d’un contresens) sur les rapports entre l’Église et l’État.

  • 48 Cité de Dieu, IV, 7.
  • 49 De schismate Donati, 2, 3, dans Migne, Patrologia Latina, XI, 1000 A.

23Il y a une autre chose, qu’on a moins volontiers discernée en ce livre : en plaçant ainsi les valeurs sur un autre sol que celui des cités terrestres, Augustin s’est enlevé la possibilité de fonder des choix politiques, de choisir entre l’Empire et les Barbares, aussi radicalement que se la sont enlevée – en ôtant tout sol aux valeurs – des penseurs contemporains comme Max Weber, Wittgenstein ou Michel Foucault. On ne trouvera donc guère chez saint Augustin de position explicite sur le sac de Rome et sur l’Empire. Le drame de 410 n’est pas apocalyptique, Rome y a survécu et se relèvera sans doute une fois de plus48 ; toutefois, aucune institution humaine n’est promise à l’éternité, aucune non plus n’est providentielle, pas même l’Empire chrétien comme le croit Orose. Augustin élude par son silence les occasions de prendre position : il ne faut pas avoir la superstition de la politique et de l’Empire, l’important n’est pas là, l’important est surnaturel. Augustin n’identifie donc pas l’Empire et la religion, comme l’avait fait Optat de Milev qui avait écrit49 : « L’État n’est pas dans l’Église, mais c’est l’Église qui est dans l’État, dans l’Empire romain, car là seulement sont les saintes prêtrises, la pudeur des vierges consacrées, choses qui n’existent pas chez les Barbares ou qui n’y seraient pas en sûreté si elles existaient ».

24Augustin n’est pas davantage enclin à exalter les Barbares comme le fera l’ascète Salvien, selon qui les défauts, la cruauté et l’arianisme des Barbares sont dus à leur arriération et à leur ignorance et ne sont que des accidents superficiels qui ne viennent pas d’un vice radical ; tandis que, chez les Romains, la cupidité des riches, des puissants, et les concupiscences de tous (révélées par la passion générale pour les spectacles) vicient radicalement, essentiellement cette société bourgeoise (si j’ose dire) que Salvien « diabolise », pour user d’un néologisme bien venu. À cette époque, se faire ascète était une forme de l’éternel romantisme : lorsqu’on était trop intransigeant pour se satisfaire d’une fausse vie, il était grisant d’aller au rebours de la médiocrité à laquelle on semblait destiné, celle de devenir notable chrétien ; la vérité étant absente de la société qu’on avait fuie, on en concluait qu’il y avait moins de fausseté chez ces barbares qui encerclaient l’Empire du faux. Augustin, lui, ni bénisseur ni imprécateur, croirait plutôt à l’universelle médiocrité ; pour citer Peter Brown, il « met fin au long règne de l’idéal classique de perfection ».

  • 50 Sur le tonnage des navires antiques, j’ai été renvoyé à l’étude fondamentale de Pomey et Tchernia p (...)

25P.-S. : Un passage de Procope, Bellum Vandalicum, I, 11, 13, confirme l’interprétation puriste de médimne par modius que j’ai proposée dans la note 28. Cet historien nous apprend que, dans la flotte de Bélisaire, les gros navires jaugeaient 50 000 « médimnes » ; ce qui ferait 3 000 tonneaux, chiffre invraisemblable. A.H.M. Jones, II, p. 843, veut corriger ce chiffre, mais Gibbon (chapitre 41) tenait la bonne solution : « J’ai adopté une interprétation plus raisonnable en supposant que Procope, dans son style attique, a voulu par médimne désigner le modius qui en était la sixième partie ». Les navires dont parle Procope jaugeaient donc 50 000 modii : or ce sont précisément les quinquaginta milium modiorum que Scaevola (Digeste, 50, 5, 3) attribue aux gros navires qui assuraient l’annonam populi Romani50. Des indications de M. Everling (note 27), on peut conclure qu’entre l’Afrique, l’Égypte et Rome naviguaient des cargos chargés d’environ 300 tonnes de blé.

Notes

1 Ammien Marcellin, XXVIII, 5, 11 ; Orose, VII, 32, 12, cités par Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, 2, L’invasion germanique, Paris, 1911, pp. 440-441. Pour tout ce qu’on va lire, ma dette est grande envers C. Blockley et P. Heather dans la nouvelle Cambridge Ancient History, XIII, The Late Empire, Cambridge, 1998, pp. 113 -133 et 488-515 ; envers P. Courcelle, Histoire littéraire des grandes invasions germaniques, Paris, 1948, et envers H. Inglebert, Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome, Institut d’études augustiniennes, 1996 ; Gibbon et Fustel de Coulanges méritent toujours la lecture.

2 Sur cette évolution de l’économie des Huns, voir Heather, op. cit., p. 506, d’après Priscos de Panion (dans une note très nourrie de son chapitre 34, Gibbon avait déjà remarqué ce texte).

3 Aux groupes de Barbares accueillis dans l’Empire, on faisait prêter serment par leurs dieux de respecter et d’aider à défendre l’Empire (Saint Augustin, Lettres, 47). Certains barbares juraient sur leur épée (Ammien Marcellin, XVII, 12 fin).

4 Ammien Marcellin, XXXI, 12, 8-9. Donc ces Goths ne venaient pas occuper des terres incultes, de ces espaces vides dont on parle ailleurs.

5 Par exemple, Arioviste envahissant la Gaule exige des Séquanes les deux tiers de leur territoire (César, Guerre des Gaules, I, 31, 10). Ou encore, la moindre carte touristique d’Italie au 200.000e montre l’Émilie, de Plaisance au Rubicon, traversée sur plus de deux cents kilomètres par un réseau géométrique de petites routes à angle droit : c’est le reticolato romano, la vaste centuriation qui, lors de la création de la via Aemilia et de la colonisation de la région, est le stigmate d’une vaste dépossession des indigènes, avec, à coup sûr, de lourdes pertes en vies humaines. Sans oublier les confiscations des Triumvirs (« veteres migrate coloni », dit Virgile).

6 Et aussi comme esclaves domestiques : Synésius, De la royauté, chez Migne, Patrologia Graeca, LXVI, col. 1094. Même chose dans l’administration : en Afrique, les charretiers du cursus publicus étaient recrutés parmi les Barbares des confins du sud (Saint Augustin, Lettres, 46).

7 Jordanès, De origine Getarum, 29.

8 Zosime, V, 6.

9 Pour Claudien, leur but est de conquérir des terres où pousser leur charrue (VI. consul. Honorii, 183). D’après les fouilles, ils étaient cultivateurs de céréales.

10 Le discours de Xénophon à ses compagnons (Anabase, III, 2) montre que le Grand Roi ne savait comment se débarrasser d’eux, « serait même prêt à leur tracer de larges routes s’ils daignaient s’en aller » et redoutait qu’ils ne décidassent de s’établir sur ses terres, « où ils vivraient richement, avec des femmes perses qui sont grandes et belles ».

11 Claudien, Bellum Geticum, 81-86, 545-550 ; Prudence, Contre Symmaque, II, 696-699. Sur le « prodige des loups », Claudien, 249-266.

12 Dès 306, c’est à Crocus, un rex des Alamans (c’est-à-dire un reichs, un noble), que Constantin dut d’être fait Auguste (Pseudo-Aurélius Victor, Epitome, 41).

13 Toutefois, l’arianisme ne devient hérésie qualifiée qu’avec Théodose ; de Constantin lui-même à Gratien, l’arianisme avait en poupe le vent impérial. En novembre 408, une loi interdit à tout hérétique et donc aux ariens d’intra palatium militare (Code Théodosien, XVI, 5, 42), cette loi ne serait-elle pas la suite logique du meurtre de Stilicon (août 408) ? Pour les Germains, rester ariens était garder leur « identité », leur fière différence, face à un Empire qui les rejetait pour une autre raison encore : leur origine germanique. Maintenant que la religion faisait les différences, ils préféraient rester eux-mêmes, ariens, au lieu d’aller se fondre dans la foule catholique des fonctionnaires ou soldats de l’Empire : une fois le handicap religieux levé, le handicap « racial » n’en aurait pas moins subsisté.

14 « Un compromis était possible, non entre Rome et la barbarie, mais entre Rome et les barbares à son service. Un préjugé insurmontable écartait du trône le barbare même fidèle, même naturalisé et citoyen romain. Et les généraux barbares sentaient eux-mêmes si bien que l’obstacle était infranchissable, que pas un n’osa sérieusement aspirer à l’Empire. Mais leurs enfants, mariés à des Romaines de naissance impériale, ne pouvaient-ils, eux, faire souche d’empereurs ? Cet accord eût peut-être été le salut de l’Empire. Il sera repoussé avec fureur par la descendance de Théodose et par l’aristocratie romaine » : F. Lot, Histoire du Moyen Âge, I, Les destinées de l’Empire en Occident, Paris, 1928, pp. 22-23.

15 En 476 ou plutôt 477, Odoacre reconnaîtra l’empereur d’Orient comme régnant aussi sur l’Occident, fera dresser ses images impériales en Italie et placer son portrait au droit des monnaies, le monogramme d’Odoacre figurant au revers ; cF. aussi H. Dessau, Inscr. Latinae selectae, 8955. Pour le portrait impérial sur les monnaies barbares, E. Stein, Histoire du Bas-Empire, éd. Palanque, Amsterdam, 1968, II, pp. 48, 118, 264, 345, 348, 525, 568, 571. L’idée d’Empire demeurait si naturelle que le consulat continuera ; Boèce et Cassiodore seront consuls pour l’Occident en 510 et 514.

16 Claudien, VI. consul. Honorii, 243, 282, 297 ; De bello Getico, 84.

17 Comme le dit si bien A. H. M. Jones, The Later Roman Empire, I, Oxford, 1964, p. 199.

18 Les Germains étaient souvent suspects de trahison ; lorsque l’un d’eux se faisait tuer au service de Rome, sa loyauté étonnait (Claudien, De bello Getico, 581-594). En revanche, Zosime (IV, 33, 2) rend hommage à la loyauté de Bauto et d’Arbogast.

19 Au cinquième siècle, l’assassinat est un moyen usuel de gouverner et de faire carrière (les temps mérovingiens n’innoveront pas à cet égard). Constantin fait tuer son propre fils, trop populaire. Valentinien III tue de sa propre main Aétius, trop célèbre. Les hauts fonctionnaires, le César Gallus, Rufin, Stilicon, Eutrope, Timasius, Héraclien, Boniface, Félix, Aétius, Théodose père, etc., complotent leurs mises à mort ou tombent victimes d’intrigues de cour. Entre 457 et 470, Ricimer fabrique quatre empereurs d’Occident successifs dont il fait tuer deux ou trois. L’impératrice Eudocie, accusée d’adultère et reléguée à Jérusalem où elle vit dans la piété, voit assassiner deux prêtres qui avaient sa confiance et se venge en tuant l’assassin. En 366, l’élection du pape Damase fait 137 morts dans une église à Rome. La conduite du comte Romanus en Tripolitaine vaut celle de Verrès en Sicile, l’épidémie de chasse aux magiciens sous Valentinien vaut la répression des Bacchanales et la soupçonnite meurtrière et tortionnaire de Constance II (Ammien, XIV, 5, 7, 9 ; XV, 2-3 ; XIX, 12) dépasse de loin celle de Tibère ou de Domitien. L’influence de l’esprit évangélique sur les mœurs était malheureusement faible ; cependant Théodose II faisait grâce à tous les condamnés à mort.

20 N. Wood, Cambridge Ancient History, XIII, The Late Empire, 1998, pp. 528-529.

21 Zosime, VI, 8. Par une clémence d’esprit évangélique, Attalus lui-même, après sa chute, ne sera pas exécuté, mais aura deux doigts coupés et sera banni dans une île.

22 Le gros des comitatenses était en Italie, réparti entre les cités du nord, j’imagine, afin de couvrir les capitales, Milan ou Ravenne, et Aquilée, porte de l’Italie ; un cimetière militaire tardif a été trouvé à Concordia (Portogruaro).

23 En 455, les Vandales condamneront Rome à un sac de douze jours, pour punir l’empereur. Les récits de guerres antiques sont rythmés par deux types d’événements : les batailles, les sacs ou destructions de villes ennemies. Ce qui mériterait une recherche (sur le sac de Crémone en 70, Egon Flaig, Den Kaiser herausfordern, Francfort, 1992, pp. 479-483). La justice veut qu’une cité « rebelle », une cité qui a résisté, soit détruite : Syracuse incolumem stare fas non erat (Valère-Maxime, V, 1, Rom. 4). La punition va du pillage (comme à Rome en 410) à l’incendie, à la mort ou à l’asservissement des habitants (Séleucie, Ctésiphon et Artaxata brûlent deux fois à un siècle d’intervalle) ; sous la République, si le bélier a touché les murailles avant la reddition, tout être vivant dans la ville doit être tué ; même les chiens étaient coupés en deux, écrit Polybe, témoin oculaire. C’est une sentence motivée que fait connaître Titus aux assiégés de Jérusalem, personnellement coupables d’absurde rébellion (Josèphe, Guerre des Juifs, VI, 6). Mais, d’ordinaire, la culpabilité réside dans le rôle que les armes ont fait objectivement jouer à la ville, non dans l’attitude des habitants ; Lyon est pillée et brûlée en 197 pour avoir servi de point d’appui aux armées d’un usurpateur qui s’y était enfermé (Hérodien, III, 7, 2 et 7). Les destructions peuvent être très réfléchies : dans Palmyre, pillée en 274, le bâtiment des archives fut incendié ; avec lui disparurent tous les actes privés de vente, de prêt, etc., dont les fouilleurs ont retrouvé les cendres et les innombrables sceaux : c’était paralyser la vie sociale de la cité (P. Veyne chez G. Degeorge, Palmyre, Paris, 2001, p. 57, n. 5). Outre la « punition », il y avait aussi des représailles proprement dites ou encore le désir de faire un exemple pour décourager la résistance d’autres cités. Distinguons-en d’autres mobiles encore : récompenser la soldatesque par le pillage, mais aussi narguer la victime en parachevant son écrasement par un triomphal incendie ; en 258, les Goths incendient pour rien (« par caprice », écrit Gibbon) Nicomédie et Nicée après les avoir pillées. Ainsi donc l’incendie d’une ville est comme le grumus merdae que, selon Sigmund Freud, le voleur, pour narguer sa victime, laisse dans l’appartement qu’il vient de cambrioler. Un autre cas encore est celui de la guerre conçue comme massacres, à la manière islamiste : on anéantit en détail ce qu’on voudrait anéantir en totalité, les massacres et destructions physiques étant à la fois la petite monnaie et la monnaie-or d’une suppression politique (Ammien Marcellin, XXIV, 2, 2 : « Nous occupâmes la ville, désertée par ses habitants ; on égorgea quelques femmes qu’on y trouva et on l’incendia ») ; Julien voulait venger le sac d’Amida, quatre ans auparavant (XXII, 12, 1), mais surtout anéantir la Perse « comme l’avaient été Carthage et Numance » pour en finir une bonne fois (XXIII, 5, 16 : abolenda nobis natio molestissima). Mettons enfin à part la stratégie de la terre brûlée et les incendies allumés par tactique pendant une bataille de rues. En outre, dans les désordres d’un sac, une ville peut flamber par accident ; on sait avec quelle facilité brûlaient les villes antiques.

24 Jordanès, De origine Getarum, 30 : les Goths auraient senti que leur dignité de chrétiens les obligeait à quelque retenue.

25 Orose, VII, 43. Athaulf déclara qu’il avait renoncé à effacer le nom romain, car les Goths étaient trop grossiers et indociles. Comprenons que, si le pouvoir nominal n’était plus romain, mais gothique, la bureaucratie romaine perdrait toute autorité auprès des Goths et l’empire goth perdrait alors sa charpente. Or c’est cette bureaucratie, en Italie et en Gaule, qui a transmis sans secousse les institutions romaines aux rois ostrogoths, wisigoths ou mérovingiens (comme, selon Tocqueville, feront les bureaux à travers la Révolution française). La sage politique de Théodoric le Grand et d’Amalasonthe par rapport aux institutions impériales et à l’empereur d’Orient sera comme une application des vues d’Athaulf.

26 Jordanès, 31 : « nec tantum privatis divitiis Italiam spoliavit, immo et publicis, imperatore Honorio nihil resistere praevalente ». La précision immo et publicis vient sûrement du bureaucrate Cassiodore, source avouée de Jordanès qui l’abrège.

27 Six cent mille modii de froment (Olympiodore dans Fragmenta historicorum Graecorum, IV, p. 64), soit un peu plus de cinquante mille hectolitres. Je remercie de ses précisions M. Jean-Philippe Everling, importateur-exportateur de blé, qui a bien voulu m’écrire ceci : « Les meilleurs blés aujourd’hui font 82 kg/hectolitre, on peut imaginer à l’époque des blés un peu plus légers à 70 kg/hl, soit 0.07 Tonnes/hl. Les Wisigoths auraient donc vendu leur soumission pour 50 000 multiplié par 0.07 = 3 500 Tonnes de Blé = 3.5 millions de kilos. Soit valeur du marché actuel : 350 000 USD. Concernant les sacs, sachant que l’ensachage actuel est de 50 kg, cela doit représenter 70 000 sacs. La consommation mondiale actuelle de céréales est de 162 kg/habitant et par an. Prendre ce chiffre me paraît relativement cohérent. Il correspond à 450 gr par jour, ce qui me paraît déjà important. Dans cette moyenne de 162 kg est incluse la consommation de céréales d’une façon indirecte, c’est à dire transformées en viande, ce qui est l’apanage des pays riches et qui ne se faisait que très peu à cette époque ».

28 En effet, trois années auparavant un premier accord entre l’Empire et Athaulf avait eu pour condition une livraison de blé, laquelle n’avait pu être honorée parce qu’une usurpation en Afrique avait interrompu un moment les arrivées de blé africain.

29 Comparons à d’autres chiffres les 600 000 modii d’AlariC. En 360, lorsque Constance II s’apprêtait à marcher contre Julien, un des deux greniers militaires sur les Alpes recélait à lui seul trois millions de « médimnes » de farine (Julien, Au Sénat et au peuple d’Athènes, 12, p. 286). Le médimne valant six modii, cela ferait dix-huit millions de modii, ce qui est incroyable (la Cambridge Ancient History, XIII, p. 221, a été abusée) : un seul grenier aurait contenu de quoi nourrir le demi-million d’hommes (au maximum) qui composait la totalité des armées d’Orient et d’Occident ! Je suppose donc que, par un purisme ordinaire en ces siècles, Julien veut éviter de parler latin en grec et que ces médimnes sont des modii (cF. le langage dédaigneux du Misopogon, 41, 369 B : « des modioi, comme on dit dans le pays »). Trois millions de modii faisant deux cent cinquante mille hectolitres, chaque grenier pouvait nourrir une campagne d’une armée de 70 000 hommes environ. En 362, lors d’une disette et d’une cherté à Antioche, Julien envoie à la cité 400 000 metra de blé (Misopogon, 41, 369 A) ; ces metra sont des modii et le nomisma dont parle aussi Julien s’appelle en latin le sou d’or, comme le prouve la comparaison avec les prix du blé en Afrique et en Égypte (A.H.M. Jones, Later Roman Empire, I, p. 445). Antioche avait peut-être 300 000 habitants, mais Julien ne voulait que casser les prix, tandis qu’Alaric avait à nourrir pendant quelques mois des dizaines de milliers d’hommes. En revanche, les 200 000 « médimnes attiques » de blé numide dont parle Plutarque, César, 55, 1, sont de vrais médimnes.

30 Voir Code Théod., VIII, 5, De cursu publico, 8, 11 (deux bœufs), 17, 28 et 30 (quinze cents livres). Lois souvent réitérées, évidemment en vain, qui visaient à ménager le nombre et la fatigue des bœufs dus à titre de réquisitions (angariae) par les possesseurs riverains et leurs paysans, pour être attelés aux vehicula publica (VIII, 5, 20) du cursus. Corvées et réquisitions, qui pèsent sur le petit peuple (plebs rustica, pagi, écrit Julien en son style caractéristique : Code, VIII, 5, 16), ne doivent pas écraser les paysans, pour une grande raison : « ce serait ruineux pour les cités » (XI, 10, 1). Il était même interdit, sous peine de travaux forcés, de fabriquer pour le cursus publicus de trop gros chariots (VIII, 5, 17).

31 Mais transporter le blé n’est pas tout, il faut en faire du pain. Comment s’y prendre ? Rien de plus simple : faire, de la cuisson du pain de munition (buccelatum), une obligation (munus) à laquelle nul ne peut se soustraire (Code Théod., VII, 5, De excoctione, 2). Corvées et réquisitions étaient la solution à tout, l’État faisait munus de tout. S’y ajoutaient les extorsions les plus ingénieuses : certains agents du cursus faisaient payer aux assujétis… l’usure des roues des fourgons, et ils empochaient la somme (la loi VIII, 5, 21 dit que c’est là du vol et interdit de le faire).

32 Alfred Marshall, L’industrie et le commerce, trad. Leduc, Paris, Giard, 1934, II, p. 58 : « Il est nécessaire de faire un effort pour apprécier la différence d’échelle entre le trafic sur mer et celui des voies terrestres ».

33 Voir l’exposé détaillé d’I. N. Wood dans la Cambridge Ancient History, XIII, p. 522-525. L’opinion générale (ainsi A. H. M. Jones, Later Roman Empire, I, pp. 249-253 ; Ernest Stein, Histoire du Bas-Empire, éd. Palanque, I, p. 268) est que les Wisigoths bénéficièrent du régime de l’hospitalitas militaire (Code Théod., VII, 8, 5). ; mais le détail des faits est obscur. En vit-on pousser eux-mêmes la charrue ? Je ne sais pas. Bien entendu, à l’occupation légale s’ajoutèrent des violences ; Paulin de Pella regrette de n’avoir pas eu d’hospes chez lui, car, là où un Goth est déjà légalement en place, un autre Goth ne viendra pas s’installer de force (Eucharisticos, 285-290).

34 Affirmations d’Orose et de Salvien, admises par Ernest Stein, I, p. 263, 320, 323 et 386, et critiquées par A.H.M. Jones, Later Roman Empire, II, pp. 1060-1061.

35 Une partie de l’aristocratie se rallia à ces rois wisigoths qui étaient les alliés fictifs de l’empereur et les vrais maîtres. CF. Paulin de Pella, Eucharisticos, 303 : « Gothicam fateor pacem me esse secutum, cum jam in re publica cernamus plures Gothico florere favore » ; rallié à l’usurpateur Attalus, il fut comte des largesses sacrées, si bien qu’il eut ses biens confisqués et mourut ruiné et fermier du FisC. D’autres, au contraire, d’Aétius ou Majorien à Syagrius, tentaient de sauver ce qu’il restait d’Empire ; en 471 encore, ils purent envoyer à Rome pour l’y faire condamner le préfet du prétoire des Gaules, Arvandus, qui intriguait avec les Wisigoths contre l’empereur (Sidoine Apollinaire, lettre i, 8). Pour suggérer la couleur des temps wisigoths, citons la lettre ii, 8 où Sidoine se demande si son éditeur (mercennarius bibliopola) aura le bon esprit d’ajouter à son volume d’épigrammes une épitaphe qu’il vient de composer. Citons aussi un souvenir de jeunesse du chrétien Paulin de Pella (Eucharisticos, 161) : « pour ne pas ajouter des délits plus graves à mes fautes, voici la règle que je m’étais donnée pour réprimer mes tentations : ne jamais désirer une femme qui ne veut pas (invitam) ou qui appartient à autrui, se souvenir de leur laisser leur honneur, éviter aussi de céder aux femmes de naissance libres qui s’offraient librement et me contenter d’user des tentations ancillaires de chez moi » (166 : contentus domus inlecebris famulantibus uti). Rappelons enfin la brutalité de ces riches lettrés raffinés ; dans une lettre célèbre (III, 12), Sidoine raconte qu’avec la chaude approbation de son évêque il a laissé pour morts des paysans qu’il avait surpris en train de labourer la sépulture abandonnée de ses aïeux.

36 Le Bréviaire de droit romain que publiera Alaric II à l’usage de ses sujets romains tiendra compte des novelles, du moins de celles qui étaient antérieures à 463.

37 Impériaux, Arvernes comme Sidoine, Wisigoths, Burgondes, Armoricains, Francs, Vandales, Huns (aussi souvent alliés de Rome qu’ennemis), Bretons et même Bagaudes, et, pour la Provence, Italiens. Les relations entre amis et ennemis sont semi-fluides, les camps ne sont pas tranchés et n’opposent pas systématiquement Romains et Barbares, les renversements d’alliance sont incessants, jamais inexpiables, aucun casus belli n’est fatal et le siège d’une ville n’est pas l’ultima ratio, mais un argument parmi d’autres.

38 Sidoine Apollinaire, Carmen VII (Panégyrique d’Avitus), 497. C’est Théodoric II, qui serait le petit-fils d’Alaric d’après le vers 505 (noster avus), allégué par Gibbon.

39 H. Inglebert, Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome, Paris, 1996, p. 565.

40 Car il s’agit sûrement des tributs payés aux Barbares, comme le suggère Inglebert, p. 578, n. 425.

41 En 456, Sidoine avait prononcé son panégyrique d’Avitus, qui, dit-il, avait déjà reconquis les Pannonies et qui allait sûrement vaincre les Vandales (Carm., VII, 588) : or, l’année précédente, les Vandales avaient mis Rome à sac ; en outre, depuis l’année 448, on pouvait se demander si Rome n’était pas entrée en agonie, les douze siècles d’existence prédits par la prophétie des douze vautours étant écoulés (VII, 55 et 357 ; cF. Censorinus, De die natali, XVII, 15). En 458, dans son panégyrique de Majorien (Carm., V, 44-56), Rome couronnée de tours reçoit les dons de toutes ses provinces, sauf de l’Afrique, mais la défaite des Vandales est promise. En 474 même, Sidoine (lettre v, 16) parle d’un magister militum per Gallias, de ses victoires sur les Wisigoths et de son zèle pro re publica ; et il espère que ses propres fils seront consuls un jour. Si les nouvelles d’Italie et de l’attitude d’Odoacre étaient déjà parvenues à ses oreilles au moment où il écrivait cette lettre, il n’y aura vu qu’un interrègne entre deux empereurs d’Occident, comme il y en avait déjà eu plusieurs.

42 Cependant, en 416 encore, Honorius célèbrera à Rome un triomphe ou plutôt un adventus triomphal, non sur les Goths, ces hôtes, mais sur le vrai ennemi, Attalus.

43 Sixième livre d’Esdras, XV, 41. P. Riessler, Altjüdisches Schrifttum ausserhalb der Bibel, Augsbourg, 1928 (1979), p. 1287 ; Écrits apocryphes chrétiens (F. Bovon et P. Geoltrain, éds.), Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1997, vol. I, p. 663.

44 Zosime, V, 41.

45 Sur la vaste question des idées de saint Augustin sur le sac de Rome et sur l’histoire, je m’en tiens délibérément à la plus superficielle des esquisses et renvoie à H. Inglebert, Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome, pp. 395-502.

46 Peter Brown, La vie de saint Augustin, trad. Marrou, nouvelle édition augmentée, Paris, 2001, p. 382.

47 Voir surtout Cité de Dieu, I, 35, XI, 1 et XV, 1.

48 Cité de Dieu, IV, 7.

49 De schismate Donati, 2, 3, dans Migne, Patrologia Latina, XI, 1000 A.

50 Sur le tonnage des navires antiques, j’ai été renvoyé à l’étude fondamentale de Pomey et Tchernia par la Cambridge Ancient History, XI, p. 715, et par C. Virlouvet, Famines et émeutes à Rome des origines de la République à la mort de Néron, Coll. de l’École française de Rome, n° 87, 1985, p. 95.

Auteur

Collège de France, Paris

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540