Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition

Varia

L’œil du serpent. Jeux de mots, jeux d’images

Françoise Frontisi-Ducroux

Résumé

Sur la coupe laconienne du Cabinet des médailles représentant Ulysse en train d’énucléer le Cyclope, la présence d’un grand serpent, au-dessus des adversaires du Cyclope, a suscité plusieurs hypothèses. On propose ici de l’expliquer, en rappelant les valeurs visuelles bien connues du nom du serpent δράκων/δέρκεσθαι, comme un jeu de mot iconique : le regard acéré et flamboyant, qui donne son nom au reptile, redouble graphiquement les efforts d’Ulysse et de ses compagnons perforant pour l’éteindre l’œil de Polyphème.

Texte intégral

  • 1 Paris, Cabinet des médailles, Bibliothèque nationale de France, 190 ; milieu du vie siècle avant no (...)

1Une coupe laconienne du Cabinet des médailles1 montre Ulysse et ses compagnons en train d’énucléer le Cyclope.

  • 2 Odyssée, IX, 375 sqq. Les représentations figurées sont attestées dès le viie siècle.

2À droite, Polyphème, de taille gigantesque, est assis sur un rocher, tenant dans chaque main une jambe humaine : deux morceaux du marin grec qu’il est en train de consommer. C’est une des nombreuses représentations figurées de cet épisode des aventures d’Ulysse qui nous est connu par l’Odyssée2. Quatre hommes s’avancent vers lui, portant sur l’épaule le pieu qu’ils appuient contre le front du Cyclope. Le premier offre à Polyphème un canthare, dans lequel il le fait boire : le récipient est en contact avec la bouche. L’image souligne nettement la relation entre le vin qui enivre le Cyclope et le pieu qui va l’aveugler – ou l’aveugle déjà – deux des expédients auxquels Ulysse a recours pour échapper au monstre anthropophage.

3La composition rassemble ainsi plusieurs motifs qui correspondent à des moments successifs de la narration.

  • 3 Cependant les poissons interviennent fréquemment sur les coupes laconiennes, au-dessous de la ligne (...)

4Sous la ligne de sol, un thon volumineux nage, en sens inverse de l’action. Il est nettement séparé de la scène et pourrait dénoter l’environnement marin du lieu de l’histoire : l’île des Cyclopes3.

Ulysse et Polyphème

Ulysse et Polyphème

Coupe laconienne, Paris, BnF, inv. 190

Dessin F. Lissarrague

  • 4 Figurée sur le skyphos de Berlin 3283, LIMC Kyklops 22.
  • 5 Rappelons la comparaison d’Eschyle, Perses, 424 : à Salamine, la flotte grecque, que Xerxès croyait (...)
  • 6 Selon la terminologie citée par O. Touchefeu ; cf. aussi M. Pipili, op. cit.

5Parallèlement, au-dessus des personnages, mais dans l’espace même de l’action, un long serpent tacheté déroule ses anneaux, survolant les héros, et sa gueule vient toucher le sommet du crâne de Polyphème. La ligne onduleuse de son corps pourrait certes évoquer la voûte de la grotte4, où, de surcroît la présence d’un serpent, animal réputé chthonien, n’est pas totalement déplacée, pourrait-on penser. Sa forme n’épouse cependant pas totalement la courbe du médaillon et le dessin du reptile semble redoubler, en une variante sinueuse, la rectitude du pieu tendu vers Polyphème. Bien d’autres hypothèses ont été avancées pour rendre compte de ce « détail ». Odette Touchefeu les rappelle dans l’analyse qu’elle fait de cette image : simple motif ornemental, symbole du danger qui menace le Cyclope… ou encore allusion à la ruse et à la finesse d’Ulysse. En ce cas le reptile s’opposerait au thon, qui nage en sens inverse, en bas de l’image. Le gros poisson, réputé balourd, évoquerait la stupidité de Polyphème, fils de Poséidon. L’hypothèse n’est pas si bête5. Elle ne nous satisfait pourtant pas. L’animal n’est pas ici une simple « allégorie » de la mètis d’Ulysse6.

  • 7 Sur la céramique laconienne, le serpent ne semble pas être utilisé comme « élément de remplissage » (...)
  • 8 Avec le visage de profil, l’œil n’est explicitement unique, à cette époque, que sur un seul documen (...)

6Tout, en effet, dans la construction de l’image, indique que le reptile participe à l’action7. De sa gueule ouverte, prête à mordre, sort une langue dardée vers l’œil de Polyphème. Une barbiche pointue, renforçant l’aspect monstrueux de la bête, se tend, parallèle à celle du Cyclope, comme pour souligner l’affrontement. L’œil du serpent enfin est bien dessiné, similaire à l’œil grand ouvert de chacun des assaillants. Quant à celui du Cyclope, dont le visage est de profil comme sur la majorité des représentations grecques, il est de plus grande dimension, proportionné à la taille du géant. Nous ne nous arrêterons pas sur le problème de la dualité ou de l’unicité de cet œil8. Contentons-nous de ce que l’image montre : un œil, en l’occurrence rayé d’une ligne, et réuni au nez par un double trait horizontal, détail énigmatique, qui peut suggérer toutefois qu’il ne s’agit pas d’un œil normal.

  • 9 Sur la justesse du coup d’œil, l’eustochia, composante essentielle de la mètis, on rappellera M. De (...)

7Œil contre œil, semble dire cette image. Pour crever l’œil du monstre il faut viser juste et frapper la cible d’un seul coup9.

  • 10 Odyssée, ix, 380 sqq.

8Dans le récit de l’Odyssée, pour éteindre la flamme du regard de Polyphème, plus puissant d’être centré et concentré en un organe unique, Ulysse fait appel à un autre feu, celui dont il durcit le pieu d’olivier. « Le bois est près de flamber, on en voit déjà la terrible lueur », lorsqu’il le tire du foyer pour en ficher la pointe aiguë dans l’œil du Cyclope et la faire tourner dans la prunelle. Feu contre feu, c’est ce que souligne le texte de l’Odyssée : « le sang bouillonnait autour du pieu brûlant : paupières et sourcils n’étaient plus que vapeurs de la prunelle en flammes, tandis qu’en grésillant, les racines flambaient » 10.

  • 11 C’est le cas sur une oenochoé du peintre de Théseé, Paris, Louvre, Touchefeu 11.

9Ne nous y trompons pas : le peintre laconien n’a pas illustré le texte d’Homère. Il connaissait l’histoire, c’est certain, mais sous une autre forme, très probablement orale en tout cas. Et son image ne montre pas de foyer allumé dans l’image11. On ne voit pas non plus la pointe aiguisée : l’image suggère qu’elle est déjà enfoncée.

10Cependant ces motifs, éléments essentiels de la séquence narrative : le feu, l’acuité, la visée, l’ardeur déployée pour annihiler l’œil, tout cela peut fort bien, nous semble-t-il, pouvoir être pris en charge, figurativement, par le serpent.

  • 12 Plus fréquent que ὄφιϛ chez Homère – les deux mots sont synonymes en Iliade, XII, 208 – qui ne nous (...)
  • 13 Cf. A. Prévot, « Verbes grecs relatifs à la vision et noms de l’œil », Revue de Philologie, 1935, I (...)

11Le nom grec de cet animal est δράκων12. Ce substantif est proche parent du verbe δέρκομαι, dont l’aoriste second est ἔδρακον. Si ce verbe signifie « regarder », il dénote, parmi les nombreux verbes grecs de la vision, une forme très particulière de regard, dont les valeurs apparaissent nettement dans les textes homériques13.

  • 14 Il s’agit de la demeure de Circé : Odyssée, X, 197.

12Δέρκεσθαι s’applique à la vue particulièrement aiguë d’Ulysse qui, dit-il à ses hommes, a « aperçu une fumée à travers les fourrés épais de la forêt : καπνὸν δ᾿ ἐνὶ μέσσῃ ἔδρακον ὀφθαλμοῖσι διὰ δρυμὰ πυκνὰ καὶ ὕλην »14.

  • 15 Iliade, XVII, 675.
  • 16 Hymne Homérique à Pan, 14.

13Il qualifie aussi le regard acéré de Ménélas, comparé à celui d’un aigle, qui sait voir sa proie de très loin ὀξύτατον δέρκεσθαι15. Vision perçante, également prédatrice, pour Pan, dieu chasseur qui poursuit les bêtes des bois : ὀξέα δερκόμενοϛ16.

  • 17 Iliade, XXIII, 477.

14L’acuité visuelle que dénote ce verbe diminue avec l’âge, comme le fait remarquer, sans ménagement, Ajax à Idoménée, lors de la course, aux jeux de Patrocle : « tu n’y vois plus très bien : οὔτέ τοι ὀξύτατον κεφαλῆϛ »17.

  • 18 Iliade, III, 342 ; XXIII, 815.
  • 19 Iliade, XI, 37.

15Associé à l’adjectif δεινόν, le verbe δέρκεσθαι désigne les regards terribles, δεινὸν δερκόμενοι, que se lancent les guerriers qui vont s’affronter, soit au combat – Pâris et Ménélas –, soit à la lutte – Ajax et Diomède18. Regard aussi effroyable que celui de la « Gorgone qui s’étale en couronne sur le bouclier d’Agamemnon : Γοργὼ βλοσυρῶπιϛ ἐστεφάνωτο δεινὸν δερκομένη »19.

  • 20 Pseudo Hésiode, Aspis, 236.
  • 21 Iliade, XXII, 93-95.

16Plus tard, l’auteur du Bouclier précisera que l’aspect terrifiant des Gorgones est dû aussi aux regards sauvages que lancent les serpents de leur ceinture – ἄγρια δερκομένω20. De fait le genre de regard que dénote le verbe δέρκεσθαι appartient en propre au δράκων : Hector qui, pour son malheur, attend « l’approche du gigantesque Achille », est comparé à « un serpent des montagnes (qui) sur son trou, attend l’homme ; gorgé de poisons nocifs, une colère atroce le pénètre et il darde un regard effrayant, lové autour de son trou : σμερδαλέον δὲ δέδορκεν ἑλισσόμενοϛ περὶ χειῇ »21.

  • 22 Odyssée, xix,446.

17D’autres fauves en sont dotés, tel le sanglier auquel Ulysse doit sa cicatrice. « Son regard lançait du feu : πῦρ δ᾿ ὀφθαλμοῖσι δεδορκώϛ »22.

  • 23 Hymne Homérique au Soleil, 9. Autres emplois moins marqués, mais souvent dans un fort contexte affe (...)

18La substance de cette terrible émission visuelle est la même que celle qui émane du soleil, car « Terrible est le regard que ses yeux lancent de dessous son casque d’or : σμερδνὸν δ᾿ ὅ γε δέρκεται ὄσσοιϛ χρυσέηϛ ἐκ κόρυθοϛ »23.

  • 24 P. Chantraine était tenté de considérer le substantif δράκων comme le participe de ἔδρακον ; ce que (...)

19Les occurrences du verbe δέρκεσθαι que nous venons de relever dans les textes homériques appartiennent au matériel verbal du chant épique. Il est difficile de savoir si elles peuvent témoigner de la langue courante. Ce sont des formules, des syntagmes, des associations, des images, qui fournissaient à l’aède le stock où il puisait pour composer son chant sous l’inspiration de la Muse. Mais, parallèlement, ces termes et ces groupes de mots, ces images récurrentes permettaient à l’auditeur de se repérer rapidement, d’identifier ce dont il était question, et facilitaient son écoute. Les poèmes épiques constituaient une composante majeure de la mémoire collective des Grecs. Les récits dont sont tissés l’Iliade et l’Odyssée, et bien d’autres dont ne nous sont parvenus que des échos, nourrissaient sans aucun doute l’imaginaire de chacun – et en particulier celui des artistes – avec leur vocabulaire et les images mentales qu’ils suscitaient. Pourquoi le peintre laconien qui a décoré cette coupe aurait-il fait exception ? Sous son pinceau, l’œil du Cyclope, le regard terrible qu’Ulysse doit annihiler pour échapper à la mort, les moyens mis en œuvre pour parvenir à ses fins, le feu, le pieu acéré, l’élan, toutes ces notions ont trouvé leur expression dans la figure du δράκων, dont le nom peut sonner comme « celui qui darde un regard aigu, un regard de feu »24. De surcroît, il est bon de le préciser, les serpents qui sévissent dans les textes homériques, sans être des dragons lanceurs de flammes, ne sont ni la couleuvre paresseuse, ni le boa constrictor qui broiera, lentement mais sûrement, dans ses anneaux, l’infortuné Laocoon et ses fils. Le δράκων est toujours un reptile à la peau rutilante, un attaquant redoutable qui guette sa proie, replie ses anneaux pour se déplier soudain, bondir avec vigueur et frapper fort.

20Sur cette représentation de l’énucléation de Polyphème, le serpent, qui accompagne et double le geste d’Ulysse crevant l’œil du Cyclope, vaut comme figuration du regard acéré et flamboyant auquel le reptile doit précisément son nom. L’association, on l’a vu, semble aller de soi, pour un Grec.

  • 25 Dénomination utilisée par Gloria Ferrari pour désigner des figures plus générales, tel le manteau o (...)

21Plutôt qu’une métaphore figurative25, on verra là une sorte de jeu de mot iconique.

22Ce cas n’est pas isolé. On en a repéré quelques-uns et il est certain que notre incompétence anthropologique nous empêche d’en reconnaître et d’en apprécier bien d’autres.

  • 26 Coupe à figures noires, Cambridge Fitzwilliam Museum 61, ABV, 202, 2. Cf. Françoise Frontisi-Ducrou (...)

23Rappelons cette superbe coupe à yeux sur laquelle le peintre a logé un gorgoneion à la place de chaque prunelle : la face de la Gorgone en guise de coré – terme qui, rappelons-le, désigne la pupille. Convoquant ainsi soit Gorgo elle-même, horrible jeune fille, violée, malgré sa laideur, par Poséidon, soit sa tête coupée qui, selon la version de l’Odyssée, appartient à la Souveraine des Morts, Perséphone, Coré également sinon davantage26.

  • 27 Coupe à figures noires, Rome Villa Giulia, 64 608. Cf. F. Lissarrague, Un flot d’images. Une esthét (...)

24Rappelons cette autre coupe dont le médaillon montre trois dauphins dont l’un joue de l’aulos. L’animal est mélomane, on le sait. Mais cette figure prend tout son sens si l’on sait aussi que le nom de l’aulos – tuyau – désigne aussi l’évent, l’orifice des narines par lequel les cétacés expulsent l’eau27. Bien des siècles plus tard, selon un processus un peu semblable, Man Ray métamorphosera la femme aimée en « Violon d’Ingres », par l’adjonction d’ouïes en formes d’S sur le bas de son dos…

  • 28 Comme le rappelle Pierre Vidal-Naquet, Fragments sur l’art antique, Paris, 2002, pp. 70-75.

25Revenant aux images grecques, on peut aussi évoquer celles qui figurent un palmier dans un contexte de mort ou de carnage, suicide d’Ajax ou prise de Troie. En effet, le nom grec de l’arbre, φοῖνιξ « désigne aussi, comme l’adjectif φοίνιοϛ, le rouge, le meurtre, le sang, la mort »28.

  • 29 Cratère à figure rouge, Saint-Petersbourg, Musée de l’Ermitage, B 1 602. Cf. Françoise Frontisi-Duc (...)

26J’y ajouterais volontiers certaines figurations de la conception de Persée : la pluie d’or fécondant le ventre de Danaé descend vers la jeune fille qui, assise ou allongée, tend parfois un pan de son vêtement comme pour recueillir le précieux liquide. Le terme qui désigne le pli d’un vêtement est le mot κόλποϛ, qui s’applique aussi à diverses catégories de replis, cavités, golfes… mais qui désigne en particulier les « entrailles » de la femme, la matrice où s’opère la reproduction. L’effet de sinuosité est particulièrement accentué sur l’image qui décore un cratère : Danaé repose sur un lit dont la forme concave est redoublée par le drapé des couvertures, par le décor des montants du lit et même par le tabouret qui soutient ses pieds. Ces éléments apparaissent, certes, séparément sur d’autres images, mais leur redondance ici, dans ce contexte, semble l’expression visuelle du mot κόλποϛ, et de ce qu’il désigne, explicitant la cible du désir de Zeus29.

27Il existe un langage figuratif. Les artistes pensent en images et les imagiers s’expriment à travers cette poésie silencieuse qu’est la peinture. Mais rien ne dit qu’ils soient muets. Une telle infirmité n’est pas exigée d’eux en contrepartie de leur talent, comme l’est parfois la cécité pour le poète, épique tout au moins. Les peintres parlent donc et pensent dans leur langue, en l’occurrence le grec. Pour déchiffrer et lire leurs images, il faut d’abord les regarder. Pour les comprendre il n’est pas inutile de se mettre aussi à l’écoute de leurs mots.

Notes

1 Paris, Cabinet des médailles, Bibliothèque nationale de France, 190 ; milieu du vie siècle avant notre ère. Cf. Odette Touchefeu-Meynier, Thèmes odysséens dans l’art antique, Paris, 1968, p. 3, n° 6 ; Maria Pipili, Laconian Iconography of the Sixth Century B.C., Oxford, 1987, cat. 89, pp. 32-33.

2 Odyssée, IX, 375 sqq. Les représentations figurées sont attestées dès le viie siècle.

3 Cependant les poissons interviennent fréquemment sur les coupes laconiennes, au-dessous de la ligne de sol, par exemple sur les représentations de la chasse de Calydon, fort peu marine : cf. M. Pipili, op. cit., cat. 69 et 72.

4 Figurée sur le skyphos de Berlin 3283, LIMC Kyklops 22.

5 Rappelons la comparaison d’Eschyle, Perses, 424 : à Salamine, la flotte grecque, que Xerxès croyait avoir encerclée, se dégage brusquement et les vaisseaux perses, entravés par leur nombre, sont pris au piège dans la passe étroite, et leurs combattants frappés, assommés, massacrés, « comme des thons essayant de sauter hors du filet ». Cf. l’analyse de M. Detienne et J.-P. Vernant, Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, 1974, 282 sqq.

6 Selon la terminologie citée par O. Touchefeu ; cf. aussi M. Pipili, op. cit.

7 Sur la céramique laconienne, le serpent ne semble pas être utilisé comme « élément de remplissage », ce qui semble, en revanche, souvent le cas pour les oiseaux.

8 Avec le visage de profil, l’œil n’est explicitement unique, à cette époque, que sur un seul document : l’hydrie étrusque de Caeré (520) Rome Villa Giulia 2600, LIMC Kyklops 23. Sur un skyphos attique à figure noire, Polyphème, exceptionnellement vu de face, a deux yeux dont l’un est en train d’être aveuglé, et il possède de surcroît un œil pectoral avec cils et sourcils : Berlin 3283, LIMC Kyklops 22 ; vers 500.

9 Sur la justesse du coup d’œil, l’eustochia, composante essentielle de la mètis, on rappellera M. Detienne et J.-P. Vernant, Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, 1974, 297.

10 Odyssée, ix, 380 sqq.

11 C’est le cas sur une oenochoé du peintre de Théseé, Paris, Louvre, Touchefeu 11.

12 Plus fréquent que ὄφιϛ chez Homère – les deux mots sont synonymes en Iliade, XII, 208 – qui ne nous sert ici que de point de repère linguistique et non de référence textuelle à l’image. Il n’est, bien entendu, pas question de serpent dans l’épisode de Polyphème.

13 Cf. A. Prévot, « Verbes grecs relatifs à la vision et noms de l’œil », Revue de Philologie, 1935, III, pp. 233 sqq. ; et Charles Mügler, « La lumière et la vision dans la poésie grecque », Revue des Études Grecques, LXXX, 1960, pp. 61 sqq.

14 Il s’agit de la demeure de Circé : Odyssée, X, 197.

15 Iliade, XVII, 675.

16 Hymne Homérique à Pan, 14.

17 Iliade, XXIII, 477.

18 Iliade, III, 342 ; XXIII, 815.

19 Iliade, XI, 37.

20 Pseudo Hésiode, Aspis, 236.

21 Iliade, XXII, 93-95.

22 Odyssée, xix,446.

23 Hymne Homérique au Soleil, 9. Autres emplois moins marqués, mais souvent dans un fort contexte affectif, en Iliade, I, 88 = Odyssée, xvi, 439 ; Iliade, XIII, 86 ; XIV, 141.

24 P. Chantraine était tenté de considérer le substantif δράκων comme le participe de ἔδρακον ; ce que discute A. Prévot, op. cit., p. 235.

25 Dénomination utilisée par Gloria Ferrari pour désigner des figures plus générales, tel le manteau où elle voit, à juste titre, une métaphore de l’aidos : Figures of Speech. Men and Maidens in Ancient Greece, Chicago-Londres, 2002.

26 Coupe à figures noires, Cambridge Fitzwilliam Museum 61, ABV, 202, 2. Cf. Françoise Frontisi-Ducroux, in Claude Bérard et alii, La Cité des Images, Lausanne-Paris, 1984, pp. 159-160.

27 Coupe à figures noires, Rome Villa Giulia, 64 608. Cf. F. Lissarrague, Un flot d’images. Une esthétique du banquet grec, Paris, 1987, pp. 115-117. Le même auteur signale, sur un plat du Cabinet des médailles, Paris BN 509, montrant un satyre avec un étui à flûte suspendu à son sexe, le jeu de mots entre le nom de l’étui - συβίνη - et σύ/σὲ βίνειν « toi/te baiser», attesté chez Aristophane, Thesmophories, 1215  : Vases grecs. Les Athéniens et leurs images, Paris, 1999, p. 209.

28 Comme le rappelle Pierre Vidal-Naquet, Fragments sur l’art antique, Paris, 2002, pp. 70-75.

29 Cratère à figure rouge, Saint-Petersbourg, Musée de l’Ermitage, B 1 602. Cf. Françoise Frontisi-Ducroux et Jean-Pierre Vernant, Dans l’œil du miroir, Paris, 1997, p. 81.

Table des illustrations

Titre Ulysse et Polyphème
Légende Coupe laconienne, Paris, BnF, inv. 190
Crédits Dessin F. Lissarrague
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2105/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

Auteur

Collège de France, Paris

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540