Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition

Varia

λακέρυζα κορώνη

Quand la corneille baye sur l’intertexte...

Christophe Cusset

Résumé

Le nom de la corneille est à rattacher d’abord au son, au cri de l’oiseau. Cette caractéristique vaut à l’oiseau une qualification nouvelle chez Hésiode qui se démarque de la présentation homérique de l’oiseau. Ce renouvellement d’Hésiode est à l’origine d’une longue série intertextuelle qui passe notamment par Aristophane, Aratos et Apollonios de Rhodes. L’expression originelle d’Hésiode se maintient, mais subit variations et aménagements.

Texte intégral

  • 1 Sur l’expression « bayer aux corneilles », voir C. Duneton, La Puce à l’oreille, Paris, 1978, pp. 1 (...)
  • 2 Au sens étymologique du terme, le badaud est celui qui « regarde bouche bée » le monde qui l’entour (...)

1La corneille est un étrange oiseau devant lequel nous ne saurions guère, selon l’expression populaire française bien connue1, que rester la bouche bée. « Bayer aux corneilles » en effet, c’est « rester la bouche ouverte devant des corneilles » et il s’agit par là, nous dit Furetière dans son Dictionnaire de la langue française (1701), « d’exprimer un homme oisif, et qui s’amuse à regarder niaisement toutes choses ». Mais que viennent faire les corneilles dans cette affaire ? En quoi la corneille peut-elle bien être le révélateur de la sottise, de la niaiserie du « badaud »2 ? Il faut bien que, pour remplir cet office, la corneille soit un volatile de seconde zone, un oiseau sans intérêt qui ne mérite ordinairement aucune attention.

  • 3 Nous adoptons ici la traduction traditionnelle de κορώνη par « corneille », conscient que cette équ (...)

2Ce dénigrement de la corneille, nécessaire à la bonne compréhension de notre expression populaire, a peut-être bien une origine ancienne3. Il était en tout cas déjà bien établi pour les anciens Grecs, comme l’expose clairement la fable 170 (Chambry) d’Ésope :

Κορώνη φθονήσασα κόρακι ἐπὶ τῷ διὰ οἰωνῶν μαντεύεσθαι ἀνθρώποιϛ καὶ το ̀ μέλλον προφαίνειν καὶ διὰ τοῦτο ὑπ᾿ αὐτῶν μαρτυρεῖσθαι, ἐβουλήθη τῶν αὐτῶν ἐφικέσθαι· καὶ δὴ θεασαμένη τινὰϛ ὁδοιπόρουϛ παριόνταϛ ἧκεν ἐπί τινοϛ δένδρου, καὶ στᾶσα μεγάλα ἐκεκράγει. Τῶν δὲ πρὸϛ τὴν φωνὴν ἐπιστραφέντων καὶ καταπλαγέντων, εἷϛ τιϛ ὑποτυχὼν ἔφη· ἀλλ᾿ ἀπίωμεν, ὦ φίλοι· κορώνη γάρ ἐστιν, ἥτιϛ κεκραγυῖα οἰωνὸν οὐκ ἔχει.
Οὕτω καὶ τῶν ἀνθρώπων οἱ τοῖϛ κρείττοσιν ἀνθαμιλλώμενοι πρὸϛ τῷ τῶν ἴσων μὴ ἐφικέσθαι, καὶ γέλωτα ὀφλισκάνουσιν.

« La corneille, qui s’était prise de jalousie pour le corbeau pour ce qu’il rendait des oracles aux hommes, qu’il leur annonçait l’avenir et que, pour cette raison, ils le prenaient à témoin, voulut s’approprier les mêmes qualités. Ayant donc aperçu des voyageurs approcher, elle s’installa sur un arbre et de son perchoir elle poussait de grands croassements. À ce cri, les voyageurs se retournèrent pleins d’effroi ; l’un d’eux prit la parole et dit : “Continuons donc, mes amis : ce n’est qu’une corneille qui, par ses croassements, ne donne pas d’oracle”. Il en va ainsi même chez les hommes où ceux qui rivalisent avec de plus forts qu’eux, sans pouvoir les égaler, sont même l’objet de la risée ».

  • 4 Cette apparence tient à la fois au ramage et au plumage des deux espèces, ainsi qu’à leur étymologi (...)
  • 5 Le jeu de l’actif et du passif dans les infinitifs substantivés au début de la fable est très éclai (...)
  • 6 La fable 171 (Chambry) nous apprend que c’est la déesse Athéna qui enlève toute valeur aux présages (...)
  • 7 La corneille est usuellement, avec d’autres oiseaux, une représentation du bavard. Voir J. Taillard (...)
  • 8 D’une certaine façon, il est dans la nature de tout oiseau d’être porteur de présage, comme le rapp (...)

3Cette fable permet de bien mettre en évidence certaines caractéristiques de la représentation que les Grecs se faisaient de la corneille : elle est un oiseau proche du corbeau en apparence4, mais ne doit pas être confondue avec lui et cette différence établit entre eux une hiérarchie à l’avantage du corbeau ; la corneille est donc un oiseau mystificateur, qui cherche à éviter la dévalorisation qui la frappe en se faisant passer pour ce qu’elle n’est pas. Il faut pourtant souligner l’effet produit ici par le cri de la corneille : les voyageurs sont d’abord saisis, comme l’indiquent les deux participes ἐπιστραφέντων et καταπλαγέντων, et ce n’est que le mépris, qu’ils affichent ultérieurement, qui leur permet de reprendre pied. Le cri de la corneille, du fait même de sa puissance (μεγάλα), a une réelle efficacité, mais le mépris, dans lequel est tenu l’oiseau jugé précisément trompeur et maître de la contrefaçon par le rapprochement que l’on fait avec le corbeau, remet en cause cette efficacité même. L’homme semble vouloir entretenir et sauvegarder une relation privilégiée avec le corbeau5 et c’est la corneille qui en fait les frais6 : on voit d’ailleurs qu’il ne s’établit aucun dialogue entre la corneille, dont le cri ne produit aucun sens, et les voyageurs, qui ne se parlent qu’entre eux. Il y a donc bien en même temps une attitude de méfiance vis-à-vis de l’oiseau qui se met en place : l’arbre qui se trouve être sur le chemin des voyageurs offre un perchoir imprévu à la corneille qui permet à celle-ci d’entonner son cri habituel7 ; ce pourrait donc être l’imprudence des voyageurs qui les a fait passer près de cet arbre, qui les a fait rencontrer un oiseau qu’ils auraient dû éviter. C’est pourquoi il ne leur reste que le mépris pour ne pas tenir compte des croassements entendus qui pourraient bien malgré tout avoir du sens. La corneille apparaît aussi comme un oiseau dont il faut se méfier, non parce qu’elle est inférieure au corbeau, mais parce qu’elle est souvent un oiseau néfaste. La corneille est donc un oiseau bien ambigu dont l’homme pense qu’il cherche à se faire passer pour ce qu’il n’est pas, mais qui pourrait bien être lui aussi un porteur de présages8, un oiseau qui ne semble être étymologiquement qu’un producteur de cris et de sons plus ou moins articulés mais dont les cris ne sont de toute façon pas volontiers reconnus comme présages même s’ils en sont réellement, un oiseau qu’il vaut mieux éviter ou qu’il faut à défaut mépriser.

  • 9 Le composé κορωνόπουϛ (Théophraste, Histoire des plantes, VII, 8, 3) qui désigne une sorte de plant (...)
  • 10 Iliade, IV, 111.
  • 11 Odyssée, I, 441 ; XXI, 46, 138, 165. Une dernière occurrence au chant VII est plus ambiguë. Ulysse, (...)

4Le dénigrement de la corneille est tel qu’il touche son propre nom. Dès ses premières apparitions littéraires, le terme κορώνη se trouve engagé dans des emplois surtout figurés, suggérés par la forme crochue du bec ou par celle des pattes de l’oiseau9, comme s’il fallait que le nom de l’oiseau désigne surtout autre chose que lui-même dans la mesure où il est un oiseau de mauvais augure. En effet, le champ de signification du mot chez Homère est assez largement détaché du domaine sonore et l’oiseau est d’abord une métaphore pour évoquer non du son, mais des formes recourbées. La seule occurrence de l’Iliade désigne un bec en or à l’extrémité de l’arc de Pandaros10. Dans l’Odyssée, les occurrences du mot sont plus nombreuses : on en compte huit. Elles se répartissent en deux groupes selon qu’elles désignent ou non un oiseau. L’emploi imagé de κορώνη ne se rencontre plus comme dans l’Iliade dans le domaine de l’armement, mais dans celui de la maison et sert à désigner une partie du système de fermeture d’une porte, sans doute la poignée11.

  • 12 Le même vers est repris par Ulysse dans le récit qu’il fait de ses aventures à Eumée en Odyssée, XI (...)

5Il n’y a que trois occurrences dans l’Odyssée où le terme κορώνη désigne effectivement un oiseau. En XII, v. 41812, dans le récit que fait Ulysse aux Phéaciens, la corneille intervient dans une comparaison minimale qui se contente de nommer le comparant sans dessiner un tableau qui précise l’analogie (v. 417-419) :

πέσον δ ̓ἐκ νηὸϛ ἑταῖροι.
οἱ δὲ κορώνῃσιν ἴκελοι περὶ νῆα μέλαιναν
κύμασιν ἐμφορέοντο, θεὸϛ δ᾿ ἀποαίνυτο νόστον.

« Mes compagnons tombèrent du vaisseau. Et eux, semblables à des corneilles, autour du noir vaisseau, étaient emportés par les flots ; un dieu les privait du retour ».

  • 13 S’agit-il en effet de la corneille au sens strict du terme ou de la « corneille marine » dont l’ide (...)
  • 14 Peut-être poussent-ils des cris de détresse semblables aux « craillements » de la corneille, mais l (...)
  • 15 Certes, cet adjectif n’est pas extraordinaire pour qualifier les vaisseaux chez Homère et se réfère (...)

6L’oiseau – quel qu’il soit13 –, désigné ici par le simple substantif κορώνη, est allégué dans un contexte funeste : dans la tempête, les marins d’Ulysse sont emportés par les vagues et périssent noyés. Cette noyade collective suggère précisément l’analogie avec des corneilles sans que le point de contact entre comparé et comparant soit clairement précisé14. L’oiseau apparaît comme le résidu d’un présage funeste trop tard venu, comme l’expression imagée d’une mort terrible qui n’ose se dire véritablement, bref comme une figure négative, liée au monde de la mort. Pourtant, aucune qualification n’est donnée ; il se produit même peut-être un hypallage avec l’adjectif μέλαιναν qui, tout en convenant parfaitement aux corneilles en raison de la couleur de leur plumage et de la valeur symbolique de l’oiseau, est appliqué de préférence au vaisseau15.

7La dernière occurrence odysséenne est la seule du corpus homérique à évoquer (brièvement) la corneille pour elle-même, et notamment son cri particulier. Tandis qu’Hermès s’approche de la demeure de Calypso, les alentours immédiats de la grotte sont l’objet d’une description (V, 63-67) :

ὕλη δὲ σπέοϛ ἀμφὶ πεφύκει τηλεθόωσα,
κλήθρη τ᾿ αἴγειρόϛ τε καὶ εὐώδηϛ κυπάρισσοϛ.
ἔνθα δέ τ᾿ ὄρνιθεϛ τανυσίπτεροι εὐνάζοντο,
σκῶπέϛ τ᾿ ἴρηκέϛ τε τανύγλωσσοί τε κορῶναι
εἰνάλιαι, τῇσίν τε θαλάσσια ἔργα μέμηλεν.

« Une forêt touffue avait poussé tout autour de la grotte, composée d’aulnes, de peupliers et de cyprès odoriférants. Là gîtaient des oiseaux aux longues ailes, des chouettes, des éperviers et des corneilles à la langue tendue, qui vivent en mer et ont d’ordinaire une activité marine ».

  • 16 Mais le texte reste silencieux sur ce point.
  • 17 Odyssée, V, 56-57 : ἐκ πόντου βὰϛ ἰοειδέοϛ ἤπειρόνδε / ἤιεν...
  • 18 Je ne suis pas sûr, malgré D’Arcy Thompson, A Glossary of Greek Birds, Londres-Oxford, 1936 (réimp. (...)
  • 19 Cet adjectif est ailleurs appliqué aux grives (Odyssée, XXII, 468), à l’épervier (Hésiode, Travaux, (...)
  • 20 Dans l’adjectif τανύγλωσσοι, le premier élément τανυ- représente un vieil adjectif *τανύϛ signifian (...)
  • 21 Cet adjectif est un hapax homérique absolu qui n’a fait l’objet d’aucune reprise dans la littératur (...)

8La κορώνη est mise en rapport avec deux oiseaux de proie, l’un nocturne, l’autre diurne. Ce rapprochement, curieux a priori, tient sans doute à l’alimentation de la corneille16. Un parallèle est observé strictement entre les trois essences d’arbres qui composent la forêt et les trois espèces d’oiseaux. L’habitat de ces oiseaux pose un problème réel d’identification : la forêt en question se trouve dans une île et l’on peut se demander pourquoi le vers 67 vient, à propos de la corneille, rappeler qu’il est ici question d’oiseaux marins et non terrestres. Toutefois, au moment où Hermès arrive dans l’île, le récit souligne bien qu’il quitte le domaine marin pour la terre ferme17. Il s’agirait donc bien d’oiseaux terrestres, dont l’un au moins – la κορώνη – se trouve avoir aussi une activité maritime18. La corneille peut donc ici être considérée comme oiseau terrestre qui fréquente aussi le bord de mer. Outre leur habitat, ces trois types d’oiseaux ont enfin en commun une caractéristique morphologique : la longueur de leurs ailes (τανυσίπτεροι19). Il y a fort à parier que l’adjectif τανυσίπτεροι est convoqué ici à des fins paronomastiques. Il permet d’annoncer et d’introduire un adjectif composé d’une formation similaire qui est cette fois réservé à la seule corneille : τανύγλωσσοι20. La rareté de cet adjectif rend son interprétation délicate21 : il peut signifier soit « à la langue étendue, allongée » comme le suggère la proximité de τανυσίπτεροι, soit « à la langue tendue », ce qui soulignerait l’intensité du cri de l’oiseau. Or, si les corneilles dont il est ici question, pouvaient être assimilées aux corneilles terrestres, l’adjectif ne ferait que reprendre une caractéristique habituelle de celle-ci qui est d’être criarde.

  • 22 L’adjectif λακέρυζα est un des rares dérivés nominaux de la famille de λάσκω. À l’origine, on trouv (...)
  • 23 L’équivalence sémantique des deux adjectifs tendrait à faire de ces deux types de corneilles un seu (...)
  • 24 Les reprises intertextuelles à l’époque alexandrine semblent bien indiquer, comme on le voit dans l (...)
  • 25 On laissera de côté ici l’occurrence du vers 679 des Travaux où la corneille intervient, à titre de (...)

9C’est en tout cas cette caractéristique qui est retenue, de manière formulaire, à propos de la corneille terrestre, avec l’adjectif λακέρυζα22, qui est employé pour la première fois par Hésiode23. Ce changement d’adjectif est décisif dans l’avenir intertextuel de la κορώνη24. La qualification homérique disparaît de la poésie et, avec elle, toute référence à l’image homérique de la corneille « marine », toute ambiguïté quant au statut terrestre ou maritime de la κορώνη, et toute distinction entre plusieurs sortes de κορῶναι. Hésiode évoque l’oiseau tout d’abord dans les Travaux (vers 746-747)25 :

Μηδὲ δόμον ποιῶν ἀνεπίξεστον καταλείπειν,
μή τοι ἐφεζομένη κρώξῃ λακέρυζα κορώνη.

« Si tu construis une maison, ne laisse pas dépasser des saillies, de peur que ne s’y installe pour croasser la crailleuse corneille ».

  • 26 Cf. M. L. West, Hesiod. Works and Days, Oxford, 1978, p. 341 qui comprend bien sûr le conseil en ce (...)
  • 27 Les trois termes κρώζω, κορώνη et λακέρυζα renvoient à ce cri rauque.
  • 28 Dans les trois derniers mots, un kappa apparaît toutes les trois syllabes.
  • 29 Cette « dysharmonie » imitative peut en partie expliquer pourquoi Hésiode a remplacé l’adjectif hom (...)
  • 30 Le passage est cité entièrement et utilisé par Plutarque, Sur la disparition des oracles, 415 cd.

10La corneille n’intervient que de manière fugitive : le poète établit une série de conseils qui se rapportent à la fois aux libations dues aux dieux, aux meilleures occasions pour faire un enfant, ou aux pratiques à respecter pour se laver. Dans cet amalgame un peu hétéroclite, il donne aussi un conseil à celui qui veut construire une maison : il faut éviter de donner un perchoir aux corneilles. Dans ce contexte de recommandations, la κορώνη est à l’évidence considérée comme un oiseau pertubateur, porteur de mauvais augure, qu’il convient d’éviter26. Hésiode pourtant ne donne pas beaucoup de détails sur les nuisances de la κορώνη qu’il se contente de qualifier avec l’adjectif λακέρυζα. C’est dans cette qualification que résident les désagréments causés par l’oiseau : il est bruyant, criard, crailleur et le vers 747 transcrit cette caractéristique à la fois par une saturation de la sémantique du croassement27 et par une recherche sur les sonorités imitatives de ce croassement : d’une part le vers est structuré par un effet d’homéotéleute de la syllabe -νη aux deux pauses marquées ; d’autre part, le deuxième hémistiche est notable pour la présence régulière de gutturales28 et l’alternance des groupes κρω/κερ/κορ29. La même qualification de la corneille est reprise par Hésiode dans le fragment 304 M.-W.30 :

ἐννέα τοι ζώει γενεὰϛ λακέρυζα κορώνη
ἀνδρῶν ἡβώντων· ἔλαφοϛ δέ τε τετρακόρωνοϛ
τρεῖϛ δ᾿ ἐλάφουϛ ὁ κόραξ γηράσκεται· αὐτὰρ ὁ φοῖνιξ
ἐννέα τοὺϛ κόρακαϛ· δέκα δ᾿ ἡμεῖϛ τοὺϛ φοίνικαϛ
νύμφαι ἐυπλόκαμοι, κοῦραι Διὸϛ αἰγιόχοιο.

« La crailleuse corneille vit bien neuf âges d’hommes vigoureux ; et le cerf est un quadruple de corneille ; le corbeau vieillit autant que trois cerfs ; quant au phénix, il vaut neuf corbeaux ; et c’est dix phénix que nous représentons, nous, les nymphes aux belles boucles, les filles de Zeus qui secoue l’égide ».

  • 31 Cf. M.-C. Leclerc, Hésiode. La Théogonie, Les Travaux et les Jours et autres poèmes, Paris, 1999, p (...)
  • 32 Cette caractéristique se retrouve dans les passages d’Aristophane et d’Aratos analysés plus loin, a (...)
  • 33 Voir D’Arcy Thompson, A Glossary of Greek Birds, Oxford, 1936 (rééd. Hildesheim, 1966), p. 169.
  • 34 On notera également la place répétée à la clausule des quatre premiers hexamètres des termes désign (...)
  • 35 On remarquera également que c’est, avec l’adjectif ἐυπλόκαμοι qui qualifie les nymphes, le seul adj (...)
  • 36 Archiloque est peut-être le seul à maintenir une certaine fidélité à Homère. Dans l’unique référenc (...)

11Ce jeu imagé de multiplication31 porte sur une nouvelle particularité, également traditionnelle32, de la corneille : après son cri néfaste, c’est sa longévité qui est ici évoquée33, tout en étant contre l’habitude dépréciée, comme si toutes les caractéristiques de la κορώνη pouvaient être retournées contre elle. La corneille, tout en vivant neuf fois plus longtemps que l’homme, se retrouve en effet au bas de cette hiérarchie chronologique animale. Toutefois, la dépréciation de l’oiseau n’est pas totale. Au contraire, la κορώνη est revalorisée ici de plusieurs manières : la reprise anaphorique du numéral ἐννέα aux vers 1 et 4 permet de mettre en relation la corneille et le phénix et de faire ainsi participer la corneille d’une certaine imagerie animalière fabuleuse34 ; on doit également remarquer que, dans cette série, seuls deux des éléments insérés dans le jeu multiplicatif sont féminins et qu’il s’agit de la κορώνη et des nymphes, éloignées par leur position aux deux extrémités de la chaîne, mais rapprochées par l’effet de paronomase produit par l’apposition κοῦραι ; enfin, l’adjectif λακέρυζα, qui, bien que totalement étranger à cette nouvelle thématique, est maintenu35, semble perdre de sa valeur péjorative, au profit d’une valeur ornementale. Il y a dans ce décalage un signe que l’expression λακέρυζα κορώνη tend à se figer ; l’épithète devient formulaire, obligée et à partir de cette expression se tisse dans la littérature ultérieure un réseau intertextuel qui assure la filiation du texte hésiodique36 et permet d’identifier clairement la corneille par son principal trait caractéristique – son craillement rauque et incessant –, de préférence à une caractérisation géographique sinon contestable, du moins imprécise pour les Anciens.

  • 37 Il est en effet question au début du fragment de Stésichore d’un messager (ἄγγελοϛ, vers 3) qui tra (...)
  • 38 D. L. Page, Lyrica Graeca selecta, Oxford, 1968 (rééd. 1973).
  • 39 Sur l’aspect homérique de ce fragment de Stésichore, voir C.M. Bowra, Greek Lyric Poetry, Oxford, 1 (...)
  • 40 L’expression n’est pas désolidarisée et occupe la même position finale dans le vers. Le texte d’Hés (...)

12Dans ses Νόστοι, Stésichore reprend, dans un contexte de présage qu’il est difficile de préciser, même s’il rappelle un passage de l’Odyssée37, la formule hésiodique λακέρυζα κορώνα (fragment 79, 9 Page38). L’emploi de cette expression peut paraître surprenant dans le contexte de ce fragment qui est davantage homérique à la fois par ses formulations et par sa situation39 et le rôle de cette corneille est difficile à apprécier. Mais le point important reste ici la fidélité de la réécriture de Stésichore par rapport au texte hésiodique40.

  • 41 Cf. M. Casevitz, Commentaire des « Oiseaux » d’Aristophane, Lyon, 1978, p. 56. Malgré l’absence de (...)
  • 42 Toute la pièce des Oiseaux repose d’ailleurs sur une expression imagée, de type proverbial, qui fai (...)

13Il en va de même d’Aristophane qui reprend en effet, en l’altérant, le fragment 304 d’Hésiode41, qui pourrait avoir pris alors une valeur proverbiale. Dans les Oiseaux42 en effet, Pisthétairos, répondant aux inquiétudes du Coryphée, évoque un échange d’années de vie entre les oiseaux et les hommes, car les corneilles notamment vivent assez longtemps pour donner aux hommes quelques années supplémentaires (vers 609) :

Οὐκ οἶσθ᾿ ὅτι πέντ᾿ ἀνδρῶν γενεὰϛ ζώει λακέρυζα κορώνη…

« Ne sais-tu pas que la crailleuse corneille vit cinq âges d’hommes ? »

  • 43 N. Dunbar, Aristophanes. Birds, Oxford, 1995, p. 404 propose différentes explications pour les modi (...)
  • 44 C’est aussi à ce type d’explication que peut correspondre le passage de ἐννέα (- ˘˘) à πέντ(ε) (-). (...)

14Les variations apportées à l’hypotexte sont multiples. Seule, l’expression fondatrice et centrale λακέρυζα κορώνη reste inchangée. En revanche, l’ordre des mots est modifié en plusieurs endroits : la séquence ζώει γενεὰϛ d’Hésiode est simplement inversée ; le complément ἀνδρῶν, rejeté par Hésiode au vers suivant, est fortement déplacé et ramené au début de la séquence réécrite ; le chiffre ἐννέα est rabaissé à πέντε. Cette diminution du nombre de vies de la corneille peut surprendre : la comédie nous habitue en effet à l’outrance et l’exagération. N’est-ce alors qu’une faute de mémoire du dramaturge, comme peut le laisser supposer l’incertitude de la place des mots43 ? En fait, ce changement de chiffre n’est peut-être pas involontaire, non plus que les déplacements de mots. Ces derniers peuvent s’expliquer par le changement de système métrique: le rythme dactylique de l’hexamètre ne peut plus être respecté44. Mais on peut aussi y voir la volonté de prendre le contre-pied de l’habitude comique d’outrer le propos, ou un nouveau signe du dénigrement par les hommes de la corneille, de son inévitable rabaissement.

15À l’époque alexandrine, on observe une sorte de bouleversement dans le statut de la corneille et l’hypotexte hésiodique, trouvant un regain de vitalité, s’impose comme référence obligée pour parler de la corneille. On remarque d’une part que, tout en restant fortement rattachée à la tradition hésiodique, la caractérisation négative de la corneille tend à être édulcorée. D’autre part, la corneille cesse d’être simplement un référent proverbial ou un comparant négligé et prend une place nouvelle dans la narration épique où elle tient un véritable rôle aussi bien chez Apollonios de Rhodes que chez Callimaque.

  • 45 Callimaque, Epigramme XXVII Pfeiffer. Sur l’importance de l’influence d’Hésiode sur Aratos, voir H. (...)
  • 46 Cf. J. Martin. Aratos. Phénomènes, t. 1, Paris, 1998, pp. CIII-CVIII.
  • 47 La corneille semble être devenue, pour ce qui est de l’annonce du temps, un oiseau dont le présage (...)

16Aratos, tout d’abord, reconnu par Callimaque comme le digne successeur d’Hésiode45, évoque la κορώνη à trois reprises dans les Phénomènes, en pratiquant une réécriture évolutive du poète archaïque. Dans la dernière partie des Phénomènes, Aratos étudie les signes du beau et du mauvais temps, en s’inspirant largement d’un traité aristotélicien dont l’ouvrage Sur les signes de pluie et de vent attribué au Pseudo-Théophraste doit reproduire les grandes lignes46 ; parmi les signes annonciateurs de la pluie, il évoque alors notamment le cas de la corneille qu’il présente de façon très pittoresque (vers 949-953)47 :

  • 48 Nous suivons ici le texte de J. Martin, op. cit., 1998. L’ancienne édition de J. Martin, Arati Phae (...)

ἤ που καὶ λακέρυζα παρ᾿ ἠιόνι προυχούση
χείματοϛ ἐρχομένου χέρσῳ ὑπέτυψε κορώνη,
ἤ που καὶ ποταμοῖο ἐβάψατο μέχρι παρ᾿ ἄκρουϛ
ὤμουϛ ἐκ κεφαλῆϛ, ἢ καὶ μάλα πᾶσα κολυμβᾷ,
ἢ πολλὴ στρέφεται παρ᾿ ὕδωρ παχέα κρώζουσα.48

« ou encore, toute crailleuse, sur le bord d’un promontoire, quand l’hiver approche, une corneille enfonce dans le sol ses pattes en marchant, ou encore plonge la tête dans une rivière jusqu’à l’attache des ailes, ou s’y baigne même parfois tout entière, ou s’agite vivement au bord de l’eau en croassant de sa grosse voix ».

  • 49 Nous avons déjà suffisamment étudié ce phénomène ailleurs pour ne pas y revenir ici : cf. C. Cusset (...)
  • 50 En passant ainsi du destin à venir au simple temps qu’il va faire, du présage divin au pronostic te (...)
  • 51 Il présente en effet la corneille dans quatre attitudes différentes scandées par la conjonction ἤ.
  • 52 C’est sa position métrique la plus courante depuis la poésie homérique.
  • 53 La forte anticipation qui en résulte met en évidence l’adjectif λακέρυζα, placé avant la coupe troc (...)
  • 54 L’adjectif παχύϛ, utilisé ici par Aratos pour qualifier le croassement, est rarement employé pour l (...)

17Aratos fait ici clairement une réécriture développée des trois derniers mots du v. 747 des Travaux d’Hésiode, en donnant d’une part des précisions sur le cadre de la scène et sur l’attitude de l’oiseau, et en reprenant d’autre part la « manière » d’Hésiode, c’est-à-dire en en accentuant les effets euphoniques49. Il faut surtout s’intéresser à la manière dont s’éla-bore le développement intertextuel d’Hésiode à Aratos, car le point de vue porté sur l’oiseau n’est pas le même. Chez Hésiode, on l’a vu, la corneille est un oiseau à éviter qu’Hésiode n’évoque que pour mieux l’éliminer. Aratos, au contraire, s’attarde sur les manifestations de la corneille. Certes, l’oiseau n’a pas a priori une bonne image dans la mesure où il annonce la pluie ; mais ce signe n’est pas nécessairement mauvais, car la pluie peut être bienfaisante si, justement, elle ne surprend pas les hommes : en ce sens, la corneille fournit à l’homme de bons pronostics météorologiques50. Le poète hellénistique ne cherche donc pas à éviter la corneille, mais décrit avec précision tous ses agissements qui peuvent fournir aux hommes de bons indices. Mais, si Aratos multiplie les angles d’attaque pour décrire l’oiseau51, il n’en reste pas moins fidèle au texte d’Hésiode dont il reprend les éléments les plus significatifs : seul le participe ἐφεζομένη est laissé de côté. En revanche, le nom κορώνη est repris en position identique à la clausule52 du vers 950 qui correspond à la fin de la première attitude décrite ; l’adjectif typique λακέρυζα est soigneusement repris par Aratos, même la séquence d’Hésiode λακέρυζα κορώνη est ici rompue par une disjonction maximale des deux éléments sur les vers 949-95053 ; enfin le verbe κρώξῃ, particulièrement adapté au croassement rauque, est repris par Aratos sous une forme participiale à l’extrême fin de cette évocation : cette position finale opère un retour à l’hypotexte d’Hésiode après le développement autonome et original d’Aratos sur les différentes attitudes de l’oiseau ; le poète hellénistique ne s’est intéressé dans cette succession de tableaux pittoresques qu’aux mouvements et au comportement de l’oiseau ; il ne mentionne qu’à la fin, en écho à l’adjectif initial λακέρυζα, ce que tout le monde connaît de lui, à savoir son croassement épais54.

  • 55 D’Arcy Thompson, A Glossary of Greek Birds, Oxford-Londres, 1936, p. 173, cite entièrement ce passa (...)
  • 56 L’adjectif εἰνάλιαι est celui-là même qui qualifie chez Homère les κορῶναι.
  • 57 Cf. D. Kidd, Aratus. Phaenomena, Cambridge, 1997, p. 503.
  • 58 J. Martin, op. cit., 1998, t. 2, p. 514.
  • 59 W. Ludwig, « Die Phainomena Arats als hellenistische Dichtung », Hermes, 91, 1963, pp. 425-448 (spé (...)
  • 60 D’Arcy Thompson, op. cit., p. 169, dit d’ailleurs à propos de la corneille terrestre qu’elle fréque (...)
  • 61 Cf. D. Kidd, op. cit., p. 502.

18Ce premier développement sur la corneille mérite encore quelques précisions pour ce qui est de l’identification de la κορώνη. Il semble établi qu’Aratos traite ici de la « corneille marine»55. Or, cette assertion est pour le moins contestable. Certes, il y a bien une formule générale au vers 942 qui présente des εἰνάλιαι ὄρνιθεϛ56, mais l’adjectif n’est pas seul et l’expression complète parle de λιμναῖαι ἢ εἰνάλιαι ὄρνιθεϛ ; en outre, cette formulation générale ne doit pas être comprise comme l’annonce d’exemples plus précis qui viendraient ensuite, mais elle entre elle-même dans la série de ces exemples comme l’indique la conjonction ἢ au v. 944. Le texte d’Aratos lui-même montre clairement qu’il pense à une corneille terrestre : le datif χέρσῳ indique bien que l’oiseau évolue sur la « terre ferme » ; la deuxième attitude (ποταμοῖο ἐβάψατο) n’a de sens que s’il s’agit bien d’un oiseau terrestre57 ; J. Martin58 a montré avec justesse qu’il fallait bien lire χείματοϛ et non κύματοϛ comme le suggérait Ludwig59, ce qui ne permet pas de dire avec assurance que la première attitude de la corneille se déroule dans un cadre marin — tout au plus la corneille, sur son promontoire, se trouve-t-elle au bord de la mer60, mais elle reste éloignée de l’eau par la hauteur de son perchoir ; enfin, le jeu intertextuel sur l’hypotexte hésiodique montre bien qu’Aratos ne songe pas à une « corneille marine », mais à la corneille terrestre61.

19L’image de la corneille, plus succinctement, se retrouve d’ailleurs, ainsi que le souvenir d’Hésiode, à deux autres reprises dans les Phénomènes. Tout d’abord aux vers 1001-1002 :

Καὶ φλόγεϛ ἡσύχιαι λύχνων καὶ νυκτερίη γλαὺξ
ἥσυχον ἀείδουσα μαραινομένου χειμῶνοϛ
γινέσθω τοι σῆμα, κεἰ
ἥσυχα ποικίλλουσα
ὥρῃ ἐν ἑσπερίῃ κρώξῃ πολύφωνα κορώνη...

« Que les flammes paisibles des lampes, que la chouette nocturne au chant paisible soient pour toi un signe du déclin du mauvais temps ; de même si, avec de paisibles modulations, au soir, croasse la corneille sur des tons divers... »

  • 62 L’adjectif substantivé ἥσυχα, qui est ici bien calculé par Aratos – comme l’indique la polyptote de (...)
  • 63 Dans le même passage, il s’intéresse au chant de la chouette (vers 999-1000) et aux cris des corbea (...)
  • 64 Il y a sans doute lieu de comprendre πολύφωνα comme un féminin, comme le suggèrent la variation sur (...)
  • 65 Cet adjectif n’est que fort peu employé dans la langue poétique. On le trouve d’abord chez Aristote (...)
  • 66 On soulignera l’effet stylistique recherché par Aratos avec l’emploi du participe ποικίλλουσα qui n (...)

20Cette deuxième allusion à la corneille s’inscrit dans une énumération fortement structurée des signes du beau temps, et s’oppose au vers 953 déjà cité62. Après avoir évoqué la flamme des lampes et le cri de la chouette comme signes de l’observation commune, Aratos en vient au chant de la corneille qui lui permet de présenter une image tout à fait différente de ce que la tradition avait retenu de la κορώνη. L’oiseau est donc ambivalent et ambigu dans la mesure où il peut signaler aussi bien la pluie que le beau temps, et où il peut avoir un chant rauque ou mélodieux. Mais il faut remarquer qu’Aratos prend soin de relever des signes différents selon le type de pronostic – ce qui permet implicitement d’assurer une plus grande crédibilité aux signes que donne la corneille. Alors qu’il ne s’intéressait en effet qu’aux attitudes de la corneille pour les signes annonciateurs de pluie, c’est ici uniquement le chant de l’oi-seau qui retient son attention63. Ainsi, tout en faisant écho au texte hésiodique par la reprise homotaxique du verbe κρώξῃ et par la variatio in imitando de la clausule πολύφωνα κορώνη64, il insiste sur les modulations de l’oiseau par le contre-rejet du participe ποικίλλουσα qui introduit la nouveauté. En revanche, la variation introduite sur l’adjectif traditionnel par πολύφωνα65, suggéré peut-être par la paronomase avec ποικίλλουσα, modifie nettement la représentation de la corneille : la connotation péjorative de l’adjectif λακέρυζα est gommée et Aratos insiste ici au contraire sur la musicalité et la douceur du chant66.

21C’est enfin aux vers 1021-1027 qu’Aratos revient pour une ultime variation au thème de la corneille qu’il aborde encore d’une façon différente qui apporte une dernière touche à la revalorisation de l’oiseau dans un contexte moins favorable. Le passage consacré en propre à la corneille est très bref, mais il convient de citer l’ensemble de la série des signes apportés par les oiseaux :

Καὶ χῆνεϛ κλαγγηδὸν ἐπειγόμεναι βρώμοιο
χειμῶνοϛ μέγα σῆμα, καὶ ἐννεάγηρα κορώνη
νύκτερον ἀείδουσα, καὶ ὀψὲ βοῶντε κολοιοί,
καὶ σπίνοϛ ἠῷα σπίζων, καὶ ὄρνεα πάντα
ἐκ πελάγουϛ φεύγοντα, καὶ ὀρχίλοϛ ἢ καὶ ἐριθεὺϛ
δύνων ἐϛ κοίλαϛ ὀχεάϛ, καὶ φῦλα κολοιῶν
ἐκ νομοῦ ἐρχόμενα τραφεροῦ ἐπὶ ὄψιον αὖλιν.

  • 67 Texte et traduction de J. Martin, op. cit., 1998, t. 1, p. 60.

« Les oies qui se jettent en criant sur leur pâture : grand signe de mauvais temps ; et la corneille aux neufs vieillesses chantant la nuit, les choucas criant le soir, le pinson pépiant dès l’aurore, tous les oiseaux fuyant le large, et le roitelet ou le rouge-gorge plongeant au creux de leurs repaires, et les tribus des choucas quittant un riche pâturage pour rega-gner leur abri du soir ».67

  • 68 J. Martin, op. cit., 1998, t. 2, p. 533, indique même un écho formel entre les vers 950 et 1022.
  • 69 Le verbe hésiodique à valeur onomatopéique n’est plus repris.
  • 70 Cf. κλαγγηδόν, βοῶντε et σπίζων.
  • 71 Sans doute avec la variante ἀνδρῶν γηράντων. Voir J. Martin, Arati Phaenomena, Florence, 1956, p. 1 (...)
  • 72 Cet adjectif, qui est un hapax absolu, s’inscrit dans une série de composés homériques sur le numér (...)

22La corneille, qui est à nouveau un signe de mauvais temps, est dans un contexte négatif a priori défavorable. Pourtant, la connotation ne redevient pas péjorative et cette dernière évocation de la corneille dans les Phénomènes est en quelque sorte un mixage des deux précédentes : il s’agit du mauvais temps comme aux vers 949-953 68, mais il est signalé par le chant de l’oiseau comme aux vers 1001-1002. Or, c’est bien encore le chant qui rehausse la corneille : Aratos choisit d’employer cette fois le participe ἀείδουσα qui est moins caractéristique du croassement69, mais qui accorde au cri de la corneille une nuance mélodieuse, surtout que dans le même temps les autres cris d’oiseaux retenus par le poète sont dénués de toute caractéristique musicale70. Dans le même temps, l’épithète hésiodique traditionnelle λακέρυζα n’est pas reprise, mais Aratos reste dans la sphère hésiodique : il change simplement d’hypotexte en se tournant vers le fragment 304 M.-W. d’Hésiode71 auquel renvoie le néologisme ἐννεάγηρα72.

  • 73 Le terme κορώνη apparaît une quatrième fois dans les Phénomènes au vers 345, mais il est alors empl (...)

23D’après ces trois rapprochements73, on voit que le poète hellénistique s’approprie l’hypotexte hésiodique au cours des Phénomènes au point de s’en détacher peu à peu : la première occurrence reste proche du texte d’Hésiode, la deuxième introduit une première variation sur un des termes essentiels à la reconnaissance de l’hypotexte – l’adjectif λακέρυζα –, la troisième change de référence hésiodique et ne s’en sert même pas directement. Toutefois, la référence hésiodique et les échos internes aux Phénomènes assurent une unité à la représentation de la corneille, cependant que les connotations négatives qui lui étaient attachées sont progressivement écartées au profit d’une revalorisation multiple tant des diverses qualités (musicales ou prédictives) de son chant que de sa renommée.

  • 74 Cf. A. S. Hollis, Callimachus. Hecale, Oxford, 1990, p. 232. Mais nous ne revenons pas ici la quest (...)
  • 75 Fragment 194, 82 Pfeiffer. Dans ce fragment qui appartient à l’Iambe IV, Callimaque met de nouveau (...)
  • 76 Il y a 82 vers conservés et l’on doit compter que le discours occupait une bonne partie de la lacun (...)
  • 77 Fragment, 74, 21 Hollis. Dans les fables d’Ésope 302 et 348 (Chambry), la corneille dialogue aussi (...)
  • 78 Fragment 74, 22 Hollis. Cf. Aratos, Phénomènes, 1002 et 1023.
  • 79 Voir peut-être le fragment 73, 13-14 Hollis (= 260, 41-42 Pfeiffer) où l’on a voulu voir un souveni (...)
  • 80 Voir l’hypothèse développée par T. B. L. Webster, Hellenistic poetry and art, Londres, 1964, pp. 11 (...)

24Cette nouvelle représentation de la corneille est sans doute à mettre en étroite relation avec le rôle nouveau qu’elle tient dans différentes narrations épiques à la même époque. C’est peut-être Callimaque qui accorde le premier cette importance narrative à la corneille74 dans l’Hécalè. Dans cette épopée miniature, la corneille, qui est reconnue ailleurs par Callimaque comme un oiseau bavard et effronté (λαιδρὴ κορώνη75), atteint à une pleine réalisation de ce caractère. La corneille devient un véritable locuteur et tient un discours d’une centaine de vers environ76. Il est difficile d’apprécier à sa juste valeur ce discours ainsi que la représentation précise que Callimaque y donne de l’oiseau. On peut souligner les éléments suivants. La corneille s’adresse à un autre oiseau qui n’est pas identifié avec certitude77 ; ce dialogue se déroule pendant la nuit – ce qui peut être mis en rapport avec les indications fournies par Aratos78 ; la vieillesse de la corneille est clairement exprimée79. Le discours de la corneille traite d’abord de l’histoire d’Érichthonios, de l’irritation d’Athéna due à la révélation de la corneille au sujet de la désobéissance des filles de Cécrops qui avaient la charge d’Érichthonios. La corneille adresse ensuite à l’oiseau qui l’écoute une prophétie au sujet du corbeau qui sera puni par Apollon pour lui avoir apporté de mauvaises nouvelles. Il est cependant bien difficile de savoir comment l’épisode s’insère précisément dans la narration principale80.

25L’utilisation similaire qu’Apollonios de Rhodes fait des capacités prophétiques de la corneille est plus claire. Il faut d’emblée souligner que la prophétie est prononcée dans un contexte favorable. Celle-ci est en effet adressée au devin Mopsos qui accompagne Jason alors qu’il se rend auprès de Médée ; Mopsos est alors qualifié comme étant

ἐσθλὸϛ μὲν ἐπιπροφανένταϛ ἐνισπεῖν
οἰωνούϛ, ἐσθλὸϛ δὲ σὺν εὖ φράσσασθαι ἰοῦσιν.

  • 81Argonautiques, III, 917-918. Traduction d’E. Delage.

« habile à interpréter les apparitions d’oiseaux, habile à en tirer de bons conseils pour ses compagnons de route »81.

  • 82 Tel est le sens de son sourire au v. III, 938. Sur la perception de la corneille par Mopsos, voir M (...)
  • 83 La corneille n’est mentionnée qu’une fois dans les Argonautiques. L’autre occurrence de κορώνη au v (...)

26Cet allocutaire bien prédisposé de la corneille sait donc apprécier les présages de l’oiseau à leur juste valeur, sans manifester de méfiance ni de mépris à leur égard, contrairement aux voyageurs de la fable 170 (Chambry) d’Ésope. Bien que la corneille lui adresse de vifs reproches (ἀτεμβομένη, III, 938), il accueille avec bienveillance82 le message de la corneille auquel il accorde un caractère divin (θεήλατον, III, 939), et tire aussitôt profit des propos de l’oiseau. Apollonios s’efforce donc à l’évidence de transformer l’image négative de la corneille et c’est ce qui apparaît notamment dans le travail intertextuel qu’il met en œuvre pour introduire la κορώνη dans le récit (III, 927-931)83 :

Ἔστι δέ τιϛ πεδίοιο κατὰ στίβον ἐγγύθι νηοῦ
αἴγειροϛ φύλλοισιν ἀπειρεσίοιϛ κομόωσα
τῇ θαμὰ δὴ λακέρυζαι ἐπηυλίζοντο κορῶναι,
τάων τιϛ μεσσηγὺϛ ἀνὰ πτερὰ κινήσασα
ὑψοῦ ἐπ᾿ ἀκρεμόνων Ἥρηϛ ἠνίπαπε βουλαῖϛ.

  • 84  Traduction d’E. Delage modifiée. Nous suivons notamment pour la construction de πεδίοιο l’interpré (...)

« Or il y a, sur le chemin de la plaine, près du temple, un peuplier couvert d’une innombrable chevelure de feuilles. Or c’est en foule qu’y nichaient des corneilles crailleuses et l’une d’elles, à leur passage, battant des ailes sur une des hautes branches, se mit à se moquer par le vouloir d’Héra »84.

  • 85  Aratos pratique lui aussi la disjonction du nom et de l’adjectif : c’est un signe d’indépendance p (...)
  • 86 Voir aussi le fragment d’Archiloque cité ci-dessus à la note 19. Le pluriel sera repris aussi par O (...)
  • 87  Il faut également relever le verbe ἐπηυλίζοντο qui fait écho au vers V, 65 de l’Odyssée étudié plu (...)
  • 88  Odyssée, V, 64.

27Apollonios pratique ici une surimpression intertextuelle assez complexe entre les hypotextes homérique et hésiodique, qui tendrait à laisser croire qu’il ne fait pas de véritable différence entre les différentes corneilles de l’un et de l’autre. Il se contente d’emprunter à Hésiode l’expression λακέρυζα κορώνη, mais elle est fondamentale dans l’identification de l’oiseau ; il lui fait subir deux transformations importantes : d’une part, l’adjectif hésiodique est séparé du nom par le verbe85 ; d’autre part, il utilise l’expression au pluriel, comme dans les exemples homériques86. Apollonios sur plusieurs autres points renoue avec la tradition homérique87 et apporte du coup ses propres modifications dans la présentation de l’oiseau. Le peuplier, dans lequel niche la volée de corneilles, est en effet également présent dans la futaie d’Homère88. En outre, la corneille n’est pas d’abord considérée dans sa singularité, comme on a pu la rencontrer chez Aratos ou Callimaque, mais est présentée en bande, comme dans Odyssée, V, 63-67 ; ce n’est que dans un deuxième temps que le texte se focalise (τάων τιϛ) sur une seule corneille. Ce passage du groupe à l’unité permet de mettre davantage en valeur l’oiseau qui n’a pas une présence fugitive, mais intervient véritablement dans le récit.

  • 89 Jason souligne d’ailleurs au v. III, 975 qu’il arrive seul et ce point est décisif.
  • 90  Cette évolution est à mettre en parallèle avec le passage de l’association de la κορώνη avec Athén (...)
  • 91 D’Arcy Thompson, A Glossary of Greek Birds, Oxford-Londres, 1936, pp. 170-171, rappelle cette carac (...)
  • 92 Nonnos, Dionysiaques, III, 120. Pour la relation de Nonnos à la poésie alexandrine du iiie siècle a (...)

28En effet, la corneille intervient, d’une manière qui peut paraître secondaire mais qui se révèle décisive, à un moment pivot de la construction de la rencontre entre Jason et Médée : en faisant renoncer Mopsos à accompagner Jason, elle transforme la rencontre imminente avec Médée en un rendez-vous amoureux, dans la mesure où les deux jeunes gens peuvent alors se retrouver en tête-à-tête89. La corneille acquiert donc ainsi un statut d’adjuvant de la relation amoureuse qui lui confère une image fortement méliorative90. Il est possible que cette intervention de la corneille dans ce contexte amoureux soit à l’origine d’une longue tradition qui en fait un oiseau souvent invoqué dans les mariages et les histoire d’amour91 : dans la lignée directe d’Apollonios et de Callimaque, Nonnos présentera à nouveau une corneille bavarde qui se fait appeler « prophète des noces, oiseau des Amours »92.

29Dans cette surimpression intertextuelle, Homère fournit à Apollonios le cadre naturel général, tandis qu’Hésiode donne la qualification et les caractéristiques de l’oiseau. Ce travail intertextuel met fin à une évolution parallèle des deux hypotextes originaux et rend au modèle homérique qui est surreprésenté dans les Argonautiques une place équivalente à son concurrent hésiodique que la littérature avait jusque-là trop favorisé. Mais Apollonios n’est pas l’instigateur de cette relégation partielle du texte d’Hésiode. Aratos lui-même, qui est pourtant le plus hésiodique des poètes de l’époque alexandrine, avait déjà pris progressivement ses distances par rapport à son hypotexte favori. Il ne faut cependant pas conclure à l’abandon d’Hésiode par les poètes alexandrins. Au contraire, la place qu’ils accordent à la corneille et à son traitement par le poète des Travaux montre bien qu’ils reconnaissent en lui le dépositaire d’une tradition intertextuelle en devenir. Le texte d’Hésiode est à l’image de la corneille qu’il décrit : il lance son cri à travers les âges successifs de l’histoire littéraire.

Notes

1 Sur l’expression « bayer aux corneilles », voir C. Duneton, La Puce à l’oreille, Paris, 1978, pp. 180-181.

2 Au sens étymologique du terme, le badaud est celui qui « regarde bouche bée » le monde qui l’entoure.

3 Nous adoptons ici la traduction traditionnelle de κορώνη par « corneille », conscient que cette équivalence n’est pas nécessairement assurée.

4 Cette apparence tient à la fois au ramage et au plumage des deux espèces, ainsi qu’à leur étymologie commune. L’étymologie de κορώνη, comme celle de κόραξ ou de cornis en latin, est d’ordre onomatopéique et renvoie au croassement : voir P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, Paris, 1999 (2e éd.), pp. 565 et 570. On rapprochera de κορώνη les verbes κράζω ou κρώζω qui sont les verbes ordinairement employés pour désigner justement ce croassement.

5 Le jeu de l’actif et du passif dans les infinitifs substantivés au début de la fable est très éclairant sur cette relation d’assistance et de reconnaissance.

6 La fable 171 (Chambry) nous apprend que c’est la déesse Athéna qui enlève toute valeur aux présages de la corneille, qui pourtant prononce bien en effet des présages. Ceux-ci sont privés de la reconnaissance qui devrait leur être accordée, à l’instar des prédictions de Cassandre condamnées à rester lettres mortes.

7 La corneille est usuellement, avec d’autres oiseaux, une représentation du bavard. Voir J. Taillardat, Les images d’Aristophane, Paris, 1963 (2e éd.), pp. 299-300 (§ 520, 522 et 523). Le babil de l’oiseau est tellement incessant que, même s’il cherchait à signifier quelque chose au départ, il finit par ne plus pouvoir signifier autre chose que lui-même.

8 D’une certaine façon, il est dans la nature de tout oiseau d’être porteur de présage, comme le rappellent le double sens du terme οἰωνόϛ (oiseau et présage) employé deux fois dans la fable d’Ésope, ou encore l’évolution identique du terme ὄρνιϛ : sur cet aspect des oiseaux comme porteurs de présages, cf. A. Schnapp-Gourbeillon, Lions, héros, masques, Paris, 1981, pp. 178-185 ; S. H. Lonsdale, « Hesiod’s Hawk and Nightingale : Fable or Omen ? Op., 202-213 », Hermes, 117, 1989, pp. 403-12.

9 Le composé κορωνόπουϛ (Théophraste, Histoire des plantes, VII, 8, 3) qui désigne une sorte de plantain rend bien compte de ces emplois imagés et secondaires du nom de la corneille dans lesquels la présence de l’oiseau finit par être oubliée.

10 Iliade, IV, 111.

11 Odyssée, I, 441 ; XXI, 46, 138, 165. Une dernière occurrence au chant VII est plus ambiguë. Ulysse, en arrivant au palais d’Alkinoos, s’arrête devant le seuil de bronze qui l’éblouit. L’arrêt provoque une pause dans le récit qui ouvre un espace à la description de cette merveille décorative. La muraille est en bronze, les portes sont en or et leurs montants en argent. Puis la « corneille » apparaît aux vers 90-91 :

ἀργύρεον δ᾿ ἐφ᾿ ὑπερθύριον, χρυσέη δὲ κορώνηχρύσειοι δ᾿ ἑκάτερθε καὶ ἀργύρεοι κύνεϛ ἦσαν.

« Et, touchant au linteau d’argent, se trouvait une corneille en or ; de chaque côté de la porte, il y avait des chiens d’or et d’argent ».

Mais de quelle κορώνη s’agit-il ? Est-ce une partie de la porte dont la description précédente a énuméré les différentes parties, comme on l’admet généralement ? Ou est-ce un animal sculpté, à des fins apotropaïques, qui serait l’équivalent des deux chiens qui encadrent la porte pour garder la demeure (VII, 93) ? La situation du mot κορώνη dans la description entretient volontairement une certaine ambiguïté qui représente bien les deux sens, propre et figuré, du mot dans le texte homérique.

12 Le même vers est repris par Ulysse dans le récit qu’il fait de ses aventures à Eumée en Odyssée, XIV, 308.

13 S’agit-il en effet de la corneille au sens strict du terme ou de la « corneille marine » dont l’identification est problématique et dont la distinction avec la corneille ordinaire n’est pas nécessairement arrêtée, comme nous le verrons plus loin à propos d’Aratos.

14 Peut-être poussent-ils des cris de détresse semblables aux « craillements » de la corneille, mais le texte ne donne aucun élément pour assurer le rapport analogique.

15 Certes, cet adjectif n’est pas extraordinaire pour qualifier les vaisseaux chez Homère et se réfère à l’enduit de poix qui assurait l’étanchéité de la coque ; mais la présence de cet adjectif dans un vers où est citée la corneille n’est sans doute pas gratuite, car ce n’est pas l’unique qualification des vaisseaux dans le texte d’Homère.

16 Mais le texte reste silencieux sur ce point.

17 Odyssée, V, 56-57 : ἐκ πόντου βὰϛ ἰοειδέοϛ ἤπειρόνδε / ἤιεν...

18 Je ne suis pas sûr, malgré D’Arcy Thompson, A Glossary of Greek Birds, Londres-Oxford, 1936 (réimp. Hilsdesheim, 1966), p. 173, qu’il faille se fier totalement à Hesychius et identifier rapidement ces κορῶναι aux αἴθυιαι. Cette identification, comme on le verra plus loin, doit être refusée pour le texte d’Aratos qui sert d’appui à D’Arcy Thompson ; le texte d’Arrien (Péripl., 21) qui est également commenté indique au contraire qu’il faut distinguer nettement κορώνη et αἴθυια. Du coup, le chapitre VIII de M. Detienne-J.-P. Vernant, Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, 1974, intitulé « La corneille de mer » qui porte en réalité sur l’αἴθυια, n’est peut-être pas bien nommé ; l’assimilation rapide entre les deux oiseaux qui y est reprise conduit donc à certaines confusions. Je rappellerai ici la prudence de J. B. Hainsworth, Omero. Odissea, vol. II, Fond. Lorenzo Valla, 1982, p. 155, qui dit que l’identification des κορῶναι εἰνάλιαι reste très incertaine et que c’est d’ailleurs en vain que celles-ci sont rapprochées des αἴθυιαι dont le sens n’est pas davantage certain. Pour une tentative de traduction du terme αἴθυια, cf. par exemple C. Cusset, « Un drôle d’oiseau appelé αἴθυια », Lettre de Pallas, 6, 1998.

19 Cet adjectif est ailleurs appliqué aux grives (Odyssée, XXII, 468), à l’épervier (Hésiode, Travaux, 212), à l’aigle (Hésiode, Théogonie, 525). Dans l’Hymne homérique à Hermès (vers 213), l’oiseau n’est pas précisé. Voir aussi Aristophane, Oiseaux, 1411.

20 Dans l’adjectif τανύγλωσσοι, le premier élément τανυ- représente un vieil adjectif *τανύϛ signifiant « mince, étroit, effilé » qu’on trouve dans de nombreux composés (τανυγλώχιν, τανυήκηϛ, τανύσφυροϛ) : τανύγλωσσοϛ signifierait donc « à la langue effilée », d’où « bavard ». Mais le premier élément τανυ- a été senti très tôt comme tiré du présent τάνυμαι, avec le sens de « long », ce qui a provoqué l’ambiguïté de certains composés comme τανυπτέρυξ, τανύπτεροϛ. Voir P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 1999, s. v. τανυ-.

21 Cet adjectif est un hapax homérique absolu qui n’a fait l’objet d’aucune reprise dans la littérature postérieure.

22 L’adjectif λακέρυζα est un des rares dérivés nominaux de la famille de λάσκω. À l’origine, on trouve le parfait λέληκα appliqué d’une part chez Homère (Iliade, XXII, 141 ; Odyssée, XII, 85 avec le participe féminin λελακυῖα appliqué à Scylla) et Hésiode (Travaux, 207) aux cris de chiens et d’oiseaux, et employé d’autre part au sens de « chanter » dans la langue tragique (Euripide, Hécube, 678 ; Hippolyte, 55) ; à côté de ce parfait, on trouve aussi un aoriste ancien ἔλακον employé à propos des craquements chez Homère (Iliade, XIII, 616 ; XIV, 25) et Hésiode (Théogonie, 694). De cet aoriste a été tiré le présent λάσκω qui a le sens de « parler, dire à haute voix » dans la langue tragique (Eschyle, Agamemnon, 1426 ; Sophocle, Trachiniennes, 824 ; Euripide, Iphigénie en Tauride, 461). L’adjectif λακέρυζα, dérivé de cet aoriste ancien, est appliqué principalement à la corneille, mais aussi à une chienne (Platon, République, 607b qui cite un poète) ; on trouve un masculin λακέρυζοϛ formé secondairement dans une épigramme anonyme de l’Anthologie Palatine, IX, 317. Voir P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 1999, s. v. λάσκω. Ce dernier verbe est employé, par exemple par Aratos (Phén., 914, 972), pour des cris d’oiseaux, en l’occurrence du héron : cf. D. Kidd, Aratus Phaenomena, Cambridge, 1997, p. 502.

23 L’équivalence sémantique des deux adjectifs tendrait à faire de ces deux types de corneilles un seul et même type. Il faut rappeler ici le pessimisme de N. Dunbar, Aristophanes. Birds, Oxford, 1995, p. 405 pour lequel « the meaning of λακέρυζα is unknown » ; cette indécision du sens nous autorise à tenter le rapprochement avec l’adjectif homérique.

24 Les reprises intertextuelles à l’époque alexandrine semblent bien indiquer, comme on le voit dans la suite, que les Alexandrins ne font pas de distinction entre différents types de κορῶναι et qu’ils semblent bien assimiler la κορώνη homérique et la κορώνη hésiodique.

25 On laissera de côté ici l’occurrence du vers 679 des Travaux où la corneille intervient, à titre de comparant, dans les signes annonciateurs de la navigation de printemps : on soulignera que c’est bien encore la corneille, en tant qu’oiseau terrestre laissant son empreinte sur le sol, qui est évoquée dans un contexte pourtant maritime.

26 Cf. M. L. West, Hesiod. Works and Days, Oxford, 1978, p. 341 qui comprend bien sûr le conseil en ce sens, en le rapprochant de l’image traditionnelle de la corneille, véhiculée notamment dans les textes ultérieurs de l’époque alexandrine ; West ne fait pas référence à la fable d’Ésope que nous citions en commençant (170 Chambry) qui entre pourtant dans la même lignée : les voyageurs d’Ésope n’ont pas la prudence recommandée par Hésiode, même s’il est plus facile d’éviter de donner un perchoir aux corneilles sur la maison que l’on construit que d’éviter de les rencontrer sur des arbres !

27 Les trois termes κρώζω, κορώνη et λακέρυζα renvoient à ce cri rauque.

28 Dans les trois derniers mots, un kappa apparaît toutes les trois syllabes.

29 Cette « dysharmonie » imitative peut en partie expliquer pourquoi Hésiode a remplacé l’adjectif homérique τανύγλωσσοϛ par λακέρυζα, au cas où il y aurait bien une variation sur le texte homérique.

30 Le passage est cité entièrement et utilisé par Plutarque, Sur la disparition des oracles, 415 cd.

31 Cf. M.-C. Leclerc, Hésiode. La Théogonie, Les Travaux et les Jours et autres poèmes, Paris, 1999, p. 314. Il s’agirait même du premier exemple de multiplication. Il y a à l’évidence une attention portée en effet beaucoup plus forte aux chiffres qu’aux êtres cités. Dans ces cinq vers qui forment apparemment une forte unité, comme l’indique la disposition des termes féminins (voir aussi la n. 35 ci-dessous) en boucle autour des termes masculins, (cette unité apparaît aussi dans la disposition même des phrases sur l’ensemble des vers, la première proposition correspondant à un vers et un rejet, la dernière à un contre-rejet et un vers complet, tandis que les trois propositions centrales ne parviennent jamais à former un hexamètre complet), on voit la place emphatique occupée par les chiffres : l’anaphore de ἐννέα au début des v. 1 et 4 ; la place de δέκα au début de la dernière proposition, juste après la coupe penthémimère, ou même celle de l’élément composé τετρα- souligné par la pause bucolique au v. 2 ; la place surtout centrale du numéral τρεῖϛ au début du v. 3. On remarque également que les chiffres retenus ont tous un rapport à trois, soit multiples de trois (3 et son multiple 9 sont mis en évidence par la place systématique en début de vers), soit 3 (ou un multiple) + 1. Cette importance combinée du 1 et du 3 se retrouve curieusement dans la répartition des éléments de cette multiplication au fil des cinq hexamètres :

Image 10000000000004B60000016391008E17.png

Le tableau fait apparaître que les éléments masculins sont toujours au nombre de 3 par vers (le pronom ἡμεῖϛ reste indéterminé dans son genre tant que le vers 5 n’est pas lu), tandis que les éléments féminins ont vocation à être isolés dans l’hexamètre. Il faut enfin remarquer un passage du singulier au pluriel de κορώνη à νύμφαι : le dernier terme est le seul de la série à être initialement au pluriel sans être multiplié par un chiffre, tandis que le premier terme est le seul à ne pas subir directement l’altération du pluriel dans la mesure où le produit des quatre corneilles est exprimé par l’adjectif composé τετρακόρωνοϛ qui reste lui-même au singulier.

32 Cette caractéristique se retrouve dans les passages d’Aristophane et d’Aratos analysés plus loin, ainsi que dans la fable 348 (Chambry) d’Ésope.

33 Voir D’Arcy Thompson, A Glossary of Greek Birds, Oxford, 1936 (rééd. Hildesheim, 1966), p. 169.

34 On notera également la place répétée à la clausule des quatre premiers hexamètres des termes désignant la corneille ou le phénix ; l’alternance φοῖνιξ - φοίνικαϛ répond d’ailleurs exactement dans les vers 3-4 à l’alternance κόραξ - κόρακαϛ avant la coupe penthémimère, tandis que le terme κόραξ fait écho d’un point de vue étymologique et euphonique à κορώνη.

35 On remarquera également que c’est, avec l’adjectif ἐυπλόκαμοι qui qualifie les nymphes, le seul adjectif à valeur descriptive du passage pour ce qui est des éléments de la multiplication (le génitif Διὸϛ αἰγιόχοιο est à part de ce système), ce qui renforce le lien entre les deux éléments féminins.

36 Archiloque est peut-être le seul à maintenir une certaine fidélité à Homère. Dans l’unique référence à l’oiseau qu’on trouve dans les fragments du poète, l’expression hésiodique est en effet absente (fragment 11 Lasserre) :

Συκῆ πετραίη πολλὰϛ βόσκουσα κορώναϛ,
µεὐήθηϛ ξείνων δέκτρια Πασιφίλη.

« Figuier des rochers, qui nourrit beaucoup de corneilles, c’est une bonne, une accueillante hôtesse que Pasiphilé » (traduction A. Bonnard).

Le poète semble ici partir d’une parodie d’Homère (Σκύλλη πετραίη, Odyssée, XII, 231). Quant à la présence des corneilles dans un arbre, elle serait assez proche de celle du chant v de l’Odyssée où la corneille n’était pas non plus solitaire et gîtait en bande dans une futaie.

37 Il est en effet question au début du fragment de Stésichore d’un messager (ἄγγελοϛ, vers 3) qui traverse le ciel. Cet incident semble rappeler le début du chant XV de l’Odyssée : au moment où Télémaque s’apprête à quitter Ménélas et Hélène, un aigle s’envole en emportant une oie.

38 D. L. Page, Lyrica Graeca selecta, Oxford, 1968 (rééd. 1973).

39 Sur l’aspect homérique de ce fragment de Stésichore, voir C.M. Bowra, Greek Lyric Poetry, Oxford, 1961, pp. 77-79.

40 L’expression n’est pas désolidarisée et occupe la même position finale dans le vers. Le texte d’Hésiode est ainsi clairement désigné. Dans le contexte du présage, le poète lyrique se souvient peut-être que pour Hésiode la corneille est un oiseau de mauvais augure qu’il faut éviter.

41 Cf. M. Casevitz, Commentaire des « Oiseaux » d’Aristophane, Lyon, 1978, p. 56. Malgré l’absence de toute autre référence au texte d’Hésiode à l’époque classique, il faut supposer que le vers était suffisamment connu, car l’allusion chez Aristophane n’est pas annoncée autrement que par la formule faussement interrogative οὐκ οἶσθ᾿ ὅτι, qui signale l’allusion intertextuelle : la suite du vers est désignée comme une citation anonyme, mais le public devait connaître assez le texte d’Hésiode pour l’identifier.

42 Toute la pièce des Oiseaux repose d’ailleurs sur une expression imagée, de type proverbial, qui fait intervenir un proche parent de la corneille : ἔρρε εἰϛ κόρακαϛ. Aristophane ne fait qu’étendre alors le domaine proverbial de référence. Sur les proverbes chez Aristophane, notamment dans les Oiseaux, cf. M. Menu, « Courir d’âge en proverbe dans la comédie grecque », in C. Cusset, M.-H. Garelli-François et C. Orfanos (edd.), Où courir ? Organisation et symbolique de l’espace dans la comédie antique. Actes du colloque international de Toulouse (20 au 20 janvier 2000), Pallas, 54, 2000, pp. 229-238.

43 N. Dunbar, Aristophanes. Birds, Oxford, 1995, p. 404 propose différentes explications pour les modifications apportées par Aristophane aux vers d’Hésiode : soit l’incurie du poète comique, soit la possibilité qu’il cite un autre texte que celui qui nous est parvenu dans le fragment 304 M.-W., soit une modification délibérée du fait du changement de mètre.

44 C’est aussi à ce type d’explication que peut correspondre le passage de ἐννέα (- ˘˘) à πέντ(ε) (-). A. H. Sommerstein, The comedies of Aristophanes. Vol. 6 : Birds, Warminster, 1987, p. 237 mène le même raisonnement pour expliquer le changement de neuf en cinq. Il souligne aussi qu’Aristophane ne comprend sans doute pas le terme γενεὰϛ exactement dans le sens d’Hésiode.

45 Callimaque, Epigramme XXVII Pfeiffer. Sur l’importance de l’influence d’Hésiode sur Aratos, voir H. N. Porter, « Hesiod and Aratus», Trans. Amer. Phil. Ass., 77, 1946, pp. 158-170 ; D. Kidd, Aratus. Phaenomena, Cambridge, 1997, pp. 8-10 ; C. Cusset, La Muse dans la Bibliothèque. Réécriture et intertextualité dans la poésie alexandrine, Paris, 1999, pp. 289-306.

46 Cf. J. Martin. Aratos. Phénomènes, t. 1, Paris, 1998, pp. CIII-CVIII.

47 La corneille semble être devenue, pour ce qui est de l’annonce du temps, un oiseau dont le présage est infaillible. C’est ce que laisse penser le fragment 89 (Powell) d’Euphorion : ὑετόμαντιϛ ὅτε κρώξειε κορώνη. Le néologisme ὑετόμαντιϛ d’Euphorion est ainsi créé pour caractériser en propre la corneille, qui devient ce faisant un véritable μάντιϛ dont les présages s’accomplissent toujours ainsi que le laisse penser l’expression de la répétition dans la temporelle. La filiation hésiodique est aussi sensible dans ce fragment et L. A. De Cuenca, Euforion de Calcis. Fragmentos y Epigramas, Madrid, 1976, situe ce fragment dans le poème d’Euphorion qui serait intitulé ̔Ησίοδοϛ.

48 Nous suivons ici le texte de J. Martin, op. cit., 1998. L’ancienne édition de J. Martin, Arati Phaenomena, Florence, 1956, ne diffère que sur un point, en préférant la correction (somme toute inutile) de Maass χερσαῖ(α) pour χέρσῳ.

49 Nous avons déjà suffisamment étudié ce phénomène ailleurs pour ne pas y revenir ici : cf. C. Cusset, « Exercices rhétoriques d’Aratos autour du terme ἠχή », Revue de Philologie, 69, 1995, pp. 245-248.

50 En passant ainsi du destin à venir au simple temps qu’il va faire, du présage divin au pronostic terrestre, la corneille passe de l’incompréhension dans laquelle les hommes la tenaient avec mépris, à une nouvelle compréhension à la fois utile et efficace.

51 Il présente en effet la corneille dans quatre attitudes différentes scandées par la conjonction ἤ.

52 C’est sa position métrique la plus courante depuis la poésie homérique.

53 La forte anticipation qui en résulte met en évidence l’adjectif λακέρυζα, placé avant la coupe trochaïque au troisième pied.

54 L’adjectif παχύϛ, utilisé ici par Aratos pour qualifier le croassement, est rarement employé pour les sons, mais ne semble pas être péjoratif : cf. D. Kidd, Aratus. Phaenomena, Cambridge, 1997, p. 503.

55 D’Arcy Thompson, A Glossary of Greek Birds, Oxford-Londres, 1936, p. 173, cite entièrement ce passage comme témoin et description de la κορώνη ἡ θαλάσσιοϛ; il est suivi par M. Detienne & J.-P. Vernant, Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, 1974, p. 204, qui citent, en note 12, ce même passage pour illustrer l’idée qu’« en plongeant dans la mer, l’oiseau conjoint le ciel et l’eau, il annonce la tempête, comme le disent explicitement plusieurs autres témoignages ». Or, je ne vois nulle part dans le texte d’Aratos que la corneille plonge dans la mer ; en outre, il ne s’agit pas d’annoncer ici la tempête, mais seulement la pluie.

56 L’adjectif εἰνάλιαι est celui-là même qui qualifie chez Homère les κορῶναι.

57 Cf. D. Kidd, Aratus. Phaenomena, Cambridge, 1997, p. 503.

58 J. Martin, op. cit., 1998, t. 2, p. 514.

59 W. Ludwig, « Die Phainomena Arats als hellenistische Dichtung », Hermes, 91, 1963, pp. 425-448 (spécialement p. 434).

60 D’Arcy Thompson, op. cit., p. 169, dit d’ailleurs à propos de la corneille terrestre qu’elle fréquente le bord de mer, sur le témoignage d’Aristote, Histoire des animaux, 593 b 14.

61 Cf. D. Kidd, op. cit., p. 502.

62 L’adjectif substantivé ἥσυχα, qui est ici bien calculé par Aratos – comme l’indique la polyptote des vers 999-1001 –, s’oppose à πολλὴ au v. 953, tandis que πολύφωνα s’oppose à παχέα. L’opposition entre les deux vers est signalée justement par J. Martin, op. cit., 1998, t. 2, p. 528.

63 Dans le même passage, il s’intéresse au chant de la chouette (vers 999-1000) et aux cris des corbeaux (vers 1003-1006).

64 Il y a sans doute lieu de comprendre πολύφωνα comme un féminin, comme le suggèrent la variation sur la clausule hésiodique, le parallèle du v. 1022 (voir ci-après) ainsi que la traduction garrula cornix proposée par Ceporinus : sur cette interprétation, cf. D. Kidd, op. cit., p. 523 (contra J. Martin, op. cit., p. 528).

65 Cet adjectif n’est que fort peu employé dans la langue poétique. On le trouve d’abord chez Aristote (Parties des animaux, 660a34). Après Aratos, on le retrouve chez Denys d’Halicarnasse (La composition stylistique, 16), puis chez Strabon (Géographie, 3, 2, 12) et Plutarque (Moralia, 411e, 715a et 973c). Il semble relever d’abord d’une langue spécialisée, scientifique où il est appliqué aux oiseaux, aux flûtes ou au style, avant de prendre un sens plus courant de « bavard » chez Plutarque.

66 On soulignera l’effet stylistique recherché par Aratos avec l’emploi du participe ποικίλλουσα qui n’est pas d’ordinaire employé pour les sons, et qui produit une synesthésie à l’avantage du cri en question.

67 Texte et traduction de J. Martin, op. cit., 1998, t. 1, p. 60.

68 J. Martin, op. cit., 1998, t. 2, p. 533, indique même un écho formel entre les vers 950 et 1022.

69 Le verbe hésiodique à valeur onomatopéique n’est plus repris.

70 Cf. κλαγγηδόν, βοῶντε et σπίζων.

71 Sans doute avec la variante ἀνδρῶν γηράντων. Voir J. Martin, Arati Phaenomena, Florence, 1956, p. 137 et D. Kidd, op. cit., p. 532.

72 Cet adjectif, qui est un hapax absolu, s’inscrit dans une série de composés homériques sur le numéral ἐννέα : cf. D. Kidd, op. cit., p. 531.

73 Le terme κορώνη apparaît une quatrième fois dans les Phénomènes au vers 345, mais il est alors employé dans un sens figuré et désigne la proue d’un navire : sur cet emploi, cf. J. Martin, op. cit., 1998, t. 2, p. 393.

74 Cf. A. S. Hollis, Callimachus. Hecale, Oxford, 1990, p. 232. Mais nous ne revenons pas ici la question de la priorité entre l’Hécalè de Callimaque et les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes. Nous préférons voir simplement ici dans le traitement littéraire de la corneille chez les deux poètes alexandrins une évolution peut-être plus générale de la représentation de l’oiseau, plutôt que de chercher à savoir lequel des deux a influencé l’autre.

75 Fragment 194, 82 Pfeiffer. Dans ce fragment qui appartient à l’Iambe IV, Callimaque met de nouveau en œuvre un dialogue d’oiseaux ; il reproduit donc le même motif que dans l’Hécalè, mais la chronologie relative des deux œuvres n’est pas établie (cf. C. M. Dawson, « The Iambi of Callimachus. A Hellenistic poet’s experimental laboratory », Yale Class. St., 11, 1950, p. 54). La qualification de la corneille est ici de nouveau péjorative, mais Callimaque ne semble pas pourtant s’inscrire dans la lignée intertextuelle d’Hésiode, en dépit de son attachement général au poète archaïque (cf. H. Reinsch-Werner, Callimachus Hesiodicus, Berlin, 1976 ; C. Cusset, La Muse dans la Bibliothèque, Paris, 1999, p. 306-321) : les fragments conservés ne portent pas mention de l’épithète hésiodique de l’oiseau.

76 Il y a 82 vers conservés et l’on doit compter que le discours occupait une bonne partie de la lacune d’environ 22 vers qui sépare les fragments 69 et 70 Hollis : cf. A. S. Hollis, Callimachus. Hecale, Oxford, 1990, pp. 224-225.

77 Fragment, 74, 21 Hollis. Dans les fables d’Ésope 302 et 348 (Chambry), la corneille dialogue aussi avec la colombe et l’hirondelle.

78 Fragment 74, 22 Hollis. Cf. Aratos, Phénomènes, 1002 et 1023.

79 Voir peut-être le fragment 73, 13-14 Hollis (= 260, 41-42 Pfeiffer) où l’on a voulu voir un souvenir du fragment 304 M.-W. d’Hésiode (cf. P. Bing, The Well-Read Muse. Present and Past in Callimachus and the Hellenistic Poets, Göttingen, 1988, p. 43 et H. Reinsch-Werner, Callimachus Hesiodicus, Berlin, 1976, p. 250-255) et surtout le fragment 74, 9.

80 Voir l’hypothèse développée par T. B. L. Webster, Hellenistic poetry and art, Londres, 1964, pp. 116-118, à la suite de B. Gentili, Gnomon, 33, 1961, p. 342.

81Argonautiques, III, 917-918. Traduction d’E. Delage.

82 Tel est le sens de son sourire au v. III, 938. Sur la perception de la corneille par Mopsos, voir M. Campbell, Studies in the third book of Apollonius Rhodius’ Argonautica, Hildesheim-Zurich-New York, 1983, pp. 62-65.

83 La corneille n’est mentionnée qu’une fois dans les Argonautiques. L’autre occurrence de κορώνη au vers III, 1318 est un emploi figuré : le terme y désigne une pièce d’attelage, l’anneau qui permet de fixer le joug sur le timon. Apollonios pratique ici sans doute une réécriture discrète du vers XXII, 46 de l’Odyssée. Voir F. Vian, Argonautiques. Chant III, Paris, 1961, p. 154.

84  Traduction d’E. Delage modifiée. Nous suivons notamment pour la construction de πεδίοιο l’interprétation beaucoup plus simple de M. Campbell, Studies in the third book of Apollonius Rhodius’ Argonautica, Hildesheim-Zurich-New York, 1983, p. 65.

85  Aratos pratique lui aussi la disjonction du nom et de l’adjectif : c’est un signe d’indépendance par rapport à l’hypotexte utilisé.

86 Voir aussi le fragment d’Archiloque cité ci-dessus à la note 19. Le pluriel sera repris aussi par Oppien, Cynégétiques, III, vers 117 (πολύζωοί τε κορῶναι) qui affecte la corneille d’une nouvelle épithète qu’on ne trouve guère avant lui que dans la langue comique.

87  Il faut également relever le verbe ἐπηυλίζοντο qui fait écho au vers V, 65 de l’Odyssée étudié plus haut. Voir M. M. Gillies, The Argonautica of Apollonius Rhodius. Book III, Cambridge, 1928 (réimp. Hildesheim-New York, 1973), p. 96.

88  Odyssée, V, 64.

89 Jason souligne d’ailleurs au v. III, 975 qu’il arrive seul et ce point est décisif.

90  Cette évolution est à mettre en parallèle avec le passage de l’association de la κορώνη avec Athéna (notamment chez Callimaque, mais aussi déjà chez Ésope) à sa relation à Héra.

91 D’Arcy Thompson, A Glossary of Greek Birds, Oxford-Londres, 1936, pp. 170-171, rappelle cette caractéristique de la corneille, mais il apparaît que les témoins de cette tradition sont tous relativement tardifs, qu’il s’agisse d’Élien (N. A., III, 9) ou d’Horapollon ; on notera qu’il ne cite pas ici Nonnos auquel renvoie cependant M. M. Gillies, op. cit., p. 96. R. Hunter, Apollonius of Rhodes. Argonautica. Book III, Cambridge, 1989, p. 200, pense également que c’est Apollonios qui est à l’origine de cette tradition.

92 Nonnos, Dionysiaques, III, 120. Pour la relation de Nonnos à la poésie alexandrine du iiie siècle avant J.-C., il faut lire l’ensemble des vers III, 97-102 et III, 119-122 et les remarques de P. Chuvin, Nonnos de Panopolis. Les Dionysiaques, t. 2, Paris, 1976, ad loc., notamment p. 138 : « la corneille raille l’inexpérience amoureuse de Cadmos, originaire du pays de l’amour, comme elle reproche son ignorance au devin Mopsos chez Ap. Rh., 3, 932s ».

Auteur

Université de Saint-Étienne

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540