Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition

Nicole Loraux

Texte intégral

1Nicole Loraux, membre du Comité de Rédaction de notre revue dès l’origine, est morte. Après neuf ans de lutte contre une affection qui l’avait cruellement handicapée mais nullement privée de sa volonté de comprendre et de penser, elle laisse derrière elle une véritable œuvre, exigeante, intransigeante même, novatrice et féconde.

2Quelques uns l’ont accompagnée dans ses recherches, d’idée en idée, de question en question. Nous étions de ceux-là. D’autres, plus nombreux, ont écouté dans ses cours ou découvert dans ses textes son verbe sobre et précis, sa démarche d’exploration, jamais satisfaite d’une conclusion trop rapide ou trop facile. À tous elle faisait découvrir et montrait en même temps comment on découvre, comment on questionne, en refusant de s’enfermer dans une discipline ou une époque. À la philologie, à l’histoire, à la philosophie, à la linguistique, à la psychanalyse, elle demandait en effet sans relâche de l’aider à un incessant va-et-vient entre l’antiquité grecque et notre présent qu’elle interrogeait l’un par l’autre, qu’il s’agisse des enjeux de la construction des origines, du masculin et du féminin comme opérateurs de pensée, du politique, de la guerre civile, de l’oubli et de l’amnistie, de l’un et du multiple, du deuil, de ses cris et de ses violences.

3Ainsi, avec elle, les Grecs anciens nous aidaient à nous comprendre ; ainsi nous posions aux Grecs des questions qui nous les révélaient autres et proches, familièrement étranges.

4Avec nous elle a voulu Mètis, ouverte, multiple et rigoureuse. Nous nous en souviendrons.

5Le Comité de Rédaction

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540