Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition

avertissement

Texte intégral

1La revue Mètis est née en 1986 d’une collaboration entre hellénistes grecs et français. Dès le départ, elle s’est donné comme but d’étudier l’Antiquité grecque en se plaçant dans la perspective d’une anthropologie historique du monde grec ancien. Son intention n’était nullement de rompre avec les disciplines érudites (philologie, histoire, archéologie, etc.), mais de prendre aussi en compte les apports de diverses sciences humaines (ethnologie, sociologie, linguistique, psychologie, psychanalyse).

2Bien que dotée d’un Comité de Rédaction franco-hellénique, la revue Mètis a eu l’ambition de ne pas rester enfermée dans un cadre relevant seulement de deux pays, de deux langues, de deux traditions. En voulant, dès sa parution, acquérir une dimension internationale, elle a ouvert ses publications à cinq langues (français, grec, anglais, italien, allemand) et elle a mis en place un Comité de Lecture composé de spécialistes originaires de divers pays européens (France, Grèce, Italie, Allemagne, Angleterre, Suisse, etc.), ainsi que des États-Unis.

3Pendant ces longues années, et grâce aux efforts de tous, la revue Mètis a essayé de rester fidèle à ces orientations, en développant une réflexion anthropologique, en faisant une large part à l’érudition, en élargissant des corpus documentaires, en se donnant aussi la possibilité de sortir du cadre de la Grèce ancienne, pour interroger les cultures romaine, byzantine ou néo-grecque. C’est, d’ailleurs, aux rapports des mondes grec et romain qu’on aimerait, à l’avenir, accorder plus de place.

4Mais tout organisme, pour survivre, a besoin de se rénover. C’est ainsi une autre aventure qui commence, avec le premier numéro de cette nouvelle série. Avec un Comité de Rédaction renforcé et diversifié, avec un Comité de Lecture largement renouvelé, la revue Mètis (conçue, composée et imprimée entre Paris et Athènes), entame sa nouvelle vie en formulant le vœu qu’elle avait exprimée, lorsqu’elle faisait ses tout premiers pas, en 1986 : « qu’elle soit libre et ouverte, qu’elle échappe au provincialisme des frontières nationales et à l’étroitesse des habitudes universitaires, qu’elle ne se laisse pas enfermer dans l’horizon exigu des modes, des chapelles, des écoles ».

5Nous remercions chaleureusement tous les lecteurs qui sont restés fidèles à Mètis durant sa première période et nous espérons que, plus nombreux encore, ils en accompagneront la nouvelle série.

6Le Comité de Rédaction

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540