Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le paradoxe du vote

 | 
Tarik Tazdaït
, 
Rabia Nessah

2. La minimisation du regret maximal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je n’ai jamais voté pour quelqu’un, j’ai toujours voté contre [quelqu’un].
W. C. Fields

En cherchant à résoudre le « paradoxe du vote », John Ferejohn et Morris Fiorina (1974) ont établi une distinction intéressante entre leur approche et celle d’Anthony Downs (1957). Rappelons que la décision de vote dans le modèle de Downs correspond à une décision d’investissement : face à un bénéfice futur incertain (PB), l’individu se doit de supporter un coût au montant certain (égal à C). Ces auteurs considèrent plus cohérent de concevoir l’acte de vote comme un acte de « consommation », dans le sens où l’individu consomme du vote pour lui-même, dans son propre intérêt. Le problème ne consiste donc plus en une prise de décision avec risque (qui permettait d’établir un raisonnement en termes d’utilité espérée ou de gain espéré) mais une prise de décision sous incertitude : alors qu’en présence de risque les probabilités sont supposées connues, en présence d’incertitude elles ne le sont pas, et p...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540