Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 2

 | 
Bartolomé Bennassar

Table des illustrations

Texte intégral

1En dépliant : vue de valladolid (d’après la gravure du Civitates Orbis Terrarum, de G. Braun et F. Hogenberg, éd. de Cologne, 1593).

2Autour de la ville les huertas clôturées de tapias, murs de briques crues, et quelques vignobles également clôturés. Au premier plan sur une aire tourne le trillo qui extrait le grain des épis, tiré par des bœufs quoi qu’en ait dit Juan de Arrieta. A gauche les jachères alternent avec le jeune blé.

3Dans la ville que dominent de nombreux clochers quelques lignes d’arbres indiquent les promenades : Espolón, Pré de la Madeleine. Des maisons hautes en petit nombre, beaucoup de maisons basses de couleur claire, faites d’adobe. (Collection de l’auteur.).......................................................................................................................25

  1. la pinède aux abords de valladolid, une création de la fin du xve et du début du xvie siècle. (Photo Núñez, Valladolid.)........................................................................................................88
  2. le grand araire méditerranéen, un outil qui a traversé les siècles. Pièce de bois courbée et durcie au feu, soc métallique pour fendre la glèbe. A droite l’arrière-train de la mule : au xvie siècle elle tend à remplacer les bœufs dans les labours. Il faut étendre les surfaces cultivées, gagner du temps. (Photo J. P. A malric.)………………………………………………………………………………..89
  3. un vignoble de tradition et de qualité, sur les coteaux de Fuensaldana à Cigales. Ici les caves de Mucientes, caves familiales taillées dans le calcaire. (Photo Núñez, Valladolid.)………………………………………………….......................................104
  4. sur le paramo. Horizons larges, vision lointaine pour la forteresse de l’une des vieilles familles vallisolétaines, les Vivero, seigneurs de Fuensaldana et de son château. (Photo Núñez, Valladolid.)…………………………………………………………………………105
  5. dernière influence mudEjar : L’encadrement de la porte, dérivé de l’alfiz. La décoration de la façade est récente. (Photo Núñez, Valladolid.)………………………………………………………………………..448
  6. La Renaissance à Valladolid. façade du collège de santa cruz : l’avènement triomphal de la Renaissance en Castille. Pilastres et colonnes coiffées de chapiteaux corinthiens, entablement avec décor de lions ailés, séraphins, etc. Fronton circulaire surmontant le portail, superposition des ordres, etc. (Photo Núñez, Valladolid.)…………………………………………………………………………449
  7. La Renaissance à Valladolid. façade de la maison du soleil, construite en 1539 ou 1540. Pierre blanche. Colonnes doubles supportant un entablement décoré d’une frise de grotesques. En haut au-dessus de la fenêtre l’écu du comte de Gondomar surmonté d’un soleil. (Photo Núñez, Valladolid.)…………………………………………………………………………464
  8. La Renaissance à Valladolid. ancien palais des marquis de villena devenu Gouvernement Civil, réalisé au début de la 2e moitié du xvie siècle. Patio vaste de proportions classiques : colonnes légères portant des chapiteaux ioniques, à partir desquels s’élancent les courbes harmonieuses des arcades. Médaillons de bonne facture, écus dans les angles. (Photo Núñez, Valladolid.)………………………………………………………………………….465
  9. Le style herrerien à Valladolid. le patio du palais de fabio nelli (fin du xvie siècle). Colonnes doriques portant chapiteaux corinthiens, supportant les arcades. Tendance à la monumentalité. Décoration herrerienne : médaillons simplement moulurés. (Photo Núñez, Valladolid.) 496
  10. Le style herrerien à Valladolid. grand escalier du palais de fabio nelli, ample de proportions, permettant une ascension facile de la chaise à porteurs grâce à la faible élévation des degrés. Colonnes à chapiteaux doriques sur les paliers. Fragments de mosaïque en voie de restauration. (Photo Núñez, Valladolid.)…………………………………………………………………………497
  11. une maison de letrado : la cuisine. Chaises de bois, table de bois sombre consolidée par des ferrures ; beaux chenets, grands chaudrons de cuivre. Larges banquettes pour la veillée. Cuivres et poteries. D’après la Casa de Cervantes, Valladolid. (Photo Núñez, Valladolid.)…………………………………………………………………………512
  12. une maison de letrado : le salon. A droite l’arca ou coffre pour serrer le beau linge ; à gauche l’écritoire de noyer et un bargueño aux inscrustations d’ivoire, ses multiples tiroirs pour les bijoux, les lettres, les titres de rentes, les créances ; à droite un autre bargueño ; deux fauteuils tendus d’une riche étoffe ; tenture ou repostero de pared ; une niche s’ouvre qui encadre une vierge à l’enfant, bois polychrome ou albâtre ? Coussins et tabourets autour du rouet. Tableaux encadrés qui confirment l’aisance. D’après la Casa de Cervantes, Valladolid. (Photo Núñez, Valladolid.)…………………………………………………………………………512
  13. la castille hier et aujourd’hui : un pâtre et son troupeau de moutons dans l’ombre du château de Torrelobatón. Aujourd’hui comme hier la jachère biennale et les chaumes font vivre des millions de moutons. (Photo J. P. Amalric.)……………........................................................................................513

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter