Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Bomarzo

 | 
Esteban Buch

« Bomarzo interdit à cause relations avec une ourse »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Bomarzo interdit à cause relations avec une ourse », disait le télégramme de Ginastera à Mujica Lainez. L’accusation de zoophilie évoquée par le compositeur n’est pas seulement une plaisanterie, ni une simple anecdote. Dans l’opéra, l’ourse des Orsini est l’ombre protectrice de Pier Francesco, la seule trace de ses ancêtres non contaminée par leur part maudite. Qu’en 1967 cet animal doux et imaginaire ait pu apparaître à certains censeurs comme une figure du mal illustre parfaitement la complexité un peu absurde de l’épisode. L’opéra censuré au pays des vaches par un général de cavalerie aux favoris de morse, l’invisible opéra des gorilles amateurs de chats et de licornes, qu’un cardinal fit condamner pour des relations douteuses avec une ourse, voilà une fable qui brille d’un éclat singulier au sein du grand bestiaire national de l’Argentine. C’est pourquoi l’ourse est un bon symbole de l’affaire Bomarzo, d’ailleurs plus sympathique que la plupart de ses personnages.

Cependant, ce...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540