Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Bomarzo

 | 
Esteban Buch

Bomarzo, premier opéra Argentin de la démocratie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bomarzo, premier opéra Argentin de la démocratie : l’annonce de sa reprise pendant la saison 1984 est l’un des premiers actes du nouveau directeur du théâtre Colón, Cecilio Madanes, quelques jours après l’entrée en fonction du président Raúl Alfonsín qui, le 10 décembre 1983, vient mettre un terme à sept ans de dictature1. L’opéra de Ginastera, dirigé par Antonio Tauriello et mis en scène par Roberto Oswald, avec toujours Salvador Novoa dans le rôletitre, remplace in extremis El Matrero [Le Vagabond] de Felipe Boero, programmé par le dernier directeur nommé par le régime militaire, Alberto Alonso, qui avait succédé à Gallacher et Valenti Ferro en 1982, en pleine guerre des Malouines. Le seul adversaire de l’initiative de Madanes semble avoir été le critique Pompeyo Camps, qui brandit alors l’argument assez contestable que « pour chaque Bomarzo interdit il y a plusieurs dizaines de Matreros enterrés et d’autres qui ne sont pas encore nés2 ». L’opéra maudit de la dictature d’Onganía c...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540